Journée d information & d échanges des fontainiers. La désinfection de l eau

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Journée d information & d échanges des fontainiers. La désinfection de l eau"

Transcription

1 Journée d information & d échanges des fontainiers La désinfection de l eau

2 La désinfection de l eau Le but de la désinfection La désinfection par le Chlore Les méthodes Le dosage Mesurer la teneur en chlore Saint-Brisson - 8 novembre

3 Le but de la désinfection L objectif de la désinfection est 1. tuer ou inactiver des micro-organismes tels que les bactéries, les virus. 2. d éviter leur développement dans les canalisations ou les réservoirs. Parce que l eau captée n offre pas toutes les garanties : 1. De façon évidente pour les eaux superficielles. 2. Les ressources souterraines peuvent aussi être contaminées. 3. Pour garantir la qualité en distribution Objectif primordial : garantir la santé et répondre aux exigences des habitants. Saint-Brisson - 8 novembre

4 Le but de la désinfection Saint-Brisson - 8 novembre

5 Le but de la désinfection Saint-Brisson - 8 novembre

6 Le but de la désinfection Rapportée dans le Code de la Santé Publique (CSP) R : Les eaux destinées à la consommation humaine doivent, [ ] - ne pas contenir un nombre ou une concentration de micro-organismes, de parasites ou de toutes autres substances constituant un danger potentiel pour la santé des personnes ; Paramètres microbiologiques : Escherichia coli 0 Entérocoques 0 Circulaire Vigipirate (07/11/2003) «Maintenir une concentration minimale en chlore libre de 0,3 mg/l en sortie des réservoirs et viser une concentration de 0,1 mg/l en tout point du réseau de distribution» Saint-Brisson - 8 novembre

7 Le but de la désinfection Les grands types de désinfection 1. Désinfection physico-chimique Chlore, bioxyde de chlore. 2. Traitement par l Ozone 3. Désinfection physique UV Nous ne traiterons par la suite que de la désinfection au Chlore Saint-Brisson - 8 novembre

8 La désinfection par le Chlore Le Chlore est facilement disponible, bon marché, très connu. Les inconvénients : formation de sousproduits : chlorophénols, organohalogènes, etc. Le chlore est un gaz jaune vert qui se dissout dans l eau. Saint-Brisson - 8 novembre

9 La désinfection par le Chlore Trois formes de Chlore dans l eau : Le Chlore moléculaire dissous Cl2 L acide hypochloreux H Cl O L Ion hypochlorite Cl O - Varie en fonction du Ph Etat moléculaire Cl2 Acide hypochlorite H Cl O Ion Hypochlorite Cl O- Saint-Brisson - 8 novembre

10 La désinfection par le Chlore La proportion des trois formes dépend de la Température, de la turbidité, mais surtout du ph L Acide Hypochloreux (H Cl O) est beaucoup plus désinfectant que l Ion Hypochlorite Cl O - Intérêt d être à un ph < 6. L Acide Hypochlorite & l Ion Hypochlorite forment le Chlore libre. Saint-Brisson - 8 novembre

11 La désinfection par le Chlore Le Chlore réagit dans l eau avec les composés présents : Les composés réducteurs (Fer ferreux, sulfures, nitrites, ) réagissent très vite avec le Chlore Demande immédiate en chlore. Les composés azotés (NH4+, azotes organiques, ) Les composés organiques. Saint-Brisson - 8 novembre

12 La désinfection par le Chlore Phénomène du «point de rupture» / break point. Le chlore se combine à l azote ammoniacal pour former des chloramines. L ajout de chlore génère l élimination des chloramines jusqu à une teneur faible : break point. Saint-Brisson - 8 novembre

13 La désinfection par le Chlore Plus aisée lorsque 1. l eau est «naturellement» de bonne qualité - Ressource bien protégée; - Pas de NH4 (< 0,05 mg/l). 2. Lorsque les installations sont propres. - Nettoyage des captages, réservoirs, - Purges des réseaux. - Désinfection et purges lors des travaux. Saint-Brisson - 8 novembre

14 La désinfection par le Chlore Le Chlore peut être mis en œuvre sous différentes formes : chlore gazeux et hypochlorite de sodium (eau de javel). Hypochlorite de calcium (pastilles / galets) Aux doses habituelles il demeure inefficace contre les kystes amibiens et les œufs de certains parasites intestinaux. Il a également plusieurs rôles, secondaires mais importants : oxydation du fer, du manganèse et du sulfure d'hydrogène ; destruction de certains composés engendrant des goûts et des odeurs désagréables ; protection contre les algues et les boues ; enfin, il facilite la coagulation. Saint-Brisson - 8 novembre

15 La désinfection par le Chlore Certains paramètres sont à respecter : Le ph doit être de préférence inférieur à8. Après une durée de contact de 15 minutes, le chlore libre résiduel doit être compris entre 0,3 et 0,5 mg/l Il est nécessaire que la turbidité soit la plus faible possible (inférieure à 1 NFU). Le temps de contact minimum pour une action virulicide est de 30 à 45 mn (dépend notamment de la température). Saint-Brisson - 8 novembre

16 Les méthodes Chloromètre avec réglage du débit de chlore (g/h) Compteur à tête émettrice (asservissement au débit) Le Chlore gazeux nécessite : Un stockage (en bouteilles) ; Un chloromètre ; Un hydroéjecteur. Bouteille de chlore Tube d'évent Extérieur du local Eau de serv (pompe de surpressi Hydroéjecteur Eau désinfectée Saint-Brisson - 8 novembre

17 Les méthodes La javellisation Un bac d eau de javel et une pompe doseuse constituent l ensemble de javellisation qui permet la désinfection de l eau. Cette technique nécessite un apport en énergie (panneaux solaires, batteries, électricité EDF). La pompe peut être asservie au débit ou au fonctionnement des pompes d'exhaure ou de reprise. Saint-Brisson - 8 novembre

18 Les méthodes LE DOSEUR GRAVITAIRE L eau arrive dans la bâche où le godet se remplit jusqu à ce que le poids de l eau le fasse basculer et entraîne le bras doseur qui prélève de l eau de javel dans le réservoir. Celle-ci, se déverse dans l eau et se dilue. Ce mélange se dirige ensuite dans le réseau de distribution. Avantage : fonctionne sans électricité Saint-Brisson - 8 novembre

19 Les méthodes Les galets??? Contiennent de l hypochlorite de sodium. En principe réservés aux piscines Attention! Certains produits ne conviennent pas / voir la composition. Saint-Brisson - 8 novembre

20 Le dosage Le dosage de l eau de javel. Dans le commerce, les berlingots sont dosés différemment : soit à 9 Cl, ce qui équivaut à 2,6 % de Cl actif ou 28 g/litre de chlore soit à 36 Cl, ce qui équivaut à 9,8 % de Cl actif ou 112 g/litre de chlore 1 Cl correspond à environ 3,17 g de chlore/litre. Pour traiter un réservoir de 1 m3 à 0,3 mg/l de chlore, la quantité d eau de javel à introduire dépend notamment du ph et de la qualité de l eau. L ordre de grandeur ci-dessous peut être donné : 3 à 4 ml d une solution à 36 Cl 9 à 11 à ml d une solution à 12,5 Cl. Saint-Brisson - 8 novembre

21 Mesurer la teneur en chlore Il est important de connaître la teneur en chlore dans l eau. Meilleure solution : disposer d un photomètre Société Produits Références Prix unitaire HT Chlorosense (avec 100 tests) CS Tests (boîte de 100) CS IZITEC Photomètre MD100 IZISMD Tests (boîte de 250) IZIAP HACHLANGE Photomètre Pocket colorimètre II Réactifs chlore libre (boîte de 100) ,5 Photomètre Chematest 20 S CIR Réactifs chlore liquide Oxycon ou Réactifs chlore cachets (boîte de 250) 512-AP Saint-Brisson - 8 novembre

22 Fin de l exposé Saint-Brisson - 8 novembre

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

Piscines : point réglementaire

Piscines : point réglementaire Piscines : point réglementaire 02octobre 2012 Principales références juridiques: Articles L1332-1 à L1332-9, articles D1332-1 à D1332-13, et annexe 13-6 (installations sanitaires) du code de la santé publique.

Plus en détail

La chloration de l eau potable. Solutions alternatives

La chloration de l eau potable. Solutions alternatives La chloration de l eau potable Solutions alternatives Inconvenients de la chloration Goût et odeur Addition d une substance chimique Formation des sous-produits Pas efficace contre les protozoaires Applications

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA CHLORATION?

QU EST-CE QUE LA CHLORATION? QU EST-CE QUE LA CHLORATION? Qu est-ce que la chloration? Des micro-organismes peuvent être trouvés dans des rivières, lacs et eau souterraine. Même si ce ne sont pas tous les micro-organismes qui peuvent

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT I LES DETERGENTS a) Définition : Substances utilisées pour le lavage ou le nettoyage. Le détergent a uniquement des propriétés nettoyantes. Il ne détruit pas

Plus en détail

EAUX DESTINEES A LA CONSOMMATION HUMAINE COM. DE COM. ILL ET GERSBACH

EAUX DESTINEES A LA CONSOMMATION HUMAINE COM. DE COM. ILL ET GERSBACH Pôle Santé et Risques Environnementaux Courriel : ars-alsace-sante-environnement@ars.sante.fr Téléphone : 03 69 49 30 41 Fax : 03 89 26 69 26 28 rue du Maréchal Joffre 68640 WALDIGHOFFEN EAUX DESTINEES

Plus en détail

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries Contrôle de chlore sur tours de refroidissement Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide LA LEGIONELLOSE Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries La légionelle vit dans l eau. Elle est

Plus en détail

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau 2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2 Thème 2 Utilisation des ressources naturelles L eau Problématique générale: Des millions d hommes, dans les pays défavorisés, meurent encore chaque année pour avoir

