pour une pratique sportive partagée Sport et Handicaps : GUIDE PRATIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "pour une pratique sportive partagée Sport et Handicaps : GUIDE PRATIQUE"

Transcription

1 GUIDE PRATIQUE Sport et Handicaps : pour une pratique sportive partagée Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale Aquitaine

2 DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Jacques CARTIAUX CONCEPTION ET RÉALISATION Marie-Noëlle DESTANDAU ONT CONTRIBUÉ À LA RÉDACTION L ensemble des associations mentionnées dans ce guide, Pierre Haristouy, ligue sport adapté Alban Micelli, comité régional handisport Jacques Bourgeois, CREPS Aquitaine Jean-Michel SERRES, DRJSCS Aquitaine CRÉDIT PHOTOS FFH, FFSA, associations et personnes mentionnées, DRJSCS Aquitaine, José PALLARES, Fotolia MAQUETTE ET IMPRESSION Christelle HIVERT, Imprimerie LAPLANTE, MERIGNAC DÉPÔT LÉGAL A parution Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale Aquitaine 7 bd Jacques Chaban Delmas BRUGES CEDEX Té : Fax : Site internet : Cette publication distribuée gratuitement a été réalisée grâce au financement de la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale Aquitaine, à la collaboration du Comité Régional Olympique et Sportif d Aquitaine. Tout droit de reproduction réservé. Guide sport et handicaps pour une pratique sportive partagée. Tirage : 2000 exemplaires Novembre Avertissement : les informations contenues dans ce guide ont été rassemblées à la date du 1er septembre Certaines d entre elles sont susceptibles d évoluer. NB : Si vous souhaitez bénéficier des fiches de réactualisation merci d envoyer votre demande à la : DRJSCS Aquitaine, pôle sport, 7 bd Jacques Chaban Delmas BRUGES CEDEX. Vous veillerez à préciser votre nom et adresse de correspondance, votre structure d appartenance ainsi que votre courriel Edition septembre GUIDE PRATIQUE Sport et Handicaps : pour une pratique sportive partagée

3 Editorial JACQUES CARTIAUX Directeur Régional de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale d Aquitaine «Sport et handicaps : Où en est-on? Que veut-on faire? Pour un meilleur accueil des personnes en situation de handicap en AQUITAINE», voici un nouveau guide régional qui s inscrit dans une démarche pédagogique de sensibilisation au handicap qui se veut être un ouvrage opérationnel destiné aux éducateurs, animateurs, enseignants, dirigeants, élus, etc. Je souhaite que toutes les informations contenues dans ce guide vous soient utiles car notre volonté est bien de développer la pratique des personnes handicapées en les accueillant dans les clubs valides. Ceci passe inévitablement par une meilleure information, un travail en partenariat et en réseau de l ensemble des acteurs du mouvement sportif. C est cette politique d accompagnement et de coopération que nous menons maintenant depuis plus de 5 ans en Aquitaine au sein de la plateforme régionale «sport et handicaps : pour une pratique sportive partagée». Cet outil de coopération sur le sport handicap, pilotée par la DRJSCS et co-présidée par la DRJSCS et le CROS Aquitaine, est composée des services de l Etat, du mouvement sportif, des collectivités territoriales, des maisons départementales des personnes handicapées, des institutions et établissements de recherche et de formation, des professionnels de l encadrement des activités physiques et sportives adaptées et des professionnels de l action médico-sociale. Nous avons, grâce à cette demarche, conçu une véritable politique régionale d accompagnement en faveur du développement de la pratique sportive des personnes handicapées dans une perspective d égal accès aux sports et aux loisirs et de mixité sociale qui s articule autour des thématiques prioritaires suivantes : communication, labellisation, formation, emploi. L enjeu est de favoriser l accès du plus grand nombre à une pratique sportive et de contribuer au développement du sport pour les personnes handicapées afin qu il soit non seulement un outil de promotion individuelle mais aussi un moyen d insertion sociale et professionnelle. L accessibilité aux pratiques sportives ne se résume pas uniquement à une mise aux normes techniques des équipements ; il s agit de faire du sport un facteur de cohésion sociale. Son développement est "un service public qui doit notamment garantir l égal accès aux pratiques, sans discriminations sociale, physique ou de sexe. La prise en compte du handicap est essentielle, car la pratique sportive est une source d épanouissement pour tous et un creuset de solidarités irremplaçables". Nous développons l idée que la pratique sportive par les personnes handicapées concerne toutes les formes d activités, tous les âges, tous les niveaux (de la découverte à la haute compétition), ainsi que tous les espaces (de l équipement sportif spécialisé aux espaces naturels et de pleine nature). En Aquitaine, si 28 % des habitants sont titulaires actuellement d une licence sportive, le pourcentage est sensiblement inférieur pour les personnes handicapées, quel que soit le type de handicap. L approche en terme d offre, si elle est une condition nécessaire à l exercice du droit à faire du sport pour les personnes handicapées, n est cependant pas suffisante. Il convient aussi de s attacher à susciter la demande d activité des personnes handicapées elles-mêmes, pour leur donner le goût de la pratique et leur «montrer le chemin» du club ou de l association. Je tiens tout particulièrement à saluer le dévouement des bénévoles, l implication des partenaires institutionnels, l ensemble du mouvement sportif et les collectivités territoriales qui apportent leur savoir faire au quotidien et font de cet objectif un enjeu partagé. 3

4 JEAN-CLAUDE LABADIE Président du Comité Régional Olympique et Sportif d Aquitaine Depuis 2006 l Aquitaine a mis en œuvre une politique volontariste pour faire en sorte que les personnes victimes d un handicap, de quelque nature que ce soit, puissent, comme les valides, accéder aux pratiques sportives, dans les meilleures conditions d accueil, et de prise en charge. Cette démarche a été initiée par la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports, la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales, et le Comité Régional Olympique et Sportif. Elle s est concrétisée dans une structure commune dénommée : «Plateforme régionale : sport et handicaps pour une pratique sportive partagée». En effet le fil rouge de cette plateforme est : la pratique partagée, tellement est apparu aux différents intervenants qu il était nécessaire de sortir des clichés habituels, qui ont longtemps consistés à développer les pratiques sportives uniquement en institutions, pour aller vers une pratique partagée, ou handicapés et valides, se côtoient, se mélangent, pratiquent ensemble chaque fois que possible. Pour cela il existe une structure prédestinée qui est le club sportif, creuset des rencontres de toutes sortes, des moments de partage, de fraternité, de solidarité. Le mouvement sportif aquitain a fait sien depuis longtemps le fait que «Un club c est bien plus que du sport», maxime qui prend ici toute sa force et sa plénitude. De ce fait l un des projet majeur développé par cette plateforme régionale est la labellisation des clubs qui se mettent en demeure d accueillir des handicapés au même titre que des valides. Il s agit là de l outil essentiel au service de cette volonté. Par ailleurs le travail de cette plateforme régionale a été de se donner d autres outils et d autres moyens pour développer un véritable programme d accès des personnes handicapées aux pratiques sportives. Ils sont tous présentés dans ce guide qui est destiné à faciliter les démarches de ceux qui souhaitent s investir dans ce programme. Je remercie bien vivement Marie-Noëlle Destandau pour le travail qu elle assure, avec un grand professionnalisme, au service de cette très belle cause, notamment en dirigeant et en réalisant une grande partie de ce guide. Le vœu que je forme est que cet ouvrage permette le plus grand développement possible de cette politique d accueil et d intégration de nos amis en situation de handicap, et que le sport du fait de ces vertus de tolérance et de fraternité soit encore une fois un vecteur de cohésion sociale. 4 GUIDE PRATIQUE Sport et Handicaps : pour une pratique sportive partagée

5 JEAN-CLAUDE RIBERT Président de la Ligue Sport Adapté d Aquitaine Mesdames, Messieurs, La Fédération Française du Sport Adapté (FFSA) a été créée le 27 juin Elle remplit une mission de service public, et a été reconnue d utilité publique en Fédération sportive la plus importante en nombre pour les personnes en situation de handicap, elle a reçu une délégation du ministère des sports non pour une discipline mais pour organiser, animer, coordonner les activités physiques et sportives en direction des personnes en situation de handicap mental ou atteintes de troubles psychiques. Par sa philosophie, son organisation et ses échanges, la FFSA se présente comme un lieu favorisant l'intégration et la reconnaissance des personnes handicapées par l'appartenance à une communauté et à un groupe. C est une expérience essentielle pour s'épanouir et s'ouvrir au monde grâce au partage d'une passion avec les autres, comme les autres. Grâce au soutien de ces partenaires institutionnels, la Direction Régionale de la Jeunesse des Sports et de la Cohésion Sociale, le Comité Régional Olympique et Sportif Aquitaine, l Agence Régionale de Santé, le Conseil régional Aquitaine, et les 5 Conseils Généraux d Aquitaine, la Ligue Sport Adapté d Aquitaine (LSAA) a connu depuis 2007 un développement important. Cette nouvelle dynamique a permis au Sport Adapté en Aquitaine de se professionnaliser par le biais de ses comités départementaux et ainsi d offrir, au plus près des bassins de pratiques, de véritables services ressources, centrés sur le réseau et le partenariat, pour le développement du sport et des activités physiques pour les personnes en situation de handicap mental. Ainsi, les actions depuis 2007 des agents de développement du réseau aquitain ont permis d ouvrir de nouveaux axes : - Lutte contre la sédentarité et l obésité, prévention des complications liées aux situations de handicap. - Intégration par des activités physiques et sportives adaptées en direction des personnes en situation de handicap psychique. - Evolution de la situation régionale qui passe par la coordination de plusieurs commissions (Equipe Technique Régionale, santé, sport, loisirs, activités motrices, formation, sport scolaire, financière, communication, ). - Elaboration de stratégies de développement pour les secteurs sportif et médico-social. - Emergence et accompagnement du secteur haut niveau. Mais si des étapes importantes ont été franchies ces dernières années, la marge de progression est encore énorme. Et ce n est qu en renforçant ces passerelles entre le milieu sportif ordinaire et les établissements médico sociaux, que tous ensemble, décideurs, acteurs, nous pourrons, comme y contribue ce guide, faire de l intégration des personnes en situation de handicap par la pratique des activités physiques et sportives une évidence. Merci de votre soutien qui permettra au slogan «A chacun son défi» de devenir une réalité et une réussite pour toutes les personnes en situation de handicap. 5

6 D. NADALIÉ Président du Comité Régional Handisport Voici un guide qui vous permettra de pouvoir accueillir les personnes handicapées dans vos structures ou suite à votre formation, il deviendra votre référence pour tout ce qui touche le monde de l handicap et vous permettra de trouver les réponses ou les informations afin de pratiquer des activités physiques de tout type ensemble dans une mixité bénéfique pour tous. Le Comité Régional et tous les Comités Départementaux Handisport, comme le sont aussi nos amis du Sport Adapté, sont complètement associés à la réalisation de ce guide auquel ils ont contribué à travers la Plate Forme Régionale «Sport et Handicaps, Pour une pratique partagée». Cette plate forme est la réunion de toutes les instances du Sport Aquitain autour des comités et ligues qui s occupent du monde de l handicap dans la pratique sportive. Ce guide qui découle, de tous les travaux réalisés en commun, est un exemple en terme d outil pour vous, les professionnels du sport mais aussi pour tous les clubs et associations sportives désirant ouvrir leurs portes au monde de l handicap par la voie des APS. Ce guide est une bible papier de toutes les possibilités d accueil en termes d offres sportives, des formations qui peuvent être délivrées, des différents labels existants mais il est aussi abordé, avec des exemples concrets, des conseils pour éviter l échec. Vous y trouverez aussi beaucoup d outils, soit téléchargeable pour vous aider sur soit sous forme écrite (cursus de formation, label, accessibilité, financement, conseils handicap, texte de lois et la liste est longue), vous pourrez compléter la liste des clubs et structures sur le site handiguide quand vous serez prêts à nous accueillir. Tout devient plus facile quand on est aidé, dans cette démarche volontaire qu est l ouverture à l handicap. Merci à tous ceux qui ont permis que soit créée la plate forme Sports et Handicap et que ce guide existe pour une offre de pratique plus simple et surtout plus diversifiée. Quoi de plus simple pour une personne touchée par l handicap que de pratiquer une activité physique dans le club qui est à côté de chez lui, il y a quelques années nous n osions pas y penser aujourd hui nous commençons à nous en rapprocher. Alors n hésitez pas à vous pencher sur ce guide, à le lire, à vous y référer, nous serons là pour vous accompagner alors à bientôt et bonne lecture. 6 GUIDE PRATIQUE Sport et Handicaps : pour une pratique sportive partagée

7 Sport et Handicaps : pour une pratique sportive partagée Sport et handicaps : Où en est-on? Que veut-on faire? Ce guide pratique s inscrit dans une démarche pédagogique et présente un triple objectif : Améliorer la compréhension de la réalité du handicap et convaincre les lecteurs que le handicap ne constitue ni une fin ni une tare mais un caractère universel de la nature humaine. Démontrer que la situation de handicap ne constitue pas une réalité définitive mais évolutive et que chacun peut jouer un rôle effectif pour améliorer la participation sociale de la personne handicapée. Encourager la prise en compte des personnes en situation de handicap et de leurs besoins dans l ensemble des projets sportifs portés par les acteurs associatifs privés et publics. Partant d un contexte général de rappel de quelques définitions sur les handicaps, il vous présente les contextes réglementaires généraux et régionaux qui vous permettront de mieux appréhender l environnement de la personne handicapée. Ce guide est destiné aux techniciens, bénévoles et responsables des associations sportives, mais également aux élus des collectivités locales qui accueillent en leur sein ce public. Vous pourrez au fil des pages découvrir des témoignages, des exemples d actions remarquables, des réponses concrètes à des questionnements que nous avons recueilli aux cours de nos formations et rencontres avec les clubs, les collectivités locales et l ensemble des partenaires regroupés au sein du réseau régional «sport et handicaps : pour une pratique sportive partagée». 7

8 Sommaire Editorial... DR, CROS + ligue sport adapté et comité handisport Chapitre 1 Le Handicap Quel contexte? Idées fausses / idées vraies... Les éléments clés du processus de production du Handicap... La perception du handicap au fil du temps... De l insertion à l inclusion... Quelques chiffres clés... Le contexte national... Le contexte aquitain... Chapitre 2 Les personnes handicapées - Quelle définition du handicap? Les déficiences sensorielles et motrices La personne non ou malvoyante (déficience visuelle)... La personne sourde ou malentendante (déficience auditive)... La personne en situation de handicap moteur (déficience motrice)... Les déficiences mentales, psychiques et/ou troubles du comportement La personne en situation de handicap mental, psychique et/ou trouble du comportement (déficience mentale)... La personne polyhandicapée... La personne autiste... Chapitre 3 Références institutionnelles - Quelles références? L évolution des politiques sociales en faveur des personnes handicapées en 3 étapes.... La loi du 11 février 2005, en 10 points... Le code du sport, article 1er... Les normes d accessibilité... Les règles d encadrement... Les Brevets d Etat d Educateur sportif (BEES)... Les Brevets Professionnels de la Jeunesse, de l'education Populaire et du Sport (BPJEPS)... Les Diplômes Universitaires... Les Concours de la Fonction Publique Territoriale dans la filière sportive... La réglementation de l'encadrement Bénévole... L aménagement des formations sportives pour les personnes en situation de handicap... Les aménagements dans le cadre des diplômes JEPS (BPJEPS, DEJEPS et DESJEPS)... L Accueil Collectif de Mineurs et Handicap... En bref : Qu est-ce qu un Accueil Collectif de Mineurs? L accueil d enfants atteints de troubles de la santé ou de handicaps en accueils collectifs de mineurs. Quelques recommandations... 8 GUIDE PRATIQUE Sport et Handicaps : pour une pratique sportive partagée

9 Chapitre 4 Références régionales - Quelles références? La plateforme régionale «sport et handicaps : pour une pratique sportive partagée»... Le projet stratégique... La personne handicapée au cœur d un environnement institutionnel complexe. Les acteurs locaux, les établissements spécialisés, synopsis... Décryptage des acteurs institutionnels... Les services de l Etat «Jeunesse et Sports»... La politique menée... Les personnels à contacter... Les aides financières... L ARS... Les prérogatives, les contacts... Le CREPS... Le certificat de spécialisation... Le personnel à contacter... Le mouvement sportif... La ligue sport adapté, les contacts... Le comité régional handisport, les contacts... Le CROS, les contacts... Les formations à destination des éducateurs et des bénévoles... Les collectivités locales et territoriales... Les compétences... Chapitre 5 Les outils et ressources disponibles en Aquitaine : Quels outils? Enquêtes... Brochure d informations,... Fiches techniques handisport,... DVD, annuaire en ligne,... Labellisation,... Appel à projet,... La campagne de promotion,... Le Pass sport club,... Formations, colloques.... Commander un support de promotion... Sport, handicap et tourisme... Chapitre 6 Un meilleur accès des personnes handicapées aux pratiques sportives - Quelles pistes? Exemples de conventions et de projets (mouvement sportif/institutions) Conventions signées entre la fédération handisport, la fédération sport adapté et les fédérations dites «valides»... Guide de procédures pour rédiger des conventions entre fédérations, associations et établissements (exemples de convention)... Exemples concrets d interrogation Notre association sportive souhaite ouvrir ses activités aux personnes handicapées, quelles sont les précautions à prendre en termes de responsabilité?... Quelles sont les prérogatives des éducateurs spécialisés pour encadrer des activités physiques et sportives dans les centres spécialisés?... Un éducateur sportif titulaire d'une licence STAPS mention APAS (Activité Physique Adaptée et Santé) peut-il encadrer l'activité ski contre rémunération?... Vous êtes éducateur sportif, une personne handicapée est venue s inscrire dans votre club et vous ne savez pas comment l accueillir?... Vous êtes éducateur sportif, vous êtes convaincu des valeurs constructives et socialisantes de votre sport sur la santé et le bien-être des personnes handicapées et vous souhaitez développer une action concrète?... Exemples de rencontres sportives organisées en Aquitaine Pour un sport ensemble... Handilandes... Jeux handivalides... Exemples d actions phares en Aquitaine : Sensibilisation Le projet handiscole sport Le projet des mercredis sportifs... Intégration d enfants dans les clubs sportifs... Entre enfants en situation de handicap... Pratiques mixtes en club... 9

10 Chapitre 7 Un meilleur accès des personnes handicapées aux pratiques sportives - Les témoignages Stéphane RAYNAUD, conseiller technique national de boxe... Isabelle HIVERT, sportive UFOLEP, cyclotourisme... Chapitre 8 Un meilleur accès des personnes handicapées aux pratiques sportives - Pourquoi et comment faire? Chapitre 9 Pour mieux comprendre les abréviations, le glossaire Chapitre 10 Pour en savoir plus, les liens, adresses et contacts utiles Chapitre 11 Quelques références bibliographiques Activité physique adaptée Quels intérêts?... Accueillir dans le club Quelles démarches?... Quelles démarches? Comment passer d une idée à sa concrétisation... L accessibilité? L accompagnement humain, le matériel, l aménagement des sites... La réglementation? Le certificat médical, la licence... Les aides financières?... Les contacts?... Les sports accessibles Quels sont-ils? GUIDE PRATIQUE Sport et Handicaps : pour une pratique sportive partagée

11 Chapitre1 Le Handicap - Quel contexte? Idées fausses/idées vraies Les éléments clés du processus de production du Handicap La perception du handicap au fil du temps De l insertion à l inclusion Quelques chiffres clés Pour mieux comprendre le contexte du handicap et du sport.

12 IDÉES FAUSSES / IDÉES VRAIES Idées fausses Le handicap est une punition, une malédiction La personne handicapée est envoûtée La personne handicapée ne peut pas travailler Un enfant handicapé ne peut pas apprendre normalement La personne handicapée n est pas normale Une personne handicapée n a pas de sexualité La personne handicapée est une charge pour sa famille et ne peut assumer ses responsabilités familiales et sociales La personne handicapée est une honte pour sa famille Toutes les personnes handicapées sont incapables de travailler et jouent de leur handicap pour mendier Idées vraies Le handicap est une réalité sociale universelle que l on retrouve dans toutes les sociétés humaines et qui est susceptible de toucher tout le monde Les personnes en situation de handicap présentent des incapacités et des capacités La très grande majorité des enfants handicapés sont capables d apprendre tout autant que les autres bien que leur apprentissage nécessite parfois des approches pédagogiques différentes Les personnes handicapées en qualité de citoyen disposent des mêmes droits mais également des mêmes devoirs que les personnes valides Les personnes handicapées peuvent travailler et ainsi assumer les charges familiales valorisées par la société dans laquelle ils vivent Les personnes handicapées ont une sexualité active, peuvent fonder une famille et dans la très grande majorité des cas auront des enfants qui ne présenteront pas le même type de handicap Le handicap trouve son origine dans divers facteurs qu il est possible d influencer par diverses actions afin de limiter les risques pour l individu de développer une déficience et des incapacités LES ÉLÉMENTS CLÉS DU PROCESSUS DE PRODUCTION DU HANDICAP Le handicap n est pas un état figé mais une situation évolutive. Le handicap est une situation relative qui est variable en fonction du contexte social et de l environnement Le handicap est un état qui peut être modifié grâce à la réduction des déficiences et/ou au développement des aptitudes et/ou à l adaptation de l environnement. La terminologie change. Une personne n est plus handicapée mais en situation de handicap. La personne en situation de handicap est une personne comme les autres dont les habitudes de vie sont similaires à celles des autres membres de la communauté. A ce titre, elle doit pouvoir accéder à l ensemble des services offerts par sa société d appartenance. L objectif est de favoriser la participation sociale de la personne. Une participation sociale égale se fera de manière prioritaire dans le cadre ordinaire. 12 GUIDE PRATIQUE Sport et Handicaps : pour une pratique sportive partagée

13 Le handicap - Quel contexte? Chapitre1 LA PERCEPTION DU HANDICAP AU FIL DU TEMPS ASSISTANAT La personne handicapée est un objet de honte pour sa famille et de pitié pour la société. Prise en charge : assurée par des églises dans des asiles spécialisés. Caractéristiques : enfermement, mise à l écart. La personne handicapée est éloignée de la société et cachée au regard des autres. APPROCHE MEDICALE Le handicap est considéré comme un dysfonctionnement, une atteinte du corps. Prise en charge : assurée par le corps médical et/ou dans des centres spécialisés. Caractéristiques : l objectif est avant tout de «réparer» la personne handicapée, de traiter le corps. Or cette prise en charge uniquement médicale ne suffit pas à garantir une insertion dont les principaux ressorts sont sociaux. APPROCHE GLOBALE Le handicap est une situation trouvant son origine dans la personne et dans son environnement. Prise en charge : tous les citoyens ont un rôle à jouer pour une pleine participation sociale de la personne handicapée. La prise en charge en milieu ordinaire est encouragée. Elle est à la fois médicale et environnementale. Caractéristiques : le handicap est défini comme la difficulté pour une personne présentant des incapacités de réaliser ses habitudes de vie dans un environnement donné. L objectif est de favoriser la participation sociale de la personne handicapée. DE L INSERTION À L INCLUSION : LE RÔLE DES SERVICES DE PROXIMITÉ Dans le passé, l objectif affiché était de favoriser l insertion des personnes handicapées. Le principe placé au coeur de l insertion était d amener la personne handicapée à faire les efforts nécessaires pour rejoindre et trouver sa place dans la société. La personne handicapée portait la responsabilité de son insertion ou de son échec. Lorsque l on parle d inclusion, les notions de responsabilité partagée et de droits sont mises en avant. L inclusion repose ainsi sur le principe selon lequel les personnes en situation de handicap disposent des mêmes droits que toute autre personne et que la société en général doit donc reconnaître et favoriser l expression de ces droits en son sein. Lorsque la société n assume pas la pleine reconnaissance de ces droits, ne crée par les conditions favorables à leur expression et met à l écart du développement économique et social un groupe de personnes, elle place elle-même ce dernier en situation d exclusion. La situation d inclusion et/ou d exclusion va notamment se définir en fonction du degré d accès aux services de proximité et au développement. L inclusion peut être comprise comme le moyen d offrir à tous, y compris les personnes handicapées, les mêmes chances de se développer. Cela suppose que la personne handicapée puisse participer et exister au sein des mêmes espaces que les autres membres de la société et donc que ses besoins spécifiques soient clairement pris en compte dès la définition d une politique et/ou la mise en place d un service. Cela suppose également que la personne handicapée puisse exprimer elle-même ses besoins et décider par ellemême de ses choix en terme de prise en charge, de vie quotidienne, de scolarisation etc. INCLUSION 13

14 QUELQUES CHIFFRES CLÉS Il n y a pas de réponse unique lorsque l on s interroge sur le nombre de personnes handicapées en France. Selon la loi de 2005, il y a handicap s il y a «limitation d activité ou restriction de participation à la vie en société». En 1999, 5 millions de personnes déclarent bénéficier d une reconnaissance administrative de leur handicap soit 8 % des français (Source : déclarations de l enquête HID (handicapincapacités-dépendances) effectuée par l INSEE en ). LE CONTEXTE NATIONAL 1 à 3 % de la population générale souffre d une déficience intellectuelle Déficiences : 42 % des français adultes déclarent au moins une déficience : - motrice (arthrose, paralysie ) : 13,4 % - sensorielles (auditive et visuelle) : 11,4 % - organique (cardiovasculaire, respiratoire ) : 9,8 % - intellectuelle ou mentale : 6,6 % Incapacités : 21 % présentent au moins une incapacité (difficultés pour réaliser seuls les actions de la vie quotidienne) - 9 % bénéficient d une aide régulière - 8 % d une reconnaissance administrative de leur handicap - 4 % d une allocation, pension ou autre revenu pour problèmes de santé En , élèves handicapés ou présentant des maladies invalidantes étaient accueillis dans les établissements scolaires (1er et 2nd degrés) % en scolarisation individuelle (classe ordinaire mais pas toujours temps complet) - 31 % dans les dispositifs collectifs (classe d inclusion scolaire dans le 1re degré, unité pédagogique d intégration dans le 2nd) Accueil scolaire en augmentation : +8 % (majorité d enfants ayant des troubles des fonctions cognitives) enfants nécessitant des aides particulières sont scolarisés dans des établissements hospitaliers et médicoéducatifs soit à temps complet (75 500) soit partiel (3 400) sont scolarisés en Belgique faute d accueil en France enfants sont en absence totale de scolarisation. 100 Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH), véritable point d accès unique aux droits, sont installées sur l ensemble du territoire français. La prestation de compensation du handicap, créée par la loi du 11 février 2005, est perçue par personnes en septembre 2009, soit un engagement global de plus de 800 millions d'euros, financés par les conseils généraux et la solidarité nationale enfants sont scolarisés en milieu ordinaire, ce qui représente une augmentation de 30 % par rapport à L insertion professionnelle des personnes handicapées a progressé : La Fonction Publique a sensiblement augmenté la proportion de fonctionnaires atteints d un handicap : 4,38 % en 2009 contre 3,74 % en 2005 ; Les entreprises ont fait d'importants efforts de recrutement, 40 % d'entre elles atteignent ou dépassent le taux de 6 %. Désormais, personnes handicapées ont un emploi, dont 80 % en milieu ordinaire ; Enfin, un effort sans précédent a été réalisé en matière de création de places en établissements et services médicosociaux : entre 2005 et 2010, places en établissements et services pour personnes handicapées ont été installées. Deux fédérations dites «spécifiques» - handisport et sport adapté - ont reçu du Ministère des Sports une délégation de service public pour développer la pratique sportive en direction des personnes handicapées. Mais il convient également de rajouter que le ministère dont l objectif politique est de réduire les inégalités d accès à la pratique sportive demande aux fédérations dites «valides» d élaborer un plan de développement en direction des personnes handicapées en regroupant des actions, en favorisant : - la mixité des pratiques ; - la diversification de l offre sportive au profit de ces publics ; - la prise en compte de tous les handicaps ; - la sensibilisation, l information et la formation des cadres et bénévoles au sein des fédérations homologues ; et en visant à permettre à un sportif de haut niveau handicapé, de bénéficier des dispositifs prévus dans le cadre des parcours d excellence sportive malvoyants moyens malvoyants profonds dont aveugles complets - 1,5 millions déficients auditifs moyen à sévère déficients auditifs profond ou total - 2,5 millions déficients moteurs 14 GUIDE PRATIQUE Sport et Handicaps : pour une pratique sportive partagée

15 Le handicap - Quel contexte? Chapitre1 La fédération francaise handisport Missions L objectif principal de la Fédération Française Handisport est de rendre accessible au plus grand nombre le sport pour les personnes en situation de handicaps physiques (paraplégiques, tétraplégiques, infirmes moteurs cérébraux, myopathes ), sensoriels (aveugles et malvoyants), sourds et malentendants. Site de la FFH : licenciés La Fédération Française Sport Adapté 700 clubs 100 comités départementaux et régionaux 24 disciplines sportives 6 formes de pratiques : activités motrices, sport loisir, sport de compétition (3 niveaux), sport intégré, sport corporatif, sport paralympique. Missions Organisation, développement, coordination et contrôle des activités physiques et sportives des personnes atteintes de déficiences intellectuelles (définition par un quotient intellectuel inférieur à 69, exemple : trisomie 21) et/ou psychiques (exemple : psychoses et névroses ; autistes). Site de la FFSA : Sur les licenciés sportifs aquitains, seuls sont licenciés au sein des fédérations sport adapté et handisport (respectivement et selon les données 2010). On estime à quelques 400 personnes le nombre de personnes handicapées dans les clubs valides. 1 % des licences sportives est donc détenu par des personnes en situation de handicap alors que celles-ci représentent 8 % de la population française (données 1999). Cependant, 16 % des clubs déclarent avoir mis en place un projet pour accueillir des sportifs handicapés. Dans de nombreux cas, le projet d'intégration concerne différents types de handicap. En milieu urbain, près des 2/3 des clubs accueillent ou souhaitent accueillir des personnes handicapées. Projets en fonction du type du handicap Bien que certaines activités facilitent l'accueil du public handicapé, la diversité de l'offre sportive des clubs recensés témoigne de la capacité d'adaptation de certaines disciplines. Accueil des personnes handicapées par famille d'activités Développer une pratique sportive favorisant l intégration des personnes handicapées, c est provoquer une véritable «REVOLUTION CULTURELLE» 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 58% 34% 48% 27% Moteur Mental Auditif Visuel LE CONTEXTE AQUITAIN De plus il existe près de 500 établissements spécialisés pour l'accueil de plus de personnes handicapées, dont 40 % se situent en Gironde. D'une manière générale la demande de pratique d'une APS provenant des personnes en situation de handicap est plutôt faible. En 2006, selon l enquête «Sport et Handicaps en Aquitaine» réalisée par la DRDJS et le CROS, 48 % des clubs sportifs aquitains exposent les difficultés majeures rencontrées, que ce soit pour l'accueil ou pour la mise en place de projets pour les personnes handicapées. La moitié d'entre eux manque d'informations sur le public handicapé et 66 % ont des problèmes liés à la formation non spécifique de leur encadrement. 40% 30% 20% 10% 0% 29% 22% 20% 13% 12% Sports de duels Sports de plein air Sports individuels Sports collectifs Sports gymniques et artistiques 4% Multisports 15

16 Notes 16 GUIDE PRATIQUE Sport et Handicaps : pour une pratique sportive partagée

17 Chapitre2 Les personnes handicapées - Quelle définition du handicap? Les déficiences sensorielles et motrices Les déficiences mentales, psychiques et/ou troubles du comportement S'il est une chose impossible, c'est de donner une définition du handicap sur laquelle tout le monde s'accorde. Et s il est bien un pari difficile, c'est de parler de handicap en "théorie", autour de concepts, de terminologie, à des personnes handicapées, leurs proches, les professionnels qui quotidiennement les côtoient. Pour les personnes handicapées ou les parents, les termes définition et classification, se rapportant au handicap, ont souvent une connotation péjorative, théorique voire technocratique. L'idée de classer des handicaps induit la crainte de voir les gens mis en compartiments, leur souffrance en rubriques, leurs problèmes quotidiens en tableaux et pourcentages... Ce chapitre présente simplement : - quelques notions autour des terminologies "reconnues" qui constituent, à défaut d'un consensus parfait, un langage commun qu'il convient de connaître, - quelques principes à adopter lors d une mise en situation sportive.

18 UNE DÉFINITION DU HANDICAP? La Loi n du 11 février 2005 dite loi pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées du 11 février 2005 propose une définition intégrant la situation de désavantage que représente le handicap. "Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant." Les différents types de handicap et leurs pictogrammes Chaque déficience est différente et nécessite une approche et une prise en charge spécifique LES DÉFICIENCES SENSORIELLES ET MOTRICES Personne non ou malvoyante (déficience visuelle) Personne sourde ou malentendante (déficience auditive) Personne en situation de handicap moteur (déficience motrice) LES DÉFICIENCES MENTALES, PSYCHIQUES ET/OU TROUBLES DU COMPORTEMENT Personne en situation de handicap mental, psychique et/ou trouble du comportement (déficience mentale) Personne polyhandicapée (déficience mentale) Personne autiste (troubles comportementaux) NB : cette nomenclature émane de la classification internationale des handicaps élaborée par l organisation mondiale de la santé. 18 GUIDE PRATIQUE Sport et Handicaps : pour une pratique sportive partagée

19 Les personnes handicapées - Quelle définition du handicap? Chapitre2 LES DÉFICIENCES SENSORIELLES ET MOTRICES La personne non ou malvoyante (déficience visuelle) L Organisation Mondiale de la Santé a mis en place une classification des déficiences visuelles en fonction de la mesure de l acuité visuelle de loin et du champ visuel. Ces déficiences peuvent être de naissance ou bien acquises, issues de traumatismes ou bien de maladies parfois évolutives. On distingue donc 3 types de déficiences : > La mal voyance : ces cas sont très diversifiés et entraînent donc des conséquences différentes pour chaque personne (baisse de la vision centrale ou périphérique, difficulté à percevoir des objets en mouvement, forte baisse ou forte augmentation de la luminosité). Cependant globalement, le mal voyant peut se déplacer seul, il reconnaît les objets et en général peut voir de près. > La mal voyance profonde : comme la mal voyance, les cas sont très diversifiés. Vision floue, tache rétinienne, pas de vision centrale ou périphérique. Le mal voyant profond peut reconnaître le contour des objets. > La non voyance : la personne non voyante ne peut pas Reconnaître des objets ou bien se déplacer sans aide. Parfois, elle peut être plus ou moins sensible à des variations de lumière. Les personnes déficientes visuelles vont compenser la perte de la vue par le développement et l utilisation d autres sens, et en particulier, le toucher, l ouïe et l odorat. Ces sens vont être travaillés pour devenir le plus affiné et le plus précis possible. DÉPLACEMENTS DES PERSONNES AVEUGLES ET MALVOYANTES : - Lorsque celles-ci arrivent dans un lieu inconnu qu elles devront fréquenter pendant plusieurs jours, il importe de prendre le temps nécessaire pour les aider à se repérer afin qu elles parviennent, dans les meilleurs délais, à se déplacer seules, avec ou sans canne blanche, selon leur habitude. - Une personne aveugle ou très malvoyante peut être très opérationnelle dans un endroit connu et faire l admiration de tous. En revanche, dans un endroit inconnu, elle peut être complètement perdue et avoir besoin d être accompagnée. Les personnes voyantes ont souvent bien du mal à comprendre ce phénomène. - Se déplacer seul, pour un aveugle ou un malvoyant, requiert par ailleurs beaucoup de concentration et cela peut être une cause de fatigue intense, d autant que cette concentration est souvent nécessaire pour compenser le handicap visuel dans d autres activités de la vie quotidienne. - Pour être guidée, une personne aveugle doit tenir le bras de son guide juste au-dessus du coude. Ainsi légèrement décalée en arrière de son guide, elle saura, sans qu on soit obligé de le lui dire, s il y a un trottoir à monter ou à descendre. Lorsque le passage devient étroit, le guide mettra son avant-bras dans le dos et l aveugle comprendra alors qu il doit marcher bien derrière son guide. - Évitez à tout prix de tirer ou pousser la personne dans la direction où vous voulez qu elle aille. Par ailleurs, certaines pathologies impliquent des contreindications à certaines activités sportives. Il n est pas rare que des enfants tentent de les dissimuler, tout simplement par pur intérêt pour l activité qui leur est interdite ou pour faire comme les autres dans un souci d intégration. Compte tenu de la complexité de la malvoyance, il est impératif que l encadrement connaisse non seulement ces contre-indications avec précision, mais aussi s informe auprès de l enfant et de ses parents des conséquences réelles de son handicap sur les principaux actes de la vie quotidienne. L encadrement pourra ainsi, en toute sécurité et sans frustrer l enfant inutilement, l aider au mieux à s intégrer dans la limite de ses possibilités. 19

20 Les personnes aveugles ou malvoyantes impressionnent souvent leur entourage par leur capacité à reconnaître les gens qui les entourent à l aide d indices non visuels tels la voix, le parfum, la démarche. Cependant, cet exercice demande de la concentration et beaucoup de personnes sont très étonnées de ne pas être reconnues alors qu elles l ont été de nombreuses fois auparavant. Dans ce cas seulement, rappelez votre identité. Signalez à la personne que vous sortez de la pièce afin qu elle ne parle pas dans le vide. Si vous voulez donner un objet, mettez-le-lui dans la main plutôt que de le poser à proximité, cela lui évitera de le chercher, de le faire tomber. Et puis, ne le voyant pas, au bout d un moment, il risque d en oublier l existence. Par ailleurs, ayez toujours à l esprit qu il y a de nombreuses choses que vous pensez infaisables par un aveugle ou un malvoyant et qui pourtant le sont. À l inverse, certaines que vous pensez faisables, ne le sont pas sauf avec le concours d autrui. Sachez enfin que bien souvent une personne aveugle ou malvoyante met beaucoup plus de temps que vous pour exécuter une tâche et qu il est alors tentant de la faire à sa place. Mais si l on fait tout à sa place, la personne risque de se sentir rapidement inutile. NB : CE QU IL FAUT FAIRE LORS DES ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SPORTIVES Il est essentiel d adopter une prise en charge adaptée. Parler toujours en étant devant la personne L aider à se déplacer en lui laissant tenir l épaule ou le coude. Expliquer des tâches ou utiliser un objet en lui décrivant la forme ou la texture. Utiliser les sons pour le diriger sur un appareil par exemple en tapant pour lui donner des repères. Il existe aujourd hui 2 principales aides techniques au déplacement : la canne blanche et le chien guide (autorisé dans tous les lieux publics). Ne pas pousser la personne. Il est important que les objets utilisés par les personnes déficientes visuelles soient toujours rangés aux mêmes endroits. Lors de la première rencontre, faire visiter les lieux à la personne mal voyante en passant chaque objet au toucher, c est ainsi qu elle prend des repères. L important est de tout décrire et de bien expliquer. 20 GUIDE PRATIQUE Sport et Handicaps : pour une pratique sportive partagée

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT Chaque handicap est différent. Si la classification des handicaps en grandes familles peut, au premier abord, paraître réductrice, elle a cependant

Plus en détail

Sensibilisation à l accueil des enfants et des jeunes mineurs handicapés

Sensibilisation à l accueil des enfants et des jeunes mineurs handicapés Sensibilisation à l accueil des enfants et des jeunes mineurs handicapés dans le cadre des formations au BAFA et au BAFD guide méthodologique à l usage des formateurs Avant propos La participation active

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE HANDICAP

MIEUX COMPRENDRE LE HANDICAP MIEUX COMPRENDRE LE HANDICAP CONTEXTE Selon la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées «Art. L. 114. - Constitue un

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Qu est-ce que le handicap?

Qu est-ce que le handicap? Qu est-ce que le handicap? Définition de la situation de handicap 85 % des déficiences sont acquises après 15 ans Le handicap reste aujourd hui encore une notion très subjective, souvent mal utilisée et

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

L expertise ergothérapique photographie du quotidien

L expertise ergothérapique photographie du quotidien L expertise ergothérapique photographie du quotidien Florence Collard Ergothérapeute D.I.U. Victimologie - Lyon D.I.U. Expertise Judiciaire - Nancy D.I.U. Psychopathologie et affections neurologiques -

Plus en détail

Les Cahiers du DESS MRH

Les Cahiers du DESS MRH DESS Management des Ressources Humaines http://www.dessmrh.org ➎ Les Cahiers du DESS MRH Les travailleurs handicapés dans L entreprise 6 - L accompagnement du travailleur handicapé http://www.e-rh.org

Plus en détail

LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP)

LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP) LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP) Colloque sur la prévention des risques professionnels Mardi 9 décembre 2014 LE CADRE REGLEMENTAIRE LE STATUT

Plus en détail

La réadaptation après un implant cochléaire

La réadaptation après un implant cochléaire La réadaptation après un implant cochléaire Ginette Diamond, chef en réadaptation Sophie Roy, audiologiste Colloque CRDP InterVal 2009 But de la présentation Sensibiliser les participant(e)s à un outil

Plus en détail

LABEL «ESPACE LOISIR HANDISPORT»

LABEL «ESPACE LOISIR HANDISPORT» LABEL «ESPACE LOISIR HANDISPORT» CAHIER DES CHARGES Edition 2014 1 Avant Propos La Fédération Française Handisport (FFH) est une association reconnue d utilité publique, membre du Comité National Olympique

Plus en détail

LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS

LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS 1 Le Concept du handicap Une personne est handicapée quand : souffrant d'une déficience pérenne, et devant affronter un environnement inadapté, elle ne peut satisfaire

Plus en détail

c[jjedi#bw [d fbwy[ fekh gk[ Y^WYkd LOI jhekl[ iw fbwy[ HANDICAP Contact > Le guide de la loi www.handicap.gouv.fr vril 2006 A

c[jjedi#bw [d fbwy[ fekh gk[ Y^WYkd LOI jhekl[ iw fbwy[ HANDICAP Contact > Le guide de la loi www.handicap.gouv.fr vril 2006 A > Le guide de la loi > Sommaire La loi du 11 février 2005 - les grandes avancées 3 Le droit à compensation - le financement du projet de vie 4 La scolarité - l insertion en milieu ordinaire 6 L emploi

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Critères efficaces dans la relation d aide «Empathie, disponible, attentif, attentionné,

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Réunion C.T.B. CNRS. Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010

Réunion C.T.B. CNRS. Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010 Réunion C.T.B. CNRS «Les 10èmes rencontres» Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010 Des chiffres clé sur l emploi dans le milieu ordinaire du travail Dans le secteur privé assujetti

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale Livret de prestations Maison départementale des personnes handicapées Vous informer, vous orienter, évaluer vos besoins, suivre vos prestations Maison départementale des personnes handicapées PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

Plus en détail

Plongeur en situation de handicap (PESH) Jacques PIQUET ( MF2 - MFEH2) Maxime MOUTREUIL (IR-MEFH2-référent HandiSub)

Plongeur en situation de handicap (PESH) Jacques PIQUET ( MF2 - MFEH2) Maxime MOUTREUIL (IR-MEFH2-référent HandiSub) Plongeur en situation de handicap (PESH) Jacques PIQUET ( MF2 - MFEH2) Maxime MOUTREUIL (IR-MEFH2-référent HandiSub) La volonté des hommes! Les présidents des 2 fédérations Jean-Louis Blanchard Jean-Paul

Plus en détail

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES]

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES] Type de doc. Politique Section Administration Prochain examen Décembre 2016 [FORMAT AGRANDI DE LA ] 1. Portée La présente politique s applique à tous les services et programmes fournis par le Centre de

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

NEGRIER & Fils S.A.R.L 12120 SALMIECH Tél : 05.65.46.74.51 Fax : 05.65.46.78.83 negrier-electricite@wanadoo.fr www.negrier-accessibilite.

NEGRIER & Fils S.A.R.L 12120 SALMIECH Tél : 05.65.46.74.51 Fax : 05.65.46.78.83 negrier-electricite@wanadoo.fr www.negrier-accessibilite. NEGRIER & Fils S.A.R.L 12120 SALMIECH Tél : 05.65.46.74.51 Fax : 05.65.46.78.83 negrier-electricite@wanadoo.fr www.negrier-accessibilite.fr Qui est concerné? «Toutes les personnes ayant des difficultés

Plus en détail

Rencontrer des personnes en situation de handicap

Rencontrer des personnes en situation de handicap Info-Handicap - Conseil National des Personnes Handicapées asbl Info-Handicap - Centre National d Information et de Rencontre du Handicap Version 03/2011 Rencontrer des personnes en situation de handicap

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI

TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI Novembre 2010 TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI www.mdph77.fr Maison Départementale des Personnes Handicapées de Seine et Marne 16, rue de l Aluminium 77 543 SAVIGNY LE TEMPLE Cedex

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

DEFICIENTS AUDITIFS : QUELLES AIDES FINANCIERES?

DEFICIENTS AUDITIFS : QUELLES AIDES FINANCIERES? DEFICIENTS AUDITIFS : QUELLES AIDES FINANCIERES? Sommaire 1 ère partie : Les aides techniques I. Appareils de correction auditive & implant d oreille moyenne (dont le BAHA) 1. Les prestations pour tous

Plus en détail

DÉFINITION DE L ACCESSIBILITÉ. une démarche interministérielle

DÉFINITION DE L ACCESSIBILITÉ. une démarche interministérielle DÉFINITION DE L ACCESSIBILITÉ une démarche interministérielle SEPTEMBRE 2006 DÉFINITION DE L ACCESSIBILITÉ une démarche interministérielle 2 Définition de l accessibilité une démarche interministérielle

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur

Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur N 854 - JUIN 2002 Prix : 2,20 Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur Aline Désesquelles, Institut National d Études Démographiques et le groupe de projet HID-prisons Plus de trois personnes

Plus en détail

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE PRODUIT PAR : Association des Personnes Handicapées de la Rive-Sud Ouest (APHRSO) 100 rue Ste-Marie La Prairie (Québec) J5R 1E8 Téléphone :

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI Les ERP «ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC» Le nouveau dispositif réglementaire L ESPRIT DE LA LOI Nouvelle définition de la personne en situation de handicap Accessibilité

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

L éligibilité à la PCH Ce qu il faut savoir sur la cotation des capacités fonctionnelles. Les Cahiers pédagogiques de la CNSA Octobre 2013

L éligibilité à la PCH Ce qu il faut savoir sur la cotation des capacités fonctionnelles. Les Cahiers pédagogiques de la CNSA Octobre 2013 L éligibilité à la PCH Ce qu il faut savoir sur la cotation des capacités fonctionnelles Les Cahiers pédagogiques de la CNSA Octobre 2013 Arbre de décision : éligibilité à la PCH 1 difficulté absolue ou

Plus en détail

BREVET PROFESSIONNEL DE LA JEUNESSE DE L EDUCATION POPULAIRE ET DU SPORT SPÉCIALITÉ Activités Aquatiques et de la Natation

BREVET PROFESSIONNEL DE LA JEUNESSE DE L EDUCATION POPULAIRE ET DU SPORT SPÉCIALITÉ Activités Aquatiques et de la Natation BREVET PROFESSIONNEL DE LA JEUNESSE DE L EDUCATION POPULAIRE ET DU SPORT SPÉCIALITÉ Activités Aquatiques et de la Natation À déposer ou renvoyer au CREPS de Montpellier avant le 15 juillet 2015 (cachet

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

I. LE SPORT ADAPTE :... 2 II. LICENCES SPORTIVES - SAISON 2015/2016 : INFORMATIONS ET TARIFS... 2

I. LE SPORT ADAPTE :... 2 II. LICENCES SPORTIVES - SAISON 2015/2016 : INFORMATIONS ET TARIFS... 2 SAISON 2015/2016 Côtes d Armor pour les ETABLISSEMENTS SPECIALISES accueillant des personnes en situation de handicap mental et/ou psychique Comité Départemental du Sport Adapté des Côtes d Armor : Maison

Plus en détail

Guide méthodologique à l'usage des équipes d'encadrement

Guide méthodologique à l'usage des équipes d'encadrement ACCUEILLIR IR UNE PERSONNE E HANDICAPÉE EN CENTRE DE VACANCES ET DE LOISIRS Guide méthodologique à l'usage des équipes d'encadrement Comité de suivi de la charte de déontologie pour l'accueil des personnes

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI Les ERP «ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC» Le nouveau dispositif réglementaire Première partie CONTEXTE ET POLITIQUES PUBLIQUES Le contexte Le point de départ L accessibilité

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

Dr Marie-Anne Dumont

Dr Marie-Anne Dumont Dr Marie-Anne Dumont Bulles d espace «La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine caractérisée par une baisse des fonctions physiques, de la perte du rôle social joué comme

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Liste des moyens auxiliaires

Liste des moyens auxiliaires Annexe 25 Liste des moyens auxiliaires 1 Prothèses Remboursement selon convention tarifaire avec l Association suisse des techniciens en orthopédie (ASTO). 1.01 Prothèses fonctionnelles définitives pour

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION TOURNOI DES FAMILLES

DOSSIER D INSCRIPTION TOURNOI DES FAMILLES DOSSIER D INSCRIPTION TOURNOI DES FAMILLES 2 PRESENTATION DE L EVENEMENT Notre priorité : sensibiliser aux bienfaits d une pratique sportive régulière, comme le rugby (sous toutes ses formes), sur la santé

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Unité de formation professionnelle du Ceras

Unité de formation professionnelle du Ceras Unité de formation professionnelle du Ceras 15 novembre 2013 : Journée romande de la commission latine d intégration professionnelle (CLIP) Cette présentation, susceptible d être d distribuée e aux personnes

Plus en détail

Dossier commun de demande de subvention au titre de la part territoriale du Centre National pour le Développement du Sport - 2013

Dossier commun de demande de subvention au titre de la part territoriale du Centre National pour le Développement du Sport - 2013 Dossier commun de demande de subvention au titre de la part territoriale du Centre National pour le Développement du Sport - 2013 ------------- C. N. D. S. ------------ Retour des dossiers des Ligues Régionales

Plus en détail

APPEL À CANDIDATURES CONCOURS. PRIX NATIONAL «Ethique et Sport scolaire»

APPEL À CANDIDATURES CONCOURS. PRIX NATIONAL «Ethique et Sport scolaire» APPEL À CANDIDATURES CONCOURS PRIX NATIONAL «Ethique et Sport scolaire» Edito Le sport permet la diffusion de valeurs telles que le respect de l autre, la responsabilité ou encore la solidarité et contribue

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Présentation Rassemblant les syndicats et associations

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE - Sondage de l'institut CSA - - Note des principaux enseignements - N 1001198 Février

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

1 Travailler dans le secteur social

1 Travailler dans le secteur social 1 Travailler dans le secteur social Proposer des formations aux métiers de la solidarité. Accéder à un emploi dans un secteur porteur. Parmi les acteurs : AskOria, les métiers des solidarités Cet organisme

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Guide pratique de l accessibilité sportive

Guide pratique de l accessibilité sportive Guide pratique de l accessibilité sportive Avril 2012 Sommaire Introduction 1- Définition des handicaps Qu est-ce que le handicap? Le handicap moteur Le handicap mental et/ou psychique Le handicap sensoriel

Plus en détail

Une association qui entreprend au service de l intérêt général

Une association qui entreprend au service de l intérêt général Une association qui entreprend au service de l intérêt général Des métiers au service du lien social L UFCV, UNE ASSOCIATION QUI ENTREPREND AU SERVICE DE L INTÉRÊT GÉNÉRAL 1907 Naissance de l Union Parisienne

Plus en détail

Sommaire. Sommaire. 1. Mon établissement 1.1 Pourquoi rendre mon établissement accessible? 1.2 Formation et sensibilisation du personnel

Sommaire. Sommaire. 1. Mon établissement 1.1 Pourquoi rendre mon établissement accessible? 1.2 Formation et sensibilisation du personnel Sommaire Sommaire 1. Mon établissement 1.1 Pourquoi rendre mon établissement accessible? 1.2 Formation et sensibilisation du personnel 2. La réglementation 2.1 Quelles sont mes obligations en tant qu hôtelier?

Plus en détail

Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées

Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées Date de la demande : ae ae azze Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées Accueil de jour Foyer de vie Foyer d accueil médicalisé Maison d accueil spécialisée Unité pour

Plus en détail

L approche du handicap par les limitations fonctionnelles et la restriction globale d activité chez les adultes de 20 à 59 ans

L approche du handicap par les limitations fonctionnelles et la restriction globale d activité chez les adultes de 20 à 59 ans L approche du handicap par les limitations fonctionnelles et la restriction globale d activité chez les adultes de 20 à 59 ans Gérard Bouvier * Parmi les adultes de 20 à 59 ans vivant en ménage 1, une

Plus en détail

Mémo public 3 - Les sportifs de haut niveau

Mémo public 3 - Les sportifs de haut niveau Mémo public 3 - Les sportifs de haut niveau L objet de ce mémo est de préciser : Le cadre du sport de haut niveau La spécificité des sportifs de haut niveau Ce qui a été fait jusqu à présent pour le retour

Plus en détail

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles Les Actions Vie Associative Un programme de rencontres et de soutien pour les familles L Adapei-Aria de Vendée engage son action et ses activités au service de personnes qui de par leur handicap présentent

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

Tous différents, tous égaux

Tous différents, tous égaux Tous différents, tous égaux Objectif : Comprendre comment naissent les discriminations et apprendre à les combattre Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. C est du moins

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

1. ORGANISME DE FORMATION 2. PRÉROGATIVES

1. ORGANISME DE FORMATION 2. PRÉROGATIVES 1. ORGANISME DE FORMATION Les formations et examens «Pilote Initiateur Bateau» sont organisés et mis en œuvre par les Ligues régionales, dans le respect du cahier des charges élaboré par la commission

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation.

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation. cohérence ÉGALITÉ DES CHANCES/DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE Concertation Innovation Innovation www.regionreunion.com Concertation cohérence 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations

Plus en détail

questions/réponses sur les DYS

questions/réponses sur les DYS D Y S L E X I E, D Y S P H A S I E, D Y S P R A X I E, Les DYS, un handicap émergeant? La Dysphasie trouble du langage oral? La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste? La Dyslexie, trouble du langage

Plus en détail

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la pétition pour rendre accessibles les écoles aux personnes à mobilité réduite

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la pétition pour rendre accessibles les écoles aux personnes à mobilité réduite Secrétariat du Grand Conseil P 1798-B Date de dépôt : 11 janvier 2013 Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la pétition pour rendre accessibles les écoles aux personnes à mobilité réduite Mesdames

Plus en détail

Vieillir chez soi : usages et besoins des aides techniques et des aménagements du logement

Vieillir chez soi : usages et besoins des aides techniques et des aménagements du logement ét udes et résultats N 823 décembre 2012 Vieillir chez soi : usages et besoins des aides techniques et des aménagements du logement Les aides techniques et les aménagements du logement permettent aux personnes

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées

Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées Notre engagement Notre entreprise s efforce en tout temps de dispenser ses services d une manière respectueuse de la dignité et de

Plus en détail

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT?

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? Les institutions spécialisées ne sont pas la seule solution envisageable. Même si celles-ci sont dans l ensemble de plus en plus à l écoute des enfants.

Plus en détail

UC1 Cadre Réglementaire

UC1 Cadre Réglementaire Stage Initial MF1 Commission Technique Régionale EST Septembre 2011 UC1 Cadre Réglementaire - La Loi de 1901 - Organisation du Sport en France - Établissements d'aps Principes généraux - La vie associative

Plus en détail

Régimes. spéciaux d études

Régimes. spéciaux d études jeunesse fédéralisme représentation innovation sociale formation international Régimes Contribution de la FAGE Adoptée par le Conseil d Administration de la FAGE - septembre 2013 spéciau + d infos sur

Plus en détail

Les origines du projet

Les origines du projet La Bibliothèque numérique pour le Handicap (BnH) Entretien avec Alain Patez, bibliothécaire et chargé de mission sur le projet BnH. La BnH (http://bnh.numilog.com) est une bibliothèque qui propose à distance,

Plus en détail

Résultats de l enquête sur les TAP en Maine et Loire

Résultats de l enquête sur les TAP en Maine et Loire 2014 Résultats de l enquête sur les TAP en Maine et Loire Enquête organisée par l AMF 49 et la ville d Avrillé auprès des du département de Maine et Loire Décembre 2014 1 Résultats de l enquête sur les

Plus en détail

1 Définition d un ERP et ses obligations. 2 Règles générales applicables aux ERP. 3 Les possibilités de dérogation

1 Définition d un ERP et ses obligations. 2 Règles générales applicables aux ERP. 3 Les possibilités de dérogation SOMMAIRE SOMMAIRE 1 Définition d un ERP et ses obligations 2 Règles générales applicables aux ERP 3 Les possibilités de dérogation Accessibilité aux handicapés : quel handicap? Accessibilité aux handicapés

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail