Les accommodements raisonnables

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les accommodements raisonnables"

Transcription

1 Les aommodements raisonnables Guide de l élève Introdution aux hartes anadienne et québéoise...p. 2 Le droit à l égalité et à la non-disrimination...p. 3 Les aommodements raisonnables...p. 4 Tableau synthèse sur les hartes...p. 5 Résumé de la déision Multani. Commission solaire Marguerite-Bourgeoys, Cour suprême du Canada (2006) et pistes de réflexion...p. 6 Résumé de la déision Commission des droits de la personne. Collège Notre-Dame, Cour d appel (2001) et pistes de réflexion...p. 8 Carnet d analyse...p. 10 Fihe journalistique...p. 11 AVIS IMPORTANT Cette trousse pédagogique ontient de l information juridique mise à jour au 20 juillet Auune information ontenue dans e guide ne peut être onsidérée omme un avis juridique. Le présent matériel est la propriété exlusive d Édualoi. Les enseignants du Québe peuvent l utiliser à des fins non ommeriales seulement. Les douments doivent être utilisés dans leur format original, sans modifiation. Édualoi, 2015 P. 1 Les aommodements raisonnables - Guide de l élève

2 Introdution aux hartes anadienne et québéoise Avant de te laner à la déouverte des aommodements raisonnables, il est important que tu onnaisses les outils qui garantissent tes droits et libertés. Profites-en pour te familiariser ave les hartes anadienne et québéoise! Canadienne ou québéoise, est quoi une harte? C est un texte qui ontient les prinipaux droits et libertés que la soiété reonnaît aux itoyens. Les droits et libertés : un aperçu Voii quelques exemples de droits et de libertés protégés par les hartes : les droits à la vie, à la liberté et à la séurité; la liberté d expression; la liberté de religion; le droit à l égalité. La harte québéoise ontient aussi des droits qui intéressent partiulièrement les adolesents : le droit à l éduation publique gratuite; le droit à la protetion, à la séurité et à l attention de ses parents; et le droit pour un jeune ontrevenant d être détenu dans un lieu approprié à son âge. Qui doit respeter les hartes? Le gouvernement québéois (ex. : les ministères, les muniipalités, les éoles publiques, les poliiers de la Sûreté du Québe, les poliiers muniipaux, et.) doit respeter les hartes anadienne et québéoise dans ses ations. Pensons notamment : aux lois qu il veut faire adopter; aux déisions prises et aux gestes posés par les représentants des institutions gouvernementales (ex. : le direteur d une éole publique qui fouille un élève soupçonné d être en possession de drogue). Le gouvernement anadien (ex. : les ministères, les poliiers de la Gendarmerie royale, et.) doit, de la même manière, respeter les droits et libertés prévus dans la harte anadienne (et non la harte québéoise). Finalement, les itoyens du Québe et les institutions québéoises non gouvernementales (ex. : les entreprises privées, les éoles privées, et.) doivent respeter les droits et libertés prévus dans la harte québéoise dans leurs relations ave les autres (et non la harte anadienne). P. 2 Les aommodements raisonnables - Guide de l élève

3 Le droit à l égalité et à la non-disrimination Le droit à l égalité est protégé autant par la harte québéoise que par la harte anadienne. Grâe à e droit, toute personne a le droit de bénéfiier des mêmes droits et d un aès aux mêmes servies que les autres. De e droit à l égalité déoule le droit de ne pas subir de disrimination. Qu est-e que la disrimination? C est le fait de ne pas respeter le droit à l égalité d une personne, est-à-dire : 1. d empêher ette personne de bénéfiier des mêmes droits ou d un aès aux mêmes servies que les autres; 2. sur la base de l une des aratéristiques personnelles reonnues par les hartes omme des motifs interdits de disrimination, telles que : la religion; le handiap mental ou physique; l origine ethnique ou nationale. (pour une liste omplète, voir le tableau synthèse à la page 5) La disrimination direte et indirete «Les Noirs ne sont pas admis dans l éole». Une telle règle serait diretement disriminatoire puisqu elle empêhe ertaines personnes, sur la base de leur origine ethnique, de fréquenter l éole publique omme les autres. Généralement, les hartes interdisent la disrimination direte. Dans e genre de situations, il n y a pas lieu de réer une exeption (une mesure d aommodement), ar est la règle elle-même qui est invalide. Par ontre, lorsqu une règle s applique à tous sans diretement disriminer une personne, mais que ses effets sont suseptibles d empêher une personne d exerer ses droits omme les autres, il est alors question de disrimination indirete. (Ex. : Pas d animaux dans l éole). Une telle règle, bien que valide, empêhe indiretement les élèves non-voyants aompagnés d un hien-guide de fréquenter l éole omme les autres, sur la base de leur handiap physique. C est en général dans e genre de situations qu une exeption (une mesure d aommodement) est envisagée. P. 3 Les aommodements raisonnables - Guide de l élève

4 Les aommodements raisonnables Un aommodement raisonnable : Pour qui? Pourquoi? Quand? La notion d aommodement raisonnable provient du droit à l égalité et à la non-disrimination. Il s agit de réer une exeption au profit d une personne afin qu elle puisse bénéfiier des mêmes droits et d un aès aux mêmes servies que les autres. Une mesure d aommodement doit être aordée si : 1. une personne est vitime de disrimination; 2. ette personne demande une mesure d aommodement; et 3. l aommodement demandé n entraîne pas de ontraintes exessives pour l institution qui ommet la disrimination, est-à-dire que l aommodement doit notamment : respeter les apaités finanières et matérielles de l institution; ne pas bouleverser son bon fontionnement; ne pas porter atteinte aux droits et à la séurité des autres personnes. Bref, l aommodement doit être raisonnable! P. 4 Les aommodements raisonnables - Guide de l élève