Plus en détail

BIOXY S NEW ASSAINISSANT ACIDE PERACÉTIQUE & CONTRÔLE D ODEURS

BIOXY S NEW ASSAINISSANT ACIDE PERACÉTIQUE & CONTRÔLE D ODEURS DESCRIPTION BIOXY S NEW ASSAINISSANT ACIDE PERACÉTIQUE & CONTRÔLE D ODEURS BIOXY S NEW est un produit en poudre qui génère de l acide peracétique dans l eau. BIOXY S NEW a été conçu pour assainir des surfaces

Plus en détail

Contrôleur ph / Conductivité

Contrôleur ph / Conductivité Contrôleur ph / Conductivité Le contrôleur ph / Conductivité participe à l analyse des paramètres de l eau pour la rendre potable. Qu est ce qu une eau potable? Une eau potable est une eau que l on peut

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Manipulation 1 Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Consignes de sécurité Soyez prudent en utilisant le gaz naturel. Dans le cas d une odeur de gaz, fermez la

Plus en détail

Qualité de l eau. I. Analyse qualitative d une eau. 1. Test de mises en évidences de quelques ions :

Qualité de l eau. I. Analyse qualitative d une eau. 1. Test de mises en évidences de quelques ions : 1 Qualité de l eau L eau potable est le produit alimentaire le plus surveillé. Les normes de qualité de l eau potable définies par le ministère de la Santé et le Parlement Européen sont très rigoureuses.

Plus en détail

L eau de Javel. Le produit idéal pour les piscines privées. Chambre Syndicale Nationale de l Eau de Javel

L eau de Javel. Le produit idéal pour les piscines privées. Chambre Syndicale Nationale de l Eau de Javel L eau de Javel Le produit idéal pour les piscines privées Chambre Syndicale Nationale de l Eau de Javel REMARQUE PRÉLIMINAIRE NOUS ATTIRONS L ATTENTION DE L UTILISATEUR SUR LE FAIT QUE CE DOSSIER CONCERNE

Plus en détail

NETTOYAGE ET DESINFECTION DES RESERVOIRS D EAU POTABLE. Limoges, le 17 Octobre 2007

NETTOYAGE ET DESINFECTION DES RESERVOIRS D EAU POTABLE. Limoges, le 17 Octobre 2007 NETTOYAGE ET DESINFECTION DES RESERVOIRS D EAU POTABLE XIII ème colloque Aquatech Laurent PISSAVY Limoges, le 17 Octobre 2007 PLAN LA REGLEMENTATION SANITAIRE LES RISQUES DE CONTAMINATION LES PRODUITS

Plus en détail

Toujours utiliser une seringue propre et sèche pour prélever le réactif

Toujours utiliser une seringue propre et sèche pour prélever le réactif MODE D EMPLOI NAOCL, HTH, NADCC ET EAU DE JAVEL Le contrôle de la qualité de la solution d hypochlorite de sodium produite par WATA est indispensable afin de déterminer le dosage à appliquer en fonction

Plus en détail

Eau. Eau de boisson. Systèmes de traitement : actualisation des données. en élevage avicole la qualité bactériologique : un facteur de réussite

Eau. Eau de boisson. Systèmes de traitement : actualisation des données. en élevage avicole la qualité bactériologique : un facteur de réussite Eau Eau de boisson en élevage avicole la qualité bactériologique : un facteur de réussite Systèmes de traitement : actualisation des données Eau Eau de boisson en élevage avicole un levier majeur de réussite

Plus en détail

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Juin 2006: Réseau National Biofilm Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Les légionelles: quelques rappels Bactéries Gram -, origine naturelle hydrotellurique,

Plus en détail

LES EAUX DE CONSOMMATION

LES EAUX DE CONSOMMATION 1L TP COURS Partie 2 N 1 LES EAUX DE CONSOMMATION A. LES DIFFERENTS TYPES D EAUX Existetil plusieurs types d eaux de consommation? Il existe deux types d eaux de consommation : l eau minérale et l eau

Plus en détail

Le système de traitement de l'eau Ultra-Bio-Ozone est efficace car il allie les UV et l'ozone.

Le système de traitement de l'eau Ultra-Bio-Ozone est efficace car il allie les UV et l'ozone. News News News Le système de traitement de l'eau Ultra-Bio-Ozone est efficace car il allie les UV et l'ozone. Spas-Piscines-Agro-alimentaire-Mayens-Cabanes-Fromageries-etc Deux procédés totalement différents,

Plus en détail

Ajustement de la valeur du ph

Ajustement de la valeur du ph Entretien du spa Ajustement de la valeur du ph Afin de garantir un entretien réussi de l'eau, il est important que la valeur du ph se situe entre 7,0 et 7,4. C est lorsque le ph est situé dans cette fourchette

Plus en détail

DEFINITION DES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DE FONCTIONNEMENT ET DOMAINE D EMPLOI DES APPAREILS DE DESINFECTION

DEFINITION DES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DE FONCTIONNEMENT ET DOMAINE D EMPLOI DES APPAREILS DE DESINFECTION MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES DOCUMENT TECHNIQUE FNDAE N 2 DEFINITION DES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DE FONCTIONNEMENT ET DOMAINE D EMPLOI DES APPAREILS

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

PISCINE DE REEDUCATION ET HYGIENE CENTRE HOSPITALIER CENTRE BRETAGNE (Centre de Rééducation de Plémet) PLAN Généralités L eau circuit traitement maintenance contrôles Le baigneur Les locaux architecture

Plus en détail

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette.

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette. 2 nde : Sciences et laboratoires (SL) Activité : Etude qualitative d une eau minérale Objectif : Comparer les résultats expérimentaux observés avec les valeurs données sur les étiquettes de quelques eaux

Plus en détail

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales Version du 22/04/2009 SOMMAIRE I OBJET ET DONNEES DE BASE... 3 A. OBJET... 3 B. DONNEES DE BASES... 3 II DESCRIPTIF... 6 Saint Dizier

Plus en détail

DIRECTIVE TECHNIQUE. Procédés de désinfection et postes de dosage. Code : 1.2.2 DIT 1. Date de rédaction : vendredi 09 mars 2012

DIRECTIVE TECHNIQUE. Procédés de désinfection et postes de dosage. Code : 1.2.2 DIT 1. Date de rédaction : vendredi 09 mars 2012 Code : 1.2.2 DIT 1 DIRECTIVE TECHNIQUE Procédés de désinfection et postes de dosage Date de rédaction : vendredi 09 mars 2012 Version : 9 septembre 2013 Version validée par le COPIL Note aux lecteurs Les

Plus en détail

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif Déclaration d ouverture La déclaration d ouverture d une piscine (accompagnée d un dossier justificatif) est à adresser en 3 exemplaires à la mairie d implantation de l établissement et un exemplaire en

Plus en détail

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette.

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. CONTROLE D'UNE EAU On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. Données : couleur des complexes : Ca-NET : rouge ; Mg-NET

Plus en détail

Est-elle bonne à boire?

Est-elle bonne à boire? Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Est-elle bonne à boire? 1 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés peuvent

Plus en détail

Eau de boisson en élevage cunicole. Un facteur majeur de réussite!

Eau de boisson en élevage cunicole. Un facteur majeur de réussite! Eau de boisson en élevage cunicole Un facteur majeur de réussite! L eau, pourquoi une telle importance? L eau est le premier aliment des lapins et le constituant majeur du lait maternel. Les lapins boivent

Plus en détail

LA DÉSINFECTION DE L EAU DES PISCINES À L OZONE

LA DÉSINFECTION DE L EAU DES PISCINES À L OZONE LA DÉSINFECTION DE L EAU DES PISCINES À L OZONE INTERVENTION POUR L' ANDIISS Le 11 septembre 2008 Association Nationale des Directeurs et des Intervenants d Installation et des Services des Sports LES

Plus en détail

Maîtrise de la qualité de l eau des puits et forages. Loïc Fulbert GDS Mayenne «Loic.fulbert.gds53@reseaugds.com»

Maîtrise de la qualité de l eau des puits et forages. Loïc Fulbert GDS Mayenne «Loic.fulbert.gds53@reseaugds.com» Maîtrise de la qualité de l eau des puits et forages. Loïc Fulbert GDS Mayenne «Loic.fulbert.gds53@reseaugds.com» 02 43 53 53 54 Maîtriser la qualité de l'eau dans le but de Eviter les risques sanitaires

Plus en détail

GRUNDFOS alldos information Produit. Oxiperm Pro. Production fiable de dioxyde de chlore de solutions diluées pour la désinfection de l eau

GRUNDFOS alldos information Produit. Oxiperm Pro. Production fiable de dioxyde de chlore de solutions diluées pour la désinfection de l eau GRUNDFOS alldos information Produit Production fiable de dioxyde de chlore de solutions diluées pour la désinfection de l eau Généralités Généralités Les systèmes Oxiperm Pro produisent du dioxyde de chlore

Plus en détail

I - LES EAUX DE CONSOMMATION

I - LES EAUX DE CONSOMMATION THEME N 2 : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Ce thème est une approche à la fois individuelle et globale des problèmes de l'alimentation des hommes sur la planète. Ce thème doit permettre de poser scientifiquement

Plus en détail

Réservoirs et canalisations d EDCH: Inspection, Nettoyage et Désinfection

Réservoirs et canalisations d EDCH: Inspection, Nettoyage et Désinfection Réservoirs et canalisations d EDCH: Inspection, Nettoyage et Désinfection 2013 Céline Mercier: celine-eau.mercier@veolia.com JF Renard: jean-francois.renard@lyonnaise-des-eaux.fr PE Fratczak: pierre-elie.fratczak@veolia.com

Plus en détail

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales RAPPEL : LOI n 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique AFTH Balaruc-les-Bains le 16/11/2007 W. TABONEt Art. L. 1322-2. I - Toute personne qui offre au public de l eau minérale,

Plus en détail

Comparateur 2000+ Colorimètre pour l analyse des eaux de piscines publiques. www.lovibond.com L analyse des eaux de piscines janvier 2015

Comparateur 2000+ Colorimètre pour l analyse des eaux de piscines publiques. www.lovibond.com L analyse des eaux de piscines janvier 2015 Comparateur 2000+ Colorimètre pour l analyse des eaux de piscines publiques 24 www.lovibond.com L analyse des eaux de piscines janvier 2015 Avec ses accessoires, le Comparateur 2000+ Lovibond constitue

Plus en détail

Arrêté du 26 juillet 2000 relatif aux spécifications des eaux de boisson et aux modalités de leur présentation.

Arrêté du 26 juillet 2000 relatif aux spécifications des eaux de boisson et aux modalités de leur présentation. Arrêté du 26 juillet 2000 relatif aux spécifications des eaux de boisson et aux modalités de leur présentation. Article 1 er.- En application des dispositions de l article 1 er du décret exécutif n 92-65

Plus en détail

Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013

Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013 Administration, Quai Maria-Belgia 18 CH 1800 Vevey Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013 Ressources En 2013, la production globale du SIGE en eau de boisson s'élève à plus de 11.8 millions

Plus en détail

MPS : Eaux de consommation

MPS : Eaux de consommation Activité expérimentale n 1 M. Suet 2nd Compétences travaillées Compétences S approprier : Réaliser : Mobiliser et Exploiter ses connaissances : Mettre en œuvre une démarche expérimentale : Valider : Communiquer

Plus en détail

De l'eau des rivières à l'eau du robinet.

De l'eau des rivières à l'eau du robinet. De l'eau des rivières à l'eau du robinet. Pour être en bonne santé, l homme doit consommer 1,5 litre d eau chaque jour. Encore faut-il que cette eau soit d une qualité satisfaisante. L eau est dite potable

Plus en détail

AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable

AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable Prise en charge (1) Analyse du type de réseau sanitaire: HT avec mitigeurs locaux, HT avec mitigeurs

Plus en détail

Chimie. Conductivité. Ammonium :

Chimie. Conductivité. Ammonium : Chimie Conductivité La conductivité de l'eau est l'aptitude d'une solution à permettre le passage du courant électrique. C'est à dire la capacité de l'eau à faire passer un courant électrique d'un point

Plus en détail

INFORMATION 2011 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU

INFORMATION 2011 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU INFORMATION 211 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU EAUSERVICE NOUS METTONS TOUT EN OEUVRE POUR PRÉSERVER L ENVIRONNEMENT ET PRÉVENIR TOUTE ÉVENTUELLE POLLUTION DE L EAU eauservice c est : Le distributeur

Plus en détail

Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU)

Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU) Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU) Mise MISE aux AUX normes NORMES des usines DES (MNU) USINES (MNU) 1.0 Présentation d ensemble

Plus en détail

AVIS 1/5. Afssa Saisine n 2001-SA-0257. Maisons-Alfort, le 2 décembre 2003

AVIS 1/5. Afssa Saisine n 2001-SA-0257. Maisons-Alfort, le 2 décembre 2003 Maisons-Alfort, le 2 décembre 2003 AVIS LE DIRECTEUR GÉNÉRAL de l'agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à la fixation de critères de qualité des eaux minérales naturelles et des eaux

Plus en détail

Trouvez vos interlocuteurs: www.eurofins.ch. Valable à partir du 1er juillet 2012, remplace toutes les listes de prix précédentes.

Trouvez vos interlocuteurs: www.eurofins.ch. Valable à partir du 1er juillet 2012, remplace toutes les listes de prix précédentes. Eaux potables et de baignade Page 6 Liste de prix des eaux potables et de baignade Eurofins Scientific AG Parkstrasse 0 CH-502 Schönenwerd Tel. +4 (0) 62 858 7 00 Fax +4 (0) 62 858 7 09 E-mail info@eurofins.ch

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

Règlement sur la qualité de l'eau des piscines et autres bassins artificiels

Règlement sur la qualité de l'eau des piscines et autres bassins artificiels Page 1 of 8 Éditeur officiel du Québec À jour au 1er avril 2012 Ce document a valeur officielle. c. Q-2, r. 39 Règlement sur la qualité de l'eau des piscines et autres bassins artificiels Loi sur la qualité

Plus en détail

Etablissements de natation recevant du public

Etablissements de natation recevant du public Agence Régionale de Santé de Haute-normandie délégation territoriale de l Eure Etablissements de natation recevant du public Ministère de la Santé ARS Délégation territoriale de l Eure Articulation autour

Plus en détail

QUALITÉ DES SOLS ET DE L EAU

QUALITÉ DES SOLS ET DE L EAU QUALITÉ DES SOLS ET DE L EAU I. LE SOL, UN MILIEU D'ECHANGES DE MATIERE On définit le sol comme la partie supérieure et arable de l'écorce terrestre. Une plante est un organisme vivant qui a besoin d'un

Plus en détail

ANTOINE LAPORTE VILLE DE REPENTIGNY

ANTOINE LAPORTE VILLE DE REPENTIGNY ANTOINE LAPORTE VILLE DE REPENTIGNY VERS UNE GESTION DURABLE ET RESPONSABLE DES RESSOURCES EN EAU CARA LE 19 OCTOBRE 2012 LES AMÉLIORATIONS APPORTÉES À LA COLLECTE DES EAUX BRUTES LA PROBLÉMATIQUE D APPROVISIONNEMENT

Plus en détail

Laboratoire de l Environnement et de l Alimentation de la Vendée

Laboratoire de l Environnement et de l Alimentation de la Vendée Laboratoire de l Environnement et de l Alimentation de la Vendée Organisation du LEAV Accréditation COFRAC (1-1064) : Prélèvements + mesures terrain + analyses (EIL+ audit externe tous les 15 mois) Tous

Plus en détail

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Désinfection, stérilisation Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Formation élèves aidessoignants Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Plus en détail

Traitement des micropolluants: aspects technique

Traitement des micropolluants: aspects technique Traitement des micropolluants: aspects technique Mise en œuvre des filières de traitement des micropolluants Didier Rubin Les filières de traitement Filières principales en eaux usées communales Ozonation

Plus en détail

L utilisation des gaz inertes pour la conservation de l huile d olive

L utilisation des gaz inertes pour la conservation de l huile d olive L utilisation des gaz inertes pour la conservation de l huile d olive Techno Huile, 31 Mai 2013 Julie RICCIO Responsable Développement Agroalimentaire Sommaire L oxygène: source d alteration des huiles

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS QUELQUES CONSEILS POUR L UTILISATION OPTIMALE DE VOTRE ADOUCISSEUR D EAU POUR L UTILISATION OPTIMALE DE VOTRE ADOUCISSEUR D EAU

QUELQUES CONSEILS QUELQUES CONSEILS POUR L UTILISATION OPTIMALE DE VOTRE ADOUCISSEUR D EAU POUR L UTILISATION OPTIMALE DE VOTRE ADOUCISSEUR D EAU QUELQUES CONSEILS QUELQUES CONSEILS POUR L UTILISATION OPTIMALE DE VOTRE ADOUCISSEUR D EAU POUR L UTILISATION OPTIMALE DE VOTRE ADOUCISSEUR D EAU Un adoucisseur d eau permet de limiter les problèmes liés

Plus en détail

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève Ressources à disposition : http://www.explorateurs energie.com/explo_ens/anim.php# http://www.edf.com/html/ecole_energie/ L

Plus en détail

Teneur en chlore actif des Eaux et Concentrés de Javel

Teneur en chlore actif des Eaux et Concentrés de Javel Teneur en chlore actif des Eaux et Concentrés de Javel 1 Principe Importance de la mesure de la teneur en chlore actif La mesure de la teneur en chlore actif est très importante pour un fabricant, un préparateur

Plus en détail

Qui de Monsieur EAUCLAIR ou de son ami a raison?

Qui de Monsieur EAUCLAIR ou de son ami a raison? CME 5.3 Pourquoi adoucir l eau? Monsieur EAUCLAIR emménage dans une nouvelle région. Il constate que sa cafetière s est entartrée au bout de deux mois. Un de ses amis lui dit que : «ton eau n est pas claire

Plus en détail

Puissant et écologique à la fois

Puissant et écologique à la fois Puissant et écologique à la fois La technologie innovante de désinfection et d oxydation à l ozone économique et écologique www.prominent.com L ozone Un puissant désinfectant La plus-value à la clé : une

Plus en détail

1) L ion borate est une base, écrire la demi-équation acido-basique correspondante : BO 2

1) L ion borate est une base, écrire la demi-équation acido-basique correspondante : BO 2 Chimie : Séance n 2 I. Réaction entre l acide acétique et l ion borate : On mélange 25,0 ml d une solution d acide acétique de concentration 2,50.10 2.L 1 et 75,0 ml d une solution de borate de sodium

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

Bilan annuel de la qualité de l eau potable pour la période du 1 er janvier au 31 décembre 2014

Bilan annuel de la qualité de l eau potable pour la période du 1 er janvier au 31 décembre 2014 Bilan annuel de la qualité de l eau potable pour la période du 1 er janvier au 31 décembre 2014 Nom de l installation de distribution : Système de distribution d eau potable de la Ville de Drummondville

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL Prix Qualité Transparence 2010 1 Le présent rapport a pour objet de Présenter les différents éléments techniques et financiers relatif au prix et à la qualité

Plus en détail

C.A.P. Groupement B : Hygiène Santé Chimie et procédés. Session 2013. Durée : 2 heures Coefficient : 2

C.A.P. Groupement B : Hygiène Santé Chimie et procédés. Session 2013. Durée : 2 heures Coefficient : 2 C.A.P. Groupement B : Hygiène Santé Chimie et procédés Session 2013 Épreuve : Mathématiques - Sciences Physiques Durée : 2 heures Coefficient : 2 Spécialités concernées : Agent polyvalent de restauration

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

EQUIPEMENT DE PURIFICATION DE L AIR (OXYGENE IONISE)

EQUIPEMENT DE PURIFICATION DE L AIR (OXYGENE IONISE) AIR CARE Gamme XES EQUIPEMENT DE PURIFICATION DE L AIR (OXYGENE IONISE) Les chambres froides Positives 1 L IONISATIONDE L OXYGENE : UN PROCESSUS NATUREL L air est naturellement porteur d ions négatifs

Plus en détail

TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés

TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés Omniprésente sur Terre, l eau est l une des espèces chimiques indispensables à la vie. I. L eau sur Terre dans tous ses états La molécule d eau est formée d

Plus en détail

Grille d incompatibilité et d entreposage des principaux produits utilisés pour l entretien des piscines : comment utiliser la grille?

Grille d incompatibilité et d entreposage des principaux produits utilisés pour l entretien des piscines : comment utiliser la grille? Grille d incompatibilité et d entreposage des principaux produits utilisés pour l entretien des piscines : comment utiliser la grille? Mai 2010 Nathalie Desgagné, chimiste Direction générale de la prévention

Plus en détail

Fiche Présentation générale De la production et de la distribution en eau

Fiche Présentation générale De la production et de la distribution en eau Fiche Présentation générale De la production et de la distribution en eau Descriptif Collectivité distributrice : commune de EAUVILLE Exploitant : Régie communale Zone de distribution () : Le réseau de

Plus en détail

Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution fertilisante

Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution fertilisante XVIII èmes Rencontres Professionnelles Colmar, 15 décembre 2011 «Engrais minéraux issus de l organique : intérêts et limites» Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution

Plus en détail

Les nitrates fiche guide

Les nitrates fiche guide Les nitrates fiche guide Notions abordées Chimie Sciences Mathématiques - Réactions chimiques - Concentration - Filtration - Rôle de l azote - Etude d un écosystème - Proportionnalité Objectifs d apprentissage

Plus en détail

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY 1 Nancy, le 24 avril 2014 Délégation Territoriale de Meurthe-et-Moselle Cellule contrôle sanitaire des eaux Affaire suivie par : Stéphanie MONIOT/BR Courriel : ars-lorraine-dt54-vsse@ars.sante.fr Téléphone

Plus en détail

Les méthodes de séparation basées sur l extraction

Les méthodes de séparation basées sur l extraction Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail

Chromatographie gazeuse

Chromatographie gazeuse 2012 Chromatographie gazeuse Assisstant : Bastien NEEL Group 1 : Romain LAVERRIERE (romainl0@etu.unige.ch) Tatiana PACHOVA (pachova0@etu.unige.ch) Table of content: 1 Résumé... 3 2 Introduction... 3 3

Plus en détail

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE I - PRINCIPE La chromatographie est une méthode physique de séparation de mélanges en leurs constituants; elle est basée sur les différences d affinité des substances à

Plus en détail

Rencontre thématique 1 La technologie et le procédé. 19 novembre 2012

Rencontre thématique 1 La technologie et le procédé. 19 novembre 2012 Rencontre thématique 1 La technologie et le procédé 19 novembre 2012 Les gaz réfrigérants et les agents de gonflement CFC HCFC HFC Nom chlorofluorocarbures hydro chlorofluorocarbures hydrofluorocarbures

Plus en détail

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie.

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. 13. Analyse de l eau Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. Les eaux des rivières, des fleuves, des mares ou des

Plus en détail

Les meilleures solutions de traitement des eaux

Les meilleures solutions de traitement des eaux Les meilleures solutions de traitement des eaux Des solutions de pointe pour le traitement des eaux ZEOLIS est le nouveau système de recyclage d eau créé pour aider nos clients à améliorer la gestion de

Plus en détail

40 ml (volume du bouchon) de RENOLIT ALKORPLUS 81059 pour Pourquoi tout le monde demande la membrane RENOLIT ALKORPLAN? Pour son

40 ml (volume du bouchon) de RENOLIT ALKORPLUS 81059 pour Pourquoi tout le monde demande la membrane RENOLIT ALKORPLAN? Pour son 40 ml (volume du bouchon) de RENOLIT ALKORPLUS 81059 pour Pourquoi tout le monde demande la membrane RENOLIT ALKORPLAN? Pour son entretien facile. 50 m3 d eau; hebdomadairement pendant la saison. Ceci

Plus en détail

Un guide de traitement de l eau du puits

Un guide de traitement de l eau du puits Un guide de traitement de l eau du puits Dispositifs de traitement de l'eau à usage domestique Les problèmes relatifs à la qualité de l'eau décrits dans la présente feuille d'information pourraient être

Plus en détail

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange Eau potable Définition L'eau potable est une eau qui ne doit pas porter atteinte à la santé humaine. L'eau potable est contrôlée de façon très stricte et doit respecter des valeurs limites pour différents

Plus en détail

Sciences physiques et chimiques

Sciences physiques et chimiques bac pro Philippe Adloff Hervé Gabillot Eyrolles Éducation / Gep Éditions, 2014 ISBN : 978-2-84425-946-2 Sciences physiques et chimiques Seconde professionnelle 100 % Exercices expérimentaux science et

Plus en détail

Bâtiment, génie civil 591 385/1

Bâtiment, génie civil 591 385/1 Schweizer Norm Norme suisse Norma svizzera Bâtiment, génie civil 591 385/1 EINGETRAGENE NORM DER SCHWEIZERISCHEN NORMEN-VEREINIGUNG SNV NORME ENREGISTRÉE DE L ASSOCIATION SUISSE DE NORMALISATION 385/1

Plus en détail

Délégation du Service Public de l Eau Potable

Délégation du Service Public de l Eau Potable DEPARTEMENT DU RHONE Délégation du Service Public de l Eau Potable Dossier de Consultation des Entreprises Pièce n 2 Mémoire Explicatif 1 PRESENTATION DU SERVICE 1.1 Les ressources 1.1.1 Origine de l eau

Plus en détail

ECHANGEURS DE CHALEUR DE PISCINES

ECHANGEURS DE CHALEUR DE PISCINES ECHANGEURS DE CHALEUR DE PISCINES A utiliser avec des chaudières, des panneaux solaires et des pompes de chaleur Guide d'installation, d'exploitation et d'entretien ECHANGEURS DE CHALEUR DE PISCINES Guide

Plus en détail

PUITS HUDSON-ACRES 25 NOVEMBRE 2014

PUITS HUDSON-ACRES 25 NOVEMBRE 2014 PUITS HUDSON-ACRES 25 NOVEMBRE 2014 HUDSON-ACRES Historique : Au début des années 80, une problématique de pression et d alimentation en eau est présente. Plusieurs solutions sont étudiées : forage d un

Plus en détail

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l Dans une goutte d eau Cuivre Le cuivre (Cu) est présent à l état naturel dans la roche, le sol, les plantes, les animaux, l eau, les sédiments et l air. Le cuivre est souvent présent sous forme de minéraux,

Plus en détail

TP 11: Réaction d estérification - Correction

TP 11: Réaction d estérification - Correction TP 11: Réaction d estérification - Correction Objectifs : Le but de ce TP est de mettre en évidence les principales caractéristiques de l'estérification et de l'hydrolyse (réaction inverse). I ) Principe

Plus en détail

Généralités. L Eau de Javel, utilisée depuis plus de 200 ans, correspond à des solutions d hypochlorite de sodium.

Généralités. L Eau de Javel, utilisée depuis plus de 200 ans, correspond à des solutions d hypochlorite de sodium. Généralités 1 Historique Après la découverte du chlore esprit de sel déphlogistiqué par Scheele en 1774, le chimiste français Berthollet a travaillé sur les solutions blanchissantes de ce gaz en 1787.

Plus en détail

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Programme Rencontre Technique ASCOMADE Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Présentation du logiciel de modélisation EPANET 1 Présentation du Logiciel Rôle

Plus en détail

Quels moyens pour garantir une eau potable de qualité? L ultrafiltration

Quels moyens pour garantir une eau potable de qualité? L ultrafiltration Quels moyens pour garantir une eau potable de qualité? L ultrafiltration Membratec SA - Emmanuel Bonvin AFSR, Yverdon le 21 1 Présentation de la société Société suisse indépendante, fondée en 1997, siège

Plus en détail

Quelle Eau Boire? Institut Ming Men. Ecole de Médecine Traditionnelle Chinoise

Quelle Eau Boire? Institut Ming Men. Ecole de Médecine Traditionnelle Chinoise Institut Ming Men Quelle Eau Boire? Institut Ming Men 146 Grande Rue 54180 Heillecourt Tel : 03 83 96 26 20 06 09 88 02 18 Quelle Eau boire? Eau du robinet, eau en bouteille minérale ou de source, eau

Plus en détail

Le Potentiel d Oxydoréduction (POR) :

Le Potentiel d Oxydoréduction (POR) : FICHE D INFORMATION Le Potentiel d Oxydoréduction (POR) : un nouvel outil pour évaluer la qualité de l eau info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Une eau propre et saine est l un des facteurs

Plus en détail

Service de distribution publique d Eau Potable Rapport Annuel sur le prix et la qualité de l eau

Service de distribution publique d Eau Potable Rapport Annuel sur le prix et la qualité de l eau COMMUNE DE CARNOULES Eau Potable - 201 Service de distribution publique d Eau Potable Rapport Annuel sur le prix et la qualité de l eau (Application de la Loi n 95-101 du 2 février 1995 et du décret n

Plus en détail

La Légionelle à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes

La Légionelle à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes Historique Situation avant 1ères analyses : - obligation préfectorale de surveillance annuelle depuis 07/03 - traitement anti corrosion fer et cuivre en continu

Plus en détail

L entretien de votre système de traitement de l eau

L entretien de votre système de traitement de l eau Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits L entretien de votre système de traitement de l eau 5 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires

Plus en détail

Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire GROUPE THOAS

Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire GROUPE THOAS Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire Installation ECS existante Production d eau chaude: Trois cumulus de 1500 l dans chaque sous-station: Deux cumulus HS dans

Plus en détail