THÉORIE DES PRIX ARBITRÉS, OUTILS MULTICRITÈRES ET CHOIX DES PORTEFEUILLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THÉORIE DES PRIX ARBITRÉS, OUTILS MULTICRITÈRES ET CHOIX DES PORTEFEUILLES"

Transcription

1 THÉORIE DES PRIX ARBITRÉS, OUTILS MULTICRITÈRES ET CHOIX DES PORTEFEUILLES THÉORIE DES PRIX ARBITRÉS, OUTILS MULTICRITÈRES ET CHOIX DES PORTEFEUILLES Christian Hurson (Université de Rouen) et Nadine Xella-Ricci (Université d Aix-en-Provence) 1 Résumé. On réunit la théorie dite APT et l approche multicritère pour faciliter la composition des portefeuilles. À l aide de l APT, on obtient des portefeuilles efficients et identifie les facteurs de risque mesurables. À l aide de la méthode de surclassement ELECTRE-TRI et du système interactif MINORA, on discerne des portefeuilles performants en s appuyant sur les facteurs de risque de l APT comme critères. Le tout est illustré par un test sur la Bourse de Paris. I. INTRODUCTION Selon les travaux de Markowitz (1952), le portefeuille choisi résulte en théorie d un compromis entre le risque et le rendement. Tout portefeuilliste poursuivrait deux objectifs: maximiser la rentabilité attendue et minimiser le risque. En sont issus le modèle d évaluation des actifs, mieux connu sous le nom de Capital Asset Pricing Model (le CAPM ci-après) et la théorie des prix arbitrés, mieux connue sous le nom de Arbitrage Pricing Theory (Ross, 1976; l APT ci-après). Il s agit de relations d équilibre entre le rendement attendu d un actif et un facteur de risque pour le CAPM classique, et plusieurs facteurs de risque pour l APT. Pour ce qui est du rendement, il a deux composantes: l attendue et l inattendue. Selon l APT, cette dernière dépend d un nombre limité de facteurs de risque commun à tous les titres et d un facteur spécifique à l actif. 1 Christian Hurson est professeur à l Université de Rouen et membre du CREGO. Son adresse est: IAE de Rouen, boulevard Siegfried, Mont Saint Aignan Cedex, France; (tél.: ; fax: ; Nadine Xella- Ricci est à la Faculté d Économie Appliquée et membre du CETFI. Son adresse est: 18, rue de l Opéra, Aix-en-Provence, France; Sa thèse (Xella- Ricci, 1994) a influencé le contenu du présent article. Les auteurs remercient l équipe Finéco pour sa précieuse aide éditoriale. FINÉCO, vol. 8, N o 2, 2 e semestre

2 CHRISTIAN HURSON ET NADINE XELLA-RICCI L APT, contrairement au CAPM, ne dépend pas d un portefeuille de marché et n impose pas un comportement restrictif à l investisseur. Elle permet d expliquer les rendements des actifs en fonction de plusieurs sources de risque et d évaluer efficacement le rendement des portefeuilles. Toutefois, elle ne permet pas de répondre à la question: comment choisir entre portefeuilles efficients? Or, les outils multicritères d aide à la décision permettent de répondre à cette question. De plus, ils prennent en compte les préférences de l investisseur. Notre premier but est d appliquer l APT pour construire un ensemble de portefeuilles efficients afin de déterminer leur rendement attendu et d identifier les différents facteurs communs de risque. Il nous importe ensuite d utiliser les outils multicritères que sont ELECTRE-TRI (Yu, 1992) et le système interactif MINORA (Siskos et al., 1993; Spyridakos et Yannacopoulos, 1995) pour sélectionner des portefeuilles soumis à plusieurs sources de risque. Dans ce qui suit, à la section II, nous présentons l APT et montrons que sa nature multifactorielle se prête à l utilisation des outils multicritères. Notre méthodologie est décrite à la section III tandis que nous l appliquons à la section IV. Enfin, la section V sert de conclusion. II. L APT ET L OUTIL MULTICRITÈRE En théorie financière moderne, on cherche à cerner les flux futurs des actifs par leur niveau attendu et la dispersion autour, donc par leur risque. Trois approches se distinguent:. l analyse fondamentale dans laquelle l actif vaut ses flux attendus actualisés;. l analyse technique qui s appuie sur les récurrences ou patterns dans l évolution des prix, rendements et volumes; et,. l approche issue des travaux de Markowitz (1952) sur la sélection des portefeuilles, avec les modèles et théories qui ont suivi, dont le CAPM et l APT. Le CAPM attribué à Sharpe (1963), Mossin (1966) et Lintner (1965), relie linéairement le rendement attendu de l actif E(R i ) à son risque, dit bêta (β i ), marquant sa sensibilité au mouvement de l économie globale prise comme unique facteur déterminant, soit: E(R i ) = Taux sûr + (Prime de risque) β i (1) Toutefois, le modèle (1) résiste mal aux tests empiriques. Rappelons-nous la critique de Roll (1977) sur sa non testabilité, la mise en évidence de multiples anomalies (liées notamment à la taille des firmes et à des effets saisonniers), l instabilité des paramètres de risque, etc. En bref, la relation d équilibre dans le marché serait mal décrite par le CAPM. D où la nécessité d une meilleure description, dont celle fournie par l APT de Ross (1976). 88 FINÉCO, vol. 8, N o 2, 2 e semestre 1998

3 THÉORIE DES PRIX ARBITRÉS, OUTILS MULTICRITÈRES ET CHOIX DES PORTEFEUILLES L APT propose une relation multifactorielle entre risque et rendement. Elle nécessite moins d hypothèses restrictives que le CAPM. Elle présuppose que le rendement aléatoire, R i, d un actif i (i=1,2,...,n) égale son rendement attendu de base, E(R i ), l inattendu s expliquant par une combinaison linéaire des sensibilités de l actif à des facteurs communs (symboliquement, des β ik à des F k, k=1,2,...,k<<n) et par une valeur résiduelle aléatoire spécifique à la firme de niveau attendu 0. Les facteurs de risque représentent les surprises incontournables auxquelles sont confrontés les investisseurs. On estime que ces surprises s annulent en moyenne à long terme. D où l équation (2) pour l APT: R i = E(R i ) + Σ k b ik F k + e i. (2) L argumentation de Ross veut que l arbitragiste ne soit pas récompensé et que son portefeuille, en proportion w i des écarts de prix perçus ne lui procure aucun enrichissement, ne possède aucun risque bêta et ne génère aucun rendement complémentaire, soit, symboliquement, dans l ordre, (a): Σw i = 0; (b): Σw i b ik = 0; et, (c) Σw E(R i ) = 0. Le raisonnement ci-dessus combiné à l algèbre linéaire permet de démontrer qu un vecteur w des proportions de chaque titre dans le portefeuille d arbitrage est orthogonal à un vecteur de 1 (a), au vecteur des sensibilités B (b) et au vecteur des attentes E (c). Alors le rendement attendu s exprime par une combinaison linéaire d une constante fois 1, plus une constante fois b i1, plus une constante fois b i2 et ceci jusqu à b ik. Ainsi, parvient-on à la relation fondamentale de l APT, soit l équation (2) en version attendue: E(R i ) = λ 0 + Σ k b ik λ k (3) Cette égalité est reliée au terme d erreur du portefeuille d arbitrage. Quand le nombre d actifs, n, s accroît, la variance des erreurs devient négligeable et tend vers zéro d après la loi des grands nombres. Mais cette loi pourrait n être pas suffisante, entre autres difficultés inhérentes au modèle. D où l apport critique de plusieurs auteurs. L argument d arbitrage En considérant l arbitrage comme la capacité de créer des séquences (ou suites) de portefeuilles dans le cadre d une structure factorielle stricte, Huberman (1982) montre que l erreur d évaluation est bornée supérieurement. Puis, Ingersoll (1982) s oriente vers des portefeuilles d arbitrage asymptotiques pour obtenir une borne d évaluation plus faible sans nécessiter la diagonalité de la matrice des variances-covariances. Chamberlain et Rothschild (1983), quant à eux, dérivent une borne supérieure dans le cadre d une structure factorielle approchée. Dans ces structures, l écart d évaluation est fini, mais l amplitude de l erreur est de nature FINÉCO, vol. 8, N o 2, 2 e semestre

4 CHRISTIAN HURSON ET NADINE XELLA-RICCI inconnue. Ainsi, les investisseurs s assurent eux-même contre le risque propre en détenant beaucoup de titres en faible quantité. Mais quel nombre de titres suffit et en quelle quantité? car dans les contextes ci-dessus, on évalue les titres pris globalement, mais on ne dit pas comment l APT évalue chaque titre. L argument d équilibre Une manière de répondre à ces questions est de faire appel à l argument d équilibre où le degré d aversion au risque de l investisseur serait relié: (1) soit à son taux marginal de substitution, pour lequel cas Connor (1982), Dybvig (1982) et Grinblatt et Titman (1982) ont développé une borne inférieure ou supérieure pour l écart d évaluation qui est fonction du degré d aversion pour le risque, de l offre de titres par tête et du risque résiduel; ou (2) soit à la détention d un portefeuille bien diversifié (Shanken, 1982, 1985; Gilles et Leroy, 1991). Connor (1984) a de plus proposé une APT en équilibre compétitif qui s applique en économie tant finie qu infinie avec un mécanisme de diversification différent, à la condition que les investisseurs détiennent un portefeuille bien diversifié. Chen et Ingersoll (1983), pour leur part, exige qu un tel portefeuille soit optimal pour au moins un investisseur riscophobe qui maximise son utilité. L APT fondée sur l équilibre offre une base conceptuelle plus forte que l APT centrée sur l arbitrage en la reliant aux marchés compétitifs. Cependant, la théorie implique un nombre suffisant de titres sans préciser le nombre ou la nature des facteurs de risque (Xella-Ricci, 1994). Le lien entre l APT et l aide multicritère à la décision L APT semble offrir une meilleure description du lien rendement-risque que le CAPM, car elle prend en compte plusieurs sources de risque et l erreur résiduelle est réduite. De plus, l APT normalise et impose moins d hypothèses restrictives que le CAPM quant au comportement riscophobe de l investisseur, quant à la nécessité d intégrer le portefeuille de marché pour évaluer le rendement de chaque titre, etc. Dans la réalité, l investisseur qui désire composer un portefeuille d actions ne se conforme pas forcément aux axiomes classiques, à la Von Neumann-Morgenstern, sur la rationalité du comportement (Allais, 1953; Luce, 1956). On peut même se demander si cette rationalité n est pas limitée et différente d un investisseur à l autre. C est pourquoi il est très intéressant d adapter le modèle aux préférences de l investisseur car chaque individu a ses préférences propres et confronte des risques particuliers. Ainsi, doit-on tenir compte de la spécificité de l investisseur quand il s agit de l aider à composer son portefeuille. Ce constat, qui s applique à tout processus de décision, fonde les méthodes d aide multicritère à la décision. 90 FINÉCO, vol. 8, N o 2, 2 e semestre 1998

5 THÉORIE DES PRIX ARBITRÉS, OUTILS MULTICRITÈRES ET CHOIX DES PORTEFEUILLES En identifiant différentes sources de risque, l APT plaide pour une gestion des portefeuilles de nature multicritère dont le cadre méthodologique est déjà disponible. En effet, grâce à ce cadre, on peut faire le lien entre l évaluation multicritère d un portefeuille d actifs et la recherche d une solution satisfaisant aux préférences de l investisseur. Les méthodes multicritères permettent la prise en compte des objectifs spécifiques de l investisseur et n imposent aucun schéma normatif aux comportements de ses agents. Enfin, la mise en oeuvre des méthodes multicritères permet de synthétiser dans une seule procédure les aspects théoriques et pratiques de la gestion de portefeuille et d utiliser la théorie de manière non normative. Toutefois, cette mise en oeuvre n est pas facilitée tant par la complexité inhérente à la composition de portefeuilles que par l utilisation de critères d origines bien diverses et parfois en opposition. Par contre, l aide multicritère à la décision favo-rise l analyse des compromis entre les critères et permet de gérer l hétérogénéité des échelles de mesure en cause et la nature floue et imprécise des évaluations obtenues. Finalement, l outil multicritère permet, en systématisant le processus de décision, de gagner du temps et d accroître le nombre d actifs candidats, ce qui contribue à l efficience des marchés et à la compétitivité entre agents. L aide multicritère à la décision Rappelons au lecteur peu familier avec l outil multicritère qu il nécessite un travail en 4 étapes: (1) élaboration d un ensemble de décisions et choix de la problématique (rangement, tri, choix,...); (2) élaboration d une famille cohérente de critères présentant des propriétés d exhaustivité, de non redondance et de cohésion; (3) modélisation des préférences du décideur et choix de la méthode d agrégation (ou famille de méthodes); et, (4) application de la méthode retenue. Soulignons, une fois de plus, la complémentarité de l APT et de l outil multicritère dans la recherche d un ensemble de facteurs indépendants expliquant mieux la rentabilité des actifs, qu ils soient des titres ou des portefeuilles. Ci-dessous, nous travaillons avec des portefeuilles afin d obtenir des résultats plus clairs. Leur rangement et leur tri sont au coeur de la problématique. Le rangement permet de répondre à une préoccupation naturelle et commune aux analystes. Quant au tri, il nous sied de l exécuter en fonction de trois catégories seulement: le bon portefeuille, le mauvais et l incertain. Cette catégorisation s accorde bien à la propension chez les portefeuillistes d identifier les portefeuilles intéressants, pas intéressants, ou qui méritent plus d étude. Pour choisir entre les méthodes multicritères disponibles, nous avons dû distinguer entre familles et écoles ou approches. Trois familles se centrent respectivement sur la théorie de l utilité multi-attributs (MAUT), les méthodes de surclassement et les méthodes interactives. Le rattache- FINÉCO, vol. 8, N o 2, 2 e semestre

6 CHRISTIAN HURSON ET NADINE XELLA-RICCI ment des méthodes à des familles n étant pas toujours évident, d aucuns préfèrent les rattacher à d autres approches, dont la descriptive et la constructive 2. L expérience, ainsi que certaines études, nous prédisposent en faveur de l approche constructive. Nous l estimons plus réaliste du fait qu elle s accommode d un décideur ayant des préférences souvent incohérentes, peu structurées, au fil des choix successifs. Selon nous, elle peut mieux aider le décideur à résoudre son problème de choix sans imposer la perspective normative. En gestion des portefeuilles, elle favorise l analyse des compromis et la compréhension des liens rendement-risque complexes. En bref, nous croyons juste d opter pour l approche constructive. Notons que l hypothèse d existence d un ordre s accorde à la nature d une fonction d utilité et sous-entend une complète comparabilité transitive. Ainsi, une méthode interactive comme MINORA paraît être bien adaptée aux problèmes de rangement. Pour les problèmes de tri, une méthode de surclassement comme ELECTRE-TRI nous semble convenir, et d autant plus qu elle admet la présence d intransitivités et d incomparabilités dans les préférences du décideur. III. MÉTHODOLOGIE Voyons notre méthodologie de plus près, d abord en exposant la version de l APT choisie, puis en présentant les deux méthodes multicritères retenues. Méthodologie et APT. Notons que l existence de la structure factorielle dans l équation (2) est une hypothèse alors que l équation (3) est une implication de l APT. Pour tester l APT sur des données du passé, nous avons supposé que les informations pertinentes ne varient pas d une période à l autre et suffisent à déterminer les attentes réelles. Les tests sur l APT visent à connaître le nombre et la nature des facteurs de risque. Déjà, dans les travaux de Merton (1973) en contexte d évaluation intertemporelle, on suggère l existence d au moins deux facteurs dans l économie. Chez Long (1974), et Cox et al. (1985), on suggère des facteurs multiples. Dans l APT, on propose généralement deux méthodes: 2 Les auteurs peuvent fournir une évaluation comparative des familles et approches. On peut aussi lire Roy et Bouyssou (1993) et bien d autres auteurs apparaissant dans la bibliographie en fin d article. 92 FINÉCO, vol. 8, N o 2, 2 e semestre 1998

7 THÉORIE DES PRIX ARBITRÉS, OUTILS MULTICRITÈRES ET CHOIX DES PORTEFEUILLES - soit on établit le nombre de facteurs qui suffisent pour accepter que la matrice des variances résiduelles soit diagonale moyennant divers outils, dont l analyse en composantes principales et l analyse factorielle (Roll et Ross, 1980; Dhrymes et al., 1984, 1985); ou - soit on présume du nombre de facteurs pour tester la validité de l APT (Chen, 1983; Oldfield et Rogalski, 1981; etc.). Pour ce qui est d identifier les facteurs, on adopte souvent des techniques inspirées de Fama et MacBeth (1973) et qui permettent de relier ces facteurs à des variables exogènes. Selon Roll et Ross (1983), plus de la moitié du rendement réalisé résulte de variations inattendues. Les forces systématiques agissant sur le rendement sont celles qui font varier le taux d actualisation et les revenus. Notre démarche d obtention des facteurs pertinents. Nous avons extrait des données boursières de la base SDIB de la Société des Bourses Françaises. Ces données couvrent la période allant de novembre 1983 à septembre Pour chaque titre, on tient compte des dividendes, des variations de capital, etc. Nous en retenons 168 dont les données suffisent à calculer partout le rendement mensuel logarithmique en tenant compte à la fois du cours et du nombre de titres échangés chaque jour pendant le mois, et cela afin d obtenir des cours pondérés pour les portefeuilles à constituer. Quant aux variables macro-économiques candidates à l insertion dans l APT, elles nous viennent de l O.C.D.E. et de l I.N.S.E.E. S y ajoute dans nos tests la variable portefeuille de marché. En première étape, on établit le nombre de facteurs significatifs. On calcule les bêtas, ou sensibilités, par régression liant les rendements issus des observations impaires aux variables macro-économiques candidates. En deuxième étape, on pratique des régressions liant les rendements des portefeuilles (obtenus avec des observations paires) aux bêtas des portefeuilles pour obtenir des primes de risque. La troisième étape applique une batterie de tests (F, t, R 2, etc.) pour déterminer le nombre de facteurs de risque mesurables. Sur les 16 possibilités de regroupement des 168 titres en portefeuille, nous avons opté pour 28 portefeuilles de 6 titres chacun comme le conseillent Gibbons et al. (1986). Ayant testé de multiples combinaisons de facteurs, nous avons retenu le meilleur modèle qui correspond à une APT sur les 12 facteurs du tableau 1. Ces calculs s inspirent de divers travaux sur l inflation ainsi que des études de Chen, Roll et Ross (1986) et de Chan, Chen et Hsieh (1985) sur l APT macroéconomique. MACRO12 correspond au portefeuille du marché français (CAC 240). FINÉCO, vol. 8, N o 2, 2 e semestre

8 CHRISTIAN HURSON ET NADINE XELLA-RICCI TABLEAU 1 Les variables explicatives de l inattendu dans l APT MACRO1 MACRO2 MACRO3 MACRO4 MACRO5 MACRO6 MACRO7 MACRO8 MACRO9 MACRO10 MACRO11 Croissance mensuelle de la production industrielle Croissance annuelle de la production industrielle Inflation inattendue Variation de l inflation attendue Variation de la prime de risque obligataire Variation de la prime de risque au marché (CAC 240) Variation de la structure à terme des taux d intérêt Variation de la balance commerciale Taux de croissance de la monnaie M2 Variation de l indice de marché (logarithmique) Variation de l indice des prix à la consommation NB: Les 11 variables sont utilisées avec: MACRO12: le rendement global du marché selon l indice CAC 240. Passons à nos outils multicritères de rangement et de tri. MINORA. L acronyme signifie Multicriteria Interactive Ordinal Regression Analysis. Il s agit d un outil multicritère interactif qui utilise l algorithme UTA pour ranger les actions envisageables, donc les options de choix. Pour l essentiel, le rangement via MINORA part d un sous-ensemble d options que l évaluateur range selon de multiples critères, et qui débouche, en plusieurs étapes interactives, sur une fonction d utilité additive la plus compatible avec son processus d évaluation. Quant à l interaction, elle prend la forme d une analyse des incohérences entre le rangement par le décideur et celui déduit des fonctions d utilité estimées par UTA. Elle s organise autour de 4 questions posées au décideur: (1) Est-il prêt à modifier son rangement? (2) Désire-t-il modifier le poids d un critère, son échelle ou son utilité marginale (analyse de compromis)? (3) Souhaite-t-il modifier la famille des critères retenus: ajouter, supprimer, modifier, diviser ou réunir certains critères? et (4) Veut-il modifier l ensemble de la formulation du problème? Ces questions renvoient aux étapes correspondantes de MINORA et la méthode s arrête quand un compromis acceptable est déterminé. La fonction résultante est extrapolée sur l ensemble des options de choix pour en obtenir un rangement complet (Siskos et al., 1993; Spyridakos et Yannacopoulos, 1995). Pour le portefeuilliste, MINORA présente deux avantages majeurs. Il fournit un rangement des actifs financiers considérés (titres ou portefeuilles), ce en quoi il rejoint une préoccupation constante chez lui, en plus de fournir une analyse interactive des incohérences. Ainsi lui aide-t-il à construire son propre modèle. De plus, il organise, dans une procédure unique, toute l activité d aide à la décision, de la formulation du problème jusqu au résultat final (un rangement des actifs par ordre de préférence dans le cas de MINORA). En même temps, le portefeuilliste est cons- 94 FINÉCO, vol. 8, N o 2, 2 e semestre 1998

9 THÉORIE DES PRIX ARBITRÉS, OUTILS MULTICRITÈRES ET CHOIX DES PORTEFEUILLES tamment impliqué dans le processus de résolution et peut contrôler son évolution à tout moment. Enfin, notons que la méthode MINORA peut servir dans la résolution de nombreux problèmes de gestion (Zopounidis et al., 1995; Hurson et Zopounidis, 1996) et que les lecteurs de Finéco ont déjà bénéficié d une présentation de MINORA plus complète (Zopounidis, 1993, p ). ELECTRE TRI (ELTRI). Cet outil de tri est une méthode dite de surclassement que nous utilisons pour affecter les options (des portefeuilles) à l une des trois catégories: C1 (non intéressant), C2 (à étudier) et C3 (intéressant). Les catégories y sont délimitées par des profils de référence (un profil bas et un profil haut pour chaque catégorie). Pour trier les portefeuilles, ELTRI compare chacun d entre eux aux profils de référence en utilisant les concepts de seuils de discrimination en vue de construire un indice de concordance, des indices de discordance et finalement une relation de surclassement (Roy et Bouyssou, 1993). En plus, ELTRI recourt à deux procédures (pessimiste et optimiste) pour affecter chaque portefeuille à l une des catégories. Évidemment, l optimiste tend à classer les portefeuilles plus haut et la pessimiste plus bas. Elle convient aussi là où les moyens disponibles sont très contraignants. L optimiste est appliquée quand le décideur veut favoriser l inclusion d options présentant des particularités ou qualités qu il prise. En gestion de portefeuille, la procédure optimiste convient à l investisseur optimiste avec une politique d investissement spéculative par exemple, alors que le portefeuilliste qui gère passivement va préférer la procédure pessimiste. Nous venons de donner, les grandes lignes d ELTRI appliquée à notre contexte de choix. Notons que le présent volume de Finéco comprend plusieurs élaborations sur la méthodologie multicritère de type ELECTRE. IV. UNE APPLICATION SUR LE MARCHÉ FRANÇAIS La formulation multicritère de notre problème Rappelons que notre version de l APT nécessite la régression des douze macro-facteurs du tableau 1 sur les rendements mensuels de divers portefeuilles valopondérés. Dans la version retenue, nous testons l APT avec 28 portefeuilles de 6 titres après avoir suivi les recommandations de Gibbons et al. (1989) et vérifié que ce choix minimise la mesure d erreur classique (comme en témoigne le tableau 2) et maximise, le R 2 ajusté, entre autres précautions. Dans la majorité de nos tests, l explication vient surtout de la constante, de l indice des prix (variable 11) et du portefeuille de marché (12). Sont aussi significatives la prime de risque du marché (6), la croissance mensuelle de la production (1) et la croissance de la monnaie (9). Quant aux critères correspondant aux variables 2, 3, 4, 5, 7 et 8, ils n ont aucune FINÉCO, vol. 8, N o 2, 2 e semestre

10 CHRISTIAN HURSON ET NADINE XELLA-RICCI influence sur nos résultats. En les supprimant, les autres critères deviennent plus significatifs. D où la rétention dans notre étude des variables 1, 6, 9, 11 et 12 et les bêtas y correspondant, ce dont le tableau 3 donne un aperçu. Application d ELTRI En l absence d un vrai décideur (investisseur ou portefeuilliste mandaté) avec lequel appliquer l outil multicritère, nous simulons son comportement. D abord nous catégorisons les portefeuilles en intéressants (C 3 ), à étudier (C 2 ) et non intéressants (C 1 ), puis attribuons un poids (égal) à chaque critère. De plus, pour établir les indices de discordance et de concordance, nous utilisons les profils de référence et les seuils présentés au tableau 4. Concernant ces derniers dans notre contexte d application d ELTRI rappelons: a) que le seuil de discrimination, dit d indifférence, donne la limite en deça de laquelle la différence entre deux portefeuilles est jugée comme non significative (par exemple, une différence inférieure à 0,1 sur le critère bêta 1 au tableau 4.); b) que le seuil dit de préférence donne la différence minimale qu on doit trouver entre deux portefeuilles pour que l un soit strictement préféré à l autre sur le critère en cause (par exemple, la différence 0,5 sur bêta 1 au tableau 4; et, c) que dans la procédure pessimiste le rangement d un portefeuille dans une catégorie peut être interdit dès qu au moins l un des critères favorise le profil bas de sa catégorie par une différence supérieure au seuil de veto (dans notre cas, ce seuil a été rendu inopérant en lui assignant une valeur élevée, vu que nos critères bêtas ont la même signification de sensibilité à une macro-variable et qu on leur attribue la même importance). Le tableau 5 présente les résultats des classements de la méthode ELTRI avec les deux procédures, optimiste et pessimiste. Les portefeuilles de meilleure catégorie (C 3 ) dans les deux classements sont proposés sans hésitation au décideur. Ceux de la pire catégorie (C 1 ) dans les deux classements sont rejetés. Les entre deux ayant des valeurs moyennes sur tous les critères sont à étudier. Là où des portefeuilles appartiennent à différentes catégories selon la procédure optimiste ou pessimiste, cela indique qu ils sont incomparables avec un ou plusieurs profils de référence. Ceux des catégories 2 et 3 (incomparables avec le profil haut) sont considérés comme relativement intéressants. Inversement, ceux des catégories 1 et 2 (incomparables avec le profil bas) sont vus comme relativement non intéressants. Les portefeuilles des catégories 1 et 3 sont incomparables avec les deux profils: ils ont de bonnes valeurs sur certains critères et, simultanément, de mauvaises sur d autres. Aussi, doivent-ils être étudiés comme ceux de la catégorie C 2. Nous voyons ici que la notion d incomparabilité inhérente à la méthode ELTRI génère de l information qui particularise les portefeuilles en termes de risque ou d opportunités intéressantes. 96 FINÉCO, vol. 8, N o 2, 2 e semestre 1998

11 THÉORIE DES PRIX ARBITRÉS, OUTILS MULTICRITÈRES ET CHOIX DES PORTEFEUILLES TABLEAU 2 Composition des portefeuilles et mesure d erreur de prédiction (MEP) classique* RR007: 24 portefeuilles de 7 titres MEP = 0, RR006: 28 portefeuilles de 6 titres MEP = 0, RR004: 42 portefeuilles de 4 titres MEP = 0, * MEP = ( 1 N)Σ( Erreur) 2 NB: Les MEP pour les autres combinaisons possibles avec 168 titres (14 portefeuilles à 12 titres, 21 p. à 8, 56 p. à 3 et 84 à 2) ont des MEP supérieures à celle de RR006 (28 p. à 6). TABLEAU 3 Les critères (ou facteurs bêta de sensibilité) choisis multipliés par 1000* Bêta 1 Bêta 6 Bêta 9 Bêta 11 Bêta CAC240 ou Bêta 12 Portefeuille Portefeuille Bêta 1 Bêta 6 Bêta 9 Bêta 11 Bêta CAC240 ou Bêta 12 P P P P P P P P P P P P * Le tableau complet est disponible auprès des auteurs. TABLEAU 4 Profils de référence, seuils et paramètres bêtas préférentiels Bêta 1 Bêta 6 Bêta 9 Bêta 11 Bêta 12 = β (CAC240) Profil haut Profil bas Seuil d indifférence Seuil de préférence Seuil de veto FINÉCO, vol. 8, N o 2, 2 e semestre

12 CHRISTIAN HURSON ET NADINE XELLA-RICCI TABLEAU 5 Résultats d ELTRI* Catégorie Procédure pessimiste Procédure optimiste 1. Non intéressant P4, P7, P9, P11, P12, P13, P15, P22, P23, P25, P27 2. À étudier P6, P10, P14, P16, P17, P18, P19, P20, P24, P26, P28 P4, P15, P27 P6, P10, P11, P12, P13, P17, P18, P20, P24, P25, P26, P28 3. Intéressant P1, P2, P3, P5, P8, P21 P1, P2, P3, P5, P7, P8, P9, P14, P16, P19, P21, P22, P23 * Niveau de coupe λ adopté = 0,67 (= Proportion minimale de critères favorables). Application de MINORA L application de MINORA nécessite un ensemble de portefeuilles de référence, rangés par ordre de préférence, dont le choix obéit à deux principes: 1) n inclure que des portefeuilles connus de l investisseur pour qu il puisse les ranger, 2) s assurer que les portefeuilles couvrent l ensemble des possibilités pour que l estimation de la fonction d utilité soit efficace. En l absence d un investisseur réel, seul le second principe a été respecté. Pour faciliter la recherche d un ensemble de référence, MINORA calcule les liens entre les différents portefeuilles. Le second principe aidant, nous avons choisi un ensemble de 18 portefeuilles non liés. Pour les ranger, nous avons utilisé les résultats d ELTRI de telle manière: (1) que les portefeuilles affectés à la catégorie C 3 dans les deux procédures prennent le rang 1; (2) que ceux catégorisés C 3 dans la procédure optimiste et C 2 dans la procédure pessimiste prennent le rang 2; (3) que ceux catégorisés C 3 dans la procédure optimiste et C 1 dans la procédure pessimiste, ou C 2 dans les deux cas, prennent le rang 3; (4) que ceux catégorisés C 2 dans la procédure optimiste et C 1 dans la procédure pessimiste prennent le rang 4; et, (5) que ceux catégorisés C 1 dans les deux procédures prennent le rang 5. Ce faisant, on homogénéise les résultats et facilite leur comparaison. Il en a résulté pour nous un ensemble de référence composé des portefeuilles 1, 2, 3 et 8 de rang 1, 16 et 18 de rang 2, 22, 7 et 9 de rang 3, 13 et 11 de rang 4 et 15 et 4 de rang 5. En l occurrence, le système MINORA a donné la fonction d utilité additive suivante: u(g) = 0,043u 1 (bêta 1) + 0,285u 2 (bêta 6) + 0,103u 3 (bêta 9) (8) +0,285u 4 (bêta 11) + 0,284u 5 (bêta 12: CAC) 98 FINÉCO, vol. 8, N o 2, 2 e semestre 1998

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS. Semestre d hiver 2001-2002

DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS. Semestre d hiver 2001-2002 Département d économie politique DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS Semestre d hiver 2001-2002 Professeurs Marc Chesney et François Quittard-Pinon Séance

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

D Expert en Finance et Investissements

D Expert en Finance et Investissements MODULES FINAL D Expert en Finance et Investissements Copyright 2014, AZEK AZEK, Feldstrasse 80, 8180 Bülach, T +41 44 872 35 35, F +41 44 872 35 32, info@azek.ch, www.azek.ch Table des matières 1. Modules

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board

IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board 1 L élaboration de la norme IPSAS 32 Objectif : traitement comptable des «service concession arrangements»

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Table des matières. l a r c i e r

Table des matières. l a r c i e r Chapitre 1 Introduction... 1 1.1. Objectifs et structure du livre.... 1 1.2. Qu est-ce que la gestion de portefeuille?.... 2 1.3. Qu est-ce que «investir»?.... 3 1.4. Canalisation des flux d épargne et

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

physicien diplômé EPFZ originaire de France présentée acceptée sur proposition Thèse no. 7178

physicien diplômé EPFZ originaire de France présentée acceptée sur proposition Thèse no. 7178 Thèse no. 7178 PROBLEMES D'OPTIMISATION DANS LES SYSTEMES DE CHAUFFAGE A DISTANCE présentée à l'ecole POLYTECHNIQUE FEDERALE DE ZURICH pour l'obtention du titre de Docteur es sciences naturelles par Alain

Plus en détail

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU $SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU Fabien FIGUERES fabien.figueres@mpsa.com 0RWVFOpV : Krigeage, plans d expériences space-filling, points de validations, calibration moteur. 5pVXPp Dans le

Plus en détail

BUSINESSVALUATOR. Management presentation

BUSINESSVALUATOR. Management presentation BUSINESSVALUATOR Management presentation English pages 2 to 12, French pages 13 to 23 Jean-Marc Bogenmann Designer of BusinessValuator Accredited consultant in business transfer jeanmarcbogenmann@iib.ws

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

Introduction. Utilisation d un ensemble de relations mathématiques pour refléter le plus adéquatement possible une situation réelle

Introduction. Utilisation d un ensemble de relations mathématiques pour refléter le plus adéquatement possible une situation réelle 1. Introduction Introduction Modélisation Utilisation d un ensemble de relations mathématiques pour refléter le plus adéquatement possible une situation réelle Compromis entre l adéquation avec la réalité

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) 08.11.2013 Plan du cours Espérance de rentabilité d un portefeuille Volatilité d un portefeuille Choix du portefeuille efficient Prise en compte de l actif

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Outils théoriques du modèle standard. MASTER 2003 Paris IX [Dauphine] François Jubin

Outils théoriques du modèle standard. MASTER 2003 Paris IX [Dauphine] François Jubin Outils théoriques du modèle standard MASTER 2003 Paris IX [Dauphine] François Jubin Le portefeuille : la notion centrale du modèle standard On ne s intéresse pas ici à la dynamique du prix d un titre mais

Plus en détail

Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel. Call Centres Telemarketing Sales Regulation

Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel. Call Centres Telemarketing Sales Regulation THE CONSUMER PROTECTION ACT (C.C.S.M. c. C200) Call Centres Telemarketing Sales Regulation LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR (c. C200 de la C.P.L.M.) Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel

Plus en détail

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Interest Rate for Customs Purposes Regulations Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes SOR/86-1121 DORS/86-1121 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre

Plus en détail

Nouveautés printemps 2013

Nouveautés printemps 2013 » English Se désinscrire de la liste Nouveautés printemps 2013 19 mars 2013 Dans ce Flash Info, vous trouverez une description des nouveautés et mises à jour des produits La Capitale pour le printemps

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire 28/3/2011 ANNEXE 6 (Source: Electrabel) Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire Si nous vendons une bande d énergie nucléaire à certains clients, que nous garantissons

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER PROGRAMME DE LICENCE EN SCIENCES COMMERCIALES ET FINANCIERES OPTION : FINANCE ( applicable à partir

Plus en détail

Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations

Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations Règlement sur les renseignements à inclure dans les notes de crédit et les notes de débit (TPS/ TVH) SOR/91-44

Plus en détail

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS Question 10: The following mandatory and point rated criteria require evidence of work experience within the Canadian Public Sector: M3.1.1.C / M3.1.2.C

Plus en détail

Efficience des marchés et finance comportementale

Efficience des marchés et finance comportementale Efficience des marchés et finance comportementale Martin Vlcek, Quantitative Investment Manager (BCV) 06.12.2013 Contenu 1. Introduction 2. Théorie de l efficience du marché 3. Finance comportementale

Plus en détail

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot. Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.Mu Date: Jeudi 12 Avril 2012 L heure: 9h15 Venue: Conference Room,

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results)

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Comments for IT : 1. Text of predefined indicators cannot be changed by partners. Thus no variables in the predefined text. The only variables

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

Contribution à la compréhension de l avis de l expert dans un choix multiobjectifs. Cas industriel : fabrication de fromages

Contribution à la compréhension de l avis de l expert dans un choix multiobjectifs. Cas industriel : fabrication de fromages Contribution à la compréhension de l avis de l expert dans un choix multiobjectifs. Cas industriel : fabrication de fromages Irma RAMIREZ*, Jean RENAUD, Patrick TRUCHOT *Doctorante en ème année de thèse

Plus en détail

How to Login to Career Page

How to Login to Career Page How to Login to Career Page BASF Canada July 2013 To view this instruction manual in French, please scroll down to page 16 1 Job Postings How to Login/Create your Profile/Sign Up for Job Posting Notifications

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la MS Project 1- Créer un nouveau projet définir la date du déclenchement (début) ou de la fin : File New 2- Définir les détails du projet : File Properties (permet aussi de voir les détails : coûts, suivi,

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

DOCUMENTATION MODULE BLOCKCATEGORIESCUSTOM Module crée par Prestacrea - Version : 2.0

DOCUMENTATION MODULE BLOCKCATEGORIESCUSTOM Module crée par Prestacrea - Version : 2.0 DOCUMENTATION MODULE BLOCKCATEGORIESCUSTOM Module crée par Prestacrea - Version : 2.0 INDEX : DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2 1. INSTALLATION... 2 2. CONFIGURATION... 2 3. LICENCE ET COPYRIGHT... 3 4. MISES

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00

Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00 Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00 HFFv2 1. OBJET L accroissement de la taille de code sur la version 2.0.00 a nécessité une évolution du mapping de la flash. La conséquence de ce

Plus en détail

Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle

Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle Philippe Bernard Ingénierie Economique& Financière Université Paris-Dauphine mars 2013 Les premiers fonds indiciels futent lancés aux Etats-Unis par

Plus en détail

Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada. Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act CODIFICATION CONSOLIDATION

Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada. Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act CODIFICATION CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada S.C. 1985, c. 9 S.C. 1985, ch. 9 Current to September 10,

Plus en détail

iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2

iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2 iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2 134712-LLP-2007-HU-LEONARDO-LMP 1 Information sur le projet iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM INSTITUT MARITIME DE PREVENTION For improvement in health and security at work Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM Maritime fishing Shellfish-farming Sea transport 2005 Le pilier social

Plus en détail

A partir de ces différents matériels, l administrateur a déterminé huit configurations différentes. Il vous demande de les compléter.

A partir de ces différents matériels, l administrateur a déterminé huit configurations différentes. Il vous demande de les compléter. Exonet - Ressources mutualisées en réseau Description du thème Propriétés Intitulé long Formation concernée Présentation Modules Activités Compétences ; Savoir-faire Description Ressources mutualisées

Plus en détail

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les ordonnances alimentaires et les dispositions alimentaires (banques

Plus en détail

BA (Hons) French with Translation Studies P/T SH 322

BA (Hons) French with Translation Studies P/T SH 322 BA (Hons) French with Translation Studies P/T SH 322 1. Rationale With the advent of globalization, translation studies have become an imperative field to be taken on-board by department of languages.

Plus en détail

FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE NATATION Diving

FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE NATATION Diving QUALIFICATION SYSTEM - 2 ND SUMMER YOUTH OLYMPIC GAMES - NANJING 2014 FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE NATATION Diving A. Events (5) MEN S EVENTS (2) WOMEN S EVENTS (2) MIXED EVENTS (2) 3m individual springboard

Plus en détail

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Nicolas Parent, département des Marchés financiers Il est généralement reconnu aujourd hui qu une grande

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Cécile Durot 1 & Yves Rozenholc 2 1 UFR SEGMI, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, cecile.durot@gmail.com 2 Université

Plus en détail

DynAmiser vos investissements

DynAmiser vos investissements DynAmiser vos investissements Aequam en quelques mots Jeune entreprise indépendante et innovante Agréée AMF n GP-10000038 Incubée par le Pôle Sponsorisée par Fondatrice de Savoir-faire / Innovation 5 associés

Plus en détail

ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT OU ORGANISME DE FORMATION / UNIVERSITY OR COLLEGE:

ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT OU ORGANISME DE FORMATION / UNIVERSITY OR COLLEGE: 8. Tripartite internship agreement La présente convention a pour objet de définir les conditions dans lesquelles le stagiaire ci-après nommé sera accueilli dans l entreprise. This contract defines the

Plus en détail

C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28. (Assented to June 12, 2014) (Date de sanction : 12 juin 2014)

C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28. (Assented to June 12, 2014) (Date de sanction : 12 juin 2014) C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28 THE CONSUMER PROTECTION AMENDMENT ACT (CONTRACTS FOR DISTANCE COMMUNICATION SERVICES) LOI MODIFIANT LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR (CONTRATS DE SERVICES DE

Plus en détail

English Q&A #1 Braille Services Requirement PPTC 144918. Q1. Would you like our proposal to be shipped or do you prefer an electronic submission?

English Q&A #1 Braille Services Requirement PPTC 144918. Q1. Would you like our proposal to be shipped or do you prefer an electronic submission? English Q&A #1 Braille Services Requirement PPTC 144918 Q1. Would you like our proposal to be shipped or do you prefer an electronic submission? A1. Passport Canada requests that bidders provide their

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 (slide 1) Mr President, Reporting and exchange of information have always been a cornerstone of the

Plus en détail

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5 RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS General Rules for Manner of Service Notices of Application and Other Documents 5.01 (1) A notice of application or other document may be served personally, or by an alternative

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION vice Direction des Partenariats Internationaux Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

La constitution d un portefeuille d actions par les méthodes multicritères: Cas de la Bourse des valeurs mobilières de Tunis

La constitution d un portefeuille d actions par les méthodes multicritères: Cas de la Bourse des valeurs mobilières de Tunis La constitution d un portefeuille d actions par les méthodes multicritères: Cas de la Bourse des valeurs mobilières de Tunis Wahiba HALIMI#1, Djazia BENBOUZIANE # 2 # Département de gestion, Université

Plus en détail

Problèmes de crédit et coûts de financement

Problèmes de crédit et coûts de financement Chapitre 9 Problèmes de crédit et coûts de financement Ce chapitre aborde un ensemble de préoccupations devenues essentielles sur les marchés dedérivésdecréditdepuislacriseducréditde2007.lapremièredecespréoccupations

Plus en détail

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction.

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction. AccessLearn Community Group: Introductory Survey Introduction The W3C Accessible Online Learning Community Group (aka AccessLearn) is a place to discuss issues relating to accessibility and online learning,

Plus en détail

BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F

BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F 1. Rationale With the advent of globalization, translation studies have become an imperative field to be taken on-board by department of languages.

Plus en détail

Projet Datalift : retour d expérience sur les standards

Projet Datalift : retour d expérience sur les standards ign.fr Les outils du web Sémantique comme supports des données et métadonnées géographiques Projet Datalift : retour d expérience sur les standards Forum Décryptagéo Marne La Vallée 8 avril 2014 Bénédicte

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE :

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : Housing system est un service gratuit, qui vous propose de vous mettre en relation avec

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

English version ***La version française suit***

English version ***La version française suit*** 1 of 5 4/26/2013 4:26 PM Subject: CRA/ARC- Reminder - Tuesday, April 30, 2013 is the deadline to file your 2012 income tax and benefit return and pay any / Rappel - Vous avez jusqu'au 30 avril 2013 pour

Plus en détail

3 - We require more information in order to provide a firm price, as stipulated in the RFP.

3 - We require more information in order to provide a firm price, as stipulated in the RFP. Questions & Answers- Set 1 1 - Does the scope of work include development of new creative or will the agency be required to work with existing creative assets? If we are to work with existing creative

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL APPLICATION EMPIRIQUE DU MODÈLE D'ÉVALUATION DES ACTIFS FINANCIERS

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL APPLICATION EMPIRIQUE DU MODÈLE D'ÉVALUATION DES ACTIFS FINANCIERS UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL APPLICATION EMPIRIQUE DU MODÈLE D'ÉVALUATION DES ACTIFS FINANCIERS (MEDAF) INCONDITIONNEL À DES ACTIONS DE BANQUES ET DE COMPAGNIES PÉTROLIÈRES CANADIENNES MÉMOIRE PRÉSENTÉ

Plus en détail

Gestion des prestations Volontaire

Gestion des prestations Volontaire Gestion des prestations Volontaire Qu estce que l Income Management (Gestion des prestations)? La gestion des prestations est un moyen de vous aider à gérer votre argent pour couvrir vos nécessités et

Plus en détail

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

Session : Coût du capital

Session : Coût du capital Session : Coût du capital 1 Objectifs Signification du coût du capital Mesure du coût du capital Exemple illustratif de calcul du coût du capital. 2 Capital fourni par les actionnaires ou les banques L

Plus en détail

Gestion de Portefeuille. Mesures de Performance Ajustées du Risque

Gestion de Portefeuille. Mesures de Performance Ajustées du Risque Gestion de Portefeuille Mesures de Performance Ajustées du Risque Le Ratio de Sharpe La mesure de performance (ajustée du risque) la plus utilisée Rappel: Propriétés du ratio de Sharpe Mesure de la stratégie:

Plus en détail

Exercices sur SQL server 2000

Exercices sur SQL server 2000 Exercices sur SQL server 2000 La diagramme de classe : Exercices sur SQL server 2000 Le modèle relationnel correspondant : 1 Créer les tables Clic-droit on Tables et choisir «New Table» Créer la table

Plus en détail

Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium

Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium Presented by Pierre Rochon Senior Advisor for Executives APEX Objectifs de la séance 1. Comprendre en quoi consiste la saturation

Plus en détail

VTP. LAN Switching and Wireless Chapitre 4

VTP. LAN Switching and Wireless Chapitre 4 VTP LAN Switching and Wireless Chapitre 4 ITE I Chapter 6 2006 Cisco Systems, Inc. All rights reserved. Cisco Public 1 Pourquoi VTP? Le défi de la gestion VLAN La complexité de gestion des VLANs et des

Plus en détail

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION First Nations Assessment Inspection Regulations Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations SOR/2007-242 DORS/2007-242 Current to September

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

Options et Volatilité (introduction)

Options et Volatilité (introduction) SECONDE PARTIE Options et Volatilité (introduction) Avril 2013 Licence Paris Dauphine 2013 SECONDE PARTIE Philippe GIORDAN Head of Investment Consulting +377 92 16 55 65 philippe.giordan@kblmonaco.com

Plus en détail

CLIM/GTP/27/8 ANNEX III/ANNEXE III. Category 1 New indications/ 1 re catégorie Nouvelles indications

CLIM/GTP/27/8 ANNEX III/ANNEXE III. Category 1 New indications/ 1 re catégorie Nouvelles indications ANNEX III/ANNEXE III PROPOSALS FOR CHANGES TO THE NINTH EDITION OF THE NICE CLASSIFICATION CONCERNING AMUSEMENT APPARATUS OR APPARATUS FOR GAMES/ PROPOSITIONS DE CHANGEMENTS À APPORTER À LA NEUVIÈME ÉDITION

Plus en détail

3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières. 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics

3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières. 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics 3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics Résumé-Abstracts Organization: Ghislain Léveillé Co-organization:

Plus en détail

The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you.

The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you. General information 120426_CCD_EN_FR Dear Partner, The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you. To assist navigation

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux. Bernard Schneuwly Université de Genève

Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux. Bernard Schneuwly Université de Genève Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux Bernard Schneuwly Université de Genève Faire de la science Une institution sociale avec des règles Une règle fondatrice: l évaluation par les pairs

Plus en détail

L INCERTITUDE, LE TEMPS. Mars 2002

L INCERTITUDE, LE TEMPS. Mars 2002 L INCERTITUDE, LE TEMPS ET LA THÉORIE DE L UTILITÉ PHILIPPE WEIL ECARES, UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES IEP PARIS CEPR ET NBER Mars 2002 Les décisions économiques sont affectées par l incertitude c est

Plus en détail