Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie"

Transcription

1 Eau souterraine [o sutɛʀɛñ] : Eau sous tension hydrostatique présente dans les vides interconnectés de la zone de saturation. Cette eau émerge à la surface sous forme de sources et pénètre dans des puits. Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie les eaux souterraines tant au point de vue de leur origine que de leur mouvement à travers les formations géologiques, de leur composition et éventuellement de leur utilisation. Projet d acquisition de connaissances sur les eaux souterraines de la Montérégie Est janvier 2010

2 Glossaire de l hydrogéologie Ce glossaire vous propose des définitions et explications de quelques concepts de base hydrogéologiques. À moins d indication contraire, le contenu est tiré ou adapté du glossaire inclus à l annexe B-2 de l Étude hydrogéologique régionale dans la zone de production maraîchère des MRC des Maskoutains, Rouville et Brome-Missisquoi Montérégie Est (TechnoRem Inc. et Fédération de l UPA de Saint-Hyacinthe, 2008). Aire d alimentation : Aire de protection immédiate : Aires de protection bactériologique et virologique : Portion du territoire à l intérieur de laquelle toute l eau souterraine qui y circule aboutira tôt ou tard au point de captage. 1 Rayon de 30 m autour d un ouvrage de captage d eau souterraine dans lequel seuls sont permis des équipements nécessaires à l exploitation de l ouvrage. 2 Portions de l aire d alimentation dans lesquelles les eaux souterraines sont réputées vulnérables aux niveaux bactériologique ou virologique. Lorsque le débit moyen d exploitation du lieu de captage est supérieur à 75 m 3, l aire de protection bactériologique est définie par l emploi d un temps de migration de l eau souterraine sur 200 jours et l aire de protection virologique par l emploi d un temps de migration sur 550 jours. Lorsque le débit moyen est inférieur à 75 m 3, ces aires sont fixées dans des rayons de 100 m et 200 m, respectivement, du lieu de captage. La définition de ces aires peut, par contre, être modifiée en fonction des résultats d une étude hydrogéologique. Certaines activités agricoles sont réglementées ou interdites à l intérieur de ces aires. 3 Aquiclude : Roche à grande porosité (comme l'argile), contenant une grande quantité d'eau, mais la laissant passer très difficilement. 4 Aquifère : Aquifère libre : Formation géologique perméable (roches ou sédiments non consolidés) comportant une zone saturée qui conduit suffisamment d eau souterraine pour permettre l écoulement significatif d une nappe souterraine et le captage de quantités d eau appréciables à un puits ou à une source. Aquifère qui comporte un niveau phréatique et qui n est pas limité par une couche sus-jacente dont la perméabilité est nettement plus faible. 1 Québec, 2008a, p L.R.Q., c. Q-2, r.1.3, art L.R.Q., c. Q-2, r.1.3, art Québec, 1974.

3 Aquifère confiné : Aquifuge : Aquitard : Artésianisme : Capacité de pompage : Charge hydraulique : Coefficient d emmagasinement : Conductivité hydraulique : Formation géologique perméable à l intérieur de laquelle l eau souterraine est isolée de l atmosphère par une formation géologique de faible perméabilité. Formation géologique absolument imperméable qui ne contient ni ne laisse passer d eau. Couche encaissante qui retarde mais n'empêche pas la circulation de l'eau en direction et en provenance d'un aquifère adjacent; couche semiperméable. 5 Aptitude d un aquifère confiné à permettre le jaillissement spontané des puits qui l atteignent, ou l existence de sources artésiennes, créée par la conjonction de conditions hydrodynamiques et topographiques favorables. Quantité maximale d eau souterraine qu une installation de captage est en mesure de prélever au cours d une période d opération de 24 heures. Elle dépend principalement des usages prévus associés à l installation de captage. 6 Énergie totale que contient une masse d eau en fonction de sa position dans l espace, de sa pression et de sa vitesse. Elle représente la hauteur à laquelle l eau peut s élever au-dessus d un niveau de référence arbitraire, habituellement mesuré dans un puits. Rapport du volume d'eau libérée ou emmagasinée par unité de surface d'un aquifère, à la variation de charge hydraulique correspondante, sans référence au temps (ou en un temps illimité). 7 Coefficient de proportionnalité décrivant la facilité avec laquelle un liquide peut se déplacer dans un milieu poreux. Elle est une fonction tant du milieu que du liquide traversant ce milieu. Crépine du puits : Dispositif de filtrage permettant à l eau souterraine d une formation de s écouler librement dans un puits et minimisant la quantité de sédiments pénétrant dans ce dernier. Débit moyen d exploitation : Débit déterminé à partir de la période d exploitation de l établissement et ramené sur une base journalière. À titre d exemple, pour un terrain de camping, cette période s échelonne de la mi-juin à la mi-septembre. Par ailleurs, afin d estimer les débits moyens d exploitation, des valeurs représentatives de volumes d eau pour le type d établissement visé (en utilisant la capacité 5 Canada, 2009b. 6 Québec, 2008b. 7 Québec, 1985.

4 d accueil en termes d individus ou d emplacements) sont utilisées. Dans les cas où l ouvrage de captage est utilisé pour desservir plusieurs types d établissements, les besoins en eau cumulatifs de tous les établissements desservis doivent être considérés. 8 Dépôt meuble : Tout matériau géologique reposant sur une formation rocheuse. Écoulement de l eau souterraine : Mouvement de l eau dans les ouvertures des sédiments et des roches de la zone de saturation. Emmagasinement spécifique : Essai de pompage : Quotient du volume d'eau libéré ou emmagasiné par une unité de volume du milieu poreux, par unité de différence de charge hydraulique, sans référence au temps. 9 Essai de perméabilité au cours duquel on procède au pompage de l eau d un puits pendant un certain temps et à l enregistrement du changement de la charge hydraulique dans un puits d observation. Cet essai permet de déterminer la capacité d un puits et les caractéristiques hydrauliques de l aquifère. Frange capillaire : Zone immédiatement au-dessus du niveau phréatique, où l eau remonte par l action capillaire et où les vides sont remplis d eau dont la tension est inférieure à celle de l atmosphère. Gradient hydraulique : Levé sismique : Méthode DRASTIC : Nappe perchée : Rapport entre le changement de la charge totale et la distance dans une direction donnée. Levé effectué au moyen d ondes sonores qui se répercutent dans les différentes couches de matériaux du sous-sol. Des récepteurs détectent les échos de chaque couche, et le temps du déplacement ainsi que la vitesse du son de différentes matières déterminent les caractéristiques du sous-sol. 10 Système de cotation numérique utilisé pour déterminer l indice de vulnérabilité des eaux souterraines. 11 Les sept variables analysées sont : la profondeur à la nappe, l infiltration efficace, le milieu aquifère, le type de sol, la pente du terrain, l impact de la zone vadose et la conductivité hydraulique. Nappe d une zone saturée sus-jacente à une nappe non saturée et à une autre nappe. Phénomène souvent attribuable à la présence d une formation géologique perméable amenant l eau d infiltration 8 Québec, 2008b. 9 Québec, Canada, 2009a. 11 Québec, 2008a, p. 21.

5 à s accumuler au-dessus de cette couche. Niveau phréatique : Perméabilité intrinsèque : Piézomètre : Porosité : Puits de surface : Puits de surveillance : Puits tubulaire : Pointe filtrante : Limite supérieure de la zone saturée. Le niveau phréatique est mesuré d après la hauteur de l eau dans un puits foncé sur quelques mètres dans la zone saturée. Facilité avec laquelle un milieu poreux se laisse traverser par un liquide, sous un gradient hydraulique donné. Dépend des seules propriétés du milieu. Instrument utilisé pour mesure la profondeur du niveau phréatique ou de la surface potentiométrique dans un puits qui n est pas en pompage. Peut servir à mesurer la charge en un point de la subsurface. Rapport entre le volume d espaces lacunaires dans des roches ou des sédiments et le volume total des roches ou des sédiments. Ouvrage de captage dont le diamètre intérieur est généralement supérieur à 60 cm et la profondeur d au plus 9 m à partir de la surface du sol. Un tel ouvrage de captage est plus sujet à un assèchement découlant d un abaissement du niveau d eau en période de sécheresse qu un puits tubulaire. 12 Puits servant à l extraction d eau souterraine aux fins d essais physiques, chimiques ou biologiques, ou à la mesure des niveaux d eau. Ouvrage de captage généralement de petit diamètre (152 mm), de grande profondeur (45 m en moyenne) et aménagé avec une foreuse par une firme de puisatier. 13 Ouvrage de captage utilisant un tubage dont le diamètre intérieur est d au plus 8 cm. Ce type de captage est aménagé en enfonçant manuellement ou mécaniquement le tubage. 14 Rabattement : Abaissement du niveau phréatique ou piézométrique causé par le pompage de l eau souterraine à partir d un puits. Le rapport entre le rabattement et le taux de pompage peut servir à définir les caractéristiques hydrauliques d un aquifère. Rayon d influence : Distance radicale à partir du centre d un puits de pompage à un point où aucun abaissement de la nappe phréatique ou de la surface 12 Envir eau Puits, 2003, p Ibid., p Ibid., p. 25.

6 potentiométrique n est observé. Surface piézométrique : Surface potentiométrique Transmissivité : Surface représentant la charge hydraulique en tout point d une formation aquifère. Si l eau est maintenue sous pression par un aquiclude, la surface piézométrique se situe au-dessus de la limite supérieure de l aquifère; sinon, elle coïncide avec le niveau phréatique. Lieu des niveaux potentiométriques relatifs à une strate déterminée d'un aquifère, notamment dans un aquifère multicouche où la masse volumique de l'eau varie selon la profondeur. 15 Vitesse à laquelle l eau d une masse volumique et d une viscosité données traverse, sous un gradient hydraulique unitaire, une largeur unitaire d un aquifère (ou d une couche encaissante). La transmissivité dépend des propriétés du liquide et du milieu poreux. Aussi appelée coefficient de transmissivité. Zone de saturation : Zone du sol dans laquelle l eau occupe complètement les fractures des aquifères rocheux ou les vides entre les particules de sol, pour un aquifère granulaire. 16 Zone vadose : Zone où les cavités contiennent principalement de l air avec un peu d eau (celle attachée aux parois des cavités) Québec, Québec, 2008b. 17 Bourque, P-A., 2009.

7 RÉFÉRENCES Bourque, P-A. (2009). Planète Terre : Les Eaux Souterraines, [En ligne]. (Page consultée le 16 décembre 2009). Canada. Affaires étrangères et commerce international Canada (2009a). Le plateau continental étendu du Canada, [En ligne]. (Page consultée le 16 décembre 2009). Canada. Ressources naturelles Canada (2009b). L Atlas du Canada : Aquitard, [En ligne]. m=aquitard (Page consultée le 17 décembre 2009). Envir eau Puits (2003). Le puits, [En ligne]. 52 p. Québec. Ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs (MDDEP) (2008a). Règlement sur le captage des eaux souterraines en bref, [En ligne]. 21 p. Québec. Service de l aménagement et des eaux souterraines. Direction des politiques de l eau. Ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs (2008b). Guide technique : Captage d eau souterraine pour des résidences isolées [En ligne]. 58 p. Québec. Office de la langue française (1990). Le grand dictionnaire terminologique : Emmagasinement spécifique, [En ligne]. consultée le 15 décembre 2009). Québec. Office de la langue française (1985). Le grand dictionnaire terminologique : Coefficient d emmagasinement : Géologie, [En ligne]. consultée le 15 décembre 2009). Québec. Office québécois de la langue française (1977). Le grand dictionnaire terminologique : Surface potentiométrique, [En ligne]. consultée le 15 décembre 2009). Québec. Office de la langue française (1974). Le grand dictionnaire terminologique : Aquiclude, [En ligne]. consultée le 17 décembre 2009). Règlement sur le captage des eaux souterraines, RRQ, c. Q-2, r.1.3. TechnoRem Inc. et Fédération de l UPA de Saint-Hyacinthe (2008). Étude hydrogéologique régionale dans la zone de production maraîchère des MRC des Maskoutains, Rouville et Brome-Missisquoi Montérégie Est : Annexe numérique et rapport final, 145 p. plus annexes.

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr

Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr Quelques documents pour illustrer le cours d'hydrogéologie générale Réservoir Temps de renouvellement (Jacques, 1996) Temps de renouvellement (Gleick,

Plus en détail

Notions élémentaires sur les puits d eau

Notions élémentaires sur les puits d eau Notions élémentaires sur les puits d eau Il y a environ 100 000 puits d eau à usage domestique au Nouveau-Brunswick. Les deux principaux types de puits que l on trouve sont les puits forés et les puits

Plus en détail

(c.q-2, r.22) En bref (version 2011)

(c.q-2, r.22) En bref (version 2011) (c.q-2, r.22) En bref (version 2011) 2008 2 NOTE AU LECTEUR Cet ouvrage se veut une aide à la compréhension du règlement provincial, utilisé par les municipalités du Québec et les consultants qui effectuent

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Connaissance et gestion de l eau souterraine

Connaissance et gestion de l eau souterraine Connaissance et gestion de l eau souterraine Projet d acquisition de connaissances sur les eaux souterraines de la Montérégie Est Hélène Montaz Cycle de l eau Moteur du cycle :énergie solaire Les différents

Plus en détail

Document d information sur les ouvrages de captages d eau souterraine

Document d information sur les ouvrages de captages d eau souterraine Document d information sur les ouvrages de captages d eau souterraine Puits tubulaire Puits de surface Pointe filtrante Captage de source Puits rayonnant Municipalité de Lac-Édouard Le captage de l eau

Plus en détail

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2-1. Concept du barrage souterrain Le barrage souterrain est un système consistant à retenir des eaux souterraines par un parafouille (corps du barrage) mis en place

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

GCI 733 Géotechnique environnementale A. Cabral. (réfs. de base : 1) Chapuis, 1999 et Freeze and Cherry, 1979)

GCI 733 Géotechnique environnementale A. Cabral. (réfs. de base : 1) Chapuis, 1999 et Freeze and Cherry, 1979) 4.0.7 Aquifères, aquitards et aquicludes (réfs. de base : 1) Chapuis, 1999 et Freeze and Cherry, 1979) 4.0.7.1 Définitions Aquifères : Unité géologique saturée pouvant transmettre des quantités significatives

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA)

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) Étude des impacts sur l environnement et le milieu social 28 mars

Plus en détail

CAPTAGE D EAU SOUTERRAINE POUR DES RÉSIDENCES ISOLÉES

CAPTAGE D EAU SOUTERRAINE POUR DES RÉSIDENCES ISOLÉES GUIDE TECHNIQUE CAPTAGE D EAU SOUTERRAINE POUR DES RÉSIDENCES ISOLÉES MISE À JOUR JANVIER 2008 Pour tout renseignement, vous pouvez communiquer avec le Centre d information du ministère du Développement

Plus en détail

Caractérisation hydrogéologique du secteur Haldimand, Gaspé. Plan de la présentation

Caractérisation hydrogéologique du secteur Haldimand, Gaspé. Plan de la présentation 22 mai 214, présentation du rapport final à la Ville de Gaspé Caractérisation hydrogéologique du secteur Haldimand, Gaspé Mélanie Raynauld 1, Morgan Peel 1, René Lefebvre 1, Heather Crow 2, John Molson

Plus en détail

Capteurs de pression interstitielle

Capteurs de pression interstitielle Chapitre: 5.2 Capteurs de pression interstitielle Page No.: 1 Numéro des Pages: 2 Plus le sol ou la roche est fin, plus la part de l'eau adsorbée est grande. De plus les forces d'attraction intermoléculaires

Plus en détail

règlement sur le captage des eaux souterraines en bref

règlement sur le captage des eaux souterraines en bref règlement sur le captage des eaux souterraines en bref règlement sur le captage des eaux souterraines en bref Ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Dépôt légal Bibliothèque

Plus en détail

Révision de la numérotation des règlements

Révision de la numérotation des règlements Révision de la numérotation des règlements Veuillez prendre note qu un ou plusieurs numéros de règlements apparaissant dans ces pages ont été modifiés depuis la publication du présent document. En effet,

Plus en détail

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE Géosciences Aux débuts de la prospection en Pennsylvanie en 1860, les méthodes étaient "hautement scientifiques". (À l ombre des derricks, Morris, éditions Dupuis, 1997) Depuis, la consommation de pétrole

Plus en détail

Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire

Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire Etude prévisionnelle de l'influence d'un captage sur la nappe du Cénomanien par simulation mathématique Etude réalisée dans le

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

Drainage et aménagements hydro-agricoles

Drainage et aménagements hydro-agricoles Drainage et aménagements hydro-agricoles Améliorer nos rendements grâce à l égouttement des sols Rivière-du-Loup, 9 janvier 2013 Par Yves Bédard, ing. MAPAQ, Chaudière-Appalaches UNE PARCELLE CULTIVÉE

Plus en détail

Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole. Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais

Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole. Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole 1. Le sol, l eau, l air et la plante 2. Le drainage : Définition

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS. Adresse : Téléphone : Adresse : Téléphone :

GÉNÉRALITÉS. Adresse : Téléphone : Adresse : Téléphone : SPANC Tel : 03 80 24 58 79 Fax : 03 80 22 72 84 audrey.gaillard@beaune-cote-et-sud.fr Communauté d agglomération BEAUNE CHAGNY NOLAY Service Assainissement 14 rue P. Trinquet 21200 BEAUNE DEMANDE D AUTORISATION

Plus en détail

3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches

3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches 3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches Cette fiche permet à l élèves de développer plusieurs connaissances et compétences du socle commun au palier 3. Parmi celles-ci, les principales sont :

Plus en détail

Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation

Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation Le choix entre les différentes possibilités se faisant en fonction du prix, les éléments à prendre en compte sont : - prix du forage - installation du massif de gravier - tubage (plein + crépine) - pompe

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif 36, Grande Rue- 71340 IGUERANDE Mobile : 06.43.28.22.30. Tél. : 03.85.25.94.20. Commune de : Date de réception du dossier en mairie : Dossier transmis au SPANC

Plus en détail

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX Communauté urbaine de Bordeaux APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX CAHIER DES CHARGES DES RECONNAISSANCES ET ETUDES DE SOL A REALISER SEPIA CONSEILS - 53, rue

Plus en détail

Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type

Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type Ce document et proposé aux particuliers par le Conseil Général de la Manche afin de les guider dans la réalisation

Plus en détail

Cadre réservé au service Déposé le :

Cadre réservé au service Déposé le : Formulaire de demande D installation d un dispositif d assainissement non collectif Cadre réservé au service Déposé le : N du dossier :. Service Public d Assainissement non Collectif Communauté d Agglomération

Plus en détail

9.1) Les problèmes créés par l'eau dans la construction sont quelquefois négligés ou

9.1) Les problèmes créés par l'eau dans la construction sont quelquefois négligés ou CHAPITRE 9 : PIÉZOMÈTRE 91)Introduction 9.1) Les problèmes créés par l'eau dans la construction sont quelquefois négligés ou souvent mal posés, quand ils ne sont pas complètement ignorés. Et pourtant,

Plus en détail

Entretien préventif du forage de la Mance

Entretien préventif du forage de la Mance Entretien préventif du forage de la Mance Localisation du forage de la Mance. Le forage de la Mance est exploité depuis 1994 (date d exécution du 09/03/1994 au 19/04/1994). Cet ouvrage présente les caractéristiques

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

Gisements et production

Gisements et production Plan du cours Page 1 Thème Gisements et production Source Pétrole et gaz naturel, pages 24-25, 26-27 Objectif Les élèves apprendront que la porosité désigne le pourcentage de trous (pores) dans la roche.

Plus en détail

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57)

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57) DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE Projet de demi-échangeur Nord de GUENANGE (57) Protection des captages AEP Rapport d'expertise Y. BABOT Mai 1992 R 34962 LOR 4S 92 Document public

Plus en détail

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PIÈCE 4.2 : ÉTUDE D IMPACT SOUS-SOL RÉSUMÉ NON TECHNIQUE NOVEMBRE 2014 2 SOMMAIRE SOMMAIRE... 3 I. LE CONTEXTE DE LA NOTICE D IMPACT SOUS-SOL...

Plus en détail

Caractérisation des sites pour infiltration

Caractérisation des sites pour infiltration Caractérisation des sites pour infiltration annexe B Un des aspects les plus importants à considérer pour le dimensionnement d un ouvrage fonctionnant par infiltration est de bien caractériser le site

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

5. Infiltration et écoulements

5. Infiltration et écoulements 5. Infiltration et écoulements 5.1. Définitions et paramètres descriptifs de l infiltration 5.2. Facteurs influençant l infiltration 5.3. Variation du taux d infiltration au cours d une averse 5.4. Modélisation

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU

CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU Franck WANERT Expert Judicaire docteur en géologie Un sol se sature en passant d un état tri-phasique à un état bi-phasique C est-à-dire qu

Plus en détail

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME COMMUNE D AVEIZIEUX GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME Annexe 5 du rapport de diagnostic et de zonage pluvial Affaire A-11.143 Janvier

Plus en détail

Assainissement Non Collectif DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF

Assainissement Non Collectif DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF Assainissement Non Collectif DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PIERREFONTAINE-VERCEL COMMUNAUTE DE COMMUNES DES PREMIERS SAPINS 20, grande rue 25800 Valdahon Tél

Plus en détail

La protection des infrastructures et les drainages

La protection des infrastructures et les drainages La protection des infrastructures et les drainages SOMMAIRE 1- Migration de l eau dans le sol.... 2 2- Protection contre les remontées capillaires.... 2 a) Phénomène de capillarité.... 2 b) Protection

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

Vous trouverez ci-joint trois copies de notre rapport technique concernant le dossier mentionné en objet.

Vous trouverez ci-joint trois copies de notre rapport technique concernant le dossier mentionné en objet. Québec, le 6 mars 2015 Monsieur Jacques Arsenault Directeur général 145, rue Gingras Fossambault-sur-le-Lac (Québec) G3N 0K2 Objet : Rapport technique Étude hydrogéologique N/Réf. : 15124-101 Monsieur,

Plus en détail

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) ZAC des Terrasses de la Sarre 3, Terrasse Normandie BP 50157 57403 SARREBOURG CEDEX Téléphone 03 87 03 05 16 Télécopie 03 87 03 83 49 DEMANDE DE CONTROLE

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement. Rubrique 1110

DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement. Rubrique 1110 Novembre 2014 Direction Départementale des Territoires de l Isère Service Environnement DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement Rubrique

Plus en détail

Formation Notions de base en hydrogéologie

Formation Notions de base en hydrogéologie 22 avril 2014 Comité aviseur du PACES Chaudière-Appalaches Formation Notions de base en hydrogéologie Notions de base en hydrogéologie Notions de base Origine et écoulement de l eau souterraine Contexte

Plus en détail

PREFECTURE DU LOIRET. DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES Service eau, environnement et forêt Mission Inter Services de l'eau M.I.S.E.

PREFECTURE DU LOIRET. DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES Service eau, environnement et forêt Mission Inter Services de l'eau M.I.S.E. PREFECTURE DU LOIRET DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES Service eau, environnement et forêt Mission Inter Services de l'eau M.I.S.E. du Loiret CREATION DE SONDAGES, FORAGES, PUITS ET OUVRAGES SOUTERRAINS

Plus en détail

Installation septique

Installation septique Installation septique Guide de référence Le gouvernement du Québec a adopté en 1981 une réglementation s appliquant à l ensemble du territoire québécois concernant la construction des installations septiques

Plus en détail

Cahier des charges pour les études de filière en vue de l installation d un ANC

Cahier des charges pour les études de filière en vue de l installation d un ANC Cahier des charges pour les études de filière en vue de l installation d un ANC Objectifs : - Proposer une forme commune pour les études de filière aux bureaux d études qui, en s engageant dans la charte,

Plus en détail

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU USINE DE FABRICATION D EMULSION A SAULGE (86) CONTEXTE Origine des travaux : Enjeux Le site a accueilli une société de fabrication d émulsion bitume. Une pollution des sols et des eaux souterraines au

Plus en détail

RÉACTION CHIMIQUE : lorsque le sol contient du fer, celui-ci migre avec l eau vers le drain et forme au contact de l air une boue d hydroxyde de fer;

RÉACTION CHIMIQUE : lorsque le sol contient du fer, celui-ci migre avec l eau vers le drain et forme au contact de l air une boue d hydroxyde de fer; L ocre ferreuse est le résultat d une réaction chimique ou d un processus biologique, les deux pouvant se produire individuellement ou simultanément : RÉACTION CHIMIQUE : lorsque le sol contient du fer,

Plus en détail

ources d eau potable Dans une goutte d eau

ources d eau potable Dans une goutte d eau Dans une goutte d eau Sources d eau potable Saviez-vous que 40 pour cent des Néo-Écossais possèdent leur propre source d eau (puits creusé ou foré, ou source d eau en surface)? Le reste de la population

Plus en détail

Tuyaux de grands diamètres en PVC

Tuyaux de grands diamètres en PVC Tuyaux de grands diamètres en PVC Les canalisations plastiques: Une solution efficace La solution canalisations plastiques, tubes et raccords en PVC, garantit une étanchéité absolue et une résistance excellente

Plus en détail

sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref

sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref LE RÈGLEMENT sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref consultants en environnement et génie civil Le Groupe POLY-TECH - janvier 2006 Table des matières Note au lecteur...

Plus en détail

L infiltration. Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin

L infiltration. Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin Valérie Borrell Estupina FLST403 - Montpellier 2011 L infiltration Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin 1 Définitions

Plus en détail

RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE

RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE ARTICLE 1 : DÉFINITIONS Allée véhiculaire : Voie de circulation privée pour véhicules automobiles reliant le stationnement

Plus en détail

Partie 6 : La géothermie et son utilisation.

Partie 6 : La géothermie et son utilisation. Partie 6 : La géothermie et son utilisation. La production d énergie est un défi pour l avenir. En effet la démographie explose et les humains ont besoin de plus en plus d énergie. L exploitation des énergies

Plus en détail

- Hydrogéologie - L3 Pro CTH. cedric.legout@ujf-grenoble.fr

- Hydrogéologie - L3 Pro CTH. cedric.legout@ujf-grenoble.fr - Hydrogéologie - L3 Pro CTH cedric.legout@ujf-grenoble.fr 1 2 2. Bilan d eau en km 3 en France 3 Figure: D après Roux Les enjeux associés aux ressources souterraines : utilisateurs Eaux de surface (hm

Plus en détail

Logiciel pavages drainants mode d emploi

Logiciel pavages drainants mode d emploi Logiciel pavages drainants mode d emploi FEBESTRAL a développé, en collaboration avec le Centre de Recherches Routières (CRR), un logiciel de calcul pour pavages drainants. Ce programme vous guide lors

Plus en détail

Les concepts et atouts des revêtements et structures réservoirs

Les concepts et atouts des revêtements et structures réservoirs Chapitre3 Les concepts et atouts des revêtements et structures réservoirs 1 - Les concepts 2 - Les atouts des chaussées à structures réservoirs en béton 37 Chapitre 3 Les concepts et atouts des revêtements

Plus en détail

ANNEXE C-3.4. Méthodes de détermination de l infiltration efficace I et de la teneur volumique en eau dans la vadose θ v.

ANNEXE C-3.4. Méthodes de détermination de l infiltration efficace I et de la teneur volumique en eau dans la vadose θ v. ANNEXE C-3.4 Méthodes de détermination de l infiltration efficace I et de la teneur volumique en eau dans la vadose θ v. Outils présentés : Palier 1 (ESR-N) : Valeurs par défaut Données d infiltration

Plus en détail

GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d ouvrages souterrains et le prélèvement d eaux souterraines dans une I.C.P.E.

GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d ouvrages souterrains et le prélèvement d eaux souterraines dans une I.C.P.E. Direction de la cohésion sociale et du développement durable ------- Bureau de l environnement et du développement durable ------- GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d

Plus en détail

Révision de la numérotation des règlements

Révision de la numérotation des règlements Révision de la numérotation des règlements Veuillez prendre note qu un ou plusieurs numéros de règlements apparaissant dans ces pages ont été modifiés depuis la publication du présent document. En effet,

Plus en détail

L'ocre ferreuse cela la»»»»»

L'ocre ferreuse cela la»»»»» Vous avez des problèmes d ocre ferreuse? Consultez les rubriques de cette page pour tout savoir sur la question : Qu est-ce que l ocre ferreuse? L ocre ferreuse est le résultat d une réaction chimique

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010 Exemple: Modèle numérique de terrain Photo printemps 2010 Photo : Véronique Gagnon, ing. junior. Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie Écoulement hypodermique provenant d un labour

Plus en détail

Tableau 5 : Tableau de l'inventaire des matériels et matériaux pour le gaz conventionnel

Tableau 5 : Tableau de l'inventaire des matériels et matériaux pour le gaz conventionnel Tableau 5 : Tableau de l'inventaire des matériels et matériaux pour le gaz conventionnel Etapes Préparation du site Aménagement du site Estimation de la quantité de biomasse végétale humide retirée Géomembrane

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

238 Chapitre 4 Le traitement des pollutions : comment et jusqu où intervenir

238 Chapitre 4 Le traitement des pollutions : comment et jusqu où intervenir 238 Chapitre 4 Le traitement des pollutions : comment et jusqu où intervenir Huile Eau Huile de saturation résiduelle Toit de la nappe Pompe d écrémage Huile flottante Pompe de rabattement Figure 4.15

Plus en détail

Séance technique du CFGI

Séance technique du CFGI Séance technique du CFGI La géothermie de minime importance du 21 mai 2015 Xavier du CHAYLA Directeur de GEOTHER 2/20 rue Salvador Allende 92 000 Nanterre Tel : 01 55 17 16 10 Document protégés par Copyright.

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif DIRECTION DE L EQUIPEMENT RURAL ET DE L AGRICULTURE Service d Assistance à l Assainissement Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif GÉNÉRALITÉS Demandeur

Plus en détail

Fernando LOPEZ-CABALLERO

Fernando LOPEZ-CABALLERO Laboratoire de Mécanique des Sols, Structures, Matériaux «Étude de phénomènes de liquéfaction» Modélisation numérique des inclusions rigides comme solution aux problèmes de liquéfaction Fernando LOPEZ-CABALLERO

Plus en détail

Ville de Rivière-Rouge Condensé normatif Document non officiel 2015

Ville de Rivière-Rouge Condensé normatif Document non officiel 2015 NORMES GÉNÉRALES - PRÉLÈVEMENT D EAU Lors de la demande de permis pour la construction d un ouvrage de captage des eaux souterraines, les renseignements et documents additionnels suivants doivent être

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

Fiche 6 b Conditions techniques de réalisation d un forage : la cimentation

Fiche 6 b Conditions techniques de réalisation d un forage : la cimentation Fiche 6 b Conditions techniques de réalisation d un forage : la cimentation La cimentation d un tubage dans un forage est une opération capitale pour la préservation de la qualité des eaux souterraines

Plus en détail

Les Forages de Puits d Eau

Les Forages de Puits d Eau 1 8 Journée de l APRONA Les Forages de Puits d Eau Intervenant : M Claude Maurutto 2 Les Forages de puits d eau De la réalisation à la réception de l ouvrage Un Forage : Pourquoi? Un peu d Histoire Les

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / Génie-civil

TECHNI.CH. Rapport technique / Génie-civil Page 1 / 7 Rapport technique / Génie-civil Contenu : Etayage de fouille type Krings Rédaction : Patrick Pilloud/ étudiant ETC 3 ème année Date : 8 octobre 2008 Etayage de fouille type Krings Introduction

Plus en détail

Quels risques de pollution pour les nappes phréatiques?

Quels risques de pollution pour les nappes phréatiques? Quels risques de pollution pour les nappes phréatiques? Alain Rorive, Nicolas Dupont Université de Mons Faculté Polytechnique - Service de Géologie Fondamentale et Appliquée 1 Quels risques de pollution

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

AUCE1172 Mécanique des sols Correction des séances d'exercice. Damien Janssens

AUCE1172 Mécanique des sols Correction des séances d'exercice. Damien Janssens Correction des séances d'exercice Damien Janssens TABLE DES MATIÈRES 1 Analyse Volumétrique des sols 2 1.1 Exercice 1................................................. 2 1.2 Exercice 2.................................................

Plus en détail

EAUX PLUVIALES. sable

EAUX PLUVIALES. sable 1.Généralités EAUX PLUVIALES Des dispositifs doivent reprendre les eaux de ruissellement pour éviter la submersion des voies; la formation du ruissellement est due en milieu urbain à l'imperméabilisation

Plus en détail

La cartographie hydrogéologique régionale Un outil essentiel à l'inventaire des ressources en eaux souterraines

La cartographie hydrogéologique régionale Un outil essentiel à l'inventaire des ressources en eaux souterraines La cartographie hydrogéologique régionale Un outil essentiel à l'inventaire des ressources en eaux souterraines René Lefebvre 1, Yves Michaud 2, Richard Martel 1 et Nathalie Fagnan 2 1: INRS-Géoressources,

Plus en détail

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5 Le présent document donne des informations sur les normes applicables à la construction ou la modification d une installation septique pour un usage résidentiel de six chambres à coucher ou moins et qui

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement LES CARACTÉRISTIQUES DU SOL ET DE LA PARCELLE Maggy HOVERTIN MATRIciel Objectifs de la présentation Définir

Plus en détail

206 DM14. Haiut-Saint-Maurice 6211-03-038

206 DM14. Haiut-Saint-Maurice 6211-03-038 206 DM14 Projet d aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard et des Rapides-des-Cœurs Haiut-Saint-Maurice 6211-03-038 Impact potentiel du projet d aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard

Plus en détail

Autorisation des sondes géothermiques: carte interactive

Autorisation des sondes géothermiques: carte interactive Amt für Wasser Office des eaux OED, janvier 2009 und Abfall et des déchets Rolf Tschumper Bau-, Verkehrsund Energiedirektion des Kantons Bern Direction des travaux publics, des transports et de l énergie

Plus en détail

Survol des différentes technologies en géothermie de très basse température

Survol des différentes technologies en géothermie de très basse température Survol des différentes technologies en géothermie de très basse température Philippe Pasquier Département des génies civil, géologique et des mines 7 mars 2012 7 mars 2012 Conférence du GRIES page 1 Plan

Plus en détail

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie La gestion responsable des eaux pluviales : UNE SOLUTION ACTUELLE POUR UN AVENIR DURABLE L eau est une ressource essentielle à toute forme de vie sur Terre.

Plus en détail

Gaz de schiste et de charbon. Quelques aspects d ingénierie. Société Belge de Géologie de l Ingénieur et de Mécanique des Roches.

Gaz de schiste et de charbon. Quelques aspects d ingénierie. Société Belge de Géologie de l Ingénieur et de Mécanique des Roches. Gaz de schiste et de charbon. Quelques aspects d ingénierie. Société Belge de Géologie de l Ingénieur et de Mécanique des Roches. (8/12/2014) Emissions de gaz de couche depuis d anciennes exploitations

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif Demande d installation d un dispositif d assainissement autonome Date de la demande : / /20 IDENTIFICATION : Demandeur : Nom, Prénom :... Adresse :... Ville

Plus en détail

21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral

21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral SECTION 21 LA PROTECTION DU MILIEU RIVERAIN 21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral Toutes les constructions, tous les ouvrages et tous les travaux qui sont

Plus en détail

PREFECTURE DE L'OISE

PREFECTURE DE L'OISE PREFECTURE DE L'OISE RÈGLEMENT DU PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS MOUVEMENT DE TERRAIN SUR LES COMMUNES DE BEAULIEU-LES-FONTAINES, CANDOR, ECUVILLY ET MARGNY-AUX-CERISES (OISE) FEVRIER 2009 TITRE

Plus en détail

Unt3NO. Éco-info. La protection de la qualité de l'eau potable des puits tubulaires. ou des puits creusés par lançage

Unt3NO. Éco-info. La protection de la qualité de l'eau potable des puits tubulaires. ou des puits creusés par lançage Non disponible en français Page 1 of 3 Version imprimable fm^. Ministère de Unt3NO 1 Environnement ' Éco-info La protection de la qualité de l'eau potable des puits tubulaires ou des puits creusés par

Plus en détail

Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols

Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols Mécanique des sols I Chapitre I Propriétés physiques des sols Chapitre II Hydraulique des sols Chapitre III Déformations des sols Chapitre IV Résistance au cisaillement des sols Importance de l'eau dans

Plus en détail

Le projet d acquisition de connaissances sur les eaux souterraines du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Le projet d acquisition de connaissances sur les eaux souterraines du Saguenay-Lac-Saint-Jean Le projet d acquisition de connaissances sur les eaux souterraines du Saguenay-Lac-Saint-Jean Équipe de recherche sur les eaux souterraines Centre d études sur les ressources minérales - UQAC MDDEP, MAPAQ,

Plus en détail

Commune : Déposé en Mairie le :

Commune : Déposé en Mairie le : Syndicat Intercommunal de la Vallée d Abondance Lieu dit les Granges 74360 Abondance Tel : 04 50 73 57 31 Email : spanc.abondance@orange.fr Commune : Déposé en Mairie le : Transmis au SPANC le : Dossier

Plus en détail