Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n Recueil d exigences

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences"

Transcription

1 Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13

2 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/ Première version. 29/02/ Prise en compte de la date de la publication de l arrêté Commentaires Les commentaires sur le présent document sont à adresser à : Service Projets allée de Bercy Paris Page 2/13

3 Sommaire 1. INTRODUCTION OBJET DU DOCUMENT ACRONYMES REFERENCES DOCUMENTAIRES EXIGENCES EXIGENCES CONCERNANT LES OPERATIONS EFFECTUEES DANS LE CADRE DE LA DELIVRANCE, DE LA SURVEILLANCE ET DU RENOUVELLEMENT DU REFERENCEMENT Délivrance d un référencement Enregistrement de la demande Analyse de la demande et planification Évaluation Rédaction du rapport d évaluation Surveillance d un référencement Notification et planification Évaluation Rédaction du rapport d évaluation Renouvellement d'un référencement EXIGENCES TRANSVERSES Désignation de l interlocuteur de la DGME Langue utilisée pour les échanges avec la DGME Confidentialité des informations Page 3/13

4 1. Introduction 1.1. Objet du document Le présent document constitue le recueil des exigences que les organismes évaluateurs doivent respecter pour être habilités à effectuer l évaluation des produits de sécurité et des prestataires de service de confiance (PSCO) en vue de leur référencement par l État, tel que défini : dans l article 12 de l ordonnance n ([Ordonnance]) du 8 décembre 2005 relative aux échanges électroniques entre les usagers et les autorités administratives et entre les autorités administratives ; dans le décret n du 8 décembre 2005 pris pour l application des articles 9, 10 et 12 de l [Ordonnance], notamment son article 24 ; dans l arrêté du 18 janvier 2012 relatif au référencement de produits de sécurité ou d offres de prestataires de services de confiance [Arrêté] Acronymes DGME : OID : Object identifier RGS : Référentiel général de sécurité 1.3. Références documentaires Référence Document [Cahier_Charges_Référencement] Cahier des charges pour le référencement selon le RGS des produits de sécurité et des offres de prestataires de services de confiance ; version 1 du 14 février [Ordonnance] [Procédure_Habilitation] Ordonnance n relative aux échanges électroniques entre les usagers et les autorités administratives et entre les autorités administratives. référencement selon l ordonnance n Procédure d habilitation ; version 1.1 du 29 février [RGS] Référentiel général de sécurité ; version 1.0 du 6 mai [Décret] [Arrêté] Décret n du 2 février 2010 pris pour l'application des articles 9, 10 et 12 de l'ordonnance n du 8 décembre 2005 relative aux échanges électroniques entre les usagers et les autorités administratives et entre les autorités administratives. Arrêté du 18 janvier 2012 relatif au référencement de produits de sécurité ou d offres de prestataires de services de confiance. Page 4/13

5 2. Exigences Pour pouvoir être habilité au sens du document [Procédure_Habilitation], l organisme doit respecter deux types d exigences : exigences concernant les opérations qu il effectue dans le cadre de la délivrance, de la surveillance et du renouvellement du référencement ; exigences transverses, d ordre général, permettant d assurer la cohérence de ses prestations et la coordination avec la DGME. Le présent chapitre précise l ensemble de ces exigences. Sa structure est représentée ci-dessous Exigences concernant les opérations effectuées dans le cadre de la délivrance, de la surveillance et du renouvellement du référencement Cette section fixe les exigences à satisfaire par l organisme évaluateur pour les opérations qu il réalise dans le cadre des processus suivants : Délivrance d un référencement Surveillance d un référencement Renouvellement d un référencement Délivrance d un référencement Ce processus concerne le référencement d une offre de certificats ou un produit de sécurité qui n est pas déjà référencé. Le renouvellement d un référencement existant est traité dans la section Le diagramme ci-dessous décrit le processus global de traitement d une demande initiale de référencement. Page 5/13

6 1 Fournisseur de produits de sécurité ou PSCO Envoi de la demande 2 Organisme habilité Enregistrement de la demande Notification de réception Date prévisionnelle d évaluation Échanges au cours de l évaluation 3 4 Analyse et planification Évaluation (tests, audits, etc.) Avis de décision Avis de référencement 6 Communication de la décision 7 Mise à jour et publication de la liste XML des offres référencées ( 1 ) 8 Tests Publication sur le site de la DGME en échec 9 10 Mise à jour et publication de la TSL ( 1 )( 2 ) Clôture de la demande 5 Rédaction du rapport d étude 1 : s applique uniquement aux offres de certificats 2 : pour les offres de certificats de signature qualifiée Les sections ci-après définissent les exigences pour chacune des quatre opérations réalisées par l organisme habilité (représentées en bleu), les autres activités (représentées en gris) étant hors du périmètre du présent document Enregistrement de la demande Point de contact au sein de l organisme La DGME publie sur son site Internet la liste des organismes habilités à effectuer les évaluations de produits de sécurité et des offres de certificats électroniques en vue de leur référencement par l État selon l [Ordonnance], le [Décret] et l [Arrêté]. L organisme doit donc lui communiquer les informations nécessaires et suffisantes pour permettre aux éventuels demandeurs de prendre directement contact avec les personnes compétentes de l organisme pour : obtenir des renseignements au sujet des prestations offertes par l organisme en matière de référencement selon l [Ordonnance], le [Décret] et l [Arrêté] (ex : tarifs, procédure de traitement, etc.) ; soumettre une demande de référencement ; recueillir des informations sur une demande de référencement en cours d instruction. Il s engage également à informer la DGME de tout changement concernant ces informations dès qu il en a connaissance afin qu elle puisse mettre à jour son site Internet dans les plus brefs délais. À titre d exemple, l organisme peut ainsi fournir : les noms et coordonnées d une ou plusieurs personnes physiques de l organisme ; Page 6/13

7 le nom et coordonnées d un service de l organisme (ex : département commercial) ; l adresse vers la rubrique du site Internet de l organisme qui contient ces informations Formulaire de demande L organisme est libre de choisir les moyens par lesquels le demandeur lui transmettra sa demande de référencement (ex : courrier postal, courriel, etc.) ainsi que les pièces justificatives nécessaires. Il peut en particulier : offrir la possibilité au demandeur d effectuer sa demande en ligne, ou mettre à disposition un formulaire de type tableur ou traitement de texte que le demandeur devra remplir et transmettre par courriel ou par courrier postal. Dans ce dernier cas, le format du formulaire de demande doit être un format ouvert afin que tout demandeur puisse le remplir sans avoir à utiliser des outils informatiques propriétaires Informations à communiquer lors de la demande Les informations à communiquer par le demandeur lors de sa demande de référencement dépendent du type d objet à référencer : offre de certificats ou produit de sécurité. Le tableau ci-dessous liste, dans les deux cas, les informations minimales que l organisme doit exiger afin de permettre l instruction de la demande dans les meilleures conditions. Offre de certificats électroniques Produit de sécurité Nom et adresse de l entité (entreprise, administration, etc.) à l origine de la demande Nom et coordonnées du contact en charge de l offre de certificats au sein de cette entité Nom de l offre de certificats à référencer Nom de l autorité de certification qui émet cette famille de certificats OID de la politique de certification Fonction de sécurité du RGS concernée (ex : authentification, signature, etc.) Niveau de sécurité du RGS concerné (*, ** ou ***) Population concernée telle que définie dans le RGS (particuliers, administrations, entreprises, etc.) Attestation de qualification de l offre si celle-ci a été qualifiée au sens du RGS Nom et adresse de l entité (entreprise, administration, etc.) à l origine de la demande Nom et coordonnées du contact en charge du produit au sein de cette entité Nom du produit à référencer ainsi que son numéro de version / modèle Fonction de sécurité du RGS concernée (ex : authentification, signature, etc.) Niveau de sécurité du RGS concerné (*, ** ou ***) Population concernée telle que définie dans le RGS (particuliers, administrations, entreprises, etc.) Attestation de qualification du produit si celui-ci a été qualifié au sens du RGS Pour les dispositifs d authentification et de signature : o Référence de la puce o Nom et version du système Page 7/13

8 Offre de certificats électroniques Produit de sécurité Détection d une situation de conflit d intérêt d exploitation o Nom et version des applications embarquées sur le support L organisme doit systématiquement informer la DGME lorsqu une demande de référencement qui lui est adressée crée une situation de conflit d intérêt pouvant nuire à l évaluation sincère de l offre de certificats ou du produit de sécurité. Un conflit d intérêt s entend d une situation dans laquelle une même personne poursuit deux ou plusieurs intérêts et lorsque ces intérêts sont contradictoires. Cela inclut notamment les cas suivants : l entité à l origine de la demande de référencement et l organisme sont liés juridiquement ou financièrement (ex : l organisme est une filiale de l entité émettrice de la demande, l entité détient un part du capital de l organisme, etc.) ; les personnels de l entité émettrice de la demande et ceux de l organisme qui participent à son instruction ont un lien entre eux pouvant remettre en cause l objectivité de l évaluation. Cette notification doit intervenir dans les plus brefs délais suite à la réception de la demande par l organisme. La DGME peut alors : donner son autorisation pour que l organisme instruise tout de même la demande, si elle considère que la situation n est pas de nature à influencer l évaluation ; demander à ce que l organisme n instruise pas cette demande, dans le cas contraire Responsable de l instruction de la demande de référencement L organisme doit désigner la personne qui sera chargée de l instruction de la demande et communiquer au demandeur ses nom et coordonnées. Si, au cours de l instruction de la demande de référencement, l identité et/ou les coordonnées de cette personne viennent à changer, l organisme doit, dans les meilleurs délais, en informer le demandeur et lui communiquer les noms et coordonnées du nouvel interlocuteur en charge du dossier Notification de la DGME Une fois l accord conclu entre le demandeur et l organisme pour l instruction de la demande de référencement, l organisme doit en informer la DGME. Cette notification sera envoyée par courriel à l adresse Elle doit préciser a minima : les informations de la demande précisées dans la section «Informations à communiquer lors de la demande» ; le nom et les coordonnées de la personne au sein de l organisme qui sera responsable de l instruction de la demande. Si, au cours de l instruction de la demande de référencement, l identité et/ou les coordonnées de la personne responsable du traitement de la demande viennent à changer, l organisme doit, dans les meilleurs délais, en informer la DGME et lui communiquer les noms et coordonnées du nouvel interlocuteur en charge du dossier. Page 8/13

9 Analyse de la demande et planification Planification de l évaluation L organisme doit informer le demandeur de la date prévisionnelle de début et de fin de la phase d évaluation de l offre de certificats ou du produit de sécurité. Ces dates seront également communiquées à la DGME à titre informatif Éléments nécessaires à l évaluation L organisme doit informer le demandeur, suffisamment à l avance avant le début de l évaluation, des éléments (et de leurs caractéristiques) qu il doit fournir à l organisme pour que celui-ci puisse mener l évaluation (ex : politique de certification, certificats de test, dispositifs d authentification, etc.) dans les délais définis dans le planning prévisionnel Évaluation Évaluation par une équipe compétente L organisme s engage à désigner une équipe d évaluateurs compétents pour mener à bien l analyse de l offre de certificats ou du produit de sécurité à référencer. Ces évaluateurs doivent justifier : d une connaissance approfondie des règles et recommandations définies dans les documents [RGS] et [Cahier_Charges_Référencement] ; d une expérience avérée en matière de réalisation d analyses techniques en relation avec l évaluation d offres de certificats ou de produits de sécurité ; de la maîtrise des outils à utiliser pour l évaluation Évaluation sincère de l ensemble des exigences du cahier des charges de référencement L organisme doit mener les opérations d évaluation de manière sincère et transparente. Les résultats doivent refléter fidèlement la réalité, sans chercher à dissimuler des informations ou à dresser un constat plus favorable que la réalité. L évaluation menée par l organisme doit couvrir l ensemble des exigences définies dans le document [Cahier_Charges_Référencement] Remontée des anomalies et avis sur l évolution des outils développés par la DGME Pour évaluer techniquement une offre de certificats ou un produit de sécurité, l organisme peut être amené à utiliser des outils (informatiques ou documentaires) développés et mis à disposition par la DGME. L organisme s engage à informer la DGME des anomalies qu il constate à l occasion de l usage de ces outils. Par ailleurs, la DGME se réserve le droit de solliciter l organisme pour avoir un retour terrain de l usage de ces outils et identifier les évolutions pertinentes pour en améliorer l utilisation et l efficacité Outils développés par l organisme L organisme peut utiliser, s il le souhaite, en complément ou en remplacement des outils mis à la disposition de l organisme par la DGME, des outils (informatiques ou documentaires) du marché ou Page 9/13

10 développés par lui afin de réaliser l évaluation technique d une offre de certificats ou d un produit de sécurité. Dans ce cas, il doit en informer la DGME et lui démontrer sur la base d informations fiables que : l utilisation de ces outils, en complément ou en remplacement de ceux proposés par la DGME, permet l évaluation de l intégralité des exigences définies dans le document [Cahier_Charges_Référencement] ; les résultats des évaluations effectuées par ces outils sont sincères et ne peuvent être falsifiés. Si la DGME considère que ces deux conditions ne sont pas réunies, elle peut décider de ne pas habiliter l organisme ou de suspendre son habilitation jusqu à ce qu elles soient respectées Délai d évaluation La durée de l évaluation ne peut dépasser un mois ouvré. On entend par durée d évaluation la durée entre le début de l évaluation et l envoi du rapport d évaluation à la DGME. Ce délai inclut donc la production du rapport d évaluation par l organisme Rédaction du rapport d évaluation Mise à disposition du rapport d évaluation L organisme rédige un rapport d évaluation à destination de la DGME afin que celle-ci puisse se prononcer sur le référencement ou non de l offre ou du produit. Ce rapport doit être transmis à la DGME par courriel, dans les meilleurs délais après la fin de l évaluation, à l adresse suivante : Le rapport doit être signé électroniquement en utilisant un certificat électronique de signature conforme aux exigences du niveau *** du RGS. Les certificats qualifiés PRISv1 de même niveau peuvent être utilisés pendant la période transitoire où le référencement RGS ne couvre pas le domaine entreprise Contenu du rapport d évaluation Le rapport d évaluation doit indiquer a minima : les informations relatives au produit ou à l offre concerné(e) telles que définies dans la section «Informations à communiquer lors de la demande» ; la date de début et de fin de la phase d évaluation ; le nom et l adresse de l organisme d évaluation ; le nom et les coordonnées de l évaluateur ; la version des documents [RGS] et [Cahier_Charges_Référencement] utilisée pour l évaluation ; la synthèse des résultats des évaluations effectuées mettant en évidence les éventuelles nonconformités constatées ; les rapports de test générés par les outils utilisés pour l évaluation (les noms et numéros de version de ces outils devront également être précisés) ; les recommandations pour lever les non-conformités constatées ; l avis indicatif et argumenté de l organisme sur la délivrance ou non du référencement. Page 10/13

11 Délai de production du rapport Le délai de production du rapport d évaluation doit permettre de respecter l exigence définie à la section du présent document Surveillance d un référencement Une fois le référencement d une offre de certificats ou d un produit prononcé, l organisme mène régulièrement des évaluations de surveillance afin de vérifier que les conditions du référencement sont toujours bien remplies. Ces évaluations doivent également être menées lorsque l offre de certificats ou le produit de sécurité référencé subit une évolution significative. Le diagramme ci-dessous présente le processus de surveillance d un référencement. Fournisseur de produits de sécurité ou PSCO Organisme habilité Notification de l approche de la date d audit de surveillance Échanges au cours de l évaluation 1 2 Notification et planification Évaluation Avis de décision 4 Communication de la décision 3 Rédaction du rapport d évaluation 5 6 Mise à jour de la liste des offres référencées si nécessaire Mise à jour site DGME si nécessaire 7 8 Mise à jour et publication de la TSL si nécessaire ( 1 )( 2 ) Clôture du processus 1 : s applique uniquement aux offres de certificats 2 : pour les offres de certificats de signature qualifiée Les exigences concernant les activités réalisées par l organisme (représentées en bleu) sont décrites dans les sections ci-après. Les autres (représentées en gris) ne font pas partie du périmètre du présent document Notification et planification Évaluation dans le cas d une évolution d une offre de certificats ou d un produit de sécurité référencé Une évaluation de surveillance doit être effectuée lorsque l offre de certificats ou le produit de sécurité référencé subit une évolution significative pouvant affecter le respect des exigences spécifiées dans les documents [RGS] et [Cahier_Charges_Référencement]. Dans ce cas, le client doit en informer l organisme qui détermine si l évolution est de nature à nécessiter une évaluation. Page 11/13

12 Les deux parties conviennent de la date pour mener l évaluation dans un délai raisonnable. L organisme doit communiquer le nom et les coordonnées de la personne au sein de l organisme qui sera responsable de l organisation et du suivi de l évaluation Évaluation régulière de surveillance En l absence d évolution de l offre de certificats ou du produit référencé, la première évaluation de surveillance doit être finalisée au plus tard un an calendaire après l attribution du référencement. Le délai entre deux évaluations de surveillance consécutives ne doit pas dépasser un an calendaire, que les évaluations aient été faites suite à une évolution de l offre ou du produit de sécurité ou non. L organisme a la responsabilité de prévenir son client suffisamment à l avance lorsqu une évaluation de surveillance doit être prochainement menée pour une offre de certificats ou un produit référencé. Cette notification doit préciser a minima les informations suivantes : le nom des offres de certificats ou des produits concernés ; la date limite à laquelle l évaluation de surveillance doit être finalisée ; le nom et les coordonnées de la personne au sein de l organisme qui sera responsable de l organisation et du suivi de l évaluation. Si, au cours de la préparation ou du suivi de l évaluation, l identité de cette personne (ou ses coordonnées) viennent à changer, l organisme doit, dans les meilleurs délais, en informer son client et lui communiquer les noms et coordonnées du nouvel interlocuteur en charge du dossier. L organisme et son client conviennent des dates pour mener les évaluations de surveillance dans le respect des contraintes énoncées précédemment. Lorsque l organisme est également habilité pour les évaluations en vue de la qualification au sens du RGS, il est recommandé, dans la mesure du possible et si le client en est d accord, de mener les opérations d évaluation pour le référencement au même moment que celles effectuées pour la qualification Évaluation Les exigences décrites dans la section s appliquent également ici Rédaction du rapport d évaluation Les exigences décrites dans la section s appliquent également ici Renouvellement d'un référencement Le référencement d une offre de certificats ou d un produit est prononcé pour une durée de trois années. À l issue de cette période, et s il le souhaite, le fournisseur de produits de sécurité ou de prestataire de services de certification électronique peut demander le renouvellement du référencement. Le diagramme ci-dessous présente le processus de renouvellement d un référencement. Page 12/13

13 Notification de l approche de la date d expiration du référencement Fournisseur de produits de sécurité ou PSCO 1 Organisme habilité Notification et planification Échanges au cours de l évaluation 2 Évaluation Avis de décision 4 Communication de la décision 3 Rédaction du rapport d évaluation 5 6 Mise à jour de la liste des offres référencées si nécessaire Mise à jour site DGME si nécessaire Ce processus est identique à celui pour les évaluations de surveillance (décrit en section 2.1.2). Par conséquent, les mêmes exigences s appliquent ici Exigences transverses Ce chapitre précise les exigences d ordre général qui permettent d assurer la cohérence des prestations offertes par l organisme et une bonne coordination avec la DGME Désignation de l interlocuteur de la DGME L organisme doit identifier parmi ses effectifs la personne qui sera le point de contact privilégié de la DGME pour les sujets d ordre général liés au référencement. Le nom de ce contact ainsi que ses coordonnées doivent être communiqués à la DGME au plus tard le jour où l habilitation de l organisme devient effective. Si l identité et/ou les coordonnées de cette personne viennent à changer, l organisme doit, dans les meilleurs délais, en informer la DGME et lui communiquer les noms et coordonnées du nouvel interlocuteur Langue utilisée pour les échanges avec la DGME L organisme doit utiliser le français pour tout document destiné à la DGME ou tout échange avec elle Confidentialité des informations L organisme s engage à assurer la confidentialité des informations qui lui sont communiquées par son client ou la DGME. Certaines informations du client pourront être transmises par l organisme à la DGME afin de permettre l instruction complète d une demande de référencement ou de gérer un référencement existant. L organisme doit : informer son client des informations susceptibles d être transmises à la DGME ; recueillir son consentement explicite. 7 Mise à jour et publication de la TSL si nécessaire ( 1 )( 2 ) 8 Clôture du processus 1 : s applique uniquement aux offres de certificats 2 : pour les offres de certificats de signature qualifiée Page 13/13

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation Procédure d habilitation Version 1.1 Page 1/12 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.0 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de

Plus en détail

Instruction. relative à la procédure d habilitation des organismes qui procèdent à la qualification des prestataires de services de confiance

Instruction. relative à la procédure d habilitation des organismes qui procèdent à la qualification des prestataires de services de confiance PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Paris, le 8 avril 2011 N 1001/ANSSI/SR NOR : PRM D 1 2 0 1 2 9

Plus en détail

Direction générale de la modernisation de l Etat

Direction générale de la modernisation de l Etat Direction générale de la modernisation de l Etat Service projets de simplification AVIS Habilitation des organismes certificateurs Label Marianne * * * Sommaire Version 8 du 4 novembre 2009 1 Les conditions

Plus en détail

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Prestation de Certification CERTIFICATION-D D-Indice 7 Applicable le 09//009 CERTIFICATION D Indice 7 Page /7 GLOBAL sas 8, rue du séminaire

Plus en détail

Référentiel Général de Sécurité. version 1.0. Annexe A3

Référentiel Général de Sécurité. version 1.0. Annexe A3 Premier ministre Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l État Direction générale de la modernisation de l État Référentiel

Plus en détail

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION DPMC- ADM- SPO Page - 1-16/07/2009 Généralités Le DPMC est l organisme désigné par la CPNE, en charge du contrôle des compétences pour la délivrance du CQP

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction

PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction «LABEL EGALITE» PARTIE 2 Gestion de votre candidature et de son instruction Gestion de votre candidature - version 1 du 15 septembre 2004 Page 1 sur 8 SOMMAIRE Gestion de votre candidature et de son instruction

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

Référentiel Général de Sécurité. version 1.0. Annexe A4

Référentiel Général de Sécurité. version 1.0. Annexe A4 Premier ministre Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l État Direction générale de la modernisation de l État Référentiel

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique Version du 1 er juin 2012 Le référentiel est protégé par les dispositions du Code de la propriété intellectuelle, notamment

Plus en détail

«LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction

«LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction «LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2 Gestion de votre candidature et de son instruction 11 rue Francis de Pressensé - 93751 La Plaine Saint-Denis Cedex - France -T. +33 (0)1 41 62 80 11 - F : +33 (0)1

Plus en détail

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé»

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» 1 Candidats éligibles Version n 3.0 du 15/10/2014 La procédure de labellisation est ouverte à toute personne morale propriétaire d une solution logicielle

Plus en détail

Cahier des charges pour le référencement des produits de sécurité et des offres de prestataires de services de confiance

Cahier des charges pour le référencement des produits de sécurité et des offres de prestataires de services de confiance Cahier des charges pour le référencement des produits de sécurité et des offres de prestataires de services de confiance Version 1 Direction générale de la modernisation de l État Page 1/12 Historique

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES ET SERVICES INFORMATIQUES REGLEMENT DE LA CONSULTATION

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES ET SERVICES INFORMATIQUES REGLEMENT DE LA CONSULTATION D I R E C T I O N I N F O R M A T I Q U E SERVICE INFORMATIQUE ALAIN PERCHEC 6 & 8, rue Saint-Fiacre BP 218 77104 MEAUX CEDEX 01 64 35 37 64-01 64 35 36 55 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES ET SERVICES INFORMATIQUES

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2012 07 31 0297 Catégorie : C* Dernière modification : 31/07/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Gestionnaire de configuration

Plus en détail

NOR: DEVT0769851A. Le ministre d Etat, ministre de l écologie, du développement et de l aménagement durables,

NOR: DEVT0769851A. Le ministre d Etat, ministre de l écologie, du développement et de l aménagement durables, Arrêté du 21 décembre 2007 relatif à l agrément des experts ou organismes qualifiés pour évaluer la conception et la réalisation de systèmes ou sous-systèmes ferroviaires nouveaux ou substantiellement

Plus en détail

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie,

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie, Arrêté du 14 octobre 2005 relatif aux organismes habilités à mettre en œuvre les procédures de vérification «CE» des sous-systèmes et d évaluation de la conformité ou de l aptitude à l emploi des constituants

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 2

Tremplins de la Qualité. Tome 2 Tome 2 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANTPROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

Politique WHOIS relative aux noms de domaine.eu

Politique WHOIS relative aux noms de domaine.eu Politique WHOIS relative aux noms de domaine.eu 1/7 DEFINITIONS Les termes définis dans les Conditions et/ou les Règles de résolution des conflits.eu employés aux présentes commencent par une lettre majuscule.

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

JORF n 0103 du 4 mai 2010. Texte n 18

JORF n 0103 du 4 mai 2010. Texte n 18 Le 26 septembre 2011 JORF n 0103 du 4 mai 2010 Texte n 18 ARRETE Arrêté du 29 avril 2010 fixant les conditions de certification des installateurs de systèmes de vidéosurveillance NOR: IOCD0928681A Le ministre

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 1997 03 42 69 0156 Catégorie : C* Dernière modification : 10/09/2009 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) de travaux

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D HABILITATION pour la réalisation de contrôles techniques des éléments de l assiette des redevances des agences de l eau

DOSSIER DE DEMANDE D HABILITATION pour la réalisation de contrôles techniques des éléments de l assiette des redevances des agences de l eau DOSSIER DE DEMANDE D HABILITATION pour la réalisation de contrôles techniques des éléments de l assiette des redevances des agences de l eau Bassin : Domaine de contrôle : Etablissement : Cadre réservé

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international Commission paritaire nationale de l'emploi de la métallurgie Qualification : MQ 90 12 38 0079 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 6 juin 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D'IDENTITÉ

Plus en détail

Politique de Signature électronique Hélios. de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFiP)

Politique de Signature électronique Hélios. de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFiP) Direction Générale des Finances Publiques --------- Politique de Signature électronique Hélios de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFiP) Pour les flux informatiques transmis par les ordonnateurs

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT

PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT CONTROL UNION INSPECTIONS FRANCE 16 rue Pierre Brossolette 76600 Le Havre Tel : 02 35 42 77 22 Processus de Certification de système de management 01

Plus en détail

PLAN DE CONTROLE EXTERNE REFERENTIEL QUALIPSAD

PLAN DE CONTROLE EXTERNE REFERENTIEL QUALIPSAD PLAN DE CONTROLE EXTERNE REFERENTIEL QUALIPSAD Version V4 du 28 mai 2013 Bureau Veritas Certification 1 / 20 SOMMAIRE OBJET, CONDITIONS PREALABLES DE L AUDIT TIERCE PARTIE ET PERIMETRE DE CONFORMITE...

Plus en détail

PREMIER MINISTRE PROCEDURE TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION

PREMIER MINISTRE PROCEDURE TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense nationale Paris, le 9 février 2004 000309/SGDN/DCSSI/SDR Référence : CER/P/01.1 Direction centrale de la sécurité des systèmes d information PROCEDURE

Plus en détail

Certificat d urbanisme

Certificat d urbanisme MINISTÈRE CHARGÉ Demande de Certificat d urbanisme N 13410*02 1/4 Vous pouvez utiliser ce formulaire pour : Connaître le droit de l urbanisme applicable sur un terrain Savoir si l opération que vous projetez

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE. «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application»

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE. «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application» MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application» SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 4 1.1. Généralités... 4 1.2. Domaine d application...

Plus en détail

APPEL A PROJET CREATION ET EXTENSION DE SERVICES DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE (SSIAD) CONCERNANT LES PERSONNES AGEES DE 60 ANS ET PLUS

APPEL A PROJET CREATION ET EXTENSION DE SERVICES DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE (SSIAD) CONCERNANT LES PERSONNES AGEES DE 60 ANS ET PLUS Avis Appel à projet Création et extension de Services de Soins Infirmiers à Domicile concernant les personnes âgées de 60 ans et plus sur trois territoires de la région Centre APPEL A PROJET CREATION ET

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes du métier

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Fourniture d un véhicule utilitaire pour la blanchisserie des Thermes

Fourniture d un véhicule utilitaire pour la blanchisserie des Thermes COMMUNE DE BAGNERES DE LUCHON 23 ALLEES D ETIGNY 31 110 BAGNERES DE LUCHON Fourniture d un véhicule utilitaire pour la blanchisserie des Thermes REGLEMENT DE CONSULTATION LOT 01 : Fourniture du véhicule

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Guidance pour le développement du rapport de crédit

Guidance pour le développement du rapport de crédit Direction générale Transport Aérien Direction Licences Licences de vol et immatriculations CCN Rue du Progrès 80, Bte 5 local 1030 Bruxelles Tél. 02 277 43 11 - Fax 02 277 42 59 Votre contact Laurent Vandescuren

Plus en détail

DELIBERATION N 2012-18 DU 23 JANVIER 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE D AVIS

DELIBERATION N 2012-18 DU 23 JANVIER 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE D AVIS DELIBERATION N 2012-18 DU 23 JANVIER 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE D AVIS PRESENTEE PAR LA POSTE RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

Marquage CE des Granulats

Marquage CE des Granulats REFERENTIEL SECTORIEL POUR LA Page 1 sur 11 MAÎTRISE DE LA PRODUCTION DES GRANULATS (Système d'attestation de conformité 2+) SOMMAIRE : Article 1 Objet et domaine d application Article 2 Intervenants dans

Plus en détail

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ;

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ; DELIBERATION N 2012-128 DU 23 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU

Plus en détail

Règlement de la consultation

Règlement de la consultation MARCHÉ DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Réalisation d une enquête de satisfaction Perception de la qualité du service rendu dans l habitat social en Nord-Pas-de-Calais Règlement de la consultation Procédure

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES VILLE DE GARDANNE DIRECTION DES SERVICES TECHNIQUES SERVICE Marché ETUDE PROSPECTIVE INFORMATIQUE Date et heure limites de réception des offres 31 mars

Plus en détail

Conditions Générales d'utilisation - YOUSIGN SAS - SIGN2 CA

Conditions Générales d'utilisation - YOUSIGN SAS - SIGN2 CA Conditions Générales d'utilisation - YOUSIGN SAS - SIGN2 CA 1- Introduction 1.1 Présentation générale Ce document définit les Conditions Générales d Utilisation (CGU) des certificats délivrés dans le cadre

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

PGSSI-S Référentiel des autorités de certification éligibles pour l authentification publique dans le secteur de la santé

PGSSI-S Référentiel des autorités de certification éligibles pour l authentification publique dans le secteur de la santé Sommaire 1 Objet du document... 3 2 Périmètre d'application du référentiel... 4 3 Définitions... 4 3.1 Prestataire de Service de Confiance (PSCO)... 4 3.2 Prestataire de Service de Certification Electronique

Plus en détail

Cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes soumis au contrôle de légalité. Annexe 2 : sécurisation des échanges

Cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes soumis au contrôle de légalité. Annexe 2 : sécurisation des échanges Cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes Annexe 2 : sécurisation des échanges Page 2 / 7 1. OBJET DU DOCUMENT...3 2. PRINCIPES...3 3. SÉCURISATION DES DÉPÔTS DE FICHIERS SUR LES

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION ERDF / relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement

MODELE DE CONVENTION ERDF / <Fournisseur> relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement Direction Technique MODELE DE CONVENTION ERDF / relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement Identification : ERDF-FOR-CF_42E Version : 1 Nombre de pages : 10 Version

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

Exigences Qualité applicables aux fournisseurs

Exigences Qualité applicables aux fournisseurs Page 1 sur 7 OBJET : Ce document définit les exigences qualité applicables auxquelles doivent répondre les participants à la réalisation de produits (et services) à destination de Dimpex. Les indices des

Plus en détail

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ X La présente charte est établie par l OPCAIM afin de définir les conditions de son intervention conformément à sa mission, tant vis-à-vis des entreprises adhérentes que des organismes

Plus en détail

SODEJE Assurances & Patrimoine

SODEJE Assurances & Patrimoine PROCEDURE DE TRAITEMENT DES RECLAMATIONS SARL SODEJE ASSURANCES ET PATRIMOINE Actualisée en date du 16/04/2015 SOMMAIRE : Introduction I- Définir une réclamation II- III- IV- Modalités de saisine du cabinet

Plus en détail

Mode d emploi des Marchés Publics

Mode d emploi des Marchés Publics SJ/MD/AD 17-06-2014 Habitat Saint-Quentinois 142 Boulevard Gambetta CS 70041 02315 Saint-Quentin cedex Mode d emploi des Marchés Publics SOMMAIRE I-Préambule (p. 1) II- Obtenir le dossier de consultation

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE

INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE Rapport sommaire de l audit pour les sociétés de transport de cyanure Pour le Code international de gestion du cyanure www.cyanidecode.org Juin 2012 Le Code

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION DE DÉTENIR / UTILISER DES APPAREILS DE DÉTECTION DE PLOMB DANS LES PEINTURES CONTENANT DES SOURCES RADIOACTIVES

DEMANDE D AUTORISATION DE DÉTENIR / UTILISER DES APPAREILS DE DÉTECTION DE PLOMB DANS LES PEINTURES CONTENANT DES SOURCES RADIOACTIVES AUTO/IND/PLOMB DEMANDE D AUTORISATION DE DÉTENIR / UTILISER DES APPAREILS DE DÉTECTION DE PLOMB DANS LES PEINTURES CONTENANT DES SOURCES RADIOACTIVES Ce formulaire de demande concerne les demandes d autorisation

Plus en détail

Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé»

Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé» Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé» Sommaire 1 Glossaire et abréviations... 3 1.1 Glossaire... 3 1.2 Abréviations... 3 2 Liminaire...

Plus en détail

BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000. Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01. Manuel Qualité

BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000. Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01. Manuel Qualité BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000 Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01 Manuel Qualité Préambule La note ci jointe décrit les engagements de la société vis-à-vis des procédures

Plus en détail

Expertise d une solution de vote électronique par Internet Appel à proposition de prix

Expertise d une solution de vote électronique par Internet Appel à proposition de prix UNIVERSITE DE TECHNOLOGIE Tél.: 03 44 23 44 23 Fax : 03 44 23 43 00 Direction des Systèmes d Information Dossier technique suivi par Rafia Berenguier (Rafia.Berenguier@utc.fr) Expertise d une solution

Plus en détail

FOURNITURE D UN LOGICIEL DE

FOURNITURE D UN LOGICIEL DE PIÈCE N 0 DIRECTION RESSOURCES & ORGANISATION SERVICE INFORMATIQUE 25 RUE DE LA NUÉE BLEUE F-67000 STRASBOURG TÉL. +33 (0)3 88 21 78 01 FAX +33 (0)3 88 39 35 53 MARCHÉ PUBLIC DE FOURNITURES ET SERVICES

Plus en détail

Protocole de vérification de conformité de la norme Afnor NF V 25-112 MAJ : 08/09/10

Protocole de vérification de conformité de la norme Afnor NF V 25-112 MAJ : 08/09/10 Protocole de vérification de conformité Norme Afnor NF V 25-112 - Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais Sommaire Page 1 DOMAINE D'APPLICATION...5

Plus en détail

ANNEXE V. Modalités d agrément des auditeurs

ANNEXE V. Modalités d agrément des auditeurs ANNEXE V Modalités d agrément des auditeurs Modalités d agrément des auditeurs A 1 : 1. Toute personne physique porteuse d'un diplôme d ingénieur dans les spécialités ci-après : génie mécanique, énergétique,

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux 1. Définition de la médiation institutionnelle La médiation institutionnelle est un processus structuré par lequel des consommateurs tentent, en dehors de leur

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION REGLEMENT DE LA CONSULTATION Objet de la consultation : Achat d une embarcation et de matériel nautique DATE et HEURE LIMITES DE REMISE DES OFFRES : Le 15 mars 2013 à 12h00 1 Article 1 Pouvoir adjudicateur

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE

CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE 1/5 ARTICLE CG.1 : DEFINITIONS DES PARTIES CONTRACTANTES L «adjudicateur» est l AGEFIPH, représentée dans le cadre du marché par son Directeur Général.

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION Page : 1/10 MANUEL MAN-CAM-NUC-F Seule la version informatique est mise à jour, avant toute utilisation consulter sur le réseau Intranet la version en cours de ce document Page : 2/10 HISTORIQUE DE RÉVISION

Plus en détail

Plan de Reprise d Activité (P.R.A.)

Plan de Reprise d Activité (P.R.A.) MARCHE : Plan de Reprise d Activité (P.R.A.) REGLEMENT DE CONSULTATION Page n 1/7 SOMMAIRE ARTICLE 1 - OBJET DE LA CONSULTATION P. 3 ARTICLE 2 - CONDITIONS DE LA CONSULTATION P. 3 ARTICLE 3 - PRESENTATION

Plus en détail

Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations

Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations Ce document résume toutes les procédures de soumission

Plus en détail

CHARTE QUALITÉ FOURNISSEURS

CHARTE QUALITÉ FOURNISSEURS 20/05/2005 CHARTE QUALITÉ FOURNISSEURS INSTRUCTIONS REF. ISP.10.IN.06 B Etabli par : Vérifié par : Approuvé par : Marie GREGOIRE Marie GREGOIRE Franck SAUVAGEOT Marie GREGOIRE En Rédaction Marie GREGOIRE

Plus en détail

6, Rue Grolée 69289 LYON Cédex 02 Téléphone : 04-72-32-56-00 Télécopie : 04-78-38-37-85. Ind Etabli par Approuvé par Date Objet de la révision

6, Rue Grolée 69289 LYON Cédex 02 Téléphone : 04-72-32-56-00 Télécopie : 04-78-38-37-85. Ind Etabli par Approuvé par Date Objet de la révision Département de l'indre et Loire COMMUNAUTE DE COMMUNES GATINE-ET-CHOISILLES ZAC POLAXIS STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES PIECE 1.8 CADRE DU SCHEMA D ORGANISATION DU PLAN D ASSURANCE QUALITE (SOPAQ)

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

R.C. Mairie de FENOUILLET Département de la Haute Garonne

R.C. Mairie de FENOUILLET Département de la Haute Garonne MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICE REGLEMENT DE LA CONSULTATION. Maître de l ouvrage : Mairie de FENOUILLET Département de la Haute Garonne Objet du marché : VERIFICATIONS PERIODIQUES PAR UN BUREAU

Plus en détail

Subvention pour la réalisation d une étude carbone au sein des entreprises participant aux accords de branche

Subvention pour la réalisation d une étude carbone au sein des entreprises participant aux accords de branche Agence wallonne de l Air et du Climat Demande de subvention pour la réalisation d une étude carbone au sein des entreprises participant aux accords de branche Demande à introduire au plus tard le 15 octobre

Plus en détail

Règlement de consultation Marché à procédure adaptée de fournitures et services informatiques de l'office de Tourisme de Metz Cathédrale

Règlement de consultation Marché à procédure adaptée de fournitures et services informatiques de l'office de Tourisme de Metz Cathédrale Règlement de consultation Marché à procédure adaptée de fournitures et services informatiques de l'office de Tourisme de Metz Cathédrale Metz, le 02.06.2015 SOMMAIRE 1 Contexte 2 Objet du marché 2.1 Procédure

Plus en détail

Règlement de consultation. Marché n 2014990003. Pouvoir adjudicateur:

Règlement de consultation. Marché n 2014990003. Pouvoir adjudicateur: Acquisition, mise en œuvre et maintenance d'un système de gestion intégré pour une mise en réseau des bibliothèques de la Communauté de Communes Vallée Loire Authion Règlement de consultation Marché n

Plus en détail

Programme Bourse Solidarité Vacances Convention ANCV Porteur de projets

Programme Bourse Solidarité Vacances Convention ANCV Porteur de projets (organisme) Agréé(e) par Programme Bourse Solidarité Vacances Convention ANCV Porteur de projets ENTRE LES SOUSSIGNES: L Agence Nationale pour les Chèques-Vacances, Établissement public à caractère industriel

Plus en détail

Réalisation de vérifications périodiques obligatoires de bâtiments. Règlement de consultation

Réalisation de vérifications périodiques obligatoires de bâtiments. Règlement de consultation Réalisation de vérifications périodiques obligatoires de bâtiments Règlement de consultation Marché n 2014000401 Pouvoir adjudicateur: Tél. : 02.41.57.36.08 Fax : 02.41.57.59.09 Mél : comcom.valleeloireauthion@ccvla.fr

Plus en détail

PROCEDURE APPELS ET RECLAMATIONS

PROCEDURE APPELS ET RECLAMATIONS PROCEDURE APPELS ET RECLAMATIONS ENREGISTREMENT DES EVOLUTIONS Version N des pages Origine de l évolution et commentaires Date modifiées d application 1 Toutes Original Janvier 07 2 Toutes Suite à l audit

Plus en détail

Convention d'adhésion au dispositif «Chèque Energies - Audit»

Convention d'adhésion au dispositif «Chèque Energies - Audit» REPUBLIQUE FRANCAISE Date de notification de l acte : Convention d'adhésion au dispositif «Chèque Energies - Audit» Entre : La Région Haute-Normandie, Hôtel de Région, 5 rue Schuman, CS 21129, 76174 Rouen

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation. Habilitation électrique pour personnel électricien

Cahier des charges d achat de formation. Habilitation électrique pour personnel électricien MAISON DE L EMPLOI DE LA METROPOLE NANTAISE Cahier des charges d achat de formation Habilitation électrique pour personnel électricien Suivant NF C13-370 Achat d une prestation en vertu de l ordonnance

Plus en détail

Société financière de la Nef 30/09/2013

Société financière de la Nef 30/09/2013 POLITIQUE DE TRAITEMENT ET DE SUIVI DES RECLAMATIONS CLIENTS Société financière de la Nef 30/09/2013 1 Introduction Cette politique de La Société financière de la Nef décrit le circuit de traitement de

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES COMMUNE DE SAINT GEORGES SUR BAULCHE 37 GRANDE RUE 89000 SAINT GEORGES SUR BAULCHE

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES COMMUNE DE SAINT GEORGES SUR BAULCHE 37 GRANDE RUE 89000 SAINT GEORGES SUR BAULCHE MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES Fourniture et acheminement de gaz naturel et de services associés Date et heure limites de réception des offres : 13 avril 2015 à 12 heures REGLEMENT

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES R.C. Mairie de FENOUILLET Département de la Haute Garonne

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES R.C. Mairie de FENOUILLET Département de la Haute Garonne ACQUISITION VEHICULE S TECHNIQUES ET LOCATION LONGUE DUREE DE VEHICULES DE MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES REGLEMENT DE LA CONSULTATION. Maître de l ouvrage : Mairie de FENOUILLET Département de la Haute

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES MAIRIE DE COULOGNE DIRECTION DES MARCHES SERVICE DES MARCHES Place de la Mairie BP 17 62137 COULOGNE Tél.: 03 21 36 92 80 ACHAT DE MATERIEL INFORMATIQUE

Plus en détail

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité.

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité. 2MODELE DE CONVENTION GENERALE ENTRE UNE COLLECTIVITE ET UNE ASSOCIATION (Convention obligatoire lorsque le montant de la subvention dépasse 23 000 ) (Suivant la nature du cosignataire de la convention,

Plus en détail

8 juin 2006. ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale

8 juin 2006. ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale 2 ème CONFERENCE REGIONALE POUR L EMPLOI ET LA FORMATION 8 juin 2006 ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale Contribution de la VILLE DE SAINT ETIENNE

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE CONSULTATION. R.C. n ENSAG/2014/2 CENTRALES DE TRAITEMENT D AIR

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE CONSULTATION. R.C. n ENSAG/2014/2 CENTRALES DE TRAITEMENT D AIR RC ENSAG/2014/2 MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE CONSULTATION R.C. n ENSAG/2014/2 CENTRALES DE TRAITEMENT D AIR REMISE EN SERVICE ET OPTIMISATION DES CENTRALES DE TRAITEMENT D AIR DE L ECOLE NATIONALE

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE valant règlement de consultation. Maître de l ouvrage. Maître d oeuvre. Objet de la consultation

AVIS D APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE valant règlement de consultation. Maître de l ouvrage. Maître d oeuvre. Objet de la consultation AVIS D APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE valant règlement de consultation Maître de l ouvrage ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE Service du Patrimoine 45, rue d Ulm 75005 Paris Maître d oeuvre AGENCE ROMBAUT 11, rue

Plus en détail

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Document public 27/09/2013 La Banque Postale Structured Asset Management - 34, rue de la Fédération 75737 Paris cedex 15

Plus en détail

DDC (Déclarant en Douane et Conseil) par la VAE

DDC (Déclarant en Douane et Conseil) par la VAE DDC (Déclarant en Douane et Conseil) par la VAE Libellé de la certification : DECLARANT EN DOUANE ET CONSEIL Niveau : II Code(s) NSF : 311N Autorité(s) délivrant la certification : AFTRAL Publication au

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

ITE-AUDIT PROCESSUS DE CERTIFICATION DE COMPETENCES FSP

ITE-AUDIT PROCESSUS DE CERTIFICATION DE COMPETENCES FSP PROCESSUS DE CERTIFICATION DE COMPETENCES FSP Objet du document Description du processus de certification de compétences FSP des personnes physiques Classification (interne, interneexterne) Classement

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation DEPARTEMENT de la MOSELLE Commune de SCY-CHAZELLES 03 87 60 07 14-03 87 60 18 33 mairie@mairie-scy-chazelles.fr Marché public de fournitures courantes et services Fourniture de Gaz Naturel pour les bâtiments

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2007 07 89 0262 Catégorie : C* REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Développement de la démarche innovation I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

MARCHE N 15 ENM 45. FORMATION «Aborder l audience et les relations professionnelles - l analyse transactionnelle»

MARCHE N 15 ENM 45. FORMATION «Aborder l audience et les relations professionnelles - l analyse transactionnelle» MARCHE N 15 ENM 45 - FORMATION CONTINUE- FORMATION «Aborder l audience et les relations professionnelles - l analyse transactionnelle» DATE LIMITE DE REMISE DES OFFRES : Mercredi 13 janvier 2016 à 17 heures

Plus en détail

Marché de prestations intellectuelles : Réalisation d une veille scientifique et réglementaire sur les micropolluants

Marché de prestations intellectuelles : Réalisation d une veille scientifique et réglementaire sur les micropolluants Marché de prestations intellectuelles : Réalisation d une veille scientifique et réglementaire sur les micropolluants Document unique valant règlement de la consultation et cahier des charges fonctionnel

Plus en détail