Centre de santé et de services sociaux Jardins-Roussillon ANNEXE 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Centre de santé et de services sociaux Jardins-Roussillon ANNEXE 1"

Transcription

1 Centre de santé et de services sociaux Jardins-Roussillon ANNEXE 1 + rs Intranet - Section CPSSMET

2 Table des matières Préambule Introduction Définitions Intervenant Usager Code d éthique Événement de ve Ve Changer de stratégie Faire une pause Faire des demandes impératives Encadrer/recadrer Aller à la rescousse Aider un collègue Comportement sécuritaires Intervenant Usager (clientèle) Signes précurseurs Être attentif aux signes précurseurs Principes généraux d aménagement sécuritaire Environnement général Principe de base Aménagement des lieux Aires de snement Bureau/salle d entrevue Environnement Salle de traitement Domicile de l usager Centre d hébergement/hôpital CLSC Fin de l inter Service de la pré - Sécurité Moyen d alerte Inter à domicile Immédiatement Soutien aux victimes Avant le retour à la normale Dans les jours suivants Soutien à l équipe Déplacements sécuritaires À pied En voiture Snement Puis-je gérer ma sécurité Évaluer Faire passer la crise en mot Écouter 2

3 » Préambule Le phénomène de la ve au tra est de plus en plus préoccupant et a fait l objet de plusieurs études et législation au cours des dernières années. «En 2005, parmi les infirmières affectées aux soins directs dans les hôpitaux ou les établissements de santé de longue durée au Canada, 34 % ont déclaré avoir été victimes d une agression physique commise par un patient au cours de l année qui a précédé l enquête, et 47 % ont déclaré avoir été victimes de ve psychologique.» Les données sont tirées de l enquête nationale sur le tra et la santé du personnel infirmier de (http://www.statcan.gc.ca/ pub/ x/ /article/10835-fra.pdf)»«une enquête menée par l Association paritaire pour la santé et la sécurité du tra du secteur des affaires sociales (ASSTSAS) en 2007 auprès de traleurs du réseau de la santé au Québec a révélé qu une personne sur cinq aurait été victime d une agression physique dans l année précédente. Aussi, des données recueillies auprès de la Commission sur la santé et la sécurité des traleurs (CSST) démontrent que le personnel de la santé détient le record d agressions verbales et physiques devant les enseignants, le personnel administratif et des employés du secteur des transports. De ce fait, 370 infirmières et infirmières auxiliaires reçoivent des press de CSST chaque année, suite à une réclamation causée lors d un acte violent. La ve au tra perturbe tout le m l, tant au niveau des relations interpersonnelles qu organisationnelles et influence directement la qualité des soins dispensés. Pour la personne victime de ve, il peut en résulter de la peur, un manque de motivation, une perte de confiance et d estime de soi, pouvant entraîner des troubles psychologiques et physiques, voir même de l abus d alcool et de la toxicomanie. Les incidents de ve engendrent des coûts importants, ayant des répercussions parfois durables sur le m l tant par les coûts directs associés à la mobilisation de plusieurs ressources, la perte de temps, l absentéisme, le renforcement des mesures de sécurité, la modification des installations que par les coûts indirects tels que la perte de productivité, la diminution de la qualité des services, le recrutement et la rétention du personnel. Il appert donc en priorité que certaines mesures soient mises en place pour permettre à l organisation de prévenir, gérer et prendre en charge les situations de ve. Le présent guide a été conçu pour servir de ligne de référence à cette fin. Une activité permanente au sein de l organisation de même que la recherche constante d amélioration du m l en matière de ve pourrait contribuer à valoriser la qualité des services, la présence au tra et le sentiment d appartenance au m. 3

4 Introduction Le CSSS J-R assume, en conformité avec les lois et les règlements en vigueur et dans le respect des droits de tous, un rôle de pré, de dépistage précoce, d évaluation et d inter corrective en regard des situations de ve. En conséquence, toute forme de ve, de discrimination ou de harcèlement, tel que défini à la Politique visant le respect de la personne dans son m l, est strictement interdit et n est en aucun cas toléré par l établissement. Ce guide s adresse à tous les intervenants du CSSS J-R. C est un outil de référence, qui vise à consolider les inters de pré de la ve déjà en place en plus de favoriser des pistes de réflexion pour les différentes installations et les différentes directions en matière de ve afin qu elles appliquent les paramètres à leur réalité. À cette fin, le comité paritaire en santé, sécurité et mieux-être au tra a eu pour mandat d élaborer un guide et des outils afin de répondre aux objectifs suivants : Proposer des pistes d action en vue d assurer un environnement l sécuritaire. Faire connaître aux intervenants les lignes directrices en matière de ve. Informer la clientèle quant aux oriens de l organisation en matière de ve envers les intervenants. Outiller les intervenants à prévenir et à faire face aux situations de ve. Encourager les intervenants à dénoncer les situations à risques ou vécues de ve. Établir les balises pour guider les actions de pré des maniions de ve. Préciser les étapes à suivre lors de maniions de ve à l endroit d un membre du personnel. Assurer, à tous les intervenants impliqués dans une situation de ve, un soutien et un suivi adéquat. Déterminer les rôles, responsabilités et obligations des intervenants en lien avec une maniion de ve. Élaborer un plan d action en matière de ve en m l selon les résultats obtenus suite à l évaluation diagnostique. Comprendre les liens entre la protection de la vie privée, la confidentialité et la pré de la ve dans le lieu l. 4

5 Définitions Code d éthique Guide de référence sur la façon d agir et d être des intervenants faisant partie de notre organisation, ainsi que des u. Évènement de ve Évènement qui choque et peut laisser un intervenant sans ressource et confronté à un manque de repère. Nous pouvons retenir d un évènement violent : qu il est soudain et inattendu; qu il donne un sentiment d impuissance, d affolement ou de colère; qu il est lié à des émotions fortes ou des sentiments de peur intense; qu il confronte les victimes de façon directe ou indirecte avec la mort ou une atteinte à l intégrité physique ou psychologique de soi-même ou de l autre. Intervenant Toute personne qui œuvre au sein du CSSS J-R, à titre de salarié, médecin, bénévole, stagiaire, personnel d agence et autres partenaires. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services sur une base interne ou externe de l établissement ou dans une ressource non institutionnelle rattachée à l établissement. Ce terme comprend, le cas échéant, tout représentant de l usager au sens de l article 12 de la Loi sur les services de santé et services sociaux (L.R.Q., c. S-4.2). Lorsque le processus de pres des soins le requiert, la famille ou les proches sont considérés et englobent les personnes significatives de l usager. Réf. : Code d éthique des intervenants à l égard des u, Centre de santé et services sociaux Jardins-Roussillon Ve Un acte ou un comportement abusif qui a pour objet d agir sur quelqu un ou de le faire agir contre sa volonté en employant la force ou l intimidation. La ve peut prendre différentes formes, elle peut être physique, psychologique, symbolique ou verbale. 5

6 Ge de situation de ve STRATÉGIES DE PRÉVENTION Avoir un comportement sécuritaire - Évaluer les facteurs de risques potentiels» Être attentif aux signes précurseurs - Indices - Indices para-verbaux - Indices physiques» verbaux S assurez d un aménagement sécuritaire - Savoir où l on est - Voir et être vu - Entendre et être entendu - Pouvoir s échapper et obtenir du secours - Favoriser un environnement propre - Agir ensemble - Faire des demandes impératives (claires et réalistes) Évaluer STRATÉGIES D INTERVENTION» Encadrer» Puis-je gérer ma sécurité? OUI - Continuer l inter seul ou avec aide - Retour à la normal NON Moyen d alerte (Procédure préétablie par les sites) - Où sont mes sorties? - Suis-je la bonne personne pour intervenir? - À qui ai-je affaire? (dangerosité) - Qui peut m aider et comment les rejoindre? - Faire passer la crise en mots!» Écouter POST ÉVÉNEMENT Immédiat Immédiat - Soutien aux victimes - Soutien à l équipe - Programme d aide aux employés (PAE) +» Déclaration - Formulaire de déclaration approprié - Plaintes/ Dépositions 6

7 Stratégies de pré Comportements sécuritaires Afin de faire face aux situations de ve, l organisation et les intervenants doivent d abord appliquer des mesures préventives : Faire connaître la culture de l organisation en matière de respect et de non-ve envers les intervenants en se dotant d une politique et en la diffusant» Il n est pas toujours simple de maîtriser une situation qui dégénère vis-à-vis un usager. L intervenant doit garder en tête que sa vigilance est le meilleur moyen pour assurer sa sécurité, car l usager, même sans antécédent, pourrait mter des comportements violents. Élaborer des stratégies de communication afin de sensibiliser les u à l intolérance au non-respect et à la ve faite à l égard de nos intervenants (affiches, brochures, etc.) Établir les conditions selon lesquelles les services seront offerts à la clientèle, par exemple, élaborer des contrats de service, afin d assurer la pres sécuritaire de services à la clientèle et veiller à la santé et la sécurité des intervenants. Informer les intervenants quant aux mesures préventives à prendre pour assurer sa sécurité. Poser un diagnostic et établir un plan d action pour l organisation et amener chaque installation/direction à faire de même. Intervenant Langage corporel : Soyez attentif à votre langage corporel; une attitude favorisant le respect est susceptible de maintenir un climat plus serein. Favorisez une attitude calme, courtoise et empathique. Évitez toute position de défi : -Mains sur les hanches; -Bras croisés; -Le doigt pointé; -Le regard fixé sur l usager. Portez des vêtements adaptés à votre tra qui ne restreignent pas les mouvements. Portez des chaussures fermées et confortables afin de pouvoir vous déplacer rapidement. Évitez les accessoires qui pourraient constituer des armes; -Foulards -Colliers -Cravates -Cordons -Etc. Soyez vigilant lorsque vous portez des instruments reliés à votre tra; par exemple le stéthoscope que vous portez au cou ou les ciseaux à pansements.» 7

8 Environnement : Agissez sur votre environnement. Évitez les situations où vous vous sentez en danger et fiez-vous à votre intuition. Ne banalisez pas une situation où il y a un potentiel de ve. Évitez d être isolé face à des situations potentielles de ve. Rapportez-vous auprès d un collègue ou d un chef de service (convenez de la fréquence). Évitez d afficher des signes d appartenance religieuse, politique ou autres. Gardez toujours une distance sécuritaire (2 à 3 mètres) entre vous et l usager, sinon soyez plus vigilant. Positionnez-vous de façon à avoir une vue périphérique la plus complète possible de la pièce où vous vous trouvez. Contrôlez votre sortie, faites preuve de prudence afin de ne jamais vous couper de votre retrait éventuel, ou vous exposer à être séquestré. Soyez attentifs aux objets qui pourraient facilement servir d arme ou de projectile tel que : -Accessoires et objets à la portée des clients (cintres, cordons de rideaux, ciseaux, rayons, ustensiles, lames de rasoir, ceintures, fils, outils); -Matériel médical et matériel de bureau, téléphone, biens personnels, objets tranchants ou piquants; -Mobilier ou accessoires à projeter. Référez-vous au tableau 3 pour connaître les signes potentiels de ve chez l usager afin d adopter un comportement préventif tel que suggéré dans ce guide. Éloignez les personnes à proximité de la personne en crise. Attitude : Évaluez les facteurs de risques (ref. tableau 1). Identifiez les facteurs qui peuvent annoncer un risque potentiel de ve dans votre m l afin de minimiser et de prévenir ces risques (ref. tableau 2). 8

9 Le tableau 1 fait référence à certains éléments susceptibles d augmenter le risque de ve envers les intervenants en m l. D autres éléments peuvent également contribuer à une telle situation. Éléments susceptibles d augmenter le risque de ve en m l : Tableau 1 Facteurs de risques Organisationnels Liés à la profession Personnels M l situé dans une zone banlieusarde ou éloignée, isolée Forte densité de population Taux de délinquance élevé Manque de personnel Réformes ou réductions d effectifs Ressources matérielles insuffisantes Titre d emploi à risque (psychosocial, accueil administratif, personnel soignant, etc.) Quart l (soir, nuit) Tra solitaire (nuit, domicile, etc.) Tra avec le public (service à la clientèle, préposée aux plaintes, etc.) Tra avec des objets de valeurs (bijoux, argent, médicaments, etc.) Personnel en formation Traleurs ayant un emploi précaire Port d uniforme/badge Membre de minorités Femme Jeune Manque d expérience Attitude déplaisante ou irritante Absence de faculté d adap Évaluez le potentiel de risque de la clientèle. (Chez les u, des facteurs peuvent également être décelés afin d évaluer le risque d agressivité de l individu.) Le tableau 2 illustre les éléments susceptibles d augmenter le risque de ve. La présence d un ou de plusieurs de ces facteurs de risques doivent vous alerter sur la possibilité qu un usager présentant ces éléments puisse être un agresseur potentiel. Éléments susceptibles d augmenter le risque de ve en m l : Tableau 2 Liés à un agresseur potentiel Facteurs de risques Présence d antécédents de comportements violents Présence d antécédents de comportements menaçants ou intimidants Traits de caractère négatifs Changements prononcés d humeur ou de comportements excessifs Comportements obsessifs Enfance difficile Problème de toxicomanie / alcoolisme Niveau de stress personnel accru Troubles mentaux Personne en détresse psychologique Isolement social Accès à des armes ou objets contondants 9 Ces facteurs, lorsque connus, peuvent démontrer un potentiel de risque de ve. Il est important d en faire l analyse afin d identifier la clientèle à risque et de prévenir les autres intervenants.

10 Usager Apprendre à mieux connaître l usager Au besoin, faites-vous accompagner d un collègue pour la première évaluation, rencontre ou pres de services : -Si vous avez des doutes; -Si personne ne connaît l usager ou son m; -Si l usager n est pas recommandé par un autre établissement. Recueillez l information permettant de mieux connaître l usager : -Son caractère, ses comportements, ses problèmes et ses réactions en situation de tension (menaces, ve verbale, ve physique, antécédents d agressivité, etc.); -Son état de santé; -Ses antécédents médicaux, psychologiques et psychiatriques (prise de médicaments et nature des effets secondaires, dépendances, etc.); -Son appartenance à des groupes particuliers, tels que les groupes religieux, les réseaux criminalisés. Vérifiez s il y a un historique de ve de l usager dans le dossier. Avisez un intervenant de vos activités et donnez-lui des directives afin d éviter l isolement. Favorisez l échange d informations avec les collègues. Par exemple, dès qu il y a changement au dossier de l usager (deuil, changement de médication, difficulté financière, etc.) avisez tous les intervenants impliqués au dossier. Faire circuler l information entre tous les collègues dès qu une personne se rend compte ou soupçonne qu un usager a un comportement douteux ou si on soupçonne un état d intoxication. Déterminez à l avance avec l usager le moment et la durée probable de l inter et le lieu. Vérifiez l humeur de l usager dès le moment où vous entrez en contact avec lui. Analysez l aspect physique de l usager : s il porte une ceinture, un cordon, des bijoux, une canne ou autres objets pouvant servir d arme contre vous. Évitez de faire attendre l usager. 10

11 Signes précurseurs Être attentif aux signes précurseurs Vous devez, autant que possible, être en mesure de détecter les signes précurseurs de ve chez un usager. En décelant ces signes de tensions (physiques ou comportementales), vous contribuerez à éviter un épisode de ve et de vous mettre en position de risque d agression. Voici quelques signes auxquels vous devez porter attention: Tension, agressivité Frustration Anxiété Émotivité Agi Perte de contrôle Signes d intoxication Désorganisation de la pensée Manque de collaboration Ces signes se mtent souvent sous forme d escalade, c est-à-dire en s intensifiant. Vous devez être attentif aux différentes maniions d agressivité chez l usager afin de reconnaître les signes et du coup vous préparer à toutes éventualités. Voici quelques signes potentiels qui pourraient vous alerter : Tableau 3 Indices de ve Indices physiques Indices paraverbaux Indices verbaux Tendance à s approcher, bardasse Pointe du doigt Mouvements répétitifs, incessants, saccadés Gestes brusques, exagérés ou violents Air méprisant Regard fuyant ou fixe et menaçant Apparition de tics Soupirs, piétinent Respiration rapide Tremblements Perte du contact visuel Mâchoire, poings serrés Insistant Parle fort Ton dur et impératif Ton de voix saccadé Débit accéléré ou inconstant ( silence ) Désorganisé Change de sujet sans raison Propos inadaptés Paroles déplacées Menaces Injures, sacres Sarcasmes Accusations Argumente, attaque Interruption soudaine de la communication Quene Défensif, se justifie 11

12 Principes généraux d aménagement sécuritaire Environnement général Une ambiance calme, chaleureuse favorise la détente. Au contraire, un environnement surpeuplé, bruyant et qui manque d équipement de première nécessité peut générer frustrations et conflits. Réduisez les stimuli trop intenses. Un usager agressif devient sensible à toute stimulation excitante : radio trop forte, lumière vive, le va-et-vient incessant, la sonnerie de téléphone trop forte, etc. Évitez d afficher de l information personnelle, notamment cadre avec photos de ses enfants, indication du lieu de résidence ou du type de voiture utilisée. L agresseur potentiel pourrait s en servir comme menace à votre endroit. Évitez de laisser carnet d adresses, agenda, trousseau de clés à la portée de l usager. Faites entrer l usager en premier, ne jamais être en avant pour éviter les surprises. Choisissez la pièce où vous ferez l inter et assurez-vous d être à proximité de la porte. Assurez-vous de pouvoir sortir rapidement. Respectez l espace vital de l autre. Si l usager s agite, ne pas l approcher ni le toucher. Positionnez-vous de façon à annuler ou à diminuer le risque d agression par-derrière (exemple : dos au mur). Discutez avec votre supérieur immédiat, un collègue, un agent de sécurité de vos appréhensions face à une situation ou un contexte difficile afin d établir un plan d action. Démontrez que vous êtes en contact avec d autres personnes. Demandez qu on vous appelle au bout de quelques minutes ou qu on vous apporte un message important. 12

13 Principes de base Gardez en tête les six principes de base à respecter dans l aménagement sécuritaire. Savoir où l on est Voir et être vu Entendre et être entendu Pouvoir s échapper et obtenir du secours Favoriser un environnement propre Agir ensemble Ces principes doivent servir de guide afin d aider les intervenants dans la conception d un aménagement sécuritaire. La construction ou la rénovation doit tenir compte à la fois de la vocation de l espace, de la clientèle, du type d intervenant qui y trale, des heures d ouverture, de l affluence. La préoccupation de la pré des agressions envers le personnel doit se refléter dans la conception et l aménagement des lieux puisque chaque site est différent et offre ces particularités. Il est important de faire l analyse du potentiel de risque associé aux lieux l afin de contrebalancer les déficiences par des mesures que l on peut contrôler, évaluer et faire évoluer dans le temps en regard des changements. Savoir où l on est Sachez l adresse du domicile ou du site où vous êtes pour être localisé rapidement. Remarquez le quartier, l étage ou le département de façon à vous situer. Identifiez le nom des rues avoisinantes, salles et le numéro des locaux ou de la chambre où vous vous trouvez. Vérifiez le numéro du poste téléphonique. Connaissez l emplacement des plans d évacuation, sorties d urgence, bouton panique. Soyez attentif aux chemins et corridors sans issue et aux sorties condamnées. Voir et être vu Assurez-vous d une bonne visibilité. L éclairage favorise la fréquen des lieux donc décourage les agresseurs. Aménagez les lieux de façon à ce que l ameublement et les objets n obstruent pas la visibilité. Évitez les recoins, les cachettes, les endroits sombres ou ombragés, les cages d escaliers, les longs corridors, etc., surtout en période où il y a moins de gens qui circulent ou présents sur les lieux l comme le soir et la nuit. Les vestiaires lorsqu ils sont situés à l écart doivent faire l objet d une ronde de surveillance planifiée par le service de sécurité et être restreints par un mécanisme d accès. Aviser un collègue s il n y a pas de service de sécurité formel. Assurez une signalisation adéquate qui indique les services publics par exemple téléphone, toilette, aire de restauration, service de sécurité. La signalisation doit faire l objet de vérifications fréquentes afin d éviter que les u ne se retrouvent aux endroits où ils ne devraient pas avoir accès. 13

14 Attention Le système téléphonique permet de localiser le lieu précis de l appel dans certaines de nos installations. Il est important de communiquer toute information contraire en cas de panne ou lors de travaux. Tout bris d équipement comme les sonnettes aux entrées et les caméras de surveillance doivent être rapportés sans délai. Favorisez les locaux qui permettent une surveillance pour les rencontres où un risque potentiel de ve est identifié. Cela permet d être vu par les autres intervenants et de voir qui peut entrer. Utilisez les miroirs d angle pour visualiser le passage et la présence dans les corridors ou recoins. Les miroirs d angle doivent être suffisamment grands et installés à des endroits stratégiques et identifiés comme potentiellement à risque. Assurez-vous que les intervenants puissent s identifier en tout temps. Les employés devraient toujours porter leur carte d identité afin de pouvoir s identifier rapidement. Affichez clairement les horaires, les heures d ouverture et les services disponibles à l intérieur des différents points de services du CSSS J-R, comme les services de cafétéria ou les kiosques. Cela permet d éviter qu un usager ne s attarde dans un lieu sans raison. Entendre et être entendu Laissez les portes ouvertes, si possible, sur les aires communes afin de ne pas se retrouver isolé. Utilisez des locaux où il est possible d exercer une surveillance formelle ou informelle notamment par caméra, intercom, ronde d un garde de sécurité, inter d un collègue. Assurez-vous que le bruit ambiant ne couvre pas un appel à l aide. Pouvoir s échapper et obtenir du secours Tenez-vous à une distance qui vous permet de réagir à tout geste posé par l usager (par exemple : hors de portée d un coup de pied). Soyez le plus près possible d une issue. Placez-vous de façon à être le premier à atteindre la sortie. Évaluez la sécurité des lieux et proposez des correctifs au besoin. Favorisez un environnement propre Épurez les lieux autant que possible. Les zones encombrées représentent un risque de se voir piégé en plus d offrir un éventail d armes potentielles. Signalez les irritants sanitaires comme les planchers et les murs sales, les odeurs désagréables, etc. Un endroit clair et propre réduit les risques de friction pouvant provoquer une escalade de comportements ou de propos inappropriés. Agir ensemble Élaborez un système de partage de l information qui permet l identification des facteurs de risque au dossier de l usager, par exemple, au moyen de symboles ou d icônes. Ce mécanisme de repérage rapide pourrait éviter que des intervenants se fassent piéger dans une situation de ve simplement à l ouverture du dossier. Le choix du symbole ou de l icône indique qu il y a eu, au moins, un épisode de comportements violents. Intervenir seul peut représenter un risque situationnel, mais aussi un risque de ne pas avoir toutes les données utiles pour aménager les lieux l. Favorisez le partage d expérience. Favorisez une bonne communication. 14

15 Aménagement des lieux L aménagement physique des lieux l influe sur le sentiment de sécurité des traleurs. Le but ici n est pas de remplacer le jugement de l intervenant ou de procurer un faux sentiment de sécurité, mais de proposer des pistes de dépistage d obstacles pour un repli face à un usager violent, en fonction du contexte l en plus de créer des conditions physiques sécuritaires en m l. Aires de snement Soyez attentif et signalez : -Les aménagements pay qui pourraient obstruer la vue; -L éclairage déficient. Bureau / salle d entrevue Il n existe pas de situation unique d aménagement sécuritaire. Il faut évaluer le risque en fonction de la mission et de la clientèle desservie. Il faut prendre en compte sa propre situation, et chaque intervenant peut améliorer sa sécurité en respectant quelques quenements de base et en restant vigilant dans ses comportements et ses approches. Environnement Déterminez où est situé le bureau : -Est-il situé dans un air public et facilement accessible? -Fait-il partie d une zone sécurisée (carte magnétique ou autre dispositif d accès )? -L environnement est-il ouvert ou clos (corridor, couloir sans issue, espace commun)? -Est-ce un espace collectif (salle d attente) ou privé (bureau d entrevues, de consuls, de traitements)? Évaluez la sécurité du bureau : -Le positionnement des meubles est-il un obstacle pour l intervenant vers la sortie? (L intervenant doit être celui qui est le plus près de la sortie) -Le bureau est-il favorable à un éventuel «appel à l aide» et permet-il une surveillance? -L usager peut-il se sentir piégé par la disposition ergonomique? Il ne faut surtout pas tenter de retenir un usager qui mte son désir de quitter, cela peut augmenter la tension. -Y a t il des objets qui pourraient servir d armes potentielles? -L endroit réfère-t-il à des informations personnelles de l intervenant? (Dépersonnalisez le bureau) Prévoyez un autre bureau ou une salle pour la clientèle à risque : -Présence d une surveillance formelle ou informelle; -Vitré, non isolé et muni d un bouton panique ou signal lumineux; -Ameublement fixé au sol, si possible; -Situé près d une sortie et comportant des issues hors de la trajectoire de l usager. 15

16 Salle de traitement Le dossier du patient apporte bon nombre d information sur le risque qu il représente. Toutefois, l intervenant n est pas à l abri des mauvaises surprises. Restez en alerte, tout équipement représente un risque pour la sécurité. Les collecteurs d aiguille doivent être vidés plus régulièrement lorsqu on a un client plus agressif et menaçant. Repérez le client dans l espace et soyez attentif à ses gestes et paroles avant d entrer dans la salle de traitement. Domicile de l usager Général Faites connaître vos déplacements à une personne de votre équipe (agente administrative, chef de service) avant les visites. Transmettez les coordonnées exactes du lieu de rencontre, le numéro de téléphone ainsi que la durée approximative de la rencontre. Convenez, en cas de doute, de recevoir un appel d un collègue et discutez au préalable d un code d urgence lors de l appel. L intervenant doit vous poser des ques fermées, demandant une réponse par oui ou par non. Recueillez l information permettant de mieux connaître : -L environnement physique : lieu de résidence (centre ville, coins retirés, rangs, etc.) éléments particuliers concernant l accès et l aménagement (loyers multiples, duplex, etc.); -L environnement humain : autres personnes susceptibles d être sur les lieux lors de la visite (la personne vit-elle seule?) où se présenter (parents, amis, etc). Décidez si vous devez faire la rencontre ou la reporter afin d être accompagné. Transportez très peu d argent sur vous et évitez de porter des bijoux de valeur. N apportez que le strict nécessaire au domicile. Assurez-vous qu on puisse repérer votre véhicule facilement, est-il identifié ou identifiable? Gardez votre manteau près de vous, gardez vos bottes, couvrechaussures ou souliers si possible, sinon, prévoyez une chaussure d intérieure. Si une sortie rapide est nécessaire, vous serez déjà chaussé. Laissez votre sac à main, portefeuille dans un endroit sécuritaire, tel que le coffre d un véhicule pour éviter de susciter l envie, le vol ou vandalisme. Gardez vos clés d auto à portée de main. Évitez d avoir votre sac à main, privilégiez un sac à la ceinture, cela dégage vos mains. 16

17 En cas de doute ou de risque Faites-vous accompagner d un collègue pour la première évaluation ou première visite. Prévoyez de recevoir un appel téléphonique de la part d un membre de votre service lors de la visite ou de la rencontre. Faites un appel, avant votre départ au domicile de l usager, pour vérifier l état d esprit de la personne que vous allez rencontrer (collaboration ou non). Téléphonez au bureau lorsque vous êtes chez un usager : en arrivant ou en partant, téléphonez devant l usager pour démontrer que vous n êtes pas seul. Environnement Prenez le temps d étudier l environnement pour éviter de mauvaises surprises. -Y a-t-il des animaux? Peuvent-ils compromettre ma pres de service et ma sécurité? -Y a-t-il plusieurs véhicules ou motos dans la cour? -Est-il possible de retourner au véhicule facilement et rapidement au besoin? Snez dans la rue pour éviter que quelqu un se sne derrière vous. En snant à l avant, vous augmentez votre visibilité dans le voisinage et vous permet de vous faire repérer plus facilement en cas de besoin. -Est-ce que le quartier a une mauvaise répu ou est-il isolé des services d urgence et de secours? Demandez à l usager s il est seul sur les lieux. S il n est pas seul, demandez ou se trouvent les autres personnes. Entrez toujours par la porte avant afin d être vu par les voisins et l usager. Attendez qu on vous invite à entrer. Suivez plutôt que d être suivi. Une fois à l intérieur, portez attention si la porte est verrouillée ou non. Assurez-vous de pouvoir ressortir facilement. Restez près d une sortie, évitez d être dos à l usager ou évitez de se faire enfermer. Assurez-vous de pouvoir déverrouiller la porte. Repérez, au besoin, toutes les portes de sortie. 17

18 Centre d hébergement/hôpital Général Consultez vos collègues avant d intervenir auprès de la clientèle moins connue ou imprévisible. Déterminez qui fait quoi et comment. Évitez l inter spontanée qui pourrait être perçue comme agressante. Adaptez votre approche. Environnement Assurez-vous qu aucun objet dangereux ne soit à la portée de l usager. Lorsque son utilisation est requise, soyez vigilant. Ne fermez pas la porte de la chambre si vous jugez qu il y a un risque potentiel d agressivité de l usager. Prévoyez un espace afin d isoler l usager ayant un comportement violent. Assurez-vous que les moyens de protection soient à proximité et fonctionnel (cloche d appel, bouton panique). CLSC Lorsqu un intervenant identifie un risque potentiel de ve chez son client, il doit avant de le rencontrer : -S assurer que quelqu un pourra intervenir s il se retrouve en situation de danger. -Évaluez cet usager en présence d une autre personne ou encore de laisser la porte entrouverte durant l entrevue. L intervenant qui a la moindre raison de croire que sa sécurité pourrait être compromise doit prendre tous les moyens à sa disposition pour se protéger. Parmi ceux-ci : -S entendre avec un collègue afin qu il appelle durant l entrevue ou qu il intervienne s il entend un bruit inhabituel; -Prévoir un lien de communication pour éviter à l intervenant de se retrouver piégé; -Éviter de rencontrer un usager présentant un potentiel de risque dans un bureau isolé ou un corridor ou il est seul. Pour les rencontres en soirée, -Utiliser un bureau où il est possible d obtenir une surveillance, même informelle, d un autre intervenant. -Reporter une rencontre si vous doutez de pouvoir assurer votre sécurité. Lors d un évènement de maniion de ve, ii est important de prendre les mesures appropriées, selon les circonstances, afin d éviter d aggraver la situation ou les risques d agression. 18

19 Déplacements sécuritaires À pied : Gardez vos clés à portée de main. Elles pourraient éventuellement servir à vous défendre. Prévoyez une alarme personnelle ( sifflet ) en cas de besoin. Favorisez des chaussures confortables qui vous permettront de courir en cas d urgence. Ne prenez aucun raccourci et restez dans les zones éclairées. Assurez-vous de connaître les lieux et la route où vous vous aventurez. Évitez de transporter de nombreux équipements. Transportez votre sac à main et ordinateur portable dans des sacs fourre-tout. Cela minimise l identification des objets de valeurs facilement revendables ou qui suscitent l envie. En voiture : Gardez les portières verrouillées lors des déplacements en voiture. Assurez-vous de la fiabilité du véhicule et d avoir suffisamment d essence lors du démarrage. Choisissez une route éclairée, évitez les raccourcis. Ne jamais faire monter un usager à bord de votre véhicule. Snement : Au tra, snez votre voiture dans une zone éclairée du snement et le plus près possible de l entrée, particulièrement le soir et la nuit. À domicile, snez votre voiture de façon à pouvoir quitter rapidement. 19

20 Stratégies d inter Assurer ma sécurité Puis-je gérer ma sécurité Attention Il faut savoir garder une distance psychologique; ce n est pas tout le monde qui est capable de gérer le contenu agressif d une crise! Évaluer Vous devez, face à une situation, évaluer les facteurs de risques (Volet pré Tableau 1 et 2) pour la mise en place des moyens de pré et déterminer si vous êtes en mesure de gérer la situation en toute sécurité. Peu importe les inters favorisées, vous devez vous poser les bonnes ques; Où sont mes sorties? Suis-je la bonne personne pour intervenir? À qui ai-je affaire? Quel est le potentiel de dangerosité de la personne? Qui peut m aider et comment les rejoindre? Adaptez votre approche d inter, selon la problématique et les particularités propres à la situation. Vous devez réévaluer le risque continuellement. Vous avez, à tout moment, la possibilité de mettre fin à l inter si vous n êtes pas à l aise. Ne prolongez pas indûment le contact avec une personne violente. Mettez un terme à la conversation lors d un contact téléphonique. Retirez-vous de la situation, même à deux, si vous jugez que la situation est dangereuse ou risquée. Facteurs de risques Favoriser Éviter Restez calme, poli et faites preuve de tact Tentez de comprendre l usager et non de le contrôler Ayez une posture détendue Laissez ventiler, soyez emphatique Démontrez une écoute active, parlez le moins possible Faites des commentaires brefs Exemple : «Hum hum, Oui, en acquiesçant de la tête...» Reformulez ce que la personne vient de dire pour qu elle élabore davantage Mettez les émotions en mots Exemple : «Vous en avez gros sur le cœur» Ne lui faites pas de demandes Exemple : Ne lui demandez pas de se calmer Ne commentez pas ses comportements Évitez les positions de défi comme les mains sur les hanches les bras croisés pointer du doigt Ne posez pas de ques Évitez les gestes brusques Évitez toute provocation ou tout ce que l usager pourrait percevoir comme de la provocation Évitez de contredire ou d approuver ses paroles Évitez de lui toucher 20

21 Faire passer la crise en mot Écouter Accompagnez l usager en lui permettant de verbaliser ce qu il ressent pour faire diminuer la pression qu il vit. Facteurs pouvant limiter l inter d écoute L usager L usager qui est intoxiqué aux drogues stimulantes, à l alcool ou aux médicaments L usager qui présente certaines conditions relatives à son état clinique Pertes cognitives importantes, syndrome frontal, déficience intellectuelle sévère ou autres Déficits majeurs d audition ou de langage. Ce qui se passe en mots ne passe pas toujours en gestes! L intervenant L intervenant qui est ou devient la cible de la crise -Il est alors impératif de faire intervenir quelqu un d autre. L intervenant qui n est pas capable de maintenir une distance psychologique -Il ne doit pas s impliquer dans la ge de la crise. -Il faut être en mesure d évaluer le moment ou l on doit se retirer. Même s il n est pas toujours facile de contrôler l environnement où a lieu la crise, il faut favoriser un contexte qui permette une inter ininterrompue. Le silence est d or, la parole est d argent! 21

22 Changer de stratégie Faire une pause Si le niveau d intensité de la crise se maintient ou augmente, il faut changer la dynamique de l inter. Momentanément, il faut interrompre l événement en cours par une stratégie de diversion. Offrez une aide concrète Exemple : «À ce stade-ci; comment puis-je vous aider?» Proposez une solution réaliste pour tous Proposez d aller chercher l intervenant qui pourra répondre à son besoin Resituez notre rôle et nos limites Donnez un prétexte pour se soustraire de la situation (téléphone, salle de bain, urgence...) NOTE : dans le cas où l usager souhaite porter plainte, aidez l usager dans sa démarche, s il souhaite votre aide. Cette stratégie porte l attention sur autre chose et diminue l agressivité. Lorsque l usager désire porter plainte, il est toujours bon de savoir où le diriger. Ce qu il faut retenir La diversion doit être brève et vous permettre de recadrer la situation. N oubliez pas que vous pouvez quitter les lieux en tout temps et demander de l aide. 22

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence Justice alternative Lac-Saint-Jean Printemps 2013 OBJECTIFS Démystifier la problématique violence. Promouvoir les solutions pacifiques en matière de résolution de

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

Comité conseil en matière de prévention et sécurité des personnes et des biens Octobre 2013

Comité conseil en matière de prévention et sécurité des personnes et des biens Octobre 2013 PROJET Encadrement du système de caméras de sécurité et Foire aux questions Comité conseil en matière de prévention et sécurité des personnes et des biens Octobre 2013 2 3 Table des matières 1. CADRE JURIDIQUE...4

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express

Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express Montréal, 2002 Ville de Montréal Le contenu de cette présentation est tiré du guide d aménagement «Pour un environnement urbain sécuritaire»

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL

Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL Numéro : 1. Objet général La présente politique vise à établir les règles applicables

Plus en détail

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137»

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137» LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8 Code de vie du «137» Bienvenue parmi nous! Ce code de vie est conçu pour expliquer le fonctionnement du «137». Étant donné que cet

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

Livret. Médecins. de Sécurité à l usage des. Secrétariat général - Service de la communication du ministère de l Intérieur

Livret. Médecins. de Sécurité à l usage des. Secrétariat général - Service de la communication du ministère de l Intérieur Conseil National de l Ordre des Livret de Sécurité à l usage des Secrétariat général - Service de la communication du ministère de l Intérieur OBSERVATOIRE POUR LA SECURITE DES MEDECINS : RECENSEMENT NATIONAL

Plus en détail

SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité. Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements. Un guide pour les aînés

SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité. Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements. Un guide pour les aînés SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements Un guide pour les aînés 43 SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité Les violences

Plus en détail

Services Aux Victimes

Services Aux Victimes Services Aux Victimes I n i t i a t i v e s Plan de sécurité personnel Directives à l intention des personnes victimes de relations abusives Plan de sécurité personnel Qu est-ce qu un plan de sécurité?

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE Depuis ses origines, Maison l Échelon s inspire de valeurs humanistes qui placent la dignité de la personne au premier plan. Le client souffrant de maladie psychiatrique est une

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

COMMISSION HYGIENE ET SECURITE DOSSIER : la gestion des risques d agression dans la fonction d accueil du public

COMMISSION HYGIENE ET SECURITE DOSSIER : la gestion des risques d agression dans la fonction d accueil du public COMMISSION HYGIENE ET SECURITE DOSSIER : la gestion des risques d agression dans la fonction d accueil du public L accueil de public est une fonction stratégique et transversale au sein de la collectivité,

Plus en détail

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Juin 2004 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 1 LE CHAMP D APPLICATION... 1 LA JUSTIFICATION...

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca 5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 LES TECHNIQUES D INTERVENTION Accepter mes propres émotions, éviter l affrontement, respecter l image du jeune. Ce n est pas toujours évident d intervenir

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail

Pour le parent à la recherche de son enfant enlevé par l autre parent

Pour le parent à la recherche de son enfant enlevé par l autre parent enfant enlevé par l autre parent En cas d urgence, COMPOSEZ LE 911. Premières étapes à faire immédiatement Cette liste de contrôle vous aidera à rassembler toute l information utile aux corps policiers.

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

SYSTÈME D ENCADREMENT DES ÉLÈVES

SYSTÈME D ENCADREMENT DES ÉLÈVES SYSTÈME D ENCADREMENT DES ÉLÈVES OBJECTIFS : Développer des comportements de non-violence et de respect. Amener l élève à développer des habiletés dans la résolution de ses conflits interpersonnels. Assurer

Plus en détail

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord. Lorsque le processus de

Plus en détail

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 -

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 - Guide d intervention sur l intimidation destiné aux intervenants - 1 - Rédaction Linda Laliberté : Mélanie Blais : Michèle Gariépy : Joanie Charrette : Espace Bois-Francs InterVal Pacte Bois-Francs organisme

Plus en détail

PROTOCOLE DE SÉCURITÉ ET DE SURVEILLANCE DE L ÉCOLE PIERRE RÉMY 2013

PROTOCOLE DE SÉCURITÉ ET DE SURVEILLANCE DE L ÉCOLE PIERRE RÉMY 2013 SÉCURITÉ 1. Il est interdit de laisser entrer qui que ce soit dans l école. Si vous laissez entrer quelqu un, vous devez l accompagner au secrétariat ou au service de garde. Vous êtes responsable de toutes

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Procédures de requête et de plainte

Procédures de requête et de plainte 7 Procédures de requête et de plainte Cet outil explique diverses démarches de requêtes ou de plaintes que des personnes peuvent avoir à effectuer dans certaines situations. Il vise à démystifier ces démarches

Plus en détail

RAPPORT Marche exploratoire. Réalisée à Montréal, dans le quartier de Verdun District Champlain Île-des-Sœurs. PRÉSENTÉ PAR Action Prévention Verdun

RAPPORT Marche exploratoire. Réalisée à Montréal, dans le quartier de Verdun District Champlain Île-des-Sœurs. PRÉSENTÉ PAR Action Prévention Verdun RAPPORT Marche exploratoire Réalisée à Montréal, dans le quartier de Verdun District Champlain Île-des-Sœurs PRÉSENTÉ PAR Action Prévention Verdun Le 7 mai 2014 Table des matières Préambule... 3 Mise en

Plus en détail

Guide de procédures. Situations d urgence au Nunavik

Guide de procédures. Situations d urgence au Nunavik Guide de procédures Situations d urgence au Nunavik 3 septembre 2014 0 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 2 1. RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES INTERVENANTS... 3 1.1 Le Directeur général ou son représentant,

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche?

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Dépôt légal - octobre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

PROCÉDURES POUR UNE VIE SCOLAIRE SAINE ET HARMONIEUSE

PROCÉDURES POUR UNE VIE SCOLAIRE SAINE ET HARMONIEUSE SYSTÈME DISCIPLINAIRE DE L ÉCOLE RÈGLES DE VIE DE L ÉCOLE : RESPECT ET SÉCURITÉ Approuvées le 25 mars 2013 (CE 12/13 28) Les manquements à ces règles seront considérés comme majeurs. Ils seront consignés

Plus en détail

Repérage de la perte d autonomie

Repérage de la perte d autonomie Repérage de la perte d autonomie France Morissette, MSc. Inf Directrice, Opérations soins 24 novembre 2014 LE GROUPE MAURICE PROFIL CORPORATIF, EN BREF Fondé en 1998 Un seul créneau : l habitation pour

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants :

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants : POLITIQUE TITRE : NUMÉRO : AD 001-001 REMPLACE DOCUMENT(S) SUIVANT(S), S IL Y A LIEU : Politique de déplacement des bénéficiaires PERSONNEL VISÉ : gestionnaires personnel de soutien soins aux patients

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée 1 L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée Dans notre compréhension actuelle du trouble d anxiété généralisée (TAG), nous estimons que l intolérance à l incertitude joue un rôle

Plus en détail

L Observatoire pour la sécurité des médecins vous présente : LE GUIDE PRATIQUE POUR LA SECURITE DES PROFESSIONNELS DE SANTE

L Observatoire pour la sécurité des médecins vous présente : LE GUIDE PRATIQUE POUR LA SECURITE DES PROFESSIONNELS DE SANTE L Observatoire pour la sécurité des médecins vous présente : LE GUIDE PRATIQUE POUR LA SECURITE DES PROFESSIONNELS DE SANTE Guide pratique pour la sécurité des professionnels de santé GUIDE PRATIQUE POUR

Plus en détail

La gestion des situations d urgence et de crise. module GSC BJOP 2008 (CESG)

La gestion des situations d urgence et de crise. module GSC BJOP 2008 (CESG) La gestion des situations d urgence Objectif de la sensibilisation Gestion des situations d urgence Comprendre des notions de crise et d urgence Typologie et phases de l agression Mieux connaître les différentes

Plus en détail

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction?

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction? Le trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? Emmanuelle Pelletier, M.Ps., L.Psych. Psychologue scolaire Octobre 2004 Trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? La personne oppositionnelle

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

Sécurité DES LIEUX. Guide d évaluation. l acti. on passe à FÉDÉRATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU QUÉBEC

Sécurité DES LIEUX. Guide d évaluation. l acti. on passe à FÉDÉRATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU QUÉBEC Guide d évaluation Sécurité DES LIEUX FÉDÉRATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU QUÉBEC l acti on passe à n Cette brochure, publiée par la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec, est le résultat

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique Vous trouverez ici notre guide d utilisation et d accompagnement pour l'aidant familial utilisant la tablette et nos jeux de

Plus en détail

VOTRE MUNICIPALITE ET LA POLICE NATIONALE SE MOBILISENT POUR VOTRE SECURITE ENSEMBLE LUTTONS CONTRE LES VOLS

VOTRE MUNICIPALITE ET LA POLICE NATIONALE SE MOBILISENT POUR VOTRE SECURITE ENSEMBLE LUTTONS CONTRE LES VOLS VOTRE MUNICIPALITE ET LA POLICE NATIONALE SE MOBILISENT POUR VOTRE SECURITE ENSEMBLE LUTTONS CONTRE LES VOLS La prévention C est l affaire de tous La protection du voisinage c'est l'ensemble des moyens

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

document révisé le 2008-03-05

document révisé le 2008-03-05 document révisé le 2008-03-05 Table des matières Présentation... 3 1.0 Objectifs... 4 2.0 Organisation... 5 3.0 Personnel d encadrement... 7 4.0 Modalités d accès au CRM... 8 5.0 Processus de réintégration

Plus en détail

Vancouver Calgary Winnipeg Toronto Ottawa Montréal Québec Halifax. Voie Réservée MC. Le défi de la gestion de l invalidité.

Vancouver Calgary Winnipeg Toronto Ottawa Montréal Québec Halifax. Voie Réservée MC. Le défi de la gestion de l invalidité. Vancouver Calgary Winnipeg Toronto Ottawa Montréal Québec Halifax Voie Réservée MC Le défi de la gestion de l invalidité Guide du preneur Table des matières INTRODUCTION L absentéisme au 21 e siècle...

Plus en détail

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer.

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Plan Canicule Fiche 3.2 : Les travailleurs En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Facteurs environnementaux Ensoleillement

Plus en détail

Préparer votre famille à une situation d urgence Notes de l animateur

Préparer votre famille à une situation d urgence Notes de l animateur Diapositive 1 Préparer votre famille à une situation d urgence Notes de l animateur L animateur se présente; ensuite, il présente le thème ainsi que les membres du groupe. Diapositive 2 Après les présentations,

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Étape par étape. Un manuel sur la façon de guider les personnes aveugles ou ayant une vision partielle. 1 800 563-2642 inca.ca

Étape par étape. Un manuel sur la façon de guider les personnes aveugles ou ayant une vision partielle. 1 800 563-2642 inca.ca Étape par étape Un manuel sur la façon de guider les personnes aveugles ou ayant une vision partielle 1 800 563-2642 inca.ca Aide-mémoire pratique pour guider les personnes aveugles ou vivant avec une

Plus en détail

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Crawford & Compagnie et toutes ses filiales à travers le monde sont soumises à certaines

Plus en détail

Résonance magnétique (IRM)

Résonance magnétique (IRM) (IRM) Le médecin a prescrit une résonance magnétique (IRM) et vous vous demandez en quoi consiste cet examen. Afin de répondre à vos questions, voici quelques informations. But de l examen Les examens

Plus en détail

LINE POWER EXT PAIRING A A A A A A A A

LINE POWER EXT PAIRING A A A A A A A A Doro Secure 347 PAIRING EXT LINE POWER 5 1 2 3 4 6 7 8 9 10 18 19 20 21 1 4 7 2 3 5 6 8 9 0 M1 M2 M3 M4 11 12 13 14 15 16 22 17 23 24 A A A A A A A A 1 Touche de déclaration de la télécommande sans fil

Plus en détail

Guide de préparation aux situations d urgence

Guide de préparation aux situations d urgence Guide de préparation aux situations d urgence Soyez Prêts! disponible sur le portail interministériel de prévention des risques majeurs http://www.risques.gouv.fr Faire face en attendant les équipes de

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point"

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil Faire le point Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point" 1 L entreprise est-elle confrontée à un problème récurent d absentéisme? tout à fait Plutôt oui Plutôt non pas du tout 2 L entreprise

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

Suivi. l acti. de la marche exploratoire Sécurité DES LIEUX. on passe à FÉDÉRATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU QUÉBEC

Suivi. l acti. de la marche exploratoire Sécurité DES LIEUX. on passe à FÉDÉRATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU QUÉBEC Suivi de la marche exploratoire Sécurité DES LIEUX on passe à l acti FÉDÉRATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU QUÉBEC n Cette brochure, publiée par la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec,

Plus en détail

Programme de retour au travail. Planifier, soutenir et réussir. www.douglas.qc.ca

Programme de retour au travail. Planifier, soutenir et réussir. www.douglas.qc.ca Programme de retour au travail Planifier, soutenir et réussir www.douglas.qc.ca La réintégration au travail réussie! APRÈS UNE ABSENCE de longue durée Préambule L Institut Douglas reconnaît la contribution

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Liberté Égalité Fraternité MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DEPARTEMENT PREVENTION COMMUNICATION. Cellule Sécurité du Secteur Economique

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Liberté Égalité Fraternité MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DEPARTEMENT PREVENTION COMMUNICATION. Cellule Sécurité du Secteur Economique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DEPARTEMENT PREVENTION COMMUNICATION Cellule Sécurité du Secteur Economique FICHE CONSEILS A L ATTENTION DES DEBITANTS DE TABAC

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Travailler avec les propriétaires et les gestionnaires pour l accessibilité au logement

Travailler avec les propriétaires et les gestionnaires pour l accessibilité au logement Travailler avec les propriétaires et les gestionnaires pour l accessibilité au logement Résumé Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

Procédure 2600-040 TABLE DES MATIÈRES

Procédure 2600-040 TABLE DES MATIÈRES Procédure 2600-040 TITRE : ADOPTION : Procédure concernant la sécurité lors de la mobilité étudiante internationale Comité de direction de l Université Résolution : CD-2012-07-10-23 ENTRÉE EN VIGUEUR :

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

sécuritaires productifs soyez plus soyez plus Tout le monde a droit à un environnement de travail sécuritaire.

sécuritaires productifs soyez plus soyez plus Tout le monde a droit à un environnement de travail sécuritaire. Loi sur la santé et la sécurité du travail soyez plus sécuritaires soyez plus productifs INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Information à l intention de l employeur, du maître d œuvre et du travailleur

Plus en détail

Politique Utilisation des actifs informationnels

Politique Utilisation des actifs informationnels Politique Utilisation des actifs informationnels Direction des technologies de l information Adopté le 15 octobre 2007 Révisé le 2 juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS... 3 2. DÉFINITIONS... 3

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE PRODUIT PAR : Association des Personnes Handicapées de la Rive-Sud Ouest (APHRSO) 100 rue Ste-Marie La Prairie (Québec) J5R 1E8 Téléphone :

Plus en détail

L ABC de la fraude en matière d investissement aux dépens des personnes âgées

L ABC de la fraude en matière d investissement aux dépens des personnes âgées L ABC de la fraude en matière d investissement aux dépens des personnes âgées Guide destiné aux professionnels travaillant auprès des personnes âgées Ensemble, nous pouvons aider les personnes âgées du

Plus en détail

Programme d assurance-invalidité de courte durée

Programme d assurance-invalidité de courte durée Programme d assurance-invalidité de courte durée Votre trousse de six pages Aperçu Le Programme d assurance-invalidité de courte durée (PAICD) assure un traitement uniforme pour tous les employés lorsqu

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail