NOM : ABMONT PUYOBREAU KETHA - LAMOTTE. PRENOM : Mathieu Jean Shayram Bastien. ADRESSE : Local Unis-Terre Kedge BS Domaine de Luminy TELEPHONE : -

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOM : ABMONT PUYOBREAU KETHA - LAMOTTE. PRENOM : Mathieu Jean Shayram Bastien. ADRESSE : Local Unis-Terre Kedge BS Domaine de Luminy TELEPHONE : -"

Transcription

1 NOM : ABMONT PUYOBREAU KETHA - LAMOTTE PRENOM : Mathieu Jean Shayram Bastien ADRESSE : Local Unis-Terre Kedge BS Domaine de Luminy TELEPHONE : Ecole : Kedge BS Programme suivi : ESC Bachelor / ESC M1

2 SOMMAIRE Veuillez présenter brièvement votre projet de création... 3 I. ENVIRONNEMENT DE L ENTREPRISE... 3 A. Macroéconomique Description du marché, de son évolution et des paramètres qui influencent ce marché Précisez l offre et la demande sur ce secteur en détaillant la concurrence Quels sont les facteurs clés de réussite sur ce marché?... 9 B. Microéconomique Qui sont vos clients actuels ou potentiels? Qui sont vos fournisseurs? Qui sont nos consommateurs? Quels sont nos canaux de distribution? Qui sont nos concurrents directs et indirects? II. L ENTREPRISE A. Notre activité Quels sont nos domaines d activités stratégiques? Quels sont nos segments? Quel est notre modèle de création de valeur? Quelle est l attractivité de notre activité? A quel besoin répond notre activité? B. Structure de l entreprise Où comptons-nous nous implanter? Quel est l état d avancement de notre projet? Quel est le développement envisagé de notre projet? Quels sont les moyens humains et matériels nécessaires? Quels statuts juridiques adopter? Quel est notre plan d action commercial et marketing? Qui sont nos partenaires? C. Performance de l entreprise Existe-t-il des produits de substitutions? Comment se différencier de la concurrence? L ATELIER Page 1

3 3. Comment mesurer la satisfaction des clients? D. Eléments financiers Quelle somme le lancement de votre projet nécessite-t-il? Quel est votre apport personnel? Comment comptez-vous financer l éventuelle différence? III. VISION DE L ENTREPRISE A MOYEN-TERME A. Quelle est notre vision du projet à moyen et long terme? B. Quelles sont les perspectives de développement de l activité? C. En quoi notre projet pourrait-il participer au développement durable D. En quoi notre projet est-il RSE? E. En quoi notre projet est-il innovant? IV. CREATEURS Quelles sont vos aptitudes et compétences L ATELIER Page 2

4 Veuillez présenter brièvement votre projet de création L'Atelier est un projet rassemblant des étudiants marseillais issus de différents cursus afin de lutter face à un double problème : la pollution environnementale d une part et les difficultés pour un étudiant de se meubler d autre part. I. ENVIRONNEMENT DE L ENTREPRISE A. Macroéconomique 1. Description du marché, de son évolution et des paramètres qui influencent ce marché. Le secteur étudié est celui de la fabrication et de la distribution de meubles aux particuliers. Ce secteur est en fait composé de deux secteurs : celui de la fabrication et celui de la distribution. Description générale du secteur : C est un secteur qui agit en B to C (à 75%) et ses besoins technologiques dépendent du type de meuble fabriqué et de la quantité produite. Il est donc question de maitriser le sourcing, le processus de fabrication, la gestion des stocks, la logistique d acheminement des meubles et la vente. Le secteur de la fabrication est fortement atomisé, et se caractérise par l existence à la fois de TPE familiales qui produisent des meubles traditionnels pour des clients locaux, mais aussi de grosses entreprises industrielles de mobilier en kit. Le secteur de la distribution rassemblait en 2010 plus de magasins de vente de meubles. Mais une vingtaine d entre eux réalise la majorité des ventes. Paramètres influençant le secteur : L ATELIER Page 3

5 Les principaux facteurs environnementaux ayant impacté le secteur sont des facteurs socioculturels, démographiques, et bien-sûr économiques. L influence socioculturelle sur le secteur est positive : les foyers français portent grand intérêt à la qualité de leur intérieur, à sa décoration, en témoigne le succès grandissant des émissions télévisées de ce thème. Le mobilier, élément central de l habitat, profite de cet engouement. Il concentre des valeurs fortes auxquelles les foyers français ne veulent pas renoncer en période de crise : le partage au sein de la famille, le bien-être/confort. L influence démographique, avec une population en hausse (bonne performance par rapport aux autres pays européens avec 2,1 enfants par femme) ne peut qu être favorable au secteur. Les ventes avaient ainsi augmenté de 1,6% par an en moyenne depuis 2009, performance synonyme d une croissance molle. Mais les ménages sont de plus en plus attentistes et pratiquent des arbitrages sur leurs dépenses en réponse au contexte économique morose : on observe en effet depuis 2008 une baisse globale du pouvoir d achat, une hausse du chômage, qui conduit les ménages à effectuer des arbitrages sur les biens mobiliers. Dans ce contexte toujours, on constate que la mobilité résidentielle recule et que le nombre de transactions immobilières de logements anciens chute, ce qui n encourage pas franchement les ventes de meubles domestiques. S ajoute à cela une hausse timide des prix du mobilier, ce qui aboutit à une vente du mobilier domestique (en valeur) en berne. Forces de Porter : attractivité des secteurs de la fabrication et de la distribution de meubles. Barrières à l entrée Menace des produits de substitution Faibles/moyennes. Il faut un minimum de savoir-faire pour la fabrication de meubles. S il est difficile de devenir un gros fabricant (pour cause de besoin de fonds énormes), il y a beaucoup d artisans qui commercialisent localement. Nulle. L ATELIER Page 4

6 Pouvoir de négociation des fournisseurs Pouvoir de négociation des clients Faible. Les grosses enseignes de distribution dictent leurs conditions à leurs fournisseurs. Et les petits artisans n ont pas de difficulté à se fournir en matières premières. Fort. La concurrence étant forte, les clients peuvent choisir leur enseigne. Evolutions récentes Bien que les facteurs socioculturels et démographiques semblent encourager la croissance du secteur, l influence du contexte économique morose prend le dessus en conduisant les ménages à réduire leurs dépenses en matière de meubles domestiques. Conséquences directes : une baisse du nombre de magasins et d employés dans le secteur, les plus durement touchés étant les petites unités de milieu de gamme. Le jeune habitat draine les ventes, avec loin en tête une poignée de grandes enseignes. Le secteur de la production de meuble a lui aussi subi les effets de la crise. Les magasins ont réduit leurs ventes et leurs commandes en meubles, l activité des producteurs a donc aussi diminué. En outre les grandes enseignes ont recentré leurs achats sur des produits d entrée de gamme, se tournant ainsi principalement vers des fournisseurs étrangers, plus compétitifs en termes de prix. Une véritable pression concurrentielle s effectue sur les fournisseurs français, qui doivent baisser leurs tarifs. 2. Précisez l offre et la demande sur ce secteur en détaillant la concurrence. La demande : On distingue quelques types de clientèles majeurs : - Les étudiants ou jeunes diplômés qui quittent le foyer - Les jeunes couples qui emménagent ensemble pour la première fois L ATELIER Page 5

7 - Les jeunes couples avec premier enfant (période souvent précédée ou suivie d un emménagement) - Les couples de 45 ans et plus dont les enfants ont quitté le foyer et qui souhaitent soigner leur intérieur. La demande s est contractée (de -3,0%) en 2012, et ce pour la première fois depuis 2009, retombant à un niveau proche de L année 2011 avant pourtant été excellente pour le secteur, avec une progression du marché de 2,5%. L offre : Le secteur de la distribution de meuble est un secteur très atomisé. Bien que dominé en France par trois grandes enseignes (Ikea, But, Alinéa), il existe près de 9000 enseignes différentes sur tout le territoire, cumulant 7275 établissements en Ce chiffre est à analyser dans le temps : en 2000, le nombre de ces établissements s élevait à 6637 pour progressivement atteindre 7643 en De plus, au cours de la décennie 2000, 90% des établissements disparus étaient des unités de moins de 10 salariés. Ces établissements étaient pour beaucoup non adossés à un réseau et positionnés sur le milieu de gamme. Les principaux circuits spécialisés de ventes de mobilier domestique en France en 2011 sont les suivants : - L équipement du foyer (26,6% de part de marché, avec comme enseignes principales But, Conforama, Sesame et Mobis) : il s agit d un positionnement généraliste, l offre va des meubles aux mobilier électrodomestique en passant par les articles de décoration. - Le jeune habitat (21,3% de part de marché, avec comme enseignes principales Ikea, Alinéa, Fly et Habitat) : une large gamme de produits est proposée, centrée sur les meubles et la décoration et plus particulièrement destinée à un premier équipement en mobilier d entrée de gamme. L ATELIER Page 6

8 - L ameublement milieu de gamme (12,5% de part de marché, avec comme enseignes principales Ambia, Maison de monde, Mobilier de France, Monsieur Meubles) : c est une offre davantage haut de gamme que l équipement du foyer du jeune habitat et qui couvre plusieurs segments de produits (meubles meublants, meubles de salon...). - Les spécialistes de la cuisines (11% de part de marché, avec comme enseignes principales Mobalpa, Cuisines Schmidt, Cuisinella, Arthur Bonnet) : l offre est limitée aux meubles de cuisines (dont cuisines équipées) et à certains appareils électroménagers. - L ameublement haut de gamme (4,3% de part de marché, avec comme enseignes principales Ambiance Tiffany, Cinna, Les Maîtres Tradition, La Roche Bobois) : L offre de ce circuit est principalement tournée vers des meubles meublants et des meubles de salon. - La vente à distance (4,1% de part de marché, les principaux acteurs sont les véadistes traditionnels comme La Redoute, cet.) : elle propose une large gamme de produits, avec principalement des meubles meublants et des compléments de décorations, et une large gamme de prix, privilégiant néanmoins l entrée de gamme. Les spécialistes de la cuisine ont constitués ces dernières années la locomotive de l ameublement domestique en enregistrant une hausse de ses ventes de 3% entre 2000 et 2011, tandis que les ventes des autres catégories de meuble sont restées stable sur la décennie. Ce dynamisme s est appuyé sur l engouement des français pour les cuisines équipées. A noter également que depuis plusieurs années, c est le secteur du jeune habitat qui est à la tête du secteur de l ameublement domestique de par son dynamisme : de 15% de parts de marché en 2005, elle est aujourd hui à 21,3%. Ainsi, avec des produits design et des prix très compétitifs, les enseignes Ikea, Alinéa, Fly et Habitat se sont imposées comme les leaders sur leur secteur. Toutefois, les enseignes de l équipement du foyer, premier canal de vente, rattrape le terrain perdu depuis la crise, grâce aux premiers fruits récoltés de leurs stratégies de riposte. BUT a notamment focalisé son offensive sur la refonte de son assortiment de mobilier vers des meubles design et sur l accroissement de son offre d articles de décoration. Il a parallèlement développé de nouveaux concepts de magasins de proximité (But City et But L ATELIER Page 7

9 Cosy) pour desservir les centres villes. De son côté, Conforama a consolidé son offre d articles de décoration (Condo Déco) et misé sur une offre à bas prix, avec l augmentation du nombre de ses références d entrée de gamme (Confo Dépôt). Bref, la résistance s organise derrière Ikea. Chiffres-clés des entreprises de commerce de détails de meubles en magasins spécialisés en 2010 : Indicateur Année 2010 Nombre d entreprises 9033 Personnes occupées Nombre moyen de personnes occupées par entreprise 6 Nombre de magasins Surface totale de vente (m2) Surface moyenne de vente par magasin (m2) 695 Chiffre d affaires HT (M ) Marge commerciale Taux de marge commerciale (MC/CA) 37,9% Chiffre d affaires moyen par entreprise (M ) 1,61 Chiffre d affaires moyen par salarié (k ) 250,2 Frais de personnel (M ) Poids des frais de personnels (% du CA) 17,2% Taux de valeur ajoutée (VA/CA) 21,1% Les forces en présence L ATELIER Page 8

10 L approche quantitative par catégorie de meuble 3. Quels sont les facteurs clés de réussite sur ce marché? En segmentant le marché cible en 4 types de ménage, nous pouvons distinguer les compétences clefs requises dans le secteur de la fabrication et distribution de meubles pour chaque demande et envisager des solutions de différenciation possibles. Segment Caractéristiques du produit Compétences clefs Jeunes étudiants Produits peu cher, d entrée gamme, fonctionnels, simples. Faire des kits, produits amovibles, produits stylisés. Renouveler les collections. L ATELIER Page 9

11 Jeunes couples Couple avec premier enfant Couple dont les enfants ont quitté le foyer Produits peu chers, fonctionnels, simples mais beaux. Produits fiables, adaptés aux enfants, qui durent dans le temps. Produits esthétiques et de très bonne qualité. Produits haut de gamme, esthétiques, de qualité, de marque. Faire des kits, produits amovibles, produits stylisés et élégants. Renouveler les collections. Garantie, marque, meubles assortis, durabilité, esthétique. Garantie, SAV, livraison. B. Microéconomique 1. Qui sont vos clients actuels ou potentiels? Nous avons deux types de clients potentiels : les étudiants et les CSP+ à Marseille. Le pouvoir de négociation des étudiants est assez élevé. Le nombre de concurrents dans la région est élevé, les étudiants ont donc l embarra du choix. Le prix et la facilité de reprise lorsqu ils veulent s en débarrasser, sont donc des critères importants pour que ces clients nous choisissent plutôt que la concurrence. Concernant les CSP+, leur pouvoir de négociation est donc plutôt faible. Nous mettons en vente des produits artistiques et uniques, les clients ont par conséquent peu d influence que ce soit sur le produit en lui-même ou sur le prix. Il faut simplement garder à l esprit que nous présentons des produits d artistes jeunes et encore inconnus, il n est donc pas possible d appliquer des prix excessivement élevés. 2. Qui sont vos fournisseurs? Notre matière première est l ensemble des meubles récupérés, c est pourquoi nous ne possédons aucun fournisseur sauf en ce qui concerne les outils et produits pour pouvoir retoucher ces meubles (ce qui représente qu une petite partie du budget que représenterait l achat de meubles ou de bois). Le pouvoir de négociation des fournisseurs est donc très faible. L ATELIER Page 10

12 A plus long terme, nous voudrions racheter les meubles directement aux étudiants mais nous devons d abord dégager un fond de trésorerie. Cela éviterait aux étudiants de les jeter à la rue, et à nous de devoir les récupérer. 3. Qui sont nos consommateurs? Nos consommateurs et nos clients sont les mêmes. Les CSP+ car ils utilisent les meubles stylisés que nous leur vendons, et les étudiants car ils utilisent le mobilier que nous vendons et car ils consomment notre service de récupération de meubles. Nos cibles habitent à Marseille : pour les étudiants principalement à Luminy, dans le 6ème et le 8ème arrondissement. Et pour les CSP+ cela concerne cette fois le grand Marseille, mais les ventes se feront dans le centre. 4. Quels sont nos canaux de distribution? Nous voulons utiliser 3 types de canaux de distribution : la vente au local, la vente par internet et la vente ponctuelle. Le local qui nous servira de lieu pour retoucher les meubles, doit aussi nous servir de vitrine pour que les clients viennent acheter nos produits. Nous pensons que la vente au local touchera avant tout les étudiants. Ceux-ci seront contactés par mail, réseaux sociaux, mais aussi grâce à notre site internet et par la distribution de flyers. Notre site internet nous servira de catalogue pour montrer nos produits aux clients, qu ils soient étudiants ou non. A terme nous voudrions pouvoir réaliser des ventes en ligne. Et enfin nous avons le désir de réaliser des ventes ponctuelles pour toucher notre clientèle plus aisée avec nos meubles stylisés. En participant à des salons, ou événements nous pouvons directement vendre sur un stand aménagé. En outre, nous allons voir s il est réalisable de participer à des ventes aux enchères pour nos produits artistiques. L ATELIER Page 11

13 5. Qui sont nos concurrents directs et indirects? Les principaux circuits spécialisés de ventes de mobilier domestique en France en 2011 sont les suivants : - L équipement du foyer (26,6% de part de marché, avec comme enseignes principales But, Conforama, Sesame et Mobis) : il s agit d un positionnement généraliste, l offre va des meubles aux mobilier électrodomestique en passant par les articles de décoration. - Le jeune habitat (21,3% de part de marché, avec comme enseignes principales Ikea, Alinéa, Fly et Habitat) : une large gamme de produits est proposée, centrée sur les meubles et la décoration et plus particulièrement destinée à un premier équipement en mobilier d entrée de gamme. - L ameublement milieu de gamme (12,5% de part de marché, avec comme enseignes principales Ambia, Maison de monde, Mobilier de France, Monsieur Meubles) : c est une offre davantage haut de gamme que l équipement du foyer du jeune habitat et qui couvre plusieurs segments de produits (meubles meublants, meubles de salon ). - Les spécialistes de la cuisines (11% de part de marché, avec comme enseignes principales Mobalpa, Cuisines Schmidt, Cuisinella, Arthur Bonnet) : l offre est limitée aux meubles de cuisines (dont cuisines équipées) et à certains appareils électroménagers. - L ameublement haut de gamme (4,3% de part de marché, avec comme enseignes principales Ambiance Tiffany, Cinna, Les Maîtres Tradition, La Roche Bobois) : L offre de ce circuit est principalement tournée vers des meubles meublants et des meubles de salon. - La vente à distance (4,1% de part de marché, les principaux acteurs sont les véadistes traditionnels comme La Redoute, ect.) : elle propose une large gamme de produits, avec principalement des meubles meublants et des compléments de décorations, et une large gamme de prix, privilégiant néanmoins l entrée de gamme. Les forces en présence L ATELIER Page 12

14 II. L ENTREPRISE A. Notre activité 1. Quels sont nos domaines d activités stratégiques? L activité de l Atelier se divise entre trois domaines d activités stratégiques possédant des marchés, des compétences, des technologies et des concurrents distincts. Les DAS sont les suivants (explications et précisions dans le tableau ci-dessous) : DAS 1 : Vente aux enchères de meubles rénovés par des étudiants des Beaux-Arts accompagnés et parrainés par des artistes de la région PACA Nous prévoyons ainsi de récolter des fonds qui permettront de financer l ensemble du projet (matériel, location du garde-meuble si nous n obtenons pas le local, et embauche d un étudiant à long terme) et de permettre ainsi de diminuer encore d avantage les tarifs des meubles proposés aux étudiants. Notre stratégie de vente sur ce DAS sera donc fondée sur la communication autour du projet (impacts, valeurs) et non uniquement sur l esthétique des meubles en vente DAS 2 : Vente de meubles à bas prix aux étudiants des campus de Luminy L ATELIER Page 13

15 Ce DAS constitue le cœur de l activité de l Atelier mais ne pourrait exister de manière efficiente sans l existence des deux autres DAS. Il s agit de la revente aux étudiants s installant sur Luminy, de meubles rénovés légèrement par des équipes d étudiants et citoyens marseillais bénévoles. Nous organiserons donc des campagnes de communication afin de fonder une équipe solide de bénévoles. La vente s organisera autour d un système de consigne : l étudiant qui aura acheté un meuble à euros et qui nous le ramènera au moment de son départ se verra retourner 15% de la somme payée à l achat. Ceci a deux avantages : non seulement ce système incite les étudiants à ramener les meubles, et donc plus à les laisser sur le bord des routes du campus, mais il nous permet également d être constamment fournis en matière première (meubles). DAS 3 : Gardiennage de meubles proposé aux étudiants des campus de Luminy L Atelier proposera également aux étudiants de conserver leurs meubles pendant une période allant jusqu à six mois, moyennement un tarif inférieur à celui du rachat des meubles au retour de l étudiant. L objectif est double : avoir un impact sur le pouvoir d achat des étudiants en leur permettant de ne pas devoir se fournir deux fois en meubles, mais également inciter les étudiants à ne pas salir le campus en laissant leurs meubles autour des bâtiments. L ATELIER Page 14

16 CLIENTS COMPETENCES TECHNOLOGIES CONCURRENTS MARCHES DAS 1 : Vente aux enchères de meubles rénovés par des étudiants des Beaux- Arts et artistes de la région PACA - CSP + et ++ - Personnes ayant un intérêt pour les problématique s soulevées par le projet ET/OU Intérêt pour la décoration, les meubles originaux etc. Exemple : Professeurs des différents établissements touchés par le projet - Pour les étudiants des BA et artistes : Compétences techniques et artistiques dans la rénovation des meubles : créativité, travail en équipe, innovation, réalisation pratique. - Pour l équipe de l Atelier : Démarchage d artistes Démarchage de partenaires pour obtenir les ressources nécessaires Organisation des ventes aux enchères (Compétences organisationnelles) Moyennes Outillage et machines plus pointues pour que pour le DAS vente de meubles aux étudiants Utilisation d internet (mailing, réseaux sociaux, sites internet etc.) pour l organisation et la promotion des ventes aux enchères) Les concurrents varient en fonction des différents types de clients et de leurs motivations - Emmaüs et autres associations (Association Espoir etc.) - Ateliers indépendants d artistes travaillant autour de meubles rénovés (Associations type Huile de Coude etc.) - Magasins de meubles en général + Transfert de compétences DAS 2 : Vente de meubles à bas couts aux étudiants suite à rénovation simple par une équipe de bénévoles (système de consigne) Etudiants des campus de Luminy (Environ à l année) Essentiellemen t les étudiants vivant à Luminy (1200) Faible pouvoir d achat Non véhiculés Compétences pratiques : Organiser la récupération de meubles et le stockage. Rénovation légère des meubles (créativité, travail en équipe) Compétences de négociation : Inciter les étudiants à être bénévole Vente des meubles Faibles Peu besoin d outillage et technologie pour la rénovation Vente organisée essentiellement en bouche-à-oreille et informations via mail et réseaux sociaux - Emmaüs et autres associations du même genre. (meubles à bas couts) - Magasins de meubles Low cost type Ikea - Sites internet de revente entre particuliers (LeBonCoin etc.) - Revente directe entre les étudiants des différents campus via boucheà-oreille, petites annonces et réseaux sociaux L ATELIER Page 15

17 DAS 3 : Gardiennag e de meubles Etudiants des campus de Luminy qui quittent leur établissement pour une période de stages, ou échange universitaire à l étranger dans le cadre des programmes Erasmus Etudiants qui quittent leur logement pour l été Stockage des meubles Aucune L unique activité qui pourrait concurrencer directement ce service est la location de gardemeuble par les étudiants. Cependant, si les étudiants considèrent cette solution comme trop onéreuse, alors ils préfèreront s orienter vers la revente, et l achat de nouveaux meubles à leurs retours : les concurrents indirects sont alors plus nombreux, et il s agit de tous les concurrents du DAS n Quels sont nos segments? Suite à une analyse des forces et faiblesses des concurrents, nous avons dégagé des opportunités sur lesquelles nous pourrions nous placer, et nous avons donc déterminé un positionnement pour chacun des segments. Voici l analyse que nous avons effectuée pour chacun des deux segments. a) Les étudiants des campus de Luminy Les étudiants des campus de Luminy représentent 8000 étudiants par an, dont environ 1200 étudiants vivant sur le campus. D après un sondage réalisé auprès de 115 étudiants sur le pouvoir d achat, nous avons obtenu les résultats suivants : L ATELIER Page 16

18 Il semble donc nécessaire de considérer le prix comme le critère clé d achat des étudiants. (1) Etude des concurrents CONCURRENT FORCES FAIBLESSES BILAN Magasins de meubles low-cost type Ikea - Prix abordables - Qualité du matériel (neuf, ou d occasion mais contrôlé) - Difficulté des étudiants non véhiculés pour se rendre dans les zones industrielles - Livraison onéreuse - Lors du Il faut, pour se différencier des magasins Low Cost très compétitifs grâce aux tarifs proposés, proposer un service adapter à L ATELIER Page 17

19 déménagement : que faire des meubles? Luminy et à la demande des étudiants non véhiculés. Associations type Emmaüs Prix très abordables qui permettent souvent aux étudiants de personnaliser ensuite leurs meubles pour leurs logements. - Difficulté à se rendre au magasin Emmaüs le plus proche, situé à Pointe Rouge (10 km) - Lors du déménagement : que faire des meubles? (cout du transfert retour pour Emmaüs) Même bilan que pour les magasins low-cost + Goût des étudiants pour la personnalisation des meubles Sites internet de reventes entre particuliers (LeBonCoin) Prix abordables - Difficulté de livraisons jusqu à Luminy - Peu de garanties sur l état des meubles - Lors du déménagement : possibilité de revente sur LeBonCoin mais démarche meuble par meuble donc contraignant Besoin de se placer comme un service connu de tous, donc assurant une certaine garantie sur l état des meubles Revente entre étudiants - Prix abordables - Réseau de boucheà-oreille -Négociations possibles - Meubles pas nécessairement en bon état, non rénovés -Lors du déménagement : revente meuble par meuble donc démarche contraignante De nouveau, l Atelier apporte une garantie quant à l état des meubles car ceux-ci seront rénovés par les bénévoles + Utiliser le bouche-àoreille et le réseau étudiants Enfin, il est nécessaire de proposer une solution au départ des étudiants pour la reprise des meubles. L ATELIER Page 18

20 (2) Positionnement Nous allons donc nous positionner, face aux étudiants des campus de Luminy, en tant qu organisation leur permettant de se fournir à cout très faible, en meubles ayant tout de même été retapés, et de se débarrasser de leurs meubles à leur départ. De plus, nous insisterons sur le fait que l étudiant puisse venir lui-même retaper son meuble dans notre local, afin d insister sur la personnalisation de l offre. Nous allons également placer les étudiants en membres actifs de l Atelier et non en simples clients, afin qu ils participent à la récupération de meubles, à leurs rénovations, et qu ils fassent connaître l Atelier aux étudiants de leur établissement. Nous décrirons l Atelier comme un lieu d échange, de rencontres entre les étudiants et autres bénévoles, et de créativité. Le positionnement diffère légèrement entre les étudiants vivant à Luminy et ceux vivant dans le centre-ville. En effet, nous mettrons en avant l avantage de la proximité pour les étudiants vivant à Luminy, alors que nous communiquerons d avantage sur l aspect collaboration entre étudiants et tarifs accessibles pour les étudiants vivant en centre villes. b) Les CSP +, portant un intérêt aux problématiques soulevés par le projet ou à la décoration de leurs logements (1) Etude des concurrents CONCURRENT FORCES FAIBLESSES BILAN Emmaüs et Cie. Ateliers d artistes indépendants / Associations - Soutien à des projets ayant des impacts sociaux et/ou environnementaux - Faible coût - Offre multiple - Soutien à des artistes régionaux - Meubles uniques et personnalisés / Art, design - Pas de côté artistique, design - Faible information sur les impacts au moment de l achat - Souvent plus onéreux - Ateliers peu connus dans la Région (souvent par boucheà-oreille) Il est nécessaire de communiquer efficacement sur les impacts du projet, la démarche de l Atelier et en quoi les clients participent à la construction du projet. Nous devons également communiquer de manière pertinente sur ces ventes aux enchères, afin de toucher un public le L ATELIER Page 19

21 Magasins meubles de - Multitude de magasins / diversité d offre - Facilité d accès - Garantie sur l état du meuble (neuf/occasion) - Pas d impact social, environnemental, ou culturel -Pas ou peu de personnalisation - Pas de côté artistique dans le choix etc. plus large possible. De plus, nous pouvons choisir stratégiquement des lieux, ou des parrainages par des artistes de la région, afin de communiquer encore d avantage sur les ventes. Il sera difficile, voire impossible pour nous d offrir une offre aussi diverse que celles des magasins de meubles, nous devons donc nous consacrer sur les autres points à savoir la communication sur les impacts, et l aspect artistique. (2) Positionnement Dans notre positionnement sur le secteur des CSP +, nous mettrons l accent sur les impacts de notre projet, en les décrivant précisément, afin que les clients sentent l utilité de passer par l Atelier pour leurs achats : en se procurant un meuble qui leur plait esthétiquement, ils participent à un projet ayant une influence sociale et environnementale. De plus, les clients peuvent ensuite également devenir bénévole, ou faire connaître le projet autour d eux à des artistes qui deviendront partenaires, où à des lieux qui nous accueilleront pour les ventes. L idée est de créer une communauté réunie autour de la culture marseillaise et du partage de valeurs sociales et environnementales 3. Quel est notre modèle de création de valeur? Les leviers de monétisation de l Atelier sont les suivants : L ATELIER Page 20

22 a) Vente aux enchères Les dépenses seront très faibles voire nulles en fonction des partenariats obtenus au lancement du projet : la matière première (meubles) est gratuite et abondante, la main d œuvre est bénévole (plusieurs artistes dont Denis Nayrac, prix région PACA d Ateliers Arts de France, et l Association Huile de Coude qui ont déjà répondu à notre appel, ainsi que trois étudiants des Beaux-Arts). Les fonds récoltés lors de ces ventes aux enchères serviront à financier, si besoin, l approvisionnement en outils etc. mais aussi à diminuer les prix des meubles vendus aux étudiants. b) Partenariats Nous avons réalisé un sourcing de nos partenaires potentiels dont voici un très court extrait LES REVENDEURS INSTITUTIONS Leroy merlin Bricorama Monsieur bricolage Castorama Carrefour/ autres gms. Brico depot Crous Administration kedge Conseil régional Mairie de Marseille c) Gardiennage de meubles Cette activité nous permettra de créer de la valeur financière car il ne s agit que du stock, payant, de meubles des étudiants. Les dépenses sont quasiment nulles, hormis la location du garde-meuble si nous ne parvenons pas à obtenir le local, et les bénéfices sont donc certains. Cependant, il s agit de conserver des tarifs très bas afin d avoir toujours la même démarche de soutien du pouvoir d achat des étudiants. Mais l Atelier étant un projet d entreprenariat social, la valeur créée est loin d être uniquement financière : L ATELIER Page 21

ET SI VOUS AUGMENTIEZ VOS VENTES?

ET SI VOUS AUGMENTIEZ VOS VENTES? 1. La peinture : un marché porteur 2. Présentation Instinct-Deco 3. Positionnement et points forts 4. Concept Corner 5. Engagements réciproques 1. Etapes de votre projet 2. Rejoignez nous! ET SI VOUS AUGMENTIEZ

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique Michel Boudol Responsable Atelier DEEE 1 Créée en 1985 Implantée dans une ZUS de l agglomération Grenobloise Action Sociale, Environnementale

Plus en détail

Les enjeux de la deuxième vie des objets

Les enjeux de la deuxième vie des objets Les enjeux de la deuxième vie des objets En 2011, un Côte-d Orien a produit 46 kg de déchets non recyclables, apportés en déchèteries. Ce sont principalement des meubles, du mobilier de jardin, des jouets

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION

COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE. Cahier des charges. Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005)

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE. Cahier des charges. Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005) BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE Cahier des charges Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005) Participants : Christiane DUPONT IEN-ET Économie Gestion Rosine REGNAULT

Plus en détail

www.portail-du-sav.com

www.portail-du-sav.com www.portail-du-sav.com 1 La cuisine : Véritable pièce de vie En 10 ans, la cuisine est devenue une pièce maîtresse dans la maison! Pièce à vivre à part entière, elle est désormais le nouveau salon! Pour

Plus en détail

Le marché de l isolation thermique des murs et des toitures

Le marché de l isolation thermique des murs et des toitures Le marché de l isolation thermique des murs et des toitures Les études Les chiffres clés du marché» - Edition Juillet 2014 - Un marché morose Impacté par les tensions sur les indicateurs économiques et

Plus en détail

LES STAGES ET LES MISSIONS DES ETUDIANTS EN BTS COMMUNICATION

LES STAGES ET LES MISSIONS DES ETUDIANTS EN BTS COMMUNICATION LES STAGES ET LES MISSIONS DES ETUDIANTS EN BTS COMMUNICATION Les étudiants sont engagés dans les missions, soit : - avec des responsabilités directes et complètes d exécution - avec un rôle d observateur

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Présentation du Groupe IKEA

Présentation du Groupe IKEA Présentation du Groupe IKEA IKEA dans le monde en quelques chiffres En 62 ans, le Groupe IKEA est devenu le leader mondial sur le marché du meuble. En tant que spécialiste de l ameublement et de la décoration

Plus en détail

Livre Blanc Virtua 2012

Livre Blanc Virtua 2012 Livre Blanc Virtua 2012 LES SECRETS D UNE CAMPAGNE DIGITALE DE NOËL RÉUSSIE Suivez-nous sur Twitter Virtua 021 544 28 00 info@virtua.ch Stratégies et créations digitales 2 Table des matières Préparez votre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE GOOD MORNING DESIGN

DOSSIER DE PRESSE GOOD MORNING DESIGN SOMMAIRE LE DOSSIER DE PRESSE Le concept Page 3 Une place de marché pour les passionnés du design Page 3 Nouvelle Vague : une place de marché pour les designers indépendants et les marques avant-gardistes

Plus en détail

«COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?»

«COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?» «COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?» Sommaire 1. Introduction : les clients, les Médias et la Publicité 2. Construire une Stratégie de Communication

Plus en détail

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Dossier de presse 1 Communiqué de presse Le groupe Casino mise sur la franchise pour accélérer le développement de ses enseignes de proximité Mars

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année GUIDE DU TUTEUR Ce guide est complété par le tuteur durant la première année de BTS. Une copie doit être fournie au professeur et à l étudiant ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC Management des Unités Commerciales

Plus en détail

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC Type d UC Outils du diagnostic Problématique Projet Magasin spécialisé dans la vente de produits pour l équitation Observation Analyse du compte de résultat Enquête clientèle Etude de concurrence Perte

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entrepreneuriat de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 BON DE COMMANDE

LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 BON DE COMMANDE LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 Une grande étude IPEA Vous voulez cerner le marché du meuble de salle de bains et explorer les pistes prospectives à l horizon 2020? A partir de

Plus en détail

5 > 24 DOSSIER DE CANDIDATURE MARCHE DE LËON DÉCEMBRE 2014 NANTES PLACE DU CHANGE

5 > 24 DOSSIER DE CANDIDATURE MARCHE DE LËON DÉCEMBRE 2014 NANTES PLACE DU CHANGE DOSSIER DE CANDIDATURE MARCHE DE LËON 5 > 24 DÉCEMBRE 2014 NANTES PLACE DU CHANGE Chers Créateurs, artistes et artisans, Si vous souhaitez participer au Marché de Lëon 2014, remplissez soigneusement ce

Plus en détail

2 nd vie des produits technologiques. Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile

2 nd vie des produits technologiques. Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile 2 nd vie des produits technologiques Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile SOMMAIRE Electronique Grand Public : un marché de masse! Un cadre réglementaire : depuis 2006

Plus en détail

À vous de faire vivre l esprit lidl! Responsable de Réseau h/f

À vous de faire vivre l esprit lidl! Responsable de Réseau h/f À vous de faire vivre l esprit lidl! Responsable de Réseau h/f Bienvenue chez lidl reconnaît-on la grandeur d une entreprise à l importance de son chiffre d affaires ou à l implication de ses femmes et

Plus en détail

APPEL A INNOVATION. Solutions et outils numériques de fidélisation clients au service des commerces de proximité

APPEL A INNOVATION. Solutions et outils numériques de fidélisation clients au service des commerces de proximité APPEL A INNOVATION Solutions et outils numériques de fidélisation clients au service des commerces de proximité START-UP DU NUMERIQUE, TESTEZ VOS PRODUITS ET VOS SERVICES AU SEIN DU PREMIER LIVING LAB

Plus en détail

Société Électro inc. (SCI)

Société Électro inc. (SCI) Société Électro inc. (SCI) Cas comptabilité Ronde préliminaire Place à la jeunesse 2014 Instructions Vous avez 180 minutes de préparation et le tout devra être envoyé au courriel ronde.preliminaire@gmail.com

Plus en détail

LA COMPOSITION ET LE ROLE DU CENTRE DECISIONNEL D ACHAT DACHAT. I. Qu est ce qu un centre décisionnel d achat? A Les rôles dans les centres d achat

LA COMPOSITION ET LE ROLE DU CENTRE DECISIONNEL D ACHAT DACHAT. I. Qu est ce qu un centre décisionnel d achat? A Les rôles dans les centres d achat LA COMPOSITION ET LE ROLE DU CENTRE DECISIONNEL D ACHAT DACHAT I. Qu est ce qu un centre décisionnel d achat? A Les rôles dans les centres d achat le décideur l utilisateur l acheteur lacheteur le prescripteur

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 20 JUILLET 2012 DELIBERATION N CR-12/05.340 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale de développement de l'économie sociale

Plus en détail

Vendre son champagne sur internet

Vendre son champagne sur internet dossier P.13-17 Vendre son champagne sur internet De nombreuses études le montrent : le commerce en ligne se porte bien et devrait continuer à croître sur les deux prochaines années. Ainsi, la Fédération

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

Une vraie boutique et plus encore. www.lafausseboutique.com

Une vraie boutique et plus encore. www.lafausseboutique.com Une vraie boutique et plus encore www.lafausseboutique.com 2014 DOSSIER DE PRESSE La Fausse Boutique est plus qu un simple espace de vente. Son originalité réside dans le rassemblement d ateliers de création,

Plus en détail

SCIENCES DU MANAGEMENT INGENIERIE DU MANAGEMENT METIERS DU MARKETING

SCIENCES DU MANAGEMENT INGENIERIE DU MANAGEMENT METIERS DU MARKETING MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT INGENIERIE DU MANAGEMENT METIERS DU MARKETING www.univ-littoral.fr PRESENTATION ET OBJECTIFS DE LA FORMATION Pour leur conduite de leurs entreprises

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

OFFRE A LA UNE. Disponibilité Immédiate NEWSLETTER AGENCE. Edito IMMOBILIER D ENTREPRISE

OFFRE A LA UNE. Disponibilité Immédiate NEWSLETTER AGENCE. Edito IMMOBILIER D ENTREPRISE SLETTER AGENCE Luxembourg - IMMOBILIER D ENTREPRISE OFFRE A LA UNE Edito Nous entamons à présent la dernière ligne droite de cette année 2010. Une année encore délicate aux vues du contexte économique

Plus en détail

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 «Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 INTRODUCTION : RAPPELS SUR LE REGROUPEMENT DE CREDITS 1 LE REGROUPEMENT DE CRÉDITS, QUAND?

Plus en détail

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14 I. INTRODUCTION ----------------------------------------------------------------------------------- 3 II. LA PAGE DE COUVERTURE ------------------------------------------------------------------ 5 III.

Plus en détail

Le Guide de l Investissement en Résidence Services Seniors OVELIA

Le Guide de l Investissement en Résidence Services Seniors OVELIA Le Guide de l Investissement en Résidence Services Seniors OVELIA SOMMAIRE 1. Définition d une résidence services seniors OVELIA 2. Les atouts de cet investissement A / Un marché porteur B / Un investissement

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Objectifs: Réduire les apports en déchèterie Sous-objectif: Favoriser le broyage/paillage à domicile

Objectifs: Réduire les apports en déchèterie Sous-objectif: Favoriser le broyage/paillage à domicile déchets 2015 Appui au déploiement de broyeur "groupés" ACTION N 57 : Sous-objectif: Favoriser le broyage/paillage à domicile Favoriser le paillage Stabiliser le flux de déchets verts 115 3 Les habitants

Plus en détail

Un grand évènement citoyen pour le climat

Un grand évènement citoyen pour le climat Kit d accueil Bénévoles Le Village des Alternatives Un grand évènement citoyen pour le climat 26 et 27 sept. 2015, place de la République à Paris alternatiba.eu/paris La dynamique Alternatiba Le 6 octobre

Plus en détail

S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE

S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE S422 La relation commerciale et son marché S42 La relation commerciale la clientèle de l unité commerciale Définir la notion de zone

Plus en détail

FILIÈRE SCIENCES SOCIALES, COMMERCE ET ADMINISTRATION & FILIÈRE SCIENCES NATURELLES

FILIÈRE SCIENCES SOCIALES, COMMERCE ET ADMINISTRATION & FILIÈRE SCIENCES NATURELLES FILIÈRE SCIENCES SOCIALES, COMMERCE ET ADMINISTRATION & FILIÈRE SCIENCES NATURELLES Diplômes de la filière Sciences sociales, Commerce et Administration Diplômes professionnels de base Diplôme de base

Plus en détail

Règlement officiel du concours Social Business Challenge

Règlement officiel du concours Social Business Challenge Règlement officiel du concours Social Business Challenge ARTICLE 1 OBJECTIF DU CONCOURS L association étudiante EMicrocrédit, association de microfinance et entrepreneuriat social d EMLYON Business School

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE Lundi 23 mars 2015 5 e NUIT DE L ENTREPRISE NUMERIQUE «Les technologies à travers la performance de l entreprise et l amélioration de la vie de ses collaborateurs» DOSSIER DE CANDIDATURE 1 Vos coordonnées

Plus en détail

CHARGÉ DE PROJETS COMMERCIAUX ET MARKETING À L INTERNATIONAL. Vous postulez pour une :

CHARGÉ DE PROJETS COMMERCIAUX ET MARKETING À L INTERNATIONAL. Vous postulez pour une : Dossier de candidature BACHELOR OF INTERNATIONAL BUSINESS ADMINISTRATION (BIBA) CHARGÉ DE PROJETS COMMERCIAUX ET MARKETING À L INTERNATIONAL CONCOURS NATIONAL (POUR LES TITULAIRES D UN DIPLÔME FRANÇAIS)

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

Décrivez le micro-environnement de l entreprise, puis son macro-environnement.

Décrivez le micro-environnement de l entreprise, puis son macro-environnement. THÈME 1 L environnement de l entreprise EXERCICE 1 Environnement et marché Vous êtes un des leaders mondiaux sur le marché du café, vous avez su développer depuis des années de nouveaux produits pour vous

Plus en détail

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée Pour la réduction dans vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles sont organisées chaque année en.

Plus en détail

Vous cherchez une bonne boîte?

Vous cherchez une bonne boîte? RESPONSABLE DES VENTES SECTEUR Lidl recrute Vous cherchez une bonne boîte? + d infos sur www.lidl.fr Réinventons les métiers de la distribution! RÉINVENTONS LES MÉTIERS DE LA DISTRIBUTION! www.lidl.fr

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr.

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. Document mis à disposition par : www.marketing-etudiant.fr Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos sources

Plus en détail

Vous cherchez une bonne boîte?

Vous cherchez une bonne boîte? JEUNES DIPLÔMÉS Lidl recrute Vous cherchez une bonne boîte? + d infos sur www.lidl.fr Réinventons les métiers de la distribution! RÉINVENTONS LES MÉTIERS DE LA DISTRIBUTION! www.lidl.fr LIDL FRANCE 1988

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE PROGRAMMES SPECIALISES CAMPUS BORDEAUX RENTREE 2014 NOM :. Photo d identité PRENOMS :

DOSSIER DE CANDIDATURE PROGRAMMES SPECIALISES CAMPUS BORDEAUX RENTREE 2014 NOM :. Photo d identité PRENOMS : DOSSIER DE CANDIDATURE PROGRAMMES SPECIALISES CAMPUS BORDEAUX RENTREE 2014 NOM :. PRENOMS : Photo d identité Choix du programme (cochez les programmes pour lesquels vous postulez) Accès Bac+3 aux formations

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

Professionnels du Patrimoine Bienvenue chez Cerenicimo

Professionnels du Patrimoine Bienvenue chez Cerenicimo Professionnels du Patrimoine Bienvenue chez Cerenicimo Cher(e) Professionnel(le) du Patrimoine, Pour un Professionnel du Patrimoine, le choix d un fournisseur va aujourd hui bien au-delà de la simple

Plus en détail

Club Supply Chain et distribution

Club Supply Chain et distribution Club Supply Chain et distribution Fabrice Lajugie de la Renaudie Association des diplômés de Reims Management School 91 rue de Miromesnil 75008 Paris http://www.rms-network.com Sommaire Constats 3 composantes

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce étude de fonctions & rémunérations & Commerce & Commerce SOMMAIRE Introduction Remarques méthodologiques 1. Chef de département p.5 2. Directeur de magasin p.6 3. Directeur régional p.7 4. Directeur de

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES 6 I. CHAMP D ACTIVITÉ I.1. DÉFINITION Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) Le titulaire du baccalauréat

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION RURALE PAR RESEAU SBEE <> (MISSION D INTERMEDIATION SOCIALE)

PROJET D ELECTRIFICATION RURALE PAR RESEAU SBEE <<MESURES D ACCOMPAGNEMENT>> (MISSION D INTERMEDIATION SOCIALE) 1 PROJET D ELECTRIFICATION RURALE PAR RESEAU SBEE (MISSION D INTERMEDIATION SOCIALE) STRATEGIE DE DISTRIBUTION DES CARTES PREPAYEES 2 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION... 3 1.

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

Réseau national de courtage en travaux immobiliers Création d ambiances et vente de biens d équipement

Réseau national de courtage en travaux immobiliers Création d ambiances et vente de biens d équipement C r é e z v o t r e e n t r e p r i s e e n t o u t e c o n f i a n c e DEVENEZ COURTIER ACTIV TRAVAUX Une activité commerciale valorisante, d hommes et de femmes d action! DEVENEZ DISTRIBUTEUR ACTIV TENDANCES

Plus en détail

Ecosystème Salesforce.com/SFDC

Ecosystème Salesforce.com/SFDC FICHIERS BTOB : Ecosystème Salesforce.com/SFDC BASES DE DONNEES EMAILING NOMINATIVES ENTREPRISES UTILISATRICES DE SFDC (END USERS SALESFORCE.COM) BASE INSTALLEE CLIENTS SALESFORCE.COM/SFDC Périmètre :

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint 1 2.2 Etablir un diagnostic stratégique Documents annexes au PowerPoint Document 1 Domaines concernés Exemples Facteurs politiques Politiques fiscales, budgétaire, monétaire, sociale Allègement exceptionnel

Plus en détail

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN Design document Tuning 2.1 Introduction au sujet 2.2 Profils de diplômes 2.3 Acquis de l'apprentissage et compétences - descripteurs de niveau 2.4 Processus de consultation

Plus en détail

Management de la distribution

Management de la distribution NOUVELLE FORMATION RENTRÉE 2013 Master 2 Alternance Contrat PRO À LYON Management de la distribution C est quoi l IMMD? 30 130 ans d existence enseignants professionnels 4SITES à Roubaix, Lille, Paris,

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Dossier de Création d Entreprises

Dossier de Création d Entreprises Université de Sfax Centre Universitaire d Insertion et d Essaimage de Sfax Projet Culture Entrepreneuriale et Création d Entreprise à l Université de Sfax CE & CE Dossier de Création d Entreprises A l

Plus en détail

DESIGN D'INTÉRIEUR INTERIOR DESIGN

DESIGN D'INTÉRIEUR INTERIOR DESIGN DESIGN D'INTÉRIEUR INTERIOR DESIGN HIGHER NATIONAL DIPLOMA EN DESIGN D'INTERIEUR NIVEAU III (BAC + 2) - 120 ECTS Expertises : conception d'espaces, techniques et pratiques contemporaines, matériaux, textile,

Plus en détail

SEMINAIRE COMMERCIALE UNE STRATEGIE OFFENSIVE ET OPERATIONNELLE. 22 et 23 mai 2014

SEMINAIRE COMMERCIALE UNE STRATEGIE OFFENSIVE ET OPERATIONNELLE. 22 et 23 mai 2014 SEMINAIRE AGIR CONTRE LA VACANCE COMMERCIALE COMMENT S OUTILLER POUR CONSTRUIRE UNE STRATEGIE OFFENSIVE ET OPERATIONNELLE 22 et 23 mai 2014 Novotel Paris Charenton 5 Place des Marseillais, 94227 Charenton-le-Pont

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

START UP. Challenge DOSSIER PARTENAIRE

START UP. Challenge DOSSIER PARTENAIRE START UP Challenge DOSSIER PARTENAIRE Sommaire MBway Start Up Challenge L édition 2015 en chiffres Devenir partenaire Vos contacts MBway Eduservices Fiche Partenaire PAGE 4 PAGE 5 PAGE 8 PAGE 9 PAGE 11

Plus en détail

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée?

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Contexte Empruntis intervient sur le crédit depuis 15 ans 370 000 ménages nous sollicitent chaque année pour leur besoin en crédit à la consommation

Plus en détail

CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle Inter-branches (CQPI) «Vente

Plus en détail

Dossier de présentation en Comité d agrément de

Dossier de présentation en Comité d agrément de Dossier de présentation en Comité d agrément de Immeuble Consulaire du Puy Pinçon 19000 Tulle Tel : 05 55 18 94 42 Mail : initiativecorreze@correze.cci.fr De : Entreprise : Activité : Adresse de l entreprise

Plus en détail

Etre présent sur le Web sans site Web. 29 septembre 2014

Etre présent sur le Web sans site Web. 29 septembre 2014 Etre présent sur le Web sans site Web 29 septembre 2014 Présence sur le Web : une absolue nécessité pour le commerce de proximité Le Web-to-Store est un concept déjà bien ancré chez les internautes acheteurs

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

MOOBLES Groupe CIOA - Le Nobel Avenue de l Université 83 160 La Valette-du-Var France Tel : 04 94 14 12 40 Fax : 04 94 14 12 41

MOOBLES Groupe CIOA - Le Nobel Avenue de l Université 83 160 La Valette-du-Var France Tel : 04 94 14 12 40 Fax : 04 94 14 12 41 Notre objectif : Diminuer vos prix d achats Accédez au commerce international et devenez plus compétitifs Comment? L'analyse du marché du meuble en 2008 montre que les grandes enseignes se partagent le

Plus en détail

Appel à candidature pour la gestion et l exploitation de la «Buvettoparc»

Appel à candidature pour la gestion et l exploitation de la «Buvettoparc» AGGLOMERATION D AGEN DIRECTION DE L ENFANCE, DE L EDUCATION, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS 8, rue André Chénier CS 10190 47916 Agen cedex 9 Tél: 05.53.69.68.67 GESTION ET EXPLOITATION DE LA BUVETTOPARC

Plus en détail

KEDGE BACHELOR. kedgebs.com @kedgebs facebook.com/kedgebs 3 ANS POUR S OUVRIR TOUTES LES PERSPECTIVES

KEDGE BACHELOR. kedgebs.com @kedgebs facebook.com/kedgebs 3 ANS POUR S OUVRIR TOUTES LES PERSPECTIVES 1 KEDGE BACHELOR kedgebs.com @kedgebs facebook.com/kedgebs 3 ANS POUR S OUVRIR TOUTES LES PERSPECTIVES KEDGE BACHELOR KEDGE Bachelor a su trouver sa place parmi les meilleures formations post-bac en management.

Plus en détail

S6 FSR.2013. Opportunité d affaire

S6 FSR.2013. Opportunité d affaire ENTREPRENEURIAT Cours n 4 S6 FSR.2013 Opportunité d affaire Trouver une «bonne» idée d affaire Demande réelle Retour sur investissement Concurrence Réaliser les objectifs du créateur Moyens et compétences

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Fiche méthodologique Le Business to Consumer (B to C)

Fiche méthodologique Le Business to Consumer (B to C) Fiche méthodologique Le Business to Consumer (B to C) Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Définition et catégories 3 : Critère de définition 1 : la nature des produits 4 : Critère de définition

Plus en détail

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir. stage financé par le fonds social européen en et la DGCIS

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir. stage financé par le fonds social européen en et la DGCIS Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir stage financé par le fonds social européen en et la DGCIS Une action de communication ne s engage pas n importe quand, n importe comment et à n importe

Plus en détail

Dénomination :. Activité principale. Depuis: Activité secondaire.. Depuis: Nom et prénom :. né en : Niveau d'étude : Qualification professionnelle :

Dénomination :. Activité principale. Depuis: Activité secondaire.. Depuis: Nom et prénom :. né en : Niveau d'étude : Qualification professionnelle : Coordonnées de l'entreprise Dénomination :. Adresse :. Code postal : Commune :. Téléphone : Adresse mail :. Typologie de l'entreprise Activité principale. Depuis: Activité secondaire.. Depuis: Effectif

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

conseiller banque en ligne h/f

conseiller banque en ligne h/f FICHES DE POSTES conseiller banque en ligne h/f Conseiller Banque en Ligne H/F Vos missions Accueillir et orienter les clients et les prospects Assurer un appui commercial à la clientèle du réseau d agences

Plus en détail

GUIDE DE DÉPLOIEMENT DE L ANIMATION «LE TRI POUR TOUS» À DESTINATION DES ENTREPRISES ADHÉRENTES ADELPHE

GUIDE DE DÉPLOIEMENT DE L ANIMATION «LE TRI POUR TOUS» À DESTINATION DES ENTREPRISES ADHÉRENTES ADELPHE GUIDE DE DÉPLOIEMENT DE L ANIMATION «LE TRI POUR TOUS» À DESTINATION DES ENTREPRISES ADHÉRENTES ADELPHE 18/04/2013 Engagée aux côtés d Adelphe pour assurer le tri, la collecte et le recyclage des emballages

Plus en détail

B.T.S. N.R.C. SESSION 2006 Management et gestion d'activités commerciales. Proposition de Corrigé "JAMPI" Dossier 1 L entreprise et son marché

B.T.S. N.R.C. SESSION 2006 Management et gestion d'activités commerciales. Proposition de Corrigé JAMPI Dossier 1 L entreprise et son marché B.T.S. N.R.C. SESSION 2006 Management et gestion d'activités commerciales Proposition de Corrigé "JAMPI" Dossier 1 L entreprise et son marché Première partie : Analyse du marché à partir des annexes 1

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Finance de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes Evaluation

Plus en détail

du marketing client Grand Prix stratégies Présentez vos meilleures réalisations Date limite de remise des dossiers : le 21 février 2014 28 e édition

du marketing client Grand Prix stratégies Présentez vos meilleures réalisations Date limite de remise des dossiers : le 21 février 2014 28 e édition 28 e édition Grand Prix stratégies du marketing client 2014 Présentez vos meilleures réalisations Date limite de remise des dossiers : le 21 février 2014 Contacts : Negar Moshrefi - 01 46 29 68 92 - nmoshrefi@strategies.fr

Plus en détail

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership WAFASALAF L innovation, la clé du leadership Conférence de presse Mardi 1 er avril 2008 Sommaire L événement Wafasalaf, un leadership confirmé sur tous ses marchés Une croissance pérenne L innovation au

Plus en détail