Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N"

Transcription

1 ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète, stocke et livre les ouvrages commandés sur le site Internet de la librairie. Pour cela, Armand a besoin d aires de stockage et de moyens de transport. La consommation d ouvrages électroniques ou sur papier connaît un véritable succès et la société Armand en bénéficie par ricochet. A partir du tableau de bord de la société Armand (annexe 1) et de son Tableau de financement (annexe 2), rédigez un diagnostic financier relatif à l exercice N. La difficulté de cet exercice est de n exposer que les tendances significatives et non de faire une analyse exhaustive. L évaluation portera sur la qualité de la construction du diagnostic, sur l exactitude des définitions des termes utilisés, sur la capacité d analyse de la situation financière étudiée et sur la qualité de la rédaction et l orthographe. Annexe 1 Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N Valeur société Armand année N-1 Valeur secteur d activité année N Variation du chiffre + 30 % + 18 % + 5 % d affaires Taux d autofinancement Autofinancement / 42 % 50 % 100 % Acquisitions nettes de cessions Taux d investissement Acquisitions d immobilisations / 52 % 40 % 20 % Rendement apparent de / 117 % 102 % 80 % l équipement Équipement productif moyen Financement des emplois Ressources stables / 1,33 1,63 1,12 stables Emplois stables Couverture des capitaux Ressources stables / 0,89 0,91 1,05 investis (Emplois stables + BFRE) Part des ressources propres Ressources propres / 0,57 0,58 0,50 dans le total du bilan Total du bilan Taux d endettement Ressources d emprunts / 18 % 16 % 33 % Ressources propres Capacité d endettement Ressources d emprunts / CAF 0,9 1,4 2,1 Rentabilité économique (Résultat net + charges d intérêts) / 8 % 4 % 10 % Ressources stables Rentabilité financière Résultat net / Ressources propres 5 % 7 % 15 % Poids du BFRE BFRE / 97 jours 116 jours 40 jours Chiffre d affaires H.T. * 360 Durée moyenne du crédit Créances clients / 61 jours 70 jours 33 jours clients Ventes T.T.C. * 360 Durée moyenne du crédit Dettes fournisseurs / 35 jours 40 jours 67 jours fournisseurs Achats T.T.C. * 360 Durée de rotation des stocks de marchandises Stock moyen / Coût d achat des marchandises vendues * jours 58 jours 30 jours 1

2 Annexe 2 Tableau de financement des emplois et des ressources de l'exercice Première partie EMPLOIS N RESSOURCES N Dividendes mis en paiement au cours de l'exercice Capacité d'autofinancement Acquisitions ou augmentations des immobilisations Cessions d'immobilisations : - immobilisations incorporelles incorporelles - immobilisations corporelles corporelles immobilisations financières Cessions ou réductions d'immobilisations financières Charges à répartir Augmentations des capitaux propres - augmentation de capital Diminutions des capitaux propres - augmentations des autres capitaux propres Remboursements des dettes financières Augmentations des dettes financières Sous-total Sous-total Variation du FRNG (ressource nette) Variation du FRNG (emploi net) Deuxième partie N BESOINS DÉGAGEMENTS SOLDE Variations "exploitation" Variation des stocks et en-cours Variation des avances et acomptes versés Variation des créances clients Variation des avances et acomptes reçus Variation des autres dettes d'exploitation Totaux Variation nette Variations "hors exploitation" Variation des autres débiteurs Variation des autres créditeurs Totaux Variation nette Besoin de l'exercice en fonds de roulement ou dégagement net Variation "trésorerie" Variation des disponibilités Variation des concours bancaires courants Totaux Variation nette Variation du FRNG : emploi net ou ressource nette E.T.E. = E.B.E. Variation du B.F.R.E. = =

3 ÉLÉMENTS DE CORRIGÉ 1 La société Armand assure les livraisons des clients d une librairie proposant ses produits sur un site Internet. Elle existe depuis cinq ans. Nous effectuerons un diagnostic externe de contrôle des comptes de cette entreprise pour l exercice comptable correspondant à l année N. Les données utilisées pour cette analyse seront le Tableau de financement (modèle du P.C.G.) pour N et un extrait du tableau de bord pour les années N et N-1. L analyse se fera en deux temps : l étude des investissements en immobilisations et leur financement ; l étude du cycle d exploitation et de l effet de levier financier. I Les investissements et leur financement 1- Les investissements On constate dans le Tableau de financement d investissements en immobilisations en N. Ceci correspond à un taux d investissement de 52 %. Ce chiffre très important (il s élève à peine à 20 % pour les entreprises de transport et logistique en N) montre à quel point le statut de sous-traitant d une entreprise de la «nouvelle économie» en pleine croissance (le chiffre d affaires d Armand a augmenté de 30 % en N) nécessite de développer les infrastructures : aires de stockage et moyens de transport. 2- Les financements obtenus L autofinancement créé par Armand en N ne peut couvrir un tel niveau d investissements : le taux d autofinancement ne s élève qu à 42 % en N, contre 100 % pour les concurrents. Cela oblige Armand à faire appel à des ressources extérieures. La principale obtenue en N est une augmentation de capital pour un million d euros. Les dettes financières ne s accroissent, quant à elles, que de ( ). Cela dit, les nouvelles ressources stables acquises en N n ont pas suffit à couvrir les nouveaux emplois stables de la même année : le fonds de roulement net global diminue de Ce sont donc les nouvelles ressources à court terme qui ont permis de couvrir les nouveaux emplois stables de l exercice N, ce qui va à l encontre des principes de l orthodoxie financière. 3- La structure financière fin N Cependant, la structure financière d Armand à la fin de l année N reste satisfaisante : - ratio de financement des emplois stables supérieur à la moyenne du secteur d activité (1,12) et à la norme exigée (1), même si la baisse est importante par rapport à N-1 (1,33 fin N, contre 1,63 fin N-1) ; - part des ressources propres dans le total du bilan (0,57) supérieure à la moyenne du secteur d activité (0,50) et au minimum exigé par les banques (25 %) ; - taux d endettement faible (18 % contre 33 % pour les concurrents). Ce dernier point est confirmé par une capacité d endettement élevée : 0,9 année pour un remboursement complet des ressources d emprunt en utilisant en totalité la capacité d autofinancement annuelle dégagée, contre 2,1 années pour les concurrents. Un point reste insuffisant : la couverture des capitaux investis inférieure à 1 et qui s en éloigne. Ceci est dû à l importance du besoin en fonds de roulement d exploitation (BFRE) II Le cycle d exploitation et l effet de levier financier 1- Le BFRE Le poids du BFRE est très lourd : 97 jours de chiffre d affaires H.T. en N pour Armand, contre 40 jours pour ses concurrents. Cependant, il diminue par rapport à N-1 en comparaison avec le chiffre d affaires (116 jours en N-1), tout en continuant de croître en valeur absolue ( ). Si on analyse les composantes de ce besoin, on constate : 3

4 - des stocks importants : sont-ils nécessaires pour favoriser la réactivité d Armand à la demande des clients? - un crédit interentreprises défavorable (crédit accordé aux clients deux fois plus long pour Armand par rapport à ses concurrents ; crédit obtenu des fournisseurs deux fois plus long) : on retrouve la dépendance d un sous-traitant vis-à-vis de son donneur d ordres. 2- La rentabilité La rentabilité économique double en un an (de 4 à 8 %), mais reste inférieure à la moyenne du secteur d activité (10 %). Le cycle d exploitation n est donc pas encore suffisamment rentable. Par contre, la rentabilité financière diminue (de 7 à 5 %) et celle d Armand n atteint plus qu un tiers de celle moyenne du secteur d activité (15 %). Se couple à ses résultats peu enviables, un effet de massue financier en N (contre un effet de levier en N- 1) : le fait de s endetter réduit la rentabilité obtenue par les actionnaires de la société Armand. Conclusion La trésorerie de l entreprise, malgré un excédent de trésorerie d exploitation (ETE) positif de , diminue fortement (avec apparition de concours bancaires courants) car la variation du besoin en fonds de roulement ( ) est supérieure à celle du fonds de roulement net global (qui diminue de ). C est donc la trésorerie qui finance les décalages du cycle d exploitation et la politique d investissement. Cette situation est classique dans les entreprises en forte croissance. Armand doit redresser cette situation en N+1, par exemple à l aide d un crédit de restructuration, l entreprise étant peu endettée à moyen et long terme. 4

5 ÉNONCÉ 2 Analyse globale La société Romane est une PMI (petite ou moyenne industrie) familiale spécialisée dans la fabrication de machines agricoles. Son développement nécessite qu elle emprunte auprès de sa banque. Avant de s entretenir avec son banquier, son gérant souhaiterait connaître la situation financière de l entreprise. A partir du tableau de bord de la société Romane (annexe 1) et des données de son Tableau de financement (annexe 2), rédigez un diagnostic financier relatif à l exercice N. La difficulté de cet exercice est de n exposer que les tendances significatives et non de faire une analyse exhaustive. 5

6 Annexe 1 Tableau de bord de l entreprise Romane Ratio Calcul Valeur société Romane N Valeur société Romane N-1 Valeur secteur d activité N Variation du chiffre - 5 % + 10 % + 8 % d affaires Variation de la valeur + 5 % + 5 % + 3 % ajoutée Taux de marge Marge commerciale / % commerciale Ventes de marchandises Taux de valeur ajoutée / Production globale 40 % 39 % 35 % Taux de marge brute d exploitation Excédent brut d exploitation / Production globale Taux de marge Résultat de l exercice / Production bénéficiaire globale Part du personnel dans la Charges de personnel / valeur ajoutée Part des pouvoirs publics (Impôts et taxes + Impôt sur les stés) / dans la valeur ajoutée Part des prêteurs dans la Charges d intérêts / valeur ajoutée Part des actionnaires dans Dividendes / la valeur ajoutée Part de l entreprise dans la Autofinancement / valeur ajoutée Taux d autofinancement Autofinancement / 17 % 17 % 16 % 27 % 7 % 10 % 53 % 55 % 65 % 5 % 2 % 7 % 3 % 4 % 10 % 0 % 0 % 9 % 39 % 39 % 9 % 416 % 300 % 150 % Acquisitions nettes de cessions Financement des emplois Ressources stables / 1,37 0,98 1,12 stables Emplois stables Couverture des capitaux Ressources stables / 1,00 1,07 1,05 investis (Emplois stables + BFRE) Part des ressources propres Ressources propres / 0,77 0,54 0,50 dans le total du bilan Total du bilan Taux d endettement Ressources d emprunts / 0,13 0,28 0,33 Ressources propres Capacité d endettement Ressources d emprunts / CAF 0,3 2,0 2,1 Rentabilité économique (Résultat net + charges d intérêts) / 28 % 5 % 10 % Ressources stables Rentabilité financière Résultat net / Ressources propres 30 % 5 % 15 % Durée moyenne du crédit Créances clients / 48 jours 20 jours 23 jours clients Ventes T.T.C. * 360 Durée moyenne du crédit Dettes fournisseurs / 42 jours 70 jours 67 jours fournisseurs Achats T.T.C. * 360 Durée de rotation des stocks de matières premières Stock moyen / Coût d achat des matières premières utilisées * jours 38 jours 20 jours Durée de rotation des stocks de produits finis Stock moyen / Coût de production des produits finis vendus * jours 15 jours 28 jours 6

7 Annexe 2 Tableau de financement des emplois et des ressources de l'exercice Première partie EMPLOIS N RESSOURCES N Dividendes mis en paiement au cours de l'exercice Capacité d'autofinancement 583 Acquisitions ou augmentations des immobilisations Cessions d'immobilisations : - immobilisations incorporelles - incorporelles - immobilisations corporelles corporelles 10 - immobilisations financières Cessions ou réductions d'immobilisations financières Charges à répartir Augmentations des capitaux propres - augmentation de capital 100 Diminutions des capitaux propres - augmentations des autres capitaux propres Remboursements des dettes financières 50 Augmentations des dettes financières 5 Sous-total 200 Sous-total 698 Variation du FRNG (ressource nette) 498 Variation du FRNG (emploi net) Deuxième partie N BESOINS DÉGAGEMENTS SOLDE Variations "exploitation" Variation des stocks et en-cours 160 Variation des avances et acomptes versés Variation des créances clients 87 Variation des avances et acomptes reçus Variation des autres dettes d'exploitation 298,5 Totaux 545,5 Variation nette - 545,5 Variations "hors exploitation" Variation des autres débiteurs 25 Variation des autres créditeurs 16 Totaux Variation nette - 9 Besoin de l'exercice en fonds de roulement - 554,5 ou dégagement net Variation "trésorerie" Variation des disponibilités 51,5 Variation des concours bancaires courants 5 Totaux 56,5 Variation nette 56,5 Variation du FRNG : emploi net ou ressource nette E.T.E. = E.B.E. Variation du B.F.R.E. = ,5 = - 243,5 K. 7

8 ÉLÉMENTS DE CORRIGÉ 2 Romane est une P.M.E. industrielle qui produit des machines agricoles. Son gérant réalise un diagnostic interne dans le but de vérifier la santé financière de l entreprise avant de déposer une demande de prêt auprès de sa banque. Il s agit donc d un diagnostic de contrôle. Ce diagnostic sera réalisé à partir du tableau de bord des années N-1 et N et du Tableau de financement de l année N de la société. Le développement abordera deux points successifs : l activité, puis les investissements et leurs financements. I L activité La société Romane est exclusivement centrée sur l activité productive, alors que les concurrents possèdent également une activité purement commerciale (dont la profitabilité est élevée à 38 %). 1- La croissance Le chiffre d affaires diminue en N de 5 %, alors que les concurrents voient le leur augmenter de 8 % : Romane perd des parts de marché. Toutefois, la valeur ajoutée s accroît (+ 5 %) : l évolution des consommations de l exercice en provenance des tiers est donc maîtrisée. 2- La profitabilité La profitabilité est élevée par rapport aux performances réalisées par les concurrents, surtout au niveau de la marge bénéficiaire : 27 % contre 10 % ; cette dernière atteint des niveaux exceptionnels! 3- La répartition de la valeur ajoutée Quatre remarques s imposent : - un effort a été réalisé au niveau de la maîtrise des coûts du personnel (réduction de leur part dans la valeur ajoutée ; niveau inférieur de 12 points à celui des concurrents : 53 % au lieu de 65 %) ; - il en est de même au niveau des charges d intérêt (3 % contre 10 %) : le coût de l endettement est donc faible ; - il n apparaît pas de distribution de dividendes, pourtant les actionnaires souscrivent à une augmentation de capital en N : s agirait-il d une entreprise familiale? - conséquence de ces trois remarques : l autofinancement est considérable (39 % de la valeur ajoutée pour Romane contre 9 % pour ses concurrents). 4- La rentabilité La rentabilité de la société Romane est très forte par rapport à ses concurrents (deux à trois fois supérieure) et s accroît considérablement entre N-1 et N (multipliée par 6). Un faible effet de levier financier en N est à souligner. 5- Le besoin en fonds de roulement d exploitation Le besoin en fonds de roulement d exploitation (BFRE) connaît une très forte dégradation en N : augmentation de Les causes semblent être au nombre de deux : - un accroissement à un niveau important des éléments augmentant le BFRE (stocks durée de rotation deux fois plus importante que celle des concurrents et créances idem) : Romane aurait-elle des problèmes de débouchés car ses stocks de produits finis se sont accrus considérablement (fabrication de machines agricoles non vendues) et les délais de crédit accordés aux clients également (afin visiblement de préserver certaines ventes) ; 8

9 - une baisse à un niveau faible (42 jours pour Romane contre 67 jours pour ses concurrents) des éléments diminuant le BFRE (dettes d exploitation) : la confiance des fournisseurs s effriterait-elle? 6- La trésorerie L excédent de trésorerie d exploitation (ETE), au vu des informations ci-dessus, est bien évidemment négatif de Cela compromet les facultés de Romane de faire face à ses prélèvements obligatoires (impôts, remboursements d emprunts, etc.). II Les investissements et leur financement 1- Les investissements réalisés en N Les investissements réalisés en N semblent raisonnables (13 % des immobilisations brutes fin N-1). Mais sont-ils suffisants pour rendre le matériel de production suffisamment performant? 2- Le financement des investissements en N L autofinancement généré par Romane en N suffit amplement à couvrir le financement des investissements : son taux d autofinancement s élève à 416 %, beaucoup plus que ses concurrents (150 %). Romane n a donc aucun besoin, à ce niveau, de sources de financements externes. Ainsi, on constate un remboursement net des dettes structurelles (50 5 = 45 K ). Le taux d endettement diminue donc sensiblement (de 28 à 13 %) ; il est beaucoup faible que celui des concurrents de Romane (33 %). Elle connaît donc une capacité d endettement importante (en 0,3 année Romane pourrait rembourser toutes ses dettes à moyen et long terme si elle y consacrait la totalité de sa capacité d autofinancement, contre 2,1 années pour ses concurrents ; les banquiers admettent une durée maximale de 3 ans). Des apports en capitaux propres (100 K ) ont toutefois été rendus nécessaires par l accroissement vertigineux du BFRE (cf. I-5). 3- L équilibre financier Insuffisant à la fin de l année N-1 (le fonds de roulement net global est négatif car le ratio de financement des emplois stables est inférieur à 1), l équilibre financier global de la société Romane se redresse en N et devient très satisfaisant à la fin de l année : ratio de financement du FRNG égal à 1,37 contre 1,12 pour les concurrents ; ratio de couverture des capitaux investis supérieur à 1 ; part élevée des ressources propres dans le total du bilan. Conclusion On peut résumer ainsi la situation financière de la société Romane : - points forts : sa profitabilité, la maîtrise des coûts (notamment de personnel), sa rentabilité, son autofinancement, son endettement, l augmentation de capital réalisée en N et son équilibre financier fin N ; - points faibles : la diminution du chiffre d affaires et la hausse des stocks de produits finis, le niveau et l évolution du BFRE, un ETE négatif. A moyen terme, Romane pourrait s asphyxier si les problèmes de débouchés demeurent. C est sur ce point que devront porter les explications à donner au banquier afin de justifier la demande d emprunt et la capacité de remboursement de l entreprise. 9

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION FINANCE D ENTREPRISE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT - 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Approfondissement du tableau de financement : Pré-requis : variation du Fonds de Roulement Net Global (F.R.N.G.) ; variation du Besoin

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

Exercices & cours de Gestion en vidéo - BTS MUC. Liste des formules. (Consultez également «Liste des tableaux»)

Exercices & cours de Gestion en vidéo - BTS MUC. Liste des formules. (Consultez également «Liste des tableaux») Liste des formules (Consultez également «Liste des tableaux») Table des matières LES CALCULS COMMERCIAUX... 4 Le coefficient multiplicateur... 4 Montant de TVA... 4 TVA collectée... 4 TVA déductible...

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

Recueil de formules. Franck Nicolas

Recueil de formules. Franck Nicolas Recueil de formules Nous avons répertorié dans cette section, les différentes formules expliquées tout au long de cet ouvrage, afin de vous permettre de trouver rapidement l opération que vous souhaitez

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ. BARÈME GLOBAL sur 140 points

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ. BARÈME GLOBAL sur 140 points BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2011 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION ÉPREUVE ÉCRITE DE SPÉCIALITÉ : COMPTABILITÉ ET FINANCE D'ENTREPRISE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010

COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010 F D C N FDC COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010. ACTIF. PASSIF. RESULTAT 2 BILAN ACTIF CONSOLIDATION durée de l'exercice 12 mois Brut Am.& Prov. ACTIF IMMOBILISE Immobilisations

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT

GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT 1- Présentation. Le budget des investissements est concerné par deux catégories de projets : Les projets importants dont les effets financiers

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES - 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Relation Besoin en Fonds de Roulement (B.F.R.) et Chiffre d'affaires (C.A.), Eléments variables

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière Plan Le bilan - présentation et signification des postes Structure en grandes masses - Le BFR Les ratios de structure

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

Examen décembre 1994

Examen décembre 1994 Examen décembre 1994 QUESTION REDIGEE Temps conseillé: 2 heure 30 minutes noté sur 100 points ENONCE: FRANCOTRANS SA, entreprise de transport public de marchandises, ayant l usage de 15 ensembles identiques

Plus en détail

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2005 ACTIF DEC 2005 DEC 2004 PASSIF DEC 2005 DEC 2004 Valeurs en caisse,banques centrales, Trésor public, Banques centrales, Trésor public, Servicesdes 197 427 113 253 Service des

Plus en détail

Ratios sectoriels. Dossier exemple. Dossier exemple-caroline. Références du dossier : Date : 24/09/2012 Auteur : Caroline

Ratios sectoriels. Dossier exemple. Dossier exemple-caroline. Références du dossier : Date : 24/09/2012 Auteur : Caroline Ratios sectoriels Dossier exemple Références du dossier : Date : 24/09/2012 Auteur : Caroline Dossier exemple-caroline 1 P a g e SOMMAIRE LE BENCHMARKING SECTORIEL 5 RENTABILITE & PRODUCTIVITE 6 PRODUCTION

Plus en détail

Analyse financière. [Tapez le sous-titre du document] ANALYSE FINANCIERE 2011 2012. ANALYSE FINANCIERE Page 1 LICENCE 3 SCIENCES ECONOMIQUES

Analyse financière. [Tapez le sous-titre du document] ANALYSE FINANCIERE 2011 2012. ANALYSE FINANCIERE Page 1 LICENCE 3 SCIENCES ECONOMIQUES 2011 2012 ANALYSE FINANCIERE 2011 2012 LICENCE 3 SCIENCES ECONOMIQUES COURS DE M. ELISABETH WALLISER Analyse financière [Tapez le sous-titre du document] ANALYSE FINANCIERE Page 1 H34VEN Cours pour Licence

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France Devant la multiplication des défaillances d entreprises au cours des années 80 et début des années 90, la Banque de France a produit des travaux

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA

ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA Sommaire Partie 1 : Analyse des documents de synthèse Cours 1 - Soldes Intermédiaires de Gestion... 3 Cas 1-1 : Marie (SIG sans retraitement)...

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 155 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

Analyse financière. DUT GEA, 2 èm e année option PMO, 2005-2006

Analyse financière. DUT GEA, 2 èm e année option PMO, 2005-2006 L article suivant est tiré du journal «L Entreprise» (n 236, juillet-août 2005). Il est intitulé «Comment la banque vous juge» : Avant de vous accorder un financement ou un prêt, votre banquier examine

Plus en détail

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Annexe C. Éléments d'analyse financière 143 ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Résumé Cette annexe présente quelques éléments comptables qui peuvent servir à l'analyse financière des entreprises.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 55

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 55 TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS...................................... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE.................................. 55 Table des matières 3 TITRE I LES ÉTATS

Plus en détail

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France CPOM 2013-2018 Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France FICHE D AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA NEGOCIATION Annexe 2 Moyens Volet 3

Plus en détail

CONCOURS INGENIEUR D ETUDES AUDITEUR INTERNE A L AGENCE COMPTABLE AC3 SESSION 2014

CONCOURS INGENIEUR D ETUDES AUDITEUR INTERNE A L AGENCE COMPTABLE AC3 SESSION 2014 CONCOURS INGENIEUR D ETUDES AUDITEUR INTERNE A L AGENCE COMPTABLE AC3 SESSION 2014 Durée : 3 heures Coefficient : 3 Le candidat traitera quatre sujets: Sujet 1 : Traduction Anglais/Français Sujet 2 : Comptabilité

Plus en détail

Résultats annuels 2013 en forte croissance

Résultats annuels 2013 en forte croissance Communiqué de presse - Clichy, 25 mars 2014, 18h Résultats annuels 2013 en forte croissance Chiffre d affaires en hausse de 5,3% à 420,7 M Résultat opérationnel en hausse de 31,7% à 43,4 M Résultat net

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

Déterminer et financer le cycle d exploitation. Animé par : Stéphane Carton Cabinet In Extenso, Rennes

Déterminer et financer le cycle d exploitation. Animé par : Stéphane Carton Cabinet In Extenso, Rennes Déterminer et financer le cycle d exploitation Animé par : Stéphane Carton Cabinet In Extenso, Rennes Définition du : C est l'ensemble des opérations réalisées, de l'achat (matières premières, fournitures,

Plus en détail

Les entreprises en France en 2012 : dégradation des performances mais consolidation des équilibres financiers

Les entreprises en France en 2012 : dégradation des performances mais consolidation des équilibres financiers Les entreprises en France en 212 : dégradation des performances mais consolidation des équilibres financiers Dominique LEFILLIATRE et Lionel RHEIN Direction des Entreprises Observatoire des entreprises

Plus en détail

Les corrigés des examens DPECF - DECF

Les corrigés des examens DPECF - DECF 48h après l examen sur www.comptalia.com 1 ère Ecole en ligne des professions comptables Spécialiste des préparations à l'expertise Comptable et des formations en compta-gestion via Internet Les corrigés

Plus en détail

Le besoin en fonds de roulement (BFR) et la trésorerie

Le besoin en fonds de roulement (BFR) et la trésorerie Mois AAAA Mois décembre AAAA 2009 mise à jour décembre 2010 Préambule Les associations du secteur social et médico-social qui gèrent un ou plusieurs établissements ou services et proposent des prestations

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PERIODE DU 1 ER AVRIL AU 31 DECEMBRE 2004-1 - COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ Période du 1 er avril au 31 décembre 2004 2003 2003 Exercice clos le Notes Pro forma 31 mars 2004

Plus en détail

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier.

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier. Dossier Financier Ce dossier complète notre dossier économique en apportant un éclairage financier sur notre projet. Il s appuie sur l organisation que nous avons mise en place et sur l expérience de démarrage

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Il se décompose en deux catégories principales : l actif immobilisé et l actif circulant. immobilisations (incorporelles, corporelles et financières)

Il se décompose en deux catégories principales : l actif immobilisé et l actif circulant. immobilisations (incorporelles, corporelles et financières) Lexique des principaux termes comptables A ACTIF Un actif est un élément identifiable du patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité, c est-à-dire un élément générant une ressource que

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

ANNEXE - REGLES ET METHODES COMPTABLES -

ANNEXE - REGLES ET METHODES COMPTABLES - Page : 1 - REGLES ET METHODES COMPTABLES - Permanence des méthodes Changements de méthode : Les engagemetns de retraite sont comptabilisés, désormais, en incluant les charges sociales. La régularisation

Plus en détail

C IV 3 Les documents de synthèse (présentation simplifiée)

C IV 3 Les documents de synthèse (présentation simplifiée) C IV 3 Les documents de synthèse (présentation simplifiée) Voici les documents de synthèse conformes au Plan Comptable Général. Pour les rendre accessibles, nous n en avons reproduit que les lignes rencontrées

Plus en détail

SESSION 2011 - BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS E4 : OBLIGATIONS COMPTABLES, FISCALES ET SOCIALES

SESSION 2011 - BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS E4 : OBLIGATIONS COMPTABLES, FISCALES ET SOCIALES SESSION 2011 - BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS E4 : OBLIGATIONS COMPTABLES, FISCALES ET SOCIALES SARL PEINT SOL Barème global sur 80 points Dossier 1 Opérations

Plus en détail

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr Vocabulaire : Débiter un compte signifie inscrire une somme au débit de ce compte Créditer un compte

Plus en détail

Pilotage Financier de de l entreprise

Pilotage Financier de de l entreprise 3 ième séance GFN GFN 106 106 Pilotage Financier de de l entreprise Compte de résultat, formation du profit et SIG Enseignant : Yosra BEJAR Maître de Conférences : TELECOM & Management SudParis Chercheur

Plus en détail

L'analyse de la structure financière

L'analyse de la structure financière 2 L'analyse de la structure financière Les différentes conceptions La structure financière d une entreprise dépend principalement des contraintes technico-économiques liées à la nature des activités développées

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

GUIDE FONCTIONNEL. Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils

GUIDE FONCTIONNEL. Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils GUIDE FONCTIONNEL Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils SOMMAIRE I - Objectifs 1 - Calculer des indicateurs financiers 2 - Animer la réflexion prospective II

Plus en détail

Analyse Financière. Séance 1/ L'information comptable et la lecture financière du bilan

Analyse Financière. Séance 1/ L'information comptable et la lecture financière du bilan Analyse Financière Module de 27h. Projets de groupe ( analyse financière de quelques entreprises du CAC40 ). CC : 40% Participation (20%), contrôle intermédiaire (40%), projet à rendre ( 40% ) CF : 60%

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

GROUPE TXCOM 10 AV DESCARTES ZI DU PETIT CLAMART 92350 LE PLESSIS ROBINSON

GROUPE TXCOM 10 AV DESCARTES ZI DU PETIT CLAMART 92350 LE PLESSIS ROBINSON Tel : 33 (0)1 30 83 91 70 Fax : 33 (0)1 30 83 91 71 7, rue du Parc de Clagny 78000 Versailles FRANCE 10 AV DESCARTES ZI DU PETIT CLAMART 92350 LE PLESSIS ROBINSON COMPTES CONSOLIDES Arrêté au 30 juin 2012

Plus en détail

Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière

Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière Réponses aux Questions et problèmes 1. Actif Passif Actif immobilisé Capitaux propres Machines 46 000 Capital social

Plus en détail

Communiqué de presse FY 2014-2015

Communiqué de presse FY 2014-2015 Communiqué de presse du 29 mai 2015 Huizingen, Belgique Confidentiel jusqu au 29 mai 2015 Communiqué de presse FY 2014-2015 (Résultats pour l exercice clôturé le 31 mars 2015) 1,8 de croissance du chiffre

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

Analyse Financière Les ratios

Analyse Financière Les ratios Analyse Financière Les ratios Présenté par ACSBE Traduit de l anglais par André Chamberland andre.cham@sympatico.ca L analyse financière Les grandes lignes Qu est-ce que l analyse financière? Que peuvent

Plus en détail

Bilan actif. Document fin d'exercice

Bilan actif. Document fin d'exercice Bilan actif Sage 100 Comptabilité i7 pour SQL Server 7.72 Date de tirage 21/10/14 à 19:15:40 Page : 1 Valeurs brutes Amortis. et provisions Immobilisations corporelles 4 267,36 Eu 3 046,29 Eu 1 221,07

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION N à compléter Mise à jour : le 13/09/2007 FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A L EQUIPEMENT DES ENTREPRISES DE MOBILISATION DES PRODUITS FORESTIERS (DISPOSITIF 123B DU PLAN DE DEVELOPPEMENT RURAL

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

DEFINTIONS ET FORMULES

DEFINTIONS ET FORMULES DEFINTIONS ET FORMULES Comptabilité financière (I) BILAN COMPTABLE : Photographie à un moment t de la situation financière. tableau à 2 colonnes : Actif (emploi des ressources disponibles) et Passif (ressources,

Plus en détail

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011 LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents Mardi 29 novembre 2011 SOMMAIRE Introduction : pourquoi la gestion de la trésorerie est-elle indispensable?

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

Les corrigés des examens DPECF - DECF

Les corrigés des examens DPECF - DECF 48h après l examen sur www.comptalia.com 1 ère Ecole en ligne des professions comptables Spécialiste des préparations à l'expertise Comptable et des formations en compta-gestion via Internet Les corrigés

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013

COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013 COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013 1, cours Xavier Arnozan 33000 BORDEAUX BILAN ACTIF 31/12/2013 31/12/2012 Brut Amort.dépréciat. Net Net Capital souscrit non appelé ACTIF IMMOBILISE

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

Becca Distribution Inc

Becca Distribution Inc Becca Distribution Inc 12-31-2008-12-31-2009 Becca Distribution Inc - Becca_2008.opt Page 3 Mesures clés du rendement de l'entreprise Seuil de rentabilité Valeur cible % Rentabilité % Rentabilité = 0 Période

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général C.V Extrait du Plan Comptable Général C V 1 Extrait du Plan Comptable Général Sont reproduits les seuls comptes détaillés dans ce cours ou ceux qui nous semblent compréhensibles. Les comptes spécifiques

Plus en détail

TSTT ACC OUTILS DE GESTION COMMERCIALE FICHE 1 : LES MARGES

TSTT ACC OUTILS DE GESTION COMMERCIALE FICHE 1 : LES MARGES TSTT ACC OUTILS DE GESTION COMMERCIALE FICHE 1 : LES MARGES Coût de revient du produit + Marge du fabricant = Prix de vente HT au distributeur Prix d'achat HT du distributeur + Marge du distributeur =

Plus en détail

Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité

Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité Communiqué de presse La Fouillouse, le lundi 9 décembre 2013 Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité

Plus en détail

R E PA R E R V O T R E B U S I N E S S P L A N

R E PA R E R V O T R E B U S I N E S S P L A N Professionnels P R E PA R E R VOT R E B U S I N E S S P L A N Mon business plan Le «Business plan» ou «Plan d'affaires» est l instrument indispensable pour formaliser votre projet d entreprise. C est le

Plus en détail

Cegedim : Une année 2014 stratégique

Cegedim : Une année 2014 stratégique SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière annuelle au 31 décembre 2014 IFRS - Information Réglementée Auditée

Plus en détail

Mon projet d entreprise. Mon Business Plan. Nom du créateur, repreneur : ...

Mon projet d entreprise. Mon Business Plan. Nom du créateur, repreneur : ... Mon Business Plan Nature de votre projet : création / reprise Nom du créateur, repreneur :... Mon projet d entreprise Le Crédit Agricole vous accompagne tout au long de votre projet et vous aide à réaliser

Plus en détail

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»!

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! 1 Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! La démarche rationnelle qui vise à élaborer un projet de création ou de reprise d entreprise doit se traduire

Plus en détail

GUIDE DE PRESENTATION FEVRIER 2003

GUIDE DE PRESENTATION FEVRIER 2003 GUIDE DE PRESENTATION TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE - TBFEPS FEVRIER 2003 Ministère de la santé, de la famille et des personnes handicapées Direction de

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 OBJECTIF 01. La norme comptable NC 01 - "Norme comptable générale" définit

Plus en détail

Plan comptable adapté aux organismes de formation professionnelle de droit privé

Plan comptable adapté aux organismes de formation professionnelle de droit privé Plan comptable adapté aux organismes de formation professionnelle de droit privé Conformément à l article Lp. 545-11 du Code du travail de Nouvelle-Calédonie, les organismes de formation professionnelle

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Paris, le 14 février 2014 8h Information réglementée C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Indicateurs clés : Loyers IFRS à 43,3 M (+12,1%)

Plus en détail

MAISON DE QUARTIER DES CHAMPS ELYSEES

MAISON DE QUARTIER DES CHAMPS ELYSEES DES CHAMPS ELYSEES Place Troisdorf 91000 EVRY Comptes Annuels au : 31 décembre 2014 SIRET : 32631653600019 Action Expertise - SECE - Société d'expertise Comptable et de Conseils aux Entreprises 110, boulevard

Plus en détail

---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/06/2013 --------------------------------------

---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/06/2013 -------------------------------------- RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 1 er janvier 30 juin 2013 ---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/ -------------------------------------- Société anonyme au capital

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail