Electricité de France est heureuse et fière de soutenir, par. La Demeure Historique rassemble depuis plus de 80 ans les propriétaires de plus de

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Electricité de France est heureuse et fière de soutenir, par. La Demeure Historique rassemble depuis plus de 80 ans les propriétaires de plus de"

Transcription

1 Sommaire Préface Introduction Personnes handicapées et handicaps Principaux pictogrammes de signalétique de l accessibilité Accueillir les personnes handicapées L accueil des personnes en situation de handicap moteur L accueil des personnes non voyantes et malvoyantes L accueil des personnes sourdes et malentendantes L accueil des personnes présentant une déficience intellectuelle Annuaire Ouvrage conseillé Remerciements p. 2 p. 4 p. 6 p. 7 p. 8 p. 14 p. 18 p. 26 p. 32 p. 35 p. 37 p. 37 Ce guide a bénéficié du soutien de la Fondation Electricité de France Rédaction : La Demeure Historique, Isabelle Baulme de Charnacé - Mise en Page : La Demeure Historique, Anne de Contenson - Impression : Imprimerie Frazier, Paris 1

2 Préface Electricité de France est heureuse et fière de soutenir, par le biais de sa Fondation, la réalisation de ce guide d accueil des personnes handicapées. Initiative exemplaire car elle se situe dans le droit fil de la nouvelle loi du 11 février 2005, pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, dont les décrets d application sur l accessibilité devraient sortir au même moment que ce guide Initiative exemplaire également car le droit à la culture et l accès au patrimoine est une revendication forte des associations représentatives du monde du handicap. Initiative ambitieuse car les monuments dits historiques sont réputés particulièrement difficiles d accès, voire inaccessibles, pour les personnes handicapées : ce guide met en avant l importance du facteur humain pour réduire les barrières de l inaccessibilité, pour être à l écoute, faciliter l accompagnement et la recherche de solutions adaptées, personnalisées. Ce guide est une première par sa qualité et son approche globale qui prend en compte chaque situation de handicap : moteur, sensoriel ou mental. Engagée depuis longtemps dans le champ de la diversité liée au handicap, EDF s est donc naturellement associée à La Demeure Historique pour réaliser ce guide en apportant sa propre expérience. EDF a en effet mis à disposition de La Demeure Historique son propre guide réalisé à l occasion de la mise en accessibilité de ses 815 agences en 2004 et l expertise de ses collaborateurs de la Mission Handicap. Que ce guide vive, s enrichisse des expériences qu il générera et soit le vecteur de relations humaines plus directes, plus spontanées entre chacun des acteurs concernés. Il contribuera ainsi sans aucun doute à la mise en application concrète de la nouvelle loi. Eric Molinié Conseiller au Cabinet du Président d EDF La Demeure Historique rassemble depuis plus de 80 ans les propriétaires de plus de monuments historiques de tous types (châteaux, abbayes, manoirs ) constituant une part importante de notre patrimoine national. Un millier de ces monuments, des plus célèbres aux plus anonymes, sont régulièrement ouverts aux touristes ou accueillent le public à l occasion d animations culturelles, d opérations événementielles, de séminaires d entreprises, ou de fêtes familiales, etc Ces monuments, avec ceux qui en ont la charge, contribuent ainsi à l une des grandes missions de La Demeure Historique qui est de rendre ce patrimoine accessible à tous. En ce début de 3ème millénaire, La Demeure Historique s est donnée comme objectif, aux côtés d autres grands acteurs de la société actuelle, associations et entreprises, d accueillir le mieux possible les personnes handicapées dans ces lieux de mémoire, de culture et de beauté. L édition de ce guide, à l usage des personnes chargées de l accueil des publics dans les monuments et les jardins historiques privés, a pour objectif de pallier les difficultés et embûches rencontrées par les personnes handicapées souhaitant découvrir ces lieux. Cette édition a été rendue possible grâce à la contribution financière de la Fondation EDF et à l expérience de ses équipes. Ce guide constitue une première étape majeure dans la prise de conscience, mais aussi, et surtout, dans la formation de ceux qui contribuent à la promotion et à l accessibilité de cette richesse qu est notre patrimoine. Au nom de La Demeure Historique je voudrais exprimer ici ma gratitude à Monsieur Pierre Gadonneix, Président de la Fondation EDF, Madame Chantal Billiard, Secrétaire Générale de la Fondation EDF et Monsieur Eric Molinié, Conseiller pour les affaires économiques et le handicap au cabinet du Président d EDF, qui ont été à l origine de ce partenariat. Je voudrais enfin m adresser à l ensemble des propriétaires en charge d un monument historique accueillant du public sous des formes diverses, pour qu ils prennent en compte les spécificités d un accueil dédié aux personnes handicapées, en fonction des particularités du monument ou du jardin historique dont ils ont la charge. C est ainsi que le patrimoine gardera sa vocation première, qui est celle d être un lieu de vie et de partage pour les hommes et les femmes de notre temps. Jean de Lambertye Président de La Demeure Historique 2 3

3 Introduction Introduction Qu est-ce que le handicap? Selon l organisation mondiale de la santé, (OMS) : «Est handicapé celui dont l intégrité physique ou mentale est progressivement ou définitivement diminuée, soit congénitalement, soit sous l effet de l âge, d une maladie ou d un accident, en sorte que son autonomie, son aptitude à fréquenter l école ou à occuper un emploi s en trouve compromise». Cette approche recoupe trois notions : la déficience, l incapacité et le désavantage. Pourquoi ce guide? plus à l aise face aux personnes handicapées, de mieux appréhender les problématiques des visiteurs handicapés, de mieux comprendre leurs attentes. Les obstacles rencontrés par les personnes handicapées sont d abord matériels (barrières architecturales des sites, lieux mal ou peu accessibles ), mais également culturels (manque de connaissance du monde du handicap, a priori, ). Deux axes prioritaires ont donc été explorés : > Une approche comportementale : les bonnes attitudes pour améliorer l accueil, de la manière de s adresser à la personne en tenant compte de la nature de son handicap à la possibilité qui lui est offerte d être accompagnée et guidée. > Une approche matérielle : des aménagements pour faciliter l accessibilité physique permettant aux personnes handicapées de mieux circuler sur les sites. Chiffres Clés Combien de personnes handicapées en France? Ces deux approches sont indissociablement liées. Les adaptations matérielles seront d autant plus efficaces que le personnel aura été sensibilisé à l accueil des visiteurs handicapés. Ce guide, ces adaptations, le projet «Accueil pour tous», constituent une première étape qui s insère dans une dynamique globale pour rendre les monuments historiques accessibles aux visiteurs handicapés. Si elle n est pas tout à fait complète, elle est significative et essentielle. Statistiquement, il est difficile de dénombrer la population handicapée en France car la nature, l origine et la gravité des atteintes peuvent être très diverses (congénitale, traumatique, pathologique ou simplement due au vieillissement de l organisme). Calculer l incidence globale du handicap n est pas plus facile. Les experts de l INSEE pensent même qu un tel calcul est impossible. Les chiffres repères notés ci-dessous sont donc des estimations : Il est infiniment plus agréable de pouvoir offrir son aide que d en avoir besoin Une personne handicapée est un usager et un visiteur à part entière. Personne ne le conteste, et pourtant, par méconnaissance, désarroi, inquiétude, peur, nous ne réagissons pas toujours de manière naturelle, opportune, adaptée face à une personne ayant un handicap. Ce guide a été conçu pour vous permettre d être > 5,5 millions de personnes déclarent une «gêne» dans leur vie quotidienne, > 3,2 millions de personnes se déclarent handicapées, selon l enquête de l INSEE «conditions de vie» > 1,8 million de personnes (enfants et adultes) souffrent d un handicap sévère justifiant d une prestation en nature ou en espèces. Ces personnes aspirent à des vacances et à des loisirs, sur un mode identique à celui des personnes valides. 4 5

4 Personnes handicapées et handicaps Principaux pictogrammes de signalétique de l accessibilité 1- Personnes handicapées et handicaps Il y a presque autant de personnes handicapées que de handicaps. Il est de plus difficile, pour un nonspécialiste, de juger de ce handicap sur la seule apparence de la personne : > Un handicap peut être visible, mais être bien «compensé» par la personne. Il peut être invisible, mais bien réel et trompeur (surdité, malvoyance, épilepsie, incontinence, fatigabilité suite à une maladie évolutive invalidante ) > Un handicap peut en cacher un autre : ce que l on voit n est pas forcément le plus gênant pour la personnes handicapée. Rendre les monuments historiques accessibles aux personnes handicapées : quatre défis à relever. Ouvrir son monument aux personnes handicapées répond au réel enjeu de rendre la Culture et le Patrimoine monumental accessible à tous. C est ainsi comprendre et mettre en valeur que les différences sont un atout extraordinaire et une source d enrichissement mutuel. 2- Principaux pictogrammes de signalétique de l accessibilité Facilités pour les personnes à mobilité réduite (présence d équipements adaptés) Facilités pour les personnes à mobilité réduite accompagnées d une personne valide Facilités pour les personnes déficientes visuelles malvoyantes ou non-voyantes Facilités pour les personnes sourdes et malentendantes : > présence d équipements adaptés comme les bandes (boucles) à induction magnétique > présence de personnes formées à l accueil des personnes déficientes auditives > présence de personnes pratiquant la Langue des Signes Française). Facilités pour les personnes déficientes intellectuellement ou psychiquement. Facilités pour les personnes âgées en perte d autonomie. > Il n existe aucun rapport entre d une part, l aspect de la personnes, les capacités physiques ou les possibilités d élocution et, d autre part, les facultés intellectuelles. > Par delà la diversité des handicaps, accueillir une personne handicapée dans un lieu ouvert au public, procède d une démarche humaine et professionnelle. Toutes sont sensibles à des détails qui peuvent paraître insignifiants aux personnes valides. Il s agit de considérer les quatre formes de handicap en gardant à l esprit la spécificité de chacun et leur grande diversité (handicap moteur, visuel, auditif et mental). Pour chaque type de handicap une attention particulière est requise, des équipements spécifiques sont parfois nécessaire ; mais qu ils soient réalisables ou non, la première chose à garder à l esprit est l attention qu il faut porter à la personne concernée. Sans «catégoriser» il faut que cette démarche ait toute sa dimention humaine : la visite d un monument historique doit être un lieu d échange et de partage. Label «Tourisme & Handicap» Créé en 2001 par le ministère chargé du tourisme, le label national «Tourisme et handicap» a pour objectif d innover et de développer l offre touristique adaptée aux handicapés. Pour la clientèle en situation de handicap, il apporte une information sur l accessibilité des sites et équipements touristiques, lui permettant un maximum d autonomie. Cette information est identifiée par un logo apposé à l entrée des lieux de visite. Tout professionnel du tourisme désireux d obtenir ce label doit adresser sa demande auprès de l autorité régionale compétente de son lieu d établissement (coordonnées demandées au délégué régional au tourisme ou à l association Tourisme et Handicap). Après évaluation et vérification, le label est accordé pour une durée maximale de 5 ans renouvelable. Il est attribué pour un, deux, trois ou quatre handicaps (moteur, mental, auditif, visuel), auquel est associé un pictogramme particulier. 6 7

5 Accueillir les personnes handicapées 3- Accueillir les personnes handicapées Généralités APPROCHE COMPORTEMENTALE > Adressez-vous directement à la personne, et ne l infantilisez jamais. Même si elle est accompagnée, soyez naturel et spontané, sans pitié ni commisération. Soyez à l aise. > Proposez systématiquement votre aide. Si elle le désire, elle saura l utiliser au moment opportun. La personne handicapée connaît le mieux ses propres besoins et ses limites personnelles. > Soyez disponible. Soyez à l écoute de sa demande pour adapter votre accueil : n hésitez pas à lui faire reformuler sa question si vous ne la comprenez pas. Cela est souvent préférable que de faire semblant d avoir compris. > Si vous ne pouvez quitter votre poste pour des raisons de sécurité, passez le relais à une personne disponible de votre équipe. Vous avez du mal à choisir la bonne attitude face à une personne handicapée? Vous n êtes pas seul dans ce cas. Retenez ce principe très simple : soyez vous-même, restez naturel. Le trouble et la gêne viennent souvent d une appréhension liée à l inconnu et aux tabous. La prochaine fois que vous croiserez une personne handicapée, considérez-la d abord comme une personne. Toutes les recommandations rassemblées dans ce guide visent au bout du compte cet objectif. 8 9

6 Accueillir les personnes handicapées APPROCHE MATÉRIELLE L autonomie des personnes handicapées est une chose importante qui est loin d être simple à réaliser. Elle concerne deux aspects distincts : l accessibilité du cadre bâti et le contenu culturel avec des outils spécifiques à mettre en place. La qualité de l offre est importante. Une offre qui ne serait pas adaptée aurait pour effet de décourager les personnes qui ont fait l effort de se déplacer et les blesseraient immanquablement, les renvoyant à leur «incapacité». Il faut que l effort en vaille la peine : les personnes handicapées ont une très grande attente et il n est pas question de les décevoir par des choix inadaptés. L accessibilité des abords du monument Avant de visiter une demeure historique, la personne doit pouvoir s y rendre sans difficulté : Un espace de stationnement doit être réservé, au plus proche de l accueil : pour un parking inférieur à 500 places, une place plus grande de 3,30 m de large, réservée et signalée, doit être prévue par tranche de 50 places. Au-delà de 500 places, le nombre fixé par arrêté municipal ne peut être inférieur à 10 places. L accessibilité doit être efficace et précise, et ne doit pas demander dix fois plus d énergie à la personne handicapée : le cheminement d accès au monument doit être accessible pour tous, et s effectuer dans les meilleures conditions possibles ; sur une largeur d au moins 1 mètre, le revêtement du sol doit être non meuble, dur, lisse, non glissant, sans obstacles ni ruptures de niveaux. > Il faut par exemple éviter les couches de gravier qui rendent la marche difficile, au profit d un chemin spécifique avec un revêtement stabilisé. > Si la zone d accès est pavée, il faut prévoir de la rejointoyer > S il y a rupture de niveau (marche ou ressaut), elle doit être compensée par un plan incliné ou une rampe amovible, en plastique, résine ou en aluminium. Le personnel Il est nécessaire de sensibiliser et de former les personnels en lien avec les personnes handicapées : le personnel d accueil, le personnel du vestiaire, les conférenciers, les gardiens, sans oublier le personnel de la boutique et du salon de thé/café. L accompagnateur Il s agit souvent d un ami ou d un membre de la famille de la personne handicapée. Les accompagnateurs sont indispensables dans une visite de groupe pour des questions de confort et de sécurité (personnelle et des collections). Les équipements Il faut prendre en compte les spécificités des visiteurs handicapés dans les futurs aménagements des bâtiments (accès, guichets et comptoirs de vente, sanitaires ). Les informations concernant les règles d accessibilités du bâti font partie des règles générales de la construction, elles sont disponibles sur Internet (www.legifrance. gouv.fr et gouv.fr), auprès du Ministère de l équipement ou du tourisme et des associations intervenants sur le handicap. Textes législatifs : Loi n du 13 juillet 1991 Décret n du 26 janvier 1994 Arrêté du 31 mai 1994 (JO du 22 juin 1994) Décret n du 31 août 1999 Décret n du 31 août 1999 (JO du 4 septembre 1999) Arrêté du 31 août 1999 Loi du 11 février 2005 Le tarif de la visite La règle est souvent le tarif réduit et la gratuité pour l accompagnateur, compte tenu des restrictions éventuelles des visites et des services. L information Les conditions et le parcours de la visite doivent être clairement énoncées (zones accessibles ou non, en fonction du handicap)

7 Accueillir les personnes handicapées Le vestiaire Assez fréquemment, certaines personnes handicapées visuelles et psychiques appréhendent de confier les vêtements encombrants et les sacs au vestiaire. Il est nécessaire qu elles le fassent, comme les autres visiteurs, hormis pour leur sac à main comprenant de l argent ou des valeurs, à la fois pour leur confort et pour des raisons de sécurité des meubles et objets exposés. N.B. : Il convient de ne pas faire de différence dans le traitement des personnes handicapées. Les personnes déficientes visuelles sont très attentives à leurs gestes en général et, si cela est autorisé pour une personne valide, il n est pas indispensable qu elles déposent leur manteau. Il en est de même pour leur sac à main ou sac à dos (contenant de l argent ou des valeurs) s il n est pas plus encombrant que ceux autorisés pour les autres publics. Le parcours Il est nécessaire d établir des itinéraires (extérieurs) et des parcours (intérieurs) adaptés à tous pour un confort et une sécurité maximale. Il est préférable d organiser des visites qui ne nécessitent pas d effectuer de longs trajets à travers la demeure, pour éviter la fatigue et la déconcentration des visiteurs handicapés. Il y a des rythmes à respecter, certains visiteurs ayant besoin de temps supplémentaire pour se déplacer, voir, toucher ou comprendre, même lorsqu elles sont accompagnées. Les visites sont donc, en général, plus lentes. Ceci est valable pour tous les publics handicapés. La concentration nécessaire lors de la locomotion (déficient visuel) et de l écoute (déficient auditif, visuel et psychique) génère une fatigue importante. Le conférencier ne doit donc pas marcher trop vite. Les parcours et les accès aux différentes salles doivent par ailleurs être dégagés. La durée de la visite Une personne handicapée sensorielle se fatigue vite. En effet, son état de vigilance est permanent, l écoute du conférencier, allant de pair avec la représentation mentale : 1 heure environ de visite est donc souvent amplement suffisante. La sécurité Il est important que les personnes handicapées se sentent en sécurité, tout au long de la visite ; ceci est particulièrement vrai pour les déficients visuels. Il est nécessaire de rappeler les principes de sécurité pour les personnes et les collections. Les personnes peuvent n avoir aucun sens de la fragilité et de la valeur de ce qui les entoure, ni du silence à respecter pour le confort de tous. En cas de nécessité, il ne faut pas hésiter à rappeler les consignes. Les outils spécifiques pour la visite La présentation des œuvres Une proportion des œuvres, des objets et des éléments d architecture et de décor du bâtiment doit être présentée de manière à ce qu elles soient bien visibles, et que l on puisse s en approcher facilement : > Bonne lisibilité des cartels, à une hauteur entre 0,90 m et 1,40 m. > La surface doit être mate et anti-reflet, l écriture noire ou bleu roi, la police de caractère simple, le fond blanc ou ivoire. > Situation des œuvres exposées par rapport au sol : entre 0,80 m et 1,30 m de haut. > Inclinaison des documents posés à plat. > Contrastes importants entre l objet et son environnement, sans éblouissements ni reflets. Les documents La documentation grand public conviendra à tous. Elle est un complément utile aux personnes handicapées sensorielles et psychiques. Mais, afin de permettre aux visiteurs en situation de handicap d appréhender et de mémoriser la configuration des lieux ou la thématique d une visite, il est encore mieux de mettre à leur disposition des documents adaptés, notamment des : > Documents en braille intégral ou abrégé > Documents en caractères agrandis > Plans en relief > Maquettes tactiles > Maquettes pédagogiques N.B. : Certains documents, comme les maquettes, sont parfois subventionnés par le Conseil Général ou le Conseil Régional Les audio conférenciers et audio guides Le choix du matériel technique (audiconférencier, audioguide ), sa mise en œuvre et sa gestion devront faire l objet d une étude préalable comprenant une série de tests sur le terrain. Avant toute utilisation, ce matériel devra être vérifié, afin de s assurer qu il est complet et propre. La personne chargée de les distribuer doit consacrer du temps aux visiteurs pour expliquer le fonctionnement et procéder aux réglages (pour un groupe de 10 personnes, compter 5 à 15 minutes) 12 13

8 L accueil des personnes en situation de handicap moteur L accueil des personnes en situation de handicap moteur Une personne en situation de handicap moteur est une personne atteinte d un trouble de la motricité. Ces troubles peuvent entraîner une réduction partielle ou totale de la mobilité, de la préhension et parfois des difficultés de communication avec des troubles de l élocution. Une personne qui a des difficultés d élocution n est pas nécessairement pour autant déficiente intellectuellement. Certaines infirmités motrices d origine cérébrale ont pour résultat des difficultés à s exprimer et à contrôler les gestes, sans que les capacités intellectuelles soient altérées. Les personnes à mobilité restreinte comprennent les personnes en fauteuil manuel ou électrique mais aussi les personnes ayant une prothèse, des difficultés à se déplacer (myopathies et lésions cérébrales), des personnes âgées, des visiteurs en situation de handicap (temporaire), femme enceinte et couple avec des jeunes enfants. Les personnes en fauteuil roulant maîtrisent leurs déplacements dans la mesure où elles ne rencontrent pas d obstacles (aucune marche, présence éventuelle d ascenseur, circulation facile, largeur des portes ). N ayez pas peur qu elles vous bousculent ; elles sont souvent des virtuoses de la conduite. Le cheminement de la visite devra être libre pour une locomotion confortable pour tous. Il faut veiller au mobilier placé dans les couloirs qui risque d être rayé par le fauteuil. Déficience motrice : Réduire les barrières physiques La visite d un monument pour une personne se déplaçant en fauteuil roulant ou avec une canne, ne pose pas le problème du rapport au patrimoine et aux œuvres qu il abrite, mais de son accessibilité physique : c est la barrière physique et non sensible qui constitue le défi à relever. Trop souvent, on ne pense pas q une marche, un simple dénivelé, peut représenter pour certaines personnes un obstacle infranchissable. Les monuments historiques tirent bien évidemment leurs spécificités de leurs caractéristiques architecturales, et il n est pas question de les remettre en cause par des travaux importants, ce qui est presque impossible, si l on souhaite qu ils soient totalement accessibles aux personnes souffrant d un handicap moteur. Toutefois, il est possible de faciliter leur visite en leur apportant une aide, une écoute particulière ainsi que des aménagements simples. Les bonnes attitudes pour améliorer l accueil > Adressez-vous directement et naturellement à la personne handicapée moteur, et non à son accompagnateur, pour lui demander si elle a besoin d aide et la manière de lui apporter. Agissez sans condescendance ni gentillesse surprotectrice. > Attendez que votre assistance soit acceptée. Respectez les directives, sans décider à sa place : une personne handicapée n est pas forcément demandeuse d aide. > Lors d un échange ou d une discussion, les regards des deux interlocuteurs doivent être situés à la même hauteur, sur le même plan. > Ne soyez pas trop rapide. La personne a besoin d affirmer son autonomie, ce qui peut lui prendre plus de temps. Laissez-la s exprimer, et assurez-vous qu il n y a pas de malentendu. Si la personne a des difficultés d élocution, veillez à ne pas terminer systématiquement ses phrases pour aller plus vite. > Soyez particulièrement vigilant, lors de passage de portes, sas d entrée, ou contrôles d accès qui peuvent être dangereux pour les personnes à mobilité réduite. > Enfin, adaptez votre comportement au type d appareillage dont est munie la personne handicapée. > Il est important que la personne handicapée moteur puisse économiser ses déplacements, c est-à-dire : - Etre sûre de l accessibilité du site, avec un parcours sans obstacle. - Posséder toutes les informations lui permettant d évaluer la configuration du site. - Pouvoir repérer le bon chemin, avec une bonne signalétique, voir un plan. PERSONNES SE DÉPLAÇANT AVEC UN FAUTEUIL ROULANT NON ÉLECTRIQUE Il peut être envisagé de prêter un fauteuil roulant sur les lieux de la visite. Il serait préférable qu il dispose d un dossier haut avec appui-tête. Évitez de pousser le fauteuil si la personne peut se déplacer par elle-même, mais tenez-lui les portes ouvertes, aidez-la dans les pentes (en poussant en montée ou en retenant le fauteuil en descente). Conseil : Si le ressaut est inférieur à 2 cm, si l obstacle mesure entre 2 cm et 8 cm, franchissez l obstacle en présentant le fauteuil par l arrière. Le basculer légèrement puis le tirer vers soi en un mouvement continu, doucement et sans à coups. Outre, l inconfort, les chocs occasionnent 14 15

9 L accueil des personnes en situation de handicap moteur des dorsalgies, et certains accidentés ont une colonne vertébrale renforcée par des tiges métalliques. C est également douloureux pour les personnes présentant une atrophie musculaire. > Aidez la personne, mais ne décidez pas pour elle. > Anticipez le parcours à franchir et décelez les obstacles de proximité pour les supprimer. > Attention aux pentes, si elles sont supérieures à 5 % ou si elles sont humides, elles peuvent être source de glissades y compris pour l accompagnateur. > Les pentes doivent en principe être inférieures à 5 %. Si elles ont comprises entre 4 et 5 %, un palier de repos est obligatoire tout les 6 mètres. Pour franchir des marches, ne soulevez pas le fauteuil par les accoudoirs ou les repose-pieds, ils sont amovibles et risquent de vous rester dans les mains. Prenez plutôt le fauteuil par le châssis. Suivez les conseils de la personne handicapée, elle connaît son matériel. > N abordez jamais une dénivellation de travers, car le fauteuil roulant incliné latéralement peut être source de déséquilibre pour son occupant et donc pour son accompagnateur. Toujours aborder l obstacle de front. Ceci est valable pour tous les types de fauteuils. > Franchissez les obstacles de front en surélevant les petites roues de devant. La pédale de basculement se trouve à l arrière du fauteuil. > Assurez-vous que les freins du fauteuil sont bien enclenchés lors des transferts (du fauteuil à un siège). > Veillez à ce que rien ne se prenne dans les rayons de la grande roue : écharpe, main invalide PERSONNES SE DÉPLAÇANT AVEC UN FAUTEUIL ÉLECTRIQUE Certains fauteuils électriques sont imposants et très lourds. Ce type de fauteuil se commande à l aide d un joystick. La personne a besoin d un rayon de braquage suffisant et libre de tout obstacle au niveau des repose-pieds. Prenez donc soin d enlever les obstacles éventuels qui pourraient se trouver sur son chemin. PERSONNE SE DÉPLAÇANT AVEC DES CANNES ET AYANT DES DIFFICULTÉS DE LOCOMOTION Il est utile de disposer des sièges sur le parcours. > Ne prenez pas la personne par le bras, car elle l utilise pour prendre appui sur la canne. > Laissez-lui toujours sa canne à portée de main quand elle est assise. > Tenez-lui les portes, poussez les obstacles gênants. Les aménagements pour faciliter l accueil Il est possible de faciliter l accueil et simplifier la visite en proposant des aménagements simples : > À l intérieur, comme à l extérieur, des plans inclinés et rampes amovibles, en plastique, résine ou en aluminium peuvent être disposées pour passer aisément les petits obstacles (marches ou ressauts). Les ressauts inévitables ne doivent pas dépasser 2 cm et comporter des bords arrondis ou des chanfreins. Attention : une pente prononcée ou en dévers (pente transversale) accentué risque de faire basculer une personne en fauteuil mécanique ou un fauteuil électrique. > Une partie du guichet d accueil peut être abaissée à une hauteur de 0,80 mètres, accessible pour les personnes en fauteuil. L idéal serait que le plateau du comptoir forme une avancée de sorte que la personne à mobilité réduite puisse glisser ses jambes dessous. Cette solution lui offre aussi l avantage de pouvoir prendre elle-même les brochures proposées. Il en est de même pour les prospectus, comptoirs de vente. Les cartels doivent également être mis à une hauteur accessible pour les personnes en fauteuil. > Afin de visiter plus facilement les parcs et jardins, une première étape tout à fait envisageable est de mettre à disposition des petites voitures tout terrain

10 L accueil des personnes non voyantes et malvoyantes L accueil des personnes non voyantes et malvoyantes Le nombre de personnes non voyantes et malvoyantes augmente en raison du vieillissement de la population. Les personnes déficientes visuelles ont des niveaux et des types de handicaps très variés. Selon l âge d apparition du handicap et les capacités d adaptation de chacun, la manière de se représenter l environnement et de s y déplacer, ou d accéder à des informations, est très différentes d un individu à l autre : > Les aveugles et ceux qui ont perdu la vue à un âge précoce, n ont pas de références visuelles. Il leur faut pallier par les autres sens : résonance d une pièce, d une fontaine, odeurs de cire, de parfums floraux, sonnerie des régulateurs... > Les personnes devenues aveugles suite à un accident ou une maladie ont encore leurs référents visuels. Seule une minorité d aveugles a appris le Braille (notamment les aveugles de naissance). La déficience visuelle peut porter sur différents critères d acuité dont les principaux sont la perception des mouvements, de l intensité lumineuse, des couleurs et des formes. La déficience visuelle de certaines personnes peut être corrigée par une aide optique. D autres, malgré la présence de lunettes, ne parviendront à se déplacer qu avec l assistance d une tierce personne qui les accompagne, ou à qui elles auront demandé leur chemin. À savoir Les aides techniques utilisées par les personnes déficientes visuelles sont : - La correction optique, - L agrandisseur (caméra qui permet de projeter l image d un document à partir d un support papier sur écran), - L enregistreur : magnétophone ou dictaphone, - Le bloc-notes, voire ordinateur associé à un logiciel de grossissement de caractères avec une sortie vocale ou Braille. Certaines personnes déficientes visuelles utilisent une canne blanche ou ont recours à un chien guide. La personne malvoyante voit mal, mais c est une personne voyante. Elle a souvent besoin de se rapprocher des personnes et des objets. Elle peut Déficience visuelle : Trouver les mots qui font image avoir besoin de jumelles, d un monoculaire, d une loupe ou de texte en gros caractères, d un bon éclairage qui ne soit pas éblouissant, et sera davantage gênée par le contre-jour qu une autre personne. Ouvrir son monument à la visite pour des personnes malvoyantes ou non voyantes représente un défi particulier : - recréer un rapport sensible à l environnement architectural, aux œuvres et au mobilier présents dans ces lieux, - créer un jardin en favorisant une approche sensorielle (jardin de plantes médicinales par exemple ) En effet, le rapport direct et sensible que peut avoir une personne voyante avec un patrimoine culturel, des œuvres d art, du mobilier, les jardins, doit être complètement repensé pour un public déficient visuel aveugle de naissance ou de longue date. Le conférencier doit se rappeler que les notions d histoire de l art et d art décoratif sont complexes pour le public déficient visuel. Sorte de reconstruction mentale a effectuer par le verbe, il s agit de décrire ces lieux, si possible en construisant un parcours et en dégageant une thématique. La parole est le vecteur principal de communication, et si ce type de visite représente un défi pour la personne déficiente qui doit recréer un univers mental (image, représentation) à partir d éléments qu elle ne connaît pas, c en est un également pour la personne voyante qui l accompagne à travers la visite : la moindre approximation verbale peut induire une «erreur de représentation». Si le langage est approximatif, la représentation mentale reste superficielle. Le regard a ses conventions et ses habitudes, la personne mal voyante a besoin de repères extrêmement précis qu une personne voyante ne mesure pas instinctivement. Ce qui paraît évident à une personne voyante ne l est pas pour une personne aveugle, et à la réflexion, ne l est peut-être pas non plus pour une personne voyante Il s agit d un réel échange de parole tout d abord, et d émotion ensuite, afin de pouvoir véhiculer la sensibilité artistique

11 L accueil des personnes non voyantes et malvoyantes Les bonnes attitudes pour améliorer l accueil Àl arrivée d un visiteur handicapé visuel, essayez d identifier si la déficience sensorielle de la personne est gênante pour la communication. On peut lui proposer de la guider. Lorsque vous vous adressez à une personne déficiente visuelle, il faut prendre soin de toujours la nommer afin qu elle comprenne que vous vous adressez à elle. Il faut également ne pas oublier de se présenter. Ces informations lui permettront de savoir qu elle est «prise en charge». ACCOMPAGNER UNE PERSONNE DÉFICIENTE VISUELLE > Les personnes aveugles choisissent toujours de prendre le bras d un accompagnateur pour se diriger. > Proposez éventuellement votre aide, sans pour autant l imposer : «Désirez-vous que je vous accompagne?» ou, si la personne handicapée est munie d une canne blanche : «Désirez-vous que je vous donne le bras?». Si votre offre est refusée, ne soyez pas irrité. Certaines personnes déficientes visuelles préfèrent garder leur indépendance plutôt que de recevoir une aide. > Offrez votre bras en tendant votre coude replié vers la personne, qui, si elle est habituée à être accompagnée, saisira l arrière du coude afin d être guidée, en se tenant légèrement en retrait afin de percevoir les mouvements de l accompagnateur et d anticiper. Il faut marquer un arrêt devant chaque obstacle ou marche. > Vous pouvez également tendre l avant-bras : la personne aveugle sent ce mouvement et suit automatiquement. Ne poussez jamais cette personne devant vous, même si vous lui tenez le bras : elle éprouverait alors un fort sentiment d insécurité. > Ne pas hésiter à rappeler les consignes données au départ de la visite. Certaines personnes peuvent être maladroites. Leurs références sont en effet souvent limités à leur appartement et elles peuvent n avoir aucune idée du mobilier et des objets qui les entourent. Il peut arriver qu elles n hésitent pas à explorer ce qu il y a autour d elles, s appuient sur un meuble pour se baisser ou se relever ou touchent les objets sans attention. > Veillez donc à ce que chaque personne déficiente visuelle soit accompagnée, pour son confort, sa sécurité et celle des collections. > Décrivez les lieux que vous traversez avec la personne handicapée, signalez-lui des repères qui peuvent lui servir pour se déplacer, et prévenez-la des obstacles éventuels, sans omettre de lui signaler que vous changez de salle : il est important qu elle se sente en sécurité tout au long de la visite. Le cheminement devra être libre pour une locomotion confortable pour tous. PERSONNE SE DÉPLAÇANT AVEC UN CHIEN GUIDE ET UNE CANNE BLANCHE Si la personne aveugle ou malvoyante se présente avec un chien guide, il faut pouvoir autoriser le chien guide à accompagner son maître dans le circuit de visite. Lorsque a personne aveugle ou malvoyante est accompagnée d un chien guide, il faut savoir que c est elle qui dirige le chien et non l inverse : le chien guide n est là que pour prévenir les obstacles au sol et en hauteur. Il faut éviter de s adresser à l animal et le caresser lorsqu il «travaille» car cela le distrait de sa tâche. Une personne déficiente visuelle qui se déplace avec une canne blanche peut être mal voyante (vision en tunnel ou floue). Sa canne sert alors de guide et l aide à se protéger des dangers, à condition qu ils soient perçus au niveau du sol. S ils sont plus haut, il faut les neutraliser. Ne saisissez jamais la canne d une personne aveugle: elle éprouverait alors un fort sentiment d insécurité. Veiller au mobilier placé dans les couloirs qui risque d être rayé par le harnais d un chien guide, ou par une canne

12 L accueil des personnes non voyantes et malvoyantes Quelques règles de base FRANCHIR UNE PORTE, UN PASSAGE ÉTROIT, UN ESCALIER > Passez toujours devant la personne. Placez votre bras dans son dos, entraînant ainsi la personne déficiente visuelle derrière vous. > Dans un escalier, prévenez la personne lors de la première et après la dernière marche, après lui avoir indiqué si les marches sont montantes ou descendantes. Pour une personne malvoyante, proposez lui de lui placer sa main sur la rampe. dra place sans difficulté. Ou posez sa main sur le bras du fauteuil et dites : «le fauteuil se trouve à votre droite». SITUER LES OBJETS > Évitez les mots flous, comme «là-bas» ou «plus loin», mais ne changez pas pour autant votre vocabulaire. > Ne dites jamais «il y a une chaise là» ou une «table là», en montrant la direction du doigt. Ces indications n ont aucune valeur pour la personne aveugle. Dites plutôt : «il y a une chaise devant vous», «une petite table est derrière vous». ÉVITER À LA PERSONNE DE CHERCHER SES AFFAIRES > Laissez à la personne aveugle le soin de placer elle-même ses affaires. > Approchez sa canne si elle ne se rappelle pas où elle l a posée. LE VOCABULAIRE En parlant à une personne aveugle beaucoup de gens n osent pas employer des mots comme «voir, regarder, télévision, cinéma, couleur, aveugle ou cécité» C est une erreur : les personnes aveugles plaisantent souvent elles-mêmes sur leur handicap. Les aménagements pour faciliter l accueil LES ÉCLAIRAGES Les salles insuffisamment éclairées peuvent poser un problème aux malvoyants pour se déplacer en sécurité et voir les œuvres. Le passage d une zone d ombre à une zone lumineuse ou vice-versa cré une difficulté de perception de l environnement. LA VISITE Visite orale devant des œuvres intouchables ÉVITER LES OBSTACLES EN HAUTEUR Évitez la proximité des obstacles en hauteur, type panneau en saillie (impossible à détecter avec une canne). OFFRIR UN SIÈGE > Règle d or : présentez le siège, mais laissez à la personne aveugle la liberté d en faire usage ou non, sans insister. > Pour l inviter à s asseoir, adoptez la technique suivante : mettez la main de la personne aveugle sur le dossier de la chaise. Immédiatement elle se rendra compte de la position du siège et pren- AUX TOILETTES > Vous êtes un peu gêné? Pensez que la personne déficiente visuelle l est plus encore. Si vous êtes du même sexe, entrez avec elle dans le local. Sinon, faites appel à une autre personne. > Expliquez la configuration du lieu, l état de propreté et les équipements sanitaires disponibles (lavabo, essuie-mains, savon.) PRENDRE CONGÉ Avertissez toujours la personne déficiente visuelle quand vous la quittez, car avec le bruit ambiant, il lui est parfois difficile de savoir si son interlocuteur est encore présent. Dans les descriptions le conférencier devra se concentrer sur ce qui est essentiel, et utiliser un vocabulaire spatial clair et précis : > Il ne doit pas, par exemple, employer les mots flous comme «ici» > Il s efforcera d évoquer l atmosphère qui se dégage de la pièce, sans occulter la précision des couleurs. > Pour ce qui est monumental, il devra donner des échelles de valeur, des exemples simples (la façade est haute comme deux étages d immeuble). La représentation de vastes espaces (parc, jardin) reste difficile. Les personnes malvoyantes perçoivent de façon fragmentée, elles ont donc besoin de temps pour saisir l image dans son ensemble

13 L accueil des personnes non voyantes et malvoyantes Découverte tactile Il s agit de laisser toucher certaines œuvres sélectionnées (œuvres originales, sculptures ou moulages, éléments architecturaux ou de décor du bâtiment ), ou des maquettes spécialement conçues à cet effet pour les personnes déficientes visuelles. Cette découverte tactile est d abord globale puis détaillée, ce qui nécessite pour la personne mal voyante une synthèse mentale pour recomposer l objet. Étant séquentielle, elle exige du temps. Parallèlement, l œuvre ou le bâtiment sera décrit, afin que les personnes puissent en avoir une appréhension directe. N.B. : Toute représentation en perspective n est pas toujours compréhensible pour les aveugles de naissance. Par exemple : un bas-relief avec deux ou trois niveaux de relief n est pas compréhensible. Dans ce cas, il faut se concentrer sur l essentiel. > Si le visiteur a une canne, lui proposer de la prendre pour qu il puisse toucher avec les deux mains (confort) et éviter aussi que la canne ne raye quelque chose par inadvertance. > Prévenir la personne que l on va la guider, lui prendre la main que l on posera doucement sur l élément souhaité et laisser la personne découvrir la représentation sur vos indications. Ne dites pas tout, il faut lui laisser le plaisir de la découverte. > Évoquer les différents matériaux (marbre, bois, bronze, ). N.B. : Les matériaux sont plus ou moins fragiles, ainsi, le marbre peut être détérioré au toucher, alors que le bronze est plus résistant. Documents adaptés > La documentation écrite peut être en Braille intégral ou en caractères agrandis : pour les malvoyants, choisir l écriture usuelle en corps 16 minimum avec un double interlignage (Cf. normes AFNOR) > Les plans en relief sont de bons repères pour les personnes déficientes visuelles, en leur permettant de se situer. > Les surimpressions sont à proscrire. Les dessins en relief seront simples et réalisés par des spécialistes. > Les maquettes : elles peuvent être simples mais bien conçues, et avoir un sens pour tous les publics. Il est intéressant de les rendre démontables, afin de permettre la perception des volumes extérieurs et intérieurs, ou de la chronologie de la construction. > Les aides optiques. Certaines personnes malvoyantes utilisent des systèmes optiques tels que des jumelles, un monoculaire ou une loupe, appareillages qui peuvent être tolérés s ils sont utilisés avec attention. Ceci leur permet d avoir une vision agrandie d une œuvre et de découvrir ainsi sa représentation

14 L accueil des personnes sourdes et malentendantes L accueil des personnes sourdes et malentendantes La surdité est un handicap invisible, les entendants peuvent avoir tendance à l oublier, notamment si la personne sourde parle bien. De plus, le langage n est pas toujours au niveau du degré de compréhension. Pour bien saisir ce que signifie «ne pas entendre», le meilleur moyen est de réfléchir à ce que signifie «entendre». Ainsi saisira-t-on mieux ce dont est privée une personne sourde. Entendre c est : - Recevoir de très nombreux messages, - Pouvoir demander sa route et comprendre la réponse, - Disposer d un formidable «radar», qui en permanence vous informe sur le monde extérieur (savoir que l eau bout, être informé du danger que représente le camion qui s approche à toute vitesse avant même de l avoir vu.) Toutes les personnes sourdes n ont pas les mêmes facilités à apprendre le langage parlé et n ont pas toujours une élocution représentative de leur degré de surdité. Celui-ci est : - léger, moyen ou sévère (personnes malentendantes); - profond ou total (personnes sourdes). Il existe deux grandes catégories : > Les malentendants et les devenus sourds Ils représentent environ 80% de la population sourde, et sont dits «oralistes». Adultes le plus souvent, ces personnes sont en majeure partie devenues sourdes ou malentendantes (DSME) au cours de leur vie. Elles utilisent principalement la lecture labiale (lecture des mots sur les lèvres de l interlocuteur), et portent en complément une prothèse (plaquette et implant cochléaire). Les aides apportées par la technique ou l apprentissage de la lecture labiale, sont limitées et très variables en fonction des personnes. On ne peut donc comparer l effet correcteur des lunettes avec l effet amplificateur des prothèses auditives. Même si elle peut la compléter, la lecture labiale ne remplace pas l audition : Certains mouvements des lèvres restent imprécis d où une mauvaise interprétation (par exemple : les mouvements des lèvres pour certaines lettres comme «V» et «F», «P» et «B» sont identiques). En moyenne, dans la vie quotidienne, une personne sourde capte entre 35% et 50% de l information qu elle saisit par lecture labiale. Les personnes déficientes auditives appareillées entendent, mais elles ne comprennent pas toujours ce qu on leur dit. Elles ont besoin de temps pour bien analyser le sens des paroles. Certaines d entre elles sont bilingues et pratiquent la langue des signes. > Les sourds profonds de naissance Ils représentent environ 20 % de la population sourde et sont dits«signeurs». Il s agit de surdité de naissance ou précoce profonde et sévère, qui provoque souvent des retards dans la maîtrise du langage. Ces personnes revendiquent une culture sourde, la plupart d entre-elles pratiquent la «langue des signes» (LS), et elles sont généralement non appareillés d une prothèse auditive. Seules les personnes pratiquant la langue des signes française ont besoin d un interprète en langue des signes (LS). Toutefois, certaines d entre elles possèdent les deux «cultures» et peuvent parler avec des «entendants». Ces publics se mélangent toutefois peu. Surdité : Trouver les gestes qui font parole Pour une personne sourde la vision proprement dite de l œuvre et du monument est toujours aiguisée. En revanche, le problème de la transmission de l information et de l émotion se pose. Or, les personnes sourdes ne peuvent toutes communiquer ni recevoir l information de la même manière, les types de surdité étant très variés. Il conviendra donc de leur accorder toute l attention nécessaire afin d adapter les visites : - par l organisation de visites en langue des signes, ou en lecture labiale avec audioconférencier par petits groupes, - par la mise en place d équipements particuliers, comme des audioguides, des vidéos en langue des signes,

15 L accueil des personnes sourdes et malentendantes Les bonnes attitudes pour améliorer d accueil Aucun aménagement spécifique n est réellement en mesure de compenser le handicap auditif, ce qui justifie des efforts accrus pour adopter en permanence les bonnes attitudes. La communication avec une personne handicapée auditive est soit en langue des signes (LS), soit dans la grande majorité, labiale. Lorsqu une communication doit être établie avec un groupe de personnes sourdes (formation, information), il est préférable de faire intervenir une personne bilingue (en langue des signes et en français). LANGUES DES SIGNES (POUR PERSONNES SOURDES) Des visites conférences peuvent être organisées avec un conférencier spécialisé en langue des signes. LECTURE LABIALE (POUR PERSONNES SOURDES ORALISTES ET DEVENUES SOURDES) Nous n évoquerons pas ici la langue parlée complétée (LPC), méthode utilisant la lecture labiale (complétée par des signes si nécessaire). Le conférencier devra toujours choisir des lieux calmes pour ses explications

16 L accueil des personnes sourdes et malentendantes Il aura soin de supprimer tout ce qui pourrait gêner la lecture sur les lèvres : > Supprimer tout ce qui peut perturber la qualité de la communication orale (main devant la bouche, crayon ou chewing-gum mâchonné ). > Parler le visage bien éclairé et bien dégagé. La communication passe aussi par le regard. > Articuler lentement et doucement, tout en parlant à une vitesse régulière sans hésiter sur les mots. Attention : articuler à outrance supprime les expressions du visage dont la personne sourde a aussi besoin pour comprendre le message. Il faut simplement s exprimer avec calme et précision, et ne pas hésiter à accompagner la parole par des gestes. > Parler notamment sans crier : quand on crie le visage a une expression agressive. > Adapter les phrases pour les rendre les plus courtes possibles en utilisant un vocabulaire courant. Si plusieurs personnes s expriment, veillez à ce que chacune parle l une après l autre. Si la personne sourde oraliste a des difficultés à comprendre un message : > Ne répétez pas sans cesse la phrase dans les mêmes termes, modifier plutôt la phrase, le vocabulaire. > Utilisez l écrit, des phrases courtes, des dessins, l alphabet dactylologique pour épeler un mot si la personne le connaît. > Vérifiez régulièrement la compréhension mutuelle des messages afin d éviter tout malentendu dû à une interprétation erronée : n hésitez pas à reformuler le message ou la demande de votre interlocuteur, > Ne vous bornez pas à demander si le message a été compris, mais assurez-vous en, posez des questions. LE CONFÉRENCIER POUR PERSONNES MALENTEN- DANTES Le conférencier doit être naturel et avoir un langage simple, ni haché, ni infantilisant. Attention les bruits de fond sont amplifiés par les prothèses auditives. Il est donc nécessaire de choisir un endroit calme et bien éclairé. Il ne faut jamais parler en marchant. Si deux groupes se trouvent dans la même pièce, il est préférable d y revenir ; en effet une personne malentendante entendra les propos des deux conférenciers à la fois et les remarques des visiteurs, même s ils parlent à voix basse Aujourd hui la plupart des audioconférenciers et des audioguides sont cependant dotés de plusieurs canaux évitant toute perturbation. Les aménagements pour faciliter l accueil ÉQUIPEMENT ADAPTÉ POUR PERSONNES SOURDES ET PERSONNES MALENTENDANTES > L éclairage doit permettre une bonne visibilité > Le bloc-note : réservé à l accueil ou au gardien, il permet d écrire et de dessiner un plan pour donner une information et diriger la personne. > L audioconférencier : des fabricants proposent des modèles adaptés au public déficient auditif. Ils présentent l intérêt de ne pas stigmatiser la personne malentendante, celle-ci utilisant le même audioconférencier que les autres visiteurs. L intérêt est que le conférencier peut parler sans hausser le ton, permettant à tous les participants de suivre distinctement son propos. > La boucle magnétique : l équipement d une salle permet à la personne appareillée de percevoir directement le contenu sonore diffusé par une borne interactive ou un moniteur vidéo. > L audioguide : Il est idéal pour des visites individuelles. L appareil est le même tout public, grâce au dispositif de réglage de volume sonore. > La documentation papier : complément utile, une présentation ou une brochure permet aux visiteurs de lire les noms propres ou techniques ainsi que les dates, toujours difficiles à saisir oralement. La personne pourra en disposer ultérieurement. > Le tableau blanc : plus pratique qu un bloc note (réservé à l accueil ou au gardien), le conférencier inscrira dessus les noms propres, les mots

17 L accueil des personnes présentant une déficience intellectuelle L accueil des personnes présentant une déficience intellectuelle Le handicap mental est un handicap de compréhension, de communication, et de la décision. Il est qualifié de «léger, moyen, ou lourd». Il faut bien faire la distinction entre les personnes présentant une déficience intellectuelle et les personnes atteintes de pathologies mentales, caractérisées par des troubles psychologiques graves ou des pathologies congénitales (trisomie ). La personne déficiente intellectuelle le devient suite à un accident ou une maladie (encéphalite, troubles neurologiques). Si elle ne possède plus toutes ses facultés, ça ne l empêche pas d être cultivée et instruite. Il faut se garder de généraliser, le handicap peut être multiple. Ces caractéristiques, variables d un individu à un autre, ont d importantes conséquences fonctionnelles et sociales. La personne peut ainsi avoir des difficultés à : > Mémoriser les informations orales et sonores, > Fixer son attention, > Apprécier l importance relative des informations mises à sa disposition, > Évaluer la notion d écoulement du temps, > Se repérer dans l espace, Une personne présentant une déficience intellectuelle est donc généralement marquée par une réduction de ses facultés de compréhension, de prise de décision et de mémorisation. Cette déficience peut se caractériser par une lenteur de compréhension, un faible contrôle de l affectivité et des difficultés à se situer dans l espace et dans le temps. Le degré d autonomie peut être plus ou moins grand. Les facultés d adaptation sont toujours amoindries : une personne présentant une déficience intellectuelle doit s adapter au rythme, à la découverte d un nouvel environnement. Elle a besoin de temps pour se déplacer, se repérer, mémoriser les trajets, mémoriser les apprentissages. > Apprécier la valeur de l argent, > Mobiliser ou remobiliser son énergie, > Connaître : - L environnement immédiat ou élargi, - Les conventions tacites qui régissent l échange d informations entre deux personnes, - Les modes d utilisations des appareillages, dispositifs, automates mis à disposition, - Les règles de communication et de vocabulaire. Les bonnes attitudes pour améliorer l accueil Les capacités physiques des personnes handicapées mentales ne sont nullement amoindries. C est donc surtout dans le domaine de l accessibilité à l information qu un effort doit être fait. Leurs possibilités d utiliser les panneaux d affichage et de décoder une signalétique sont réduites. Ces personnes n ont par ailleurs pas toutes accès à la lecture. L information visuelle doit donc être très simple, immédiatement compréhensible et sans équivoque (image, photo ) Soyez simple, attentif, respectueux, accueillant, sans a priori. Laissez à la personne un temps suffisant pour réagir ou pour s exprimer. N hésitez pas à lui répéter plusieurs fois les consignes ou les explications

18 L accueil des personnes présentant une déficience intellectuelle Annuaire > Si vous faites partie du personnel d accueil, n hésitez pas à lui donner un plan d orientation ou à lui noter des indications par écrit. > Ne vous effrayez pas du comportement de la personne handicapée mentale, même s il vous paraît inadapté. En particulier, ne soyez pas surpris par ses démonstrations d affection : elles témoignent simplement du fait qu elle se sent en climat de confiance. > Évitez toute perturbation qui peut être énormément déstabilisante (effet de panique, suivisme, démission : la personne va rester sur place parfois pendant des heures). Par exemple, la rencontre d un obstacle dans la circulation peut les mettre en situation de crise. Favorisez au contraire la sécurisation, le repérage dans l espace qui sont nécessaires pour éviter les situations de stress ou de panique. > Exprimez vous clairement et simplement, en évitant les longues explications verbales. - Appuyez-vous sur des notions concrètes et précises. - Ayez recours à des phrases affirmatives. - Privilégiez une approche ludique et pédagogique. - Réalisez une documentation simple en langage clair comprenant des dessins et des photographies. Déficience mentale : Trouver les mots qui guident la compréhension Il s agit d accompagner la découverte du lieu, pour établir un rapport aux œuvres et aux lieux, et permettre à chacun de nourrir sa pensée et son imaginaire. Des visites thématiques, permettant une découverte spécifique du lieu, peuvent être mises au point sur un mode interactif de questions-réponses. Il faut être avant tout à l écoute et essayer de rendre la visite interactive, en posant des questions, en demandant des précisions un fois qu une répons e à été donnée : tel peut être l esprit d une visite menée pour des personnes ayant une déficience mentale. Annuaire Les propriétaires de monuments ouverts à la visite souhaitant accueillir le public handicapé auront tout intérêt à solliciter les associations nationales, régionales et départementales représentatives des personnes handicapées, qui centralisent beaucoup d informations. Ils devront par ailleurs penser à adapter leur site internet au public handicapé. QUELQUES ADRESSES : Association Tourisme et Handicaps 280, bd Saint-Germain Paris Tél. : Fax : Courriel : HANDICAP MOTEUR APF (Association des paralysés de France) Siège national 17, boulevard Blanqui Paris Tél : Internet : > Chargés des questions d accessibilité, région Paris : Jean-Marc BERNARD et Franck MAILLE 13, place de Rungis Paris Tél. : Courriel : Association française contre les myopathies 1 rue de l Internationale BP 59 F Evry cedex Tél : Fax : Internet: > Responsable du matériel adapté : Mme Mette BENDIX : Courriel : HANDICAP VISUEL Association Valentin Haüy 5, rue Duroc Paris Tél : Internet : INJA Institut national des jeunes aveugles 56 boulevard des Invalides Paris Tél : Internet : www. inja.fr Courriel : > Site proposant de l édition adaptée (transcription de documents en braille, en gros caractères, sur support audio ou numérique. Groupement des intellectuels aveugles ou amblyopes 5, avenue Daniel Lesueur Paris Tél : Internet : > Traductions en braille, et adaptation des textes pour handicap mental HANDICAP AUDITIF Fédération nationale des sourds de France 41, rue Joseph Python Paris Tél : Fax : Courriel : Internet : BUCODES Bureau de coordination des associations de devenus sourds et malentendants 73, rue Riquet Paris Tél et minitel : Courriel : Internet : bucodes.free.fr > Il a pour objectifs de fournir des informations et promouvoir l accessibilité et la communication HANDICAP MENTAL AFTC Association des Familles de Traumatisés crâniens Ile-de-France (1987) 5 rue de l Orme Paris Tél : Fax : Courriel : Président : M. Roger LOCHOT (Hôpital Broussais) > Bureau d accueil : Nicole DIERES MONPLAISIR 96 rue Didot Paris Tél. : Fax :

19 Annuaire APEI (Papillons blancs) U.N.A.P.E.I. DE PARIS (Union national des associations de parents et amis de personnes handicapées mentales de Paris) 44, rue Blanche Paris Tél. : Internet : Président : Gérard MESNIL Mme Annie COLLOT, directrice Club Espoir Avenir 5 place André Masson Paris Tél. : Président : Hervé HEULOT (également responsable de la Culture de l association des Papillons blancs et administrateur de l APEI). Courriel : > Structure de loisirs et de culture accessible aux personnes ayant un handicap intellectuel léger ou se trouvant en situation de fragilité. ASSOCIATIONS CULTURELLES DESTINÉES AU PUBLIC HANDICAPÉ Association «Bleu comme une orange» culture et handicap Patrick MAZAUD 108, rue Truffaut Paris Tél : Courriel : > Association culturelle proposant des activités culturelles pour tout public et spécifiquement pour les personnes handicapées. Elle évalue l accessibilité des lieux et crée des produits culturels adaptés. Club «Gestes Musées et Monuments» (CGMM) Jean-Paul PERBOST 64, rue de Domrémy Paris Courriel : Fax : > Organisation de visites-conférences en langue des signes ÉQUIPEMENT > site spécialisé dans le matériel pour malentendant : Internet : > sociétés proposant des audioguides et des audioconférenciers adaptés ou spécialisés dans le matériel pour malentendants : ACOUREX (audioguides et audioconférenciers spécialisés DA) 2 rue d Etienne d Orves Ablon-sur-Seine Tél. : Fax : ANTENNAUDIO (audioguides et audioconférenciers) 12 rue Molière Rueil Malmaison Tél. : Fax : Internet : COMFORTAUDIO Suède (audioconférenciers spécialisé DA) Frida Wahlgren, Responsable du secteur France (se déplace pour des démonstrations) Tél. : 46 (0) Courriel : Internet: OPHRYS Systèmes (audioguides et audioconférenciers adaptés DA) 6 Rue Valérien Perrin F Seyssinet-Pariset Tél. : +33 (0) Fax : +33 (0) Internet : Courriel : PRODITION (audioguides et audioconférenciers spécialisés DA : Oticon, Bernafon, Phonic Ear, Interacoustics, MAICO) Paul MOUSNY rue Jean-Baptiste Charcot Courbevoie Tél. : Fax : Mobile : Courriel : Internet : RSF EUROPE 43 a, rue Principale, L-8376 Kahler Tél : +352/ Fax : +352 / Luxembourg Courriel : SENNHEISER France (audioguides et audioconférenciers) 128 bis, avenue Jean Jaurès Ivry-Sur-Seine Cedex Tél. : Fax : Internet : 36

Organiser une réunion accessible à tous

Organiser une réunion accessible à tous Organiser une réunion accessible à tous L accessibilité, condition indispensable à la possibilité pour les personnes en situation de handicap de se déplacer, d accéder et de participer aux activités sociales,

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

Pour un stand d exposition plus accessible Plain-Pied 2009

Pour un stand d exposition plus accessible Plain-Pied 2009 www.plain-pied.com Pour un stand d exposition plus accessible Version 2009 Avec le soutien financier du Ministre de la Santé, de l Action Sociale et de l Egalité des Chances de la Région Wallonne. Pour

Plus en détail

Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité

Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité p. 76-89 Définition des handicaps «Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d activité ou restriction de participation à

Plus en détail

Accueil et intégration de personnes en situation de handicap Guide pratique

Accueil et intégration de personnes en situation de handicap Guide pratique EDF Mediathèque Cédric Martigny Accueil et intégration de personnes en situation de handicap Guide pratique 656-53520-0112-1364 Cette brochure est imprimée sur du papier certifié FSC, c est-à-dire issu

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT Chaque handicap est différent. Si la classification des handicaps en grandes familles peut, au premier abord, paraître réductrice, elle a cependant

Plus en détail

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public NOM équipement Notice accessibilité pour les établissements recevant du public Textes de référence : Loi n 2005-102 du 11 février 2005 Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1er Règles en vigueur considérées

Plus en détail

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public NOM équipement Notice accessibilité pour les établissements recevant du public Textes de référence : Loi n 2005-102 du 11 février 2005 Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1er Règles en vigueur considérées

Plus en détail

ACCESSIBILITE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC EXISTANTS AUX PERSONNES HANDICAPEES

ACCESSIBILITE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC EXISTANTS AUX PERSONNES HANDICAPEES ACCESSIBILITE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC EXISTANTS AUX PERSONNES HANDICAPEES - La loi d orientation du 30 juin 1975 en faveur des personnes handicapées, - La loi du 13 juillet 1991 portant diverses

Plus en détail

Accueil des clientèles en situation de handicap Cévennes Ecotourisme Décembre 2013. Le handicap visuel

Accueil des clientèles en situation de handicap Cévennes Ecotourisme Décembre 2013. Le handicap visuel Le handicap visuel Définition de la déficience visuelle La déficience visuelle est une altération de la vue plus ou moins prononcée. L autonomie des personnes ayant une déficience visuelle repose sur leur

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE - ATTRAIT

AIDE-MÉMOIRE - ATTRAIT AIDE-MÉMOIRE - ATTRAIT STATIONNEMENT Éléments Espace(s) réservé(s) / nombre total de places de stationnement Dimension d un espace de stationnement réservé aux personnes handicapées Surface du stationnement

Plus en détail

CRÉER UN JEU DE PISTE ACCESSIBLE EN MILIEU URBAIN

CRÉER UN JEU DE PISTE ACCESSIBLE EN MILIEU URBAIN LES SERVICES DU COMITÉ RÉGIONAL DU TOURISME PARIS ILE-DE-FRANCE POUR LES PROFESSIONNELS Accessibilité Qualité de l accueil à Paris Ile-de-France N 3 OCT 2013 CRÉER UN JEU DE PISTE ACCESSIBLE EN MILIEU

Plus en détail

DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP

DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP Dossier à l intention des professionnels souhaitant s améliorer dans l accueil des personnes handicapées. Conseils pour recevoir des personnes handicapées selon le type de

Plus en détail

Norme d accessibilité pour les services à la clientèle :

Norme d accessibilité pour les services à la clientèle : Norme d accessibilité pour les services à la clientèle : conseils en matière de formation pour les employés organisations comptant 20 employés et plus introduction La nouvelle norme de l Ontario en matière

Plus en détail

Accueil des personnes en situation de handicap

Accueil des personnes en situation de handicap Livret de sensibilisation des collaborateurs des hébergements touristiques Contribuez à l engagement et à la qualité de service de l entreprise! Accueil des personnes en situation de handicap Les bonnes

Plus en détail

Rencontrer des personnes en situation de handicap

Rencontrer des personnes en situation de handicap Info-Handicap - Conseil National des Personnes Handicapées asbl Info-Handicap - Centre National d Information et de Rencontre du Handicap Version 03/2011 Rencontrer des personnes en situation de handicap

Plus en détail

Nom et adresse :...Tél :... Nom et adresse :... Qualité :... Tél :...

Nom et adresse :...Tél :... Nom et adresse :... Qualité :... Tél :... Direction Départementale des Territoires et de la Mer Aude Service Habitat et Constructions Durables Unité Accessibilité et Réglementation de la Construction janvier 2010 NOTICE D ACCESSIBILITE ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Des stratégies individuelles de compensation à la conception pour tous. Mardi 25 Novembre 2008

Des stratégies individuelles de compensation à la conception pour tous. Mardi 25 Novembre 2008 Des stratégies individuelles de compensation à la conception pour tous Mardi 25 Novembre 2008 Handicap : de quoi parle-t-on? Origine historique liée au domaine sportif : les milieux turfistes Apparition

Plus en détail

LABEL TOURISME ET HANDICAP CAHIER DES CHARGES HÔTELLERIE DE PLEIN AIR

LABEL TOURISME ET HANDICAP CAHIER DES CHARGES HÔTELLERIE DE PLEIN AIR LABEL TOURISME ET HANDICAP CAHIER DES CHARGES HÔTELLERIE DE PLEIN AIR 1.1 - La sensibilisation du personnel Le personnel doit être sensibilisé à l accueil et à l accompagnement des clients susceptibles

Plus en détail

Fiche signalétique. Conseils d utilisation. Informations préalables. Identification de l'équipement

Fiche signalétique. Conseils d utilisation. Informations préalables. Identification de l'équipement Fiche signalétique Informations préalables - Date de l évaluation :.. - Nom des évaluateurs : - Organismes des évaluateurs : Identification de l'équipement Etablissement :... Nom et raison sociale de l'organisme

Plus en détail

TOURISME ET HANDICAP CAHIER DES CHARGES SITES NATURELS

TOURISME ET HANDICAP CAHIER DES CHARGES SITES NATURELS TOURISME ET HANDICAP CAHIER DES CHARGES SITES NATURELS 1.1 - La sensibilisation du personnel Le personnel doit être sensibilisé à l accueil et à l accompagnement des clients susceptibles de se trouver

Plus en détail

DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP

DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP Dossier à l intention des professionnels souhaitant s améliorer dans l accueil des personnes handicapées. Réaliser les aménagements fondamentaux pour l accueil des personnes

Plus en détail

Normes techniques d'accessibilité

Normes techniques d'accessibilité Normes techniques d'accessibilité Informations tirées du site de la CRIPH (Cellule de Recrutement et d Insertion des Personnes Handicapées) La notion d accessibilité intègre plusieurs composantes : l accès

Plus en détail

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public Guide de l Accessibilité des Etablissements Recevant du Public Direction du Développement Commerce Tourisme Réaliser un projet qui garantit l égalité d accès : S assurer que les entrées principales soient

Plus en détail

L ACCUEIL DU PUBLIC 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ CE QUE DIT LA LOI RECOMMANDATIONS

L ACCUEIL DU PUBLIC 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ CE QUE DIT LA LOI RECOMMANDATIONS 3 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ L accueil doit pouvoir être identifié et atteint dès le franchissement de la porte d accès du bâtiment. Pour les personnes déficientes

Plus en détail

TOURISME CULTURE ACCESSIBLES. AIDE-MÉMOIRE RESTAURANT Pour une conception sans obstacles aux personnes à capacité physique restreinte

TOURISME CULTURE ACCESSIBLES. AIDE-MÉMOIRE RESTAURANT Pour une conception sans obstacles aux personnes à capacité physique restreinte TOURISME CULTURE ACCESSIBLES AIDE-MÉMOIRE RESTAURANT Pour une conception sans obstacles aux personnes à capacité physique restreinte MISE À JOUR MARS 2014 TABLE DES MATIÈRES STATIONNEMENT 3 ENTRÉE ET INTÉRIEUR

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE L ÉQUIPEMENT, DU TOURISME ET DE LA MER Arrêté du 15 janvier 2007 portant application du décret n o 2006-1658 du 21 décembre 2006

Plus en détail

IPP-0773 BAT-0743 Le Forum de Liège Janvier 2006 Page 1 sur 21

IPP-0773 BAT-0743 Le Forum de Liège Janvier 2006 Page 1 sur 21 Janvier 2006 Page 1 sur 21 LE FORUM Rue pont d Avroy, 14 4000 Liège Tél. : 04/ 223 18 18 Fax : 04/ 223 15 43 Web : www.leforum.be 0 3 0 2 1 8 Avec le soutien financier de la Ministre de la Santé, de l

Plus en détail

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DES COMMERCES Édition Février 2015 FICHE N 2A RENDRE MON HÔTEL ACCESSIBLE

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DES COMMERCES Édition Février 2015 FICHE N 2A RENDRE MON HÔTEL ACCESSIBLE KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DES COMMERCES Édition Février 2015 FICHE N 2A RENDRE MON HÔTEL ACCESSIBLE RAPPEL : Pour les ERP classés 1, 2, 3, 4e catégorie : Ces

Plus en détail

Guide de l Accessibilité des ERP

Guide de l Accessibilité des ERP Guide de l Accessibilité des ERP Comment rendre votre établissement accessible aux handicapés et assurer la continuité de votre accueil du public pendant les travaux de mise aux normes. Sommaire 1. Introduction

Plus en détail

Le stationnement Le cheminement extérieur L entrée du bâtiment Le cheminement intérieur Les sanitaires. à faire. à ne pas faire

Le stationnement Le cheminement extérieur L entrée du bâtiment Le cheminement intérieur Les sanitaires. à faire. à ne pas faire É D I T O «En juin 00, dans le cadre de sa Charte de Développement Durable, le Pays Yon et Vie s est donné pour ambition d offrir à ses habitants des services adaptés et accessibles à tous. Certains publics

Plus en détail

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2B RENDRE MON RESTAURANT ACCESSIBLE

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2B RENDRE MON RESTAURANT ACCESSIBLE KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2B RENDRE MON RESTAURANT ACCESSIBLE RAPPEL : Pour les ERP classés 1, 2, 3, 4e catégorie

Plus en détail

Commune X. Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007

Commune X. Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007 Commune X Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007 Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée Les cheminements

Plus en détail

Parking. Les places accessibles devront être les plus proches de l entrée.

Parking. Les places accessibles devront être les plus proches de l entrée. Parking Si vous avez un parking privé, 2% des places devront être accessibles : largeur minimum 3,30 m, place et devers de pente maxi 2%, signalétique horizontale et verticale. Les places accessibles devront

Plus en détail

Spécimen de jeu-questionnaire de sensibilisation

Spécimen de jeu-questionnaire de sensibilisation Nom : Date : Spécimen de jeu-questionnaire de sensibilisation Vous pouvez utiliser ce jeu-questionnaire pour évaluer les idées fausses que vous avez peut-être sur les personnes handicapées. Répondez aux

Plus en détail

IPP-0775 BAT-0745 Gîtes aux Ânes à Trooz Mars 2005 Page 1 sur 22

IPP-0775 BAT-0745 Gîtes aux Ânes à Trooz Mars 2005 Page 1 sur 22 Mars 2005 Page 1 sur 22 GÎTES AUX ÂNES Rue sur le Batty, 79 4870 TROOZ Tél. : 087/26 76 26 Fax : 087/26.67.07 E-Mail :info@gitesauxanes.be Web : www.gitesauxanes.be! 7 8 4 3 9 8 Avec le soutien financier

Plus en détail

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2D RENDRE MON COMMERCE ACCESSIBLE

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2D RENDRE MON COMMERCE ACCESSIBLE KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2D RENDRE MON COMMERCE ACCESSIBLE RAPPEL : Pour les ERP classés 1, 2, 3, 4e catégorie :

Plus en détail

L accès à l accueil de l hôtel depuis le parking se fait par le biais de l ascenseur.

L accès à l accueil de l hôtel depuis le parking se fait par le biais de l ascenseur. Radisson Blu Royal Localisation L hôtel se situe à proximité des transports en communs. Stationnement Présence d un parking couvert au sein de l hôtel. Le parking couvert comporte des emplacements PMR.

Plus en détail

MUSÉE DE L ART WALLON

MUSÉE DE L ART WALLON Mars 2006 Page 1 sur 21 MUSÉE DE L ART WALLON Ilot St-Georges En Féronstrée, 86 4000 Liège Tél. : 04/ 221 92 31 Fax : 04/ 221 92 32 E-Mail : musee.artwallon@liege.be 0 0 5 1 4 0 Avec le soutien financier

Plus en détail

Formation A.V.S. Lundi 06 janvier 2014. La Surdité

Formation A.V.S. Lundi 06 janvier 2014. La Surdité Formation A.V.S. Lundi 06 janvier La Surdité Table des matières I) La surdité Qu est ce que l audition? Les différentes surdités Les différents appareillages et leurs répercussions sur l audition II)

Plus en détail

Handicap visuel. Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes. Fiche pratique

Handicap visuel. Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes. Fiche pratique Fiche pratique Handicap visuel Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes Accéder aux parties communes - sécuriser le cheminement - choisir les équipements - bien

Plus en détail

Politique. sur l accessibilité

Politique. sur l accessibilité Créée : 1. Engagement à créer et maintenir l accessibilité et un environnement accessible. Addenda Capital s engage à offrir un environnement accessible qui donne à tous un accès égal aux services et aux

Plus en détail

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2A RENDRE MON HÔTEL ACCESSIBLE

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2A RENDRE MON HÔTEL ACCESSIBLE KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2A RENDRE MON HÔTEL ACCESSIBLE RAPPEL : Pour les ERP classés 1, 2, 3, 4e catégorie : Ces

Plus en détail

HUMAIN SIMPLE LYON. ACCeSSIBLE FACILE. aménager A TOUS ACCUEILLANT. www.lyon.fr. Janvier 2009. Les clés de la réglementation

HUMAIN SIMPLE LYON. ACCeSSIBLE FACILE. aménager A TOUS ACCUEILLANT. www.lyon.fr. Janvier 2009. Les clés de la réglementation Janvier 2009 SIMPLE HUMAIN aménager ACCUEILLANT LYON FACILE A TOUS ACCeSSIBLE DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL ACCESSIBILITE LOGEMENT COLLECTIF Les clés de la réglementation www.lyon.fr Nos enjeux

Plus en détail

Accès pour tous. Dans le cadre de son ouverture, susceptible de fortes affluences, la Fondation propose des dispositifs adaptés à chacun.

Accès pour tous. Dans le cadre de son ouverture, susceptible de fortes affluences, la Fondation propose des dispositifs adaptés à chacun. Accès pour tous La Fondation est accessible à tous. L entrée est gratuite et prioritaire pour les personnes en situation de handicap et un de leur accompagnateur. La priorité d accès à la billetterie et

Plus en détail

Accessibilité / voirie et espaces publics DDE 27 1 1

Accessibilité / voirie et espaces publics DDE 27 1 1 Accessibilité > voirie et espaces publics Réglementation et mise en oeuvre Accessibilité / voirie et espaces publics DDE 27 1 1 Les références réglementaires Le cadre législatif Loi n 2005-102 du 11 février

Plus en détail

Améliorer l accessibilité aux manifestations culturelles pour les personnes en situation de handicap

Améliorer l accessibilité aux manifestations culturelles pour les personnes en situation de handicap Améliorer l accessibilité aux manifestations culturelles pour les personnes en situation de handicap Rencontre professionnelle Mardi 12 mai 2015 Théâtre de Cornouaille, Quimper LE COLLECTIF FEDDS BRETAGNE

Plus en détail

Les critères du label «Tourisme et Handicap»

Les critères du label «Tourisme et Handicap» Les critères du label «Tourisme et Handicap» Aide à la lecture du document En gras et rouge apparaissent les critères obligatoires. En non gras apparaissent les critères de confort qui ne sont pas obligatoires

Plus en détail

Atelier 1 : Handicap ou situation de handicap?

Atelier 1 : Handicap ou situation de handicap? Atelier 1 : Handicap ou situation de handicap? Quizz Le mot handicap vient de l'expression anglaise du XIVème siècle hand in cap [la main dans le chapeau] qui elle-même renvoie : a) au fait qu'à l'époque

Plus en détail

Un métier de «terrain»

Un métier de «terrain» Un métier de «terrain» Institut d Éducation Sensorielle L Institut d Éducation Sensorielle, est un établissement médico-social, fonctionnant sur notification de la MDPH (Maison Départementale des Personnes

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI Les ERP «ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC» Le nouveau dispositif réglementaire Première partie CONTEXTE ET POLITIQUES PUBLIQUES Le contexte Le point de départ L accessibilité

Plus en détail

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE PRODUIT PAR : Association des Personnes Handicapées de la Rive-Sud Ouest (APHRSO) 100 rue Ste-Marie La Prairie (Québec) J5R 1E8 Téléphone :

Plus en détail

élections sans entraves citoyen Des pour les

élections sans entraves citoyen Des pour les Des élections sans entraves pour s citoyen és p a c i d han les 1 Introduction Les personnes handicapées et leurs familles représentent près de 10 millions de personnes en France. Comme tout citoyen, elles

Plus en détail

ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC (IOP) NOTICE D ACCESSIBILITÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES

ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC (IOP) NOTICE D ACCESSIBILITÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC (IOP) NOTICE D ACCESSIBILITÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES Textes de référence : Champ d application : Code de la Construction et de

Plus en détail

Sur une aire de stationnement, accessible par tranche de 50 places.

Sur une aire de stationnement, accessible par tranche de 50 places. Handicap : Les normes d'accessibilité La loi du 11 février 2005 est l'une des principales lois sur les droits des personnes handicapées, depuis la loi de 1975. Elle réaffirme que les locaux d habitation,

Plus en détail

Définition des différents handicaps

Définition des différents handicaps Définition des différents handicaps 5 types de handicap handicap moteur handicap visuel handicap auditif handicap intellectuel handicap psychique + troubles neuro-psychologiques Handicap moteur Définition

Plus en détail

LA SNCM au service des personnes handicapées ou à mobilité réduite (P M R)

LA SNCM au service des personnes handicapées ou à mobilité réduite (P M R) LA SNCM au service des personnes handicapées ou à mobilité réduite (P M R) Page 1 sur 12 Votre mobilité est réduite en raison d un handicap permanent ou temporaire? La SNCM, conformément à la réglementation

Plus en détail

Déficience et production

Déficience et production Arpih MSP 13 A & MSP 13 B 1 Déficience et production Objectif du cours * Adapter des mesures spécifiques en vue d optimiser la production et promouvoir le bien-être de la personne en situation de déficience.

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE Document à destination des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE 1 Fiche pratique «Handicap»

Plus en détail

La loi et le Label Tourisme et Handicap

La loi et le Label Tourisme et Handicap La loi et le Label Tourisme et Handicap La Loi du 11 février 2005 sur l égalité de droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées Que dit cette loi?. Le principe de

Plus en détail

Commerce et Services. L A.B.C. de l accessibilité des commerces

Commerce et Services. L A.B.C. de l accessibilité des commerces www.loir-et-cher.cci.fr Commerce et Services L A.B.C. de l accessibilité des commerces Au 1 er janvier 2015, tout commerce devra être accessible à toute personne souffrant de tout handicap (Loi du 11 février

Plus en détail

accessibilité des maisons individuelles neuves

accessibilité des maisons individuelles neuves accessibilité des maisons individuelles neuves Conseil d Architecture, d urbanisme et de l environnement du Gard 2012 Depuis la loi de Février 2005, toutes les constructions neuves de type logement individuel

Plus en détail

Accessibilité locaux existants ERP 5ème catégorie

Accessibilité locaux existants ERP 5ème catégorie Auto-évaluation(1) Accessibilité locaux existants ERP 5 ème catégorie (Est considéré comme Etablissement Recevant du Public de 5 ème catégorie tout magasin de vente dans lequel l effectif du public admis

Plus en détail

NOTICE ACCESSIBILITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE ACCESSIBILITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOTICE ACCESSIBILITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC 1/30 Le demandeur et l établissement 1- Le demandeur Nom, Prénom : Adresse : Téléphone : E-mail : 2- L établissement Nom : Adresse : Activité

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L HERAULT COMMUNE DE MURVIEL-LES-BEZIERS CONSTRUCTION DES ATELIERS MUNICIPAUX. Place Georges Clémenceau 34490 MURVIEL-LES-BEZIERS

DEPARTEMENT DE L HERAULT COMMUNE DE MURVIEL-LES-BEZIERS CONSTRUCTION DES ATELIERS MUNICIPAUX. Place Georges Clémenceau 34490 MURVIEL-LES-BEZIERS Dossier n 1409 Phase DEPARTEMENT DE L HERAULT COMMUNE DE MURVIEL-LES-BEZIERS CONSTRUCTION DES ATELIERS MUNICIPAU D.C.E. NOTICE D ACCESSIBILITE HANDICAPES PHASE PC N : 9 Echelle : Date : 29.05.2015. MAITRE

Plus en détail

Présentation des équipements d accessibilité dans les gares et les trains

Présentation des équipements d accessibilité dans les gares et les trains Présentation des équipements d accessibilité dans les gares et les trains Octobre 2010 Accessibilité : une démarche «associée» 3 Les solutions d accessibilités mises en place dans les gares et les trains

Plus en détail

Quelles obligations? Christian Leyrit Préfet de la région Basse-Normandie Préfet du Calvados

Quelles obligations? Christian Leyrit Préfet de la région Basse-Normandie Préfet du Calvados 2 3 Edito La direction régionale des affaires culturelles de Basse- Normandie a souhaité commencer à dresser un état des lieux de l accessibilité des équipements culturels en région pour répondre aux objectifs

Plus en détail

Consulter le Modèle d Accessibilité de référence. Le modèle a considéré quatre types de diversité fonctionnelle :

Consulter le Modèle d Accessibilité de référence. Le modèle a considéré quatre types de diversité fonctionnelle : Consulter le Modèle d Accessibilité de référence. Le modèle a considéré quatre types de diversité fonctionnelle : Personnes ayant une diversité fonctionnelle physique Personnes ayant une diversité fonctionnelle

Plus en détail

Accessibilité des ERP existants

Accessibilité des ERP existants CONSEIL D ARCHITECTURE D URBANISME ET DE L ENVIRONNEMENT DU TARN Accessibilité des ERP existants 27 janvier 2015 www.caue-mp.fr 188, rue de Jarlard 81000 ALBI - Tél : 05 63 60 16 70 - Fax : 05 63 60 16

Plus en détail

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Appendice 2 Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Afin de déterminer les mesures d adaptation lors de l évaluation, il est essentiel d avoir une bonne compréhension

Plus en détail

Remontées mécaniques: infrastructure + véhicules (approuvé par l UTP 12/02) (approuvé par l OFT 01/03)

Remontées mécaniques: infrastructure + véhicules (approuvé par l UTP 12/02) (approuvé par l OFT 01/03) UTP / OFT / HTP Concept pour handicapés: Remontées mécaniques D-F Page 1/5 Concept pour les handicapés funiculaires et téléphériques: profils d exigences fonctionnels Remontées mécaniques: infrastructure

Plus en détail

HERMAN VAN DYCK POUR UN CONTACT HEUREUX AVEC LES AVEUGLES

HERMAN VAN DYCK POUR UN CONTACT HEUREUX AVEC LES AVEUGLES HERMAN VAN DYCK POUR UN CONTACT HEUREUX AVEC LES AVEUGLES Herman van Dyck est aveugle de guerre. Dans une brochure «PAS CELA CECI», il montre que nos contacts avec des personnes aveugles peuvent être très

Plus en détail

1 Définition d un ERP et ses obligations. 2 Règles générales applicables aux ERP. 3 Les possibilités de dérogation

1 Définition d un ERP et ses obligations. 2 Règles générales applicables aux ERP. 3 Les possibilités de dérogation SOMMAIRE SOMMAIRE 1 Définition d un ERP et ses obligations 2 Règles générales applicables aux ERP 3 Les possibilités de dérogation Accessibilité aux handicapés : quel handicap? Accessibilité aux handicapés

Plus en détail

SML Focus. Bien connaître les obligations qui vous concernent. Accessibilité des locaux aux personnes handicapées

SML Focus. Bien connaître les obligations qui vous concernent. Accessibilité des locaux aux personnes handicapées SML Focus Accessibilité des locaux aux personnes handicapées Bien connaître les obligations qui vous concernent Définition, types et catégories des ERP Les locaux des professionnels de santé ouverts aux

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DETAILLEE DE L ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DETAILLEE DE L ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DETAILLEE DE L ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Code de la Construction de l Habitation : articles L 111-7-1 à L 111-26, L 125-2-4, L 151-1, R 111-19, R 111-19-1 à

Plus en détail

L ACCESSIBILITE. Comité de Liaison et de Coordination des associations de Personnes Handicapées et malades chroniques

L ACCESSIBILITE. Comité de Liaison et de Coordination des associations de Personnes Handicapées et malades chroniques L ACCESSIBILITE Comité de Liaison et de Coordination des associations de Personnes Handicapées et malades chroniques DEFINITION Comité de Liaison et de Coordination des associations de Personnes Handicapées

Plus en détail

Accueillez l ensemble de votre clientèle quel que soit son handicap

Accueillez l ensemble de votre clientèle quel que soit son handicap Accueillez l ensemble de votre clientèle quel que soit son handicap Loi du 11 février 2005 modifications suite à la publication de l ordonnance du 25 septembre 2014 et du décret du 8 décembre 2014 Après

Plus en détail

Document à destination. des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap.

Document à destination. des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. Document à destination des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. LE HANDICAP AUDITIF 1 Fiche pratique «Handicap» Selon la loi

Plus en détail

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES]

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES] Type de doc. Politique Section Administration Prochain examen Décembre 2016 [FORMAT AGRANDI DE LA ] 1. Portée La présente politique s applique à tous les services et programmes fournis par le Centre de

Plus en détail

Sommaire. Sommaire. 1. Mon établissement 1.1 Pourquoi rendre mon établissement accessible? 1.2 Formation et sensibilisation du personnel

Sommaire. Sommaire. 1. Mon établissement 1.1 Pourquoi rendre mon établissement accessible? 1.2 Formation et sensibilisation du personnel Sommaire Sommaire 1. Mon établissement 1.1 Pourquoi rendre mon établissement accessible? 1.2 Formation et sensibilisation du personnel 2. La réglementation 2.1 Quelles sont mes obligations en tant qu hôtelier?

Plus en détail

COMMERCES. Auto-évaluation accessibilité ERP existants 5 ème catégorie

COMMERCES. Auto-évaluation accessibilité ERP existants 5 ème catégorie Auto-évaluation(1) Accessibilité locaux existants ERP 5 ème catégorie (Est considéré comme Etablissement Recevant du Public de 5 ème catégorie tout magasin de vente dans lequel l effectif du public admis

Plus en détail

t-durable.gouv.fr/- L accessibilité Accessibilite-.html détails www.developpement-durable.gouv.fr/-accessibilite-.html

t-durable.gouv.fr/- L accessibilité Accessibilite-.html détails www.developpement-durable.gouv.fr/-accessibilite-.html t-durable.gouv.fr/- L accessibilité Accessibilite-.html en détails www.developpement-durable.gouv.fr/-accessibilite-.html La règlementation sur l'accessibilité dans les ERP et IOP, quels que soient leur

Plus en détail

ACCESSIBILITE DANS LES ERP

ACCESSIBILITE DANS LES ERP ACCESSIBILITE DANS LES ERP SOMMAIRE 1 La législation SOMMAIRE 2 Règles générales applicables aux ERP existants 3 Les possibilités de dérogation 1ère partie La législation Accessibilité: le principe La

Plus en détail

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Enfants de 9 à 12 ans Elèves de l enseignement secondaire inférieur 1 - Aborder le thème de la différence - Quelle place a la personne handicapée dans la société -

Plus en détail

- Grille d'autodiagnostic Restaurant

- Grille d'autodiagnostic Restaurant - Grille d'autodiagnostic Restaurant L objectif de ce document est de permettre aux exploitants de se forger un aperçu du niveau d accessibilité de leur établissement face aux obligations de mise en conformité

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE ATTRAIT TOURISTIQUE

AIDE-MÉMOIRE ATTRAIT TOURISTIQUE TOURISME CULTURE ACCESSIBLES AIDE-MÉMOIRE ATTRAIT TOURISTIQUE Pour une conception sans obstacles aux personnes à capacité physique restreinte MISE À JOUR MARS 2014 TABLE DES MATIÈRES STATIONNEMENT 3 ENTRÉE

Plus en détail

Public individuel et groupes

Public individuel et groupes s u o t à le ib s s e c c a e é s u m Un Public individuel et groupes 2010-2011 I. A propos du musée... p. 3 S O M M A I R E II. Accessibilite pour tous III. Visiteurs à mobilité réduite IV. Visiteurs

Plus en détail

les modalités particulières des normes d accessibilité pour personnes handicapées applicables aux cabinets des praticiens libéraux

les modalités particulières des normes d accessibilité pour personnes handicapées applicables aux cabinets des praticiens libéraux RUBRIQUE JURIDIQUE Alain BÉRY Responsable de la rubrique 421 les modalités particulières des normes d accessibilité pour personnes handicapées applicables aux cabinets des praticiens libéraux Laurent DELPRAT

Plus en détail

Eléments constitutifs du dossier, catégorie «Petit Plus» A Contexte global

Eléments constitutifs du dossier, catégorie «Petit Plus» A Contexte global Eléments constitutifs du dossier, catégorie «Petit Plus» A Contexte global Donnez ici, en une page maximum, les éléments de contexte (géographique, institutionnel, architectural, social, technique, financier,

Plus en détail

OBSERVATOIRE. en partenariat avec l ADAPT

OBSERVATOIRE. en partenariat avec l ADAPT OBSERVATOIRE prospectif des métiers et des qualifications de la branche de la fabrication et du commerce des produits à usage PHARMACEUTIQUE, PARAPHARMACEUTIQUE et VÉTÉRINAIRE en partenariat avec l ADAPT

Plus en détail

La réglementation et les obligations qui en découlent

La réglementation et les obligations qui en découlent Accessibilité en milieu urbain La réglementation et les obligations qui en découlent Actualités : les BEV La norme Afnor NF P 98-351 relative aux caractéristiques et essais des dispositifs podotactiles

Plus en détail

Communauté de communes du Pays d Ancenis. Ancenis le 14 mai 2014 Riaillé le 3 juin 2014

Communauté de communes du Pays d Ancenis. Ancenis le 14 mai 2014 Riaillé le 3 juin 2014 Communauté de communes du Pays d Ancenis Ancenis le 14 mai 2014 Riaillé le 3 juin 2014 SOMMAIRE SOMMAIRE 1 Définition d un ERP et ses obligations 2 Règles générales applicables aux ERP 3 Les possibilités

Plus en détail

L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité)

L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité) L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité) La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d accès à tout pour tous» qui implique

Plus en détail

Accessibilité du cadre bâti

Accessibilité du cadre bâti Accessibilité du cadre bâti La Loi et ses enjeux 7 juillet 2014 Club Immobilier Anjou Commission commerce CCI Maine-et-Loire Environ 450 diagnostics d accessibilité réalisés Environ 150 journées de formation

Plus en détail

!?!? NOS HABITUDES NOS ATTITUDES NOS INQUIÉTUDES NOS CERTITUDES PETIT GUIDE A UTILISER SANS MODERATION

!?!? NOS HABITUDES NOS ATTITUDES NOS INQUIÉTUDES NOS CERTITUDES PETIT GUIDE A UTILISER SANS MODERATION NOS HABITUDES NOS ATTITUDES NOS INQUIÉTUDES NOS CERTITUDES!?!? PETIT GUIDE A UTILISER SANS MODERATION Avec le soutien financier du Fonds Social Européen INTRODUCTION Notre société est avant tout synonyme

Plus en détail

ACCESSIBILITE DANS LES ERP

ACCESSIBILITE DANS LES ERP ACCESSIBILITE DANS LES ERP SOMMAIRE 1 La législation SOMMAIRE 2 Règles générales applicables aux ERP existants 3 Les possibilités de dérogation 4 Conclusion Accessibilité aux handicapés : un grand principe

Plus en détail

Manuel de l ergonomie au bureau

Manuel de l ergonomie au bureau Manuel de l ergonomie au bureau 1 Manuel préparé par le Service environnement, santé et sécurité de l Université Concordia. Pour tout complément d information sur l ergonomie, les étirements et les autres

Plus en détail

Le développement du langage oral chez l enfant

Le développement du langage oral chez l enfant Le développement du langage oral chez l enfant Par Alessandra Biner, Anne Dauvin, Isabelle Pulfer, Logopédistes Cette conférence a été donnée dans le cadre de soirées de parents du secteur de la petite

Plus en détail