Claparède Rene. Un Bureau International pour la Défense des Indigènes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Claparède Rene. Un Bureau International pour la Défense des Indigènes"

Transcription

1 Claparède Rene Un Bureau International pour la Défense des Indigènes 1917

2 EOD Millionen Bücher nur einen Mausklick entfernt! In mehr als 10 europäischen Ländern! Machen Sie Gebrauch von Ihrem ebook! Genießen Sie das Layout des originalen Buches! Benutzen Sie Ihr PDF-Standardprogramm zum Lesen, Blättern oder Vergrößern. Sie benötigen keine weitere Software. Suchen & Finden: Mit der Standardsuchfunktion Ihres PDF-Programms können Sie nach einzelnen Wörtern oder Teilen von Wörtern suchen.* Kopieren & Einfügen von Text und Bildern in andere Anwendungen (z.b. Textverarbeitungsprogramme)* * Nicht in allen ebooks möglich. Allgemeine Geschäftsbedingungen Danke, dass Sie EOD gewählt haben! Europäische Bibliotheken besitzen viele Millionen Bücher aus der Zeit des Jahrhunderts. Alle diese Bücher werden nun auf Wunsch als ebook zugänglich nur einen Mausklick entfernt. In den Katalogen der EOD-Bibliotheken warten diese Bücher auf Ihre Bestellung - 24 Stunden täglich, 7 Tage die Woche. Das bestellte Buch wird für Sie digitalisiert und als ebook zur Verfügung gestellt. Mit der Nutzung des EOD-Services akzeptieren Sie die allgemeinen Geschäftsbedingungen. Die Benutzung erfolgt ausschließlich für private nicht kommerzielle Zwecke. Für alle anderen Zwecke kontaktieren Sie bitte die Bibliothek. Allgemeine Geschäftsbedingungen: Weitere ebooks Schon über 25 Bibliotheken in mehr als 12 europäischen Ländern bieten diesen Service an. Weitere ebooks sind erhältlich unter books2ebooks.eu Schweizerische Nationalbibliothek

3 René CLAPARÈDE et Eug. MERCIER-GLARDON Un Bureau International pour la Défense des Indigènes Si l'esclavage n'est pas un mal, rien n'est un mal. Liucoln. à SIBÎi. GENÈVE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE D'IMPRIMERIE 1917

4

5 à MM. Louis Ruffet et Louis Ferrière Un Bureau international pour la Défense des Indigènes Les antécédents du Bureau de Genève Une tentative officielle de Bureau international pour la répression de la traite Depuis un demi-siècle, les institutions internationales répondant au besoin profond d'unité qui travaille notre époque, se sont développées dans tous les domaines, matériel, intellectuel, moral, religieux, les unes émanant de l'initiative des gouvernements, les autres de l'initiative privée, d'autres encore participant de la coopération de l'une et de l'autre. C'est ainsi que sont nés successivement ou parallèlement le Bureau international des Administrations télégraphiques, le B. I. pour la protection des œuvres littéraires et artistiques, le Comité international pour la répression de la traite des blanches, la Croix-Rouge, l'alliance évangélique, la Fédération internationale des étudiants chrétiens, etc. Les «Bureaux» qui font l'objet de cette étude sont le B. I. pour la répression de la traite des esclaves afri-

6 cains et le Bureau spécial de Bruxelles, qui s'y rattache étroitement. Il convient, tout d'abord, de rappeler à la suite de quelles circonstances ils furent créés. La Conférence africaine de Berlin ( ) avait donné un regain d'intérêt à la question de l'esclavage. Trois ans après, le cardinal Lavigerie entreprenait sa fameuse croisade en France, en Belgique, en Italie et en Angleterre pour faire connaître au monde les horreurs de la traite. A Londres, ce fut sous les auspices de la British and Foreign Anti-Slavery Society qu'il donna sa conférence, et ce fut encore la même société qui, dans la personne de M. Sydney Buxton, soutenu par lord Granville, saisit officiellement de la question le gouvernement anglais et les Chambres. Le gouvernement de lord Salisbury fit une démarche auprès du roi des Belges pour l'inviter à prendre l'initiative d'une ' convocation,des puissances à Bruxelles aux fins d'examiner dans une conférence internationale les moyens d'en finir avec la traite des esclaves. D'autre part, pour faire suite à sa campagne, le cardinal Lavigerie avait décidé qu'un Congrès anti-esclavagiste des Sociétés privées se réunirait à Lucerne, où serait «étudié à fond le problème que l'esclavage africain pose au XIX e siècle et l'oblige de résoudre sous peine de se déshonorer dans l'histoire». Le comité anti-esclavagiste suisse, entre autres, devait y envoyer des délégués. Subitement l'on apprit que ce congrès n'aurait pas lieu, et qu'une pression avait été exercée sur le cardinal pour l'amener à le proroger. Les raisons de cette prorogation semblent avoir été d'ordre essen-

7 tiellement politique. Il se jouait alors entre l'angleterre et l'allemagne une partie fort serrée aux dépens du sultan de Zanzibar : il s'agissait de l'amener à céder ses possessions continentales à l'allemagne et à reconnaître le protectorat de l'angleterre sur Zanzibar même; d'autres négociations laborieuses étaient engagées : l'allemagne se préparait à reconnaître que la sphère de l'influence britannique dans l'est africain s'étendrait à l'ouganda et comprendrait le sultanat de Vitou auquel elle renoncerait à condition d'obtenir en compensation l'île d'helgoland 1. De son côté, la France escomptait ces négociations pour faire reconnaître son protectorat sur Madagascar. Aux augures de la politique, il parut sans doute que la libre discussion des sociétés privées anti-esclavagistes dans l'atmosphère helvétique serait dangereuse, que bien des secrets de la diplomatie risqueraient d'être étalés au grand jour, et qu'il était plus prudent de laisser la priorité à la Conférence officielle convoquée à Bruxelles par les soins du roi des Belges, souverain de l'etat indépendant du Congo, où le huis-clos des séances préviendrait les indiscrétions de l'opinion publique 2. La Conférence s'ouvrit le 18 novembre Dix-sept Etats s'y étaient fait représenter, le sultan de Zanzibar par deux délégués, un Anglais et un Allemand. Us parvinrent, après sept mois et demi de labeur, à se mettre 1 Cette cession fut un des articles de la convention anglo-allemande du i«r juillet 1890, signée la veille même de la clôture de la Conférence de Bruxelles. 3 Le congrès prorogé des sociétés privées se tint l'année suivante, non pas à Lucerne, mais à Paris, après la clôture de la conférence officielle.

8 4 d'accord sur le texte d'un traité ou «Acte» dont le chapitre V prévoit les institutions destinées à en assurer l'exécution : le Bureau international maritime de Zanzibar et le Bureau spécial de Bruxelles. Ces deux bureaux, l'un international, l'autre spécial, pour la répression de la traite des esclaves africains, «diffèrent, par la pensée qui a présidé à leur naissance, de tous ceux de la même famille cosmopolite. Les intérêts moraux qui, dans une certaine mesure, se sont combinés avec des intérêts matériels pour susciter la plupart des Unions universelles, prédominent exclusivement dans celle dont la répression de la traite est le but. Un tel caractère lui assigne, à nos yeux, un rang des plus élevés parmi les entreprises des nations civilisées 1.» Voyons d'abord ce qui concerne la création du premier «Bureau». Pour empêcher la traite sur mer, la Conférence décida qu'une surveillance active serait exercée par les puissances contractantes dans la zone maritime où ce commerce se pratiquait encore, c'est-à-dire dans la partie de l'océan Indien qui baigne les côtes orientales de l'afrique, celle de l'arabie et celle de la Perse Comme, pour être efficace, cette police navale exigeait que les diverses marines nationales qui en seraient chargées échangeassent entre elles de fréquentes communications, le Bureau international maritime de Zan- 1 Moynier, Les "Bureaux internationaux. Ce livre a été écrit en 1892, avant que l'on pût savoir par l'expérience ce que deviendraient les deux Bureaux en question. 3 C'était restreindre singulièrement le champ de la traite maritime que de la supposer localisée dans cette partie de l'océan Indien!

9 5 zibar fut créé. Chaque Etat pouvait s'y faire représenter par un délégué *. M. Moynier relève avec raison une très grave lacune dans les moyens pratiques d'exécution de l'acte de Bruxelles : la traite sur terre étant d'importance tout aussi grande que la traite sur mer, il est pour le moins étrange que le Bureau international créé n'ait pas été investi des compétences nécessaires pour s'en occuper. Durant le séjour du cardinal Lavigerie à Londres, le commandant Cameron lui avait écrit : «La plupart de ceux qui pensent aujourd'hui aux horreurs de la traite croient que cette question n'intéresse que le transport des esclaves par mer, et que, sur terre, ils ne sont ni maltraités, ni si malheureux. J'ai vu des esclaves à bord des dahous arabes, accroupis, les genoux au menton, couverts de blessures et de plaies, mourant par manque de boisson et de nourriture, les morts liés aux vivants, et la petite vérole ajoutant sa funeste contagion aux misères dont ils étaient accablés. Mais cela n'est rien comparé aux horreurs que l'on voit à terre ; des villages brûlés, des hommes tués en défendant leurs foyers, des provinces entières dévastées, des femmes violées, des petits enfants mourant de faim, ou, si quelque mère a obtenu d'emporter avec elle son enfant et que le négrier brutal trouve que la pauvre femme ne peut plus porter à la fois son fardeau et l'enfant, c'est ce dernier qui est jeté à terre et qui a la tête brisée d'un coup de feu sous les yeux de sa mère» 1 De fait, cinq puissances seulement ont eu un délégué à Zanzibar : l'allemagne, la France, la Grande-Bretagne, l'italie et le Portugal. 1 Revue des Deux Mondes, 1889, tome 96, p. 452.

10 En outre, il est également regrettable que, selon les clauses de Bruxelles visant les B. I., chaque Etat garde une complète indépendance et que ses actes ne soient soumis à aucun contrôle. A ce côté faible de l'entreprise, ajoute M. Moynier, il y a cependant un remède partiel : c'est que les puissances contractantes sont tenues de s'instruire réciproquement de ce qu'elles savent et de ce qu'elles font touchant la grande question qu'elles aspirent à résoudre en commun. Par l'article 81, elles se sont fait un-devoir de s'envoyer certains documents expressément spécifiés : i le texte des lois et règlements existants ou édictés par application des clauses de l'acte général ; 2 les renseignements statistiques concernant la traite, les esclaves arrêtés et libérés, le trafic des armes, des munitions et de l'alcool. Et elles ont décidé, par un autre article, que les documents et renseignements seraient centralisés dans un Bureau spécial rattaché au Département des Affaires étrangères à Bruxelles. En vertu de l'article 84, les documents et renseignements ainsi obtenus devaient être publiés périodiquement et adressés à toutes les puissances signataires. Les frais de bureau, de correspondance, etc. seraient supportés par toutes les puissances intéressées et recouvrés par les soins du Département des Affaires étrangères à Bruxelles. Remède partiel, disait M. Moynier, mais, ajoutonsle, remède INOPÉRANT en fait, car une tare fondamentale compromettait la grande et haute mission que devait remplir cet organe international : c'est que les Etats

11 membres de cette union s'étaient réservé la faculté de ne pas notifier au Bureau de Bruxelles tout ce qui concernait l'esclavage; ils ne devaient s'acquitter de cette obligation que «dans la plus large mesure possible». Ces mots d'une portée restrictive ramenaient les obligations du traité à de simples clauses à bien plaire. Quant à Bruxelles, l'expérience a montré que le choix de cette ville pour le second Bureau était de tout point déplorable. Certes, le roi Léopold n'avait pas encore inauguré officiellement le «système» qui a terni à tout jamais sa mémoire, puisque ce système ne fut mis en vigueur que par les décrets secrets du 21 septembre 1891 et du 18 février 1892, mais c'était à la veille de la publication par le colonel américain Williams de ses Lettres ouvertes au roi des 'Belges 1 dans lesquelles il s'indignait du régime esclavagiste dont il avait vu les inquiétants prodromes au Congo léopoldien. On commençait malheureusement à s'écarter de l'observation scrupuleuse de l'acte de Berlin et des voies sûres où d'illustres Belges, les Banning, les Lambermont et les Van Neuss avaient engagé l'etat. Il semble donc bien qu'il se jouait à Bruxelles, en juillet 1890, au moment de la signature de l'acte anti-esclavagiste, une assez 1 Parues dans le premier semestre Ces lettres ne réussirent pas à fixer l'attention. Il fallut, pour jeter les premiers doutes sur l'œuvre «philanthropique» du souverain du Congo, l'affaire Stokes (janv. 1895). Stokes était un Anglais qui, ayant usé de son droit de pratiquer le libre commerce de l'ivoire, fut pendu haut et'court par le commandant Lothaire, ce qui provoqua l'indignation du gouvernement anglais, et, après le scandaleux acquittement de Lothaire, une énergique protestation de lord Fitzmaurice.

12 vilaine comédie de vertu officielle dont ont été dupes, à l'époque, la plupart des acteurs ainsi que le public philanthropique qui suivait passionément les travaux de la Conférence et applaudissait de bonne foi à cette entente internationale officielle contre- l'esclavage. Indépendamment de ces considérations qui montrent comme indésirable le choix de Bruxelles en tant que siège, en Europe, de l'etat du Congo, ce Bureau présentait de plus le grave inconvénient d'être un organisme purement belge et nullement international. En effet, deux fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères de Belgique en étaient les seuls agents. II Le Bureau international maritime de Zanzibar a certainement, quoique sur une petite échelle, rendu des services en provoquant, de la part des autorités compétentes, la libération de quelques centaines d'esclaves de la côte, de l'île même de Zanzibar, de l'île de Pemba, etc. S'il faut en croire M. G.-B. Beake, vice-consul britannique, secrétaire pour l'année ig 13 du Bureau maritime, on peut dire que l'infâme trafic sur les côtes orientales a disparu, et l'on peut se demander avec lui si le Bureau a encore quelque raison d'être *. Mais quelle disproportion, malgré tout, entre ce résultat partiel, quelque réjouissant qu'il soit, et l'idée 1 Anti-Slavery Reporter, juillet 1914, p. 80.

13 grande et généreuse qui avait présidé à la campagne du cardinal Lavigerie et provoqué la conférence de Bruxelles! Le gouvernement anglais, lui, avait bien senti dès le début l'insuffisance de cette création bicéphale et hybride Zanzibar-Bruxelles, et, pour ce motif, il avait demandé qu'on imprimât au Bureau de Bruxelles un cachet d'internationalité véritable en mettant à sa tête un Conseil d'administration composé des représentants en Belgique de toutes les puissances signataires qui désireraient y avoir un délégué ; ce Conseil aurait nommé le personnel du Bureau et déterminé ses attributions ainsi que sa rémunération; il se serait réuni au moins deux fois par an; sa mission aurait consisté à exercer un droit de contrôle sur la gestion du Bureau de Zanzibar; un rapport aurait été dressé chaque année comme introduction au recueil de pièces et renseignements publié à Bruxelles ; ce rapport aurait donné un exposé de l'état d'exécution de l'acte général de Bruxelles, des résultats obtenus et des lacunes constatées; la rédaction de ce rapport aurait appartenu au Bureau, mais eût été soumise à l'examen et à l'approbation du Conseil en même temps que la comptabilité. Ce système proposé par l'angleterre ne fut pas du goût de la Conférence; la perspective d'un rapport qui serait «une œuvre d'appréciation» et comme «un jugement public» sur la conduite des gouvernements en cause, fit sur la majorité des puissances l'effet d'un épouvantail ; on écarta la proposition et on réduisit le rapport à n'être qu'une 1 simple «table analytique» des

14 IO documents publiés 1. Dès lors toute l'économie du plan d'outre-mançhe fut bouleversée. Le Bureau spécial de Bruxelles n'était plus de fait et de droit qu'une agence belge officielle, un bureau d'enregistrement et d'expédition s. En 1896, M. Fox Bourne, secrétaire de YAborigines Protection Society, adressait un mémoire au marquis de Salisbury pour attirer l'attention du gouvernement britannique sur les graves lacunes de l'acte de Bruxelles. Il insistait tout particulièrement sur l'insuffisance des mesures prévues pour assurer l'exécution des clauses de cet Acte, et concluait en suggérant la convocation d'une nouvelle conférence africaine. Le gouvernement de lord Salisbury fit la sourde oreille. M. John-H. Harris, dans la brochure qu'il vient de publier', relève également le fait que les conférences de Berlin et de Bruxelles n'ont pas réalisé tout ce qu'on avait espéré d'elles. On voit, hélas I par tout ce qui précède, que les institutions officielles en matière de philanthropie, de justice sociale et de charité sont destinées à ne produire que des œuvres demi-avortées. ' Ce volume annuel adressé aux puissances signataires porte le titre : «Documents relatifs à la répression de la traite des esclaves, publiés en exécution des art. 81 et suiv. de l'acte général de Bruxelles». * Ce qui n'empêche pas l'almanach de Gotha d'en faire le Bureau international par excellence et d'ignorer purement et simplement celui de Zanzibar I Une équivoque n'a cessé de planer sur toute cette affaire. ' La question des indigènes et le prochain Congrès de la Paix, édit. du Bureau international, p. 7.

15 II III Il faut donc, de toute nécessité, recourir à l'initiative privée. C'est ce qui, d'ailleurs, avait été pressenti par M. Louis Ruffet, de Genève, lorsqu'il s'écriait, dans son discours prononcé à la conférence œcuménique de l'alliance évangélique réunie à Florence en avril 1891 : «Il faut qu'en chaque pays où une association antiesclavagiste n'existe pas encore, on institue une association nationale ; IL FAUT QUE CES ASSOCIATIONS SE FÉDÈ- RENT, SE SOUTIENNENT, SE COALISENT 1... il faut que ces associations tiennent sans, cesse en éveil l'opinion publique, qu'elles surveillent les actes des gouvernements et qu'elles contraignent ceux-ci à une persévérante application de leurs promesses; il faut, en un mot, que les chrétiens évangéliques constituent une Croix nouvelle, non plus une Croix-Rouge, non plus une Croix-Bleue, elles existent déjà ces nobles Croix pour les bfessés de la guerre et les blessés de l'intempérance, mais une Croix-d'Or, symbole de la délivrance des âmes et des corps 8.» Après vingt-cinq ans d'expérience, on peut dire que M. Ruffet avait vu juste. L'existence actuelle des hor- 1 C'est nous qui soulignons. ' Louis Ruffet, Le devoir des Chrétiens évangéliques dans la question de l'esclavage en Afrique, p. 20 (Dole, 1891). Les paroles de M. Ruffet ont une portée plus universelle que lui-même ne le pensait alois ; les révélations sur le «péonage» au Mexiaue et dans l'amérique du Sud et sur le travail forcé dans certaines îles de 1 Océanie ont montré que l'esclavage n'était pas limité à l'afrique.

16 12 reurs de la traite et du travail forcé, qui n'est, suivant l'expression de Sir Edw. Grey, que «l'esclavage sous un autre nom», nécessite un organe central pour relier les ligues nationales existantes, pour stimuler leur vigilance et pour recourir à l'opinion publique, leur dernier ressort. «Tous les crimes qui sont possibles s'accompliront toujours; je ne connais qu'un moyen de les empêcher : c'est de créer un état d'esprit universel qui produise contre leur accomplissement une révolte unanime et agissante 1.» En vue de créer cet état d'esprit, un «Bureau international dés Ligues de défense des indigènes» a été fondé à Genève en Les considérations que nous venons de présenter expliquent et, nous voulons l'espérer, justifient sa raison d'être. Il serait à souhaiter maintenant que l'aide puissante de tous ceux qu'une grande question d'humanité ne saurait laisser indifférents lui permît de se développer et d'accomplir sa tâche. Il peut paraître hors de saison, alors que tant de misères, en Europe et en Arménie, retiennent notre attention et nos sympathies, de parler aujourd'hui des indigènes et de ce qu'il FAUT faire pour eux. Mais les deux questions ne sont point si étrangères l'une à l'autre que l'on serait tenté de le croire, témoin en soient les paroles du prof. Collin, de Christiania, qui, dès le mois d'août 1914, voyait la cause véritable de la guerre «dans le crime dont les peuples européens se 1 Ch. Andler dans Libres entretiens sur l'internationalisme, p (Paris, Union pour la Vérité, ).

17 i3 sont rendus coupables envers les races de couleur. C'est la première grande Némésis qui les atteint 1...» Témoin aussi les fortes paroles de notre compatriote de Zurich, M. S. Zurlinden : «On a, sans pitié, anéanti les races de couleur comme si ce n'était que de la vermine, on a volé leurs terres, on a détruit leurs foyers. Et l'europe chrétienne regardait sans broncher, et restait muette lorsque les cruels officiers coloniaux faisaient la conquête du Continent noir... Et maintenant, c'est comme en vertu d'une Némésis que l'europe elle-même nage dans le sang, après avoir été sans voix lorsque le sang innocent des noirs et des Arméniens criait vers le ciel!.» Le Norvégien et le Suisse se sont rencontrés dans l'expression de ce jugement peu banal, inspiré par le sentiment d'une grande injustice. Les amis des opprimés et des peuplades asservies ne peuvent pas n'y pas souscrire. René CLAPARÈDE, président de la Ligue suisse pour la défense des indigènes. 1 Bulletin de la Ligue suisse pour la défense des indigènes, N 1. * Der Weltkrieg (Zurich 1917), I p Il y a eu des voix, certes et ce qui précède le démontre, mais elles n'ont pas toujours été entendues, ou l'on n a pas voulu les entendre. >1*

18 Le Bureau International des Ligues de défense des indigènes C'est le 24 février igi3 que M. Louis Ferrière faisait à l'assemblée générale de la Ligue suisse pour la défense des indigènes la proposition de créer un organisme central, destiné à coordonner et stimuler l'activité des associations similaires dans le monde entier. A défaut d'un Comité international, qui aurait eu quelque difficulté à se réunir, assez souvent, M. Ferrière estimait qu'un Secrétariat permanent suffirait, et pourrait être placé sous le contrôle immédiat de l'une des Ligues, de la Ligue suisse par exemple, si ce secrétariat était installé en pays neutre, comme il semblait convenir. Cette proposition fut développée plus complètement par son auteur, le 19 mars, en séance du Comité de la Ligue suisse. Celui-ci, après mûre délibération, décida de porter cette proposition à la connaissance des Ligues existantes, avec préavis favorable, et de demander l'appui matériel de celles qui l'adopteraient. La première démarche de ce genre fut faite auprès de la Ligue anglaise la plus ancienne et la plus importante de toutes en avril 1913; la réponse fut favorable. Ensuite les Ligues française et allemande furent sondées, et leurs réponses furent aussi en faveur

19 15 du projet. Avec l'appui de la Ligue suisse comme quatrième partenaire, le Bureau International des Ligues de défense des indigènes fut alors créé à Genève, et commença son activité le i5 mai 1913, à titre d'essai pour un an, avec M. J. C. van Notten comme titulaire.de ce poste presque honorifique. Pendant cette antiée d'essai, le Comité de la Ligue suisse fut chargé de la surveillance du B. I., et son Caissier tint les comptes. Si cette œuvre de liaison faisait preuve de vitalité et se rendait indispensable, un Comité spécial devait lui être donné ensuite par les Ligues. Des relations régulières furent aussitôt nouées par M. van Notten avec les Sociétés de Londres, Paris, Berlin, Lima et Sydney, et une forte correspondance commença à être échangée entre le B. I. et ces différentes Ligues nationales. Une tentative de susciter en Hollande une association similaire échoua. Mais une bibliothèque circulante fut créée par le secrétaire, qui demanda aux Ligues de lui fournir toutes leurs publications, afin que le B. I. pût les tenir à la disposition de celles d'entr'elles qui voudraient les consulter; un bon nombre d'ouvrages et de journaux ont été groupés ainsi. L'affaire était lancée et semblait viable; mais au bout d'un an M. van Notten ne put pas continuer à gérer le B. I., de sorte qu'il fallut pourvoir à son remplacement. En attendant que l'homme qualifié pour ce poste fût trouvé, le secrétaire de la Ligue suisse prit sa place... et il y est encore à l'heure actuelle.

20 16 C'est que, sur ces entrefaites, dès la 2 me année d'existence du B. I., était survenue la grande conflagration européenne et mondiale, qui a tout bouleversé et tout paralysé en dehors des industries de guerre et des œuvres de charité pour les blessés. Le projet d'un Comité du B. I. attend des jours meilleurs pour être réalisé. Les rapports épistolaires avec les Ligues ont grandement diminué avec quelques-unes, et totalement disparu avec d'autres, ce qui est fort regrettable, car en 1914 le B. I. était déjà en relations régulières avec i3 sociétés en Europe, en Amérique et en Australie, et avec bon nombre de personnalités isolées s'occupant de la défense des indigènes. Du même coup, les modestes ressources qui étaient mises à la disposition du B. I. par quatre Ligues subirent une baisse très sensible, de sorte que son activité se trouva paralysée de toutes façons et demeure fort réduite. Et ce fut bien' dommage, car les questions suivantes, dont le B. I. avait pu s'occuper pendant les i5 premiers mois de son existence, faisaient bien augurer de son activité dans l'avenir: i La défense des indigènes odieusement maltraités au Pérou, sur les bords du Putumayo. 2 0 La question de l'esclavage aux Nouvelles-Hébrides. 3.Un cas de déni de justice dans une exploitation anglaise de l'amérique du Sud. 4 0 La vente de jeunes arméniennes en pleine ville de Constantinople. En outre, il s'était occupé de la question des troupes noires venues en France pour la guerre, et de leur

21 i 7 traitement; de la création de la nouvelle société américaine de défense des indigènes qui fera suite à la Congo Reform Association d'amérique; et d'un projet de voyage en Europe de Booker Washington. Si le B. I. s'est occupé des esclaves arméniennes de Constantinople, c'est en vertu d'une exception et d'une légère entorse aux statuts de la plupart de nos Ligues, qui ne s'occupent que des races «de couleur». Le B. I. aurait voulu en faire autant en faveur d'autres opprimés de race blanche, victimes d'un véritable asservissement; mais il a été rappelé à l'observation stricte des statuts de la majorité des Ligues, et s'est contenté de distribuer quelques exemplaires de la protestation que lui avait fait parvenir la Société antiesclavagiste de Londres : «Slavery in Europe M. 1 Pour ne pas perdre l'influence dont il aura besoin après la guerre pour servir vraiment de trait d'union entre des Ligues de nationalités que la guerre a campées en ennemies, le secrétaire du B. I. s'en est tenu à cet envoi de la brochure anglaise, tout en gardant l'espoir de jours meilleurs, où la cause des opprimés, quelle que soit leur race, ralliera sans exception toutes les Ligues pour la défense du droit aussi bien des peuples que des simples peuplades. * * * Jusqu'à présent, le B. I. avait accepté l'hospitalité du Bulletin de la Ligue suisse pour faire connaître ses 1 Cette brochure a été adressée comme lettre à toutes les Puissances neutres, excepté la Suisse.

22 18 travaux au public; à onze reprises il y a inséré sa chronique; dès aujourd'hui, il espère paraître en Bulletin séparé si, après la tourmente, les Ligues qui le soutiennent actuellement lui continuent leur appui. Or l'avenir nous réserve encore une grande tâche. Comme l'a très bien montré M. Harris dans le remarquable opuscule «Native Races and Peace Terms» dont il a bien voulu confier l'édition française au B. I., 1 quand la guerre sera terminée, la question des indigènes se posera plus que jamais, non seulement devant la conscience européenne, mais devant celle du monde entier. A la veille de la guerre, le nombre des Ligues nationales autonomes grandissait d'une façon encourageante, ainsi qu'on en peut juger par le tableau suivant : Angleterre : «Société antiesclavagiste et de protection des indigènes» (Bulletin trimestriel : The Anti-Slavery Reporter). Cette importante société est née en 1909 de la fiision de la «British and Foreign Anti-Slavery Society» et de 1'«Aborigines Protection Society» dont M. Fox Bourne fut la cheville ouvrière jusqu'à sa mort. France: «Société antiesclavagiste de France» (Bulletin trimestriel : «L'Afrique libre») «Ligue française pour la défense des indigènes» (Bulletin trimestriel : «Bulletin de la Ligue française pour la défense des indigènes»). 1 J. H. Harris «La question des indigènes et le prochain congrès de la paix».

23 19 «Comité de défense et de protection des indigènes» (Pas de Bulletin; action par circulaires). Suisse : «Ligue suisse pour la défense des indigènes» (Bulletin trimestriel : «Bulletin de la Ligue suisse pour la défense des indigènes»). Italie : «Société antiesclavagiste d'italie.» Allemagne: «Société allemande pour la protection des indigènes» (Bulletin mensuel dans la «Koloniale Rundschau»). Pérou : «Asociation Pro Indigena» (Bulletin bi-mensuel «El Deber pro Indigena») Australie : «Association pour la protection des indigènes d'australie et de Polynésie» (Bulletin). Amérique : «Ligue américaine pour la protection des indigènes» (en formation ; le Comité d'initiative est présidé par le D r Stanley Hall). «Société des Amis des Indiens et autres peuples dépendants» (Rapport annuel de la Conférence du Lac Mohonk). «Amis des Indiens de la Colombie britannique». Portugal : L'«Anti-Slavery Reporter» de janvier 1911 annonçait la fondation d'une Ligue portugaise, mais le B. I. n'a jamais reçu de Bulletin émanant de cette Ligue. ' Bolivie: En 1913 on avait annoncé la formation imminente d'une «Asociacion Pro Indigena».

24 20 11 est possible qu'en d'autres pays encore il ait existé des Sociétés analogues; le B. I. sera heureux d'en être informé. * * Lorsqu'il fit sa proposition de créer le B. I., M. Louis Ferrière avait demandé qu'on lui donnât simplement le titre de «Croix-Noire» (en parallélisme avec la «Croix-Rouge») tout en gardant en sous-titre «Bureau International des Ligues de défense des indigènes». Jusqu'à présent, cette idée n'a pas prévalu, divers amis des races de couleur ayant présenté de sérieuses objections; mais cette question devra évidemment être reprise après la guerre. Si l'œuvre naissante du B. I. s'est trouvée enrayée dès ses débuts par la conflagration mondiale, nous ne doutons pas qu'en présence des questions importantes qui se poseront plus urgentes que jamais, ellç ne prenne, après la guerre, un nouveau développement qui réponde à la nécessité toujours plus évidente de l'entente mutuelle et de la coordination du travail des Ligues. Nous inspirant de l'idée qui a présidé à la formation de la Confédération suisse, nous demandons que les Sociétés antiesclavagistes et de défense des indigènes constituent une véritable Fédération permanente, et se souviennent que «l'union fait la force». Eug. MERCIER-GLARDON, secrétaire du Bureau international des Ligues de défense des indigènes.

STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE

STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE Rattachée à l Association nationale "SECOURS POPULAIRE FRANÇAIS" dont le siège est à Paris 3ème au 9 11 rue Froissart, qui est agréée d éducation populaire par arrêté du

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU T-PD

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU T-PD T-PD (2011) 01 Fin COMITE CONSULTATIF DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES PERSONNES A L EGARD DU TRAITEMENT AUTOMATISE DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL (T-PD) RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU T-PD Document

Plus en détail

Statuts. Société Suisse des employés de commerce à Genève

Statuts. Société Suisse des employés de commerce à Genève Statuts Société Suisse des employés de commerce à Genève S T A T U T S Société suisse des employés de commerce Section Genève Désignations Article 1 générales La section de Genève de la Société suisse

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre Règlement adopté lors de la réunion du CHSCT du 16 février 2015,

Plus en détail

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 "STRICTED '*9 988 Déciale COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS Projet Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 Les délégations sont invitées à faire parvenir au secrétariat, d'ici au

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

«courtier» : un broker ou un dealer au sens de la Loi de 1934 dont l'établissement principal est situé aux États-Unis d'amérique;

«courtier» : un broker ou un dealer au sens de la Loi de 1934 dont l'établissement principal est situé aux États-Unis d'amérique; NORME CANADIENNE 35-101 DISPENSE CONDITIONNELLE D INSCRIPTION ACCORDÉE AUX COURTIERS ET AUX REPRÉSENTANTS DES ÉTATS-UNIS PARTIE 1 DÉFINITIONS 1.1 Définitions - Dans la présente norme, on entend par : «courtier»

Plus en détail

RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE

RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE L 82/56 2.6.204 RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE LE CONSEIL DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE DE LA BANQUE CENTRALE

Plus en détail

S T A T U T S. de la. Fondation pour le Maintien du Patrimoine Aéronautique

S T A T U T S. de la. Fondation pour le Maintien du Patrimoine Aéronautique S T A T U T S de la Fondation pour le Maintien du Patrimoine Aéronautique Article 1 Sous la dénomination "Fondation pour le Maintien du Patrimoine Aéronautique", il est créé une fondation régie par les

Plus en détail

COMITE CONSULTATIF DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES PERSONNES A L EGARD DU TRAITEMENT AUTOMATISE DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL (T-PD)

COMITE CONSULTATIF DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES PERSONNES A L EGARD DU TRAITEMENT AUTOMATISE DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL (T-PD) T-PD(2014)regl Strasbourg, 1 er septembre 2014 COMITE CONSULTATIF DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES PERSONNES A L EGARD DU TRAITEMENT AUTOMATISE DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL (T-PD) RÈGLEMENT

Plus en détail

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970)

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970) 18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1 (Conclue le premier juin 1970) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant faciliter la reconnaissance des

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION CULTUELLE DE L ÉGLISE PROTESTANTE ÉVANGÉLIQUE DE LA GARENNE COLOMBES

STATUTS DE L ASSOCIATION CULTUELLE DE L ÉGLISE PROTESTANTE ÉVANGÉLIQUE DE LA GARENNE COLOMBES STATUTS DE L ASSOCIATION CULTUELLE DE L ÉGLISE PROTESTANTE ÉVANGÉLIQUE DE LA GARENNE COLOMBES Texte des statuts votés à l Assemblée Générale Constitutive du 25 janvier 2008. Article 1 : Titre de l Association

Plus en détail

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (statuts de la SCH) du xx juin 2015 L assemblée générale de la SCH (société), vu l art. 12, al. 1, de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

ASSOCIATION SUISSE POUR LA PROTECTION DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE (AIPPI SUISSE) S T A T U T S. A. Nom, siège et but de l'association

ASSOCIATION SUISSE POUR LA PROTECTION DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE (AIPPI SUISSE) S T A T U T S. A. Nom, siège et but de l'association ASSOCIATION SUISSE POUR LA PROTECTION DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE (AIPPI SUISSE) S T A T U T S A. Nom, siège et but de l'association 1 Sous le nom de "Association suisse pour la protection de la propriété

Plus en détail

Société Suisse de Transplantation (SST)

Société Suisse de Transplantation (SST) Société Suisse de Transplantation (SST) REVISION DES STATUTS du 1.6.2008 Conformément à la séance de la Commission constitutive du 11.1.2002 Buts et objectifs de la Société Art. 1 Art. 2 La Société Suisse

Plus en détail

MAISON KULTURA STATUTS

MAISON KULTURA STATUTS Route de Chêne 41b - CH 1208 Genève - Tél. 022/340 71 11 - Fax 022/344 71 92 - www.kultura.ch MAISON KULTURA STATUTS I. NOM, DURÉE, SIÈGE Dénomination Art. 1 L Association «Maison Kultura» est une fédération

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION PARIS EST VILLAGES

STATUTS DE L ASSOCIATION PARIS EST VILLAGES STATUTS DE L ASSOCIATION PARIS EST VILLAGES Les modifications de ces statuts, établies par le Conseil d'administration de l'association, ont été votées et acceptées à l'assemblée Générale Ordinaire du

Plus en détail

90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg

90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg 90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg (Jean-Marie WOEHRLING, Secrétaire Général) Mesdames et Messieurs les délégués, Il y a 90 ans (à quelques jours près), le 21 juin 1920

Plus en détail

C O N V E N T I O N sur l assurance soins de santé entre le Royaume de Belgique et l Australie

C O N V E N T I O N sur l assurance soins de santé entre le Royaume de Belgique et l Australie C O N V E N T I O N sur l assurance soins de santé entre le Royaume de Belgique et l Australie (Entrée en vigueur: 1 septembre 2009 Moniteur belge: 21 août 2009) Le Royaume de Belgique Et L Australie,

Plus en détail

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. )

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ARTICLE 1 : FORMATION Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er Juillet

Plus en détail

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 30 août 2007 N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 24 août 2007. PROJET DE

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

Statuts de l Association Association des Olympiades Scientifiques Suisses

Statuts de l Association Association des Olympiades Scientifiques Suisses Statuts de l Association Association des Olympiades Scientifiques Suisses Version du 07 mai 2012 I. Dénomination, Siège et But Article premier Dénomination Il existe, sous la dénomination «Association

Plus en détail

VILLE DE CHARLEROI REGLEMENT RELATIF AU MEDIATEUR COMMUNAL

VILLE DE CHARLEROI REGLEMENT RELATIF AU MEDIATEUR COMMUNAL VILLE DE CHARLEROI REGLEMENT RELATIF AU MEDIATEUR COMMUNAL Arrêté par le Conseil communal en séance du 16 novembre 1992 Approbation DP 14/01/1993 Modifié par le Conseil communal en séance des : 29 septembre

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION PRO FORTINS NEUCHATEL

STATUTS DE L ASSOCIATION PRO FORTINS NEUCHATEL PRO FORTINS NEUCHATEL STATUTS DE L ASSOCIATION PRO FORTINS NEUCHATEL Nature juridique et siège Art. 1 Pro Fortins Neuchâtel est une association à but idéal sans but lucratif, régie par les présents statuts

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI H/EXTR/09/1 ORIGINAL : français DATE : 11 août 2009 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F RÉUNION EXTRAORDINAIRE DES ÉTATS CONTRACTANTS DE L ACTE DE LONDRES (1934) DE L ARRANGEMENT

Plus en détail

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial.

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial. STATUTS ASASE ASSOCIATION SUISSE DES AMIS DE SŒUR EMMANUELLE 19, rue du Rhône 1204 Genève T: +41 (0)22 311 20 22 F: + 41 (0)22 310 21 93 info@asase.org www.asase.org VERSION 2011 A. Raison sociale, but,

Plus en détail

Statuts de la Société des officiers du campus universitaire de Lausanne

Statuts de la Société des officiers du campus universitaire de Lausanne Statuts de la Société des officiers du campus universitaire de Lausanne Art. Nom / Siège La Société des officiers du campus universitaire de Lausanne (ciaprès «la Société») est une association à but non

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION SWISSRESPECT.CH. (Selon les art. 60 SS du Code civil suisse)

STATUTS DE L ASSOCIATION SWISSRESPECT.CH. (Selon les art. 60 SS du Code civil suisse) STATUTS DE L ASSOCIATION SWISSRESPECT.CH (Selon les art. 60 SS du Code civil suisse) Article 1 Siège : 2 rue Sigismond-Thalberg, 1201 Genève SwissRespect.ch est une association sans but lucratif régie

Plus en détail

ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS

ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS Article 1er : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité

portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité Décret du 7 novembre 2003 Entrée en vigueur :... portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Plus en détail

Société Suisse d Hydrologie et de Limnologie «STATUTS»

Société Suisse d Hydrologie et de Limnologie «STATUTS» Société Suisse d Hydrologie et de Limnologie «STATUTS» Nom, siège, but Art. 1 La «Société suisse d hydrologie et de limnologie» (SSHL) est une association au sens de l art. 60 ff du Code civil suisse.

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale

Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Série des traités du Conseil de l'europe - n 208 Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Paris, 27.V.2010 STCE 208 Assistance mutuelle

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

ACI LUXEMBOURG. THE FINANCIAL MARKETS ASSOCIATION a.s.b.l. R.C.S. Luxembourg F 1.969 STATUTS - STATUTES

ACI LUXEMBOURG. THE FINANCIAL MARKETS ASSOCIATION a.s.b.l. R.C.S. Luxembourg F 1.969 STATUTS - STATUTES ACI LUXEMBOURG THE FINANCIAL MARKETS ASSOCIATION a.s.b.l. R.C.S. Luxembourg F 1.969 STATUTS - STATUTES Secrétariat Général: Boîte postale 776 L - 2017 Luxembourg (après l assemblée générale extraordinaire

Plus en détail

Statuts de l association

Statuts de l association Statuts de l association 24.04.2015 Table des matières 0. Historique des modifications... 3 1. Dénomination et sièges... 4 2. Buts... 4 3. Ressources... 4 3.1 Cotisations... 5 3.2 Comptabilité... 5 4.

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) En vue d'une première discussion, le comité permanent

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 -1- STATUTS ARAET Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 TITRE I : Nom Buts Siège - Durée Article 1 : Nom 1.1 L Association Romande Arts, Expression et Thérapies - ARAET - est une

Plus en détail

Estimant opportun de fixer les règles et les méthodes à suivre en vue de l'application de l'article 102 de la Charte des Nations Unies, ainsi conçu:

Estimant opportun de fixer les règles et les méthodes à suivre en vue de l'application de l'article 102 de la Charte des Nations Unies, ainsi conçu: ENREGISTREMENT ET PUBLICATION DES TRAITÉS ET ACCORDS INTERNATIONAUX. RÈGLEMENT DESTINÉ À METTRE EN APPLICATION L'ARTICLE 102 DE LA CHARTE DES NATIONS UNIES Adopté par l'assemblée générale le 14 décembre

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après "la LVP"), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/5 Avis n 35/2011 du 21 décembre 2011 Objet : mention de l'identité d'un donneur d'alerte dans une communication interne via e-mail ainsi que dans le procès-verbal de la réunion du conseil d'administration

Plus en détail

Article 1. Article 2. Article 3

Article 1. Article 2. Article 3 STATUTS Création Article 1 30 janvier 2013 Il est fondé entre les adhérents, aux présents statuts, une association régie par la loi du 1 juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour nom «Association

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION Compos Sui

STATUTS ASSOCIATION Compos Sui STATUTS ASSOCIATION Compos Sui Titre I : Buts et Composition de l association Article 1 : Dénomination, Buts et Siège social Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie

Plus en détail

S T A T U T S. 6. L association ne poursuit aucun but lucratif ou commercial.

S T A T U T S. 6. L association ne poursuit aucun but lucratif ou commercial. S T A T U T S I. NOM, SIÈGE ET BUT. Art. 1 Dénomination 1. L Association "Secours d'hiver / Canton de Fribourg" est une association à durée illimitée au sens des articles 60 et suivants du Code civil suisse.

Plus en détail

Signataire Date Annotation

Signataire Date Annotation Bordereau de signature 071/BUR Groupement de commandes de matériels informatiques entre le Service Départemental d'incendie et de Secours du TARN et le Conseil Départemental du TARN Signataire Date Annotation

Plus en détail

Statuts de l association

Statuts de l association ASSOCIATION LES ENFANTS DU DESERT Association loi de 1901 à but non lucratif et humanitaire Siège social : 7, rue des Prêtres 17740 Sainte Marie de Ré Mail : genevieve.courbois@orange.fr Site Internet

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

LE LICENCIEMENT. Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal

LE LICENCIEMENT. Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal LE LICENCIEMENT Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal Introduction Votre qualité d'employeur vous autorise à sanctionner un salarié fautif. Cette sanction peut prendre la forme

Plus en détail

Règlement numéro 2. Code de procédures des assemblées du Conseil d administration. Adopté par le Conseil d'administration le 24 octobre 1979.

Règlement numéro 2. Code de procédures des assemblées du Conseil d administration. Adopté par le Conseil d'administration le 24 octobre 1979. Règlement numéro 2 Code de procédures des assemblées du Conseil d administration Adopté par le Conseil d'administration le 24 octobre 1979. En vigueur le 4 décembre 1979. Modifié par le Conseil d'administration

Plus en détail

Société Suisse de Pédagogie Musicale Section genevoise. Statuts

Société Suisse de Pédagogie Musicale Section genevoise. Statuts Société Suisse de Pédagogie Musicale Section genevoise Statuts 1. Siège et buts de la Société Art. 1 La section genevoise (S.G.) de la Société suisse de pédagogie musicale (S.S.P.M), créée le 29 novembre

Plus en détail

Art. 1 Coopération économique et technique. Art. 2 Traitement de la nation la plus favorisée. Art. 3 Régime d'importation en Suisse

Art. 1 Coopération économique et technique. Art. 2 Traitement de la nation la plus favorisée. Art. 3 Régime d'importation en Suisse Accord de commerce, de protection des investissements et de coopération technique du 16 août 1962 entre la Confédération suisse et la République du Sénégal Art. 1 Coopération économique et technique Le

Plus en détail

GT CNAS DU 5 MARS 2015 Règlement intérieur du CNAS. Sans changement. Sans changement. Sans changement

GT CNAS DU 5 MARS 2015 Règlement intérieur du CNAS. Sans changement. Sans changement. Sans changement GT CNAS DU 5 MARS 2015 Règlement intérieur du CNAS RI de 2012 Règlement intérieur applicable au conseil national de l action sociale du ministère de l économie, des finances et de l industrie et du ministère

Plus en détail

PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION. Article premier Raison sociale et type d association. Article 2 - Siège

PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION. Article premier Raison sociale et type d association. Article 2 - Siège STATUTS DE LA SOCIETE INTERNATIONALE E D D ANNOTATION ASSOCIATION DE DROIT SUISSE A BUT NON LUCRATIF Etat au 9 Décembre 2008; Révisé le 10 Septembre 2014 PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de RÈGLEMENT DU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de RÈGLEMENT DU CONSEIL COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 30.01.2001 COM(2001) 49 final Proposition de RÈGLEMENT DU CONSEIL portant modification du règlement (CE) n 2450/98 instituant un droit compensateur

Plus en détail

Statuts du 4 décembre 2014

Statuts du 4 décembre 2014 Statuts du 4 décembre 2014 Art. 1 : Dénomination, siège et année d'exercice 1. Sous la dénomination SQMH (Société Suisse pour le Management de la Qualité dans la Santé) est constituée une association à

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) OMPI PCT/R/1/23 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2001 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

ASSOCIATION CEREBRAL GENEVE STATUTS

ASSOCIATION CEREBRAL GENEVE STATUTS ASSOCIATION CEREBRAL GENEVE STATUTS I. DISPOSITIONS GENERALES Art. 1 Nom et siège Sous la dénomination ASSOCIATION CEREBRAL GENEVE est constituée une association, au sens des articles 60 et suivants du

Plus en détail

Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales

Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales STATUTS OBJET SIEGE SOCIAL DUREE ARTICLE 1 Dénomination Il est fondé une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI.

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI. C O N V E N T I O N RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE DANS LES MISSIONS HUMANITAIRES DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE ENTRE : LE CENTRE HOSPITALIER ET UNIVERSITAIRE De, représenté par

Plus en détail

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps Texte original Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps 0.211.212.3 Conclue à La Haye le 1 er juin 1970 Approuvée par l Assemblée fédérale le 4 mars 1976 1 Instrument de

Plus en détail

Dans ces statuts, toute désignation de personne, de statut ou de fonction vise indifféremment l homme ou la femme.

Dans ces statuts, toute désignation de personne, de statut ou de fonction vise indifféremment l homme ou la femme. STATUTS DE LA CROIX-ROUGE VALAIS Dans ces statuts, toute désignation de personne, de statut ou de fonction vise indifféremment l homme ou la femme. Constitution Art.1 Sous le nom «Croix-Rouge Valais»,

Plus en détail

Association Régie de Quartier de Blois. Association régie par la loi du 1 er juillet 1901. Statuts

Association Régie de Quartier de Blois. Association régie par la loi du 1 er juillet 1901. Statuts Association Régie de Quartier de Blois Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Statuts Statuts arrêtés par le Conseil d Administration du 8 Juillet 2004 Adoptés par l Assemblée Générale Extraordinaire

Plus en détail

AUTORISATIONS DE DETENTION ET PERMIS DE PORT D ARME (21 juin 2007)

AUTORISATIONS DE DETENTION ET PERMIS DE PORT D ARME (21 juin 2007) R O Y A U M E D E B E L G I Q U E S e r v i c e p u b l i c f é d é r a l A f f a i r e s é t r a n g è r e s, C o m m e r c e e x t é r i e u r e t C o o p é r a t i o n a u D é v e l o p p e m e n t

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Licence d Utilisation des Produits Pléiades attribués à Tarif Préférentiel aux Utilisateurs Institutionnels Autorisés

Licence d Utilisation des Produits Pléiades attribués à Tarif Préférentiel aux Utilisateurs Institutionnels Autorisés Licence d Utilisation des Produits Pléiades attribués à Tarif Préférentiel aux Utilisateurs Institutionnels Autorisés INTRODUCTION Veuillez lire attentivement les termes et conditions de cette Licence

Plus en détail

EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS

EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 Entre les adhérents aux présents statuts est constituée une association qui

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES STATUTS DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 Sous la raison sociale «Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie - Association des industries vaudoises» (ci-après CVCI), il est constitué une association

Plus en détail

TITRE I BUT DE L ASSOCIATION

TITRE I BUT DE L ASSOCIATION STATUTS ADOPTÉS EN ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE LE 6 JUILLET 2015 TITRE I BUT DE L ASSOCIATION ARTICLE 1: 1-1 Il est créé à HENDAYE une association d éducation populaire régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE. entre L'OBSERVATOIRE DE PARIS L'ORGANISME D'ACCUEIL. ci-après désigné :

CONVENTION DE STAGE. entre L'OBSERVATOIRE DE PARIS L'ORGANISME D'ACCUEIL. ci-après désigné : CONVENTION DE STAGE entre L'OBSERVATOIRE DE PARIS et L'ORGANISME D'ACCUEIL ci-après désigné : en vue de l'organisation des STAGES OBLIGATOIREMENT INCLUS dans la formation conduisant au MASTER DE RECHERCHE

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE DE VIE ET LA PROMOTION DU SECTEUR TERTIAIRE EN VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS

STATUTS DE L ASSOCIATION POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE DE VIE ET LA PROMOTION DU SECTEUR TERTIAIRE EN VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS STATUTS DE L ASSOCIATION POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE DE VIE ET LA PROMOTION DU SECTEUR TERTIAIRE EN VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS TITRE I : DENOMINATION, BUT ET SIEGE Article 1 Sous la dénomination

Plus en détail

STATUTS. Association faîtière pour la protection de la santé et de la sécurité au travail

STATUTS. Association faîtière pour la protection de la santé et de la sécurité au travail STATUTS Association faîtière pour la protection de la santé et de la sécurité au travail I. Nom, siège et but Art. 1 1 Sous le nom de «suissepro», il est constitué une association au sens des art. 60 et

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere

Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere Règles de procédure de l Ombudsman des banques suisses Art. 1: Mission de l Ombudsman

Plus en détail

Référence : ADH001 Date dernière mise à jour : 01/01/2013 CONTRAT D ADHESION. Contrat D adhésion. Portage Premium PAGE. 1 sur 6

Référence : ADH001 Date dernière mise à jour : 01/01/2013 CONTRAT D ADHESION. Contrat D adhésion. Portage Premium PAGE. 1 sur 6 Contrat D adhésion 1 sur 6 ENTRE LES SOUSSIGNES : 1. La société SARL, dont le siège est situé 35 Av. Pierre et Marie Curie 78360 MONTESSON représentée par Aurelien NKAM, ci-après dénommé ET 2 Mme, Mlle,

Plus en détail

Projet de modification de la loi concernant la profession d'avocat - RSJU 188.11

Projet de modification de la loi concernant la profession d'avocat - RSJU 188.11 Projet de modification de la loi concernant la profession d'avocat - RSJU 188.11 Tableau comparatif Législation actuelle Projet de loi Commentaires La loi du 3 septembre 2003 concernant la profession d'avocat

Plus en détail

Statuts de l'association Suisse - Bhoutan

Statuts de l'association Suisse - Bhoutan Statuts de l'association Suisse - Bhoutan I. Nom, Siège et But Art. 1 Nom et Siège (1). Sous le nom de Association Suisse-Bhoutan, Society Switzerland-Bhutan, Gesellschaft Schweiz-Bhutan, Associatione

Plus en détail

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants.

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. PROJET DE LOI adopté le 18 avril 1991 N 101 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. Le Sénat

Plus en détail

Arrangement de La Haye concernant le dépôt international des dessins ou modèles industriels revisé à Londres le 2 juin 1934 1

Arrangement de La Haye concernant le dépôt international des dessins ou modèles industriels revisé à Londres le 2 juin 1934 1 Texte original Arrangement de La Haye concernant le dépôt international des dessins ou modèles industriels revisé à Londres le 2 juin 1934 1 0.232.121.1 Conclu à Londres le 2 juin 1934 Approuvé par l Assemblée

Plus en détail

La Presse des Tranchées.

La Presse des Tranchées. La Presse des Tranchées. Importance du phénomène Il dut y avoir au moins 500 journaux des tranchées et très certainement plus, car les journaux de «14» étaient de si mauvaise qualité et de si faible tirage

Plus en détail

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Commission des finances Distr. GÉNÉRALE ISBA/5/FC/1 30 septembre 1999 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Cinquième session Kingston

Plus en détail

En vigueur à partir du 06 Février 2010

En vigueur à partir du 06 Février 2010 INTERNATIONALER MUSIKBUND CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DES SOCIÉTÉS MUSICALES INTERNATIONAL CONFEDERATION OF MUSIC SOCIETIES RÈGLEMENT (RE) COMITÉ DE DIRECTION DOMAINES TECHNIQUES REVISEURS AUX COMPTES

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Note de présentation relative au Projet de Décret portant création du Conseil Consultatif Supérieur de la Consommation

Note de présentation relative au Projet de Décret portant création du Conseil Consultatif Supérieur de la Consommation Note de présentation relative au Projet de Décret portant création du Conseil Consultatif Supérieur de la La loi n 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur promulguée par le Dahir 1.11.03

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs de l Insee

Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs de l Insee REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL DE CENTRALE, DE PROXIMITE ET SPECIAUX DES MINISTERES ECONOMIQUE ET FINANCIER Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs

Plus en détail

Association Suisse romande de parents d enfants avec déficit d attention/hyperactivité. Statuts

Association Suisse romande de parents d enfants avec déficit d attention/hyperactivité. Statuts Association Suisse romande de parents d enfants avec déficit d attention/hyperactivité I Nom, Siège, Buts et Tâches Statuts Article 1 Article 2 Article 3 Nom L Association se nomme ASPEDAH (Association

Plus en détail

STATUTS DU TENNIS-CLUB VILLERET

STATUTS DU TENNIS-CLUB VILLERET STATUTS DU TENNIS-CLUB VILLERET NOM, SIEGE ET BUT Article 1 Fondé le 24.02.1981, le Tennis-Club Villeret est une association au sens des articles 60 et suivants du Code Civil Suisse, ayant son siège à

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires Article juridique publié le 13/02/2015, vu 3211 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation, par une décision du 5 novembre

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail