Compagnie minière IOC Santé, sécurité et environnement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compagnie minière IOC Santé, sécurité et environnement"

Transcription

1 Santé, sécurité et environnement Travail à chaud 1 BUT La pratique sur le travail à chaud a pour but : d établir un système efficace de gestion du travail à chaud pouvant contribuer à prévenir un incendie, une explosion ou la présence de fumée ou de vapeur lors du travail à chaud; de décrire les mesures à prendre avant, durant et après le travail à chaud; d accroître la sensibilisation à la sécurité-incendie et l état de préparation en cas d incendie; d assurer la sécurité du personnel et la protection des actifs de la société. 2 PORTÉE Les dispositions de la présente pratique de travail s appliquent à tout processus comportant du travail à chaud sur les propriétés de la Compagnie minière IOC, et toutes les parties sont tenues de s y conformer scrupuleusement. Page 1 de 10

2 3 DÉFINITIONS Par «travail à chaud», on entend toute activité temporaire qui exige l emploi d une flamme nue ou qui produit de la chaleur ou des étincelles; en voici quelques exemples : soudure; coupage; brûlage; meulage; brasage; jointage ou dégel de canalisations à l aide d une flamme nue; utilisation de goudron chaud. Un permis de travail à chaud est un permis autorisant l exécution d un travail à chaud et garantissant que toutes les communications connexes ont été effectuées et que les mesures de précaution nécessaires ont été prises. La personne effectuant le travail à chaud est une personne formée et compétente qui est autorisée par le délivreur de permis à effectuer du travail à chaud. Le délivreur de permis est un chef de secteur d IOC formé et compétent qui, selon le secteur, connaît les dangers inhérents à la zone où le travail à chaud est effectué. Une surveillance incendie est une mesure temporaire visant à assurer une surveillance continue et systématique d un bâtiment ou d une partie de celui-ci par une ou plusieurs personnes formées et compétentes, chargées de repérer et de maîtriser les risques d incendie, de détecter les premiers signes d incendie indésirable, de donner l alerte en cas d incendie et d aviser les services d urgence. Cette surveillance doit être maintenue durant les pauses et la première heure suivant la fin du travail à chaud. Une zone désignée est un secteur jugé convenable et approuvé selon le processus d évaluation des risques, où il est possible d effectuer du travail à chaud sans permis de travail à chaud. Une zone interdite est un secteur où le travail à chaud ne peut être effectué qu avec l autorisation de la direction, car le risque d incendie ou d explosion y est élevé ou les risques de combustion ne sont pas adéquatement maîtrisés. Une zone de permis de travail à chaud, ou zone autorisée est un secteur où l on effectue du travail à chaud de façon ponctuelle; des mesures contre le feu ont été prises, un permis de travail à chaud a été délivré, et une analyse des dangers reliés à une tâche a été effectuée. Les zones de permis de travail à chaud ne sont ni des zones désignées ni des zones interdites. Page 2 de 10

3 4 PROCESSUS 4.1 Exigences relatives au permis de travail à chaud Tout travail à chaud effectué dans un secteur autre qu une zone désignée nécessite un permis de travail à chaud. Un permis de travail à chaud est censé porter sur une tâche précise, exécutée à un seul endroit. Tout employé peut annuler ou suspendre un permis et interrompre le travail à chaud s il y a lieu de croire que la situation présente un danger. Une fois que le danger est maîtrisé, le délivreur du permis peut, à sa discrétion, autoriser de nouveau le permis ou en délivre un nouveau. Le permis de travail à chaud doit être affiché dans le secteur où le travail est effectué. Avant la délivrance du permis, les personnes effectuant le travail à chaud et la surveillance incendie doivent faire le point sur les mesures de précaution requises. Toutes les conditions et les mesures de précaution figurant sur le permis doivent être mises en œuvre et respectées. 4.2 Zones de travail Il existe trois (3) types de zone de travail à chaud Zones désignées Les zones désignées doivent être : conçues et approuvées de façon à ce que le travail à chaud puisse y être effectué sur une base permanente, p. ex. les baies de soudage; faites de matériaux non combustibles ou résistants au feu; isolées des zones adjacentes; munies d extincteurs; conformes à tous les critères propres aux zones désignées, à défaut de quoi elles redeviendront des zones interdites. Remarque : Si le travail à chaud est effectué dans une zone désignée, un permis de travail à chaud n est pas requis Zones de permis de travail à chaud (zones autorisées) Le travail à chaud n est autorisé que dans ces zones, dans la mesure où : elles ont été protégées contre le feu en vue de travaux à chaud ponctuels; un permis de travail à chaud a été délivré; une analyse des dangers reliés à une tâche a été effectuée Zones interdites Les zones interdites sont celles où : le risque d incendie ou d explosion est élevé ou les risques de combustion ne sont pas adéquatement maîtrisés; il y a un risque d atmosphère explosive; Page 3 de 10

4 une accumulation de poussières combustibles pourrait donner lieu à une atmosphère explosive; de la tuyauterie ou autres métaux pourraient, par conduction, embraser des murs, partitions, plafonds ou toits combustibles avec lesquels ils sont en contact; il y a actuellement ou il y a déjà eu présence de matières combustibles dans l espace clos dans lequel le travail à chaud est effectué; la présence de fûts ou de réservoirs mal préparés ou d autres contenants et équipements renfermant des matières peuvent donner lieu à une atmosphère explosive; les partitions, murs, plafonds ou toits de métal sont composés de matériaux combustibles ou en sont recouverts; il y a présence de gicleurs ou de bornes d incendie, mais ceux-ci pourraient être endommagés ou désactivés (les exigences de la norme en matière d entretien, d inspection et de mise à l essai doivent être respectées); le travail à chaud est interdit tant que les dangers ne sont pas tous cernés et maîtrisés; l approbation d un chef de secteur d IOC est requise. 4.3 Approbations de permis de travail à chaud Approbation de permis de travail à chaud pour les zones autorisées Le permis pour le travail à chaud effectué dans une zone autorisée est délivré par le superviseur responsable de la zone de travail visée. Le permis de travail à chaud doit être accompagné d une analyse des dangers reliés à une tâche, à moins qu il y ait en place une procédure qui permet de prévenir adéquatement les dangers. Les permis de travail à chaud sont délivrés pour un seul endroit et ne sont valides que pour la durée de la tâche Approbation de permis de travail à chaud pour les zones interdites Le permis pour le travail à chaud effectué dans une zone interdite est délivré par le chef de secteur. En raison du fort potentiel de perte, la demande d approbation et l énoncé des travaux doivent être accompagnés d une évaluation des risques de niveau 2 ou d une procédure qui permet de prévenir adéquatement les dangers. Une fois que le permis de travail à chaud est approuvé, il faut effectuer une analyse des dangers reliés à une tâche. Lorsque du travail à chaud est effectué dans une zone interdite, il faut aviser les Services d urgence et de sécurité avant le début des travaux et une fois les travaux terminés. Page 4 de 10

5 4.4 Directives concernant le travail à chaud Dans la mesure du possible, utiliser d autres méthodes que le travail à chaud pour effectuer la tâche. Procéder à une évaluation des risques avant l exécution d une tâche. Un permis de travail à chaud doit être délivré pour le travail à chaud effectué dans une zone autorisée ou dans une zone interdite. Le permis de travail à chaud doit être accompagné d une analyse des dangers reliés à une tâche, à moins qu il y ait en place une procédure qui permet de prévenir adéquatement les dangers. L analyse des dangers reliés à une tâche et le permis de travail à chaud ne sont valides que pour la durée de la tâche. Dans la mesure du possible, effectuer le travail à chaud dans une zone désignée. Les personnes effectuant la tâche doivent préparer et mettre en place un plan d intervention en cas d urgence. Lorsque du travail à chaud est effectué dans une zone interdite, en aviser les Services d urgence et de sécurité. S abstenir d effectuer du brûlage, de la soudure et du coupage si la chaleur extrême risque d entrer en contact avec les surfaces en béton, à moins que celles-ci ne soient protégées de la source de chaleur. Mettre en place des écrans non combustibles ou résistants au feu afin de protéger le personnel des zones de travail adjacentes de la chaleur, des flammes, de l énergie rayonnante et des éclaboussures de soudure. Pour prévenir les contacts accidentels, mettre les machines à soudure qui ne sont pas cours d utilisation en position arrêt («off») et retirer les électrodes. Tout le matériel utilisé dans le cadre du travail à chaud doit être en bon état. S assurer que le matériel d incendie approprié et opérationnel est facilement accessible dans la zone de travail immédiate (p. ex. extincteurs et boyau d incendie). Exiger le port de l équipement de protection individuelle requis. Durant le travail à chaud, des précautions spéciales doivent être prises pour éviter l activation accidentelle des systèmes d extinction d incendie. Pour pouvoir désactiver les systèmes d extinction d incendie, il faut obtenir une permission spéciale de la direction du secteur. Voir IOC-HSE-E-PRO Procédure en cas de mise hors service du système de protection incendie. 4.5 Règle du 15 mètres/50 pieds Retirer toutes les matières inflammables ou combustibles situées dans un rayon de 15 mètres (50 pieds) du travail à chaud. Lorsque des matières inflammables ou combustibles situées dans un rayon de 15 mètres (50 pieds) du travail à chaud ne peuvent être retirées, les couvrir de bâches ignifuges et assurer une surveillance incendie. Éliminer les atmosphères explosives dans la zone. Couvrir toutes les ouvertures ou tous les interstices des murs, planchers ou conduits par lesquels peuvent voyager les étincelles, la chaleur et les flammes. Dans toutes les zones opérationnelles, inspecter également les étages inférieurs pour établir la présence de matières inflammables, délimiter et marquer la zone et en restreindre l accès durant l exécution du travail à chaud. Page 5 de 10

6 4.6 Exigences relatives à la surveillance incendie Il faut exercer une surveillance incendie si les matières combustibles situées dans un rayon de 15 mètres (50 pieds) du travail à chaud ne peuvent être retirées et qu elles doivent être protégées. Il faut exercer une surveillance incendie lorsqu il y a des matières combustibles de l autre côté de cloisons, murs, plafonds ou toits. Il faut exercer une surveillance incendie lorsque des ouvertures dans les murs ou planchers, y compris des vides de construction, situées dans un rayon de 15 mètres (50 pieds) du travail à chaud exposent des matières combustibles qui se trouvent dans une zone adjacente. La surveillance incendie consiste en au moins deux inspections à 30 minutes d intervalle, et elle doit être assurée durant les 60 premières minutes suivant la fin du travail à chaud. Les inspections doivent porter sur la zone de travail et tous les secteurs adjacents. Si les matières combustibles ne peuvent être toutes surveillées par une seule personne, par exemple si elles se trouvent dans des locaux adjacents, d autres surveillants seront désignés. Si le système d extinction d incendie est désactivé, il faut exercer une surveillance incendie étendue afin de s assurer que les incendies qui pourraient survenir sont maîtrisés. Il faudra peut-être communiquer avec le responsable du contrôle du système pour l établissement Responsabilités du surveillant incendie Les responsabilités du surveillant incendie sont les suivantes : Exercer une surveillance visuelle de toute l installation afin de détecter les conditions dangereuses qui pourraient causer un incendie, favoriser la propagation du feu ou nuire à l évacuation des occupants en cas d urgence. S assurer que le personnel ne s expose à aucun danger caché. Veiller à ce que seulement les personnes autorisées dont le nom figure au permis exécutent la tâche. Bien connaître les lieux et utiliser l équipement de protection contre les incendies, notamment les extincteurs, s il est possible de le faire sans danger. Les extincteurs doivent demeurer accessibles dans la zone. Établir au moins un moyen de communication directe avec les Services d urgence et de sécurité. Avoir accès à un appareil radio émetteur-récepteur et savoir où est situé le téléphone le plus près, en cas de besoin. Aviser les occupants de l installation qu ils doivent évacuer IMMÉDIATEMENT, s il y a lieu. Aviser les Services d urgence et de sécurité en cas d incendie. Exercer une surveillance pour tous les travaux de soudage, car la personne effectuant le travail à chaud porte un écran protecteur qui l empêchera de voir tout début d incendie. S assurer que la formation appropriée liée à la tâche à faire a été suivie. Mettre en œuvre le plan d intervention d urgence, s il y a lieu. Ne jamais quitter son poste à moins qu un autre surveillant vienne prendre la relève. Ne pas avoir d autres responsabilités que celles qui sont liées au rôle de surveillant incendie. Page 6 de 10

7 4.7 Travail à chaud dans des espaces clos Si un permis de travail à chaud est délivré pour un endroit où un permis d entrée en espace clos est en vigueur, l atmosphère de l espace clos doit faire l objet d une surveillance continue. Un détecteur doit être utilisé en continu par les travailleurs qui se trouvent à l intérieur de l espace clos. Le surveillant à l entrée doit également disposer d un équipement de détection qui analyse l air à l intérieur (à l aide de sondes à distance au besoin). Tous les espaces clos dans lesquels se trouvent ou se trouvaient des matières inflammables ou combustibles et où du travail à chaud est effectué sont classés comme des zones interdites. L espace clos doit être nettoyé, purgé et analysé selon une méthode approuvée avant que le travail à chaud puisse être approuvé et exécuté. Une ventilation adéquate doit être utilisée pour éliminer les vapeurs, émanations et fumées nocives. Des cordes d assurance et des harnais de sécurité sont utilisés, s il y a lieu. Lorsque de la soudure ou du coupage a lieu dans un espace clos, les bouteilles à gaz et la machine à souder doivent demeurer à l extérieur de l espace clos. Le surveillant d un espace clos ne peut pas se voir confier plus d une tâche à la fois. Par conséquent, il ne peut pas s occuper également de la surveillance incendie. 4.8 Dossiers Le permis de travail à chaud doit être affiché dans la zone où le travail à chaud est effectué. Il doit être disponible aux fins d inspection. Une fois la tâche terminée, il faut remettre le permis de travail à chaud au superviseur ou au chef de secteur. Des copies du permis de travail à chaud doivent être archivées conformément au document IOC-HSE-F-REG Registre des données et enregistrements. 5 PROCESSUS 5.1 Responsabilités générales Le vice-président, Exploitation, doit veiller à la mise en œuvre et au respect des pratiques liées au travail à chaud. 5.2 Responsables Rôle Chef de secteur d IOC Responsabilités Vérifier la conformité aux exigences de cette pratique de travail. S assurer que tous les membres du personnel effectuant du travail à chaud ont reçu la formation nécessaire et qu ils ont les compétences requises. Déterminer les zones interdites pour lesquelles une approbation de la direction est requise. Revoir et approuver les évaluations des risques pour les Page 7 de 10

8 Rôle Délivreur de permis Personne effectuant le travail à chaud Surveillant incendie Compagnie minière IOC Responsabilités zones désignées. Effectuer une évaluation du site avant de délivrer un permis de travail à chaud. Effectuer une évaluation des risques au besoin. Déterminer la catégorie de la zone où le travail à chaud est effectué et le niveau d approbation requis. Fournir à la personne effectuant le travail à chaud un permis de travail à chaud. Désigner la personne responsable de la surveillance incendie. Assurer la sécurité générale du travail à chaud. Informer le surveillant incendie et la personne effectuant le travail à chaud de leurs responsabilités durant la période où le permis de travail est en vigueur et de la marche à suivre en cas d urgence. Une fois le travail à chaud terminé, s assurer que la surveillance est maintenue pour la durée minimale définie ou plus longtemps s il y a lieu. Ranger et conserver les permis de travail à chaud dûment remplis. Avant d obtenir un permis de travail à chaud, étudier la possibilité d utiliser d autres méthodes. Avant de commencer le travail à chaud, obtenir au préalable un permis. Participer à l analyse des dangers reliés à une tâche. Se conformer aux lois, règlements et exigences du permis. Si des changements se produisent et que le permis devient invalide, interrompre immédiatement le travail à chaud. S assurer que tout l équipement de travail à chaud et de protection contre les incendies est en bon état. Respecter la pratique sur le travail à chaud et les mesures de contrôle définies dans l analyse des dangers reliés à une tâche ou dans la procédure. Examiner le rayon de 15 mètres (50 pieds) afin de repérer tout risque d incendie. S assurer qu une surveillance incendie est exercée. Aider la personne effectuant le travail à chaud à préparer et à nettoyer la zone de travail. Participer à l analyse des dangers reliés à une tâche. Respecter la pratique sur le travail à chaud et les mesures de contrôle définies dans l analyse des dangers reliés à une tâche ou dans la procédure. Exercer une surveillance afin de repérer les incendies, les feux couvants ou autres signes de combustion. Examiner le rayon de 15 mètres (50 pieds) afin de repérer tout risque d incendie. Être à l affût de tout changement et, le cas échéant, en aviser la personne effectuant le travail à chaud. S assurer que tout le matériel d extinction d incendie est en bon état et prêt à être utilisé. Être en mesure de signaler un incendie et à mettre en œuvre Page 8 de 10

9 Rôle Responsabilités les premières mesures d intervention. Ne procéder à l extinction des flammes que s il est possible de le faire à l aide de l équipement disponible. S il y a lieu, communiquer immédiatement avec les services d urgence. Effectuer une inspection finale et remettre le permis dûment signé au délivreur de permis. Demeurer au poste pendant la période prescrite, y compris durant les pauses, le cas échéant. Ne pas effectuer d autres tâches en parallèle. Page 9 de 10

10 6 RÉFÉRENCES Définitions SSE RT Norme C5 sur l entrée dans les espaces clos de Rio Tinto 7 DOCUMENTATION DE SOUTIEN Permis de travail à chaud d IOC IOC-HSE-F-PRO Procédure en cas de mise hors service du système de protection incendie IOC-HSE-F-REG Registre des données et enregistrements IOC-HSE-F-PRO Analyse des dangers reliés à une tâche IOC-HSE-F-PRO Évaluation qualitative des risques SSE de niveau 2 IOC-HSE-F-PRO Espaces clos Page 10 de 10

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 28 aout 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 6 1.0 OBJET Cette procédure a comme objectif d

Plus en détail

Procédure de travail à chaud

Procédure de travail à chaud Procédure de travail à chaud Par le Service des terrains et bâtiments Mise à jour le 21 janvier 2010 1 Table des matières 1 Table des matières... 2 2 Liste de distribution... 3 3 Généralité... 4 4 Travail

Plus en détail

TRAVAUX PAR POINTS CHAUDS

TRAVAUX PAR POINTS CHAUDS PROCÉDURE SERVICE DE LA SÉCURITÉ TRAVAUX PAR POINTS CHAUDS 1 INTRODUCTION 1.1 Cette procédure s applique à tous les travaux utilisant une flamme nue ou produisant de la chaleur ou des étincelles, notamment

Plus en détail

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice D - De la signature du contrat à l intervention Extrait n 3 Référence Internet ST.82.D Saisissez la «Référence Internet» ST.82.D dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder

Plus en détail

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos Colloque, CSST Sherbrooke, 22 mai 2013 ASFETM Travail sécuritaire en espace clos par Charbel Mouawad, M.Sc. Hygiéniste industriel/ergonome, ASFETM 1 Objectifs À la fin de la session, les participants seront

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT NUMÉRO 697 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT NUMÉRO 697 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE 1 CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT NUMÉRO 697 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE La codification administrative comprend le texte du règlement d origine,

Plus en détail

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle 1 Conformément à l article 3a en association avec l article 6 de la loi sur le travail et à l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail, l employeur (canton) est tenu d adopter des mesures appropriées

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

ADOPTION : Comité de direction. Le cégep de Saint-Laurent offre à l ensemble de sa communauté un milieu de travail et un milieu éducatif sécuritaire.

ADOPTION : Comité de direction. Le cégep de Saint-Laurent offre à l ensemble de sa communauté un milieu de travail et un milieu éducatif sécuritaire. PROCÉDURE PROCÉDURE DE CADENASSAGE DATE : 16 juin 2015 SECTION : Procédure NUMÉRO : PR307 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des ressources humaines ADOPTION : Comité de direction MODIFICATIONS : DESTINATAIRES

Plus en détail

Catalogue formations : INCENDIE / EVACUATION PERMIS FEU

Catalogue formations : INCENDIE / EVACUATION PERMIS FEU 1 Catalogue formations : INCENDIE / EVACUATION PERMIS FEU SOMMAIRE 2 Manipulation extincteur page 3 Equipier de première intervention / évacuation page 4 Equipier d intervention technique page 5 Equipier

Plus en détail

Permis de travail par point chaud. Juillet 2014

Permis de travail par point chaud. Juillet 2014 Permis de travail par point chaud Juillet 2014 Objectif de la formation À la fin de cette formation, le participant connaîtra le permis de travail par point chaud, son fonctionnement et son application.

Plus en détail

Risques pour la santé et la sécurité : évaluation et balises d intervention de la CSST. Luc Ménard Direction de la prévention-inspection CSST

Risques pour la santé et la sécurité : évaluation et balises d intervention de la CSST. Luc Ménard Direction de la prévention-inspection CSST Risques pour la santé et la sécurité : évaluation et balises d intervention de la CSST Luc Ménard Direction de la prévention-inspection CSST Plan de présentation INTRODUCTION 1. Chambre de mélange 2. Entreposage

Plus en détail

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la base

Plus en détail

Travail à chaud Réglementation et permis

Travail à chaud Réglementation et permis Travail à chaud Réglementation et permis par Tony Venditti, M. Ing. Chargé de recherche technique ASFETM FORUM SST Québec, 7 mai 2014 Travail à chaud - 0 Contenu Objectifs Définition du travail à chaud

Plus en détail

Travail à chaud Réglementation et permis (version abrégée)

Travail à chaud Réglementation et permis (version abrégée) Travail à chaud Réglementation et permis (version abrégée) par Claude Millette Conseiller en préveniton, ASFETM Le Grand Rendez-vous SST Montréal, 18 octobre 2011 Travail à chaud - 0 Contenu Objectifs

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 328 RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE =====================================================================

RÈGLEMENT NUMÉRO 328 RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE ===================================================================== PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-JUSTINE-DE-NEWTON RÈGLEMENT NUMÉRO 328 ===================================================================== RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE =====================================================================

Plus en détail

NORME D EXPLOITATION ESPACES CLOS. Nom : Frank Haers Comité de santé et de sécurité AM Frank Haers

NORME D EXPLOITATION ESPACES CLOS. Nom : Frank Haers Comité de santé et de sécurité AM Frank Haers Société - Santé et sécurité ORME D EXPLOITATIO ESPACES CLOS Réf. : orme de sécurité AM 002 Espaces clos Émission : 12.10.2007 Version : v2 Révision : 10 mai 2010 Diffusion contrôlée Élaboré par : Vérifié

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

Travail à chaud Réglementation et permis

Travail à chaud Réglementation et permis Travail à chaud Réglementation et permis par Claude Millette Conseiller en prévention, ASFETM GRAND RENDEZ-VOUS SST Montréal, 12 novembre 2014 Travail à chaud - 0 Contenu Objectifs Définition du travail

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure de cadenassage / énergie zéro

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure de cadenassage / énergie zéro Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 28 aout 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 8 1.0 OBJET Cette procédure a comme objectif d

Plus en détail

Manifestations temporaires

Manifestations temporaires Etablissement cantonale d'assurance des bâtiments, Fribourg Manifestations temporaires Exigences de protection incendie Table des matières 1 Base... 3 2 Principe... 3 3 Règles générales de prévention incendie...

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

Attendu qu un avis de motion du présent règlement a été donné à la séance ordinaire du conseil tenue le 18 février 2013

Attendu qu un avis de motion du présent règlement a été donné à la séance ordinaire du conseil tenue le 18 février 2013 MUNICIPALITÉ DE LA PÊCHE COMTÉ DE GATINEAU RÈGLEMENT NUMÉRO 13-640 CONCERNANT LE BRÛLAGE SUR LE TERRITOIRE DE LA MUNICIPALITÉ DE LA PÊCHE. Attendu qu un avis de motion du présent règlement a été donné

Plus en détail

Règlementation municipale en matière d alarmes

Règlementation municipale en matière d alarmes Règlementation municipale en matière d alarmes ARTICLE 1 DÉFINITIONS Pour l interprétation du présent règlement, à moins que le contexte ne s y oppose, les mots et expressions suivants signifient et ce,

Plus en détail

LE TRAVAIL EN ESPACE CLOS

LE TRAVAIL EN ESPACE CLOS LE TRAVAIL EN ESPACE CLOS INTRODUCTION Les dangers dans un espace clos : Occasionnent souvent des accidents graves ou mortels Travail à chaud Conditions de travail 60 % des victimes sont des travailleurs

Plus en détail

PARTIE 2 ESPACES CLOS

PARTIE 2 ESPACES CLOS Le 11 mai 2006 TABLE DES MATIÈRES PARTIE 2 ESPACES CLOS Page DÉFINITIONS...2-1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES...2-2 RESPONSABILITÉS...2-3 ÉVALUATION DES RISQUES ET PROCÉDURES DE TRAVAIL...2-3 IDENTIFICATION ET

Plus en détail

CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie

CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie Karen Lamothe, T.P.I. Présidente www.gomesuresdurgence.com 514.799.3110 Congrès AQHSST 2011 Trois-Rivières 14 mai 2011 13h30 à 14h15 Plan de la conférence

Plus en détail

TRAVAUX «PAR POINT CHAUD»

TRAVAUX «PAR POINT CHAUD» LE PERMIS DE FEU TRAVAUX «PAR POINT CHAUD» TRAVAUX «PAR POINT CHAUD» 1 ère CAUSE DES INCENDIES INDUSTRIELS PROPAGATION DU FEU PAR ACTION DIRECTE DE LA CHALEUR PROJECTION CONDUCTION THERMIQUE RAYONNEMENT

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE MILLE-ISLES COMTÉ D'ARGENTEUIL

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE MILLE-ISLES COMTÉ D'ARGENTEUIL PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE MILLE-ISLES COMTÉ D'ARGENTEUIL RÈGLEMENT N o 2014-08 Concernant les feux en plein air Page 1 ATTENDU qu il y a lieu d adopter un règlement concernant les feux en plein

Plus en détail

2015 22 23 24 janvier 2015

2015 22 23 24 janvier 2015 1 Obligations des exposants et locataires des stands Les exposants doivent respecter le présent cahier des charges. Il est strictement interdit de fumer à l intérieur du hall 2. Les aménagements doivent

Plus en détail

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections 1 Une bibliothèque publique est un Etablissement Recevant du Public (ERP) Les réglementations en vigueur prévoient des

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE RÈGLEMENT NUMÉRO 508-2008 SUR LES SYSTÈMES D ALARME

CODIFICATION ADMINISTRATIVE RÈGLEMENT NUMÉRO 508-2008 SUR LES SYSTÈMES D ALARME RÈGLEMENT NUMÉRO 508-2008 SUR LES SYSTÈMES D ALARME Modifié par le règlement numéro 552-2012 Avis de motion donné le : 5 juin 2012 Adoption du règlement le : 3 juillet 2012 Publication le : 10 juillet

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA SÉCURITÉ INCENDIE DE LA MUNICIPALITÉ DE SHANNON

RÈGLEMENT SUR LA SÉCURITÉ INCENDIE DE LA MUNICIPALITÉ DE SHANNON MUNICIPALITÉ DE SHANNON M.R.C. de La Jacques-Cartier Province de Québec REGLEMENT NUMÉRO 292 RÈGLEMENT SUR LA SÉCURITÉ INCENDIE DE LA MUNICIPALITÉ DE SHANNON Règlement #292, adopté le 4 novembre 2002 *

Plus en détail

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014)

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Section première.- Champ d application et définitions Article 1 er.- Le présent arrêté s applique

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE MESURES DE SÉCURITÉ POUR LES RÉPARATIONS OU RÉNOVATIONS MAJEURES EXCÉDANT 25 000 $ CODE : BG-6. Origine :

ÉNONCÉ DE POLITIQUE MESURES DE SÉCURITÉ POUR LES RÉPARATIONS OU RÉNOVATIONS MAJEURES EXCÉDANT 25 000 $ CODE : BG-6. Origine : POLITIQUE : MESURES DE SÉCURITÉ POUR LES RÉPARATIONS OU RÉNOVATIONS MAJEURES EXCÉDANT 25 000 $ CODE : BG-6 Origine : Services de l équipement Autorité : Résolution 92-04-22-7.2 Référence(s) : ÉNONCÉ DE

Plus en détail

Processus de demande de permis de travail

Processus de demande de permis de travail Processus de demande de permis de travail Formation Avril 2015 Demander un permis de travail Audience: Les personnes ayant reçu des affectations de travail nécessitant une autorisation d exécuter les travaux

Plus en détail

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 OBJECTIFS Assurer la sécurité des personnes et la sécurité incendie des biens. PUBLIC / PRE REQUIS Postulants agents de sécurité incendie en établissement recevant

Plus en détail

Phase avant-projet : Liste de vérification pour le calcul du comportement au feu de maisons unifamiliales

Phase avant-projet : Liste de vérification pour le calcul du comportement au feu de maisons unifamiliales Phase avant-projet : Liste de vérification pour le calcul du comportement au feu de Ce document présente une vue d'ensemble des principales questions à envisager en matière de sécurité incendie dans la

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL > Santé et sécurité au travail : obligations et responsabilités de l'employeur LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL L'ÉVALUATION DES RISQUES DANS L'ENTREPRISE...

Plus en détail

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet 832.314.12 du 5 avril 1966 (Etat le 1 er mai 1966) Le Conseil

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-ANGÈLE-DE-MONNOIR RÈGLEMENT NUMÉRO 394-08 RÈGLEMENT CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-ANGÈLE-DE-MONNOIR RÈGLEMENT NUMÉRO 394-08 RÈGLEMENT CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-ANGÈLE-DE-MONNOIR RÈGLEMENT CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME Adopté le 22 septembre 2008 Règlement concernant les systèmes d alarme ATTENDU que le conseil désire

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation Ville de Perpignan Direction Générale des Services Techniques Etablissement Recevant du Public Consignes Générales d Exploitation 1- Surveillance de l établissement En présence du public, l établissement

Plus en détail

SYNTHESE REGLEMENTATION

SYNTHESE REGLEMENTATION 2012 SYNTHESE REGLEMENTATION CODE DU TRAVAIL Le saviez-vous? L obligation générale de formation à la sécurité a été introduite par la loi n 76-1106 du 6 décembre 1976 relative à la prévention des accidents

Plus en détail

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 TRANSPORT: Classement du produit pour le transporteur Le classement du produit Chemtane 2 pour le transporteur est le suivant:

Plus en détail

LE RISQUE INCENDIE. Introduction

LE RISQUE INCENDIE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction LE RISQUE INCENDIE Contrairement à des idées reçues, la survenance d un incendie reste une probabilité

Plus en détail

PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE CODE DE SÉCURITÉ POUR LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION ET LE RÈGLEMENT SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL

PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE CODE DE SÉCURITÉ POUR LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION ET LE RÈGLEMENT SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL FICHE TECHNIQUE N O 15 / Août 2007 PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE CODE DE SÉCURITÉ POUR LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION ET LE RÈGLEMENT SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL À l intention À du responsable

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. La communauté collégiale et les personnes fréquentant les établissements et/ou les installations du Collège.

CAHIER DE GESTION. La communauté collégiale et les personnes fréquentant les établissements et/ou les installations du Collège. CAHIER DE GESTION POLITIQUE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL COTE 36-00-01.01 OBJET La présente politique vise à préciser et à faire connaître les objectifs et les champs d application privilégiés

Plus en détail

Service de Sécurité Incendie Ville de Terrebonne

Service de Sécurité Incendie Ville de Terrebonne Nom du préventionniste : Date : Section 1 - Identification du demandeur A Personne responsable de la demande Nom : Prénom : Date de naissance : Année Mois Jour Ville : Code postal : Adresse de courriel

Plus en détail

RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES

RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES ARTICLE 1 Le préambule fait partie intégrante du présent règlement. ARTICLE 2 Le service de protection contre les incendies

Plus en détail

Entretien électrique, Installations de TPSGC à Iqaluit Travaux publics et Services gouvernementaux Canada

Entretien électrique, Installations de TPSGC à Iqaluit Travaux publics et Services gouvernementaux Canada PARTIE I PORTÉE DES TRAVAUX 1.1 Responsable sur place 1. Gestionnaire des immeubles et des installations Bureau de TPSGC à Iqaluit Les coordonnées seront fournies au moment de l émission de l offre à commandes.

Plus en détail

ESPACE CLOS. Comprendre les exigences réglementaires pour bien mener les interventions en espace clos. M.Sc.A.

ESPACE CLOS. Comprendre les exigences réglementaires pour bien mener les interventions en espace clos. M.Sc.A. ESPACE CLOS Comprendre les exigences réglementaires r pour bien mener les interventions en espace clos Quang Bach Pham, ing., M.Sc.A. La loi sur la santé et la sécurité du travail L employeur a le droit

Plus en détail

PROCEDURE PLAN DE PREVENTION

PROCEDURE PLAN DE PREVENTION Page 1 1 Objet Cette procédure définit l organisation, la rédaction et le suivi d un plan de prévention (PdP) dans le cadre d une opération commanditée par un tiers (unité ou service) au sein de l UFR

Plus en détail

L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE AVEC ENREGISTREMENT

L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE AVEC ENREGISTREMENT POLITIQUE DE GESTION concernant L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE AVEC ENREGISTREMENT CONSULTATION ADOPTION ET RESPONSABILITÉ Conseils d établissement : entre le 2 février et le Adoptée le : 19 avril

Plus en détail

OFM-TG-03-2000F. Bureau du commissaire des incendies. Qualifications du personnel des entreprises d entretien C I DIRECTIVE

OFM-TG-03-2000F. Bureau du commissaire des incendies. Qualifications du personnel des entreprises d entretien C I DIRECTIVE B Qualifications du personnel des entreprises d entretien C I NOVEMBRE 2000 DIRECTIVE TABLE DES MATIÈRES ARTICLE PAGE Résumé... 2 1.0 OBJET... 3 2.0 CONTEXTE... 3 3.0 CRITÈRES D ACCEPTABILITÉ... 3 3.1

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 2012-234 RÈGLEMENT SUR LES APPAREILS DE CHAUFFAGE À COMBUSTIBLES SOLIDES DANS LES TNO

RÈGLEMENT N O 2012-234 RÈGLEMENT SUR LES APPAREILS DE CHAUFFAGE À COMBUSTIBLES SOLIDES DANS LES TNO CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE LA VALLÉE-DE-LA-GATINEAU RÈGLEMENT N O 2012-234 RÈGLEMENT SUR LES APPAREILS DE CHAUFFAGE À COMBUSTIBLES SOLIDES DANS LES TNO Considérant que le Conseil de la municipalité

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015 PLAN DE PRÉVENTION PLAN DE PREVENTION Qu est-ce qu un plan de prévention? C est un document dans lequel sont notifiées les mesures de coordination générales prises pour prévenir les risques liés à l interférence

Plus en détail

Décret concernant la police du feu

Décret concernant la police du feu Décret concernant la police du feu du 6 décembre 1978 L'Assemblée constituante de la République et Canton du Jura, vu l article 3 des dispositions finales et transitoires de la Constitution cantonale 1),

Plus en détail

INSTITUT DE SÉCURITÉ

INSTITUT DE SÉCURITÉ INSTITUT DE SÉCURITÉ Organisation de l extinction dans l entreprise Fiche de sécurité 1801-00.f précédemment Feuille SPI AE 7 Page 1 Généralités 2 2 Formation du personnel 2.1 Principes fondamentaux 2

Plus en détail

Par le Commandant Sougné Intercommunale d'incendie de Liège et Environs

Par le Commandant Sougné Intercommunale d'incendie de Liège et Environs Le point de vue des pompiers sur l évolution de la législation Par le Commandant Sougné Intercommunale d'incendie de Liège et Environs Journée d étude du 26/11/2015 Détection Incendie Point de vue du Service

Plus en détail

EXPOSITIONS-FOIRES-SALONS TEMPORAIRES A VOCATION COMMERCIALE TYPE T

EXPOSITIONS-FOIRES-SALONS TEMPORAIRES A VOCATION COMMERCIALE TYPE T EXPOSITIONS-FOIRES-SALONS TEMPORAIRES A VOCATION COMMERCIALE TYPE T Un arrêté du 18 novembre 1987modifié, fixe des dispositions particulières pour l organisation d expositions, foires expositions ou salons

Plus en détail

Municipalité de Lac-Beauport. Règlement numéro 649

Municipalité de Lac-Beauport. Règlement numéro 649 CERTIFICAT Avis de motion : 1 er juin 2015 Adoption : 6 juillet 2015 En vigueur : 9 juillet 2015 SOMMAIRE Le présent règlement a pour but de définir les brûlages extérieurs, de les règlementer sur le territoire

Plus en détail

CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE

CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE SECTION 5.3: LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL POLITIQUE INSTITUTIONNELLE RELATIVE À LA SANTÉ ET LA PAGE: 1 CHAPITRE: V Adoptée : CAD-7600 (26 08 03) ÉNONCÉ Assurer à la

Plus en détail

PRATIQUES DE TRAVAIL SÉCURITAIRE PROCÉDURE ÉQUIVALENTE POUR L ACCÈS AU TOIT FLOTTANT D UN RÉSERVOIR DE STOCKAGE EN SERVICE CAT A-2 PEU #33

PRATIQUES DE TRAVAIL SÉCURITAIRE PROCÉDURE ÉQUIVALENTE POUR L ACCÈS AU TOIT FLOTTANT D UN RÉSERVOIR DE STOCKAGE EN SERVICE CAT A-2 PEU #33 PRODUITS SUNCOR ÉNERGIE MANUEL DES OPÉRATIONS D UN TERMINAL DE DISTRIBUTION Procédure d exploitation uniformisée PRATIQUES DE TRAVAIL SÉCURITAIRE PROCÉDURE ÉQUIVALENTE POUR L ACCÈS AU TOIT FLOTTANT D UN

Plus en détail

Comportement en cas d incendie. Prévention incendie

Comportement en cas d incendie. Prévention incendie Comportement en cas d incendie Prévention incendie Au feu, que faire? Un incendie peut éclater n importe où et n importe quand. Il est donc important de rapidement localiser et mémoriser les emplacements

Plus en détail

Février Mars 2012. Repérage avant travaux

Février Mars 2012. Repérage avant travaux Repérage avant travaux Repérage avant travaux (de rénovation, de réhabilitation et d entretien/maintenance) Il n y a pas encore de règlementation spécifique (code du travail ou code de la santé publique)

Plus en détail

Interventions d'entreprises extérieures en chantier routier

Interventions d'entreprises extérieures en chantier routier Interventions d'entreprises extérieures en chantier routier Plan de prévention Pratique des gestionnaires Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies

Plus en détail

ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES

ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES Définition Une signalisation ou un affichage sécurité doit être mise en place dans l entreprise lorsqu un risque ne peut

Plus en détail

FUITE DE GAZ. L utilisation des gaz comprimés et du gaz naturel fait en sorte qu ils représentent pour l organisation un risque d incident.

FUITE DE GAZ. L utilisation des gaz comprimés et du gaz naturel fait en sorte qu ils représentent pour l organisation un risque d incident. FUITE DE GAZ 1. OBJECTIFS L utilisation des gaz comprimés et du gaz naturel fait en sorte qu ils représentent pour l organisation un risque d incident. C est donc dans cette perspective que le présent

Plus en détail

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011 CATALOGUE CATALOGUE 2011 1 SOMMAIRE Professionnelle de la prévention, de l éducation et de la sécurité incendie, toute demande de formation spécifique est envisageable dès lors qu elle entre dans le cadre

Plus en détail

Objet du travail. Lieu. Organe à traiter. Nature des travaux. Horaire. Rondes de contrôle (date et horaire) Ronde 1 Ronde 2 Horaires de

Objet du travail. Lieu. Organe à traiter. Nature des travaux. Horaire. Rondes de contrôle (date et horaire) Ronde 1 Ronde 2 Horaires de entreprise utilisatrice Entreprise utilisatrice (donneur d ordre) Entreprise intervenante (ou service) Objet du travail Lieu Organe à traiter Nature des travaux Soudage Disqueuse Découpage Brasage Début

Plus en détail

Section Responsabilités des exploitants d autobus scolaires et des conducteurs et conductrices d autobus Type Responsabilités.

Section Responsabilités des exploitants d autobus scolaires et des conducteurs et conductrices d autobus Type Responsabilités. exploitants d autobus scolaires et 1 de 6 Énoncé Les exploitants d autobus scolaires et les conducteurs et conductrices d autobus doivent respecter les modalités et conditions des ententes de transport

Plus en détail

TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation. Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408

TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation. Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408 TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408 Décret du 01 septembre 2004 Réalisation des travaux temporaires en hauteur PRÉVENIR LES CHUTES Art.

Plus en détail

POUR L INSTALLATION TEMPORAIRE DE TRIBUNES ET GRADINS EXTERIEURS ET INTERIEURS

POUR L INSTALLATION TEMPORAIRE DE TRIBUNES ET GRADINS EXTERIEURS ET INTERIEURS RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR L INSTALLATION TEMPORAIRE DE TRIBUNES ET GRADINS EXTERIEURS ET INTERIEURS 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME Dispositions générales Risque chimique Dans tous les cas, se reporter à la Fiche de Données de Sécurité de chaque produit (fournie à l utilisateur par le fabricant

Plus en détail

Série FP400. Centrales d alarme et de détection incendie conventionnelles contrôlées par microprocesseur. Manuel d utilisation

Série FP400. Centrales d alarme et de détection incendie conventionnelles contrôlées par microprocesseur. Manuel d utilisation Série FP400 Centrales d alarme et de détection incendie conventionnelles contrôlées par microprocesseur Manuel d utilisation Version 2.3 / Juin 2004 Aritech est une marque de GE Interlogix. http://www.geindustrial.com/ge-interlogix/emea

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure gestion des entrepreneurs et fournisseurs externes

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure gestion des entrepreneurs et fournisseurs externes Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 28 aout 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 6 1.0 OBJET Cette procédure a pour objectif d encadrer

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 5-152 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES ET DE RÉTENTION

RÈGLEMENT NUMÉRO 5-152 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES ET DE RÉTENTION PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LAC-BEAUPORT Ce document est une codification administrative et n a aucune valeur officielle À jour au 21 juillet 2015 RÈGLEMENT NUMÉRO 5-152 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement x Procédure Page 1 de 6 x Politique Directive C.A. C.E. x C.G. Direction générale Résolution 00-650-6.00 Direction x Nouveau document x Amende

Plus en détail

Conditions d exploitation pour ascenseurs ou plateformes servant au transport de voitures

Conditions d exploitation pour ascenseurs ou plateformes servant au transport de voitures GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, juin 2011 N ITM-SST 1212.1 (Ancien N ITM-CL 330.1) Conditions d exploitation pour ascenseurs ou plateformes servant au transport de voitures Prescriptions de sécurité

Plus en détail

Consignes spécifiques dans le cadre de travaux de génie civil réalisés dans les environs de conduites de gaz à haute pression

Consignes spécifiques dans le cadre de travaux de génie civil réalisés dans les environs de conduites de gaz à haute pression Consignes spécifiques dans le cadre de travaux de génie civil réalisés dans les environs de conduites de gaz à haute pression Juillet 2009 ( Version 2.0 ) 1/9 Sommaire 1 ) Introduction 3 ) Responsabilité

Plus en détail

1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS)

1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS) 1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS) La sensibilité de ce système est 10 fois supérieure à celle des détecteurs ponctuels. Surface couverte par détecteur Page 1

Plus en détail

Directive sur l utilisation de l Internet, du réseau et des ordinateurs par les élèves

Directive sur l utilisation de l Internet, du réseau et des ordinateurs par les élèves Directive sur l utilisation de l Internet, Département responsable: Services éducatifs En vigueur le: 1 er janvier 2003 Référence: Approuvée par: Directeur général Amendée le 4 septembre 2007: L un des

Plus en détail

Prévention et lutte contre l incendie

Prévention et lutte contre l incendie Prévention et lutte contre l incendie Voici les principales obligations des établissements de commerce de détail de l habillement en matière de prévention et de lutte contre l incendie. Cette fiche ne

Plus en détail

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai.

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai. Lignes directrices sur les mises à l essai 1 Les lignes directrices sur la mise à l essai des plans de continuité d activité (PCA) présentées ci-après ont été établies par le sous-comité des plans d'urgence

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES

AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES Édition 2013 2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 CHANTIERS À PROXIMITÉ DE LIGNES AÉRIENNES 7 Risques potentiels à surveiller

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

TITRE Manuel des Pipelines et Distribution / Volume 3 - Entretien SECTION 02 : Procédures critiques SUJET 06 : Piquage sur conduite en charge

TITRE Manuel des Pipelines et Distribution / Volume 3 - Entretien SECTION 02 : Procédures critiques SUJET 06 : Piquage sur conduite en charge TITRE Manuel des Pipelines et Distribution / Volume 3 - Entretien SECTION 02 : Procédures critiques SUJET 06 : OBJET ET CHAMP D'ACTION Il s agit d une méthode servant à raccorder un embranchement de conduite

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME

RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME Attendu qu il est nécessaire de remédier aux problèmes provoqués par le nombre élevé de fausses alarmes ; Attendu que la démarche la plus efficace pour ce faire se trouve

Plus en détail

Description de l expérience de travail Calorifugeur (chaleur et froid)

Description de l expérience de travail Calorifugeur (chaleur et froid) Description de l expérience de travail Calorifugeur (chaleur et froid) Renseignements personnels (Veuillez écrire en caractères d'imprimerie.) Prénom officiel Initiale du second prénom Nom de famille officiel

Plus en détail

La matrice de diréction 1

La matrice de diréction 1 DIRECTIVES DE SÉCURITÉ POUR DES ENTREPRISES ÉTRANGÈRES Numéro du document: VA ACG SE 001 Statut: En vigueur Classification: Non classifiée Procédé: Manager la sécurité Pages: 13 Répartition: Version orignale:

Plus en détail

Canada. a l'egard de. Compte renqu des deliberations, y compris les motifs de decision. .Demandeur. Energia atomique du Canada limitee.

Canada. a l'egard de. Compte renqu des deliberations, y compris les motifs de decision. .Demandeur. Energia atomique du Canada limitee. Canadian Nuclear Safety Commission Commission canadienne de.sorete nucleaire Compte renqu des deliberations, y compris les motifs de decision a l'egard de.demandeur Energia atomique du Canada limitee Ob

Plus en détail

Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail. pour des travaux temporaires en hauteur.

Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail. pour des travaux temporaires en hauteur. Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (M.B. 15.9.2005; errata: M.B. 22.8.2006) Sous-section I.- Champ d application et

Plus en détail

Mesures d urgence. Par: Nelson Lamoureux,Directeur. 21 septembre 2009. École Isummasaqvik School

Mesures d urgence. Par: Nelson Lamoureux,Directeur. 21 septembre 2009. École Isummasaqvik School Mesures d urgence Par: Nelson Lamoureux,Directeur 21 septembre 2009 École Isummasaqvik School Quaqtaq, QC J0M 1J0 T (819) 492-9955 F (819) 492-9971 nelson_lamoureux@kativik.qc.ca isummasaqvik.kativik.qc.ca

Plus en détail

Plan de prévention. Quoi?

Plan de prévention. Quoi? 2 Plan de prévention Quoi? Ce document a pour objectif d évaluer les risques inhérents à la coactivité entre les agents d'une collectivité et les salariés d'une Entreprise Extérieure (). Cette coactivité

Plus en détail

SUJETS DE LA FICHE-CONSEILS

SUJETS DE LA FICHE-CONSEILS SUJETS DE LA FICHE-CONSEILS 1. Lignes directrices 2. Issue extérieure au niveau du sol Accès et aire de manœuvre Sécurité fonctionnelle 3. Étages desservis par un Bâtiment protégé par des extincteurs automatiques

Plus en détail

Espaces clos TERRITOIRES DU NORD-OUEST ET NUNAVUT CODES DE PRATIQUE LIGNES DIRECTRICES POUR L EMPLOYEUR CODE DE PRATIQUE

Espaces clos TERRITOIRES DU NORD-OUEST ET NUNAVUT CODES DE PRATIQUE LIGNES DIRECTRICES POUR L EMPLOYEUR CODE DE PRATIQUE Espaces clos TERRITOIRES DU NORD-OUEST ET NUNAVUT CODES DE PRATIQUE LIGNES DIRECTRICES POUR L EMPLOYEUR CODE DE PRATIQUE Yellowknife Case postale 8888, 5022, 49 e rue Centre Square Mall, 5 e étage Yellowknife

Plus en détail

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

Processus d analyse de risques

Processus d analyse de risques Processus d analyse de risques Tel que le rapporte la Loi sur la Santé et la Sécurité du Travail, tout travailleur doit «participer à l'identification et à l'élimination des risques d'accidents du travail

Plus en détail