Luxembourg réveille-toi! Les leçons que le pays se doit de tirer après cinq années de crise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Luxembourg réveille-toi! Les leçons que le pays se doit de tirer après cinq années de crise"

Transcription

1 PAR GEORGES BOCK, «La définition de la folie c est de répéter encore et encore la même action et de s attendre à des résultats différents» (Albert Einstein) Le Luxembourg est régulièrement cité en exemple par nos partenaires économiques étrangers pour la faculté d adaptation de son économie et sa grande flexibilité. Pour les luxembourgeois euxmêmes, il s agit bien souvent d un motif de fierté et d un atout mis en avant dans le but d attirer les investisseurs au Grand-Duché. La brochure intitulée «L économie luxembourgeoise» publiée sur le site internet public affirme ainsi que «le Luxembourg a su transformer sa faiblesse apparente qu est la petite taille du pays en une véritable force. Les relations étroites entre les opérateurs économiques et les décideurs politiques assurent une concertation permanente et une conjugaison optimale des forces qui culminent dans une capacité et une rapidité d adaptation aux marchés en mouvance permanente, donnant à coup sûr au Luxembourg une longueur d avance sur ses concurrents.» Pourtant, cette affirmation, pour fondée historiquement qu elle puisse être, se révèle quelque peu flatteuse ou complaisante lorsque l on considère la tendance observable sur les dix à quinze dernières années. L autosatisfaction du marketing public ne suffit pas à masquer la réalité du terrain. Le Luxembourg est petit à petit en train de perdre ce qui avait jusqu à présent constitué sa principale force: sa capacité à évoluer. La compétitivité, constitue un indicateur intéressant, même s il y en existe d autres, de la capacité d adaptation d une économie. La pertinence des classements internationaux peut toujours être discutée toutefois, le constat est là: le Grand-Duché perd régulièrement en compétitivité au niveau international et se classe ainsi au 22 e rang en termes de compétitivité Morgen im Luxemburger Wort Luxembourg réveille-toi! Les leçons que le pays se doit de tirer après cinq années de crise Résidents nationaux 62% 22 57% 52% globale sur les 144 économies étudiées par le Forum économique mondial dans son rapport sur la compétitivité mondiale , alors qu il se classait encore 1 e en 21. Le Luxembourg continue ainsi à perdre du terrain face à ses principaux concurrents que sont la Suisse (1 re du classement), les Pays-Bas (5 e ) ou encore le Royaume-Uni (qui passe ainsi de la 24 e à la 8 e place). De la difficulté à réformer le pays L une des raisons majeures de ce phénomène tient à l évolution de la structure socioprofessionnelle du pays au cours des trente dernières années. Les évolutions économiques et démographiques sur la période ont en effet fait basculer la composition du corps électoral, modifiant en profondeur les termes du dialogue nécessaire entre les catégories socioprofessionnelles afin de faire évoluer le pays de façon saine et équilibrée. Pendant très longtemps, les emplois publics ont été exclusivement réservés aux personnes de nationalité luxembourgeoise et, même si cette restriction a disparu depuis peu, ils demeurent aujourd hui encore très majoritairement occupés par des nationaux, indépendamment de l immigration forte qu a connue le Luxembourg depuis la fin des années 196. Le secteur public au sens large regroupe ainsi à l heure actuelle une proportion très élevée Interview mit Xavier Bettel Spitzenkandidat der DP Résidents étrangers 89% 88% Secteur public & assimilé 22 (SOURCE: RAPPORT ANNUEL DE L AGENCE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L EMPLOI POUR LES ANNÉES ET 22) d électeurs, proportion qui devient plus importante encore si l on y ajoute les pensionnés du secteur public et les personnes travaillant dans des secteurs conventionnés assimilés à la fonction publique. En parallèle, le secteur financier, également en forte croissance depuis trente ans, a été nourri en grande partie par une population immigrée et frontalière qui ne peut donc pas exprimer son opinion par le biais du suffrage universel. Les chiffres de l emploi salarié au Luxembourg au 31 mars publiés par l Agence pour le développement de l emploi dans son rapport annuel sont, à ce sujet, forts éloquents, tout particulièrement lorsque l on les compare aux données plus anciennes. Comme l illustrent les graphiques ci-dessus, si l on s intéresse aux années, 22 et et que l on s interroge sur la répartition professionnelle (entre le secteur privé et le secteur public et assimilé) des salariés nationaux, on est frappé de constater la désaffection progressive du secteur privé par les salariés nationaux. Alors que ceux-ci étaient encore environ 62% à travailler dans le secteur privé en (contre 38% dans le secteur public et assimilé), ils n étaient plus que 57% en 22 et 52% en. En d autres termes, près d un électeur sur deux (pour les luxembourgeois bénéficiant d un emploi salarié au Grand-Duché) est un fonctionnaire ou assimilé (au 31 mars ). Dans le même temps, la répartition entre secteurs privé et public des résidents non-nationaux se révèle d une grande stabilité sur la période autour de 89 % dans le secteur privé et seulement 11 % dans le secteur public et assimilé. On observe, de même, une évolution notable de la provenance des salariés travaillant dans le secteur privé. En effet, entre et la part représentée par les nationaux n a, là aussi, cessé de chuter sur la période pour passer de 33 % en, à 25 % en 22 et seulement 19% en alors que dans le même temps celle des résidents non-nationaux était stable autour de 3 %. Dans les deux cas, la variable d ajustement a, par conséquent, été les travailleurs frontaliers. Ainsi, comme le relevait également la Chambre de Commerce en mars. «Le secteur public est de plus en plus prisé dans la mesure où les effectifs luxembourgeois travaillant dans ce secteur ont progressé de 3 % entre 1995 et 28. Ce même chiffre n atteint 89% 22 88% 62% 57% 52% Résidents nationaux Résidents étrangers que 3% dans les autres branches.» La répartition des travailleurs salariés ayant un emploi par origine et secteur d activité fin 21 communiqué par la Statec confirme cette analyse, comme le montre le graphique ci-dessous. Rapporter ces chiffres concernant le marché du travail national à la composition du corps électoral permet de mesurer l ampleur de la transformation de la structure socioprofessionnelle du pays que nous décrivions précédemment. En effet, comme le montre le graphique ci-dessous, sur les quelques 224. électeurs que comptait le pays en 21, environ 21%, étaient des employés dans le secteur public (chiffre qui pourrait même être supérieur si la catégorie des «assimilés au secteur Répartition des salariés par origine et par secteur en %, Administration publique Etudiants (7.8%) Au foyer (12.6%) Services Soins et Santé Education Chômeurs (2.6%) Retraités (21.2%) Activités immobilières Commerce Autres (5.9%) Activités financières Sans emploi Fabrication 5.1% 49.9% public» avait été agrégée à celle des fonctionnaires stricto sensu) et environ 5% des non-actifs, y compris environ 14. pensionnés dont beaucoup sont d anciens salariés du secteur public. Si l on s interroge sur l impact potentiel de ce phénomène dont personne ne peut nier l ampleur sur la faculté d adaptation du pays, peut-être est-il intéressant de se souvenir que lors de la crise sidérurgique, chaque luxembourgeois ou presque avait dans son entourage immédiat au moins une personne, mais bien souvent beaucoup plus, touchée directement ou indirectement par celle-ci. Il s ensuivait une prise de conscience et une compréhension spontanée de la situation délicate que ce secteur traversait de la part d une grande partie du corps électoral, ainsi qu une acceptation de l idée de renoncer à certains privilèges dans l intérêt du développement du pays et des générations à venir. Ainsi le Gouvernement avait-t-il certainement eu à l époque plus de facilité à essuyer les critiques et à faire accepter politiquement les mesures de correction qui s imposaient. *Georges Bock est Managing Partner, Flora Castellani est Director Tax et Emilien Lebas est Manager Tax chez KPMG Luxembourg s.àr.l. 1 World economic forum, Klaus Schwab, «The global Competitiveness -213». Hôtels, restaurants, cafés Construction Employés Luxembourgeois Etrangers Frontaliers Secteur public (22.1%) (27.8%)

2 Luxembourg réveille-toi! PAR GEORGES BOCK, Quelles sont les leçons que le pays se doit de tirer après cinq années de crise? La première partie de cette analyse a été publiée dans l'édition du 15 octobre. La crise économique et financière que traverse le Luxembourg depuis plus de dix ans est comparable, dans une certaine mesure, à la crise sidérurgique des années 198. Il apparaît, pourtant, que la prise de conscience de ces difficultés dans la population luxembourgeoise est encore assez vague ou lointaine. La structure socioprofessionnelle décrit précédemment, marquée par une très forte place du secteur public, est sans doute une des raisons principales de cette situation. Cette structure sociale rend en effet quasi-impossible la mise en œuvre du processus démocratique qui devrait permettre l adoption de mesures de correction et de modernisation de notre modèle de croissance, et entraîne à l inverse immobilisme et résistance au changement de la part d hommes et de femmes politiques soucieux de ne pas froisser des électeurs conservateurs ou peu au fait des réalités économiques actuelles. Déjà lors de l éclatement de la bulle internet au début des années 2, les faiblesses structurelles de notre économie sont apparues au grand jour pour qui voulait bien voir la vérité en face. Pourtant, à l époque rien, ou bien peu, a été fait la partie de la classe politique nationale et des syndicats préférant miser sur un hypothétique rebond conjoncturel pour repousser à plus tard les ajustements structurels qu il eut été utile d effectuer l ayant malheureusement emporté sur les courants plus réformateurs. L économie nationale étant finalement repartie rapidement après l éclattement de la bulle internet à la faveur du développement économique importé par l explosion au niveau mondial des échanges et des services financiers, la seule réponse politique à nouveau apportée en 28 lors de la nouvelle crise économique dite des «subprimes», consista à faire le dos rond en attendant que l orage ne passe. Cette stratégie de l autruche ayant eu des résultats satisfaisants à court terme en 2, en ce qu elle a permis masquer temporairement une bonne partie des difficultés structurelles de l économie nationale, pourquoi ne le ferait-elle pas à nouveau, s est-on certainement dit à l époque? «On ne change pas une équipe qui gagne», affirme l adage. Sauf que cette fois, l équipe n a pas gagné car aucune aide extérieure n est venue de la part de nos partenaires économiques qui, pour la plupart, rencontraient des difficultés au moins aussi sévères que les nôtres. Or, en économie comme dans le sport, les rebonds conjoncturels ne peuvent pas éternellement cacher, ni a fortiori résoudre, les faiblesses structurelles de l équipe. Tout au plus permettentils de gagner du temps, mais du temps l économie luxembourgeoise, qui vient de perdre dix ans dans un immobilisme quasi-complet, n en a plus. Les ajustements qui sont indispensables pour que notre économie reparte sur des bases saines et de manière durable et qui auraient sans doute été déjà douloureux au début des années 2, le seront malheureusement plus encore aujourd hui, mais bien moins qu ils ne le seront demain si le Luxembourg continue à s enfermer dans un immobilisme certain. Face au défi du rétablissement de la capacité d adaptation de notre économie, six enjeux majeurs se présenteront à la future équipe gouvernementale dans les domaines suivant: régulation et la liberté d entreprendre, simplification administrative, environnement juridique et fiscal, level playing field, éducation et innovation. Education Level playing field Innovation Luxembourg Environnement juridique et fiscal Régulation et liberté d entreprendre La crise de 28 a sans conteste démontré les dangers du défaut de régulation de l économie en générale, et de l économie financière en particulier. Les excès auxquels a conduit cette absence de la puissance publique, au niveau des Etats aussi bien qu à l échelon international, tiennent une lourde part de responsabilité dans le déclenchement de la crise économique et financière actuelle. Personne aujourd hui ne le nie. Toutefois, à la faveur d un effet de balancier qui était malheureusement prévisible, c est le phénomène inverse de surrégulation qui menace aujourd hui la reprise de la croissance économique. En effet, si le manque de régulation a pu dans un passé récent causer des ravages, le fait de penser que l édiction de nouvelles normes toujours plus rigides et contraignantes, apportera une solution à toutes les difficultés que traversent les économies occidentales, menace en réalité ces dernières d un péril tout aussi grand. Certes, si on ne peut nier que le libéralisme économique, l économie de marché et la concurrence ne fonctionnent pas toujours de manière optimale, il n en demeure pas moins vrai que ces éléments restent à l heure actuelle l unique, ou en tout cas le plus fiable, moteur de croissance et de diffusion de la prospérité. D autres modèles ont été testés avec les conséquences que l on connaît. La liberté d entreprendre est nécessaire à la création de richesse et la concurrence bien réglementée constitue la meilleure des protections pour le consommateur et le plus sûr moyen de produire collectivement de la richesse. En cas d insatisfaction, le consommateur a en effet toujours la possibilité, de réagir en faisant jouer la concurrence. L intérêt de l entreprise étant de fidéliser sa clientèle et protéger sa réputation, celle-ci aura toujours intérêt à fournir des biens et services qui satisfassent le consommateur. Dans le contexte de l économie mondialisée actuelle, les leviers que peuvent véritablement actionner les Etats sont de plus en plus rares. Les règles internationales et européennes ont, dans bien des domaines, pris le pas sur les règles nationales, réduisant fortement les marges de manœuvre des législateurs nationaux. On peut le regretter ou s en réjouir, en tout état de cause, le constat ne suscite guère le débat aujourd hui. Est-ce à dire pour autant que le législateur luxembourgeois se trouve totalement démuni, désarmé? Non, fort heureusement. Il existe encore des domaines dans lesquels celui-ci dispose encore d un réel pouvoir décisionnel. Identifier ceux-ci et laisser les autres domaines, dont on a pu voir qu ils étaient déjà suffisamment contraints par les normes supranationales, aux citoyens et à ce qui demeure encore de la liberté d entreprendre, voilà à notre sens ce que devrait être la mission d un parlement moderne et efficace économiquement. Dans le cadre des efforts tendant à augmenter la compétitivité de l économie luxembourgeoise, il apparaît ainsi indispensable de mettre en place un environnement propice à la création et au développement d activités économiques. Pour ce Régulation et liberté d entreprendre Simplification administrative (SOURCE: RAPPORT ANNUEL DE L AGENCE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L EMPLOI POUR LES ANNÉES ET 22) faire, il est nécessaire d avoir un cadre réglementaire souple et adapté et d intensifier les efforts visant à alléger la charge réglementaire pesant sur les entreprises qui constitue une entrave à l activité économique. Jean Guill, directeur de la «Commission de surveillance du secteur financier» (CSSF), a ainsi pu rappeler de manière fort opportune au cours de son intervention à la conférence d automne de l «Association luxembourgeoise des fonds d investissement» (ALFI) que l industrie des fonds d investissement avait, par exemple, connu un véritable «tsunami de régulation» et a mis en garde contre la tentation de «sur-réguler» le secteur au risque de l asphyxier. Des élections décisives: Quel avenir pour le L Simplification administrative Au-delà même du cadre réglementaire lui-même c est également la pratique administrative qu il convient de moderniser. Celle-ci demeure en effet trop souvent sclérosée par le poids, des procédures administratives, des querelles de clocher ou tout simplement des habitudes. La communication entre les services administratifs se révèle encore trop souvent en-dessous de nos ambitions collectives et, plus encore, des besoins qui sont ceux des activités à haute valeur ajoutée et des professionnels les exerçant que le Grand-Duché veut et même doit être en mesure d attirer étant donné la structure de coûts de l économie nationale. Ainsi, il nous semble devenu impératif de faire de la simplification administrative (que ce soit à l échelon national ou à l échelon local) une véritable priorité, voire même un enjeu national, comme le réclame également l Union des entreprises luxembourgeoises dans son rapport «Les Essentiels de la Compétitivité» de juillet dernier. Un exemple parmi de nombreux autres permettra d illustrer notre propos. Lorsque l on compare le temps nécessaire pour la création d une entreprise nouvelle dans les différents pays, comme l a tout récemment fait le «Forum économique mondial» dans son rapport sur la compétitivité mondiale -213, on est frappé, mais malheureusement pas surpris, de constater que le Luxembourg se classe particulièrement mal dans le palmarès. En effet, parmi les 144 économies étudiées dans le cadre du rapport, le Luxembourg se classe 47 e sur le critère du nombre de procédures nécessaires au lancement d un nouveau business (avec 6 procédures) et 8 e sur le critère du nombre de jour nécessaires pour ce faire (avec 19 jours). Plus généralement, dans ce même rapport, le «Forum économique mondial» a conduit une étude très intéressante auprès d un panel représentatif de professionnels (business executives) de chacune des économies étudiées en leur demandant d identifier parmi une liste de 16 facteurs les cinq qui leur semblaient les plus problématiques pour les affaires dans leur pays. Pour le Luxembourg, les cinq facteurs qui se sont dégagés nettement des réponses reçues sont, par ordre d importance, la rigidité des règles régissant le marché du travail (17,5 %), la bureaucratie (17,3%), la capacité insuffisante à innover (12,8 %), l inadéquation de la formation de la force de travail (11,7 %) et l inflation (11,2 %). Ceci montre une fois encore, c est en se souvenant de ce qui a fait la force de l économie luxembourgeoise dans le passé, la culture du dialogue, les «chemins courts», la réactivité, que nous construirons les bases de nos succès de demain. Environnement juridique et fiscal Dans le contexte économique actuel de concurrence internationale accrue, se pose la question des futurs leviers de croissance qui devront être activés afin de garantir l attractivité future du Luxembourg. Le Grand-Duché doit, en effet, réfléchir dès maintenant aux moyens de promouvoir un environnement juridique, réglementaire et fiscal moderne et innovant, tout en demeurant respectueux des standards internationaux et européens les plus largement partagés, comme il l a toujours fait. Dans notre économie mondialisée et à l heure de la transparence et d un échange accru et rapide de l information, l acceptabilité internationale des décisions prises au niveau national est en effet un défi majeur qu il n est plus possible d ignorer. Pour ce faire, une vision stratégique à long terme adossée à un plan d actions précis est impérative. Ce n est pas d une mesure ou même d un ensemble de mesures, pour favorables à l économie qu elles puissent être, dont le pays a besoin, mais bien de redéfinir son modèle afin que celui-ci soit plus clair, plus lisible, plus moderne et plus cohérent. Les bouleversements récents ont fortement perturbé des investis-

3 xembourg? A qui porter sa confiance? seurs internationaux pour lesquels la stabilité et la prévisibilité du cadre juridique, réglementaire et fiscal dans le lieu de leur investissement sont absolument cruciales. Or, alors que ces éléments ont traditionnellement constitué un atout majeur du Luxembourg, nous avons assisté au cours de ces dernières années à une remis en cause progressive de ce qui représentait en quelque sorte la marque de fabrique du pays. Ainsi, alors qu en 29, la réduction du taux d impôt sur le revenu des collectivités de 29,63 % à 28,59 % (pour les collectivités établies à Luxembourg-Ville) avait été très favorable à l économie nationale, cette dynamique positive n a malheureusement pas résisté à la crise financière. Alors que le gouvernement évoquait encore en 29 un objectif de ramener (sur une période de cinq ans) le taux d imposition global des sociétés à un niveau proche des 25,5 %, celui-ci a au contraire été augmenté à 28,8 % en 211, puis à 29,22 % en 213. Comme nous avons eu l occasion de l exprimer précédemment, ces mouvements erratiques relevant d une stratégie de très court terme sont inadaptés pour répondre à des problématiques de déficit budgétaire structurel et s avèrent mêmes dangereux à plus longue échéance. Au-delà même de l inversion de la dynamique positive que nous évoquions, c est l instabilité des règles applicables, que l on ne peut que regretter alors même que, comme on l a dit, la stabilité et la compétitivité de l environnement juridique et économique du Grand-Duché constituent de longue date deux des atouts principaux du pays aux yeux des investisseurs internationaux. Pourtant certains projets de réforme sont mis aujourd hui sur la table qui révèlent la méconnaissance profonde de leurs promoteurs de l économie ouverte dans laquelle évolue le Luxembourg. A titre d illustration, imaginer augmenter la taxe d abonnement dont sont redevables les fonds d investissements établis au Luxembourg relève d une erreur d analyse fondamentale et potentiellement funeste. Dans un environnement dans lequel le Luxembourg souffre déjà d un désavantage compétitif puisque bon nombre de places financières concurrentes à celle du Grand-Duché ne prélèvent aucune imposition au niveau des fonds d investissements, concentrant celle-ci au niveau des investisseurs eux-mêmes, une telle suggestion démontre à quel point certaines propositions sont éloignées de la réalité du marché et de la compétition internationale. Les fonds d investissements constituent, il est vrai, une cible facile et d autant plus tentante qu elle a le mérite de ne pas voter. Sans doute des solutions à court terme devaient-elles être trouvées pour préserver l équilibre des finances publiques fortement menacé dans le contexte économique européen dégradé. Toutefois, ces mesures d exceptions doivent être choisies avec précaution et clairvoyance et ne peuvent en tout état de cause pas devenir pérennes, sauf à remettre durablement en question l attractivité du Luxembourg. Level playing field Une économie ouverte comme peut l être celle du Luxembourg ne peut se développer et croître que dans le contexte d un accès aux marchés à des conditions égales pour tous et (PHOTO: ANOUK ANTONY) où tous les Etats ont les mêmes capacités à être compétitifs. C est ce que l on entend généralement par l idée de «level playing field». Or, la rupture de l égalité et de la compétitivité dans l accès aux marchés nationaux prend souvent des formes plus subtiles et indirectes que la simple mise en place de barrières réglementaires ou tarifaires officielles (désormais quasi-impossible). Ainsi, certains dispositifs réglementaires tout comme certaines postures adoptées par les autorités publiques qui ont, à première vue, une portée uniquement nationale, ne semblent ainsi pas toujours entièrement dénuées d arrière-pensées protectionnistes. Dans ce contexte, le Luxembourg a bien souvent peiné à se défendre face aux attaques dont il a fait l objet. Pourtant, c est avec beaucoup de justesse que Matthew Valencia, journaliste à «The Economist», affirme dans un article récent que «certains des plus grands paradis fiscaux sont en fait des économies de l OCDE, y compris les Etats-Unis et le Royaume-Uni que beaucoup verraient comme fermement,onshore.» Comme le montrent certaines données rassemblées par la Banque Mondiale, citées par Matthew Valencia, les «sociétés écran» («shell companies») incorporées dans les Etats américains du Delaware et du Nevada, pour ne citer que cet exemple, constituent le véhicule le plus populaire auprès des trafiquants de tous genres et autres adeptes de la corruption de fonctionnaires publics. Dans une étude publiée en et conduite par le Professeur Sharman de l Université Griffiths, les auteurs ont approché des domiciliataires de sociétés écran sous l apparence de fonctionnaires corrompus ou de trafiquants disposant d argent à blanchir. Ils ont révélé que certains Etats de l OCDE étaient en réalité moins en règle vis-à-vis des standards internationaux en matière de transparence que la plupart des paradis fiscaux réels ou supposés que ces derniers pointent pourtant volontiers du doigt. Ainsi, l existence d une certaine hypocrisie, voire d une hypocrisie certaine, dans les discours tenus par certaines personnalités politiques étrangères de premier plan ne faitelle aucun doute. Celle-ci consiste à masquer derrière l affichage de principes moraux, ou la défense de dispositions réglementaires ou techniques, des objectifs réels beaucoup plus prosaïques tels que la collecte de recettes budgétaires supplémentaires et un certain rééquilibrage en leur faveur dans le cadre de la compétition économique internationale à laquelle se livrent les Etats. L exemple du Royaume-Uni nous semble particulièrement frappant à cet égard. Il s agit en effet d un pays à la fois à l avant-garde lorsqu il s agit de dénoncer chez les autres l opacité ou l agressivité supposées des régimes réglementaires ou fiscaux, mais qui ne se prive pas luimême de jouer à fond la carte de la compétition internationale, y compris dans le domaine fiscal. Depuis 21, on a ainsi pu entendre à de nombreuses reprises le Premier ministre anglais, David Cameron, dénoncer le comportement de certains acteurs impliqués dans des transactions d optimisation fiscale, notamment lors du récent forum économique mondial de Davos, comme étant moralement répréhensibles, alors que la légalité desdites transactions n était pas contestée 3. Cette leçon de morale n a pas pour autant empêché le Royaume-Uni d annoncer tout récemment parmi d autres mesures du même type une réduction de son taux d impôt sur les sociétés à 2 % à compter de 215. Pour rappel, ce taux était de 28 % en , puis a été ramené à 26 % en 211- puis à 23 % en 213. Dans le même sens, le Royaume- Uni a également rendu public la création d un régime fiscal favorable pour les sociétés détenant des droits de propriété intellectuelle. Le grand-écart ne fait visiblement pas peur Outre-Manche. Dans ce contexte où les leçons de morale sont nombreuses, mais où elles sont plus facilement appliquées aux autres qu à soi-même, il est crucial que le nouveau Gouvernement du Luxembourg qui sortira des urnes fin octobre dispose, aux postes clef, de personnes dotées des compétences et des connexions politiques au niveau européen et international de premier ordre afin de défendre utilement le Grand-Duché face à ce qui s apparente bien souvent à un protectionnisme dissimulé. Mais, plus encore, il est impératif que le Grand-Duché ne s exclut pas lui-même, de son propre chef, de la compétition internationale en soutenant des mesures qui le placeraient en position de désavantage compétitif vis-à-vis de certains de ses concurrents internationaux. On songe ici en particulier à la tentation que pourrait avoir le Luxembourg de se joindre à des aventures telles que la taxe sur les transactions financières, dans le but d augmenter les recettes fiscales. Il s agit en effet d un exemple de ces mesures que nous avons dénoncé précédemment qui pourraient peut-être masquer de manière conjoncturelle une partie des difficultés structurelles de notre économie, sans cependant les résoudre en aucune manière, mais qui représenteraient surtout un handicap majeur pour notre économie à l avenir. Le fil rouge de la position du Luxembourg dans toute négociation future doit demeurer partout et en toute occasion le maintien d un «level playing field» qui constitue le socle de la position luxembourgeois depuis plusieurs années. Il est toutefois important de se souvenir que l espace dans lequel les différents acteurs économiques doivent pouvoir évoluer en toute égalité ne se limite plus, et depuis longtemps, à la grande région, l Europe ou même à l Espace économique européen (englobant notamment la Suisse), mais s étend bien à l échelon international, et donc y compris à des acteurs plus lointains tels que Hong-Kong ou Singapour pour n en citer que deux. Stabilité non négociable des finances publiques La période récente a mis en exergue l importance de la crédibilité économique et financière des Etats au plan international. Face aux marchés financiers qui se montrent en la matière des juges aussi impartiaux qu implacables, la viabilité du modèle économique, des déficits publics et de l endettement des Etats sont devenus les mots d ordre. Une fois encore, on peut certainement le regretter et déplorer la perte de souveraineté que cette évolution entraîne. Disons clairement, le Luxembourg n est pas le plus menacé des Etats européens dans ce domaine. Les niveaux de déficits budgétaires et d endettement public luxembourgeois auraient même tendance à faire plus d un envieux en Europe. Fin, les plus bas niveaux de dette publique par rapport au produit intérieur brut (PIB) ont en effet été relevés en Estonie, en Bulgarie et au Luxembourg tandis que quatorze Etats membres ont affiché un ratio de dette publique supérieur à 6 % du PIB parmi lesquels: la Grèce (156,9 %), l Italie (127 %), le Portugal (123,6 %), l Irlande (117,6 %), la Belgique (99,6 %), la France (9 %) en violation du pacte de stabilité et de croissance prévu par le Traité de Maastricht. De même, les déficits publics les plus faibles par rapport au PIB ont également été enregistrés en Estonie (-,3 %), en Suède (-,5 %), en Bulgarie et au Luxembourg (-,8 % chacun) ainsi qu en Lettonie (-1,2 %), tandis que l Allemagne (+,2 %) affichait un excédent public. Au même moment, dix-sept Etats membres ont enregistré un déficit supérieur à 3 % du PIB, la Grèce et l Espagne enregistrant, bien entendu, les chiffres les plus inquiétants. Au niveau global, le déficit public de l Union européenne était ainsi en de 4 % du PIB (3,7 % pour la zone euro) et la dette publique de l Union européenne de 8,2 % du PIB (85,4 % pour la zone euro). *Georges Bock est Managing Partner, Flora Castellani est Director Tax et Emilien Lebas est Manager Tax chez KPMG Luxembourg s.à r.l. 3 «( ) Businesses who think they can carry on dodging [their] fair share ( ) well they need to wake up and smell the coffee, because the public who buy from them have had enough.», David Cameron, Forum Economique Mondial, Davos, Suisse, janvier 213.

4 Luxembourg réveille-toi! PAR GEORGES BOCK, Quelles sont les leçons que le pays se doit de tirer après cinq années de crise? La deux premières parties de cette analyse ont été publiées dans les éditions du 15 et 16 octobre, la dernière partie paraîtra dans l'édition de vendredi. A la lecture des statistiques alarmantes en matière finances politiques, la position du Grand- Duché semble, a priori, plutôt bonne. On aurait tort, toutefois, de se réjouir du fait que parmi les cancres de la classe, le Luxembourg face presque figure de bon élève car, si l on observe la tendance des cinq dernières années, il y a en réalité tout lieu de s inquiéter et ceci, au minimum, pour deux raisons: d une part, parce que pour une économie de taille modeste et fortement ouverte à l internationale comme l est l économie luxembourgeoise, les critères de Maastricht, qui sont plus adaptés aux économies allemande et française, ne constituent donc pas pour nous nécessairement le bon étalon, et d autre part, la tendance observable au Grand-Duché sur les dernières années montre une dégradation forte et rapide des comptes publics, comme l illustre le graphique suivant, qui ne peut qu inquiéter. Les données qui précèdent révèlent que les dépenses augmentent structurellement plus vite que les recettes au Grand-Duché. Entre 211 et, la hausse des dépenses observée est principalement attribuable aux prestations sociales, à la rémunération des fonctionnaires et salariés publics et à la consommation intermédiaire alors que la formation de capital fixe a diminué. De manière mécanique, la dette publique continue d augmenter pour atteindre 21,1 % du PIB en et peut-être plus de 28,4 % en 213. La courbe ci-dessous démontre en effet que, loin d être maitrisée, a dette publique continue de croître de manière ininterrompue avec un doublement en cinq ans et une augmentation de 7,3 points de pourcentage estimé pour la seule année 213. En outre, rien ni dans les annonces qui ont été faites, ni dans les projections des économistes jusqu à présent ne permet d être optimiste concernant une possible inversion de cette courbe à court terme, bien au contraire. En effet, alors que les recettes fiscales ont augmenté de 551 millions en (5,4 %), soit plus que le PIB courant qui n a, lui, augmenté que de 3 % environ, les dépenses des administrations publiques ont crû davantage encore, accentuant d autant la dette publique du pays. Comme l indique l UEL dans son Annuaire de la compétitivité 213, les dépenses des administrations publiques par résident se sont élevées à 34. euros au Grand- Duché (en ), alors qu elles n étaient que de 14. euros en moyenne dans l Union européenne, de 14.4 euros en Allemagne et de 17. euros en France; soit tout juste la moitié des chiffres du Luxembourg alors même que la France est souvent présentée, à tort ou à raison, Excédent/déficit budgétaire en Milliards d EUR (prix courants) PIB comme un pays dans lequel le poids du secteur public est particulièrement important. Cette augmentation de la dette aura un coût pour les générations futures qui gagnera encore en importance en raison de l incidence budgétaire des coûts du vieillissement de la population. Une augmentation progressive de la dette publique est ainsi susceptible à terme de générer de l instabilité économique en ébranlant la confiance des opérateurs économiques qui s attendront à des charges fiscales supplémentaires pour consolider les finances publiques. Ce phénomène est d autant plus inquiétant qu il peut concerner tant les acteurs économiques déjà installés au Luxembourg, qui peuvent s interroger sur la pérennité de leur présence dans le Grand-Duché, que les nouveaux investisseurs potentiels. Qui plus est, comme évoqué précédemment, pour une petite économie comme la nôtre, les critères de Maastricht ne représentent pas un étalon fiable. Le Luxembourg qui ne bénéficie pas en Milliards d EUR (prix courants) Dette publique en % du PIB % p.a. 28.4* (*estimated) (SOURCE: d un marché intérieur susceptible d asseoir à lui seul une bonne partie de sa croissance économique se retrouve d autant plus exposé aux marchés et ne peut donc se payer le luxe de voir sa crédibilité économique remise en question. Avec des modèles économiques heureusement fort différents des exemples islandais, irlandais et plus récemment chypriote ont pu rappeler à ceux qui en doutaient ce qu il en coûte pour une économie de taille restreinte et fortement ouverte sur l extérieur de voir les capitaux étrangers se détourner subitement d elle. Si en période florissante les hauteurs atteintes sont bien souvent plus hautes et les montées plus rapides, en période de vache maigre les bas se révèlent parallèlement plus importants aussi et la vitesse de la descente peu facilement être vertigineuse. La structure du déficit de l administration centrale apparaît ainsi d autant plus inquiétante lorsque le considère le caractère volatile des recettes publiques, notamment en raison de la grande ouverture du pays et de la spécialisation importante de l économie dans le secteur financier. Cette volatilité des recettes fiscales dans le cas du Luxembourg (mais le commentaire est plus général) a été tout récemment constaté par la Commission européenne qui observe que «L objectif de la stratégie budgétaire présentée dans le programme consiste à ramener le déficit de,8 % du PIB en à,6 % en 214. Il est toutefois prévu que le déficit se creuse sur les dernières années de la période de programmation pour s établir à 1,3 % du PIB tant en 215 qu en 216. Ce creusement s explique par l application aux services électroniques, à compter du 1 er janvier 215, de nouvelles règles de TVA grâce auxquelles le Luxembourg se mettra en conformité avec les règles de l UE. En vertu de ces règles, les recettes de TVA générées par le commerce électronique doivent être virées du pays où se trouve le fournisseur vers le pays de résidence du client. Selon les estimations des autorités, ces nouvelles règles auront pour effet de réduire les recettes de TVA de 1,4 % du PIB.» Comme le rappelle la Commission européenne, le gouvernement a d ores et déjà annoncé un relèvement du taux normal de TVA pour compenser une partie de cette perte de recettes. Dans ce contexte, la fuite en avant des dépenses publiques, si elle satisfait l électorat à brève échéance, se révèle mortifère pour l économie nationale à plus long terme. Après cinq années d une crise économique qui semble ne plus devoir en finir l argument ne tient plus. Garantir la continuité de l Etat et donc la stabilité financière du pays n est pas négociable. Une refonte de la stratégie de nos finances publiques est donc indispensable afin de ne pas compromettre davantage nos perspectives de croissance. Peut-être le moment est-il venu de cesser de penser systématiquement en termes de «plus». Des salaires plus élevés des services publics toujours plus chers, mais en termes de durable et de soutenable à moyen et long terme. Il est parfois nécessaire d accepter un pas en arrière pour mieux pouvoir repartir de l avant. C est donc un véritable changement de culture dont le pays à aujourd hui besoin et pour que celui-ci puisse s opérer et puisse durer, la prise de conscience doit commencer dès le plus jeune âge. L éducation différenciée instaurée au Luxembourg, qui promettait un développement adapté au rythme de chaque enfant respectueux de ses facultés et favorisant l estime de soi s est avérée un vaste gâchis, ou pire une machine à tirer nos enfants vers le bas. Alors que ceux qui auraient été en mesure de faire davantage s ennuient de facto dans leur salle de classe, on se trouve bien en peine de pouvoir citer les effets bénéfiques de la réforme pour les autres. Le taux de décrochage scolaire au Grand-Duché est ainsi monté à 8,1 % en, ce qui est, certes, inférieur à la moyenne européenne (autour de 13,5 %), mais demeure encore trop tant au plan collectif étant donné les moyens mis en œuvre au Luxembourg pour limiter ce phénomène qu au plan individuel en raison des drames personnels ou familiaux qui se cachent bien souvent derrière une telle statistique Le monde est, et restera, compétitif, même si ce mot fait bien souvent peur aujourd hui. Pour cruelle qu elle puisse paraître, il est indispensable de regarder la réalité en face et les vingt ans qui viennent seront très vraisemblablement plus difficiles que les vingt dernières années. Il est de la responsabilité des générations actuelles d y préparer les générations futures. Si rien n évolue, lorsqu ils atteindront l âge de vingt ans le cocon protecteur dans lequel beaucoup de nos enfants grandissent par chance encore n existera plus. S ils n ont pas été suffisamment préparés à faire face aux challenges qui les attendent inévitablement, ils seront dans l incapacité de les surmonter. Refuser de l admettre serait la pire des erreurs, un véritable cadeau empoisonné. Il est au contraire impératif de recommencer à inculquer à nos enfants la culture de l innovation, de la création de l entreprise individuelle et donc du risque et de la performance, mais aussi la culture de la responsabilité pour eux-mêmes et pour leur entourage. Ceci renvoie au sentiment d inadaptation de la force de travail aux qualifications requises à l heure actuelle qui a été souligné par le panel de professionnels interrogés par le Forum économique mondial sur les blocages de l économie luxembourgeoise. En effet, 11,7 % des membres du panel représentatif de professionnels (business executives) interrogé pour le Luxembourg par le Forum économique mondial ont mentionné l inadéquation de la formation de la force de travail parmi les cinq facteurs qui leur semblaient les plus problématiques pour les affaires dans leur pays, ce qui en fait le quatrième facteur le plus souvent évoqué parmi les 16 proposés. Pourtant, les dépenses annuelles par étudiant, pour ne citer que cet exemple, demeurent plus élevées au Luxembourg (31.13,6 en euros en 21 selon les statistiques reprises par l UEL) et sont plus de deux fois supérieures à la moyenne au sein de l Union européenne (11.634,6 en euros). Face aux moyens importants mis en œuvre, les succès rencontrés par notre système éducatif, s ils sont réels, s avèrent, par conséquent, encore insuffisants. * Georges Bock est Managing Partner, Flora Castellani est Director Tax et Emilien Lebas est Manager Tax chez KPMG Luxembourg s.à r.l. 4 Commission européenne. Projet de recommandations du Conseil concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 213 (COM(213)366 final), juin 213.

5

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

La compétitivité de l économie luxembourgeoise s améliore

La compétitivité de l économie luxembourgeoise s améliore IMD World Competitiveness Yearbook 2007 La compétitivité de l économie luxembourgeoise s améliore Selon le World Competitiveness Yearbook 2007, publié par l institut suisse IMD (International Institute

Plus en détail

La structure du marché européen des valeurs moyennes

La structure du marché européen des valeurs moyennes La structure du marché européen des valeurs moyennes Décembre 2014 1ere partie Préambule Financière de l Echiquier est l une des premières sociétés de gestion indépendantes en France, avec 8 milliards

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Selon le rapport annuel établi pour l année 2008-2009 par le World Economic

Plus en détail

Luxembourgeois et étrangers : Renforcer la démocratie du Luxembourg

Luxembourgeois et étrangers : Renforcer la démocratie du Luxembourg Luxembourgeois et étrangers : Renforcer la démocratie du Luxembourg Droit de vote pour les non-luxembourgeois aux élections législatives Prise de position de l ASTI Préambule Le débat sur le droit de vote

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

PERTE DU TRIPLE A : LA FRANCE SANCTIONNEE

PERTE DU TRIPLE A : LA FRANCE SANCTIONNEE PERTE DU TRIPLE A : LA FRANCE SANCTIONNEE Par Thomas Chalumeau, coordonnateur du pôle «Economie et finances» de Nova, Le 13 janvier 2012 Ironie de l histoire, c est un vendredi 13 que la France perd sa

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE

ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE ANNEXE VII, PJ n 5, page 2 Cette pièce jointe résume l exposé de

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l ASMV, le 3 octobre 2014 Contexte international

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Bettina Splittgerber 03.08 1 Les changements démographiques en Allemagne 2 L

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation?

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? 1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? En France, la crise n a fait qu accentuer une tendance récente, suscitée par les débats sur l avenir de l État-providence,

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

POUR UN OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DES ENTREPRISES AU SERVICE DE LA RELANCE

POUR UN OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DES ENTREPRISES AU SERVICE DE LA RELANCE H E R V E L A M B E L Candidat à la présidence du MEDEF POUR UN OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DES ENTREPRISES AU SERVICE DE LA RELANCE CONTACT: http://www.herve-lambel.fr/ http://www.herve- lambel.fr Mieux

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse Le nombre de mariages est en baisse tendancielle. Il passe de 2 236 en 196 à 1 714 en 211. Inversement, le nombre de divorces a augmenté fortement en passant de 13 en 196 à 1 27 en 211. Les mariages entre

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Le 2 février 2012 CREPUQ PRÉSENTATION DE LA CREPUQ AU COMITÉ D EXPERTS SUR L AVENIR DES RÉGIMES COMPLÉMENTAIRES

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an?

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Le financement du Dividende Universel

Le financement du Dividende Universel affiliée au Basic Income European Network Le financement du Dividende Universel Le plan de financement ici proposé a été mis au point par le professeur Yoland Bresson (président de l Aire). Il prouve que

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives RÉSUMÉ Mars 2010 Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives de l UE TERA Consultants L étude a été réalisée par TERA Consultants, un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

LUXEMBOURG, LE 9 NOVEMBRE 2015 AVIS RELATIF AU PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DES SOCIÉTÉS D IMPACT SOCIÉTAL (SIS) ET AU PROJET DE RÈGLEMENT

LUXEMBOURG, LE 9 NOVEMBRE 2015 AVIS RELATIF AU PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DES SOCIÉTÉS D IMPACT SOCIÉTAL (SIS) ET AU PROJET DE RÈGLEMENT LUXEMBOURG, LE 9 NOVEMBRE 2015 AVIS RELATIF AU PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DES SOCIÉTÉS D IMPACT SOCIÉTAL (SIS) ET AU PROJET DE RÈGLEMENT GRAND-DUCAL RELATIF À LA COMPOSITION ET AU FONCTIONNEMENT DE

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

L innovation au Canada et au Québec: le lent réveil

L innovation au Canada et au Québec: le lent réveil L innovation au Canada et au Québec: le lent réveil Une présentation de Alain Dubuc Journée Innovation et entrepreneuriat Institut national d optique Château Frontenac Québec, 22 janvier INTRODUCTION Un

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Novembre 2009 Le transfert aux régions du transport express régional (TER) : un bilan mitigé et des évolutions à poursuivre Avertissement La présente

Plus en détail

faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession

faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession www.elections.ch FICHE THEMATIQUE : POLITIQUE CONJONCTURELLE faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession Quel est le rôle de l Etat en phase de ralentissement conjoncturel? Lorsque

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

ARGUS DE L ASSURANCE ASSURANCE RETRAITE DEPENDANCE. 30 mars 2010

ARGUS DE L ASSURANCE ASSURANCE RETRAITE DEPENDANCE. 30 mars 2010 ARGUS DE L ASSURANCE ASSURANCE RETRAITE DEPENDANCE 30 mars 2010 Le poids de l histoire La France se distingue par l hégémonie de la répartition qui assure 85 % des revenus des retraités et par la faiblesse

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013?

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? ACTUALITÉS EUROPÉENNES n 49 janvier 2012 UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

Fiche n 1 : Les déficits et l endettement, une facture de la droite

Fiche n 1 : Les déficits et l endettement, une facture de la droite Fiche n 1 : Les déficits et l endettement, une facture de la droite Le bilan de N. Sarkozy, en matière de déficits publics, est désastreux. Pour tenter de se redonner une crédibilité, il se lance à un

Plus en détail