Questions. Interrogations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Questions. Interrogations"

Transcription

1 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 138 Questions Interrogations Comment respecter les droits et les choix des personnes atteintes de maladie d Alzheimer? Faut-il dire la vérité aux personnes malades et comment? Comment résoudre les conflits éthiques? Est-il nécessaire de créer des lieux spécifiques? Peut-on aider les intervenants à surmonter leurs réticences et leurs peurs? À quoi servent les procédures et les protocoles? 138

2 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 139 Réflexion, organisation et éthique L es efforts des soignants pour proposer un accompagnement digne de ce nom sont d autant plus productifs qu ils s appuient sur une bonne organisation du travail et une méthodologie rigoureuse. Si les institutions et les services veulent aller au-delà des déclarations d intention, ils doivent offrir à leurs personnels 4et bénévoles un encadrement disponible, présent et responsable ainsi qu un cadre d intervention clair et cohérent. De plus, ils ne peuvent pas faire l économie d un questionnement éthique qui permettra de construire un système de valeurs et de références partagées, concernant par exemple le langage utilisé, le droit des personnes malades à la vérité ou le recours à des rituels...les choix faits en commun seront ensuite matérialisés dans les modalités de travail. Quant à la question de l approche spécifique qui fait débat, elle doit être posée préalablement à la mise en œuvre des projets. Les équipes doivent aussi pouvoir disposer de l accès à la formation, à des espaces de parole et de soutien et, dans la mesure du possible, de moyens à la hauteur des ambitions affichées. 139

3 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 140 Il se passe toujours quelque chose quand on est capable de se laisser surprendre. Encore fautil pouvoir sortir de sa position. Ça pose la question de la bonne distance, de la neutralité bienveillante Parole de professionnel c omment exprimer ça? On est envahi par l impuissance Comme une forme de cri permanent, ce cri qui suit parfois le diagnostic, à la fois cri de rage, de stupéfaction et d incrédulité : Ah! J y crois pas! Et le fait de rester bloqué dans cette stupeur, alors que le malade continue, lui, de tracer son propre chemin, fait que très vite l écart se creuse Pour être remis en mouvement, on a alors besoin des associations, des professionnels, qui sont dans la pratique et qui peuvent intervenir avec doigté, humilité, humanité (Luc Tartar, entretien avec le Groupe La parole jusqu où? ) Pour être en mesure de communiquer avec l autre, il faut pouvoir dépasser ses propres réactions violentes devant des troubles qui donnent un sentiment d'étrangeté. Grande est la tentation, quand la personne n a plus sa capacité de raisonner, de ne plus la considérer comme un interlocuteur, y compris pour ce qui la concerne. Reconnaissons que le doigté, l humilité, l humanité que Luc Tartar attribue aux professionnels ne sont pas toujours au rendez-vous! Une attention renouvelée aux questions éthiques qui se posent et une réflexion partagée en équipe sont des remparts nécessaires contre le glissement possible, aussi involontaire qu inconscient, vers une attitude déshumanisante. Réflexion éthique et règles déontologiques Parler de avec confidentialité et discrétion Un professionnel témoigne : Une animatrice expliquait à un visiteur, devant les personnes malades qu elle accompagnait dans une 140

4 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 141 activité : J anime un atelier pour des personnes démentes Et qui n a jamais entendu des membres du personnel s interpeller à haute voix, au beau milieu de la salle de restaurant ou dans un couloir où passent les autres résidents et des familles, et déclarer : Au fait, M me X. a bien eu ses selles, j ai oublié de le noter? Ces situations posent la question de la frontière entre le public et le privé, donc des limites dans les échanges de paroles sur la maladie et sur les personnes malades. Plus le personnel dispose d informations sur l intime, le privé, l histoire de la personne, plus le risque est grand de sortir du cadre de ce qui est déontologiquement acceptable. À la FEDOSAD à Dijon, en Côte-d Or (voir encadré page 40), les professionnels de la Mapad Les Roches d Orgères ont voulu, à l issue d une formation, réfléchir aux mots qu ils utilisaient dans leur travail quotidien pour s adresser aux résidents ou pour parler d eux. Une formule comme Qui fait les fauteuils ce soir? a été bannie au profit de Qui fait la toilette des personnes en fauteuil roulant?, de même que Je l ai faite hier, c est toi qui la fais aujourd hui! a été remplacée par Je me suis occupée de madame X. hier, tu t en occupes aujourd hui. Ces professionnels ont questionné leur propre vocabulaire pour mettre en acte leur prise de conscience de la nécessité de toujours s adresser à des êtres humains. Ils résument leur démarche d une formule : Le sens donné au soin dépend du soin donné au sens, comme l écrit un philosophe 1. Loin d être des exercices théoriques, la réflexion sur le sens et l usage des mots et le changement de vocabulaire ont de réelles implications dans l attitude du personnel avec les personnes accompagnées. Dans le même esprit, l Institut Héliomarin de Labenne (Landes) a proposé à ses salariés, sur la base du volontariat, un atelier Droits et Dignité où ils ont travaillé sur la question des droits des résidents. Dans ce cadre, la Charte du 141

5 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 142 patient hospitalisé a été abordée sous la forme d un quizz et les professionnels se sont interrogés sur les mots et leur sens : déambulation, maltraitance Confiance et congruence : la parole engagée Une relation de confiance entre les personnes malades et les soignants se construit sur des actes. Il faut imaginer ce que peut vivre une personne atteinte de la maladie d Alzheimer sur les plans affectif, émotionnel et relationnel, et avoir présentes à l esprit ses angoisses et ses blessures narcissiques. Par exemple, prétexter, ou profiter, de ses pertes de mémoire pour ne pas tenir sa parole, non seulement n est pas acceptable sur un plan déontologique mais va à l encontre de la création d un climat de confiance. On touche ici à la valeur de l engagement. Un participant au Groupe La parole jusqu où? déclare : La question éthique de notre engagement moral rejoint la question de la promesse, de la parole tenue. Si ce n est pas tenu, ou si on sait qu on ne pourra pas le tenir, je pense qu il ne faut pas le dire. Quand c est ma parole que j engage, c est moi que j engage. Je crois que cette notion de confiance est fondamentale, même et peut-être surtout avec des personnes très démentes. En tant que professionnel, on ne se fait parfois pas assez confiance pour établir cette qualité de relation. Relation de confiance, lieu de confiance, situation de confiance : à plusieurs reprises ces expressions ont été utilisées par nos différents interlocuteurs pour expliquer combien la confiance conditionnait le succès d une initiative, quelle qu elle soit (groupes de parole, sorties, séjours, hébergement temporaire ). Quand la confiance est établie, les personnes atteintes sont moins perturbées et leurs proches, qui se sentent rassurés, partent, ou laissent partir leur parent, avec moins d appréhension parce qu ils ont affaire au personnel habituel auquel ils se fient. De plus, notre corps ne sait pas mentir. La sincérité ou l absence de sincérité de nos propos s exprime aussi par notre 142

6 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 143 attitude corporelle. Même atteintes de troubles cognitifs voire peut-être surtout?, les personnes malades repèrent parfaitement l absence de congruence entre les mots et l attitude. Droit à la vérité, au choix, au risque L instauration d un climat de vérité autour de la personne malade, après y avoir dûment réfléchi en équipe et y avoir associé les proches afin qu ils adhèrent à cette démarche, relève du respect dû à chaque être humain. Connaître la vérité permet de prendre des décisions. Parler de la mort? Le psychologue de l Unité Chardon-Lagache à l hôpital Sainte-Périne, à Paris, donne cet exemple : Cette femme hospitalisée depuis deux ans présente une maladie d Alzheimer évoluée. Elle ne parle plus et déambule toute la journée. Une fois par semaine, son vieux mari lui rend visite. Elle n a plus de contact avec ses enfants depuis plus de vingt ans. À un certain moment, nous nous apercevons que son mari, toujours fort discret, n est pas venu depuis quelques semaines. À ce moment-là, l assistante sociale nous informe de son décès qu elle a appris par un des amis de la famille. Cet ami n a pas vu M me L. depuis très longtemps et ne sait pas si nous devons lui annoncer ou non le décès. ( ) Il pense que, malgré les troubles de compréhension de M me L., il est important de le faire et de maintenir ainsi sa dignité. Certains membres de l équipe soignante craignent une telle annonce : Elle ne comprendra pas, On va plus la perturber qu autre chose La décision de le faire est prise et la rencontre avec ce monsieur est organisée. L ami de M me L. lui demande si elle se souvient de lui. Elle répond oui et son regard montre qu elle a compris. Il lui dit la mort de son mari avec les mots de l amitié et elle pose des questions, elle qui ne parle plus depuis longtemps. Elle pleure et nous dit merci. Depuis, M me L. a repris sa déambulation. Les soignants présents sont tous convaincus qu il fallait lui dire. 2 Face aux craintes des professionnels qui redoutent l écrou- 143

7 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 144 lement de la personne à l annonce d un décès, voici d'autres situations, rapportées par le Groupe de travail Vivre avec la maladie d Alzheimer en établissement (voir page 2), qui font réfléchir. L annonce de la mort de son fils à un résident du Cantou de Crest, dans la Drôme, avait été décidée à l issue d une longue discussion entre l équipe, la famille et le médecin. La réaction du monsieur a surpris tout le monde : Mais moi, je suis encore là! Un autre monsieur jugé dément s est exclamé, à l annonce de la mort de son épouse : Petiot! J ai eu de la chance! Ce n était pas moi!,à la stupéfaction générale. Rechercher le consentement Le recueil du consentement n est pas facile à obtenir auprès des personnes qui éprouvent de sérieuses difficultés de communication. Cela en rend la recherche complexe, mais pas impossible. Cette démarche doit s appuyer sur une bonne connaissance de la personne ainsi que sur la délivrance d informations claires et compréhensibles pour elle. Le cas suivant a été rapporté par l Unité Chardon-Lagache, à Paris : Atteint d un syndrome de Korsakoff, M. P. a 65 ans et il vit tant bien que mal, grabataire dans son fauteuil. Ses membres sont déformés. Il est entièrement dépendant des soignants et à la merci des autres patients qui s approchent de son fauteuil. Sa vie est triste. ( ) Son état s aggrave et il présente des escarres au talon qui s infectent et menacent sa jambe entière. Le pied ne tient plus qu à peu de chose. ( ) Le chirurgien recommande l amputation à hauteur du genou. Devant une telle décision qui le concerne, nous ne pouvons, malgré ses troubles de compréhension et de jugement, nier sa capacité à prendre une décision. Face aux explications du médecin sur l état de sa santé, M. P. fait preuve d une compréhension et d un jugement qui surprennent l ensemble de l équipe soignante. Sa première réaction est de refuser l amputation de manière catégorique. Le médecin lui précise les risques qu il encourt (en particulier la perte de son pied lors des soins) et exprime son inquiétude sur l évolu- 144

8 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 145 tion défavorable d une telle décision. Nous lui laissons un temps de réflexion avant de prendre une décision définitive. Le lendemain, M. P., qui présente pourtant des troubles mnésiques majeurs, se souvient parfaitement bien de l entretien et réitère sa position. Nous décidons donc de respecter son choix et l intervention chirurgicale n a pas lieu. C était la première fois, depuis longtemps, que cet homme pouvait prendre, malgré ses troubles, une décision le concernant. Depuis son arrivée dans le service, il n avait cessé de subir des décisions prises pour lui : traitement psychotrope important devant son agitation et son agressivité ; pose d une prothèse consécutive à une chute avec fracture du col du fémur ; infection suite à cette intervention, ablation de la prothèse et, devant l étendue de l infection osseuse, impossibilité d en remettre une. La dépendance totale, sans plus pouvoir marcher, s est ensuite installée. Peu de temps après sa décision de refus de l amputation de sa jambe, les infirmières constatent une guérison de ses escarres et une reconstitution cellulaire. Son pied était sauvé. Ce cas illustre avec force le droit au risque évoqué par un participant à un groupe de travail, risque qui est indissociable de la liberté fondamentale d agir, au prix de la vie.toutefois, les professionnels ne peuvent s engager dans cette voie sans accompagnement ni soutien institutionnel : Envisager les droits des personnes, analyser la situation, les positions, voire les conflits, des différents acteurs concernés ( ) implique un apprentissage de modes de travail, de réflexion et de concertation qui permettent de favoriser l expression pluridisciplinaire et une prise de décision encadrée et collective 3. Comités éthiques À cet égard,la création de groupes de réflexion éthique ou de comités éthiques a été présentée par nos interlocuteurs comme un moyen à privilégier pour aider les équipes à réfléchir ensemble, à résoudre des conflits éthiques et à dénouer des situations problématiques (comme un refus de soin ou d alimentation). Ils s avèrent extrêmement utiles. 145

9 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 146 Le Comité éthique peut être interne ou externe au service, à l établissement ou à l institution, et peut associer avec profit des experts (juriste, philosophe, éthicien, ministre du culte, personnalité de la société civile jugée compétente ). Il n est pas rare que l entourage familial de la personne malade soit, lui aussi, en proie à un conflit moral, et ces espaces de confrontation des points de vue, avec la distance d un regard extérieur, non impliqué affectivement, contribuent à faire valoir et à respecter le droit des personnes malades, à rassurer les intervenants, à déculpabiliser les proches et à ne pas s arc-bouter sur des pratiques sécuritaires. Le choix On assiste donc à une prise de conscience grandissante de la nécessité d informer la personne de sa situation et de faits la concernant, afin qu elle puisse prendre des décisions et faire des choix en connaissance de cause, dans la mesure du possible. Mais le droit au choix ne veut pas dire que la personne peut disposer d un libre choix absolu et souverain. En fait, les équipes tentent de construire ensemble, avec la personne, et souvent en y associant ses proches, les conditions d un meilleur choix pour elle-même et pour eux. Il s agit plutôt de rendre possible un cheminement vers l expression des désirs, en essayant de définir un espace de liberté dans le nouveau système de contraintes imposé par la maladie. Là encore, tout est dans la nuance et la réflexion. Car la mise en œuvre du droit au choix ne peut pas, non plus, prendre la forme d une injonction d autonomie, qui n est pas appropriée aux personnes atteintes de troubles cognitifs sévères. Un exemple est donné avec une offre de repas en self-service, mise en place par un établissement pour favoriser l autonomie d une partie des résidents. Certains, même accompagnés par un professionnel dans la chaîne du self, se sont retrouvés en situation d échec, incapables 146

10 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 147 de choisir leurs plats, s attirant les foudres des autres résidents moins handicapés. Le travail sur le choix gagne à être guidé par une réflexion sur les valeurs à promouvoir et sur les modalités de leur mise en œuvre, avec la conscience des limites. Questions sur les pratiques La prise en charge de la maladie d Alzheimer oblige chacun à reconnaître ses limites : limites de l accompagnement au sein des familles, limites du système de soins qui ne peut guérir,limites des systèmes de protection dans un environnement social centré sur le culte de l individu, sur la maîtrise du corps, sur le mythe de l éternelle jeunesse et sur l envahissement par les nouvelles technologies. La maladie d Alzheimer rappelle à chacun que la vieillesse et la mort qu il cherche à occulter se profilent inévitablement au bout du chemin. 4 Vertus et limites du spécifique L approche spécifique, c est-à-dire un accueil et un hébergement réservés aux personnes atteintes de troubles cognitifs, est une question qui fait largement débat parmi les porteurs de projet. Certains y voient une approche adaptée à la spécificité de ces résidents, dont ils considèrent que les comportements sont inappropriés à la vie collective. Les équipes commencent souvent à se poser la question des besoins spécifiques d une personne lorsque celle-ci déambule, se déshabille en public, se perd, sort de l établissement (ce qui, rappelons-le, est presque toujours perçu comme une fugue). La réponse prend la forme d une unité fermée pour que les personnes ne puissent pas sortir seules et spécifique pour tenter de répondre à leurs besoins particuliers comme la déambulation. S ils sont aménagés dans le seul but de contenir des comportements considérés comme dérangeants, ces espaces spé- 147

11 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 148 cifiques risquent de devenir des lieux d exclusion, réduits de manière caricaturale à un espace de déambulation et à un digicode. L étude sur l architecture effectuée en montrait que les porteurs de projet avaient tout intérêt à se demander, pendant la conception d une unité spécifique : que va-t-on y faire? Avec quels objectifs? Cela donne la possibilité d imaginer d autres façons de procéder. Le défi est de concevoir des espaces pensés pour répondre aux besoins de ceux qui y vivent, leur donnant la possibilité de disposer de lieux où se retrouver par affinités, sans que le regard des autres ne pèse trop sur les plus fragiles. Cette réflexion est plus large qu il n y paraît, car ce défi ne devrait pas concerner les seules personnes atteintes de la maladie d Alzheimer. Chacun, qu il soit atteint de démence ou non, devrait avoir droit à un lieu de vie qui lui convienne, où il se sente protégé, reconnu, accompagné. La force des rituels Les rituels apparaissent comme des pratiques chargées de sens, utiles et bénéfiques. Ils rassurent les personnes dont les repères s étiolent et qui sont facilement sujettes à l angoisse, nous l avons vu à propos du coucher et de la fin de vie. Il en va de même pour les déplacements : toute rupture, tout changement de lieux est source de perturbation. Il semble préférable, par exemple, d inciter à la fréquentation régulière d un accueil de jour, au moins une fois par semaine. Le bouleversement que peut entraîner, chez une personne atteinte, la fréquentation de l accueil de jour peut être d ailleurs une limite de la formule ; certains proches disent que les nuits précédant l accueil peuvent être particulièrement agitées. En hébergement temporaire, le premier séjour est très perturbant. L acclimatation prend au moins dix jours, le temps de trouver des repères. La répétition des séjours aide à créer un climat de familiarité avec les lieux et le personnel. La 148

12 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 149 régularité et le caractère suivi du recours à ce type de services sont essentiels. La programmation de séjours réguliers est en tout cas une pratique habituelle dans certains des services qui ont participé au Groupe Répit. Ici aussi, obtenir le consentement de la personne pour résider dans ces accueils séquentiels évitera, peut-être, une certaine agitation ou des tentatives de sortie au cours de la journée pour retourner chez elle. Et ici aussi, le respect de rituels, lors de son arrivée dans le service et de son départ, s avère utile et sécurisant pour tous. Il aide particulièrement les personnes dont les capacités d adaptation s amenuisent. À propos de son père qui allait dormir à l accueil de nuit de Mortain, dans la Manche, sa fille a dit l importance, pour elle comme pour lui, d horaires et de trajets toujours identiques. Quand elle amène son père en fin d après-midi, elle s arrange pour le faire avant que les activités de l Unité Sélune soient terminées, car, dit-elle, sinon, j aurais l impression de l abandonner au milieu du couloir, alors que dans l unité, il est accueilli. Dans le même esprit, le fait de retrouver sa chambre le soir, sa place à table, son fauteuil dans la salle de séjour est sans aucun doute rassurant. Dans les séjours en hébergement temporaire, s il est difficile de réserver la même chambre à la même personne, le fait de pouvoir apporter des objets personnels est important. Le rituel de connivence n est pas à négliger : ritualiser les gestes de la toilette, respecter les habitudes, les petites manies remarquées C est une sorte de langage entre les soignants et la personne malade. Enfin, les rituels de début et de fin de séance dans les ateliers et activités ont été abondamment décrits (en arrivant, on se salue, on redit le nom de chaque participant, on boit un café d accueil et à la fin, très souvent, un chant unit le groupe et on se dit au revoir ). Toutefois, attention! Trop de rituel tue le rituel. Il ne faut pas le confondre avec la routine et la procédure. Il peut 149

13 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 150 devenir défensif quand il se répète, vidé de sens. Myriam Boubli (psychanalyste, entretien avec le Groupe La parole jusqu où? ) précise : Ce que savent très bien faire les institutions, c est ritualiser les actes et les liens entre les usagers. C est une très bonne chose si ça n est pas trop systématique. Je crois que ces personnes, comme tout un chacun, et peut-être encore davantage, ont besoin que soient maintenus des temps de surprise. Mais il faut qu elles aient un contrôle suffisant sur les choses : si on sait comment la journée va se dérouler, si on connaît l identité des personnes qui vont venir s occuper de nous, si on est rassuré par la perspective des temps forts de la journée, le monde peut être moins angoissant et le changement est intéressant. Peurs et réticences des professionnels Nous avons parfois observé que des projets nouveaux et innovants destinés aux personnes malades, fondés, par exemple, sur le développement de la vie sociale ou sur une pratique artistique, culturelle ou sensorielle, engendrent dans un premier temps des réticences et des difficultés de la part des professionnels. Il faut prendre en compte, comprendre et surmonter ces problèmes. De même que l on parle de cheminement des aidants familiaux dans l accompagnement, les professionnels aussi peuvent être amenés à cheminer et à faire évoluer leur culture professionnelle, dans laquelle ils sont parfois enfermés. La formation et l approche pluridisciplinaire font partie des réponses.ainsi, un médecin qui explique à l équipe les effets néfastes de la contention contribuera largement à faire baisser l angoisse à propos de l éventualité des chutes. Les lieux de parole et les réunions d analyse des pratiques sont aussi des outils intéressants pour interroger les résistances. Ils permettent d introduire davantage de souplesse dans les pratiques et de renforcer les capacités d écoute à l égard des résidents, comme à Longny-au-Perche, dans l Orne (voir encadré ci-contre). 150

14 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 151 Organisation Cet enjeu d humanité implique que ces patients (grabataires, non communicants déments) reçoivent une prise en charge adéquate pour des êtres reconnus comme des personnes, c est-à-dire des soins adaptés à leur état, conformes aux données actuelles de la science, dans le cadre de décisions justes. (Julie Hournau-Blanc, médecin 6 ). Maison de retraite La Providence à Longny-au-Perche (61). Penser l organisation du travail Cet établissement situé en zone rurale, d une capacité d accueil de 106 places, est en pleine évolution. Parallèlement à une restructuration architecturale, il s est lancé dans une réflexion, impliquant l ensemble du personnel, sur le pourquoi et le comment d une unité spécifique pour les personnes atteintes de troubles cognitifs. En 2003, une partie de l équipe a suivi une formation aux techniques de massage et du toucher et à leurs bienfaits relationnels. Puis le personnel a exprimé le besoin d une réorganisation du travail, afin de mieux définir les postes et le rôle de chacun, d être plus présent auprès des résidents et de faire preuve d une plus grande souplesse à leur égard. Désormais, l aide pédico-psychologique et l aide-soignante s occupent conjointement de l animation, l équipe de nuit prend le relais de l équipe de jour à 21 h 30 et l un des postes de veilleurs de nuit est à cheval sur le temps de jour et le temps de nuit, faisant la transition entre les deux équipes. Un accompagnement par une psychologue formée à la psychothérapie familiale est proposé aux familles. L impact sur la qualité de vie et de travail au quotidien est indéniable. 151

15 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 152 Un cadre de travail, un travail encadré Une prise en charge adéquate et des soins adaptés supposent que le travail des professionnels soit lui-même encadré par une organisation et de la méthode.trop d équipes sont confrontées à ce qu elles perçoivent comme un non-sens (s occuper de personnes atteintes de la maladie d Alzheimer) et, privées de repères, en éprouvent une grande souffrance, ce qui n est pas sans effet sur les personnes accompagnées. Un bon cadre de travail pour les pratiques et les attitudes des soignants est fondé sur des valeurs communes, issues d une réflexion et de questionnements partagés : Quels sont les mots que nous utilisons pour parler d eux? Quels sont les représentations qu ils nous renvoient? Quelles sont nos peurs face aux maladies neurodégénératives et au vieillissement? Quelles sont les valeurs qui nous paraissent prioritaires dans notre travail? Se poser ce type de questions aide une équipe à construire ensemble son propre système de valeurs et de références, qu elle interrogera régulièrement avec le soutien du personnel d encadrement. Le cadre général d intervention, construit conjointement et avalisé par la direction, va baliser le chemin du soin et de l accompagnement et alimenter la réflexion sur le projet de vie, le projet d établissement ou le projet de service. Ces projets demandent un investissement collectif particulièrement important si l on veut accomplir un travail sur un mode participatif large, et aborder tous les sujets de manière approfondie! ( ) Il est nécessaire de garder à l esprit que cette démarche est une opportunité pour l établissement de faire un bilan complet des conditions de vie qu il propose aux résidents à un moment précis 7. De manière plus empirique, le cadre défini sera assorti de procédures pour guider le travail au quotidien, portant notamment sur : les fiches de postes, les rôles et les fonctions ; 152

16 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 153 Impact de l environnement et des pratiques des soignants sur la qualité de vie des résidents Quel est l impact de l environnement physique et humain sur la qualité de vie des personnes accompagnées? Des évaluations à ce sujet commencent à être disponibles, toutefois encore incomplètes et insuffisantes. Un environnement qui propose un ensemble d éléments innovants petites unités, objets familiers favorisant l orientation et le sentiment de sécurité, proximité et bonne visibilité des éléments fonctionnels, proximité d autrui a montré un impact bénéfique (amélioration de l humeur, de l orientation, des praxies, de la mobilité) supérieur à celui de milieux institutionnels classiques. On manque néanmoins de données pour préciser quels éléments jouent, sur quoi, pour qui, à quel moment. Une étude sur 80 établissements aux États-Unis a mis en lumière que les établissements où se manifestaient le plus de symptômes psychocomportementaux se caractérisaient par le recours à la contrainte physique, l inactivité et la solitude des résidents, du personnel en nombre peu élevé et des pièces froides (notamment la nuit) *. La formation des personnels de proximité à une communication adaptée aux personnes atteintes ainsi qu une flexibilité accrue dans la réalisation des actes de soin entraînent une baisse significative des comportements de refus de soins ;l utilisation de techniques de relaxation lors de la toilette de type Snoezelen ou Réminiscence **, et de grilles d analyse standardisées,pour comprendre les comportements,permet de réduire les manifestations d opposition et améliore l humeur des résidents. Pascale Dorenlot, Fondation Médéric Alzheimer * Cohen-Mansfield J. (2001). Nonpharmacologic interventions for inappropriate behaviours in dementia:a review,summary and critique.american Journal Geriatric Psychiatry 9(4) : ** Mahoney et al. (1999). Behavior and stress response to bathing in persons with dementia : effectiveness of Reminiscence and Snoezelen interventions. Gerontologist 39 :

17 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 154 les modalités de travail en équipe ; les temps et outils de transmission ; les divers protocoles : accueil, repas, toilettes, prises de décisions, intervention de bénévoles, douleur, incontinence, fin de vie De façon générale, parmi les principes qui contribuent à enrichir le cadre de travail et à donner confiance aux équipes, retenons une réelle pluridisciplinarité et non pas l empilement de compétences, l esprit de recherche et d adaptation, l attention à la parole et aux comportements des personnes malades. Une attitude cohérente de la part de l encadrement, à divers niveaux, renforce le professionnalisme et la sécurité des équipes : cohérence des consignes données, Service Intercommunal d Aide à Domicile de Lezoux (63). Formation et soutien en continu Devant la difficulté des situations rencontrées par les intervenantes auprès des personnes atteintes de maladie d Alzheimer, le SIAD de Lezoux a, en 2002, mis en place des groupes de parole à leur intention, sous la forme d un cycle de six séances de 1 h 30. À l issue de cette phase, les participantes ont exprimé leur frustration de ne plus bénéficier de dispositif de soutien. Le temps de trouver un autre financement, cette fois auprès du Fonds de Modernisation de l Aide à Domicile (FMAD), et les groupes ont pu être reconduits. Ils permettent notamment aux aides à domicile de partager les connaissances acquises auprès des cas concrets rencontrés dans leur pratique professionnelle, de les analyser et de répondre à leurs questions. 154

18 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 155 cohérence entre les valeurs affichées et les règles de fonctionnement de l établissement ou du service et, enfin, cohérence au sein de l équipe de direction. Formation, soutien et analyse des pratiques Dans les précédents chapitres, nous avons souligné le rôle majeur de la formation des professionnels. En traitant par exemple les thèmes du choix, du risque, des responsabilités ou de l accompagnement en fin de vie, la formation peut agir comme un levier qui permettra aux équipes de mieux communiquer avec les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et de soutenir les proches. Les formules que les professionnels estiment les plus efficaces combinent des formations ponctuelles et un dispositif régulier de soutien et d analyse des pratiques, comme l illustre l expérience du service d aide à domicile de Lezoux, dans le Puy-de-Dôme (voir encadré ci-contre). Des aides à domicile disent ce que leur apportent la formation et le soutien : On vit la souffrance des gens mais on avance, on arrive à mieux faire la part des choses ; Ce qui ferait vraiment du bien à tous, c est de vraiment parler à un psychologue pour essayer de prendre cette distance ; le plus dur, c est de faire face à la mort 8. La contribution des bénévoles Plusieurs initiatives bénéficient de l apport de bénévoles, qui incarnent le dehors de l institution ou du service et, de ce fait, occupent une place à part dans l accompagnement des personnes. Souvent perçue comme difficile, la collaboration entre les professionnels et les bénévoles contribue pourtant, lorsqu elle est réussie, à élargir la gamme des interventions et à renforcer l impact de ces dernières.ainsi, aux Jardins de Brunehaut à Rieux-en-Cambrésis (Nord), le club lecture animé par une bénévole se prolonge dans différentes activités grâce à la bonne collaboration avec l équipe (voir encadré page suivante). 155

19 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 156 Quand il a sa place, le bénévole est vu comme l ami du dehors qui favorise le maillage social, a témoigné le Groupe de travail Bénévolat et accompagnement des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer (voir page 2). De plus, les participants ont souligné que, de nombreux Les Jardins de Brunehaut à Rieuxen-Cambrésis (59). Un club lecture au secours de la mémoire Aux Jardins de Brunehaut, gérés par l association ACCES, on trouve une maison de retraite, un foyer pour handicapés vieillissants et deux Cantous, au sein desquels une bénévole anime, depuis 2003, un club lecture une heure à une heure et demie par semaine. Les résidents se retrouvent dans le salon autour de la bénévole et de membres du personnel. De séance en séance, le déroulement est le même, ce qui constitue un rituel et un repère pour les participants : échanges sur les événements survenus dans la semaine passée, puis lecture d un livre, poésie ou fable, elle-même décomposée en deux temps, d abord le rappel de l histoire en cours puis la lecture proprement dite de la suite du récit. La souplesse est de mise et, au gré de la séance, des souvenirs peuvent émerger, des chansons être reprises, des échanges avoir lieu Cet atelier représente un véritable support à la vie quotidienne dans les Cantous et aux autres activités, aux repas et sorties. Des réunions régulières entre la bénévole et l ensemble de l équipe donnent une suite concrète à ce qui a été dit, ressenti et exprimé par les participants lors de l atelier. Pour cette action, les Jardins de Brunehaut ont remporté le Prix Poster 2006 organisé par l Uniopss et la Fondation Médéric Alzheimer. 156

20 Guide 2 part 5 9/10/06 9:51 Page 157 bénévoles appartenant à une génération qui est absente des équipes de salariés, âgés de moins 60 ans, ils font le lien entre ceux-ci et les personnes malades parfois très âgées. La question des moyens On aura beau définir un cadre de travail avec professionnalisme, humanisme et bienveillance, et disposer d une méthodologie rigoureuse, la situation restera inchangée si le cadre n est pas assorti de moyens. La Conférence de consensus le souligne à propos de la liberté d aller et venir : Inutile de se voiler la face : la restriction de l aller et venir de nombreuses personnes dans les établissements sanitaires et médicosociaux aujourd hui n est pas la conséquence de l indifférence ou du manque d humanité des personnels soignants, mais le résultat de contraintes que l on ne saurait ignorer (voir page 109). L attribution de moyens financiers dépend en grande partie de l image que les différents financeurs vont se faire du service, de l établissement, de l association. Les responsables des structures doivent donc inviter régulièrement des représentants des bailleurs. Rien ne vaut un contact sur le terrain. D autre part, l évaluation des actions déjà réalisées montre la capacité de l organisme demandeur à atteindre ses objectifs, et mérite d être présentée. Enfin, les dossiers de candidature pour des projets d un type nouveau doivent expliquer clairement la nature de l action ou du service, préciser le public visé, les méthodes et modalités de fonctionnement et d évaluation, et demander un budget en cohérence avec le contenu du dossier. Soigner, aider et accompagner cet autre, fragilisé et désorienté dans un univers qu il ressent comme étranger, sans devenir soi-même désorienté, suppose que l on soit solidement formé, soutenu et encadré. C est à cette condition que pourrait être évitée la maltraitance aimable 9 que nombre d entre nous pratiquent sans le savoir et a fortiori sans le vouloir. Elle consiste, par exemple, à passer à toute vitesse dans le couloir en criant 157

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

I. Qu est ce qu un SSIAD?

I. Qu est ce qu un SSIAD? 1 Plan Introduction I. Qu est ce qu un SSIAD? II. L accompagnement du SSIAD III. Présentation du SSIAD de Meyssac et de Beynat IV. Les personnes prises en soin dans le SSIAD V. Présentation d une situation

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Un regard différent, une approche différente

Un regard différent, une approche différente Un regard différent, une approche différente Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? La maladie d Alzheimer et les maladies apparentées entraînent des difficultés au niveau de la mémoire, du langage, de

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5 1/5 Les enfants, acteurs essentiels du combat contre les idées reçues. Prendre en compte leur parole et les actes concrets qu ils posent. Réfléchir et débattre ensemble PROPOSER UN DEBAT PHILO Il s'agit

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Xavier GERVAIS Médecin Coordonnateur EHPAD «Les Balcons de Tivoli» Le Bouscat Mise en œuvre confiée

Plus en détail

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR CHANTAL COUVREUR Sociologue, Docteur en Santé Publique Présidente de «Mediteam» Si l on s intéresse à l histoire des soins palliatifs, on constate

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr

Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr Actualités en Médecine Gériatrique, Paris 17 juin 2015 Conflit d intérêt Remerciements au Dr O. Faraldi Une réponse triviale?

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Aider une personne atteinte de cancer

Aider une personne atteinte de cancer Aider une personne atteinte de cancer Ce que vous pouvez faire Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Il est fort probable que vous connaissez une personne peut-être un voisin, un collègue

Plus en détail

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée L objectif est de repérer des personnes âgées à risque de perte d autonomie. Certains indices observables sont énumérés ici. Un seul critère n est

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

Formation obligatoire d adaptation à l emploi

Formation obligatoire d adaptation à l emploi Cycle de formation Praxis Conforme à l arrêté du 16 juillet 2009 Formation obligatoire d adaptation à l emploi Agent de service mortuaire Madame, Monsieur, Depuis l arrêté du 16 juillet 2009 relatif à

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile Formations Sanitaires et Sociales Petite enfance Gérontologie Aide à domicile SOMMAIRE Formations communes aux secteurs : petite enfance, gérontologie et aide à domicile Page 4 Formations relatives au

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Travailleur social : acteur de changement ou panseur de plaies?

Travailleur social : acteur de changement ou panseur de plaies? Travailleur social : acteur de changement ou panseur de plaies? Au CPAS, à la Mutuelle, dans les associations, dans les écoles, dans la rue ou derrière un guichet ou encore à domicile, les assistants sociaux

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées

Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées LA MAYENNE C O N S E I L G É N É R A L Original à conserver et photocopie(s) à retourner à un ou plusieurs établissements de votre

Plus en détail

Introduction par effraction

Introduction par effraction Introduction par effraction Les gens qui sont victimes d une introduction par effraction peuvent être affectés pour d autres raisons que la perte de leurs biens. Ils peuvent ressentir de fortes émotions

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF Tél. : 04 42 21 06 22 Fax : 04 42 21 27 04 Mail : if.conseil@wanadoo.fr Site : www.ifconseil.eu Un partenariat Basé sur la lecture attentive

Plus en détail

L engagement en pratique des gestionnaires de cas

L engagement en pratique des gestionnaires de cas L engagement en pratique des gestionnaires de cas Cyrille Lesenne Président de l'association Française des Gestionnaires de Cas (AFGC) Samuel Lesplulier Vice Président de l AFGC La gestion des cas La gestion

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique Vous trouverez ici notre guide d utilisation et d accompagnement pour l'aidant familial utilisant la tablette et nos jeux de

Plus en détail

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique :

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique : Introduction Image classique = Cadre supérieur + grande responsabilité Mais aussi le bas de l échelle Zéro défauts, l excellence a un prix = Le Stress I Définition Interaction entre un environnement et

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE EN QUELQUES CHIFFRES * 35 délégations régionales 218 collaborateurs dédiés, dont 154 sur le terrain 12 500 membres d associations bénévoles

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Hébergement. Outil d aide à la décision pour déterminer si la mesure utilisée est une mesure de contrôle ou une mesure de positionnement

Hébergement. Outil d aide à la décision pour déterminer si la mesure utilisée est une mesure de contrôle ou une mesure de positionnement Hébergement Outil d aide à la décision pour déterminer si la mesure utilisée est une mesure de contrôle ou une mesure de positionnement Novembre 2013 1- Mise en contexte Ce document vise à fournir des

Plus en détail

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant le mot du médiateur de l éducation nationale Madame, monsieur, Parent, enseignant, vous aurez l occasion, au long de l année scolaire, de vous

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Le rôle des aides-soignantes et la place des aidants naturels dans le soin

Le rôle des aides-soignantes et la place des aidants naturels dans le soin Tiré à part 2011 Ce livret vous est offert par la 1 re mutuelle des professionnels de la santé www.em-consulte.com/produit/sasoi Le rôle des aides-soignantes et la place des aidants naturels dans le soin

Plus en détail

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI)

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) Note méthodologique relative à l outil de suivi en continu du projet de formation et du projet professionnel La direction

Plus en détail

accompagner Alzheimer Pourquoi et comment février 9 h à 17 h Hôtel Delta

accompagner Alzheimer Pourquoi et comment février 9 h à 17 h Hôtel Delta 12 février 9 h à 17 h Hôtel Delta Trois-Rivières Alzheimer Pourquoi et comment accompagner Programme officiel Joignez-vous à des experts québécois et français et découvrez l approche Carpe Diem à travers

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

Aspects pratiques de la pédagogie Pikler

Aspects pratiques de la pédagogie Pikler Paola Biancardi Aspects pratiques de la pédagogie Pikler Le CVE de Grattapaille dans lequel je travaille comme directrice, se trouve dans les hauts de Lausanne et regroupe deux sites : la Nurserie Sous-Bois

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Résidence Saint Jean

Résidence Saint Jean Résidence Saint Jean 41 Avenue Félix Baert 59380 BERGUES Tél : 03.28.68.62.99 Fax : 03.28.68.53.19 Email : stjean.residence@wanadoo.fr Site web : www.residence-saint-jean.fr Madame, Monsieur, Le Conseil

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

Qu est ce que le coaching professionnel? 08/07/2008

Qu est ce que le coaching professionnel? 08/07/2008 Qu est ce que le coaching professionnel? 08/07/2008 Organisation de la soirée Faisons connaissance Le coaching professionnel : qu est ce que c est? Témoignage de Laurent BESSE Questions / réponses, partage

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

L articulation Hôpital de jour Accueil de jour

L articulation Hôpital de jour Accueil de jour les hôpitaux de jour dans les filières de soin : un dispositif en marche L articulation Hôpital de jour Accueil de jour Dr Nathalie SCHMITT Dr Jacques HILD CH Colmar L articulation Hôpital de jour Accueil

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

Professeur Mireille MOUSSEAU

Professeur Mireille MOUSSEAU UE7 - Santé Société Humanité Médecine et société La mort et la souffrance dans la relation médecin malade Chapitre 4 : Relations médecin-malade (et famille) à l approche de la mort Professeur Mireille

Plus en détail

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Guide de bonnes pratiques. Pour les médecins conseils experts

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Guide de bonnes pratiques. Pour les médecins conseils experts ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE Guide de bonnes pratiques Pour les médecins conseils experts 2011 SOM MAIRE Avant l expertise p. 4 - la mission d expertise et acceptation de la mission p. 4 - la lettre

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Dr Marie-Anne Dumont

Dr Marie-Anne Dumont Dr Marie-Anne Dumont Bulles d espace «La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine caractérisée par une baisse des fonctions physiques, de la perte du rôle social joué comme

Plus en détail

Moteur de recherche : Daniel Goutaine Page d'accueil Rubrique : contentions

Moteur de recherche : Daniel Goutaine Page d'accueil Rubrique : contentions Les contentions Moteur de recherche : Daniel Goutaine Page d'accueil Rubrique : contentions Les contentions Quatre types de contentions : - physiques (ou mécaniques) : au fauteuil ou au lit du résident,

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Démence et fin de vie chez la personne âgée

Démence et fin de vie chez la personne âgée Démence et fin de vie chez la personne âgée Dr C le Provost Gériatre C.H.B.A Vannes Dr M Michel Gériatre C.H.U Rennes Démence et fin de vie Sujet grave: la mort la «de mens» = être privé de son esprit

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Les soins palliatifs aux soins intensifs : une coexistence possible

Les soins palliatifs aux soins intensifs : une coexistence possible Les soins palliatifs aux soins intensifs : une coexistence possible Diane Guay, inf Étudiante au Doctorat en sciences cliniques (sc.inf.) Co-direction Pr Luc Mathieu Pre Cécile Michaud Plan de la présentation

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail