NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL"

Transcription

1 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL Distr. GÉNÉRALE E/ESCAP/CICT/2 25 août 2008 FRANÇAIS ORIGINAL: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE ET SOCIALE POUR L ASIE ET LE PACIFIQUE Comité des technologies de l information et de la communication Première session novembre 2008 Bangkok RÉDUCTION DES RISQUES DE CATASTROPHE À L AIDE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION EN ASIE ET DANS LE PACIFIQUE (Point 5 de l ordre du jour provisoire) Note du secrétariat RÉSUMÉ Les technologies de l information et de la communication (TIC), y compris les technologies de l espace, peuvent constituer un instrument important pour faciliter à toutes leurs étapes les activités de réduction des risques de catastrophe; toutefois, nombre de décideurs peuvent n être pas pleinement conscients du potentiel de ces technologies. Dans le présent document, le secrétariat décrit les tendances de la mise au point et de l application des TIC pour la réduction des risques de catastrophe. Il indique les domaines dans lesquels ces technologies jouent, ou peuvent jouer, un rôle clef, notamment: a) les systèmes d alerte précoce efficaces, les communications d urgence et les systèmes de gestion des catastrophes; b) la mise en œuvre du Cadre d action de Hyogo pour : pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes; et c) l appui stratégique pour aider à traiter les principaux problèmes de la réduction des risques de catastrophes. Les gouvernements à tous les niveaux doivent avoir accès à l information nécessaire pour être en mesure d appliquer des plans, programmes et actions efficaces en matière de réduction des risques de catastrophe. Le présent document traite de l expérience acquise et des nouvelles tendances en matière de coopération internationale, qui peuvent élargir cet accès, ainsi que de domaines spécifiques dans lesquels la coopération peut se révéler efficace par exemple a) le développement et le partage de l infrastructure et des ressources dans le domaine des technologies de l information, des communications et de l espace; b) les réseaux de communication multirisques et c) le renforcement des moyens permettant d utiliser les technologies de l information et de la communication dans la gestion des catastrophes. Le Comité souhaitera peut-être donner des directives au secrétariat quant à l orientation stratégique à imprimer à ses futures activités dans ce domaine, y compris les produits qui pourraient éventuellement figurer dans le programme de travail pour l exercice biennal DMR A TR TP DP DI CICT_2F

2 - i - TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION POUR LA RÉDUCTION DES RISQUES DE CATASTROPHE... 2 A. Préparation et alerte précoce... 3 B. Interventions et secours... 4 II. LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION À L APPUI DU CADRE D ACTION DE HYOGO POUR : POUR DES NATIONS ET DES COLLECTIVITÉS RÉSILIENTES FACE AUX CATASTROPHES A. Le rôle des technologies de l information et de la communication dans les dispositifs nationaux pour la réduction des risques de catastrophe... 6 B. Technologies de l information et de la communication : infrastructure et applications pour l atténuation des effets des catastrophes et le relèvement après les catastrophes C. Diffusion de l information et accès à l information D. Systèmes de communication d urgence III. COOPÉRATION RÉGIONALE DANS LE DOMAINE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUMICATION POUR LA RÉDUCTION DES RISQUES DE CATASTROPHE A. Développer et partager les infrastructures et les ressources B. Réseaux régionaux d information sur les catastrophes C. Renforcement des capacités IV. QUESTIONS À EXAMINER Page

3 Page 1 Introduction 1. La région de l Asie et du Pacifique compte 61 % de la population mondiale mais elle souffre de façon disproportionnée des catastrophes pour ce qui est tant des pertes en vies humaines que des effets négatifs sur le développement socioéconomique. En 2007, 37 % des catastrophes mondiales se sont produites dans la région, causant plus de 90 % de l ensemble des victimes recensées et près de la moitié des pertes économiques imputables aux catastrophes naturelles. 1 Des dix pays qui ont connus le plus grand nombre de victimes en 2007, six se trouvent dans la région de l Asie et du Pacifique En mai 2008, le cyclone Nargis a fait morts ou disparus et a affecté quelques 2,4 millions de personnes au Myanmar. 3 Ce même mois, environ personnes ont trouvé la mort et plus de 45 millions ont été affectées par un tremblement de terre dans la province chinoise du Sichuan 4 Ces catastrophes ont mis l accent sur l importance des instruments de l information, de la communication et de l espace à l appui de pratiques efficaces de réduction des catastrophes pour l évaluation de la vulnérabilité, la préparation, l alerte précoce et l intervention d urgence. 3. Bien que l on ne puisse éviter les aléas 5, des mesures peuvent êtres prises pour prévenir les catastrophes en réduisant la vulnérabilité des communautés exposées à des aléas majeurs. Les catastrophes représentent un vaste défi de développement majeur pour tous les pays. Pour un développement durable, il importe d intégrer la réduction des risques de catastrophe aux politiques, à la planification et à l exécution du développement. Cela requiert une action collective de la part des gouvernements, de la société civile, des collectivités, des organisations régionales et internationales et de tous les autres acteurs concernés. 4. À la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes, tenue à Kobe (Japon) en janvier 2005, a été adoptée une stratégie mondiale pour la réduction des risques de catastrophes, le Cadre d action de Hyogo pour : pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes. 6 On compte que cette stratégie mondiale aboutira à une réduction substantielle des pertes provoquées par les catastrophes, qu il s agisse des pertes de vies ou des pertes d avoirs sociaux, 1 Calculs de la CESAP fondés sur: J-M Scheuren et al, Annual Disaster Statistical Review: The Numbers and Trends 2007 (Centre de recherche sur l épidémiologie des catastrophes, 2008) p. 33 et 37. Site Publications/publications.html consulté le 3 août Ibid., p. 7. Ces pays sont les suivants: Bangladesh, Chine, Inde, Pakistan, Philippines et Viet Nam. 3 Bureau de la coordination des affaires humanitaires, Myanmar Cyclone Nargis, Rapport de situation du BCAH 35, 26 juin Site consulté le 2 juillet Bureau de la coordination des affaires humanitaires, Sichuan Province, China-earthquake, Rapport de situation du BCAH, 30 mai Site full_report.pdf consulté le 2 juillet Dans une référence en ligne, Terminology: basic terms of disaster risk reduction, la Stratégie internationale pour la réduction de catastrophe définit un «aléa» comme une «manifestation physique, phénomène ou activité humaine susceptible d occasionner des pertes en vies humaines ou des préjudices corporels, des dommages aux biens, des perturbations sociales et économiques ou une dégradation de l environnement» tandis qu une «catastrophe» résulte de la combinaison d aléas, de conditions de vulnérabilité et d une capacité ou de mesures insuffisantes pour réduire les conséquences potentielles négatives de l aléa». Site consulté le 3 août A/CONF.2006/6 et Corr. 1, chap. I, résolution 2.

4 Page 2 économiques et environnementaux des collectivités et des pays. La Déclaration de Hyogo 7 a souligné la nécessité de développer et de renforcer des approches régionales coordonnées et d instituer des politiques, mécanismes opérationnels, plans et systèmes de communications régionaux ou d améliorer ceux qui existent déjà afin d assurer une préparation et une réaction rapide et efficace face aux catastrophes qui dépassent les possibilités d action nationales. 5. Reconnaissant que la réduction des risques de catastrophe est une question transsectorielle extrêmement complexe, qui exige un effort de compréhension, des connaissances et une action résolue, la CESAP a adopté la résolution 64/2, du 30 avril 2008, relative à la Coopération régionale en vue de l application du Cadre d action de Hyogo. Par cette résolution, la Commission prie la Secrétaire exécutive de renforcer le rôle et les capacités de la CESAP en matière de prévention des risques de catastrophe et de prendre des mesures efficaces pour faciliter, en coopération avec les entités compétentes des Nations Unies, la mise en œuvre du Cadre d action de Hyogo dans la région. 6. Dans le présent document, le secrétariat a) décrit les tendances du développement et de l application des technologies de l information et de la communication (TIC) 8 à l appui de la réduction des risques des catastrophe, b) présente le cadre de réduction des risques de catastrophe et les principales activités pertinentes dans lesquels les TIC on un rôle majeur à jouer à l appui de la stratégie et c) recense l expérience acquise et les nouvelles tendances et examine les domaines qui se prêtent à une coopération régionale en matière de TIC pour la gestion des catastrophes. 7. La mention de noms de sociétés, de produits commerciaux ou de technologies particulières n implique aucune approbation de la part de l Organisation des Nations Unies. I. LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION POUR LA RÉDUCTION DES RISQUES DE CATASTROPHE 8. Les technologies de l information et de la communication constituent un instrument important à tous les stades des activités de réduction des risques des catastrophes : atténuation, préparation, intervention et relèvement en cas de catastrophe. 9 Ces technologies comprennent les systèmes d information spatiale (comme l intégration et l analyse de l information, l évaluation des risques de catastrophe et la modélisation, l atténuation et le plan d intervention); la télédétection (observation et collecte de données); l Internet, les sites Web et les portails (partage et entreposage de l information, 7 Ibid., résolution 1. 8 Dans le présent document, l expression «technologies de l information et de la communication» englobe, selon qu il convient, les technologies de l espace. 9 Atténuation: Mesures structurelles et non structurelles adoptées pour limiter les effets préjudiciables des risques naturels, de la dégradation de l environnement et des risques technologiques. Planification en prévision des catastrophes: Activités et mesures prises à l avance pour assurer une réaction efficace aux effets des risques. Intervention: fourniture d une assistance ou de secours pendant ou immédiatement après une catastrophe pour préserver la vie ou répondre aux besoins fondamentaux des populations affectées. Relèvement: Décisions et actions prises après une catastrophe en vue de rétablir à leur niveau antérieur les conditions de vie de la population sinistrées ou de les améliorer tout en encourageant et facilitant les ajustements nécessaires pour réduire le risque de catastrophe. Stratégie internationale pour la réduction des catastrophes «Terminology: basic terms of disaster risk reduction.» Site consulté le 18 juillet 2008.

5 Page 3 et centres de connaissances).; Lles systèmes de communication (télévision, radio, satellite, mobile cellulaire, large bande); et les applications des TIC (systèmes de gestion des catastrophes) Toutefois, de nombreux décideurs travaillant dans le domaine de la réduction des risques de catastrophe ne sont peut- être pas très au courant des bonnes pratiques d exploitation des TIC en vigueur ailleurs et du potentiel que ces pratiques peuvent offrir pour leur travail. Ils peuvent également ne pas disposer des capacités techniques qui permettraient d intégrer ces instruments à leur activité quotidienne. C est aux intervenants nationaux exploitant les TIC qu il incombe de promouvoir et d améliorer les disponibilités de ces technologies à un coût abordable ainsi que les services connexes à l appui de la réduction des risques de catastrophe. A. Préparation et alerte précoce 10. Lorsque le tsunami de l Oocéan iindien a frappé plusieurs pays d Asie en 2004, il a causé la perte d environ vies, en raison notamment de l absence de systèmes permettant de diffuser l alerte en temps utile. On a constaté la même déficience en matière d alerte précoce au Myanmar En revanche, le Bangladesh était relativement bien préparé lorsqu il a été atteint en novembre 2007 par le cyclone Sidr, qui était un super cyclone de la catégorie 4. Les systèmes de préparation et d alerte précoce institués prévus longtemps auparavant à l avance par le gouvernement du Bangladesh ont été activés avant que le cyclone ne touche la côte, ce qui a considérablement réduit l impact humanitaire de la catastrophe. Les mesures de préparation ont comporté l évacuation d environ 3,2 millions de personnes Les technologies de l information et de la communication offrent un support crucial pour le développement de systèmes fiables d alerte rapide permettant de donner l alerte en temps utile et de manière intelligible aux populations à risque. L information reçue de différentes sources est rassemblée, utilisée pour une évaluation précoce des risques et une modélisation de la catastrophe, et analysée rapidement pour permettre un avertissement précoce. Un ou plusieurs canaux de communication sont utilisés pour transmettre l alerte provenant de l autorité centrale qui suit la situation et en avertit tout ceux qui doivent être alertés. 12. Un système d alerte rapide peut utiliser plusieurs moyens de communication en parallèle, 10 Pour un examen approfondi de l utilisation des TIC à l appui des différentes en tant que moyen d appuyer les diverses phases de gestion des catastrophes, voir C. Wattegama, ICT for Disaster Management (Programme des Nations Unies pour le développement-programme Asie- Pacifique d information sur le développement et Centre Asie-Pacifique de formation aux technologies de l information et de la communication pour le développement 2007). Site consulté le 18 juillet Office de la coordination des affaires humanitaires, Myanmar Cyclone Nargis, rapport de situation 35, 26 juin 2008, p. 2. SInformation obtenu en ligne le 2 juillet 2008 sur le site Filename/EDIS-7FYSXY-full_report.pdf/$File/full_ report.pdf. consulté le 2 juillet Nations Unies, Cyclone Sidr: United Nations rapid initial assessment report, with a focus on 9 worst affected districts, 22 novembre SiteInformation obtenu en ligne le 3 août sur le s consulté le 3 août 2008.

6 Page 4 selon la disponibilité de l infrastructure nécessaire. Il peut s agir de médias traditionnels tels que la radiodiffusion et la télévision publiques, le téléphone fixe, les radioamateurs et communautaires, et les sirènes, ou de médias modernes tels que le message court, le message à destinataires multiples 13 et la radio par satellite. 14 Les services tels que le courrier électronique ou la messagerie instantanée peuvent également être utilisés mais ils requièrent un accès Internet. Les médias en ligne jouent un rôle important dans l alerte précoce ainsi que cela a été démontré par AlertNet, réseau humanitaire de nouvelles centré sur un site wweb qui attire plus 10 millions d utilisateurs par an. 15 Quel que soit le canal utilisé, l objectif est, non pas de donner la préférence à un moyen d information plutôt qu à un autre, mais bien de transmettre l avertissement le plus rapidement possible et de manière aussi précise que possible. 13. Les technologies d information spatiale telles que les systèmes d information géographique et les technologies de la communication, notamment les fréquences radio multibandes 16 et la téléphonie mobile et par satellite sont maintenant intégrées aux opérations quotidiennes de la gestion d urgence. Ces technologies sont de plus en plus appliquées pour l évaluation des risques, l alerte et l intervention rapides et pour la conception de programmes en réponse à des problèmes particuliers de réduction des risques de catastrophe. Plusieurs programmes dans le monde assurent la diffusion par Internet d informations spatiales en temps réel par l intermédiaire de serveurs cartographiques par exemple. Moyennant un bon accès, ces éléments peuvent constituer un instrument essentiel pour les gestionnaires de crises qui doivent planifier et exécuter des plans d alerte rapide. B. Interventions et secours 14. Les technologies de l information et de la communication facilitent également la fourniture d assistance pendant une catastrophe ou immédiatement après pour protéger les vies et répondre aux besoins essentiels de subsistance des populations affectées. Les réseaux TIC transmettent l alerte en cas de catastrophe et facilitent les interventions. En cas d urgence, l aptitude des organismes d intervention et des équipes sur le terrain à communiquer est essentielle pour l organisation d un effort coordonné destiné à atténuer les effets et les conséquences des catastrophes. Toutes ces équipes doivent être en mesure de communiquer, éventuellement par-delà des frontières, pour assurer l efficacité de leur action coordonnée. 15. Si certaines technologies sont manifestement indiquées pour répondre aux besoins d urgence, le recours à de multiples formes de communication d urgence renforce les avantages de chacune 13 La messagerie cellulaire exploitant certains systèmes sans fil permet de diffuser un message sur les écrans de tous les appareils mobiles prévus à cet effet. 14 La radio par satellite joue un rôle clef tant pour l alerte que pour les phases de relèvement car elle peut être utilisée dans des zones non couvertes par les chaînes radio normales. 15 Voir 16 Une fréquence radio multibande permet à un seul dispositif radio d opérer sur toutes les bandes radio de sécurité publique. Ainsi les services d urgence (police, pompiers et personnel médical d urgence) peuvent communiquer avec les organismes partenaires indépendamment de la bande radio qu ils utilisent.

7 Page 5 d elles comme on le verra ci-après : a) Les services terrestres fixes, les satellites de communication, notamment la téléphonie mobile par satellite, ainsi que les services mobiles et sans fil permettent les échanges vocaux et les échanges d information entre les différentes équipes de secours, pour la planification et la coordination des activités de secours; b) Les services d amateurs (comme les radioamateurs) peuvent aider à organiser les opérations de secours dans les zones sinistrées, notamment là où les autres services ne sont pas encore opérationnels; c) Les services de radiodiffusion terrestre et par satellite peuvent, s ils fonctionnent encore, aider à coordonner les activités de secours en permettant aux équipes de planification des secours de communiquer des informations à la population. L utilisation de médias multiples (télévision, radio, messages courts, annonces publiques) pour diffuser le même message assure une plus large réception et permet la confirmation et la validation du message qui est ainsi reçu de multiples fois par des canaux différents; d) Les services satellitaires d observation de la terre, en offrant des informations géospatiales sur la situation actuelle ou passée, facilitent l évaluation et la planification des activités de secours. 16. D ordinaire, les premiers instruments technologiques utilisés lors d une catastrophe sont les systèmes satellitaires mobiles, qui sont immédiatement utilisables et sont extensibles à des réseaux plus larges. Toutefois, ces systèmes présentent certains inconvénients. Tout d abord, le coût de leur utilisation est élevé, ce qui ne permet généralement pas une utilisation à moyen terme. Deuxièmement, leur capacité à absorber des appels simultanés est limitée bien que de nouveaux téléphones par satellite capables d assurer des services de téléphonie mobile sans fil soient maintenant disponibles. 17. Si la transmission de la voix est généralement considérée comme le besoin le plus immédiat lorsqu il s agit d apporter une assistance pendant ou immédiatement après une catastrophe, l accès aux données est aussi d importance primordiale. L information géospatiale facilite l évaluation des dommages et la planification des activités de secours, et le recours aux applications des TIC, par exemple les systèmes de gestion des catastrophes, permettent une meilleure coordination entre tous les groupes de secours. Les systèmes de gestion des catastrophes exploitant les TIC répondent aux besoins de coordination les plus fréquents en cas de catastrophe, besoins qui vont de la recherche de personnes disparues à l organisation de l aide et des volontaires. 18. Ainsi, à Sri Lanka, le Sahana Disaster Management System, organisme de collaboration utilisant le Web, est le résultat d un projet lancé par des volontaires d une communauté de développement sri-lankaise utilisant un logiciel libre après le tsunami de l océan Indien de décembre

8 Page Le système a été officiellement utilisé par les autorités sri-lankaises et mis en circulation comme logiciel libre. Ultérieurement, une nouvelle version (phase II) a été élaborée comme instrument générique de gestion des catastrophes sous l égide de l Agence suédoise de coopération internationale au développement, d IBM et de la National Science Foundation, organisme fédéral américain. Elle a été utilisée par les gouvernements et par des organisations non gouvernementales en Indonésie, au Pakistan, aux Philippines et à Sri Lanka, et tout récemment en Chine et au Myanmar. 17 II. LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION À L APPUI DU CADRE D ACTION DE HYOGO POUR : POUR DES NATIONS ET DES COLLECTIVITÉS RÉSILIENTES FACE AUX CATASTROPHES 19. Le rôle des technologies de l information et de la communication pour aider à atteindre les objectifs de réduction des risques liés aux catastrophes a été reconnu à la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes, Le Cadre d action de Hyogo présente une vision collective des moyens d atténuer les effets des catastrophes naturelles par l intégration de stratégies concernant le développement durable, la préparation et la prévention multirisques et des infrastructures institutionnelles bien coordonnées aux fins de systèmes d alerte rapide. Ce Cadre envisage un changement d orientation, la gestion des crises faisant place à la réduction des risques, l évaluation des risques étant, non plus unidimensionnelle, mais multidimensionnelle, et la gestion passant d un organisme particulier à l ensemble des services officiels et étant envisagée non plus sur le plan sectoriel mais pour l ensemble de la collectivité. 20. La Déclaration d Hyogo énonce cinq priorités : a) veiller à ce que la réduction des risques de catastrophe soit une priorité nationale et locale et à ce qu il existe, pour mener à bien les activités correspondantes, un cadre institutionnel solide; b) mettre en évidence, évaluer et surveiller les risques de catastrophe et renforcer les systèmes d alerte rapide; c) utiliser les connaissances, les innovations et l éducation pour instaurer une culture de la sécurité et de la résilience à tous les niveaux; d) réduire les facteurs de risque sous-jacents et e) renforcer la préparation en prévision des catastrophes afin de pouvoir intervenir plus efficacement à tous les niveaux lorsqu elles se produisent. 21. Les technologies de l information et de la communication jouent un rôle fondamental pour donner effet à ces cinq priorités. Les paragraphes ci-après donnent des détails sur les principales questions stratégiques liées à la réduction des risques de catastrophe qui requièrent un engagement direct de la part des responsables nationaux de ces technologies. A. Le rôle des technologies de l information et de la communication dans les dispositifs nationaux pour la réduction des risques de catastrophe 22. En tant qu élément des mécanismes nationaux intégrés de réduction des risques de catastrophe, un dispositif national multisectoriel pour la réduction des risques de catastrophe mobilise 17 Voir

9 Page 7 l ensemble des connaissances, compétences et ressources requises pour ce type d activité dans un pays. Grâce à un processus coordonné et participatif, le dispositif national milite pour la réduction des risques de catastrophe à différents niveaux, facilite la coordination des activités entre les divers secteurs et offre une analyse et des conseils dans les domaines prioritaires requérant une action concertée Les responsables des technologies de l information et de la communication doivent participer aux travaux du dispositif national pour développer la collaboration et la coordination dans l utilisation de ces technologies pour la réduction des risques de catastrophe. Pour des raisons budgétaires, les organismes de télécommunication ne reçoivent pas toujours les matériels et les systèmes requis pour les communications d urgence en cas de catastrophe. En participant au dispositif national, ces organismes peuvent faire valoir l importance d un système efficace de communications d urgence et donner des conseils sur l allocation de ressources appropriées. 24. Le dispositif national de réduction des risques de catastrophe fait également partie de l infrastructure nationale d administration en ligne. Son exploitation efficace est largement conditionnée par l existence de réseaux et mécanismes appropriés de partage de l information. B. Technologies de l information et de la communication : infrastructure et applications pour l atténuation des effets des catastrophes et le relèvement après les catastrophes 25. L infrastructure nationale de TIC constitue dans chaque pays un pilier fondamental. Elle joue un rôle essentiel pour transmettre l information et faciliter les communications en situation d urgence, lorsque des vies sont en jeu. Les règlements destinés à assurer la qualité et la fiabilité de l infrastructure TIC sont importants pour la continuité des services et des produits basés sur ces technologies en période de catastrophe. 26. Les catastrophes ont de nombreuses incidences, y compris les dégâts aux systèmes et réseaux de télécommunication, qui provoquent la détérioration ou l interruption des services. Lors d interventions en cas de catastrophe majeure, l infrastructure de télécommunication dans les zones sinistrées peut être surchargée. Les dégâts, la dégradation et la surcharge peuvent avoir des conséquences majeures tant pour les secours d urgence que pour la sécurité publique. L adoption de mesures propres à limiter les effets des catastrophes sur l infrastructure de TIC constituent le meilleur choix politique. 27. Assurer la résilience de l infrastructure d information et de communication constitue un aspect important de la préparation en vue des catastrophes. Lorsqu une catastrophe se produit, dans l environnement libéralisé actuel des télécommunications, les opérateurs privés peuvent n être pas désireux ou capables de reconstituer leurs réseaux par leurs propres moyens : la question se pose alors 18 Nations Unies, Stratégie internationale de réduction des risques, «Guidelines : national platforms for disaster risk reduction», (Genève, 2007), p. 4. Site consulté le 18 juillet 2008.

10 Page 8 de savoir qui financera la reconstruction. 19 Lorsque le gouvernement ne contrôle pas directement l infrastructure, les contrats de licence et de concession devraient comporter des conditions explicites et vérifiables pour une infrastructure renforcée. 28. De la même manière, il serait utile que les demandes d administration en ligne tiennent compte du risque de catastrophe. En particulier, une bonne identification des données importantes en cas d urgence (plans des villes et logements, cartes, archives géospatiales, bases de données sur la gestion des téléphones) de même que pour la phase de relèvement (titres de propriété, rapports financiers, actes de naissance et données médicales) est essentielle afin que ces données puissent être préservées et disponibles au moment où l on en aurait besoin. Comme le stockage de renseignements confidentiels ou de haute sécurité risque de n être pas possible en dehors du pays, il peut être nécessaire de créer des centres de sécurité renforcée, résistant aux catastrophes et capables d archiver les données numériques importantes qui auraient été identifiées, de faire fonctionner les services administratifs essentiels en ligne et d apporter un appui électronique à la coordination de l action d urgence. 29. Le deuxième préparatif clef consiste à mettre en place un plan officiel de continuité, élaboré sur le modèle des plans de continuité des entreprises du secteur privé, qui porterait sur l ensemble des avoirs et des ressources humaines des services officiels, présentés de façon efficace et intégrée, compte tenu du fait que les plans relatifs aux ressources physiques, électroniques et humaines ne peuvent être élaborés indépendamment les uns des autres. Ce plan devrait être régulièrement mis à l épreuve, validé par des simulations et mis à jour pour tenir compte des changements techniques et autres. Le double rôle de l infrastructure et des applications des technologies de l information et de la communication, d abord comme importants moyens de faciliter les fonctions quotidiennes de l État, et en second lieu comme éléments essentiels des interventions d urgence, doit être pris en considération. 30. Le troisième élément clef des préparatifs consiste à prendre contact avec le secteur privé national, et en particulier les petites et moyennes entreprises, et à diriger leur attention sur la nécessité de réduire les risques dans leur rayon d action particulier. Les économies du savoir sont tributaires de la connectivité régionale et internationale et des données numériques, de sorte que l élément TIC joue un rôle majeur dans le plan de continuité. Les autorités peuvent sensibiliser davantage l opinion quant à la nécessité de tels plans. Un autre moyen d action consiste à fixer des conditions d achat qui forceraient les compagnies en relation d affaires avec les autorités à se doter d une stratégie appropriée en matière de réduction des risques de catastrophe. 19 Rohan Samarajiva, «Disaster preparedness and recovery: a priority for telecom regulatory agencies in liberalized environments», document présenté à la reunion de l UIT Telecom Africa 2001: Policy and Development Summit, Johannesburg, Afrique du Sud, novembre Disponible sur le site itu.int/telecom/aft2001/cfp/auth/4858/ pap_4858.pdf.

11 Page 9 Encadré 1 Un marché en expansion pour le relèvement après les catastrophes et pour l élaboration de plans de continuité des affaires. Un rapport récent a estimé que les dépenses pour la continuité des affaires et le relèvement après les catastrophes ont atteint 15,1 milliards de dollars en 2006 dans la seule Amérique du Nord et devraient atteindre 23,3 milliards de dollars en 2012; les services de consultation, d accueil et de certification offrent des possibilités aux sociétés de l Asie et du Pacifique. a S il n existe pas actuellement de normes internationales sur la continuité des affaires dans les secteurs public et privé, il existe quelques normes nationales, telles que la norme britannique BS pour la gestion de la continuité des affaires, qui pourraient être utilisées par l Organisation internationale de normalisation comme base pour l établissement de ses propres normes. La norme ISO 27005, qui porte sur la gestion des risques de sécurité de l information, est fondée sur la norme ISO et sur la norme britannique BS La demande s accroît pour des centres renforcés de sauvegarde des données et pour la délocalisation des opérations commerciales, qui offrent des avantages multiples ainsi que la continuité des affaires. a Frost & Sullivan, North American business continuity and disaster recovery markets, market research report, Potential financial and productivity losses from network downtime drive demand for business continuity and disaster services in North America, communiqué de presse, Frost & Sullivan, Site web, 17 avril 2007 (www.frost.com/prod/ servlet/press-release.pag?docid= ). C. Diffusion de l information et accès à l information 31. La gestion efficace des catastrophes exige que soient comblées certaines lacunes de l information. À tous les niveaux, de l échelon local à l échelon mondial, on manque d information de base pour l évaluation des risques de catastrophe et les estimations d impact. Le risque de catastrophe n est pas une condition statique. Il varie selon le flux de processus mondiaux, en particulier dans les domaines de la mondialisation économique, du changement climatique mondial et de l évolution des conditions locales. 32. Une base d information à jour et directement exploitable est essentielle pour permettre d élaborer, d appliquer, d évaluer et d archiver des plans et programmes concernant les risques actuels et futurs. Une telle base est la clef de la gestion rationnelle des catastrophes. Par exemple, l India Disaster Resource Network, mis en place par le Ministère de l intérieur de l Inde en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), constitue un inventaire électronique national des ressources utilisables pour les interventions en cas de catastrophe qui porte sur le matériel, les compétences humaines et les approvisionnements essentiels. L information, recueillie à la fois au niveau du district et de l État, est rassemblée et transmise de telle manière que les gestionnaires des catastrophes puissent rapidement mobiliser les ressources nécessaires. Ce système d information en ligne, mis à jour tous les trois mois, est accessible aux

12 Page 10 fonctionnaires autorisés, aux responsables de district, à des entreprises et à des unités du secteur public À l échelon communautaire, l apport de données à jour et l accès à la base d information sont également fondamentaux. Bien souvent, ces tâches pourraient être facilitées par des télécentres, qui offrent un potentiel considérable pour autonomiser les communautés et permettre des formes de communication médiatique directe pour la diffusion de l information et l accès à l information. 34. La gestion de l information historique est également utile pour la modélisation des risques et la prévision des catastrophes. Le rassemblement et la gestion de cette information devraient être considérés comme faisant partie des activités préalables à la gestion des risques de catastrophe. D. Systèmes de communication d urgence 35. Le 12 mai 2008, le tremblement de terre qui s est produit au Sichuan a interrompu les télécommunications pendant plus de 30 heures dans huit des districts les plus gravement touchés. Des moyens de communication d urgence ont été déployés aussitôt vers les zones sinistrées, et ce dans le cadre du plus vaste déploiement de communication d urgence jamais intervenu pour faire face à un désastre en Chine. 36. De nombreux véhicules de télécommunication d urgence, équipés pour la plupart de moyens de communication par satellite, ont été rapidement envoyés sur place, mais, les routes ayant été gravement endommagées, ils n ont pas pu atteindre plusieurs zones éloignées sérieusement touchées. Plus de combinés mobiles ont également été utilisés: le premier appel a été effectué par Inmarsat, heures après le tremblement de terre. Des stations temporaires mobiles par satellite et des dispositifs de transmission par large bande ont été mis en place. Certains terminaux ont dû être acheminés par hélicoptère ou à pied et ont été utilisés pour transmettre des données, y compris des images de télédétection et de vidéo pour des téléconférences et pour la télémédecine. En outre, des radioamateurs de la région de Chengdu se sont organisés. Un répéteur d amateur a été mis en place le 13 mai pour relayer les instructions officielles et d autres pour assurer des communications dans plusieurs domaines essentiels Comme le montre l exemple ci-dessus, les pays ont reconnu l importance des communications d urgence à l appui des interventions en cas de catastrophe, ont donné à ces communications la plus haute priorité dans les services de télécommunication et d information, et ont formulé des politiques et textes législatifs pour désigner les organismes officiels chargés de 20 Inde, ICT for disaster risk reduction: the Indian experience (New Delhi, Division de la gestion des catastrophes nationales, Ministère de l intérieur). Site consulté le 13 août Inmarsat est une société internationale de communications qui exploite des satellites de télécommunication géosynchrones pour fournir à l échelle mondiale des services mobiles par satellite pouvant être utilisés sur terre, en mer et dans les airs. 22 Chinese Radio Sports Association, Amateur Radio Emergency Communication in Action, présentation faite à la quatrième Conférence mondiale sur les communications d urgence des radioamateurs, Friedrichshafen, Allemagne, 26 et 27 juin 2008 (information disponible sur le site

13 Page 11 coordonner de l élaboration des plans de communication d urgence et d exécuter les programmes pertinents. 38. L ampleur, la date et le lieu des catastrophes sont imprévisibles, de sorte qu une bonne préparation des communications en cas de catastrophe doit couvrir la totalité des zones exposées ainsi que les zones sensibles sur le plan de la sécurité publique. Il importe de mettre en place des politiques, mécanismes opérationnels, plans d urgence et systèmes de communication ou d améliorer l appareil existant pour préparer et assurer un appui rapide et efficace grâce aux communications en cas de catastrophe. 39. L impact du milieu technologique et réglementaire dynamique qui existe actuellement est considérable: les nouvelles technologies et un marché de plus en plus compétitif contribuent simultanément à de nouvelles opportunités et à une nouvelle vulnérabilité de l infrastructure d information. Les gouvernements doivent rechercher les moyens a) de maximiser les possibilités en exploitant cet environnement dynamique pour enrichir les capacités de communication d urgence et veiller à ce que les nouvelles structures soient suffisamment résilientes pour appuyer des opérations d urgence, et, simultanément b) éviter d introduire des vulnérabilités dans l infrastructure d information. 40. Une étude récente a identifié les principaux facteurs qui déterminent l efficacité des interventions d urgence exploitant les TIC: a) les matériels et technologies, b) la coordination inter et intra institutions, c) le personnel, d) les normes et la gouvernance, e) l interopérabilité et f) une action soutenue de préparation préalable Un plan national d action de large portée sur les télécommunications d urgence et la gestion des TIC devrait être élaboré en tant qu arrangement multidisciplinaire entre les organismes et industries de télécommunications, les agences chargées des interventions d urgence en cas de catastrophe et les services d information d appui. Ce plan devrait indiquer les mesures à prendre pour assurer a) des ressources suffisantes pour le déploiement rapide des matériels et la fourniture de services; b) la fiabilité du matériel; c) la gestion efficace des ressources de communication et de l information pertinente; d) l existence de réseaux de communication entre les diverses organisations et institutions; e) une bonne coordination des opérations de préparation et d intervention; f) l approvisionnement en énergie et en combustible; g) des moyens de transport et de livraison; h) l accès aux systèmes d alerte et de conseil et; i) l information permettant de sensibiliser les communautés aux risques de catastrophe. Les autorités compétentes et les fournisseurs de services devraient être mandatés par les organes législatifs et recevoir l appui budgétaire nécessaire pour mettre en œuvre un plan national d action très complet en matière de télécommunications d urgence. 23 Disaster Resource Network, Emergency information and communications technology in disaster response, final report (2007) (disponible sur le site

14 Page Il importe de mettre l accent sur la préparation à l échelon national. S agissant des communications d urgence, les planificateurs devraient déterminer: a) les besoins minimums des différents types de services de communications pour faire face à des catastrophes majeures; b) les menaces et les vulnérabilités des réseaux des infrastructures de télécommunications; et c) les réseaux privés et publics qui seront appelés à participer aux interventions d urgence. Il faudrait également établir des partenariats et définir des procédures d activation et des dispositions détaillées pour les interventions. 43. Les gouvernements devraient en outre prendre les mesures suivantes pour assurer la mise en place et l état de préparation des systèmes de télécommunications d urgence: a) Infrastructure. À l échelon national, l infrastructure du dernier kilomètre constitue un moyen essentiel pour transmettre les avis de catastrophe à la population. À l échelon régional, il importe de résoudre les problèmes d interconnexion des réseaux et de mouvement transfrontière des matériels de télécommunications. Il est nécessaire de tenir compte de la convergence afin de réduire au minimum ses effets négatifs sur la résilience du réseau; b) Cadre réglementaire. Cela englobe l harmonisation régionale et nationale des télécommunications d urgence, y compris la normalisation; les questions de licence, y compris la gestion des fréquences pour les communications d urgence; les accords interconnections; les dispositions d urgence, comme les services publics d appel d urgence et les services prioritaires de réparation en cas de défaillance pour les organismes chargés des interventions, en même temps que le rétablissement rapide des services pendant les urgences; c) Coopération régionale. Cette coopération est nécessaire pour une utilisation des services de communication par satellite qui permette les communications d urgence. Les bonnes pratiques et les enseignements tirés de catastrophes antérieures peuvent faire l objet d une diffusion entre les différents acteurs nationaux et régionaux. Encadré 2 La Convention de Tampere sur la mise à disposition de ressources de télécommunication pour l atténuation des effets des catastrophes et pour les opérations de secours en cas de catastrophe La Convention a a été adoptée à l unanimité par les délégations des 60 États qui ont participé à la Conférence intergouvernementale sur les télécommunications d urgence, tenue à Tampere, Finlande, du 16 au 18 juin 1998, et est entrée en vigueur le 8 janvier La Convention engage les gouvernements à prendre toutes mesures pratiques pour faciliter le déploiement rapide et l utilisation efficace des équipements de télécommunications pour l atténuation des effets des catastrophes et les opérations de secours en réduisant et éliminant les obstacles règlementaires, notamment pour l importation d équipements de télécommunications d urgence, en mettant en place un service chargé de gérer les demandes d assistance, en facilitant les télécommunications d urgence avant que ne se produisent des catastrophes, et en créant des mécanismes pour la définition des meilleures pratiques et de modèles d accord, tout en protégeant les intérêts des États hôtes. a Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 1586, numéro

15 Page 13 III. COOPÉRATION RÉGIONALE DANS LE DOMAINE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUMICATION POUR LA RÉDUCTION DES RISQUES DE CATASTROPHE 44. La coopération régionale constitue le moyen clef pour développer les applications opérationnelles des instruments exploitant les TIC aux fins de réduction des risques de catastrophe, en particulier dans les pays les moins avancés et les nations insulaires et sans littoral. Les mécanismes de coopération régionale doivent tenir compte de la capacité globale, de l infrastructure technologique et institutionnelle, de l orientation des politiques et des disparités économiques et sociales entre les pays de la région. 45. La CESAP aide depuis plusieurs décennies l Asie et le Pacifique à se préparer en prévision de catastrophes de tous genres et à faire face aux catastrophes. Elle a contribué à la création de la Commission du Mékong et, en coopération avec l Organisation météorologique mondiale à celle du Comité des typhons et du Groupe d experts des cyclones tropicaux. La Commission a également encouragé la formation de mécanismes régionaux de coopération pour la gestion des catastrophes, en particulier pour les communications en cas de catastrophe. Les enseignements tirés de l expérience ainsi acquise pourraient être utilisés pour promouvoir les mécanismes régionaux de coopération pour l utilisation des TIC aux fins de la réduction des risques de catastrophe, ainsi qu il est indiqué ci-après. A. Développer et partager les infrastructures et les ressources 46. L intégration et l interdépendance croissantes des technologies de l information et de la communication accélèrent la fourniture de services d information à un moindre coût et permettent une plus large pénétration. La fibre optique demeurera l élément central des services Internet et de téléphonie, tandis que les satellites joueront un rôle majeur dans les vastes régions géographiques où une infrastructure terrestre n est pas avantageuse. La télédétection par satellite, les systèmes mondiaux de navigation par satellite et les réseaux météorologiques intégrés terrestres ou satellitaires transmettent un contenu aux services d information tandis que la communication par satellite avec sa vaste portée, constitue le moyen d acheminement. 47. Comme de nombreuses petites économies n ont toujours pas les moyens de mettre en place sur leur territoire un système complet d information pour la gestion des catastrophes, il est nécessaire d étudier des moyens de partager les ressources d infrastructure et d information à un coût abordable aux niveaux régional ou sous-régional. Face à des catastrophes naturelles qui dépassent les frontières, la coopération internationale est désormais indispensable pour donner accès, à un coût abordable, à l information et aux produits permettant la gestion efficace des catastrophes. 1. Promouvoir des systèmes régionaux de communication d urgence 48. L absence d infrastructure efficace de communication constitue un obstacle majeur pour de nombreux pays parmi les moins avancés, pays en développement sans littoral et États insulaires en

16 Page 14 développement du Pacifique. Cette déficience empêche d accéder en tant utile aux produits et services de télécommunication et d information, ce qui constitue un sérieux obstacle pour la préparation aux grandes catastrophes et pour une intervention rapide en pareil cas. 49. Bien que la technologie des communications ait un rôle à toutes les phases de la gestion des catastrophes, la plupart de ses applications se situent traditionnellement dans la phase d intervention et de relèvement. La convergence des technologies ouvre la voie à de meilleures possibilités d intégration des différents systèmes de communication. De ce fait, l interopérabilité des divers systèmes, notamment l Internet, la téléphonie mobile, le télécopieur, le courrier électronique, la radio diffusion et la télévision devient de plus en plus fonctionnelle. Les possibilités d utiliser ces technologies au cours des phases de réduction des risques et de préparation deviennent également plus nombreuses. On trouvera au tableau 1 une évaluation de l utilisation ainsi faite dans les pays en développement de la région. Tableau 1. Éléments des communications d urgence Systèmes de communication d urgence Atténuation des risques et préparation Gestion de l information Intervention (après les catastrophes) Réseaux publics Échange d information Capacité de survie et de rétablissement des réseaux Télécommunications courantes (téléphone, télécopieur, télex, transmission de données) Accès aux réseaux de données Liaisons internationales Liaisons locales et régionales (s il en existe) Distribution de rapports Satellite Collection locale et régionale de données Transmission de données pour la télédétection Réseau de base Réseau à faible trafic Liaisons numériques permanentes Liaisons internationales à partir du site de la catastrophe Sauvegarde pour les liaisons régionales et internationales Radio haute fréquence et très haute fréquence Moyens décentralisés de télécommunication à haute capacité de survie Interface entre les télécommunications d urgence et les systèmes courants Liaisons régionales et locales de télécommunication d urgence Allocation de fréquences pour les besoins humanitaires Sauvegarde pour les liaisons internationales Mobiles cellulaires Services vocaux et services de messages courts entre les équipes d intervention Source: CESAP, Towards regional cooperative mechanisms for managing floods and drought in Asia and the Pacific using space technology (ST/ESCAP/2318).

17 Page Les communications relatives aux risques de catastrophe aident les communautés menacées à mieux connaître les menaces qui pèsent sur elles et les mesures de protection qu elles peuvent prendre. En ce qui concerne l intervention en cas d urgence et la gestion des urgences, il est extrêmement important de disposer de liaisons de communication opérationnelles entre les décideurs aux différents niveaux et les équipes d intervention ou le personnel se trouvant sur place. Malheureusement, l infrastructure ordinaire de téléphonie publique avec ou sans fil est généralement perturbée en cas de catastrophe. Il est essentiel de créer des réseaux d information et de communication fiables qui utilisent à la fois les technologies terrestres et les technologies satellitaires et soient dotés de moyens de sauvegarde permettant d établir un réseau de base pour le plan national de communication d urgence. 51. Les satellites de télécommunications ont particulièrement contribué à faciliter la connectivité nécessaire du dernier kilomètre et à étendre la portée des services utilisant les TIC jusqu aux régions éloignées et isolées. En raison de leur capacité à fournir rapidement des moyens de communication à large bande, les satellites peuvent constituer l élément central d un système de communication en période d urgence. Les communications par satellite à large bande sont reconnues comme étant l un des moyens les plus utiles pour appuyer une action de relèvement en cas de catastrophe. Les services utilisant les communications satellitaires, qui offrent une connectivité à large bande peuvent être rapidement et aisément redéployés vers d autres sites lorsque cela est nécessaire. Des supports pour la transmission de la voix, des données et de la vidéo utilisant un protocole Internet et associés à un réseau de nœuds appropriés au sein d un système de gestion des catastrophes peuvent assurer la circulation de l information. Les téléphones utilisant le satellite, rechargés par l énergie solaire peuvent être employés pratiquement partout et sont portables. 52. Les pays doivent être bien préparés et se doter de capacités de réserve, en particulier faire des plans pour le rétablissement des services et moyens de communication afin d apporter l information nécessaire aux organes d intervention et des services temporaires aux populations sinistrées. Des dispositions de veille pour les communications d urgence, faisant intervenir non seulement les responsables des télécommunications et les fournisseurs de services mais aussi les autorités de gestion des catastrophes, devraient faire partie intégrante de la stratégie nationale de réduction des risques de catastrophe. 53. L établissement de systèmes régionaux et sous-régionaux de veille pour les communications utilisées dans la gestion des catastrophes et les interventions d urgence serait indiqué dans de nombreux pays en développement qui n ont pas les moyens financiers d établir un système complet, étant donné notamment que de tels systèmes ne sont utilisés qu occasionnellement. Les systèmes de veille pour les communications d urgence créés dans le cadre de tels arrangements de coopération devraient être revus périodiquement et approuvés par les pays participants (fournisseurs et bénéficiaires). Les pays participants devraient développer leurs capacités internes, et notamment former du personnel pour être en mesure d utiliser ces systèmes en cas de catastrophe majeure.

18 Page Promouvoir des mécanismes de partage régional de l information spatiale 54. De nombreuses initiatives récentes, lancées notamment par les agences spatiales aux niveaux mondial et régional, favorisent le partage transfrontière de l information provenant des satellites d observation de la terre à l appui de la gestion des catastrophes dans la région. Cependant, certains pays n ont pas la capacité nécessaire pour accéder à cette information, la traiter, et l intégrer aux pratiques nationales de gestion des catastrophes. Et même des pays développés sur le plan spatial n ont pas de politique bien définie pour la fourniture de tels services à long terme. Les pays de la région en sont ainsi venus à percevoir la nécessité de mettre en place un mécanisme harmonisé de coopération régionale pour assurer un accès aisé et de coût abordable à de tels services et faciliter l utilisation efficace de l information dans les pratiques nationales de réduction des risques de catastrophe. Le secrétariat s est employé à préparer le terrain pour une telle coopération et compte mener à bien cette tache avec les membres intéressés. 55. La Charte internationale «Espace et catastrophes majeures» est entrée en vigueur en Elle réunit des organismes spatiaux qui fournissent gratuitement des produits et services d imagerie à l appui des interventions en cas de catastrophe majeure. Cette Charte a été utilisée plus de 20 fois en Asie et dans le Pacifique et a permis l obtention d images, de cartes et de données. Actuellement, les membres de la Charte appartenant à la région de l Asie et du Pacifique sont la Chine, l Inde, le Japon et la Turquie. À différentes réunions, le secrétariat a donné aux membres intéressés des informations sur les moyens de se prévaloir de ces ressources. 56. Le Programme des Nations Unies pour l exploitation de l information d origine spatiale aux fins de la gestion des catastrophes et des interventions d urgence 24 est une initiative qui vise notamment à donner à tous les pays les moyens d accéder à tous les types d information spatiale à l appui de l ensemble du cycle de gestion des catastrophes et de se doter des capacités nécessaires à cet effet. Cette initiative doit permettre la mise en place d un portail d information spatiale pour l appui à la gestion des catastrophes et, l établissement de liaisons entre les communautés chargées de la gestion des catastrophes et les communautés spatiales en même temps que faciliter le renforcement des capacités et des institutions. La CESAP doit agir en coordination avec le Bureau des affaires spatiales pour les activités régionales relevant de ce Programme. 57. Dans la région, l initiative Sentinel Asia, lancée en 2005 par le Forum Asie-Pacifique des agences spatiales régionales a pour mission l intégration, d ici à 2010, de l information spatiale et des produits et services à valeur ajoutée provenant des satellites d observation de la Terre, des moyens de diffusion exploitant l Internet et des capacités satellitaires de communication en un système régional d appui à la réduction des effets des catastrophes. La plateforme Web créée dans le cadre de cette initiative serait utilisée pour mettre en place un mécanisme régional harmonisé de coopération pour les applications des technologies de l information et de la communication à la gestion des 24 Voir résolution 61/110 de l Assemblée générale, en date du 14 décembre 2006.

19 Page 17 catastrophes dans la région de l Asie et du Pacifique. Actuellement, l Inde et le Japon mettent à disposition des ressources existantes utilisant les satellites, et d autres pays de la région apportent leurs moyens terrestres et leurs installations de traitement et se sont déclarés disposés à apporter le concours de leurs futurs satellites. La CESAP travaille en étroite collaboration avec l Agence japonaise d exploration aérospatiale à la promotion de cette initiative. 58. Une constellation de huit satellites d observation de la Terre pour la gestion des catastrophes est en cours d établissement dans le cadre de la coopération multilatérale Asie-Pacifique pour les techniques spatiales et leurs applications; la Chine lancera les trois premiers en La Chine a également invité les autres pays de la région qui ont des activités spatiales à s associer à cette initiative pour compléter la mise en place de cette constellation et assurer une exploitation et des services continus. B. Réseaux régionaux d information sur les catastrophes 59. Les gouvernements à tous les niveaux doivent être en mesure de disposer de l information nécessaire pour gérer efficacement les plans, programmes et interventions relatifs à la réduction des risques de catastrophe. Lorsqu un pays est frappé par une catastrophe, les autorités doivent d urgence avoir accès à l information sur les bonnes pratiques et l expertise régionales et mondiales afin d organiser et coordonner des mesures d urgence de grande envergure, et doivent pouvoir compter sur l avis d experts compétents. En accédant à l expérience de communautés qui ont fait face à des catastrophes et en exploitant les connaissances, les innovations et l éducation pour améliorer leur culture de la sécurité et de la résilience, les communautés peuvent renforcer leur préparation en prévision de catastrophe aux fins d une action efficace. 60. Les réseaux nationaux et régionaux sont utiles pour le partage et la coordination efficaces de l information. Une plateforme régionale pour le partage de l information entre les gouvernements, qui permettrait l échange des bonnes pratiques, des connaissances actuelles et de bases d informations (exception faite éventuellement de l information confidentielle) pourrait être très précieuse. 61. Ainsi, les gouvernements de l Indonésie, des Maldives, de Sri Lanka et de la Thaïlande ont, avec l appui du PNUD, créé des systèmes nationaux de gestion de l information relative à l aide afin d accéder plus efficacement aux ressources et aux résultats de projets concernant les tsunamis. Un portail d information a été créé pour la coordination à l échelon régional, qui regroupe les résultats et les données relatives à l allocation des ressources reçus de chaque pays et les met à disposition sur le site Web 62. Un inventaire complet des bases de données concernant la gestion des catastrophes et un système organisé de diffusion de l information sur la disponibilité de ressources spécialisées sont essentiels pour permettre de mobiliser des ressources et en vue d une intervention immédiate en cas de catastrophe. L insuffisance de l information ne permet pas d apporter rapidement une réponse mesurée, ce qui peut entraîner des retards critiques. Un inventaire en ligne des ressources d urgence

20 Page 18 pourrait être dressé dans le cadre de la coopération Sud-Sud. De précieuses informations non confidentielles, outre celles qu utilisent les centres nationaux de données, pourraient être exploitées dans les centres de données sous-régionaux ou régionaux grâce à des accords bilatéraux ou régionaux entre pays partenaires. C. Renforcement des capacités 63. Des capacités institutionnelles sont indispensables pour évaluer les lacunes de l accessibilité, de l adoption et de l intérêt des produits et services TIC dans les pays en développement. Toutes les mesures nécessaires pour rendre ces services opérationnels à l appui de la réduction des risques de catastrophe sont fonction de l existence et du maintien de capacités appropriées: il s agit de convertir les données en informations et services utiles, de créer une infrastructure, de former les responsables à l utilisation efficace des services, et d intégrer l action nationale aux systèmes internationaux. Les pays en développement, en particulier les pays les moins avancés, continuent d avoir besoin d une aide à cet égard. 64. L absence de plans nationaux intégrés pour l exploitation des technologies de l information et de la communication aboutit dans de nombreux pays à une approche fragmentaire de ces technologies et à une utilisation imparfaite des ressources. Ces pays ne sont pas préparés au mieux à exploiter les outils de l information, de la communication et de l espace pour la gestion efficace des catastrophes, en particulier en cas de catastrophe majeure. S il leur faut élaborer des plans nationaux d action pour l utilisation des TIC qui couvrent tous les secteurs économiques et sociaux, et intégrer la réduction des risques de catastrophe aux plans nationaux de développement socioéconomique, la mise en place de mécanismes de coopération régionale pour apporter un tel appui aux niveaux régional et sousrégional aurait pour effet de renforcer sensiblement leurs capacités à utiliser les TIC pour traiter les problèmes de la réduction des risques de catastrophe. 65. Le Plan d action de Genève du Sommet mondial sur la société de l information 25 souligne que le renforcement des capacités constitue la voie à suivre pour améliorer les compétences en matière de développement et d application des technologies de l information et de la communication. Le renforcement des capacités dans l utilisation de ces technologies pour la réduction des risques de catastrophe fait intervenir non seulement l éducation et la formation du personnel des services officiels et techniques (création de compétences), mais aussi le renforcement des organisations et institutions. IV. QUESTIONS À EXAMINER 66. Le Comité souhaitera peut être examiner les questions traitées dans le présent document et donner des avis au secrétariat sur les domaines de travail prioritaires à l appui de la coopération régionale dans les secteurs ci-après : 25 A/C.2/59/3, annexe.

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

État présenté par le Secrétaire général conformément à l article 153 du Règlement intérieur de l Assemblée générale

État présenté par le Secrétaire général conformément à l article 153 du Règlement intérieur de l Assemblée générale Nations Unies A/C.5/56/29 Assemblée générale Distr. générale 12 décembre 2001 Français Original: anglais Cinquante-sixième session Cinquième Commission Points 106 b) et 123 de l ordre du jour Troisième

Plus en détail

Assemblée générale RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

Assemblée générale RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/54/68 11 février 2000 Cinquante-quatrième session Point 87 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la

Plus en détail

NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL

NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL Distr. GÉNÉRALE E/ESCAP/CDR/5 16 décembre 2008 FRANÇAIS ORIGINAL: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE ET SOCIALE POUR L ASIE ET LE PACIFIQUE Comité de la réduction

Plus en détail

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 International Environment House Mél : ssc@pops.int 11-13 chemin des Anémones Site Internet : www.pops.int CH

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement F CDIP/4/8/REV/TOR ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 OCTOBRE 2010 Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement établi par

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/875

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/875 Nations Unies A/AC.105/875 Assemblée générale Distr.: Générale 5 décembre 2006 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Table des matières Rapport de

Plus en détail

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION Distr. GENERALE A/AC.237/38 16 août 1993 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMITE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION D UNE CONVENTION-CADRE SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES Huitième session Genève, 16-27 août

Plus en détail

Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG)

Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) Qu est INSARAG? Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (connu sous son sigle en anglais, INSARAG)

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

4/3. Le mécanisme de financement : examen du FEM-5 et besoins pour le FEM-6. A. Examen des orientations pour le mécanisme de financement

4/3. Le mécanisme de financement : examen du FEM-5 et besoins pour le FEM-6. A. Examen des orientations pour le mécanisme de financement CDB Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/WG-RI/REC/4/3 21 juin 2012 GROUPE DE TRAVAIL SPÉCIAL À COMPOSITION NON LIMITÉE SUR L EXAMEN DE L APPLICATION DE LA CONVENTION Quatrième réunion Montréal, 7-11 mai 2012 Point

Plus en détail

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD RISQUES NATURELS 1. D importantes régions dans le monde sont exposées à des risques naturels. Les pays l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ne sont pas exempts des ces risques naturels.

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

1. Résolution sur les dispositions transitoires

1. Résolution sur les dispositions transitoires RESOLUTIONS ADOPTEES PAR LA CONFERENCE DE PLENIPOTENTIAIRES RELATIVE A LA CONVENTION DE STOCKHOLM SUR LES POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS 1. Résolution sur les dispositions transitoires Ayant adopté le

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION POUR L APPLICATION DE LA STRATÉGIE INTERNATIONALE DE PRÉVENTION DES CATASTROPHES (SIPC) Juin, 2001 -2- TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS Observation n o Observations Recommandations Chef de projet Plan d action Date d achèvement prévue 1. Gouvernance 1.1 1.2 1.3 1.4 Le Comité spécial des sous-

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/CST(3)/4 Conseil économique et social Distr.: Générale 8 octobre 2012 Français Original: Anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Comité de statistique

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général Nations Unies A/65/63/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 30 juillet 2010 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Points 130 et 137 de l ordre du jour provisoire* Examen de l efficacité

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai.

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai. Lignes directrices sur les mises à l essai 1 Les lignes directrices sur la mise à l essai des plans de continuité d activité (PCA) présentées ci-après ont été établies par le sous-comité des plans d'urgence

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Annexe L Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Date de la version la plus récente : octobre 2006 Sommaire des changements d importance : Reflète la création du nouveau ministère de

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

ECE/TRANS/WP.15/AC.1/2015/21. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs

ECE/TRANS/WP.15/AC.1/2015/21. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.15/AC.1/2015/21 Distr. générale 9 janvier 2015 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

Cadre d action de Hyogo pour 2005-2015: Pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes

Cadre d action de Hyogo pour 2005-2015: Pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes Cadre d action de Hyogo pour 2005-2015: Pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes À sa 9 e séance plénière, le 22 janvier 2005, la Conférence mondiale sur la prévention des

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr.: Générale 3 octobre 2001 Français Original: Anglais E/CN.7/2001/15 Commission des stupéfiants Reprise de la quarante-quatrième session Vienne, 12-14 décembre

Plus en détail

Faire en sorte que l OMS soit capable de se préparer et de répondre à des flambées et des urgences de grande ampleur et prolongées

Faire en sorte que l OMS soit capable de se préparer et de répondre à des flambées et des urgences de grande ampleur et prolongées CONSEIL EXÉCUTIF Session extraordinaire sur Ebola Point 3 de l ordre du jour provisoire EBSS/3/3 CONSEIL EXÉCUTIF Cent trente-sixième session 9 janvier 2015 Point 9.4 de l ordre du jour provisoire Faire

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/65/433)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/65/433)] Nations Unies A/RES/65/141 Assemblée générale Distr. générale 2 février 2011 Soixante-cinquième session Point 17 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de

Plus en détail

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Déclaration de Charm el cheikh pour la réduction des risques

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Nations Unies Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Onzième session (1er-4 juin 1999) Assemblée générale Documents officiels Cinquante-quatrième

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2005/7 31 janvier 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

Sixième session de la Plateforme océanienne pour la gestion des risques de catastrophe

Sixième session de la Plateforme océanienne pour la gestion des risques de catastrophe Sixième session de la Plateforme océanienne pour la gestion des risques de catastrophe La voie à suivre : vers un développement résilient aux risques climatiques et aux catastrophes dans le Pacifique 2-4

Plus en détail

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS Des recommandations détaillées sur l approche de responsabilité sectorielle

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE AU SENEGAL. Présentation : Capitaine TINE DPC

LA GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE AU SENEGAL. Présentation : Capitaine TINE DPC République du Sénégal Un Peuple - Un But - Une Foi *********** Ministère de l Intérieur *********** DIRECTION DE LA PROTECTION CIVILE LA GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE AU SENEGAL Présentation : Capitaine

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217 Nations Unies A/58/217 Assemblée générale Distr. générale 5 août 2003 Français Original: anglais Cinquante-huitième session Point 122 de l ordre du jour provisoire* Budget-programme de l exercice biennal

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

Programme de protection des infrastructures essentielles de l Ontario

Programme de protection des infrastructures essentielles de l Ontario Programme de protection des infrastructures essentielles de l Ontario STRATÉGIE Révisée le 2 juin 2009 PAGE 1 DE 5 Remerciements L équipe du Programme de protection des infrastructures essentielles de

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel - Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 18 mars 2011 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-neuvième session Vienne, 22-24 juin

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Rapport sur les technologies de l information

Rapport sur les technologies de l information COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.2 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/3 21-23 janvier 2015 Rapport sur les technologies de l

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement Gouvernance de l environnement Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Gérer la richesse et la diversité des ressources naturelles de notre planète est un défi dont la complexité va croissant.

Plus en détail

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

Assemblée générale de l OMPI

Assemblée générale de l OMPI F WO/GA/40/10 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21JUIN 2011 Assemblée générale de l OMPI Quarantième session (20 e session ordinaire) Genève, 26 septembre 5 octobre 2011 COOPÉRATION DANS LE CADRE DES DÉCLARATIONS

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail