Analyse des logiciels d application spécialisée pour le courtage en épargne collective

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse des logiciels d application spécialisée pour le courtage en épargne collective"

Transcription

1 Analyse des logiciels d application spécialisée pour le courtage en épargne collective Dép. de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal C.P. 6079, succ. Centre-ville Montréal (Québec) H3C 3A7 Canada Alexandre Moïse Chaire en management des services financiers École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal C.P. 8888, succ. Centre-ville Montréal (Québec) H3C 3P8 Canada RESUMÉ En s appuyant sur une hiérarchie d abstraction pour la gestion de portefeuille de parts de fonds communs de placement, une analyse des logiciels d application spécialisée pour le courtage en épargne collective a été réalisée. Les résultats indiquent que l état de l art en matière d interfaces humain-ordinateur (IHO) pour ces logiciels est caractérisé par (1) un mode de présentation et d interaction principalement alphanumérique, (2) une dispersion des informations à travers différents logiciels d application spécialisée et (3) l absence de certaines informations de niveaux d abstraction élevés. Ces résultats suggèrent de pousser les recherches vers la conception écologique d une IHO pour ce doamine d application. MOTS CLÉS : Gestion de portefeuille, fonds communs de placement, hiérarchie d abstraction, interface humainordinateur, évaluation. ABSTRACT Based on an abstraction hierarchy for mutual fund units portfolio management, an analysis of specialized application softwares for group saving plans has been performed. The results indicate that the state of the art regarding humancomputer interfaces for these softwares is characterized by (1) an essentially alphanumeric presentation and interaction mode, (2) the dispersion of information through various specialized application softwares, and (3) the absence of certain information from higher level of abstraction. These results suggest to push research toward ecological interface design for this application domain. KEYWORDS: Portfolio management, mutual funds, abstraction hierarchy, human-computer interface, evaluation.

2 INTRODUCTION Les logiciels d application spécialisée (LAS) sont de plus en plus présents dans l environnement de travail du représentant en épargne collective. Ce dernier est responsable de la bonne gestion des portefeuilles de parts de fonds communs de placement (FCP) de ses clients qui, dans bien des cas, peuvent se compter par centaines. Les LAS soutenant le travail du représentant en épargne collective peuvent être regroupés en trois catégories : - Gestion de la relation client. Cette catégorie permet de gérer le contact avec les clients en offrant des fonctionnalités telles le stockage des coordonnées des clients, l envoie massif de courriers électroniques, l affichage des rendez-vous, l affichage des notes au dossier, etc. - Gestion du portefeuille. Cette catégorie permet de s assurer que le portefeuille du client correspond à ses besoins tout en étant plus performant que le marché. Le représentant en épargne collective a la possibilité de simuler une modification de la répartition du capital avant de réaliser les achats et ventes de parts de FCP. - Surveillance du marché. Cette catégorie permet d identifier les menaces et les opportunités d investissement. Il offre une vue sur les différents FCP offerts et procure certaines fonctionnalités de comparaison les uns aux autres. Puisque le représentant en épargne collective doit principalement gérer le portefeuille de parts de FCP de ses clients, cet article porte exclusivement sur les LAS destinés à soutenir cette tâche. L objectif de cet article est de décrire l état de l art en matière d interfaces humain-ordinateur (IHO) pour cette catégorie de LAS. Pour ce faire, il est essentiel de se rattacher à un cadre de référence représentant le domaine d application. REPRÉSENTATION DU DOMAINE D APPLICATION La hiérarchie d abstraction (HA) a été choisie pour représenter le domaine d application : la gestion de portefeuille de parts de FCP. Elle consiste à structurer les informations essentielles à l atteinte des buts à travers différents niveaux d abstraction [5][6][7]. Ce faisant, la HA correspond à l explicitation du modèle mental d un individu, c est-à-dire l ensemble des variables et leurs relations nécessaires à la compréhension du domaine d application. Par conséquent, la HA est psychologiquement compatible avec le processus de résolution de problème d un individu [7]. Chaque niveau d abstraction décrit un ensemble de variables et de relations spécifiques à ce niveau d abstraction. Tel que présenté à la figure 1, les liens entre les niveaux d abstraction s appuient sur des relations «but-moyens», ce qui signifie que pour toute paire verticale de niveau d abstraction, l élément du niveau supérieur décrit le but à atteindre (le «pourquoi?») et les éléments associés du niveau inférieur décrivent les moyens utilisés (le «comment?») pour atteindre ce but. De cette façon, le niveau d abstraction le plus élevé décrit le but pour lequel le système est utilisé et le niveau d abstraction le plus bas décrit généralement les aspects physiques du système, c est-à-dire ceux qui peuvent être manipulés ou qui sont perceptibles dans l environnement. Les niveaux d abstraction intermédiaires portent sur les aspects fonctionnels entre ces deux niveaux d abstraction. En d autres mots, le passage d un niveau d abstraction à un autre implique un changement dans les concepts et la structure de représentation ainsi que dans les informations utilisées pour caractériser le système à ce niveau d abstraction. Figure 1 : Cadre générique d une hiérarchie d abstraction. La HA a été appliquée à plusieurs domaines dont principalement le contrôle de processus industriels, mais également la médecine, le contrôle d opérations militaires et la gestion de réseaux informatiques [8]. Plus particulièrement relié à la finance, les applications se limitent à l analyse fondamentale [3] et à la gestion d un fonds structuré [1]. Suite à une revue de la littérature sur la gestion d actifs financiers et d entrevues auprès de neuf représentants en épargne collective provenant de cinq cabinets différents, une HA appliquée à la gestion de portefeuilles de parts de FCP a été conçue. Celle-ci est présentée à la figure 2. Comme la gestion de portefeuille de parts de FCP requiert des informa-

3 tions de trois domaines spécifiques (client, portefeuille 1 et marché), celles-ci sont regroupées par domaine spécifique pour chaque niveau d abstraction. Finalités Effets Variations Indicateurs Descriptions Objectifs d investissement Contraintes d investissement Performance du portefeuille Profil de l investisseur Capacité d investissement Ajout/retrait de capital Gain/perte en capital Achat/vente de parts Capital investi Liquidités Nombre de parts Description du client Description de la part de FCP Description de l indice financier Figure 2 : Hiérarchie d abstraction pour la gestion de portefeuille de parts de FCP. Le premier niveau d abstraction, le plus élevé, nommé Finalités, présente les objectifs que doit atteindre le représentant en épargne collective avec le portefeuille. Le niveau d abstraction suivant, nommé Effets, présente les effets des variations, c est-à-dire le rendement et le risque. Le niveau d abstraction suivant, nommé Variations, présente les différences de valeurs entre deux périodes pour une même variable provenant du niveau d abstraction inférieur. Le niveau d abstraction suivant, nommé Indicateurs, présente les données brutes dont les valeurs peuvent être observées à tout moment. Finalement, le niveau d abstraction suivant, nommé Descriptions, présente les informations permettant de caractériser, le lcient, les parts de FCP détenues dans le portefeuille et les indices financiers utilisés pour représenter le marché. La relation «but-moyen» entre les niveaux d abstraction va comme suit. Par exemple, l objectif d investissement, appartenant au niveau d abstraction Finalités, est représenté par une valeur cible à atteindre à l échéance. Celle-ci est obtenue à partir du rendement du portefeuille qui appartient au niveau d abstraction Effets. Ce dernier est obtenu par la variation de la valeur du portefeuille entre différentes périodes qui appartient au niveau d abstraction Variations. La variation de la valeur, c est-à-dire les gains et pertes de valeur, sont obtenus en regardant la valeur du portefeuille à des périodes précises. Cette information appartient au niveau d abstraction Indicateurs. Il est possible de faire le raisonnement inverse, c est-à-dire de commencer par la valeur du portefeuille au niveau d abstraction Indicateurs pour arriver aux objectifs d investissement du niveau d abstraction Finalités en passant par les deux autres niveaux d abstraction. ANALYSE DES LOGICIELS D APPLICATION SPÉCIALISÉE Afin de soutenir convenablement le processus décisionnel du représentant en épargne collective dans la gestion de portefeuilles de parts de FCP, les LAS utilisés à cette fin par ce dernier devraient présenter les informations de chaque niveau d abstraction de la HA illustrée à la figure 2. 1 Un portefeuille est composé de parts de FCP. Par conséquent, le regroupement n est pas un domaine spécifique, mais un niveau de décomposition du domaine. Toutefois, comme les informations sur les parts de FCP sont essentielles au domaine d application, il est nécessaire de les inclure distinctement dans la HA.

4 AN-NET WEB Croesus PALTrak Synchro Total Objectifs d investissement Finalités Contraintes d investissement Performance Profil de l investisseur Capacité d investissement Effets Ajout/retrait de capital Variations Gain/perte en capital Achat/vente de parts Capital investi Liquidités Indicateurs Nombre de parts Description du client Descriptions Description de la part de FCP Description de l indice financier Figure 3 : Couverture du domaine d application par différents logiciels d application spécialisée. Pour avoir une idée de l état de l art en matière d IHO des LAS pour la gestion de portefeuilles de parts de FCP, quatre ont été passés en revue. Trois de ces derniers sont utilisés par les représentants rencontrés (AN-NET WEB, PALTrak et Synchro). L autre (Croesus) a été retenu puisqu il est utilisé pour la gestion des investissements par certaines des plus grandes institutions financières à l échelle mondiale. Le résultat de cette analyse est présenté à la figure 3. On constate que chaque LAS utilisé par le représentant en épargne collective ne le soutient pas totalement dans son travail. Premièrement, le mode de présentation et d interaction est principalement alphanumérique ce qui rend difficile la présentation des contraintes qui gouvernent l environnement. L utilisateur ne voit pas l effet des modifications avant de passer à l action. Toutefois, Synchro offre cette caractéristique, mais de manière limitée; l utilisateur peut manipuler les données à l aide de boutons permettant d augmenter ou de réduire afin de voir si les valeurs permettent d atteindre les cibles désirées. Deuxièmement, les logiciels ne présentent pas les informations sur le portefeuille, sur le client et sur le marché de manière intégrée. Celles-ci sont généralement dispersées dans l environnement de travail. Le représentant en épargne collective a donc besoin de recourir à différents LAS puisque chacun d eux couvre sensiblement un des trois domaines spécifiques de la HA. De plus, lorsque plusieurs informations sont présentées par un seul LAS, elles le sont à des endroits différents, obligeant ainsi l utilisateur à naviguer entre les différents écrans ou pages Web. Dernièrement, certaines informations ne sont pas présentées aux niveaux d abstraction les plus élevés par les LAS analysés, notamment le niveau d abstraction Finalités. Le représentant en épargne collective doit donc compenser cognitivement en intégrant les informations de niveaux d abstraction inférieurs afin d obtenir des informations de niveaux d abstraction supérieurs nécessaires pour ses décisions. Par contre, il est intéressant de remarquer l absence du paradigme «capteur unique indicateur unique». Ce dernier, consistant à ne présenter que les informations prises directement des capteurs sans les intégrer, est présent dans des domaines comme le contrôle de centrales nucléaires [9], la sur-

5 veillance de patients aux soins intensifs [4] et l anesthésie [2]. Or, la HA de la figure 3 montre que plusieurs informations de niveaux d abstraction supérieurs à Descriptions et Indicateurs sont effectivement présentées par les logiciels analysés. CONCLUSION Les sommes gérées par un représentant en épargne collective proviennent généralement d épargnants qui ne peuvent se permettre de subir les effets d une erreur de la part de celui-ci. Il est donc nécessaire de faire en sorte que l environnement de travail du représentant en épargne collective, principalement ses LAS, soutiennent convenablement son processus décisionnel. La présente analyse a permis de constater qu il y a place à amélioration. Afin de remédier à cette situation, la HA de la figure 2 devra être utilisée pour concevoir une IHO à partir d une approche écologique [6][7][8]. Cette approche de conception consiste à rendre les contraintes de l environnement explicites afin de soutenir le processus décisionnel de l utilisateur. Ce type d interface a fait ses preuves dans plusieurs domaines d application [8], mais pas en gestion d actifs financiers. L évaluation d une telle IHO sur la performance de représentants en épargne collective par rapport aux IHO plus traditionnelles, dont les caractéristiques sont décrites dans cet article, fera l objet de recherches ultérieures. REMERCIEMENTS L auteur tient à remercier tous les représentants en épargne collective rencontrés et les personnes contactées chez les entreprises qui commercialisent les logiciels d application spécialisée analysés. BIBLIOGRAPHIE 1. Achonu, J. and Jamieson, G.A. Work domain Analysis of a Financial System: An Abstraction Hierarchy for Portfolio Management. In Proc. of the 22 nd European Annual Conference on Human Decision Making and Control (Linköping, Sweden), 2003, pp Agutter, J., Syroid, N., Drews, F., Westenskow, D., Bermudez, J. and Strayer, D. Graphic Data Display for Cardiovascular System. In Proc. of the IEEE Symposium on Information Visualization 2001 (INFOVIS 01), IEEE, 2001, pp Dainoff, M.J., Dainoff, C.A. and McFeeters, L. On the Application of Cognitive Work Analysis to the Development of a Commercial Investment Software Tool. In Proc. of the Human Factors and Ergonomics Society 48 th Annual Meeting, Human Factors and Ergonomics Society, 2004, pp Miller, A. Patient Monitoring Systems for Effective Patient Management in the ICU: Friend or Foe? In Proc. of the Joint Meeting of the Human Factors and Ergonomics Society and the International Ergonomics Association (IEA2000/HFES2000), Human Factors and Ergonomics Society, 2000, pp Rasmussen, J. Skills, Rules, and Knowledge; Signals, Signs, and Symbols, and Other Distinctions in Human Performance Model. IEEE Transactions on Systems, Man, and Cybernetics, Vol. smc-13, No. 3, 1983, pp Rasmussen, J., Pejtersen, A.M. and Goodstein, L.P. Cognitive Systems Engineering. John Wiley & Sons, Inc., New York, Newy York, Vicente, K.J. and Rasmussen, J. Ecological Interface Design: Theoretical Foundations. IEEE Transactions on Systems, Man, and Cybernetics, Vol. 22, No. 4, 1992, pp Vicente, K.J. Ecological Interface Design: Progress and Challenges. Human Factors, Vol. 44, No. 1, 2002, pp Vicente, K.J., Moray, N., Lee, J.D., Rasmussen, J., Jones, B.G., Brock, R. and Djemil, T. Evaluation of a Rankine Cycle Display for Nuclear Power Plant Monitoring and Diagnosis. Human Factors, Vol 38, No. 3, 1996, pp

ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE

ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE Proceedings of the SELF-ACE 001 Conference Ergonomics for changing work ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE CELLIER JEAN-MARIE Laboratoire Travail et Cognition (LTC), UMR

Plus en détail

Visualisation d information

Visualisation d information Master SIAD 1 année Visualisation d information Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Master SIAD 1 année Visualisation d information Chapitre 1.0 Introduction Quand voir, c est comprendre

Plus en détail

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder (Ottawa, Canada Le 17 mars 2008) Selon une enquête menée récemment auprès des citoyens canadiens à l échelle nationale, la grande

Plus en détail

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Yves Aragon, David Haziza & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, UMR CNRS 5604, Université des Sciences

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Les interfaces ont-elles des émotions?

Les interfaces ont-elles des émotions? Les interfaces ont-elles des émotions? Sandrine Prom Tep, M.Sc. Ergonome des interfaces consultante Candidate au PhD, HEC Montréal (Chaire en commerce électronique RBC Groupe financier) Comprendre l évolution

Plus en détail

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION THÈSE N O 2388 (2001) PRÉSENTÉE AU DÉPARTEMENT D'INFORMATIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE

Plus en détail

Transamerica Vie Canada. Principes fondamentaux en matière de placement pour votre régime vie universelle

Transamerica Vie Canada. Principes fondamentaux en matière de placement pour votre régime vie universelle Transamerica Vie Canada Principes fondamentaux en matière de placement pour votre régime vie universelle MD L assurance vie est un outil très efficace pour protéger votre famille et vos options de placement

Plus en détail

Bilan de thèse à mi-parcours

Bilan de thèse à mi-parcours Bilan de thèse à mi-parcours Benjamin Lévy 26 mars 2012 Introduction La thèse de doctorat d informatique (école doctorale 130, EDITE) dont le titre officiel est le suivant : Avatars capables d écoute,

Plus en détail

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Par Alexandre Moïse 1 Marie Hélène Noiseux 2 1-Alexandre Moïse, B.Gest., M.Sc.A., Chercheur à l'université du Québec

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

ÉVALUATION DE L UTILISABILITÉ D UN SITE WEB : TESTS D UTILISABILITÉ VERSUS ÉVALUATION HEURISTIQUE

ÉVALUATION DE L UTILISABILITÉ D UN SITE WEB : TESTS D UTILISABILITÉ VERSUS ÉVALUATION HEURISTIQUE ÉVALUATION DE L UTILISABILITÉ D UN SITE WEB : TESTS D UTILISABILITÉ VERSUS ÉVALUATION HEURISTIQUE BOUTIN MARIO Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM), 550, rue Sherbrooke Ouest, Bureau 100,

Plus en détail

INF 721 Mesures et indicateurs du génie logiciel Trimestre Été 2015 Professeur. Évariste Valéry BÉVO WANDJI

INF 721 Mesures et indicateurs du génie logiciel Trimestre Été 2015 Professeur. Évariste Valéry BÉVO WANDJI UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE FACULTÉ DES SCIENCES CENTRE DE FORMATION EN TECHNOLOGIES DE L INFORMATION PLAN DE COURS Cours INF 721 Mesures et indicateurs du génie logiciel Trimestre Été 2015 Professeur Évariste

Plus en détail

Rapport annuel 2013. Renseignements financiers au 31 décembre 2013 FONDS DE PLACEMENT GARANTI DSF

Rapport annuel 2013. Renseignements financiers au 31 décembre 2013 FONDS DE PLACEMENT GARANTI DSF FONDS DE PLACEMENT GARANTI DSF Rapport annuel 2013 Renseignements financiers Les Fonds de placement garanti DSF sont établis par Desjardins Sécurité financière, compagnie d assurance vie. Desjardins Assurances

Plus en détail

L analyse du domaine de travail et les cartes cognitives pour évaluer une IHM - Application à un Logiciel de Finances

L analyse du domaine de travail et les cartes cognitives pour évaluer une IHM - Application à un Logiciel de Finances L analyse du domaine de travail et les cartes cognitives pour évaluer une IHM - Application à un Logiciel de Finances Abstraction Hierarchy and Cognitive Map to evaluate an user interface Application to

Plus en détail

DÉPARTEMENT D' INFORMATIQUE ET D INGÉNIERIE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN OUTAOUAIS SÉRIE D EXERCICES SUR LES DER (DIAGRAMMES ENTITÉ-RELATION)

DÉPARTEMENT D' INFORMATIQUE ET D INGÉNIERIE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN OUTAOUAIS SÉRIE D EXERCICES SUR LES DER (DIAGRAMMES ENTITÉ-RELATION) DÉPARTEMENT D' INFORMATIQUE ET D INGÉNIERIE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN OUTAOUAIS SÉRIE D EXERCICES SUR LES DER (DIAGRAMMES ENTITÉ-RELATION) Professeure : Nadia BAAZIZ EXERCICES SUR LES DER (DIAGRAMMES ENTITÉ-RELATION)

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

ÉVALUATION DES RÉTROACTIONS DONNÉES PAR UN LOGICIEL D AIDE À L APPRENTISSAGE DE L ÉCRITURE MANUSCRITE

ÉVALUATION DES RÉTROACTIONS DONNÉES PAR UN LOGICIEL D AIDE À L APPRENTISSAGE DE L ÉCRITURE MANUSCRITE ÉVALUATION DES RÉTROACTIONS DONNÉES PAR UN LOGICIEL D AIDE À L APPRENTISSAGE DE L ÉCRITURE MANUSCRITE LECLERC MARIE-CHRISTINE, ROBERT JEAN-MARC École Polytechnique de Montréal Département de mathématiques

Plus en détail

La gestion de fonds indépendante et

La gestion de fonds indépendante et Colloque annuel de Prévention de la fraude Université de Sherbrooke La gestion de fonds indépendante et le risque de fraude Richard Morin Chef de l exploitation Landry Morin inc 17 mars 2011 Pourquoi Landry

Plus en détail

Vers un nouveau paradigme d interaction humain-ordinateur porté

Vers un nouveau paradigme d interaction humain-ordinateur porté Vers un nouveau paradigme d interaction humain-ordinateur porté Nicolas Plouznikoff nicolas.plouznikoff_à_polymtl.ca Alexandre Plouznikoff alexandre.plouznikoff_à_polymtl.ca (étudiant au doctorat, génie

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant

Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant Décembre 2004 Renée Bourbonnais, PhD Michel Vézina, PhD Pierre

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

IEEE Learning Technology Standards Committee Comité des Normes en Technologies d Apprentissage de l IEEE

IEEE Learning Technology Standards Committee Comité des Normes en Technologies d Apprentissage de l IEEE IEEE Learning Technology Standards Committee Comité des Normes en Technologies d Apprentissage de l IEEE Robby Robson Chair, LTSC Président, LTSC rrobson@eduworks.com 19 March, 2003 What is the LTSC? Le

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

Jean-Daniel Fekete Directeur de Recherche, Resp. équipe-projet AVIZ INRIA

Jean-Daniel Fekete Directeur de Recherche, Resp. équipe-projet AVIZ INRIA La visualisation d information pour comprendre et interagir avec les données Jean-Daniel Fekete Directeur de Recherche, Resp. équipe-projet AVIZ INRIA Jean-Daniel.Fekete@inria.fr, www.aviz.fr, @jdfaviz

Plus en détail

Gestion de bases de données bibliographiques

Gestion de bases de données bibliographiques Gestion de bases de données bibliographiques Création et gestion d une base de données bibliographiques Création de rapports (bibliographies dans un traitement de texte) 1. Installer l extension Zotero

Plus en détail

AVIS DE CONVOCATION AUX ASSEMBLÉES EXTRAORDINAIRES

AVIS DE CONVOCATION AUX ASSEMBLÉES EXTRAORDINAIRES AVIS DE CONVOCATION AUX ASSEMBLÉES EXTRAORDINAIRES DES PORTEURS DE PARTS DU PORTEFEUILLE NEI SÉLECT ÉQUILIBRÉ CANADIEN et DES PORTEURS DE PARTS DU PORTEFEUILLE NEI SÉLECT CROISSANCE CANADIENNE (individuellement,

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

DÉLÉGATION DES COMPÉTITIONS EN INFORMATIQUE DE L ÉTS PLAN DE PARTENARIAT

DÉLÉGATION DES COMPÉTITIONS EN INFORMATIQUE DE L ÉTS PLAN DE PARTENARIAT DÉLÉGATION DES COMPÉTITIONS EN INFORMATIQUE DE L ÉTS PLAN DE PARTENARIAT 2015 LA DÉLÉGATION DES COMPÉTITIONS EN INFORMATIQUE La délégation des compétitions en informatique regroupe, chaque année, les étudiants

Plus en détail

VÉZINA NICOLE Chaire GM en ergonomie de l UQAM

VÉZINA NICOLE Chaire GM en ergonomie de l UQAM ANALYSE DES DÉTERMINANTS DE LA QUALITÉ DE COUPE DU WHIZARD : VERS LA CONCERTATION DES ACTIONS ET L ÉLABORATION D UNE FORMATION OUELLET SYLVIE Centre d étude des intéractions biologiques entre la santé

Plus en détail

Transport in quantum cascade lasers

Transport in quantum cascade lasers Diss. ETH No. 20036 Transport in quantum cascade lasers A dissertation submitted to ETH ZURICH for the degree of Doctor of Sciences presented by ROMAIN LÉON TERAZZI Diplôme de Physicien, Université de

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES PRÉAMBULE La description des activités et des compétences du métier d ostéopathe ne se substitue pas au cadre réglementaire. En effet, la plate-forme

Plus en détail

[Résumé: Intégration d un contrôle automatisé dans une station de test électrique]

[Résumé: Intégration d un contrôle automatisé dans une station de test électrique] SEPTEMBRE 2013 INSA de Strasbourg Génie électrique : Option énergie Par : Adnane BOUKHEFFA Tuteur Institutionnel : M. Guy STURTZER Réalisé au sein du Groupe Legrand 290 Avenue de Colmar, Strasbourg 67100

Plus en détail

L innovation clinico-organisationnelle dans les organisations de santé

L innovation clinico-organisationnelle dans les organisations de santé L innovation clinico-organisationnelle dans les organisations de santé Juin 2001 Jean-Louis Denis, Ph. D. Marie-Dominique Beaulieu, M.D., M.Sc. Yann Hébert, Ph. D. (cand.) Ann Langley, Ph. D. Daniel Lozeau,

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Une méthode d apprentissage pour la composition de services web

Une méthode d apprentissage pour la composition de services web Une méthode d apprentissage pour la composition de services web Soufiene Lajmi * Chirine Ghedira ** Khaled Ghedira * * Laboratoire SOIE (ENSI) University of Manouba, Manouba 2010, Tunisia Soufiene.lajmi@ensi.rnu.tn,

Plus en détail

ESPACE ET TEMPS AU CYCLE 2

ESPACE ET TEMPS AU CYCLE 2 ESPACE ET TEMPS AU CYCLE 2 Animation pédagogique. Circonscription de Brest Nord 10 Avril 2013 Pierrick FRIQUET- Yann TY COZ «Les montres molles doivent s adapter au temps qui passe!» Dali. xemples de séquences

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2014

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2014 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2014 Le présent Rapport annuel de la direction sur le rendement du Fonds monétaire FMOQ (le «Fonds») contient les

Plus en détail

Management des Systèmes d Information

Management des Systèmes d Information Spécialité Réseaux (RES) UE: Management des systèmes d'information [mnsi, NI303] M2IRT 2012 1 ère année Management des Systèmes d Information Unité 2 - Les principaux types de SI dans l entreprise Gilles

Plus en détail

APHLIS (African Postharvest Losses Information System) Système d information Africain des pertes post récolte www.aphlis.net

APHLIS (African Postharvest Losses Information System) Système d information Africain des pertes post récolte www.aphlis.net APHLIS (African Postharvest Losses Information System) Système d information Africain des pertes post récolte www.aphlis.net APHLIS - a unique service APHLIS generates estimates of quantitative postharvest

Plus en détail

Qu est-ce qui caractérise notre style de gestion active? Des penseurs de premier plan dans le domaine du placement

Qu est-ce qui caractérise notre style de gestion active? Des penseurs de premier plan dans le domaine du placement Qu est-ce qui caractérise notre style de gestion active? Des penseurs de premier plan dans le domaine du placement «Notre approche de l investissement repose sur une idée fondamentale : la meilleure façon

Plus en détail

Manlab. Logiciel de continuation interactif. R. Arquier B. Cochelin C. Vergez

Manlab. Logiciel de continuation interactif. R. Arquier B. Cochelin C. Vergez Manlab Logiciel de continuation interactif R. Arquier B. Cochelin C. Vergez Laboratoire de mécanique et d acoustique (UPR CNRS 7051) Ecole généraliste d ingénieurs de Marseille (EGIM) Technopôle de Château-Gombert

Plus en détail

FCA SI2 GUIDE RAPIDE DE L UTILISATEUR

FCA SI2 GUIDE RAPIDE DE L UTILISATEUR FCA SI2 GUIDE RAPIDE DE L UTILISATEUR Introduction...2 1 Démarrage...3 1.1 Se connecter...3 1.2 Mettre à jour son Profil...3 1.3 Fonctionnalités du Système...4 2 Comment faire pour...5 2.1 Naviguer d un

Plus en détail

ÉVALUATION DES PARAMÈTRES CINÉTIQUES DES RÉACTEURS NUCLÉAIRES APPLICATION AUX COMBUSTIBLES MIXTES

ÉVALUATION DES PARAMÈTRES CINÉTIQUES DES RÉACTEURS NUCLÉAIRES APPLICATION AUX COMBUSTIBLES MIXTES ÉVALUATION DES PARAMÈTRES CINÉTIQUES DES RÉACTEURS NUCLÉAIRES APPLICATION AUX COMBUSTIBLES MIXTES ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE POUR L'OBTENTION DU GRADE DE DOCTEUR ÈS SCIENCES TECHNIQUES PAR

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

OVID : les bases de données biomédicales

OVID : les bases de données biomédicales OVID : les bases de données biomédicales Présentation de Ovid Ovid est un système de recherche permettant l interrogation de différentes bases de données bibliographiques à l aide d une même interface.

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

Recommandation de l Autorité de contrôle prudentiel

Recommandation de l Autorité de contrôle prudentiel Recommandation de l Autorité de contrôle prudentiel portant sur la commercialisation des contrats d assurance sur la vie en unités de compte constituées d instruments financiers complexes, prise conformément

Plus en détail

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 30 juin 2015

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 30 juin 2015 RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 30 juin 2015 Le présent Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds monétaire FMOQ (le «Fonds») contient

Plus en détail

OrderGeneMiner : Logiciel pour l extraction et la visualisation de motifs partiellement ordonnés à partir de puces à ADN

OrderGeneMiner : Logiciel pour l extraction et la visualisation de motifs partiellement ordonnés à partir de puces à ADN OrderGeneMiner : Logiciel pour l extraction et la visualisation de motifs partiellement ordonnés à partir de puces à ADN Mickaël Fabrègue, Agnès Braud, Sandra Bringay, Florence Le Ber, Charles Lecellier,

Plus en détail

Outil SANTE: Détection d erreurs par analyse statique et test structurel des programmes C

Outil SANTE: Détection d erreurs par analyse statique et test structurel des programmes C Outil SANTE: Détection d erreurs par analyse statique et test structurel des programmes C Omar Chebaro LIFC, Université de Franche-Comté, 25030 Besançon France CEA, LIST, Laboratoire Sûreté des Logiciels,

Plus en détail

RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE

RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 30 novembre 2006 AVIS

Plus en détail

Faire croître votre chiffre d affaires PLACEMENTS PLANIFICATION FINANCIÈRE ASSURANCE

Faire croître votre chiffre d affaires PLACEMENTS PLANIFICATION FINANCIÈRE ASSURANCE Faire croître votre chiffre d affaires PLACEMENTS PLANIFICATION FINANCIÈRE ASSURANCE 2 Table des matières 1. Survol de ÉlémentsPatrimoine 2. Modules renseignements du client 3. Modules planifications financière

Plus en détail

Réduire la dette étudiante. Les raisons de la baisse de l endettement des étudiants universitaires au Manitoba

Réduire la dette étudiante. Les raisons de la baisse de l endettement des étudiants universitaires au Manitoba Réduire la dette étudiante Les raisons de la baisse de l endettement des étudiants universitaires au Manitoba Publié en 2007 par la Fondation canadienne des bourses d études du millénaire 1000, rue Sherbrooke

Plus en détail

ECO CONCEPTION : outil d évaluation simplifié et projets pour EVER09

ECO CONCEPTION : outil d évaluation simplifié et projets pour EVER09 ECO CONCEPTION : outil d évaluation simplifié et projets pour EVER09 Conception écologique ou écologie industrielle La vérité? 23/10/08 Ce qui sauve, ce n est pas la foi mais le doute qui fait chercher

Plus en détail

TRANSFOLIO version 2.05. Introduction

TRANSFOLIO version 2.05. Introduction TRANSFOLIO version 2.05 Introduction TABLE DES MATIERES 1 OBJECTIF... 2 2 DEMARRER TRANSFOLIO... 2 3 CREER SON PREMIER PORTEFEUILLE... 3 3.1 ETAPE 1 : DEFINITION DU PORTEFEUILLE... 3 3.2 ETAPE 2 : OUVERTURE

Plus en détail

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a RENÉ CHARBONNEAU C o n s u l t a t i o n e t f o r m a t i o n C o n s u l t i n g a n d T r a i n i n g 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t

Plus en détail

Source : DalpéMilette. Date : 21 janvier 2014

Source : DalpéMilette. Date : 21 janvier 2014 Sujet : Transactions de portefeuille : on rajoute un fonds de couverture (hedge fund). / Portfolio transactions: we are adding a hedge fund. Source : DalpéMilette Date : 21 janvier 2014 Les opinions exprimées

Plus en détail

Solutions. Une expertise au service de vos besoins logiciels.

Solutions. Une expertise au service de vos besoins logiciels. Solutions Une expertise au service de vos besoins logiciels. SIX Financial Information Solutions offre une combinaison parfaite des données, des process et du logiciel pour développer des produits sur

Plus en détail

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MOBILE Gaël Crochet 1 & Gilles Santini 2 1 Médiamétrie, 70 rue Rivay, 92532 Levallois-Perret, France, gcrochet@mediametrie.fr 2 Vintco SARL, 8 rue Jean

Plus en détail

Vérification de la Stratégie d'information financière - Gestion des immobilisations Bibliothèque et Archives Canada

Vérification de la Stratégie d'information financière - Gestion des immobilisations Bibliothèque et Archives Canada Vérification de la Stratégie d'information financière - Gestion des immobilisations Bibliothèque et Archives Canada Préparé pour Bibliothèque et Archives Canada Préparé par Services de Vérification Canada

Plus en détail

Win UR. www.git.ch. Portfolio. Portfolio. Archivage. Comptabilité. Consolidation. Budget. Débiteurs. Business Software

Win UR. www.git.ch. Portfolio. Portfolio. Archivage. Comptabilité. Consolidation. Budget. Débiteurs. Business Software Business Software Win UR Portfolio A qui s'adresse Win UR Portfolio? Archivage "Grâce à ce nouveau logiciel, nous comptons bien séduire les gérants de fortune ainsi que les gestionnaires institutionnels.

Plus en détail

Le Fair use et le Fair dealing : Étude de droit comparé

Le Fair use et le Fair dealing : Étude de droit comparé Le Fair use et le Fair dealing : Étude de droit comparé Monsieur Pierre EL Khoury On peut se procurer le présent ouvrage à: Les Éditions Thémis Faculté de droit, Université de Montréal C.P. 6128, Succ.

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT MODELISATION DE LA FORMATION DES NANOSTRUCTURES OBTENUES PAR ABLATION LASER EN REGIME FEMTOSECONDE

THESE DE DOCTORAT MODELISATION DE LA FORMATION DES NANOSTRUCTURES OBTENUES PAR ABLATION LASER EN REGIME FEMTOSECONDE MINISETRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI, TIZI-OUZOU FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE PHYSIQUE THESE DE DOCTORAT SPECIALITE : Physique OPTION

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds à revenu fixe Fonds d obligations ultra court terme TD Fonds d obligations à court terme TD Fonds hypothécaire TD Fonds d obligations canadiennes TD Portefeuille à revenu

Plus en détail

Projet ECOSIM : Plate-forme Multi-Scénario de Simulation Dynamique de Gestion en Ligne.

Projet ECOSIM : Plate-forme Multi-Scénario de Simulation Dynamique de Gestion en Ligne. Projet ECOSIM : Plate-forme Multi-Scénario de Simulation Dynamique de Gestion en Ligne. Patrice Saunier EXOSIM S.A 7, Boulevard Mirabeau 95100 ARGENTEUIL Tel : (33) 1.30.76.60.13 Fax : (33) 1.30.76.06.14

Plus en détail

Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement

Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement Ce document présente une approche visant à évaluer le risque de taux d intérêt propre à chaque investissement immobilier et propose

Plus en détail

Programme de placements Rapport de vérification final Rapport N o 15/12 22 novembre 2012

Programme de placements Rapport de vérification final Rapport N o 15/12 22 novembre 2012 Programme de placements Rapport de vérification final Rapport N o 15/12 22 novembre 2012 Diffusion : Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

http://www.quebecreadingconnection.ca/

http://www.quebecreadingconnection.ca/ Guide d utilisation «We aim to encourage and support the teaching of reading, writing, listening and speaking while exploring and enjoying literature and culture. Quebec Reading Connection (QRC) also offers

Plus en détail

à moyen Risque moyen Risq à élevé Risque élevé Risq e Risque faible à moyen Risq Risque moyen à élevé Risq

à moyen Risque moyen Risq à élevé Risque élevé Risq e Risque faible à moyen Risq Risque moyen à élevé Risq e élevé Risque faible Risq à moyen Risque moyen Risq à élevé Risque élevé Risq e Risque faible à moyen Risq Risque moyen à élevé Risq L e s I n d i c e s F u n d a t a é Risque Les Indices de faible risque

Plus en détail

HUAWEI TECHNOLOGIES CO., LTD. channelroad. A better way. Together.

HUAWEI TECHNOLOGIES CO., LTD. channelroad. A better way. Together. HUAWEI TECHNOLOGIES CO., LTD. channelroad A better way. Together. Partenaires sur la nouvelle Route de la soie Progresser le long d une nouvelle Route de la soie et être partenaire de Huawei présentent

Plus en détail

Spring IDE. Mise en œuvre. Eclipse

Spring IDE. Mise en œuvre. Eclipse A Spring IDE Bien que Spring mette à disposition d intéressants mécanismes afin d améliorer l architecture des applications Java EE en se fondant sur l injection de dépendances et la programmation orientée

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Menu INVEST STORE. COMMENT VOUS CONNECTER SUR VOTRE CAEL AVEC OPTION BOURSE : Adresse du site www.ca-normandie.fr

Menu INVEST STORE. COMMENT VOUS CONNECTER SUR VOTRE CAEL AVEC OPTION BOURSE : Adresse du site www.ca-normandie.fr MODE D EMPLOI INVEST STORE INITIAL Consultez vos comptes 24 h/ 24-7 j / 7 Bourse et OPCVM en ligne à tout moment Rapide Facile Pratique VOTRE ACCES BOURSE DISPONIBLE A TOUT MOMENT COMMENT VOUS CONNECTER

Plus en détail

Analyse du domaine de travail pour les problèmes de tournees de vehicules

Analyse du domaine de travail pour les problèmes de tournees de vehicules Analyse du domaine de travail pour les problèmes de tournees de vehicules Bernat Gacias, Julien Cegarra, Pierre Lopez To cite this version: Bernat Gacias, Julien Cegarra, Pierre Lopez. Analyse du domaine

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

METTEZ DU GÉNIE DANS VOS FINANCES AVEC LES FONDS FÉRIQUE. Offerts aux ingénieurs et diplômés en génie, à leurs familles et à leurs entreprises

METTEZ DU GÉNIE DANS VOS FINANCES AVEC LES FONDS FÉRIQUE. Offerts aux ingénieurs et diplômés en génie, à leurs familles et à leurs entreprises METTEZ DU GÉNIE DANS VOS FINANCES AVEC LES FONDS Offerts aux ingénieurs et diplômés en génie, à leurs familles et à leurs entreprises BIENVENUE CHEZ. BIENVENUE CHEZ VOUS. constitue une approche différente

Plus en détail

e-biogenouest CNRS UMR 6074 IRISA-INRIA / Plateforme de Bioinformatique GenOuest yvan.le_bras@irisa.fr Programme fédérateur Biogenouest co-financé

e-biogenouest CNRS UMR 6074 IRISA-INRIA / Plateforme de Bioinformatique GenOuest yvan.le_bras@irisa.fr Programme fédérateur Biogenouest co-financé e-biogenouest Coordinateur : Olivier Collin Animateur : Yvan Le Bras CNRS UMR 6074 IRISA-INRIA / Plateforme de Bioinformatique GenOuest yvan.le_bras@irisa.fr Programme fédérateur Biogenouest co-financé

Plus en détail

EXPERIENCE DE COUPLAGE DE MODELES ALTARICA AVEC DES INTERFACES METIERS EXPERIMENT OF COUPLING ALTARICA MODELS WITH SPECIALIZED INTERFACES

EXPERIENCE DE COUPLAGE DE MODELES ALTARICA AVEC DES INTERFACES METIERS EXPERIMENT OF COUPLING ALTARICA MODELS WITH SPECIALIZED INTERFACES EXPERIENCE DE COUPLAGE DE MODELES ALTARICA AVEC DES INTERFACES METIERS EXPERIMENT OF COUPLING ALTARICA MODELS WITH SPECIALIZED INTERFACES PERROT Benoit, PROSVIRNOVA Tatiana, RAUZY Antoine, SAHUT D IZARN

Plus en détail

5 bonnes pratiques pour solution décisionnelle mobile

5 bonnes pratiques pour solution décisionnelle mobile 5 bonnes pratiques pour solution décisionnelle mobile Auteur: Ellie Fields Directrice, marketing produits Tableau Software Juin 2011 p2 5 pratiques d excellence pour solution décisionnelle mobile Les solutions

Plus en détail

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE Paul Pașcu, Assist Prof, PhD, Ștefan cel Mare University of Suceava Abstract: This article aims to present a number

Plus en détail

Extraction de règles d association pour la prédiction de valeurs manquantes

Extraction de règles d association pour la prédiction de valeurs manquantes Cari 2004 7/10/04 12:00 Page 487 Extraction de règles d association pour la prédiction de valeurs manquantes Sylvie Jami 1, Tao-Yan Jen 2, Dominique Laurent 3, George Loizou 1, Oumar Sy 3,4 1. Birkbeck

Plus en détail

Stratégie de vente d options d achat couvertes

Stratégie de vente d options d achat couvertes Stratégie de vente d options d achat couvertes La stratégie de vente d options d achat couvertes, également connue sous le nom de stratégie d achat-vente, est mise en œuvre par la vente d un contrat d

Plus en détail

Rapport annuel 2014 AVRIL 2015. Renseignements financiers au 31 décembre 2014 FONDS DE PLACEMENT GARANTI DSF

Rapport annuel 2014 AVRIL 2015. Renseignements financiers au 31 décembre 2014 FONDS DE PLACEMENT GARANTI DSF FONDS DE PLACEMENT GARANTI DSF AVRIL 2015 Rapport annuel 2014 Renseignements financiers au 31 décembre 2014 Les Fonds de placement garanti DSF sont établis par Desjardins Sécurité financière, compagnie

Plus en détail

Modèle du rapport. Stage initiation

Modèle du rapport. Stage initiation MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE DIRECTION GÉNÉRALE DES ÉTUDES TECHNOLOGIQUES Institut Supérieur des Études Technologiques de Djerba Unité des stages Département Génie

Plus en détail

Droit d auteur Max2G 2012 : Reproduction permise avec obligation d indiquer la source www.max2g.com

Droit d auteur Max2G 2012 : Reproduction permise avec obligation d indiquer la source www.max2g.com Max2G Démarche d analyse de risques avec l Assistant Méhari L analyse de risques est une approche de gestion permettant d identifier les risques négatifs pouvant affecter une organisation et de déterminer

Plus en détail

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE BUSINESS INTELLIGENCE : GOALS AND RESULTS OF A PILOT EXPERIMENT INVOLVING SEVEN SMEs FROM BOURGOGNE Ludovic DENOYELLE,

Plus en détail

Face Recognition Performance: Man vs. Machine

Face Recognition Performance: Man vs. Machine 1 Face Recognition Performance: Man vs. Machine Andy Adler Systems and Computer Engineering Carleton University, Ottawa, Canada Are these the same person? 2 3 Same person? Yes I have just demonstrated

Plus en détail

Rente dos à dos. 30 mars 2010

Rente dos à dos. 30 mars 2010 Rente dos à dos Préparée pour : 30 mars 2010 M. Roger Guardian François Forget Directeur administratif Stratégie financière Impact inc. 485, rue McGill bureau 400 Montréal, Québec Téléphone : (514) 328-4405

Plus en détail

Modalités d évaluation en Simulation

Modalités d évaluation en Simulation Modalités d évaluation en Simulation Définition de l évaluation n Evaluation en pédagogie = «analyse systémique de la qualité de l enseignement et de l apprentissage» (Mac Dougall 2010) Le cercle vertueux

Plus en détail

Partenaires bancaires

Partenaires bancaires Generali Patrimoine Partenaires bancaires Un partenariat à votre mesure Generali, un acteur de référence dans le monde Créé à Trieste en 1831, le Groupe s est développé dans toutes les branches de l assurance

Plus en détail

Eléments d analyse systémique du circuit du médicament dans une perspective de sécurité

Eléments d analyse systémique du circuit du médicament dans une perspective de sécurité UNIVERSITE DE GENEVE Ecole de Pharmacie Genève - Lausanne Pharmacie des Hôpitaux du Nord Vaudois et de la Broye Eléments d analyse systémique du circuit du médicament dans une perspective de sécurité Amina

Plus en détail

Plus de données en main sans consacrer plus de temps à leur recueil

Plus de données en main sans consacrer plus de temps à leur recueil Plus de données en main sans consacrer plus de temps à leur recueil Utilisez le logiciel de poste de travail CardioPerfect de Welch Allyn pour gérer vos données de test cardio-pulmonaire Toutes les solutions

Plus en détail

AVIS DE CONVOCATION À L ASSEMBLÉE EXTRAORDINAIRE

AVIS DE CONVOCATION À L ASSEMBLÉE EXTRAORDINAIRE AVIS DE CONVOCATION À L ASSEMBLÉE EXTRAORDINAIRE des porteurs de parts du fonds suivant : Fonds Desjardins Placements complémentaires (le «Fonds») devant avoir lieu le 4 novembre 2014, à compter de 9 h

Plus en détail

Ingénérie logicielle dirigée par les modèles

Ingénérie logicielle dirigée par les modèles Ingénérie logicielle dirigée par les modèles Destercq Lionel & Dubuc Xavier 17 décembre 2009 Table des matières 1 Introduction 1 2 Diagrammes de classes 1 2.1 Principal..............................................

Plus en détail

Stratégies de négociation SXM MC Contrats à terme mini sur l indice S&P/TSX 60 MC

Stratégies de négociation SXM MC Contrats à terme mini sur l indice S&P/TSX 60 MC Stratégies de négociation SXM MC Contrats à terme mini sur l indice S&P/TSX 60 MC Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique

Plus en détail