mag MA MUTUELLE AG 2015 à Dijon MGET devient MGEN Le magazine de la Mutuelle Générale Environnement & Territoires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "mag www.mget.fr MA MUTUELLE AG 2015 à Dijon MGET devient MGEN Le magazine de la Mutuelle Générale Environnement & Territoires"

Transcription

1 MGET51 mag Le magazine de la Mutuelle Générale Environnement & Territoires Trimestriel / 0 90 / juin MA MUTUELLE AG 2015 à Dijon MGET devient MGEN

2 par an et par enfant Offre spéciale rentrée scolaire Pour en profiter, rien de plus simple : 540 Agences Matmut/AMF Assurances amf-assurances.fr (1) «Assurance Scolaire à 11 au lieu de 21» : somme maximale perçue en 2015 après déduction d une remise de 10 pour toute assurance scolaire garantissant un enfant entrant pour la première fois dans un nouveau cycle scolaire à la rentrée 2015 (première rentrée en maternelle, première année de primaire, collège ou lycée). La remise de 10 est créditée au compte lors de la souscription du contrat «Assurance Scolaire» entre le 24/06/2015 et le 30/09/2015 inclus. L offre s applique également aux détenteurs du contrat dont l un des enfants assurés répond aux conditions. Conditions de l offre disponibles en Agence ou sur amf-assurances.fr AMF Assurances, Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de entièrement libéré N RCS Rouen. Entreprise régie par le Code des Assurances. Siège social : 66 rue de Sotteville Rouen. Studio Matmut - Crédits photos : Syda Productions, danielsbfoto, nyul, Andrey Kiselev, Andrey Arkusha Fotolia.com

3 ÉDIT O Nous sommes MGEN Dans un édito publié dans ces pages il y a un peu plus d un an, j évoquais la trajectoire sur laquelle s était engagée la MGET pour garantir l avenir de la protection de ses adhérents. Nous sommes arrivés au bout de cette trajectoire. Les délégués réunis en assemblée générale à Dijon ont voté la fusion de la MGET et de MGEN 1. Les délégués ont fait le choix de MGEN pour continuer à porter notre projet mutualiste solidaire, consolider la position de nos mutuelles au sein des fonctions publiques d État et territoriale, assurer et renforcer la protection santé et prévoyance de nos adhérents, poursuivre l amélioration de nos services et de notre action sociale ainsi que l adaptation de nos garanties aux nouveaux besoins de nos adhérents. C est un projet soigneusement préparé, initié par l assemblée générale de Saint-Brieuc en juin Nous nous sommes rapprochés de MGEN sur une vision et des valeurs partagées, et dorénavant dans une identité commune. Ce rapprochement a été porté par des demandes fortes de la part de la MGET, dans l intérêt de ses adhérents, de ses salariés et de ses militants. Le maintien des niveaux de garanties santé et prévoyance de nos adhérents était une priorité. Nous avons tenu cet engagement car la refonte récente de l offre MGEN Santé Prévoyance a abouti à une convergence avec les offres de la MGET. Le 1 er janvier 2016, MGEN deviendra à la fois gestionnaire de votre régime de Sécurité sociale (si vous étiez assuré social MGET) et assureur de votre complémentaire santé et prévoyance. Afin de mettre à jour votre dossier mutualiste préalablement à sa transmission à MGEN, vous recevrez dès fin juillet des demandes d informations. Merci d y répondre. Dorénavant, nous sommes MGEN, et c est une chance pour la poursuite de notre projet mutualiste. Hubert Borderie Président général de la MGET 1 Sous réserve du vote de l assemblée générale de MGEN du 9 juillet et de l autorisation de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). SOMMAIRE EN BREF 04 L actualité de la santé et de la MGET POUR LA SANTÉ 06 Maladie de Lyme, le bon diagnostic SOCIAL ET SANTÉ, 08 MODE D EMPLOI Complémentaires santé : l échec de la Sécu? 09 MON ENVIRONNEMENT Connaissez-vous les PNR? 10 MA MUTUELLE Assemblée générale 2015 : MGET devient MGEN 15 INITIATIVES SOLIDAIRES Fracture numérique, fracture sociale MGET Mag # 51 est édité par la Mutuelle Générale Environnement & Territoires 76/78, avenue de Fontainebleau Le Kremlin-Bicêtre cedex Fax : Directeur de la publication : Hubert Borderie Responsable de la publication : Sophie Vincensini Secrétaire de rédaction : Amandine Alagnous Conception et réalisation : Madison Square Communication Rédacteur en chef : Philippe Artru Journalistes : Lydia Drancourt, Victor Rainaldi, Jean-Christophe Rimbaud, Frédéric Vielcanet Maquette : Élodie Barreau Illustrations : P. Gendrot, A. Chereau Imprimeur : Vincent 32, avenue Charles Bedaux Tours cedex. Crédit photos : Photothèque MGET, Fête de la nature, Fédération des parcs naturels régionaux, PSM, La Mutualité Française, Connexions solidaires, Fotolia (nata777_7, Trueffelpix, Somartin, Baillou, Chany167, By-studio), 123RF (Cathy Yeulet), GraphicObsession (Eric Audras PhotoAlto), F. Vielcanet et DR Commission partiaire : 0917 M ISSN X Prix au numéro : 0,90 Abonnement annuel : 2,60 MGET Mag est adhérent au Syndicat de la presse sociale. MGETMag # 51 3

4 E N BREF Remboursements MGET Utilisez la bonne adresse! Afin de limiter au maximum les délais d acheminement de vos demandes de remboursement, nous vous invitons expressément à adresser ces demandes directement à : MGET Prestations Santé 6, rue de Saint-Servan CS Nantes cedex 9 et non pas aux anciennes adresses postales de MFP Services. Priorité Santé Mutualiste Bien choisir sa crème solaire Événement La nature à l'honneur Pour la cinquième année consécutive, la MGET a participé à la Fête de la nature, qui s est tenue partout en France du 20 au 24 mai. Pour cette neuvième édition, c est «le bord de l eau» qui a été mis à l honneur. Un thème choisi en l'honneur du Conservatoire du Littoral, qui célèbre cette année ses 40 ans de préservation des plus beaux rivages. Le succès fut au rendez-vous : quelque personnes ont profité des animations proposées. La Fête de la nature est devenue un événement incontournable sur le thème de la nature et de la biodiversité. C est naturellement que la MGET soutient encore et toujours cette manifestation, qui rapproche l homme des conditions de son bien-être. Rendez-vous l année prochaine pour la dixième édition, qui se déroulera du 18 au 22 mai. L été est revenu et le soleil aussi! Pour protéger votre peau des rayons UV, l application d une crème solaire s avère indispensable. Mais il n est pas facile de s y retrouver parmi la multitude de crèmes, sprays et gels disponibles sur le marché et surtout de comprendre ce qui se cache derrière les noms indiqués dans la (longue) liste d ingrédients. Pour vous aider à faire votre choix de manière éclairée, Priorité Santé Mutualiste vous propose une animation «Cosmétique, comment les choisir?», qui vous apprendra à décrypter les étiquettes. Vous la retrouverez sur la page «Santé et environnement» sur le site : Les médecins du centre de contact pourront aussi vous conseiller sur les niveaux de protection à privilégier en fonction de votre phénotype, c est-à-dire votre type de peau, ainsi que de celui de vos enfants. Vous pouvez les joindre au 3935, en donnant votre code mutuelle : Seniors Mieux s'informer Comment choisir une maison de retraite? À qui m adresser pour être soigné à domicile? Que faire si je constate une maltraitance? Autant de questions auxquelles s attache à répondre le nouveau portail national d information Il vise à guider dans leur parcours les personnes âgées et leurs proches. Ce site rassemble des informations utiles sur les aides disponibles et les démarches à effectuer pour les obtenir et propose des outils pratiques (annuaire des établissements et services à proximité de votre domicile, simulateur de reste à charge en cas de placement dans un Ehpad ). Une plate-forme téléphonique d information est également ouverte au (0,15 la minute). Allergies alimentaires Ayez le bon réflexe 2,2 millions de Français souffrent d allergies alimentaires. En cas de contact avec un allergène (lait de vache, arachides, poissons, fruits de mer...), un choc anaphylactique peut survenir. Cette réaction brutale du système immunitaire peut être mortelle. En général, elle se traduit par des signes cutanés : urticaire, démangeaison, gonflement (lèvres, paupières, gorge, mains). Parfois une diarrhée et un asthme peuvent apparaître. Seul remède : l injection d adrénaline par voie intramusculaire à l aide d un stylo-injecteur dans les 20 minutes qui suivent le début des symptômes. Encore mal connu, ce geste est pourtant simple et peut être pratiqué par tous en cas de situation d urgence allergique. L Association française pour la prévention des allergies (Afpral) a ouvert un site internet dédié, afin de sensibiliser le grand public à cette urgence vitale. Plus d infos : urgence-anaphylaxie.com 4 MGETMag # 51

5 EN BREF Nouveau site et services en plus La Mutualité française donne un nouveau souffle à son site Internet, avec un graphisme modernisé et une présentation claire. Il propose une vision complète du mutualisme nourrie de l actualité, de chiffres et de multimédia. En plus d une salle de presse, trois rubriques principales sont proposées en page d accueil : «La Mutualité française» (pour connaître la fédération et ses membres), «Actualités» (pour décrypter et suivre les enjeux du secteur) et «Services» (pour aider particuliers et entreprises à trouver une mutuelle, notamment). Vous pourrez en outre vous abonner à une newsletter hebdomadaire qui reprendra les contenus importants publiés sur le site. Statut de mutuelle européenne Une déconvenue supplémentaire Depuis plus de vingt ans, le monde mutualiste réclame une reconnaissance européenne. Ce débat a été relancé en 2012 par Benoît Hamon, alors ministre délégué à l Économie sociale et solidaire et à la Consommation. En décembre dernier, Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, a mis un premier coup de frein à cet élan en écartant le statut de mutuelle européenne (SME) du programme de travail Nouvelle déconvenue en mai : la Commission européenne a fait savoir qu elle ne défendrait pas, à ce stade, une initiative législative sur le SME, car celle-ci doit être approuvée à l unanimité par les États siégeant au Conseil de l Union européenne. Or, l Allemagne se montre clairement défavorable à l harmonisation des règles de gouvernance. Le SME permettrait l émergence de groupes mutualistes transnationaux (ce que les assurances peuvent faire depuis plus de dix ans) et contribuerait ainsi à promouvoir une économie sociale saine au fonctionnement démocratique. Ce n est pas gagné. Prévention Un alcoomètre en ligne Buvez-vous trop d alcool? Pour vous aider à y voir plus clair, l Institut national de prévention et d éducation pour la santé (Inpes) a mis au point un test en ligne. Disponible sur le site Alcool Info Service (www.alcool-info-service.fr), l alcoomètre vous invite à répondre à 12 questions destinées à évaluer si votre consommation présente un risque faible, élevé ou une suspicion de dépendance. En fonction du résultat obtenu, des informations et des aides adaptées sont proposées. Selon un récent rapport de l OCDE, la consommation française est d'environ 12 litres d'alcool pur/an/habitant (équivalent à 120 bouteilles de vin). Ce constat inquiétant pour la santé publique n'a pas empêché les députés d'adopter en juin, contre l'avis du gouvernement, un amendement à la loi Macron assouplissant l'encadrement de la publicité pour l'alcool. Aide à la complémentaire santé Encore trop méconnue Selon un sondage BVA réalisé fin 2014, l aide à l acquisition d une complémentaire santé (ACS) est l une des prestations sociales les moins connues. Plus de dix ans après sa création, 71 % des Français ignorent toujours son existence. Aujourd hui, ils sont 1,2 million à bénéficier de l ACS, alors que 3 millions pourraient y prétendre. Récemment, ce dispositif a été profondément réformé afin de simplifier son fonctionnement et sa lisibilité. Désormais, les bénéficiaires de l ACS ont le choix entre dix contrats sélectionnés par les pouvoirs publics. L offre «Accès Santé» de l association ACS-P, à laquelle la MGET et MGEN sont adhérentes, fait partie des offres retenues. Simple et concrète, elle a été choisie sur des critères de prix et de qualité de service. Cette garantie est accessible aux personnes concernées par ce dispositif depuis le 1 er juillet (en collaboration avec MGEN). Section 71 Partenariat avec la BFM Suite à un tirage au sort, le lot prévu dans le cadre des actions partenaires du PACC 2014 avec la Banque Française Mutualiste (BFM) a été remis le 31 mars à Sylvie Perrot, adhérente de la section 71, gagnante pour la Bourgogne, par Bertrand Planchamp, délégué régional BFM. Cette remise s est déroulée à la DDT 71, à Mâcon, en présence du président de section, Bernard Audry, de membres du bureau de la CGS, de deux anciennes conseillères de la section, de l assistante de service social, de la conseillère adhérents en poste et de la responsable territoriale, autour d un buffet offert par la BFM. De gauche à droite : Bertrand Planchamp, Sylvie Perrot, la gagnante, Bernard Audry et Fouzia Chevalier, conseillère adhérents. MGETMag # 51 5

6 P OUR LA SANTÉ Maladie de Lyme, le bon Traitée à temps, la maladie de Lyme, infection bactérienne transmise par morsure de tique, est bénigne. En revanche, mal ou non diagnostiquée, elle peut avoir de lourdes conséquences. Épidémie sous-estimée pour les uns, maladie refuge pour les autres, sa prise en charge divise le monde médical. O fficiellement, nouveaux cas 1 de maladie de Lyme (ou borréliose de Lyme) sont dénombrés chaque année en France. Identifiée en 1975 dans la ville de Lyme (États-Unis, Connecticut), cette affection est due à une bactérie du genre Borrelia. Les petits rongeurs forestiers (mulots, campagnols, écureuils) sont les principaux réservoirs de la bactérie, qu ils peuvent transmettre aux tiques qui les mordent. «Dans nos contrées, les tiques dures (nymphes et adultes femelles), du genre Ixodes, représentent le vecteur de la maladie. Recouvertes d une carapace qui les empêchent de gonfler rapidement, contrairement aux tiques molles, elles doivent prolonger leur repas sanguin plus longtemps», souligne le Pr Benoît Jaulhac, responsable du Centre national de référence des Borrelia (Strasbourg). Les tiques, dont la période de forte activité se situe entre avril et octobre, affectionnent plus particulièrement les zones humides et boisées. Forestiers, chasseurs et randonneurs constituent ainsi des populations plus à risque. MALADIE INSIDIEUSE La tique détecte son hôte par le CO 2 qu il dégage. Elle s accroche à lui et migre vers les endroits où la peau est plus fine (aisselles, plis, aines, cuir chevelu). Une fois fixée, elle aspire son sang puis régurgite différents éléments, dont la bactérie responsable de la maladie de Lyme, si elle en est porteuse. Une personne infectée ne développe pas forcément la maladie. «Si elle la développe, une rougeur de la peau en forme de cocarde, appelée érythème migrant, apparaît au point de morsure dans deux cas sur trois, poursuit le Pr Jaulhac, associée parfois à une fièvre modérée, une fatigue, des céphalées.» Si le diagnostic de la maladie est posé à ce stade, un traitement antibiotique administré pendant 14 à 21 jours donne de bons résultats et une guérison totale est possible. SYMPTÔMES POLYMORPHES Problème : ces signes peuvent passer inaperçus et disparaissent en quelques semaines. «Pas ou mal traitée, la maladie évolue lentement, explique le Dr Philippe Raymond, médecin généraliste 2. Quelques semaines ou mois après la morsure, on peut avoir une flambée de Proposition de loi L Assemblée nationale a examiné le 5 février 2015 une proposition de loi visant à mieux diagnostiquer la maladie de Lyme. Le texte n a pas été adopté mais le gouvernement s est engagé à «saisir les acteurs de la recherche» sur cette pathologie. 6 MGETMag # 51

7 POUR LA SANTÉ diagnostic symptômes neurologiques (paralysies faciales, névralgies), articulaires (inflammation du genou principalement), cardiaques (troubles du rythme, insuffisance cardiaque) et, plus rarement, des atteintes oculaires, hépatiques, ORL ou musculaires.» En phase tardive (quelques mois à années plus tard), les manifestations sont essentiellement cutanées, articulaires et neurologiques. Les symptômes évoquent d autres pathologies (spondylarthrite ankylosante, sclérose en plaques, fibromyalgie ), ce qui les rend plus délicats à rattacher à la maladie de Lyme. En outre, des périodes asymptomatiques peuvent entrecouper les phases où la maladie se réveille. TESTS BIOLOGIQUES CONTROVERSÉS Le diagnostic de la maladie de Lyme ne repose pas uniquement sur un examen clinique. Il doit aussi tenir compte d arguments épidémiologiques et biologiques. Borrelia étant présente en faible quantité, les sérologies réalisées en laboratoire visent à détecter la présence d anticorps fabriqués par l organisme en réaction à la bactérie. Ces tests sont sujets à polémiques : certains médecins et associations de malades dénoncent des interprétations variables selon les laboratoires, avec un risque de sous-diagnostic et une errance médicale des patients. Pour le Pr Jaulhac, «ces tests ne doivent pas être réalisés trop tôt : au stade précoce de l érythème migrant les anticorps sont souvent non détectables. En cas de signes neurologiques, ils doivent être couplés à une analyse du liquide céphalorachidien». Dans les conclusions de son rapport sur la borréliose de Lyme, le Haut Conseil de la santé publique émet des recommandations pour améliorer la performance des outils diagnostiques sérologiques. CO-INFECTION DE LYME Autre point d achoppement : la prise en charge des formes «chroniques». Le protocole thérapeutique repose sur l administration d un traitement antibiotique pouvant être renouvelé une fois. S il ne donne pas de résultat, les médecins reconsidèrent le diagnostic initial. «La persistance des symptômes chez certains malades peut être liée à la présence d autres agents pathogènes (bactéries, virus, parasites ), également transmis lors de la morsure de tique, explique le Dr Raymond. Les mécanismes de la maladie demeurent encore un mystère et les médecins spécialistes sont peu nombreux. Des malades se heurtent à une absence ou un déni de diagnostic. À la souffrance physique s ajoute la souffrance d être incompris ou considéré comme affabulateur. Reste que l accroissement des réservoirs animaux, porteurs de tiques, du nombre de tiques infectées et nos habitudes de vie développement des activités de loisirs, proches de la nature font craindre une augmentation des contaminations.» 1 Source : Institut national de veille sanitaire (InVS) 2 Membre du groupe de travail qui a rédigé le rapport du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) sur la borréliose de Lyme, collection «Avis et Rapports», mars Mesures de précaution En balade en forêt, portez des vêtements couvrants (plutôt clairs afin de mieux repérer les tiques), un chapeau ou une casquette, des chaussures de marche. Évitez les herbes hautes. Utilisez des répulsifs (sauf contre-indication personnelle) ou des vêtements pré-imprégnés. De retour de balade, examinez-vous. Inspectez surtout les zones où la peau est plus fine et le cuir chevelu. Prenez une douche pour évacuer les éventuelles larves. En cas de morsure, si la tique est encore accrochée, utilisez une pince fine ou un tiretique pour l extraire. Éther et alcool sont à proscrire. Désinfectez la plaie après extraction puis surveillez la zone pendant 4 semaines. EN SAVOIR «Maladie de Lyme, quand les tiques attaquent», Sciences et Avenir n 819, mai Associations de malades : Lyme Sans Frontières, France-Lyme. invs.sante.fr, dossier thématique sur la borréliose de Lyme. MGETMag # 51 7

8 S OCIAL ET SANTÉ, MODE D EMPLOI Complémentaires santé : l'échec de la Sécu? Au 1 er janvier 2016, tous les salariés doivent bénéficier de la mise en place d une couverture santé collective et obligatoire financée a minima à 50 % par l employeur. Tous les salariés? Fabrice Bouquet, secrétaire général de la MGET. Obligatoire! Collective et obligatoire, cette couverture constitue un élément du contrat de travail. Toutefois, des dispenses sont prévues (à vérifier au cas par cas dans les accords d entreprise), notamment pour les salariés ou apprentis en CDD de moins de 12 mois, à temps partiel ou couverts par le contrat d entreprise de leur conjoint (si la couverture des ayants droit du salarié est obligatoire dans ce contrat). Dans le cas d une mise en place par décision unilatérale, les salariés présents dans l entreprise avant la signature de l accord peuvent refuser d adhérer, sans avoir à se justifier. I ssue de l accord national interprofessionnel (ANI), signé par les partenaires sociaux en janvier 2013, la loi dite de «sécurisation de l emploi» de juin 2013 a créé l obligation pour toutes les entreprises de mettre en place une couverture santé pour leurs salariés à partir du 1 er janvier Une mesure portée par le candidat Hollande dans son programme pour lutter contre le renoncement aux soins et défendue devant les mutualistes réunis lors du congrès de la Mutualité française en octobre Alors que la plupart des salariés des grandes et moyennes entreprises bénéficient déjà d une couverture santé collective, ce sont surtout les salariés des petites entreprises qui sont visés par cette disposition, soit environ 4 millions de salariés. COMPLÉMENTAIRE POUR TOUS, MAIS PAS POUR TOUT LE MONDE «C est une demi-mesure, juge Fabrice Bouquet, secrétaire général de la MGET : elle oublie les étudiants, les retraités, les chômeurs de longue durée et les fonctionnaires. Ces derniers ne sont pas concernés, car l État, pas plus que les collectivités territoriales, n a l obligation de reverser un seul euro de cotisation à la complémentaire.» En revanche, on pourrait assister au départ des mutuelles de nombreux fonctionnaires tentés ou obligés de rejoindre la couverture de leur conjoint. Question : quel sera le niveau de garanties dont bénéficiera le salarié? L entreprise est tenue à un panier de garanties minimum 1. Beaucoup n iront pas au-delà en ces temps de difficultés accrues pour les petites entreprises. Ce sera un plus pour ceux qui n avaient pas de couverture. Mais une déception pour ceux qui en avaient une bonne. Pas sûr alors que cette complémentaire permette de couvrir tous les soins. AUX SALARIÉS DE PAYER LA NOTE «Si le salarié veut mieux, il faudra qu il se paie une surcomplémentaire», poursuit Fabrice Bouquet, pour qui cette complémentaire pour tous signe «l échec de la Sécu. On s aperçoit aujourd hui que l on a trop déremboursé et du coup on organise la régulation par le privé de ce qu on a dérégulé au niveau public, en demandant aux entreprises et aux salariés de régler la note. L ANI a un prix exorbitant : défiscalisé pour l entreprise, fiscalisé pour le salarié, ce sont finalement les impôts qui financent cette mutuelle à hauteur de 2 milliards. Cherchez l erreur». I Prise en charge du ticket modérateur pour les actes et prestations remboursables par l assurance maladie, du forfait journalier hospitalier, des soins dentaires et d orthopédie dentofaciale à hauteur d au moins 125 % du tarif de la Sécu, des frais d optique (minimum 100 pour un équipement verres simples et monture, 200 pour des verres complexes et monture, 150 pour un mixte verre simple + complexe et monture), par période de 2 ans. 8 MGETMag # 51

9 MON ENVIRONNEMEN T Connaissez-vous les PNR? Poumon vert d une France qui s urbanise, les 51 PNR (parcs naturels régionaux) remplissent un rôle aussi essentiel que méconnu : combiner développement humain et économique et protection de l environnement. L e concept de «parc naturel régional» a vu le jour en «Géographes, sociologues, scientifiques se sont réunis pour répondre à une problématique : comment revitaliser les déserts ruraux, protéger leurs fragiles richesses et garantir un aménagement durable de leurs territoires», explique Jean-Louis Joseph, président de la Fédération des parcs naturels régionaux de France. On en dénombre aujourd hui cinquante et un. La demande de classement en PNR émane toujours d acteurs locaux (associations, élus, habitants). Elle est relayée par la région et acceptée ou refusée par l État 1. «Il faut être sur un territoire biogéographique de haute qualité pour pouvoir être classé PNR, précise Jean-Louis Joseph. Il faut compter au moins cinq années pour réaliser un diagnostic de territoire (richesses naturelles, culturelles, population, économie) et définir les futures actions à mener.» CINQ GRANDES MISSIONS Regroupées au sein d un projet de territoire, matérialisé par une charte propre à chaque parc, ces actions s inscrivent dans le cadre de cinq grandes missions : protection et la gestion du patrimoine naturel et culturel (par exemple le retour du loup en Queyras), aménagement du territoire (construction d'un éco-quartier dans le Parc de Millevaches en Limousin), développement économique et social (création d un marché paysan dans les Ardennes), information du public (actions éducatives pour les enfants dans le Parc Oise-Pays de France) et expérimentation et recherche (chantiers participatifs pour lutter L ONF, partenaire durable La forêt représente en moyenne 50 % du territoire des parcs. En 2012, la Fédération des PNR et l Office national des forêts ont signé la prolongation de la convention cadre qui les unit depuis Objectif : renforcer leur coopération pour une gestion durable respectueuse de la biodiversité naturelle, des paysages et des activités humaines (filière bois, activités de loisirs). EN SAVOIR Fédération des parcs naturels régionaux de France : contre la précarité énergétique en Marais du Cotentin et du Bessin). «Un parc est géré par un syndicat mixte qui regroupe les collectivités locales et travaille étroitement avec différents acteurs du territoire (entreprises, agriculteurs, associations, naturalistes, chasseurs, ) pour favoriser la concertation. Nous ne sommes pas là pour contraindre mais pour jouer un rôle de conseil, d expertise, d accompagnement et de soutien. Par exemple sur la maîtrise de l urbanisme, l affichage publicitaire, la circulation des véhicules» SUCCÈS CROISSANT À l heure des lois de transition énergétique et de biodiversité, les PNR sont aux avant-postes. «Dans le cadre de l appel à initiative «Territoires à énergie positive pour la croissance verte», lancé par la ministre de l Écologie, quarante parcs ont été sélectionnés. Objectif : tous les parcs du réseau doivent être autonomes en énergie en 2030.» Actuellement, une vingtaine de projets de création de PNR sont à l étude. Un succès croissant. «S il faut sanctuariser quelques merveilles naturelles, la protection totale partout ne fonctionne pas pour autant. Les parcs sont des territoires habités, des espaces de vie, qui combinent développement économique et protection de la nature. Aujourd hui, ce concept s exporte : nous recevons de nombreuses délégations étrangères, qui sont très intéressées pour l adapter à leurs territoires.» I Le classement dʼun parc est prononcé par décret du Premier ministre pour 12 ans. Cette durée devrait bientôt être portée à 15 ans. MGETMag # 51 9

10 M A MUTUELLE AG 2015 : la MGET devi La 69 e assemblée générale de la MGET s est déroulée au palais des congrès de Dijon, les 17 et 18 juin Dernière assemblée générale sous les couleurs de la MGET, puisqu à partir du 1 er janvier 2016 votre mutuelle fusionnera avec MGEN 1. P oint d orgue de la vie annuelle d une mutuelle, l assemblée générale 2015 se démarque des précédentes par la portée d une décision qui engage solennellement son destin. En effet, les délégués ont approuvé le 17 juin la résolution qui leur a été soumise concernant les opérations de fusion de votre mutuelle avec MGEN. Dijon n est pas uniquement la 69 e assemblée générale de la MGET. C est la dernière. Car pour ses 70 ans, la MGET devient MGEN. Hubert Borderie, président général de la MGET et Thierry Beaudet, président du groupe MGEN. Thierry Beaudet a tenu à venir saluer l assemblée générale de la MGET à l occasion de ce vote historique sur la fusion MGET/ MGEN. «De Saint-Brieuc à Dijon que de chemin parcouru ensemble, que de rencontres, de réunions de travail au fil desquels s est renforcée la confiance entre nous ( ). Vous avez pris une décision audacieuse, courageuse, lucide et tournée vers l avenir ( ). Les dirigeants mutualistes seraient bien inspirés de faire des choix d avenir.» Au tour de MGEN de voter la fusion : «C est le 9 juillet que notre AG aura à se prononcer sur cette fusion. Je suis optimiste.» DERNIÈRE RÉUNION DE FAMILLE «C est un peu comme une dernière réunion de famille, évoque Hubert Borderie, président général de la MGET. Avant d en rejoindre une autre, plus grande, mais qui a quasiment le même ADN. On se connaît depuis longtemps avec MGEN. On partage beaucoup de choses. On parle la même langue, on a les mêmes valeurs, les mêmes amitiés, les mêmes indignations. Ensemble, nous allons faire de grandes choses, que l on ne pouvait pas mener à bien tout seul, et notamment ce projet de grande mutuelle de la fonction publique que nous appelons depuis longtemps de nos vœux. Mais d abord, nous avons voulu cette fusion pour nos adhérents, pour garantir la pérennité de leur protection dans un organisme défendant les valeurs de l économie sociale et solidaire et celles de la fonction publique.» Cette fusion ne s est pas faite en un jour. «Depuis longtemps, on nous interpellait dans les sections pour réaliser cette fusion. Les délégués, les élus, mais aussi des adhérents, nous demandaient d accélérer le processus. S accorder politiquement est une chose, mais derrière, c est toute une organisation, des processus, des méthodes, une ingénierie qu il faut accorder, des intérêts qu il faut défendre, ceux de nos adhérents comme de nos salariés. Tout cela a réclamé un peu de temps.» TOUTES LES CONDITIONS SONT RÉUNIES «Ces six derniers mois, les événements se sont accélérés, poursuit Fabrice Bouquet, secrétaire général de la MGET. Des deux côtés, MGET et MGEN, les équipes ont mis les bouchées doubles. Nous avons trouvé un terrain d entente sur les questions liées aux garanties (dépendance, protection invalidité, etc.) alors même que MGEN achevait de son côté la refonte de sa gamme d offres, dont l esprit est proche de celle de la MGET. Le fait qu'un certain nombre d'opérationnels de la MGET aient participé aux travaux de refonte des offres MGEN y a certainement contribué. La question du référencement est également levée, puisque le dispositif de participation du MEDDE 2 au financement de la protection sociale complémentaire prend fin officiellement au 31 décembre MGEN deviendra l interlocuteur privilégié du ministère, notamment 10 MGETMag # 51

11 AG MA MUTUELLE ent MGEN pour l éventuelle mise en place d un nouveau dispositif de référencement. Quant à l IRPS et la Fondation de la Route, ils vont continuer à se développer avec MGEN.» UNE NOUVELLE SAISON POUR LA MGET «Nous vivons un moment historique avec cette fusion. Chacun d entre nous et de ceux qui nous ont précédés, a écrit un chapitre ou une ligne de cette aventure mutualiste, que ce soit au sein du ministère de l Équipement ou de celui de l Écologie», conclut Hubert Borderie. Comme une série télévisuelle à La section 21 à l honneur Petit rappel historique La MGET a déjà connu plusieurs fusions : créée en 1946, la Société mutualiste du ministère des Travaux publics et des Transports (SMTP) a fusionné en 1970 avec la Mutuelle générale de la Construction pour donner naissance à la Mutuelle générale de l Équipement et des Transports (MGET), qui a elle-même fusionné avec la MNF (Mutuelle Nature & Forêts), avant de devenir Mutuelle générale Environnement et Territoires. Et maintenant MGEN. succès, la MGET a déjà connu plusieurs saisons, plusieurs fusions. Une nouvelle saison de l aventure MGET va s ouvrir : «Chacun d entre nous peut y prendre sa part et s investir dans cet avenir mutualiste qui s appelle désormais MGEN.» 1 Sous réserve du vote de l assemblée générale de MGEN du 9 juillet et de l autorisation de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). 2 MEDDE : ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie. Président de la section invitante, Daniel Muller souhaitait depuis longtemps accueillir l AG de la MGET. Pour le confort des délégués, il a attendu que le réseau du tramway soit achevé. Il se réjouit de la décision de l AG, «qui va permettre de mieux défendre les valeurs mutualistes et de renforcer la qualité de service aux adhérents». Pour la réussite de cette AG, il a mobilisé tous les élus de sa section ainsi que plusieurs élus du Jura. Et, avec l aide du directeur MGEN de Dijon, il a fait venir 300 collégiens pour visiter le village de la Fondation de la Route. Renouvellement partiel des conseils d'administration Élections au conseil d administration de la MGET (LII) Les délégués ont procédé au renouvellement du tiers sortant du conseil d administration LII. Suite à la réduction du nombre d administrateurs, votée lors de l AG du 12 février 2015, et portant de 24 à 21 le nombre de membres, cinq postes étaient à pourvoir. Ont été élus : Daniel Acker, Benoît Bruzi, Rolande Pomi, Laurent Tef, Michel Tesseyre. Élections au conseil d administration de MGET Action solidaire (LIII) Les délégués ont également procédé au renouvellement du tiers sortant du conseil d administration LIII. Sept postes étaient à pourvoir. Ont été élus : Jacky Boyer, Éric Brassart, Catherine Chaton, Didier Delabre, Élisabeth Huste, Bernard Marty, Michèle Rollin. MGETMag # 51 11

12 M A MUTUELLE MGEN Santé Prévoyance : des garanties convergentes pour chacun Outre le vote en faveur d une fusion avec MGEN, les délégués MGET ont adopté l évolution des offres MGET vers la gamme d offres MGEN Santé Prévoyance, dont vous bénéficierez, à l instar de tous les adhérents MGEN, à partir du 1 er janvier Une convergence dans le respect de vos garanties. P réserver le niveau des garanties de ses adhérents est une préoccupation qui a toujours été au cœur de la fusion entre la MGET et MGEN. «Ce sera chose faite, insiste Fabrice Bouquet, secrétaire général de la MGET. Lors du transfert qui va s opérer le 1 er janvier dans le portefeuille MGEN, les adhérents de la MGET vont retrouver une convergence de leurs garanties actuelles dans la gamme d offres MGEN Santé Prévoyance.» Il faut souligner que MGEN a fait évoluer récemment l ensemble de son offre, en préservant le principe d une couverture globale, tant en santé et prévoyance qu en action sociale, principe auquel les adhérents MGEN sont tout autant attachés que ceux de la MGET. 1 Les adhérents des offres MGET Duo, Complémen ter Santé et Complémen ter Prévoyance conservent leurs garanties labellisées, lesquelles seront gérées à partir du 1 er janvier par la MNT dans le cadre du partenariat Complémen ter. Les adhérents de Saint-Pierre et Miquelon bénéficieront de l offre globale Section Extra-Métropolitaine (SEM) ouverte aux adhérents qui ne résident pas dans des départements de métropole ou d outre-mer. 2 Compte tenu de la diversité des offres actuelles de la MGET, il n est pas possible dans ces pages de donner le détail offre par offre des garanties qui seront proposées aux adhérents en fonction de leur contrat actuel. Ces informations vous parviendront ultérieurement (voir encadré «Prochain rendez-vous»). La nouvelle offre MGEN Santé Prévoyance LA CONTINUITÉ DES PRINCIPES FONDATEURS DES OFFRES MGET Cette offre Santé Prévoyance prendra effet automatiquement au 1 er janvier 2016 pour tous les adhérents des offres MOI et RSP MGET 1. Vous y retrouverez les principes fondateurs des offres de la MGET : une couverture globale santé et prévoyance, adaptée aux besoins de chacun, répondant aux principes de solidarité et de responsabilité, favorisant l accès aux soins pour tous via les réseaux de soins. Comme à la MGET, la cotisation tiendra compte de l âge et des revenus, ce qui permettra de faciliter l accès des jeunes à une complémentaire santé et prévoyance tout en conservant un haut niveau de solidarité envers les familles et les plus âgés. L offre sera par ailleurs enrichie en matière de services. Chacun peut ainsi avoir une offre qui lui ressemble 2. À partir du 1 er janvier 2016, les adhérents de la MGET, devenue MGEN, bénéficieront des garanties mises en œuvre dans les offres de la nouvelle gamme MGEN Santé Prévoyance. Cette gamme de quatre offres globales (Initiale, Équilibre, Référence, et Intégrale) associe santé, prévoyance, action sociale et services, afin d accompagner l adhérent et ses proches tout au long de sa vie, en s adaptant à ses évolutions personnelles et professionnelles. Cette nouvelle gamme d offres globales sera proposée à tous les nouveaux entrants MGEN dès septembre Tous les adhérents en bénéficieront à partir du 1 er janvier Prochains rendez-vous Afin de mettre à jour votre dossier mutualiste MGET et préparer sa prise en charge par MGEN, différentes informations et demandes administratives vous seront adressées * d ici janvier. Pour éviter toute erreur, il est important que chacun réponde aux demandes d informations. Juillet : courrier de mise à jour de votre dossier (à retourner impérativement). Septembre : informations sur la gamme d offres MGEN Santé Prévoyance, dans MGET Mag. En fin d année : courrier d information détaillé sur l offre dont vous bénéficierez, appel de cotisations et échéancier pour l année 2016, infos pratiques sur votre nouvelle situation d adhérent MGEN, dans MGET Mag. 1 er janvier 2016 : prise d effet des garanties de MGEN Santé Prévoyance. * Les adhérents à l offre Complémen ter, à des contrats groupes ainsi que les adhérents de Saint-Pierre et Miquelon recevront une information spécifique. 12 MGETMag # 51

13 FONDATION DE LA ROUTE - MA MUTUELLE Bon anniversaire la Fondation de la Route! En 2005, la MGET créait la Fondation de la Route, pour la prévention et la réduction des risques routiers. Le 18 juin 2015, les délégués de l AG rendaient hommage aux militants et bénévoles qui depuis dix ans portent le message de la Fondation. Participants Experts en prévention et responsables de la FDR étaient réunis autour d Omar Brixi, animateur des débats : Marc Gouyon, vice-président de la MGET et de la FDR ; Yves Barbot, secrétaire général de la FDR ; Michel Brillot, responsable FDR du pôle Grand ouest ; Christophe Lafond, délégué national MGEN et administrateur de la FDR ; Colette Fabrigoule, directeur de recherche CNRS ; Jean-Denis Fauxpoint, psychologue clinicien. Des débats illustrés par trois vidéos : la première sur les objectifs de la FDR, la seconde sur les moyens qu elle met en œuvre, la troisième donnant la parole aux commanditaires (écoles, CG, entreprises, etc.). «I l tomber dans le moralisme, rappelle Hubert n était pas évident à l époque de s engager sur le terrain de la prévention en matière d insécurité routière sans Borderie, président général de la MGET et de la Fondation de la Route (FDR), en ouverture de cette matinée. Ce qui était audacieux à l époque est aujourd hui inscrit dans l agenda social.» DES ÉCHANGES NOURRIS M. Gouyon : «En 1970, on déplorait morts sur les routes chaque année. En 2005, il y en avait encore Très tôt on a voulu être un acteur de la santé de nos adhérents. Qui mieux que la MGET pouvait mettre en œuvre une prévention des risques auprès de ceux qui construisent des routes.» Y. Barbot : «On a créé cette fondation au départ pour les agents, mais on a voulu ensuite l étendre à toute la population.» C. Lafond : «A l époque, la FDR a été créée autour des métiers des adhérents de la MGET. Elle a aujourd hui une légitimité en santé publique.» M. Brillot explique : «On fonctionne en délégation régionale, avec des équipes très motivées et un équipement important. La maitrise du véhi- cule est la donnée principale de la conduite sur la route. De plus en plus d entreprises privées font appel à nous, ainsi que les conseils généraux, les écoles, les centres sociaux, etc.» Question : «Faut-il limiter la conduite des personnes âgées pour réduire les risques?» C. Fabrigoule rappelle que «la plus grande mortalité concerne les jeunes automobilistes. Les personnes âgées ont des fragilités et des ralentissements dans la gestion de l information, mais ce sont des conducteurs experts avec des routines utiles.» J.-D. Fauxpoint intervient sur la somnolence : «On s endort rarement au volant tout d un coup. Il faut écouter les signes de perte de vigilance : bâillement, yeux piquants, besoin de bouger Des signes aux conséquences potentiellement dramatiques.» Un délégué demande : «Est ce que la répression n est pas le meilleur moyen de faire reculer l insécurité routière?» O. Brixi : «En effet, chaque fois qu on accentue la répression l accidentologie diminue. Mais elle remonte si on ne l associe pas à l éducation.» Comment se donner les moyens pour être plus connu dans le pays? C. Lafond : «Nous devons mener une réflexion sur la perception de la Fondation par le grand public. Peut être faut il se concentrer plus sur les actions et les populations que l on connaît le mieux. Il y a aussi un effort aussi de communication à mener.» HUBERT BORDERIE FAIT LA SYNTHÈSE «La Fondation est née dans l environnement des métiers de la route. Demain, avec l entrée dans le groupe MGEN, notre orientation va s élargir, avec certainement une plus forte présence dans les écoles. Nul doute que la Fondation de la Route sera appréciée à sa juste valeur par MGEN qui saura la faire grandir. Rendez vous en 2025 pour fêter ses 20 ans!» MGETMag # 51 13

14 M A MUTUELLE - FONDATION DE LA ROUTE Violence du choc, force du message 300 collégiens ont visité le village de la Route installé à l occasion de l AG Organisé par les bénévoles de la section 21, avec l aide de militants du Jura et la logistique de la Fondation, la visite s est terminée par une simulation d'accident. Y ves Barbot, secrétaire général de la FDR, a inauguré le village en présence de la foule des délégués et des invités. Rappelant que la Fondation a mené 134 actions en 2014, il a aussi souligné que ce sont plus de personnes qui ont été sensibilisées depuis 2010, «et de nouveaux champs d actions devraient s ouvrir avec la participation de MGEN». Intervention relayée par celle de Thierry Beaudet, Président du groupe MGEN : «En voyant autant d écoliers dans ce village, forcément cela nous parle. Car c est aux plus jeunes qu il faut s adresser en premier pour que le risque recule.» Et d insister : «On va continuer ensemble afin que la Fondation poursuive son développement.» Conforté par ce message sur l avenir de la Fondation, la foule des visiteurs peut alors s éparpiller sur les stands, au milieu des écoliers, pour tester les outils de prévention de la Fondation : simulchoc, voiture tonneau, simulateur de conduite auto et moto, lunettes d alcoolémie, etc. CASCADEUR ET POMPIERS Dans un même mouvement, tous se rendent ensuite dans un espace en plein air, près du village, où la MGET a organisé une simulation d'accident. Il s agit de montrer au public les conséquences d un accident entre deux véhicules qui se percutent à vitesse modérée, à 50 km/h. Un cascadeur conduit la voiture. Il porte une combinaison de protection, un casque et est correctement harnaché à son siège. En revanche, le mannequin sur le siège passager n est pas attaché. Comment va-t-il s en sortir sans ceinture, même à 50 km/h? En face, un véhicule en stationnement, vide. Devant la foule des spectateurs intrigués, le pilote démarre alors son véhicule et vient s encastrer dans la voiture à l arrêt. Le choc est violent. Le conducteur sort indemne. En revanche, la tête du mannequin a explosé le pare-brise. Très vite, arrivent une dizaine de pompiers mobilisés pour l exercice. Avec patience et précision, ils procèdent à la désincarcération de la victime. Les commentaires du public qui assiste à la scène, en particulier ceux des élèves, sont révélateurs : «Je ne pensais pas que le choc était aussi violent à 50 km/h, alors t imagines à 100 à l heure!» ; «Heureusement que le pilote était attaché. Sans ceinture, tu voles et tu te fracasses le crâne.» Et toi, maintenant qu est ce que tu penses de la ceinture en voiture? «Moi maintenant, je m attache à l avant comme à l arrière.» Mission de prévention remplie ce jour-là pour la Fondation de la Route. EN SAVOIR Rendez-vous sur : 14 MGETMag # 51

15 INITIATIVES SOLIDAIRE S Dans une société de plus en plus connectée, l exclusion du numérique est une situation handicapante. Depuis 2013, Emmaüs Connect équipe et accompagne les plus fragiles. Les nouvelles technologies comme levier d insertion. Fracture numérique, fracture sociale Économie circulaire Ne jetez plus vos anciens équipements électroniques (ordinateurs, téléphones, tablettes). Pour favoriser leur réemploi, Emmaüs, via l entreprise d insertion Les Ateliers du Bocage, les collecte, les répare et les reconditionne. Ces appareils sont ensuite revendus à petits prix ou donnés en solidarité. Plus d infos : ateliers-du-bocage.fr, EN SAVOIR connexions-solidaires.fr 17 % mal desservies) ou générationnelle (personnes des Français se disent déconnectés 1. Cette fracture numérique n est pas uniquement géographique (zones blanches âgées). Elle touche aussi des jeunes, des ménages aux faibles revenus, des migrants. Pour accompagner ces personnes en situation de précarité, Emmaüs Connect a lancé en 2013 le programme Connexions solidaires. «Le numérique a un double effet, explique Jean Deydier, directeur d Emmaüs Connect, celui d exclure ceux qui ne peuvent y avoir accès et, dans le même temps, d être un levier d intégration et d insertion pour ceux qui peuvent et savent s en servir.» L accès au numérique est primordial : pour faire valoir ses droits (les services publics CAF, Pôle emploi connaissent une dématérialisation progressive), effectuer des démarches (recherche d emploi, de logement, déclaration d impôts), mais aussi préserver les liens sociaux et familiaux. UN BAGAGE NUMÉRIQUE MINIMUM Les services de Connexions solidaires s adaptent aux besoins de chacun. «Les personnes nous sont adressées par les intervenants sociaux. On évalue d abord leurs connaissances de ces nouvelles technologies et leurs besoins, poursuit Jean Deydier. Notre objectif est qu elles acquièrent un bagage numérique minimum. Nous pouvons les équiper (ordinateur, téléphone portable) et leur proposer des solutions d accès facilitées à Internet et à la téléphonie, grâce à des partenariats avec des opérateurs (SFR, Numericable). L autre volet consiste à leur apprendre à utiliser ces outils : gérer leur boîte mail, installer un anti-virus, utiliser un navigateur...» L apprentissage de nouvelles connaissances permet ainsi une montée en compétences de ces personnes en situation précaire. DE NOUVEAUX DÉVELOPPEMENTS Grâce à ce dispositif, plus de personnes ont déjà été accompagnées en Île-de-France, Nord, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d Azur. Emmaüs Connect souhaite désormais toucher un public plus large. «Nous sommes en train d établir une cartographie des organismes de formation au numérique, afin d orienter les personnes vers des structures proches de chez elles. Par ailleurs, nous sensibilisons les élus locaux à l importance d inscrire le numérique dans leurs stratégies de territoire.» L association va prochainement déployer deux plateformes web, accessibles à tous et simples d utilisation. La première, opérationnelle dès cet été, est destinée aux jeunes qui connaissent des difficultés dans leur insertion professionnelle. La seconde sera lancée début 2016 et centrée sur le bagage numérique minimum. I Source : Crédoc. MGETMag # 51 15

16

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

en toute simplicité!

en toute simplicité! BIEN COMPRENDRE LES NOUVELLES RÉFORMES DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ. en toute simplicité! 1 LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ici le 1 er janvier 2016, toutes les entreprises devront mettre

Plus en détail

Santé ET Prévoyance. Complémen ter vous accompagne vraiment plus loin!

Santé ET Prévoyance. Complémen ter vous accompagne vraiment plus loin! Santé ET Prévoyance vous accompagne vraiment plus loin! 3 offres labellisées pour bien accompagner votre démarche de protection sociale La participation financière de votre collectivité fait avancer la

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

SERVICES. aux Adhérents NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE

SERVICES. aux Adhérents NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE SERVICES aux Adhérents NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Services aux adhérents + En partenariat avec

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

Mutuelle Obligatoire : attention à bien vérifier la conformité de votre contrat

Mutuelle Obligatoire : attention à bien vérifier la conformité de votre contrat N U M E R O 2 - M A R S 2 0 1 5 LEGISLATION Mutuelle Obligatoire : attention à bien vérifier la conformité de votre contrat Dans le cadre de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013, les

Plus en détail

OFFRE DUO Avec nous, en santé comme en prévoyance, votre protection va vraiment plus loin!

OFFRE DUO Avec nous, en santé comme en prévoyance, votre protection va vraiment plus loin! OFFRE DUO Avec nous, en santé comme en prévoyance, votre protection va vraiment plus loin! 45% des agents des départements et régions ont déjà choisi nos trois mutuelles professionnelles. 7 bonnes raisons

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE RÉFÉRENCÉE LA SEULE OFFRE PAR LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE RÉFÉRENCÉE LA SEULE OFFRE PAR LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE LA SEULE OFFRE RÉFÉRENCÉE PAR LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE LA SANTÉ DURABLE DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION! La MGET s engage pour tous les agents du ministère du Développement

Plus en détail

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE»

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» (r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE INTRO Transformez une

Plus en détail

Contrat Responsable Panier de soins ANI. Novembre 2014

Contrat Responsable Panier de soins ANI. Novembre 2014 1 Contrat Responsable Panier de soins ANI Novembre 2014 2 Sommaire 2 Qu est-ce qu un contrat solidaire et responsable? Contrat responsable : Pourquoi une réforme? Contrat responsable : Nouvelles obligations

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

l info S engager avec sa banque, ça compte!

l info S engager avec sa banque, ça compte! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir l info S engager avec sa banque, ça compte! Grâce à l engagement des clients du Crédit Coopératif, plus de 4,3 millions d euros de dons ont été

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie»

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie» Dossier de presse «Choisissez l offre qui va avec votre vie» SOMMAIRE Renouveler l offre, un enjeu stratégique pour le groupe p.03, mutuelle professionnelle p.03 Un environnement économique, réglementaire

Plus en détail

À tout moment. une mutuelle sur qui compter

À tout moment. une mutuelle sur qui compter À tout moment une mutuelle sur qui compter Harmonie Mutualité, votre partenaire santé Votre entreprise vous permet de bénéficier d une complémentaire santé collective Harmonie Mutualité. En nous rejoignant,

Plus en détail

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s Un Pass santé contraception pour les jeunes francilien-ne-s Mardi 26 avril 2011 Lycée Elisa Lemonnier Contacts Presse Emmanuel Georges-Picot 01.53.85.57.33 emmanuel.georges-picot@iledefrance.fr Véronique

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

MOI PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE

MOI PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE MOI PRÉVENTION PRÉVOYANCE LA DURABLE DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION! La MGET s engage pour tous, sur les terrains de la santé, de la prévoyance mais aussi de la prévention innovante et de l action sociale.

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

l'avenir de de décès

l'avenir de de décès Assurer l'avenir de votre famille en cas de décès Mutuelles santé prévoyance AUTONOMIE retraite Pourquoi souscrire un contrat de prévoyance? Le décès, un risque trop fréquemment sous-estimé 1 personne

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

LES SOLUTIONS D AG2R LA MONDIALE

LES SOLUTIONS D AG2R LA MONDIALE DOSSIER DE PRESSE Paris, 20 mai 2015 NOUVELLE DONNE EN COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : LES SOLUTIONS D AG2R LA MONDIALE - Un marché de la santé bousculé, plus particulièrement par l ANI Santé 2 - AG2R LA MONDIALE

Plus en détail

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 Evolution des dépenses de santé IMPORTANCE DU RESTE A CHARGE DES MENAGES ET DES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES - Déficit persistant du régime général - Augmentation

Plus en détail

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer en SOLO SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE dépendance la qui renouvelle la mutuelle ARTISANS, COMMerçANTS, professions LIBÉRAles, INDÉPENDANTS... Vous

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle Votre épargne s épanouit dans une mutu qui n oublie pas d être une mutu, Votre épargne a tout à gagner des valeurs qui nous animent, Éditorial Fondée à l origine par et pour les anciens combattants, la

Plus en détail

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir!

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! AGAMY 25/06/15 Par Philippe BARRAUD, Inspecteur Collectives AXA ENTREPRISES & Dominique THIERY, Agent AXA Patrimoine & Prévoyance

Plus en détail

ÉDITION 2014. En cas de décès, l avenir de

ÉDITION 2014. En cas de décès, l avenir de ÉDITION 2014 En cas de décès, incapacité de travail, invalidité, protegez l avenir de votre famille Mutuelle santé prévoyance AUTONOMIE retraite Aujourd hui, êtes-vous sûr(e) d être bien protégé(e) en

Plus en détail

Audistya et Optistya. Qualité, proximité et juste prix. DOSSIER DE PRESSE 10 janvier 2013. Sommaire

Audistya et Optistya. Qualité, proximité et juste prix. DOSSIER DE PRESSE 10 janvier 2013. Sommaire Audistya et Optistya Qualité, proximité et juste prix Depuis le 1 er janvier 2013, les adhérents de plusieurs mutuelles du groupe Istya ont la possibilité de bénéficier des avantages proposés par le nouveau

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 PLF et 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 1. Principales mesures impactant les mutuelles Thématiques Articles Impact sur les mutuelles Participation des OC au forfait médecin traitant

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

ENTREPRISES EMPLOYEURS ET SALARIÉS TOUT SAVOIR SUR LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

ENTREPRISES EMPLOYEURS ET SALARIÉS TOUT SAVOIR SUR LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ENTREPRISES S ET SALARIÉS TOUT SAVOIR SUR LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ENTREPRISES S ET SALARIÉS SOMMAIRE BIEN COMPRENDRE LA RÉFORME 2016 Vous êtes chef d entreprise ou salarié, la loi

Plus en détail

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord :

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord : Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Date de création : 31/03/2014 Date de mise à jour : 25/09/2014 SOMMAIRE : Questions sur la négociation de l accord : LEGENDE : rouge : question

Plus en détail

Votre contrat santé IRP AUTO Livret salariés

Votre contrat santé IRP AUTO Livret salariés salariés santé Votre contrat santé IRP AUTO Livret salariés Réseau AUTOVISION SANTÉ I PRÉVOYANCE I ÉPARGNE I RETRAITE I ACTION SOCIALE ET CULTURELLE IRP AUTO, LE GROUPE DE PROTECTION SOCIALE DES PROFESSIONNELS

Plus en détail

Offre MMJ - Ouverture

Offre MMJ - Ouverture M U T U E L L E D U M I N I S T E R E D E L A J U S T I C E Bulletin d adhésion Offre MMJ - Ouverture MES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Merci de renseigner les informations demandées EN LETTRES CAPITALES N

Plus en détail

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 Siège social : 37 Quai d Orsay 75007 PARIS Relevant des Livres I et II du code de la Mutualité RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 SERVICES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour!

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! SOLUTIONS ENTREPRENEUR La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! Sophie B. Commerçante prévoyance épargne retraite ARTISANS, COMMERÇANTS, PROFESSIONS LIBÉRALES, INDÉPENDANTS......

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution!

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution! L ANI du 11 janvier : une petite révolution! Que prévoit l accord? L article 1 er de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier, prévoit, dans le cadre de la sécurisation de l emploi, la généralisation

Plus en détail

SOUTENEZ L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE!

SOUTENEZ L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir L INFO SOUTENEZ L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE! * * La loi sur l économie sociale et solidaire est entrée en vigueur. Le Crédit Coopératif vous

Plus en détail

Patrizia Tilly - Fotolia.com

Patrizia Tilly - Fotolia.com Patrizia Tilly - Fotolia.com Préserver sa santé Avec l âge, le manque d activité, votre santé peut se fragiliser. Des gestes simples, une bonne hygiène de vie peuvent permettre de se maintenir en forme.

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité,

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes La Garantie Santé Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, immatriculée au registre national des mutuelles sous le

Plus en détail

Dossier de presse. Naissance du premier groupe de protection professionnel du monde de la santé et du social

Dossier de presse. Naissance du premier groupe de protection professionnel du monde de la santé et du social Dossier de presse Naissance du premier groupe de protection professionnel du monde de la santé et du social c o n f é r e n c e d e p r e s s e d u m a r d i 7 j u i l l e t 2015 pershing hall 49 rue pierre

Plus en détail

Contributions au débat de la mutuelle, de deux militants mutualistes C.G.T. ( forum S.N.T.-C.G.T.) Armel PANERI (Isère)

Contributions au débat de la mutuelle, de deux militants mutualistes C.G.T. ( forum S.N.T.-C.G.T.) Armel PANERI (Isère) Contributions au débat de la mutuelle, de deux militants mutualistes C.G.T. ( forum S.N.T.-C.G.T.) Armel PANERI (Isère) MUTUELLE DU TRESOR : LA SPIRALE INFERNALE DE LA DERIVE ASSURANTIELLE Les responsables

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

Coiffeurs. Travailleurs non salariés

Coiffeurs. Travailleurs non salariés Coiffeurs Travailleurs non salariés Coiffeurs, travailleurs non salariés une protection sociale optimale Depuis plus de dix ans, vous nous faites confiance pour assurer le régime frais de santé des salariés

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Vous recherchez une sur-complémentaire individuelle pour renforcer votre protection. Nous sommes là!

Vous recherchez une sur-complémentaire individuelle pour renforcer votre protection. Nous sommes là! Vous recherchez une sur-complémentaire individuelle pour renforcer votre protection. Nous sommes là! FlexéoSanté + SUR-COMPLÉMENTAIRE Votre univers santé évolue QUELS CHANGEMENTS? Les évolutions réglementaires

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

I. Les dates clés à connaître

I. Les dates clés à connaître NOTE D INFORMATION 2013/27 du 23 décembre 2013 SOCIAL : Protection sociale complémentaire : les modifications à venir en 2014 Il est urgent de s en occuper I. Les dates clés à connaître Les employeurs

Plus en détail

UNE MUTUELLE Profondément humaine

UNE MUTUELLE Profondément humaine Shutterstock / Goodluz UNE MUTUELLE Profondément humaine Avril 2015 1 Notre histoire Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes

Plus en détail

LE JOURNAL DES PATIENTS DE NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION ET D INFORMATION 3 OUVRAGES

LE JOURNAL DES PATIENTS DE NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION ET D INFORMATION 3 OUVRAGES LA NEWSLETTER / LIGUE REIN ET SANTÉ / AVRIL 2015 #19 NOUVEAUTÉ 2015 / DES PAGES À PHOTOCOPIER DESTINÉES À VOS PATIENTS LE JOURNAL DES PATIENTS DE NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION ET D INFORMATION 2 SITES

Plus en détail

Synthèse des questions-réponses

Synthèse des questions-réponses Synthèse des questions-réponses La feuille de soins, même non remplie par le PS (professionnel de santé) doit être jointe à la PM (prescription médicale) et aux factures. Signaler à la section, à l unité

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Mon véhicule. «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.»

Mon véhicule. «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.» Mon véhicule «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.» Pour la Macif, être à vos côtés au quotidien, dans chacun de vos déplacements, est essentiel. «POUR VOUS, LA MACIF

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

ma référence solidaire

ma référence solidaire Bien plus qu une mutuelle p ma référence solidaire mgen.fr Mutuelle Santé Prévoyance Autonomie Retraite Le groupe MGEN p La référence solidaire pour tous Chiffres clés 2013 2 3,7 3 209 millions de personnes

Plus en détail

SEA SUN & ESS LES CAHIERS DE VACANCES DU CJDES CAHIER #1 SUR LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE TOUT COMPRENDRE #SME #EUROPE #MUTUELLES #ESS

SEA SUN & ESS LES CAHIERS DE VACANCES DU CJDES CAHIER #1 SUR LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE TOUT COMPRENDRE #SME #EUROPE #MUTUELLES #ESS SEA SUN & ESS LES CAHIERS DE VACANCES DU CJDES CAHIER #1 TOUT COMPRENDRE SUR LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE #SME #EUROPE #MUTUELLES #ESS LE JEU DE QUESTIONS REPONSES A LA LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE,

Plus en détail

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Sommaire Social AGIRC-ARCCO : la clé de répartition des hausses de cotisations 2014-2015 est fixée : L objectif de la loi du 20 janvier 2014

Plus en détail

Guide de la mutuelle d entreprise 2014 : Loi ANI, nouvelles règles du jeu

Guide de la mutuelle d entreprise 2014 : Loi ANI, nouvelles règles du jeu Guide de la mutuelle d entreprise 2014 : Loi ANI, nouvelles règles du jeu Ce guide est destiné à tous les responsables d entreprise désireux de comprendre les principes et les modalités de mise en place

Plus en détail

Découvrez les garanties

Découvrez les garanties Découvrez les garanties la mutuelle santé et la couverture prévoyance qui s adaptent à vos besoins Découvrez vos garanties MGENERATION Initiale santé prévoyance Pack se soigner autrement action sociale

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE. En France. 10 millions. de personnes ne peuvent pas se soigner. Débattonsen. www.unemutuel lepourtous.

CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE. En France. 10 millions. de personnes ne peuvent pas se soigner. Débattonsen. www.unemutuel lepourtous. 1 9 S E P T E M B R E 2 0 1 3 CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE En France 10 millions de personnes ne peuvent pas se soigner. www.unemutuel lepourtous.com Débattonsen! Affiche40x60.indd 1 10/09/13

Plus en détail

Présentation de la MFP Janvier 2014 1/7

Présentation de la MFP Janvier 2014 1/7 PRESENTATIION DE LA MFP L UNIION DES MUTUELLES ET UNIIONS DE MUTUELLES DU SECTEUR PUBLIIC Présentation de la MFP Janvier 2014 1/7 Membrres Miissiions Engagementts 22 mutuelles ou Unions de mutuelles professionnelles

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

La Mutualité Française

La Mutualité Française La Mutualité Française en Pays de la Loire Un mouvement pour une santé solidaire en région en Pays de la Loire : une représentation régionale pour défendre l accès à la santé pour tous Les mutuelles Premier

Plus en détail

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS SANTE ECOLE ENSEIGNANTS Formation des directeurs 13 mai 2014 Nadine Colin, déléguée MGEN SANTE ECOLE ENSEIGNANTS 1. La MGEN, acteur de santé? 2. Eléments de réflexion et de débats 3. Dispositifs et outils

Plus en détail

PROTECTION MALADIE LA COMPLÉMENTAIRE CMU

PROTECTION MALADIE LA COMPLÉMENTAIRE CMU LA COMPLÉMENTAIRE CMU La complémentaire CMU (Couverture maladie universelle) est une protection maladie complémentaire de service public, gratuite, sous condition de ressources, dont le contenu est défini

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Garantie Harmonie Santé Partenaires. Régime général. www.harmonie-mutuelle.fr

Garantie Harmonie Santé Partenaires. Régime général. www.harmonie-mutuelle.fr Garantie Harmonie Santé Partenaires Régime général www.harmonie-mutuelle.fr Votre santé mérite toute notre attention Les avantages de Harmonie Santé Partenaires Le partenariat conclu entre notre mutuelle

Plus en détail

étud Expat LMDE/CFE 2011-2012 études à l étranger (hors programme d échanges universitaires) www.lmde.com

étud Expat LMDE/CFE 2011-2012 études à l étranger (hors programme d échanges universitaires) www.lmde.com étud Expat LMDE/CFE 2011-2012 études à l étranger (hors programme d échanges universitaires) www.lmde.com étud Expat LMDE/CFE Vous avez décidé de poursuivre vos études à l étranger et vous vous inscrivez

Plus en détail

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Complémentaire santé : une nouvelle obligation pour les employeurs janvier février mars 2015

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

LES FORUMS Sur le risque professionnel

LES FORUMS Sur le risque professionnel LES FORUMS Sur le risque professionnel Organisés par la Mutuelle nationale des fonctionnaires des collectivités territoriales (MNFCT) «DIALOGUE SOCIAL ET SANTE AU TRAVAIL» Vendredi 30 octobre 2015 PARIS

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION FORMATION METHODE HACCP TECHNIQUES DE BASE Uniformation Département Ressources

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

Seul le prononcé fait foi. Monsieur le Président de la Mutualité française, cher Etienne CANIARD,

Seul le prononcé fait foi. Monsieur le Président de la Mutualité française, cher Etienne CANIARD, 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Congrès de la Mutualité Française Nantes Jeudi 11 juin 2015 Monsieur le Président de la Mutualité

Plus en détail

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER LA PROTECTION sociale de vos salariés SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle EOVI MUTUELLE, UN EXPERT DE CONFIANCE Des chiffres et des Hommes

Plus en détail

ACS. Les. Au cœur de ma santé D ATOUT CŒUR SANTÉ

ACS. Les. Au cœur de ma santé D ATOUT CŒUR SANTÉ Au cœur de ma santé Les D ATOUT CŒUR SANTÉ L, comment ça marche? L (Aide à la Complémentaire Santé) est une aide versée sous conditions de ressources pour financer tout ou partie de la cotisation annuelle

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

C est la rentrée! n 4. Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr

C est la rentrée! n 4. Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr C est la rentrée! n 4 Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr 1- Le Mag Santé-Social - 4ème trimestre 2014 L édito Lors du QUE VIVE LE DIALOGUE SOCIAL Dans son discours à l Assemblée

Plus en détail

Table ronde «Prévoyance»

Table ronde «Prévoyance» Table ronde «Prévoyance» La couverture santé minimale obligatoire pour tous, c est demain : quel impact pour mon entreprise? Laurent BUCHHOLTZER Responsable animation commerciale, région sud-est, Harmonie

Plus en détail

L Info sociale réservée aux dirigeants d entreprise présentée par RV Assurance & Courtage

L Info sociale réservée aux dirigeants d entreprise présentée par RV Assurance & Courtage L Info sociale réservée aux dirigeants d entreprise présentée par RV Assurance & Courtage N 2 Edito Cher partenaire, La fin du premier semestre 2013 s achève dans une ambiance économique et sociale morose

Plus en détail

Tous ensemble, Maitrisons nos dépenses de santé

Tous ensemble, Maitrisons nos dépenses de santé P Des outils à votre disposition Vous cherchez des tarifs de consultation, des adresses de médecins,. www.ameli-direct.ameli.fr Vous cherchez des informations sur les centres mutualistes. www.mutualite.fr

Plus en détail

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.)

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) FICHE INFO NUM 1 Au 1 er Janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront obligatoirement avoir mis en place une couverture santé collective

Plus en détail

ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES 28 MAI - TOURCOING 02 JUIN - BRUAY

ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES 28 MAI - TOURCOING 02 JUIN - BRUAY LA GENERALISATION DE L ACCES A UNE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE ET COLLECTIVE AU 1 ER JANVIER 2016 ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES 28 MAI - TOURCOING 02 JUIN - BRUAY CCN ESS 1 OBJET DE LA REFORME La réforme

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 1 ER AVRIL 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Votre santé, notre quotidien 2014/2015. www.essentissime.com

Votre santé, notre quotidien 2014/2015. www.essentissime.com Votre santé, notre quotidien 2014/2015 www.essentissime.com ESSENTISSIME TM (Limité à 15 jours) 100 % FR (Limité à 15 jours en psychiatrie) Plafond année 1 (*) 100 Plafond année 2 150 Plafond année 3 et

Plus en détail

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Note aux rédactions La Plaine Saint-Denis, le 29 janvier 2015 Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Des manifestations de travailleurs indépendants sont

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CONCERNANT LE LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D UNE ASSURANCE AUTONOMIE NOVEMBRE

Plus en détail