Audit «Endoscopie» Formation des auditeurs Présentation de l audit, des outils de recueil et d analyse du tronc commun

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Audit «Endoscopie» Formation des auditeurs Présentation de l audit, des outils de recueil et d analyse du tronc commun"

Transcription

1 Audit «Endoscopie» Formation des auditeurs Présentation de l audit, des outils de recueil et d analyse du tronc commun Présentation du 10 février 2015 à Lille Delphine VERJAT-TRANNOY, CClin Paris-Nord Membre du GT «Audit Endoscopie» du GREPHH GREPHH - Audit Endoscopie

2 Contexte de l audit Endoscopie Amélioration de la prévention des infections associées aux actes invasifs Complexité des dispositifs, technicité des actes et spécificité des procédures de traitement Secteur de prise en charge «sous contraintes» : - activité en augmentation - actes réalisés en urgence - rotation du personnel Équipements vieillissants : endoscopes, LDE

3 Objectif principal de l audit «Endoscopie» Evaluer la prévention/maitrise en endoscopie : du risque infectieux d'origine exogène en termes d organisation, de moyens et de pratiques Non évalués dans l audit : la protection du personnel (EPI, ventilation des locaux) l entretien des locaux les précautions standard

4 Champs de l audit / matériel Matériels inclus Endoscopes souples non autoclavables avec canaux internes Matériels exclus Endoscopes rigides (stérilisables/autoclavables) Endoscopes souples sans canaux Exemples : certains nasofibroscopes Dispositifs différents des endoscopes Exemples : sondes d échographie trans-oesophagienne (ETO) 4

5 Champs de l audit / ES Etablissements concernés Tout établissement de santé ayant une activité d'endoscopie et utilisant des endoscopes souples avec canaux Quel que soit son statut : public / privé / Espic Etablissement non concernés ES n ayant pas d activité d endoscopie ou externalisant le traitement des endoscopes ES utilisant exclusivement des endoscopes rigides stérilisables (autoclave, gaz plasma ) ou des endoscopes souples sans canaux

6 Principe de l audit Aspect descriptif («état des lieux») de l activité, de l organisation, des ressources et des pratiques en endoscopie Aspect comparatif par rapport aux référentiels existants ) = audit (cf. guide méthodologique) Audit large sur la prévention du risque infectieux et en particulier sur le traitement des endoscopes Unité de base de l évaluation : site de traitement Etablissement organisation Services d endoscopie Salle d examen Site de traitement organisation Personnel en charge du traitement Traitement des endoscopes Salle d examen Salle d examen Site de traitement organisation Personnel en charge du traitement Traitement des endoscopes Salle d examen 6

7 Outils d évaluation à disposition Guide méthodologique Grilles d audit : 4 fiches pour le tronc commun Fiche «Etablissement» - analyse documentaire Fiche «Site de traitement» - analyse documents + ressources Fiche «Personnel» - auto-questionnaire déclaratif anonyme Fiche «Observation du traitement» - évaluation des pratiques Guides de remplissage (existe pour 3 des fiches) Liste des canaux : aide au repérage du nombre et du type de canaux Application informatique (Excel) à télécharger envoi fichier mail Manuel informatique Diaporamas : présentation de l audit /formation des auditeurs 4 modules complémentaires à venir : traçabilité, contrôles microbiologiques, maintenance, enceintes de stockage 7

8 Les critères évalués fiche par fiche Gestion R. infectieux Matériel, produits, équipement* Locaux Maintenance* et prêt Fiche ETABLISSEMENT X (organisation) X (politique d achat) X (organisation) Fiche SITE X (ressources) X (circuits, stockage) Fiche PERSONNEL Surv. microbiologique* X (programme) X (participation) Activité en endoscopie X (typologie) X (filières) X (étendue) Formation au traitement X (typologie, fréquence) Procédures X (présence) X (présence) X (accessibilité) Traçabilité* Traitement endoscopes X (prêt, maintenance) Fiche OBSERVATION X (utilisation) X (statut MCJ, traitement) X (étape par étape) *thème faisant l objet d un module complémentaire 8

9 Contenu des guides de remplissage Codage de certains items Rappel de définitions Précisions sur le sens des questions Exemples Conditions d utilisation: NA (non adapté) NC (non concerné) NO (non observé) Réponses attendues Justification de certains choix Aide/conseils pour l organisation Renvoi sur d autres documents d accompagnement (liste des canaux, photos, ) 9

10 Organisation de l audit 10

11 Phase préparatoire Il est important d identifier avant la mise en œuvre de l audit : les ressources humaines (équipe projet, auditeurs et personnes-relais) les différents sites de traitement les modalités de pré-traitement et de traitement au sein des sites (manuel, automatisé, semi-automatisé), les différents cycles du LDE, les types d endoscopes traités sur le site et la liste des canaux pour chaque type Préparer les documents en nombre nécessaire et les instruments de mesure (observation) 11

12 Les auditeurs pour les fiches «ES», «Site» et «Traitement» Auditeurs extérieurs au service évalué (si possible) = membres de l EOH +/- associés à des professionnels de l établissement : ayant une connaissance de l endoscopie et formés à la méthodologie de l audit rôle : réaliser le recueil d informations remettre les fiches au coordonnateur de l audit 12

13 Recueil des données et remplissage des fiches 13

14 Gestion du risque infectieux Risque MCJ Gestion WE-nuit-gardes Fiche établissement Politique d achat Maintenance et prêt Contrôles microbiologiques 14

15 Fiche «Etablissement» Identification de l établissement (ES) Caractérisation de l activité endoscopique sur l ES : Nombre total annuel d actes programmés ou non (année N-1) par spécialité (si possible) : digestif, bronchique, urologique, gynécologique, ORL ORL : uniquement si possible de quantifier les actes effectués avec des nasofibroscopes à canal sinon ne pas remplir recours aux services ou au DIM (outil PMSI) Nombre total de sites de traitement des endoscopes (nettoyage et désinfection) penser au bloc opératoire, à la réanimation, aux consultations (si traitement in situ) 15

16 Gestion du risque infectieux Démarches qualité déjà mises en place en endoscopie (Q1) - Audit - Visite de risque - Cartographie des risques - Analyse de scenario A priori Signalement interne des événement indésirables (Q2) organisé dans l ES utilisé en endoscopie - Revue de morbi-mortalité - Retour d expérience (REX) - Analyse approfondie des causes A posteriori Solliciter le gestionnaire de risque ou le service qualité si nécessaire 16

17 Risque de maladie de Creutzfeldt-Jacob (MCJ) Ciblage des patients (Q3) (= recherche d un patient suspect ou atteint) document validé (CME) référence à l instruction du 1 er décembre 2011 pour toutes les spécialités endoscopiques Procédure (Q4) pour : Inactivation du prion Séquestration des endoscopes* Référence à l instruction du 1 er décembre 2011 *Indications et modalités de séquestre, conditions de levée de séquestre modalités de destruction Rappel : le ciblage doit être utilisé pour tous les actes invasifs, donc quel que soit le type d endoscopie dès lors qu il y a un contact avec les muqueuses ou une cavité stérile 17

18 WE nuit jours fériés Respect des bonnes pratiques de traitement (Q5) y compris le WE, la nuit et les jours fériés Réflexion/organisation autour des gardes et en dehors des horaires habituels d activité 18

19 Politique d achat/traitement des endoscopes participation de l EOH? Cahier des charges et/ou analyses des offres et/ou choix final Equipements (Q6) (hors endoscopes) laveur-désinfecteur d endoscopes (LDE) module de traitement semi-automatique (paillasse informatisée) enceinte de stockage des endoscopes thermosensibles (ESET) Consommables (Q7) détergent, détergentdésinfectant et désinfectant pour dispositif médicaux écouvillons à UU brosses filtres à eau Solliciter le service des achats et la pharmacie si nécessaire Type de réponse : Centrale d achat 1. Jamais 2. Parfois 3. Souvent 4. Toujours 5. NA Absence d EOH 19

20 Maintenance et prêt Solliciter le service biomédical ou les services techniques Maintenance Inventaire actualisé du parc (Q8) Actualisation < 1 an Date de mise en service des endoscopes Maintenance préventive (Q9) Contrat LDE, modules, ESET si utilisés (sinon «NA») Concerne chaque appareil présent (sinon «non») Maintenance qualification Traçabilité des interventions de maintenance (Q10) (historique) Prêts Emprunt (NA si pas d emprunt) Prêt (NA si pas de prêt) Fabricant Etablissement Attestation de dernier traitement Etablissement participant Fiche de liaison Autre établissement 20

21 Contrôles microbiologiques Procédures de contrôle (Q13) Endoscopes Eau de rinçage terminal (NA si uniquement eau stérile ou si filtres terminaux à UU) Eaux des LDE (= eau d alimentation, eau de rinçage terminal +/- eau après système de traitement) (NA si pas de LDE) ESET (NA si pas d ESET) Contenu de la procédure (Q14) Fréquence Seuils microbiologiques Conduite à tenir en cas de dépassement des seuils (arrêt d utilisation ou non, nouveau contrôle, type de traitement, expertise ) Solliciter le laboratoire si nécessaire 21

22 Fiche Site de traitement Equipements Matériels et produits Procédures et protocoles Locaux 22

23 Fiche Site de traitement 1- Identifier tous les sites de prise en charge des endoscopes souples thermosensibles avec canaux 2- Choisir les sites à évaluer (si possible tous ou sinon une partie) 3- Remplir une fiche par site évalué 4- Identifier les différents types d endoscopes traités sur le site (digestif, bronchique ) 5- Identifier leur provenance (quel secteur les utilise et les envoie en traitement) 6- Remplir le tableau Consultation ORL Bloc opératoire Réanimation Service d endoscopie Site de traitement spécialisé Consultation HDJ Site de traitement centralisé 23

24 Filières de traitement Objectif : visibilité sur l ES de «qui traite quoi pour qui?» Exemple : site de traitement centralisé 2 Nombre de services concernés 1 Types d endoscopes traités Service endoscopie Bloc opératoire Réanimation Consultation HDJ Autres Total services Endoscopes digestifs Endoscopes bronchiques Endoscopes urologiques Endoscopes gynécologiques /_1 / / / / / / / / / /_1 / / / /_1 / /_1 / / / / / /_2 / / / /_1 / / / /_1 / / / /_2 / / / / / / / / / / / / / Endoscopes ORL (nasofibroscopes avec canal) / / / / / / / / / / / / 24

25 Equipement du site (Q1) Description et nombre de chaque type d équipement Exemple : 2 LDE + 1 paillasse avec pompe(s) Matériels et produits : documents et disponibilité Dilution conforme des produits (Q4) - Comparaison de la procédure aux données du fabricant - NA si LDE uniquement ou si produit manuel prêt à l emploi APA = seul désinfectant? (Q5) Bandelettes de contrôle (ex : APA) (Q6) - NA si LDE uniquement ou si désinfectant manuel sans bandelettes Ecouvillons (Q7) : - à UU ou nettoyés puis stérilisés - correspondance écouvillons/canaux 25

26 Procédures et protocoles Traitement manuel (Q2) Une procédure* est attendue sur chaque site même si utilisation d un LDE (en cas de panne, gestion MCJ, ) Validée (CME) Niveau intermédiaire +/- haut niveau (NA si un seul niveau de désinfection) Inactivation du prion Traitement LDE (Q3) Validée (CME) Prises en charge avant et après mise en LDE Accessibilité** (à vérifier) Accessibilité** (à vérifier) *Procédure = 1 ou plusieurs documents **Accessibilité sous toutes ses formes (papier, informatique) 26

27 Locaux : visite/observation des circuits «Marche en avant» (ou non croisement des flux propres/sales) (Q8) Espace pour endoscopes sales (identification possible) Traitement dans l ordre d arrivée (sauf nécessité de service) Espace pour endoscopes désinfectés (identification possible) Espace dédié : paillasse, chariot, guéridon, armoire Identification possible : repérable par une personne extérieure au service (signalétique, code couleur, ) Stockage : description (ESET ou armoire ou tiroir) (Q9) (Stockage en valise de transport avec mousse = répondre «non» à tous les items) 27

28 Fiche Personnel Activités Formation Accessibilité aux documents Surveillance microbiologique 28

29 Fiche «Personnel» A effectuer au niveau de chaque site de traitement évalué (si 1 personnel travaille sur plusieurs sites, remplir une fiche par site) Auto-questionnaire déclaratif anonyme A remettre à toute personne en charge du traitement des endoscopes : Activité régulière Activité occasionnelle Si possible : demander au cadre de santé de transmettre la fiche de poste ou de fonction au personnel avant de remplir la fiche Désigner une personne-relais qui remettra et récupérera les fiches (idéal : le même jour) durée de remplissage : 5 à 10 min Pas de guide de remplissage précisions directement sur la fiche! 29

30 Activités du personnel Type d activité (Q1) Régulière ou occasionnelle Profession (Q2) Paramédicale ou médicale ou autre Ancienneté dans l activité (Q4) Service actuel ou précédent Contenu de la fiche de poste/fonction (Q3) Traitement des endoscopes (nettoyage et désinfection) +/- prélèvements pour contrôles microbiologiques - des endoscopes - des eaux du LDE (NA si pas de LDE) - des ESET (NA si pas d ESET) 30

31 Formation (au traitement des endoscopes) 2 Nouveaux équipements, matériels, produits : formation systématique? (Q6) 1 A la prise de poste (Q5) 3 Formation continue (Q7) Modalités de formation - Tutorat interne - Equipe opérationnelle d hygiène - Organisme extérieur - Fabricants d endoscopes - Services biomédical ou techniques Fréquence 1. au moins 1 fois par an 2. moins d 1 fois par an 3. jamais 4. non concerné (moins d 1 an d ancienneté sur le site)! Formation Information (= simple remise de document) 31

32 Accessibilité aux documents (Q8) Documents internes à l établissement Protocole de traitement Mode d utilisation des produits (supports, fiches techniques ) Exemple : - Quel produit pour quel usage? - Quelle dilution? - Durée d utilisation? Documents des fabricants Notice ou manuel de chaque endoscope décrivant son traitement +/- notice ou manuel décrivant l utilisation du ou des équipements : - LDE - module semi-automatisé - ESET NA si aucun des équipements présents 32

33 Surveillance microbiologique 4 questions identiques pour chacun des 3 thèmes Concerne les personnels en activité régulière ou occasionnelle Surveillance des endoscopes (Q9) Surveillance des eaux de LDE (Q10) (NA si pas de LDE) Surveillance des ESET (Q11) (NA si pas d ESET) a- Participation aux prélèvements b- Formation aux prélèvements c- Information sur les résultats des contrôles d- Information sur les conduites à tenir en cas de dépassement des seuils 33

34 Fiche Observation du traitement 34

35 Fiche «Observation du traitement» observation à effectuer au niveau de chaque site de traitement évalué concerne tous les types d endoscopes traités sur chaque site (endoscopes souples non autoclavables avec canaux) concerne les actes d endoscopie programmés document unique quel que soit le traitement appliqué (manuel, semi-automatisé, LDE) traitement entre deux patients ou avant stockage (le traitement «court» du matin n est pas concerné) 35

36 Objectif : observer l ensemble du traitement de chaque endoscope (y compris le pré-traitement en salle d examen) Cas n 1 Salle d examen et site de traitement à proximité Cas n 2 Salle d examen et site de traitement à distance Pour chaque salle : au moins 1 endoscope évalué complétement Salle d examen Salle d examen N d identification transport Site de traitement transport Site de traitement à l arrivée de l endoscope 36

37 Echantillonnage 5 à 10 observations minimum par site de traitement (5 observations = environ 2h) Programmer les observations sur plusieurs demi-journées pour un même site - Si endoscopes de plusieurs spécialités : 10 observations minimum varier les observations en fonction de la fréquence d utilisation (ex : 5 digestifs, 3 bronchiques, 2 gynécologiques) - Si endoscopes d une seule spécialité : 5 observations minimum (ex : 5 digestifs) Evaluer les différents types d endoscopes au sein d une même spécialité Évaluer le plus de personnels différents (plages horaires différentes) Organiser l observation de la désinfection de haut niveau si elle est pratiquée 37

38 Déroulement de chaque observation Lieu d utilisation Site de traitement Pré-traitement Transport Test d étanchéité Brossages, écouvillonnages Manuel ou semiautomatisé 1 er nettoyage / 1 er rinçage 2 ème nettoyage / 2 ème rinçage Désinfection / rinçage terminal Traitement LDE Automatisé Fin de traitement Séchage Traçabilité Parties de de la fiche communes aux différentes types de traitement 38

39 Items à évaluer selon le type de traitement Questions/Items Code Manuel Semi-automatisé Automatisé (LDE) Endoscope Pré-Traitement Transport Etanchéité Brossage Traitement Premier Nettoyage Premier rinçage Deuxième nettoyage Deuxième rinçage Désinfection Rinçage terminal LDE Fin de traitement Séchage Traçabilité T1 à T7 PT1 à PT3 TP1et TP2 E1 à E4 BE1 à BE6 TT PN1 à PN3 PR1 à PR3 DN1 à DN4 DR1 à DR5 D1 à D6 RT1 à RT7 LD1 à LD3 F1 à F4 S1 à S3 TR1 à TR3 39

40 Codage T1 1- Gastroscope ou nasogastroscope 2- Coloscope 3- Duodénoscope 4- Choliangioscope (= cholédoscope) 5- Entéroscope 6- Echo-endoscope 7- Bronchoscope Objectif : vérifier que tous les canaux à traiter le sont Numéro attribué par l observateur 8- Cystoscope 9- Urétéroscope 10- Hystéroscope 11- Nasofibroscope Un code «12» est prévu pour tout autre type d endoscope avec canal À remplir lors de la saisie Observ n Observ n Observ n NUMÉRO DE SAISIE INFORMATIQUE T1- Type d endoscope observé (codage ultérieur possible) T2- Modèle de l endoscope* T3- Code interne d identification* T4- Nombre total de canaux à écouvillonner T5- Présence de canaux auxiliaires Voir «liste des canaux oui» non (certains canaux oui sont non non écouvillonnables) oui non T6- Statut MCJ du patient tracé oui non oui non oui non T7- Niveau de désinfection attendu pour l endoscope (1= haut niveau 2 = niveau intermédiaire) * Données non saisies Si patient suspect ou atteint MCJ observer un autre traitement (données non saisies) Canaux auxiliaires = canaux complémentaires présents sur certains endoscopes 40

41 Endoscopes digestifs Canal opérateur écouvillonnable Endoscopes bronchiques Endoscopes urologiques Canal aspiration écouvillonnable Canal opérateur écouvillonnable Canal opérateur écouvillonnable Canal air/eau Ecouvillonnage variable selon les modèles d endoscopes Canal auxiliaire Ecouvillonnage variable selon les modèles d endoscopes et le type de canal auxiliaire Canal aspiration écouvillonnable Endoscopes et canaux : 3 exemples (pour plus de détails, cf. «Liste des canaux») 41

42 Cocher pour chaque observation : OUI ou NON ou NO = non observé PRÉ-TRAITEMENT en salle d examen Pré-traitement observé oui non oui non oui non Salle d examen*. Si oui, répondre à PT1, PT2, PT3 Si non, passer directement à la question «Transport» PT1- Prise en charge de l endoscope dès la fin de l examen oui non oui non oui non PT2- Essuyage externe de l endoscope oui non oui non oui non PT3- Aspiration-insufflation oui non oui non oui non TRANSPORT de l endoscope TP1- Transport de l endoscope dans un contenant fermé oui non NO oui non NO oui non NO TP2- Ce contenant est identifié «Endoscope sale» oui non NO oui non NO oui non NO * Donnée non saisie Y compris si la salle d examen est attenante à la salle de traitement Contenant fermé = bac avec couvercle ou housse à UU, emballage dans un champ posé sur un plateau Champ tout seul = non conforme Si transport non observé ou si observation non possible à l arrivée de l endoscope au niveau du site de traitement TP2- Identification de l état de l endoscope : code couleur, étiquette ou zone dédiée propre 42

43 TEST D ÉTANCHÉITÉ Observ n Observ n Observ n E1- Test d étanchéité effectué oui non oui non oui non Si oui, répondre à E2, E3 et E4 Si non, passer directement à la question «Brossages, écouvillonnages» E2- Endoscope mis sous pression avant immersion oui non oui non oui non E3- Endoscope immergé dans l eau pour la détection de fuites oui non oui non oui non E4- Béquillage de l endoscope réalisé pendant le test en immersion oui non oui non oui non Si fuites observées lors du test observer un autre traitement (données non saisies) E1- Test d étanchéité : y compris avant passage en LDE E3- Immersion dans l eau (détergent ou détergent-désinfectant = non conforme) E4- Béquillage : sert à détecter les micro-perforations en étirant la gaine 43

44 Brossages et écouvillonnages regroupés pour les besoins de l audit Cocher pour chaque observation : OUI ou NON ou NC = non concerné BROSSAGES, ÉCOUVILLONNAGES BE1- Immersion d un seul endoscope par bain oui non oui non oui non BE2- Bain adapté au type de traitement oui non oui non oui non BE3- Brossage et écouvillonnage des valves et pistons démontés réutilisables BE4- Brossage et écouvillonnage des anfractuosités de l endoscope (cage à piston, entrée du canal opérateur ) oui non NC oui non NC oui non NC oui non oui non oui non BE5- Brossage de la poignée et de l embout distal oui non oui non oui non BE6- Écouvillonnage en immersion des canaux «écouvillonnables» oui non oui non oui non BE2- Bain adapté : - Si traitement manuel ou semi-automatisé détergent ou détergent-désinfectant - Si précède un traitement complet en LDE détergent ou détergent-désinfectant ou eau réseau BE3- Valves et pistons : NC si absence ou matériel à UU 44

45 TYPE DE TRAITEMENT manuel manuel manuel TT- Type de traitement appliqué semi-automatisé semi-automatisé semi-automatisé LDE LDE LDE Si traitement manuel ou semi-automatisé remplir les critères PN1 à RT7 puis de F1 à TR3 Si traitement en LDE remplir les critères LD1 à TR3 Cocher pour chaque observation : OUI ou NON ou NC = non concerné PREMIER NETTOYAGE Observ n Observ n Observ n PN1- Irrigation des canaux principaux oui non oui non oui non PN2- Irrigation des canaux auxiliaires oui non NC oui non NC oui non NC PN3- Temps de contact de 10 min ou plus oui non oui non oui non à vérifier (chronomètre, montre, horloge ) PREMIER RINÇAGE PR1- Rinçage externe par immersion totale oui non oui non oui non PR2- Irrigation des canaux principaux oui non oui non oui non PR3- Irrigation des canaux auxiliaires oui non NC oui non NC oui non NC PR1- Immersion totale : rinçage sous jet non pris en compte NC : endoscope sans canal auxiliaire 45

46 DEUXIEME NETTOYAGE DN1- Immersion totale dans un nouveau bain oui non oui non oui non DN2- Irrigation des canaux principaux oui non oui non oui non DN3- Irrigation des canaux auxiliaires oui non NC oui non NC oui non NC DN4- Temps de contact de 5 min ou plus oui non oui non oui non à vérifier (chronomètre, montre, horloge ) NC : endoscope sans canal auxiliaire DN1-2 critères à respecter : immersion totale + nouveau bain de nettoyage DEUXIEME RINÇAGE OU RINÇAGE INTERMÉDIAIRE DR1- Rinçage externe par immersion totale oui non oui non oui non DR2- Irrigation des canaux principaux oui non oui non oui non DR3- Irrigation des canaux auxiliaires oui non NC oui non NC oui non NC DR4- Purge des canaux principaux oui non oui non oui non DR5- Purge des canaux auxiliaires oui non NC oui non NC oui non NC DR1- Immersion totale : rinçage sous jet non pris en compte v v 46

47 DÉSINFECTION D1- Immersion totale dans le bain désinfectant oui non oui non oui non D2- Irrigation des canaux principaux oui non oui non oui non D3- Irrigation des canaux auxiliaires oui non NC oui non NC oui non NC D4- Temps de contact correspondant au niveau attendu de désinfection oui non oui non oui non D5- Purge des canaux principaux oui non oui non oui non D6- Purge des canaux auxiliaires oui non NC oui non NC oui non NC Noter le temps de contact puis vérifier par rapport au temps de contact de la procédure locale ( temps de contact préconisé par le fabricant) selon le niveau de désinfection attendu (niveau intermédiaire ou haut niveau) NC : endoscope sans canal auxiliaire T7- Niveau de désinfection attendu pour l endoscope (1= haut niveau 2 = niveau intermédiaire) D4-Les différents niveaux de désinfection : - Désinfection de niveau intermédiaire : bactéricidie, fongicidie, virucidie, mycobactéricidie - Désinfection de haut niveau : sporicidie en plus (temps de contact désinfection de niveau intermédiaire) 47

48 Cocher pour chaque observation : OUI ou NON ou NC = non concerné RINÇAGE TERMINAL Observ n Observ n Observ n RT1- Bac adapté au niveau de désinfection oui non oui non oui non RT2- Eau de qualité adaptée au niveau de désinfection requis pour l endoscope oui non oui non oui non RT3- Rinçage externe par immersion totale oui non oui non oui non RT4- Irrigation des canaux principaux oui non oui non oui non RT5- Irrigation des canaux auxiliaires oui non NC oui non NC oui non NC RT6- Purge des canaux principaux oui non oui non oui non RT7- Purge des canaux auxiliaires oui non NC oui non NC oui non NC RT1- Bac adapté : - Désinfection de niveau intermédiaire bac nettoyé et désinfecté - Désinfection de haut niveau bac nettoyé puis stérilisé NC : endoscope sans canal auxiliaire RT2- Eau de qualité adaptée : - Désinfection de niveau intermédiaire - endoscopes digestifs eau pour soins standard - endoscopes bronchiques eau filtrée (bactériologiquement maitrisée) - Désinfection de haut niveau eau stérile 48

49 TRAITEMENT LDE Observ n Observ n Observ n LD1- Vérification du raccordement des connectiques avant le début du cycle oui non oui non oui non LD2- Vérification du raccordement des connectiques à la fin du cycle oui non oui non oui non LD3- Choix adapté du cycle oui non oui non oui non LD3- Cycle adapté = adapté à un traitement entre deux patients ou avant stockage (traitement complet) - Deux nettoyages successifs (suivis d un rinçage à chaque fois) - Désinfection - Rinçage terminal Repérer les différents cycles de chaque LDE et leur identification (numéro, nom ) avant d effectuer les observations (phase préparatoire) Cycle court du matin exclus 49

50 FIN DE TRAITEMENT F1- Endoscope manipulé à la sortie du bain ou du LDE sans risque de contamination oui non oui non oui non F2- Dépose de l endoscope sur un support adapté oui non oui non oui non F3- Endoscope identifié «désinfecté» oui non oui non oui non F4- Entretien des bacs ou éviers en fin de traitement de l endoscope oui non oui non oui non F1- Sans risque de contamination : friction des mains / port de gants - Désinfection de niveau intermédiaire friction ou friction + gants à UU - Désinfection de haut niveau friction et gants à UU stériles F2- Support adapté pour la dépose : - Désinfection de niveau intermédiaire plan de travail ou bac ou plateau désinfecté et sec ou champ propre dédié aux endoscopes - Désinfection de haut niveau champ stérile F3- Identification de l état de l endoscope : code couleur, étiquette ou zone dédiée propre 50

51 SÉCHAGE S1- Endoscope destiné à être stocké oui non oui non oui non Si oui, répondre à S2 et S3 Si non, passer à la question «Traçabilité» S2- Soufflage /séchage des canaux et cavités à l air médical oui non oui non oui non S3- Essuyage externe adapté oui non NC oui non NC oui non NC S2- Soufflage/séchage : - Si ESET revendiquant un séchage soufflage rapide à l air médical préalable au stockage - Sinon, soufflage minutieux jusqu à séchage complet S3- Essuyage externe adapté : - Désinfection manuelle de niveau intermédiaire support propre à UU ou réutilisable (à endoscope unique) - Désinfection de haut niveau support absorbant stérile à UU - LDE avec séchage externe revendiqué et constaté NC Purge = évacuation grossière de l eau des canaux à l aide d une seringue ou d une pompe Soufflage = expulsion des résidus d eau à l air médical Séchage = élimination complète des résidus d eau par méthode manuelle (insufflateur d air médical) ou par méthode automatisée (ESET revendiquant un séchage) 51

52 TRAÇABILITÉ TR1- Pré-traitement de l endoscope tracé oui non oui non oui non TR2- Traitement de l endoscope tracé oui non oui non oui non TR3- Ticket du LDE/module semi-automatisé vérifié oui non NC oui non NC oui non NC TR1- Pré-traitement tracé : - Essuyage externe - Aspiration/insufflation TR2- Traitement tracé : - Test étanchéité - Brossage/écouvillonnage - Double nettoyage - 1 er rinçage et rinçage intermédiaire - Désinfection - Rinçage terminal Notion de traçabilité : papier ou numérique - Identification possible du ou des opérateurs (visa ou initiales ou signature ou nom ) à chaque étape (selon l organisation choisie) - Date de traitement de l endoscope - Heure de fin d examen endoscopique - Heure du pré-traitement - Heure du traitement TR3- Ticket vérifié - Identification possible du ou des opérateurs (visa ou initiales ou signature ou nom ) sur le ticket (selon l organisation choisie) - NC si pas d édition de ticket possible 52

53 Pour tout complément d information Consulter le site du GREPHH : 53

Audit «Endoscopie» Formation des auditeurs Présentation des outils de recueil et d analyse du tronc commun. GREPHH - Audit Endoscopie 2015 1

Audit «Endoscopie» Formation des auditeurs Présentation des outils de recueil et d analyse du tronc commun. GREPHH - Audit Endoscopie 2015 1 Audit «Endoscopie» Formation des auditeurs Présentation des outils de recueil et d analyse du tronc commun GREPHH - Audit Endoscopie 2015 1 Principe de l audit Aspect descriptif(«état des lieux») de l

Plus en détail

AUDIT ENDOSCOPIE CH DU PAYS D APT H. DE RANCE/D. CARRIERE 22 MAI 2015 ARLIN CORSE

AUDIT ENDOSCOPIE CH DU PAYS D APT H. DE RANCE/D. CARRIERE 22 MAI 2015 ARLIN CORSE AUDIT ENDOSCOPIE CH DU PAYS D APT H. DE RANCE/D. CARRIERE 22 MAI 205 ARLIN CORSE OBJECTIFS Objectif principal - Evaluer la prévention/maitrise du risque infectieux d'origine exogène en endoscopie par rapport

Plus en détail

Audit «Endoscopie» Formation des auditeurs Présentation de l audit, des outils de recueil et d analyse du tronc commun

Audit «Endoscopie» Formation des auditeurs Présentation de l audit, des outils de recueil et d analyse du tronc commun 12ème Journée régionale de prévention des infections associées aux soins Audit «Endoscopie» Formation des auditeurs Présentation de l audit, des outils de recueil et d analyse du tronc commun Réunion d

Plus en détail

MODE OPÉRATOIRE ENTRETENIR LE MATERIEL D ENDOSCOPIE DIGESTIVE

MODE OPÉRATOIRE ENTRETENIR LE MATERIEL D ENDOSCOPIE DIGESTIVE MODE OPÉRATOIRE ENTRETENIR LE MATERIEL D ENDOSCOPIE DIGESTIVE MO ENDO 002 v7 02/2014 1/7 MODIFICATION APPORTÉE mise à disposition du produit inactivant «prion OBJET Décontamination, détergence et désinfection

Plus en détail

Gestion des risques en

Gestion des risques en Gestion des risques en Réseau des Praticiens en Hygiène hospitalière du Rhône 12 novembre 2012 endoscopie B Grisi : PH en Hygiene A Boudilmi : Ingénieur Qualité L hôpital nord ouest Villefranche Région

Plus en détail

Audit Régional en endoscopie 2008. Antenne Régionale CCLIN-FELIN

Audit Régional en endoscopie 2008. Antenne Régionale CCLIN-FELIN Audit Régional en endoscopie 2008 Antenne Régionale CCLIN-FELIN Organisation Régionale de l audit Développement de l activité endoscopie Evolution de la législation Alertes matériovigilance EVALUATION

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte PROPIN (programme national de prévention des infections nosocomiales) 2009-2013 Objectif Renforcer la prévention du risque infectieux soignants/soignés

Plus en détail

Evaluation du risque infectieux en endoscopie pour les endoscopes autoclavables avec canaux. Audit Grephh 2015

Evaluation du risque infectieux en endoscopie pour les endoscopes autoclavables avec canaux. Audit Grephh 2015 Evaluation du risque infectieux en endoscopie pour les endoscopes autoclavables avec canaux Audit Grephh 2015 10 octobre 2014 Riphh Languedoc-Roussillon - Nîmes Pour le groupe de travail E. Laprugne-Garcia,

Plus en détail

DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES

DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES PRISE EN CHARGE ET TRAITEMENT KA. Dinh-Van, Pharmacienne Centre Médicochirurgical de Kourou 27 mars 2013 Semaine guyanaise de lutte contre les infections associées aux

Plus en détail

RETOUR SUR L AUDIT ENDOSCOPIE DU GREPHH SERVICE CENTRALISE D ENDOSCOPIE DU CH.AR.ME

RETOUR SUR L AUDIT ENDOSCOPIE DU GREPHH SERVICE CENTRALISE D ENDOSCOPIE DU CH.AR.ME RETOUR SUR L AUDIT ENDOSCOPIE DU GREPHH SERVICE CENTRALISE D ENDOSCOPIE DU CH.AR.ME A BERNARD IDE hygiéniste Carole LE PAPE Aide soignante consultations externes 1 PRESENTATION DU SERVICE CENTRALISE D

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques des endoscopes

Prélèvements microbiologiques des endoscopes Prélèvements microbiologiques des endoscopes 1 Pourquoi? Endoscopes = dispositifs complexes Plusieurs dizaines de pièces assemblées Matériaux divers Canaux >1 m / diamètre ~ 1 mm Reliés par des jonctions

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel POINT SUR LES ENDOSCOPES Réglementation et recommandations applicables Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 1 Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 2 Niveau de désinfection 2 types de

Plus en détail

Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014

Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014 Les outils du GREPHH : la liste s allonge Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014 Delphine Verjat-Trannoy et Danièle Landriu CClin Paris-Nord Réunion sur la prévention du risque infectieux

Plus en détail

«ENDO-SCOPIE» D UNE ACTIVITÉ A RISQUE.

«ENDO-SCOPIE» D UNE ACTIVITÉ A RISQUE. «ENDO-SCOPIE» D UNE ACTIVITÉ A RISQUE. 1 Évaluation des Pratiques Professionnelles Céline Minchaca-Perrochaud IDE Hygiéniste CHU de Martinique INTRODUCTION 2 PRÉSENTATION 2012 CHU de 1200 lits 4 unités

Plus en détail

Atelier n 3 : Prise en charge des moteurs : de l utilisation à la maintenance

Atelier n 3 : Prise en charge des moteurs : de l utilisation à la maintenance 34èmes JOURNEES NATIONALES D ETUDES SUR LA STERILISATION, LYON, 4 et 5 avril 2012 Atelier n 3 : Prise en charge des moteurs : de l utilisation à la maintenance Dori AFRAIE, Bénédicte BENOIT & Laurent THIERRY

Plus en détail

Endoscopie digestive : de l analyse a posteriori à l analyse processus

Endoscopie digestive : de l analyse a posteriori à l analyse processus Endoscopie digestive : de l analyse a posteriori à l analyse processus Dr MaelPagenault, Mme Anne Le Floc h-marchand Plateau technique digestif du CHU de Rennes CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES

Plus en détail

Entretien du MATERIEL de soins

Entretien du MATERIEL de soins Entretien du MATERIEL de soins 1ère partie : Matériel restant au service L. SCHATZ IDE hygiéniste Unité d Hygiène Hospitalière HCC IFSI novembre 09 PLAN Les différents types de matériel Risques Classification

Plus en détail

Formation des auditeurs

Formation des auditeurs Audit «Hygiène des mains» Partie II Qualité technique des gestes d hygiène des mains Formation des auditeurs Contexte 1 L hygiène des mains : 1 ère mesure de prévention des infections associées aux soins

Plus en détail

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1: Risque infectieux lié aux dispositifs médicaux Correction des TD et synthèse Principes d entretien des DM Le type d entretien appliqué va dépendre

Plus en détail

La désinfection du matériel en endoscopie digestive

La désinfection du matériel en endoscopie digestive Fiche de recommandations de la SFED La désinfection du matériel en endoscopie digestive B. MARCHETTI, C. BOUSTIÈRE, Catherine CHAPUIS, R. SYSTCHENKO, J.-P. ARPURT, T. BARRIOZ, M. BARTHET, C. CELLIER, B.

Plus en détail

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX La ou la stérilisation du matériel propre permet d éliminer les organismes pathogènes présents et d éviter leur transmission par ce matériel à d autres

Plus en détail

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Désinfection, stérilisation Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Formation élèves aidessoignants Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Plus en détail

Enceintes de stockage d endoscopes thermosensibles -ESET. Joseph HAJJAR (Valence)

Enceintes de stockage d endoscopes thermosensibles -ESET. Joseph HAJJAR (Valence) Enceintes de stockage d endoscopes thermosensibles -ESET Joseph HAJJAR (Valence) Rappels Risque infectieux estimé à partir de cas publiés 1 infection / 1,8 millions de procédures (endoscopie digestive)

Plus en détail

STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE)

STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE) STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE) Entretien matériel VALENCE B, Grenoble JANVIER 2010 Objectif La stérilisation à la vapeur d eau (autoclave) est la méthode de référence dans les établissements

Plus en détail

Lavage/désinfection et stockage sûrs des endoscopes

Lavage/désinfection et stockage sûrs des endoscopes Lavage/désinfection et stockage sûrs des endoscopes Quelle que soit la procédure, à tout moment Le SYSTÈME DE RETRAITEMENT MEDIVATORS ADVANTAGE Le système de retraitement Medivators Advantage inclut les

Plus en détail

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites structures Circuits et locaux, approche économique Circuit: «La marche en avant» Utilisation Distribution Pré-désinfection Stockage Nettoyage-désinfection

Plus en détail

Définition: LA STERILSATION

Définition: LA STERILSATION LA STERILSATION Définition: Procédé par lequel tous les germes (bactéries, virus, levure,.) sont définitivement détruits en surface et en profondeur dans un espace incontaminable clos. Préparation du matériel

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE)

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) 1. NOTE DE PRESENTATION DE L ENTREPRISE 1.1. Organisation générale 1.1.1. Lettre de demande d agrément

Plus en détail

Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique

Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique Dr Philippe PANOUILLOT pharmacien inspecteur de santé publique dept. Inspection contrôle évaluation (DICE) - ARS25 novembre

Plus en détail

Audit d un service de stérilisation dans une petite structure :

Audit d un service de stérilisation dans une petite structure : Audit d un service de stérilisation dans une petite structure : expérience vaudoise Monica Attinger - Infirmière HPCI Service de la santé publique VD Hôpital Neuchâtelois, 29.09.2011 Procédure en vigueur

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES CQP AIDE DENTAIRE

REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES CQP AIDE DENTAIRE REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES CQP AIDE DENTAIRE 1 ACTIVITES TECHNIQUES AIDE DENTAIRE / GESTION DU RISQUE INFECTIEUX Préparer et entretenir la salle de soins Entretenir la salle de stérilisation

Plus en détail

Présentation de l audit

Présentation de l audit Audit «Hygiène des mains» Partie II Qualité technique des gestes d hygiène des mains Présentation de l audit Contexte 1 L hygiène des mains : 1 ère mesure de prévention des infections associées aux soins

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical Note technique de la commission Désinfection de la SF2H Novembre 2013 Rédacteurs : R. Baron, H. Boulestreau, P. Chaize, B. Croze, F. Karnycheff, L. Simon, X. Verdeil, D. Verjat-Trannoy Indications des

Plus en détail

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Hygiène au cabinet Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Environnement : air/eau Aération quotidienne des locaux Point d eau dans chaque salle de consultation

Plus en détail

Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP)

Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) pour la Commission spécialisée «sécurité des patients» (CsSP), HCSP Bruno Grandbastien Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE Astrid Demarchi Soins Prédésinfection Lavage Stockage Retraitement des dispositifs médicaux stériles Désinfection Stérilisation Emballage Contrôles Le lavage est

Plus en détail

Vous avez dit: armoires??

Vous avez dit: armoires?? Vous avez dit: armoires?? Prononcer : ESET Enceinte de Stockage des Endoscopes Thermosensibles Pr. René LAUGIER Dr. Joseph HAJJAR Recommandations de bonnes pratiques d utilisation des ESET Promoteurs :

Plus en détail

Recueil de Positions techniques Qualimat Transport Avril 2014 SOMMAIRE

Recueil de Positions techniques Qualimat Transport Avril 2014 SOMMAIRE Recueil de Positions techniques Qualimat Transport Avril 2014 SOMMAIRE 1. OBJET ET MODALITES D APPLICATION p. 2 2. POSITIONS TECHNIQUES THEME 1 : Portée et limite du référencement Qualimat Transport -

Plus en détail

Le carnet sanitaire du bloc opératoire :

Le carnet sanitaire du bloc opératoire : Le carnet sanitaire du bloc opératoire : un outil de gestion des risques N Loukili 1, L Cauchy 1, C Berneron 2, C Lestrez 3, A Lechat 3, B Lazzari 4, JP Dupuis 4, B Grandbastien 1 1 : Service de Gestion

Plus en détail

Révision de la circulaire 138

Révision de la circulaire 138 Révision de la circulaire 138 Françoise ROCHEFORT Dominique GOULLET Stérilisation Centrale Hospices Civils de LYON Révision de la circulaire 138 Évolution des données épidémiologiques Nombre de cas v-mcj

Plus en détail

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon le 4 avril 2012 Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité Dominique COMBEAU, Pharmacien Hospitalier,

Plus en détail

Prescription > dispensation > Administration > Gestion des produits de santé

Prescription > dispensation > Administration > Gestion des produits de santé Page 1 sur 6 Décembre Définition : Définir les règles de gestion des médicaments dans les unités de soins, au regard de la réglementation de qualité et pour garantir sa qualité et son effet thérapeutique.

Plus en détail

GPAO bloc opératoire Retour d expérience : CHPL

GPAO bloc opératoire Retour d expérience : CHPL 1/ 35 GPAO bloc opératoire Francis REYMONDON freymondon@chpl.fr http://www.chpl.fr Présentation : Francis REYMONDON 2/ 35 Formation : Ingénieur INSA spécialité Génie Industriel Fonction CHPL : Responsable

Plus en détail

Audit endoscopie du Grephh. Résultats de l audit national 2015

Audit endoscopie du Grephh. Résultats de l audit national 2015 Audit endoscopie du Grephh Résultats de l audit national 2015 Dr Loïc SIMON Pour le groupe Endoscopie du Grephh SF2H, Nantes, 03 juin 2016 Instruction N DGOS/PF2/2014/338 du 8 décembre 2014 relative à

Plus en détail

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition OUTIL Livret de suivi du parcours de développement des compétences Candidat Nom Prénom Entreprise Personne chargée du suivi du

Plus en détail

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Introduction Depuis 2003 2007 : Textes et recommandations en endoscopie Prélèvements microbiologiques

Plus en détail

Entretien des endoscopes. Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse

Entretien des endoscopes. Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse Entretien des endoscopes Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse 1 Introduction L'endoscopie risque de transmission infectieuse. L examen contamination de la surface

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

Préambule : Les marchandises concernées par le présent protocole sont indiquées par un * dans l annexe 1 du cahier des charges Qualimat-transport.

Préambule : Les marchandises concernées par le présent protocole sont indiquées par un * dans l annexe 1 du cahier des charges Qualimat-transport. Protocole de nettoyage-désinfection de contenants ayant transporté des marchandises de catégorie 1 (classification Qualimat-Transport ) en vue de leur réaffectation pour le transport des «produits» destinés

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer La démarche qualité appliquée à l établissement «test» 1) Le contexte Dégradation des résultats

Plus en détail

Référentiel certification de service SSP demi-journée d information : passage révision 0 à 1

Référentiel certification de service SSP demi-journée d information : passage révision 0 à 1 Prestations de services relatives aux sites et sols pollués 1 Référentiel certification de service SSP demi-journée d information : passage révision 0 à 1 Pour les titulaires et les demandeurs de la certification

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL

Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL Objectifs Assurer une propreté visuelle Assurer un environnement agréable au patient/résident Prévenir la transmission croisée La classification

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

Préparation du matériel propre pour les pièces d hébergement

Préparation du matériel propre pour les pièces d hébergement Livret Animalier 1 Préparation du matériel propre pour les pièces d hébergement Réception du matériel sale : Cages : - vider et rincer les cages sales et les disposer dans la machine à laver - sortir les

Plus en détail

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Designation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires 5. ENSEMBLE DES PIECES CONSTITUANT LE DOSSIER A FOURNIR A L'AGENCE REGIONALE DE L'HOSPITALISATION POUR UNE DEMANDE D AUTORISATION DE FONCTIONNEMENT D UN DEPÔT DE SANG DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE I.

Plus en détail

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification.

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification. 2èmes Journées Internationales Francophone de Stérilisation 12 et 13 Septembre 2014 Marrakech - Maroc Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans

Plus en détail

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES PROTOCOLE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES TRANSPORTS SANITAIRES ET DE LEURS MATERIELS Selon les protocoles du CLIN, du SMUR 54 et du Groupe Synapse (69) Pour assurer une efficacité optimale du nettoyage

Plus en détail

CQP Plasturgie Assemblage parachèvement finitions. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Plasturgie Assemblage parachèvement finitions. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Plasturgie Assemblage parachèvement finitions Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification DESIGNATION DU METIER OU DES COMPOSANTES DU METIER EN LIEN AVEC LE CQP Le titulaire

Plus en détail

Intégration d un logiciel DC et GI

Intégration d un logiciel DC et GI Intégration d un dun logiciel de documentation de charge et de gestion des instruments Intégration d un logiciel DC et GI Situation initiale Documentation exhaustive exigée notamment par: Recommandation

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

Contrôleur ph / Conductivité

Contrôleur ph / Conductivité Contrôleur ph / Conductivité Le contrôleur ph / Conductivité participe à l analyse des paramètres de l eau pour la rendre potable. Qu est ce qu une eau potable? Une eau potable est une eau que l on peut

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

Sommaire des documents de la base documentaire 15189 v2012 01/11/2013

Sommaire des documents de la base documentaire 15189 v2012 01/11/2013 La base documentaire a été complètement révisée pour être en conformité avec cette version 2012 de l ISO 15189. La cartographie des différents processus du LBM a également été modifiée (suppression du

Plus en détail

ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON

ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON I. DEFINITIONS ET RAPPELS DISPOSITIFS MEDICAUX? NETTOYAGE ET DESINFECTION? CHOIX DU MODE DE TRAITEMENT ET NIVEAU DE RISQUE LES DIFFERENTS PRODUITS II. LES DM

Plus en détail

Recommandations pour le. traitement manuel des endoscopes. non autoclavables

Recommandations pour le. traitement manuel des endoscopes. non autoclavables Recommandations pour le traitement manuel des endoscopes non autoclavables Groupe de travail Membres du groupe : Sylvie ALVAREZ Centre Hospitalier Cadre Infirmier Hygiéniste Angoulême 05.45.24.40.40 Jacqueline

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

PRESENTATION CERTIFICATION DE SERVICE «Centres de formation pour les activités privées de sécurité et de sûreté»

PRESENTATION CERTIFICATION DE SERVICE «Centres de formation pour les activités privées de sécurité et de sûreté» PRESENTATION CERTIFICATION DE SERVICE «Centres de formation pour les activités privées de sécurité et de sûreté» Ce référentiel s adresse à toutes les actions de formation pouvant être dispensées dans

Plus en détail

PROCEDURE DE MAITRISE DOCUMENTAIRE

PROCEDURE DE MAITRISE DOCUMENTAIRE Page 1 sur 6 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence /V01 /V02 /V03 /V04 /V05 /V06 /V07 /V08 /V09 07/PR/001/01/V10 Titre et objet de la révision PROCEDURE DE MAITRISE DU MANUEL QUALITE - Réactualisation

Plus en détail

Check List sondage urinaire

Check List sondage urinaire Check List sondage urinaire Mode d emploi Groupe de travail ARIH -ARLIN Constitution du groupe de travail Séverine AZALOT Sabine BELLOUR Julie CHASTIN Patrick DEROUSSEN Monique DUHAMEL Virginie LEBRAN

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé :

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : partie II : Les exigences du contrôle de qualité Prof. P.ODOU Institut de Pharmacie du CHRU

Plus en détail

Rouen 05 décembre 2013 LAVE-BASSINS

Rouen 05 décembre 2013 LAVE-BASSINS LAVE-BASSINS I : Utilité du lave-bassins Le lave-bassins est un dispositif médical conçu pour les fonctions vidage, nettoyage et désinfection des différents ustensiles : bassins, urinaux, bocaux, seaux

Plus en détail

LA CENTRALISATION DE L ACTIVITE ENDOSCOPIE EXPLORATIONS FONCTIONNELLES

LA CENTRALISATION DE L ACTIVITE ENDOSCOPIE EXPLORATIONS FONCTIONNELLES LA CENTRALISATION DE L ACTIVITE ENDOSCOPIE EXPLORATIONS FONCTIONNELLES SOMMAIRE Introduction Sites des activités en endoscopie avant le projet Bilan d activité Projet de centralisation du lavage des endoscopes

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

Traitement manuel d un endoscope souple

Traitement manuel d un endoscope souple Traitement manuel d un endoscope souple Fiche technique Indication Remarque Retraitement des endoscopes souples après utilisation avec une phase de désinfection correspondant à une désinfection de haut

Plus en détail

CAMPAGNE D INSPECTION 2008-2009 REPARATION ET MAINTENANCE DES ENDOSCOPES

CAMPAGNE D INSPECTION 2008-2009 REPARATION ET MAINTENANCE DES ENDOSCOPES Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des Dispositifs Médicaux Rédacteurs : Jean-Christophe BORN et Laurent BAUVAL CAMPAGNE D INSPECTION

Plus en détail

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0 Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon PS V 1.0 TABLE DES MATIERES 1. Description du produit... 2 1.1 Type... 2 1.2 Isolation thermique... 2 1.3 Spécifications... 2 2. Généralités... 2 3.

Plus en détail

Processus d approvisionnement du matériel aux salles d opération. Processus d approvisionnement du matériel au bloc opératoire et à la stérilisation

Processus d approvisionnement du matériel aux salles d opération. Processus d approvisionnement du matériel au bloc opératoire et à la stérilisation Présentation des Processus d approvisionnement du matériel aux salles d opération (consommation du matériel) Processus d approvisionnement du matériel au bloc opératoire et à la stérilisation (regarnissage

Plus en détail

ORL 88 8.0 06/2015-FR CLEARVISION II. Pour le nettoyage peropératoire de la lentille distale

ORL 88 8.0 06/2015-FR CLEARVISION II. Pour le nettoyage peropératoire de la lentille distale ORL 88 8.0 06/2015-FR CLEARVISION II Pour le nettoyage peropératoire de la lentille distale Système CLEARVISION II : Pour le nettoyage peropératoire de la lentille distale Le problème posé par les gouttes

Plus en détail

FICHE METIER. «Technicien de maintenance vidéo» Technicien de maintenance audiovisuel APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Technicien de maintenance vidéo» Technicien de maintenance audiovisuel APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Technicien de maintenance vidéo Version 1 «Technicien de maintenance vidéo» APPELLATION(S) DU METIER Technicien de maintenance audiovisuel DEFINITION DU METIER Le technicien de maintenance est en charge

Plus en détail

Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale. Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA

Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale. Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA PLAN Introduction Réglementation Circuit du personnel Procédure de Formation Accueil

Plus en détail

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus dans une entreprise

Plus en détail

CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :...

CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR DOSSIER D EVALUATION pour la professionnalisation des salariés (hors contrat de professionnalisation) Nom :... Prénom : Adresse :......

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

Infor HCM Anael Risques Professionnels. Infor HCM. Infor HCM Anael Risques Professionnels

Infor HCM Anael Risques Professionnels. Infor HCM. Infor HCM Anael Risques Professionnels Infor HCM Infor HCM Anael Risques Professionnels Contexte La législation concernant la prévention des risques professionnels s est largement développée ces dernières années. Les règles générales édictées

Plus en détail

EPO, enfin un circuit sécurisé

EPO, enfin un circuit sécurisé PROTOCOLES DE QUALITE EPO, enfin un circuit sécurisé S. FLANGAKIS-BARBE - Pharmacie Médicaments - CHU - 31 - TOULOUSE Ce travail collectif, réalisé au CHU de Toulouse, trouve son origine dans une réflexion

Plus en détail

DOCUMENT DE SUIVI DES ACTIVITES MENEES EN MILIEU PROFESSIONNEL

DOCUMENT DE SUIVI DES ACTIVITES MENEES EN MILIEU PROFESSIONNEL DOCUMENT DE SUIVI DES ACTIVITES MENEES EN MILIEU PROFESSIONNEL Sur le cycle de formation (trois ans : seconde, première, terminale) Cette grille permet de repérer les activités réalisées par le candidat

Plus en détail

Nom / prénom : Tél. : E-mail :

Nom / prénom : Tél. : E-mail : Domaine : Risques HPCI Catégorie : Secteur : Centre de charges Surveillance sanitaire année Etablissement concerné : Si multisite, site concerné : Si multisite, prière de remplir 1 fiche par site Personne

Plus en détail

Endoscopie - endoscopes souples - traitement manuel

Endoscopie - endoscopes souples - traitement manuel 1. Objet Cette recommandation a pour but de décrire les différentes étapes du processus de traitement des endoscopes souples par une désinfection le. Selon les recommandations européennes et suisses (Swiss-Noso),

Plus en détail

TRANSMISSION D ECHANTILLONS (sous-traitance et contrats de collaboration)

TRANSMISSION D ECHANTILLONS (sous-traitance et contrats de collaboration) Page 1 sur 5 I OBJET : Cette procédure décrit les principes de transmission d échantillons. Elle s applique aux examens transmis dans le cadre soit d une sous-traitance à des laboratoires spécialisés,

Plus en détail

TITRE ASSISTANT(E) DENTAIRE

TITRE ASSISTANT(E) DENTAIRE REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES TITRE ASSISTANT(E) DENTAIRE Enregistré au RNCP Arrêté du 27 novembre 2012 Page 1 GESTION DU RISQUE INFECTIEUX Préparer et entretenir la salle de soins Entretenir

Plus en détail