AVIS dans le cadre de LA DÉMARCHE D ACTUALISATION DE LA POLITIQUE D ENSEMBLE À PART ÉGALE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AVIS dans le cadre de LA DÉMARCHE D ACTUALISATION DE LA POLITIQUE D ENSEMBLE À PART ÉGALE"

Transcription

1 AVIS dans le cadre de LA DÉMARCHE D ACTUALISATION DE LA POLITIQUE D ENSEMBLE À PART ÉGALE Mai 2007

2

3 INTRODUCTION L Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec (AERDPQ) regroupe une vingtaine d'établissements qui offrent des services spécialisés et surspécialisés de réadaptation aux personnes ayant une déficience physique. Elle vise essentiellement à accroître l accès aux services qui contribuent à maintenir ou à améliorer l autonomie des personnes ayant une déficience auditive, motrice, visuelle ou du langage congénitale ou acquise, qui optimisent leur participation sociale et qui leur permettent finalement d être en mesure d exercer le plus pleinement possible leurs rôles sociaux. Compte tenu de ses objectifs et de sa mission, l Association s intéresse de près à la démarche d actualisation de la politique d ensemble À part égale. Cet intérêt est d autant plus grand que cette politique a joué, durant les dernières décennies, un rôle structurant majeur au regard de la participation sociale des personnes vivant avec une déficience physique. Sa révision revêt donc une importance capitale, d où la volonté de l Association d y contribuer le plus possible. Concrètement, l Association s implique dans la démarche d actualisation de plusieurs manières. Tout d abord, ses représentants ont participé à quatre tables thématiques nationales mises en place par l Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ), à savoir celles sur : le transport; le diagnostic, le traitement, l adaptation et la réadaptation; les ressources résidentielles; la communication. Certes, l Association aurait été en mesure de contribuer à la réflexion sur d autres thèmes, notamment l éducation base de toute participation sociale, et l accès au monde du travail; secteur dont le bilan qui peut être 1

4 réalisé depuis la publication de la politique d ensemble est probablement le plus faible. Toutefois, compte tenu de l ampleur des travaux et du rythme de ceux-ci, une concentration sur les thèmes les plus directement reliés à nos activités s est avérée nécessaire. De plus, des intervenants de centres de réadaptation en déficience physique (CRDP) ont participé à plusieurs forums régionaux tenus durant ces derniers mois. Chacun a alors été en mesure de traduire les préoccupations de notre réseau en lien avec les questions soulevées lors de ces rencontres. Le présent avis ne vise donc pas à reprendre l ensemble des réflexions abordées à ces différentes instances. Au contraire, il se veut complémentaire aux travaux menés jusqu à présent, son objectif étant de souligner les éléments qui, de notre point de vue, doivent absolument être pris en compte dans la préparation du projet de politique révisée attendu pour l automne Pour ce faire, nous identifierons, dans les pages qui suivent, ce que nous estimons être les principaux enjeux et quelques pistes pour y répondre. Nous avons cependant choisi de nous concentrer particulièrement sur les enjeux car nous estimons que la politique révisée doit avoir la même portée que celle adoptée par le Gouvernement du Québec en 1984, c est-à-dire traduire, bien au-delà d un plan d action, un engagement de l ensemble de la société québécoise à lever les obstacles et à permettre la participation sociale optimale des personnes vivant avec une déficience physique. Nous espérons donc que nos commentaires seront contributifs à l atteinte des objectifs de la démarche en cours. 2

5 1. VALEURS, PRINCIPES ET ORIENTATIONS Le document Valeurs, principes et orientations 1 constitue, à notre avis, un élément crucial de la réflexion puisqu il présente les fondements, les assises de la future politique dont, incidemment, la dénomination est À parts égales, levons les obstacles. Globalement, l AERDPQ est en accord avec le contenu de ce document, que nous jugeons très bien rédigé et contenant l essentiel des éléments requis pour orienter une politique globale. Aussi, nous sommes heureux de constater la similitude, illustrée dans le tableau qui suit, entre les valeurs mises de l avant dans ce document et celles adoptées par les établissements membres de l Association à partir d une réflexion de son Comité provincial d éthique clinique 2. Cela nous semble démontrer qu il existe une tendance incontestable dans la façon de poser les bases d une approche commune dans le domaine de l intégration sociale des personnes ayant des incapacités. Valeurs proposées par l OPHQ La dignité humaine La liberté L égalité La solidarité La justice Valeurs-phares en réadaptation (AERDPQ) Bienfaisance et humanisation Autonomie Respect de l individu et de son milieu Solidarité et engagement Justice sociale et équité 1 OPHQ, Valeurs, principes et orientations, 14 septembre 2006, document de travail. 2 Comité provincial d éthique clinique en réadaptation de l Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec, mai

6 Notre seule réserve notable quant à ce document est la place accordée au concept de participation sociale. En effet, nous retrouvons tout au long du document des phrases qui placent la participation sociale au centre des préoccupations. Cependant, la participation sociale est aussi présentée comme la sixième orientation parmi celles relatives aux personnes «handicapées» 3 et à leur famille. Cela nous semble induire une certaine incohérence qu il convient de dissiper. Pour notre part, nous croyons que la participation sociale doit être présentée comme une orientationparapluie qui guide tous les choix quant aux autres orientations. Aussi, nous suggérons de retenir comme point de départ l affirmation suivante : la participation sociale des personnes «handicapées» est la finalité de la politique À parts égales, levons les obstacles et de la Loi, alors que leur qualité de vie demeure un objectif 4. Par ailleurs, nous avons aussi pris connaissance du document portant sur les approches adaptatives et inclusives 5. Nous estimons que ce document contribue à clarifier adéquatement les concepts énoncés et qu il sera certainement utile dans la poursuite des réflexions, et ce, par-delà la démarche d actualisation de la politique d ensemble. 3 Lorsqu il est utilisé dans ce texte, nous nous permettons de placer le mot handicapé entre guillemets, pour bien souligner qu il nous semble inapproprié de l utiliser comme qualificatif des personnes vivant avec une déficience malgré le maintien de ce terme dans la législation québécoise. Nous croyons que ce terme devrait être remplacé par «personnes en situation de handicap» ou «personnes ayant des incapacités». 4 Adapté de : OPHQ, op. cit., p OPHQ, Les approches adaptatives et inclusives visant l intégration scolaire, professionnelle et sociale des personnes handicapées, mai 2006, document de travail. 4

7 2. PRINCIPAUX ENJEUX RELATIVEMENT À L ACTUALISATION DE LA POLITIQUE D ENSEMBLE Comme nous l indiquions précédemment, l AERDPQ souhaite identifier ce qu elle considère comme les principaux enjeux au nombre de six devant être pris en compte dans la révision de la politique d ensemble À part... égale. Il ne s agit pas de reprendre ici toutes les réflexions réalisées par les différentes instances impliquées dans la démarche, mais de mettre brièvement l emphase sur ce que nous considérons comme des éléments incontournables. Enjeu n o 1 : Redéfinir l approche d intervention auprès des personnes ayant des incapacités Durant les dernières décennies, la façon même de concevoir la personne ayant des incapacités a considérablement évolué grâce, notamment, à la diffusion du modèle conceptuel du Processus de production du handicap (PPH) et à l intégration d une vision systémique de l individu dans les approches d intervention. Aussi, les personnes «handicapées» sont apparues de moins en moins comme un groupe homogène ayant des caractéristiques et des besoins identiques, ce qui a eu pour conséquence de rendre impossible l identification de solutions toutes faites, applicables à toutes sans distinction. Enfin, il apparaît évident qu il n est pas possible d examiner la situation des personnes vivant avec des limitations et l état de leur participation sociale sans considérer la situation sociale dans son ensemble, notamment en ce qui concerne les politiques en vigueur et la situation économique qui prévaut. À ces quelques constats, il faut ajouter que, malgré l évidence d un progrès depuis 1984, dans les conditions de vie des personnes ayant des incapacités, plusieurs problématiques identifiées lors de la rédaction d À part égale sont toujours d actualité : accès au travail, au logement, etc. Force est aussi de 5

8 constater que dans une grande proportion, les personnes ayant des incapacités vivent des situations de pauvreté, d isolement et de discrimination. Les bilans effectués, de même que l identification des obstacles réalisés par les tables thématiques et les forums régionaux, témoignent une fois de plus de cette réalité. Ces travaux mettent aussi en évidence qu un des obstacles majeurs à un véritable progrès est le manque d actions cohérentes et concertées de tous les secteurs, l absence d une volonté coordonnée de réaliser «ensemble» un plan d action permettant de transformer la situation. Cela nous amène à penser que, par-delà l identification d actions spécifiques organisées autour de thèmes pris un à un, c est une vision fondamentalement révisée de l approche d intervention que la nouvelle politique d ensemble doit mettre de l avant. À notre avis, cette nouvelle approche devrait s éloigner d un modèle linéaire et segmenté par problématiques pour plutôt proposer une vision et des objectifs intégrateurs, ancrés dans une analyse de la situation sociopolitique et économique de la société québécoise, et débouchant sur des actions intersectorielles réalisées sur la base d une concertation entre tous les acteurs. Concrètement, cela pourrait se traduire par des objectifs communs aux différents acteurs, par une révision des mandats de chacun des partenaires, par une utilisation accrue du plan de services individualisés (PSI), par l identification de cibles prioritaires et des investissements en conséquence, par la promotion de façons de faire novatrices, etc. Bref, nous croyons que l actualisation d À part égale est l occasion de traduire dans une politique gouvernementale transversale une appropriation du modèle du PPH et de mettre en place des moyens 6

9 basés sur une approche systémique et mobilisatrice pour l ensemble des acteurs sociaux, afin d ainsi réduire efficacement les obstacles et favoriser la participation sociale des personnes en situation de handicap. Enjeu n o 2 : L adaptation et la réadaptation 6 L AERDPQ est concernée au premier chef par le sujet de l adaptation et de la réadaptation. Toutefois, celui-ci nous parait de nature fort différente des autres thèmes abordés par les tables thématiques. En effet, l adaptation et la réadaptation comme d ailleurs le diagnostic et le traitement ne sont pas liés aux habitudes de vie de la même façon que le travail, le transport, la communication, etc. Les mettre sur le même pied contribue, selon nous, à entretenir une certaine confusion quant au modèle conceptuel choisi pour aborder la révision de la politique d ensemble. Nous suggérons de traiter cette question autrement, à savoir comme étant de l ordre des moyens pour favoriser la participation sociale. Il en va de même pour les aides techniques, qui sont une modalité parmi d autres pour réduire ou compenser les incapacités. Par ailleurs, nous constatons que plusieurs éléments énoncés dans le document présentant l état de situation 7 sont issus d un bilan effectué en Or, la situation s est modifiée à certains égards depuis lors. Les constats, bien que généralement pertinents, pourraient être actualisés, notamment en lien avec le résultat du bilan mi-parcours du plan d action ministériel en déficience physique , actuellement en cours. De plus, nous croyons qu un état de situation complet de ce secteur exige une 6 Compte tenu de ce qui est énoncé à l enjeu n o 1, il peut paraître contradictoire d aborder les autres enjeux sous l angle de thèmes spécifiques. Nous sommes conscients de ce fait, mais nous procédons de cette façon afin de respecter la structure de la démarche de révision actuellement en cours. 7 OPHQ, Table de concertation nationale sur les thématiques diagnostic-traitement et adaptation-réadaptation en déficience physique État de situation dans le cadre de l actualisation de la politique d ensemble À part égale, janvier

10 analyse beaucoup plus approfondie, en examinant entre autres l offre de services, les modèles mis en place ainsi que l articulation entre les dispensateurs de services. Cela génèrerait, à notre avis, plusieurs autres constats ainsi que des pistes d action beaucoup plus substantielles. Cela étant dit, nous partageons globalement l identification des obstacles dégagés au sujet de l adaptation-réadaptation, particulièrement en ce qui concerne les problèmes d accès aux services spécialisés de réadaptation pour les personnes ayant une déficience physique. Rappelons que dans une récente publication portant sur les enjeux pour la clientèle des CRDP 8, l Association identifiait trois éléments majeurs : La nécessité de garantir l accès aux services spécialisés de réadaptation requis par les personnes «handicapées» physiques; L importance d offrir la gamme de services requise, en quantité suffisante, partout au Québec; La nécessité d offrir les services spécialisés de réadaptation en déficience physique en continuité et en complémentarité avec ceux qu offrent les partenaires des CRDP. L Association ajoutait que la réadaptation doit être considérée comme un investissement dans le potentiel humain car elle rend possible la contribution qu apportent à notre société les milliers de personnes vivant avec des limitations physiques. En conclusion sur ce point, il nous semble essentiel que la politique d ensemble tienne compte de l importance de rendre disponible, dans des délais acceptables, l ensemble des services requis pour favoriser la participation sociale optimale des personnes ayant des 8 AERDPQ, Enjeux pour la clientèle des CRDP , automne

11 incapacités, dont les services spécialisés et surspécialisés de réadaptation offerts par les CRDP, ceux-ci étant des acteurs incontournables dans le cadre de l approche systémique et intersectorielle dont nous avons parlé précédemment. Enjeu n o 3 : La participation à la vie économique Toutes les études et enquêtes sont unanimes sur ce point : les personnes ayant des incapacités en âge de travailler participent beaucoup moins au marché du travail que les personnes sans incapacités. Leur taux d inactivité est significativement plus élevé que le reste de la population. À la base, les personnes avec des incapacités sont moins scolarisées que le reste de la population 9. Ces constats expliquent le phénomène de pauvreté que vivent ces personnes, de même que l isolement qu entraîne l exclusion de la vie économique. Sans parler des conséquences démontrées de la pauvreté sur l état de santé et sur l espérance de vie 10. Nous ne reprendrons pas ici l énumération des éléments en faveur d une intervention plus vigoureuse au chapitre de l accès à l éducation et au marché du travail, ni des nombreux moyens susceptibles de contribuer à l atteinte de cet objectif. Nous voulons seulement réitérer notre conviction à l effet qu une plus grande participation des personnes ayant des incapacités à la vie économique nous paraît susceptible d entraîner des conséquences positives sur plusieurs autres aspects de leur participation sociale. En ce sens, nous privilégions que la nouvelle politique d ensemble accorde 9 OPHQ, La participation sociale des personnes handicapées au Québec : principaux constats, septembre 2006, p. 50, 64 et À cet effet, voir : MSSS, La santé, autrement dit., printemps Notons que dans cette publication le lien entre l état de santé et l accès à l éducation, au transport, au logement et à un environnement social favorisant l épanouissement personnel est aussi établi. 9

12 une place déterminante aux volets de l éducation, du travail, et des conditions entourant la réalisation de ces habitudes de vie, afin de briser le cercle vicieux de la pauvreté, de l exclusion et de la marginalisation qui sont le lot de trop de personnes vivant avec des limitations. De notre point de vue, il s agit probablement de l enjeu majeur des prochaines années au regard de l intégration sociale des personnes ayant des incapacités à la société québécoise. Par ailleurs, toujours en lien avec la situation économique des personnes «handicapées», il nous apparaît essentiel que la nouvelle politique d ensemble propose des solutions en en ce qui concerne la question depuis longtemps débattue sans grand résultat concret à ce jour de la compensation équitable des incapacités. La disparité des régimes publics et les effets pervers de certaines mesures de soutien économique ont, à notre avis, pour effet de contribuer à l appauvrissement et à l exclusion de la vie active des personnes ayant des limitations, ce qui devrait être corrigé tout en assurant le respect de l engagement social à l effet que les personnes ayant des incapacités n ont pas à assumer les coûts reliés à la compensation de leur handicap. Enjeu n o 4 : L accès au transport La réalisation des rôles sociaux des personnes vivant avec des limitations exige qu elles aient la possibilité de se déplacer en utilisant, soit un transport personnel, soit le transport collectif. À cet égard, malgré un progrès indéniable, certains obstacles majeurs subsistent. L AERDPQ souscrit entièrement aux constats et aux objectifs de réduction des obstacles identifiés par la table thématique en matière d accessibilité au 10

13 transport régulier, de transport adapté et spécialisé et de sécurité routière 11. Incidemment, le plan concernant le transport, récemment déposé par la Ville de Montréal, nous semble illustrer comment plusieurs mesures pourraient être mises en place pour éliminer les principaux obstacles sur le territoire de la métropole 12. Par ailleurs, l Association est préoccupée par la complexité des interactions entre les multiples acteurs concernés, notamment le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), le ministère des Transports du Québec (MTQ), la Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ), les municipalités et plusieurs organismes du secteur privé. En raison d une coordination insuffisante, nous estimons que les efforts consentis ne sont pas pleinement efficients et n engendrent pas des résultats optimaux. Une approche intersectorielle concertée est donc, ici encore, à favoriser grandement. En complément à la question du transport collectif et de la sécurité routière, l AERDPQ souhaite ajouter la préoccupation concernant la mise en place de mesures favorisant l utilisation de l automobile personnelle pour les déplacements. Pour de nombreuses personnes vivant avec des limitations, l usage de l automobile, à des fins récréatives ou professionnelles, passe par un processus d évaluation de leur capacité à conduire et par l adaptation technique de leur véhicule. Or, les ressources actuellement consenties dans ce secteur sont insuffisantes, comme en témoigne les délais importants d attente pour ces services spécialisés en CRDP 13. Nous suggérons donc que la réflexion sur ce thème prenne en compte cette dimension de l accès à un mode de transport individuel, celui-ci 11 OPHQ, Préparation à la troisième rencontre de la table thématique nationale sur le transport, Ville de Montréal, Réinventer Montréal Plan de transport 2007 (document de consultation), mai Selon un relevé effectué par l AERDPQ, au 3 février personnes attendaient depuis 4 mois en moyenne pour une évaluation de la conduite automobile, et 318 attendaient depuis 6 mois en moyenne pour une adaptation de leur véhicule. 11

14 étant encore largement dominant dans nos sociétés et ce, d autant plus que beaucoup de citoyens n ont pas le choix car le transport collectif est loin d être disponible sur tout le territoire québécois. Finalement, il nous semble que la question du transport, individuel ou collectif, est un enjeu qui doit être examiné en tenant en compte du phénomène du vieillissement de la population puisqu il est indéniable que l augmentation des limitations à la mobilité liées à l âge exerce un effet direct sur la consommation des services de transport, historiquement conçus pour répondre aux besoins des personnes ayant des incapacités. L augmentation du nombre de personnes à mobilité réduite, peu importe la cause de cette réduction, impose à la société québécoise de trouver des solutions intégrées pour répondre aux besoins de cette portion de plus en plus grande de sa population, sans que personne ne soit défavorisée indûment. Enjeu n o 5 : L accès au logement Une autre dimension majeure de l intégration des personnes ayant des incapacités est l accès à un logement respectant leur choix, répondant à leurs besoins et correspondant à leur situation, tant au plan financier qu au regard de l accessibilité et de l adaptation des lieux physiques. En fait, l accès à un milieu résidentiel adéquatement adapté est une condition incontournable au maintien dans le milieu de vie, faute de quoi, trop de personnes ayant des limitations se retrouvent en milieu institutionnel ou dans un environnement qui ne leur permet pas une qualité de vie optimale. 12

15 Malheureusement, comme le souligne avec justesse les travaux de la table thématique à ce propos 14, les obstacles demeurent nombreux. Pour notre part, nous souhaitons insister sur cinq éléments particuliers. Tout d abord, il est primordial de favoriser autant que faire se peut l accès au logement régulier. Cela n est cependant possible que si les services à domicile requis, les programmes de soutien financier (exemple : supplément au loyer) et de subvention pour l adaptation des lieux (comme le Programme d adaptation des domiciles, (PAD)) sont disponibles rapidement et en quantité suffisante, ce qui est loin d être la situation actuellement. Des actions énergiques sont, à notre avis, requises sur ce plan. Deuxièmement, pour les personnes qui requièrent un milieu davantage adapté, il est essentiel de favoriser le développement d alternatives résidentielles avec, au besoin, des services intégrés et du personnel qualifié. Malgré des affirmations répétées quant à l importance de créer de tels milieux, il en existe bien peu actuellement. Or, avec le vieillissement de la population, le défi du maintien à domicile devient de plus en plus grand, et il nous semble impératif de passer rapidement à l action dans ce domaine. Troisièmement, la question de la sécurité en milieu résidentiel a été soulevée à plusieurs reprises ces dernières années 15. Or, non seulement aucune solution n a été trouvée, mais le problème s accentue et on a assisté récemment à des fermetures de milieux de vie, impliquant la réinstitutionnalisation de personnes ayant des limitations physiques. Il y a donc lieu de s y attaquer avec énergie à court terme. 14 OPHQ, Table de concertation nationale sur la thématique des ressources résidentielles Constats, obstacles à la participation des personnes handicapées et objectifs de réduction des obstacles présentés dans le cadre des travaux d actualisation de la politique d ensemble À part égale, Avril Pour un état de situation approfondie sur cette question, voir : Lanctôt, Sophie, La sécurité résidentielle en cas d incendie pour les personnes à mobilité réduite vivant en milieu résidentiel, Société Logique SHQ SCHL, octobre

16 Quatrièmement, il importe de s assurer que les personnes bénéficient d une réelle qualité de vie et ce, quelque soit leur milieu de vie. Pour nous, cela signifie, par exemple, d envisager des aménagements particuliers pour les jeunes adultes vivant en milieu institutionnel, de revoir les modalités de la contribution financière pour les adultes en milieu familial, de favoriser l accès à la propriété, etc. Enfin, cinquième point mais non le moindre, la politique d ensemble doit à nouveau mettre de l avant des pratiques d accessibilité universelle et ce, tant en ce qui concerne les lieux résidentiels que les édifices publics. Cela doit toutefois dépasser les seuls énoncés de principe pour se concrétiser dans les dispositions légales et réglementaires régissant ce domaine d activités, le Code de la Construction du Québec, par exemple. Ce dernier point met en évidence que l accès au logement implique, encore une fois, la concertation de plusieurs acteurs : MSSS, ministère des Affaires municipales et de Régions, ministère de la Sécurité publique, Société d habitation du Québec, Régie du bâtiment, etc. Il nous semble donc que la nouvelle politique d ensemble doit, d abord et avant tout, énoncer des objectifs clairs favorisant un véritable accès à un milieu résidentiel approprié en prenant en compte le projet de vie de la personnes ayant des incapacités, et identifier des moyens qui mettent à contribution tous les acteurs concernés afin d atteindre ces objectifs. Enjeu n o 6 : La communication La question de la communication est au cœur de toutes les interactions interpersonnelles et sociales. Les obstacles, en ce domaine, sont donc synonymes d isolement, d exclusion, de marginalisation. Il importe 14

17 d analyser en profondeur toutes les dimensions de ce thème. À cet effet, la table thématique a soulevé plusieurs obstacles et identifiés plusieurs moyens, souvent très opérationnels, afin de les contrer 16. À notre avis, au-delà du travail accompli à ce niveau, la réflexion doit se poursuivre afin de positionner davantage l enjeu de la communication de manière globale et systémique, c est-à-dire, en lien non pas seulement avec les aspects techniques de la communication, mais avec les finalités formulées en termes de réseaux de relations interpersonnelles et d interactions sociales qu est-ce qui est communiqué? avec qui? à quelles fins? etc. En définitive, au-delà d une liste de moyens, nous estimons qu une politique d ensemble révisée doit poser clairement l importance d une communication sans obstacles en lien avec une participation sociale optimale, et formuler des objectifs à cet égard afin de déterminer, par la suite, des actions concrètes impliquant l ensemble des acteurs concernés. Ces actions devraient répondre notamment aux préoccupations suivantes : Difficulté d accès aux mesures d adaptation; Accès insuffisant aux appareils spécialisés entre 5 et 20 ans; Difficulté d accès à l ensemble des documents : forts délais, absence de normes, information non centralisée, complexité des documents car langage pas simplifié, peu ou pas de pictogrammes; Accessoires ne respectent pas toujours les standards d accessibilité; 16 OPHQ, Déterminer les constats identifier les obstacles, et les pistes de solution en lien avec les obstacles de la table thématique communication,

18 Peu de financement pour développer de l équipement adapté, de manière générale. 16

19 CONCLUSION L Association des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec réitère, en conclusion, l importance que revêt à ses yeux l actuelle démarche d actualisation de la politique d ensemble À part égale. L adoption par le Gouvernement du Québec, en 1984, d une telle politique constituait, à coup sûr, la démonstration d un avant-gardisme : la société québécoise se dotait alors d une vision globale en vue d offrir à ses citoyens ayant des limitations fonctionnelles la perspective d une véritable intégration et s engageait à favoriser leur pleine participation sociale. Depuis lors, de nombreux progrès ont été accomplis mais force est de constater que beaucoup reste à faire, notamment aux chapitres de l éducation et du travail, afin que les personnes vivant avec une déficience deviennent de véritables acteurs économiques. Sous l impulsion de l adoption de la nouvelle Loi assurant l exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale, le chantier de mise à jour de la politique d ensemble doit donc, à notre avis, être le moment de réitérer cet engagement social et de formuler des orientations claires afin de guider l action des prochaines années. La société québécoise doit demeurer exemplaire dans ce domaine. Ainsi, nous croyons que la nouvelle politique d ensemble doit refléter les préoccupations de tous les acteurs et, au premier chef, prendre en compte les aspirations des personnes ayant des incapacités elles-mêmes. En ce qui concerne le domaine de la réadaptation des personnes présentant une déficience physique, l AERDPQ considère que si la réflexion est bien amorcée, elle doit se poursuivre dans la perspective d une révision 17

20 en profondeur des modèles et dans le cadre d une vision systémique des actions à poser. L Association est tout à fait disponible et intéressée à s associer à cette réflexion, en collaboration avec les autres acteurs concernés. En terminant, l Association tient à remercier les intervenants de l OPHQ pour l attention accordée à cet avis. Nous espérons qu il sera utile pour la continuité du processus. Nous attendons avec intérêt la prochaine étape afin de poursuivre notre collaboration à la formulation d une nouvelle politique gouvernementale visant à rendre possible la pleine participation sociale des personnes ayant une déficience physique. Nous croyons fermement que cette politique doit reposer sur une véritable synergie entre tous les acteurs et nous réitérons notre conviction qu au-delà de l énoncé d un plan d action, c est une véritable politique d ensemble qui doit être mise en place afin de guider la société québécoise pour les prochaines décennies. 18

Plan d action de la COPHAN. Adopté par l'assemblée générale annuelle le 8 juin 2015

Plan d action de la COPHAN. Adopté par l'assemblée générale annuelle le 8 juin 2015 Plan d action de la COPHAN Adopté par l'assemblée générale annuelle le 8 juin 2015 2015-2016 Table des matières Introduction... 3 Les valeurs de la COPHAN... 4 Les actions de la COPHAN en 2015-2016...

Plus en détail

Modernisation des programmes d aides techniques du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS)

Modernisation des programmes d aides techniques du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des services sociaux Modernisation des programmes d aides techniques du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) Convergez vers

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec CONDENSÉ DÉCISIONNEL Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec Le 11 avril 2014 d habitation de moins de 100 logements Condensé

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Politique et procédures en matière de ressources humaines

Politique et procédures en matière de ressources humaines Numéro : 1.0 Origine : Ressources humaines Politique et procédures en matière de ressources humaines Approuvé par : Président directeur général Entrée en vigueur : 1 er janvier 2012 Remplace : Nouveau

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

jeunesse cœur du Québec

jeunesse cœur du Québec P O L I T I Q U E Q U É B É C O I S E D E L A J E U N E S S E La jeunesse au cœur du Québec S O M M A I R E Le présent document a été réalisé par le Secrétariat à la jeunesse. 875, Grande Allée Est, bureau

Plus en détail

CONFERENCE SOUS LE THEME

CONFERENCE SOUS LE THEME CONFERENCE SOUS LE THEME «Enjeux et modes opératoires de la délégation de la Centrale des Risques de Bank AL-Maghrib» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR LE GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB Rabat lundi 26 Novembre

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Offrir des services de surveillance pour les jeunes handicapés de 12-21 ans au Québec : un défi à relever

Offrir des services de surveillance pour les jeunes handicapés de 12-21 ans au Québec : un défi à relever Offrir des services de surveillance pour les jeunes handicapés de 12-21 ans au Québec : un défi à relever Conférence dans le cadre du Symposium Le bien-être des familles vivant avec leur enfant handicapé

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

Les centres de réadaptation

Les centres de réadaptation Les centres en déficience physique et en déficience intellectuelle ont pour mission d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui ont des besoins particuliers

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2013-2015

Plan d action de développement durable 2013-2015 Plan d action de développement durable 2013-2015 Une production de l Institut national d excellence en santé et en services sociaux Le contenu de cette publication a été rédigé et édité par l INESSS. Ce

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Plan d action DE développement durable 2014-2015. de l Administration portuaire de Québec

Plan d action DE développement durable 2014-2015. de l Administration portuaire de Québec Plan d action DE développement durable 2014-2015 de l Administration portuaire de Québec 1 Plan d action DE développement durable 2014-2015 L Administration portuaire de Québec (APQ) publie son premier

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique.

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Mandats Conseiller l Agence sur les orientations et les actions à privilégier en sécurité alimentaire; Planifier,

Plus en détail

PLAN D'ACTION À L'ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES DE L INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC

PLAN D'ACTION À L'ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES DE L INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC PLAN D'ACTION À L'ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES DE L INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Année 2011-2012 Année 2012-2013 Direction adjointe aux ressources humaines Avril 2012 INTRODUCTION Le

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

POUR UNE CHANCE ÉGALE EN EMPLOI

POUR UNE CHANCE ÉGALE EN EMPLOI AVIS DE L AERDPQ PORTANT SUR CONSULTATION SUR LA STRATÉGIE NATIONALE POUR L INTÉGRATION ET LE MAINTIEN EN EMPLOI DES PERSONNES HANDICAPÉES Février 2007 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 Thème 1... 3

Plus en détail

Le ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs

Le ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Le ministère du Développement durable, a pour mission d assurer la protection de l environnement, des écosystèmes naturels et de la biodiversité. Le Ministère doit contribuer au bien-être des générations

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE Complément 2013 2015 du Centre jeunesse de Laval et

Plus en détail

Politique d accessibilité du RREO

Politique d accessibilité du RREO Politique d accessibilité du RREO Date d entrée en vigueur : Le 1 er janvier 2014 Révision : 16 décembre 2014 Date de la prochaine révision : Le 1 er janvier 2017 Responsables : Vice-présidente principale,

Plus en détail

Offre active et prestation des services en français

Offre active et prestation des services en français Offre active et prestation des services en français 1 Ce projet a été financé par le gouvernement de l'ontario. Les opinions exprimées dans ce document représentent celles des auteures et ne représentent

Plus en détail

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Adoptée au comité de Régie interne du 1er mars 2016 1. Introduction Notre système d assurance qualité comprend déjà toutes les composantes

Plus en détail

GUIDE DE PRATIQUE. «L intervention précoce. auprès des enfants de 2. à 5 ans présentant un. retard global de. développement»

GUIDE DE PRATIQUE. «L intervention précoce. auprès des enfants de 2. à 5 ans présentant un. retard global de. développement» GUIDE DE PRATIQUE «L intervention précoce auprès des enfants de 2 à 5 ans présentant un retard global de développement» Ce GUIDE DE PRATIQUE (GP) «L intervention précoce auprès des enfants de 2 à 5 ans

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS

LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS ET LE PLAN DE RÉUSSITE DU CENTRE 2013-2018 Adoptés par les membres du conseil d établissement à leur réunion du 3 avril 2013 Table des matières Contexte et enjeux... 3 Des

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES DANS UNE PERSPECTIVE D AUTONOMIE RÉGIONALE JANVIER 2008

Plus en détail

Le projet «Lutter contre l abandon scolaire des jeunes filles à Kédougou»

Le projet «Lutter contre l abandon scolaire des jeunes filles à Kédougou» Le projet «Lutter contre l abandon scolaire des jeunes filles à Kédougou» Résumé du projet L action vise principalement à lutter contre l abandon scolaire et renforcer l accès à l éducation des jeunes

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016. Plan d action à l égard des personnes handicapées 2009-2012

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016. Plan d action à l égard des personnes handicapées 2009-2012 1 PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 Plan d action à l égard des personnes handicapées 2009-2012 Mise à jour le 10 juillet 2015 M:\07 RESSOURCES IMMOBILIERES\07-4000 Administration\07-4050

Plus en détail

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DEAQ-04 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance qualité Conseil d administration DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 6 octobre 2011

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS

Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS Le 2 mai 2013 Aux professionnels du SAD membres de l APTS, Objet : Réponse à la lettre et pétition reçues le 5 avril 2013 des professionnels du SAD membres de l APTS Madame, Monsieur, Nous accusons réception

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ANNEXE 6 Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ÉQUIPE DE PRODUCTION Responsabilité et coordination Nom Titre Organisation

Plus en détail

L autonomie pour tous : Livre blanc sur la création d une assurance autonomie

L autonomie pour tous : Livre blanc sur la création d une assurance autonomie L autonomie pour tous : Livre blanc sur la création d une assurance autonomie Commentaires à l intention de la Commission de la santé et des services sociaux Novembre 2013 Livre blanc Assurance autonomie

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES INSTITUT NATIONAL D EXCELLENCE EN SANTÉ ET EN SERVICES SOCIAUX (INESSS)

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES INSTITUT NATIONAL D EXCELLENCE EN SANTÉ ET EN SERVICES SOCIAUX (INESSS) PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES INSTITUT NATIONAL D EXCELLENCE EN SANTÉ ET EN SERVICES SOCIAUX (INESSS) 2014-2015 Table des matières 1 INTRODUCTION... 3 2 PRÉSENTATION DE L ORGANISME...

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

Inclusion sociale et services à domicile. Synthèse du mémoire d Ex aequo sur l assurance autonomie

Inclusion sociale et services à domicile. Synthèse du mémoire d Ex aequo sur l assurance autonomie Inclusion sociale et services à domicile Synthèse du mémoire d Ex aequo sur l assurance autonomie Présentation d Ex aequo Ex aequo est un organisme montréalais se consacrant à la promotion et à la défense

Plus en détail

Directive d orientation sur les normes d accessibilité : Services à la clientèle

Directive d orientation sur les normes d accessibilité : Services à la clientèle Directive d orientation sur les normes d accessibilité : Services à la clientèle Date d effet : 1 er janvier 2012 Dernière révision : 1 er janvier 2012 1. CONTEXTE La Loi de 2005 sur l accessibilité pour

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE 2013 D'APPROBATION : 22/02/2011 Il est recommandé que, en collaboration

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Diffusion : Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE Résumé des constats et des défis identifiés lors de la journée thématique Présentation

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL En vigueur à partir du 12 juin 2014 * * * Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches 6, rue Saint-Jean-Baptiste Est, bureau

Plus en détail

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG : Synergie Qualité Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :. L éthique humanitaire. La gouvernance associative. La gestion des ressources humaines. Le cycle de

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011,

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011, ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Forum de dialogue mondial sur la sécurité dans la chaîne d approvisionnement concernant le remplissage des conteneurs GDFPC/2011/10 Genève 21-22 février 2011 et conclusions

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

Philosophie de gestion des ressources humaines

Philosophie de gestion des ressources humaines Philosophie de gestion des ressources humaines En collaboration avec la Direction des services à la clientèle et la Direction des ressources humaines Consultation faite auprès du Comité PDRH et du Comité

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES PRÉAMBULE La politique de gestion des programmes d études propose une démarche intégrée des différentes actions du Collège

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES Avis Présenté au ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs du Québec

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail