Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008"

Transcription

1 Les A.E.S Rémi Buchaniec Forcomed 2008

2 SOMMAIRE Définition A.E.S. Les facteurs de risque de contamination Conduite à tenir en cas d A.E.Sd Les précautions standards Conclusion

3 Définition A.E.S. Accidents Exposant au Sang ou aux liquides biologiques et comportant : Une effraction cutanée e (coupure, piqûre, morsure) Une projection sur muqueuse (bouche ) Une projection sur peau léséel Une projection dans les yeux

4 Définition A.E.S. En cas d A.E.S. d : Risque de transmission d agents d infectieux Sont sourtout redoutés s en France : Le VIH Le Virus de Hépatite H B Le Virus de Hépatite H C Risque de transmission virale d un patient à un soignant après exposition percutanée : VIH : 0,3% VHC : 3% VHB : 30%

5 Définition A.E.S. D après le rapport Jean Dormont, 1996 : Evaluation du risque de transmission virale d un patient à un soignant après accident avec exposition au sang». Virus Exposition percutané e Contact muqueux ou peau lésée Morsure Prouvé Possible 1 Nul 2 VHB 10 à 40 % si AgHBe+ 2 à 10% si Ag Hbe- Non quantifié, (probablement élevé par rapport aux VHC et VIH) Non quantifié, transmission par cette voie documentée Sang, liquides biologiques contenant du sang Sperme, sécrétions vaginales, salive Urines, selles VHC 2,1 % (1 à 10%) Non quantifié, cas professionnels par projection oculaire documentés Non quantifié, voie possible dans 1 cas non profession. Sang, liquides biologiques contenant du sang Sperme, sécrétions vaginales, salive Urines, selles, VIH 0,32 % 0,04 % Non quantifié, voie possible dans 2 cas non profession. Sang, liquides biologiques contenant du sang Sperme, sécrétions vaginales, LCR, Liquide pleural, amniotique Salive, urines, selles 1. Ces liquides n ont jamais été impliqués dans des contaminations professionnelles mais peuvent être considérés comme des sources potentielles, car ils contiennent le virus et/ou ont été impliqués dans d autres modes de transmission. 2 Dans ces liquides, le virus est habituellement indétectable ou en concentration trop faible pour entraîner une contamination. 4

6 Les facteurs de risque de contamination Le risque de contamination varie en fonction de la gravité de l AES les accidents les plus graves : Blessure profonde Virémie du patient source élevée Aiguille utilisée e pour un geste intraveineux ou intra-art artériel riel Aiguille visiblement souillée Aiguille de gros calibre Accidents causés s par une tierce personne

7 Conduite à tenir en cas d A.E.Sd 1 ère étape : Nettoyer et désinfecter d la plaie 2 ème étape : Evaluer le risque infectieux (avis médical) m Réaliser les sérologies s du patient source Prise en charge médicale m de l A.E.S. l 3 ème étape : Déclarer l A.E.S. l

8 Conduite à tenir en cas d A.E.Sd A.E.S. Soins immédiats Avis médical Évaluer le risque infectieux Sérologies du patient source Déclarer l AES Prise en charge médicale

9 Conduite à tenir en cas d A.E.Sd 1 ère re étape : Nettoyer et d Piqûre / coupure / morsure Il faut réduire r le temps de contact Ne pas faire saigner Nettoyer et désinfecter la plaie Nettoyer avec eau et savon pour éliminer toute présence de sang au niveau de la peau, puis rincer Désinfecter (faire tremper) pendant au moins 5 minutes à 10 minutes dans un soluté antiseptique (Dakin* ou alcool à 70 ou Bétadine B dermique flacon jaune)

10 Conduite à tenir en cas d A.E.Sd 1 ère re étape : Nettoyer et d Nettoyer et désinfecter la plaie Projection sur peau léséel Rincer abondamment au sérum s physiologique ou à l eau courante pendant au moins 10 minutes. Puis cf. désinfection d "piqûre coupure "

11 Conduite à tenir en cas d A.E.Sd 1 ère re étape : Nettoyer et d Nettoyer et désinfecter la plaie Projection sur les muqueuses Rincer abondamment au sérum s physiologique ou à l eau courante pendant au moins 10 minutes. Désinfecter à la Bétadine B bains de bouche (flacon vert). En bains de bouche ou sur compresse imbibée e (ne pas avaler) Projection dans les yeux Rincer doucement au sérum s physiologique (mono doses 40 ml) ou à l'eau courante pendant 10 minutes.

12 Conduite à tenir en cas d A.E.Sd 2 ème étape : Evaluer le risque infectieux Prendre rapidement un avis médical m dical (4h Max.) (Référent AES,, le médecin m référent r rent du patient, anesthésiste, siste, interne de garde, médecin m des urgences, médecin m du travail ) Evaluer l'importance du risque infectieux Faire prescrire les sérologies s pour le patient source s il s est connu (HIV, HIB,HIC) Prévenir le ou la responsable hiérarchique

13 2 ème Conduite à tenir en cas d A.E.Sd me étape : Réaliser les s aliser les sérologies du patient source Si patient source est connu : Il faut l accord l du patient Si patient source est inconnu ou refuse les sérologies s : se rendre avec l accord l du supérieur hiérarchique aux urgences d un d hôpital référent r rent AES ou urgences (dans les 2 heures suivant l accident) l Si le patient ne peut pas donner son consentement : (anesthésie sie générale) g et que l A.E.S. l met en danger le soignant Faire les sérologiess Informer le patient source et restitution de ses résultats r au cours d un entretien médicalm

14 2 ème Conduite à tenir en cas d A.E.Sd me étape : Réaliser les s aliser les sérologies du patient source Recherche des sérologiess : HIV (résultats moins de 2 heures, attendre les résultats) r Hépatite B (résultats 24 heures) Hépatite C (résultats 24 heures) Restitution des résultats r au patient source

15 Conduite à tenir en cas d A.E.Sd 2 ème me étape : Prise en charge m Prise en charge médicale de l A.E.S. l Sérologies du patient source positives : la victime est adressée e de préférence rence aux urgences d un d hôpital référent r rent AES pour la prise en charge

16 Conduite à tenir en cas d A.E.Sd 2 ème me étape : Prise en charge m Prise en charge médicale de l A.E.S. l Sérologie VIH positive : attendre les résultatsr Avec l'accord du supérieur hiérarchique, se détacher d de toute responsabilité professionnelle et se rendre immédiatement dans un centre référent r rent pour les AES ou urgences Mise en route d un traitement préventif : Idéalement dans les 4 heures suivant l AES ( Le plus souvent tri thérapie Durée e du traitement = 4 semaines AES (le plus tôt possible)

17 Conduite à tenir en cas d A.E.Sd 2 ème me étape : Prise en charge m Prise en charge médicale de l A.E.S. l Sérologie VHB positive : Si doute sur la vaccination hépatite h B ou sur le taux d'anticorps Se rendre dans un des services d'urgences référentsr rents afin d'envisager un éventuel traitement par immunoglobulines (à réaliser dans les 48 heures pour efficacité du traitement )

18 Conduite à tenir en cas d A.E.Sd HEPATITE B La vaccination reste le moyen le plus efficace pour se protéger La vaccination pour les professionnels de santé est obligatoire Contrôle du taux d anticorps (toute personne travaillant en milieu de soins avec des risques de contamination par le VHB doit être vaccinée contre l hépatite B et son immunité doit être contrôlée.)

19 Conduite à tenir en cas d A.E.Sd 2 ème me étape : Prise en charge m Sérologie VHC positive : Prise en charge médicale de l A.E.S. l Réaliser une surveillance hématologique h (transaminases, sérologie VHC) auprès s du médecin m traitant En cas de plaie nécessitant n des soins : Se rendre dans un service d'urgences référent r rent A.E.S. Le transport, si nécessaire, n sera organisé à la charge de l établissement

20 En cas de besoin Contacter le référent r rent médical m VIH (EDS le plus proche, service des urgences) VIH info-soignant de 9h à 21H

21 Conduite à tenir en cas d A.E.Sd 3 ème me étape : Déclarer L clarer L A.E.S. Dans les 48h,, déclaration d obligatoire de AT Retirer au département d des ressources humaines ou auprès s de votre employeur : Un tryptique de déclaration d à la SécuritS curité sociale (AT)

22 Conduite à tenir en cas d A.E.Sd 3 ème me étape : Déclarer L clarer L A.E.S. Si sérologie s du patient source négativen Consulter dans les 48 heures le médecin m traitant (avec la déclaration d à la SécuritS curité sociale) Doit mentionner sur le certificat : «Risque potentiel de séroconversion s virale retardée»

23 Conduite à tenir en cas d A.E.Sd 3 ème me étape : Déclarer L clarer L A.E.S. Consulter dans les 48 heures le médecin m traitant Sérologies initiales de l accidenté : Dans les 8 jours suivant AES Sérologie VIH, VHC, VHB Transaminases si besoin Sérologie à distance : Surveillance biologique à 1 mois suivant l A.E.S. l (transaminases, VIH, VHC, VHB) puis à 3 mois et à 6 mois

24 Les précautions standards AVANT ET APRES CHAQUE SOIN OU ACTE TECHNIQUE Réaliser un geste d hygid hygiène des mains SOUILLURE Laver les mains et les désinfecter d ou procéder à un lavage antiseptique avec la Bétadine Scrub par exemple (une minute) SOINS OU MANIPULATIONS EXPOSANT A DES PROJECTIONS Porter une sur-blouse et/ou un masque étanche et/ou des lunettes AIGUILLES Ne pas recapuchonner Ne pas désadapter d à la main Ne jamais " pipeter " avec la bouche Utiliser des cathéters ters auto-garde OBJETS PIQUANTS OU TRANCHANTS A déposer d immédiatement dans un des conteneurs adaptés s et disposés à proximité CONTENEURS A AIGUILLES A ne remplir qu aux 2/3, les fermer, les évacuer

25 Les précautions standards RISQUE DE CONTACT PAR L'INTERMEDIAIRE D'UNE SURFACE OU D'UN MATERIEL SOUILLE Mettre des gants, les retirer immédiatement après LESION DES MAINS, MEME MINIME Mettre des gants systématiquement Panser et couvrir toutes les plaies (surtout aux mains et aux avant ant-bras) SURFACES ET SOLS SOUILLES Décontaminer avec de l'eau de Javel à 6 chlorométrique au moyen d'un absorbant à usage unique TRANSPORT DES PRELEVEMENTS Transporter dans des sacs plastiques jetables et/ou des récipients r lavables et décontaminables ou à usage unique, hermétiquement clos. Les feuilles d'examens seront sépars parées des prélèvements

26 Conclusion Le sang de tout malade doit être considéré comme potentiellement contaminant et les précautions doivent être les mêmes pour tous les patients dans tous les services. La conduite à tenir après s AES doit être connue de tous Obligation d afficher d dans chaque salle du service d imagerie un panneau expliquant la conduite à tenir en cas d AESd Obligation de la mise à disposition d un d kit AES dans le service de radiologie, à un endroit connu de tous. Charge aux responsables hiérarchiques ou surveillantes de mettre à disposition dans leur service ce kit.

27 Conclusion Composition du kit A.E.S. 1 Flacon Dakin ou de BétadineB tadine dermique (jaune) 1 flacon de BétadineB tadine bain de bouche (verte) ou Hextril bain de bouche en cas d allergie d pour désinfection d des muqueuses Sérum physiologique (monodoses 40 ml) Sachet transport + 2 tubes secs pour les sérologies s du patient source (spécifier sur le bon qu il s agit s d un d AES) Matériel pour prélèvements sanguins (gants à usage unique, aiguilles, vacutainers) Enveloppes victime AES Bons laboratoires

28 Conclusion

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG F I C H E P R E V E N T I O N N 1 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG DEFINITION STATISTIQUES Chaque année dans les collectivités et établissements publics de la Manche,

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

Quelles sont les professions les plus à risque d accident du travail?

Quelles sont les professions les plus à risque d accident du travail? Parlons des AES Quelles sont les professions les plus à risque d accident du travail? Les professions exposées BTP Infirmières AES 6,84% 10,3% Bois Alimentation 6,1% 5,9% Transport 4,9% Métallurgie 4,9%

Plus en détail

Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques.

Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques. Référence : PT/CLI/001-C Page :Page 1 sur 7 Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques. Résumé des modifications

Plus en détail

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée.

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Si vous vous piquez avec une aiguille contaminée : Faites saigner légèrement la plaie et lavez-la avec de l eau et du savon, sans brosser.

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Notion de risques professionnels chez les soignants AP 1314 MOD 6

Notion de risques professionnels chez les soignants AP 1314 MOD 6 Notion de risques professionnels chez les soignants AP 1314 MOD 6 1 Risques infectieux ++++ Risques chimiques, allergiques. Risques physiques : TMS (cf.mod 4) Risques psychiques : charge mentale, charge

Plus en détail

Intérêt de la surveillance des Accidents Exposant au Sang dans les hôpitaux

Intérêt de la surveillance des Accidents Exposant au Sang dans les hôpitaux 9 mai 2003 Intérêt de la surveillance des Accidents Exposant au Sang dans les hôpitaux Jean-Pierre RÉZETTE École de Santé Publique C.H.U. de Charleroi Danger HIV HBV HCV Risque Quelques chiffres Quelques

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte PROPIN (programme national de prévention des infections nosocomiales) 2009-2013 Objectif Renforcer la prévention du risque infectieux soignants/soignés

Plus en détail

Accidents d exposition au risque viral Albert Albert Sotto Sotto février 2013

Accidents d exposition au risque viral Albert Albert Sotto Sotto février 2013 ECN n 202 Une jeune élève infirmière, vient de se piquer avec une aiguille alors qu elle venait de faire un prélèvement péè e tdesa sang veineux. eu Accidents d exposition au risque viral Albert Sotto

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

LES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG AES. Service hygiène - Centre Hospitalier de Saint- Quentin - Septembre 2015

LES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG AES. Service hygiène - Centre Hospitalier de Saint- Quentin - Septembre 2015 LES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG Service hygiène - Centre Hospitalier de Saint- Quentin - Septembre 2015 AES Définition d un Accident par Exposition au sang CONTACT DIRECT AVEC DES LIQUIDES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG Généralités Epidémiologie Facteurs de risque des Contaminations Professionnelles Généralités et définitions Objectif : éviter la transmission au personnel soignant d infections

Plus en détail

Prévention des infections transmises par voie sanguine lors de soins aux patients

Prévention des infections transmises par voie sanguine lors de soins aux patients Prévention des infections transmises par voie sanguine lors de soins aux patients Le modèle Suva La Suva est mieux qu une assurance: elle regroupe la prévention, l assurance et la réadaptation. La Suva

Plus en détail

TD Accident d Exposition au Sang

TD Accident d Exposition au Sang IFSI C. Foix, APHP TD Accident d Exposition au Sang UE 2.10 C3 Centre de la Formation et du Dé 1 Accident d Exposition au Sang DEFINITION : «Tout accident survenant en contact avec le sang ou un liquide

Plus en détail

PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE»

PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE» PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE» Josée e Allard et Sandra Hulmann Enseignantes à l École des métiers des Faubourgs-de-Montréal de la Commission scolaire de Montréal

Plus en détail

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE L ABC DE L HÉPATITE B LES GESTES À FAIRE S informer, se protéger et protéger ses proches Direction de santé publique de Laval www.santepubliquelaval.qc.ca Je m informe QU EST-CE QUE L HÉPATITE B? 1 C est

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

Respect des précautions standard

Respect des précautions standard Respect des précautions standard 11 e journée régionale de prévention des infections associées aux soins Jeudi 11 avril 2013 Denis THILLARD Circulaire DGS/DH n 98-249 du 20 avril 1998 : «Des précautions

Plus en détail

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit.

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit. Pour plus d information, je contacte : Dr 1 Mon médecin : 2 Le service Info-Santé : 811 3 La Fondation canadienne du foie : www.liver.ca ou 514 876-4170 www.lavalensante.com MA LISTE D ACTIONS Je visite

Plus en détail

ANALYSE DES A.E.S. Le patient ANALYSE ET PREVENTION DES A.E.S. D.M et A.E.S en Médecine Bucco-dentaire et Chirurgie Orale

ANALYSE DES A.E.S. Le patient ANALYSE ET PREVENTION DES A.E.S. D.M et A.E.S en Médecine Bucco-dentaire et Chirurgie Orale Formation Binômes relais-stratégie de prévention des AES 20-21 novembre 201 Paris, faculté de Médecine Bichat ACCIDENTS DEXPOSITION AU SANG EN MÉDECINE BUCCO-DENTAIRE ET CHIRURGIE ORALE. ANALYSE ET PREVENTION

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Avis de l OIIAQ concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Depuis quelques années, les infirmières auxiliaires, les enseignantes

Plus en détail

Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275

Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275 Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275 Qualités Spectre d activité large Peu inhibé par les matières organiques Vision correcte du site opératoire Action rapide

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD

LES PRECAUTIONS STANDARD LES PRECAUTIONS STANDARD A RESPECTER PAR TOUT LE PERSONNEL POUR TOUS LES PATIENTS ou RESIDENTS M. MARTEAU IDE hygiéniste Février 2014 1 DÉFINITION Selon le guide «100 recommandations pour la surveillance

Plus en détail

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD.

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD. DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE PLEURX : SURVEILLANCE ET DRAINAGE Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date 20/03/09 CLIN 26/03/10 Dr Le Moulec

Plus en détail

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle 1 Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle Introduction Le personnel soignant est régulièrement confronté au risque de contamination par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) mais

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention Evaluation du risque après AEV Selon le type d'accident Virus Percutanée Cutanéomuqueux Morsure VHB 2 à 40% >HCV>VIH Documentée VHC

Plus en détail

DASRI. Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux

DASRI. Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux DASRI Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 LE TRI 7 1. Déchets Assimilables aux Ordures Ménagères - DAOM 7 2. Déchets d Activités de Soins à Risques Infectieux - DASRI

Plus en détail

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits)

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits) Infections liées aux soins Guide de prévention (extraits) Technique du lavage des mains Mouiller Savonner Rincer Sécher par tamponnement Fermer le robinet avec l essuie-mains Indications du lavage des

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

Prévention des A.E.S. : le respect des précautions. S.Touche médecin du travail C.H.U. de Reims, référente AES ResCLIN, C-CLIN Est, RAISIN

Prévention des A.E.S. : le respect des précautions. S.Touche médecin du travail C.H.U. de Reims, référente AES ResCLIN, C-CLIN Est, RAISIN Prévention des A.E.S. : le respect des précautions S.Touche médecin du travail C.H.U. de Reims, référente AES ResCLIN, C-CLIN Est, RAISIN les précautions générales d hygiène ou «précautions standard» à

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 18 juin 2014 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

Accident exposant au sang et liquides biologiques: un sujet à forte actualité

Accident exposant au sang et liquides biologiques: un sujet à forte actualité Accident exposant au sang et liquides biologiques: un sujet à forte actualité G.KIERZEK/F.DUMAS Service des Urgences Médico Chirurgicales (Pr Pourriat) Hôtel Dieu AP HP Définition? Prise en charge des

Plus en détail

PRÉVENTION ET SECOURS CIVIQUES DE NIVEAU 1

PRÉVENTION ET SECOURS CIVIQUES DE NIVEAU 1 PARTIE 4 LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT 1. OBJECTIFS A la fin de cette partie, vous serez capable : En présence d une personne qui présente un saignement abondant, de réaliser une compression directe de

Plus en détail

Plan le Risque. DEFINITION DU RISQUE.Sa nature. DEFINITION DU RISQUE.L activité (1) «Primaire»= intervention d urgence

Plan le Risque. DEFINITION DU RISQUE.Sa nature. DEFINITION DU RISQUE.L activité (1) «Primaire»= intervention d urgence ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG EN SMUR «Stratégies de prévention» Plan le Risque Sa nature Son milieu Sa cible Son épidémiologie Son impact Sa criticité Patrick LAGRON SAMU 9/SMUR GARCHES GERES Formation

Plus en détail

Annexe 3 - Accident d'exposition au sang :

Annexe 3 - Accident d'exposition au sang : Annexe 3 - Accident d'exposition au sang : http://www.sante.gouv.fr/htm/actu/36_vih17.htm Annexe 2 de la circulaire DGS/DH/DRT/DSS n 98/228 du 9 avril 1998 relative aux recommandations de mise en oeuvre

Plus en détail

Accident d exposition au sang

Accident d exposition au sang Accident d exposition au sang 1. Définition : On définit comme accident avec exposition au sang tout contact percutané (piqûre, coupure) ou muqueux (œil, bouche) ou sur peau lésée (eczéma, plaie) avec

Plus en détail

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne Dr Christine BONNAL, PH Hygiène Béatrice HEDOUX-QUEAU Cadre hygiéniste Catherine CHARPINET Infirmière hygiéniste Hôpital Bretonneau,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG (HIV, HBV, HCV) Anne-Sophie LASCAUX

PRISE EN CHARGE DES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG (HIV, HBV, HCV) Anne-Sophie LASCAUX PRISE EN CHARGE DES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG (HIV, HBV, HCV) Anne-Sophie LASCAUX DEFINITION L accident d exposition au sang (AES) est une exposition percutanée par piqûre ou coupure (par une aiguille,

Plus en détail

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Accident d exposition au sang Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 1 - GÉNÉRALITÉS : MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG Tout microbe présent

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

Les accidents d exposition au sang et liquides biologiques

Les accidents d exposition au sang et liquides biologiques Les accidents d exposition au sang et liquides biologiques Dr Régine CORA Pharmacien hygiéniste Clinique CJAO D après les documents de l EIDLIN Drôme Ardèche,du CCLIN sud-est. Nombreuses diapositive du

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène Mesures d hygiène générales Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène vis-à-vis

Plus en détail

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central.

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central. Page : 1/7 Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central DESTINATAIRES - Cadres de santé - Pharmacie Centrale et Pharmacies d'etablissement - Tous les destinataires des classeurs CLIN - Tous les médecins

Plus en détail

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU + Hôpital de Soultz N S PT.S.036.1 Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

Définition AES. Les germes en cause. Accident d exposition au sang AES au bloc opératoire. Virus

Définition AES. Les germes en cause. Accident d exposition au sang AES au bloc opératoire. Virus Accident d exposition au sang AES au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Définition AES Tout contact accidentel : soit par effraction

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE DANS LES LABORATOIRES CLINIQUES. Dr. Onder Agbaba Anapharm Inc.

EVALUATION DU RISQUE DANS LES LABORATOIRES CLINIQUES. Dr. Onder Agbaba Anapharm Inc. EVALUATION DU RISQUE DANS LES LABORATOIRES CLINIQUES Dr. Onder Agbaba Anapharm Inc. ÉVALUATION DU RISQUE: DÉFINITIONS RISQUE: La probabilité d un événement qui pourrait nuire s il survenait. HASARD: Un

Plus en détail

ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL. Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble

ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL. Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble Définition d un AES Sang ou liquide biologique potentiellement contaminant Sécrétions vaginales / sperme

Plus en détail

C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002. 1. Hygiène du personnel

C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002. 1. Hygiène du personnel 1. Hygiène du personnel 11 C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002 1. HYGIÈNE DU PERSONNEL 1.1 Précautions standard 1.2 Vestiaires du personnel 1.3 Tenue du personnel

Plus en détail

Pharmacie et protocoles d urgence

Pharmacie et protocoles d urgence Pharmacie et protocoles d urgence SOMMAIRE Fiche.0 : Composition de la trousse de secours Fiche. : Soin d une petite plaie Fiche. : Soin d une petite brûlure thermique ou chimique Fiche. : Conduite à tenir

Plus en détail

Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS. 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés

Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS. 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés INVS: Contaminations professionnelles par le VIH, le VHC et le VHB

Plus en détail

(Accident d Exposition au Sang ou à un liquide biologique contaminant) Que dois je faire? Muqueuses

(Accident d Exposition au Sang ou à un liquide biologique contaminant) Que dois je faire? Muqueuses Je suis victime d un AES (Accident d Exposition au Sang ou à un liquide biologique contaminant) Que dois je faire? IMMEDIATEMENT Peau J effectue les premiers gestes : Je ne fais pas saigner (laisser saigner

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD PREVENTION DES AES

LES PRECAUTIONS STANDARD PREVENTION DES AES LES PRECAUTIONS STANDARD PREVENTION DES AES PRECAUTIONS STANDARD C est un ensemble de recommandations : Hygiène des mains Port de gants Tenue de protection : surblouse ou tablier, masques, lunettes Surfaces

Plus en détail

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >>

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> Qui est concerné? les équipages de collecte, les agents de nettoyage des bennes, les techniciens de maintenance, toute personne

Plus en détail

Les accidents percutanés. Résultats 2005, inter-région Nord. Les établissements participant Inter-région Nord 2005. Fonction des victimes d AES (%)

Les accidents percutanés. Résultats 2005, inter-région Nord. Les établissements participant Inter-région Nord 2005. Fonction des victimes d AES (%) Les établissements participant Inter-région ord 200 Résultats 200, inter-région ord 4 AES dans 9 établissements ord Pas de Calais 2 Régions Hte orm. Pic. 8 Ile de France 9 Statut de l'établissement Privé

Plus en détail

PROCÉDURE EN CAS D EXPOSITION AU SANG OU AUTRE LIQUIDE BIOLOGIQUE

PROCÉDURE EN CAS D EXPOSITION AU SANG OU AUTRE LIQUIDE BIOLOGIQUE THÉMATIQUE SANTÉ Notre équipe au cœur de vos métiers! PROCÉDURE EN CAS D EXPOSITION AU SANG OU AUTRE LIQUIDE BIOLOGIQUE Remplissez et affichez ce document dans votre entreprise Notre équipe au cœur de

Plus en détail

Procédure de prise en charge des Accidents d Exposition au Sang et liquides biologiques (AES) Secteur Sanitaire Est

Procédure de prise en charge des Accidents d Exposition au Sang et liquides biologiques (AES) Secteur Sanitaire Est Procédure de prise en charge des Accidents d Exposition au Sang et liquides biologiques (AES) Secteur Sanitaire Est - 1- Conduite à tenir en cas d exposition au sang et/ou à des liquides biologiques P.02-2-

Plus en détail

Protocole de prévention et contrôle des infections

Protocole de prévention et contrôle des infections Protocole de prévention et contrôle des infections Point de services Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec 27 avril 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION 1 2. OBJECTIFS 1 3. RESPONSABILITÉ

Plus en détail

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients LES GANTS Pour la protection de tous, personnel et patients Mettre des gants, pourquoi? L efficacité de la désinfection des mains par lavage ou par friction est limitée : Avant un geste nécessitant une

Plus en détail

Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA)

Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA) Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA) SOMMAIRE Points essentiels...3 Pose du KTA, contexte urgent...4 Pose du KTA, contexte non urgent...7 Pansement du

Plus en détail

Accidents d'exposition au sang - Spécificités au bloc opératoire

Accidents d'exposition au sang - Spécificités au bloc opératoire Accidents d'exposition au sang - Spécificités au bloc opératoire Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Taux de transmission... 1 2 Facteurs de risques spécifiques

Plus en détail

Sécurité biologique dans les laboratoires de microbiologie. D.S. Blanc Médecine Préventive Hospitalière CHUV

Sécurité biologique dans les laboratoires de microbiologie. D.S. Blanc Médecine Préventive Hospitalière CHUV Sécurité biologique dans les laboratoires de microbiologie D.S. Blanc Médecine Préventive Hospitalière CHUV Buts protection du personnel protection des personnes en dehors du laboratoire protection de

Plus en détail

Protocole Hémoculture

Protocole Hémoculture Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N : S.PT.S.042.1 Protocole Hémoculture SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 11 : SERVICE DE SOINS

Plus en détail

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE CHAPITRE 4 - PRATIQUES DE BASE ESPACE RÉSERVÉ AU L espace réservé au changement de couche comprend : Une table à langer dédiée au changement de couche. Les surfaces qui servent à d autres usages sont à

Plus en détail

Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes

Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes ARLIN Rhône-Alpes Relais de proximité du CCLIN Sud-Est ARLIN Rhône-Alpes Missions définies par Arrêté en

Plus en détail

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile.

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Frédérique SIESSE,infirmière libérale, Perpignan, Référente RVPCLR pôle Perpignan 1 La responsabilité de l infirmière

Plus en détail

SERVICES À LA PETITE ENFANCE DE ST-LAZARE POLITIQUE RELATIVE AUX MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG

SERVICES À LA PETITE ENFANCE DE ST-LAZARE POLITIQUE RELATIVE AUX MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG SERVICES À LA PETITE ENFANCE DE ST-LAZARE POLITIQUE RELATIVE AUX MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG JUILLET 2009 TABLE DES MATIÈRES Politique relative aux maladies transmissibles par le sang............................

Plus en détail

MÉMO SANTÉ. RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP

MÉMO SANTÉ. RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP MÉMO SANTÉ ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement Certains travaux vous exposent à des agents infectieux qui peuvent avoir des conséquences sur votre santé : bactéries,

Plus en détail

Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE

Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE TABLE DES MATIÈRES Gestion des risques Prévention des infections

Plus en détail

Rédaction : Dr LONGUEFOSSE Jean-Louis Président du CLIN Approbation : CLIN

Rédaction : Dr LONGUEFOSSE Jean-Louis Président du CLIN Approbation : CLIN Référence :PT/CLI/004-A Page : Page 1 sur 9 Objet : Préciser les techniques d utilisation des produits antiseptiques Mots clés : Antiseptique / Désinfectant Documents de référence : Critères ANAES : VST

Plus en détail

Encadrements administratifs. N.B. Afin d'alléger le texte, le masculin est utilisé sans discrimination.

Encadrements administratifs. N.B. Afin d'alléger le texte, le masculin est utilisé sans discrimination. Encadrements administratifs Exposition à des dangers biologiques (PROCÉDURE PROCÉDURE) Date d 'entrée en vigueur : 11/12/15 Date de fin : Commentaire : Service émetteur : Capital humain Service du signataire

Plus en détail

Accidents exposant au sang (AES)

Accidents exposant au sang (AES) Accidents exposant au sang (AES) Source VIH + Charge virale Inconnu / groupe de prévalence ** Type d exposition Détectable Indétectable * Haute Faible Important : - piqûre profonde, aiguille creuse, dispositif

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 17 juin 2015 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

NATIONS UNIES INFORMATION A L UTILISATION DES TROUSSES PPE MARS 2014 A L USAGE DU/DES: PREPOSES DES TROUSSES PPE ANTI-VIH (PAGE 1)

NATIONS UNIES INFORMATION A L UTILISATION DES TROUSSES PPE MARS 2014 A L USAGE DU/DES: PREPOSES DES TROUSSES PPE ANTI-VIH (PAGE 1) LA PROPHYLAXIE POST EXPOSITION (PPE) POUR LE VIH AU SEIN DES NATIONS UNIES INFORMATION A L UTILISATION DES TROUSSES PPE MARS 2014 A L USAGE DU/DES: PREPOSES DES TROUSSES PPE ANTI-VIH (PAGE 1) PATIENTS

Plus en détail

Pratiques liées aux gestes invasifs et antécédents d Accidents Exposant au Sang (AES) dans les EHPAD

Pratiques liées aux gestes invasifs et antécédents d Accidents Exposant au Sang (AES) dans les EHPAD Pratiques liées aux gestes invasifs et antécédents d Accidents Exposant au Sang (AES) dans les EHPAD Dr Christine CHANSIAUX-BUCALO, PH Equipe Mobile de Gériatrie, Hôpital Bretonneau, 7518 Paris Dr Christine

Plus en détail

Le bon usage des gants

Le bon usage des gants Le bon usage des gants Historique Au XVI ème siècle, l obstétricien Plenck recommandait déjà l usage des gants au moment de la naissance d enfants de mère syphilitique. Cette recommandation apparaissait

Plus en détail

RISQUES PARTICULIERS ET MESURES DE PREVENTION EN PSYCHIATRIE

RISQUES PARTICULIERS ET MESURES DE PREVENTION EN PSYCHIATRIE RISQUES PARTICULIERS ET MESURES DE PREVENTION EN PSYCHIATRIE 1 PATHOLOGIES Psychoses Névroses Alcoolisme Toxicomanie Anorexie, boulimie Schizophrénie 2 RISQUES PARTICULIERS Le nombre de soins techniques

Plus en détail

Médecine préventive CdG 44. La trousse à pharmacie

Médecine préventive CdG 44. La trousse à pharmacie Médecine préventive CdG 44 La trousse à pharmacie Cette trousse est destinée aux agents de la collectivité Différents modèles peuvent être proposés : - Trousse simple ou coffre à poignée - Armoire murale

Plus en détail

Prévention du risque AES en service de psychiatrie

Prévention du risque AES en service de psychiatrie Prévention du risque AES en service de psychiatrie Journée d information de l Antenne Régionale du CCLIN 27 Mai 2010 Séverine AZALOT, IDE service hygiène Franck VANHOVE, Faisant Fonction cadre de santé

Plus en détail

Utilisation d'une chambre implantable

Utilisation d'une chambre implantable Utilisation d'une chambre implantable Prévention des infections associées aux soins Référence BM : Ref. Service : Version : 1 Centre Hospitalier de Hyères SERVICE HYGIENE Nombre de page : 11 1. OBJET Eviter

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

Comment intégrer les établissements de long séjour? Forum HH avril 2006 Monica Attinger Infirmière PCI UHPCI/Vaud

Comment intégrer les établissements de long séjour? Forum HH avril 2006 Monica Attinger Infirmière PCI UHPCI/Vaud Comment intégrer les établissements de long séjour? Forum HH avril 2006 Monica Attinger Infirmière PCI UHPCI/Vaud BUT 1 MOYEN Amélioration de la pratique de l hygiène des mains Campagne Participants: 116

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

BROSSAGE DES DENTS CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE

BROSSAGE DES DENTS CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE Pour que le brossage des dents devienne une habitude de santé buccodentaire durable, il est important de créer un climat agréable et d encourager les efforts des enfants. Le brossage des dents au moins

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES Un guide à l intention des usagers et leurs proches Pour vous, pour la vie Ce document a comme objectif de vous donner des informations concernant

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT

CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT Le risque biologique : Il est lié à une exposition à des micro-organismes susceptibles de provoquer une infection, une allergie ou une intoxication. Il repose essentiellement

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013

RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013 RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013 Programme d actions 2013 - Poursuivre la démarche qualité : amélioration continue de la qualité et de la - sécurité des soins - Prévention, gestion des risques associés

Plus en détail

Guide pour la formation de nouveaux professionnels en établissements de soins CCLIN Sud Ouest

Guide pour la formation de nouveaux professionnels en établissements de soins CCLIN Sud Ouest V / LES BASES DE LA PREVENTION 35 Les règles d hygiène de base s appliquent aux patients et également à tout le personnel. Elles visent à limiter le risque de transmission croisée de micro-organismes responsables

Plus en détail