Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits"

Transcription

1 Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques Novembre 2014 L International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting Standards Board des États-Unis ont enfin publié leur nouvelle norme sur la comptabilisation des produits IFRS 15 Produits des activités ordinaires tirés de contrats conclus avec des clients (l ASU ou Topic 606 aux États-Unis). Ce bulletin résume les nouvelles exigences et les répercussions qu elles auront pour les entités du secteur des logiciels et des services infonuagiques qui appliquent les Normes internationales d information financière (IFRS). La nouvelle norme IFRS 15 remplace l IAS 18 Produits des activités ordinaires et l IAS 11 Contrats de construction et fournit de nouvelles indications concernant plusieurs questions importantes, telles que : Les services de personnalisation et d installation promis peuvent-ils être considérés séparément de la vente du logiciel? Les produits relatifs à une licence ayant une durée déterminée doivent-ils être comptabilisés progressivement ou à un moment précis? Quand la conclusion d un second contrat avec le même client a-t-il une incidence sur les produits du contrat initial? Pour un groupe de logiciels et de services, de quelle façon le prix total est-il attribué à chacune des obligations de prestation? Les produits peuvent-ils être comptabilisés avant la date de début d une licence? Dans les prestations de logiciels-services, la licence et l hébergement peuvent-ils être séparés? Comment doit-on comptabiliser les produits des ventes de logiciels dont le prix est sous forme de redevances? L IFRS 15 pourrait changer de manière significative le moment où s effectue la comptabilisation et le montant des produits comptabilisés. Dans ce contexte, les sociétés du secteur des logiciels et des services infonuagiques voudront prendre le temps de cerner et de comprendre toutes les implications importantes de la norme bien avant son entrée en vigueur.

2 Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Coup d œil sur la nouvelle norme La nouvelle norme remplace l IAS 18, l IAS 11 et certaines interprétations liées aux produits par un modèle fondé sur le contrôle axé sur les cinq étapes suivantes : Étape 1 : Identifier les contrats conclus avec le client Étape 2 : Identifier les obligations de prestation Étape 3 : Déterminer le prix de transaction Étape 4 : Répartir le prix de transaction entre les obligations de prestation Étape 5 : Comptabiliser les produits lorsque les obligations de prestation sont remplies ou à mesure qu elles le sont L IFRS 15 change les critères visant à déterminer si les produits sont comptabilisés à un moment précis ou progressivement. L IFRS 15 fournit également plus d indications sur plusieurs sujets où les IFRS actuelles font défaut, comme : les accords de prestations multiples; les contreparties autres qu en trésorerie et les contreparties variables; les droits de retour et autres options offertes aux clients; les options et les accords de rachat d un vendeur; les garanties; les entités agissant pour leur propre compte ou comme mandataires (produits bruts par rapport aux produits nets); les licences de propriété intellectuelle; les droits non exercés; les frais initiaux non remboursables; les accords de consignation et les ventes à livrer. L IFRS 15 exige la présentation d informations beaucoup plus étoffées sur les produits, y compris de l information concernant les soldes des contrats, les obligations de prestation restant à remplir (carnet de commandes) et les principaux jugements posés. Dispositions transitoires et date d entrée en vigueur L IFRS 15 s applique de manière rétrospective aux exercices ouverts à compter du 1 er janvier Certaines mesures de simplification sont toutefois prévues, notamment la possibilité de ne pas retraiter les chiffres des périodes comparatives. L application anticipée est permise. La comptabilisation des produits dans le secteur des logiciels et des services infonuagiques est complexe, de nombreux accords étant caractérisés par de multiples prestations et différentes caractéristiques que l on ne trouve pas dans d autres secteurs d activité comme les mises à jour définies et non définies, les services d installation, la personnalisation, les frais d établissement et les options de reconduction de services. L émergence de modèles d affaires de logiciels-services et d autres caractéristiques uniques présentent également des défis particuliers lors de la détermination de la méthode de comptabilisation des produits et de son moment selon les directives limitées fournies par l IAS 18 et l IAS Novembre 2014

3 Secteur des logiciels et des services infonuagiques Les répercussions pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques Étant donné que les indications sur la comptabilisation des produits pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques font défaut dans les IFRS, de nombreuses entités de ce secteur ont appliqué les indications beaucoup plus détaillées des principes comptables généralement reconnus (PCGR) des États-Unis. Avec la publication de l ASU ou du Topic 606 aux États-Unis, la plupart des indications des PCGR américains sur les accords de prestations multiples et sur la comptabilisation des produits des logiciels sont remplacées par la nouvelle norme. La nouvelle norme convergente sur les produits s applique à tous les accords de prestations informatiques et infonuagiques, ce qui élimine le besoin de déterminer à quelle indication des PCGR américains se référer par analogie, un défi auquel font souvent face les entités de services infonuagiques actuellement. Étape 1 : Identifier les contrats conclus avec le client L étape 1 du nouveau modèle consiste à identifier le contrat. Une entité ne peut passer aux prochaines étapes du modèle que : si le contrat a une substance commerciale; si les parties ont approuvé le contrat; si les droits de chaque partie et les conditions de paiement peuvent être clairement déterminés; s il est probable que l entité encaissera la contrepartie. Approbation du contrat En vertu de l IFRS 15, l approbation du contrat peut être écrite, verbale ou selon d autres pratiques commerciales habituelles de l entité; celle-ci jouit donc d une certaine latitude quant à la façon de démontrer que les parties ont conclu un accord qui crée des droits et des obligations exécutoires. Bien que les directives actuelles de l IAS 18 ne soient pas aussi détaillées, la plupart des entités du secteur des logiciels ne remarqueront probablement pas de différence importante à cet égard, sauf si elles ont adopté une méthode comptable qui requiert la signature du contrat avant la comptabilisation des produits. Bien que les directives actuelles de l IAS 18 ne soient pas aussi détaillées, la plupart des entités du secteur des logiciels ne remarqueront probablement pas de différence importante à cet égard, sauf si elles ont adopté une méthode comptable qui requiert la signature du contrat avant la comptabilisation des produits. Novembre

4 Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Critères non respectés Dans le cas où une entité n a pas encore déterminé si les critères ci-dessus sont respectés, l IFRS 15 ne permet pas que l entité comptabilise des produits à mesure que des paiements partiels sont reçus. La totalité des produits doit plutôt être différée jusqu à ce que les critères soient remplis, ou jusqu à ce que la totalité de la contrepartie qui a été reçue soit non remboursable et que l exécution soit complète ou le contrat, annulé. Regroupements de contrats Les directives existantes exigent une bonne part de jugement pour déterminer si les contrats doivent être regroupés, ne proposant qu une série d éléments indicatifs susceptibles de montrer à quel moment deux contrats ou plus font partie du même accord économique. En revanche, l IFRS 15 exige de façon explicite qu une entité regroupe des contrats conclus en même temps ou presque en même temps avec le même client si une ou plusieurs des conditions suivantes sont remplies : les contrats sont négociés en bloc et visent un objectif commercial unique; le montant de la contrepartie à verser dépend du prix ou de l exécution de l autre contrat; les biens ou les services promis dans les contrats sont une seule et même obligation de prestation. L existence de conditions explicites (et le fait qu une seule doit être remplie) peut changer le résultat comptable pour certains accords. Étape 2 : Identifier les obligations de prestation Le principe fondamental du modèle de l IFRS 15 est le fait que la comptabilisation des produits repose sur le moment où les obligations de prestation «distinctes» sont remplies, plutôt que sur le contrat pris dans son intégralité. Un bien ou un service promis est «distinct» si les deux conditions suivantes sont remplies : Le principe fondamental du modèle de l IFRS 15 est le fait que la comptabilisation des produits repose sur le moment où les obligations de prestation «distinctes» sont remplies. Le client peut tirer parti du bien ou du service pris isolément ou en le combinant avec d autres ressources aisément disponibles; Le bien ou le service est «séparable» (p. ex. le vendeur ne fournit pas un important service qui intègre, modifie ou personnalise les diverses obligations de prestation). Des indications détaillées sur les accords de prestations multiples font défaut dans les IFRS existantes et de nombreuses entités du secteur des logiciels et des services infonuagiques se tournent vers les indications plus prescriptives des PCGR des États-Unis dans le domaine. Contrairement aux PCGR des États-Unis actuels, selon l IFRS 15, la présence ou l absence de preuves objectives émanant du fournisseur (VSOE) de la juste valeur n aura pas d incidence sur le fait de comptabiliser séparément ou ensemble les différentes prestations d un accord. Les entités seront plutôt tenues d évaluer la séparabilité des prestations multiples en fonction des critères de «distinction» décrits précédemment, ce qui pourrait se traduire par la séparabilité de plus de prestations ou de prestations différentes (appelées obligations de prestation). L affectation ultérieure de la contrepartie de l accord à chacune des obligations de prestation identifiées est traitée à l étape 4 ci-dessous. 4 Novembre 2014

5 Secteur des logiciels et des services infonuagiques Selon l IFRS 15, les options offertes aux clients doivent être analysées pour déterminer si elles représentent un «droit significatif» et, par conséquent, une obligation de prestation distincte. Biens ou services supplémentaires offerts au client en option Selon l IFRS 15, les options offertes aux clients doivent être analysées pour déterminer si elles représentent un «droit significatif» et, par conséquent, une obligation de prestation distincte. Si une option de renouvellement de licence de logiciel avec remise est accordée à un client, cette option représente un droit significatif seulement si elle fournit au client quelque chose qu il n aurait pas obtenu sans conclure de contrat. Cette remise serait un droit significatif seulement si elle était supérieure à l éventail de réductions habituellement consenties sur la licence. Si un client a l option d acquérir un bien ou un service supplémentaire à un prix correspondant au prix de vente spécifique du bien ou du service, cette option ne lui confère pas un droit significatif. Ceci est semblable aux résultats qui seraient obtenus par les entités appliquant par analogie les PCGR des États-Unis actuels, étant donné que les remises sur ventes futures doivent être évaluées en fonction de leur «importance et de leur marginalité». Cependant, le montant attribué à l option en vertu de l IFRS 15 (en supposant qu il s agit d un droit significatif) peut différer (voir étapes 3 et 4). Étape 3 : Déterminer le prix de transaction Selon l IFRS 15, le prix de transaction est le montant de la contrepartie à laquelle l entité s attend à avoir droit en échange de la fourniture de biens ou de services promis à un client. Cette contrepartie peut inclure des montants fixes ou variables, ou les deux. Selon l IFRS 15, si les pratiques commerciales habituelles créent une attente fondée de la part du client selon laquelle l entité fera valoir ses droits pour seulement une partie du prix du contrat (c.-à-d. que l entité accordera une concession sur le prix), le prix de transaction sera équivalent au montant le plus bas. Contrepartie variable Les accords de prix variables (p. ex. les remises, les incitations ou les primes de performance) sont répandus dans le secteur des logiciels et des services infonuagiques, y compris dans certains accords de revendeurs et de distributeurs. Une entité estime et inclut les paiements variables dans le prix du contrat à l aide d une méthode fondée sur les montants pondérés par leur probabilité d occurrence ou selon la méthode du montant le plus probable. Ce montant est par la suite assujetti à une limitation des produits, de sorte que les montants estimés sont inclus dans le prix de transaction uniquement dans la mesure où il est fortement probable qu une modification ultérieure de l estimation n entraînera pas de renversement important du montant cumulatif des produits comptabilisés au titre du contrat. Une entité estime et inclut les paiements variables dans le prix du contrat à l aide d une méthode fondée sur les montants pondérés par leur probabilité d occurrence ou selon la méthode du montant le plus probable, assujetti à une limitation. Une exception très pertinente pour ce secteur d activité a trait aux redevances en fonction des ventes ou de l utilisation sur la propriété intellectuelle; dans ce cas, le prix de transaction ne comprend pas d estimation pour les redevances attendues. Ces montants sont inclus dans le prix de transaction uniquement lorsque les ventes ou l utilisation en question se produisent. Novembre

6 Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Composante financement Les conditions de paiement d une entité du secteur des logiciels peuvent varier en fonction du type d entreprise ou de la catégorie de clients. Selon l IFRS 15, le prix de transaction est ajusté si les conditions de paiement donnent lieu à une «composante financement importante». L IFRS 15 fournit des indicateurs afin d aider une entité à déterminer si une composante financement importante existe dans un contrat, y compris (entre autres choses) la relation entre la contrepartie promise et le prix de vente au comptant, et l intervalle entre la livraison des biens ou des services promis et le moment du paiement par le client. Les effets d une composante financement importante sont comptabilisés séparément des produits. Selon l IAS 18, l accent est mis sur l évaluation de la juste valeur de la contrepartie à recevoir, alors que l IFRS 15 vise à comptabiliser les produits équivalant au prix que le client aurait payé s il avait payé au comptant. Étape 4 : Répartir le prix de transaction entre les obligations de prestation Lorsqu une entité détermine qu un contrat comprend plus d une obligation de prestation, elle doit répartir le prix de transaction entre les obligations de prestation en proportion des prix de vente spécifiques. Estimation du prix de vente spécifique L IFRS 15 définit un prix de vente spécifique comme le «prix auquel une entité vendrait séparément à un client un bien ou un service promis». La meilleure indication du prix de vente spécifique est le prix observable facturé par l entité, s il est disponible. Les entités de services infonuagiques appliquant par analogie les PCGR des États-Unis pour des indications additionnelles dans ce domaine remarqueront que la hiérarchie comprenant les VSOE, le prix de vente demandé par les tiers et la meilleure estimation du prix de vente par la direction n existe plus. Lorsque le prix n est pas observable, l entité estime le prix de vente spécifique au moyen de toute l information disponible, en maximisant l utilisation des données d entrée observables. L IFRS 15 propose (sans pour autant l exiger) trois méthodes possibles, à savoir l évaluation du marché avec ajustement, le coût attendu plus marge ou la méthode résiduelle. La méthode résiduelle peut être utilisée pour estimer le prix de vente spécifique selon l IFRS 15 uniquement lorsque le prix de vente d un bien ou d un service est très variable (p. ex. lorsqu il est vendu à divers clients à des prix ajustés selon la force de la relation existante, le volume d affaires, la capacité de paiement ou d autres facteurs) ou lorsque l entité n a pas encore établi de prix pour un bien ou un service qui n a jamais été vendu (p. ex. un nouveau logiciel). Puisque l IAS 18 fournit peu de détails sur l utilisation de la méthode résiduelle, on considère généralement que la méthode ne peut pas être utilisée pour estimer la juste valeur des éléments livrés (la méthode L IFRS 15 fournit des indications détaillées sur le moment et la façon appropriée d affecter une remise aux obligations de prestations prévues dans l accord, que ce soit à une seule, plusieurs ou à l ensemble de celles-ci. Des indications similaires sont fournies pour la répartition de la contrepartie variable. dite «résiduelle inversée»). Selon l IFRS 15, il n existe pas de telles limites, bien que l utilisation de la méthode résiduelle soit généralement assujettie à certaines restrictions décrites ci-dessus. Selon l IAS 18, quand les prix de vente spécifiques ne peuvent être observés directement, une entité utilise des techniques d estimation analogues à celles proposées dans l IFRS 15. Cependant, les entités de services infonuagiques appliquant par analogie les PCGR des États-Unis pour des indications additionnelles dans ce domaine remarqueront que la hiérarchie comprenant les VSOE, le prix de de vente demandé par les tiers et la meilleure estimation du prix de vente par la direction n existe plus. 6 Novembre 2014

7 Secteur des logiciels et des services infonuagiques Méthodologies de répartition Comme indiqué ci-dessus, l IFRS 15 exige que le prix de transaction soit réparti entre chaque obligation de prestation en proportion des prix de vente spécifiques. L IAS 18 ne fournit aucune indication à savoir quand et comment répartir les produits entre les multiples prestations d un contrat, et les pratiques varient. L accent mis par l IFRS 15 sur le caractère «distinct» et la variété des méthodes disponibles pour estimer le montant de la contrepartie attribuable à chaque obligation de prestation distincte devraient fournir un allègement pour les entités qui se tournaient auparavant vers les PCGR des États-Unis pour traiter de questions spéciales bien précises, comme les mises à jour de logiciels définies lorsque la prestation n est pas encore achevée et que la preuve acceptable de la juste valeur n est pas disponible. Répartition des remises et de la contrepartie variable Il est courant pour des clients d obtenir une remise pour l achat d un groupe de biens ou de services. L IFRS 15 fournit des indications détaillées sur le moment et la façon appropriée d affecter une remise aux obligations de prestation prévues dans l accord, que ce soit à une seule, à plusieurs ou à l ensemble de celles-ci. Des indications similaires sont fournies pour la répartition de la contrepartie variable. Il n existe aucune indication équivalente dans l IAS 18. Étape 5 : Comptabiliser les produits lorsque les obligations de prestation sont remplies ou à mesure qu elles le sont Une entité détermine au moment de la passation du contrat si chaque obligation de prestation sera remplie (c est-à-dire que le contrôle sera transféré) progressivement ou à un moment précis. Une entité détermine au moment de la passation du contrat si chaque obligation de prestation sera remplie (c.-à-d. que le contrôle sera transféré) progressivement ou à un moment précis. D une façon générale, le contrôle est transféré progressivement si l une des conditions suivantes s applique : le client reçoit et consomme les avantages au moment de la prestation effectuée par l entité; le client obtient le contrôle de l actif au fur et à mesure de la création ou de la valorisation de celui-ci; l actif ne peut être utilisé autrement par le vendeur et ce dernier a droit à un paiement au titre de la prestation effectuée jusqu à la date considérée. Si aucune de ces conditions n est remplie, l entité comptabilise les produits à un moment précis. Lorsque le logiciel est vendu avec des services importants de personnalisation, d installation ou d intégration qui sont considérés comme étant essentiels à la fonctionnalité du logiciel, de nombreuses entités du secteur des logiciels comptabilisent actuellement les produits progressivement à l aide d une méthode analogue à la méthode à l avancement, telle qu elle est décrite dans l IAS 11. Ces entités devront analyser attentivement ces obligations de prestation selon le modèle fondé sur le contrôle de l IFRS 15 afin de déterminer si les produits doivent être comptabilisés progressivement. Novembre

8 Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Autres indications Coûts du contrat L IFRS 15 exige d une entité qu elle comptabilise en tant qu actif les coûts d exécution d un contrat et les coûts marginaux d obtention du contrat (p. ex. une commission de vente) lorsque certaines conditions sont remplies. Cependant, par mesure de simplification, une entité est autorisée à comptabiliser les coûts marginaux d obtention d un contrat en charges au moment où ils sont engagés si la période d amortissement de l actif qu elle aurait comptabilisé à leur égard n excède pas un an. La pratique courante en comptabilisation des coûts des contrats est variée, étant donné que certaines entités ont fait le choix comptable de reporter certains coûts d obtention de contrats par analogie avec d autres indications, alors que d autres entités comptabilisent ces coûts en charges dès qu ils sont engagés. Dans l un ou l autre cas, les entités peuvent connaître un changement à l adoption de l IFRS 15. Informations à fournir L IFRS 15 exige la présentation d informations quantitatives et qualitatives qui donnent lieu à la ventilation des produits et à l identification des actifs et passifs sur contrat, en plus de nombreuses autres nouvelles informations que les entités évoluant dans le secteur des logiciels et des services infonuagiques n avaient peut-être pas présentées auparavant. Par conséquent, les La pratique courante en comptabilisation des coûts du contrat est variée étant donné que certaines entités ont fait le choix comptable de reporter certains coûts d obtention de contrats par analogie avec d autres directives, alors que d autres entités comptabilisent ces coûts en charge dès qu ils sont engagés. systèmes et les processus devront intégrer et résumer l information supplémentaire qui devra être présentée conformément aux nouvelles exigences. À propos de Raymond Chabot Grant Thornton Raymond Chabot Grant Thornton S.E.N.C.R.L. est un cabinet comptable et de consultation de premier plan qui fournit aux sociétés fermées et ouvertes des services de certification et de fiscalité et des services-conseils. Ensemble, Raymond Chabot Grant Thornton S.E.N.C.R.L. et Grant Thornton LLP au Canada comptent environ personnes réparties dans tout le Canada. Raymond Chabot Grant Thornton S.E.N.C.R.L. est un cabinet membre au sein de Grant Thornton International Ltd (Grant Thornton International). Grant Thornton International et les cabinets membres ne constituent pas une association mondiale. Les services sont offerts de façon indépendante par les cabinets membres. Nous avons fait tous les efforts afin de nous assurer que l information comprise dans la présente publication était exacte au moment de sa diffusion. Néanmoins, les informations fournies ou les opinions exprimées ne constituent pas une prise de position officielle et ne devraient pas être considérées comme un conseil technique pour vous ou votre organisation sans l avis d un conseiller d affaires professionnel. Pour de plus amples renseignements à ce sujet, veuillez contacter votre conseiller Raymond Chabot Grant Thornton. Traduction : en cas de divergence, la version originale anglaise a préséance. 8 Novembre 2014

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur de la construction Mars 2015 L International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur de l immobilier Janvier 2015 L International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

Actions privilégiées rachetables émises à titre de mesure de planification fiscale (exposésondage

Actions privilégiées rachetables émises à titre de mesure de planification fiscale (exposésondage Actions privilégiées rachetables émises à titre de mesure de planification fiscale (exposésondage publié) En Bref Le 1 er octobre 2014, le Conseil des normes comptables du Canada (CNC) a publié un exposé-sondage

Plus en détail

Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location

Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location Juillet 2013 Aperçu En mai 2013, l International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting Standards Board (FASB) des États-Unis

Plus en détail

Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées

Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées Objectif 1 L objectif de la présente norme est d assurer que les états financiers d une entité contiennent les informations nécessaires

Plus en détail

Pleins feux sur les IFRS

Pleins feux sur les IFRS Bureau mondial des IFRS Novembre 2011 L IASB publie un exposé-sondage révisé sur la comptabilisation des produits Table des matières La proposition Identification des contrats avec les clients Identification

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

2.1 NATURE DE LA PARTICIPATION FINANCIÈRE : INVESTISSEMENTS RÉCUPÉRABLES

2.1 NATURE DE LA PARTICIPATION FINANCIÈRE : INVESTISSEMENTS RÉCUPÉRABLES POLITIQUE DE RÉCUPÉRATION : VOLET EXPÉRIMENTAL En vigueur en date du 1er avril 2013 1. INTRODUCTION La présente politique s applique à tous les projets qui bénéficient de la participation financière du

Plus en détail

Bulletin de nouvelles sur les IFRS

Bulletin de nouvelles sur les IFRS uméro spécial Produits Bulletin de nouvelles sur les IFRS Juin 2014 «Après plus de cinq ans consacrés à son élaboration, l IASB et le FASB ont finalement publié leur nouvelle norme convergente sur la comptabilisation

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

En résumé COMMISSIONS ET FRAIS DE COURTAGE (LOI SUR LES DOUANES, ARTICLE 48)

En résumé COMMISSIONS ET FRAIS DE COURTAGE (LOI SUR LES DOUANES, ARTICLE 48) Ottawa, le 13 juin 2008 MÉMORANDUM D13-4-12 En résumé COMMISSIONS ET FRAIS DE COURTAGE (LOI SUR LES DOUANES, ARTICLE 48) 1. Le présent mémorandum fournit des renseignements en ce qui concerne le traitement

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2

THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2 Unité 2 Thème 2 Unité 2 COURS Thème 2 THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2 SÉQUENCE 1... 3 Les opérations de vente complexes et leur comptabilisation...

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007 Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec États financiers Le 26 mai 2008 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard

Plus en détail

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables PARTIE 1 INTRODUCTION ET DÉFINITIONS 1.1 Introduction et objet 1.2 Régime d information multinational 1.3 Détermination

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée Normes internationales d information financière États financiers modèles sans application anticipée 1 États financiers pour l exercice 31 décembre Les états financiers modèles de la pour l exercice 31

Plus en détail

Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus

Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus Date : Octobre 2006 Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus Arc-en-ciel inc. 1 Vincent Pagé, président de l entreprise Arc-en-Ciel inc., qui se spécialise dans la fabrication

Plus en détail

Bases des conclusions. Placements de portefeuille Chapitre SP 3041. Avril 2012 CCSP

Bases des conclusions. Placements de portefeuille Chapitre SP 3041. Avril 2012 CCSP Placements de portefeuille Chapitre SP 3041 Avril 2012 CCSP AVANT-PROPOS Le chapitre SP 3041, PLACEMENTS DE PORTEFEUILLE, qui modifie et remplace le chapitre SP 3040, PLACEMENTS DE PORTEFEUILLE, fait partie

Plus en détail

Chapitre 3056, «Intérêts dans des partenariats»

Chapitre 3056, «Intérêts dans des partenariats» Alerte info financière NCECF JANVIER 2015 Chapitre 3056, «Intérêts dans des partenariats» Le Conseil des normes comptables (CNC) a publié en septembre 2014 le chapitre 3056 de la Partie II (Normes comptables

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE LESTER B. PEARSON

COMMISSION SCOLAIRE LESTER B. PEARSON États financiers de la COMMISSION SCOLAIRE LESTER B. PEARSON 30 juin 2010 Samson Bélair/Deloitte & Touche s.e.n.c.r.l. 1, Place Ville Marie Bureau 3000 Montréal QC H3B 4T9 Canada Rapport des vérificateurs

Plus en détail

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ AVANTAGES SOCIAUX FUTURS Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 La comptabilisation des avantages sociaux futurs peut être complexe, mais

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Une vision claire des IFRS

Une vision claire des IFRS Juillet 2014 Secteur des produits de consommation Une vision claire des IFRS Perspectives sectorielles sur IFRS 15 La nouvelle norme sur les produits des activités ordinaires pourrait avoir des répercussions

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

NORME IAS 02 STOCKS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009

NORME IAS 02 STOCKS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 NORME IAS 02 STOCKS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 02 : STOCKS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit de la norme...3 1.1.2. Le champ d application

Plus en détail

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes *

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers individuels, y compris

Plus en détail

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition RÉSUMÉ DU MODULE 4 La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition Le module 4 porte sur l utilisation de la méthode de l acquisition pour comptabiliser et présenter les filiales entièrement

Plus en détail

Réforme de la M4 au 1 er janvier 2008

Réforme de la M4 au 1 er janvier 2008 Réforme de la M4 au 1 er janvier 2008 Comme l instruction M14 en 2006, l instruction M4 fait à son tour l objet d une réforme. La M4 s applique aux services publics locaux industriels et commerciaux (SPIC).

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu 1 Article 1 Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu Titres agrafés anti-évitement 12.6 Loi de l impôt sur le revenu Le nouvel article 12.6 de la Loi de l impôt sur

Plus en détail

ESCOMPTES, COUPONS ET REMISES EN ESPÈCES

ESCOMPTES, COUPONS ET REMISES EN ESPÈCES BULLETIN N o 028 Publié en mai 2000 Révisé en juillet 2013 LOI DE LA TAXE SUR LES VENTES AU DÉTAIL ESCOMPTES, COUPONS ET REMISES EN ESPÈCES Le présent bulletin décrit l application de la taxe sur les ventes

Plus en détail

NORME IAS 23 COÛTS DES EMPRUNTS

NORME IAS 23 COÛTS DES EMPRUNTS NORME IAS 23 COÛTS DES EMPRUNTS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 23 : COÛTS DES EMPRUNTS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit de la norme...3

Plus en détail

NORME IAS 18 PRODUITS DES ACTIVITÉS ORDINAIRES

NORME IAS 18 PRODUITS DES ACTIVITÉS ORDINAIRES NORME IAS 18 PRODUITS DES ACTIVITÉS ORDINAIRES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 18 : PRODUITS DES ACTIVITÉS ORDINAIRES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3

Plus en détail

EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités

EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités Actif EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités (en milliers de dollars US) Au Au 31 août Actif à court terme Espèces 43 418 $ 25 864 $ Placements temporaires 958 1 487 Comptes débiteurs

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Ministère des finances

Ministère des finances Ministère des finances NOTE METHODOLOGIQUE DE PREMIERE APPLICATION DU SYSTEME COMPTABLE FINANCIER «SCF» LES CONTRATS A LONG TERME La présente note vient en appui à l Instruction n 2 du 29 octobre 2009

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002 Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs Le Comité de la réglementation comptable, Vu la loi n 98-261 du 6

Plus en détail

Comprendre les prêts hypothécaires Ce que vous devez savoir

Comprendre les prêts hypothécaires Ce que vous devez savoir Comprendre les prêts hypothécaires Ce que vous devez savoir Acheter une demeure n est pas une décision frivole. Il importe de bien faire sa recherche et de prendre son temps avant de décider du type de

Plus en détail

Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial?

Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial? Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial? Ce mémoire avait pour objectif de s inscrire dans l actualité qui entourait la modernisation du droit comptable

Plus en détail

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27 Norme comptable internationale 27 États financiers individuels Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable et les obligations d information concernant les participations

Plus en détail

NORME IAS 17 CONTRATS DE LOCATION

NORME IAS 17 CONTRATS DE LOCATION NORME IAS 17 CONTRATS DE LOCATION UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 17 : CONTRATS DE LOCATION...3 1.1. PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit de la norme...3

Plus en détail

Projet de Note d orientation XXXX. Fixation d un juste prix pour les titres négociés hors cote

Projet de Note d orientation XXXX. Fixation d un juste prix pour les titres négociés hors cote Projet de Note d orientation XXXX Fixation d un juste prix pour les titres négociés hors cote I. INTRODUCTION L article 1 de la Règle XXXX des courtiers membres concernant la fixation d un juste prix pour

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick États financiers États financiers CONTENU Rapport de l auditeur indépendant 3 État de la situation financière 4 État des résultats 5 État des flux de

Plus en détail

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés?

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? II -Congés payés a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? Tout salarié on droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé, chez le même employeur, pendant un temps équivalent à

Plus en détail

Référentiel comptable

Référentiel comptable Page 1 de 5 DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE (LA RÉGIE) RELATIVE AUX MODIFICATIONS DE MÉTHODES COMPTABLES DÉCOULANT DU PASSAGE AUX PRINCIPES COMPTABLES GÉNÉRALEMENT RECONNUS DES

Plus en détail

Version précédente. Version mise à jour. 1.1.4. Conditons supprimé

Version précédente. Version mise à jour. 1.1.4. Conditons supprimé 1.1.4. s assurer que le Prix de réservation (c est-à-dire le prix affiché sur les Sites Web, qui inclut les Sites Web du Titulaire de licence qui utilise le Moteur de réservation de HW (HW booking engine))

Plus en détail

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Références Cadre de préparation et de présentation des états financiers 1 IFRS 1 Première application des Normes internationales d information

Plus en détail

Agences de placement temporaire

Agences de placement temporaire Agences de placement temporaire Heures de travail et heures supplémentaires Remarque : Le présent document ne vous est fourni qu à titre indicatif. Il ne constitue pas un avis juridique. Pour obtenir des

Plus en détail

Bulletin Service Questions professionnelles et techniques, risque et qualité

Bulletin Service Questions professionnelles et techniques, risque et qualité Bulletin Service Questions professionnelles et techniques, risque et qualité Le 18 novembre 2008 Continuité d exploitation, liquidité et situation de trésorerie, et recouvrabilité Questions relatives aux

Plus en détail

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Préparé pour : Le Bureau du vérificateur général Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Le 18 novembre 2009 1 Introduction KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. a été chargée

Plus en détail

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise La comptabilité dite générale ou privée est une technique quantitative conventionnelle de traitement de l information à caractère monétaire prenant

Plus en détail

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Tax accounting Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Comptabilisation des positions fiscales incertaines Introduction L IASB a publié le 31 mars dernier

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

Adoptés le 8 avril 2014 Date d entrée en vigueur : 8 avril 2014 TABLE DES MATIÈRES

Adoptés le 8 avril 2014 Date d entrée en vigueur : 8 avril 2014 TABLE DES MATIÈRES TARIFS DES SERVICES D ADRESSAGE FOURNIS PAR L OPÉRATEUR DU FCR AUX ADMINISTRATEURS DE COMPTE FCR Publiés par l OP3FT, l organisation à but non lucratif dont l objet est de détenir, promouvoir, protéger

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 30 juin 2015 et 2014

États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 30 juin 2015 et 2014 États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 2015 et 2014 (non audités et non examinés par les auditeurs indépendants) États consolidés intermédiaires

Plus en détail

1 Normes IFRS applicables... 1. 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3. 3 Plan comptable... 5

1 Normes IFRS applicables... 1. 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3. 3 Plan comptable... 5 Chapitre 34 Table des matières 1 Normes IFRS applicables... 1 1.1 Références... 1 1.2 Champ d application... 1 1.3 Définitions... 2 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3 2.1 Engagements au titre

Plus en détail

Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement

Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement Série L ABC des prêts hypothécaires Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Faire la distinction entre

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

IFRIC 21 : Droits ou taxes

IFRIC 21 : Droits ou taxes IFRIC 21 : Droits ou taxes Réunion du Groupe de discussion sur les IFRS du 2 décembre 2013 : résumé des délibérations IFRIC 21 Droits ou taxes fournit des indications sur la comptabilisation des droits

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (Règlement interne SCH) du xx décembre 2014 L administration de la SCH, vu l art. 10 de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

Titre du projet : Approvisionnement en services de gestion, Projet de Services d Appui sur le Terrain au Vietnam

Titre du projet : Approvisionnement en services de gestion, Projet de Services d Appui sur le Terrain au Vietnam Titre du projet : Approvisionnement en services de gestion, Projet de Services d Appui sur le Terrain au Vietnam A) MODIFICATION N O 2 À LA DEMANDE DE PROPOSITIONS (DDP) : 1) À la Section 1. Instructions

Plus en détail

«jour de règlement» Jour de bourse au cours duquel peut intervenir le règlement des titres cotés par l intermédiaire de la société de compensation.

«jour de règlement» Jour de bourse au cours duquel peut intervenir le règlement des titres cotés par l intermédiaire de la société de compensation. RÈGLE A.100 INTERPRÉTATION A.1.01 Définitions Sauf indication contraire du contexte, les définitions qui suivent s appliquent aux présentes règles. «arbitrage» Activité consistant à acheter ou à vendre

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu Article 1 Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu Compagnies d assurance Loi de l impôt sur le revenu 138 L article 138 de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi)

Plus en détail

AGRICULTURE ET AGROALIMENTAIRE CANADA. État des résultats prospectif consolidé (non audité) Pour les exercices terminés le 31 mars 2016 et 2017

AGRICULTURE ET AGROALIMENTAIRE CANADA. État des résultats prospectif consolidé (non audité) Pour les exercices terminés le 31 mars 2016 et 2017 État des résultats prospectif consolidé (non audité) Pour les exercices terminés le 31 mars 2016 et 2017 État des résultats prospectif consolidé (non audité) (en milliers de dollars) Charges Gestion des

Plus en détail

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Mise à jour des informations Décembre 2011 1. Objet de la licence 1.1 L objet de la licence est le logiciel mis au point et fabriqué

Plus en détail

AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS

AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS L Autorité des marchés financiers (l «Autorité») souhaite préciser le concept d indication

Plus en détail

PASSAGE AUX NORMES IFRS

PASSAGE AUX NORMES IFRS PASSAGE AUX NORMES IFRS L Union Européenne a choisi d adopter le référentiel comptable IFRS (International Financial Reporting Standards) émis par l IASB (International Accounting Standards Board) : en

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

IFRS. Janvier 2010 Document 210005

IFRS. Janvier 2010 Document 210005 Les méthodes canadiennes appliquées à l évaluation de contrats d assurance (assurance-vie et assurances IARD) visant à satisfaire aux exigences du paragraphe 4.14 de l IFRS 4 IFRS Janvier 2010 Document

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

13 Les flux de trésorerie

13 Les flux de trésorerie 13 Les flux de trésorerie Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension L utilité et le contenu de 1, 5 1, 5, 9 b) l état des flux de trésorerie

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

Norme comptable internationale 37 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels

Norme comptable internationale 37 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels Norme comptable internationale 37 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels Objectif L objectif de la présente norme est de faire en sorte que les critères de comptabilisation et les bases d évaluation

Plus en détail

Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009

Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009 Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009 Contexte En 2002, l Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA) a publié un rapport de recherche intitulé «L information financière des entreprises

Plus en détail

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n o 12 avril 2014 Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n 12 avril 2014 Le

Plus en détail

Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre

Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre Le 28 octobre 2015 Si vous êtes un gestionnaire de fonds de placement qui n est pas inscrit

Plus en détail

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale Fiche pratique : La fiscalité des associations A retenir : l association loi 1901 est par nature non lucrative. Cependant, dans la mesure où beaucoup d associations développent des activités économiques,

Plus en détail

Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés

Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés PARTIE 1 DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION 1. Définitions 2. Interprétation PARTIE 2 DÉRIVÉS DISPENSÉS 3. Dispenses de l obligation d inscription

Plus en détail

Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives LIR 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur

Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives LIR 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi), les sommes découlant de l application

Plus en détail

GUIDE DE REDRESSEMENT

GUIDE DE REDRESSEMENT GUIDE DE REDRESSEMENT BASCULEMENT AUX NORMES COMPTABLES CANADIENNES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) LIÉS PAR UNE CONVENTION AVEC LA SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT (SCHL)

Plus en détail

Facteur d équivalence et facteur d équivalence pour services passés

Facteur d équivalence et facteur d équivalence pour services passés Facteur d équivalence et facteur d équivalence pour services passés Objectifs du présent article : Établir la différence entre le facteur d équivalence (FE) et le facteur d équivalence pour services passés

Plus en détail

UNITÉ 3 THÈME 4. Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits. Cned Site de Lyon Page 1 / 9

UNITÉ 3 THÈME 4. Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits. Cned Site de Lyon Page 1 / 9 UNITÉ 3 THÈME 4 Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits Cned Site de Lyon Page 1 / 9 Thème 4 Unité 3 Thème 4 UNITÉ 3 THÈME 4...1 Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et

Plus en détail

Document 9 : Ligne 4860 Travail avec un collecteur de fonds externe ou contractuel

Document 9 : Ligne 4860 Travail avec un collecteur de fonds externe ou contractuel Document 9 : Ligne 4860 Travail avec un collecteur de fonds externe ou contractuel Un organisme de bienfaisance enregistré peut retenir les services d un collecteur de fonds professionnel pour gérer ses

Plus en détail

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1)

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1) Instruments financiers Couvertures Chapitre 3865 Instruments financiers (diapo 1) Cette présentation vise à offrir un aperçu du chapitre 3865, «Couvertures», publié par le Conseil des normes comptables

Plus en détail

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015 État de la situation financière Au 31 mars 2015 Actif Actif à court terme Trésorerie 5 227 401 4 992 479 Débiteurs (note 3) 235 501 196 578 Charges payées d avance 67 728 41 871 5 530 630 5 230 928 Immobilisations

Plus en détail

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés

Plus en détail

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES 1. TRAITEMENT IMPARTIAL ET LEGAL IPSOS s engage à traiter les données personnelles de façon impartiale et légale. Pour se conformer

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE 8 DU STPGV GESTION DU RISQUE

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE 8 DU STPGV GESTION DU RISQUE ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE 8 DU STPGV STPGV Règle 8, décembre 1998: révisée le 30 juillet 2001, le 19 novembre 2001, le 25 septembre 2003, le 6 décembre 2004, le 29 mars 2007, le 16 août

Plus en détail