DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE"

Transcription

1 Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux Clément Bader Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux Antoine Bénard PH, USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE 6 ème Congrès mondial des infirmières et infirmiers francophones Montréal 2015

2 Introduction De nombreux malades hospitalisés souffrent de constipation La littérature montre que la prévalence est de+ 50 % en gériatrie et +90% en oncologie médicale La réponse à ce problème clinique Des prescriptions médicamenteuses Des examens médicaux (agressifs et couteux) Il s agit du trouble le plus fréquent de l élimination intestinale Avec des complications graves Occlusions intestinales ( 10% des douleurs abdominales avec une mortalité de 12%) Véritable problème de santé publique fréquent et grave

3 Introduction Enquête : Difficultés à prendre en charge l élimination intestinale des patients hospitalisés ( Berger, 2010) Sujet «tabou» partagé par les patients et les soignants Sujet difficile à aborder Soignants centrés sur une approche bio médicale // diagnostic principal et les soins techniques Formation initiale ne prépare pas à prise en charge complexe

4 La question Existe-t-il des échelles permettant d évaluer le risque de constipation des patients hospitalisés?

5 Revue de la littérature Seulement 2 outils pour évaluer le risque de constipation ainsi que la présence et la sévérité de la constipation Echelle d évaluation du risque de constipation [1] de Wendy Zernik (1999) : instrument pour identifier le symptôme de constipation des patients hospitalisés, pour réduire l incidence. Cette échelle est accompagnée d un protocole de management de la constipation spécifique. Outil anglais Eton scale[2] G. Kyde identifie les patients qui pourraient être à risque de constipation. Anglais Nous n avons pas retrouvé dans la littérature d échelle en français permettant aux infirmiers d évaluer le risque de constipation des patients hospitalisés [1] Zernike,W. Henderson, A., (1999), Evaluation of a constipation risk assessment scale International Journal of nursing practice, 5, [2] Kyle, G.,( 2007). Developing a constipation risk assessment scale. Continence,

6 Hypothèse Hypothèse : Il est possible de construire une échelle simple, fiable, facile d utilisation dans la pratique infirmière et que cette échelle ait de bonnes capacités de prédiction du risque de constipation chez tout patient hospitalisé. This study was supported by a grant from French Ministry of Health (PHRI, 2009, 299).

7 Matériel et méthode (1) La méthode de développement de l échelle ERCoPH suit 2 étapes : 1.Construction du modèle Identifier les facteurs de risque de la constipation dans la littérature Sélectionner les facteurs les plus pertinents à intégrer dans ERCoPH (Approche par Informateurs Clés selon Pinault et Davelouy)

8 Les étapes de l approche par informateurs-clés selon Pineault et Davaluy (1986) ETAPE 1 : Revue de la littérature ETAPE 2 : Elaboration du questionnaire ETAPE 3: Sélection des experts médecins, infirmières et diététiciennes en fonction de leurs spécialités Etape 4 : Méthode d interrogation des experts Etape 5 : Analyse des résultats

9 Matériel et méthode (2) 2. Validité du modèle : Etude de cohorte pronostique multicentrique Evaluation des performances pronostiques des facteurs potentiellement associés à la survenue d une constipation au 4 ème jour. Patients adultes hospitalisés pour au moins 4 jours( médecine interne, cardiologie, chirurgie orthopédique, plastique)

10 Matériel et méthode (2) Plan expérimental : Recueil à l admission des patients des facteurs retenus Suivi pendant 5 jours

11 Matériel et méthode (2) Etude de cohorte pronostique multicentrique Aspects statistiques : Taille étude Taux de constipation au 4 ème jour Evaluation des performances pronostiques pour chacun des facteurs ET du modèle complet.

12 Résultats (1) 1. Résultats de la construction du modèle

13 Ensemble des 19 facteurs retenus pour être testés auprès de patients hospitalisés.

14 Résultats de la validité du modèle : description de la population 297 patients inclus Dont 267 suivis pendant 5 jours Homme : 115 Femme : 180 Moyenne d'âge : 58, 9 ans dont 39 % hommes 61% femmes Hospitalisés pour : Des actes médicaux ou chirurgicaux (37%) Affections cardiaques (11%) Affections musculo squelettiques ( 9%) Seuls 11 patients avaient des pathologies associées ( n=8 AVC; n=2 Parkinson et n=1 traumatisme médullaire)

15 Résultats : association entre risque de constipation et facteurs potentiels à l étude à J4 Seuls 3 facteurs sont associés au fait d être constipé (analyse uni variée) : La prise de laxatifs (P < 0,0001) Les problèmes d élimination intestinale (P < 0,0028) La polymédication (P < 0,0574)

16 Résultats : Modèle logistique complet prenant en compte l ensemble des facteurs à l étude Après ajustement, seules 2 variables qui restent associées au risque de constipation sont La prise de laxatifs : (P< 0,05) Les problèmes d élimination intestinale ; (P<0,05) La polymédication :n est pas significative La capacité du modèle sélectionné : la mesure de l AUC = 0,64 & Pour le modèle complet la mesure de l AUC =0,71 ( capacité prédictive de l ensemble des variables à prédire le risque doit être supérieure à 0,8) Ce modèle a une capacité prédictive insuffisante.

17 Discussion Aucun facteur à lui seul n a de bonnes capacités prédictives A partir des 19 facteurs prédictifs retenus la prédiction obtenue n est pas suffisante pour présenter un intérêt en pratique courante. Il s agit d une problématique multifactorielle et il est difficile d avoir une échelle pour une population en générale Le nombre de traitements le lendemain de l admission est aussi prédictif que l ensemble des facteurs associés.

18 Discussion Validité de la méthode : Revue approfondie de la littérature Sélection des 19 facteurs les plus pronostics reconnus Recueil et analyse rigoureuse des données Nombre d inclusions correspond au nombre initialement prévu ( donc pas de manque de puissance envisageable). Rigueur de l analyse des données (statistiques) Perspectives = Tester le modèle sur des populations spécifiques : gériatrie, oncologie Mettre les résultats en lien avec les deux échelles retrouvées dans la littérature.

19 Merci de votre attention

Prise en charge de l'élimination intestinale des patients hospitalisés : Un outil pédagogique et didactique pour les soignants..

Prise en charge de l'élimination intestinale des patients hospitalisés : Un outil pédagogique et didactique pour les soignants.. Valérie Berger Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR CHU de Bordeaux Geneviève Chêne PU-PH pole

Plus en détail

Une illustration par un protocole de recherche retenu dans le cadre du PHRI Valérie BERGER

Une illustration par un protocole de recherche retenu dans le cadre du PHRI Valérie BERGER Une illustration par un protocole de recherche retenu dans le cadre du PHRI 2010. Valérie BERGER retenu dans le cadre du PHRIP 2010. Projet retenu dans le cadre du PHRI 2010 Valérie Berger retenu dans

Plus en détail

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Congrès SIDIIEF 2015 Montréal Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Yolande KOTTELAT, inf, ICL Jenny GENTIZON, inf, MScSI Martine ROESSLI, responsable

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Recours à la modélisation suite à un essai clinique

Recours à la modélisation suite à un essai clinique 5 ème Journée Nationale des Innovations Hospitalières Bordeaux 26 Juin 2014 Recours à la modélisation suite à un essai clinique l exemple du STIC Brindley Antoine Bénard 1, Elise Verpillot 2, Jean-Rodolphe

Plus en détail

projet individuel de RH 1

projet individuel de RH 1 Comment évaluer la performance de RH? Application dans le cas de l amélioration de GRH des hôpitaux en Chine XIE Liying 16/01/2008 projet individuel de RH 1 Plan Résumé de l article et introduction du

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

Évaluation du stress au travail chez le Personnel du Service d Anesthésie-Réanimation au CHU de Monastir. - Tunisie -

Évaluation du stress au travail chez le Personnel du Service d Anesthésie-Réanimation au CHU de Monastir. - Tunisie - Évaluation du stress au travail chez le Personnel du Service d Anesthésie-Réanimation au CHU de Monastir - Tunisie - Abdelmajid LARIBI Cadre infirmier Évaluation du stress au travail chez le personnel

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers La iatrogénie médicamenteuse Définition (OMS, 1969) «Toute réponse néfaste et non recherchée à un médicament survenant à des doses utilisées chez l homme à des fins de prophylaxie, de diagnostic et de

Plus en détail

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS INTRODUCTION La chirurgie ambulatoire est née il y a

Plus en détail

Le nouveau tableau de bord de gestion

Le nouveau tableau de bord de gestion Formation Rencontre thématique CTC Conseil 2013 Le nouveau tableau de bord de gestion Contrôler Décider Communiquer CTC Conseil a été créé en 1992, à l initiative de Claude CHEZAUD, son Directeur Général,

Plus en détail

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Pierre Raphaël, Cédric Pariset Clinique Saint-Gatien, Tours La Baule, le 13 septembre 2012 Descriptif de notre pratique

Plus en détail

Basse - Normandie. Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique

Basse - Normandie. Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique Basse - Normandie Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique Projets CICAT & TELAP «Suivi des plaies» Présentation réalisée par Dr JP Blanchère ARS de Basse Normandie Directeur

Plus en détail

Prescriptions inappropriées chez la personne âgée de plus de 75 ans hospitalisée

Prescriptions inappropriées chez la personne âgée de plus de 75 ans hospitalisée Prescriptions inappropriées chez la personne âgée de plus de 75 ans hospitalisée Comité de soins du PIRG du nord-ouest Journée de printemps de la Société Gérontologique de Normandie Caen, 23 mai 2014 Plus

Plus en détail

La formation comme levier de changement des pratiques

La formation comme levier de changement des pratiques Place des pharmaciens d officine au sein du réseau Onco 94 Ouest La formation comme levier de changement des pratiques 2 ème congrès des Réseaux de cancérologie Rouen Atelier : place de la formation 3

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Démarche et résultats

Démarche et résultats Enquête de satisfaction de patients en milieu psychiatrique résidentiel Démarche et résultats Fondation de Nant, Secteur Psychiatrique de l Est Vaudois - Suisse l historique SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L'EST

Plus en détail

DOSSIER PATIENT INFORMATISE : Évaluation de la qualité de la documentation clinique

DOSSIER PATIENT INFORMATISE : Évaluation de la qualité de la documentation clinique DOSSIER PATIENT INFORMATISE : Évaluation de la qualité de la documentation clinique 6 ème Congrès mondial du SIDIIEF Montréal (Canada) - Juin 2015 Direction des soins P. Ducloux, A. Sallet, J. Censier,

Plus en détail

2 e congrès international francophone de soins palliatifs/23 e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec, 5 mai 2013

2 e congrès international francophone de soins palliatifs/23 e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec, 5 mai 2013 Évaluation du degré d intégration du fonctionnement interdisciplinaire en pratique clinique de soins palliatifs et bénéfices attendus : Perspective d amélioration continue de la qualité des soins et des

Plus en détail

Séance de bibliographie du 30/04/2014 DOCTEUR Corinne Rousseau-Gower/Loic Guerbau

Séance de bibliographie du 30/04/2014 DOCTEUR Corinne Rousseau-Gower/Loic Guerbau Séance de bibliographie du 30/04/2014 DOCTEUR Corinne Rousseau-Gower/Loic Guerbau INTRODUCTION -Les maladies inflammatoires de l intestin(mici) sont des pathologies chroniques et multifactorielles. -Risque

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Page 1 of 10 SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition (GTCM) a mené une étude à l échelle nationale de 2010 à 2013 afin de déterminer la prévalence de la malnutrition

Plus en détail

Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015

Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015 Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015 Néphropaties Hypertension artérielle IEC Insuffisance cardiaque Prescriptions 2010 128 millions Mahmoudpour et al., 2013 Poole

Plus en détail

FAIRE LA RECHERCHE: À PROPOS DES

FAIRE LA RECHERCHE: À PROPOS DES Site Pitié-Salpêtrière FAIRE LA RECHERCHE: À PROPOS DES OBSTACLES RENCONTRES PAR LA DÉMARCHE D OBJECTIVATION SUR LE TERRAIN L expérience du pôle MSN Bourmaleau. J Lefebvre. S LES MOTIVATIONS - L institution:

Plus en détail

Partie 1. Psychologie clinique et psychopathologie, définition, histoire et démarche scientifique

Partie 1. Psychologie clinique et psychopathologie, définition, histoire et démarche scientifique Sommaire Introduction Partie 1. Psychologie clinique et psychopathologie, définition, histoire et démarche scientifique Chapitre 1 Qu'est-ce que la psychopathologie? 2. Pathologie et souffrance psychique

Plus en détail

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG MAGALI BERNARD Réseau des PH en hygiène 26.06.13 DEFINITION D UN EIG Evénement Indésirable Grave : Tout évènement indésirable à l origine du décès,

Plus en détail

Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1)

Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1) Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1) Lisez attentivement ce document et conservez-le

Plus en détail

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Sylvie Monier UHE-Hôpital Hôpital Edouard Herriot JNI-11.06.2009 INTRODUCTION

Plus en détail

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Dr Nelly LE REUN, DIU soignant en gérontologie, Brest, 9 mai 2012 11/05/2012 1 Formation initiale Formation continue: acquisition de nouvelles

Plus en détail

ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013

ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013 Forum qualité sécurité HUG, 20 novembre 2014 Hôpitaux ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013 Patricia Francis Gerstel Pierre Chopard Service qualité des soins Etre Direction les

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein

Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein Marc-Karim BENDIANE 1,2 & Laura SPICA 1, Patrick PERETTI-WATEL 1,2. (1) INSERM UMR 912 Sciences Economiques & Sociales,

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1 Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste JLAR 2 avril 2015 1 Déclaration d aucun conflit d intérêt JLAR 2 avril 2015 2 Plan de la présentation Place du mémoire IADE dans le nouveau cursus Rôle du directeur

Plus en détail

Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010

Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010 Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010 Contact presse : Ministère de la Santé et des Sports - 01 40 56 40 14 Sommaire I.

Plus en détail

Prothèse Totale de Genou en ambulatoire

Prothèse Totale de Genou en ambulatoire Prothèse Totale de Genou en ambulatoire Mon expérience Toulouse Capio, Les Cèdres 23 mai 2014 Dr Jérôme VILLEMINOT Capio Clinique Ste Odile - HAGUENAU + Une nouvelle culture! + 23 mai 2014 Dr Jérôme VILLEMINOT

Plus en détail

LA FIN DE VIE EN EHPAD

LA FIN DE VIE EN EHPAD LA FIN DE VIE EN EHPAD Enquête nationale Mai à Août 2013 Observatoire National de la Fin de vie en lien avec l ANESM, la fédération française des associations de médecins coordonnateurs et le programme

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE: QUELLE PLACE POUR LE PHARMACIEN?

MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE: QUELLE PLACE POUR LE PHARMACIEN? MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE: QUELLE PLACE POUR LE PHARMACIEN? M. Megne Wabo 1, S. Mosnier-Thoumas 1, I. Barcos 4, D.

Plus en détail

4 EPP à mener au CRF dans le cadre de la V2

4 EPP à mener au CRF dans le cadre de la V2 4 EPP à mener au CRF dans le cadre de la V2 Choix des thèmes: lors d une réunion d encadrement au CRF en août 2005 Identification des thèmes à partir du manuel d accréditation ANAES ( références 45 : Les

Plus en détail

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Mai 2014 Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Comme nous l avons annoncé dans notre bulletin du 15 avril, l ICIS prévoit lancer son nouveau site Web interactif sur les données

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Marine Lorent, Yohann Foucher, Magali Giral. 13 Décembre 2012. Di at EA-4275

Marine Lorent, Yohann Foucher, Magali Giral. 13 Décembre 2012. Di at EA-4275 Courbes ROC nettes dépendantes du temps : méthode d évaluation de la capacité d un marqueur à prédire la mortalité liée à l insuffisance rénale terminale chez des patients transplantés rénaux. Marine Lorent,

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Oncogériatrie Faut-il évaluer toutes les personnes âgées atteintes de cancer? Docteur Jean Goyard, UPCOG, Clermont-Ferrand

Plus en détail

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis»

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Wald R et al., JAMA 2009;302(11):1179-1185 P. Bardou CHU Limoges DESC réa med, session

Plus en détail

Décrire les plaintes autour du sommeil présentées par un échantillon de la population accueillie

Décrire les plaintes autour du sommeil présentées par un échantillon de la population accueillie METHODOLOGIE Justificatif : - bonnes pratiques préconisées en ehpad - choix de l amcoorhb dans les thèmes à traiter en 2008 - données personnelles à l ehpad : GMP ; % démences ;. Population : EHPAD volontaires

Plus en détail

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques.

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. LUDIVINE FAGES Infirmière Anesthésiste/Hypnopraticien DIU aide au sevrage tabagique Année universitaire 2014/2015

Plus en détail

Kyle, G., Prynn, P., Oliver, H., & Dunbar, T. (2005). The Eton Scale: a tool for risk assessment for constipation. Nurs Times, 101, 50-51.

Kyle, G., Prynn, P., Oliver, H., & Dunbar, T. (2005). The Eton Scale: a tool for risk assessment for constipation. Nurs Times, 101, 50-51. Eton Scale OR Norgine Risk Assessment Tool for constipation Kyle, G., Prynn, P., Oliver, H., & Dunbar, T. (2005). The Eton Scale: a tool for risk assessment for constipation. Nurs Times, 101, 50-51. Instrument

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 595 CIDR Tous droits de reproduction réservés Etude des frais d hospitalisation des membres de l IMF Nyeta Musow - Promotion de

Plus en détail

Enquête de satisfaction des praticiens du CHU de Poitiers

Enquête de satisfaction des praticiens du CHU de Poitiers Enquête de satisfaction des praticiens du CHU de Poitiers Résultats et Perspectives Staff de Santé Publique du 17 septembre 2008 G. Bouche Chef de Clinique Assistant Unité d'evaluation Médicale 1 Contexte

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques,

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques, KCE: c est quoi? Un organisme fédéral d'intérêt public autonome («semi» gouvernemental ) Sous la tutelle du Ministre de la Santé publique et des Affaires sociales Créé en 2002 et actif depuis mi 2003 Une

Plus en détail

Consultations précoces en soins palliatifs

Consultations précoces en soins palliatifs Consultations précoces en soins palliatifs 10 avril 2014 Dr Catherine LACROIX USP /EMSP Précoce tardif Soins de support Soins palliatifs SOINS DE SUPPORT «Ensemble des soins et soutiens nécessaires aux

Plus en détail

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC Ou Les femmes enceintes de Belley sont-elles bien informées des conséquences du tabac sur la grossesse? A la maternité de Belley : - on

Plus en détail

VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL

VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL Docteur Caquelard François Praticien Hospitalier Urgentiste Formateur en Gestion de la Violence Mulhouse le 8 octobre 2015 Groupe Régional VIOLENCE A L HÔPITAL

Plus en détail

«LINIPOCHE» ou la volonté d une équipe infirmière pour améliorer le vécu des soins des enfants aux urgences pédiatriques

«LINIPOCHE» ou la volonté d une équipe infirmière pour améliorer le vécu des soins des enfants aux urgences pédiatriques «LINIPOCHE» ou la volonté d une équipe infirmière pour améliorer le vécu des soins des enfants aux urgences pédiatriques Charles LAMY (Infirmier puériculteur) Agnès BERGERON (IADE Référente douleur) Catherine

Plus en détail

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ 19 OCTOBRE 2010 Beatrice Falise Mirat Beatrice.falise-mirat@anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence

Plus en détail

Haute Autorité de Santé PLAN CADRE LEGISLATIF RAPPORT DE L OMS. ETUDIANTS 3 eme année IFSI CHU CADRE. Législatif HAS : EPP

Haute Autorité de Santé PLAN CADRE LEGISLATIF RAPPORT DE L OMS. ETUDIANTS 3 eme année IFSI CHU CADRE. Législatif HAS : EPP PLAN ETUDIANTS 3 eme année IFSI CHU Méthodologie de l Evaluation Cadre Méthodologie : ex O2 Prélèvements Veineux Différentes Méthodes d Evaluation Exemple d Evaluation = IPAQH Douleur Troubles Nutritionnels

Plus en détail

Sexualité des séniors : des professionnels s expriment sur un sujet tabou

Sexualité des séniors : des professionnels s expriment sur un sujet tabou Sexualité des séniors : des professionnels s expriment sur un sujet tabou M a t h i l d e C O U D R A Y, E l i s a b e t e d e C A R V A L H O O B S E R V A T O I R E S t é p h a n e G R O N D I N D É

Plus en détail

Améliorer la qualité de vie des personnes âgées, atteintes de maladies chroniques à domicile: proposition d un modèle organisationnel de soins

Améliorer la qualité de vie des personnes âgées, atteintes de maladies chroniques à domicile: proposition d un modèle organisationnel de soins Améliorer la qualité de vie des personnes âgées, atteintes de maladies chroniques à domicile: proposition d un modèle organisationnel de soins intégrant les techniques de l information et de la communication,

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis

Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis H.Kamoun, D.Abbes, A.Hammou Centre National de Radioprotection, Tunis, Tunisie. INTRODUCTION

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

Recherche clinique. septembre 2014 juin 2015. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i

Recherche clinique. septembre 2014 juin 2015. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i CAS Certificat de formation continue Certificate of Advanced Studies Recherche clinique orientée patients septembre 2014 juin 2015 f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i Comité de programme Prof.

Plus en détail

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS)

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) Y. Berrouane 1, E. Graglia 1, Y. Gendreike 2, P. Veyres 1, P. Pugliese 3, F. Dulbecco

Plus en détail

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO INTERET D UN CARNET SIDIIEF DE MONTREAL SUIVI 2015 EN ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO l di bi Claudine BUSSET Fabienne GRAVERON infirmières cadres de santé Etablissement MGEN

Plus en détail

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires?

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? & ORGANISATION DES PARCOURS POINTS CLÉS SOLUTIONS Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? Le repérage précoce de la fragilité chez les personnes âgées a pour objectif d identifier les déterminants

Plus en détail

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines Réalisation d un examen cytobactériologique des urines dans le service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Rouen : vers un résultat fiable à 100% A. Deperrois-Lefebvre, A. Le Gouas, F. Boissaud,

Plus en détail

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? JULIETTE BOUCHET ET ONCOMIP 1 Cliquez INTRODUCTION pour

Plus en détail

PROTOCOLE D ETUDE ENQUETE TMS, APPROVISIONNEMENTS ET EVACUATION DES DECHETS DE CHANTIER DANS LE BATIMENT PROTOCOLE D ETUDE CONGRES BTP LIMOGES 2015 1

PROTOCOLE D ETUDE ENQUETE TMS, APPROVISIONNEMENTS ET EVACUATION DES DECHETS DE CHANTIER DANS LE BATIMENT PROTOCOLE D ETUDE CONGRES BTP LIMOGES 2015 1 ENQUETE TMS, APPROVISIONNEMENTS ET EVACUATION DES DECHETS DE CHANTIER DANS LE BATIMENT PROTOCOLE D ETUDE 1 Décembre 2014 www.limogesbtp2015.fr 1 Limoges, le 3 Juin 2014 Madame, Monsieur, Chère consœur,

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Annexe technique à la Note Économique «La médecine privée au Québec» publiée par l Institut économique de Montréal le 5 décembre 2013 Dans le cadre

Plus en détail

LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE

LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE Continuité des traitements médicamenteux : LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE Coraline Claeys Pharmacien au Cercle Royal Pharmaceutique de l Arrondissement de Nivelles et en officine Faculté de

Plus en détail

Conférence: Lieux de travail sains : bon pour vous, bon pour les affaires!

Conférence: Lieux de travail sains : bon pour vous, bon pour les affaires! Conférence: Lieux de travail sains : bon pour vous, bon pour les affaires! La cohésion d'équipe et le rôle moteur que l'employeur peut jouer dans un environnement multiculturel croissant Jean-Pierre Faber

Plus en détail

Journée DES Santé Publique 15.12.2014

Journée DES Santé Publique 15.12.2014 Journée DES Santé Publique 15.12.2014 Sommaire 1. Pathologies concernées par le plan des MND 2. Plan Alzheimer 2008-2012 1. Présentation 2. Évaluation 3. Retour d expérience 3. Plan Maladies Neuro-Dégénératives

Plus en détail

Prévention des Risques Professionnels

Prévention des Risques Professionnels Prévention des Risques Professionnels Risques PsychoSociaux (RPS) - Troubles Musculo Squelettiques (TMS) Amélie DARCY Pôle Psychologie du Travail Sylviane POTIER Manager de la Prévention des risques professionnels

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

Les métiers de la santé en Poitou-Charentes

Les métiers de la santé en Poitou-Charentes Les métiers de la santé en Poitou-Charentes Journée régionale des Ressources Humaines en Santé 9 avril 2013 ARS Poitou-Charentes Enquête auprès des établissements sanitaires et médico-sociaux 2012 Jean-René

Plus en détail

L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître. Jean Mireault, M.D., M.Sc.

L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître. Jean Mireault, M.D., M.Sc. L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître Jean Mireault, M.D., M.Sc. Objectifs de la présentation Démontrer l importance de l utilisation des données dans l engagement médical Présenter

Plus en détail

"BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005

BANDELETTES POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005 "BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE Rapport d enquête Décembre 2005 Afssaps, décembre 2005 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE 4 MÉTHODOLOGIE 5 Information des établissements 5 Recueil de données

Plus en détail

Projets Formation. en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation

Projets Formation. en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation Projets Formation en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation DIU d oncosexologie Rationnel Le 3e Plan Cancer prévoit : objectif de formation Faire évoluer les formations et les métiers de

Plus en détail

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire.

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire. Prévalence de l incontinence urinaire d effort selon le traumatisme obstétrical et la catégorie socio-. G. Philippe (1), I. Clément (2), I. Thaon (3) (1) Service d urologie C.H.U St jacques, Besançon (2)

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Congrès OIIQ 2012. La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers

Congrès OIIQ 2012. La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers CSSS Laval Présentation modélisation et simulation, cliniques externes Congrès OIIQ 2012 La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers Le cas du bloc d endoscopie du CSSS du

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Ce document est diffusé par les laboratoires commercialisant des médicaments à base d Isotrétinoïne, sous l autorité de l ANSM.

Ce document est diffusé par les laboratoires commercialisant des médicaments à base d Isotrétinoïne, sous l autorité de l ANSM. Ce document est diffusé par les laboratoires commercialisant des médicaments à base d Isotrétinoïne, sous l autorité de l ANSM. Retrouvez dans ce rabat : votre suivi biologique NSM. 14/09/2015 15:44 Ce

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES Cyril Dargazanli Pr Vincent Costalat Dr Valérie Rigau M2 «Vaisseaux-Hémostase» Contexte Infarctus cérébral = problème majeur

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La «trousse de bientraitance» est

Plus en détail

Score au MMSE et capacité à conduire UMF ST-HUBERT

Score au MMSE et capacité à conduire UMF ST-HUBERT Score au MMSE et capacité à conduire SANDRA DEMERS, R1 UMF ST-HUBERT Quelques statistiques Accidents automobiles chez les 75 ans et plus: 9,7% des accidents avec décès au Québec 8% des accidents avec blessés

Plus en détail

SSR et cancer : enquête qualitative auprès des médecins responsables des admissions en SSR en Rhône Alpes Juin 2014

SSR et cancer : enquête qualitative auprès des médecins responsables des admissions en SSR en Rhône Alpes Juin 2014 SSR et cancer : enquête qualitative auprès des médecins responsables des admissions en SSR en Rhône Alpes Juin 2014 Coordination SSR Rhône Alpes : Dr Adélaïde Marquer : amarquer@chu-grenoble.fr Dr Chloé

Plus en détail

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE ULTRASONIQUE (SYSTÈME D ÉCHOGRAPHIE PORTABLE POUR LA VESSIE) RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE DÉCEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 27/03/2008 Réf.: CMUB-027 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 27 Rédacteurs Dr JM YEGUYAIAN (SAMU 21), Dr DIDIER HONNART (SRAU

Plus en détail

Diplôme Inter Universitaire des Infirmières et Techniciens d Etudes Cliniques en Recherche Clinique 5 décembre 2014 Université Paris-Descartes

Diplôme Inter Universitaire des Infirmières et Techniciens d Etudes Cliniques en Recherche Clinique 5 décembre 2014 Université Paris-Descartes Diplôme Inter Universitaire des Infirmières et Techniciens d Etudes Cliniques en Recherche Clinique 5 décembre 2014 Université Paris-Descartes Donner une information et contacter les patients par téléphone

Plus en détail

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes :

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes : Fiche : Rappel des études en épidémiologie 1 L épidémiologie est l étude de l état de santé de la population, et des facteurs influant sur la santé des populations humaines. Il existe 3 types d études

Plus en détail