septembre LA TÉLÉMÉDECINE AU SERVICE DE TOUS Directeur : Pierre Simon Association Nationale de Télémédecine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "26-27-28 septembre 2013. LA TÉLÉMÉDECINE AU SERVICE DE TOUS Directeur : Pierre Simon Association Nationale de Télémédecine"

Transcription

1 septembre 2013 P R O G R A M ME ATELIER n 7 JEUDI 26 septembre LA TÉLÉMÉDECINE AU SERVICE DE TOUS Directeur : Pierre Simon Association Nationale de Télémédecine

2 P R O G R A M ME ATELIER n 7 JEUDI 26 septembre 14h30 La Télémédecine est-elle bien comprise des professionnels de santé? Intervenants : Dr. Laurence Guédon (cardiologue CHU Lille, Etude Ecost), Dr Christine Boutet, (Directeur médical, GCS e-santé Picardie) Dr Yves Grillet (Pneumologue, vice-président FFP, Etude Optisas) 15h30 La Télémédecine fait-elle peur aux Etablissements de santé? Intervenant : M. Philippe De Lorme, Directeur-Adjoint, CHU Rouen 16h15 Pause 16h45 La Télémédecine fait-elle peur aux usagers? Intervenant : M. Alain Olympie, Président de l Association Française Aupetit 17h30 La Télémédecine intéresse t elle les Industriels de la santé? Intervenant : M. Philippe Maugendre, Directeur Prospective Economique et Institutionnels, Sanofi, France 18h15 Conclusions - Synthèse

3 P R O G R A M ME ATELIER n 7 JEUDI 26 septembre 14h30 La Télémédecine est elle bien comprise des professionnels de santé? Présentation du thème : P. Simon, Président de l ANTEL La télémédecine bouleverse les organisations et les pratiques professionnelles. Elle vise d une part à structurer un parcours de soins gradués entre les établissements de santé, publics et privés, c'est-à-dire permettre l accès «au juste soin au bon endroit», d autre part, à assurer la continuité des soins entre la ville et l hôpital en favorisant les coopérations entre professionnels de santé, médecins et non médecins, dans le but de bien identifier un parcours de soins adapté aux maladies chroniques du vieillissement qui représentent aujourd hui 80% de la demande de soins. Elle vise à prévenir l adressage aux urgences et les hospitalisations évitables. La télémédecine ne peut pas être seulement l ajout d un outil numérique, elle entraine une révision complète des organisations et des pratiques professionnelles. C est un changement de paradigme de notre système de santé.

4 La Télémédecine est-elle bien comprise des Professionnels de Santé? Réflexions aux travers de la Télésurveillance des Défibrillateurs Automatiques Implantables Laurence Guédon-Moreau CHAM Septembre 2013

5 Défibrillateurs Automatiques Implantables Prévention I ou II de la mort subite Post infarctus Insuffisance cardiaque Taux d implantation en France: 145 dispositifs / million d habitants / an En 2010 en France: # patients porteurs de DAI Suivi des patients : tous les 3 à 6 mois Paramètres techniques Troubles du rythme

6 Concept de la Télésurveillance des DAI Constructeur Téléphonie fixe/mobile Radio fréquence Internet Patient Equipe médicale

7 Chronologie CONNECT ECOST Loi HPST TRUST Charte Télécardiologie Home Monitoring Carelink Latitude Merlin.net Smartview

8 Bénéfices attendus du Suivi Télécardiologique Détection précoce Des problèmes techniques Des orages rythmiques Des thérapies inappropriées Réponse aux évolutions du mode de vie Facilitation de l accès aux soins Diminution du coût des soins

9 Etude ECOST : Design Etude Prospective, randomisée 1:1, contrôlée, multicentrique Inclusion Implantation Discharge/Rando Groupe témoin: suivi ambulatoire 1-3 mois 9 mois 15 mois 21 mois 27 mois Groupe actif: télésurveillance Suivi imposé (en consultaiton présentielle) Suivi additionnel déclenché par le système Home-Monitoring Suivi additionnel déclenché par le patient ou son médecin

10 Objectifs de l Etude ECOST 1 Sécurité de la Télésurveillance Evènements Indésirables Graves 2 Efficacité de la Télésurveillance Chocs inappropriés 3 Evaluation économique Coût pour l Assurance Maladie et le Patient DCIR

11 ECOST Sites de l étude BREST RENNES CAEN NEUILLY LILLE LOMME AMIENS SAINT DENIS LAGNY PARIS CRETEIL ANTONY QUINCY ORLEANS METZ NANCY MULHOUSE 433 patients ont été inclus, randomisés et suivis pendant 27 mois 43 centres investigateurs en France ANGERS NANTES BORDEAUX TOURS LIMOGES CLERMONT FERRAND DIJON BESANCON CALUIRE ET CUIRE LYON SAINT ETIENNE Private 187 Patients Public 46% 219 Patients 54% Groupe ACTIF Groupe Témoin PESSAC PAU ARESSY TOULOUSE MONTPELLIER AVIGNON MARSEILLE NICE SAINT LAURENT DU VAR 221 Patients 51% 212 Patients 49% PERPIGNAN

12 Objectif principal : Sécurité Courbe de survie sans EIG Patients sans EIG (%) Log Rang Test: p = Hazard Ratio : 0.91 (95%IC ) p<0.05 (non-infériorité) Groupe CONTROLE Groupe ACTIF Nombre à risque ACTIF CONTROLE Mois de suivi Méthode Kaplan-Meier Guédon-Moreau L et al. Eur Heart J 2013 ; 34 (8) :

13 Objectif secondaire : Efficacité Premier choc inapproprié Patients avec au moins 1 choc inapproprié -52% P=0.03 La télésurveillance est associée à une réduction significative de 52% de la survenue d un premier choc inapproprié. 11 (5.0%) Active (n= 221) 22 (10.4%) Control (n = 212) 1.4% (n=3) 5.2% (n=11) Guédon-Moreau L et al. Eur Heart J 2013 ; 34 (8) :

14 Bilan global des coûts (hors cotation de l acte) 2 Postes budgétaires impactés par la Télésurveillance Coûts ambulatoires Coûts du DAI % 4,287 ± 1,455 P= ,781 ± 1,594 ECONOMIE 494 par patient/an ou 315 par patient/an (HM inclus) Active Catégorie Group 1 Control Catégorie Group 2

15 Télésurveillance Gold standard de la surveillance des DAI Favoriser l adoption par les professionnels de santé Fait à Faire Décret d application de la loi HPST Charte de télécardiologie Organisation Formation Rémunération

16 Législation Loi HPST Décret du 19 octobre 2010 Définition des actes de télémédecine Précision des conditions de mise en œuvre Précision de l organisation Télé consultation Télé expertise Télé surveillance Télé assistance Comité de Pilotage de la stratégie nationale de déploiement de la télémédecine -DGOS- Contrat Convention

17 Obligation 1 Contrat entre L ARS Les acteurs de la télémédecine 2 Convention Relation entre les acteurs Condition de mise en œuvre des exigences règlementaires

18 Contrat Tout projet de télémédecine doit faire l objet d un contrat 1 Contrat 1 seul contrat par activité de télémédecine 1 Interlocuteur Possibilité d un interlocuteur unique pour l ARS: Coordonnateur de projet - Représentation des acteurs - Coordination des besoins des acteurs - Relai entre l ARS et les acteurs - Rédaction des conventions - Pilotage du déploiement de l activité de télémédecine

19 Suivi du contrat RAPPORT ANNUEL Indicateur d activité Évaluation médicale Évaluation économique

20 Convention entre les acteurs Déclinaison opérationnelle de l activité de Télésurveillance des DAI Place prise par chaque acteur Rythmologue, cardiologue, infirmière... Règlement du régime de responsabilité des acteurs en cas de préjudice pour le patient

21 Télésurveillance Gold standard de la surveillance des DAI Favoriser l adoption par les professionnels de santé Fait à Faire Décret d application de la loi HPST Charte de télécardiologie Organisation Formation Rémunération

22 CHARTE de TELECARDIOLOGIE APPLIQUEE A LA TELESURVEILLANCE des PROTHESES IMPLANTEES EN RYTHMOLOGIE Élaborée puis validée le 16 décembre 2011 par le CNPC (Conseil National Professionnel de Cardiologie) et le CNOM (Conseil National de l Ordre des Médecins), avec le concours de la Commission de Télémédecine de la Société Française de Cardiologie (CTSFC). Contributeurs : Pr Jacques Clémenty (CTSFC), Dr Laurence Guédon-Moreau (CTSFC), Pr Salem Kacet (CTSFC), Dr Arnaud Lazarus (CTSFC), Dr Jacques Lucas (CNOM), Dr Christian Ziccarelli (CNPC) Le cardiologue dispose de trois types de prothèses électroniques pour le diagnostic et le traitement des troubles du rythme cardiaque : les stimulateurs, les défibrillateurs et les holters implantables. Ces prothèses peuvent faire l objet d une télésurveillance ponctuelle à échéance calendaire et/ou continue évènementielle. L activité de Télémédecine, encadrée par le code de déontologie, a fait l objet de textes législatifs et réglementaires : Aspects juridique, de responsabilité médicale, économique et de bonne pratique

23 Télésurveillance Gold standard de la surveillance des DAI Favoriser l adoption par les professionnels de santé Fait à Faire Décret d application de la loi HPST Charte de télécardiologie Organisation Formation Rémunération

24 Organisation de la Télésurveillance des DAI Mise en Place Gestion des Alertes Relation Patients Information du patient Education du patient Programmation du DAI Inscription du patient Alertes administratives Alertes techniques Alertes cliniques Action Médicaments Programmation du DAI Procédure Réponse aux questions Gestion du matériel Logistique de Gestion des Alertes Temps paramédical - 65% Pour 100 alertes/an Temps médical -43%

25 Télésurveillance Gold standard de la surveillance des DAI Favoriser l adoption par les professionnels de santé Fait à Faire Décret d application de la loi HPST Charte de télécardiologie Organisation Formation Rémunération

26 Formation Médecins Personnel paramédical Matériels Sites internet Gestion technique Gestion clinique Règlementation Définition des Rôles Bon usage et Absence de mésusage 3 Priorités Assurer la sécurité du patient Profiter de l efficacité du système Maitriser la consommation de soins

27 Télésurveillance Gold standard de la surveillance des DAI Favoriser l adoption par les professionnels de santé Fait à Faire Décret d application de la loi HPST Charte de télécardiologie Organisation Formation Rémunération

28 Soutien Financier de l État aux projets de Télémédecine FMESPP 2011 Fond de Modernisation des Établissements de Santé Publics et Privés 14,4 millions (Priorités ) (26 ARS) 11,6 millions (AVC- 13ARS) FIR 2012 Fond d Intervention Régional 15 millions (projets pour le secteur ambulatoire) MIG télésanté et AC «SI coopération»

29 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 09 juillet 2013 CONCLUSIONS Prestation associée aux systèmes de télésurveillance des défibrillateurs cardiaques implantables Demandeur : Syndicat National de l Industrie des Technologies Médicales (SNITEM) Service Attendu (SA) Comparateur retenu Amélioration du SA Type d inscription Durée d inscription Suffisant Suivi conventionnel des défibrillateurs automatiques implantables sans télésurveillance Mineure (IV) Ligne générique 5 ans

30 Conclusion La Télésurveillance des DAI a été validée sur le plan scientifique et améliore le Service Médical Attendu. La Télésurveillance des DAI est performante sur le plan économique. La Télésurveillance des DAI emporte l adhésion de principe des professionnels de santé et des patients. L ensemble des acteurs (professionnels de santé, industriels et patients) est en attente du déblocage d une rémunération pérenne de l activité. Device management Disease management Patient management

31 CHAM 2013 Atelier du 26 septembre 2013 «la télémédecine est-elle bien comprise des professionnels de santé?» Dr Christine BOUTET-RIXE Directrice médicale GCS e-santé Picardie Propriété du GCS e-santé Picardie - Reproduction Interdite

32 Comedi-e: une construction urbanisée Parcours du patient et coordination des soins Décloisonnement Coopérations médicales innovantes Propriété du GCS 5 e-santé Picardie - Reproduction Interdite

33 Le Périmètre Fonctionnel Téléconsultations programmées Comedi-e: Quelques réalisations TéléCs et Télé exp. suivi des plaies à domicile Téléradiologie 5 sites déployés Beauvais, Chaumont, IM Breteuil, + 2 sites corses Télé AVC 3 sites déployés 2 cabinets d Infirmier(e)s libérauxet CH Compiègne RCP de cancérologie 6 sites déployés CHU, Montdidier, Doullens St Quentin, Péronne, Guise Téléréunions 2 sites déployés (CHU, Abbeville) 11 sites déployés (CHU Amiens, CH Beauvais, CH St Quentin, CH Abbeville, Clinique Ste Isabelle, CH Laon, Clinique St Claude, GHPSO, CH Chauny, Clinique St Come, CHAM ) Propriété du GCS e-santé Picardie - Reproduction Interdite Propriété du GCS e-santé Picardie - Reproduction Interdite - Plusieurs sites et PS utilisateurs

34 Comedi-e: Quelques chiffres Mise en production des services en décembre patients pris en charge par mois en télémédecine 100 professionnels de santé impliqués = Déploiement de différents services par spécialité d échelle modeste qui convergent vers un Programme de Télémédecine global et cohérent afin d atteindre une masse critique suffisante, évaluable, permettant de faire émerger un modèle médico-économique tenant compte des mécanismes financiers mis en évidence sur le terrain. Propriété du GCS e-santé Picardie - Reproduction Interdite

35 Comedi-e: Quelques enseignements Construire une infrastructure sans failles créer la confiance Assurer une régulation politique avec les instances professionnelles: COTER télésanté et BMOA régionaux Accompagner les acteurs de la télémédecine par un pilotage collaboratif assurant ergonomie, souplesse et réactivité Evaluer ( méthode des valeurs, ECP) autour de la notion de bénéfice matériel (limitation des transports, des jours d hospitalisation, ) immatériel (bien être et confort du patient, ) afin de construire un modèle médico-économique viable et pérenne Propriété du GCS e-santé Picardie - Reproduction Interdite

36 9 Propriété du GCS e-santé Picardie - Reproduction Interdite Comedi-e: vers une pérennisation? Investissements Financement ARS Fonctionnement Abonnement au service Rémunération Tarification des actes de TM e.g. : «- de patients à l hôpital mais + d activité!» La valorisation de l activité de TM des professionnels de santé est indispensable pour passer de l expérimentation à une pérennisation de la télémédecine!

37 Comedi-e: la télémédecine est-elle bien comprise des professionnels de santé? Besoin clinique fortement exprimé par les professionnels de santé / démographie médicale en Picardie! Travail de fond du GCS e-santé Picardie : convaincre et expliquer les règles Accompagnement des directions, des DSI Formations des professionnels de santé : Université Picardie Jules Verne Master 1 en santé ( PHEFI) validé par le ministère de la santé: UE de télémédecine pour les étudiants en médecine (ouvert dès les 2 ième et 3 ieme années de médecine) Formation des PS en activité sur le terrain : DPC, e-learning et téléformations Cellule support au GCS e-santé Picardie 10 Propriété du GCS e-santé Picardie - Reproduction Interdite

38 11 Propriété du GCS e-santé Picardie - Reproduction Interdite Comedi-e: la télémédecine est-elle bien comprise des professionnels de santé? La réponse est oui! - Si on sait s adapter au rythme des PS et à leur réticence au changement d attitude professionnelle (mode collaboratif vs individualisme) - Si on arrive à faire maintenir un rythme aux industriels en assurant un accompagnement continu par un pilotage «métier» et à condition que la valorisation des actes de TM soit clairement formalisée

39 12 Propriété du GCS e-santé Picardie - Reproduction Interdite Merci de votre attention Contact

40 Observatoire sommeil de la fédération française de pneumologie OSFP Cohorte prospective observationnelle de patients

41 Les utilisateurs de l OSFP 839 médecins inscrits 250 utilisateurs réguliers Spécialités Nbre utilisateurs Pneumologue 796 ORL 15 MG Somnologue 13 MG 12 Neurologue 2 Cardiologue 1 49 médecins investigateurs participent à l étude OPTISAS

42 Les patients inclus dans OPTISAS Au 25/09/2013 : patients inclus - 49 médecins investigateurs actifs Nb de patients inclus Etude OPTISAS : évolution des inclusions par semaine (S1 à S30) Optisas1 Optisas2 Total Inclusion de 500 patients en 8 mois!

43 Une solution cohérente? PATIENTS Ouverture ADS Patients Septembre 2013 FABRICANTS données Plateforme Téléobservance ADS OSFP MEDECINS FFP ASSURANCE MALADIE PSAD

44

45

46

47

48 OptiSAS Enquête sur la perception des praticiens concernant le télésuivi mis en place dans le protocole 1 - Dans quel cadre d exercice réalisez-vous les consultations des patients inclus dans le protocole OptiSAS? activité salariée activité libérale 1bis - Si vous réalisez vos consultations à titre libéral, les exercez-vous : en cabinet de ville 1ter - si oui, exercez-vous en cabinet de groupe en cabinet individuel en clinique à l'hôpital 2 - A quelle fréquence vous connectez-vous à OptiSAS? plusieurs fois par jour une seule fois par jour moins d une fois par jour 3 - Habituellement, le dossier OptiSAS de chacun de vos patients est rempli : en direct pendant la consultation immédiatement à l issus de la consultation en différé, à un autre moment que la consultation Si vous saisissez en différé, pouvez-vous nous dire pourquoi? le temps de saisie est trop long pour être réalisé en direct la saisie en direct altère la qualité des échanges avec le patient je ne dispose pas d un ordinateur sur le lieu de consultation 4 - Qui effectue habituellement la saisie du dossier? je réalise la saisie moi-même un(e) secrétaire un(e) aide-soignant(e) un(e) infirmier(e) un(e) interne ou externe un(e) attaché(e) de recherche clinique

49 Concernant l impact du télésuivi mis en place dans le cadre du protocole OptiSAS, quel est votre degré d approbation vis-à-vis des affirmations suivantes? 5 - Le renseignement du dossier OptiSAS prend trop de temps. pas du tout d accord pas d accord plutôt pas d accord plutôt d accord d accord tout à fait d accord 6 - Le télésuivi des patients modifie profondément l'organisation de votre activité de consultation (durée, fréquence, etc.) 7 - Le télésuivi des patients modifie profondément votre pratique médicale (contenu de la consultation) 8 - Vous estimez consacrer trop de temps au télésuivi de vos patients. 9 - Le télésuivi des paramètres du patient vous aide dans vos prises de décision Le télésuivi des patients augmente votre efficacité au travail Le télésuivi des patients dégrade votre efficacité au travail.

50 D un point de vue plus général, après plusieurs semaines d utilisation du dispositif de télésuivi, quel est votre degré d approbation avec les affirmations suivantes? 17 - L activité de consultation d OptiSAS se fait aux dépens de mes autres activités professionnelles. pas du tout d accord pas d accord plutôt pas d accord plutôt d accord d accord tout à fait d accord 18 - Dans votre pratique courante, une fois l'expérimentation OptiSAS terminée, vous continuerez à utiliser le télésuivi de vos patients. pas du tout d accord pas d accord plutôt pas d accord plutôt d accord d accord tout à fait d accord

51 P R O G R A M ME ATELIER n 7 JEUDI 26 septembre 15h30 La Télémédecine fait-elle peur aux établissements de santé? Présentation du thème : Ph. De Lorme, Directeur Adjoint, CHU de ROUEN La télémédecine peut contribuer à réguler / prévenir les passages aux urgences et aussi les hospitalisations en admission directe évitables en s'organisant mieux entre praticiens / professionnels de santé de ville et en établissement de santé en s'appuyant sur des modes de prise en charge décloisonnés et collaboratifs favorisant des parcours de patients sur un territoire donné. Ce peuvent être des structures de premier recours comme des maisons de santé, des pôles de santé, des centres de santé, mais aussi des petits établissements tels que des Ehpads en connexion directe avec des établissements dits de référence. Cela se traduira à moyen et long terme par une réorganisation de l'activité hospitalière stricto sensu qui devra se réajuster versus de nouveaux besoins et usages partagés mais sans forcément tendre vers une diminution de celle-ci. Les établissements de santé publics et privés retrouvant leurs missions de second recours. L ONDAM hospitalier pourrait à terme être modulé selon des critères non encore déterminés ni stabilisés. Irait-on vers une diminution des recettes? - Comment les établissements de santé se préparent-ils à une telle évolution? Quel modèle économique leur permettrait de faire face à cette baisse d activité?

52 LES ETABLISSEMENTS ONT-ILS PEUR DU NUMERIQUE? CHAM 26 septembre 2013 Ph de Lorme CHU Rouen

53 DECOR GENERAL Révolution numérique / monde nouveau Explosion d applications issues de la R&I, data center, open source, stockage et accès aux données, «cloud computing» hôpital numérique parcours P &T.. Impact généralisé sur tous secteurs /strates / métiers..env.. Profonds changements de paradigmes / fracture &rupture Bouleversement de chaînes de valeurs, pertes de repères, intellectuels, culturels et structurels / nouveaux modes de pensées (ref: «puissance de la multitude». N Guerin, H Verdier Ed A Colin) Prise en compte de nvx rapports PS/machine/patient/ Des gouvernances à revisiter (génération Y..Z..) Environnements démo-sociétaux et économiques contraints + enjeux S & MS..

54 L HOPITAL face au NUMERIQUE PAS PEUR! Mais FRILEUX >>>> FREINS DUS A Crainte du changement / frilosités à se remettre en question, vs ses propres process d organisation / les métiers / acquisition de nouveaux langages..dialogue Complexité croissante rapide systémique vs cumul de réformes / textes / normes / contrôles / obligations / recommandations à respecter ET toutes contraintes induites + les nouvelles techno issues de la R&I..dispositifs et enjeux des SI..interopérabilités et sécurisation, architectures réseaux, partage des responsabilités

55 suite Organisations en silos / cloisonnements / obstacles à démarches collaboratives et de partage de l information entre praticiens.. Pression de la T2A.productivité PRE Risque de déshumanisation rapport praticienpatient / nouvelle éthique relation PS / machine /patient + attentisme prudent vs innovation.. Modèle économique non stabilisé/tarification/ ressources contraintes évaluations services rendus insuffisamment probants.

56 suite Sentiment de défiance / méfiance ressenti avec son corollaire «perte de confiance». Vision floue / injonctions tutélaires pas tjrs compréhensibles (ex: régulation parcours patient territoire et difficultés d accéder aux données ) Gouvernance générale / pilotage à revisiter face aux défis organisationnels / structurels /techniques et de gestion de systèmes complexes interdépendants

57 COMMENT LEVER CES FREINS (tous strates confondus internes & ext) CULTURELS: Informer & faciliter l accès et partager la connaissance / réseaux Sensibiliser Former Rassurer. Améliorer l acquisition de méthodes et démarche de projet..(aap & AO ) + affiner les usages selon une stratégie «bottom s up» Rigueur et pédagogie dans les démonstrations Favoriser l expertise & la mobilité versus nouveaux métiers Identifier et repérer de nouveaux talents

58 STRUCTURELS: Réaffirmer un rôle régulateur de la puissance publique vs décentralisation et déconcentration. Renforcer l implication des instances versus les challenges Démontrer l impact structurel et organisationnel du numérique Créer une GOUVERNANCE IMPULSANTE, RASSURANTE, OUVERTE, PARTICIPATIVE (coop plutôt que compétition) et RECONNAISSANTE restaurant ainsi LE SENS D UNE CONFIANCE COLLECTIVE, FOI et ETHIQUE de L INTERET GENERAL (communication, consultation, concertation) ET AUSSI.Raccourcir les arbres décisionnels

59 CONSEQUENCES INSTAURATION DE NOUVELLES MOTIVATIONS atténuant CETTE DEFIANCE RESSENTIE FACILITATION à 1 MEILLEURE ADHESION DES ACTEURS AUX CONDUITES DU CHANGEMENT et AUX RE-ORGANISATIONS INCONTOURNABLES et REACTIVITE ACCRUE LES ETABLISSEMENTS S INSCRIVENT PROGRESSIVEMENT DANS CE DECOR (cf projet d établissement, projet médical ) dans ces enjeux et de veille + QUALITE pec, mais NECESSITE de vision et d impulsion

60 Des transferts d activités (voire de nouvelles typologies à identifier) et de compétences se créeront, de nouveaux dispositifs de tarification s imposeront et donc de nouveaux mode et outils de financement L esprit de la T2A sera à revoir de facto. Des ressources existent.

61 CONCLUSION NON, LES ETABLISSEMENTS N ONT PAS PEUR TABLONS SUR NOS CAPACITES POUR REDONNER CONFIANCE CLE D UN BON FONCTIONNEMENT D UNE ORGANISATION et AUDACE «ce que la confiance dans la parole d autrui renforce, ce n est pas seulement l interdépendance, mais la similitude en humanité des membres de la communauté» (Paul Ricoeur)

62 ET L USAGER DANS TOUT CELA???

63

64

65

66

67 P R O G R A M ME ATELIER n 7 JEUDI 26 septembre 16H45 3- La Télémédecine fait-elle peur aux usagers? Présentation du thème : Alain Olympie Directeur de l Association Française Aupetit Les usagers restent très attachés à la relation en face à face avec leurs médecins. La télémédecine peut être vécue comme une deshumanisation de la relation individuelle entre la personne et son médecin. La télémédecine favorise la coopération entre les professionnels de santé pour une prise en charge pluridisciplinaire d un même malade. L usager malade, notamment la personne âgée atteinte de maladies chroniques du vieillissement et habituée à une relation individuelle en face à face avec son médecin, très souvent non formé aux technologies numériques, peut craindre ces nouvelles organisations de soins structurées par la télémédecine. Trois ans après le lancement du plan national de télémédecine, quel bilan en fait l usager? Quelles dérives ou risques a-t-il pu percevoir? Quels bénéfices a-t-il identifié qu il souhaiterait voir consolidés?

68 Questions de télémédecine : peur(s) sur la ville? Alain OLYMPIE septembre

69 L afa et les MICI Créée en 1982, reconnue d utilité publique en 1996 Agrément du Ministère de la Santé en 2007 pour représenter les usagers dans les systèmes de santé renouvelé en 2012 Autorisation ETP ARS Ile de France en 2010 Agrément formation en bénévoles formés dans 22 délégations régionales 6 permanents / 4 vacataires AS, diététicienne, sophrologue, ETP budget annuel Recherche, Information & Soutien, Communication, Formation, Lobbying Maladie de Crohn & Recto-colite hémorragique malades en 1995 / en 2013 (source Epimad) ALD 24 pour les MICI évolutives graves en à nouvelles ALD/an (5 000 en 1995) Membre d Alliance Maladies Rares, (im)patients Chroniques & associés, EFCCA (european IBD group)

70 Peurs sur la ville? La télémédecine fait-elle peur aux usagers? déshumanisation dérives solitude formé? confidentialité risques échec politique de santé médico-économieque santé au rabais? cobaye? médecine au rabais?

71 (mé)connaissance du contexte de santé Constats et explications!? Un système de santé dépassé (enjeux de qualité) : - Système organisé pour gérer les phases aigües de la maladie - Cloisonnement de l organisation : ville, hôpital, médico-social - Raréfaction du temps médical disponible = parcours du combattant > généralistes débordés > hyper spécialisation pas disponible (long loin) > déserts médicaux > dépassements d honoraires et médecine de riche - Politique de santé peu visible et dépassé? (DMP, H1N1, médiator...) EnJEu : le bon soin au bon endroit au bon moment

72 (mé)connaissance du contexte de santé Constats et explications!? fantasmes?... Un système de santé en faillite (enjeux économiques)? - L hôpital coûte trop cher - Les urgences sont dépassées (entre autre) faute de moyens - De plus en plus de reste à charge - La tendance aux hospitalisations courtes... et aux rechutes - Impact sur MA qualité de vie dans MON quotidien - Un français sur 4 à + de 60 ans et 15 millions de MC = AVENIR EnJEu : ma santé, ma qualité de vie

73 Réalité du contexte de santé Les «big five» > cancer > diabète 1 assuré sur 5 > maladies cardiovasculaires > maladies respiratoires > maladies psychiatriques Prise en charge dans la durée voire sur toute la vie > pluri professionnels de santé > pluri structures de soins Nécessité de la coordination du parcours de soins autour du médecin traitant... et du malade! EnJEu : l organisation de la compétence de proximité

74 Exemple des intervenants de santé dans les MICI Le champ de l ETP dans les MICI

75 Réalité du contexte de santé Que faire!!!!! La révolution du «net» depuis les années et des TIC : Technologies de l Information et de la Communication Téléréalité Télémédecine EnJEu : communication entre soignants et avec les patients

76 2004 Même pas peur de la télémédecine Une nécessité de santé publique, mais sous surveillance... L article 32 de la loi du 13 août 2004 sur l assurance maladie pose un cadre sécurisant pour les usagers : «La TM permet, entre autres, d effectuer des actes médicaux dans le strict respect des règles de déontologie mais à distance, sous le contrôle et la responsabilité d un médecin en contact avec le patient par des moyens de communication appropriés à la réalisation de l acte médical.» Limites : frein au déploiement industriel, responsabilité des acteurs, définition de l exercice collectif de la TM, réglementation avec la CE. enjeu : restructurer l hôpital et la filière des soins

77 2008 Même pas peur de la télémédecine Une nécessité de santé publique, mais sous surveillance... contexte juridique et cadre déontologique en (trop de?) protection de l usager Le rapport de Simon et Acker sur «la place de la télémédecine dans l organisation des soins» passe en revue les expérimentations conduites en France et à l étranger depuis une dizaine d années et souligne l importance de la télémédecine dans le contexte actuel de restructuration de la santé dans l'hexagone : «Il apparaît, dans la plupart des pays étudiés, que la télémédecine est considérée comme une valeur ajoutée en matière de qualité et de sécurité dans l organisation des soins, notamment lorsqu elle favorise les soins au domicile des patients.» enjeu : restructurer l hôpital et la filière des soins

78 2009 Même pas peur de la télémédecine Une nécessité de santé publique, mais sous surveillance... La Commission Galien (Haut Conseil français pour la Télésanté et des coopérations Francophones) : «Télésanté, autonomie et bien-être la maison brûle!» soutient la généralisation de la télémédecine et demande un appui politique plus important : «la maison brûle et il est vital de passer sans délai à l acte» Le rapport Lasbordes défends ces nouveaux outils pour mieux maîtriser les dépenses de santé et propose un plan quinquennal éco-responsable pour le déploiement de la télésanté en France enjeu : mieux maîtriser les dépenses de santé!

«PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON?

«PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON? «PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON? Le décret télémédecine du 19 octobre 2010 fixe déjà certaines modalités de mise en

Plus en détail

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Département Système d Information en Santé et Télémédecine Direction de l Efficience de l Offre 5 mai 2015 1 les enjeux régionaux Enjeux régionaux

Plus en détail

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02 FINANCÉ PAR : PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» En décembre 2013, le Commissariat général aux Investissements d Avenir a lancé un appel à projet «Territoire

Plus en détail

La Télémédecine, un défi sociétal et économique

La Télémédecine, un défi sociétal et économique La Télémédecine, un défi sociétal et économique La télémédecine est un défi. Un défi face aux coûts croissants des consultations médicales, à la problématique des déserts médicaux, à la nécessité enfin

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ 19 OCTOBRE 2010 Beatrice Falise Mirat Beatrice.falise-mirat@anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence

Plus en détail

Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel

Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel Colloque Tic Santé,11 février 2010 Dr France Laffisse, Orange Healthcare Plan Télésurveillance

Plus en détail

Décret n 2010-1229 du 19 octobre

Décret n 2010-1229 du 19 octobre Télémédecine et diabète : le plan d éducation personnalisé électronique para médical (epep) Lydie Canipel Colloque TIC Santé 2011, 8 et 9 février 2011, Paris Décret n 2010-1229 du 19 octobre 2010 relatif

Plus en détail

TÉLÉMÉDECINE: UN PROJET MÉDICAL DE TERRITOIRE. Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux

TÉLÉMÉDECINE: UN PROJET MÉDICAL DE TERRITOIRE. Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux TÉLÉMÉDECINE: UN PROJET MÉDICAL DE TERRITOIRE Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Télémédecine Contexte: National: loi, décret (définition de 5 actes,

Plus en détail

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire Telecom Bretagne, Institut Telecom M@rsouin, CREM Myriam.legoff@telecom-bretagne.eu

Plus en détail

Jeudi 4 et vendredi 5 juillet 2013 Paris Bercy Centre Pierre Mendès France

Jeudi 4 et vendredi 5 juillet 2013 Paris Bercy Centre Pierre Mendès France Jeudi 4 et vendredi 5 juillet 2013 Paris Bercy Centre Pierre Mendès France Directeur par intérim du GCS e-santé Picardie stephane.routier@esante-picardie.com 13 ETP 1M Groupement Coopération Sanitaire

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

La e-santé en Picardie. Christian HUART Sous-Directeur SI ARS de Picardie

La e-santé en Picardie. Christian HUART Sous-Directeur SI ARS de Picardie La e-santé en Picardie Christian HUART Sous-Directeur SI ARS de Picardie 04 octobre 2012 Definitions de la télésanté OMS : La télé santé c est le management et le support à la santé au niveau National

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

L innovation dans les technologies de santé, l exemple de la télémédecine Quel cadre, quels niveaux de preuves, quelles modalités de déploiement

L innovation dans les technologies de santé, l exemple de la télémédecine Quel cadre, quels niveaux de preuves, quelles modalités de déploiement L innovation dans les technologies de santé, l exemple de la télémédecine Quel cadre, quels niveaux de preuves, quelles modalités de déploiement Antoine Audry Coordonnateur, Philippe Maugendre, Faiez Zannad

Plus en détail

PRESENTATION DU LIVRE BLANC 2013 I TELEMEDECINE 2020

PRESENTATION DU LIVRE BLANC 2013 I TELEMEDECINE 2020 PRESENTATION DU LIVRE BLANC 2013 I TELEMEDECINE 2020 Modèles économiques pour le télésuivi des maladies chroniques Colloque Industries Numérique & Santé + Autonomie 5 juillet 2013 Introduction Jean-Bernard

Plus en détail

PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS

PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS Ateliers de prospective PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS L ORGANISATION DES SOINS : LA TÉLÉMÉDECINE PERMET-ELLE DES ORGANISATIONS DE SOINS PLUS PERFORMANTES? Dr Pierre SIMON Président de l'association nationale

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Un cadre juridique nouveau (HPST).

Un cadre juridique nouveau (HPST). Télémédecine Journée régionale des systèmes d information de santé 12 janvier 2012 Dominique PIERRE, chargé de mission SI et référent Télémédecine ARS du Centre 12 Janvier 2012 2 Un cadre juridique nouveau

Plus en détail

Télémédecine et Soins primaires: quelques repères en 5 étapes. Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL)

Télémédecine et Soins primaires: quelques repères en 5 étapes. Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) Télémédecine et Soins primaires: quelques repères en 5 étapes Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) 1 ère étape : Identifier un besoin d améliorer la continuité des

Plus en détail

PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES. Direction générale de l offre de soins - DGOS

PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES. Direction générale de l offre de soins - DGOS PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES pour sensibiliser les directions Cible : les directions des ES les établissements de taille moyenne,

Plus en détail

Proyecto Telemedicina

Proyecto Telemedicina Seminario Internacional Desarrollo de Servicios Sociales para Personas Mayores 3-4 octubre 2013 Proyecto Telemedicina Dr Jean-Philippe Flouzat Médico geriatra, Consejero Médico Social de la Agencia Regional

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

Région Centre SI PAERPA. Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014

Région Centre SI PAERPA. Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014 Région Centre SI PAERPA Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014 10/04/2014 2 Expérimentation centrée sur le Lochois composée de 8 cantons (97 communes) Population totale: 103 741 hbts Population

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

15h 16h Responsabilités et déontologie en télémédecine : comment concilier cadre règlementaire et pratique de terrain?

15h 16h Responsabilités et déontologie en télémédecine : comment concilier cadre règlementaire et pratique de terrain? 15h 16h Responsabilités et déontologie en télémédecine : comment concilier cadre règlementaire et pratique de terrain? Responsabilités et déontologie en télémédecine Dr Pierre Simon Président Société Française

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

Messagerie sécurisée de santé. Rencontres Inter-Régionales de l ASIP Santé 14 Février 2013

Messagerie sécurisée de santé. Rencontres Inter-Régionales de l ASIP Santé 14 Février 2013 Messagerie sécurisée de santé Rencontres Inter-Régionales de l ASIP Santé 14 Février 2013 14 février 2013 Table ronde Les enjeux d une messagerie universelle au service de la coordination des acteurs Dr

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

Communiqué de presse Vendredi 18 septembre

Communiqué de presse Vendredi 18 septembre L Aurar, acteur précurseur de la télémédecine à La Réunion Du 14 au 18 septembre, l Aurar a organisé une semaine consacrée à la télémédecine pour ses équipes médicales et paramédicales. Dans ce cadre,

Plus en détail

REVOLUTION NUMERIQUE EN SANTE ou LA SANTE CONNECTEE. SME NEUCHATEL 18 JUIN 2014 Ph de Lorme CHU Rouen

REVOLUTION NUMERIQUE EN SANTE ou LA SANTE CONNECTEE. SME NEUCHATEL 18 JUIN 2014 Ph de Lorme CHU Rouen REVOLUTION NUMERIQUE EN SANTE ou LA SANTE CONNECTEE SME NEUCHATEL 18 JUIN 2014 Ph de Lorme CHU Rouen ENJEUX DE LA FRANCE NUMERIQUE Renforcer la compétitivité de l économie française grâce au N. Permettre

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département du Développement Professionnel Continu Médical Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris Dr Stéphane

Plus en détail

Vincent Péters. Président du GT TICS du SNITEM. Directeur Affaires Réglementaires de BIOTRONIK France

Vincent Péters. Président du GT TICS du SNITEM. Directeur Affaires Réglementaires de BIOTRONIK France Vincent Péters Directeur Affaires Réglementaires de BIOTRONIK France Président du GT TICS du SNITEM 5 juillet 2013 Colloque industries du numérique et Santé+ Autonomie Contexte Plus de 60 ans Cardiologues

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires

Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires Améliorer la coordination entre les professionnels et les structures de soins ambulatoires hospitaliers et médicosociaux

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Document soumis au conseil d administration du 19 décembre 2013 En tant qu agence sanitaire

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

Le GPSPB «GPS» Groupement de Professionnels de Santé : une réponse adaptée pour la coordination territoriale des soins

Le GPSPB «GPS» Groupement de Professionnels de Santé : une réponse adaptée pour la coordination territoriale des soins 29/03/2014 Le PB Groupement de Professionnels de Santé : une réponse adaptée pour la coordination territoriale des soins Groupement des Professionnels de Santé du Pays Beaunois 19 route de Gigny 21200

Plus en détail

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux «le pourcentage de résidents âgés nécessitant des soins pour des plaies simples ou complexes était de 8,6% selon l étude PATHOS menée en 2009

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Synthèse des réunions des conférences de territoire (Rouen-Elbeuf : 04 mars 2013, Dieppe : 05 mars 2013, Le Havre : 06 mars 2013, Evreux-Vernon : 08

Plus en détail

Stratégie de la CNAMTS sur la Télémédecine Collège des Economistes de la Santé 30/04/14

Stratégie de la CNAMTS sur la Télémédecine Collège des Economistes de la Santé 30/04/14 Stratégie de la CNAMTS sur la Télémédecine Collège des Economistes de la Santé 30/04/14 Couverture STRATEGIE DE LA CNAMTS SUR LA TELEMEDECINE 2 La télémédecine est un sujet stratégique pour la CNAMTS,

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique + La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique 15 ème Conférence des Fédérations Hospitalières des Antilles et de la Guyane Y. MARIE-SAINTE Directeur 28/04/2011 V1.0 + #

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE

ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 Introduction 2 Définition : La télécardiologie est une branche de la télémédecine. Elle permet de surveiller à distance le bon fonctionnement

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

Télémédecine Imagerie Organisation des soins

Télémédecine Imagerie Organisation des soins Télémédecine Imagerie Organisation des soins Alain PUIDUPIN -Coordonnateur Vincent HAZEBROUCQ - Expert Jean-Marc PHILIPPE Expert Jeannot SCHMIDT Rapporteur Frédéric BERTHIER Animateur Michel AUSSEDAT -

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

Introduire les pratiques avancées en France: contribution du master en sciences cliniques infirmières

Introduire les pratiques avancées en France: contribution du master en sciences cliniques infirmières Conférence de l IUFRS Université de Lausanne 18 décembre 2012 Introduire les pratiques avancées en France: contribution du master en sciences cliniques infirmières C.Debout,, Inf, PhD Département des Sciences

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE?

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Séminaire Aristote 12 juin 2013 QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Jean-Pierre Blanchère Coordinateur Département «e-santé et domotique» Pôle TES Justifications de la télémédecine

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Table des matières. Remerciements... 11. Introduction... 13

Table des matières. Remerciements... 11. Introduction... 13 Table des matières Remerciements... 11 Introduction... 13 Chapitre 1. L émergence de l information médicale face aux enjeux de l éthique personnelle et sociétale... 35 1.1. Une société consumériste d informations...

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP)

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP) DOSSIER DE PRESSE Dossier Médical Personnel (DMP) 2 Sommaire Le Dossier Médical Personnel en Auvergne..5 Le DMP au service de la coordination des soins.6 Le DMP socle de la continuité des soins 7 Le DMP

Plus en détail

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Pépinière Acheteurs publics 21 avril 2006 Atelier : «Conduite du changement» Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Atelier «Conduite du changement» Plan de l intervention

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Présentation Capture. Instance Nationale de Concertation

Présentation Capture. Instance Nationale de Concertation Présentation Capture Instance Nationale de Concertation Sommaire Chantier Arc en ciel : présentation générale Capture : présentation générale Objectifs, enjeux Lancement du projet Réflexions et construction

Plus en détail

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes.

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes. Pour un meilleur accompagnement de votre parcours à domicile Introduction Mutualité Française Puy-de-Dôme a développé un nouveau système d information santé favorisant la coordination des acteurs de santé

Plus en détail

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation Centre Hospitalier d Argenteuil (95) F. Lémann, PH-coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Co-facilitateur

Plus en détail

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE LE PLAN DE FORMATION 2 CONTEXTE L article 7 de la loi de 1984 modifié par l article 7 de la loi du 19 février 2007 stipule que : «Les régions, les départements,

Plus en détail

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe Un éclairage pour un déploiement national Journée Télémédecine ASIP Santé 3 mai 2012 Pascale MARTIN - ANAP Agence Nationale d Appui à la Performance

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Missions, nouvelles missions, nouveaux rôles du pharmacien

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Le Dossier Patient Informatisé

Le Dossier Patient Informatisé Le Dossier Patient Informatisé D.P.I Yann MORVEZEN DSIO CHU de Toulouse Le contexte ( 1 ) Le projet d établissement «centré sur le patient, le système d information prend place parmi les enjeux et les

Plus en détail

Regards croisés sur la Bientraitance. Charte Bientraitance. Outil d aide à la décision - formation

Regards croisés sur la Bientraitance. Charte Bientraitance. Outil d aide à la décision - formation Promotion de la bientraitance «Remobiliser les équipes» Regards croisés sur la Bientraitance Charte Bientraitance Outil d aide à la décision - formation Marie José D Alché-Gautier Réseau Bas Normand Santé

Plus en détail

Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les. métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol.

Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les. métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol. Hegel Vol. 1 N 2 2011 77 LETTRE À LA RÉDACTION Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol. I n 1 Pour faire suite

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS. dmp.gouv.fr

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS. dmp.gouv.fr PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS dmp.gouv.fr Le Dossier Médical Personnel (DMP) est une réalité. Il est entré dans sa phase de déploiement. Pour

Plus en détail

= Meilleure coordination des soins

= Meilleure coordination des soins Intérêts pour l Assurance Maladie Rationalisation des soins Maitrise des dépenses de santé Intérêts pour le corps médical Meilleur suivi du patient Connaissance des antécédents du patient Connaissance

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Atelier n 11 Monter un parcours de soins sur une approche territoriale ciblée 2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Françoise ELLIEN,

Plus en détail

LE DÉCRET TÉLÉMÉDECINE ET SA DÉFINITION DES ACTES. Téléconsultation

LE DÉCRET TÉLÉMÉDECINE ET SA DÉFINITION DES ACTES. Téléconsultation LE DÉCRET TÉLÉMÉDECINE ET SA DÉFINITION DES ACTES Téléconsultation permettre à un professionnel médical de donner une consultation à distance à un patient(un professionnel de santé peut être présent auprès

Plus en détail

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels.

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. RIGUEUR CONFIANCE EXIGENCE ECOUTE EXPERTISE RESPECT ADAPTABILITE Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. Des outils pragmatiques, des Conseils sur mesures pour faire avancer la Santé & Sécurité

Plus en détail

Management de projet

Management de projet Management de projet Programme de stage Le métier de Chef de Projet 2 Objectifs 2 Démarche 3 Contenu du programme 4 Modalités d intervention 5 Quelques références 6 www.laurentderauglaudre.com 1/6 370

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Franck Jolivaldt. Programme Hôpital Numérique Axe 3 «stimuler et structurer l offre de solutions» RELIMS. Novembre 2012

Franck Jolivaldt. Programme Hôpital Numérique Axe 3 «stimuler et structurer l offre de solutions» RELIMS. Novembre 2012 Programme Hôpital Numérique Axe 3 «stimuler et structurer l offre de solutions» RELIMS Novembre 2012 Franck Jolivaldt DGOS / MSIOS Présentation du programme Hôpital numérique La Direction Générale de l

Plus en détail

Les Systèmes d informations de santé

Les Systèmes d informations de santé Les Systèmes d informations de santé Programme ETAT DES LIEUX EVOLUTION ET CONTEXTE 1 Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées FOCUS SUR LES SYSTEMES D INFORMATION DE SANTE MESTARI Nordine RSI ONCOMIP DESC

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES Formalisation des engagements réciproques entre l EPS Ville-Evrard et les internes Ressources humaines médicales Delphine LEBIGRE AAH NOVEMBRE 2012 Objectifs L établissement

Plus en détail

Actionsdes MUTUELLES

Actionsdes MUTUELLES 10 Actions des MUTUELLES POLITIQUE DE LA MUTUALITE FRANÇAISE EN FAVEUR DES SOINS DE PREMIER RECOURS FACILITER L ACCÈS AUX SOINS ET RÉDUIRE LES RESTES À CHARGE Comment rendre l accès aux soins plus facile?

Plus en détail

RECENSEMENT DES USAGES EXPRIMÉS. De nombreux usages potentiels exprimés par les adhérents avec des degrés de maturité et de faisabilité variables

RECENSEMENT DES USAGES EXPRIMÉS. De nombreux usages potentiels exprimés par les adhérents avec des degrés de maturité et de faisabilité variables 1 RECENSEMENT DES USAGES EXPRIMÉS De nombreux usages potentiels exprimés par les adhérents avec des degrés de maturité et de faisabilité variables 2 LE PSIT A DÉFINI UN CADRE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA

Plus en détail

PAACO La Plateforme Aquitaine d Aide à la COmmunication en santé

PAACO La Plateforme Aquitaine d Aide à la COmmunication en santé PAACO La Plateforme Aquitaine d Aide à la COmmunication en santé GCS TSA - ENRS Aquitaine Journée E-santé - 27 septembre 2013 SOMMAIRE C est quoi? Le projet L outil Les usages Ses atouts PAACO Plateforme

Plus en détail

Point d actualité DMP et Messageries Sécurisées de Santé

Point d actualité DMP et Messageries Sécurisées de Santé Point d actualité DMP et Messageries Sécurisées de Santé Assemblée Générale GCS Télésanté Basse Normandie 26 mars 2014 Anne Bertaud Pole Territoire Dossier Médical Personnel 2 DMP : quelques chiffres (février

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

COMITE NATIONAL DE CONCERTATION DU SERVICE DU CONTROLE MEDICAL REUNION DU 23 JUIN 2015

COMITE NATIONAL DE CONCERTATION DU SERVICE DU CONTROLE MEDICAL REUNION DU 23 JUIN 2015 COMITE NATIONAL DE CONCERTATION DU SERVICE DU CONTROLE MEDICAL REUNION DU 23 JUIN 2015 Point 9. Présentation du projet d organisation du programme PRADO Le contexte : la contribution de PRADO au plan ONDAM

Plus en détail