I.R.U.S.S.A. UNIVERSITÉ CHAMPAGNE-ARDENNE INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I.R.U.S.S.A. UNIVERSITÉ CHAMPAGNE-ARDENNE INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTÉ"

Transcription

1 I.R.U.S.S.A. UNIVERSITÉ CHAMPAGNE-ARDENNE INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTÉ I.F.C.S.- C.H.R.U. REIMS Mémoire de fin d études Linda LAMBERT Sous la direction de Monsieur MAUUARIN Jérémy Ingénieur d études en Sciences Sociales Formation continue Juin 2007 Centre Hospitalier Régional Universitaire de Reims 45, rue Cognacq - Jay Reims Cedex

2 AVERTISSEMENT «L Institut de Formation des Cadres de Santé et l Institut Régional Universitaire de Reims n entendent donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans cet ouvrage. Ces propos sont considérés comme propres à leur auteur et donc énoncés sous son entière responsabilité.»

3 «Le Soin est une œuvre commune et unique, un art dont le résultat est le fruit de la rencontre entre différentes compétences au profit de la personne soignée, en la considérant, ainsi que sa famille, comme membre des acteurs de ces soins.» Walter HESBEEN.

4 SOMMAIRE Une TABLE DES MATIÈRES détaillée figure à la fin de l écrit. REMERCIEMENTS... AVANT-PROPOS... INTRODUCTION... PREMIÈRE PARTIE LA SORTIE DU PATIENT AU CŒUR DE LA PRISE EN CHARGE 1 CONTEXTE DE L ETUDE... LE CENTRE HOSPITALIER DE CHARLEVILLE- MÉZIÈRES SITUATION GEOGRAPHIQUE ET SOCIALE LE CENTRE HOSPITALIER HIER LE CENTRE HOSPITALIER AUJOURD HUI LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DEMARCHE QUALITÉ ET PROCÉDURE DE CERTIFICATION LES PRINCIPALES EVOLUTIONS DE L ANNEE PARCOURS PROFESSIONNEL ET CONSTATS CADRE THÉORIQUE L ACCUEIL LE SÉJOUR LA SORTIE LES MISSIONS ET LES RÔLES DU CADRE DE SANTÉ AU REGARD DE L ÉLABORATION DU PLAN DE SOINS AU REGARD DE L ADMISSION D UN PATIENT AU REGARD DE LA SORTIE DE L ÉTABLISSEMENT CADRE LÉGISLATIF QUESTIONNEMENT PROFESSIONNEL VÉRIFICATION DES CONSTATS MÉTHODOLOGIE... Erreur! Signet non défini. 7.2 PRÉSENTATION DU DOSSIER PATIENT EXPLOITATION DES DOSSIERS SYNTHÈSE DE L ANALYSE DES DOSSIERS CONCLUSION DE L ANALYSE DES DOSSIERS L ENQUÊTE EXPLORATOIRE MÉTHODOLOGIE... Erreur! Signet non défini.

5 8.2 PRÉSENTATION DES SERVICES LES ENTRETIENS SYNTHÈSE DES ENTRETIENS LA PROBLÉMATIQUE...44 DEUXIÈME PARTIE LA COMMUNICATION : ÉLÉMENT FONDAMENTAL POUR PRÉPARER LA SORTIE DE LA PERSONNE ÂGÉE HOSPITALISÉE. CADRE CONCEPTUEL LA PERSONNE ÂGÉE DONNÉES DÉMOGRAPHIQUES QUI EST LA PERSONNE ÂGÉE? LE PROCESSUS DE VIEILLISSEMENT LES NOTIONS DE DEPENDANCE ET D INCAPACITÉ LES MALADIES CHEZ LES PERSONNES ÂGÉES LES PERSONNES ÂGÉES ET L HOSPITALISATION LA COMMUNICATION SCIENCES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION L ÉVOLUTION DES MOYENS DE COMMUNICATION LES DOMAINES DE LA COMMUNICATION L ENJEU HUMAIN DE LA COMMUNICATION LES PROCESSUS DE LA COMMUNICATION LES ENJEUX IMPLICITES DE LA COMMUNICATION LES FAILLES DE LA COMMUNICATION LES FORMES ET LES MODALITES DE LA COMMUNICATION LES CONDITIONS DE SATISFACTION LA COMMUNICATION DANS LES ORGANISATIONS LA SORTIE D UN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ L ACCUEIL : PRÉALABLE A LA PRÉPARATION DE LA SORTIE PRÉPARATION DE LA SORTIE DU PATIENT HOSPITALISÉ LA SORTIE SELON LES CRITÈRES DE L A.N.A.E.S MA CONCEPTION DU RÔLE DU CADRE DE SANTÉ AU REGARD DE LA SORTIE ÉLABORATION DES HYPOTHÈSES DE RECHERCHE LA RECHERCHE MÉTHODOLOGIE DE L ENQUÊTE L EXPLOITATION DES QUESTIONNAIRES ANALYSE GLOBALE DES RÉSULTATS DES QUESTIONNAIRES...111

6 6.4 SYNTHÈSE DE L ANALYSE CONFRONTATION DES HYPOTHÈSES DE RECHERCHE CONCLUSION DE L ENQUÊTE TROISIÈME PARTIE LA COMMUNICATION : PROCESSUS DECISIF DE LA COORDINATION 1 LE PROJET LA NOTION DE PROJET LE PROJET DANS LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTÉ LE CADRE DE SANTÉ ET LES PROJETS PROPOSITION D UN PROJET ACTION PRÉALABLES A TOUT PROJET POSTULAT DE CE PROJET L OBJET LES MOTIFS LES OBJECTIFS LES RESSOURCES LE TIMING LES RÔLES LES RÉSISTANCES L AJUSTEMENT LA COMMUNICATION BILAN -EVALUATION RÉFLEXIONS AUTOUR DE CE PROJET PISTE D ÉVOLUTION CONCLUSION... BIBLIOGRAPHIE... LEXIQUE... TABLE DES MATIÈRES... TABLE DES ANNEXES...

7 REMERCIEMENTS Je remercie l ensemble des personnes qui ont contribué à l élaboration de ce mémoire de fin d études et tout particulièrement : Monsieur Jérémy MAUUARIN, mon Directeur de mémoire pour ses précieux conseils, sa disponibilité et son optimisme, Les intervenants universitaires et l équipe pédagogique de l I.F.C.S. de Reims pour la richesse des apports théoriques dispensés au cours de cette année de formation, Madame Brigitte LEGROS, Directeur des Soins, qui m a autorisée à effectuer cette recherche au sein du Centre Hospitalier de Charleville-Mézières (08 Ardennes). Les patients et leur famille qui ont accepté de participer à l enquête, L ensemble des cadres et des professionnels qui m ont accordé du temps et accepté de participer à ce travail, Madame ARNOULT Betty, Cadre supérieur de santé, pour son soutien et son esprit critique, Mes amis et ma famille qui m ont soutenue tout le long de cette année de formation, Enfin, je remercie tout particulièrement mes enfants Thomas et Lucas et mon époux Damien pour leurs encouragements, leur patience et leur compréhension. Que toutes ces personnes trouvent ici l expression de toute ma reconnaissance.

8 AVANT-PROPOS Étudiante au sein de l Institut de Formation des Cadres de Santé (I.F.C.S 1 ) du Centre Hospitalier Universitaire Robert DEBRE de REIMS, la validation de ma formation est soumise à la production d un mémoire de fin d études. Ce travail s inscrit dans le cadre de l obtention du Diplôme de Cadre de Santé en application du décret du 18 août 1995 portant création d un diplôme de Cadre de Santé (JO du 20 août 1995) pour la validation des modules 3 «Analyse des pratiques et initiation à la recherche», et 6 «Approfondissement des fonctions d encadrement et de formation professionnels». Grâce à une opportunité offerte par un récent partenariat universitaire,ce travail s inscrit également dans le cadre d un diplôme universitaire MASTER 2, Administration des établissements et services sanitaires et sociaux, option : Encadrement de proximité des services sanitaires et sociaux : soins et formation. 1 I.F.C.S. : lire partout Institut de Formation des Cadres de Santé

9 PRÉALABLES Dans le cadre de la validation de la formation Cadre de Santé et du diplôme universitaire MASTER 2, le mémoire de recherche doit refléter différentes capacités de l étudiant Cadre de Santé. Objectifs de l I.F.C.S. : Être capable d appréhender puis expérimenter une démarche méthodologique dans le cadre d une recherche qui permet d analyser une situation de travail. Pour ce faire, pouvoir mobiliser des savoirs référencés, des concepts et des outils méthodologiques. Être capable de se projeter dans la fonction d encadrement en déclinant un projet mémoire. Être capable dans une démarche de recherche, de mesurer les enjeux socioéconomiques pour définir des stratégies et des orientations nouvelles. Être capable de structurer et d argumenter un projet professionnel pour le rendre transmissible et recevable par un public de professionnels. Objectifs du diplôme universitaire Master 2 «spécialité Interventions sanitaires et sociales, parcours encadrement des unités de soins et de formation en établissements de santé» Dans le cadre de l évolution des systèmes de santé Européens, les accords de Bologne, dont la France est signataire, recommandent que les systèmes d enseignement supérieur s inscrivent dans le système LMD pour garantir la libre circulation des acteurs, une qualité de formation, et faciliter la reconnaissance mutuelle des diplômes, tout en respectant les spécificités nationales. L Institut de Formation de Cadre de Santé de Reims, propose aux étudiants un diplôme universitaire avec pour finalité de former des futurs infirmiers cadres de santé capable de : «Initier différentes démarches de la gouvernance, Piloter l évaluation des pratiques professionnelles,

10 S inscrire dans une réponse pluridisciplinaire de situation de travail, relationnel et de résolution de problème, Développer une culture professionnelle, des compétences stratégiques, organisationnelles, relationnelles, pédagogiques et managériales». Le mémoire de fin d études a pour objet de mener une démarche de recherche professionnelle et universitaire. Il doit également faire état de la capacité à transposer dans une pratique professionnelle les acquis et le résultat de sa réflexion. Il permet de mettre en relation les apports théoriques reçus pendant la formation et les pratiques acquises sur le terrain en ayant une distanciation de la situation. Il apporte des éléments de réponse au regard d un questionnement professionnel et montre l importance d établir une étude pour répondre aux problématiques susceptibles d apparaître au quotidien dans la fonction de cadre de santé. La finalité de ce travail de recherche consiste donc à identifier une situation de travail rencontrée lors de mon exercice professionnel et d en effectuer une analyse au regard des connaissances théoriques acquises lors de la formation Cadre de Santé et par l application d une méthodologie de recherche, en tenant compte du contexte socioéconomique si cela s avère nécessaire.

11 INTRODUCTION Toutes les données et prévisions démographiques aboutissent à un même constat : «la France vieillit». 2 Ce constat est induit par l augmentation continue de l espérance de vie (83,8 ans pour les femmes, 76,7 ans pour les hommes) et la baisse de la mortalité des adultes et surtout des enfants. Si l allongement de la vie de ces 30 dernières années se traduit essentiellement par des gains de vie en bonne santé, incapacités et dépendances pèsent sur les dernières années de vie. En 2001, les personnes âgées ont effectué 32,5 % de l ensemble des séjours dans les unités de soins de courte durée des établissements hospitaliers publics et privés, alors qu elles ne représentent que 16 % de la population. C est aux âges avancés que les taux d hospitalisation sont les plus élevés : 438/1000 chez les ans, 578/1000 chez les et 610/1000 au delà. Ainsi, il semble que si l on vit de plus en plus vieux, on ne vit pas forcément en bonne santé : 18 % des personnes âgées de plus de 65 ans sont dépendantes 3.Cependant, les personnes à partir de 80 ans sont les plus touchées par les pertes d autonomie, la dépendance et les incapacités. Celles-ci possèdent d ailleurs le taux de recours aux urgences le plus élevé (38 %). Philippe BAS, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille, a présenté le 27 juin 2006 le PLAN SOLIDARITÉ GRAND ÂGE. Ce plan regroupe un ensemble de mesures contenues dans cinq grands axes dont les objectifs sont d améliorer les conditions de vie, l accès à des soins répondant aux besoins des personnes âgées et le soutien des familles. 2 C.N.A.V., juin 2005, Retraite et Société n 45, Les nouvelles données démographiques, Ed. La documentation française. 3 C.N.A.V., oct. 2001, Retraite et Société n 34, Images de la vieillesse, Ed.La documentation française p 209

12 Le troisième axe concerne l hôpital et son devoir de s adapter aux besoins de la personne âgée. Au regard de l évolution démographique, il est évident que la proportion des personnes âgées, accueillies au sein des établissements de soins, va s accroître irrémédiablement et que l adaptation des établissements hospitaliers pour les accueillir et répondre à leurs besoins va constituer une priorité majeure dans les années à venir. En tant qu Infirmière future Cadre de Santé, ma mission première est d assurer l organisation des activités au sein de l unité de soins et de tout mettre en œuvre afin de garantir une prise en charge de qualité à toute personne accueillie, de son entrée à sa sortie, en apportant des réponses adaptées à ses besoins. Mon parcours professionnel en tant qu infirmière m a amenée à exercer dans différentes unités de soins, en long séjour et moyen séjour, en chirurgie, en médecine spécialisée, de jour et de nuit. Cela m a permis d observer différents trajets de soins des personnes âgées hospitalisées et de m interroger au regard de leurs différentes prises en charge dans ces services. L hospitalisation perturbe le quotidien des personnes âgées très attachées à leurs habitudes de vie. Néanmoins, si l hospitalisation constitue une perte de repères, la sortie de l hôpital est également une étape angoissante qui peut être lourde de conséquences si elle se réalise sans une préparation minutieuse. Ce travail de recherche est le résultat d une étude portant sur la prise en charge de la personne âgée hospitalisée et plus précisément sur la préparation de sa sortie de l établissement. Dans la première partie de ce travail, je débuterai par une présentation du contexte de la recherche puis je relaterai mon parcours professionnel et mes constats issus de mes observations au sein de cet établissement. Ensuite, je procéderai à une vérification de ces constats par l analyse de dossiers de soins. Parallèlement, je développerai le cadre théorique afin de pouvoir procéder à une mesure des écarts et établir les constats de façon objective. La phase exploratoire sera constituée de trois entretiens auprès de cadre de santé pour me permettre de dégager une problématique.

13 Dans une seconde partie, je procéderai à une recherche conceptuelle au regard de la problématique soulevée ce qui me permettra d émettre des hypothèses de travail. Ensuite, une phase de recherche, constituée d une enquête par questionnaires auprès de patients ou de famille de personnes âgées récemment hospitalisées et auprès d infirmières, me permettra de procéder à la validation ou l invalidation des hypothèses émises. Enfin, dans la troisième partie, j élaborerai un projet, au regard des résultats de cette recherche, que je pourrais initier au sein d une unité de soins.

14

15 CONTEXTE DE L ÉTUDE LE CENTRE HOSPITALIER DE CHARLEVILLE- MÉZIÈRES SITUATION GÉOGRAPHIQUE ET SOCIALE Le Centre Hospitalier de Charleville-Mézières, établissement public de santé, se situe dans le département des Ardennes (08) dans la région de CHAMPAGNE- ARDENNE. Il constitue le principal pôle sanitaire de référence du secteur Nord Ardennes. La ville de Charleville-Mézières est le chef-lieu des Ardennes. Elle se situe au centre du département. Sa population compte environ habitants. Le département des Ardennes, frontalier avec la Belgique au nord, est limitrophe avec la Marne au sud, avec la Meuse à l est et avec l Aisne à l Ouest. Le bassin de population compte environ habitants dont le Centre Hospitalier doit répondre aux besoins. Le Centre Hospitalier Régional Universitaire Robert DEBRE de Reims, le plus proche, se situe à 100 Km dans le département de la Marne. Cette situation géographique montre l isolement de la ville en matière de moyens hospitaliers. La fréquentation importante du Centre Hospitalier est en partie due au contexte socioéconomique caractérisé d une part par un déficit en professionnels libéraux dans les Ardennes et d autre part par des difficultés sociales importantes rencontrées par la population : - le taux de chômage est de 13,7 %, le taux national étant de 10 % (Source INSEE 2005), - le taux des personnes affiliées à la C.M.U. 4 est de 9,5 % contre 7,5 % pour la moyenne nationale, - le taux de surmortalité (>6,2 %) est également supérieur à la moyenne nationale, - les données relèvent également un fort taux de précarité. Avant de décrire sa situation actuelle, nous allons effectuer un retour sur son histoire, puis nous présenterons une partie du projet d établissement, non finalisé à ce jour, ainsi que les établissements et les services qui le composent. 4 C.M.U. : Couverture Maladie Universelle

16 LE CENTRE HOSPITALIER HIER On retrouve la trace du premier établissement hospitalier carolomacérien dans les archives du 13e siècle. En 1623, le premier hôpital est «l hôpital du Grand prieuré et de la Milice Chrétienne» renommé en 1742 «Hôpital Saint- Louis» puis transféré et renommé «Hôtel-Dieu». Il est alors financé par des donateurs fortunés et se situe à Mézières, ville indépendante de Charleville, jusqu en La ville de Charleville fût dotée d un établissement similaire au XVIIe siècle : l Hôpital Corvisart (nom donné en mémoire d un praticien renommé, d origine ardennaise et célèbre médecin de Napoléon Ier). De nombreux aménagements et travaux le modifieront tout au long du 19ème siècle. Pendant la Première Guerre mondiale, l hôpital hospice de Mézières est détruit. En 1933, l Angleterre participe à la reconstruction de la ville en mémoire des soldats anglais disparus et de ceux ayant trouvé refuge dans la ville de Mézières. La ville de Manchester (Grande-Bretagne) tient ainsi à édifier un nouvel hôpital hospice : l hôpital de Manchester. Il est inauguré en 1934 et se révèle alors être l un des plus modernes de France. En 1963, l hôpital Corvisart et l hôpital Manchester fusionnent et forment l actuel Centre Hospitalier de Charleville-Mézières. Cette fusion a précédé la réunion des deux communes donnant naissance à la ville de Charleville- Mézières en Depuis cette fusion, de nombreuses modifications et améliorations ont été réalisées. Depuis 1999, un nouvel hôpital est en cours de construction qui réunira à terme, sur le site du Centre Hospitalier de Charleville- Mézières, les deux hôpitaux, l objectif étant l amélioration constante de la qualité des soins. Le regroupement de toutes les activités médicochirurgicales de l établissement sur un même site ainsi que de toutes les activités de court séjour et, parallèlement, le développement du travail en partenariat avec les différents établissements hospitaliers du département, permettront d améliorer la qualité des prestations proposées aux usagers. La fin des travaux est prévue pour l année Aucun projet n est envisagé, pour le moment, concernant le site de l hôpital Corvisart.

17 LE CENTRE HOSPITALIER AUJOURD HUI Le Centre Hospitalier de Charleville-Mézières est composé de sept établissements, séparés géographiquement et situés en centre-ville ou en périphérie : Hôpital Manchester : 406 lits Hôpital Corvisart : 150 lits Centre de Santé : 140 lits Centre de Séjour Pour Personnes Agées : 72 lits 3 E.H.P.A.D 5 : Saint Rémi (31 lits), La Résidence (87 lits), Jean Jaurès (69 lits). RÉPARTITION DES LITS Par discipline : Court séjour : 556 Soins de suite et réadaptation : 70 Soins de longue durée : 148 Hébergement Maison de Retraite : 187 Soit un total de 961 lits. Alternatives à l hospitalisation : Places d hospitalisation de jour (MCO) 6 : 28 Places d hospitalisation temporaire (U.H.T 7, pédiatrie.) : 14 Centre d hémodialyse : 17 postes SES ACTIVITÉS ET QUELQUES CHIFFRES 8 Ses activités principales sont la médecine, la chirurgie, l obstétrique, la psychiatrie, les soins de suite et de réadaptation et les soins de longue durée. Ses activités spécifiques sont l accueil et le traitement des urgences, l activité de SMUR, réanimation, soins intensifs et spécialisés et surveillance continue. 5 Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (nouvelle dénomination des maisons de retraite) 6 MCO : désigne les activités de Médecine-Chirurgie-Obstétrique 7 UHT : Unité d Hébergement Temporaire 8 C.H.de Charleville-Mézières, les chiffres clés 2005

18 Accueils des urgences L activité a totalisé passages répartis entre le Centre 15 ( affaires traitées), le S.M.U.R (2653 sorties), le Service d Accueil des Urgences ( passages), le Service d Accueil des Urgences Pédiatriques (6819 passages) et le Service d Urgence Cardiovasculaire (2954 passages). L hôpital Manchester Il se situe en périphérie de la ville et propose différentes prestations aux usagers : 5 services de chirurgie (digestif, thoracique, vasculaire, endocrinien, viscérale, gynécologie, urologie, orthopédie, traumatologie, ORL - ophtalmologie, stomatologie), Une unité de chirurgie ambulatoire, Les services de médecine (Réanimation polyvalente, diabétologie et endocrinologie, médecine générale et Service Médical d Accueil rhumatologie, néphrologie et hémodialyse, hépato - gastro-entérologie comportant 4 lits de soins intensifs et un hôpital de jour, pneumologie, hôpital de jour pneumologie, médecine gériatrique). Les soins de la mère et de l enfant (2 services de pédiatrie dont un spécifique pour les soins aux prématurés et soins intensifs néo-natals, département de gynécologie obstétrique ayant dénombré naissances en 2005) Autres activités : - Centre de planification et d éducation familiale, - Unité mobile de soins palliatifs, - Une équipe mobile d intervention gériatrique, - Unité transversale d éducation du patient, - Unité de consultation mémoire neurogériatrique mise en place en L hôpital Corvisart Il se situe en centre-ville et regroupe 5 services de spécialités médicales : - neurologie, - maladies infectieuses et parasitaires - hématologie, 9 S.M.A. : Service médical d Accueil ouvert depuis novembre ,

19 - département de cardiologie avec une unité de soins intensifs, - psychologie médicale. L activité 2005 en court-séjour (médecine, chirurgie, obstétrique et psychologie) représentait entrées, journées d hospitalisation avec une durée moyenne de séjour évalué à 6,15 jours. Les secteurs de moyen et long séjour et les E.H.P.A.D. L activité 2005 dénombre journées en soins de longue durée, journées en soins de suite et réadaptation et journées en E.H.P.A.D. Les services médicotechniques - Bloc opératoire, - Unité d anesthésiologie, - Imagerie médicale : Radiologie, Scanner, IRM, Échographie, Médecine nucléaire, - Plateau technique de rééducation, - Département de biologie clinique (Biochimie, Bactériologie, Hématologie, Microbiologie, Hygiène, Service d anatomie et de cytologie pathologiques), - Centre de transfusion sanguine, - Pharmacie, - Laboratoire d électroencéphalogramme, - Stérilisation. LE BUDGET GÉNÉRAL Le budget général s élève à K. 10 Le Centre Hospitalier de Charleville- Mézières emploie 2198 agents non médicaux, dont 1474 personnes dans le corps soignant et éducatif, 121 pour le personnel médico-technique, 231 pour le personnel administratif, 372 pour le personnel technique et 202 personnes du corps médical. 10 C.H.de Charleville-Mézières, les chiffres clés 2005.

20 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT Le projet d établissement est institué par la loi n du 31 juillet 1991 portant réforme hospitalière. Il formalise l ensemble des orientations stratégiques d un établissement ou d une institution de santé, déclinées dans un plan d actions. Il comporte un projet de prise en charge des patients en cohérence avec le projet médical et le projet de soins infirmiers, de rééducation et médicotechniques, ainsi qu un projet social. Le projet d établissement du C.H. de Charleville-Mézières est actuellement en cours d élaboration. Nous pouvons néanmoins citer les principes de réflexions, d actions et de perspectives qui sous tendaient le projet d établissement , repris dans le projet en cours : Respect de la convivialité dans la prise en charge des patients et dans les relations et les gestions des ressources humaines, Rigueur et créativité, Réseau et complémentarité. Nous pouvons également souligner que le Centre Hospitalier de Charleville- Mézières s inscrit continuellement dans une perspective d amélioration continue de la qualité et s attache à s appuyer sur des valeurs humanistes pour mettre en place sa politique de soins. Dans cette perspective la démarche du Projet s organisait autour de deux grandes orientations : «Le malade se situe au cœur du processus de soins», «Il est acteur dans sa prise en charge et dans son traitement». LE PROJET MÉDICAL En 2004, le Centre Hospitalier de Charleville-Mézières a signé un contrat d objectifs et de moyens avec l A.R.H. 11 Les principaux axes de ce contrat portent sur une meilleure maîtrise des durées de séjour, le développement des prises en charges de type ambulatoire, la mise en place d une filière gériatrique et le développement des coopérations hospitalières. 11 A.R.H. Agence Régionale d Hospitalisation

21 Ces axes ont été pris en compte dans l élaboration des filières de soins et le choix des activités spécifiques du projet médical , premier élément du projet d établissement en cours d élaboration. Il est ainsi constitué autour de trois filières identifiées et structurées (gériatrie, urgence, cancérologie), prenant en compte les besoins en soins de la population ainsi que les préconisations du S.R.O.S.3 12 et dans la continuité des objectifs définis dans le cadre du C.O.M. 13 La structuration en filière va permettre de poursuivre les réflexions et les actions débutées dans le projet médical concernant notamment l amélioration de la prise en charge du patient se présentant aux urgences et l amélioration de la prise en charge des personnes âgées. L amélioration de la prise en charge des personnes âgées se concrétise dans la description d une filière gériatrique. Le projet est de développer les consultations de gérontologie hospitalière, les activités ambulatoires, de court-séjour gériatrique et la mise en place d une équipe mobile de gériatrie. L objectif est de favoriser au maximum le retour à domicile le plus précoce possible de la personne âgée. Ainsi,la prise en charge de la personne âgée se conçoit tout au long d une filière allant du médecin traitant aux services d hébergement en passant par les consultations spécialisées, les services d urgence, de court séjour, de soins de suite et de réadaptation et longs séjours. Il s agit d un processus continu au cours duquel la personne âgée doit bénéficier d une prise en charge pluridisciplinaire ininterrompue. L identification d un Service Médical d Accueils ainsi que l organisation de la filière personnes âgées va permettre aux services de spécialité de se concentrer sur les prises en charge directement en lien avec la spécialité : le corollaire attendu est une meilleure prise en charge des patients et une baisse des durées moyennes de séjour à l échelle du service. 12 S.R.O.S. Schéma Régional d Organisation Sanitaire - 3 pour C.O.M. Contrat d Objectifs et de Moyens

22 Le Projet Médical décline ainsi l ensemble des filières gériatrique et urgence avec, à l esprit, la recherche d organisation des flux de patients, en amont comme en aval, pour permettre au mieux la maîtrise de la D.M.S. 14 des différents services. Pour la filière cancérologie, l organisation reste à optimiser selon deux axes : une mutualisation de certaines prises en charge, pour une efficience, une qualité et une sécurité de prise en charge, et la concrétisation des réseaux souvent encore informels. Le développement de la prise en charge de la douleur sera poursuivi au travers de la consultation douleur déjà mise en place. Le projet médical se décline également autour d axes organisationnels transversaux à l ensemble de l établissement concernant la qualité dans la prise en charge du patient, la sécurité de la prise en charge et le développement du travail en réseau. LE PROJET DE SOINS Il est défini par la loi n du 31 juillet 1991 portant réforme hospitalière et s inscrit dans le projet d établissement. Le modèle conceptuel de Virginia HENDERSON, enseigné dans les Institut de Formation en Soins Infirmiers est le modèle conceptuel sous tendant les activités au sein du C.H. de Charleville-Mézières. «C est aider l individu malade ou en santé par l accomplissement des tâches dont il s acquitterait lui-même s il en avait la force, la volonté ou possédait les connaissances voulues, et d accomplir ces fonctions de façon à l aider à reconquérir son indépendance le plus rapidement possible.» La validation du Projet de Soins est prévue en septembre La méthodologie adoptée pour son élaboration a pour référence le guide «Normes de qualité pour la pratique des soins infirmiers» décrivant les normes de qualité en soins infirmiers D.M.S. Durée Moyenne de Séjour 15 D.H.O.S., Guide du service de soins infirmiers, Soins Infirmiers : normes de qualité, 2 ème édition (sept. 2001)

23 L objet de ce guide, élaboré par un groupe de professionnels, est de garantir aux soins infirmiers une qualité encore plus grande par la proposition de règles de bonnes pratiques recommandées et à mettre en œuvre depuis l accueil de la personne jusqu à sa sortie. Le cadre de référence de l élaboration de ces normes s appuie sur une philosophie des soins infirmiers fondée essentiellement sur des valeurs humanistes, une approche globale de l Homme et de la santé. Les concepts sur lesquels se fondent les soins infirmiers sont les concepts de l Homme, la santé, la maladie, l environnement. Trois valeurs fondamentales ont été retenues pour élaborer ce guide : Le respect de la dignité et de la liberté de l être humain, La compétence professionnelle, La responsabilité professionnelle. Le concept de qualité des soins a également été retenu lors de la rédaction de ces normes. 4 grands thèmes de travail ont été définis par la Direction des Soins pour l élaboration du projet de soins : Le parcours du patient et de ses accompagnants ( l accueil de la personne soignée, le transport,les soins immédiats, le dossier patient, le dossier de soins, le projet de soins, les interventions des paramédicaux auprès de la personne soignée, la sortie de la personne soignée) Les prises en charge particulières (la douleur, la personne en souffrance, l accompagnement des personnes en fin de vie, la personne en situation d exclusion, en difficulté sociale ou victime d agression, les personnes placées en détention, les personnes atteintes d une pathologie chronique, les personnes atteintes d un cancer, les personnes soignées et les conduites addictives, la personne atteinte d un AVC, la personne âgée, la personne porteuse d une plaie). La participation des paramédicaux à la qualité des soins dispensés dans l établissement ( la prévention du risque infectieux, la sécurité transfusionnelle, la matériovigilance, la prise en charge thérapeutique du patient hospitalisé, le développement continu de la qualité des soins).

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 -

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - REGROUPEMENT DE LA CLINIQUE ADASSA ET DE LA CLINIQUE DU DIACONAT DE STRASBOURG --- NAISSANCE DE LA CLINIQUE ADASSA - DIACONAT --- Strasbourg (Bas-Rhin), le 06 janvier 2011 la clinique Adassa et la clinique

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT DE SANTE...

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION UN NOUVEAU PROGRAMME.... LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION LA FORMATION SE DEROULE SUR 3 ANS SOIT 6 SEMESTRES Rentrée en septembre, sortie en juin Semestre 1 -> 15 semaines à l IFSI

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Fiche du programme 12051300395 de l'organisme INFIPP INFIPP

Fiche du programme 12051300395 de l'organisme INFIPP INFIPP Fiche du programme 12051300395 de l'organisme INFIPP INFIPP Descriptif du programme: Référence Programme OGDPC 12051300395 Titre du programme La bientraitance (inter) (catalogue) Référence organisme L161

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers IPs Institut Perspective Soignante Pour une pratique porteuse de sens et respectueuse des personnes UCL Université Catholique de Louvain Unité des sciences hospitalières et médico-sociales Certificat universitaire

Plus en détail

Devenir acteur de santé

Devenir acteur de santé de cadres de santé d ambulanciers d auxiliaires de puériculture école d infirmiers de bloc opératoire des aides-soignants école d infirmiers anesthésistes Les écoles et instituts de formation aux professions

Plus en détail

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS :

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : Le présent document remplace intégralement le volet préexistant. XI. PRISE EN CHARGE DES CANCERS 1. Rappel des objectifs

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE POLYCLINIQUE MAJORELLE 1240, AVENUE RAYMOND PINCHARD 54100 NANCY CEDEX AVRIL 2007 PARTIE 1 Nom de l établissement Situation géographique

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD élaboré par un groupe de psychologues travaillant en EHPAD dans le Val-de-Marne Janvier 2010, réactualisé en janvier 2013 par l APG94. PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais. : première étape vers une démarche territoriale de santé. Mai 2010

Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais. : première étape vers une démarche territoriale de santé. Mai 2010 Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais : première étape vers une démarche territoriale de santé Mai 2010 Sommaire La méthodologie Les caractéristiques des acteurs interrogés Les problématiques pointées

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE POSTE\Fiche poste IDE.

C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE POSTE\Fiche poste IDE. C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE \Fiche poste IDE.doc Association Diaconale Nord Alsace CSI WOERTH 10, rue de l église 67360 WOERTH

Plus en détail

CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR

CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR (Fondation de la Commune de Versoix pour le logement et l accueil des personnes âgées) «Sur des valeurs de Respect de l individu, de Dignité de la personne humaine,

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@...

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@... MàJour le 12 01 2015 BULLETIN D ENGAGEMENT INDIVIDUEL AU RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE ONCO Nord Pas-de-Calais Document à retourner à l adresse suivante : Réseau Régional de Cancérologie Onco Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

«Sous-section 1 : Dispositions générales

«Sous-section 1 : Dispositions générales Version octobre 2008 DHOS/O1/DOCUMENT DE TRAVAIL MINISTERE DE LA SANTE, DE la JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE REPUBLIQUE FRANÇAISE PROJET DE DECRET relatif aux conditions d implantation applicables

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département du Développement Professionnel Continu Médical Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris Dr Stéphane

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie La fonction d Assistant de Soins en Gérontologie consiste en une assistance dans les actes de la vie quotidienne des personnes fragilisées par

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY 1, rue du Bosquet BP 85 24400 SAINT -MÉDARD-DE-MUSSIDAN Février 2005 Haute Autorité de santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social 3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social Évaluation Externe / Évaluation Interne / Aide Médico - Psychologique / Assistant de soins en gérontologie / Préparation au concours DEAMP / Accompagnement

Plus en détail

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L Ecole d Auxiliaires de Puériculture de la Fondation LENVAL à Nice assure la formation des auxiliaires de puériculture depuis 2010. A cette

Plus en détail

Cadre supérieur de santé formateur en IFCS

Cadre supérieur de santé formateur en IFCS PROFIL DE POSTE Cadre supérieur de santé formateur en IFCS. Informations sur le poste. Date de parution : - 28/04/2015. Lieu : - IFCS région Auvergne CHU Clermont-Ferrand. Type de contrat : - Fonction

Plus en détail

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Centre Régional de Lutte Contre le Cancer Etablissement privé à but non lucratif participant au service public hospitalier Direction médicale Organisation

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS :

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : QUELS NOUVEAUX DÉFIS, QUELLES NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LES ACTEURS DE SANTÉ? :: CERTIFICAT 7 modules de mars à décembre 2015 :: Public visé Professionnel médical et

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

Introduire les pratiques avancées en France: contribution du master en sciences cliniques infirmières

Introduire les pratiques avancées en France: contribution du master en sciences cliniques infirmières Conférence de l IUFRS Université de Lausanne 18 décembre 2012 Introduire les pratiques avancées en France: contribution du master en sciences cliniques infirmières C.Debout,, Inf, PhD Département des Sciences

Plus en détail

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES Conférence de Presse JANVIER 2008 CONTACT PRESSE Anne-Laure Vautier Tel : 04 42 43 20 11 - E-mail

Plus en détail

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur d école doit être en mesure d assurer des missions de trois ordres : missions pédagogiques, missions administratives, missions sociales.

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

L équipe de l institut de formation

L équipe de l institut de formation L équipe de l institut de formation Directrice de l institut de formation Dominique BARTHELEMY Tél. : 03.25.49.49.99 Mail : dominique.barthelemy@ch-troyes.fr 2010 : Certificat de formation de directeur

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN)

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) Numéro d'identification du Réseau : 960740249 Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES PRÉAMBULE La description des activités et des compétences du métier d ostéopathe ne se substitue pas au cadre réglementaire. En effet, la plate-forme

Plus en détail

Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011

Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011 Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011 SOMMAIRE Le Comité de Pilotage de la Démarche d amélioration continue de la Qualité Page 2 II-1 Améliorer la qualité de la prise en charge des patients

Plus en détail

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE Saadna Mohamed Abdenour Sétif CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif 2 e Forum Paramédical International 08 et 09 Décembre 2010 LE CADRE PARAMEDICAL «LE MANAGER» Mr S. ARIF Service de CCI CHU Sétif Deuxièmes

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE Boulevard des Champs-Élysées 91024 ÉVRY Mars 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail