Risques sanitaires et écologiques : Connaissances, Attitudes et Pratiques des récupérateurs de déchets au Sénégal

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risques sanitaires et écologiques : Connaissances, Attitudes et Pratiques des récupérateurs de déchets au Sénégal"

Transcription

1 Risques sanitaires et écologiques : Connaissances, Attitudes et Pratiques des récupérateurs de déchets au Sénégal Présenté par Dr Mayassine DIONGUE Et collaborateurs ISED/ UCAD & IAGU/CRDI 1. Institution 1: ISED 2. Institution 2 : Labos d hydrologie/ toxicologie/ UCAD 3. Institution 3: Ecole inter état de vétérinaire Dakar 4. Institution 4 : IAGU 5. Institution 5: CRDI

2 INTRODUCTION La décharge de Mbeubeuss, seul lieu d acheminement des déchets de la capitale sénégalaise depuis Elle est devenue une véritable bombe écologique du fait de sa proximité avec des habitats de la banlieue. L objectif de notre travail était d étudier les connaissances, les attitudes et les pratiques des récupérateurs de déchets. 2

3 CADRE D ÉTUDE N E REGION DE DAKAR

4 Cadre d étude Plate forme Décharge de Mbeubeuss: 3500 personnes par jour 4500 tonnes d ordures/an Baol dangereux déchets dollars us par jour Gouye gui

5 Cadre d étude Quartiers bordant la décharge Diamalaye= 138 ménages Darou salam 101 ménages

6 Cadre d étude Activités Récupération Elevage de porcs et de volailles Maraichage

7 Cadre d étude Evaluation de facteurs de l environnement Eau: contaminée au plomb et au mercure Sol: contaminé aux métaux lourds 64,6% des populations boivent cette eau

8 Evaluation de la qualité des produits animaux Poulets: 26% contaminés Œufs: présence de trace de mercure Viande de porc: contamination microbienne et trace de mercure

9 MÉTHODOLOGIE La démarche écosanté a été adoptée avec une étude transversale sur le terrain. Des entretiens semi-structurés ont permis de recueillir les informations nécessaires à l étude. Suivant un recrutement exhaustif réalisé en neuf jours avec des taux de complétude très satisfaisants (>95%). 9

10 RÉSULTATS : (N=204 récupérateurs) Caractéristiques socio-démographiques : Age moyen = 34 ans ± 14,81 et extrêmes de 11 et 85 ans ; 79% d hommes et 34,34% non instruits ; Ils habitaient (88%) dans deux taudis situés sur la décharge et construits à partir de matériel récupéré. Selon les facteurs d exposition : 73% fréquentaient la décharge depuis au moins 5 ans et 70% y restaient pendant au moins 5 h par jour. les tenues de travail étaient constituées d habits récupérés. 10

11 Résultats Les récupérateurs avaient une perception positive de la décharge : exprimant plus ces avantages surtout financiers (96%). que ces inconvénients (68%) ou encore moins les risques sanitaires encourus (88%). Les risques écologiques sont presque inconnus (1,3%). 11

12 Résultats Les principaux comportements à risques étaient: l utilisation faible des moyens de protection individuelle (seuls 13% de tenue complète) ; le lavage des tenues de travail à domicile (66%) ; la consommation d aliments sur la décharge (75%) ; la consommation d eau non potable sur la décharge (72%) ; la non fréquentation systématique de SS en cas de maladie (65%). Ces mauvais comportements étaient statistiquement liés à: l analphabétisme ; le sexe ; le lieu d habitat avec un p< 0,05. 12

13 CONCLUSION : Souvent déversés dans la nature, ces déchets impactent négativement sur l environnement et la santé des populations vivant au contact des ordures. La perception positive de la décharge (revente des déchets récupérés) expliquent une banalisation des comportements à risque. d où la justification du plan de communication et des projets de mitigation. 13

14 REMERCIEMENTS À mes Maîtres Instituts de recherche (multidisciplinaires) IAGU ISED Ecole inter état de vétérinaire de Dakar Laboratoire de toxicologie UCAD Laboratoire d hydrologie de l IFAN/ UCAD Bailleurs: CRDI et voir diapo suivante 14

15

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines Réalisation d un examen cytobactériologique des urines dans le service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Rouen : vers un résultat fiable à 100% A. Deperrois-Lefebvre, A. Le Gouas, F. Boissaud,

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA)

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Université Cheikh Anta Diop de Dakar Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar 8 Décembre 2009, Dakar Rapport d Activité: année 2008-2009 Pr

Plus en détail

Notre meilleure pile de tous le temps

Notre meilleure pile de tous le temps Notre meilleure pile de tous le temps Grâce à la nouvelle pile Rayovac sans mercure, désormais dotée d AVA, un agent d amélioration des performances, vous pouvez répondre à la demande croissante des patients

Plus en détail

Épidémie de fièvre Q dans une usine de traitement de viande, Maine-et-Loire, février 2009

Épidémie de fièvre Q dans une usine de traitement de viande, Maine-et-Loire, février 2009 Épidémie de fièvre Q dans une usine de traitement de viande, Maine-et-Loire, février 2009 13 ème Journée Nationale d Infectiologie, Tours 14 juin 2012 Ronan Ollivier 1, Philippe Masson 2, Bruno Hubert

Plus en détail

Evaluation d un double système de sécurité lors des soins par le personnel infirmier du Service des Maladies Infectieuses du CHNU de Fann

Evaluation d un double système de sécurité lors des soins par le personnel infirmier du Service des Maladies Infectieuses du CHNU de Fann Evaluation d un double système de sécurité lors des soins par le personnel infirmier du Service des Maladies Infectieuses du CHNU de Fann Dr Mouhamadou Baïla Diallo, Pr Papa Salif Sow Service des Maladies

Plus en détail

Introduction (1) Introduction (2) Introduction (3) Causes les plus fréquentes d accidents exposant au sang (AES) chez le personnel soignant àdakar :

Introduction (1) Introduction (2) Introduction (3) Causes les plus fréquentes d accidents exposant au sang (AES) chez le personnel soignant àdakar : Evaluation d un double système de sécurité lors des soins par le personnel infirmier du Service des Maladies Infectieuses du CHNU de Fann Dr Mouhamadou Baïla Diallo, Pr Papa Salif Sow Service des Maladies

Plus en détail

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Contexte Présentation de l étude Protocole Réalisation de l étude pilote Le contexte Contexte Contexte réglementaire

Plus en détail

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire L antibiorésistance chez l homme et l animal 12 novembre 2014 3 ème session : les mesures de gestion pour lutter contre l antibiorésistance Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Plus en détail

PRÉDIRE LA DEMANDE À VENIR DES VÉHICULES ÉLECTRIQUES EN SUISSE

PRÉDIRE LA DEMANDE À VENIR DES VÉHICULES ÉLECTRIQUES EN SUISSE PRÉDIRE LA DEMANDE À VENIR DES VÉHICULES ÉLECTRIQUES EN SUISSE Aurélie Glerum, TRANSP-OR, EPFL Michaël Thémans, TRACE, EPFL Michel Bierlaire, TRANSP-OR, EPFL Congrès annuel e mobile 2013 23 août 2013 PLAN

Plus en détail

Foyer de saturnisme infantile dans un bidonville du Port Ile de la Réunion

Foyer de saturnisme infantile dans un bidonville du Port Ile de la Réunion Foyer de saturnisme infantile dans un bidonville du Port Ile de la Réunion Journée scientifique du réseau SEGA Antananarivo, 25 janvier 2012 Solet JL, Renault P, Denys JC, Teulé G, Dennemont RM, Garnier

Plus en détail

Les préoccupations environnementales en Vallée de Seine

Les préoccupations environnementales en Vallée de Seine Pour Les préoccupations environnementales en Vallée de Seine Décembre 2005 Note méthodologique Etude réalisée pour : SPI Vallée de Seine Nature de l échantillon : Grand public Leaders d opinion Constitution

Plus en détail

REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE

REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE Document préparé par Albert AMGAR, asept@asept.asso.fr Ce document fait suite à celui sur l organisation du lavage des mains et disponible au format

Plus en détail

Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments

Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments La Direction Départementale des Services Vétérinaires : DDSV Ministère de l Agriculture et de la Pêche Direction Générale de l Alimentation

Plus en détail

Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999)

Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999) Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999) Dans le cadre de la réévaluation du dispositif français de prévention à l égard

Plus en détail

ENJEUX ECONOMIQUES & ENVIRONNEMENTAUX

ENJEUX ECONOMIQUES & ENVIRONNEMENTAUX RENCONTRES AUTOUR D UN CAHIER DES CHARGES ECOLOGIQUE Les consommables d impression ENJEUX ECONOMIQUES & ENVIRONNEMENTAUX Cartouches d encre et toner Terminologie & cartouches OEM Compatibles Revalorisées

Plus en détail

CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL. Mbour, Sénégal. Master Santé Environnementale

CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL. Mbour, Sénégal. Master Santé Environnementale CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL Mbour, Sénégal Master Santé Environnementale Les problèmes environnementaux auxquels l Etat, les collectivités locales, les entreprises et la société civile doivent

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

Objectifs Etre sensibilisé à l importance de l eau et à la nécessité de l économiser

Objectifs Etre sensibilisé à l importance de l eau et à la nécessité de l économiser Objectifs Etre sensibilisé à l importance de l eau et à la nécessité de l économiser 1 Séance 1 - Recueil des conceptions / connaissances des enfants 1ère phase: Ecoute d une histoire comme introduction

Plus en détail

DIFFUSION DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE DANS LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES (PME): LE CAS DU VIETNAM

DIFFUSION DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE DANS LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES (PME): LE CAS DU VIETNAM DIFFUSION DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE DANS LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES (PME): LE CAS DU VIETNAM LE Van Huy Université des Sciences Économiques de Danang, Vietnam Paris, 14 Décembre 2008 P.2/20 Plan

Plus en détail

HARMONISATION COMMISSION CULTURE GENERALE. Définition : Sociétés Africaines (traditionnelle et Moderne). La polygamie.

HARMONISATION COMMISSION CULTURE GENERALE. Définition : Sociétés Africaines (traditionnelle et Moderne). La polygamie. Niveau : Contrôleur / Candidats : Internes (Douaniers) et Externes (Non Douaniers) Sujet N 1 : Dans les sociétés africaines, la polygamie a-t-elle un avenir? INTRODUCTION (5 points) Définition : Sociétés

Plus en détail

CROIX-ROUGE FRANÇAISE

CROIX-ROUGE FRANÇAISE CROIX-ROUGE FRANÇAISE Direction des Opérations Internationales / PIROI Gestion, nettoyage et sanitation des puits en situation de catastrophe Document P.I.R.O.I Julien Thiria (ingénieur sanitaire) Mise

Plus en détail

Programme Doctoral Inter-Universitaire de Santé Publique: Ecosystèmes, Sante et Développement Durable. Pr B. FAYOMI

Programme Doctoral Inter-Universitaire de Santé Publique: Ecosystèmes, Sante et Développement Durable. Pr B. FAYOMI Programme Doctoral Inter-Universitaire de Santé Publique: Ecosystèmes, Sante et Développement Durable Pr B. FAYOMI CoPES-AOC Plan de la Presentation Introduction /Contexte Historique & Acquis Recommandations

Plus en détail

Du 11 au 13 juin 2008

Du 11 au 13 juin 2008 CENTRE DE FORMATION CONTINUE RAPPORT DE FORMATION MESURE ET CONTRÔLE DES IMPAYÉS Du 11 au 13 juin 2008 RAPPORT DE FORMATION I # 3 T3 JUILLET 2008 INTRODUCTION TI Sur demande des membres, l ANIMH a organisé

Plus en détail

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Evaluation de la campagne 2012 1 Sommaire Introduction p.3 Méthodologie p.4 Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Pratiques d écoute - du public - fréquentation des lieux de musique

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

SAGE Systèmes aquatiques et gestion de l eau

SAGE Systèmes aquatiques et gestion de l eau Sciences et Génie de l Environnement SAGE Systèmes aquatiques et gestion de l eau PARCOURS RECHERCHE JUIN 2011 MEMOIRE DE STAGE DE MASTER Orianne Deodi HOUECANDE Quelles possibilités pour la réutilisation

Plus en détail

Enquête de Satisfaction DI 2013

Enquête de Satisfaction DI 2013 Enquête de Satisfaction DI 2013 Volumes L'enquête a été destinée aux personnels de l'université. On dénombre 959 enregistrements répartis de la façon suivante : 762 réponses complètes, 197 réponses partielles

Plus en détail

«L impact des transformations du cadre de vie des personnes âgées sur leur alimentation : quelle place pour la prévention nutritionnelle?

«L impact des transformations du cadre de vie des personnes âgées sur leur alimentation : quelle place pour la prévention nutritionnelle? «L impact des transformations du cadre de vie des personnes âgées sur leur alimentation : quelle place pour la prévention nutritionnelle?» Philippe Cardon UR 1303 ALISS INRA Ivry I. Un questionnement général

Plus en détail

1 en ce qui concerne l ergonomie, la formation multidisciplinaire de base complétée par le module de spécialisation en ergonomie;

1 en ce qui concerne l ergonomie, la formation multidisciplinaire de base complétée par le module de spécialisation en ergonomie; Arrêté royal du 5 décembre 2003 relatif aux spécialisations des conseillers en prévention des services externes pour la prévention et la protection au travail (M.B. 22.12.2003) Modifié par: (1) arrêté

Plus en détail

Deuxième rapport semestriel Juin-Novembre 2007

Deuxième rapport semestriel Juin-Novembre 2007 Projet 103 801 Décharge de Mbeubeuss : Analyse des impacts et amélioration des conditions de vie des populations de Diamalaye à Malika dans la banlieue de Dakar Deuxième rapport semestriel Juin-Novembre

Plus en détail

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication ANNEXE III Horaires Première année* Horaires Modules Numéro Heures Total A. Institutions et réseaux A1 30 A2 50 120 A3 40 B. Publics B1 30 B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de

Plus en détail

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Hubert Verreault, Agence métropolitaine de transport Daniel Bergeron,

Plus en détail

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr La participation de votre enfant à l étude Esteban www.esteban.invs.sante.fr Esteban est une nouvelle étude nationale qui porte sur plusieurs aspects de la santé : l exposition à certaines substances de

Plus en détail

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique.

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. de lecture Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. Afin d aider le lecteur à se forger une opinion sur la

Plus en détail

CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI

CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI Édith Martel Université de Montréal Benoît Laplante Institut National de la Recherche Scientifique

Plus en détail

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Nombre de foyers Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2011 En 2011, 1 153 foyers de toxi infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés

Plus en détail

(Du 1 er juillet 2013)

(Du 1 er juillet 2013) Réponse du Conseil communal au Conseil général à l interpellation n 13-601 du groupe socialiste par M. Baptiste Hurni & consorts, intitulée «Pour un retour des poubelles publiques dans les rues de notre

Plus en détail

Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA

Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA Claude SAEGERMAN Département des maladies infectieuses et parasitaires, Service d épidémiologie et analyse de risques appliquées aux

Plus en détail

SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES

SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES CONTEXTE Contexte Surveillance quotidienne par l EOH des BMR et autres germes nécessitant la mise en place

Plus en détail

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012 Les différences entre les sexes dans la prise de décision en matière d épargne et d investissement : résultats tirés de l ECCF de 2 0 0 9 Carole Vincent Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement

Plus en détail

Projet de Port Granby Sondage sur l attitude du public Rapport de recherche

Projet de Port Granby Sondage sur l attitude du public Rapport de recherche Projet de Port Granby Sondage sur l attitude du public Rapport de recherche février 2015 Preparé par : 1. Sommaire CONTEXTE ET MÉTHODOLOGIE Dans le cadre du Projet de Port Granby, l Initiative dans la

Plus en détail

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

CONTEXTE ET JUSTIFICATION CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le tabagisme est l une des plus grandes menaces actuelles pour la santé mondiale. Il crée une forte dépendance chez les consommateurs habituels qu il finit par tuer, et présente

Plus en détail

Analyse, modélisation et simulation de la demande pour des véhicules électriques en Suisse

Analyse, modélisation et simulation de la demande pour des véhicules électriques en Suisse Analyse, modélisation et simulation de la demande pour des véhicules électriques en Suisse Dr. Michaël Thémans, Vice-Présidence pour le Transfert de Technologie Directeur Adjoint du Centre de Transport

Plus en détail

Diminuer la consommation de tabac pendant la grossesse par des mesures incitatives : un problème difficile à résoudre

Diminuer la consommation de tabac pendant la grossesse par des mesures incitatives : un problème difficile à résoudre Diminuer la consommation de tabac pendant la grossesse par des mesures incitatives : un problème difficile à résoudre Dr Blanquet M, Pr Gerbaud L, Mme Leger S, Dr Perthus I, Dr Laurichesse H, Pr Sauvan

Plus en détail

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Sabine HOST Observatoire régional de santé d Ile-de-France Journées Rsein-OQAI,

Plus en détail

Alimenter son jeu. Créer un jeu d éducation nutritionnelle sur le temps des loisirs. Dr Isabelle DURACK. Bélénos - Santé-en-jeux

Alimenter son jeu. Créer un jeu d éducation nutritionnelle sur le temps des loisirs. Dr Isabelle DURACK. Bélénos - Santé-en-jeux Alimenter son jeu Créer un jeu d éducation nutritionnelle sur le temps des loisirs Bélénos - Santé-en-jeux Dr Isabelle DURACK Objectifs Sensibiliser les enfants aux plaisirs et bienfaits D une alimentation

Plus en détail

DOCUMENT DE POLITIQUE GENRE DE

DOCUMENT DE POLITIQUE GENRE DE DOCUMENT DE POLITIQUE GENRE DE L ASSOCIATION SIDA KA TAA 1. INTRODUCTION Au Burkina Faso, le taux d infection, chez les filles âgées de 13 à 24 ans, sont 5 à 8 fois supérieurs à ceux des jeunes garçons

Plus en détail

Production et Gestion des e-déchets au Sénégal

Production et Gestion des e-déchets au Sénégal Production et Gestion s e-déchets au Sénégal RESUME L évolution s flux entrants produits électroniques et électriques, généralement en fin vie, a atteint s proportions assez inquiètantes au Sénégal avec

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

RAPPORT DE FORMATION I # 1 T3

RAPPORT DE FORMATION I # 1 T3 CENTRE DE FORMATION CONTINUE RAPPORT DE FORMATION GESTION DU PORTEFEUILLE DE CRÉDIT Du 7 au 9 mai 2008 RAPPORT DE FORMATION I # 1 T3 JUILLET 2008 INTRODUCTION TI L ANIMH a organisé du 7 au 9 mai 2008 sa

Plus en détail

L image du marché international de Rungis

L image du marché international de Rungis L image du marché international de Rungis SEMMARIS David BOURGANEL TNS Sofres Stratégies d opinion / Société Guénaëlle GAULT 01 40 92 45 27 guenaelle.gault@tns-sofres.com Stratégies d opinion Rappel méthodologique

Plus en détail

La visite d élevage canine

La visite d élevage canine La visite d élevage canine Xavier LEVY, DMV, ECAR Diplomate Centre de Reproduction des Carnivores du Sud-Ouest () Groupe d Etude en Reproduction Elevage et Sélection (GERES) Qui sont les éleveurs et leurs

Plus en détail

Observation et analyse du comportement : aspects théoriques et pratiques, domaines d applicationd. nancy.fr

Observation et analyse du comportement : aspects théoriques et pratiques, domaines d applicationd. nancy.fr Henri Schroeder,, MCF MRCA, URAFPA, INRA UC340 Henri.schroeder@scbiol.uhp-nancy.fr nancy.fr Didier Desor,, PU DACQ, URAFPA, INRA UC340 Didier.desor@scbiol.uhp-nancy.fr www.urafpa.fr Master FAGE/BASE (Forêt,

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE SYSTÈME D INFORMATION GÉOGRAPHIQUE : OUTIL D ANALYSE & DE REPRESENTATION STATISTIQUE Présentation lors des portes ouvertes du 21-22-23 Octobre 2015 «MEILLEURES STATISTIQUES

Plus en détail

Je t aime moi non plus. Quels changements dans le rapport des jeunes Lyonnais à l automobile?

Je t aime moi non plus. Quels changements dans le rapport des jeunes Lyonnais à l automobile? Je t aime moi non plus. Quels changements dans le rapport des jeunes Lyonnais à l automobile? Stéphanie Vincent- Geslin, Pascal Pochet, Nathalie Ortar, Patrick Bonnel, Louafi Bouzouina Laboratoire d Economie

Plus en détail

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures NOVEMBRE 2014 Examen des rapports d enquête microbiologique Sommaire Introduction... 2 Les rapports d enquête microbiologique... 2 Contenu commun

Plus en détail

INECE Workshop on E-Waste in West Africa Accra, 24-25 June 09. Pilot Project on E-Waste Senegal

INECE Workshop on E-Waste in West Africa Accra, 24-25 June 09. Pilot Project on E-Waste Senegal INECE Workshop on E-Waste in West Africa Accra, 24-25 June 09 Pilot Project on E-Waste Senegal CONTEXTE Nombre considérable d ordinateurs et de téléphones portables en circulation annuellement et demande

Plus en détail

injection de biogaz épuré dans Le réseau de gaz naturel

injection de biogaz épuré dans Le réseau de gaz naturel injection de biogaz épuré dans Le réseau de gaz naturel Financé par Le groupe de travail sur l injection de biométhane dans les réseaux de gaz naturel www.injectionbiomethane.fr réuni sous l égide de L

Plus en détail

Stage local de formation de base à l utilisation de FishBase et à la taxinomie des poissons africains

Stage local de formation de base à l utilisation de FishBase et à la taxinomie des poissons africains Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal) Institut fondamental d Afrique noire Cheikh Anta Diop Département de Biologie Animale Laboratoire de Biologie Marine en collaboration avec Musée royal de

Plus en détail

LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER

LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER Sommaire Soumis au Conseil canadien sur l'apprentissage et à Citoyenneté

Plus en détail

Environnement en milieu urbain

Environnement en milieu urbain Environnement en milieu urbain Professeur Djamel Fadel Editions Al-Djazair FADEL Djamel Professeur d'université Environnement en milieu urbain 3 ème Année Licence Aménagement urbain Cours Editions Al-Djazair

Plus en détail

Politiques publiques de la protection des consommateurs : gestion des zoonoses et de leur impact sur la chaîne alimentaire

Politiques publiques de la protection des consommateurs : gestion des zoonoses et de leur impact sur la chaîne alimentaire Politiques publiques de la protection des consommateurs : gestion des zoonoses et de leur impact sur la chaîne alimentaire Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations

Plus en détail

Méthode en psychologie du travail

Méthode en psychologie du travail Méthode en psychologie du travail Le questionnaire Etape 1: Définition de l objet d enquête et analyse des moyens matériels 1) Qu est que nous voulons étudier? - On peut partir d une observation spontanée

Plus en détail

Evolution des pratiques tabagiques entre 2001 et 2011 d étudiants en Pharmacie

Evolution des pratiques tabagiques entre 2001 et 2011 d étudiants en Pharmacie Evolution des pratiques tabagiques entre 2001 et 2011 d étudiants en Pharmacie SAVANOVITCH C. (1) SAUVANT-ROCHAT M.P. (1) Clermont Université, Université d Auvergne, Faculté Pharmacie, EA 4681-PEPRADE,

Plus en détail

Rapport Semestriel N 5 Décembre 2008 Mai 2009

Rapport Semestriel N 5 Décembre 2008 Mai 2009 Projet 103 801 Décharge de Mbeubeuss : Analyse des impacts et amélioration des conditions de vie des populations de Diamalaye à Malika dans la banlieue de Dakar Rapport Semestriel N 5 Décembre 2008 Mai

Plus en détail

SATURNISME PROFESSIONNEL : A PROPOS D'UN FOYER D'INTOXICATION COLLECTIVE.

SATURNISME PROFESSIONNEL : A PROPOS D'UN FOYER D'INTOXICATION COLLECTIVE. SATURNISME PROFESSIONNEL : A PROPOS D'UN FOYER D'INTOXICATION COLLECTIVE. Mathieu KERGRESSE - Patrick HARRY - Sandrine ROUSSEAU Françoise BRACONNIER - Catherine MOREL INTRODUCTION : L'intoxication au plomb

Plus en détail

L Enfant protégé par les ARV: analyses ethnologiques comparées (Sénégal, Burkina, Laos) Dr Khoudia Sow, Pr Alice Desclaux

L Enfant protégé par les ARV: analyses ethnologiques comparées (Sénégal, Burkina, Laos) Dr Khoudia Sow, Pr Alice Desclaux L Enfant protégé par les ARV: analyses ethnologiques comparées (Sénégal, Burkina, Laos) Dr Khoudia Sow, Pr Alice Desclaux Introduction En 2009, nouvelles recommandations de l OMS pour la prophylaxie de

Plus en détail

Résultats de l enquête sur

Résultats de l enquête sur Santé Sécurité au Travail - MSA Ile-de-France > Les zoonoses en Animalerie Jardinerie Résultats de l enquête sur les zoonoses en Animalerie Jardinerie en Ile-de-France MSA Ile-de-France Introduction Le

Plus en détail

INVESTISSEMENTS D AVENIR

INVESTISSEMENTS D AVENIR INVESTISSEMENTS D AVENIR COHORTES SUIVI 2013 Compte rendu scientifique Relevé de dépenses Indicateurs juin 2014 SYNTHESE DU SUIVI D ACTION COHORTES (Année 2013) INTRODUCTION L action «cohortes» vise à

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

1 er MASTER CONCEPT «UN MONDE UNE SANTE»

1 er MASTER CONCEPT «UN MONDE UNE SANTE» 1 er MASTER CONCEPT «UN MONDE UNE SANTE» In Partnership with Le Master 2 MAN-IMAL c est : Formation innovante et interdisciplinaire (Médecins, Véto, Ingénieurs agro/iaa, Biologistes ) Double compétence

Plus en détail

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE L IAGU est une ONG internationale spécialisée dans la recherche/action, l appui technique et l information dans le domaine de l environnement

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L AGRICULTURE ET DE L ELEVAGE ET PROJET POUR CONFORTER ET REDEPLOYER LES DIFFERENTES FILIERES AGRICOLES A SAINT-MARTIN

DIAGNOSTIC DE L AGRICULTURE ET DE L ELEVAGE ET PROJET POUR CONFORTER ET REDEPLOYER LES DIFFERENTES FILIERES AGRICOLES A SAINT-MARTIN DIAGNOSTIC DE L AGRICULTURE ET DE L ELEVAGE ET PROJET POUR CONFORTER ET REDEPLOYER LES DIFFERENTES FILIERES AGRICOLES A SAINT-MARTIN SEPTEMBRE / NOVEMBRE 2011 AUDITEURS GROUPE AGENA : MAURICE LACROIX :

Plus en détail

Choix de consommation, quel impact sur l effet de serre? Food habits, what impact on the greenhouse effect?

Choix de consommation, quel impact sur l effet de serre? Food habits, what impact on the greenhouse effect? Colloque Agriculture biologique et changement climatique 17 et 18 avril 2008 Choix de consommation, quel impact sur l effet de serre? Food habits, what impact on the greenhouse effect? Barbara Redlingshöfer

Plus en détail

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Annexe technique à la Note Économique «La médecine privée au Québec» publiée par l Institut économique de Montréal le 5 décembre 2013 Dans le cadre

Plus en détail

STRATEGIE DE GESTION DES Déchets Médicaux et Pharmaceutiques

STRATEGIE DE GESTION DES Déchets Médicaux et Pharmaceutiques Royaume du Maroc Ministère de la Santé المملكة المغربية الصحة وزارة STRATEGIE DE GESTION DES Déchets Médicaux et Pharmaceutiques 1 PLAN 2 INTRODUCTION CADRE REGLEMENTAIRE SITUATION DE LA GESTION DES DECHETS

Plus en détail

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ Patrick Tirard-Collet Conseiller en transformation alimentaire Direction de la transformation alimentaire et des marchés Plan de la présentation Principes de base

Plus en détail

Portail de bases de données et d'instruments de mesure en santé et sécurité du travail

Portail de bases de données et d'instruments de mesure en santé et sécurité du travail Portail de bases de données et d'instruments de mesure en santé et sécurité du travail Susan Stock (INSPQ, U de M) Alain Marchand (U de M), Alain Delisle (IRSST), Jean Arteau (ÉTS), Marie- France Coutu

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL DE MEDIATION SANITAIRE

PROGRAMME NATIONAL DE MEDIATION SANITAIRE PROGRAMME NATIONAL DE MEDIATION SANITAIRE Pour l accès à la santé des populations en situation de précarité page 1 CONTEXTE ET ELABORATION Constat : Un état de santé très préoccupant des populations roms

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

La vermifugation de routine devient un réel plaisir

La vermifugation de routine devient un réel plaisir La vermifugation de routine devient un réel plaisir Pour votre santé et celle de votre chien, il est essentiel de le vermifuger régulièrement. L administration d un anthelminthique n équivaut pas nécessairement

Plus en détail

La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés. Olivier SIRE

La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés. Olivier SIRE La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés Olivier SIRE OPEDUCA Day @ Lycée Lesage - Jeudi 22 mai 2014 Plan Introduction Quels organismes sont concernés? Quel est le cadre réglementaire?

Plus en détail

Plan de la présentation. Objectifs. Rappel de la problématique. Profil des employés. Enquête

Plan de la présentation. Objectifs. Rappel de la problématique. Profil des employés. Enquête Plan de la présentation Les difficultés de recrutement et de rétention de la main-d œuvre dans l abattage et la transformation des viandes et de la volaille Par Valérie Lamarche Michel Morisset Rappel

Plus en détail

Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE

Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE RENOUVELLEMENT URBAIN Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE Journée du 23 janvier 2007 Sommaire 1 - Les grandes étapes 2 - Les relogements effectués au 31/12/2006 3 - Les

Plus en détail

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) dans les écoles d'afrique de l'ouest et du Centre :

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) dans les écoles d'afrique de l'ouest et du Centre : Les technologies de l'information et de la communication (TIC) dans les écoles d'afrique de l'ouest et du Centre : Phase II Recherche action sur la formation des enseignants aux usages pédagogiques des

Plus en détail

Sommaire. ARIA Languedoc-Roussillon. Atelier Fidélisation clients. développement commercial

Sommaire. ARIA Languedoc-Roussillon. Atelier Fidélisation clients. développement commercial ARIA Languedoc-Roussillon Atelier Fidélisation clients «Savoir conduire Les une nouvelles enquête de satisfaction technologies» UP2, au Patricia service PINGLOT de votre développement commercial - Le 15

Plus en détail

Les pratiques de conciliation travail et vie personnelle :

Les pratiques de conciliation travail et vie personnelle : Colloque en assurance collective Les pratiques de conciliation travail et vie personnelle : un outil pour atténuer la détresse psychologique Maude Boulet, Ph.D. Analyste en statistique du travail Institut

Plus en détail

Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Sousse... 5. Analyse descriptive... 6. 1. Infrastructure... 6. 1.1. Part des routes classées...

Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Sousse... 5. Analyse descriptive... 6. 1. Infrastructure... 6. 1.1. Part des routes classées... Sommaire Sommaire... 2 Introduction... 4 Présentation de Sousse... 5 Analyse descriptive... 6 1. Infrastructure... 6 1.1. Part des routes classées... 6 1.2. Taux de raccordement au réseau d assainissement...

Plus en détail

Activités thérapeutiques culinaires au CHI de Clermont-de-l Oise

Activités thérapeutiques culinaires au CHI de Clermont-de-l Oise Activités thérapeutiques culinaires au CHI de Clermont-de-l Oise Centre de Jour Intersectoriel EOLE 18 septembre 2014 10 ème journée d automne Association des Hygiénistes de PICARDIE Le centre de jour

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Un regard sur l Europe

Un regard sur l Europe Les évolutions de la production porcine en Europe du Nord Nom Date Bert van Meer 29 Avril 2010 AG Marché du Porc Breton Index Un regard sur l Europe L Allemagne: Centre de l Europe Porcine Le Danemark

Plus en détail

LE? Une intoxication grave, due au plomb, qui touche les jeunes enfants 1 SOMMAIRE Qu est-ce que le saturnisme? Où se trouve le plomb? Comment l enfant se contamine? Le plomb n est pas un constituant normal

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

Intérêt de l ATP-métrie pour la validation et l optimisation du nettoyage-désinfection dans le secteur abattage-découpe

Intérêt de l ATP-métrie pour la validation et l optimisation du nettoyage-désinfection dans le secteur abattage-découpe Intérêt de l ATP-métrie pour la validation et l optimisation du nettoyage-désinfection dans le secteur abattage-découpe Brice MINVIELLE Yannick RUGRAFF L e problème des opérations de nettoyage et de désinfection

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

La Poste, votre interlocuteur privilégié pour le recyclage de vos papiers de bureau

La Poste, votre interlocuteur privilégié pour le recyclage de vos papiers de bureau La Poste, votre interlocuteur privilégié pour le recyclage de vos papiers de bureau L engagement de La Poste dans le Développement Durable La neutralité carbone est le résultat d une démarche volontariste

Plus en détail

En garantissant les performances de MICROSOFT Lync et de SharePoint, Marel a reduit ses frais de deplacement

En garantissant les performances de MICROSOFT Lync et de SharePoint, Marel a reduit ses frais de deplacement En garantissant les performances de MICROSOFT Lync et de SharePoint, Marel a reduit ses frais de deplacement CAS CLIENT TM ( Re ) discover Simplicity to Guarantee Application Performance 1 SOCIETE Marel

Plus en détail

Projet Prévencité. Centre des Jeunes l Escale en partenariat avec l école Amos. 36e congrès de la Société de Criminologie du Québec

Projet Prévencité. Centre des Jeunes l Escale en partenariat avec l école Amos. 36e congrès de la Société de Criminologie du Québec Projet Prévencité Centre des Jeunes l Escale en partenariat avec l école Amos 36e congrès de la Société de Criminologie du Québec Sébastien Gagnon 7 novembre 2013 Sommaire : Historique du projet Le partenariat

Plus en détail

Partie IV RESPONSABILITÉ DE L HOMME VIS-A-VIS DE LA SANTÉ ET DE L ENVIRONNEMENT

Partie IV RESPONSABILITÉ DE L HOMME VIS-A-VIS DE LA SANTÉ ET DE L ENVIRONNEMENT Partie IV RESPONSABILITÉ DE L HOMME VIS-A-VIS DE LA SANTÉ ET DE L ENVIRONNEMENT Sujets des exposés 2015-2016 F. Mezzoud, N. Romeuf, Collège Les Hauts de l Arc, Trets Sujet 1 : Impact de la pêche sur la

Plus en détail