5 Tableau synthèse sur les hartes Chartes Qui doit la respeter? Motifs de disrimination interdits Québéoise Canadienne Le gouvernement québéois (ex. : les ministères, les muniipalités, les éoles publiques, les poliiers de la Sûreté du Québe et les poliiers muniipaux, et.) Les entreprises, les organismes non gouvernementaux, et. (ex. : les entreprises privées, les éoles privées, et.) Les itoyens Le gouvernement québéois (ex. : voir i-haut) Le gouvernement anadien (ex. : les ministères, les poliiers de la Gendarmerie royale, et.) la rae; l origine ethnique ou nationale; la ouleur de la peau; la religion; le sexe; l âge, sauf dans la mesure prévue par la loi (ex. : interdition de vendre de l alool ou du taba à des mineurs); la grossesse; l orientation sexuelle; l état ivil (ex. : être marié); les onvitions politiques; la langue; la ondition soiale (ex. : être sans emploi); le handiap (ex. : être aveugle); l utilisation d un moyen pour pallier e handiap. (ex. : l utilisation par une personne non-voyante d un hien-guide dans un lieu où les animaux sont normalement interdits). la rae; l origine ethnique ou nationale; la ouleur de la peau; la religion; le sexe; l âge; les défiienes mentales ou physiques; tout autre motif qui ressemble à eux-i (ex. : la Cour suprême a ajouté l orientation sexuelle à la liste). P. 5 Les aommodements raisonnables - Guide de l élève

6 Résumé de déision : Multani. Commission solaire Marguerite- Bourgeoys, 2006 CSC 6 Multani. Commission solaire Marguerite- Bourgeoys, 2006 CSC LES FAITS Gurbaj, un jeune sikh orthodoxe, étudie dans une lasse d aueil au seondaire. Pour des motifs religieux, Gurbaj roit sinèrement qu il doit porter un kirpan sur lui en tout temps, et e, même à l éole. Cet objet est amouflé sous ses vêtements et passe don inaperçu. Mais un jour, Gurbaj éhappe aidentellement son kirpan dans la our d éole. À la suite de et inident, le direteur interdit à Gurbaj de porter son kirpan à l éole. Pourquoi? Pare que le Code de vie de l éole interdit le port d armes et d objets dangereux à l éole. La Commission solaire, tout omme le direteur, refuse que Gurbaj porte son véritable kirpan à l éole. Toutefois, elle lui propose de porter un kirpan symbolique qui n est pas dangereux (ex. : un kirpan en plastique). Le père de Gurbaj n est pas d aord ave la proposition de la Commission solaire. Selon lui, ette déision ontrevient à la liberté de religion de son fils. Le père de Gurbaj demande don à la our un aommodement raisonnable pour que son fils puisse porter son véritable kirpan en métal (sellé et ousu à l intérieur de ses vêtements) à l éole. LA DÉCISION La our mentionne que le règlement ontenu dans le Code de vie de l éole, qui interdit le port d armes, est tout à fait valide (il s applique indistintement à tous et vise la séurité des élèves). Ce règlement a ependant pour effet d empêher Gurbaj d avoir aès aux mêmes servies que les autres. Pourquoi? Pare que Gurbaj roit sinèrement qu il ne peut pas aller à l éole s il ne porte pas son kirpan en métal omme l exige sa religion. Selon la our, il s agit don d un as de disrimination indirete qui pourrait être orrigé par une mesure d aommodement. Après analyse, la our onlut qu un aommodement raisonnable en faveur de Gurbaj n entraînerait pas de ontraintes exessives pour l éole. Entre autres, ette pratique religieuse ne porte pas atteinte aux droits et à la séurité des autres : auun as de violene lié au kirpan n a été rapporté dans les éoles; Qu est-e qu un kirpan? Un objet religieux en métal qui ressemble à un poignard. l objetif du règlement est d assurer un niveau de séurité raisonnable à l éole, et non un niveau de séurité absolu; permettre à Gurbaj de porter son véritable kirpan en métal sous ertaines onditions permettrait d assurer un niveau de séurité raisonnable à l éole. P. 6 Les aommodements raisonnables - Guide de l élève

7 Multani. Commission solaire MargueriteBourgeoys, 2006 CSC La our donne finalement raison à Gurbaj et annule la déision de la Commission solaire. Puisque Gurbaj n allait plus à ette éole au moment du jugement, la our n avait plus besoin de lui aorder un aommodement. Par ontre, puisqu il s agit d une déision de la plus haute our du pays, il est fort probable que si une autre personne faisait la même demande d aommodement, le port du kirpan à l éole devrait être permis à ertaines onditions (ex. : le kirpan devrait être inséré dans un étui en bois et être solidement ousu sous les vêtements). Pistes de réflexion à propos de la déision Multani 1. La déision pourrait-elle s appliquer à d autres pratiques religieuses? 2. Devrait-on bannir tout symbole religieux dans les éoles? 3. Selon toi, quel est le niveau de séurité souhaitable à ton éole? Un niveau de séurité absolu (si est le as, il n y aurait pas de iseaux ni de ompas ni de bâtons de hokey à l éole) ou un niveau de séurité raisonnable? 4. La déision serait-elle la même dans un lieu où la tolérane au risque est minimale, omme dans les aéroports? P. 7 Les aommodements raisonnables - Guide de l élève

8 Résumé de déision : Commission des droits de la personne. Collège Notre- Dame, 2001 Q C.A. LES FAITS Maud Angrignon est âgée de 11 ans. Elle souffre d un handiap qui réduit la mobilité de ses jambes. Malgré tout, elle est en mesure de marher de façon autonome et elle pratique même ertains sports, tels que la natation et le ski. Maud prépare son entrée au seondaire. Tout omme ses amies, elle rêve d étudier au Collège Notre- Dame. Cette éole aorde beauoup d importane au développement physique des élèves. D ailleurs, le programme solaire prévoit une heure d ativité physique obligatoire tous les jours. Maud se présente lors de la journée «portes ouvertes» du Collège et passe les tests d admission (ex. : français et mathématique). Maud réussit les tests, mais elle est tout de même refusée. Le Collège soutient que son handiap l empêhe de se déplaer effiaement dans l éole et de suivre les ours obligatoires d éduation physique. Maud s estime vitime de disrimination fondée sur son handiap. En plus, le Collège n a même pas envisagé d adapter son programme solaire ou les installations pour répondre à ses besoins partiuliers. Elle s adresse don à la our pour ontester la déision du Collège Notre-Dame. LA DÉCISION Commission des droits de la personne. Collège Notre- Dame, 2001 Q C.A. La our reonnaît que le Collège aorde une importane partiulière au développement physique des élèves (ex. : les ours d éduation physique obligatoires pour tous). Cette initiative est la bienvenue. Toutefois, une telle voation éduative ne permet pas d exlure tout élève qui souffre d un handiap physique. À et égard, la our mentionne qu il ne s agit pas d un programme sport-études et que l objetif premier du Collège est de prourer une formation générale aux élèves et non d en faire des athlètes. Ainsi, la our onlut que Maud est vitime de disrimination : le refus du Collège, sur la base de son handiap physique, l empêhe de fréquenter l éole omme les autres et onstitue don de la disrimination. Selon la our, la apaité physique de haque élève doit être évaluée de manière individuelle. Le Collège doit également envisager des mesures d aommodement en fontion du handiap physique d un élève en partiulier (exeptions et aménagements spéiaux) s il n en résulte pas de ontraintes exessives. La our est d avis que la apaité physique de Maud lui permet de répondre aux objetifs partiuliers du programme solaire du Collège. De plus, l intégration de Maud n entraîne pas de ontraintes exessives pour l éole (la our tient notamment ompte du fait que les lieux n ont pas besoin d être transformés à fort prix pour l aueillir). Le Collège aurait don dû admettre Maud et prévoir ertaines mesures d aommodement (ex. : lui permettre d utiliser l asenseur) pour qu elle puisse se déplaer effiaement dans l éole et puisse suivre les ours d éduation physique. P. 8 Les aommodements raisonnables - Guide de l élève

9 Pistes de réflexion à propos de la déision Collège Notre-Dame Commission des droits de la personne. Collège NotreDame, 2001 Q C.A. 1. Le Collège n a pas offert à Maud d adapter son programme solaire ou ses installations pour répondre à ses besoins partiuliers. Mais qu en est-il lorsque des élèves sont temporairement blessés ou malades? Est-e que l éole devrait prendre des mesures spéiales? 2. Selon toi, le Collège aurait-il eu le droit de prévoir une politique d admission exluant tout élève qui souffre d un handiap physique s il avait été question d un programme sport-études ayant omme prinipal objetif de former des sportifs de haut niveau? 3. Selon la our, le Collège pouvait raisonnablement prévoir des mesures d aommodement pour aider Maud dans ses déplaements et ses ativités régulières. Peux-tu en imaginer quelques-unes? 4. Selon toi, ette déision peut-elle également s appliquer dans le as d un élève qui souffre d un handiap mental? P. 9 Les aommodements raisonnables - Guide de l élève

10 Nom : Groupe : Carnet d analyse Identifiation de la règle ou de la pratique en ause : Identifiation de l aommodement raisonnable demandé : 1. La personne qui fait la demande d aommodement fait-elle l objet de disrimination? a. La règle où la pratique en ause a-t-elle pour effet d empêher la personne de bénéfiier des mêmes droits ou d avoir aès aux mêmes servies que les autres? b. Si oui, la personne est-elle désavantagée sur la base de l une des aratéristiques personnelles prévues dans les hartes? (Voir le tableau sur les motifs de disrimination interdits à la page 5.) OUI NON 2. L aommodement demandé est-il raisonnable? a. L aommodement respete-t-il les droits des autres (droit à la séurité, à la liberté, et.)? b. L aommodement respete-t-il les apaités finanières et matérielles de l établissement solaire?. L aommodement préserve-t-il le bon fontionnement de l établissement solaire? Si la réponse à toutes es questions est OUI, tu es en présene d une situation de disrimination qui peut être orrigée par un aommodement raisonnable! Déision du juge : P. 10 Les aommodements raisonnables - Guide de l élève

11 Fihe journalistique Un élève a demandé un aommodement raisonnable au direteur de ton éole. Cet événement d atualité fait beauoup jaser! À titre de journaliste à la radio étudiante de ton éole, tu es envoyé sur le terrain pour reueillir l information pertinente. Tu disposes ensuite d une minute pour résumer l état de la situation en diret. Tu peux t inspirer de la struture suivante pour réer ta apsule : Énoné introdutif : Une ourte phrase qui dérit le sujet du reportage. L objetif : apter l attention de ton auditoire! Expliations : Une ourte desription de l événement : Qui? Quoi? Quand? Où? Pourquoi? et Comment? Informations supplémentaires : Dans ette setion, l auteur peut faire mention d événements similaires ou attirer l attention du leteur sur des enjeux plus larges. Conlusion : Une ourte desription de l auteur : ton nom, ton rôle, le nom et la fréquene radio. (Ex. C était Martine Viau, journaliste à CKAM 90,2 FM) P. 11 Les aommodements raisonnables - Guide de l élève

Discrimination à l école?

Discrimination à l école? Discrimination à l école? Corrigé Situation d apprentissage et d évaluation Éthique et culture religieuse 2 e cycle du secondaire REMERCIEMENTS Éducaloi remercie M. Simon Mathias Poulin, enseignant d Éthique

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Servies à la personne by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

Questionnaire à destination des associations de LANNION

Questionnaire à destination des associations de LANNION Questionnaire à destination des assoiations de LANNION Ce questionnaire a pour objetif de mieux erner le profil atuel du monde assoiatif de LANNION. Il est rapide, faile à remplir.. et vos réponses nous

Plus en détail

Comment reconstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostics et inventaires aux niveaux forêt et parcelle

Comment reconstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostics et inventaires aux niveaux forêt et parcelle 326 Forêts et tempête Comment reonstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostis et inventaires aux niveaux forêt et parelle par Mihel Vallane et Bernard Roman-Amat Offie National des Forêts

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 RC Professionnelle by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE www.suplog.fr Tél. 01 43 13 53 34 ontat@supdelog.fr DOSSIER DE CANDIDATURE ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Collez votre photo NE PAS REMPLIR CE CADRE RÉSERVÉ AU SERVICE DES ADMISSIONS Date de réeption dossier :

Plus en détail

Personnel Pour chaque diagnostiqueur, veuillez fournir les informations suivantes : Date de la formation. Formation (durée)

Personnel Pour chaque diagnostiqueur, veuillez fournir les informations suivantes : Date de la formation. Formation (durée) 1 Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Date de réation : Possédez-vous

Plus en détail

MAT-1101-3 Arithmétique appliquée aux finances

MAT-1101-3 Arithmétique appliquée aux finances Page 1 sur 12 MAT-1101-3 Arithmétique appliquée aux finances Exemple d évaluation (formatif) Cahier de l adulte Nom de l élève Numéro de fiche Nom de l enseignant Date de naissance Centre Date de passation

Plus en détail

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison?

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison? Chapitre 2 : La police Partie 1: Contact avec la police 1. Quand puis-je être en contact avec la police? La police pourrait entrer en contact avec toi si elle a des motifs raisonnables de croire que tu

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité 1 Tourisme Pro by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer

Plus en détail

Tourisme Pro by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Tourisme Pro by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Tourisme Pro by Hisox Questionnaire préalable d assurane Tourisme Pro by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

Tourisme Pro by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Tourisme Pro by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Tourisme Pro by Hisox Questionnaire préalable d assurane Tourisme Pro by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

L admission 2015 ORIENTATION PARENTS. DEP ou DEC. Et oui, le temps des inscriptions arrive à grands pas!

L admission 2015 ORIENTATION PARENTS. DEP ou DEC. Et oui, le temps des inscriptions arrive à grands pas! L admission 2015 ÉCOLE SECONDAIRE MONT-DE-LA SALLE ORIENTATION PARENTS Et oui, le temps des inscriptions arrive à grands pas! Dès janvier, il faudra penser à son inscription pour l an prochain! Que se

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Métiers du onseil en entreprise Questionnaire préalable d assurane Identiiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

Guide de l élève. Cause # 5 : R. c. Cole. Programme citoyenneté et chartes

Guide de l élève. Cause # 5 : R. c. Cole. Programme citoyenneté et chartes Guide de l élève Cause # 5 : R. c. Cole Programme citoyenneté et chartes L EXERCICE DE PLAIDOIRIE LA PROTECTION CONSTITUTIONNELLE CONTRE LES FOUILLES ET LES SAISIES ABUSIVES R. c. Cole Cour suprême du

Plus en détail

Diagnostic Immobilier by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Diagnostic Immobilier by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Nom ou raison soiale Adresse Code postal Ville

Plus en détail

AVEC LE PACTE, t diversifiez vos recrutements, au plus près de vos besoins t donnez leur chance à des jeunes

AVEC LE PACTE, t diversifiez vos recrutements, au plus près de vos besoins t donnez leur chance à des jeunes AVEC LE PACTE, t diversifiez vos rerutements, au plus près de vos besoins t donnez leur hane à des jeunes PACTE : parours d aès auxarrières de la fontion publique territoriale, de la fontion publique hospitalière

Plus en détail

Projet de loi n o 491

Projet de loi n o 491 PREMIÈRE SESSION QUARANTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 491 Loi sur la neutralité religieuse de l État et la lutte contre l intégrisme religieux et modifiant la Charte des droits et libertés de la personne

Plus en détail

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau Géométrie dans l Espae Courbes de niveau Christophe ROSSIGNOL Année solaire 008/009 Table des matières 1 Quelques rappels 1.1 Coordonnées d un point, d un veteur................................. 1. Colinéarité

Plus en détail

LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS)

LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS) LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS) Lorsque vous faites une demande d admission au Programme d aide sociale ou au Programme de solidarité

Plus en détail

Métiers de la sécurité by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Métiers de la sécurité by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Métiers de la séurité by Hisox Questionnaire préalable d assurane Métiers de la séurité by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web

Plus en détail

Pour mettre fin à la discrimination basée sur l orientation sexuelle

Pour mettre fin à la discrimination basée sur l orientation sexuelle Pour mettre fin à la discrimination basée sur l orientation sexuelle Lors du dernier congrès de la FSSS-CSN, les délégué-es ont tenu à créer un comité des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT),

Plus en détail

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME Pour obtenir des renseignements, veuillez communiquer avec : Service de l assurance

Plus en détail

3. Veuillez indiquer votre effectif total :

3. Veuillez indiquer votre effectif total : 1 Métiers du marketing et de la ommuniation Questionnaire préalable d assurane Préambule Le présent questionnaire préalable d assurane Marketing et Communiation a pour objet de réunir des informations

Plus en détail

Bureau d études techniques by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Bureau d études techniques by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Bureau d études tehniques by Hisox Questionnaire préalable d assurane Bureau d études tehniques by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété

Plus en détail

LE JUGEMENT DE LA COUR SUPRÊME SUR LE KIRPAN

LE JUGEMENT DE LA COUR SUPRÊME SUR LE KIRPAN VIvRe ensemble BULLETIN DE LIAISON EN PASTORALE INTERCULTURELLE CENTRE JUSTICE ET FOI VOLUME 13, N 47 PRINTEMPS-ÉTÉ 2006 LE JUGEMENT DE LA COUR SUPRÊME SUR LE KIRPAN Entrevue avec Anne Saris 1 Vivre Ensemble

Plus en détail

Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite

Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite AVANT LA LECTURE 1- SURVOLER LA PAGE COUVERTURE Lire le titre, puis amener l enfant à observer la page couverture tout en l invitant à faire des

Plus en détail

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003.

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.4 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Cadre de référence en

Plus en détail

Centrales Villageoises Photovoltaïques

Centrales Villageoises Photovoltaïques Centrales Villageoises Photovoltaïques Projet Centrales Villageoises Photovoltaïques Optimisation du raordement életrique et gestion du réseau sur le village de : - Les Haies Rédateur Nom Fontion Damien

Plus en détail

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE Exemples 4B Caluls de résistane au feu Fihier : L4B-5.do OBJECTIF Familiariser le onepteur à des méthodes simples de alul de résistane au feu et d'épaisseur

Plus en détail

3.5 RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES

3.5 RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES Dans le cas de l horaire intégré : l inscription en formation professionnelle et en formation générale (jeune ou adulte, selon le Régime pédagogique applicable), le calendrier de l année scolaire en cours

Plus en détail

CLASSEMENT POUR L ÉLÈVE N AYANT PAS ATTEINT LES EXIGENCES DE FIN DE CYCLE :

CLASSEMENT POUR L ÉLÈVE N AYANT PAS ATTEINT LES EXIGENCES DE FIN DE CYCLE : G U I D E D I N F O R M A T I O N C H O I X D E C O U R S 1 re ANNÉE DU DEUXIÈME CYCLE DU SECONDAIRE (3 e secondaire) 2012-2013 Le présent guide a été rédigé afin de répondre aux questions les plus fréquemment

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Portage Salarial pour les métiers du Conseil by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms

Plus en détail

Préface. À ma mère. Van de Velde ISMN-979-0-56005-291-5

Préface. À ma mère. Van de Velde ISMN-979-0-56005-291-5 Préfae À ma mère En filigrane de es pages il y a le souvenir de ma mère Nadia Tagrine. Tout e que vous trouverez dans e livre est auprès d elle que je l ai appris. Ave ette méthode j ai voulu rendre hommage

Plus en détail

Avis de convocation. Assemblée générale mixte de PagesJaunes Groupe. le 26 avril 2007 à 17 heures à la Maison de la Chimie

Avis de convocation. Assemblée générale mixte de PagesJaunes Groupe. le 26 avril 2007 à 17 heures à la Maison de la Chimie Avis de onvoation Assemblée générale mixte de PagesJaunes Groupe le 26 avril 2007 à 17 heures à la Maison de la Chimie 28 bis, rue Saint-Dominique - 75007 Paris sommaire Comment partiiper à l Assemblée

Plus en détail

Énergie et pollution. Déroulement. Énergies non renouvelables et pollution

Énergie et pollution. Déroulement. Énergies non renouvelables et pollution Énergie et pollution 9 Objetifs Connaître les onséquenes de l utilisation des soures d énergie non renouvelables sur l environnement. Connaître les avantages et les inonvénients de haque soure d énergie.

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL POUR LES ENFANTS

LIVRET D ACCUEIL POUR LES ENFANTS ALSEA Centre de Placement Familial Spécialisé 59, rue Bobillot 87000 LIMOGES Tel : 05.55.33.33.66 Fax : 05.55.34.76.49 cpfs@alsea87.fr LIVRET D ACCUEIL POUR LES ENFANTS Le Directeur et l ensemble du personnel

Plus en détail

Questions/Réponses. Question : Vrai ou Faux? Il est interdit de faire travailler un enfant de moins de 16 ans.

Questions/Réponses. Question : Vrai ou Faux? Il est interdit de faire travailler un enfant de moins de 16 ans. Questions/Réponses CATÉGORIE : DISCRIMINATION FONDÉE SUR L ÂGE. Il est interdit de faire travailler un enfant de moins de 16 ans. Faux. Un enfant de moins de 16 ans peut travailler en dehors des heures

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-44

Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-44 Paris, le 26 mars 2013 Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-44 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à la mise en œuvre d un dispositif d identification des forces de l ordre par l apposition

Plus en détail

MON LIEU DE TRAVAIL SOUS LA LOUPE

MON LIEU DE TRAVAIL SOUS LA LOUPE Vous êtes ici : Travailler 6 e année AXE : L analyse environnementale MON LIEU DE TRAVAIL SOUS LA LOUPE 1. FICHE SIGNALÉTIQUE Description de l activité Objectif L élève réalise une analyse environnementale

Plus en détail

Guide pratique. L emploi des personnes handicapées

Guide pratique. L emploi des personnes handicapées Guide pratique L emploi des personnes handiapées Sommaire Guide pour les salariés p. 3 L'aès et le maintien dans l'emploi... 4 Les établissements et servies d aide par le travail (ÉSAT)... 10 Les entreprises

Plus en détail

Commission consultative transitoire de l Ecole Inclusive

Commission consultative transitoire de l Ecole Inclusive Commission consultative transitoire de l Ecole Inclusive Séance introductive du lundi 5 octobre 2015 5 octobre 2015 - Page 1 Organisation de la commission L instance privilégiée en matière de consultations

Plus en détail

Titre : Etude des lois de l intensité électrique Niveau : 4ème

Titre : Etude des lois de l intensité électrique Niveau : 4ème Titre : Etude des lois de l intensité électrique Niveau : 4ème Type d activité TP «virtuel» à faire à la maison Connaissances : - L intensité du courant est la même en tout point d un circuit en série.

Plus en détail

Fou de la pub. Cahier de l élève. ou pub de fou! Situation d apprentissage et d évaluation

Fou de la pub. Cahier de l élève. ou pub de fou! Situation d apprentissage et d évaluation 2 e cycle du secondaire OPTIONS Arts plastiques ou Arts plastiques et multimédia Fou de la pub ou pub de fou! Cahier de l élève Nom : SAÉ rédigée par Lyne Meloche pour le - 1 - Tâche 1 Je prends le temps

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : N. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 504 Appel No.: 2011-2457 ENTRE : N. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

Sommaire de la séquence 9

Sommaire de la séquence 9 Sommaire de la séquence 9 Tu viens de voir dans les deux séquences précédentes les mécanismes qui permettent à un couple d avoir un enfant. Toutefois, on peut souhaiter avoir des rapports sexuels sans

Plus en détail

Épisode 3 «Tout n est pas pour toi» Si t es choqué, faut en parler

Épisode 3 «Tout n est pas pour toi» Si t es choqué, faut en parler Épisode 3 «Tout n est pas pour toi» Si t es choqué, faut en parler Fiche d accompagnement Niveaux : cycle 2 et 3, 6 e Attention aux clichés, ce n est Âge pas la : 7 réalité à 12 ans Préambule L une des

Plus en détail

Info AO 2011-2012. L info AO se veut un moyen de fournir. des outils pratiques en orientation. pour le quotidien des enseignants et. des élèves.

Info AO 2011-2012. L info AO se veut un moyen de fournir. des outils pratiques en orientation. pour le quotidien des enseignants et. des élèves. L info AO se veut un moyen de fournir des outils pratiques en orientation Aide financière aux études 2011-2012 Info AO Des réponses à vos question en orientation pour le quotidien des enseignants et des

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

LES DOSSIERS PERSONNELS DE L ÉLÈVE QUESTIONS ET RÉPONSES

LES DOSSIERS PERSONNELS DE L ÉLÈVE QUESTIONS ET RÉPONSES LES DOSSIERS PERSONNELS DE L ÉLÈVE QUESTIONS ET RÉPONSES Août 2003 1. À la CSPÎ, quand ouvre-t-on un dossier d aide particulière? Lors de l étude de cas d un élève par un comité d aide, même s il n en

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346

Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346 Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346 Version PDF Référence au processus : Demande de la Partie 1 affichée le 4 février 2014 Ottawa, le 27 juin 2014 Leclerc Communication inc. Québec (Québec) Demande

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à renforcer la lutte contre le sexisme Introduction La Vice-Première

Plus en détail

Se préparer. Gérer /Partager. Analyser

Se préparer. Gérer /Partager. Analyser Contenu Objectifs pédagogiques :... 3 Cycle d évaluation d une vidéo... 3... 3 Installer Ubersense... 4 Avant de démarrer... 4 Scénariser... 4 Préparer son matériel... 4 CrÉer la vidéo... 5 S installer...

Plus en détail

Arithmétique appliquée aux finances MAT-P101-4

Arithmétique appliquée aux finances MAT-P101-4 Arithmétique appliquée aux finances MAT-P101-4 Cahier de l adulte Exemple d évaluation (formatif) Nom de l'élève Numéro de fiche Nom de l'enseignant Date de naissance Centre Date de passation Commission

Plus en détail

07.11.12. Les problèmes juridiques dans la vie quotidienne. Autonomie et protection de personnes atteintes de démence

07.11.12. Les problèmes juridiques dans la vie quotidienne. Autonomie et protection de personnes atteintes de démence Formation continue de l Association Alzheimer Suisse Autonomie et protection de personnes atteintes de démence Marianne Wolfensberger Lausanne, 6 novembre 2012 Abandon Mandat pour cause d inaptitude Tutelle

Plus en détail

Demande d'allocation Personnalisée d'autonomie d une personne de 60 ans ou plus

Demande d'allocation Personnalisée d'autonomie d une personne de 60 ans ou plus Demande d'alloation Personnalisée d'autonomie d une personne de 60 ans ou plus NOM... Prénom... Adresse. Je soussigné(e) le demandeur :... le représentant agissant en qualité de... Délare avoir joint à

Plus en détail

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA VIE PRIVEE

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA VIE PRIVEE Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA VIE PRIVEE 0 Page2 Sommaire Le droit au respect de la vie privée des personnes hospitalisées et des personnes prises en charge dans des structures médico-sociales... 3 Qu

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE PARTICIPATION POUR LES ORGANISATEURS DE MANIFESTATIONS DE LA CAMPAGNE «ANNEE DU JARDIN 2016 ESPACE DE RENCONTRES»

CONDITIONS GENERALES DE PARTICIPATION POUR LES ORGANISATEURS DE MANIFESTATIONS DE LA CAMPAGNE «ANNEE DU JARDIN 2016 ESPACE DE RENCONTRES» GARTENJAHR ANNEE DU JARDIN ANNO DEL GIARDINO ONN DAL CURTIN 2016 RAUM FÜR BEGEGNUNGEN ESPACE DE RENCONTRES SPAZIO PER INCONTRI SPAZI PER INSCUNTERS CONDITIONS GENERALES DE PARTICIPATION POUR LES ORGANISATEURS

Plus en détail

CODE DE VIE 2013-2014

CODE DE VIE 2013-2014 CODE DE VIE 2013-2014 1. ASSIDUITÉ J assiste obligatoirement à tous mes cours. Je fais tous les travaux demandés et je les remets à temps. Après une absence ou à la demande des enseignants, je me présente

Plus en détail

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE Septembre 2012 Les renseignements et données contenus dans le présent bulletin ont été rédigés par l Ordre des comptables agréés du Québec sous la direction de Monsieur Gilles Chiasson. Ils sont notamment

Plus en détail

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0)

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0) Année scolaire 2006-2007 Parcours Programme de DANSE (506.A0) Marlène Parent, conseillère pédagogique Local 1001-4, poste tél. 243 (Courriel : parentm@cdrummond.qc.ca) Département de Danse, local 1908,

Plus en détail

Dossiers personnels de l élève

Dossiers personnels de l élève Dossiers personnels de l élève Pauline Ladouceur Octobre 2008 - 2 - Principes de base à respecter: La protection des renseignements personnels repose sur trois principes de base : le nombre de renseignements

Plus en détail

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence :

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence : STAGIAIRE - DEMANDE D INSCRIPTION AU STAGE AVOCAT - DEMANDE D AUTORISATION D AGIR COMME MAÎTRE DE STAGE Articles 26, 27, 28 et 29 du Règlement sur la formation professionnelle des avocats Ce formulaire

Plus en détail

POLITIQUE DE PREMIERS SECOURS ET PREMIERS SOINS ONGLET 18

POLITIQUE DE PREMIERS SECOURS ET PREMIERS SOINS ONGLET 18 POLITIQUE DE PREMIERS SECOURS ET PREMIERS SOINS ONGLET 18 Date Résolution Adoptée 9 mai 1995 CC-4022-95 Réadoptée 18 août 1998 CC-172-98 La Commission scolaire Harricana, consciente de ses responsabilités

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues. DELF Prim A2. Livret de l examinateur. Production orale PMA22S008 04/06/13

Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues. DELF Prim A2. Livret de l examinateur. Production orale PMA22S008 04/06/13 Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues Livret de l examinateur Production orale PMA22S008 04/06/13 Épreuve de production / interaction orale 25 points Cette épreuve est composée

Plus en détail

LES CINQ PRINCIPAUX ARRÊTS DE 2012

LES CINQ PRINCIPAUX ARRÊTS DE 2012 Chaque année, au cours de l Institut estival de droit du ROEJ à Toronto, un juge de la Cour d appel de l Ontario choisit cinq causes d importance sur le plan éducationnel. Le présent résumé, fondé sur

Plus en détail

Comment un locataire peut résilier une location

Comment un locataire peut résilier une location Comment un locataire peut résilier une location Renseignements fournis dans cette brochure L entente de location conclue entre un locateur et un locataire s appelle une convention de location. La Loi sur

Plus en détail

Bourses de La Fondation de l ÉNC 2014 2015

Bourses de La Fondation de l ÉNC 2014 2015 Bourses de La Fondation de l ÉNC 2014 2015 Date limite 1 er octobre Guide d information. o Conditions d admissibilité o Critères d évaluation des demandes o Modalités d admission o Calendrier du traitement

Plus en détail

14. Projet d écoute. Français 20-2. Extrait de roman : En porcelaine. Cahier de l élève. Nom :

14. Projet d écoute. Français 20-2. Extrait de roman : En porcelaine. Cahier de l élève. Nom : 14. Projet d écoute Extrait de roman : En porcelaine Français 20-2 Cahier de l élève Nom : En porcelaine DESCRIPTION DU PROJET Les parents qui se quittent est une réalité que toi ou tes proches connaissez

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

Dossier pédagogique Raconte-moi le musée

Dossier pédagogique Raconte-moi le musée Dossier pédagogique Raconte-moi le musée Activité offerte aux élèves du premier cycle du primaire Musée Marguerite-Bourgeoys Page 1 Table des matières Raconte-moi le musée Avant votre visite au Musée Vous

Plus en détail

Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation

Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation Dès le 1er septembre 2014, la nouvelle réglementation concernant les risques psychosociaux sera d application. De récentes modifications ont été apportées

Plus en détail

B CHIFFRES CLÉ S FONDATION INSA DE LYON

B CHIFFRES CLÉ S FONDATION INSA DE LYON F O N D AT I O N I N S A D E LY O N Près de 11 millions d euros levés en 4 ans auprès de 16 entreprises méènes et partenaires 5 Chaires réées pour une dotation globale de plus de 2 millions d euros une

Plus en détail

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 CHRONIQUE TPS/TVQ 231 BONNE FOI : CRÉDITS ET REMBOURSEMENTS DE TAXE SUR INTRANTS LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 2.

Plus en détail

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels F H/LD/WG/5/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 7 OCTOBRE 2015 Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Plus en détail

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement B. Charte, règlements, sanctions, encadrement «le futur citoyen n a pas seulement à apprendre à obéir à la loi mais aussi à la faire avec les autres. Dès lors, du coté de l élève, il ne s agit pas de se

Plus en détail

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle!

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle! Ma première assurance auto Je suis en contrôle! L assurance auto, c est obligatoire! Obligatoire L assurance auto sert d abord à couvrir les dommages que tu pourrais causer aux autres. Ça s appelle la

Plus en détail

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie Confidentiel Disposition de fin de vie DoumentHumain Mes volontés juridiquement obligatoires pour ma vie, mes périodes de souffrane, mes derniers moments et ma mort Institut interdisiplinaire d éthique

Plus en détail

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons :

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons : http://www.lecap.be/ Octobre 2014 /2 Madame, Monsieur, La loi sur le bien-être du 4 août 1976 consacre un chapitre entier aux mesures que l'employeur doit prendre afin d'éviter que ses collaborateurs ne

Plus en détail

Professionnels de l art by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Professionnels de l art by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Professionnels de l art by Hisox Questionnaire préalable d assurane Votre interlouteur: Buzz Assurane Servie lients - BP 105 83061 Toulon Cedex prodution@buzzassurane.om La ommunauté des olletionneurs

Plus en détail

Règlement intérieur de la Médiathèque Municipale Croq Pages

Règlement intérieur de la Médiathèque Municipale Croq Pages Règlement intérieur de la Médiathèque Municipale Croq Pages Préambule La Médiathèque Municipale Croq Pages (dénommée simplement Médiathèque dans la suite de ce règlement) est un service public, culturel

Plus en détail

RÈGLEMENT N 3 DÉTERMINANT LES CONDITIONS D ADMISSION DANS LES PROGRAMMES D ÉTUDES AU CÉGEP GÉRALD-GODIN

RÈGLEMENT N 3 DÉTERMINANT LES CONDITIONS D ADMISSION DANS LES PROGRAMMES D ÉTUDES AU CÉGEP GÉRALD-GODIN RÈGLEMENT N 3 DÉTERMINANT LES CONDITIONS D ADMISSION DANS LES PROGRAMMES D ÉTUDES AU CÉGEP GÉRALD-GODIN Adopté par le Conseil d administration le 10 février 2015 (résolution n CA-015-0915) Déposé au ministère

Plus en détail

4. Dois-je être informé(e) de ce droit aux services d un avocat?

4. Dois-je être informé(e) de ce droit aux services d un avocat? Chapitre 3 : Avocats Partie 1 : Le droit aux services d un avocat 1. Quand ai-je besoin d un avocat? Tu devrais parler à un avocat dans tous les cas où tu es accusé(e)* d avoir enfreint la loi, tu es arrêté(e)

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Article 2 : Promotion et offre

CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Article 2 : Promotion et offre CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Ces conditions générales sont applicables aux contrats d organisation et d intermédiaire de voyages, tels que définis par la loi du 16 février 1994

Plus en détail

Ce que les parents devraient savoir

Ce que les parents devraient savoir Renvoi : Ce que les parents devraient savoir Un climat positif à l école et un milieu d apprentissage et d enseignement sécuritaire sont indispensables à la réussite scolaire des élèves. Un climat positif

Plus en détail

Réintégrer son logement

Réintégrer son logement Accès au logement interdit illégalement Mon locateur peut-il m empêcher d entrer dans Aux termes de la loi, qui peut m obliger à quitter mon logement? Il est illégal pour votre locateur de vous empêcher

Plus en détail

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas!

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas! X-infos L ATUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014 Édito Tous a vos agendas! La soiété SPL-Xdemat s apprête à vivre pour la première fois de sa jeune existene, les életions muniipales. Et ompte tenu du

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI SCT/S2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 29 mars 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

À noter (partie 2) Que faire après la prise de notes? et Prise de notes à partir de manuels scolaires

À noter (partie 2) Que faire après la prise de notes? et Prise de notes à partir de manuels scolaires À noter (partie 2) Que faire après la prise de notes? et Prise de notes à partir de manuels scolaires Apprentissage critique Adopter un comportement approprié après la prise de notes. S exercer à prendre

Plus en détail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail ANNEXE AU RÈGLEMENT DE TRAVAIL ; protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail Domaine d application L employeur et

Plus en détail

FICHE PRATIQUE Les pauses au travail

FICHE PRATIQUE Les pauses au travail FICHE PRATIQUE Les pauses au travail La santé des salariés est protégée par une règlementation stricte sur les durées maximales du temps de travail journalier, hebdomadaire, les droits à pause et repos.

Plus en détail

La présente traduction de l accord de swap, rédigé en anglais à l origine, n a qu un but informatif. Seul l original anglais fait foi.

La présente traduction de l accord de swap, rédigé en anglais à l origine, n a qu un but informatif. Seul l original anglais fait foi. La présente traduction de l accord de swap, rédigé en anglais à l origine, n a qu un but informatif. Seul l original anglais fait foi. ACCORD DE SWAP DE DOLLARS CANADIENS CONTRE DES DOLLARS AMÉRICAINS

Plus en détail

Diplôme d études en langue française. DELF Prim A2. Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues

Diplôme d études en langue française. DELF Prim A2. Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues Diplôme d études en langue française Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues Transcription des documents audio Épreuves collectives Durée Note sur Compréhension de l'oral Réponse

Plus en détail

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction Statistique Informatique Mathématique appliquées Novembre 3 MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introdution Les artes de ontrôle sont

Plus en détail