Vous trouverez ci-joint trois copies de notre rapport technique concernant le dossier mentionné en objet.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vous trouverez ci-joint trois copies de notre rapport technique concernant le dossier mentionné en objet."

Transcription

1 Québec, le 6 mars 2015 Monsieur Jacques Arsenault Directeur général 145, rue Gingras Fossambault-sur-le-Lac (Québec) G3N 0K2 Objet : Rapport technique Étude hydrogéologique N/Réf. : Monsieur, Vous trouverez ci-joint trois copies de notre rapport technique concernant le dossier mentionné en objet. Nous espérons le tout à votre entière satisfaction et demeurons à votre disposition pour tout renseignement additionnel qui pourrait vous être utile. Veuillez agréer, Monsieur, l expression de nos salutations les plus distinguées. Gaëlle Carrier, ing. (131455) Associée Directrice hydrogéologie GC/kp p. j. Québec 1990, rue Cyrille-Duquet, bureau 210 Québec (Québec) G1N 4K8 T Boucherville 25, rue de Lauzon, bureau 1 Boucherville (Québec) J4B 1E7 T akifer.ca

2

3 VILLE DE FOSSAMBAULT-SUR-LE-LAC RAPPORT TECHNIQUE Étude hydrogéologique N/RÉF. : LE 6 MARS 2015 Rédigé par : Révisé et approuvé par : Gaëlle Carrier, ing. (131455) Associée Directrice hydrogéologie Gilles Michaud, ing. (38027) Chargé de projets senior Hydrogéologue

4 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION DESCRIPTION DES INSTALLATIONS DE CAPTAGE Puits P Puits P Puits P Puits P AIRES DE PROTECTION Aires de protection éloignée Aires de protection immédiate Aires de protection intermédiaire VULNÉRABILITÉ DES EAUX SOUTERRAINES INVENTAIRE DES ACTIVITÉS ET ÉVALUATION DES MENACES QUALITÉ ET QUANTITÉ DES EAUX SOUTERRAINES EXPLOITÉES CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS Conclusion Recommandations LISTE DES FIGURES Figure 1 : Figure 2 : Figure 3 : Localisation des ouvrages Aires de protection des puits P-1, P-2 et P-5 (nappe captive) Aires de protection du puits P-4 (nappe libre) LISTE DES ANNEXES Annexe 1 : Figures 1 à 3 Annexe 2 : Rapports de forage Annexe 3 : Aires de protection Annexe 4 : Vulnérabilité des eaux souterraines DISTRIBUTION 3 copies : Monsieur Jacques Arsenault 1 copie : Akifer inc. N/Réf. : i

5 1.0 INTRODUCTION Akifer a été mandatée par le conseil municipal de Fossambault-sur-le-Lac pour préparer le rapport hydrogéologique répondant aux exigences de l article 68 du nouveau Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection (RPEP), lequel doit contenir les éléments suivants : la localisation du prélèvement et une description de son aménagement; le plan de localisation des aires de protection immédiate, intermédiaire et éloignée; les niveaux de vulnérabilité des aires de protection; l inventaire des activités anthropiques, les affectations du territoire et les évènements potentiels susceptibles d affecter la qualité et la quantité de l eau souterraine dans l aire de protection éloignée du prélèvement; une évaluation des menaces que représentent les activités et les évènements potentiels inventoriés; une identification des causes pouvant expliquer ce qui affecte ou a affecté la qualité et la quantité des eaux exploitées par le prélèvement en fonction des données disponibles. Le présent rapport consigne l ensemble des informations requises pour assurer la conformité des puits d eau potable de la avec le nouveau règlement. Il est à noter que le RPEP remplace désormais le Règlement sur le captage des eaux souterraines (RCES). Beaucoup de dispositions contenues dans le RCES ont été reconduites dans le RPEP. 2.0 DESCRIPTION DES INSTALLATIONS DE CAPTAGE La s approvisionne en eau potable à partir de quatre puits tubulaires situés à proximité l un de l autre. Les puits exploités sollicitent deux formations aquifères au niveau des dépôts meubles. L aquifère supérieur est de type libre et constitué de sable fin à moyen et l aquifère inférieur est de type captif et constitué de sable et de gravier. Les deux formations sont séparées par une formation de silt argileux. Les puits P-1, P-2, P-3 et P-5 sont aménagés dans la nappe captive inférieure et le puits P-4 est aménagé au niveau de la nappe libre supérieure. Le secteur des puits comprend également six piézomètres à double niveau (FOS-1 à FOS-3 et FOS-5 à FOS-7). Les niveaux supérieurs permettent de suivre le comportement de la nappe libre, alors que les niveaux inférieurs donnent de l information sur le comportement de la nappe captive. Il est à noter que le puits P-3 n est pas utilisé pour l approvisionnement en eau étant donné la présence de venues de sable lors de son exploitation. La localisation des différents ouvrages est illustrée à la figure 1 de l annexe 1. La description des puits exploités est présentée aux sections suivantes. Les schémas d aménagement des ouvrages, incluant celui du puits non exploité P-3 et des piézomètres FOS-1 à FOS-3 et FOS-5 à FOS-7, sont présentés à l annexe 2. Il est à noter que les schémas d aménagement sont ceux décrivant les ouvrages à la suite de leur construction. Depuis, les têtes des ouvrages ont été modifiées de sorte que les margelles présentées sur les schémas ne reflètent pas la réalité. N/Réf. :

6 2.1 Puits P-1 Le puits P-1 a été construit en La séquence stratigraphique interceptée au droit du puits est la suivante : De À Description 0,00 0,15 m Terre végétale 0,15 25,91 m Sable fin, brun 25,91 27,43 m Sable fin, gris, avec interlits de silt argileux 27,43 32,00 m Sable fin, gris 32,00 35,05 m Sable fin, gris, avec interlits de silt argileux 35,05 36,58 m Sable fin, gris 36,58 39,62 m Sable fin, gris, et silt argileux 39,62 51,82 m Silt argileux, gris 51,82 56,39 m Sable fin à moyen, traces de gravier 56,39 57,91 m Sable et gravier 57,91 58,83 m Sable et gravier, un peu de silt 58,83 m Fin du forage Le puits P-1 est un ouvrage de captage de 20,32 centimètres de diamètre muni d une crépine télescopique située dans l intervalle de profondeur compris entre 52,86 et 57,94 mètres. Cette dernière est divisée en deux sections. La section supérieure possède des ouvertures de 0,38 millimètre (n o 15) et la section inférieure a des ouvertures de 1,01 millimètre (n o 40). Une collerette de ciment-bentonite est présente dans la partie supérieure du puits. Celle-ci assure une protection contre l infiltration d eau de surface le long du tubage du puits. 2.2 Puits P-2 Le puits P-2 a été construit en La séquence stratigraphique interceptée au droit du puits est la suivante : De À Description 0,00 0,15 m Terre végétale 0,15 12,19 m Sable moyen, traces de gravier, brun 12,19 24,39 m Sable fin brun, présence d interlits de silt brun 24,39 30,48 m Sable fin, avec interlits de silt argileux gris 30,48 39,63 m Sable fin, un peu de silt, interlits de silt argileux, gris 39,63 48,77 m Silt argileux, gris, traces de sable fin 48,77 56,39 m Sable graveleux avec traces de silt, brun-gris, présence de cailloux 56,39 58,68 m Sable et gravier, un peu de silt, gris 58,68 59,14 m Roc Le puits P-2 est un ouvrage de captage de 30,48 centimètres de diamètre muni d une crépine télescopique située dans l intervalle de profondeur compris entre 51,10 et 56,14 mètres. Cette dernière possède des ouvertures de 1,01 millimètre (n o 40). Une collerette de ciment-bentonite est présente dans la partie supérieure du puits. Celle-ci assure une protection contre l infiltration d eau de surface le long du tubage du puits. N/Réf. :

7 2.3 Puits P-4 Le puits P-4 a été construit en La séquence stratigraphique interceptée au droit du puits est la suivante : De À Description 0,00 0,15 m Terre végétale 0,15 12,19 m Sable moyen, traces de gravier, brun 12,19 24,69 m Sable fin brun, présence d interlits de silt brun 24,69 25,91 m Sable fin, avec interlits de silt argileux gris Le puits P-4 est un ouvrage de captage multitubé de 40,6 X 30,5 centimètres de diamètre. Il possède une crépine pipe-size dans l intervalle de profondeur compris entre 16,32 et 24,49 mètres. Cette dernière, qui possède des ouvertures de 0,63 millimètre (n o 25), est entourée d un massif filtrant composé de sable de silice de grade 0,75 millimètre. Une collerette de ciment-bentonite est présente dans la partie supérieure du puits. Celle-ci assure une protection contre l infiltration d eau de surface le long du tubage extérieur. 2.4 Puits P-5 Le puits P-5 a été construit en La séquence stratigraphique interceptée au droit du puits est la suivante : De À Description 0,00 6,71 m Sable moyen, traces de gravier, brun 6,71 9,76 m Sable moyen, brun 9,76 24,39 m Sable fin, brun 24,39 30,49 m Sable fin avec interlits de silt argileux, gris 30,49 45,73 m Sable silteux, gris 45,73 47,26 m Sable fin, traces de gravier, traces de silt, gris 47,26 48,78 m Sable fin moyen, traces de gravier, traces de silt 48,78 51,22 m Sable moyen grossier, traces de gravier, traces de silt 51,22 52,13 m Sable graveleux, traces de silt 52,13 53,05 m Sable, traces de silt, brun 53,05 53,96 m Sable, traces de silt, traces de gravier, brun 53,96 57,01 m Sable, un peu de gravier, traces de silt, brun 57,01 57,93 m Sable graveleux, un peu de silt 57,93 58,84 m Roc Le puits P-5 est un ouvrage de captage multitubé de 40,6 X 30,5 centimètres de diamètre. Il possède une crépine télescopique dans l intervalle de profondeur compris entre 50,92 et 55,92 mètres. Cette dernière, qui possède des ouvertures de 0,88 millimètre (n o 35), est entourée d un massif filtrant composé de sable de silice de grade 0,9 millimètre. Une collerette de ciment-bentonite est présente dans la partie supérieure du puits. Celle-ci assure une protection contre l infiltration d eau de surface le long du tubage extérieur. N/Réf. :

8 3.0 AIRES DE PROTECTION Selon le RPEP, des aires de protection doivent être délimitées par un professionnel pour les prélèvements d eau souterraine destinée à la consommation humaine afin notamment d évaluer la vulnérabilité de l eau souterraine et d encadrer l exécution de certaines activités pouvant affecter sa qualité. Suivant leur construction, les aires de protection des puits P-1, P-2, P-4 et P-5 ont été délimitées selon les exigences du RCES. Puisque la méthodologie employée est en conformité avec les exigences du RPEP, les paramètres hydrogéologiques tirés des rapports antérieurs 12 ont été validés et finalement pris comme tels dans le cadre de la présente étude. En fonction du RPEP, les puits P-1, P-2, P-4 et P-5 sont considérés comme étant des prélèvements d eau souterraine de catégorie 1, c est-à-dire des prélèvements d eau effectués pour desservir le système d aqueduc d une municipalité alimentant plus de 500 personnes et au moins une résidence. Les aires de protection des puits P-1, P-2, P-4 et P-5 ont été déterminées selon les exigences requises pour un prélèvement de cette catégorie, notamment à l aide de données recueillies dans un minimum de trois puits/piézomètres aménagés au sein des aquifères exploités. Les sections suivantes présentent la méthodologie employée pour fixer les limites des aires de protection des puits municipaux. Les aires de protection des puits exploitant la nappe captive (puits P-1, P-2 et P-5) sont montrées à la figure 2 de l annexe 1 alors que celles du puits sollicitant la nappe libre (puits P-4) sont montrées à la figure Aires de protection éloignée L aire de protection éloignée d une installation de prélèvement d eau souterraine correspond à la superficie du terrain au sein duquel toute l eau souterraine qui y circule aboutira éventuellement au point de captage. Elle est fonction du volume d eau soutiré de l aquifère, de sa transmissivité, du gradient hydraulique naturel qui prévaut dans le secteur et de la limite de partage des eaux. La détermination de l aire de protection éloignée d un ouvrage de captage comporte toujours une part d incertitude, puisqu elle est basée sur des hypothèses et qu elle est particulièrement sensible aux incertitudes des paramètres hydrogéologiques. Ainsi, les limites doivent être vues de façon probabiliste plutôt que de façon déterministe. Les aires de protection éloignée des puits P-1, P-2, P-4 et P-5 ont été établies à partir de la méthode analytique de Todd, dont les calculs sont reproduits à l annexe 3. Pour la nappe captive, une transmissivité de 0,0704 m 2 /min, un gradient hydraulique de 0,0046 (sans unité) et un volume d eau de 1,7072 m 3 /min ont été considérés pour les calculs. Pour la nappe libre, une transmissivité de 0,154 m 2 /min, un gradient hydraulique de 0,0044 (sans unité) et un volume d eau de 0,5678 m 3 /min ont été considérés. Les volumes d eau utilisés correspondent au potentiel de captation respectif des nappes aquifères. 1. MissionHGE inc., Aménagement des puits P-2, P-3 et P-4, rapport hydrogéologique, réf. : , 20 juin MissionHGE inc., Aménagement du puits P-5, rapport hydrogéologique, réf. : , 31 août N/Réf. :

9 Les aires de protection éloignée des puits ont la forme de paraboles qui s étendent jusqu à la limite de partage des eaux en amont. L aire de la nappe captive est orientée vers le sud-est, alors que celle de la nappe libre est orientée vers le sud. La limite ouest de l aire de protection éloignée de la nappe captive est tronquée par le lac Saint-Joseph ainsi que par la limite de partage des eaux localisée au sud. 3.2 Aires de protection immédiate L aire de protection immédiate d une installation de prélèvement d eau souterraine constitue l aire de protection la plus rapprochée et aussi la plus restrictive. Son rayon est de 30 mètres pour un prélèvement de catégorie 1. Les aires de protection immédiate des puits P-1, P-2, P-4 et P-5 équivalent ainsi au terrain situé à l intérieur d un rayon de 30 mètres autour des ouvrages. 3.3 Aires de protection intermédiaire L aire de protection intermédiaire d une installation de prélèvement d eau souterraine inclut les aires de protection bactériologique et virologique. L aire de protection intermédiaire bactériologique correspond à la portion de l aire de protection définie par l emploi d un temps de migration de l eau souterraine de 200 jours, tandis que l aire de protection intermédiaire virologique est la portion de l aire de protection correspondant à un temps de migration de 550 jours. Les aires de protection intermédiaire des puits P-1, P-2, P-4 et P-5 ont été déterminées à partir de la méthode analytique de Bear, dont les calculs sont reproduits à l annexe 3. Outre les valeurs de transmissivité, de gradient hydraulique et de volume d eau ayant servi au calcul de l aire de protection éloignée, une porosité de 0,25 et une épaisseur saturée de 7,02 mètres ont été utilisées pour la nappe captive. Pour la nappe libre, une porosité de 0,25 et une épaisseur saturée de 23,89 mètres ont été utilisées. L aire de protection intermédiaire bactériologique est de 335 mètres pour la nappe captive et 116 mètres pour la nappe libre. L aire de protection intermédiaire virologique est de 597 mètres pour la nappe captive et 220 mètres pour la nappe libre. 4.0 VULNÉRABILITÉ DES EAUX SOUTERRAINES La vulnérabilité des eaux souterraines a déjà été évaluée conformément à la méthode DRASTIC. Puisque cette méthode est préconisée dans le RPEP, les caractéristiques hydrogéologiques tirées des rapports antérieurs 34 ont été validées et finalement prises comme telles dans le cadre de la présente étude. 3. MissionHGE inc., Aménagement des puits P-2, P-3 et P-4, rapport hydrogéologique, Réf. : , 20 juin MissionHGE inc., Aménagement du puits P-5, rapport hydrogéologique, Réf. : , 31 août N/Réf. :

10 La méthode DRASTIC, qui consiste en un système de cotation numérique, permet d évaluer le niveau de risque de contamination due à l activité humaine. Elle repose sur trois hypothèses de base qui se décrivent de la façon suivante : les sources de contamination potentielle se trouvent à la surface du sol; les contaminants potentiels atteignent l aquifère par le mécanisme d infiltration efficace; la nature des contaminants potentiels n est pas considérée dans le calcul de l indice. L indice DRASTIC est basé sur sept paramètres affectant la vitesse d écoulement des eaux souterraines, dont les premières lettres forment l acronyme DRASTIC : profondeur (depth) de la nappe (D), recharge annuelle (R), type d aquifère (A), type de sol (S), topographie des lieux (T), impact de la zone vadose (I) et conductivité hydraulique de l aquifère (C). Un poids est attribué à chacun des paramètres selon son importance. Le produit de ce poids par une cote dépendant des conditions locales constitue un indice DRASTIC partiel et la somme de ces indices forme l indice total du lieu sous investigation. La valeur de l indice DRASTIC reflète le niveau de vulnérabilité des eaux souterraines. Le barème utilisé dans le RPEP est le suivant : Vulnérabilité faible : indice DRASTIC égal ou inférieur à 100; Vulnérabilité moyenne : indice DRASTIC supérieur à 100 et inférieur à 180; Vulnérabilité élevée : indice DRASTIC égal ou supérieur à 180. Les calculs détaillés des indices DRASTIC des aquifères exploités par les puits P-1, P-2, P-4 et P-5 sont présentés à l annexe 4. Pour la nappe captive, l indice obtenu caractérise un aquifère ayant un degré de vulnérabilité faible. Ce résultat est en partie attribuable à la profondeur élevée de l aquifère et à la présence de matériaux de plus faible perméabilité au-dessus, ce qui lui confère une protection efficace contre les activités réalisées en surface. Pour la nappe libre, la valeur indique un degré de vulnérabilité moyen. Ce résultat est en partie attribuable à la faible profondeur et à l absence d un couvert protecteur. 5.0 INVENTAIRE DES ACTIVITÉS ET ÉVALUATION DES MENACES Un inventaire des activités anthropiques, des affectations du territoire et des évènements potentiels susceptibles d'affecter la qualité et la quantité de l eau souterraine exploitée par les puits P-1, P-2, P-4 et P-5 a été réalisé par Akifer, en collaboration avec la Municipalité. Le territoire délimité par l aire de protection immédiate des puits P-1, P-2, P-4 et P-5 est situé à l intérieur d un périmètre clôturé, comme montré aux figures 1 à 3 de l annexe 1. Le terrain est généralement gazonné, à l exception des chemins d accès menant aux puits. Aucune activité autre que celles nécessaires à l exploitation des ouvrages de captage n est pratiquée à l intérieur de ce périmètre clôturé. Un panneau indiquant la présence de prélèvements d eau souterraine est présent à l entrée. N/Réf. :

11 Les activités présentes dans les aires de protection intermédiaire des puits P-1, P-2, P-4 et P-5 sont de nature résidentielle. Toutes les résidences sont reliées au réseau d aqueduc municipal ainsi qu au réseau d égout sanitaire. Deux puits domestiques ainsi que trois systèmes privés d évacuation et de traitement des eaux usées sont présents dans l aire de protection intermédiaire des puits P-1, P-2 et P-5. Une station de pompage d égouts est également présente dans l aire de protection intermédiaire bactériologique des puits P-1, P-2 et P-5. En 2011, une vingtaine de systèmes septiques situés dans l aire de protection intermédiaire des puits P-1, P-2 et P-5 ont été désaffectés. Les résidences concernées ont été reliées au réseau d égout municipal. Il n y a aucune activité agricole dans les aires de protection intermédiaire des puits. Une grande superficie de ce territoire est boisée ou occupée par une terre en friche. Une entreprise œuvrant dans le multi vrac est située au nord-ouest des puits, à la limite de l aire de protection intermédiaire bactériologique des puits P-1, P-2 et P-5. Les activités présentent dans les aires de protection éloignée des puits P-1, P-2, P-4 et P-5 sont de nature résidentielle et sont principalement concentrées à proximité des puits. Ailleurs, le territoire est majoritairement boisé. Les activités présentes dans les aires de protection des puits municipaux de même que les affectations actuelles du territoire ne sont pas susceptibles d affecter la qualité et la quantité des eaux souterraines exploitées par les puits municipaux. Un projet de développement résidentiel sans réseau d égout est prévu dans le secteur boisé situé au nord des puits. Sur la base du contexte hydrogéologique et du niveau de vulnérabilité des eaux souterraines, la mise en place de systèmes septiques dans ce secteur ne constitue pas une source de contamination des eaux captées par les puits P-1, P-2 et P-5. Pour sa part, le puits P-4 n est pas à l abri de la contamination en provenance de la surface. La présence de systèmes septiques dans l aire de protection intermédiaire du puits P-4 représenterait une source potentielle de contamination dangereuse. Dans cette optique, la mise en place d installations privées d évacuation et de traitement des eaux usées est permise dans l aire de protection intermédiaire du puits P-4, délimitée par le trait rouge sur la figure 3, mais doit être effectuée conformément à la règlementation en vigueur et sous la supervision d un professionnel. Le projet de développement résidentiel n est toutefois pas prévu dans ce secteur. 6.0 QUALITÉ ET QUANTITÉ DES EAUX SOUTERRAINES EXPLOITÉES Depuis la mise en opération des puits en 2008, la effectue un programme de gestion d aquifère afin d assurer une exploitation adéquate des aquifères sollicités, tant au niveau quantitatif que qualitatif, et de suivre le rendement de chacun des ouvrages de captage exploités. Dans le cadre de ce programme, les données des compteurs de production sont relevées quotidiennement aux puits. Les fluctuations naturelles ou provoquées des nappes d eau sont également relevées aux puits de pompage et aux piézomètres d observation. Des essais de pompage de courte durée sont réalisés de façon annuelle dans le but de suivre l évolution du rendement des puits, comparativement à leur rendement initial. Un échantillonnage mensuel de l eau des nappes captive et libre est aussi effectué aux piézomètres à double niveau FOS-6 et FOS-7 afin de fournir, le cas échéant, un signal d alerte de contamination avant que cette dernière n atteigne les puits. L ensemble de ces données est analysé de façon à assurer une gestion efficace des aquifères et, le cas échéant, à recommander les interventions nécessaires. Le tout est compilé sous forme d un rapport annuel. N/Réf. :

12 Sur la base des données enregistrées depuis 2008, l utilisation des puits P-1, P-2, P-4 et P-5 n a pas porté préjudice aux nappes captive et libre. L élévation des nappes aquifères a varié en fonction des conditions climatiques et du régime de pompage imposé. Aucune tendance générale à la baisse, reflétant une surexploitation, n a été observée. Les nappes captive et libre sont exploitées de façon sécuritaire. Les résultats d analyses des échantillons d eau prélevés mensuellement aux piézomètres à double niveau FOS-6 et FOS-7 représentent la qualité des eaux souterraines dans les aires de protection éloignée des puits. L'objectif de ce suivi analytique est de fournir, le cas échéant, un signal d alerte de contamination avant que cette dernière n atteigne les puits municipaux. La qualité des eaux souterraines est déterminée en référence aux paramètres suivants : coliformes fécaux (E. coli), coliformes totaux, colonies atypiques, carbone organique, chlorures et nitrates-nitrites. Depuis le début du suivi analytique en 2008, les résultats ne montrent aucune variation significative dans la valeur des paramètres mesurés. Par ailleurs, un suivi de la qualité des eaux distribuées est réalisé conformément aux exigences du Règlement sur la qualité de l eau potable (RQEP). Les résultats obtenus depuis 2012 ont été interprétés pour la présente étude. Aucun résultat hors-norme ou non conforme n a été obtenu. Pour toutes ces raisons, il est conclu qu aucune activité, affectation du territoire ou évènement n a affecté la qualité et la quantité des eaux souterraines exploitées par les puits P-1, P-2, P-4 et P CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS 7.1 Conclusion Akifer a été mandatée par le conseil municipal de Fossambault-sur-le-Lac pour préparer le rapport hydrogéologique répondant aux exigences de l article 68 du RPEP. Ce document consigne l ensemble des informations requises pour assurer la conformité des puits d eau potable de la avec ce nouveau règlement. La s approvisionne en eau potable à partir de quatre puits tubulaires situés à proximité l un de l autre. Les puits P-1, P-2 et P-5 sont aménagés dans la nappe captive inférieure et le puits P-4 est aménagé au niveau de la nappe libre supérieure. Les puits P-1 et P-2 sont munis d une crépine télescopique alors que les puits P-4 et P-5 sont de type multitubé avec crépine entourée de massif filtrant. Les crépines des puits P-1, P-2 et P-5 sont situées dans l intervalle de profondeur compris entre 50,9 et 58,0 mètres, alors que la crépine du puits P-4 est située entre 16,3 et 24,5 mètres. Les puits sont tous munis d une collerette de cimentbentonite dans la partie supérieure afin d avoir une protection contre l infiltration d eau de surface le long du tubage. N/Réf. :

13 Les puits P-1, P-2, P-4 et P-5 sont considérés comme étant des prélèvements d eau souterraine de catégorie 1. Leurs aires de protection ont été déterminées selon les exigences requises pour un prélèvement de cette catégorie, notamment à l aide de données recueillies dans un minimum de trois puits/piézomètres aménagés au sein des aquifères exploités. Les aires de protection éloignée ont été évaluées par la méthode de Todd et les aires de protection intermédiaire bactériologique et virologique ont été déterminées par la méthode de Bear. Les paramètres nécessaires à la détermination des aires de protection éloignée sont la transmissivité, le gradient hydraulique et le volume d eau soutiré. Pour les aires de protection intermédiaire, deux autres variables sont considérées, soit la porosité du milieu aquifère et l épaisseur saturée. Les valeurs des paramètres hydrogéologiques des nappes captive et libre utilisés pour les différents calculs sont tirées des rapports antérieurs. L aire de protection éloignée des puits P-1, P-2 et P-5 prend la forme d une parabole ouverte vers le sud-est jusqu à la limite de partage des eaux en amont, pour un volume d exploitation de 1,7072 m 3 /min. La limite de l aire est tronquée à l ouest par le lac Saint-Joseph et au sud par la limite de partage des eaux. L aire de protection intermédiaire bactériologique, correspondant à un temps de parcours des eaux souterraines de 200 jours, est de 597 mètres et l aire virologique, correspondant à un temps de parcours des eaux souterraines de 550 jours, est de 220 mètres. L aire de protection éloignée du puits P-4 prend la forme d une parabole ouverte vers le sud, sur une largeur de 418 mètres au droit du puits et de 838 mètres à la limite de partage des eaux en amont, pour un volume moyen d exploitation de 0,5678 m 3 /min. L aire de protection intermédiaire bactériologique est de 116 mètres et l aire virologique est de 220 mètres. L évaluation de la vulnérabilité des eaux souterraines exploitées par les puits municipaux a été réalisée avec la méthode DRASTIC. Pour la nappe captive, l indice obtenu caractérise un aquifère ayant un degré de vulnérabilité faible. Ce résultat est en partie attribuable à la profondeur élevée de l aquifère et à la présence de matériaux de plus faible perméabilité au-dessus, ce qui lui confère une protection efficace contre les activités réalisées en surface. Pour la nappe libre, la valeur indique un degré de vulnérabilité moyen. Ce résultat est en partie attribuable à la faible profondeur et à l absence d un couvert protecteur. Le RQEP est plus restrictif pour les activités à contrôler ou à interdire dans l aire de protection intermédiaire lorsque la vulnérabilité des eaux souterraines est moyenne, comme c est le cas pour la nappe libre. Les activités présentes dans les aires de protection des puits municipaux de même que les affectations actuelles du territoire ne sont pas susceptibles d affecter la qualité et la quantité des eaux souterraines exploitées par les puits municipaux. Depuis la mise en opération des puits en 2008, la effectue un programme de gestion d aquifère afin d assurer une exploitation adéquate des aquifères sollicités, tant au niveau quantitatif que qualitatif. Sur la base de ces données, l utilisation des puits municipaux n a pas porté préjudice aux nappes captive et libre et ces dernières sont exploitées de façon sécuritaire. Les résultats du suivi de la qualité des eaux souterraines dans les aires de protection éloignée des puits, de même que ceux du suivi de la qualité des eaux distribuées, ne montrent aucune variation significative dans la valeur des paramètres mesurés. Ainsi, aucune activité, affectation du territoire ou évènement n a affecté la qualité et la quantité des eaux souterraines exploitées par les puits P-1, P-2, P-4 et P-5. N/Réf. :

14 7.2 Recommandations Les résultats des travaux réalisés dans le cadre du présent mandat conduisent à faire les recommandations suivantes : Transmettre un avis écrit au domicile de chacune des propriétés incluses dans les aires de protection intermédiaire des puits P-1, P-2, P-4 et P-5 informant leurs propriétaires ou leurs occupants de la présence d un site de prélèvement d eau souterraine dans leur voisinage (article 57 du RPEP). Interdire l aménagement d un site de forage destiné à rechercher ou exploiter du pétrole, du gaz naturel, de la saumure ou un réservoir souterrain, ainsi que l exécution d un sondage stratigraphique dans les aires de protection éloignée des puits P-1, P-2, P-4 et P-5 et à une distance de 500 mètres de ces puits (articles 32 et 66 du RPEP). Si la concentration en nitrates + nitrites dans l eau brute des puits dépasse 5 mg/l dans au moins deux échantillons sur une période de deux ans, transmettre au ministre la liste des propriétés incluses en partie ou en totalité dans les aires de protection intermédiaire des puits P-1, P-2, P-4 et P-5 (article 67 du RPEP). Transmettre une copie du présent rapport au ministre ainsi qu à la MRC La Jacques-Cartier, à la municipalité de Shannon et à la Corporation du bassin de la Jacques-Cartier puisque leur territoire recoupe celui des aires de protection éloignée des puits P-1, P-2, P-4 et P-5. Mettre à jour le présent rapport tous les cinq ans et en transmettre une copie au ministre (article 68 du RPEP). La mise en place d installations privées d évacuation et de traitement des eaux usées dans l aire de protection intermédiaire du puits P-4 doit être effectuée conformément à la règlementation en vigueur et sous la supervision d un professionnel. Respecter les dispositions relatives au milieu agricole suivantes (articles 58 à 64 du RPEP). Elles se détaillent comme suit : L épandage et le stockage à même le sol de boues provenant d ouvrages municipaux d assainissement des eaux usées ou de tout autre système de traitement ou d accumulation d eaux usées sanitaires ou de matières contenant plus de 0,1 % de telles boues, sauf celles certifiées conformes aux normes CAN/BNQ , CAN/BNQ ou BNQ ou utilisées à des fins d entretien domestique, est interdit dans l aire de protection intermédiaire virologique du puits P-4 (article 58). L aménagement d une cour d exercice et le stockage, à même le sol, de déjections animales, de matières fertilisantes azotées, de compost de ferme ou de matières résiduelles fertilisantes non certifiées conformes aux normes CAN/BNQ , CAN/BNQ ou BNQ sont interdits dans l aire de protection intermédiaire bactériologique du puits P-4 (article 59). L aménagement d une cour d exercice et le stockage, à même le sol, de déjections animales, de matières fertilisantes azotées, de compost de ferme ou de matières résiduelles fertilisantes non certifiées conformes aux normes CAN/BNQ , CAN/BNQ ou BNQ sont interdits dans l aire de protection intermédiaire virologique du puits P-4 lorsque la concentration en nitrates + nitrites de l eau échantillonnée conformément au RQEP est supérieure à 5 mg/l à deux reprises ou plus sur une période de deux ans (article 59). L aménagement d une aire de compostage est interdit dans les premiers 100 mètres de l aire de protection intermédiaire bactériologique du puits P-4 (article 60). N/Réf. :

15 L aménagement d un ouvrage de stockage de déjections animales ou d un bâtiment d élevage d animaux est interdit dans les premiers 100 mètres de l aire de protection intermédiaire bactériologique du puits P-4 (article 61). L aménagement d une aire de compostage, d un ouvrage de stockage de déjections animales ou d un bâtiment d élevage dans la portion restante de l aire de protection bactériologique du puits P-4 est permis, mais doit être conçu de manière à assurer son étanchéité et son aménagement doit être effectué sous la supervision d un professionnel. De plus, une telle aire de compostage ou ouvrage de stockage de déjections animales doit faire l objet d une évaluation de son étanchéité par un professionnel tous les 10 ans (article 62). L aménagement d une aire de compostage, d un ouvrage de stockage de déjections animales ou d un bâtiment d élevage dans les aires de protection bactériologique des puits P-1, P-2 et P-5 doit être conçu de manière à assurer son étanchéité et son aménagement et doit être effectué sous la supervision d un professionnel. De plus, une telle aire de compostage ou ouvrage de stockage de déjections animales doit faire l objet d une évaluation de son étanchéité par un professionnel tous les 10 ans (article 62). Le pâturage et l épandage de déjections animales, de compost de ferme ou de matières résiduelles fertilisantes non certifiées conformes aux normes CAN/BNQ , CAN/BNQ ou BNQ sont interdits dans les premiers 100 mètres de l aire de protection intermédiaire bactériologique du puits P-4. S il est effectué à des fins d entretien domestique, l épandage est permis (article 63). Le pâturage et l épandage de déjections animales, de compost de ferme, de matières résiduelles fertilisantes non certifiées conformes aux normes CAN/BNQ , CAN/BNQ ou BNQ ou de matières fertilisantes azotées sont interdits dans l aire de protection intermédiaire virologique du puits P-4 lorsque la concentration en nitrates + nitrites de l eau échantillonnée conformément au RQEP est supérieure à 10 mg/l à deux reprises ou plus sur une période de deux ans. S il est effectué à des fins d entretien domestique, l épandage est permis (article 63). Le pâturage et l épandage de déjections animales, de compost de ferme ou de matières résiduelles fertilisantes dans l aire de protection bactériologique du puits P-4 à une distance supérieure à 100 mètres sont permis, mais doivent être effectués conformément à la recommandation d un professionnel (article 64). Le pâturage et l épandage de déjections animales, de compost de ferme, de matières résiduelles fertilisantes ou de matières résiduelles azotées doivent être effectués conformément à la recommandation d un professionnel dans l aire de protection virologique du puits P-4 lorsque la concentration en nitrates + nitrites de l eau échantillonnée conformément au RQEP est supérieure à 5 mg/l à deux reprises ou plus sur une période de deux ans (article 64). N/Réf. :

16 ANNEXE 1 Figures 1 à 3

17 x x x x x x x x x x x x x x O N S E x x

18 x x O N S E x x

19 x x x O N S E x x

20 ANNEXE 2 Rapports de forage

21 RAPPORT DE FORAGE P-1 No. DE PROJET CLIENT ENTREPRENEUR SUPERVISION D.Lamontagne ÉLÉVATION DE SURFACE m DATE DÉBUT DATE FIN Samson et Frères inc. VÉRIFICATION R. Lamontagne TYPE D'AMÉNAGEMENT COORDONNÉES GÉODÉSIQUES X = Y = SYSTÈME DE COORDONNÉES UTM NAD83 ZONE 19 TECH. DE FORAGE SOL Roto-percussion TECH. DE FORAGE ROC N/A OPÉRATEUR Jean Bouffard TYPE DE MACHINERIE Rotative ÉLÉVATION TUBAGE m RÉFÉRENCE ÉLÉVATION Géodésique DIA. DE FORAGE SOL DIA. DE FORAGE ROC 20.3cm 20.3cm COUVERCLE CADENASSÉ: PROFONDEUR DU ROC 58.83m PROFONDEUR DE LA NAPPE PUITS EXPÉRIMENTAL Oui 0.84m( ) COUPE GÉOLOGIQUE PUITS EXPÉRIMENTAL, SCHÉMA DE CONSTRUCTION AKIFER_HYDRO_ _PUITS-PIEZO.GPJ ÉLÉVATION PROFONDEUR NAPPE 0.84m STRATIGR Terre végétale Sable fin, brun. Plus fin à partir de 12,19 m Sable fin, gris avec interlits de silt argileux Sable fin, gris Sable fin, gris avec interlits de silt argileux Sable fin, gris Sable fin, gris et silt argileux Silt argileux, gris Sable fin à moyen, traces de gravier Sable et gravier. DESCRIPTION SURFACE DU TERRAIN Sable et gravier, un peu de silt Fin du forage. TUBAGE EXTÉRIEUR Type: Acier ASTM-A53 Dia. int.: 20.32cm Longueur: 53.29m Profondeur: 0,0 à 52.58m Margelle: 0.71m COLLERETTE Type: Ciment-bentonite Dia. ext.: 30.4cm Profondeur: 0 à 6.00m CRÉPINE 1 Type: Télescopique Dia. nom..: 20.32cm Longueur: 3.05m Profondeur: à 55.91m Ouverture: 15 mils (0.38mm) CRÉPINE 2 Type: Télescopique Dia. nom..: 20.32cm Longueur: 2.03m Profondeur: à 57.94m Ouverture: 40 mils (1.01mm) MANCHON Type: Acier Diamètre: 20.3cm Longueur: 112cm Collerette de ciment-bentonite Tubage extérieur Manchon Crépine 15 millièmes (0,38 mm) Crépine 40 millièmes (1,01 mm) Pierre nette Page 1 de 1

22 RAPPORT DE FORAGE P-2 No. DE PROJET CLIENT ENTREPRENEUR SUPERVISION A. Racine ÉLÉVATION DE SURFACE m DATE DÉBUT DATE FIN Samson et Frères inc. VÉRIFICATION R. Lamontagne TYPE D'AMÉNAGEMENT COORDONNÉES GÉODÉSIQUES X = Y = SYSTÈME DE COORDONNÉES UTM NAD83 ZONE 19 TECH. DE FORAGE SOL TECH. DE FORAGE ROC Roto-percussion Rotation OPÉRATEUR Jean Bouffard TYPE DE MACHINERIE Rotative ÉLÉVATION TUBAGE m RÉFÉRENCE ÉLÉVATION Géodésique DIA. DE FORAGE SOL DIA. DE FORAGE ROC 30.5cm 15.2cm COUVERCLE CADENASSÉ: PROFONDEUR DU ROC 58.68m PROFONDEUR DE LA NAPPE PUITS PERMANENT Oui 1.06m( ) COUPE GÉOLOGIQUE PUITS PERMANENT, SCHÉMA DE CONSTRUCTION AKIFER_HYDRO_ _PUITS-PIEZO.GPJ ÉLÉVATION PROFONDEUR NAPPE 1.06m STRATIGR Terre végétale Sable moyen, traces de gravier, brun Sable fin, brun, présence d'interlits de silt brun Sable fin avec interlits de silt argileux, gris Sable fin, un peu de silt, interlits de silt argileux, gris Silt argileux gris, traces de sable fin Sable graveleux avec traces de silt, brun-gris, présence de cailloux Sable et gravier, un peu de silt, gris Roc Fin du forage. DESCRIPTION SURFACE DU TERRAIN TUBAGE EXTÉRIEUR Type: Acier ASTM-A53 Dia. int.: 30.48cm Longueur: 51.97m Profondeur: 0,0 à 51.06m Margelle: 0.91m COLLERETTE Type: Ciment-bentonite Dia. ext.: 40.6cm Profondeur: 1.83 à 6.10m CRÉPINE 1 Type: Télescopique Dia. nom..: 25.40cm Longueur: 5.04m Profondeur: 51.1 à 56.14m Ouverture: 40 mils (1.01mm) MANCHON Type: Acier Diamètre:30cm réduit à 25cm Longueur: 131cm Collerette de ciment-bentonite Tubage extérieur Manchon Crépine Tout-venant Page 1 de 1

23 RAPPORT DE FORAGE P-3 No. DE PROJET CLIENT ENTREPRENEUR SUPERVISION A. Racine ÉLÉVATION DE SURFACE m DATE DÉBUT DATE FIN Samson et Frères inc. VÉRIFICATION R. Lamontagne TYPE D'AMÉNAGEMENT COORDONNÉES GÉODÉSIQUES X = Y = SYSTÈME DE COORDONNÉES UTM NAD83 ZONE 19 TECH. DE FORAGE SOL TECH. DE FORAGE ROC Roto-percussion Rotation OPÉRATEUR Jean Bouffard TYPE DE MACHINERIE Rotative ÉLÉVATION TUBAGE m RÉFÉRENCE ÉLÉVATION Géodésique DIA. DE FORAGE SOL DIA. DE FORAGE ROC 30.5cm 15.2cm COUVERCLE CADENASSÉ: PROFONDEUR DU ROC 60.36m PROFONDEUR DE LA NAPPE PUITS PERMANENT Oui 0.70m( ) COUPE GÉOLOGIQUE PUITS PERMANENT, SCHÉMA DE CONSTRUCTION AKIFER_HYDRO_ _PUITS-PIEZO.GPJ ÉLÉVATION PROFONDEUR NAPPE 0.70m STRATIGR Terre végétale Sable moyen, traces de gravier, brun Sable fin, brun, présence d'interlits de silt brun Sable fin avec interlits de silt argileux, gris Sable fin, un peu de silt, interlits de silt argileux, gris Silt argileux gris, traces de sable fin Sable graveleux et/ou sable et gravier avec traces de silt, brun-gris, présence de cailloux et présence d'un bloc de à m Sable et gravier, un peu de silt, gris Roc Fin du forage. DESCRIPTION SURFACE DU TERRAIN TUBAGE EXTÉRIEUR Type: Acier ASTM-A53 Dia. int.: 30.48cm Longueur: 53.48m Profondeur: 0,0 à 52.82m Margelle: 0.66m COLLERETTE Type: Ciment-bentonite Dia. ext.: 40.6cm Profondeur: 1.52 à 6.10m CRÉPINE 1 Type: Télescopique Dia. nom..: 25.40cm Longueur: 5.05m Profondeur: à 57.87m Ouverture: 40 mils (1.01mm) MANCHON Type: Acier Diamètre:30cm réduit à 25cm Longueur: 133cm Collerette de ciment-bentonite Tubage extérieur Manchon Crépine Tout-venant Page 1 de 1

24 RAPPORT DE FORAGE P-4 No. DE PROJET CLIENT ENTREPRENEUR SUPERVISION A. Racine ÉLÉVATION DE SURFACE m DATE DÉBUT DATE FIN Samson et Frères inc. VÉRIFICATION R. Lamontagne TYPE D'AMÉNAGEMENT COORDONNÉES GÉODÉSIQUES X = Y = SYSTÈME DE COORDONNÉES UTM NAD83 ZONE 19 TECH. DE FORAGE SOL Percussion TECH. DE FORAGE ROC N/A OPÉRATEUR André Samson TYPE DE MACHINERIE Percussion ÉLÉVATION TUBAGE m RÉFÉRENCE ÉLÉVATION Géodésique DIA. DE FORAGE SOL 40.6cm DIA. DE FORAGE ROC N/A COUVERCLE CADENASSÉ: PROFONDEUR DU ROC N/A PROFONDEUR DE LA NAPPE PUITS PERMANENT Oui 0.60m( ) COUPE GÉOLOGIQUE PUITS PERMANENT, SCHÉMA DE CONSTRUCTION ÉLÉVATION PROFONDEUR NAPPE 0.60m STRATIGR. DESCRIPTION SURFACE DU TERRAIN 0.00 Terre végétale Sable moyen, traces de gravier, brun. TUBAGE EXTÉRIEUR Type: Acier ASTM-A53 Dia. int.: 40.64cm Longueur: 16.69m Profondeur: 0,0 à 16.04m Margelle: 0.65m Collerette de ciment-bentonite TUBAGE INTÉRIEUR Type: Acier ASTM-A53 Dia. int.: 30.48cm Longueur: 17.31m Profondeur: 0.0 à 16.32m Margelle: 0.99m Tubage extérieur Sable fin, brun, présence d'interlits de silt brun. COLLERETTE Type: Ciment-bentonite Dia. ext.: 50.8cm Profondeur: 1.83 à 6.10m Tubage intérieur CRÉPINE 1 Type: "Pipe-size" Dia. nom..: 25.40cm Longueur: 8.17m Profondeur: à 24.49m Ouverture: 25 mils (0.63mm) Massif filtrant Crépine AKIFER_HYDRO_ _PUITS-PIEZO.GPJ Sable fin avec interlits de silt argileux, gris Fin du forage. MANCHON Type: Acier Diamètre: réduit à 25.40cm Longueur: 20cm MASSIF FILTRANT Type: Sable de silice Calibre: 0.75 Profondeur: 9.15 à 25.91m Page 1 de 1

25 RAPPORT DE FORAGE P-5 No. DE PROJET CLIENT ENTREPRENEUR SUPERVISION D. Lamontagne ÉLÉVATION DE SURFACE m DATE DÉBUT DATE FIN Samson et Frères inc. VÉRIFICATION R. Lamontagne TYPE D'AMÉNAGEMENT COORDONNÉES GÉODÉSIQUES X = Y = SYSTÈME DE COORDONNÉES UTM NAD83 ZONE 19 TECH. DE FORAGE SOL TECH. DE FORAGE ROC Roto-percussion Percussion OPÉRATEUR Claude Bouffard TYPE DE MACHINERIE Rotative ÉLÉVATION TUBAGE m RÉFÉRENCE ÉLÉVATION Géodésique DIA. DE FORAGE SOL DIA. DE FORAGE ROC 40.6cm 40.6cm COUVERCLE CADENASSÉ: PROFONDEUR DU ROC 57.93m PROFONDEUR DE LA NAPPE PUITS PERMANENT Oui 1.36m( ) COUPE GÉOLOGIQUE PUITS PERMANENT, SCHÉMA DE CONSTRUCTION AKIFER_HYDRO_ _P-5.GPJ ÉLÉVATION PROFONDEUR NAPPE 1.36m STRATIGR Sable moyen, traces de gravier, brun Sable moyen, brun Sable fin, brun Sable fin, avec interlits de silt argileux, gris Sable silteux, gris. DESCRIPTION SURFACE DU TERRAIN Sable fin, traces de gravier, traces de silt, gris Sable fin à moyen, traces de gravier, traces de silt Sable moyen à grossier, traces de gravier, traces de silt Sable graveleux, traces de silt Sable, traces de silt, brun Sable, traces de silt, traces de gravier, brun Sable un peu de gravier, traces de silt, brun Sable graveleux, un peu de silt Roc Fin du forage. TUBAGE PROTECTEUR Type: Acier ASTM-A53 Dia. int.: 40.64cm Longueur: 50.99m Profondeur: 0,0 à 50.94m Margelle: 0.05m TUBAGE INTÉRIEUR Type: Acier ASTM-A53 Dia. int.: 30.48cm Longueur: 51.68m Profondeur: 0.0 à 50.74m Margelle: 0.94m COLLERETTE Type: Ciment-bentonite Dia. ext.: 50.8cm Profondeur: 1.83 à 6.25m CRÉPINE 1 Type: Télescopique Dia. nom..: 25.40cm Longueur: 5.00m Profondeur: à 55.92m Ouverture: 35 mils (0.88mm) MASSIF FILTRANT Type: Sable de silice Calibre: 0.90 Profondeur: 6.25 à 58.84m Tout-venant Collerette Réducteur Crépine Page 1 de 1

26 RAPPORT DE FORAGE FOS-1 No. DE PROJET CLIENT ENTREPRENEUR SUPERVISION S. Moore ÉLÉVATION DE SURFACE m DATE DÉBUT DATE FIN Samson et Frères inc. VÉRIFICATION R. Lamontagne TYPE D'AMÉNAGEMENT COORDONNÉES GÉODÉSIQUES X = Y = SYSTÈME DE COORDONNÉES UTM NAD83 ZONE 19 TECH. DE FORAGE SOL TECH. DE FORAGE ROC Roto-percussion Rotation OPÉRATEUR Jean Bouffard TYPE DE MACHINERIE Rotative ÉLÉVATION TUBAGE m RÉFÉRENCE ÉLÉVATION Géodésique DIA. DE FORAGE SOL DIA. DE FORAGE ROC 15.2cm 15.2cm COUVERCLE CADENASSÉ: PROFONDEUR DU ROC 58.98m PROFONDEUR DE LA NAPPE Oui PIÉZOMÈTRE N/A COUPE GÉOLOGIQUE PIÉZOMÈTRE, SCHÉMA DE CONSTRUCTION AKIFER_HYDRO_ _PUITS-PIEZO.GPJ ÉLÉVATION PROFONDEUR NAPPE STRATIGR Terre végétale Sable fin, brun. Plus fin à partir de 12,19 m Sable fin, gris avec interlits de silt argileux Sable fin, gris Sable fin, gris avec interlits de silt argileux Sable fin, gris Sable fin, gris et silt argileux Silt argileux, gris Sable fin à moyen, traces de gravier Sable et gravier. DESCRIPTION SURFACE DU TERRAIN Sable et gravier, un peu de silt Roc Fin du forage. TUBAGE PROTECTEUR Type: Acier ASTM-A53 Dia. int.: 15.24cm Longueur: 3.05m Profondeur: 0,0 à 2.14m Margelle: 0.91m TUBAGE INTÉRIEUR Type: PVC Dia. int.: 5.08cm Longueur: 19.23m Profondeur: 0.0 à 18.67m Margelle: 0.56m BOUCHON ÉTANCHE Type: Bentonite Profondeur 1: à 23.47m Profondeur 2: à 42.67m Profondeur 3: à 52.65m CRÉPINE 1 Type: PVC Dia. nom..: 5.08cm Longueur: 3.05m Profondeur: à 21.72m Ouverture: 10 mils (0.25mm) CRÉPINE 2 Type: PVC Dia. nom..: 5.08cm Longueur: 3.05m Profondeur: à 57.57m Ouverture: 10 mils (0.25mm) MASSIF FILTRANT Type: Sable de silice Calibre: 1.04 Profondeur: 2.13 à 21.72m Bouchon étanche Crépine Bouchon étanche Tout-venant Bouchon étanche Tout-venant Bouchon étanche Crépine Page 1 de 1

27 RAPPORT DE FORAGE FOS-2 No. DE PROJET CLIENT ENTREPRENEUR SUPERVISION D. Lamontagne ÉLÉVATION DE SURFACE m DATE DÉBUT DATE FIN Samson et Frères inc. VÉRIFICATION R. Lamontagne TYPE D'AMÉNAGEMENT COORDONNÉES GÉODÉSIQUES X = Y = SYSTÈME DE COORDONNÉES UTM NAD83 ZONE 19 TECH. DE FORAGE SOL TECH. DE FORAGE ROC Percussion Percussion OPÉRATEUR Claude Bouffard TYPE DE MACHINERIE Percussion ÉLÉVATION TUBAGE m RÉFÉRENCE ÉLÉVATION Géodésique DIA. DE FORAGE SOL DIA. DE FORAGE ROC 15.2cm 15.2cm COUVERCLE CADENASSÉ: PROFONDEUR DU ROC 58.06m PROFONDEUR DE LA NAPPE Oui PIÉZOMÈTRE N/A COUPE GÉOLOGIQUE PIÉZOMÈTRE, SCHÉMA DE CONSTRUCTION AKIFER_HYDRO_ _PUITS-PIEZO.GPJ ÉLÉVATION PROFONDEUR NAPPE STRATIGR Terre végétale Sable fin à moyen, brun Sable brun avec interlits de silt Silt argileux, gris Sable silteux, gris Sable, un peu de gravier, un peu de silt à silteux, présence de blocs Roc Fin du forage. DESCRIPTION SURFACE DU TERRAIN TUBAGE PROTECTEUR Type: Acier ASTM-A53 Dia. int.: 15.24cm Longueur: 1.98m Profondeur: 0,0 à 1.07m Margelle: 0.91m TUBAGE INTÉRIEUR Type: PVC Dia. int.: 5.08cm Longueur: 12.33m Profondeur: 0.0 à 11.66m Margelle: 0.67m BOUCHON ÉTANCHE Type: Bentonite Profondeur 1: 1.07 à 1.52m Profondeur 2: à 28.80m Profondeur 3: à 51.21m CRÉPINE 1 Type: PVC Dia. nom..: 5.08cm Longueur: 3.05m Profondeur: à 14.71m Ouverture: 10 mils (0.25mm) CRÉPINE 2 Type: PVC Dia. nom..: 5.08cm Longueur: 4.57m Profondeur: 51.9 à 56.47m Ouverture: 10 mils (0.25mm) MASSIF FILTRANT Type: Sable de silice Calibre: 1.04 Profondeur: à 14.71m Bouchon étanche Crépine Tout-venant Bouchon étanche Tout-venant Bouchon étanche Crépine Page 1 de 1

Règlement prélèvement des eaux et leur protection (RPEP) CA GROBEC11 sept. 2014 Andréanne Paris

Règlement prélèvement des eaux et leur protection (RPEP) CA GROBEC11 sept. 2014 Andréanne Paris Règlement prélèvement des eaux et leur protection (RPEP) CA GROBEC11 sept. 2014 Andréanne Paris Plan de présentation Mise en contexte (Walkerton, Mégantic) Grandes lignes du RPEP Catégories Aire de protection

Plus en détail

MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489

MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489 MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489 Préalables et obligations pour les demandes de permis pour l aménagement

Plus en détail

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5 Le présent document donne des informations sur les normes applicables à la construction ou la modification d une installation septique pour un usage résidentiel de six chambres à coucher ou moins et qui

Plus en détail

DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement. Rubrique 1110

DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement. Rubrique 1110 Novembre 2014 Direction Départementale des Territoires de l Isère Service Environnement DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement Rubrique

Plus en détail

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A 105 CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL Article 1 A - Occupations et utilisations du sol interdites 1. Les bâtiments à usage d habitation,

Plus en détail

(c.q-2, r.22) En bref (version 2011)

(c.q-2, r.22) En bref (version 2011) (c.q-2, r.22) En bref (version 2011) 2008 2 NOTE AU LECTEUR Cet ouvrage se veut une aide à la compréhension du règlement provincial, utilisé par les municipalités du Québec et les consultants qui effectuent

Plus en détail

Projet de règlement modifiant le Règlement Q 2, r.22

Projet de règlement modifiant le Règlement Q 2, r.22 Projet de règlement modifiant le Règlement Q 2, r.22 Forum national sur les lacs 2014 12 juin 2014 Linda Picard, ing., Direction des eaux municipales Projet de règlement modifiant le Règlement Q 2, r.22

Plus en détail

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie Eau souterraine [o sutɛʀɛñ] : Eau sous tension hydrostatique présente dans les vides interconnectés de la zone de saturation. Cette eau émerge à la surface sous forme de sources et pénètre dans des puits.

Plus en détail

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA)

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) Étude des impacts sur l environnement et le milieu social 28 mars

Plus en détail

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE Des règles différentes peuvent s appliquer dans le cas d un commerce. Informez-vous

Plus en détail

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE Diagnostic réalisé sur la commune de : SECHILIENNE Contrôle pour transaction N de dossier : 38478 E031501 Date de la visite

Plus en détail

Ville de Rivière-Rouge Condensé normatif Document non officiel 2015

Ville de Rivière-Rouge Condensé normatif Document non officiel 2015 NORMES GÉNÉRALES - PRÉLÈVEMENT D EAU Lors de la demande de permis pour la construction d un ouvrage de captage des eaux souterraines, les renseignements et documents additionnels suivants doivent être

Plus en détail

TABLEAU 6.2 : Paramètre B (suite)

TABLEAU 6.2 : Paramètre B (suite) 197 TABLEAU 6.2 : Paramètre B (suite) 198 TABLEAU 6.3 : Paramètre B (suite) 199 TABLEAU 6.4 : Paramètre B (suite) 200 TABLEAU 6.5 : Paramètre B (suite) 201 240. PARAMÈTRE C : CHARGE D ODEUR Le paramètre

Plus en détail

L Association maritime du Québec

L Association maritime du Québec L Association maritime du Québec Les aspects juridiques applicables aux exploitants de marinas en matière d environnement Par Hélène Lauzon Lavery, de Billy Le 14 mai 2003 (révisé le 25 août 2003) Hôtel

Plus en détail

règlement sur le captage des eaux souterraines en bref

règlement sur le captage des eaux souterraines en bref règlement sur le captage des eaux souterraines en bref règlement sur le captage des eaux souterraines en bref Ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Dépôt légal Bibliothèque

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D INSTALLATION IMPORTANT!: Les renseignements demandés dans ce document permettront au Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de donner un avis technique

Plus en détail

Table des matières. Liste des tableaux. Tableau 1 Dimensions de l'aire d'alimentation de P Tableau 2 Aire d'alimentation de P-5...

Table des matières. Liste des tableaux. Tableau 1 Dimensions de l'aire d'alimentation de P Tableau 2 Aire d'alimentation de P-5... Table des matières 1. INTRODUCTION... 2 2. AIRES D ALIMENTATION ET PÉRIMÈTRES DE PROTECTION BACTÉRIOLOGIQUE ET VIROLOGIQUE (art. 25, 1 er et 2 e paragraphes)... 2 3. ÉVALUATION DE LA VULNÉRABILITÉ DRASTIC

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

Notions élémentaires sur les puits d eau

Notions élémentaires sur les puits d eau Notions élémentaires sur les puits d eau Il y a environ 100 000 puits d eau à usage domestique au Nouveau-Brunswick. Les deux principaux types de puits que l on trouve sont les puits forés et les puits

Plus en détail

LE CONSEIL DE LA MUNICIPALITÉ DE SAINTE-CLOTILDE-DE-HORTON DÉCRÈTE CE QUI SUIT

LE CONSEIL DE LA MUNICIPALITÉ DE SAINTE-CLOTILDE-DE-HORTON DÉCRÈTE CE QUI SUIT Règlement numéro 98 Décrétant des travaux de réfection des conduites d aqueduc, d égout domestique et de réfection complète de la chaussée et des trottoirs sur plusieurs rues de la municipalité et autorisant

Plus en détail

POUR TOUTE INFORMATION

POUR TOUTE INFORMATION Installation d Assainissement Non Collectif Fiche de renseignements Mairie de PLOUGOURVEST Bourg 29400 PLOUGOURVEST Téléphone : 02 98 68 53 49 Télécopie : 02 98 68 55 89 mairie.plougourvest@wanadoo.fr

Plus en détail

Alimentation en eau potable et assainissement

Alimentation en eau potable et assainissement Qualité et cadre de vie Environnement Alimentation en eau potable et assainissement Alimentation en eau potable : Cf : tableau page suivante Assainissement Cf : tableau page suivante Contact Les dossiers

Plus en détail

Installation septique

Installation septique Installation septique Guide de référence Le gouvernement du Québec a adopté en 1981 une réglementation s appliquant à l ensemble du territoire québécois concernant la construction des installations septiques

Plus en détail

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif Communauté d Agglomération de Marne et Gondoire Commune de LESCHES Zonage d assainissement EU Notice d enquête publique ANNEXES Annexe 1 : Annexe 2 : Annexe 3 : Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

Les transactions immobilières

Les transactions immobilières Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Les transactions immobilières 6 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés

Plus en détail

Document d information sur les ouvrages de captages d eau souterraine

Document d information sur les ouvrages de captages d eau souterraine Document d information sur les ouvrages de captages d eau souterraine Puits tubulaire Puits de surface Pointe filtrante Captage de source Puits rayonnant Municipalité de Lac-Édouard Le captage de l eau

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

Choix du site La limite d une carrière de sable ou de gravier ne doit pas être située à l intérieur des marges de retrait indiquées ci-après.

Choix du site La limite d une carrière de sable ou de gravier ne doit pas être située à l intérieur des marges de retrait indiquées ci-après. Ministère de l Environnement et des Gouvernements locaux Directive pour les carrières de sable et de gravier OBJECTIF L objectif du présent document est de fournir de l information et des directives aux

Plus en détail

Le captage des eaux souterraines

Le captage des eaux souterraines Le captage des eaux souterraines Plan de la présentation La recherche en eau souterraine; Notions d hydrogéologie; Règlement sur le captage des eaux souterraines (RCES); Ouvrages de captage autorisés par

Plus en détail

POUR TOUTE INFORMATION

POUR TOUTE INFORMATION Installation d Assainissement Non Collectif Fiche de renseignements (à remplir recto/verso) Communauté de Communes du Pays Léonard, 29 rue des Carmes, B.P. 116, 29250 Saint Pol de Léon Téléphone : 02.98.69.10.44

Plus en détail

VILLE DE NICOLET REFOULEMENTS DES 5 ET 11 AOÛT 2011: SECTEUR DE LA RUE PIERRE-LAVIOLETTE NOTE TECHNIQUE. N/Réf. : 16229. 8 mai 2013 Révision 1

VILLE DE NICOLET REFOULEMENTS DES 5 ET 11 AOÛT 2011: SECTEUR DE LA RUE PIERRE-LAVIOLETTE NOTE TECHNIQUE. N/Réf. : 16229. 8 mai 2013 Révision 1 VILLE DE NICOLET REFOULEMENTS DES 5 ET 11 AOÛT 2011: SECTEUR DE LA RUE PIERRE-LAVIOLETTE NOTE TECHNIQUE N/Réf. : 16229 8 mai 2013 Révision 1 Page : 1 TABLE DES MATIÈRES 1. MISE EN SITUATION... 1 2. ANALYSE

Plus en détail

Alimentation en eau potable et disposition des eaux usées

Alimentation en eau potable et disposition des eaux usées Alimentation en eau potable et disposition des eaux usées Secteur sud du quartier Sainte-Hélène-de-Breakeyville Soirée de consultation du 4 février 2009 Direction Environnement & infrastructures Ville

Plus en détail

Politique d interventions municipales pour la gestion des installations septiques des résidences isolées

Politique d interventions municipales pour la gestion des installations septiques des résidences isolées Politique d interventions municipales pour la gestion des installations septiques des résidences isolées Mise en œuvre 2016-2017 VOLET 1 VOLET 2 1 Mise aux normes : Assurer le bon fonctionnement Prise

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROJET. À l usage de la Municipalité Date Demande no. Taxes municipales à jour Oui Non Coût 25.00 $

DESCRIPTION DU PROJET. À l usage de la Municipalité Date Demande no. Taxes municipales à jour Oui Non Coût 25.00 $ À l usage de la Municipalité Demande no. No de matricule Permis no. Taxes municipales à jour Oui Non Coût 25.00 $ Zone P.I.I.A NOM DU PROPRIÉTAIRE ADRESSE DES TRAVAUX ADRESSE POSTALE VILLE CODE POSTAL

Plus en détail

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CHAPITRE II : APPLICABLES A LA ZONE N Caractère de la zone : Il s agit d une zone naturelle et forestière protégée en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur

Plus en détail

Table des matières. 23.1 champ d application. 23.2 bande tampon 23.2.1 obligation 23.2.2 aménagement de la bande tampon

Table des matières. 23.1 champ d application. 23.2 bande tampon 23.2.1 obligation 23.2.2 aménagement de la bande tampon Dispositions particulières aux usages industriels Table des matières 23.1 champ d application 23.2 bande tampon 23.2.1 obligation 23.2.2 aménagement de la bande tampon 23.3 sites d extraction 23.3.1 nouveaux

Plus en détail

La vidange de votre installation septique

La vidange de votre installation septique La vidange de votre installation septique Guide du Propriétaire SAISON 2012-2013 «La vidange de votre installation septique un geste important pour l environnement» NOUVEAU SERVICE La municipalité de Saint-Aubert

Plus en détail

Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ

Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Demande à compléter par le propriétaire

Plus en détail

Cadre réservé au service Déposé le :

Cadre réservé au service Déposé le : Formulaire de demande D installation d un dispositif d assainissement non collectif Cadre réservé au service Déposé le : N du dossier :. Service Public d Assainissement non Collectif Communauté d Agglomération

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration... 1 Sommaire INTRODUCTION... 2 1/ Le contexte général de la commune...3 2/ L état des réseaux...3 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...3 4/ Les solutions retenues par la commune...5 CONCLUSION Carte

Plus en détail

Strasbourg PLAN LOCAL D URBANISME. Commune d ECKBOLSHEIM. 6.2. Annexe sanitaire Eau potable. Département du Bas-Rhin

Strasbourg PLAN LOCAL D URBANISME. Commune d ECKBOLSHEIM. 6.2. Annexe sanitaire Eau potable. Département du Bas-Rhin Strasbourg Communauté Urbaine Communauté Urbaine de Strasbourg Commune d ECKBOLSHEIM Département du Bas-Rhin PLAN LOCAL D URBANISME 6.2. Annexe sanitaire Eau potable Dossier approuvé Décembre 2007 Communauté

Plus en détail

TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS

TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS MRC de Sept-Rivières 106, rue Napoléon, bureau 400, Sept-Îles (Qc) G4R 3L7 T 418 962-1900 F 418 962-3365 info@mrc.septrivieres.qc.ca www.mrc.septrivieres.qc.ca TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS Résumé

Plus en détail

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif DÉPARTEMENT DE LA DORDOGNE Date de dépôt du dossier : Cadres réservés au S.P.A.N.C. DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON

Plus en détail

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau 1971 ST-LOUIS, GATINEAU (QUÉBEC) J8T 4H6 R.B.Q 2592 3533-93 Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau Lots 3 966 254 et 2 957 115 MISE

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION CONSTRUCTION OU REHABLILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME

DEMANDE D INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) COLLECTIVITE DE SAINT-MARTIN DOSSIER N... Mme / Mr : DEMANDE D INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME (Document à joindre au permis de

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d ouvrages souterrains et le prélèvement d eaux souterraines dans une I.C.P.E.

GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d ouvrages souterrains et le prélèvement d eaux souterraines dans une I.C.P.E. Direction de la cohésion sociale et du développement durable ------- Bureau de l environnement et du développement durable ------- GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d

Plus en détail

Caractéristiques du projet Installateur (si connu)

Caractéristiques du projet Installateur (si connu) Communauté de Communes de la Côte des Isles Service Public d Assainissement Non Collectif 15 rue de Becqueret 50270 BARNEVILLE CARTERET Tél : 02 33 95 96 70 ; Fax : 02 33 95 96 71 site internet : www.cotedesisles.com

Plus en détail

Rapport de stockage sur les produits pétroliers Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage

Rapport de stockage sur les produits pétroliers Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT Rapport de stockage sur les produits pétroliers Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage Nom du requérant : Adresse du site : Numéro d identification du

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUEBEC MUNICIPALITÉ DE ST-ALBERT. Règlement numéro 39-05-92

CANADA PROVINCE DE QUEBEC MUNICIPALITÉ DE ST-ALBERT. Règlement numéro 39-05-92 CANADA PROVINCE DE QUEBEC MUNICIPALITÉ DE ST-ALBERT Règlement numéro 39-05-92 Règlement concernant les branchements à l égout dans la Municipalité de Saint-Albert. ATTENDU QU UN AVIS DE MOTION a été donné

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUCTION Généralités MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 1. La demande doit être conforme aux règlements de construction,

Plus en détail

BROCHURE D INFORMATION CONSTRUCTION, RÉNOVATIONS, RÉPARATION ET AMÉNAGEMENTS PAYSAGERS À SENNEVILLE

BROCHURE D INFORMATION CONSTRUCTION, RÉNOVATIONS, RÉPARATION ET AMÉNAGEMENTS PAYSAGERS À SENNEVILLE VILLAGE DE SENNEVILLE BROCHURE D INFORMATION CONSTRUCTION, RÉNOVATIONS, RÉPARATION ET AMÉNAGEMENTS PAYSAGERS À SENNEVILLE Jacques Perreault, inspecteur JANVIER 2013 BROCHURE D INFORMATION BROCHURE D INFORMATION

Plus en détail

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME COMMUNE D AVEIZIEUX GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME Annexe 5 du rapport de diagnostic et de zonage pluvial Affaire A-11.143 Janvier

Plus en détail

Règlement numéro 257. Concernant la protection des bâtiments contre les dégâts d eau

Règlement numéro 257. Concernant la protection des bâtiments contre les dégâts d eau Règlement numéro 257 Concernant la protection des bâtiments contre les dégâts d eau Attendu les pouvoirs conférés à la Municipalité notamment par les articles 19 et 21 de la Loi sur les compétences municipales

Plus en détail

Demande d installation d un système d assainissement non collectif

Demande d installation d un système d assainissement non collectif Tél : 05.61.04.09.40 Bureaux ouverts : 8h à 12h et 13h30 à 18h DIRECTION du DEVELOPPEMENT Service Aménagement / Assainissement Non Collectif Demande d installation d un système d assainissement non collectif

Plus en détail

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX Communauté urbaine de Bordeaux APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX CAHIER DES CHARGES DES RECONNAISSANCES ET ETUDES DE SOL A REALISER SEPIA CONSEILS - 53, rue

Plus en détail

Caractérisation hydrogéologique du secteur Haldimand, Gaspé. Plan de la présentation

Caractérisation hydrogéologique du secteur Haldimand, Gaspé. Plan de la présentation 22 mai 214, présentation du rapport final à la Ville de Gaspé Caractérisation hydrogéologique du secteur Haldimand, Gaspé Mélanie Raynauld 1, Morgan Peel 1, René Lefebvre 1, Heather Crow 2, John Molson

Plus en détail

sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref

sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref LE RÈGLEMENT sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref consultants en environnement et génie civil Le Groupe POLY-TECH - janvier 2006 Table des matières Note au lecteur...

Plus en détail

A C. RIPAMONTI L. MARTIN 09/10/13 Etablissement B C. RIPAMONTI L. MARTIN 23/01/14 Modifications suite à la réunion du 23/01/14

A C. RIPAMONTI L. MARTIN 09/10/13 Etablissement B C. RIPAMONTI L. MARTIN 23/01/14 Modifications suite à la réunion du 23/01/14 Département du Loiret COMMUNE DE LA CHAPELLE SAINT MESMIN MISE EN PLACE DES PERIMETRES DE PROTECTION DES CAPTAGES DOSSIER DE REGULARISATION DES FORAGES AUX TITRES DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Entretien préventif du forage de la Mance

Entretien préventif du forage de la Mance Entretien préventif du forage de la Mance Localisation du forage de la Mance. Le forage de la Mance est exploité depuis 1994 (date d exécution du 09/03/1994 au 19/04/1994). Cet ouvrage présente les caractéristiques

Plus en détail

RÉACTION CHIMIQUE : lorsque le sol contient du fer, celui-ci migre avec l eau vers le drain et forme au contact de l air une boue d hydroxyde de fer;

RÉACTION CHIMIQUE : lorsque le sol contient du fer, celui-ci migre avec l eau vers le drain et forme au contact de l air une boue d hydroxyde de fer; L ocre ferreuse est le résultat d une réaction chimique ou d un processus biologique, les deux pouvant se produire individuellement ou simultanément : RÉACTION CHIMIQUE : lorsque le sol contient du fer,

Plus en détail

Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire

Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire Etude prévisionnelle de l'influence d'un captage sur la nappe du Cénomanien par simulation mathématique Etude réalisée dans le

Plus en détail

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement»

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement» Vous avez un projet dans le domaine de l assainissement et vous souhaitez solliciter l appui technique de l association Toilettes Du Monde? Ce questionnaire va nous permettre de mieux cibler votre demande.

Plus en détail

CONCEVOIR UNE INSTALLATION NEUVE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

CONCEVOIR UNE INSTALLATION NEUVE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF 1 Service Assainissement CONCEVOIR UNE INSTALLATION NEUVE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF 1 - DEFINITION L assainissement non collectif ou autonome ou individuel est un système de collecte, de prétraitement

Plus en détail

CONSIDÉRANT les articles 110.4, 113, 115 et 145.15 et suivants de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (L.R.Q., chapitre A-19.

CONSIDÉRANT les articles 110.4, 113, 115 et 145.15 et suivants de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (L.R.Q., chapitre A-19. VERSION PRÉLIMINAIRE RÈGLEMENT DE CONCORDANCE NUMÉRO 790 MODIFIANT LE RÈGLEMENT DE ZONAGE NUMÉRO 727 ET LE RÈGLEMENT DE LOTISSEMENT NUMÉRO 728 ET LE RÈGLEMENT DE PIIA 775 DE LA CONSIDÉRANT les articles

Plus en détail

Programme de vidange des fosses septiques. Séances d information 20 et 22 octobre 2015

Programme de vidange des fosses septiques. Séances d information 20 et 22 octobre 2015 Programme de vidange des fosses septiques Séances d information 20 et 22 octobre 2015 Plan de la présentation Pourquoi un programme de vidange? État de la situation àlévis Description du service Coûts

Plus en détail

ources d eau potable Dans une goutte d eau

ources d eau potable Dans une goutte d eau Dans une goutte d eau Sources d eau potable Saviez-vous que 40 pour cent des Néo-Écossais possèdent leur propre source d eau (puits creusé ou foré, ou source d eau en surface)? Le reste de la population

Plus en détail

Règlements de la Corporation Municipale de Saint-Dominique. Province de Québec MRC des Maskoutains Municipalité de Saint-Dominique

Règlements de la Corporation Municipale de Saint-Dominique. Province de Québec MRC des Maskoutains Municipalité de Saint-Dominique Province de Québec MRC des Maskoutains Municipalité RÈGLEMENT NUMÉRO 15-286 DÉCRÉTANT LES TAUX DE TAXES ET LES TARIFS POUR L'EXERCICE FINANCIER 2015 ARTICLE 1. TAXES FONCIÈRES Pour subvenir aux dépenses

Plus en détail

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes:

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes: SYNDICAT INTERCOMMUNAL ALEX LA BALME DE THUY DINGY SAINT CLAIR Mairie de Dingy Saint Clair 74230 DINGY SAINT CLAIR Tél. : 04.50.02.06.27 Fax : 04.50.32.12.55 Notice Technique Filière Fosse septique - Lit

Plus en détail

SEPTODIFFUSEUR. station. Agrément nº 2011-015

SEPTODIFFUSEUR. station. Agrément nº 2011-015 AIDE À LA MISE EN ŒUVRE Ce document est une aide à la mise en place des stations. Il détaille la composition des filières, leurs implantations et donne des conseils de pose à travers des exemples de chantier.

Plus en détail

63210 ROCHEFORT-MONTAGNE 63400 CHAMALIERES Tél. : 04.73.65.87.63 Tél. : 04.73.36.96.05. Pièces à fournir par le propriétaire

63210 ROCHEFORT-MONTAGNE 63400 CHAMALIERES Tél. : 04.73.65.87.63 Tél. : 04.73.36.96.05. Pièces à fournir par le propriétaire SERVICE PUBLIC D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (S.P.A.N.C.) Communauté de Communes de Rochefort-Montagne Rte de Clermont BP15 41 avenue des Thermes 63210 ROCHEFORT-MONTAGNE 63400 CHAMALIERES 04.73.65.87.63

Plus en détail

7.3 présentation des demandes de permis de construction 7.3.1 demande écrite 7.3.2 documents d accompagnement 7.3.3 autres autorisations

7.3 présentation des demandes de permis de construction 7.3.1 demande écrite 7.3.2 documents d accompagnement 7.3.3 autres autorisations Permis de construction Table des matières 7.1 champ d application 7.2 interventions régies 7.3 présentation des demandes de permis de construction 7.3.1 demande écrite 7.3.2 documents d accompagnement

Plus en détail

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Le filtre à sable vertical drainé est utilisé dans le cas où le sol ne permet pas l épuration des eaux prétraitées provenant de la fosse toutes eaux. Cela concerne les sols de

Plus en détail

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Remis aux membres du Conseil Municipalité d Entrelacs Rédigé par Geneviève Gagnon Octobre 2012. Mise en contexte La municipalité a entrepris, en 2008, des

Plus en détail

PREFECTURE DE L'OISE

PREFECTURE DE L'OISE PREFECTURE DE L'OISE RÈGLEMENT DU PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS MOUVEMENT DE TERRAIN SUR LES COMMUNES DE BEAULIEU-LES-FONTAINES, CANDOR, ECUVILLY ET MARGNY-AUX-CERISES (OISE) FEVRIER 2009 TITRE

Plus en détail

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57)

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57) DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE Projet de demi-échangeur Nord de GUENANGE (57) Protection des captages AEP Rapport d'expertise Y. BABOT Mai 1992 R 34962 LOR 4S 92 Document public

Plus en détail

MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489

MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489 MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489 Préalables et obligations pour les demandes de permis pour la construction

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION NOTIFICATION DU PUBLIC PROJET D IMPLANTATION D UNE TOUR DE TÉLÉCOMMUNICATION 105, RANG ST-MARC LES ÉBOULEMENTS, QUÉBEC

DOSSIER D INFORMATION NOTIFICATION DU PUBLIC PROJET D IMPLANTATION D UNE TOUR DE TÉLÉCOMMUNICATION 105, RANG ST-MARC LES ÉBOULEMENTS, QUÉBEC DOSSIER D INFORMATION NOTIFICATION DU PUBLIC PROJET D IMPLANTATION D UNE TOUR DE TÉLÉCOMMUNICATION 105, RANG ST-MARC LES ÉBOULEMENTS, QUÉBEC LE 26 AVRIL 2011 1- L objectif de couverture cellulaire Rogers

Plus en détail

Rapport de stockage de produits chimiques Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage

Rapport de stockage de produits chimiques Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT Rapport de stockage de produits chimiques Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage Nom du requérant : Adresse du site : Numéro d identification du bien-fonds

Plus en détail

Municipalité de Sainte-Mélanie

Municipalité de Sainte-Mélanie Municipalité de Sainte-Mélanie 10, rue Louis-Charles-Panet Sainte-Mélanie (Québec) J0K 3A0 Tel: (450) 889-5871 Fax: (450) 889-4527 Demande de permis de construction Résidentielle, installations sanitaires

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 129-2014

RÈGLEMENT NUMÉRO 129-2014 PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. VAUDREUIL-SOULANGES. MUNICIPALITÉ DE SAINT-POLYCARPE RÈGLEMENT NUMÉRO 129-2014 RÈGLEMENT NUMÉRO 129-2014 ÉTABLISSANT LES TAUX DE LA TAXE FONCIÈRE GÉNÉRALE ET DES SERVICES MUNICIPAUX

Plus en détail

Demande d autorisation d installation d un dispositif D assainissement non collectif Neuf ou réhabilitation.

Demande d autorisation d installation d un dispositif D assainissement non collectif Neuf ou réhabilitation. Cadre réservé à la mairie du lieu du projet La présente demande a été reçue à la mairie Le Cachet de la mairie Demande d autorisation d installation d un dispositif D assainissement non collectif Neuf

Plus en détail

VILLE DE WATERLOO RÈGLEMENT SUR LE PROGRAMME DE SUBVENTION RELATIF À L INSTALLATION DE DISPOSITIFS ANTIREFOULEMENT RÉSIDENTIELS

VILLE DE WATERLOO RÈGLEMENT SUR LE PROGRAMME DE SUBVENTION RELATIF À L INSTALLATION DE DISPOSITIFS ANTIREFOULEMENT RÉSIDENTIELS VILLE DE WATERLOO RÈGLEMENT # 15-888 RÈGLEMENT SUR LE PROGRAMME DE SUBVENTION RELATIF À L INSTALLATION DE DISPOSITIFS ANTIREFOULEMENT RÉSIDENTIELS Avis de motion donné le 18 août 2015 Adopté le 8 septembre

Plus en détail

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers 1 Colloque annuel du comité énergie et gestion technique, 22 mars 2013 Votre partenaire

Plus en détail

Règlement numéro 2014-632 amendant le règlement sur l émission des permis et certificats numéro 2006-496 tel qu amendé afin de :

Règlement numéro 2014-632 amendant le règlement sur l émission des permis et certificats numéro 2006-496 tel qu amendé afin de : PROVINCE DE QUÉBEC MRC DES PAYS-D EN-HAUT VILLE D ESTÉREL Règlement numéro 2014-632 amendant le règlement sur l émission des permis et certificats numéro 2006-496 tel qu amendé afin de : Revoir l emplacement

Plus en détail

Rapport de travaux d exploration simplifié

Rapport de travaux d exploration simplifié Rapport de travaux d exploration simplifié Rapport des travaux de recherche et d examen d affleurement rocheux et de blocs erratiques Rapport des travaux de décapage et d excavation de 5000 $ et moins

Plus en détail

SYSTÈMES DE PLOMBERIE (ÉGOUTS PLUVIAUX ET SANITAIRES) MODULE 6

SYSTÈMES DE PLOMBERIE (ÉGOUTS PLUVIAUX ET SANITAIRES) MODULE 6 SYSTÈMES DE PLOMBERIE (ÉGOUTS PLUVIAUX ET SANITAIRES) MODULE 6 LES PRÉCISIONS A. Diagnostiquer des problèmes simples de fonctionnement : d un système de drainage Reconnaître les composants d un système

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative)

FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative) SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative) Ce document doit être complété par tout demandeur d'un document d'urbanisme Il est à renseigner par le propriétaire

Plus en détail

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo---

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo--- CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection ---ooo0ooo--- ATTENDU QUE, en vertu du paragraphe e du premier alinéa de l article 31 de la Loi sur la qualité de l environnement

Plus en détail

FANC1. Nom et prénom du demandeur:.. Raison Sociale :... Adresse :. Code postal : Commune :. Section et numéro du cadastre du projet :

FANC1. Nom et prénom du demandeur:.. Raison Sociale :... Adresse :. Code postal : Commune :. Section et numéro du cadastre du projet : Demande d installation d Assainissement Non Collectif Date du contrôle : (à remplir par le SPANC) Ce formulaire est à remplir par le pétitionnaire et doit être remis, accompagné des pièces listées page

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME

DEMANDE D INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) COMMUNE de : DOSSIER de Mme / Mr : DEMANDE D INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME (Document à joindre au permis de construire s il y

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif 36, Grande Rue- 71340 IGUERANDE Mobile : 06.43.28.22.30. Tél. : 03.85.25.94.20. Commune de : Date de réception du dossier en mairie : Dossier transmis au SPANC

Plus en détail

Municipalité de Ogden 70 chemin Ogden Ogden, Québec J0B 3E3

Municipalité de Ogden 70 chemin Ogden Ogden, Québec J0B 3E3 À la séance ordinaire du conseil de la Municipalité de Ogden tenue à l hôtel de ville lundi le 6 avril 2009 à 19 heures 30. Présents : Mesdames les conseillères Lise Routhier et Lise Théberge Messieurs

Plus en détail

E.R.: Philippe Philippet, rue des Glaces Nationales,88 5060 Auvelais CWA3FR051250394. Gaz Naturel. Comment raccorder votre nouvelle habitation

E.R.: Philippe Philippet, rue des Glaces Nationales,88 5060 Auvelais CWA3FR051250394. Gaz Naturel. Comment raccorder votre nouvelle habitation E.R.: Philippe Philippet, rue des Glaces Nationales,88 5060 Auvelais CWA3FR051250394 Gaz Naturel Comment raccorder votre nouvelle habitation Avez-vous d autres questions concernant le gaz naturel et nos

Plus en détail

Autre information requise pour les terrains de golf

Autre information requise pour les terrains de golf Version 05-04-07 Page 1 de 7 Autre information requise pour les terrains de golf Conformément au paragraphe 5(2) du Règlement sur les études d impact sur l environnement de la Loi sur l assainissement

Plus en détail