Les enjeux de la reconstruction de la Nouvelle-Orléans après l'ouragan Katrina

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les enjeux de la reconstruction de la Nouvelle-Orléans après l'ouragan Katrina"

Transcription

1

2

3 Les enjeux de la reconstruction de la Nouvelle-Orléans après l'ouragan Katrina

4 id L'Harmattan, , rue de l'ecole polytechnique; Paris d ISBN: EAN :

5 Hugo Lefebvre Les enjeux de la reconstruction de la Nouvelle-Orléans après l'ouragan Katrina L'Harmattan

6

7 Remerciements Je tiens à remercier Frederick Douzet et Béatrice Giblin, pour l'aide et la confiance qu'elles m'ont accordées ainsi que Virginie Sumpf pour la relecture de mon manuscrit. A ma mère, à Etienne, à mon père et Amina pour leur soutien moral et financier; à Besa, pour son soutien et ses encouragements; à Julien, pour ses encouragements et ses conseils; à Germain pour ses relectures, son aide et ses remarques; à Françoise, pour son aide, ses relectures et ses corrections.

8

9 Sommaire 1ntrod u ction. 13 A1éthodologie..16 Chapitre I. Le contexte de la reconstruction 19 La Nouvelle-Orléans qq.qq. q 19 Situation historique et géographique de la Nouvelle-Orléans..19 La Nouvelle-Orléans avant l'ouragan Katrina 27 Présentation des différents quartiers de la Nouvelle-Orléans....3D Le sud et l'ouest de la ville 30 Le nord de la ville, de Lakeview à New Orleans East. 32 Le centre et l'est, très majoritairement peuplés de Noirs aux revenus globalement faibles. 34 La catastrophe et ses conséquences...35 Une discrimination dans l'aide et dans l'information :) q qq. q Les secours et le retard de leur intervention vus par la presse américaine Le traitement de l'information. 44 Les représentations sur la Nouvelle-Orléans.48 Les inégalités raciales révélées et exposées parl'ouragan Katrina.53 Chapitre Il. Les débuts de l'organisation de la reconstruction 61 Les enjeux ethniques et culturels de la reconstruction.62 Les instigateurs du processus de reconstruction..q.65 L'intervention de Ray Nagin 65 La commission Bring New Orleans Back et l'urban Land Institute 67 Les associations, acteurs majeurs 69 La réorientation du processus de reconstruction...q..q.. 7J Une organisation axée sur les quartiers 72 Un processus de reconstruction qui manque sérieusement de clarté 75 Le retour à une organisation plus centralisée 76

10 Un processus de reconstruction ponctué par des conflits 79 Les oppositions aux plans de la BNOB 79 Le choix des espaces à reconstruire et les enjeux qui y sont liés. 85 Des conflits liés à des opérations financières 88 Chapitre III. Les inégalités sociales et spatiales dans la reco nstructi 0n Un découpage favorisant les inégalités 95 Des quartiers plus ou moins impliqués dans le processus de reconstruction Des disparités socio-économiques aux disparités spatiales 101 Des chiffres apparemment peu fiables 102 L'évolution de la participation des habitants aux Community Congress. 107 L'inégalité dans la participation à la reconstruction. I 'exemple de deux quartiers noirs I 10 Une mobilisation à différents degrés dans les quartiers noirs. 110 Quelles conséquences sur la reconstruction? 113 Chapitre IV. Hypothèses sur l'avenir de la Nouvelle-Orléans L 'avenir à court terme de la Nouvelle-Orléans Les facteurs susceptibles d'intervenir dans la vitesse de la reconstruction 120 Cette situation est-elle la conséquence d'une stratégie de certains acteurs? 125 L'éloignement des plus pauvres en raison de la fermeture de logements sociaux 127 La situation deux ans après l'ouragan 130 La Nouvelle-Orléans (re)deviendra-i-elle hispanique :)... /37 Les raisons de J'arrivée des Latinos à la Nouvelle-Orléans 137 Différents conflits potentiels entre groupes ethniques 140 Conclusion 145 Bibliogra ph ie 147 ID

11 Cartes CarteI Taux d'afro-américains en Louisiane par PUMA en Carte 2 Situation de la Nouvelle-Orléans par rapport au réseau hydrographique de la Louisiane. 25 Carte 3 Taux d'afro-américains à la Nouvelle-Orléans et dans ses environs.. 57 Carte 4 Infill areas et planning districts à la Nouvelle-Orléans. 84 Carte 5 Part des logements loués parmi les logements occupés en 2000, par Census tract et à la Nouvelle-Orléans. 87 Carte 6 Les quartiers et les Planning Districts à la Nouvelle-Orléans 93 Carte 7 Espaces inondés et population participant au Community Congress /I par quartier, avant la modification 105 Carte 8 Espaces inondés et population participant au Community Congress /I par quartier, après modification des chiffres ] 06 Carte 9 Espaces inondés et population participant au Community Congress /II par quartier. 108 Carte 10 Taux de logements inoccupés en %, à la Nouvelle-Orléans et en Carte II Variation du nombre de foyers entre juillet 2005 et juillet Carte] 2 Taux de variation du nombre de foyers entre août 2006 et jui llet Carte 13 Taux d'afro-américains par comté en 2005 aux États-Unis.1 Carte 14 Dommages structuraux présentés sur le site Internet de l'unop 11 Carte 15 Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté aux États-Unis, par comté et en /1 Carte 16 Espaces inondés et taux d'afro-américains à la Nouvelle- Orléans 1V Carte 17 Maisons nettoyées par l' ACORN V Carte 18 Part des principaux groupes ethniques et revenus à la Nouvelle-Orléans par Census tract et en 2000 VI Carte 19 Demande de permis de démolir par mois à la Nouvelle- Orléans V1I Carte 20 Taux de population hispanique par comté aux États-Unis en V III Il

12 Illustrations Illustration I G.W. Bush observant les dégâts causés par l'ouragan..42 Illustration 2 Photographies AFP et AP.4 Illustration 3 Pancarte distribuée par I.ACORN 112 Illustration 4 Logements temporaires 133 Tableaux Tableau 1 Part des quartiers parmi les participants. dans la ville avant l'ouragan et rapport entre les deux. première version. 103 Tableau 2 Part des quartiers parmi les participants avant "ouragan et rapport entre les deux, deuxième version. 104 Schémas Schéma I Situation de la Nouvelle-Orléans par rapport à son réseau hydrograph igue.. 26 Schéma 2 Fonctionnement d'une onde de tempête. 37 Schéma 3 organisation des acteurs de la reconstruction de la Nouvelle- Or Iéan s

13 Introduction Le 30 août 2005, la ville de la Nouvelle-Orléans est frappée par l'ouragan Katrina. Son arrivée est anticipée depuis plus de 24 heures. La tempête est déjà passée au-dessus de la Floride et a causé plus de sept morts I. Néanmoi ns, lorsqu'elle s'approche de la Nouvelle-Orléans, Katrina est désormais passée à la catégorie 5 sur "échelle de Saffir-Simpson. ce qui correspond à des vents supérieurs à 250 km/il et à la plus forte classe d'ouragan. Par chance, sa trajectoire est légèrement déviée, et!'ouragan ne frappe pas la Nouvelle-Orléans de plein fouet. Les dégâts sont donc dans un premier temps relativement limités et ne concernent que ceux causés par les vents. Vers 9hOO heure locale, les digues retenant les eaux des canaux reiiés au lac Pontchartrain cèdent. L' inondation est donc, par certains endroits, brutale et concerne près de 80 % de la ville. Les images diffusées par les médias choquent une partie de!'opinion publique mondiale, en particulier parce que la population, pauvre, semb!e livrée à elle-même. La question de l'inégalité raciale se place rapidement au centre des débats, notamment du fait de la surreprésentation des Afro-Américains parmi les «évacués»2. Ce terme a par ailleurs remplacé celui de «réfitgiés», les personnes déplacées insistant sur le fait qu'elles sont américaines, bien qu'elles soient pauvres et noires. Quelques jours après le passage de Katrina, il est déjà question de la reconstruction de la Nouvelle-Orléans. Dans un discours prononcé dans la ville, à Jackson Square, le président des États-Unis, G. W. Bush, déclare: «Nous allonsfaire ce qui doit être /àit et rester aussi longtemps que nécessaire pour 1 Libération, 29 août 2005, «La Nouvelle-Orléans se vide avant l'ouragan», Pascal Riche. 1 New York Times, 4 septembre "Broken Levees. Unbroken Barriers" et 12 décembre 2005: "Evacuees Of Hurricane Katrina Resettle Along A Racial Divide"

14 aider les citoyens à reconstruire leur communauté et leurs. I vies». Cependant, les différents groupes sociaux et ethniques n'ont apparemment ni les mêmes intérêts dans la ville, et cherchent à tirer parti de la reconstruction pour faire de la Nouvelle-Orléans la cité qu'ils désirent, avec des objectifs parfois divergents, ni les mêmes capacités d'organisation collective et d'investissement dans la reconstruction. Les Noirs, dont les quartiers ont par ailleurs été davantage touchés par l'inondation que ceux des Blancs, semblent éprouver plus de difficultés pour revenir habiter à la Nouvelle- Orléans, notamment pour des raisons économiques. Cependant, la population désire majoritairement maintenir la diversité ethnique de la ville, et indique dans une enquête réalisée par l'unop (Unified New Orleans Plan) que cet enjeu fait partie de ses principales préoccupations2. Les représentations développées au sujet de la ville sont centrales dans les enjeux de la reconstruction. Certains Blancs, de la Nouvelle-Orléans ou des États-Unis d'une manière générale, ont une représentation négative de la ville et de la population qui la compose. Ils sont soupçonnés par des personnalités (Stanley Greene, photographe, par exemple) de tenter de faire des futurs plans de la cité un moyen de la nettoyer, en ne permettant l'installation que des populations riches. Les Noirs sont, en revanche, attachés à la Nouvelle- Orléans pour des raisons historiques et culturelles~, mais leur part dans la population s'est effondrée depuis le passage de l'ouragan. La reconstruction de la Nouvelle-Orléans comprend donc des enjeux importants, en termes culturels, idéologiques et économiques. Ces derniers sont généralement différents selon les groupes ethniques ou sociaux. I Extrait du discours du ] 5 septembre 2005, à Jackson Square, N.-0. et cité par le rapport final de «Bring New Orleans Back». 2 Enquête réalisée dans le cadre du Comlllunity Congress (<<Congrès» organisé par l'unop afin de connaître l'avis et les désirs de la population en ce qui concerne les plans de reconstruction de la Nouvelle-Orléans ). ] New York Times, 4 septembre 2005, Anne Rice, "Do You Know What It lv/eans to Lose New Or/eans.? " 14

15 De plus, au delà des conflits entre groupes ethniques se pose la question des manœuvres des entreprises pouvant chercher à tirer profit de la reconstruction, au détriment de certaines populations, notamment dans le quartier du Lower Ninth Ward et de Tremé. Deux ans après le passage de l'ouragan, les quartiers les plus touchés par l'inondation ne sont, pour la plupart, toujours pas reconstruits, et l'importance de la population reste très inférieure à son niveau de Les enjeux de la reconstruction conduisent ainsi à des conflits de pouvoir entre les différents acteurs politiques et les différents groupes de citoyens. Les promoteurs ont en effet des intérêts financiers dans la reconstruction, de la même manière que certains habitants, qui pourront bénéficier de l'augmentation des prix de l'immobilier et des loyers pour s'enrichir. Ceci vient en contradiction avec la volonté des Noirs, en moyenne plus pauvres, qui cherchent à se réinstaller sur place, dans des logements devenus inaccessibles en raison de l'augmentation des loyers. L'arrivée des Hispaniques, pratiquement absents de la ville avant l'ouragan, peut également entraîner des rival ités entre cette minorité et les Afro-Américains, aussi bien au niveau local qu'à l'échelle de l'état puisque la population d'origine hispanique est d'ores et déjà devenue la minorité la plus importante aux États-Unis, devant les Afro-Américains depuis Les migrants clandestins affluent notamment du Mexique et ils sont environ douze millions aux États-Unis. Ils servent de main-d'œuvre bon marché pour les entreprises américaines en général et dans la reconstruction de la Nouvelle-Orléans en particulier. Ils entrent donc en concurrence avec les Afro- Américains pour les emplois peu qualifiés. I D'après les estimations, en octobre 2006, la Nouvelle-Orléans ne comptait plus que habitants, contre près de avant l'ouragan (Community Survey 2005, census bureau). Source: New York Times, 7 octobre 2006, "New Orleans Population Is Reduced Nearly 60%". 2 Denis Lacorne, «Les Ftats-Unis», in Introduction E pluribus Unum, Fayard,

16 L'organisation de la reconstruction de la vi I]e s'est tàite dans un premier temps sous ]a forme de plans, dont les applications ont été variables. Que cachent-ils et cherchent-ils à modifier la composition ethnique et sociale de la ville? Les Noirs sont-ils exclus de la ville par leur plus faible capacité de mobilisation collective? Différentes questions apparaissent essentielles dans la reconstruction de la vi lie. La Nouvelle-Orléans peut-elle rester une ville afroaméricaine? Quels sont les autres enjeux qui sont Iiés à cet élément? Comment s'organise ]a reconstruction de la ville, quels en sont les acteurs, quels rôles jouent-ils, quels sont leurs pouvoirs? Quels sont les objectifs de ces mêmes acteurs, et comment agissent-ils pour les atteindre? Les acteurs de ]a reconstruction de la Nouvelle-Orléans ne sont en effet pas neutres, y compris lorsqu'ils sont censés agir pour le bien collectif. Leurs intérêts économiques, politiques et idéologiques sont parfois divergents, ce qui peut engendrer des conflits de pouvoir se répercutant sur la reconstruction. Leurs représentations orientent parfois leurs choix. J'analyserai dans un premier temps les enjeux de la reconstruction de ]a Nouvelle-Orléans, avant d'exposer les mécanismes du processus de reconstruction et le rôle des différents acteurs. Je montrerai ensuite comment les inégalités raciales et socio-spatiales engendrent des disparités dans la représentation de certains groupes dans le processus de reconstruction. Bien que l'ouragan ait frappé il y a plus de deux ans, la reconstruction est très loin d'être achevée, mais certaines tendances peuvent être dégagées. J'analyserai donc enfin les enjeux futurs de la Nouvelle-Orléans post-katrina. Méthodologie Si l'étude porte sur un territoire relativement limité, puisque considérant essentiellement la ville de la Nouvelle- Orléans, certains aspects sont dépendants de phénomènes qui jouent à différentes échelles, impliquant, dans certains cas, une ]6

17 approche multiscalaire des enjeux de la reconstruction de la Nouvelle-Orléans. L'ouragan Katrina a été en réal ité le second coup violent porté à l'administration républicaine, avec à sa tète le Président des États-Unis, Georges W. Bush, après le II septembre. Ce dernier a en effet été longuement critiqué pour ne pas avoir réagi rapidement à la catastrophe. Sa gestion de la crise est apparue catastrophique et il n'a pas pu apparaître comme le symbole d'une nation unie. La question de l'immigration hispanique, toute récente à la Nouvelle-Orléans, s'inscrit également dans un contexte national particulièrement prégnant, et dont les enjeux se placent au niveau local (quartier latino dans une ville), régional (frontière États-Unis Mexique), national (question de la langue anglaise, en recul face à l'espagnol), et micro-local (lutte pour une rue entre un gang hispanique et un gang afro-américain, par exem pie). D'autre part, la structure fédérale des États-Unis d'amérique implique que certains acteurs agissent à différentes échelles: la FEMA (Federal Emergency Management Agency) agit au niveau fédéral; la LRA (Louisiana Recovery Authority) au niveau de l'état; la City Planning Comm ission, au niveau de la Nouvelle-Orléans, les «District Teams» au niveau du quartier ou du district. Grâce à un travail de terrain de plusieurs semaines, j'ai pu rencontrer les acteurs de la reconstruction et mener des entretiens semi-qualitatifs. Autre élément essentiel: je n'ai disposé que de très peu de recul pour mener mon travail de recherche.1 Des quotidiens tels que Ie New York Times, Ie Washington Post, Ie Houston Chronicle et le Time Picayune (quotidien local de la Nouvelle- Orléans) m'ont permis d'aborder un sujet dont "évolution est constante, puisque la reconstruction est à ce jour encore loin d'ètre achevée. Les statistiques employées dans ce travail proviennent généralement du site officiel du bureau du recensement américain, et à défaut d'ètre toutes récentes (2000, pour celles à l'échelle de census tracts) sont généralement extrèmement I La bibliographie étant extrêmement limitée. 17

18 fines. Elles servent de base à mon travail de cartographie qui comprend également des données qualitatives: espaces inondés, réseau hydrographique. Les termes de race et de groupes ethniques renvoient à la classification du bureau du recensement américain. Ils sont incontournables pour traiter des sujets de société aux États-Unis car ils sont utilisés par la population elle-même pour s'autoidentifier et véhiculent des représentations lourdes de sens. 18

19 Chapitre I. Le reconstruction contexte de la Les représentations sur cette cité sont très nom breuses, et orientent largement les choix dans la reconstruction. Les Afro- Américains ont d'emblée été présentés comme les principales victimes et attendent beaucoup de la reconstruction, notamment parce qu'ils ont le sentiment d'avoir été la population la plus touchée par la catastrophe d'autant que l'ouragan a brutalement exposé la pauvreté des Noirs du sud des États-Unis et mis en exergue le mépris dont le pouvoir a fait preuve à leur égard. La Nouvelle-Orléans Situation historique et géographique de la Nouvelle-Orléans. Si la destruction de la ville est due à une catastrophe naturelle, cette dernière ne doit rien au hasard, car différents éléments ont conduit à aggraver l'impact de l'ouragan. Par conséquent, pour comprendre la reconstruction, il est nécessaire d'appréhender en premier lieu les raisons qui ont conduit à une telle destruction, en particul ier celles liées au mil ieu naturel dans lequel se situe la ville et à son aménagement dans le cadre de la croissance urbaine de la Nouvelle-Orléans. La situation géographique de la ville de la Nouvelle- Orléans est particulièrement délicate: le milieu dans lequel la cité est installée lui procure certes de nombreux avantages, mais les risques liés au climat et au relief sont importants. Une brève étude de la situation historique et géographique de la cité permet d'en comprendre les principaux éléments. La Nouvelle-Orléans est située dans l'état de la Louisiane, dans le sud des États-Unis d'amérique. Cette ville a été fondée en 1718 par Jean Baptiste Le Moyne, sieur de Bienville, chargé par Philippe d'orléans, frère de louis XIV qui accède à la régence après la mort de celui-ci, de coloniser le Nouveau Monde.

20 Positionnée sur la rive gauche d'un méandre du Mississippi, la ville servait de porte d'entrée pour le sud du continent nord-américain. Son emplacement lui a donné son surnom de «Crescent City»: la ville avait la forme d'un croissant' en raison de sa position sur un méandre, aspect qu'elle a par la suite perdu avec son développement dans les zones basses, grâce à l'assèchement des marais. Son emplacement sur le Mississippi a été choisi par le Sieur de Bienville, qui créa d'ailleurs les premiers plans de la ville. La croissance urbaine de la Nouvelle-Orléans est ensuite portée par un promoteur immobilier (un des premiers de toute l'amérique du Nord), John Law. Ce dernier fait la publicité de la ville, mais exagère largement sa taille, en faisant croire qu'elle est aussi grande que Paris, alors qu'elle n'abrite que 2000 habitants. En 1764, la ville n'est toujours pas un pôle majeur en Louisiane. Elle est cependant nommée capitale de l'état2. Ses activités économiques sont essentiellement portées sur l'agriculture, avec, dès cette époque, le coton, sur les rives du Mississippi. Comme au Québec le long du Saint Laurent, les parcelles sont constituées en «lattes de parquet» perpendiculaires aux rives du fleuve. Cette structure foncière héritée de l'occupation française est par ailleurs encore visible par image satellite3, en particulier à l'ouest de la ville." La croissance urbaine va en réalité décoller au début du XIXe siècle, suite au rachat de la Louisiane par la confédération des États-Unis d'amérique. L'aménagement restera néanmoins proche de celui pratiqué par les Français, notamment avec la conservation des squares urbains, typiques de villes coloniales européennes en Amérique.5 L'atout initial que lui confère sa position est toujours de mise aujourd'hui: le port de la Nouvelle-Orléans est l'un des plus importants des États-Unis d'amérique, notamment en ce I croissant, «crescent» en anglais. 2 Ce qu'elle n'est plus actuellement, la capitale étant Baton Rouge. J Sur Google Earth, par exemple. 4 Source: John REPS; La vi//e américaine, fondation et pm/et; Bruxelles; Edition Architecture + Recherche/ Pierre Mardaga. 5 ibid 20

21 qui concerne le transfert de matières premières, dont l'importation de pétrole et l'expotiation de céréales. Le port en eaux profondes permet par ai lieurs aux pétrol iers de transférer rapidement leurs cargaisons, retraitées ensuite dans les usines chimiques situées le long du fleuve. Le Mississippi est donc aménagé de telle sorte qu'il reste navigable jusqu'à la ville d'oklahoma city, permettant un transport efficace vers un très vaste hinterland, avec un accès à près de km de réseaux navigables. Cela ne sera pas sans conséquence, puisque la salinisation des marais, par l'entrée d'eau de mer provenant des canaux reliant le fleuve à l'océan, a entraîné la destruction de l'équilibre biologique de ces derniers. De ce fait, la végétation qui formait un obstacle aux éventuelles augmentations du niveau de l'eau, n'a pas pu s'interposer aux vagues, en particulier au nord-est de la vi lie i. On voit donc pourquoi, en dépit d'une situation topographique relativement délicate, la Nouvelle-Orléans s'est développée et a réussi à tirer parti de son environnement. Les activités économiques de la ville ne se sont cependant pas limitées à la fonction portuaire: la culture du coton tenait jusqu'au début du XXe siècle une place très importante dans l'économie régionale. Cette activité, nécessitant beaucoup de main-d'œuvre, a été le fruit du travail de nombreux esclaves, amenés d'afrique pour être exploités dans les plantations des riches propriétaires blancs. C'est donc la raison pour laq uelle le pourcentage d'afro-américains est élevé dans le sud des États- Unis et en Louisiane en particulier. Après l'abolition de l'esclavage en 1865, un certain nombre de Noirs désormais libres quitta la Louisiane pour s'installer dans les États du nord. Cependant, une majorité des anciens esclaves resta sur place, comme en témoignent les taux de populations noires particulièrement élevés en Louisiane ainsi que dans le reste du sud-est des États-Unis (voir Carte 13 p.i). Une seconde migration de la population afro-américaine s'est produite entre , période durant laquelle une part importante de la population noire est partie chercher du travail t Thomas Cadoul, «La vulnérabilité de la Nouvelle-Orléans.' bref bilan de la reconstruction en cours». 21

22 dans les usines installées dans les États du nord-est, dans des villes telles que Détroit ou New Yorkl. Arkansas Mississippi Taux d'afro-américains en pourcent en II De 54,1 à 91,3 % ml De 28,5 à 54,1 % li!1ide 21,ô à 28,5 % li!1ide13,5à21,6% D DeOà 13,5% Hugo Lefebvre; 2007 source;c",nsu5,gov,. estimations Golfe du Mexique o 75 Kilomètres Carte] Taux d'afro-américains en Louisiane par PUMA en 2005 Les Noirs de la Louisiane ne peuvent pas tous être simplement identifiés en tant qu'afro-américains, comme l'indique le bureau du recensement américain, car iis cherchent parfois à se distinguer des autres Noirs des États-Unis d'amérique, en ne se désignant pas comme Afro-Américains mais comme «gens de couleur libres» ou créoles2, pour insister sur leur passé français et multiculture!. Cette catégorie 150 I Frederick Douzet, «Le Rêve américain au cœur des dynamiques urbaines» in Les États-Unis, sous la direction de Denis Lacorne, 2006, Fayard. è site Intenet 22

23 n'est cependant pas officielle, mais depuis 2000, ils ont la possibilité de s'identifier comme appartenant à plusieurs races. Cette origine française fait également la spécificité de la Nouvelle-Orléans: certains toponymes, par exemple «Plaquemines», «Village de l'est», «Marigny» sont encore à consonance française, bien que la pratique de cette langue se perde peu à peu. Le Français pratiqué en Louisiane est de toute façon très différent de celui parlé en métropole. Ce sont surtout les plus anciens et vivant à la campagne qui conservent ce langage, appelé le cajun. Lors de mon enquête, un nombre important des Néo-Orléanais se sont présentés à moi comme étant d'origine française mais aucun d'entre eux ne parlait cajun. Cette langue a en effet été progressivement abandonnée par les descendants de colons français, parce qu'elle était mal acceptée par l'élite WASP (White Anglo-Saxon Protestant), et que son enseignement fut prohibé dans les écoles. Cette situation rappelle un peu celle des langues régionales en France, progressivement effacées pour laisser place au français. La situation géographique ainsi que la topographie de la Nouvelle-Orléans sont très particulières. La ville est en moyenne située 60 cm en dessous du niveau de la mer. Sa situation la rend donc très vulnérable au risque d'inondation, puisqu'au nord s'établit le lac Pontchartrain et qu'au sud coule le Mississippi. Son nom provient de l'algonquin, langage amérindien dans lequel «misi» veut dire grand et «sipi» eau. Ce fleuve surplombe d'ailleurs la plaine qu'il draine: le «père des eaux» (The Father ol Waters) transporte une importante charge sédimentaire, environ 2,7 kg d'alluvions par mètre cube d'eau d'où son autre surnom, «The Big Muddy», le grand boueux, en traduction littérale, et les dépose durant son trajet vers le Golfe du Mexique. Progressivement, il augmente donc son niveau de base, proche du niveau de la mer, en coulant sur ses propres alluvions. En cas de crue, les espaces inondés peuvent donc être très importants: si le fleuve déborde de son lit, l'eau inonde la Nouvelle-Orléans, en partie installée dans une cuvette. C'est pour cette raison que le quartier historique est situé aux altitudes les plus élevées, zones les plus sûres de la ville en cas d'inondation. Dès leur installation, les Français se sont ~j 'Y'

24 rendu compte du risque élevé d'inondation en cas de fortes pluies, fréquentes dans cette région dont les étés sont ponctués par les ouragans. 24

25 <U '"v 'x ~ ~ '" -0 J!! '" [" <5 I.;) 'ê 0 :sz I <::> Carte 2 Situation de la Nouvelle-Orléans par rapport au réseau hydrographique de la Louisiane. 25

26 Schéma réseau hydrographique. par rapport à son L'échelle n'est pas indiquée, car il ne.l''agit pas d'une coupe topographique précise, mais d'une représenta/ion simplifiée, uniquement destinée à donner une idée de la vulnérabilité de la ville en raison de sa situation hydrologique. Ce sont des digues qui ont permis d'assécher les parties les plus basses de la ville, qui, autrement, auraient raspect des marécages de «l'isthme» au nord-est de la Nouvelle-Orléans, entre le Lac Borgne et le Lac Pontchartrain. Les inondations ont été fréquentes. Les digues ont cédé par le passé, laissant l'eau envahir la ville comme en septembre 1965, suite à l'ouragan Betsy. Il est resté dans la mémoire des habitants comme la plus importante catastrophe ayant eu lieu à la Nouvelle-Orléans, avec pas loin de soixante-seize morts en Louisiane et des dégâts estimés à un milliard de dollarsl. Cependant, seul le Lower Ninth Ward, quartier situé à l'extrême sud-est de la ville, avait été touché. Certaines rumeurs ont couru: l'inondation aurait été provoq uée par une destruction intentionnelle des digues2. La situation était quoi qu'il en soit beaucoup moins grave que dans le cas de Katrina. I Source: Wikipedia; 2 Certaines personnes ont été soupçonnées d'avoir fait sauter les levées à la dynamite, pour inonder les terrains dont ils étaient propriétaires et bénéficier de ce fait des remboursements des assurances. Ces rumeurs se sont également répandues après Katrina. 26

27 De ce fait, ]a situation délicate de la Nouvelle-Orléans était connue et de nombreux rapports concernant la vulnérabilité de la cité avaient été remis aux différentes administrations, notamment à ]a Maison Blanche et à la FEMA (Federal Emergency Management Agency, agence fédérale de lutte contre les catastrophes naturelles), si bien que la question n'était pas «est-ce que» mais plutôt «quand» l'inondation vat-e]le se produire? Le principal quotidien local de la Nouvelle-Orléans, le Time Picayune, avait également averti des risques dans un dossier publié avant que la catastrophe ne se produise. Un événement tel que Katrina était donc tout à fait prévisible et ]a responsabilité des administrations dans l'ampleur de la catastrophe est de ce fait très importante. En 2004, le génie militaire, en charge de l'entretien des infrastructures de protection contre les crues, recommanda aux autorités la création d'une étude des moyens de protéger la Nouvelle-Orléans. Néanmoins, par manque de financements, cette étude n'a pas eu lieu. Plus grave encore, des fonds à destination de ce même génie militaire ont été coupés en 2005 par l'état fédéral, alors que ]e congrès américain, après avoir débattu, se prononce dans ]e même sens I. On peut donc parler de négligence de ]a part des administrations, qui n'ont pas su prendre en charge une menace clairement identifiée. A ceci vient également s'ajouter la gestion catastrophique de la crise, donnant le sentiment aux habitants de la Nouvelle-Orléans que l'état américain ne se soucie guère de leur sort. Le sentiment d'abandon de la part de l'administration a donc été d'autant plus mal vécu qu'à la catastrophe naturelle s'est greffée la catastrophe humanitaire, qui a fait éclater sur la place publique les inégalités socio-économiques qui continuent de toucher la population noire aux États-Unis. La Nouvelle-Orléans avant l'ouragan Katrina Différents indicateurs statistiques permettent de comparer la Nouvelle-Orléans avec le reste des États-Unis. Les chiffres I Diane Halloway, "II/ho Kif/cd Ve1V Or/cans? Mother Sature vs. Human nature",

Les enjeux de la reconstruction de la Nouvelle-Orléans après l'ouragan Katrina

Les enjeux de la reconstruction de la Nouvelle-Orléans après l'ouragan Katrina Les enjeux de la reconstruction de la Nouvelle-Orléans après l'ouragan Katrina id L'Harmattan, 2008 5-7, rue de l'ecole polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com harmattan] @wanadoo.fr

Plus en détail

REMERCIEMENTS: CREDITS:

REMERCIEMENTS: CREDITS: REMERCIEMENTS: Le Centre de lecture et d'écriture remercie le Ministère des affaires culturelles direction Montréal - aide aux organismes en matière de patrimoine - pour son soutien financier. CREDITS:

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

BASOL COMMUNIQUE. Définition. Edito. Base de données des sites et sols pollués ou potentiellement pollués

BASOL COMMUNIQUE. Définition. Edito. Base de données des sites et sols pollués ou potentiellement pollués COMMUNIQUE Base de données des sites et sols pollués ou potentiellement pollués Edito Définition Le Nord-Pas-de-Calais, de par son héritage industriel, compte de nombreux sites encore en activité ou en

Plus en détail

La méthodologie utilisée pour développer cette recherche est une. révision de littérature publiée entre l année mille neuf cent quatre-vingt

La méthodologie utilisée pour développer cette recherche est une. révision de littérature publiée entre l année mille neuf cent quatre-vingt 1 METHODOLOGIE 1.1 L Envergure de l Etude La méthodologie utilisée pour développer cette recherche est une révision de littérature publiée entre l année mille neuf cent quatre-vingt quatorze (1994) et

Plus en détail

Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914)

Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914) Résultats d apprentissage spécifiques Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914) programme d études - histoire du canada 1231 (version provisoire 2011) 45 RAS 1 L élève devra examiner

Plus en détail

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Les États-Unis sont le marché touristique international le plus important pour le Canada et l Ontario. Par conséquent, on déploie des efforts importants

Plus en détail

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston 2011-2012 LACHAAL Rafik I. Introduction Les données choisis concernent les logements en banlieue de Boston. Celle-ci

Plus en détail

Navette Atlantis à Cap Canaveral. Un exemple de régions motrices du Sud = la FLORIDE

Navette Atlantis à Cap Canaveral. Un exemple de régions motrices du Sud = la FLORIDE Navette Atlantis à Cap Canaveral Un exemple de régions motrices du Sud = la FLORIDE B. Des activités économiques et des réseaux puissants : -- une agriculture commerciale puissante et exportatrice (productions

Plus en détail

La frontière américano-mexicaine Les Etats frontaliers Le Mexique lors de son indépendance en 1821 Une frontière difficile à franchir et à contrôler

La frontière américano-mexicaine Les Etats frontaliers Le Mexique lors de son indépendance en 1821 Une frontière difficile à franchir et à contrôler RIO GRANDE - LE FANTÔME DE LA NOUVELLE ESPAGNE Recherches et écriture: LEPAC / Jean-Christophe Victor Réalisation : Frédéric Ramade Graphisme : Pierre-Jean Canac Diffusion sur Arte le 06.10.2010 Entre

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni.

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Le Royaume Uni est un archipel (un ensemble d iles). Il est

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France

Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Opinion & Corporate Marion Desreumaux,

Plus en détail

Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé

Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé Repères Rezé novembre 2014 L'isolement des adultes Jeunes adultes, couples séparés, personnes âgées : de plus en plus de personnes vivent seules. Pour certains c est un choix assumé qui n empêche pas d

Plus en détail

FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL

FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL PROGRAMMATION CULTURELLE POUR UN DEVELOPPEMENT URBAIN DURABLE une analyse de Franco Bianchini NOVEMBRE 2008 PROGRAMMATION CULTURELLE POUR UN DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille Extension de l école de la deuxième chance à Marseille CONTEXTE La notion d Ecole de la Deuxième Chance La notion d école de la seconde chance fait suite à la parution, en 1995, d un Livre Blanc de la

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Épreuve commune 3è d Histoire-Géographie / Éducation civique Durée : 2h

Épreuve commune 3è d Histoire-Géographie / Éducation civique Durée : 2h 15/05/09 Collège du Bastberg 8h-10h Épreuve commune 3è d Histoire-Géographie / Éducation civique Durée : 2h Barème : I. Sujet de Géographie 18 points II. Sujet d Éducation civique 12 points III. Repères

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

LES ETATS-UNIS. Introduction : CHAPITRE 10 : Géographie. Les États-Unis dans le monde (Dessin de Chapatte du 17 octobre 2006)

LES ETATS-UNIS. Introduction : CHAPITRE 10 : Géographie. Les États-Unis dans le monde (Dessin de Chapatte du 17 octobre 2006) CHAPITRE 10 : Géographie LES ETATS-UNIS Introduction : Les États-Unis dans le monde (Dessin de Chapatte du 17 octobre 2006) CARTE : Les États-Unis d'amérique et ses principales villes Au niveau mondial,

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

12e congrès national de Métropolis IMMIGRATION ET DIVERSITÉ

12e congrès national de Métropolis IMMIGRATION ET DIVERSITÉ 12e congrès national de Métropolis IMMIGRATION ET DIVERSITÉ Au carrefour des cultures et au cœur du développement économique ATELIER D6, samedi 20 mars 2010 1 RACIALISATION DE LA PAUVRETÉ À MONTRÉAL :

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services. Vers une réforme de la structure du secteur bancaire européen?

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services. Vers une réforme de la structure du secteur bancaire européen? SPEECH/12/XXX Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Vers une réforme de la structure du secteur bancaire européen? Débat organisé au Parlement européen

Plus en détail

La perception de l'inflation par les ménages depuis le passage à l'euro

La perception de l'inflation par les ménages depuis le passage à l'euro INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable (Centre d étude des Amis de la Terre-Belgique) Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-mail : idd@iddweb.be

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

Continental Divide. 3 à 6 joueurs 120 minutes à partir de 14ans

Continental Divide. 3 à 6 joueurs 120 minutes à partir de 14ans Continental Divide Domptez le continent américain! La guerre civile est terminée! L'Amérique ambitionne de relier l'océan atlantique à l'océan pacifique grâce aux chevaux de fer et à leurs rails d'acier.

Plus en détail

Thème I/III : A quoi ressemblent les grandes villes de pays riches?

Thème I/III : A quoi ressemblent les grandes villes de pays riches? Thème I/III : A quoi ressemblent les grandes villes de pays riches? D après J. Bastié, La France dans le monde : A,1 «Ville du désir, Paris est le premier centre de congrès internationaux du monde. Ses

Plus en détail

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Conférence Régionale sur l Assurance et la Réassurance des Risques liés aux Catastrophes Naturelles en Afrique Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Présenté par Mr Abdelkrim

Plus en détail

Question Moritz Boschung Répartition linguistique du personnel de l'etat

Question Moritz Boschung Répartition linguistique du personnel de l'etat Question Moritz Boschung Répartition linguistique du personnel de l'etat QA3221.09 Question Les informations reçues de la part du Service du personnel et d'organisation de l'etat de Fribourg (SPO) concernant

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

SECTION C: POLITIQUES DE SOUTIEN EN ENVIRONNEMENT PHYSIQUE FAVORISANT L ACTIVITÉ PHYSIQUE

SECTION C: POLITIQUES DE SOUTIEN EN ENVIRONNEMENT PHYSIQUE FAVORISANT L ACTIVITÉ PHYSIQUE SECTION C: POLITIQUES DE SOUTIEN EN ENVIRONNEMENT PHYSIQUE FAVORISANT L ACTIVITÉ PHYSIQUE Introduction Les stratégies d'activité selon la population incluent des initiatives pour créer des politiques et

Plus en détail

En quoi habiter une ville d un pays développé est-il différent d habiter une ville d un pays en développement?

En quoi habiter une ville d un pays développé est-il différent d habiter une ville d un pays en développement? G3. HABITER LA VILLE En quoi habiter une ville d un pays développé est-il différent d habiter une ville d un pays en développement? Introduction. Observer deux photographie et décrire. I - Étude de cas.

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Contenu Contenu... 1 1. Facultés... 2 2. CMR... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes... 5 5. Conclusion... 5 Le 8 juin 2011, l Association

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec

Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec L Enquête nationale auprès des ménages (ENM) Analyse régionale Janvier 2014 Le portrait sur l Immigration et la diversité ethnique au Canada était la

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.1 - Quels passagers dans les aéroports français? Elisabeth Bouffard-Savary (Chef de Bureau Direction du Transport Aérien DGAC) Chaque acteur

Plus en détail

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Orha Nord-Pas-de-Calais 54 Les Cahiers de l Orha - Avril 24 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Les enjeux des domaines skiables européens Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Par Laurent Reynaud Délégué Général de Domaines Skiables de France Représentant de la FIANET Fédération Internationale des

Plus en détail

Conseil Mondial de l Eau

Conseil Mondial de l Eau Conseil Mondial de l Eau Communiqué de Presse GESTION DES RISQUES : UNE REPONSE GLOBALE POUR ATTENUER LES CATASTROPHES FUTURES Katrina (2005) a été la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l'histoire:

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Enquête sur les déplacements domicile travail. Printemps 2013. Faite par le SGEN-CFDT de Basse-Normandie

Enquête sur les déplacements domicile travail. Printemps 2013. Faite par le SGEN-CFDT de Basse-Normandie Enquête sur les déplacements domicile travail Printemps 2013 Faite par le SGEN-CFDT de Basse-Normandie Enquête réalisée auprès de tous les personnels du Second degré disposant d'une adresse électronique

Plus en détail

Renouvellement urbain de l Arlequin

Renouvellement urbain de l Arlequin Renouvellement urbain de l Arlequin Une stratégie d aménagement urbain associant expertise habitante et professionnelle La Villeneuve de Grenoble, Ateliers populaires d urbanisme Hélène Bourgeois PFE printemps

Plus en détail

ETATS-UNIS, BRESIL: DYNAMIQUES TERRITORIALES

ETATS-UNIS, BRESIL: DYNAMIQUES TERRITORIALES ETATS-UNIS, BRESIL: DYNAMIQUES TERRITORIALES FICHE EDUSCOL: OBJECTIFS ET MISE EN OEUVRE Les élèves réalisent en amont du cours le croquis de l'organisation spatiale soit des Etats-Unis, soit du Brésil.

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

Une typologie des paysages socio-sanitaires en France

Une typologie des paysages socio-sanitaires en France notes et documents n 1 - avril 1998 Une typologie des paysages socio-sanitaires en France Présentation synthétique des résultats concernant la Bourgogne Source : Étude CREDES n 1220 avril 1998 U notes

Plus en détail

Un travail didactique de «re-lecture»

Un travail didactique de «re-lecture» Comment mesurer la démocratisation? Proposition de cadre interprétatif Sylvie OCTOBRE * S il est vrai que les résultats d enquêtes viennent parfois nourrir les assertions politiques de l information à

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

Faubourg Saint Médard

Faubourg Saint Médard Faubourg Saint Médard de 1860 à 1914 "Je m'informe donc je suis. J'agis donc j'existe" Dominos LA FONTAINE asbl À la recherche de l'histoire de notre local dans le cadre de nos activités d'éducation permanente

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS

RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS Titre de la communication : RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS Par TUBLU Komi N kégbé Fogâ Gestionnaire de Patrimoine Culturel

Plus en détail

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique Fiche 6 : approche scientifique et technique, du projet à la réalisation par le plan Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture

Plus en détail

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible.

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible. Tarification: calcul d une prime d assurance Mémoire sur le document de consultation: Pour un régime durable et équitable Jean-François Guimond 16 mai 2006 Prime = Fréquence x Coût moyen Facteurs influençant

Plus en détail

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS Nelly GOUIDER En, chaque personne résidant sur le territoire métropolitain a effectué en moyenne près de six voyages à plus de kilomètres de son domicile au cours

Plus en détail

ENQUETE ESS. Introduction

ENQUETE ESS. Introduction ENQUETE ESS Introduction L European Social Survey (ESS) est une étude en série reconduite tous les deux ans. Cette enquête est conçue afin de mesurer les attitudes sociales contemporaines des européens

Plus en détail

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Paris, le 24 Octobre 2008 Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Un sondage exclusif de l institut Harris Interactive, en partenariat avec la chaîne d information

Plus en détail

Partie 2 Thème 2 Les puissances émergentes

Partie 2 Thème 2 Les puissances émergentes Partie 2 Thème 2 Les puissances émergentes La notion de puissance émergente n'a pas de définition précise. Elle est forgée dans les années 80 pour décrire le phénomène d'entrée progressive sur la scène

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national A. Les déplacements 1. La mobilité A - Contexte national Avec les enjeux liés à l'environnement et au changement climatique, les déplacements sont au cœur des préoccupations : indispensable à nos modes

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013)

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) 1 CONCERTATION POUR LE PROJET DE RECONSTRUCTION DE LA LIGNE DE GRAND TRANSPORT D ELECTRICITE ENTRE ARRAS ET LILLE RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) RAPPEL Le débat public pour ce projet dont

Plus en détail

Évaluations statistiques

Évaluations statistiques 1 / 20 Évaluations statistiques Statistiques annuelles 2010, analyses pour l'ensemble de la Suisse Informations et formulaires de demande: www.leprogrammebatiments.ch 2 / 20 18.03.2011 Centre national

Plus en détail

Etude de cas : Comment vit-on dans New York en 2010?

Etude de cas : Comment vit-on dans New York en 2010? Etude de cas : Comment vit-on dans New York en 2010? A partir d'extraits de films et de doc variés Trace écrite New York est la ville la plus peuplée (26 millions d'habitants) et la plus puissante des

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco

Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco UNIVERSITE PIERRE MENDES FRANCE Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco Du 2 mai au 8 juillet. 2 P a g e a) Vie pratique : Logement : A San Francisco, je logeais dans une résidence

Plus en détail

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 1. Généralités DEVELOPPEMENT URBAIN La région MENA a l un des taux de croissance démographique les plus élevés du monde (2,1 % en moyenne par an de 1990 à 2003).

Plus en détail

Les inégalités contre les risques majeurs

Les inégalités contre les risques majeurs Les inégalités contre les risques majeurs Étude de cas Partie 3 I. Approfondir le dossier documentaire sur les inégalités face aux risques majeurs A. Une bibliographie Une visite à ton CDI est indispensable.

Plus en détail

L année a incontestablement été marquée par l impact de

L année a incontestablement été marquée par l impact de Une année marquée par l'impact de Lille 2004 L année a incontestablement été marquée par l impact de «Lille 2004 - Capitale européenne de la culture». Cet évènement a eu des répercussions très importantes

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Etude sur la mobilité locative

Etude sur la mobilité locative pour Etude sur la mobilité locative Septembre 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : PERL Echantillons : Echantillon de 502 actifs, locataires et éligibles au logement social,

Plus en détail

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE Les copropriétaires se demandent souvent que faire dans le cas où leur bien immobilier est affecté de malfaçons et que la garantie

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Sondage Viavoice pour le Groupe Pasteur Mutualité VIAVOICE «Mieux comprendre l opinion pour agir» Études et conseil en opinions 9 rue Huysmans

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 9 Le louage Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le louage Le contrat de location de meuble Le bail de logement Le bail commercial 2 Objectifs Après la lecture du chapitre,

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH

Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH Appel d Offres Ouvert n 17/2012 Du 19/12/2012 à 9h30mn Etude Foncière relative à l aire

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Agence d Urbanisme et d Aménagement du Territoire Toulouse Aire Urbaine OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Décembre 2003

Plus en détail

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes 20 Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes L un des faits marquants de la période qui a commencé dans les années 1980 est l utilisation d instruments extrêmement complexes

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/13/INF/8 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER MAI 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Treizième session Genève, 19 23 mai 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LE RÔLE DES BREVETS

Plus en détail