AU SECOURS, NOS RIVIÈRES SE MEURENT!

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AU SECOURS, NOS RIVIÈRES SE MEURENT!"

Transcription

1 Mensuel d information du Haut-Doubs MAI 2017 N 211 2, 80 MORTALITÉ DE POISSONS, POLLUTION DES COURS D EAU ET SÉCHERESSE ANNONCÉE AU SECOURS, NOS RIVIÈRES SE MEURENT! le dossier en p. 18 à 25 délinquance p. 5 Saccage de mobilier, déchets... Incivilités à répétition sur l espace public pontissalien l événement p. 6 à 8 Un nouveau funérarium public Marché de la mort : la nouvelle donne Rédaction : Publipresse Médias - B.P , rue de la Brasserie MORTEAU CEDEX - Tél

2 2 La Presse Pontissalienne n Mai 2017 Éditorial Régénération La percée inattendue du candidat Macron à l occasion de cette présidentielle qui aura réservé des surprises jusqu au bout ira-t-elle jusqu à menacer le tranquille équilibre politique du Haut-Doubs à l occasion des prochaines élections législatives (11 et 18 juin)? Sans doute pas. Au moment où se joue le second tour de la présidentielle, aucun candidat macroniste crédible ne s était encore manifesté ici. Annie Genevard peut sans doute encore dormir sur ces deux oreilles. En revanche, si le siège de la députée mortuacienne lui semble à nouveau assuré, le big bang électoral provoqué par Emmanuel Macron aura certainement de la résonance pour longtemps sur le paysage politique français. Même si les partis politiques se referont sans doute une santé assez vite (et la droite y compte bien pour ces législatives à venir), la démarche initiée par M. Macron est en tout point novatrice. Son big bang électoral contribue à faire exploser un système électoral qui voulait que jusqu à maintenant aucun nouveau talent ne pouvait émerger en dehors du carcan d un appareil politique qui fait d abord la place à ceux qui sont déjà installés. S il n était à retenir qu un seul bienfait à l engagement du candidat d En Marche, ce serait celui-ci : la régénération profonde de la vie politique. On le verra en juin, mais les candidats que le mouvement En Marche présentera à ces législatives bousculeront sans doute partout en France cet équilibre gauche-droite qui finalement arrangeait un peu tout le monde. L autre avantage, on l a vu dans cette campagne, c est que l initiative prise par M. Macron a suscité énormément d engagements et de vocations auprès de milliers de citoyens qui ont compris que les responsabilités du pouvoir ne pouvaient plus rester entre les mains des mêmes héritiers encartés et adoubés par un parti après avoir gravi les échelons et éclusé tous les mandats possibles que permet notre démocratie. On peut ne pas être du tout en phase avec le programme d Emmanuel Macron, il faut néanmoins reconnaître des vertus à la démarche qu il a engagée : elle ouvre des perspectives et des motivations nouvelles à tout une génération de citoyens motivés qui régénèrent l atmosphère rance d une classe politique qui, bien assise, n a pourtant jamais su faire reculer la menace extrémiste. n Jean-François Hauser est éditée par Publipresse Médias - 1, rue de la Brasserie B.P MORTEAU CEDEX Tél. : Fax : S.I.R.E.N. : Directeur de la publication : Éric TOURNOUX Directeur de la rédaction : Jean-François HAUSER Directeur artistique : Olivier CHEVALIER Rédaction : Frédéric Cartaud, Édouard Choulet, Thomas Comte, Jean-François Hauser. Ont collaboré à ce numéro : Marie Rousselet, Magalie Troutet. Régie publicitaire : Anthony Gloriod au Imprimé à Nancy-Print - I.S.S.N. : Dépôt légal : Mai 2017 Commission paritaire : 0222 D Crédits photos : La Presse Pontissalienne, B.R.G.M., C.F.A.H., C.F.D., C.L.E., La Campanelle, Séquane, J.-P. Verbeck. L actualité bouge, les dossiers évoluent. La Presse Pontissalienne revient sur les sujets abordés dans ses précédents numéros, ceux qui ont fait la une de l actualité du Haut-Doubs. Tous les mois, retrouvez la rubrique Retour sur info. Le maire de Pontarlier appelle ses équipes au devoir d exemplarité a occupé la rubrique des faits divers le mois dernier à Pontarlier quand L épisode un élu de la majorité municipale pontissalienne a été arrêté par les forces de l ordre au volant de sa voiture avec un taux d alcoolémie largement supérieur à la limite autorisée. Traité comme n importe quel automobiliste enfreignant la loi, cet adjoint au maire s est vu confisquer provisoirement son permis de conduire et n a bénéficié d aucun traitement de faveur lié à son statut d élu. Pour autant, il n a pas été sanctionné par le maire Patrick Genre qui s en explique : Un élu est un homme ou une femme comme les autres, sauf que de par sa fonction, ses faits et gestes sont suivis et analysés. C est à ce titre que les élus doivent avoir un devoir d exemplarité, ce qui n empêche que nous pouvons tous à un moment ou à un autre avoir des La maison de vacances des enfants du cinéma de Jougne a définitivement fermé ses portes. Abritée des regards par les arbres, la colonie située à la Ferrière-sous-Jougne, au bord de la Jougnena, va vivre une nouvelle histoire. La propriété sera bientôt transformée en un ensemble immobilier de 55 logements. Le programme s appelle Le Domaine des deux Monts, parce qu il fait face aux rochers du Mont d Or, et est adossé au Mont Suchet. Le projet est porté par la société Intoo Habitat de Pontarlier et G.N. Promotion. Les partenaires ont été attentifs à respecter l esprit du lieu. Nous avons conservé l âme et la tranquillité de l endroit qui devient privé et résidentiel. Sa situation dans une impasse accentue moments d égarement. C en était un, mais ça concerne sa vie privée et non pas sa vie d élu. C est la raison pour laquelle je n ai pas à lui infliger d autre sanction en plus de la sanction administrative qu il a reçue avec cette suspension de permis. L élu en question sait qu il a commis une erreur, il va en payer les conséquences et c est normal. Le maire de Pontarlier ne souhaite pas pour autant donner un quelconque sentiment d impunité : Je rappelle régulièrement à tous les élus du conseil municipal que l on se doit d avoir un comportement exemplaire. Pendant six ans que dure un mandat, on est des femmes et des hommes comme les autres, mais pas que. La fonction d élu oblige à l exemplarité ajoute Patrick Genre en regrettant en même temps que l époque soit à la chasse aux sorcières dès qu il s agit d un élu. n En tant qu élu, à la tête de son équipe municipale, Patrick Genre rappelle régulièrement cette règle d exemplarité. son caractère privatif. Nous avons créé le Domaine des deux Monts pour toutes les personnes qui aspirent à la sérénité lorsqu elles rentrent chez elles. Je pense notamment aux familles dont les enfants pourront profiter de l espace extérieur souligne Pierre Gelin, fondateur de Intoo Habitat. Par ailleurs, ce nouveau programme immobilier est le plus proche de la frontière suisse, un argument de taille pour les potentiels acquéreurs frontaliers. La commercialisation des logements vient de démarrer. n Les terrasses du Domaine des deux Monts donnent sur les rochers du Mont d Or. Àpartir du 6 juin prochain, le parc hôtelier de Pontarlier comportera 70 chambres de plus. L ouverture de l hôtel Kyriad à Pontarlier (groupe Louvre Hôtels) au bord de la rocade, enrichit un peu plus encore l offre hôtelière dans la capitale du Haut-Doubs qui comptera désormais 339 chambres au total. Cet hôtel Kyriad, 3 étoiles, proposera des petitsdéjeuners et une possibilité de snacking, mais pas de restauration précise la direction de Louvre Hôtels. Il sera dirigé par Bruno Blondel. Une dizaine de personnes, déjà recrutées, composera le staff de ce nouvel établissement hôtelier. Louvre Hôtel est le deuxième groupe hôtelier européen, avec plus de hôtels dans 48 pays à travers le monde. Outre la marque Kyriad, il possède notamment les hôtels Première Classe et Campanile. À ce jour, il y a 237 hôtels Kyriad en France. À entendre certains hôteliers pontissaliens, l arrivée de ce nouveau concurrent est de nature à déséquilibrer un peu plus le marché. À part quand il y a de gros événements RETOUR SUR INFO L hôtel Kyriad ouvrira le 6 juin Ce nouvel hôtel Kyriad, estampillé 3 étoiles, emploiera une dizaine de salariés. comme le championnat de France de tarot à Pâques, il est très rare de voir les hôtels tous complets à Pontarlier confirmait l office de tourisme de Pontarlier dans un de nos précédents numéros. Selon l observatoire régional du tourisme, le taux actuel de remplissage des hôtels atteint les 51,16 % à l échelle du Pays du Haut-Doubs. Cela englobe donc les secteurs les plus touristiques du Haut- Doubs et pas uniquement Pontarlier. Si on totalise l ensemble des sept autres hôtels de Pontarlier, on compte aujourd hui 574 lits (places), pour un total de 269 chambres (simples, doubles ou triples). Le Saint- Pierre compte 15 chambres pour 36 places, l Hôtel de Morteau 15 chambres pour 33 lits, l Hôtel de France 15 chambres pour 24 lits, le Campanile 46 chambres pour 100 lits, l Ibis Styles 66 chambres pour 100 lits, l Ibis Budget 49 chambres pour 115 lits et le F1 63 chambres pour 166 lits. Avec ce nouveau Kyriad, cela fait donc 70 chambres supplémentaires. n Des appartements à la place de l ancienne colonie de Jougne Renseignements au

3 SAISON ÉTÉ 2017 llecteur agréé Co LE LEADER DU PNEUMATIQUE SUR LE CANTON DE VAUD! SA TRI.VAL L au ser vic e s d e la c o l t le c RVS S ASP Membre b de l A Association S Suisse du Pneu + de 20 ans au ser vice des automobilis stes iv déj éjà plus s de 500 clients français nous fo font o confiance. MARCHÉ DU PNEUMATIQUE D OCCASION PROMOTIONS DE PRINTEMPS CAMIONNETTES & UTILITTA AIRES LE TOURISME R R R R R R R R R15 les 4 pneus les 4 pneus R R R R16 les 4 pneus R R de de PNEU US US les 4 pneus les 4 pneus les 4 pneus les 4 pneus JANTES à l état et à des neuf incroya prix bles! ACIER e ALU et R R R R R R R R R R R R 17 d occcccaasion on R R R 19 IC E VENTE DE PNEUS NEUFS ET OCCASIONS A ATTELIER DE MONTTA AGE ÉQUILIBRAGE COM P PA AREZ AV VA A N T D A C H E T E R 3 60 les 4 pneus 200 les 4 pneus 220 les 4 pneus 3 20 les 4 pneus 3 60 les 4 pneus 3 80 les 4 pneus 4 00 les 4 pneus 200 les 4 pneus 220 les 4 pneus 240 les 4 pneus 2 60 les 4 pneus TRI-VA T RI V VA AL S SA A Sortie V Vaallorbe - Direction Lausanne (en face des usines Jacquet) en Suisse voisine à 20 minutes de PONTTA ARLIER Paiement carte accepté R 1 6 C R 16C R 16C R 16C R 16C R 1 6C 3 20 les 4 pneus JEEP & 4X R R14 C8PR R 1 5 C R15C LE DA AY Y BE OR L L VA Praz ep ed Ru lan la TRI RI-VAL SA A Rue de L n ne ausa T SA QUE JAC en face GARE G E LA Valable jusqu à épuisement du stock et selon arrivage. Autres dimensions et marques sur demande (Bridgestone, Kleber, Dunlop, Goodyear, etc.). Paiement uniquement comptant. EXEMPLES DE NOTRE ASSORTIMENT - AUTRES DIMENSIONS SUR SIMPLE APPEL SA R R AZ 1337 V VA ALLORBE (CH) Tél (0) Mobile 0041 (0) mail : Horaires d ouverture du lundi au vendredi 8h-12h/13h30-18 et samedi 9h-12h

4 4 La Presse Pontissalienne n Mai 2017 L INTERVIEW DU MOIS SOLIDARITÉ Leur combat contre la maladie les 8 et 9 juin Notre démarche est citoyenne, humaniste, solidaire Parce qu ils ont perdu une amie emportée par la leucémie, Alexandre Chouffe et les bénévoles de la Sapaudia militent pour le don de moelle osseuse, acte gratuit qui consiste en une simple prise de sang. Les 8 et 9 juin, un défi sportif est lancé au départ de Pontarlier. La Presse Pontissalienne : Pourquoi déployez-vous autant d énergie pour informer sur le don de moelle osseuse? Alexandre Chouffe (vice-président de l association Sapaudia Franche-Comté) : En 2009, je suis appelé par mon ami Sylvain Guillaume (médaillé de combiné nordique aux Jeux olympiques) qui me demande de participer à une épreuve de soutien pour le fils de Jean- Luc Crétier, touché par une leucémie. J ai tout de suite dit oui. J ai mobilisé mon entourage, je me suis inscrit comme donneur de moelle en 2009 et j ai ramené avec Sylvain la Sapaudia à la Transjurassienne pour faire connaître ce don gratuit, mal connu. L.P.P. : Et puis, la maladie touche deux personnes de votre entourage A.C. : Manu Claret qui était venue en tant que sportive sur la Transjurassienne pour soutenir la Sapaudia avait décidé de prendre le flambeau. C était avant qu elle ne tombe malade. Dans le même temps, la petite Fanny, notre voisine qui est du même âge que mes enfants avec qui elle jouait, décédait de la même maladie à quelques heures d intervalle. Elle rêvait d être championne de ski. Elles auraient pu être sauvées si elles avaient eu un donneur compatible patients en France sont touchés par le cancer du sang : c est 12 décès par jour dont 6 enfants. Si on trouve la compatibilité avec d autres personnes, ce sera autant de décès en moins. En France, nous avons seulement veilleurs de vie contre 6 millions en Allemagne. Ces personnes sont inscrites après avoir fait une prise de sang et sont appelées le jour où un donneur compatible est identifié. Moi, depuis 2009, je n ai par exemple pas été appelé. Mais je peux donner à n importe qui dans le monde. L.P.P. : C est devenu un vrai combat? A.C. : Notre combat est d informer. Il a du sens, il n enrichit personne mais donne au contraire de l espoir. Notre but est que le plus grand nombre de personnes puissent donner car elles peuvent sauver de leur vivant leur enfant, leur neveu ou nièce, ou un étranger. C est un don qui se fait de son vivant, un cadeau pour une personne qui attend dans l une des nombreuses chambres stériles à l hôpital de Besançon qu un donneur compatible soit trouvé. Le malheur de Manu a fait le bonheur d autres familles car sans elle, nous aurions moins progressé dans notre combat d information. Ce travail que l on mène, on en aura la récompense dans les années à venir! L.P.P. : Pourquoi ce don fait-il peur? A.C. : Car il est méconnu. Il s agit simplement Notre combat est d informer. d une prise de sang qui permet de vous enregistrer dans une base de données et ce n est pas une grande aiguille que l on vient vous planter dans le dos. Cela fait moins mal qu une ampoule au pied. Les prises de sang se font à Besançon ou à Belfort. Nous sommes justement en train de demander Bio express l Originaire de Voujeaucourt l Habite Labergement- Sainte-Marie l 42 ans, l Ancien cycliste professionnel Big Mat) de 1999 à 2002 l Chef d entreprise Vice-président de l association Sapaudia Franche-Comté pour que d autres sites soient ouverts. Nous avons réussi à faire monter des membres de l Établissement Français du Sang aux Rousses car près de 100 personnes étaient prêtes à donner pour la petite Emma, touchée par la maladie Problème, elles devaient prendre un jour de congé pour venir. Après notre insistance, médecin et infirmiers se sont déplacés. 50 personnes ont pu s inscrire. L.P.P. : Qui peut devenir veilleur de vie? A.C. : Toutes les personnes de 18 à 51 ans en bonne santé. C est un acte gratuit et anonyme. Nous n avons rien à vendre : c est une démarche citoyenne, humaniste, solidaire. 70 % des donneurs sont des femmes. Nous recherchons des hommes notamment de 18 à 30 ans car les hommes sont plus souvent compatibles. L.P.P. : L association multiplie les informations envers le grand public, dans les entreprises, les lycées. Quel bilan? A.C. : Je n aime pas tenir de statistiques mais nous savons que nous avons envoyé des milliers de candidatures de veilleurs de vie. Plus nous recrutons, plus nous sauverons. Notre rôle est de recruter, sensibiliser, engager, pas de quantifier. Nous sommes allés dernièrement informer les salariés de la société Gardavaud, le Crédit Agricole de Franche-Comté, les cabinets comptables, les clubs sportifs. Nous discutons avec d autres très grosses entreprises. L.P.P. : Qu est-ce qui vous pousse à vous mobiliser autant? A.C. : Ce sont par exemple les témoignages de personnes comme Sophie. Cette maman d un bébé à qui on a détecté une leucémie - alors qu elle venait de donner naissance - a été sauvée. Elle n avait pas de donneur compatible jusqu au dernier moment. Finalement, deux cordons ombilicaux l ont sauvée. Comme elle le raconte si bien, Sophie nous a dit qu on lui a redonné vie une seconde fois. Elle a sa date de naissance et la date à laquelle elle a reçu sa poche de sang. C est sa deuxième naissance. Cela fait six ans aujourd hui. L.P.P. : Ces histoires humaines, terribles, touchent. Est-ce plus facile pour faire passer le message? A.C. : Oui, mais on ne fait pas pleurer les gens. Nous leur disons bien que ce don de leur vivant, c est un cadeau à l inverse du don d organe qui se fait souvent à sa mort. Un malade a 1 chance sur 4 d être compatible avec un frère ou une sœur, mais seulement 1 chance sur 1 million en dehors de la fratrie avec une personne prise au hasard. L.P.P. : Le milieu médical vous soutient. Alexandre Chouffe sera jeudi 8 et vendredi 9 juin dans le Défi pour des vies au départ de Pontarlier pour porter le message du don de moelle osseuse, méconnu. Un commentaire? A.C. : Nous bénéficions à Besançon avec les professeurs d un centre de cancérologie qui possède toutes les compétences. Nous n aurions pas eu cet effet boule de neige sans l appui des médecins. L.P.P. : Vous mobilisez au niveau régional. Quels sont vos objectifs pour porter plus haut votre message? A.C. : Soit on s essouffle, soit on trouve une action nationale et internationale. Nous devons essaimer notre message pour que d autres associations le relaient. Le don de moelle appartient à tout le monde. L.P.P. : Pourquoi cet événement Un défi pour des vies le 8 et 9 juin, le premier du genre en Franche-Comté? A.C. : Nous ferons 450 km en une seule étape, de jour, de nuit. Le but est de partir ensemble et arriver ensemble. Chacun va aider l autre. Il n y a plus de différence entre les individus : chacun est dans le même défi, le plus fort aidant le plus faible. Le bus d information s arrêtera à Morteau, Besançon, Champagnole, Pontarlier. Toutes les communes traversées ont été informées de notre passage, de notre combat. Une centaine de bénévoles nous aideront. n Propos recueillis par E.Ch. Un défi pour des vies 8 et 9 juin à Pontarlier : rubrique un défi pour des vies 20 rue des Champs Lambert TARCENAY Tè èl COUR, TERRASSE BÉTON DÉCORATIF Balayé, Quartzé, Poli, Empreinte AMÉNAGEMENT PAYSAGER ÉTUDE DE VOTRE PROJET AVEC ESQUISSES Terrasse béton empreinte bois et allée en Hydro way et

5 PONTARLIER La Presse Pontissalienne n Mai DÉLINQUANCE Suppression des poubelles Les incivilités se multiplient à Pontarlier Dégradations en tout genre, feux interdits, tags, amoncellement de déchets Les actes d incivilité font florès à Pontarlier en ce printemps. Exemple sur le site bucolique du théâtre forestier. Des tas d immondices laissés à même le sol, des barrières cassées, des arbres coupés, un reste de brasier encore fumant Quand l adjoint Gaston Droz-Vincent est arrivé en ce beau lundi d avril sur le site du théâtre forestier, sur les hauteurs de Pontarlier, lendemain d un week-end ensoleillé, quelle ne fut pas sa surprise. Le site, bucolique à souhait, est situé en pleine forêt commu- Les services de la Ville ont constaté des barrières cassées et des poubelles qui débordent. nale. Il sert de cadre à un parcours santé où viennent se défouler les sportifs et offre, sur une belle clairière, tout ce qu il faut pour se détendre et piqueniquer : tables, bancs, poubelles, jeux pour enfants et même deux barbecues fixes mis à la disposition des utilisateurs par la Ville. Mais voilà, en l absence de contrôle et pendant les jours de forte affluence, le manque de civisme des utilisateurs est affligeant. La présence de gardes assermentés de l O.N.F. habilités à dresser des P.V. ne semble pas plus dissuasive que cela. La situation est devenue telle que la Ville semble démunie. J envisage de faire un test radical : enlever les poubelles suggère Gaston Droz- Pour une forêt propre, emportez vos déchets décrit le panneau. L adjoint Gaston Droz-Vincent dénonce le manque flagrant de civisme de certains. Vincent, l adjoint pontissalien à la voirie. À la manière de ce qui se passe dans certaines régions de France (notamment Alpes, Pyrénées ou Corse), le fait de supprimer les poubelles incite, normalement, les visiteurs à repartir avec leurs détritus. Je vais faire cette proposition pour qu on la teste cet été. Nous verrons bien les résultats ajoute l élu municipal désabusé. Ce fameux lundi d avril, il a fallu plusieurs allers et retours aux services municipaux pour dégager tous les déchets laissés là. À ces actes d incivilité s ajoutent régulièrement des actes de vandalisme. Ainsi, les barrières qui délimitent le site du théâtre forestier ont-elles été saccagées également. La pépinière municipale située non loin a elle aussi fait l objet d actes de malveillance. Pire : les visiteurs indélicats sont allés jusqu à débiter des arbres entiers, à l aide d outils de fortune, afin d en tirer du combustible pour leur feu de camp! La Ville de Pontarlier annonce le renforcement des dispositifs de surveillance. La patrouille de surveillance en V.T.T. qui existe depuis une dizaine d années passera plus souvent, ainsi que la police, municipale et nationale. Nous n hésiterons pas à le faire plusieurs fois dans la journée quand il y a affluence, et à sanctionner les contrevenants prévient l adjoint. Le respect, c est un simple mot mais qui veut dire beaucoup de choses termine Gaston Droz- Vincent. Il n y a pas que sur le site du théâtre forestier que les services municipaux déplorent ce genre de comportements. Les abords de la chapelle de l Espérance, par exemple, sont eux aussi régulièrement souillés par des détritus ou des graffitis. n J.-F.H.

6 L ÉVÉNEMENT La Presse Pontissalienne n Mai 2017 MARCHÉ DE LA MORT : LA NOUVELLE DONNE Annoncée depuis plusieurs années, la création d un centre funéraire porté par la Société Publique locale des Pompes Funèbres Intercommunale du Grand Pontarlier dont l actionnaire principal est la Communauté de communes du Grand Pontarlier risque forcément d impacter l activité des autres opérateurs locaux. Point de situation. l C.C.G.P. 2 millions d euros Le funérarium porté sur les fonts baptismaux Le projet positionné à l entrée du cimetière Saint-Roch sera porté par la Société Publique Locale qui vient d être mise en place pour assurer la gestion des Pompes Funèbres Intercommunales. Gérard Rognon, adjoint à Arçon, Patrick Genre président de la C.C.G.P. et Daniel Pasquier, maire de Labergement-Sainte-Marie représentent les trois collectivités actionnaires de la Société Publique Locale en charge du centre funéraire. Patrick Genre, le président de la C.C.G.P. (communauté de communes du Grand Pontarlier) est convaincu du bien-fondé d un funérarium sous actionnariat public à l instar des pompes funèbres intercommunales. C est le projet en tête de liste des attentes des communes de la C.C.G.P. Cela n a donc rien d une lubie mais une volonté affichée et espérée d avoir un centre funéraire public. L élu qui présentait Zoom L impact du funérarium privé Même si l activité des pompes funèbres intercommunales a baissé de 20 % depuis l ouverture du funérarium, la structure effectue toujours entre 60 et 65 % des convois sur Pontarlier, sachant que leur nombre varie entre 280 et 300 chaque année sur la ville. n le projet le 4 avril dernier n a pas manqué de rappeler qu en 1997, André Cuinet le maire de Pontarlier lui avait confié à lui alors adjoint aux sports, le soin de faire évoluer le service municipal des Pompes funèbres en une régie à autonomie financière. Ceci dans le cadre de l ouverture du marché funéraire à la concurrence marquant ainsi la fin du monopole public. Changement d échelle en 2013 lors de la mise en place des pompes funèbres intercommunales avec la volonté d élargir le champ d activité publique et de créer un pôle funéraire. Ces projets sont en réflexion depuis neuf ans et on a mis cinq ans pour aboutir. Ce ne fut pas simple. On a pris le temps d étudier, d analyser toutes les variantes notamment au niveau des statuts car le mode de gestion en régie ne permet plus de répondre aux contraintes actuelles du marché du funéraire. On a travaillé avec l Union du Pôle Funéraire Public. On tenait beaucoup à garder une offre publique et ne pas se contenter d une simple évolution réglementaire et juridique. Première action dans ce sens, les Pompes funèbres intercommunales du Grand Pontarlier (P.F.I.) ont adopté une nouvelle identité visuelle avec notamment un changement de logo censé valoriser le caractère institutionnel des P.F.I. et conforter l avenir d une structure dotée d une longue expérience en la matière. Graphiquement, le point sur le i de P.F.I. prend l apparence d un oiseau, symbole fort qui évoque la mort, le deuil mais aussi l envol, le passage, la liberté Restait à trouver une base statutaire qui réponde aux objectifs. La régie est remplacée par une Société Publique Locale (S.P.L.), constituée exclusivement d actionnaires publics avec un actionnaire principal la C.C.G.P. et deux actionnaires publics : les communes d Arçon et de Labergement- Sainte-Marie. La S.P.L. est la solution la plus adaptée pour assurer la pérennité du service public. Il n y a pas de guerre entre le public et le privé. La régie comme la future S.P.L. respectent la concurrence. Pour nous, ce projet de centre funéraire participe d une offre plurielle et cela permet aussi d apporter un certain équilibre entre différentes offres. C est aussi la S.P.L. qui portera l investissement de la nouvelle chambre funéraire. Il y a obligation de neutralité financière et budgétaire de la collectivité publique qui n aura pas le droit d intervenir. Comme toute société de droit privé, la S.P.L. devra équilibrer ses charges par ses recettes. Cette indépendance Il n y a pas de guerre entre le public et le privé. impose aussi de faire des conventions de mises à disposition du personnel de la C.C.G.P. susceptible d intervenir pour les P.F.I. On pense aux porteurs. Ces prestations se feraient au coût du marché. Officialisée depuis le 1 er mai et présidée par Marie-Claude Masson, la S.P.L. occupe toujours les locaux de la rue Jeanne-d Arc en attendant son installation rue Charles-Maire. Plusieurs emplacements du funérarium ont été examinés avant de revenir à l entrée du cimetière, endroit jugé le plus pertinent. Le bâtiment abritera quatre salons, des locaux techniques, une salle des hommages pour les obsèques civiles et des salles de réunion et de préparation. Toutes les religions auront bien sûr droit de citer dans ce funérarium qui comprendra aussi un bureau pour les conseillers funéraires et un espace d exposition et ventes d articles funéraires. Lancement des travaux en septembre et livraison du chantier fin On est sur un financement à 100 % S.P.L. avec un projet à 2 millions d euros précise Patrick Genre. Du côté d Arçon et de Labergement- Sainte-Marie, il s agit avant tout de prolonger un partenariat qui existait déjà sous le précédent statut et qui concernait également une vingtaine de communes. Ce centre funéraire apporte une concurrence utile et une offre intéressante pour les habitants, justifie Daniel Pasquier, le maire de Labergement-Sainte-Marie. n F.C.

7 La Presse Pontissalienne n Mai l Contradiction Distorsion de concurrence? Est-ce judicieux d injecter autant d argent public dans un second funérarium? Sans chercher la polémique, Stéphane Donier-Méroz qui a investi dans la création du funérarium de la rue Claude-Chappe s interroge sur l intérêt d en créer un autre sachant qu il y a aussi des chambres mortuaires à l hôpital et à l E.H.P.A.D. de Doubs. Entretien. L a Presse Pontissalienne : Peut-on rappeler l historique de votre funérarium privé? Stéphane Donier-Méroz : En juin 2012, j ai racheté Prévitali pour fonder Les Pompes funèbres de Pontarlier, marbrerie Donier-Méroz avec le projet de créer le funérarium qui a ouvert en 2013 rue Claude-Chappe. Il est important de rappeler qu il a été financé par une entreprise privée sans aide publique. Cela représente un investissement de euros. L.P.P. : Pour quel niveau d activité? S.D.-M. : Ce funérarium tourne à 35, 40 % de sa capacité. On pourrait faire 400 admissions par an et aujourd hui on fluctue entre 120 et 150. C était conforme aux prévisions car on sait aussi que les personnes décédées à l hôpital ou à l E.H.P.A.D. peuvent être placées dans les chambres mortuaires de ces établissements. Le service est gratuit. Impossible de s aligner. En revanche, les prix de location des salons au funérarium sont dans la moyenne départementale. L.P.P. : Un ordre d idée des tarifs? S.D.-M. : Pour les plus grands salons, il faut compter une location à la demijournée qui varie entre 65 et 70 euros. Il n y a rien d exagéré. L.P.P. : Pourquoi êtes-vous sceptique sur l intérêt d un autre funérarium à Pontarlier? S.D.-M. : Vu mon activité et l existence de ces chambres mortuaires, je ne trouve pas judicieux d injecter des capitaux provenant d une collectivité dans un équipement qui pourrait coûter plus qu il ne Je crains de perdre 30 % d activité. rapporte. Si ce nouveau funérarium fonctionne mal, qui paiera les déficits? L.P.P. : Pourquoi donc vous êtes-vous lancé dans votre projet sachant que tôt ou tard un équipement public serait construit sur Pontarlier? S.D.-M. : S il y avait eu un funérarium avant que je m installe, je n aurais rien fait. Mais ce projet on en parle depuis 15 ans sans que rien ne bouge. Je ne voulais pas attendre éternellement sans rien entreprendre. L.P.P. : Êtes-vous en guerre contre les P.F.I.? S.D.-M. : Non. Elles contribuent pour 10 % à l activité du funérarium. Je suis parfois furieux qu à l hôpital ou à l E.H.P.A.D. on nous oublie alors que les familles d un défunt devraient être informées de l existence de toutes les entreprises de pompes funèbres privées ou publiques. L.P.P. : Vous faites plus de convois que d admissions? S.D.-M. : C est sensiblement pareil. On rayonne à 15 km autour de Pontarlier. L.P.P. : Avez-vous déjà une idée sur les conséquences d un second funérarium à Pontarlier? S.D.-M. : Je crains de perdre 30 % d activité. Aujourd hui, les Pompes Funèbres de Pontarlier emploient huit personnes dont trois à temps plein. Si la concurrence du funérarium public est trop forte, je risque de me séparer d un ou plusieurs collaborateurs. D où la réflexion pour trouver des alternatives Franc du collier, Stéphane Donier-Méroz serait plus intéressé de travailler dans un esprit de coopération plutôt que dans l affrontement. et maintenir l emploi. L.P.P. : Ce projet vous inquiète? S.D.-M. : Je n en dors pas la nuit Au niveau pompes funèbres, ça va car on est à peu près dans les mêmes tarifs. L.P.P. : Vous avez toujours le volet marbrerie pour compenser? S.D.-M. : Aujourd hui, la marbrerie représente 60 % de l activité globale. Avec le développement de la crémation, les choses s annoncent plus difficiles. Les gens n investiront plus dans les monuments funéraires. L.P.P. : Ce nouveau funérarium ne vient donc pas enrichir l offre privée et publique? S.D.-M. : Non, car l offre est déjà là. Entre l hôpital, les E.H.P.A.D. et moi, on arrive à une capacité de 12 places d accueil en funérarium ou chambre mortuaire. À mon avis, c est suffisant. Ce qui ne veut pas dire que je suis contre la concurrence mais là, elle ne s impose pas. L.P.P. : Vous auriez investi dans un crématorium? S.D.-M. : Il faut au moins 500 décès par an pour assurer le fonctionnement d un tel équipement. À Pontarlier, c est trop petit. Il faudrait élargir le territoire. Peut-être qu à Étalans, cela marcherait. n Propos recueillis par F.C. l Pontarlier Pompes funèbres-marbrerie Vial-Guillin Rien d illogique à voir se réaliser une seconde chambre funéraire sur Pontarlier Jean-Noël Heller qui dirige sept agences funéraires du groupe O.G.F. entre le Doubs et le Jura dont les Pompes funèbres-marbrerie Vial-Guillin, ne se sent pas dérangé par la création du funérarium à Pontarlier. Il se montre plus sceptique sur la viabilité d un crématorium. Jean-Noël Heller dirige les Pompes funèbres-marbrerie Vial-Guillin où travaille aussi Chantal Bertin-Mourot, conseillère funéraire. Si comparaison n est pas raison, force est de reconnaître que s il y avait une anomalie pontissalienne, elle résidait surtout dans l absence d une autre chambre funéraire. C est la première chose qui m a surpris en arrivant à Pontarlier, note Jean-Noël Heller qui dirige les agences O.G.F. de Pontarlier, Lons-le-Saunier, Champagnole, Morez, Salinsles-Bains, Saint-Claude et Arbois. On trouve au moins deux, sinon trois chambres funéraires à Lonsle-Saunier ou à Vesoul. Pontarlier était en retard par rapport au reste de la Franche-Comté. Ce second funérarium, ce sera un plus pour les familles qui auront davantage de choix. Avec trois ou quatre salons, ce projet ne me semble pas surdimensionné. Quand on s inscrit dans la création d une chambre funéraire, mieux vaut être prudent en se donnant les moyens de s agrandir par la suite, indique ce professionnel. Cette sérénité s explique aussi car le projet porté par la communauté de communes du Grand Pontarlier impacte peu, a priori, l activité des Pompes funèbresmarbrerie Vial-Guillin. On fait bien quelques dossiers pompes On pose une quarantaine de monuments par an. funèbres mais ici à Pontarlier, la marbrerie et le funéraire représentent 95 % de l activité. C est assez rare. On est plutôt un prestataire des pompes funèbres intercommunales qui font appel à nos services pour tous les travaux de marbrerie. Voilà pourquoi la S.P.L. qui porte ce projet de pôle funéraire public ne suscite pas trop d inquiétude chez le directeur de Vial- Guillin. Tout laisse à penser qu il en soit ainsi car la marbrerie implique des investissements, du recrutement, des compétences assez spécifiques qui ne semblent pas à l ordre du jour de la S.P.L. À la différence des opérateurs locaux indépendants, l agence de Pontarlier s inscrit dans une logique de groupe, celui d O.G.F., leader des services funéraires en France. Il compte agences en France sous les enseignes P.F.G., Roblot, Henri de Borgniol ou des marques locales sous le label Dignité funéraire ce qui est le cas de Vial- Guillin à Pontarlier toujours au nom des anciens propriétaires. On fait partie du secteur O.G.F. Besançon qui réunit 13 agences et exploite les crématoriums de Besançon, Avanne et Lons-le- Saunier. La crémation, Jean-Noël Heller n y croit guère dans le Haut- Doubs encore trop attaché à la tradition des inhumations. Les mentalités ne sont pas prêtes dit-il. Pour autant, l activité marbrerie tend vers le déclin. Il est loin le temps ou l entreprise Vial- Guillin réalisait entre 100 et 120 monuments par an, employant par le fait 5 à 6 marbriers. La crémation a tout remis en cause. Aujourd hui, on pose une quarantaine de monuments par an en faisant appel à des marbriers rattachés à nos agences sur Champagnole ou Besançon. À Pontarlier, on a encore une activité correcte. On sent aussi la différence de pouvoir d achat avec des familles qui ont les moyens d investir, reconnaît le directeur en estimant qu il n est pas nécessaire de développer davantage l activité pompes funèbres de l agence de Pontarlier. n F.C.

8 8 L ÉVÉNEMENT La Presse Pontissalienne n Mai 2017 l Gilley Trois salons Quelles conséquences pour le funérarium du Saugeais? Après la création d un funérarium à Nancray, Jean-Paul Bidal a renouvelé en 2012 l expérience dans le Saugeais en misant sur la proximité et la qualité des services proposés. Le Saugeais comme une bonne partie du Haut- Doubs reste encore très attaché aux traditions. Les enterrements religieux réunissent souvent une foule considérable d amis, de proches venus rendre un dernier hommage au défunt. Ici, on n a pas le droit à l erreur, sourit sans vraiment plaisanter Jean-Paul Bidal bien conscient qu il lui fallait proposer des services funéraires de qualité irréprochable pour espérer gagner la confiance de la population locale. Cet ancien maçon a lancé en 2000 sa société de pompes funèbres marbrerie à Nancray où il a également investi depuis huit ans dans la construction d un funérarium comprenant deux salons de présentation climatisés et une salle d attente. Ce type d équipement est viable sur un bassin de population de habitants au minimum. Ce qui représente une centaine de décès annuels en sachant que toutes les obsèques ne seront pas faites par la même entreprise de pompes funèbres. Le choix de Nancray s explique par l ancrage rural et un relatif éloignement de la cité bisontine où la crémation tend à se développer plus vite. Ce qui signifie moins d activité pour les entreprises de pompes funèbres et marbrerie. Jean-Paul Bidal n avait pas forcément prévu de venir en ouvrir un second en terre saugette. On avait été sollicité par la commune de Gilley pour entretenir L activité est en progression régulière. des vieilles tombes au cimetière. Tout est parti de là. Le maire nous a informés de l absence d un funérarium dans le secteur. Le projet a pris forme. La commune a accepté de nous vendre une parcelle dans la zone d activité. À l époque, on était aussi en pourparlers pour reprendre une autre société de pompes funèbres. L affaire n a pas abouti et on a décidé d y aller seuls, poursuit Jean-Paul Bidal qui a ressorti les anciens outils pour construire pratiquement tout seul le Funérarium du Saugeais. Ouverte en 2012, cette nouvelle chambre funéraire abrite trois salons. Le plus dur restait à venir. Le temps de se faire connaître, le temps aussi que la concurrence s éteigne. La première année, je crois qu on a dû faire seulement trois enterrements, se souvient Jean-Paul Bidal, sans s affoler pour autant. Très pointilleux sur la qualité des prestations, soucieux d assurer une présence permanente au funérarium, l entreprise Bidal marque les esprits. Elle effectue aujourd hui une quarantaine d enterrements par an. Un tiers des défunts sont encore placés à domicile et le reste vient au funérarium. Jean-Paul Bidal emploie un salarié à mitemps et très occasionnellement Jean-Paul Bidal a ouvert le funérarium du Saugeais en des porteurs. Dans le Saugeais, on ne porte pratiquement jamais. Les proches et les familles s en chargent. C est aussi une spécificité du monde rural qu on ne retrouve plus en ville. L activité est en progression régulière. Pour fonctionner, il faut faire entre cinq et six enterrements par mois sur les deux sites. De sa reconversion dans les pompes funèbres, Jean-Paul Bidal n éprouve aucun regret. J aurais dû le faire plus tôt. Cela reste une très belle expérience humaine. Notre force, c est d être proche des familles pour les accompagner dans ces épreuves difficiles. Interrogé sur l intérêt ou pas d ouvrir un nouveau funérarium à Pontarlier, Jean-Paul Bidal estime qu il n y a rien de surprenant à cela. Ce projet était annoncé depuis des années. Impossible de savoir aujourd hui quelle incidence cela pourrait avoir sur le funérarium du Saugeais. n F.C. NAISSANCES 31/03/17 Nathan de Fabien MEDIGUE, ferblantier et de Delphine BESANCON- MATHIL, horlogère. 31/03/17 Léon de Baptiste MARTHEY, galvanoplaste et de Pauline CLERC, esthéticienne à domicile. 01/04/17 Yasmine de Brahim SABRI, manipulateur radio et de Fatiha BENA- CHOUR, sans profession. 01/04/17 Sacha de Anthony AUTHIER, professeur d histoire-géographie et de Julie CHENET, professeur d arts plastiques. 01/04/17 Adélaïde de Christian MAILLOT, agriculteur et de Julie FAYNOT, commerciale. 01/04/17 Hugo de Régis FRANCHE- QUIN, sapeur-pompier professionnel et de Aurélie LAMY, technicienne syndicat de traitement des déchets. 02/04/17 Eléna de Patrice LECOINTE, boucher et de Nathalie ROLLIN, soigneur d équidé. 02/04/17 Alizée de Jean-François PACHON, ouvrier en scierie et de Harmony BOUVIER, enseignante. 02/04/17 Ulysse de Grégory DAME, assistant logistique et de Maïlys GUYOT, professeur des écoles. 02/04/17 Léandre de Clément CHAU- VIN, couvreur-zingueur et de Océane TOURNIER, infirmière. 04/04/17 Agathe de Stéphane CERF, cuisinier et de Marlène BRESSAND, assistante maternelle. 03/04/17 Aaron de Nicolas RICHARD, fromager et de Marie D HAESE, sans profession. 04/04/17 Lila de Jonathan DARVAS, réceptionniste et de Nadia SLIMANI, sans profession. 04/04/17 Jonas de Vincent BROCARD, agent bancaire et de Karine MILLE, assistante socio-éducative. 06/04/17 Thylan de Tony MARTELIN, cariste et de Alexia GRANDJEAN, employée chargée d affaires réglementaires. État civil d avril /04/17 Hugo de Philippe MONNIN, charpentier et de Véronique RODRIGUEZ, employée de restauration. 05/04/17 Ivy de Mickaël DECARRIE- RE, carreleur et de Mélinda COIGNARD, aide médico-psychologique en foyer psychiatrique. 05/04/17 Léa de Franck VIEILLE, chauffeur et de Sandra RANDIN, droguiste. 07/04/17 Isaac de Damien RIBEIRO, maçon et de Liliane DE SA, vendeuse. 07/04/17 Nolhan de Eric LEUVREY, programmeur et de Patricia ROUSSEL-DELIF, assistante maternelle. 04/04/17 Iris de Hélder DE SOUSA CAM- POS, assistant comptable et de Pauline GÉRARDOT, assistante de gestion. 07/04/17 Mayumi de Aurélien VALNET, animateur socio-culturel et de Charmaine YLDESO, sans profession. 08/04/17 Baptiste de Bertrand HÉLÉ- TA, pharmacien et de Fannie ROBBE, pharmacienne. 09/04/17 Maxence de Romain CLERC, agriculteur et de Aurélie MOUGET, employée commerciale. 09/04/17 Soline de Jonathan ESCA- RAVAGE, webmaster et de Gaëla PINEAU, responsable d un groupe de scientifiques. 09/04/17 Gabin de Romain SIMONET, électricien et de Sophie MICHARD, employée de bureau. 12/04/17 Ayden de Dylan BRUTILLOT, magasinier et de Sonia VIEILLE, responsable bijouterie. 11/04/17 Noham de Stéphane CHA- BRIER, électricien et de Nadia ALIME, saisonnière. 12/04/17 Inaya de Olivier GINCOURT, opérateur de production et de Assina DEBILI, sans profession. 12/04/17 Bastian de Michaël BARNA- BE, cuisinier et de Anna KEDZIERSKA, sans profession. 13/04/17 Lise de Grégory BIROST, technicien qualité et de Claire MACLIN, responsable développement. 13/04/17 Zoélie de Anthony ROTA, conducteur d engins. 13/04/17 Rayan de Ismaël DAHALANI, automaticien et de Nadia MORTET, préparatrice de commandes. 13/04/17 Iris de Jean-Marc MAZZO- LENI, commercial et de Pauline MAMET, restauratrice. 13/04/17 Lucas de Anthony LARCHER, cuisinier et de Virginie BORJON, agent de maîtrise. 14/04/17 Lucien de Arnaud DURAND, entraîneur de ski et de Laura MAIRE, pharmacienne en industrie. 15/04/17 Aldisa de Almir KARALIC, employé saisonnier et de Sevala MEHO- NIC, employée commerciale. 16/04/17 Elise de Estéban BÉPOIX, monteur appareilleur et de Fanny CLERC, aide soignante. 16/04/17 Mélyne de Audrey LECOM- TE, aide à domicile. 17/04/17 Lhoé de Maxime MAÏA, horloger et de Jenna HENNEVILLE, sans profession. 17/04/17 Louisette de Romain MAT- THEY, menuisier et de Florie CHAPATTE, esthéticienne. 17/04/17 Chloé de Alexandre GORCE, sans profession et de Emeline FERREUX, aide médico-psychologique. 17/04/17 Alessio de Nicolas FRANCIO- LI, ouvrier polyvalent dans l assainissement et de Fanny GRILLOT, coiffeuse. 17/04/17 Emris de Joris MAUVAIS, agriculteur et de Anne-Laure BURNEQUEZ, contrôleuse horlogère. 18/04/17 Gabriel de Benoit TOURNIER, agriculteur et de Céline DORNIER, salariée polyvalente. 19/04/17 Julian de Eldere PINTO, électricien et de Jessica LEETZ, coiffeuse. 19/04/17 Chloé de Yannick MAILLANT, gendarme et de Elodie CARAPET, sans profession. 19/04/17 Robin de Renato VANOTTI, opérateur et de Lucie COTE-COLISSON, assistante dentaire. 19/04/17 Charlotte de Sébastien ROBAR- DET, responsable maintenance et de Julie MOREL, spécialiste assurance qualité. 19/04/17 Assya et Hajar de Morade ANBAR, ouvrier et de Laura MICHELIN, horlogère. 19/04/17 Tim de Alexis GOUMY, artisan commerçant et de Mylène DROZ- BARTHOLET, pédicure podologue. 20/04/17 Alan de Vincent GAILLOT, mécanicien et de Ana Isabel OSUNA JAL- DO, aide soignante. 21/04/17 Mattéo de Florian HOUSER, chauffeur super lourd et de Jessy ROGNON, agent des services hospitaliers. 21/04/17 Pauline de Julien DEVILARD, chef d entreprise et de Christelle FRAYS- SE, responsable de laboratoire. 22/04/17 Ilan de Florian AGONI, régleur et de Céline UNY, infirmière. 22/04/17 Esmée de Mathieu BOTER- DAEL, agent réseau d eau et de Aurélie NYS, aide-soignante. 22/04/17 Jade de Raffael WYSSLING, mécanicien et de Emilie RENAUD, coiffeuse. 23/04/17 Paul de Loïc GELIFIER, chauffeur routier et de Emilie CHARLES, animatrice de petite enfance. 23/04/17 Lyvia de Mickaël GIULIANI, routier et de Gaëlle CHIGNIER, guichetière. 23/04/17 Clara de Yann BECKER, employé de logistique et de Angéline BORGES, employée de bureau. 24/04/17 Jeanne de Xavier MARCHAND, responsable atelier et de Aurélie VIENOT, vendeuse indépendante. 26/04/17 Bastien de Florent MONNIER, entrepreneur en travaux forestiers et de Annabelle LONCHAMPT, aide-soignante. 26/04/17 Océanne de Vincent PERNY, fromager et de Coralie BARNAY, secrétaire de mairie. 26/04/17 Tanahé de Aurélien CLERC, ouvrier qualifié et de Emilie QUINTRE, assistante conseillère de banque. 27/04/17 Luce de Julien REMONNAY, dépanneur itinérant et de Elise MILLES- SE, formatrice aux métiers de l animation. 27/04/17 Damien de Florian CHOQUET, poseur installaeur de portes et de Marlène PRUDHON, décoratrice en horlogerie. 27/04/17 Titouan de Nicolas BONNET, éducateur sportif et de Charline LOU- VRIER, infirmière. 27/04/17 Theïdèn HONORE de Jakira HONORE, militaire. 27/04/17 Mathys de Mickaël HENRY, commercial intermarché et de Déborah JACQUOT, sans profession. mariages 29/04/17 Philippe COURLET, directeur d école et Nathalie VUILLERME, professeur des écoles. 29/04/17 Loïc COSTERG, technicien forestier et Fanny OEUVRARD, technicien logistique. 29/04/17 Pierre MILON, chef de projets et Lucile COURLET, responsable juridique. décès 02/04/17 Emile FOHANNO, 94 ans, retraité, domicilié à Pontarlier (Doubs), veuf de Jeanine DONAZZOLO. 03/04/17 Paul FAIVRE-PIERRET, 90 ans, retraité, domicilié à Pontarlier (Doubs), époux de Maria FAIVRE. 04/04/17 Francine VAUTRELLE, 69 ans, retraitée, domiciliée à Morangis (Marne), épouse de Gérard VAUTRELLE. 07/04/17 Suzanne FAUDOT, 87 ans, retraitée, domiciliée à Pontarlier (Doubs), veuve de Maurice PECCLET. 10/04/17 Alfred MELLY, 76 ans, retraité, domicilié à Cuvier (Jura), époux de Monique DARÉ. 10/04/17 Gabrielle SCALABRINO, 82 ans, retraitée, domiciliée à Plénise (Jura), veuve de Louis CARREZ. 10/04/17 Jean ROCHE, 83 ans, retraité, domicilié à Ville du Pont (Doubs), époux de Nicole BILLOT. 11/04/17 Denise PAULIN, 87 ans, retraitée, domiciliée à Boujailles (Doubs), veuve de Pierre PAULIN. 11/04/17 Lucia PLEWA, 87 ans, retraitée, domiciliée à Pontarlier (Doubs), veuve de Jacques CRÉPIAT. 12/04/17 Marcel BAUD, 86 ans, retraité, domicilié à Evillers (Doubs), époux de Fernande BAUD. 12/04/17 Aline BOILLOT, 93 ans, retraitée, domiciliée à Gilley (Doubs), veuve de René MARGUET. 13/04/17 Geneviève GRESSET, 83 ans, retraitée, domiciliée à Reugney (Doubs), veuve de Louis RONOT. 14/04/17 Claude AYMONIER, 76 ans, retraité, domicilié à Les Fourgs (Doubs), célibataire. 18/04/17 Rolande VUILLEMIN, 91 ans, retraitée, domiciliée à Pontarlier (Doubs), épouse de Olivier LECLERC. 18/04/17 Jacques LACROUTE, 75 ans, retraité, domicilié à Pontarlier (Doubs). 19/04/17 Bernard CURLIER, 59 ans, sans profession, domicilié à Pontarlier (Doubs), célibataire. 23/04/17 Gilbert BERTONCINI, 91 ans, retraité, domicilié à Jougne (Doubs), époux de Bernadette BESSON. 22/04/17 Roger VOISIN, 95 ans, retraité, domicilié à Amancey (Doubs), époux de Marie PONE. 22/04/17 Camille GUYON, 85 ans, retraité, domicilié à Dommartin (Doubs), époux de Simone CLERC. 23/04/17 Serge PARRIAUX, 71 ans, retraité, domicilié à Gillois (Jura) veuf de Jeanne SIMON. 26/04/17 Madeleine DAVID, 91 ans, retraitée, domiciliée à La Rivière-Drugeon (Doubs), Veuve de Marius MARCHAND. 25/04/17 Simone DUSSOUILLEZ, 92 ans, retraitée, domiciliée à Censeau (Jura), veuve de Albert BURLET. 26/04/17 Jackie BENKHEBBAB, 84 ans, retraitée, domiciliée à Pontarlier (Doubs), épouse de Jacques PICARD. 27/04/17 Marcelle ANDREZ, 91 ans, retraitée, domiciliée à Aubonne (Doubs), veuve de Marcel MOREL

9 PONTARLIER COMMERCE Les Cycles Racle deviennent Cycl odoubs Nouveaux tours de roue pour Clément et Christopher Fondés il y a 30 ans, les Cycles Racle situés zone des Grands-Planchants sont repris par Clément Dornier et Christopher Becaert, deux cyclistes pontissaliens. Un vent nouveau. Sur les courses cyclistes régionales, Clément était du genre à prendre la tête du peloton sous le maillot du vélo-club de Morteau-Montbenoît. Le voilà, avec son ami et associé Christopher, à la tête de Cycl o Doubs, une entreprise de cycles qui s installe en lieu et place de l enseigne Cycles Racle. Ce défi, sans doute plus difficile à gravir qu un col hors catégorie, les deux garçons - qui se sont retrouvés au rayon cycles de Décathlon -, sont prêts à le relever. Ils ont ouvert le 1 er avril et enfilé leur nouvelle tenue : celle de vendeur, celle de mécanicien. Et franchement, ça leur va comme un gant. Il y a peut-être la pression de réaliser du chiffre, mais au-delà, c est un vrai plaisir témoigne Clément Dornier, l ancien coursier, qui a caressé l espoir de devenir professionnel. Les circonstances ont fait qu aucune équipe pro ne l a engagé après quatre années passées à haut niveau. Pas de quoi nourrir de l amertume chez ce garçon dont la bonne humeur a toujours transpiré dans le peloton. À lui de transmettre sa passion pour le vélo aux clients qui franchiront la porte du magasin situé zone des Grands-Planchants. À un certain âge (il a 26 ans), il fallait se faire une Denis Racle les accompagne au début. raison : je ne pouvais plus devenir professionnel. Au fond de moi, j avais cette envie d avoir mon propre magasin explique-t-il. Tout est allé très vite. Alors qu il était salarié au magasin Décathlon rayon cycles où il a appris le métier, il évoque la possibilité de reprendre un magasin de vélo à son collègue Christopher, ex-cycliste reconverti dans le triathlon. Ils Clément Dornier (26 ans) et Christopher Becaert (25 ans) reprennent le magasin Cycles Racle zone des Grands-Planchants. Il devient Cycl o Doubs. rencontrent Denis Racle, propriétaire du fonds de commerce et des murs de l enseigne du même nom, contact facilité grâce à l amitié noué entre Denis et le papa de Clément. C était une opportunité, je l ai saisie. Je suis content de pouvoir transmettre et permettre à ma clientèle de bénéficier d une continuité fait remarquer l ancien gérant qui accompagne les deux garçons durant 6 mois. Je vais les aider pour être performants explique l ancien gérant, proche de la retraite. Clément et Christopher ont déjà apporté leur touche de modernité, leurs habitudes également. Ils poursuivent avec la marque Lapierre, développent les V.T.T. électriques, en vogue. Ils projettent de créer un espace pour les études posturales. Pour ses anciens passés et formés dans un grand groupe, la vie d indépendant débute. On ne cible pas les mêmes clients que Décathlon remarque Christopher. Ouvert du mardi au samedi, le magasin tenu par les deux Pontissaliens est en selle. n E.Ch. La Presse Pontissalienne n Mai 2017 EN BREF Danse Stage de danses d Italie du sud samedi 20 mai à partir de 14 h 30 à la M.J.C. des Capucins à Pontarlier. Approche de deux danses traditionnelles : la pizzica-pizzica qui nous vient du Salento (sud des Pouilles) et la tammurriata, de la région napolitaine, accompagnées principalement par les tambours (tamburello) et le chant. Puis un bal folk en soirée à 20 h 30 avec trois groupes dans la salle polyvalente des Capucins. Infos et réservations au Jubilaires Les couples résidant à Pontarlier et célébrant cette année leur 45, 50, 55, 60 ou 65 ème anniversaire de mariage sont invités par la Ville de Pontarlier à une réception le samedi 1er juillet à 16 heures au Théâtre Bernard Blier, salle Toussaint Louverture. Les personnes intéressées sont priées de bien vouloir se présenter avant le vendredi 16 juin au Pôle Citoyenneté de la mairie, munies de leur livret de famille. Renseignements en mairie. 9 MAISON FAMILIALE RUR ALE PONTARLI IER www w..mfr-pontarlier.com MAISON FAMILIALE RURALE «LES DEUX VALS» LES FINS www w..mfrlesfins.fr MAISON FAMILIALE RURALE MORRE www w..mfr-morreformation. com - 4 ème et 3 ème / DIMA Découverte des métiers - Définitionn du pr - CAP Service à la personne et Vente en Milieu Rural - CAP Petite Enfance - Bac pro Accueil Relations Clients - Bac pro Commercee - Bac pro Gestion des Milieux Naturels et de la Faune - Bac pro Technicien Conseil Vente en Alimentation - BTS Tourisme - BTS Management des Unités Commerciales CONTA ACTEZ-NOUS! ojet professionnel! RENDEZ-VOUS TOUS LES JOURS POSSIBLE PROFESSIONNALISEE Z-VOUS Métiers du commerce, tourisme, Services à la personne, Petite Enfance, Animation, Métiers du Paysagisme, de la Nature et de l environnement. - CAP Petite Enfance - CAPA Jardinier - Paysagiste - Titre pro Employé Commercial en Magasin - Titre pro Assistant(e) de Vie aux Familles - Titre pro Employé(e) Familial(e) et Assistant(e) de Vie Dépendance - Titre pro Vendeur Conseil en Magasin - Titre pro Agent d Accueil Touristique - Titre pro Animateur en Gérontologie MFR DE MORRE 11 rue des Planches Morre MFR LES 2 VALS 1, Sous les Sangles LES FINS MFR DE PONTARLIER 20 des Granges PONTARLIER

10 10 PONTARLIER La Presse Pontissalienne n Mai 2017 VOIRIE Déménagement Les ateliers municipaux sur le départ Commencé depuis plusieurs mois, le transfert des services techniques dans le bâtiment de la C.C.G.P. arrive bientôt à terme, marquant la fin d une histoire commencée en Reportage. ateliers municipaux puis centre technique municipal D abord ou C.T.M. et aujourd hui direction des moyens opérationnels. Si les dénominations changent pour désigner les services techniques, les missions restent sensiblement identiques et s exercent de plus en plus à l échelle intercommunale. Elles consistent à entretenir la voirie, les espaces verts, les réseaux d adduction d eau, d assainissement, l éclairage public. Ici, Le chauffage central arrive vers on stocke tout le parc matériel de la ville : véhicules, chasseneige, camions-poubelles, barrières, chalets, Vitabris utilisés sur les manifestations. Sans oublier les drapeaux pour les fêtes nationales C est une page d histoire qui se tourne, estime Gaston-Droz Vincent, l adjoint rattaché au C.T.M. où travaillent une On trouvait au magasin de quoi réparer toutes sortes de fuites. quarantaine d agents. Lesquels quittent progressivement le site de la rue du Capitaine Bulle au fur et à mesure du déménagement à la C.C.G.P. Les ateliers municipaux ont été construits en 1940 où se trouvait initialement la forge du constructeur automobile Donnet-Zedel. Auparavant, le matériel était entreposé à divers endroits : halle aux grains, théâtre municipal, casernes Marguet Les travaux de 1940 ont permis de centraliser tous les services : eau, voirie, bâtiment au même endroit. Première extension en 1947 avec la construction des garages et l aménagement des ateliers peinture et maçonnerie. Le chauffage central arrive vers 1950 en même temps que l atelier des pompes funèbres. D autres travaux suivront notamment en 1986 avec la construction de nouveaux locaux techniques. Il reste encore sur place la menuiserie, la mécanique, le service des eaux et les électriciens. Tout ce petit monde partira d ici l automne. Il sera alors temps d engager la démolition des ateliers municipaux qui s inscrivent dans l opération de requalification urbaine de l îlot Saint-Pierre. n La propreté des rues Entre 1850 et 1881, la Ville faisait entretenir ses rues par des ouvriers qu elle payait à la tâche. Leur matériel était prêté par la commune. Inventaire des ustensiles : l sept brouettes dites de cantonnier l deux pelles en fer emmanchées l trois râbles en fer l une pioche l un balai-brosse Le centre technique municipal emploie une quarantaine d agents. La gestion de la voirie, c est aussi quelques panneaux de signalisation routière. SOCIOCULTUREL Anniversaire et longévité Le collectif Parloncap a fêté ses 20 ans Cet événement a été l occasion d organiser une exposition photos aux Annonciades de Pontarlier et de faire le point sur l évolution de ce dispositif novateur au fil des années, de 1996 à Parloncap, c est Par comme Pareuses, Lon comme Longs Traits et Cap comme Capucins. C est en effet le regroupement de quatre structures pontissaliennes : les Pareuses, les Longs Traits, les Capucins et Berlioz (Berlioz faisant partie des Capucins). Dans le titre, tout est dit : Parlons implique l échange et cap le fait de regarder dans la même direction. Dans ses actions sportives et culturelles, Parloncap tient à mettre en avant la mixité et le fair-play. Le fairplay ne doit pas se retrouver qu aux tournois, mais aussi dans la vie de tous les jours, dans le quartier, à l école. C est leur deuxième maison, illustre Marie- Pierre Curien, responsable du centre social Berlioz. Nous mettons en avant le vivre ensemble, des enfants d origines socioculturelles différentes qui ne se seraient jamais rencontrés autrement. Le collectif est né de la rencontre de trois animateurs il y a donc plus de vingt ans, et propose des animations pour les enfants et adolescents de 4 à 17 ans. L aspect valorisant du collectif, c est qu une seule structure ne pourrait pas réaliser ça. Le collectif apporte plus de moyens humains, financiers et matériels. Sa force, c est qu il y a toujours un noyau fort qui est resté explique Nicolas Roche, directeur de la maison de quartier des Pareuses. Par exemple, à Noël, les petits spectacles de chaque structure sont mutualisés pour en faire un seul et grand. Les actions développées par le dispositif Parloncap sont impressionnantes : la semaine à thème a rassemblé en 20 ans plus de enfants. Ils entrent dans un univers magique, raconte La revendication des quartiers était assez forte. Marie-Pierre. L année dernière, nous avons transformé un gymnase en fête foraine. Les tournois interquartiers ont attiré, eux, jeunes. Le projet culturel dans la peau d un artiste permet aux adolescents de s ouvrir à l art. Le week-end nature (anciennement week-end raid) développe le partage, et Passeurs d image met en lumière le cinéma avec des séances en plein air gratuites (totalisant spectateurs), des places de cinéma à 3 euros, et la réalisation d un court-métrage. Parloncap est aujourd hui un collectif serein, mais il n en a pas toujours été ainsi. Avant, ça se battait. La revendication des quartiers était assez forte, se souvient Nicolas. Les jeunes ont maintenant plaisir à se retrouver. L accent est mis sur l assiduité et la vigilance. C est un engagement, souligne Marie-Pierre. Les tensions et les rivalités inter-quartiers ont bel et bien disparu, laissant place à de prometteuses perspectives. D abord, la passation de témoin : Si on veut que le collectif dure, il faut que les équipes d animation s approprient le projet, constate Nicolas. Ensuite, le projet d élargir le public anime les équipes : Faire ce que l on fait avec les enfants avec les familles, annonce Marie-Pierre. Enfin, des partenariats sont envisagés. On est sollicité tous les jours. Mais ce n est pas un collectif de papier. On a toujours été Le collectif devant son exposition photo lors de l anniver- -saire. honnête, développe Nicolas. Ainsi, Parloncap, structure unique sur le département, qui perdure, est souvent cité en exemple, et bénéficie du soutien de la ville de Pontarlier qui met des moyens à disposition, et de la C.A.F. du Doubs qui salue un bel outil, une force pour nos structures. n M.T. Contact : Maison de quartier des Pareuses au

11 PONTARLIER SPORT Rugby et foot vont-ils franchir la marche? Les deux C.A.P. jouent avec nos nerfs Le rugby est à deux matches de l accession en Fédérale 2, le foot proche du C.F.A. La marche n a pourtant jamais été aussi haute. La fin de saison s annonce palpitante. Former, c est la marque de fabrique Made in Pontarlier. Au foot, comme au rugby, on se plaît à rappeler ce principe qui montre parfois ses limites. C est le cas pour le C.A.P. foot. Comme l an dernier, les hommes de Jean-Luc Courtet ont caracolé en tête du championnat avant de s essouffler au printemps. La fatigue. À deux journées du clap de fin, le troisième club en nombre de licenciés de la région peut toujours espérer monter en C.F.A. à condition de battre Gueugnon samedi 13 mai au stade Paul-Robbe (18 heures). Au club, on n a pas envie de mourir si près du but mais mes joueurs sont fatigués et n ont pas le rendu du début de saison commente l entraîneur, lucide. L an dernier, Pontarlier avait vu la montée lui filer sous le nez. Le foot doit-il changer de philosophie, lui qui fait confiance à des joueurs du cru (sur 16 convoqués à Selongey samedi 29 avril, 11 étaient formés au club, 7 ont commencé le match)? Je ne crois pas que ce soit dans la mentalité du club et du Haut-doubs que de chercher des joueurs venus d ailleurs et de leur proposer des contrats fédéraux, répond le technicien pontissalien. C est le risque de tout club amateur mais nous avons la satisfaction par Un mois de mai couperet pour le rugby et le foot. exemple de voir le jeune Virgile Piechocki effectuer son premier match professionnel, c était avec Reims face à Niort vendredi 28 avril en Ligue 2. Pour le rugby, l objectif affiché est la montée. Plus qu un projet sportif, c est un projet voulu par le club qui se structure en conséquence avec la création d un bâtiment pour assurer le suivi physique de tous les joueurs. L ovalie pontissalienne a son destin entre les mains après sa victoire en play-off contre Saint-Claude. Les hommes d Alexandre Farina joueront un match aller et retour contre l U.S. Bellegarde. Le premier match se déroule dimanche 8 mai, à la maison. À l issue du dernier match, une addition des points sera réalisée. Le club du président Jean-Louis Gagelin pourra une nouvelle fois compter sur son public - ils étaient à Paul-Robbe - pour Le C.A. Pontarlier rugby doit transformer l essai en Fédérale 2 et s y maintenir durablement. porter son équipe vers la Fédérale 2, échelon que le club a déjà côtoyé. La montée est un objectif, pas une obsession. Elle ne serait pas imméritée au vu de nos résultats et de l organisation de notre club, du nombre de bénévoles. L heure est venue de s installer en Fédérale 2! commente Jean-Louis Gagelin. Encore une fois, le sport pontissalien prouve sa force en matière d encadrement et de formation en trustant le haut de classement. Mais attention à ce que nos deux clubs ne soient cantonnés à rester un réservoir à pépites pour grands clubs. n La Presse Pontissalienne n Mai 2017 EN BREF 11 Vide-greniers Vide-greniers à Sainte- Colombe le dimanche 7 mai, organisé par l association Les 4 saisons, sur la place du village. Renseignements au Clowneries D.C.A. Spectacles présente : Clowneries et autres pitreries, les vendredi 5, samedi 6 mai à 20 h 45 et le dimanche 7 mai à 18 heures au Théâtre du Lavoir Pontarlier. Avec 17 clowns sur scène. Tout public dès 6 ans. Entrée tarif plein : 11 euros, tarif réduit adhérent M.J.C. et chômeur, et moins de 16 ans : 7 euros. Et le spectacle Dehors les clowns, lundi le 8 mai à 18 heures, toujours au Théâtre du Lavoir à Pontarlier. Avec Trottinette et Bigoudi. Tout public dès 3 ans (8 euros, 7 euros tarif réduit). Brioches L A.D.A.P.E.I. du Doubs a dressé le bilan de la dernière opération brioches ,36 euros ont été récoltés dans les 534 communes du Doubs engagées, grâce à bénévoles brioches ont été écoulées. Garantie constructeur 24 mois* - Véhicules de -60 mois et km points de contrôle A4 AMBIENTE PLUS 2.0 TDI km, 08/13 Régulateur, GPS, Radar de recul, Xenons, Tél A3 BERLINE AMBIENTE 2.0 TDI km, 07/14 Sellerie cuir/tissu, Radar de recul, Tél A3 SPORTBACK AMBIENTE TFSI km, 03/14, Sellerie cuir/tissu, Xenon, Radar de recul, Tél S1 SPORTBACK 2.0 TFSI 231 QUATTRO km, 04/16, Sellerie cuir, GPS, Radar de recul, Xenons, Tél Q3 S LINE 2.0 TDI 184 CH S TRO QUATTRO km, 05/15, Sellerie cuir/tissu, Xenon, Radar de recul, Tél A4 ALLROAD A. LUXE TDI 177 QUATT S TRO km, 04/15, Sellerie cuir, GPS, Radar de recul, Xenons, Tél * Exclus : pneumatiques, jantes, enjoliveurs, élément de carrosserie (y compris la capote en toile), sièges, moquettes, tissus de sellerie, garnitures intérieures, lubrifiants et fluides divers remplacés à l occasion de toute intervention. Plus de 100 véhicules d occasion immédiatement disponibles chez votre partenaire Audi.fr, rubrique Occasions ESPACE 3000 PONTARLIER 25 Rue de la Liberation - Tél

12 12 PONTARLIER La Presse Pontissalienne n Mai 2017 INVESTISSEMENT Lancement des travaux de la halle couverte Un nouvel équipement urbain au cœur de la ville C est un projet d envergure qui débute place de Lattre de Tassigny à Pontarlier, plus connue sous le nom de Petit Cours. Le Petit Cours change déjà de visage. Cette place est bien connue des Pontissaliens qui ont pris l habitude de s y garer gratuitement et sans disque de stationnement. Idéalement située à proximité du centre-ville, elle dessert également le Grand Cours et est l endroit idéal pour se rendre aux marchés des jeudis et samedis matins. Mais ces fonctionnalités de parking céderont bientôt leur place à un tout nouvel équipement urbain : une halle couverte polyvalente. Il s agit d un investissement majeur, clairement inscrit dans le cadre d une stratégie globale de dynamisation du cœur de ville initiée par la commune elle-même. Cette infrastructure accueillera notamment des marchés hivernaux hebdomadaires (un atout qui sera très apprécié des maraîchers et des clients lorsque soufflera la bise glacée) et des manifestations socio-culturelles. Commerçants non sédentaires, associations et chalands pourront organiser des manifestations dans un espace abrité et doté du confort nécessaire, à savoir des sanitaires et un local technique. La Wifi sera également mise à disposition. Hors occupation, les automobilistes pourront se garer sur l une des 76 places de parking gratuites et couvertes. Le bois a été choisi comme matériau principal pour la construction de l édifice. Les éléments de charpente seront donc fabriqués par des entreprises locales qui travailleront les résineux issus de nos propres forêts, en étroite collaboration avec l équipe de maîtrise d œuvre et l Office National des Forêts. L exploitation forestière a démarré en mars dernier. Ils ont déjà débuté avec l enfouissement des réseaux aériens desservant le quartier et le déplacement d un transformateur présent sur la place. Le terrassement et la maçonnerie s étaleront jusqu à la fin du mois, tandis que les charpentes, bardages et autres couvertures seront effectués jusqu en juillet. Au cœur de l été, le second œuvre sera réalisé, la livraison UniCentre, le plus court chemin pour trouver le Bonheur - prévisionnelle est estimée à fin août selon la Ville. En décembre, la halle devrait accueillir son tout premier marché. Beaucoup de personnes voient l arrivée de cette halle couverte comme une belle initiative. Ils pensent déjà à faire leur marché au sec et à toutes ces manifestations qui seront maintenues en dépit de conditions météorologiques défavorables, ce qui n est pas le cas aujourd hui. Mais au quotidien, c est une autre histoire. Les habitants du quartier ne savent déjà plus où se garer, déplorent en chœur Stéphanie, Céline et Lydie, exaspérées par le manque de places mais aussi par les nombreuses amendes qu elles doivent régulièrement payer. Ce n est pas l'arrivée de la halle qui va arranger les choses. Sabrina se veut plus philosophe : J ai toujours trouvé de la place en ayant habité dans le secteur : place Cretin, les places devant C.P.C., vers l orthodontiste, devant chez Germain, parking Moulin Parnet Je n ai jamais eu aucun souci de stationnement. Et je trouve très bonne l idée de ce bâtiment. De tels travaux nécessitent quelques aménagements de voiries. Pour connaître les perturbations éventuelles de circulation et de stationnement, rendez-vous sur le site n M.R. RUGBY Le C.A.P. Rugby est né en 1927, et fêtera donc ses 90 ans cette année. De nombreuses décennies qui ont vu le club s étendre et s étoffer jusqu à accueillir aujourd hui près de 500 licenciés. Dès l âge de 7 ans, les amateurs du ballon ovale foulent les pelouses du stade pontissalien, sous la houlette d une vingtaine d éducateurs et d'une dizaine d'entraîneurs, tous bénévoles. Le nombre grandissant de licenciés a rapidement rendu la salle du club house, mise à la disposition du club par la mairie, trop exiguë. La seule salariée de l association, Audrey Forestier, doit travailler dans des bureaux situés dans les combles du bâtiment, dans des conditions précaires. Il était temps de prendre le Un investissement pour l avenir Bientôt un nouveau bâtiment pour le C.A.P. Rugby Cela fait maintenant deux ans que Jean-Louis Gagelin, le président du C.A.P. Rugby, y pense. Le premier coup de pelle sera donné fin mai. Le plan du futur bâtiment. taureau par les cornes, souligne Jean-Louis Gagelin. La municipalité n avait pas de projet d investissement, ni de locaux adaptés à mettre à notre disposition. Il était donc devenu indispensable que nous en prenions la charge. Pour ce faire, une nouvelle association voit le jour : Rugby Pontarlier Développement. Exclusivement dédiée à la construction du bâtiment, de la validation des plans au financement, elle est elle aussi présidée par Jean-Louis Gagelin, initiateur du projet de construction. Cela permet de dissocier plus facilement les affaires sportives des affaires financières, précise le président. Cela facilite grandement les démarches. Le bâtiment, qui longera le stade, a été dessiné par l architecte Sylvain Rognon et sera réalisé par la société De Giorgi. Étalé sur 450 m2, réparti sur deux niveaux, il comportera une salle de réunion équipée de matériel vidéo afin d analyser les matches et organiser des réunions à l intention des joueurs. L école de rugby pourra également y projeter des vidéos à visée pédagogique. Deux salles seront équipées de matériel sportif afin que les joueurs puissent facilement s entraîner et entretenir leur physique. Enfin, des bureaux fonctionnels accueilleront Audrey, l assistante administrative du club. Tous attendent la fin d année avec impatience, date prévue de la mise en service des locaux. La présidence s achève sur les chapeaux de roues pour Jean-Louis Gagelin qui passe le flambeau du C.A.P. Rugby à David Ligier, le mois prochain. Je tenais à ce projet car c est un réel investissement pour l avenir de ce club. Je conserve cependant la présidence du Rugby Pontarlier Développement afin de gérer la fin des travaux mais assurer toutes les tâches liées à l entretien du bâtiment. Ce projet s inscrit donc dans la lancée du club et démontre que le rugby fera toujours battre le cœur des Haut-Doubistes. n M.R.

13 PONTARLIER La Presse Pontissalienne n Mai ÉCONOMIE Cet élan de générosité n a rien d un coup de communication car Nestlé mène depuis depuis longtemps une politique de ressources humaines très ouverte sur le personnel handicapé. Cet engagement se décline en deux priorités avec la volonté du maintien à l emploi et au niveau du recrutement. On lutte contre toute forme d inégalité et de discrimination à l égard des personnes en situation de handicap, explique Philippe Solidarité Nesquik au service du handicap L entreprise Nestlé Pontarlier a pris prétexte de l optimisation d une ligne de production organisée sous la forme d un concours d anomalies tarifées dont les bénéfices ont été versés à Apach Évasion. Le personnel mobilisé dans ce challenge T.A.G.S. était présent lors de la remise du chèque de euros à Apach Évasion. Larroque, le directeur du site de Pontarlier. En France, tout employeur occupant au moins 20 salariés est tenu d employer à plein temps ou à temps partiel des travailleurs handicapés dans une proportion de 6 % de l effectif total de l entreprise. Ceux qui ne remplissent pas ou que partiellement cette obligation doivent s acquitter d une contribution au fonds pour l insertion professionnelle des personnes handicapées. De ce côté-là, Nestlé Pontarlier fait des économies car le fabricant de Nesquik est largement au-delà du seuil des 6 % que ce soit sur ces contrats intérimaires, en C.D.D. ou en C.D.I. Quand des difficultés se posent sur des postes de travail, on sollicite des sociétés spécialisées qui nous proposent des solutions techniques avec du matériel adapté, poursuit le directeur. Comme toute entreprise soucieuse de gagner en rentabilité, Nestlé suit la méthode Total Performance Management pour mesurer son efficacité sur le plan de la lutte contre le gaspillage. On a programmé un nettoyage initial de la ligne Grand Format où sont produites les boîtes de Nesquik pesant de 600 g à 1,3 kg. Pour cette opération qui s est déroulée les 20 et 21 mars derniers, 70 personnes étaient mobilisées pour détecter, identifier voire résoudre toutes sortes d anomalies : fuites, petites défaillances, sources de salissure, risque pour la sécurité Histoire de motiver le personnel réparti en groupes, cette inspection technique fait l objet d un concours, à savoir le challenge T.A.G.S. L équipe reçoit cinq euros pour chaque T.A.G. émis et 15 euros si le T.A.G. est résolu. L argent est ensuite reversé au profit d une association. Le choix d Apach Évasion a fait l unanimité au sein du comité exécutif de l usine qui devait se prononcer sur le destinataire. Au final, les équipes ont identifié 400 T.A.G.S. dont 100 qui ont été résolus. Cela représentait une somme de euros qu on a arrondie à euros. Un don qui réjouit forcément Claude André, le vice-président d Apach Évasion venu recevoir son chèque. Cet argent nous servira à financer des équipements. Cette année, on a investi dans des voiliers adaptés aux personnes handicapées. Ces bateaux sont basés à Malbuisson. On ne peut qu apprécier l engagement de Nestlé au service du handicap. Deux challenges sont prévus sur d autres cycles de production à Nestlé Pontarlier mais le bénéfice sera reversé et, cela semble logique, à d autres associations. Les besoins ne manquent pas. n La fin des colonies Nestlé Invisibles depuis l extérieur, les locaux qui accueillaient jadis les enfants des colonies Nestlé ont été démontés ainsi que le bâtiment où ils se retrouvaient à l abri du mauvais temps. Ces lieux souffraient de vétusté et n étaient plus occupés depuis une vingtaine d années, justifie le directeur Philippe Larroque. Le chantier comprenait également le réaménagement d un nouvel accès sur la rue de l Industrie désormais utilisé pour les navettes linge et la livraison de nourriture à la cantine. n NOUVEAU COACH SPORTIF En Salle Le 1 ER Mois * le 1er mois puis /mois paiement comptant en une fois pour l année, ou le 1 er mois puis /mois par prélèvement sur un engagement de 12 mois, ou le 1 er mois puis /mois sans engagement de durée résiliable dès le 1 er mois, hors frais d inscription.

14 14 PONTARLIER La Presse Pontissalienne n Mai 2017 ÉQUIPEMENT Agenda 21 Réseau de chaleur, acte II Le retour du printemps marque le lancement de la seconde tranche de travaux du réseau de chaleur qui couvrira à terme 30 % des besoins en chauffage et eau chaude sanitaire de la ville. Après le secteur de la rue de Doubs et du lycée Xavier-Marmier désormais connecté au réseau, les pelleteuses ont repris du service au centre-ville de Pontarlier où Préval Haut-Doubs étend son réseau de chaleur. On attaque la seconde tranche, confirme Claude Dussouillez, le président de Préval Haut-Doubs. En 2017, trois kilomètres de Les travaux au centre-ville vont se prolonger jusqu à l automne. canalisation seront ainsi posés sous les pieds des Pontissaliens pour alimenter l équivalent de 90 logements supplémentaires en chauffage et eau chaude sanitaire. Cette extension englobe une partie du centre-ville entre l église Saint-Bénigne et l école Saint-Joseph, la zone économique des Gravilliers et le secteur du stade Paul-Robbe. L occasion pour Patrick Genre d apporter une précision. On a fait évoluer le plan initial pour pouvoir alimenter l ensemble du stade et des vestiaires. On en profitera pour connecter le nouveau bâtiment d accueil du C.A.P. rugby. Au final, une vingtaine de bâtiments sera raccordée au réseau durant l année 2017 : des équipements sportifs mais aussi des établissements scolaires comme le lycée Saint-Bénigne et l école Saint-Joseph, des résidences et des entreprises. Ce qui permettra d économiser plus de tonnes de pétrole en Côté chantier, on prend les mêmes et on recommence. L entreprise Vermot T.P. creuse les tranchées et les canalisations sont posées par Engie Cofely. Ces opérations imposent forcément des fermetures temporaires de rues et des déviations qui seront mises en place ponctuellement. Plusieurs outils permettent aux riverains de suivre l évolution des travaux : page Facebook dédiée au réseau de chaleur Pontarlier, site Internet de la Ville et de Préval et lettres d information distribuées sur les secteurs impactés. Aujourd hui, le réseau de chaleur s étend sur 12 kilomètres de canalisations et alimente l équivalent de logements, souligne Claude Dussoulliez. Ce réseau local mobilise aussi les savoir-faire locaux avec le souci de faire travailler les entreprises du secteur. Cette démarche est bien en adéquation avec la politique énergétique pontissalienne qui s appuie sur une stratégie globale de développement durable issue de l Agenda 21. Cette politique inclut également l installation à moyen terme de deux microcentrales hydrauliques sur le Doubs. Après la troisième tranche, le réseau de chaleur desservira une bonne partie des bâtiments publics et d autres ensembles privés. À l horizon 2020, il fournira 30 % des besoins en chauffage et eau chaude sanitaire de la ville de Pontarlier. Pour mémoire, ce réseau de chaleur est alimenté par l unité de valorisation énergétique de Préval Haut-Doubs qui investit près Économiser plus de tonnes de pétrole en de 12 millions d euros dans cet ambitieux programme. Dans l immédiat, on doit encore trouver une solution pour l emplacement de la chaufferie bois qui permettra de valoriser sur place des déchets jusqu alors transportés sur d autres sites, conclut le président de Préval. n F.C. On a déjà posé 12 km de canalisation en aller-retour, indique Claude Dussouillez, le président de Préval. Publi-information Cuisines Références, votre créateur cuisiniste L enseigne Cuisines Références s est installée en fin d année dernière sur la zone Cit Y Avenue à Pontarlier, face à Géant. Vous y trouverez tout une gamme de cuisines conçues par deux professionnels passionnés par leur métier. Depuis 25 ans pour le premier, depuis plus de 15 ans pour le second : Gilles Lebègue et David Mangiapan sont deux vrais professionnels de la cuisine, qui aiment leur métier et veulent le faire savoir. La convivialité et la passion, deux termes qui s affichent en grand dans le magasin de la rue de la Libération, guident leur action au quotidien. Ces vrais concepteurs, qui se présentent comme des commerçants LE RELEVÉ DE COTES CHEZ LE CLIENT GRATUIT. Gilles Lebègue (à droite) et David Mangiapan vous accueillent dans leur magasin situé à Cit Y Avenue, face à Géant, sur la zone des Grands-Planchants. JUSQU À 100 % DE LA POSE OFFERTE et CRÉDIT À 0 % SUR 36 MOIS (conditions en magasin) de proximité ont à cœur de conseiller leurs clients afin de trouver avec eux la solution la plus adaptée à leurs envies, et à leur budget. Nous avons plusieurs gammes de cuisines qui nous permettent de proposer des créations à des personnes qui ont un budget serré, à partir de euros, jusqu à des produits haut de gamme avec des cuisines qui peuvent atteindre euros résume Gilles Lebègue, le responsable de l enseigne. Chez Cuisines Références, le service n est pas un vain mot. Nous proposons gratuitement par exemple le relevé de cotes chez les clients. Nous mettons un point d honneur à nous imprégner de l atmosphère dans laquelle vivent nos clients afin de leur proposer un projet qui leur corresponde le mieux ajoute David Mangiapan. Les cuisines conçues ici déclinent toutes les gammes de couleurs et de matières. Nous avons un catalogue très fourni qui nous permet de proposer 600 coloris 33, rue de la Libération Cit Y Avenue - Face à Géant PONTARLIER et finitions de façades différents ajoute le responsable. Même choix pour les matériaux : stratifié, laque, bois massif, verre, plans de travail en granit, en quartz ou en Dekton (alliage quartz et céramique) toutes les options sont possibles. Ajoutez à cela les meilleures marques d électroménager à des prix avantageux grâce à la centrale d achat Les couleurs du moment se déclinent sur des tons anthracite, béton ou blanc pur. de Cuisines Références. Plus qu un endroit fonctionnel ou utilitaire, la cuisine est devenue une véritable pièce de la maison à part entière. Alors au moment de choisir la sienne, mieux vaut ne pas se tromper. En choisissant de faire confiance aux deux concepteurs de Cuisines Références, vous êtes sûrs de prendre la bonne décision. n HORAIRE D OUVERTURE l du lundi au vendredi de 9h30 à 12h et de 14h à 19h l Le samedi de 9h à 12h et de 14h à 18h Ouvert entre 12h et 14h sur rendez-vous

15 PONTARLIER ET ENVIRONS La Presse Pontissalienne n Mai HOUTAUD Le devoir de mémoire certes, mais pourquoi ne pas aller plus loin et faire découvrir aux Hostasiens de 2018 qui étaient ceux qui vivaient au village en À chaque 11-Novembre, on rend hommage aux sept Hostasiens morts pour la France pendant la première Guerre Mondiale. On avait envie de célébrer autrement le centenaire de l Armistice, de rendre aussi hommage à ceux qui sont revenus et aux Une nouvelle association Retour vers le passé hostasien L association Houtaud collecte toutes sortes d informations, de témoignages sur la vie du village et de ses habitants pendant la Grande Guerre en vue de célébrer à sa manière le centenaire de l Armistice de Le bureau de la nouvelle association réuni autour de son président Daniel D Houtaud. familles qui formaient la communauté villageoise d Houtaud, justifie Jean-François Ligier, le maire qui voulait absolument que ce projet soit porté par le tissu associatif. La commune est juste là pour accompagner, apporter un soutien. C est un peu l affaire de tous. Une réunion a suffi à mobiliser une dizaine d associations locales. Cet élan a abouti à la création en janvier dernier d une nouvelle association Houtaud placée sous la présidence, cela ne s invente pas, de Daniel D Houtaud également élu mais surtout fortement impliqué au niveau du foot. Comme tous les autres membres du bureau : Jacky Claudet à la Retraite sportive, Christelle Girardot au club de gym, Pierre André à L.A.C.I.M. et Michel Claude pour le comité de foire. La nouvelle association n a pas manqué de solliciter à titre de personnes-ressources un autre Hostasien, Christophe Faivre, généalogiste averti et Annie Brischoux, archiviste qui a accepté de s investir bénévolement. Le premier a depuis longtemps fiché tous les habitants nés, mariés ou décédés au sein de la paroisse Dommartin-Houtaud- Vuillecin sous l Ancien Régime avant de poursuivre le travail sur Houtaud plus précisément en exploitant les informations mentionnées depuis 1793 dans l état civil. Il me reste juste à couvrir la période entre 1860 et 1920, précise Christophe Faivre qui sera sans nul doute d un précieux concours. Tout comme Annie Brischoux qui a déjà reconstitué quelques L humeur Courage Plus de citoyens mobilisés en 2002 lorsque Jean-Marie Le Pen s était qualifié pour le second tour de la présidentielle, une petite centaine cette année dans les rues de Pontarlier. Et une droite, à quelques exceptions près, étrangement silencieuse Une poignée de courageux d une part - Jean-François Ligier, Philippe Alpy, Jean-François parcours d anciens Hostasiens particulièrement actifs. Ajouter à cela la somme de compétences des associations impliquées notamment dans l organisation de grosses manifestations comme le comice, le carnaval ou la foire aux fleurs Pour l heure, chacun prospecte à qui mieux mieux. Collectes d objets, de cartes postales anciennes, de lettres. Certains ont rendu visite aux anciens pour recueillir leurs témoignages. Dans quel but? Rien n a encore été défini, acté, si ce n est le jour de la restitution qui coïncidera bien sûr avec le 11 novembre Le résultat du travail de prospection déterminera sans doute les orientations. Tout est envisageable. On Jodon, Pierre Simon - et d autre part, tous les autres qui ont fui leurs responsabilités devant la menace Front National. À moins que leur silence ait valu consentement aux thèses de Marine Le Pen? Dans ce cas-là, qu ils l affichent, et la situation politique du Haut- Doubs sera alors clarifiée. N étaient-ils pas soulagés de voir en 2002 gauche et droite unanimes se soulever en un front républicain unanime? Ces élus d une droite pleutre ont la mémoire courte. l peut imaginer par exemple retracer l histoire des familles à partir des fermes qu elles occupaient et qui sont toujours en place. Il y aura sans doute un livre souvenir. L école d Houtaud sera également associée à cette démarche patrimoniale, poursuit Jean-François Ligier. Chacun prospecte à qui mieux mieux. Ceux qui voudraient s impliquer dans le projet ou apporter des pièces supplémentaires au puzzle peuvent contacter la mairie d Houtaud ( ) qui relaiera à l association. n F.C. COOPÉRATION L autonomie alimentaire La C.C.G.P. toujours acquise à la cause haïtienne Le parcours du combattant pour accueillir Marie-Style L association Louverture vers Haïti se mobilise depuis 2008 pour accueillir une jeune Haïtienne, Marie-Style, qui viendrait poursuivre sa scolarité à Pontarlier. On souhaiterait qu elle de parrainage, l association bénéficie du soutien du rectorat et de puisse venir dès la prochaine rentrée mais on la Ville de Pontarlier. Au départ, devra d ici là régler la question il s agissait plutôt d accueillir du visa long séjour et trouver les Marie-Style après le Bac pour fonds qui nous manquent pour qu elle poursuive des études d infirmière. Le projet a évolué car boucler le budget, explique Évelyne Bulle, ancienne enseignante qui préside cette association scolaire et on préfère la faire venir il y a trop de différence de niveau toujours rattachée au lycée professionnel Toussaint-Louverture re en classe de 3 ème. Elle ter- maintenant alors qu elle est enco- à Pontarlier. Ce projet de parrainage remonte à Il est re sanitaire et sociale au Lycée minerait donc son cursus en filiè- né d une rencontre avec l association des Amis de Haïti. On Bac pro, elle pourrait ensuite pas- Toussaint-Louverture. Après son aide également une école de Haïti. On a monté des opérations le d infirmière ou d aide-soignante. ser les concours d entrée à l éco- pour acquérir le matériel informatique nécessaire si l on vou- elle serait interne au lycée. On serait sa famille d accueil et lait procéder à des échanges. L association organise diverses On s est rendu sur place pour les actions : repas haïtien, tombola, former et poser les panneaux marché solidaire, vente d objets solaires qui fournissent l électricité, n oublie pas de rappeler du lycée pour récolter des confectionnés par le club Haïti Évelyne Bulle. Dans son projet fonds. n Depuis le tremblement de terre qui a dévasté l île en 2010, la collectivité a concentré ses efforts sur la construction d un foyerrésidence à Milot qui accueille une dizaine de jeunes orphelins. Point de situation. Avec dans son patrimoine le fort de Joux où mourut Toussaint Louverture, la communauté de communes du Grand Pontarlier entretient forcément des liens particuliers avec Haïti. On a envisagé un partenariat lors du bicentenaire de la mort de Toussaint Louverture en On a étudié plusieurs idées avant de faire le choix de travailler avec la ville de Milot pour diverses raisons. Cette ville est sensiblement de la taille de Pontarlier. Située tout près de la plantation qui a vu grandir Toussaint Louverture, elle abrite aussi une superbe citadelle qui pourrait être le pendant du fort de Joux. On partage donc pas mal de similitudes, rappelle Patrick Genre. Ce partenariat était d abord plutôt axé sur des projets, des actions jeunesse. Cela s était traduit par des envois de livres, de documents et de matériel pédagogiques. La coopération s est étoffée étape par étape notamment suite aux assises de la coopération décentralisée France-Haïti initiées par la C.C.L. au printemps Le tremblement de terre qui a ravagé l île en janvier 2010 a généré de nouveaux besoins humanitaires. Dans cette tourmente, l action de coopération entre la C.C.G.P. et Milot s est alors focalisée sur la construction d un foyer-résidence pour accueillir des enfants ayant perdu leurs parents dans la catastrophe. On a accepté de soutenir ce projet sous réserve d avoir des garanties quant à l utilisation des fonds, poursuit Patrick Genre. Comprenant deux bâtiments en dur qui répondent aux normes anti-sismiques, le foyer a ouvert ses portes en Il accueille actuellement une dizaine d enfants. Ils sont pris totalement en charge par l association Le foyer des enfants de Milot, complète Anne-Lyse Ballyet. Cette élue pontissalienne qui travaille au syndicat du Pays du Haut- Doubs est très engagée dans ce partenariat. Elle entretient des contacts hebdomadaires avec les responsables de l association. L aide de la C.C.G.P. a pris la forme d une convention triennale dont le montant s élève à euros chaque année. Après la construction, cet argent assure le fonctionnement de la structure : nourriture, vêtement, frais de scolarité, salaires du personnel On reçoit aussi des dons. Cela nous a permis par exemple de creuser un puits. Le 7 avril dernier lors de la commémoration de la mort de Toussaint Louverture au château de Joux, on a rencontré un Haïtien résidant en Suisse qui est prêt à investir dans un projet biogaz qui permettrait de rendre le foyer plus autonome sur le plan énergétique. C est aujourd hui l objectif recherché. Dans cette logique, sachant que les prix des denrées alimentaires s envole à Haïti, on souhaiterait Le foyer des enfants de Milot accueille une dizaine de jeunes haïtiens. financer l installation d un poulailler pour être moins tributaire des fournisseurs d œufs ou volailles consommés au foyer. La seconde convention triennale entre la C.C.G.P. et Milot arrivera à terme fin L occasion pour les élus de réfléchir à l évolution de ce partenariat qui n a aucune raison de ne pas être reconduit. On continue à aider le foyer sans pour autant que cela devienne de l assistanat permanent. On espère bien recevoir un jour une délégation de Milot dans le Haut-Doubs. On apportera aussi notre soutien à l association du lycée professionnel Toussaint-Louverture qui voudrait accueillir une jeune Haïtienne à Pontarlier pour qu elle poursuive sa scolarité en école d infirmière, détaille le maire qui compte développer d autres échanges entre la C.C.G.P. et Milot. Les personnes, associations, entreprises qui souhaiteraient s investir dans cette coopération peuvent contacter la C.C.G.P. n F.C. Contact :

16 16 PONTARLIER ET ENVIRONS La Presse Pontissalienne n Mai 2017 AGRICULTURE Une forte concurrence Le Haut-Doubs toujours sur une bonne dynamique foncière Réuni en formation à Pontarlier le 10 avril dernier, le comité technique de la S.A.F.E.R. du Doubs a présenté son bilan 2016 où s accentuent les tensions foncières sur le Haut-Doubs hectares de terres agricoles ont été vendus dans le Doubs en On enregistre une augmentation importante des notifications supérieures à 25 hectares, indique Julien Burtin, chargé de mission territoire environnement à la S.A.F.E.R. Bourgogne-Franche-Comté. L écart des prix entre les biens libres et occupés se resserre alors qu habituellement un bien libre se vend 20 % à 30 % plus cher. Ce rapprochement est assez symbolique de la pression foncière qui s exerce en terre à comté et sur le Haut- Doubs. Les fermiers en place qui achètent des biens dont ils sont locataires proposent aujourd hui des prix plus élevés qu auparavant. Éric Liegeon le président de la S.A.F.E.R. du Doubs s inquiète du développement de la reprise des biens de famille susceptible de mettre à mal des exploitations. L idée serait de mettre en place un coefficient de viabilité de l exploitation en dessous duquel on n autorise pas la reprise de terre familiale. Le souci se pose de la même manière si les terres sont à proximité des bâtiments. Christophe Chambon, autre agriculteur, souligne l impact de la notion de productivité agricole plafonnée dans le cahier des charges de l A.O.P. comté. Il y a de plus en plus de tensions La préservation de la ressource en eau. autour de ce seuil de productivité. Les exploitations touchées vont chercher à récupérer des biens de famille pour maintenir leurs droits à produire. En 2016, la S.A.F.E.R. est également intervenue sur plusieurs opérations en lien avec la préservation de la ressource en eau. Sur la plaine d Arlier notamment ou plusieurs puits imposent des périmètres de protection rapprochés. Pour les agriculteurs concernés, ces dispositifs ne sont pas sans contraintes surtout s ils sont en système lisier dont l épandage est proscrit dans les périmètres rapprochés. Les cinq puits situés à Vuillecin, Doubs et Dommartin représentent 190 hectares en périmètre rapproché. Ces surfaces sont exploitées par 19 exploitations avec des parcellaires très morcelés. Un vrai cauchemar à résoudre. Le dossier environnemental peut être accepté à condition que l économique et le social soient pris en compte. À partir de là, les choses peuvent être acceptables pour l ensemble des parties, estime Éric Liégeon. n F.C. L exemple de la pension équestre de Chaffois La S.A.F.E.R. a vendu en 2015 à Hélène Michel le bâtiment et les 11 hectares de terrain attenant d une ancienne pension équestre. Pari réussi. Pas toujours facile au pays du comté de résister à la tentation laitière mais sur ce dossier, la S.A.F.E.R. n a pas cédé. On s était positionné suite à une liquidation judiciaire et on a agi avec la volonté de remettre une activité équine, explique Étienne Abline, le directeur de la S.A.F.E.R. du Doubs. Le projet présenté par Hélène Michel a donc été validé en La volonté de remettre une activité équine. comité technique S.A.F.E.R. La propriétaire des lieux a entrepris pas mal de travaux : rénovation des lignes d eau contre le risque de gel, planchers, sellerie, transformation d une loge en stabulation libre Le domaine fait 11 hectares mais en enlevant la voirie et la carrière, cela représente 9 hectares de Hélène Michel a présenté le 10 avril dernier sa pension équestre aux membres du comité technique de la S.A.F.E.R. terres agricoles dont 6 hectares sont réservés à la production fourragère. On a effectué un gros travail dans l aménagement des paddocks en sachant que cette possibilité de sortir les chevaux est un atout par rapport à la concurrence, explique celle qui a conservé son emploi d enseignante au lycée agricole de Levier où elle exerce désormais à temps partiel. Conçue pour accueillir 23 chevaux, cette pension équine s adresse plutôt à une clientèle C.S.O. (compétition). Hélène Michel n a pas l intention de s orienter vers les cours d équitation. La pension qui a accueilli ses premiers chevaux au printemps 2016 dispose aussi d un vaste manège couvert de 50 x 20 m. Les 9 hectares de prairies ne suffisent pas à couvrir les besoins fourragers et l exploitante est contrainte d acheter 90 à 100 tonnes de foin par an. En projet figure l aménagement d une carrière à l extérieur et le souci de trouver à plus ou moins long terme une solution de stockage pour l eau. n Quand elle se lance dans sa chanson de gestes, la conteuse est toujours animée du plaisir d apporter la flamme à celles et ceux qui l écoutent. DOUBS Souffle de vie à l unité Alzheimer Tous les 15 jours, Marie-Agnès Nouvel vient raconter de belles histoires aux personnes souffrant de la maladie d Alzheimer. L émotion à fleur de mot. Sagement assis, parfois assoupis, les patients, une dizaine environ, écoutent et regardent Marie- Agnès Rivel venue leur conter l histoire du bol du mendiant qui n en finit plus de se vider au fur et à mesure qu on le remplit. Ce bol est fait d un crâne humain. Il est fait de tous les désirs de l homme, insatiable La conteuse joint le geste à la parole. Même si la scène est exiguë, elle remplit l espace tout en douceur, interpelle de la voix, réveille les esprits. Elle poursuit sa chanson de gestes avec une autre aventure, celle du tailleur mal habillé à qui l on offre une belle pièce de tissu dans laquelle il se fabrique un manteau qu il finira par user pour confectionner une veste, puis un gilet, une casquette et même un bouton. Il restait toujours assez de matière à faire, à Animation conte faire une histoire. Moralité, il ne faut jamais rien gaspiller, souligne Marie-Agnès Rivel qui tentera ainsi d attirer l attention de son auditoire pendant presque une heure. Avant de laisser ses fidèles pensionnaires, c est souvent les mêmes qui reviennent d une séance à l autre, rappelle Christelle Bernard l une des animatrices de Une capacité d émerveillement intacte. l E.H.P.A.D. de Doubs, elle n oublie pas de leur demander s ils sont contents. Certains répondent par l affirmative, d autres passent comme si de rien n était. Vous ne vous en êtes pas rendu compte mais c est déjà un exploit de les maintenir sur place, sans bouger aussi longtemps, explique plutôt satisfaite Christelle Bernard. Elle n a qu un souhait, celui de pérenniser cette animation rendue possible depuis deux ans grâce au soutien financier de l association Vivre ensemble. Les personnes atteintes par la maladie d Alzheimer ou troubles apparentés sont très difficiles à stabiliser. Quand on les invite sur des ateliers de jeux de société ou de bricolage, il faut beaucoup d encadrement. D où l idée d innover en proposant une animation qui leur conviendrait mieux comme les contes. Après chaque séance, on prend quelques notes sur le comportement de chacun. Jusqu à présent, jamais aucun n est parti en cours de séance. On n enregistre pas forcément des améliorations mais on constate qu ils sont souvent accrochés aux histoires qui leur ont été contées. On constate également l importance de s inscrire dans la continuité. Cela permet de créer du lien avec la conteuse. Cette dernière a débuté dans le métier en racontant assez naturellement des histoires à ses enfants. Puis dans les écoles de ses enfants. Du jour au lendemain, j ai changé radicalement de public en choisissant de m adresser aux personnes âgées. Comme chez les enfants, je retrouve dans ce public une capacité d émerveillement intacte, explique Marie-Agnès Nouvel qui intervient ainsi depuis dixsept ans dans divers établissements seniors implantés de part et d autre de l Arc jurassien franco-suisse. Que ses spectateurs s endorment en l écoutant ne la dérange absolument pas. Ce type d animation, pour moi, c est un jeu où chacun prend ce qu il a envie de prendre. J essaie d apporter la flamme, l enthousiasme, la vie. Contrairement à d autres pays comme en Allemagne ou la Suisse, on a beaucoup de réticences en France avec tout ce qui touche le soin de l âme. On met plutôt l accent sur l hygiène, la nourriture. Ces séances nous prouvent aussi qu il y a toujours de la vie chez ces personnes. Il suffit de souffler sur les braises par ranimer la flamme. n F.C.

17 PONTARLIER ET ENVIRONS DOUBS La Presse Pontissalienne n Mai De à m2 Décathlon toujours plus en forme L enseigne de sport ouvrira le mercredi 31 mai avec m2 supplémentaires. Pour quels changements? Le point avec son directeur Benjamin Vernier. a Presse Pontissalienne : Décathlon est à Pontarlier depuis fin 2011 et c est déjà le deuxième agrandissement! Benjamin Vernier : En effet, Décathlon a ouvert ici en novembre 2011 avec une surface de m2. Deux ans plus tard, en 2013, le magasin est passé à m2 et là, Décathlon passe de à un peu plus de m2, soit l équivalent du magasin de Besançon. Après neuf mois de travaux, le magasin agrandi et réaménagé sera complètement opérationnel le 31 mai. Nous avons pu faire ces travaux tout en maintenant le magasin ouvert et nos clients ont été très compréhensifs. Nous serons obligés de fermer les 29 et 30 mai pour réinstaller les nouveaux espaces de vente. L L.P.P. : Quel est l objectif de ce nouvel agrandissement? B.V. : Cela nous permettra d abord de proposer des sports que nous ne pouvions pas faire faute de place, comme le rugby ou le handball. D autres activités comme la pêche et la chasse pour- ront également être proposées toute l année alors que jusqu à maintenant, la pêche remplaçait la chasse et viceversa en fonction de la saison. Et dans les sports très pratiqués ici dans le Haut-Doubs comme le trail ou le ski de fond, cet agrandissement va nous permettre d étoffer nos gammes, d avoir plus de produits, des produits plus techniques encore et également d augmenter notre capacité de stockage afin qu un produit ou une taille ne soit pas trop vite épuisé. Enfin, avec m2, nous allons augmenter sensiblement le confort d achat de nos clients avec des allées plus larges. Dernier point : l espace supplémentaire permettra de proposer des zones de tests des produits, à l intérieur comme à l extérieur. Il y aura par exemple un mur d escalade pour tester les chaussons d escalade. L.P.P. : Cet agrandissement s accompagne d une hausse des effectifs salariés? B.V. : Nous sommes actuellement sur un effectif de 55 équivalents temps plein, nous passerons sans doute rapi- Benjamin Vernier est le directeur du magasin Décathlon de DoubsPontarlier depuis mars dement à 70, sachant que Décathlon Pontarlier est en croissance constante et que par conséquent nous sommes toujours en train d embaucher. Avec un espace plus grand, on ne veut surtout pas que les clients ressentent une disponibilité moindre des vendeurs. Les clients sont de plus en plus en recherche de relationnel et d échanges d expériences. L.P.P. : La clientèle suisse est toujours aussi friande de Décathlon? B.V. : Elle représente aujourd hui 30 % de notre clientèle avec des pointes évi- demment le samedi où on constate que 7 plaques d immatriculations sur 10 sont suisses Et comme les produits sont deux à trois fois moins chers que chez eux, ils ont ici un panier moyen très supérieur à la moyenne. Ils viennent beaucoup de Lausanne, Yverdon, Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds, mais parfois aussi de Berne, voire de Zürich. Et tout le monde je pense s accorde à dire que les clients suisses qui viennent à Décathlon profitent à tout le commerce pontissalien, du centre comme des zones commerciales. L.P.P. : Décathlon est-il en phase avec les clubs de sport locaux? B.V. : C est aussi un de nos axes : se rap- 1. de nss de n on o issso aiiiso a 3 rra e! ncce anc fiia fi nfia on o e cco aiirrre fair ous fa nou no procher des clubs locaux pour nouer des partenariats. Nous ne sponsorisons pas directement les clubs mais nous pouvons, avec eux, organiser des événements de découverte de certaines disciplines. Nous contribuons aussi à soutenir certains projets publics comme récemment la zone de fitness créée par la commune de Doubs à côté du stade. L.P.P. : Quel est le chiffre d affaires de Décathlon à Pontarlier? B.V. : Il est actuellement de 18 millions d euros par an. L objectif avec l agrandissement est de dépasser les 20 millions, voire entre 20 et 25 millions. n Propos recueillis par J.-F.H. LOGEMENT As Aspirat A sp s piir p ra r atti a ttion io on o n c centralisée en e ntttr n ra allliis a sé s ée é e sent Prése MAI 20 DU 20 AU - MICROPOLIS L A.D.I.L. informe les professionnels sur la rénovation N BESANÇO Réunion le 5 mai à Houtaud à destination des notaires, banquiers, artisans, élus et autres professionnels organisée par l A.D.I.L. (Agence départementale d information sur le logement). Le but est d en finir avec des aides mal connues, compliquées, qui peuvent pourtant sortir de la précarité énergétique des milliers de personnes ou permettre de payer moins d impôts. a bon On faait ménage! PA P ARTICULIERS P R O FE S S I O N N E L S COLLECTIVITÉS Maisons//AAppartements Neufs ou existants Avec ou sans pose Ets LEGAIN 5 ch du Vieux Village CHAMP PA AGNEY w w w. d r a i n v a c - l e g a i n. c o m our qui a tenté de remplacer ses fenêtres vieillissantes par des vitres neuves afin de bénéficier d une meilleure isolation et d un crédit d impôt, le parcours est souvent semé d embûches. C est vrai que les aides sont parfois compliquées car vous pouvez avoir deux taux de T.V.A. sur trois devis. Ces aides sont souvent mal connues et les entreprises peu formées à qui on demande d être des fiscalistes! Nous voulons les aider car nous disposons d un espace info-énergie capable de les conseiller présente Jacqueline CuenotStalder, présidente de l Agence départementale et d information sur le logement (A.D.I.L.) du Doubs, conseillère départementale. P Le 5 mai à la mairie d Houtaud, l agence, avec le Département, l agence nationale de l habitat (A.N.A.H.), en partenariat avec les élus locaux et les professionnels du bâtiment et de l immobilier, organisent une Les séance d information sur la artisans rénovation de ne sont pas l habitat. Ces fiscalistes. rencontres sont organisées à destination des entreprises et des acteurs locaux. L objectif est d informer les professionnels sur toutes les aides financières à la réalisation de travaux des particuliers (programme Habiter mieux, crédit d impôt). Nous sommes à une période clé dans l immobilier sur notre secteur où les appartements neufs ont vidé les anciens. Il faut que les propriétaires dont les logements sont vides en profitent pour rénover grâce à ses aides indique la présidente de l A.D.I.L. qui veut faciliter les démarches. Beaucoup de personnes ont des travaux à réaliser : nous voulons sécuriser les projets car cela contribue à aider l emploi local non délocalisable poursuit l agence. L A.D.I.L. n a rien à vendre. Elle assure un service gratuit d information et de conseils aux particuliers sur toutes les questions habitat et rénovation (plus de contacts en 2016). Dans le Doubs, un accueil juridique, technique en matière de rénovation, d analyse de devis, d aides financières et fiscales avec une équipe de 12 spécialistes est proposé. Ces réunions sur le terrain sont l occasion de se rapprocher des acteurs locaux. n Informations pour les professionnels et acteurs locaux le 5 mai à 16 h 30 à Houtaud (mairie), le 11 mai à 16 h 30 à Valdahon (espace Ménétrier), le 1er juin à Maîche, Château du Désert. Inscription :

18 18 LE DOSSIER La Presse Pontissalienne n Mai 2017 POLLUTION ET SÉCHERESSE MENACENT LES RIVIÈRES DU HAUT-DOUBS Alors que les mortalités piscicoles font à nouveau la une de l actualité, la sécheresse que traverse le Haut-Doubs malgré les pluies récentes ne fait qu aggraver les craintes des pêcheurs, et plus largement des citoyens qui militent pour la préservation des milieux. Si la prise de conscience semble enfin être partagée par tous, les mesures de protection et parfois de correction des dégâts provoqués sont lentes à se mettre en place. Dossier. l Pollution Une étude suisse inquiétante Des produits interdits et dangereux retrouvés Deux études menées par un scientifique suisse montrent que la norme de produits phytosanitaires dépasse 1,5 fois la norme à certains endroits. Les spécialistes s inquiètent pour notre santé à plus long terme. pour alerter la population. Rien à Pontarlier. Pour corroborer ses dires, la fédération de pêche du Doubs a invité Jean-Louis Walther, chercheur suisse indépendant, afin qu il e constat, sur le terrain, apparaître des poissons malades. Jeudi 20 avril, à la fédération de divulgue deux de ses études manou plutôt sous l eau, est L ombre est une espèce en dan- pêche du Doubs, pêcheurs, scien- datées par Pro Natura, le W.W.F. implacable. Depuis fin ger, la truite devient vulnérable tifiques, membre du comité S.O.S. et la Fédération suisse de pêche mars, c est l hécatombe explique Jean-Pierre Herold, bio- Loue et rivières comtoises, ont dont les résultats sont éloquents. dans nos rivières. logiste. Ce nouveau coup dur fait organisé un point presse pour Contrairement aux Français, il Truites et ombres meurent en réagir : C est la chronique d un dénoncer, alerter, donner des solu- dispose d outils d analyses diffémasse dans le Dessoubre et le problème sanitaire qui va arriver tions. Cet événement précédait rents. Le scientifique a découvert Doubs franco-suisse, phénomène et dont nos instances n ont pas la manifestation qui se tenait dans le Doubs des substances récurrent depuis 2009 dont les mesuré la hauteur de l urgence samedi 29 avril à Morteau, Saint- interdites, très dangereuses pour solutions n ont pas encore été indique le docteur Jean-Pierre Hippolyte, Ornans, Saint-Clau- la santé que les mesures franmises en œuvre ou trouvées. La Belon, membre de S.O.S. Loue et de, Besançon, où les pêcheurs ont çaises ne voient pas (ou ne diffuloue, jusque-là épargnée, voit rivières comtoises. organisé des barrages filtrants sent pas) parce qu elles sont sous L Scientifiques, docteurs, maître de conférences, pêcheurs, alertent sur la santé de nos rivières et les conséquences sur notre propre santé. la norme ou ne sont pas recherchées! À Morteau dans le Doubs, une pollution à la cyperméthrine atteignant 1,5 fois la norme a été mesurée (N.D.L.R. : cette substance provient des produits phytosanitaires ou pharmaceutiques). Des traces de polychlorobiphényles (P.C.B.), dont l action immunotoxique est avérée, ont été détectées presque partout dans la rivière, et 17 substances interdites et dangereuses ont même été identifiées explique le chercheur. À certains endroits, les effluents industriels et urbains sont particulièrement marqués. C est le cas à Soubey, où la qualité de l eau est très affectée par plusieurs petites stations d épuration. Il explique qu un barrage chimique s est créé. Ailleurs, ce sont les pesticides et engrais agricoles qui affectent l eau. Des pyréthrinoïdes, insecticides liés à l exploitation du bois, ont été détectés. Ils sont particulièrement présents dans le Bief de Fuesse, un affluent du Doubs dans lequel les macroinvertébrés ont disparu. À Villers-le-Lac, comme à Morteau, ou au Locle, la station d épuration rejette des eaux troubles. C est un secteur calamiteux et je l ai dénoncé à la mairie qui dit être en ordre à 98 % et que le problème était dû au froid. Quand on va mesurer, c est la catastrophe. Autre chose : les doses infinitésimales de perturbateurs endocriniens ont de terribles conséquences. Les effets grandissent plus la dose devient minime (infinitésimale). Ce qui veut dire que même les petites doses sont capitales, poursuit le chercheur. Quid du HautDoubs en amont de Jusqu à de Pontarlier? Pas vraiment : On note l héroïne une désoxygénation détectée! dans la couche profonde du lac SaintPoint preuve que les polluants sont présents. En dessous d un certain seuil, les poissons ne peuvent plus respirer témoigne Christian Rossignon, ingénieur hydrobiologiste. Il reste un espoir puisque les rivières parviennent à s autoréparer. Jean-Louis Walther de préconiser deux solutions : Ne plus épandre les boues d épuration sur les terrains et imposer la prise en compte des micropolluants dans les stations. Cet investissement coûtera 1,2 milliard de francs à la Confédération témoigne le chercheur qui a notamment découvert des traces d héroïne et autres stupéfiants à la sortie d une station d épuration (celle de Blamont en aval de Saint-Hippolyte). Pire, de l acrylamide dans la station de pompage de Goumois a été détecté, là où l eau des habitants du plateau de Maîche est pompée. C est une substance potentiellement cancérigène. Marc Goux, pour S.O.S. Loue et rivières comtoises demande à ce

19 La Presse Pontissalienne n Mai l Drugeon De 50 à 300 kg de truites à l hectare À Vaux-et-Chantegrue, les travaux sur le Drugeon redonnent de l espoir La restauration du cours d eau a permis à la population de truites sauvages d augmenter. Un exemple à suivre mais qui demeure coûteux et fastidieux à réaliser. Une opération est lancée à La Cluse-et-Mijoux. Les travaux menés dans le Drugeon à hauteur de Vaux-et-Chantegrue portent leurs fruits. Le reméandrement du Drugeon est un exemple, pragmatique, d actions menées par l homme qui ont permis au fil du temps à l écosystème de retrouver une stabilité. Cette rivière, au bord de l asphyxie avant son reméandrement, est un laboratoire à ciel ouvert. Les résultats observés prouvent que les actions portent leurs fruits même si la rivière n est pas encore à son optimum écologique prévient Jean-Noël Resch, ingénieur hydrobiologiste. Le syndicat mixte des milieux aquatiques du Haut-Doubs (S.M.M.A.D.) en collaboration avec la fédération de pêche a mené à Vaux-et-Chantegrue des travaux dans le lit de la rivière. Les efforts consentis ont permis d inverser la tendance indique un ingénieur hydrobiologiste. Là où il y avait 50 kg de truites à l hectare, on en retrouve aujourd hui 300 à 350 kg indique la fédération de pêche du Doubs qui se mobilise pour protéger la faune halieutique. Le Drugeon nous le montre, les rivières peuvent s autoréparer à condition de refroidir les cours d eau. Cela passe par l aménagement des zones humides. On a des solutions! poursuit Alexandre Cheval, technicien à la fédération de pêche. Demeure cette fameuse question de l argent et des financements. Transposer ce genre d actions Pas encore à l optimum écologique. à une échelle plus vaste nécessite un engagement financier majeur. Le syndicat mixte du Haut- Doubs se dit prêt. Il faut également passer les barrières liées aux propriétés. Pour chaque action, l autorisation d un propriétaire doit être validée. Le S.M.M.A.D. doit convaincre. Dans quelques semaines, il va lancer dans le ruisseau la Morte au niveau de La Cluse-et-Mijoux autre action de restauration du cours d eau. Cet aménagement a été rendu possible grâce (ou à cause) des travaux menés dans la zone des Gravilliers, lesquels imposent des compensations environnementales. Sur le terrain, tous les spécialistes font désormais ce constat : il faut préserver les zones humides. n Accélérer la vitesse du cours d eau pour éviter que l eau ne se réchauffe l été. dans le Doubs que l agriculture arrête d épandre lorsque la végétation n est pas constituée. Pour Philippe Henry, maître de conférences à l Université de Franche-Comté, les flux de phosphore enregistrés dans les stations de pompage, notamment la Loue, montrent que nos sols sont désormais complètement contaminés. La faute à des stations d épuration mal calibrées, une agriculture qui produit toujours plus (+ 21 % de production de lait A.O.P. d ici 2022) et aux citoyens qui oublient parfois qu une lingette ne se jette pas dans les toilettes mais dans une poubelle ou à des désherbants encore utilisés bien qu interdits! Si cela continue, on va tous être malades Voilà 10 ans que l on se bat regrette Alexandre Cheval, technicien à la fédération de pêche qui ne parle plus que de la santé des pêcheurs mais bien celle de tous les citoyens. À l heure où nous bouclions ces lignes, une surmortalité touchait la rivière Loue. n E.Ch. Santé La pollution dans nos assiettes? Je déconseille de manger du poisson Par principe de précaution, deux médecins mettent en garde. Face à la pollution des rivières, beaucoup s interrogent : fautil encore manger du poisson, se baigner ou boire de l eau du robinet? La fédération de pêche de rappeler qu un chien et un chevreuil sont morts il y a deux ans après avoir bu de l eau de la Loue, études scientifiques à l appui. Des médecins montent au créneau. Une première. On retrouve des perturbateurs endocriniens qui altèrent le fonctionnement de l organisme. Les pesticides peuvent accroître le risque de cancer. Je déconseille de manger du poisson : la truite est un bio-accumulateur de micropolluants. C est un effet cocktail qui a des conséquences sur la baisse de la fertilité, les malformations génitales, la hausse de la prématurité chez les femmes enceintes, la puberté précoce indique le docteur François Solmon. Son collègue le docteur Jean-Pierre Belon de réclamer un urgent besoin d outils de recherche des micropolluants contenus dans l eau du robinet. Jusqu à présent, aucune étude n a démontré que l eau contenue dans notre verre était dangereuse pour la santé. Mais quid du bétail qui boit l eau? interroge un scientifique. n Le docteur Jean-Pierre Belon.

20 20 DOSSIER La Presse Pontissalienne n Mai 2017 l Étude Mortalité piscicole En aval de Pontarlier, le Doubs est un désert à salmonidés La faute à une rivière dont le débit est trop faible, occasionnant des hausses de température fatales aux salmonidés. La solution : remettre en état les zones humides ou reméandrer? Une étude est lancée. Agence Patrice BRISEBARD - Norbert AMADRY 1 rue Colin PONTARLIER - Tél Grande Rue CHARQUEMONT - Tél Les poissons sont classés selon l espèce. Ils repartiront vivant à l eau. Pêche électrique d envergure dans le Doubs au niveau de Remonot pour comptabiliser les poissons et les inventorier. La fédération de pêche du Doubs mène tous les ans de nombreuses études dans les rivières. Ce fut le cas à l automne 2015 au niveau du défilé d Entreroches où une pêche électrique sur deux secteurs de 170 mètres de long dans le Doubs avait été organisée. La première au niveau du pont d Hauterive-la-Fresse. La seconde en face de la grotte de Remonot. Les résultats de l étude sont désormais connus. Ils mettent en avant ce que Une truitelle seulement avait été pêchée. redoutaient les experts : la quasi-disparition des salmonidés sur ce tronçon de rivière! Une seule truitelle a été capturée et aucun carnassier au niveau du pont d Hauterive. Lot de consolation, beaucoup de goujons et vairons, preuve que l eau n est pas de si mauvaise qualité bien que de nombreuses algues soient déjà visibles à cette époque de l année. Les ingénieurs hydrobiologistes évoquent une eau bien trop chaude l été. Elle atteint les 28 C parfois. Un constat partagé par les membres de la société pêche de la Truite du trésor et du Saugeais, association de pêche et de protection du milieu aquatique qui gère ce tronçon de 23 km de 1 ère catégorie entre Morteau et Pontarlier. Ses membres estiment que ce n est pas la qualité mais bien la quantité d eau qui crée ici le désordre dans la faune piscicole. Ils alevinent, notamment des truites de souche, mais le résultat ne semble pas convaincant au vu de ces premiers résultats. En 1976, des tonnes de poissons morts avaient été ramassées suite à la sécheresse se souvient l un d eux. Le Doubs, depuis, s en est remis. Mais à moins de 0,350 m3 par seconde au niveau de Ville-du-Pont, le débit de la rivière en période d étiage ne convient plus aux truites. Les chevesnes, eux, adorent. En l espace de quelques minutes, la pêche électrique a permis d en comptabiliser des dizaines dont le poids oscillait entre 700 Beaucoup de chevesnes, un poisson qui investit la 1ère catégorie. grammes et 1 kg. Nous réfléchissons sur l état physique du Doubs et allons lancer en aval de Pontarlier une étude morphologique de la rivière. Il faut savoir si les pertes sont vraiment naturelles ou non, mesurer comment le débit d eau arrivant à Pontarlier a diminué ces dernières années. Il faut réfléchir à des mesures d ensemble et notamment à la gestion des zones humides, des têtes de bassin indique Jean-Noël Resch, hydrobiologiste membre du syndicat mixte des milieux aquatiques du Haut-Doubs. Il faudra du temps et de l argent pour retrouver ici une rivière de première catégorie digne de ce nom. n E.Ch. l Pollution Augmentation du taux de nitrate, fortes concentrations en phosphates, hausse de la température de l eau, prolifération d algues : les rivières Loue et Doubs font l objet d une dégradation chronique de la qualité de leurs eaux confirme le B.R.G.M. (Bureau de recherches géologiques et minières). Dégradation qui s est manifestée notamment en 2010 déjà, épisodes renouvelés encore récemment, par une mortalité piscicole sans précédent. C est pour mieux comprendre les transferts dans des bassins karstiques par définition fortement vulnérables que le Département du Doubs a sollicité le B.R.G.M. en 2015 pour mettre en place un Nitrates et phosphates Le réseau de surveillance et d analyses fonctionne À l initiative du Département du Doubs, le réseau Q.U.A.R.S.T.I.C. a été créé pour surveiller en permanence la qualité des eaux du Doubs, de la Loue et du Lison. réseau de surveillance de la qualité des eaux : le réseau Q.U.A.R.S.T.I.C. (Qualité des eaux et réseau de surveillance des rivières comtoises). L objectif du réseau Q.U.A.R.S.T.I.C. est de rendre compte de la qualité des eaux de la Loue et du Doubs par le suivi des flux hydriques, des nutriments et des matières en suspension sur 5 stations. Le projet comprend quatre objectifs, indique Jean-Baptiste Charlier, de la Direction Eau, Environnement et Écotechnologies du B.R.G.M. : capter les variations physico-chimiques des eaux aux échelles temporelles de la crue, de la saison et du cycle hydrologique, constituer et alimenter une base de données publique, permettre à partir des données de la base des études et analyses et disposer de moyens de prélèvements déjà en place pour organiser des campagnes de recherche de molécules particulières (polluants, pesticides ). L idée de ce réseau est de suivre précisément, sur plusieurs années, l évolution de la qualité des eaux. Le premier bulletin publié par le réseau Q.U.A.R.S.T.I.C. portait sur l analyse de la saison hivernale. Depuis janvier 2016, les concentrations en nitrate observées dans la Loue à Ouhans et à Chenecey-Buillon sont de respectivement 6 et 10 mg/litre en période hivernale et de 4 mg/litre en début de période estivale. L évolution générale est une diminution qui s observe également sur les autres stations de la Loue et du Lison. Sur la Loue à Vuillafans et sur le Doubs à Arçon, la diminution des concentrations en nitrate atteint la limite de quantification (0,5 mg/litre) pendant le mois de mai. Les plus fortes teneurs en nitrate sont observées lors des épisodes de crue. Lors du premier semestre 2016, les plus fortes concentrations en nitrate dans les eaux du réseau Q.U.A.R.S.T.I.C. sont mesurées en hiver. L évolution globale montre une diminution régulière, typique de cette période de transition entre les hautes eaux d hiver et les basses eaux du début de l été résume le rapport du réseau. Mais une nouvelle enquête réalisée à l automne dernier et dont les résultats seront publiés avant le mois de juin montre une augmentation de ces taux, signes de la variabilité d une saison à Des stations d analyses ont été installées à 5 endroits. Ici, à la source de la Loue à Ouhans. l autre. Toutes ces analyses - le réseau totalise plus d 1 million de données sur une année -, devront servir à guider l élaboration d un plan d actions efficace observe Jean-Baptiste Charlier. n J.-F.H.

21 La Presse Pontissalienne n Mai 2017 Métabief manque d eau. Rien de nouveau, ou presque : Nous sommes dans le même cas qu en 2003, période de sécheresse, où nous sommes obligés de nous approvisionner en eau potable avec l eau du lac. On se rend compte que ce déficit arrive néanmoins de plus en plus tôt résume Gérard Dèque, le maire. Trouver de l eau est devenu un défi ici alors qu il tombe mm de précipitations au Morond par an. Un paradoxe. Les raisons sont connues : augmentation de la population et des besoins, combinée à des éléments naturels. Longtemps, le débat sur les canons à neige a divisé avant que la réserve collinaire ne soit créée. D ici la fin de l année, la commune espère régler ce problème d envergure en trouvant de l eau sous le Mont d Or, réserve inépuisable dont une partie s écoule vers la Suisse. En octobre, une opération de forage horizontale sera menée pour trouver la ressource en eau nécessaire sous la montagne. Pour extirper l eau sous le tunnel, Métabief doit négocier avec la S.N.C.F. Ici, les anciens se souviennent que la création du tunnel a engendré une fissure dans une poche d eau, laquelle a coulé dans le bassin-versant suisse. Durant les travaux, à la fin de l année 1912, de nombreuses sources du côté français se trouvent taries, qui ne retrouveront jamais vraiment leur débit antérieur. Les arrivées d eau ne dépassent pas environ 140 m 3 par heure alors que du DOSSIER l Eau Nouveaux forages Face au manque d eau, Métabief va percer sous le Mont d Or Métabief va forer en horizontale au niveau du tunnel sous le Mont d Or à compter d octobre. La commune espère tomber sur le jackpot pour ne plus avoir à résoudre les problèmes e manque d eau potable. Mesurer le débit et la turbidité. 21 Le Bief Rouge est alimenté en partie par l eau présente sous le Morond sur laquelle Métabief lorgne. côté de la Suisse elles atteignent 160 m 3 par heure. Un aqueduc est construit, qui permet d évacuer m 3 à l heure. Chaque fois que de l eau inonde le tunnel, les habitants des environs remarquent que la source du Bief Rouge se tarit. En effet, ce sont les eaux de cette rivière qui arrivent directement dans le tunnel. Après avoir colmaté une première brèche, les eaux de cette rivière réapparaissent. Mais aujourd hui, ce débit ne suffit plus. En plus du forage sous la montagne, d autres opérations sont menées actuellement : Il y a également un forage en cours au niveau de Vicernois où nous avions déjà un puits datant de Il faut que nous puissions conventionner avec les propriétaires et nous allons tester sur un an le débit et la turbidité de l eau explique la mairie de Métabief. L opération Métabief autonome en eau a débuté. n E.Ch. Zoom Pollution du Bief Rouge : la communauté de communes se retourne contre l exploitant La Presse Pontissalienne l évoquait dans son numéro de février : une défaillance technique de la station d épuration de Métabief a engendré une pollution du Bief Rouge, rivière de première catégorie. Préservé jusque-là, le ruisseau a subi d importantes pertes en truites fario puisque des eaux usées et autres papiers toilette se sont retrouvés directement dans le cours d eau. La communauté de communes Mont d Or-Deux Lacs a décidé de se retourner contre l exploitant de la S.T.E.P. qui gère son suivi et son entretien. À noter que la fédération de pêche du Doubs comptait porter plainte. La station qui accueille les eaux usées des Hôpitaux, de Touillonet-Loutelet, Saint-Antoine, Métabief, doit être remplacée par une nouvelle. Près de 10 millions d euros seront investis dans ce nouvel outil dont l emplacement n est pas encore connu. La communauté de communes négocie avec la S.N.C.F. pour récupérer un espace aux Longevilles. Une bonne nouvelle pour le Bief Rouge qui n aura plus besoin d absorber les rejets de l ancienne station. Un diagnostic du réseau d assainissement sera mené sur l ensemble du territoire de la communauté de communes, laquelle va rappeler les bons usages en matière de rejets dans les toilettes. Dernièrement, une problématique de lingettes sur le secteur de Touillon-et-Loutelet a été observée. Une information va être (re)donnée aux habitants. n

22

23 VOICI LA LISTE COMPLÈTE DES GAGNANTS : Violaine P. : 10 en carte cadeaux (Luditoyz) Marion J. : Masque de ski (Générale d Optique) Nathalie V. : Paire de lunette de soleil (Générale d Optique) Sophie D. : Lavage à 14 (SPA Auto) Magalie V. : Casquette et sac à dos (Downhill Shop) Valérie D. : Bon d achat de 20 (Fashion Factory) Caroline A. : Lavage à 14 (SPA Auto) Jean-Baptiste R. : Lavage à 14 (SPA Auto) Maxime L. : 10 en carte cadeaux (Luditoyz) Melanie G. : Bon d achat de 20 (Fashion Factory) Marlène B. : Lavage à 14 (SPA Auto) Sandrine M. : Bon d achat de 20 (Fashion Factory) Julie D. : Lavage à 14 (SPA Auto) Merci à tous les participants!

24 24 La Presse Pontissalienne n 211- Mai 2017 DOSSIER OUVERT TOUS LES JOURS Vente directe de la ferme & produits régionaux NOUVEAU Unique dans le Haut-Doubs CHARCUTERIE MAISON POULET - PINTADE - DINDE BOEUF HIGHLAND ATYPIQUE LONGEVILLES MONT D OR - Tél.: POULETS ROTIS AU FEU DE BOIS l Réaction Philippe Alpy J en appelle à une prise de conscience collective Philippe Alpy est le président de la commission locale de l eau (C.L.E.), qui porte le projet de création d un Établissement Public d Aménagement et de Gestion de l Eau (E.P.A.G.E.) sur le territoire du Haut-Doubs et de la Loue. Un outil au service de la gestion globale des cours d eau. Explications. La Presse Pontissalienne : La C.L.E. que vous présidez s est réunie le 30 mars dernier à Levier pour faire le point sur les actions à poursuivre en matière de gestion des milieux aquatiques. Les choses avancent? Philippe Alpy : La Commission Locale de l Eau poursuit notamment ses discussions sur le projet de création d un E.P.A.G.E. sur le secteur Haut-Doubs et Loue, suite à une première consultation des collectivités. L objectif est bien de continuer à nous structurer de manière la plus efficace possible. Cette démarche de concertation doit conduire à la création de cet E.P.A.G.E. d ici la fin de l année. L.P.P. : Quel est le but d un E.P.A.G.E.? P.A. : Les communautés de communes seront amenées dès 2018 à prendre en charge la nouvelle compétence Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations (G.E.M.A.P.I.) et certaines d entre elles ne font partie ni du syndicat de gestion des milieux aquatiques du Haut-Doubs ni du syndicat mixte de la Loue. Un E.P.A.G.E., qui se substituerait aux syndicats mixtes, permettra aux territoires de gérer de façon conjointe la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations. L.P.P. : Pourquoi avoir créé également le réseau Q.U.A.R.S.T.I.C.? P.A. : Il n y a pas un jour sans qu une association ne se répande, souvent à raison d ailleurs, dans la presse pour dénoncer tel ou tel problème. À travers la création du réseau Q.U.A.R.S.T.I.C., l idée est précisément de pouvoir tous (associations, élus, citoyens) disposer d informations précises et partagées concernant l état de nos rivières sur lesquelles on puisse s appuyer en toute objectivité. Des informations partagées avec des scientifiques dans un cadre non conflictuel. En tant que président de la C.L.E., je dois en permanence initier ce champ de débats. L.P.P. : Les épisodes de pollution, de Philippe Alpy, maire de Frasne, vice-président du Département du Doubs, préside la commission locale de l eau Haut-Doubs Haute-Loue. mortalité piscicole, et la dégradation de la qualité des cours d eau en conséquence se produisent encore trop souvent. À qui la faute? P.A. : Quand la station de Métabief-Mont d Or déborde, ce n est pas acceptable et c est en l occurrence de la responsabilité des élus. Mais d abord c est une question de citoyenneté. Quand justement on retrouve des lingettes et un tas de cochonneries dans les réseaux, c est d abord la faute des citoyens. On peut toujours reprocher aux responsables de ne pas intensifier les moyens de contrôle, c est d abord une question de comportement. Quant aux mortalités de poissons, elles sont multifactorielles, pouvant provenir aussi bien des épisodes de froid, que de pollution ou de sécheresse à répétition. Ces facteurs faisant que les cours d eau ne se régénèrent pas correctement. J en appelle à une prise de conscience collective : chaque citoyen doit se sentir concerné dans ses actes de la vie quotidienne. Quand on utilise du Destop ou un produit non dégradable, on agit contre la nature. On sait que les parabens, les excipients, agissent contre les invertébrés dans les cours d eau. Les choses avancent : en 2019 s appliquera l obligation d utiliser du zéro phyto pour le désherbage par exemple. L.P.P. : Vous êtes optimiste pour l avenir de nos cours d eau? P.A. : Il faut s appuyer sur les exemples où l activité humaine a été corrigée. L exempletype, c est le Drugeon avec un reméandrement efficace et le retour du poisson que l on constate. C est à chaque collectivité d être vigilante sur ces points-là. Tout l objet également est d avoir une ingénierie efficace. C est aussi le but de se fédérer au sein d un E.P.A.G.E. Je ne désespère pas de voir les choses évoluer dans le bon sens. C est un dossier de longue haleine, qui commence à porter ses fruits. Chacun doit être responsable. Il n y a pas si longtemps, il y avait encore sur nos territoires des déchetteries sauvages. Désormais, il est acquis que de remettre des haies au bord des cours d eau permet de limiter le réchauffement de la température de l eau, tout comme il faut que tout le monde admette que si l on veut refaire un barrage sur le lac Saint- Point, c est pour de bonnes raisons, pour assurer un débit suffisant en aval du Doubs. L.P.P. : Est-ce que tout le monde arrive à se parler sereinement sur ces sujets sensibles? P.A. : Nous avons beaucoup évolué sur ces questions. Les associations de défense de la nature et les agriculteurs ne pouvaient pas passer une réunion sans s insulter. Tout cela est fini, les choses vont dans le bon sens. C est long, mais ça avance. Les associations jouent pleinement leur rôle, elles interpellent les élus et c est tant mieux. Le tout est de trouver l espace pour mettre les actions en place. Il y a désormais une vraie volonté de faire de toutes les forces vives et les choses avancent. On ne va jamais assez vite, jamais assez loin, mais il y a une véritable prise de conscience. n Propos recueillis par J.-F.H.

25 DOSSIER l Sécheresse Nappes phréatiques La cote d alerte n est pas loin Alors que l été n est pas encore arrivé, le niveau de la nappe phréatique inquiète déjà. Sans pluie abondante d ici l été, les cotes d alerte seront atteintes partout. Quand un habitant du Haut- Doubs ouvre son robinet, il est loin de penser que l eau qui coule est ici aussi une denrée précieuse. Malgré les épisodes pluvieux constatés fin avril et début mai, la situation des nappes phréatiques est loin d être satisfaisante. Les huit points de prélèvement répartis sur la plaine de l Arlier fonctionnent encore tous. Mais pour combien de temps encore? Le puits de Champagne 3 (voir schéma ci-dessous) est passé Gérard Rognon, viceprésident de la C.C.G.P. chargé de l eau et de l assainissement. tout près de sa cote de désamorçage, à 11 mètres de profondeur. Nous sommes en situation de manque d eau depuis novembre, observe Gérard Rognon, le vice-président de la C.C.G.P. chargé de l eau et de l assainissement. L automne a été assez sec, l hiver peu enneigé. Aujourd hui, les nappes phréatiques sont à un niveau très bas, malgré les récents coups de pluie. D habitude, c est en mars et avril que les nappes se refont une santé. Ce n est pas le cas cette année. Même si le lac Saint-Point constitue pour les communes de la C.C.G.P. un réservoir en cas de besoin, ce dernier n est pas non plus une source inépuisable. Il faut donc sans cesse tenter de trouver de nouveaux puits de captage, d autant que plusieurs de ceux qui fonctionnent actuellement seront obligés de fermer faute de pouvoir les protéger convenablement. Le puits situé à Dommartin, par exemple, devra être abandonné car non protégeable. Tout comme les puits de Champagne qui à La Presse Pontissalienne n 211- Mai 2017 Sur le puits de Champagne 3, plaine de l Arlier, le niveau d eau de l année 2017 est beaucoup plus bas que celui de Vigilance. 25 terme seront condamnés car la sécurité n est pas garantie à 100 %. Des forages sont actuellement effectués pour trouver de nouvelles ressources. Nous en avons effectué un récemment à Houtaud qui n a pas donné satisfaction. Nous poursuivons les investigations annonce Gérard Rognon. D autres forages d essai sont programmés d ici la fin de l année sur la plaine de l Arlier pour se prémunir d une éventuelle carence en eau. Les zones les plus prometteuses se situent entre Houtaud et Les Granges-Narboz en amont de la zone bâtie. Le développement de l interconnexion entre les communes du secteur est aussi une des réponses à la problématique eau potable. Une nouvelle conduite sera installée entre Bannans et Sainte-Colombe avec un nouveau réservoir construit à Bannans. Nous avons également un projet de nouvelle conduite entre Pontarlier et Les Granges. La lutte contre les fuites participe également de la gestion de la bonne gestion de la ressource. Tous les jours, les services de la C.C.G.P. pompent m3 d eau dans la nappe phréatique pour satisfaire les besoins de la population et du La sécurité n est pas garantie à 100 %. bétail. Selon la période, cette consommation peut atteindre les m 3 par jour. Le sujet est tellement important, même si on n en a pas tous conscience, qu il est nécessaire d en appeler à la vigilance de tous. Le niveau des nappes actuel impose à tous cette vigilance rappelle Gérard Rognon. n J.-F.H. N OUVE b AU À f Métabie U Ma vie en Duplex Chaleureux, convivial et lumineux, le Duplex-Jardin propose un environnement de vie exceptionnel, modulable et personnalisable à l envi. DEVENE E Z P R OPRIÉ AIRE D'UN DUPLE X-J ARD TA IN 5 PIÈCES AGENCE DE MORTEAU Ma vie au Jardin Ma vie en Pratique Engazonné et arboré, le jardin s offre à vous depuis la terrasse : planter, jardine r, jouer, paresse r, les possibilités sont nombreuses. Grands garages privatifs et/ou parkings extérieurs, tout a été pensé pour favoriser votre vie quotidienne et vous permettre de profiter au maximum de votre chez-vous. Découvrez également nos offres à Dommartin, Bulle et Pontarlier carre-habitat.com RCS Crédits photos : Getty Images, Carré de l'h Habitat - Représentation non contractuelle. Dagré Communication R

26 26 MOUTHE- RÉGION DES LACS La Presse Pontissalienne n Mai 2017 LAC SAINT-POINT Jusqu à 80 poissons en une journée De la famille des salmonidés, Pêche au corégone : c était beaucoup mieux avant Objet de pêches miraculeuses qui attiraient jadis des pêcheurs de toute la France, le corégone ne fait plus rêver, loin s en faut. Fin d un mythe éphémère. Àécouter Daniel Bully et son ami Jean-Pierre Verbeck atteint de corégonite depuis plus de quarante ans, on croirait entendre des Marseillais un rien enthousiastes devant les quantités de corégones qui se pêchaient il y a de cela vingt ou trente ans dans les eaux profondes du lac Saint-Point. C était La Mecque du corégone. Il s en prenait des quantités astronomiques. Certains abusaient bien entendu et s adonnaient à la revente. Il y avait parfois jusqu à 40 barques au-dessus du banc de corégones, se souvient Daniel Bully. Dans le temps, je les fumais dans un tonneau de 200 litres. Aujourd hui, j aurais bien du mal à le remplir, confie Jean-Pierre Verbeck toujours fidèle à cette pêche qui ne ressemble à aucune autre. C est tout son charme. La pêche au corégone se pratique en barque sur les eaux calmes du lac. A priori, le lac Saint-Point n était guère propice pour accueillir ce poisson blanc des profondeurs qui nagent en bancs supposés suivre le zooplancton dont il se nourrit avec des insectes et petits crustacés. Pas sûr qu aujourd hui d ailleurs la réintroduction dont il a fait l objet soit autorisée. Du moins vu l état de dégradation du biotope lacustre. Le corégone blanc qu on nomme aussi féra, lavaret, palée a été réintroduit en 1948 au lac Saint-Point à l initiative de Marcel Goux, ingénieur O.N.F. comme le raconte Claude Charberet l ancien président de la Truite Pontissalienne dans un reportage sur la chaîne Season. L opération consistait à prélever alevins du lac de Neuchâtel pour les faire incuber à l ancienne pisciculture domaniale de Malbuisson. Les premières prises surviennent quelques années plus tard. C est plutôt le fruit du hasard car les pêcheurs locaux avaient pour habitude de rester en zone peu profonde là où se trouvaient les autres espèces de poissons, indique Daniel Bully. Au fil des ans, le corégone prolifère dans les eaux du lac, le banc s épaissit. Une pêche programmée confirme la présence d une population considérable avec des individus pouvant peser jusqu à 3 livres. Restait à trouver la technique de pêche la plus appropriée. C est une pêche très spécifique, un vrai casse-tête. Je le pêche depuis quarante ans sans avoir trouvé la formule magique. Les fondamentaux n ont pas trop changé. Il s agit toujours d une pêche à poste fixe en barque. Le pêcheur utilise une petite canne ou canin munie d un scion très sensible équipé d un moulinet léger ou d un cadre. Appelée sonde, plombier ou gambe suivant les endroits, la ligne comprend une série de plusieurs hameçons, dix au maximum, et se termine par une plombée dont le poids varie en fonction de la profondeur désirée. Les premiers pêcheurs utilisaient des scoubidous de couleur plus ou moins foncée. le corégone est muni d une petite bouche et se nourrit de plancton, nymphes, diptères Puis la technique a évolué notamment en observant les pêcheurs venus du lac d Annecy avec des nymphes. On préfère maintenant des hameçons doubles. Le reste est surtout une affaire de concentration et de persévérance. Inlassablement, le pêcheur monte puis redescend son canin d un geste régulier en observant attentivement le scion, prêt à réagir à la moindre secousse suspecte. Quand le poisson est ferré, il faut ensuite le remonter des profondeurs, fixer une rallonge de plusieurs mètres au canin pour ramasser le poisson à l épuisette. Les touches sont infimes. Le corégone se décroche facilement. On devait parfois se méfier des brochets toujours à l affût. À Saint-Point, la saison du corégone s étend de mars à novembre. La maille est fixée à 32 cm. Jean-Pierre Verbeck est resté fidèle même s il rentre beaucoup plus souvent bredouille qu avant. C est Surtout une affaire de concentration et de persévérance. plus un prétexte pour sortir et se retrouver en barque sur le lac. Estce le fait de la pollution, de l eutrophisation, du manque de nourriture, d oxygénation? Toujours est-il que la population de corégones a fortement régressé au lac Saint- Point. Il ne subsiste guère plus que des beaux souvenirs de pêche exceptionnels. n F.C. MÉTABIEF Événement les 20 et 21 mai Le retour en gloire du V.T.T. de descente Passionné de V.T.T., de leur station, un groupe de pilotes organise le Métabief Open D.H.I. samedi 20 et dimanche 21 mai sur les pentes du Morond pour la seconde année. 250 pilotes attendus. Un Ils ne sont pas du genre à rouvrir l album photo de 1993, époque faste pour le V.T.T. à Métabief avec l organisation de la coupe du Monde. Au contraire, sous leur casque, les yeux des pilotes de descente de Métabief sont déjà tournés vers le prochain virage. Un gage d anticipation pour ne pas se rater à la prochaine bosse. Sur la piste comme dans l organisation, Clovis Chauvelot et ses camarades prennent quelques risques mais retombent toujours sur leurs roues. Ils l ont prouvé l an dernier en organisant en mai le premier Métabief Open D.H.I., première course de descente V.T.T. à laquelle 271 pilotes ont participé. Un véritable succès qui a fait vivre, un week-end durant, la station, ses bars, ses loueurs de vélos. Affiliés au club V.T.T. Métabief- Mont d Or, ils remettent le couvert cette année samedi 20 et dimanche 21 mai avec davantage de moyens et d ambitions. Lorsqu en 2015 j ai fait part de ma volonté de relancer une compétition de V.T.T. de descente à Métabief, c est vrai Ils ne comptent pas s arrêter là. que tout le monde m a pris pour un fou, se souvient Clovis Chauvelot, membre du club V.T.T. Mais les gens, la station, ont bien compris que notre volonté est de créer une dynamique autour de ce sport et que tout se passe bien avec les locaux dit celui qui n est pas originaire du secteur, tombé dans ce sport par l intermédiaire de son fils Léo. Responsable de l organisation, il est accompagné de valeurs sûres avec Samuel Peridy (champion du monde master de V.T.T. descente), de Martial Félice, Olaf Veltman, David Butez, Gilles Bourdelle, Aurélien Marie. Nous sommes une bande de copains qui a démarré avec 7 pilotes. Nous sommes 21 aujourd hui. Nous n aurons pas de champions du monde mais notre objectif est d attirer des jeunes et de créer une dynamique avec la section. Le club de V.T.T. présidé par Vincent Bôle-Richard apporte son aide technique. La station de Métabief qui a fait depuis quelques années de gros efforts Clovis Chauvelot (à droite) et Aurélien Marie, membre du V.T.T. Métabief-Mont d Or section descente, lance pour la 2 ème année une compétition de V.T.T. descente. pour redonner à ses pistes leurs lettres de noblesse les soutient dans l organisation de l événement. Une aide précieuse. Métabief sera l une des premières stations à ouvrir ses pistes de descente comparée aux autres stations. C est le moyen pour nous de faire découvrir le site à des pilotes venus d Ile-de-France mais aussi d ailleurs témoigne l organisation. La course promet d être spectaculaire. Un troisième road-gap (saut avec traversée de route) a été conçu. But de l épreuve : descendre le plus rapidement les 2,3 km de la piste noire. L an dernier, Dylan Leveque (V.T.T. Cube Team) avait réalisé le meilleur temps (3 52 ). Support des championnats de Bourgogne-Franche-Comté et d Ile-de-France, l épreuve va accueillir plus de 250 pilotes, nécessiter 30 signaleurs en bord de piste pour assurer la sécurité. Budget de l organisation : euros. C est un événement gratuit, qui fait bouger la station conclut Clovis Chauvelot qui ne compte pas s arrêter là. Il projette d organiser à l avenir une manifestation nationale voire internationale. Les descendeurs n ont pas froid aux yeux. n Métabief Open D.H.I., course V.T.T. de descente samedi 20 et dimanche 21 mai à Métabief (pied de la Renversée). Renseignements : Facebook/Métabiefopen

27 MOUTHE - RÉGION DES LACS La Presse Pontissalienne n Mai MÉTABIEF Travaux en cours L espace Mutin, un nouveau cœur pour Métabief Périscolaire, bibliothèque, multi-accueil et cantine au rez-de-chaussée, appartements touristiques pour personnes handicapées à l étage : le futur Espace Bruno-Mutin sera livré l an prochain. Le maire Gérard Dèque devant le chantier en cours de construction. Aux 16 et 18 de la rue du Village à Métabief, le chantier avance à grands pas laissant entrevoir la première esquisse de ce que sera le futur cœur de village. Maire bâtisseur, Gérard Dèque l assume. D ici quelques mois, lui et son conseil municipal auront terminé l un des grands projets de mandat : la construction de l espace Bruno-Mutin, du nom de ce Chat Gris - toujours en vie - qui a tant donné pour son village et notamment pour les personnes handicapées. C est un homme au grand cœur, avec du caractère. Cet espace ne pouvait pas avoir d autre nom. D aucuns critiqueront peut-être son francparler, mais tous devront reconnaître qu il a toujours rempli sa vie au service des autres, sans jamais profiter des deniers publics résume le maire qui suit l avancée du chantier. Bruno Mutin, fils de l assistance publique né en 1939, demeure toujours dans sa maison à Métabief. Après avoir créé des lotissements, rénové le cinéma, la commune engage sur l ancien site de l hygiène sociale - bâtiment rasé en la construction d un bâtiment dédié aux petits (le multi-accueil) et aux plus grands (la cantine, le périscolaire, la bibliothèque), comme à ceux qui sont nés différents puisque des 3,7 millions d euros d investissement. logements touristiques pour groupes de personnes handicapées seront conçus à l étage présente la municipalité. Coût de l opération : 3,7 millions euros dont 1,2 million de subventions. Les parents d élèves bénéficieront (en 2018) de services en seul et même lieu puisque la halte-garderie sera transférée dans ce nouveau bâtiment. Les L espace Bruno-Mutin sera livré en enfants iront au périscolaire, à la cantine, à la bibliothèque en ayant simplement à traverser la cour d école précise le maire. Quant aux bâtiments de la halte-garderie (accolés à la discothèque), une réflexion sera engagée en septembre pour leur donner une autre affectation. Enfin, à l étage de ce futur bâtiment, la commune a décidé de créer 22 places touristiques pour personnes handicapées. Une délégation de service public va gérer ce lieu. La station qui bénéficie de l expérience de l association Apach Évasion pourra par exemple proposer l hiver (mais aussi l été) des animations à ces personnes. Avec un investissement d 1 million d euros pour ce premier étage, il n y avait qu une collectivité pour le faire déclare le maire qui assume le côté solidaire. Avec cet ouvrage, c est le cœur du village qui va se moderniser. n E.Ch. TICKETS RESTAURAA NT R ayon vente au MALBUISSO m agasin 8 à Huit ON - LAC SAINT POINT Tél. Fax : :

28 28 MOUTHE - RÉGION DES LACS La Presse Pontissalienne n Mai 2017 NATURE Les sapins Espagnols, vénérables protecteurs des alpages jurassiens Les gogants participent depuis fortlongtemps aux attraits touristiques de la région de Saint- Cergue. Planté dans un alpage du massif du Chasseron, ce beau gogant a déjà pris la foudre plusieurs fois. L enchevêtrement des troncs constitue des niches écologiques à de multiples espèces végétales et animales. Des arbres remarquables Aussi discrets qu âgés, ces géants tricentenaires plantés à l époque où la Franche-Comté était encore espagnole ont une silhouette très particulière en forme de chandeliers. Présentation. Beaucoup connaissent les sapins présidents qui célèbrent les plus beaux arbres des forêts communales ou domaniales du massif jurassien. Plus rares sont ceux qui s intéressent aux Espagnols. Il n y a guère que les usagers des alpages : bergers, amodiataires qui puissent aujourd hui en parler. On trouve aussi quelques traces écrites sur le sujet, notamment un article paru en juillet 1948 dans la publication La nature : revue des sciences et de leurs applications. On y apprend que ces arbres qui font abstraction de la frontière sont baptisés gogants chez nos voisins. Ce nom usité dans la Suisse vaudoise et romande est étendu aux sapins et épicéas, voire à d autres essences, dont la grosseur, l âge, le 7 mètres de circonférence. port majestueux ou la bizarrerie des formes attirent l attention, indique Charles Broyer, l auteur de l article. Espagnols ou gogants désignent des sapins blancs isolés de taille exceptionnelle ayant pris avec l âge une ampleur que ne connaissent jamais les arbres des forêts. Contrairement à ce que l on pourrait penser, un épicéa ou un sapin centenaire reste un jeune arbre, explique un spécialiste de la biodiversité jurassienne. L originalité de ces géants débonnaires réside aussi dans leurs formes liées au fait qu ils étaient écimés à deux mètres de hauteur environ pour faire des rejets. Les branches se détachant de la base du tronc atteignent la grandeur d arbres véritables. Charles Broyer évoque un spécimen qui se ramifie à deux mètres du sol en une douzaine de branches s élevant en cimes. Le tronc à 1,5 m de la base mesure 7 m de circonférence. En hauteur, ils peuvent monter jusqu à 30 m. Cet écimage déprécie forcément leur valeur marchande. Ce qui explique sans doute pourquoi ils ont échappé à la hache meurtrière du bûcheron. Leur ancienneté leur confère une valeur patrimoniale assez exceptionnelle. Ces sapins ont de ramures mortes qui restent attachées aux troncs. Ils abritent aussi nombreuses cavités remplies de mousse qui hébergent beaucoup de végétaux parasites, des lichens Certaines espèces d oiseaux nichent dans les écorces, poursuit le naturaliste en suggérant que les Espagnols mériteraient d être conservés au titre de la biodiversité. L opération d écimage a plusieurs finalités qui s articulent autour de la protection des hommes, du gibier, des troupeaux et des chalets d alpage. Ces chandeliers forment ainsi un large parapluie capable d abriter une vingtaine de vaches pendant la nuit. À côté des bâtiments, ils servent de paratonnerre. Certains ont subi maintes fois la foudre perdant parfois un ou plusieurs candélabres. Ces Espagnols ou gogants ne se laissent pas toujours admirer au premier venu. Pour les découvrir, il vous faudra parcourir les alpages jurassiens franco-suisses, interroger les bergers et autres amoureux de ces espaces pastoraux. n FESTIVAL DE LA PAILLE // HAUT-DOUBS FESTIVAL // LE GROS WEEK-END ROLLING SAÔNE // LA GUERRE DU SON // SAÔNORITÉS CORBAK FESTIVAL // FESTI NEUCH VOS CONCERTS ET FESTIVALS Villages FM vous propose ses services et ceux de ses partenaires en communication : SPOTS RADIOS // ENCARTS PRESSE // ARTICLES // INTERVIEWS // PROGRAMMES // AFFICHES // FLYERS // Les Espagnols poussent davantage en largeur qu en hauteur. AVEC VOTRE RADIO 99.8 / / PONTARLIER & VALLORBE Ce bel Espagnol situé sur un alpage du Mont d Or a perdu un de ses puissantes ramures.

29 FRASNE - LEVIER La Presse Pontissalienne n Mai LEVIER La Presse Pontissalienne : Quel rôle doit jouer, selon vous, votre association de commerçants? Gérald Prévalet : Grâce à cette association, les commerçants et artisans créent des liens, font des rencontres. Presque tous les commerçants et artisans de Levier adhèrent au C.E.L. (Carrefour Économique de Levier). Il en ressort des émergences d idées pour améliorer les choses et pour dynamiser le bourg. Ça me fait plaisir quand j entends dire qu à Levier il y a toujours quelque chose. L.P.P. : Quels sont vos efforts pour dynamiser la commune? G.P. : L organisation de deux événements dans l année nous tient à cœur : il y a donc le marché de Noël le premier week-end de décembre, le dimanche 3 décembre exactement cette année, et la foire à venir. C est toujours bien de sortir de sa boutique, de ses murs. Un marché de l Avent, des portes ouvertes, amènent une nouvelle clientèle. Ces manifestations sont une Foire de la Saint-Jean On espère que le consommer local revienne dans l air du temps Chaque troisième dimanche du mois de juin, Levier fête son Saint Patron et ne fait pas les choses à moitié cette année. Le dimanche 18 juin, le centre sera coupé à la circulation et pendant tout le week-end, la fête de la musique, ainsi que la fête foraine s associeront à l événement! Rencontre avec le président du Carrefour Économique de Levier, à l origine du projet, Gérald Prévalet. vitrine pour les artisans. L.P.P. : Vous organisez votre troisième foire de la Saint-Jean le dimanche 18 juin. Quel en est le programme? G.P. : Cette année a la particularité de voir s associer la fête de la musique, avec la communauté de communes et l école de musique Musicart s, la fête foraine avec les manèges et les attractions pour petits et Notre but est de pérenniser cette fête si bien partie. grands, et la fête de notre Saint Patron avec un objectif de quarante exposants de tous les horizons. Dès le samedi soir 17 juin, trois groupes vont se produire sur une scène place de la Mairie : Korrigan s Celtic Rock, Après la ville (ex- Seed), et Princesse(s). La fête foraine sera installée du samedi au lundi avec manèges, stands de tir à la carabine et de pêche aux canards, auto-tamponneuses Le dimanche dès 7 heures, les axes seront bloqués et les stands se trouveront au milieu de la rue. Les visiteurs pourront ainsi flâner en toute sécurité. Le système rue piétonne plaît. À partir du midi s ajoutera un apéritif-concert avec les formations musicales de l école de musique : l orchestre junior, l ensemble à cordes, le Rock Band, la chorale Musichœurs et il y aura aussi l orchestre Soluna avec Jean-Michel Trimaille La scène sera ouverte à tous les amateurs qui peuvent se faire connaître à la mairie de Levier avant le 25 mai. Les pompiers proposeront buvette et petite restauration au carrefour. Tout va se tenir sur la place. L.P.P. : D où viennent les exposants et comment se passent les inscriptions? G.P. : De Levier bien sûr, mais aussi de l extérieur, de la grande région. Nous en avions trente l année dernière et devrions en avoir quarante cette année. Certains nous ont déjà réservé le même emplacement que l année dernière. Les premiers inscrits ont leur emplacement au centre et on s éloigne au fur et à mesure. Il y aura des stands de commerçants en tout genre : commercial, agricole, artisanat, vêtements, fruits et légumes L.P.P. : L avenir? G.P. : Nous aimerions vraiment pérenniser cette foire si bien partie, qu elle ait une visibilité dans toute la région, comme la Saint-Luc à Pontarlier par exemple. Ce n est que la troisième édition, mais par la suite, nous aimerions Gérald Prévalet, le président du Carrefour Économique de Levier, ne manque pas d idées et d entrain pour l organisation de la foire de la Saint-Jean. intégrer des petits animaux et des chevaux (avec le musée du cheval comtois à Levier), et pourquoi pas une spécialité culinaire typique. L.P.P. : Comment voyez-vous le commerce du futur dans les petites villes comme Levier? G.P. : Il ne faut pas se cacher que le petit commerce n a pas le vent en poupe avec l arrivée d Internet et des ventes en ligne. Il faut varier ses prestations pour ouvrir au maximum la clientèle en espérant que le consommer local revienne dans l air du temps! n Propos recueillis par M.T. Contact : Carrefour économique de Levier, Gérald Prévalet, , et par mail ou

30 30 FRASNE - LEVIER La Presse Pontissalienne n Mai 2017 FRASNE Mobilité électrique Des bornes électriques et une location de vélos électriques La commune de Frasne prépare une nouvelle offre de mobilité avec un projet de location de vélos électriques et des bornes de rechargement pour les véhicules électriques. Le maire cherche un gestionnaire. De gauche à droite : Jean-Jacques Courty, curé du village, qui avec le conseil des jeunes, réalise les pictogrammes pour les trottoirs, Jean-Pierre Vuitton, quatrième adjoint chargé des travaux et des infrastructures, et Philippe Alpy, Maire, devant le point de recharge des bornes électriques. GOUX-LES-USIERS locaux que nous occupons sont partagés par une orthophoniste, les infirmièr(e)s, Les et depuis peu une hypnopraticienne. Nous soignons bien évidemment certains patients en commun, et je suis chaque fois surpris de ce que chacun peut apporter dans la prise en charge globale d une personne explique le Docteur Clément Mercier. Dans le passé, les soins libéraux se résumaient à infirmières, kinésithérapeute et médecin, aujourd hui, les orthophonistes, les ostéopathes, les psychomotriciens sont devenus au même titre des maillons indispensables de la chaîne de soin. L orthophoniste, installée depuis quelques années, connaît, comme son métier de rééducation, un essor important. Les infirmiers se sont installés à peu près en même temps qu elle. Ils sont maintenant au nombre de trois. Ils consultent au cabinet sur rendezvous et vont prochainement ouvrir Santé La maison paramédicale se développe Située dans la maison qui regroupait auparavant les deux médecins, les Docteurs Mercier et Jardin, elle accueille maintenant, autour du médecin succédant à son père depuis 2012, Clément Mercier, des infirmiers, et une orthophoniste, installés à ses côtés depuis quelques années, ainsi qu une praticienne en hypnose éricksonienne, et prochainement une sage-femme. des per manences dans la journée pour les soins. Marie-Hélène apprécie d avoir le médecin à proximité pour un avis médical. On peut partager par rapport aux patients. C est pas mal de mettre les idées en commun. Ils desservent tout le secteur du Val d Usiers, Aubonne, Saint-Gorgon, Je recherchais un tel lieu pour exercer. Ouhans, Bugny, Évillers jusqu au Prés-de-Vaire, Renédale. Depuis le début de l année, une praticienne en hypnose éricksonienne, originaire du pays, Fanny, a ouvert son cabinet. Elle est formée par l A.R.C.H.E. (Académie pour la Recherche et la Connaissance en Autour de la gare de Frasne, tout est déjà fait pour circuler à vélo en toute sécurité grâce à une signalétique nouvellement réinventée à l instar des trottoirs rouges. Cet aménagement est emblématique pour la commune. La place pour installer les bornes de recharges électriques est déjà réservée entre la gare et la poste et c est tout naturellement que le village se prend à imaginer une nouvelle offre de mobilité proposant des vélos électriques en location. L idée du vélo électrique correspond à une attente du public. Remonter sur un vélo, profiter de sa mobilité douce, assistée, explique le maire de Frasne, Philippe Alpy, lui-même cycliste. C est dans l air du temps! L emplacement est donc prévu : panneaux, raccords, mais rien de concret encore puisque l idée de Philippe Alpy est de faire un appel du pied à un gestionnaire qui serait intéressé. Dressant un parallèle avec la station de Métabief où l activité du V.T.T. électrique est à développer sur les quatre saisons, il constate que les gens veulent se faire plaisir, être dans la nature sans se faire mal. Le vélo électrique permet de renouer avec le plaisir autrement qu avec la marche, sans créer de nuisance. Les villages comme Frasne, adhérents au Hypnose Éricksonienne). Elle intervient au cabinet et à domicile, aussi bien auprès des enfants, des adolescents que des adultes pour traiter toutes sortes de troubles, du manque de confiance en soi à l arrêt du tabac. Je propose des thérapies brèves, explique-t-elle. C est avec l émotion et la motivation des gens que je travaille. Tous apprécient l ambiance de travailler ensemble, de se croiser, de partager la même salle d attente Pour les patients, c est bien car tout est au même endroit, explique une infirmière. La pharmacie est au bout de la rue, ajoute Fanny. Prochainement, début septembre, une sage-femme diplômée d État, s installera sous ce même toit. Cette structure répond à une évolution du mode d exercice souhaité de plus en plus par les professionnels de santé. Je recherchais un tel lieu pour exercer, atteste Fanny, hypnopraticienne, qui a rejoint l équipe il y a quelques mois. Nos élus locaux sont conscients de la fragilité de notre structure et soucieux d assurer la pérennité de nos activités Parce que la proximité d un lieu de soin est un confort indéniable pour tout le monde et tous les parents qui ont eu un enfant réveillé la nuit par une otite connaissent le confort d avoir un médecin proche, constate Clément Mercier, avant de regretter que l A.R.S. (Agence Régionale de Santé), trop éloignée de la réalité, ne semble pas comprendre, anticiper, agir avec bon sens ce qui expliquerait la situation démographique médicale catastrophique dans le Haut- Doubs. n M.T. Pratique : Maison médicale, 12 rue de la Corvée, Goux-les-Usiers. Tél. : BANNANS Syndicat Intercommunal d Électricité de Labergement-Sainte-Marie (S.I.E.L.), vont être équipés de bornes de recharges électriques pour vélos et voitures. L idée de leur déploiement et de leur impact environnemental est à mettre en place. Aiguillé par des ateliers de réflexion cet hiver, l enjeu du tourisme à mobilité assistée se résume ainsi, d après Philippe Alpy : La mobilité dans notre territoire tellement beau doit être développée de façon naturelle. En termes de mobilité douce et assistée, sa découverte se reflète dans des paysages doux et englobants. Pour le territoire, c est une signature qui correspond à ce que l on souhaite : on a vocation à accueillir. La problématique qui se pose alors est : Oui, il y a une attente de la population. Comment la formaliset-on? Il s agit donc d écrire un scénario, une maquette à géométrie variable, d avoir l audace de dire que c est possible, propose avec enthousiasme le maire de Frasne. Je pense que c est un challenge. À l image de nos voisins suisses qui développent des axes de vélos de l autre côté du Jura, il faudra trouver un gestionnaire du parc. Il pourra être envisagé que ce soit par exemple un acteur privé qui gère toute la logistique autour des vélos : l entretien, l assistance et la réactivité sept jours sur sept pour aller chercher le client en cas de panne Avec ma casquette de président du Syndicat Mixte du Mont d Or, si on peut amener des gens à vélo au Mont d Or, au tremplin de Chaux-Neuve, joindre l utile à l agréable, ce serait un autre art de découvrir le territoire. Ce projet s inscrit dans le cadre du bien vivre. On ne doit pas agresser l environnement, conclut Philippe Alpy. n M.T. Sécurité routière Projet de modification du carrefour La délibération a été prise en 2015 pour sécuriser ce carrefour dit de l ancienne scierie et sa concrétisation devrait avoir lieu avant la fin de cette année. Après la réalisation de tests concluants sur les zones humides par un cabinet spécialisé, et l accord de la dérogation préfectorale à l Arrêté de Protection Biotope (A.P.B.) autorisant la réalisation d une route, le projet va pouvoir aboutir cette année. Certes les tests et la dérogation sont acquis depuis quelque temps, mais il y avait un problème de moyens pour le financer jusqu alors, puisque d autres chantiers étaient engagés au sein de la commune, tels que la construction du château d eau, la rénovation de l église, les travaux de voirie dont l enfouissement des réseaux rue Laurent-Troutet. C est un projet de longue haleine, explique le maire du village, Claude Dussouillez, pas simple au niveau projet et pas simple au niveau protection environnementale. Le carrefour dit de l ancienne scierie, en X aujourd hui, formé par les rues d Arlier, Laurent-Troutet et du Vieux Moulin, avec peu ou pas beaucoup de visibilité sera décalé et rehaussé. On doit commencer incessamment. Les bordures sont arrivées. Le besoin de modifier ce carrefour provient davantage du fait de l étendue du village côté La Rivière-Drugeon, avec la création du lotissement Montguidan et de sa dizaine de maisons, que de faits d accidentologie, car malgré le manque de visibilité, on ne compte fort heureusement pas d accidents particuliers sur cette portion de route, pourtant circulante, avec le passage quotidien de 450 véhicules dont 6 % de trafic poids lourd, d après des comptages réalisés en Concrètement, la petite route arrivant de La Rivière-Drugeon sera rehaussée et réduite, la desserte de la maison existante et des terrains à peine plus réduite. Des barrières seront installées pour sécuriser le passage des enfants se rendant à l école. Pour ne pas que les piétons soient obligés de faire le tour, un passage uniquement pour eux sera mis en place avec des barrières spéciales pour éviter que les petits engins motorisés comme les quads et les motos y accèdent, détaille le maire du village. Le plateau du carrefour sera lui-même surélevé et des ralentisseurs seront installés dans les rues attenantes. On est obligé d y penser et de faire des aménagements contre les actes d incivilité, tient à souligner Claude Dussouillez. Le budget pour la réalisation de ce nouveau carrefour est estimé à euros. Le conseil municipal prévoit de le financer en trois tiers : un tiers de subventions, un tiers de fonds libres et un tiers provenant de la vente d une parcelle de terrain constructible hors A.P.B. n M.T. Le carrefour dit de la scierie sera modifié cette année.

31 FRASNE - LEVIER La Presse Pontissalienne n Mai LEVIER ET PONTARLIER Franck Mertsch y croit dur comme fer à son diner pontissalien. Sa première tentative d implantation n ayant pas pu aboutir aux Rosiers, ce jeune entrepreneur de 30 ans a mis le cap sur la zone des Grands-Planchants. Plus précisément sur le site de l ancien garage Opel qu il a complètement remodelé pour aménager un restaurant de 250 places assises. Dans le Haut-Doubs depuis sept ans, ce professionnel de la restauration a déjà tenu plusieurs établissements en gérance avant de donner corps à son projet. J ai toujours été passionné par l Amérique des années cinquante et soixante. Je collectionne toutes sortes d objets en rapport avec cette époque. J avais vraiment envie d ouvrir un restaurant qui s inspire des diners américains. Lesquels avaient déjà comme spécificité de se fournir auprès des producteurs locaux, explique Franck Mertsch qui a donc créé l enseigne American s back. Un restaurant où l on pourra déguster des burgers, grillades et autres côtes de bœuf dans une ambiance qui fleure bon l Ouest américain. Les grands espaces, Circuits courts Du burger Made in Haut-Doubs Fidèle au concept des diners très en vogue outre- Atlantique dans les années cinquante, l American s back qui va ouvrir prochainement sur Pontarlier s approvisionnera en viande au G.A.E.C. Bouriot des Granges-Maillot. Du steak haché fait maison. Franck Mertsch le patron de l American s Back a trouvé au G.A.E.C. Bouriot des Granges-Maillot un éleveur capable de lui fournir de la viande de qualité. La solution proximité. les juke-box, le rock n roll d Elvis, la liberté. Et les bons produits du Haut-Doubs. De la bière Américan s back préparée chez un brasseur pontissalien comme les glaces, le pain. On élabore nos recettes et on confie la fabrication à des professionnels du secteur. 80 % des produits servis à la clientèle sont issus des circuits courts. Ce n est pas plus cher que de s approvisionner sur des centrales d achat. L impact environnemental est très faible en logistique. Cela permet aussi d être au top en qualité et traçabilité. Quoi de mieux que de proposer du steak haché fait maison? Franck Mertsch a fait connaissance avec Emmanuel Bouriot du G.A.E.C. éponyme au hasard d une rencontre. On a toujours été passionnés par l élevage bovin que ce soit pour produire du lait et de la viande, explique l agriculteur qui gère une grosse exploitation agricole avec ses trois frères et deux autres associés. Parallèlement au troupeau laitier, cette ferme engraisse des vaches de races limousine, charolaise, aubrac valorisées en filière courte au rayon boucherie de la grande distribution locale. Avec le temps, on a sélectionné un troupeau allaitant adhérent au red-book charolais. On travaille aussi dans le respect du cahier des charges label rouge charolais. Pour les steaks hachés, on utilisera des jeunes montbéliardes de réforme, poursuit l agriculteur qui sera le fournisseur exclusif en viande de l Américan s back. Les besoins sont importants. En partant sur une base de 200 repas servis chaque jour, cela représente au moins deux bêtes par semaine. L activité viande est gérée au sein de la S.A.R.L. Charolaise Bouriot. On va investir dans une nouvelle stabulation dédiée à l élevage viande avec le souci de prendre en compte le bien-être animal, poursuit Emmanuel Bouriot. Avec ce concept de restauration original qui mise sur la qualité et la proximité, l aventure American s back semble plutôt bien engagée. À vérifier dans l assiette. n F.C. EN BREF Lunettes Les opticiens mutualistes du Doubs ont lancé l opération Lunettes comtoises. Avec ce concept, les huit opticiens participent à un modèle économique vertueux qui réaffirme le savoir-faire des entreprises locales. Les lunettes comtoises seront déclinées en deux gammes féminines et masculines avec des modèles différents et seront vendues à partir de 120 euros. Rens. au Piano Considéré comme l un des pianistes les plus attachants de sa génération, Philippe Cassard, Bisontin, se produira le samedi 13 mai à 20 h 30 avec l ensemble Ariolica à l Espace Pourny. Beethoven sera au programme du concert pontissalien avec l ouverture Éléonore, la 7 ème symphonie et le 4 ème concerto pour piano et orchestre. Pierre Tréfeil et l ensemble Ariolica qui célèbre son 40 ème anniversaire en 2017 ont aussi invité Laurent Comte, jeune chef d orchestre pontissalien, à participer à cette belle soirée. Rens.: au Tarifs : adulte : 20 euros, scolaire : 10 euros. ENTRETIETIE EN ET GARANTIE OFFERTS (2) (1) Avec un premier loyer de Exemple de Location Longue Durée (LLD) pour V40 itëk T2 BM6 neuve ou V40 R-Design T2 BM6 neuve / km, V40 Cross Country D2 Översta Edition BM6 neuve / km, 1er loyer puis 35 loyers mensuels de 280. (2) Prestations de Cetelem Renting Entretien-Maintenance et extension de garantie un an au-delà garantie constructeur incluses. Offre réservée aux particuliers, valable jusqu au 30/06/2017, sous réserve d acceptation par Cetelem Renting, RCS Nanterre , 143 rue Anatole France Levallois-Perret. - N ORIAS : ( r). Détails sur V40 T2 itëk et V40 T2 R-Design : Consommation Euromix (l/100 km) : CO2 rejeté (g/km) : 127. V40 Cross Country D2 Översta Edition : Consommation Euromix (l/100 km) : CO 2 rejeté (g/km) : 99. Volvocars.fr Volvo Besançon 8 route d Épinal ÉCOLE-VALENTIN N elypse-autos.fr/volvo

32 32 VALDAHON - VERCEL La Presse Pontissalienne n Mai 2017 ENVIRONNEMENT Polémique Huit éoliennes en projet à Avoudrey, Le projet, déjà bien engagé, pourrait voir le jour dès l année prochaine. Les élus ont informé leur population mais restent discrets Depuis juillet dernier, les observateurs ont remarqué à gauche de la route menant d Avoudrey à La Sommette ce mât de 99,15 mètres de hauteur, visible de jour, mais aussi de nuit car éclairé par un point rouge. Il s agit d un mât de mesure de vent implanté sur la commune de Grandfontaine-sur-Creuse. On n a jamais été informés de cette installation et pas vu un affichage en mairie regrette un habitant. Ce que conteste l installateur qui rappelle que la déclaration préalable a bien été affichée en mairie de Grandfontaine-sur- Creuse avant le chantier. Si ce mât est là, c est pour vérifier si la crête de Grandfontaine, Avoudrey, Longechaux, Domprel, est assez ventée pour accueillir des éoliennes. Nous avons de bons éléments qui montrent que ce secteur est assez venté témoigne Nicolas Démoly, consultant pour la société Acter Sinergy basée à Foucherans (Doubs), laquelle suit le projet Domprel, Grandfontaine, Longechaux Les habitants pourront investir. Photomontage de la vue depuis la route des Microtechniques des huit éoliennes (image M.W. Énergies et Geophom). pour la société Mega wat énergies. Entre l automne et la fin d année dernière, un affichage et des informations sur l éolien ont été délivrés au public. Seul problème, c était sur l éolien en général et pas sur le projet de notre territoire coupe un habitant qui s interroge. Ensuite, il y a eu une réunion publique à Avoudrey et Domprel, plus précise celle-là. Un comité de pilotage réunissant des élus des quatre communes suit le projet. Contacté, ce dernier représenté par le maire de Longechaux rappelle que toutes les informations ont été données aux habitants jusqu aux communes qui seront impactées visuellement Il se garde toutefois d en dire plus. Si les élus assurent que le projet est bien reçu par leur population, ils craignent la venue d éléments perturbateurs extérieurs capables de mettre des bâtons dans les pales. Sur le papier, huit éoliennes (deux éoliennes par commune) seront installées sur des terrains communaux de faible valeur agronomique indique le consultant. La hauteur des éoliennes? Entre 180 et 190 mètres, pas au-delà, construites à plus de 780 mètres des habitations alors que la législation est de 500 m. Nous avons souhaité augmenter la distance poursuit le technicien. Quant aux études d impact sur l environnement, elles ont été déposées fin décembre à la D.R.E.A.L. et nous avons notamment modifié une implantation car elle se trouvait dans la zone de nidification de la pie-grièche. Le préfet doit donner son accord, peut-être avant la fin de l année. Une enquête publique sera menée. Dans une hypothèse de validation du projet d ici la fin d année, les travaux pourraient débuter en 2018 pour un chantier qui durera un an. Bien sûr, il est question de transition écologique dans ce projet mais surtout de retombées économiques à l heure où les collectivités sont à la diète. Une éolienne rapportera (uniquement en location) euros par an à chaque commune. On prépare l avenir, commente Michel Morel, maire de Domprel, qui rappelle que sa commune vit depuis 40 ans avec une ligne à haute tension. Les éoliennes seront dans le prolongement. Il faut que chacun contribue à la transition écologique. Nous avons déjà une ligne haute tension vieille de 40 ans à Domprel Grâce à ce projet, nous n augmenterons pas les impôts l an prochain par exemple poursuit l édile. Ensuite, la fiscalité des éoliennes apportera 50 % à la commune et 50 % à la communauté de communes de Pierrefontaine-Vercel. Pour une meilleure acceptation du projet de la part de la population locale, l éolien pourrait être participatif. En clair, les habitants des villages ou de la communauté de communes pourraient participer financièrement et recevoir ensuite une plusvalue. Les villages impactés visuellement à l instar de Loray, Flangebouche, Longemaison, La Sommette, Plaimbois-Vennes pourraient y trouver une forme de compensation Pour les opposants qui rappellent que le vent n est pas assez continu dans notre région, que nous sacrifions notre paysage sur l autel de la transition énergétique, ou encore que l incidence sur la santé interroge, l enquête publique sera là pour prendre en compte toutes les doléances. n E.Ch. ÉPENOY Projet Épenoy veut créer une nouvelle école En pleine expansion, le village lance une étude pour bâtir une nouvelle école ou rénover l ancienne, en collaboration avec Passonfontaine. le signe du dynamisme. À Épenoy, village voisin de Valdahon, positionné entre C est la route des Microtechniques et la R.N. 57, la municipalité lance l un des derniers grands projets du mandat : la refonte de ses écoles, actuellement regroupées avec le village voisin de Passonfontaine. 6 classes pour 140 élèves fonctionnent en R.P.I. avec deux classes à Passonfontaine, deux classes maternelles sur un site à Épenoy et deux autres classes primaires dans un autre bâtiment. Après avoir accueilli l équivalent de 50 maisons depuis 2011, Épenoy ne cesse de se développer avec en moyenne une dizaine de naissances enregistrées chaque année. Les écoles, elles, n ont pas été rénovées. Pour les maternelles, les cours se font dans des préfabriqués. En 2015, la visite de l inspecteur d académie, favorable aux regroupements, invite les élus à se pencher sur la question d un regroupement. Le choix d Épenoy est arrêté. Nous avons pris le taureau par les cornes même si l académie nous donnait 5 ans. Notre souhait est d améliorer l accueil et le confort. Les trois quarts des enfants scolarisés sont d Épenoy et le périscolaire est ici avec en moyenne 50 enfants qui y déjeunent. C était logique de faire le projet ici relate Jean Bouveresse, maire d Épenoy. Nouveau bâtiment ou rénovation de l un des deux bâtiments, telles sont les questions auxquels doivent répondre les élus. Ils viennent d engager une étude de faisabilité avec un cabinet spécialisé. Passonfontaine qui avait dans un premier temps refusé de perdre deux classes dans son village se rallie finalement au projet. L étude de faisabilité devra nous dire si nous construisons un site neuf ou si nous rénovons l une ou l autre de nos écoles poursuit Samuel Jay, premier adjoint à Épenoy en charge des questions scolaires. L école sera évolutive et pourra accueillir entre 4 et 6 classes d ici La municipalité - qui n a pas encore défini l enveloppe budgétaire - va prendre le temps d analyser cet investissement. Une chose est certaine : On veut que le groupe scolaire soit raccordé à notre réseau de chaleur créé en 2011 pointe le premier magistrat. La commune a noué avec la fromagerie un partenariat gagnant-gagnant : la chaudière chauffe les fromages et envoie des calories à la mairie, au périscolaire, aux deux écoles, à la salle du presbytère. Épenoy pense à son avenir, à ses enfants. n E.Ch. Jean Bouveresse, maire d Épenoy (à droite), Samuel Jay (1 er adjoint), devant les classes maternelles. VALDAHON Dans son numéro de février, La Presse Pontissalienne a consacré un dossier aux déserts médicaux dans le Haut- Doubs. Un focus particulier faisait état d un projet de construction d une maison de santé à Valdahon dont l ouverture est prévue pour fin 2018, ville dans laquelle trois médecins sont proches de l âge de la retraite. L un d entre eux, le docteur Michel Boban, a cessé son activité plus tôt que prévu. C était le 31 mars dernier. Heureusement, la Ville a réagi et eu un peu de chance. Le 3 avril, deux médecins étaient dans leur nouveau cabinet situé dans la maison Humbert, rue Pasteur à Valdahon. Nous connaissions des médecins qui étaient intéressés par la future maison de santé. J ai pris contact avec le docteur Nilton Jorge Rodrigues (32 ans) et le docteur Sylvain Josso (33 ans), qui ont décidé de nous rejoindre. Nous avons évité une crise de médecins sur le secteur explique Jacques Angeli, adjoint en charge Un désert médical évité À Valdahon, deux médecins sont arrivés plus tôt que prévu La mairie leur a mis à disposition l ancienne maison Humbert, rue Pasteur. Une arrivée qui compense le départ en retraite du docteur Boban. La maison Humbert, propriété de la ville de Valdahon, accueille deux (jeunes) nouveaux médecins. du social et des questions de santé à Valdahon. Le bâtiment de la maison médicale n étant pas encore construit (il ouvrira fin 2018), la mairie a décidé d aménager le rez-de-chaussée de la maison Humbert - dont elle est propriétaire - pour y créer les deux cabinets. Ce lieu devait, au préalable, être rénové pour assurer l accueil des Restaurants du cœur et de l A.D.A.P.E.I. D autres solutions leur seront proposées. L arrivée des deux praticiens peut-elle nuire à la future maison médicale? Non. Ces médecins s engagent à intégrer par la suite la maison de santé à Valdahon répond l élu. Ce futur pôle médical sera composé de médecins généralistes avec une salle de garde, un pôle de spécialistes de 300 m 2 (cabinet de dermatologie, infirmières libérales, paramédicaux ), un pôle avec des associations de santé. Le centre médical est évalué à 2 millions d euros. n

33 VALDAHON - VERCEL La Presse Pontissalienne n Mai HAUTEPIERRE-LE-CHÂTELET Espace naturel sensible La roche de Hautepierre, précieuse Espace naturel sensible, le rocher de Hautepierre-le-Châtelet et sa pelouse sèche étaient menacés par la friche. La commune engage depuis mai des chèvres pour ouvrir l espace. Un sentier d interprétation suivra. Isabelle Nicod, maire déléguée et Stéphane Giret, conseiller municipal, sur la pelouse sèche d Hautepierrele-Châtelet. sans doute l une des plus belles vues sur la vallée de la Loue C est et les gorges de Noailles. À 881 mètres d altitude, la croix en pierre scellée dans le rocher de Hautepierre-le-Châtelet domine tout une région et offre, par temps clair, une vue sur le Mont-Blanc. Un lieu magique auquel la - petite - commune d une centaine d âmes tient comme à la prunelle de ses yeux. Initié dès avril 2013, le projet de maintenir et préserver cet espace de 23 hectares classé naturel et sensible prend enfin forme. Dès 1943, il était répertorié comme un site à préserver. Des faucons pèlerins, alouettes, martinets à ventre blanc pour les oiseaux, le Daphné des Alpes pour les plantes font partie des espèces endémiques présentes sur ce rocher calcaire. Nous attendions des fonds européens qui étaient bloqués pour mener le projet rappelle la municipalité qui bénéficie de l appui du Département du Doubs dans ce projet. Tout est parti d un constat, lucide, effectué sur le terrain : La friche se développait rapidement sur la roche. Il était de notre responsabilité de protéger cette roche mais aussi de la faire connaître indique Isabelle Nicod, maire déléguée de la commune, rattachée désormais à la commune nouvelle des Premiers Sapins. Depuis début mai, des chèvres sont arrivées sur site. Leur mission : éviter la propagation des ronces et autres épines noires afin de laisser à la roche et à cette pelouse sèche le temps de respirer. Après des études, un plan de gestion a été mis en place. Il rappelle toutes les espèces de faune ou de flore qui sont intéressantes et que l on retrouve ici explique Stéphane Giret, conseiller municipal impliqué dans le projet euros sont alloués au projet. Pour assurer l arrivée des chèvres, il a fallu clôturer environ 2 km. Des ânes les rejoindront. Si des habitants ont craint l arrivée de clôtures électriques, celles-ci s intègrent dans le paysage. Une cabane, autonome avec des panneaux photovoltaïques et récupération d eau, a été érigée pour accueillir les animaux. Ils vivront en autonomie. À l automne, 10 bornes d interprétation seront installées. Elles permettront de découvrir les insectes, la faune et la flore, la géologie, la lecture du paysage, et les poèmes d Émile Lonchampt (1892) chantés grâce à des Q.R. codes. Au bout de cette balade, sportive, les visiteurs pourront s arrêter place de la Mairie où l association Les amis de la roche a ouvert depuis le 23 avril un café associatif. Des bénévoles l ouvrent dimanches et jours fériés dans la salle de la distillerie, attenante à la mairie. Jus de fruits, café et jeux sont proposés. Attaché à son environnement, soucieux du lien social, le village de Hautepierre-le-Châtelet veut partager son joyau. Chaque année, ce site classé dans le Guide vert Michelin attire environ visiteurs. n E.Ch. Les chèvres éviteront au paysage de se fermer. ZI Franois - 1A rue de la Gare FRANOIS Z.I. Les Rosiers - RN LA CLUSE-ET-MIJOUX

34 34 ÉCONOMIE La Presse Pontissalienne n 211- Mai 2017 EN BREF Escroquerie Depuis l appel à la vigilance de la préfecture relatif aux normes d accessibilité des établissements recevant du public, un nouveau mode opératoire vient d être constaté par une entreprise du département. L entreprise a été destinataire d un message automatique d une boîte vocale qui laisse à penser que la préfecture en est l auteur et qui indique un retard dans la déclaration d accessibilité aux handicapés. La préfecture n est pas à l origine d un tel message. Aussi, il est demandé à l ensemble des entreprises, des collectivités et organismes concernés par la mise aux normes d accessibilité des établissements recevant du public de faire preuve de vigilance et de signaler ce type de démarches auprès de la Direction Départementale de la protection des populations et de la cohésion sociale au Exposition Les bois gravés de Robert Fernier, une exposition à découvrir jusqu au 25 juin au musée municipal de Pontarlier. Renseignements : ARTISANAT En poussant la porte de la Cabane au 22, rue du Docteur Grenier, un univers champêtre et naturel, orné de mille et une choses se dévoile. Le regard se pose sur une multitude d objets, face à l immensité de la pièce et à son ciel exceptionnellement bleu. Magalie Goffart-Bazzoni est la gérante de la Cabane. Elle et son mari ont mis toute leur énergie pendant un mois pour rénover le local, en lui donnant une ambiance sur mesure, une âme même. Je savais exactement comment je voulais agencer cet espace. J y pensais depuis si longtemps confie Magalie. Il fallait que le lieu reste nature, que ça fasse vraiment une cabane. Auparavant secrétaire médicale et autoentrepreneuse dans la couture et la fabrication de bijoux, Magalie a tout quitté et est partie de rien pour donner vie à son rêve de petite fille. Je couds depuis toute petite se souvient-elle. C est tout naturellement qu elle a conçu La concrétisation d un rêve La Cabane des Artisans, créations et objets Made in Franche-Comté Il y a la cabane au fond du jardin, la cabane flottante dans l eau, la cabane perchée dans les arbres et maintenant il y a la cabane des artisans, abritée à la place des anciennes caves Barthod, un concept novateur à Pontarlier, la concrétisation d un rêve d enfant. un atelier derrière une verrière pour accueillir des personnes qui souhaitent apprendre la couture, à la demande. Les cours à la demande plaisent. Les clientes viennent quand elles veulent, entre midi et deux, il n y a pas de contrainte d heure fixe à respecter, constate la patronne de la Cabane. Les ateliers créatifs sont menés par elle-même ou par les artisans auxquels elle propose d exposer leurs créations dans sa Cabane. Les thèmes sont donc variés : ateliers crochet, terre, couture, création d un attrape-rêves Ils Les talents de l artisanat franccomtois. sont annoncés sur la page Facebook et sur Instagram. Mais la Cabane des Artisans est avant tout un projet de valorisation de l artisanat régional. Ça fait quelques années que j y pense pour promouvoir l artisanat de la région, développe Magalie. Il y a tellement de talents là autour qu il n est pas nécessaire d en faire venir de l autre bout de la France. Tous les artisans qui exposent dans la Cabane sont du Doubs ou du Jura. Il y en a seize, mais ça change régulièrement. Après signature d un contrat de 3, 6, 9 ou 12 mois, l artisan peut déposer ses créations dans la Cabane. Magalie se charge de la vente. Les articles vont de la poterie à la maroquinerie, de la gravure à la faïence, du savon naturel aux affaires de puériculture. Il y a même un sculpteur sur métal, précise la tenancière de cette caverne d Ali Baba. J aime ce qu il y a dans mon magasin. Chaque pièce est unique, originale. Pour Magalie Goffart- Bazzoni, dans sa Cabane des Artisans, au milieu des créations des artisansexposants et portant même un châle de création artisanale. la fête des mères ou des pères, on peut y trouver un cadeau personnalisé à la demande, des étuis de téléphone, des nichoirs 100 % nature qui plaisent bien aux hommes, des bijoux fantaisie à partir de 6 euros, explique Magalie, avant de conclure par cette petite phrase qui résume parfaitement l esprit du projet : C est juste un partage. La Cabane des Artisans, au 22, rue du Docteur Grenier à Pontarlier, est ouverte sans interruption de 10 heures à 18 heures les mardis, jeudis, vendredis et samedis, et de 14 heures à 18 heures les mercredis. Contact : ou et sur Facebook. n M.T. " J ADORE! " 04/2017 E39812 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel de Franche-Comté - Siège social : 11, avenue Elisée Cusenier Besançon Cedex 9 - Société coopérative à capital et personnel variables agréée en tant qu établissement de crédit RCS Besançon - Société de courtage d assurances immatriculée au Registre des Intermédiaires en Assurances sous le n ORIAS Crédit Illustrations : V. Castelbajac. Ma Carte Simple, rapide, sécurisé. Plus d info sur et paylib.fr.

35 ÉCONOMIE EMPLOI Nous sommes le 15 août et une étrange effervescence agite les caves des plus grands fromagers locaux : Badoz, Petite, Napiot, Monts de Joux Tous ont déjà constitué leurs équipes de saisonniers pour la fabrication du fameux mont d or dont la législation ne permet qu une fenêtre annuelle de fabrication. C est entre le 15 août et le 15 mars que les fromages sont fabriqués, à grand renfort de personnel saisonnier et intérimaire. C est un travail exigeant qui demande beaucoup de rigueur et de constance. L une de ces fromageries, située à Bannans, indique que leur personnel est enrichi de 50 personnes supplémentaires au plus fort de l activité et en moyenne de 40 durant les 7 mois de fabrication, soit une augmentation de près de 40 % de leur effectif habituel. Un autre domaine bien spécifique revêt également un caractère saisonnier : le montage de pneus. Dès les premiers flocons, les usagers se précipitent dans les centres de montage afin de chausser leur véhicule. Cette année encore, les L hiver recrute déjà Quand le climat rime avec emploi La saisonnalité de l emploi est une des caractéristiques du Haut-Doubs. Des entreprises du tourisme, de l agro-alimentaire ou d autres prestataires liés à la saison ajustent leurs effectifs sans cesse. automobilistes ont été pris de court par une neige assez précoce et très abondante dès les premières chutes. Les centres ont été pris d assaut et même si le rush se déroule sur un timing assez réduit (un bon mois en général), les garages font appel à du renfort saisonnier afin de répondre à la demande urgente et importante du moment. Il est rare que les clients anticipent, admet Adeline, réceptionniste à la Maison du Pneu à Pontarlier. Cette À Métabief, l effectif monte à 140 personnes. année encore, nous avons eu un mois de novembre extrêmement chargé, faisant grimper l activité de plus de 50 % par rapport aux autres mois de l année. Et bien évidemment, en hiver, les stations de ski font le plein de touristes mais aussi de travailleurs saisonniers. En moyenne, sur l année, nous sommes à une trentaine de permanents au sein de À la Maison du Pneu à Pontarlier, l activité peut grimper de 50 % du jour au lendemain note Adeline. la station, précise Delphine Gresard, responsable des ressources humaines à la station de Métabief. L hiver, l effectif monte à 140 personnes. Nous employons des agents d exploitation, des pisteurs secouristes, des caissiers, des conducteurs d engins de damage, des agents de maintenance et du personnel qualifié dans le domaine de la petite enfance. L été, une vingtaine d entre eux revient pour assurer les grandes vacances. Certains d entre eux peuvent travailler jusqu à 10 mois dans l année, soit presque un temps plein. La saisonnalité a encore de beaux jours devant elle dans le Haut-Doubs, aussi longtemps que nous dégusterons un délicieux mont d or chaud après une belle journée de ski passée dans une station que nous aurons rejointe avec de bons pneus neige n M.R. La Presse Pontissalienne n Mai 2017 EN BREF 35 Archives Initiez-vous gratuitement aux archives en ligne. La Ville de Pontarlier et la Communauté de Communes du Grand Pontarlier vous donnent le mode d emploi pour découvrir les archives numérisées. Un nouveau portail numérique accessible depuis les sites Internet de la Ville de Pontarlier et de la C.C.G.P. permet d accéder aux archives numérisées en ligne. Sont consultables à ce jour les cartes postales, la presse locale ( ), les registres de délibérations du Conseil Municipal ( ), les recensements de population ( ), ainsi que les cartes et plans directement depuis son ordinateur. Rens.: Musée À l occasion de la Nuit des musées le 20 mai, le musée de Pontarlier organise plusieurs animations : présentation de la production des élèves de C.P. de Rochejean à 18h, spectacle destinataires non communiqués à 19h et à 20h et concert de guitare flamenca, jazz et classique de 21h à 22h. Renseignements et inscriptions au OFFRES TECHNOLOGIQUES LAND ROVER LE PLAISIR SANS COMPROMIS JUSQU À D ÉQUIPEMENTS OFFERTS (1) Découvrez le Range Rover Evoque, notre SUV au style unique ainsi que le Discovery Sport, compagnon idéal de tous vos loisirs et sorties familiales. (1) Land Rover chez votre concessionnaire : Land Rover Besançon 8, route d Épinal, 25480, ÉCOLE-VALENTIN, landrover.fr/besancon ABOVE & BEYOND : Franchir de nouveaux horizons. (1) Avantage client pour Range Rover Evoque de ou Discovery Sport de ou selon tarif public conseillé du 20/04/16. Valable pour toute commande livrée avant le 31/05/2017, selon stock disponible, dans le réseau participant. Landrover.fr Consommations mixtes (l/100 km) : 4,2 à 8,6. Émissions de CO 2 (g/km) : 109 à 201. RCS Besançon

36 36 ÉCONOMIE La Presse Pontissalienne n Mai 2017 SANTÉ Les médecines parallèles Quelles sont-elles, qui les pratiquent dans le Haut-Doubs? On parle de médecine parallèle lorsque la nature des soins prodigués ne rentre pas dans le cadre de la médecine dite traditionnelle. Petit tour d horizon de ces pratiques. 2 maisons à visiter! PORTES OU UVERTES les 19 et 20 m Chaux de Gilley Ve enez vi it! mai 10h > 19h00 Le Russey ches Gérer votre confort à distance... La domotique intégrée à votre maison. La passer tique TYDOM onnecté Chauffage, lumière, Fermeture volets, portes, medias... L acupuncture séduit de plus en plus d adeptes. 20 av. du Gal De Gaulle MORTEAU tél. : rue de Besançon PONTARLIER Tél. : av. de la République CHAMPAGNOLE tél. : Zoom De plus en plus d adeptes Beaucoup de personnes se tournent vers des solutions alternatives de soins. Même si ces méthodes sont parfois ancestrales (acupuncture par exemple), elles n en restent pas moins encore secrètes, mais si une sorte d effet de mode tend à les rendre tendances. L hypnose séduit de plus en plus de patients, désireux pour la grande majorité de perdre du poids ou d arrêter de fumer. Plus généralement, l hypnose lutte contre certains troubles psychiques et psychosomatiques et peut aider à lutter contre les addictions. Le magnétiseur utilise un fluide que nous possédons tous à différents degrés : le fameux magnétisme. Il ne prétend pas soigner mais soulage des douleurs et peut également rééquilibrer les énergies vitales de chacun et l'amener à l auto-guérison, par une simple apposition des mains. Cécile Lepreux est maître Reiki et enseignante sur Besançon. Elle explique que cette discipline, originaire du Japon, permet de rééquilibrer les énergies physiques, mentales, spirituelles et émotionnelles. Le corps humain est un tout. On ne peut se contenter d agir sur une seule énergie. Tout doit être en équilibre et en harmonie. Le Reiki agirait notamment sur les maladies de peau (souvent liées à Tout doit être en équilibre et en harmonie. des états psychiques), soulagerait tout type de souffrance, physique et émotionnelle. Je ne me substitue pas à la médecine allopathique, souligne Cécile. Le Reiki est une aide supplémentaire, un complément de soins qui peut permettre à une personne malade de conserver son énergie vitale en dépit de traitements parfois lourds. Quant à l acupuncture, elle agit encore différemment. Ce praticien de Pontarlier explique : Basée sur la théorie des 5 éléments et des méridiens, l acupuncture offre une alternative à la médecine conventionnelle. Là encore, l acupuncture se veut complémentaire à la médecine traditionnelle. Cette technique, qui consiste à planter des aiguilles sur des points spécifiques du corps est ancestrale et issue de la médecine traditionnelle chinoise. La naturopathie connaît elle aussi un grand essor. C est un ensemble de méthodes de soins visant à renforcer les défenses de l organisme par des moyens considérés comme naturels et biologiques. Les praticiens vont généralement plus loin en proposant à tous des méthodes naturelles pour être acteur de sa propre santé. D autres pratiques existent encore : chromothérapie, étiopathie ou encore auriculothérapie Toutes se disent être des adjuvants à la médecine allopathique et non des remplaçants. n M.R. Ces médecines douces ou parallèles, ont-elles bonne presse auprès des professionnels de la santé? Alors que certains font appel à elles, d autres les rejettent en bloc. Décryptage. Si l acupuncture, venue d Orient, fait presque l unanimité parmi les médecins, ce n est pas le cas du magnétisme qui connaît plus de défiance du corps médical. Alors que ces deux aspects de la médecine se côtoient depuis des millénaires, elles sont diamétralement Encore taboues et très confidentielles il y a quelques années, les médecines dites parallèles se montrent de plus en plus au grand jour. Consulter un rebouteux a toujours existé. Auparavant, ils étaient les soigneurs du village. Puis, la médecine a émergé, les mettant de côté. Mais depuis quelques années, les magnétiseurs et autres praticiens de l ombre reviennent en force, portés par une émulation populaire de plus en plus forte. Carole en a eu assez de manger des médicaments. Soucieuse de sa santé et de celle de ses enfants, elle décide de se tourner vers d autres choix : Je savais qu il existait d autres méthodes pour me soigner, moins invasives et plus complètes. J en ai parlé autour de moi et j ai commencé par consulter une kinésiologue. Puis, ce fut une énergéticienne, un ostéopathe, un maître reiki J en ai essayé plusieurs avant de savoir quels étaient les praticiens qu il me fallait. Aujourd hui, je suis surtout sensible au reiki. Cela dépend des périodes. Ce que Carole apprécie, c est l approche globale de la méthode : On soigne le corps et l esprit en même temps. L un ne peut guérir sans l autre. C est un point de vue que partagent de plus en plus de personnes, soucieuses d appréhender le soin différemment. Cindy, originaire de Flangebouche, témoigne : J étais enceinte et le bébé ne semblait pas décidé à Ce qu en pense la science opposées. L une est basée sur des connaissances sans cesse renouvelées, validées par un diplôme tandis que l autre est ancestrale et transmise par les anciens. Pourtant, il est des cas pour lesquels les médecins n hésitent pas à contacter les guérisseurs : les grands brûlés. La douleur de cette blessure est insoutenable et bien souvent, les barreurs de feu sont appelés à la rescousse pour soulager un brûlé ou un patient subissant de la radiothérapie. Le grand risque dans ces pratiques reste le charlatanisme. Difficile de faire la Les soins par apposition des mains : une spécialité du magnétisme. sortir. L acupuncture m a été d une très grande aide dans ce cas-là, avec un retournement in utero de ma fille et un déclenchement tout en douceur. Toute ma famille consulte un étiopathe et mon fils rend parfois visite à une kinésiologue. Bien sûr, nous y allons pour soigner des maux différents qu une simple angine. Pour ce genre de maladie, je préfère quand même aller voir mon médecin généraliste. Ils ne soignent pas du tout les différence entre un bon praticien et une personne malhonnête qui profiterait de la détresse des gens pour en faire un business. Il en va de même pour les naturopathes, les maîtres Reiki ou encore les étiopathes qui, même s ils sont généralement formés, ne peuvent le justifier par un certificat reconnu par l État. Les acupuncteurs, en revanche, doivent suivre une formation médicale initiale et valider leur savoir par un diplôme, à l'instar des ostéopathes et des chiropracteurs. En résumé, les médecines parallèles ne peuvent se substituer aux médecines traditionnelles mais peuvent être un formidable adjuvant à ces dernières. n mêmes choses Quant à Christine, elle consulte régulièrement un magnétiseur de La Cluse-et-Mijoux pour elle et ses enfants. Suite à une opération, mes côtes se déplacent dans ma cage thoracique et la douleur est atroce. J ai rapidement consulté un chiropracteur pour les remettre en place mais pour la douleur, seul un magnétiseur peut la soulager. Grâce à ces deux actions combinées, je revis alors qu avant, ma vie était un vrai calvaire. Quant à mon mari, grâce toujours au magnétisme, il a pu se débarrasser d un zona. Preuve que le recours à ces techniques se fait de plus en plus courant : un magnétiseur d Arc-sous-Cicon a son agenda rempli jusqu en septembre prochain, à raison de trois consultations par jour. Mais pas question pour autant de le trouver sur Internet ou les pages jaunes : seul le bouche-àoreille est considéré comme gage de confiance. On se donne les noms des bons praticiens, ceux qui ont pu soigner l eczéma de l un, les migraines de l autre et les angoisses d un dernier. Bien qu elle se démocratise, la démarche reste encore ultra-confidentielle, au moins en ce qui concerne les meilleures adresses. n M.R.

37 LA FISCALITÉ DES TRA AVAILLEURS FRONTALIERS MAI 2017 Un salarié domicilié en France et travaillant dans le canton de Genève est imposé à la source dans ce canton. Il doit cependant faire une déclaration de revenus en France où un crédit d im- dans un autre canton pôt sera calculé. Un salarié domicilié en France, travaillant que Genève mais qui séjourne la semaine en Suisse et retourne une fois par semaine à son domicile en France est imposé en Suisse. Il doit s annoncer à la commune suisse de son lieu de résidence. Il devra également faire une déclaration de revenus en France où un crédit d impôt sera calculé. Un salarié domicilié en France travaillantt dans un canton fronta- à son domi- lier autre que Genève, qui retourne quotidiennement cile en France, est imposé en France. Un travailleur indépendant exerçant son activité en Suisse mais domicilié en France, est imposé en Suisse. Un retraité frontalier domicilié en France touchant une rente AVS est imposé en France. tenues de faire une déclaration, en France, des revenus de l en- nature des revenus et ceci même si ces revenus ont déjà été imposés à l étranger. L Amicale des Frontaliers vous accompagne pour remplir votre déclaration de revenus. Les déclarations papiers seront remises à la poste les 4 et 15 avril. Sur internet, on pourra remplir sa déclaration à compter du 12 avril nise des permanences spéciales pour vous aider à remplir votre déclaration de revenus. Ibrahima DIAO, Juriste Garantie Complémentaire à partir de mensuelle *Cotisatio 2017 n

38 38 LA PAGE DU FRONTALIER La Presse Pontissalienne n Mai 2017 L APRÈS DROIT D OPTION Amicale des frontaliers Frontaliers, engagez-vous, réengagez-vous! La fin du droit d option, même si tous les recours ne sont pas épuisés, a chamboulé la vie des frontaliers en impactant aussi les mutuelles comme celle de la Frontalière et les associations au service de cette communauté comme l Amicale des frontaliers. Avec 13 salariés licenciés, 7 fermetures de bureau et 900 adhérents en moins au 31 décembre 2016, la mutuelle La Frontalière a payé au prix fort la fin du droit d option qui permettait aux frontaliers de souscrire une assurance santé privée. Son chiffre d affaires est passé de 22 à 7,5 millions d euros et il ne reste plus que les trois bureaux principaux à Morteau, Pontarlier et aux Rousses. Entre 2015 et 2016, on a traversé des années compliquées. Heureusement, on avait pu se constituer des réserves et aujourd hui la mutuelle est tout à fait saine. Des changements stratégiques ont été opérés en quittant certains To oute l actu sur et groupes pour en rejoindre d autres. On a gardé les mêmes garanties et les mêmes cotisations. Au niveau des réserves, on ne doit pas descendre sous les 5 millions d euros. La mutuelle compte aujourd hui adhérents mais il ne faut plus perdre de portefeuilles. Chaque adhérent doit être un ambassadeur de la mutuelle, explique Christelle Billod, l administratrice de La Frontalière. Cet objectif d ouverture passe par la conquête de nouveaux territoires, notamment le bassin lémanique où la mutuelle compte lancer des actions de prospection, des études de marché. En passant en mode complémentaire, La Frontalière a vu ses frais généraux passer de 10 à 20 %. Entre tous les conseils apportés lors des assemblées générales, Christelle Billod insiste sur l intérêt de bien cocher la case de remboursement base suisse et non pas base sécurité sociale dans le cadre des transports sanitaires en Suisse dont le coût est trois ou quatre fois plus élevé qu en France. Valérie Pagnot, juriste à l Amicale a fait aussi le point sur différents dossiers. Tous se félicitent de la manière dont le législateur suisse a décidé d appliquer la fameuse initiative populaire comme l immigration de masse du 14 février Concrètement, il n y a pas de quotas par secteur d activité ni par pays de résidence. Quand elles recrutent, les entreprises suisses doivent privilégier la main-d œuvre locale sans avoir à justifier un refus. Michel Rivière, le vice-président de l Amicale a fait le point sur les dossiers traités à Bruxelles. Suite à l application du droit d option, on a porté l affaire au Conseil d État puis au Conseil Constitutionnel. Lequel a admis qu il y avait effectivement une discrimination entre le salarié français et le frontalier, d où la décision d aller à Bruxelles où l on nous a demandé de constituer un dossier. On a ciblé 4 problèmes : le libre passage dans le cadre du travail, le droit d option couverture sociale, les allocations-chômage et la fiscalité. En janvier dernier, on a été reçu à Bruxelles par Jörg Tagger, chef d unité à la Direction générale de l emploi, des affaires sociales et de l inclusion. Sur la question du revenu fiscal de référence, il UNE PRODUCTION On a perdu des adhérents. On ne vit que de nos cotisations en sachant qu à 50 euros la cotisation annuelle, cela reste raisonnable au regard du service rendu, explique Valérie Pagnot, la juriste de l Amicale. nous a clairement indiqué qu il s agissait d un problème franco-français. On a finalement décidé de saisir la Cour des Droits de l Homme. Il va encore couler beaucoup d eau sous les ponts à moins que le prochain gouvernement soit plus réactif sur ce dossier. Dernier sujet d actualité, la mise en place de l imposition à la source qui concerne aussi les frontaliers. Le prélèvement sera mensualisé avec un taux calculé sur la déclaration 2016 qui déterminera les échéances prélevées à Toujours soucieux de défendre les frontaliers, Alain Marguet le président de l Amicale n a pas manqué de rétablir quelques vérités à destination de ceux qui par ignorance ou jalousie ont cette fâcheuse tendance à accuser les frontaliers de tous les maux : fuite de main-d œuvre, coût de la vie, chômage, sécurité routière. Ces mises au point ont été faites en direct ou par la voix des vice-présidents à l ouverture des traditionnelles assemblées générales de l Amicale qui se sont tenues sur le Haut-Doubs le 4 avril à Villers-le- Lac et les 13 avril à La Cluse-et-Mijoux. On demeure toujours la cible du patronat, rappelez-vous Étienne Boyer, président de l U.I.M.M., qui parlait de l aspirateur helvète. On a répondu en lui demandant d arrêter de cristalliser tous les malheurs de la région sur le dos des frontaliers qui ne représentent que 7 % de la population active. Les industriels n admettent pas le départ des apprentis qu ils ont formés. Nous avions donc proposé que, lors de l établissement du contrat avec l entreprise, qu il y ait contractualisation avec l obligation de travailler deux ans après l obtention du diplôme. La direction du travail ne nous a pas entendus. Faut-il aussi rappeler la chance d avoir la Suisse comme frontière avec toute l activité induite que cela génère dans le bâtiment, les commerces, les agences en douanes Sur la question de la rétrocession du chômage, il rappelle qu en 2014 son montant était de 130 millions d euros pour bénéficiaires tandis que la masse salariale qui rentrait en France avoisinait 10 milliards d euros. À relativiser donc, même si les règles du système d indemnisation des travailleurs partir de janvier D ici là, tout changement de revenus et de situation devra avoir été mentionné aux services fiscaux. Inutile aussi de faire passer le second pilier lors de l année blanche en Il ne sera pas considéré comme un revenu exceptionnel et sera imposable, note Valérie Pagnot qui encourage aussi les adhérents de l Amicale à battre le rappel. Vous êtes nos meilleurs V.R.P. n F.C. Les frontaliers sont une chance pour le Haut-Doubs et non l inverse frontaliers sont en pleine discussion à Bruxelles qui verrait plutôt d un bon œil que ce soit l État d activité qui indemnise le chômeur. On est encore dans flou mais il y a aura des changements, c est certain. Aujourd hui, une personne de plus de 50 ans avait droit à 36 mois d indemnités. Avec la prochaine convention, cela appliquera seulement à partir de 55 ans, précise Valérie Pagnot, juriste de l Amicale. Sur la question du coût de l accès et surtout du prix des terrains constructibles qui s envole sur la bande frontalière, Alain Marguet accuse plutôt les privés et les communes qui profitent de la situation. Et que l on ne vienne pas nous raconter que c est la viabilité que coûte cher puisque le futur propriétaire devra s acquitter d une taxe d aménagement assez élevée. Les frontaliers, tous des chauffards? Le sujet agace au plus haut point le président de l Amicale même si force est de constater l évolution de l accidentologie sur le Haut-Doubs sans pour autant que des frontaliers soient systématiquement mis en cause. Sur les bouchons. Du côté du Col-des-Roches, on a eu confirmation le 10 février de la prise en charge par le Conseil Fédéral de la construction d un tunnel de 7,5 km entre le Col-des-Roches et la Vue-des- Alpes. Livraison annoncée en Le Haut-Doubs a été complètement abandonné par des politiques incapables depuis 20 ans de donner l impulsion nécessaire afin d achever la route des Microtechniques, de réaliser les contournements de Pontarlier et des Tavins, d aménager une 4 voies entre La Cluse et Les Hôpitaux Il ne s agit plus d immobilisme mais d incompétence. n

39 LA PAGE DU FRONTALIER La Presse Pontissalienne n Mai CANTON DE NEUCHÂTEL Imposition Vives tensions autour du partage de l impôt sur les frontaliers Fragilisées par la crise horlogère, les communes industrielles du haut du canton ont demandé et obtenu du Grand Conseil un nouveau report de la bascule de l impôt des frontaliers. Décision vivement contestée par les communes littorales qui lancent un référendum. Pour Stéphane Dubois, président de l exécutif du Locle, équivalent du maire en France : Le processus d harmonisation fiscale engagé depuis 2014 à l échelle du canton fait que les communes industrielles souffrent énormément. On subit également l impact de la crise horlogère. La diminution de l impôt sur les entreprises, c est 4 millions de francs en moins sur le compte Globalement, on a perdu 20 millions d euros recettes fiscales en deux ans. Cela représente un quart du budget. En 2017, on est en déficit de 6,5 millions de francs. Il nous reste heureusement des réserves. Pour autant, on estime que l on a déjà donné notre part à l édifice. La Ville du Locle se bat pour que l impôt des frontaliers ne soit pas harmonisé. Les autres communes industrielles du haut du canton : Les Brenets, La Côteaux-Fées, Val de Travers, Les Verrières, et La Chaux-de-Fonds sont sensiblement dans la même situation. Craignant de perdre beaucoup dans une nouvelle répartition de l impôt frontalier, elles ont demandé son report au Grand Conseil. Lequel a accepté de retarder l entrée en vigueur de la réforme à une date ultérieure. Un sursis qui n a pas du tout été apprécié par les communes du bas comme s en explique Olivier Haussener, député du Parti Libéral Radical et membre du comité référendaire. On ne cesse de reporter cette bascule de l impôt des frontaliers. Cette décision déséquilibre l ensemble du dispositif d harmonisation fiscale et fragilise les communes qui avaient pris en compte l impact de la bascule dans la formation de leurs budgets. Ce statu quo, c est un peu trop facile et cela n a rien de démocratique. Les communes qui ont demandé le report ont beaucoup gagné avec l impôt sur les entreprises. Elles auraient dû prendre des dispositions pour amortir les pertes fiscales liées à l effet conjoncturel de la crise. Un argument balayé par Stéphane Dubois même s il ne réfute pas l importance de ces rentrées liées au dynamisme économique. Avec une population ouvrière, on perçoit moins d impôts sur les personnes physiques que les communes du littoral où vivent des classes plus aisées. On compensait largement cet écart avec la fiscalité des entreprises. Ce n est plus le cas aujourd hui. En harmonisant l impôt sur les frontaliers, Le Locle perdrait 2,7 millions de francs soit 10 % de ces recettes fiscales. Le message n a semble-t-il pas convaincu les communes du littoral à l origine du processus référendaire. Objectif : recueillir signatures avant le 8 juin, seuil requis pour engager une votation populaire. Olivier Haussener comme Stéphane Dubois sont d accord sur un point : ce référendum a de fortes chances d aboutir. Quand au résultat de la votation population, c est plus ouvert, indécis. Il y a beaucoup d enjeux et surtout une réflexion à avoir entre les collectivités pour éviter le nivellement par le bas des communes au risque aussi d'accélérer l exode des contribuables des communes littorales vers les cantons de Fribourg ou de Berne où ils ouvrent des classes françaises dans les écoles, indique Olivier Haussener. Quoi qu on en dise, cette procédure référendaire va augmenter encore la fracture entre le bas et le haut du canton de Neuchâtel. Je ne suis pas sûr d une part que tout le monde saisisse toute la complexité de cette harmonisation sur laquelle ils devront se prononcer. D autre part, la cohésion cantonale sera de nouveau mise à mal, ce que je déplore bien sûr, regrette Stéphane Dubois. n ÉCONOMIE Neuchâtel Le nombre de frontaliers diminue de 1,1 % dans le canton C est l exception suisse. Alors que les autres cantons progressent encore, le canton de Neuchâtel emploie frontaliers contre il y a un an. La conjoncture économique explique cette baisse. Le canton de Neuchâtel, le plus industriel de Suisse, l un des plus grands pourvoyeurs de travailleurs frontaliers français, est-il en crise? Après les plans de licenciements annoncés dans l horlogerie, une étude publiée lundi 2 mai par l Office fédéral de la statistique en Suisse confirme certaines inquiétudes. Sur une année, le nombre de travailleurs frontaliers a diminué d 1,1 % entre mars 2016 et mars 2017 selon les chiffres de l Office. Tous les autres cantons connaissent une hausse. La baisse est d autant plus marquée à Neuchâtel en ce premier trimestre 2017 avec un recul de 0,9 %. La Suisse compte, à fin mars, travailleurs frontaliers Dans le canton du Jura, les effectifs ont augmenté de 2 % sur 12 mois en passant de à Il est, en revanche, en recul d 1,1 % sur les trois premiers mois de cette année. Sur le plan national, l augmentation sur une année concerne tous les pays voisins de la Suisse. Pour les mois de janvier à mars 2017, le nombre de frontaliers français est toutefois en baisse de 0,8 %, alors que les travailleurs allemands (+ 0,3 %), italiens (+ 0,6 %) et autrichiens (+ 0,6 %) sont en hausse. n Moins de frontaliers pour le canton de Neuchâtel depuis un an.

40 Agenda 40 La Presse Pontissalienne n Mai 2017 BoujaILLEs 14 ème édition de la Randonnée des Fruitières 10 villages, 5 fruitières à comté, une variété de paysages Cette randonnée familiale, accessible à tous, alliant découverte du patrimoine naturel et dégustation des produits du terroir, rencontre toujours un vif succès. Que ce soit en V.T.T., à pied ou à cheval, vous traverserez des forêts, des étangs et des tourbières d altitude, des plateaux et des côtes L esprit de convivialité règne autour des ravitaillements dans les fruitières à comté. L âme de la randonnée allie découverte des villages et dégustation de comté à chaque fruitière, en présence des producteurs locaux. Vous Houtaud dimanche 21 MaI La convivialité est le maître-mot de la journée. pourrez ainsi apprécier la diversité des arômes du comté et la chaleur d un accueil authentique. Cette organisation locale repose sur l investissement de bénévoles des 10 villages de la Communauté de communes Frasne-Drugeon, des associations de Frasne et Dompierreles-Tilleuls, et la mobilisation des producteurs de comté avec les fruitières de Boujailles, Frasne, La Rivière-Drugeon, Courvières et Bouverans. La randonnée propose des parcours pour tous les goûts (tous les parcours partent de Boujailles et y reviennent) : 3 parcours V.T.T. de 25, 45 ou 65 km, 3 parcours pédestres de 6, 12 ou 20 km et 1 parcours équestre d 18 km. L accueil, les inscriptions et les arrivées se font à la salle des fêtes de Boujailles. Les départs s échelonnent de 9 heures à 11 heures A l arrivée, dégustation commentée de plusieurs comtés assurée toute la journée en continu par les Amis du Comté. Une assiette-repas à l arrivée comprise dans le tarif d inscription attend également les participants, le tout dans une ambiance très festive. Les inscriptions sont conseillées à l avance, elles se font par Internet sur Des bulletins d inscription sont également disponibles dans les Points Info tourisme du secteur. Inscriptions sur place avec majoration (+ 2 euros). Les tarifs comprennent les ravitaillements sur le parcours et une assiette-repas à l arrivée pour les premiers inscrits : 10 euros pour tous les parcours, gratuit pour les enfants de moins de 10 ans (sandwich à l arrivée). n Emplettes printanières Rendez-vous désormais incontournable, la foire de printemps d Houtaud se tient le 21 dimanche 21 mai sur le parking Leclerc. dimanche 21 MaI On reçoit toujours quatre ou cinq fleuristes qui viennent proposer aux habitants du coin de quoi embellir les jardins et potagers, explique Joël Écarnot, le président du comité de foire et d animation d Houtaud (C.F.A.H.) en charge d organiser cet événement. Ceux qui n ont pas la main verte pourront tout à loisir découvrir les poules, lapins, canards et autres animaux de basse-cour présentés sur la manifestation. La foire d Houtaud sert aussi de support au vide-greniers. Ouvert à tous, il attire chaque année une centaine d exposants. On a prévu plusieurs animations pour célébrer le trentième anniversaire. Les grenadiers des Gars de Joux seront de la partie. Il y aura également le groupe folklorique de l Amicale portugaise de Pontarlier, détaille Michel Claude, secrétaire du C.F.A.H., en ajoutant la présence d un sculpteur sur ballons. En trente ans, la foire de printemps a connu plusieurs évolutions. Il s agissait au départ d apporter de l animation au village. Cette foire a été lancée par Michel d Houtaud à l époque où il était maire de la commune, n oublie pas rappeler Joël Écarnot. La première édition réunissait seulement quelques marchands de fleurs. La foire s est ensuite élargie aux commerçants non sédentaires puis elle s est installée vers l école. On recevait même des fanfares de passage à Houtaud avant d aller défiler à la fête des sapins à Levier. 14 ème randonnée des fruitières dimanche 21 mai à Boujailles Renseignements au Informations et inscriptions en ligne sur La foire de printemps attire de nombreux amateurs de fleurs. A trop vouloir en faire, ce rendez-vous printanier, emporté par son élan perd aussi de sa cohérence. On a décidé de tout remettre à plat autour des fleurs, des petits animaux et d un videgreniers. On s est aussi fixé une date, à savoir le dimanche du troisième week-end de mai. La gestion de la foire mobilise une quarantaine de personnes. Avec le temps, on se rend compte que c est très fédérateur. Nos enfants s en souviennent encore, sourit le président du C.F.A.H. qui s occupe du stand restauration où il est toujours possible de déguster les fameuses fritures de carpes. n Foire de printemps Houtaud Dimanche 21 mai sur le parking Leclerc PoNtarLIEr The Jungle Run, 4 ème édition C'est l événement sportif de ce printemps. Créée par le Franc-Comtois Fabien Cholley, The Jungle Run a déjà envahi les rues de Vesoul, Besançon, Pontarlier et Montbéliard. Le Saugeais, terre de sport, terre de tradition, repart de plus belle avec le Saugeathlon samedi 6 et dimanche 7 mai. Encore une fois, Joël Pourchet - président de l Entente sportive saugette (E.S.S.) - et son acolyte Gabriel Jacquot se mobilisent à fond dans cette manifestation destinée à récolter des fonds pour financer le club et son encadrement et assurer de nouveaux projets comme la création d un bâtiment pour le stockage de matériel ou encore la prolongation de 800 mètres de la piste précise le président. L événement festif débute vendredi à 21 heures à Maisonsdu-Bois avec l enregistrement de C est la faute à l accordéon et l orchestre Frénésie, puis le 20 Et 21 MaI MaIsoNs-du-BoIs-LIèvrEMoNt concert du groupe Princesse(s). Les choses sérieuses démarrent samedi à 14 h 45 du terrain de foot d Arçon avec le Saugeathlon, épreuve mêlant kayak, V.T.T. et course à pied. Il y a des nouveautés avec des parcours modifiés avec un itinéraire V.T.T. plus varié et une course à pied moins longue. La grande nouveauté, c est une course inter-entreprises. Cela ajoute de la convivialité à une compétition dont c est un peu la marque disent les organisateurs. La journée se poursuit avec une Enfilez vos baskets, armez-vous de votre fantaisie et de votre courage, et rendez-vous à la 4ème édition de la Jungle Run qui se déroulera samedi 20 et dimanche 21 mai dans les rues de Pontarlier, au départ du parking du Géant Casino. Le principe est simple : parcourir les 7 km de la boucle Cool ou les 14 km de la Crazy, tout en franchissant des obstacles les plus farfelus possible. Une vingtaine en tout jalonnent la course. Quels sontils? Surprise! On ne va quand même pas tout dire! Vêtus (ou non!) de leur plus beau déguisement, les participants n ont qu un seul mot d ordre : s amuser. Même si l épreuve est sportive, elle se veut surtout ludique et accessible à tous, dès 14 ans. Exit la morosité et place au fun. Les petits courageux ne sont pas oubliés avec un parcours The Jungle Run Kid s spécialement élaboré pour les 6-13 ans dans la Zone Cit-y Parc le samedi 20 mai dès 14 heures L inscription (5 euros) est obligatoire mais des places gratuites sont offertes chez les commerçants de la zone commerciale des Grands-Planchants ainsi que chez Décathlon. n Jungle run 20 et 21 mai à Pontarlier Plus de personnes sur la ligne de départ! saugeathlon Un défi physique, la fête, l ambiance saugette Le Saugeathlon à Maisons-du-Bois-Lièvremont (vendredi 5, samedi 6 et dimanche 7 mai) est une manifestation hors pair. Pas loin d un millier de participants attendus. Plusieurs nouveautés cette année. Les membres de l E.S.S. en pleine préparation. Saugeathlon vendredi 5, samedi 6 et dimanche 7 mai à Maisons-du-Bois-Lièvremont Renseignement : ou grande soirée sous chapiteau avec en vedette à 22 h 30, le groupe Goldmen tribute Fredericks Goldman Jones et en 3 ème partie Sang d Ancre et Let D zur. Dimanche, une randonnée pédestre (10 heures au départ de la mairie de Maisons-du- Bois-Lièvremont) permettra aux participants de découvrir le biathlon via une initiation au stand de tir du stade Florence-Baverel. Les jeunes s affronteront lors d un duathlon (15 heures) avant le grand rendez-vous : les courses cyclistes avec le fameux prix du Saugeais qui débute dès le dimanche matin. De 11 heures à 17 heures, le repas du Saugeathlon et les animations diverses tiendront le public en haleine avec l école de chant Phil Clémence et le groupe Elements. À 19 heures, dîner campagnard et dansant avec Elements et Snails. Les Saugets savent recevoir! n

41 Créateur de sitess Internet maison-kameleon.fr Constructeur maison lepetitpouc et-morteau.fr Dépôt-vente gwmobility.com crechepontarlier. r fr Transport - Mobilité - Innovation Micro-crèche linaveclautre.fr Agro-alimentairee gite-hauterive.f r Gîte boillon-fermetures.fr Portes, fenêtres... n projet de communication? Parlons-e n! c To ournoux - T c. presse. fr Groupe Publipresse 1 rue de la Brasserie BP MORTEAU Cedex T publ ipresse.fr

42 Agenda 42 La Presse Pontissalienne n Mai 2017 MUSIQUE CLASSIQUE COOPÉRATION MUSICALE FRANCO-SUISSE Mozart au pupitre de Saint-Pierre L orchestre symphonique de Pontarlier, la chorale de la Campanelle et celle de l Université de Neuchâtel répètent depuis des mois le Requiem de Mozart qui sera présenté au public le 9 juin à l église Saint-Pierre à 20 h 30. Programme. Grand classique du répertoire, le Requiem de Mozart constitue toujours un événement musical à Pontarlier comme ailleurs. Un vrai défi comme ceux que se plaisent à relever Pierre Tréfeil préposé à la direction du Symphonique pontissalien et Sylvain Muster qui dirige, entre autres, les Chœurs de l Université de Neuchâtel et de la Campanelle. Soit, sur scène, un ensemble de 180 musiciens. Les deux se connaissent bien pour avoir déjà œuvré de concert en 2013 pour le Requiem de Verdi. Sans être imposée, cette coopération entre des ensembles L orchestre symphonique de Pontarlier et le chœur de la Campanelle se retrouvent assez régulièrement pour des œuvres jouées en commun. français et suisse permet de donner une tout autre dimension à l événement. Il y a peu de chœurs dans le Haut-Doubs qui interprètent du classique, justifie Élisabeth Dion, présidente de la Campanelle. La musique se joue des frontières. Pour se préparer, les choristes pontissaliens ont eu la chance d être accompagnés au piano par Virginie Ziskovic. C est une vraie chance de pouvoir fonctionner ainsi. On entre mieux dans la musique. Le renfort de la pianiste associé à la méthode de travail propre à Sylvain Muster rend les séances de répétition hebdomadaires beaucoup plus agréables pour ceux qui apprécient de sortir d un cadre trop scolaire. Aussi emblématique soit-il, le Requiem de Mozart ne se laisse pas facilement apprivoiser. On s y attelle depuis plus d un an. L orchestre symphonique et les deux chœurs ne seront pas seuls sur scène. Quatre solistes apporteront leur voix au chapitre. Française aux origines roumaines, la soprano Alexandra Dobos-Rodriguez poursuit actuellement ses études à la haute École de musique de Lausanne. À la scène, elle a déjà incarné les rôles d Eurydice dans Orphée et Eurydice, de Pamina dans la Flûte enchantée et celui de Giannetta dans L Élixir d amour de Donizetti. Artiste polyvalente, Marion Jacquemet a d abord appris la danse et le saxophone avant de se former au chant et à l art lyrique. Son timbre chaud et rond de mezzo-soprano, ses grandes qualités musicales et ses talents de comédienne l ont vite amenée à se produire sur scène. Elle se produit en récital, notamment au théâtre du passage à Neuchâtel ou au grand théâtre de Genève. Elle chante régulièrement les parties d alto solo dans l oratorio, notamment des cantates de Bach. Alsacien, André Gass a suivi sa formation artistique auprès de Gary Magby à la Haute École de musique de Lausanne. Il chante aussi bien l oratorio que le lied ou la mélodie. D abord membre actif du chœur de l opéra de Lausanne, c est en 2011 qu il a obtenu son premier engagement dans Rigoletto de Verdi au festival d Avenches. Le dernier soliste, Pierre Héritier, a grandi en Suisse dans une famille de musiciens. Après des études universitaires à Fribourg, il poursuit sa formation vocale avant d intégrer l Opéra Studio de Lyon. Il incarne de nombreux rôles notamment Tom dans Jérémy Fisher, Figaro, Hercules, Melisso Lors de la saison , ce baryton sera l Horloge et le Chat à l Opéra de Lyon et Liberto et le Littore à l Opéra royal de Versailles et à l opéra de Vichy. Pour compléter le programme, les orga- Le chœur mixte de la Campanelle fête son 50 ème anniversaire cette année. nisateurs ont fait appel à une autre jeune soliste, Florence Guillaume, qui interprétera le 3 ème concerto pour cor. Belle occasion de découvrir ou redécouvrir cet instrument à la sonorité très chaude. Durée totale du concert : environ 80 minutes sans entracte. Ceux qui seront dans l impossibilité d assister au Requiem le 9 juin auront toujours la possibilité d aller aux deux autres concerts d abord programmés les 5 et 6 mai à Neuchâtel et à La Chaux-de-Fonds. n Requiem de Mozart Église Saint-Pierre Vendredi 9 juin à 20 h 30 Billetterie à l office de tourisme de Pontarlier ou sur place le soir du concert. Prix des places 20 euros lycéens et étudiants 10 euros (gratuit de 16 ans)

43 LE PORTRAIT La Presse Pontissalienne n Mai GILLEY 20 ans de passion Des mignonnettes par milliers D abord en verre puis en céramique, plus attiré par le contenant que le contenu, Gilles Oudot est devenu addict de ces supports publicitaires qu il collectionne, échange, expose, sans jamais se lasser. Je suis limité par deux facteurs : la place et l argent. Pièce à vivre, chambre d amis, bureau, pas une étagère, pas un meuble qui ne soit rempli de mignonnettes. J ai la chance d avoir une compagne compréhensive, sourit Gilles Oudot qui aime à faire partager sa passion. Sa collection rassemble aujourd hui pièces en céramique. Le nombre fluctue en fonction des opportunités d échange, de vente, d achat qu il juge utile d effectuer pour enrichir, diversifier ou renouveler son fonds de commerce. Dans ce mondelà, rien n est jamais fini et Gilles est allé très loin dans l exercice. Pas du genre à faire les choses à moitié. Rien ne le prédestinait à tomber dans la buticulamicrophilie qui désigne ainsi ce goût prononcé pour les mignonnettes. Un jour, un copain de ma fille m a offert un coffret de mignonnettes qu ils avaient acheté au retour d un voyage à l étranger. Tout est parti de là. Comme un déclic. Il s est pris au jeu d étoffer sa collection naissante. Sans précipitation. Au hasard des brocantes et vide-greniers qu il parcourt dans la région, en consultant quelques sites de vente aux enchères. En une petite dizaine d années, il finit par accumuler entre 300 et 400 mignonnettes. Elles étaient toutes en verre. Puis les choses se sont accélérées et la collection s est fortement étoffée pour arriver à plus de pièces. J ai tout revendu dont une bonne partie à un restaurateur local. Pas forcément pour s en débarrasser, plutôt le sentiment d avoir fait le tour de du sujet en verre et sans doute une question de stockage. Je suis limité par deux facteurs : la place et l argent, confirme le collectionneur. Cette séparation marque aussi la reconversion vers les mignonnettes en faïence et en céramique. J en avais quelques-unes, explique celui qui va vite trouver son bonheur sur le site Mignatus ceramicus. Un nouveau départ pour ce Sauget d adoption originaire de Montbéliard. On venait danser à Gilley. Ce qui devait arriver, arriva. Au cours d une de ses sorties de jeunesse, Gilles rencontre sa première épouse. Une fille du pays. Cap sur le Haut- Doubs. Après une expérience dans une entreprise à Valdahon, le décolleteur comprend vite l intérêt d aller monnayer son savoir-faire en Suisse. De quoi mettre du beurre dans les épinards et s offrir quelques mignonnettes de valeur. J ai des pièces assez rares mais aucune acquise à un prix exorbitant. S il avoue comme beaucoup d autres buticulamicrophiles une forte attirance pour les mignonnettes assurant la promotion du cognac et du whisky, Gilles Oudot apprécie aussi tout autant de faire vivre sa collection au contact d autres passionnés. Il adhère ainsi au club français Mignonnettes passion et participe activement à la vie de cette association. On se retrouve en général deux fois par an, indique celui s est récemment déplacé à Cognac où se tenait l assemblée générale du club. Dans le dernier bulletin, il a pris sa plus belle plume et rédigé un article consacré aux mignonnettes de la distillerie Aymonier aux Bio express l Originaire de Voujeaucourt l 61 ans l Deux enfants l Métier : décolleteur Fourgs. Le cercle des rencontres dépasse largement les frontières nationales. On s est déjà retrouvé à Barcelone, Bilbao, Grenade Chaque voyage est un prétexte à un séjour touristique en couple. L occasion de joindre la passion à l agréable. À force de rencontres et d échanges, des amitiés se nouent entre collectionneurs. C est vraiment un plaisir de se retrouver. En 2011, Gilles reprend à son compte l organisation de l A.G. du club. Une cinquantaine de fondus de petites bouteilles mettent alors le cap sur le Haut-Doubs où en dehors des choses sérieuses, ils prendront aussi le temps d apprécier les spécialités locales. Beaucoup d échanges s effectuent dans ce cercle d initiés. Gilles Oudot avec deux mignonnettes de Cognac et d'armagnac. Cela représente environ 40 % des transactions, précise Gilles Oudot. Car les affaires se font pour l essentiel sur le net : ebay, le bon coin, paru-vendu. Je les consulte en moyenne une fois par semaine. Il m arrive assez souvent d en acquérir aux États-Unis, en Italie Le marché des mignonnettes est en sérieuse perte de vitesse. Durcissement des règles de publicité pour les alcools, baisse de consommation, coûts de fabrication, plusieurs causes expliquent ce fléchissement. Conséquences : certaines pièces prennent beaucoup de valeur comme des séries spéciales, des marques prestigieuses. Chez Gilles Oudot, les mignonnettes contenant un alcool sucré liquoreux sont systématiquement vidées. Ce type d alcool finit par s imprégner dans le contenant et cela fait des taches. On n a pas ce problème avec les alcools blancs. Méticuleux, Gilles Oudot range ses protégées avec méthode en les classant par pays ou continent. Il a aussi transmis une partie de son virus à sa compagne qui a jeté son dévolu sur les mignonnettes à l effigie d Elvis Presley. La star du rock reste toujours un bon support promotionnel chez les fabricants de bourbon, whisky Si des personnes veulent se débarrasser d un vieux stock de mignonnettes, elles peuvent toujours me contacter, suggère Gilles Oudot. n F.C.

44 DISTILLERIE GUY PONTARLIER DISTILLERIE LA CLUSE ET MIJOUX CLAVELIN & FILS LE VERNOIS PELOUSEY BRASSERIE TERRA COMTIX MAMIROLLE AU DOUBS GOURMET DOUBS AUX PRODUITS SAUGETS MAISON-DU-BOIS FROMAGERIE MONNIN CHANTRANS FROMAGERIE BADOZ PONTARLIER MINOTERIE DORNIER BIANS-LES-USIERS CAFÉS QUERRY PONTARLIER GAEC MAUGAIN ET ASSOCIÉS COQUY FLAGEY GAEC DUCLOUX MONT-SUR-MONNET RÛCHER DES 2 LACS LABERGE- MENT-SAINTE-MARIE