Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr."

Transcription

1 Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ

2 Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o Retour sur l année 2014 o Tendances long terme ( ) o Causes possibles long terme o Un seul site sur plusieurs années o Planification 2015 o SCAN o Explication de l outil o Rendements des essais 2014 o À venir SCAN mobile

3 Recommandations o Dose recommandée : kg N/ha selon la zone climatique et la texture du sol. o Démarreur: kg N/ha en bandes au semis. o Fractionnement des apports d azote. Source: CRAAQ (2010)

4 Connaissances o Besoins importants du maïs en azote. o Engrais azotés plus ou moins bien fixés par le sol. o Effet cumulatif du N est faible. o L azote est impliqué dans les gaz à effet de serre (GES). o La météo est un facteur très important.

5 Source: Adapté de Thibodeau et al. (2006)

6 Ce qui affecte les rendements... du plus important au moins important 1. Drainage, humidité du sol 2. Cultivars et hybrides 3. Insectes et mauvaises herbes 4. Rotation des cultures 5. Travail du sol 6. Compaction 7. ph 8. Herbicides 9. Sous-sol 10.Fertilisation Source: NO-TILL FARMER (1996)

7 Saison 2014 o Printemps tardif o Périodes avec excès d eau o Variabilités régionales o Accumulation UTM normale o Gel hâtif en fin de saison o Besoins ou réponses à l azote?

8 Retour sur l année 2014 o Réseau d essais de doses de N o Chez les producteurs o Montérégie Est et Ouest o Nombre d essais: 17 o Doses: démarreur jusqu à kg N/ha o Rendements en grains o Dose Économique Optimale (DÉO) maïs à $200/tonne azote à $1,75/unité

9 Rendement (kg/ha) Essai 2 (2014) DÉO: 171 kg N/ha Rendement: kg/ha y = -0,16x 2 +64,4x+5389 R² = 0,

10 Essai 1 (2014) DÉO: 240 kg N/ha Rendement: kg/ha Rendement (kg/ha) y = -0,1057x ,207x + 399,2 R² = 0,

11 16000 Essai 10 (2014) Rendement (kg/ha) DÉO: 54 kg N/ha Rendement: kg/ha y = -0,0232x ,509x R² = 0,

12 Québec Saison 2014 Rendement moyen: kg/ha DÉO: 171 kg N/ha Rendement (kg/ha)

13 Bulletin des Agriculteurs 7 septembre 2014 «En 2014, la dose optimale se situe entre 205 et 240 unités». Cela nous rappelle que les recommandations officielles sont basées sur des moyennes de plusieurs années. Or, la météo est très variable et peut grandement influer sur la disponibilité de l azote. C est difficile à chiffrer avant la récolte... mais ceux qui ont mis 170 unités ou moins vont certainement avoir un rendement inférieur.

14 14000 Québec Saison Rendement (kg/ha)

15 Québec o Réseau d essais de doses de N (18 ans) o Chez les producteurs o Collaboration CCAE et MAPAQ o Montérégies, Lanaudière, etc. o Réseau de 320 essais validés o Doses: démarreur jusqu à kg N/ha o Rendements en grains o Dose Économique Optimale (DÉO) maïs à $200/tonne azote à $1,75/unité

16 Nombre d essais Québec

17 Évolution des rendements Rendement (kg/ha) AZO Québec

18 14000 Évolution des rendements AZO (kg/ha) AZO = (1,29 x QUÉBEC) R² = 0,

19 DÉON (kg N/ha) Évolution DÉON DÉON = 4,37 x ANNÉE R² = 0,

20 Évolution DÉON/Tonne 25,0 DÉON (kg N/TONNE) 20,0 15,0 10,0 5,0 0,

21 DÉON/Tonne vs rendement 25,0 DÉON (kg N/TONNE) 20,0 15,0 10,0 5,0 0,

22 Évolution DÉON o Échantillons annuels non représentatifs o Besoins des hybrides ont changé o Changements climatiques o Rotations trop courtes o Diminution matière organique des sols o Dégradation des sols: compaction o Drainage inadéquat o Autres

23 Dégradation des sols o Objectif: démontrer l impact d un sol dégradé sur l efficacité de l apport d azote en grandes cultures. o o Quatre facteurs à l étude. o 1. Zones dégradées et non dégradées. o 2. Sur ou entre les drains. o 3. Doses d azote ( ). o 4. Engrais vert ou non (raygrass).

24 Dégradation des sols o Producteurs agricoles (4). o Région de Saint-Hyacinthe. o Rotation: maïs-soya-maïs. o Dispositif: split-split-split-plot. o U.E.: m 2. o Variables: rendement en grains, poids spécifique et teneur en eau des grains, densité de peuplement, lecteur de chlorophylle, nitrates dans les tiges à l automne.

25 Interaction Zone x Azote - Site DELA 2012 Rendements en grains Rendement (kg/ha) y = 11,2x R² = 0,87 y = 9,7x R² = 0,97 NON DÉGRADÉ DÉGRADÉ Doses d azote (kg N/ha)

26 Interaction Zone x Azote - Site BEAU 2012 Rendements en grains y = -0,062x ,8x R² = 0,96 Rendement (kg/ha) y = -0,130x ,1x R² = 0,99 NON DÉGRADÉ DÉGRADÉ Doses d azote (kg N/ha)

27 Beloeil o CÉROM o Même équipement o Hybrides variables o Même type de sol: St-Urbain o Même précédent: soya o Doses: 0 jusqu à 240 kg N/ha o Rendements en grains o Dose Économique Optimale (DÉO) maïs à $200/tonne azote à $1,75/unité

28 Beloeil Moyenne: 166 kg N/ha DÉON (kg N/ha)

29 15000 Beloeil Moyenne: kg/ha Rendement (kg/ha)

30 15000 Beloeil Rendement (kg/ha) DÉO (kg N/ha)

31 Planification 2015 o Besoins importants du maïs en N o DÉON variables selon les années o Météorologie est très importante o Évolution haussière DÉON depuis 1997 o Problèmes dégradation sols influencent DÉON o Réaliser des essais à la ferme o Besoin de développer des outils décisionnels

32 SCAN un outil d aide à la décision pour optimiser l azote dans le maïs Julie Breault, agronome Conseillère en grandes cultures MAPAQ Montréal-Laval-Lanaudière

33 N

34 SCAN : outil d aide Permet de déterminer la dose d azote optimale en postlevée du maïs pour un moment et un lieu donné Développé par l équipe de Nicolas Tremblay Méta-analyse démontre que les facteurs influençant le plus les besoin en N du maïs sont: la pluviométrie «facteur saison» la texture de surface du sol et autres facteurs SCAN

35 Météo «pluviométrie» dans SCAN AWDR = mm d eau et répartition de la pluie Précipitations réelles Fractionnement Prévisions NOWCAST GEM GLOBAL SPENA GEM REGIONAL NOWCAST GEM REGIONAL GEM GLOBAL SPENA 12 heures 48 heures 6 jours 16 jours Station la plus près (Agrométéo) 10 km 25 km ~75 km

36 Localisation des sites

37 Station météo

38 AWDR le 23 juin 2014 Très sec Sec Moyen sec Moyen humide Humide Très humide AWDR 0-15 AWDR AWDR AWDR AWDR AWDR

39 AWDR le 23 juin à L Acadie 1998 à Très sec Sec Moyen sec Moyen humide Humide Très humide AWDR 0-15 AWDR AWDR AWDR AWDR AWDR

40 TEXTURE de SURFACE dans SCAN

41 Résultats SCAN 2014

42 Portrait des sites 2014 o 20 sites aux caractéristiques variées Paramètres météo AWDR 49 à 114 Types de sol 6 textures de sol différentes Sable loameux à argile lourde Précédents culturaux Soya (7), Maïs (11), Blé (1), Haricot (1)

43 Portrait des sites 2014 o 20 sites aux caractéristiques variées Matière organique

44 Portrait des sites 2014 o 20 sites aux caractéristiques variées Engrais de ferme 5 sites sur 20 Semis direct 4 sites sur 20

45 N appliqué en postlevée (kg N/ha) Régie producteurs SCAN

46 Recommandation SCAN vs 60 RÉGIE PRODUCTEURS N post-levée (kgn/ha) Site ID

47 Rendements (15.5 % hum) Rendement (kg/ha) Sites 2014

48 Dose SCAN < Dose producteurs (9 SITES) N postlevée (kg N/ha) Rendement (kg/ha) SCAN Producteurs kg/ha (n.s.) Réduction de 24 % du N en postlevée sans perte de rendement

49 Dose SCAN > Dose producteurs (10 SITES) N postlevée (kg N/ha) Rendement (kg/ha) SCAN Producteurs kg/ha * (p=0.017) Augmentation de 5 % du rendement avec 29 N supplémentaire en postlevée

50 Aspect économique $ SCAN $ Régie producteur Impact financier ($/ha) $/ha de profits pour l ensemble des sites (p = 0.046) Site ID

51 À venir SCAN mobile o Plateforme disponible sur le Web o Interface cartographie avec image satellite et autres couches de données o o o Cartes de sol Précédents culturaux Plan routier et des localités o o Détermination automatique de l AWDR (station météo + près) Disponible d ici deux ans o Poursuite des essais en 2015

52 SOURCES SCAN o Nicolas Tremblay et ses collègues, Agriculture et agroalimentaire Canada Résultats des essais de fertilisation d azote 2014 rapport et présentations de la rencontre avec collaborateurs du 11 décembre 2014 REMERCIEMENTS o o o Nicolas Tremblay et ses collègues COGENOR Lanaudière Six producteurs participants

53 Questions? Questions

Résultats des essais de fertilisation d azote 2014

Résultats des essais de fertilisation d azote 2014 Résultats des essais de fertilisation d azote 2014 Rapport de la rencontre du 11 décembre 2014 avec les collaborateurs Agriculture et Agroalimentaire Canada 13/01/2015 Lors d une rencontre tenue le 11

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE IMPACT AGRONOMIQUE ET ÉCONOMIQUE DES LÉGUMINEUSES DANS LES ROTATIONS AGRICOLES RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) Chercheurs : Adrien

Plus en détail

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc.

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. La régie du canola Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. Mai 2015 Introduction Caractéristique de la plante Stade de croissances

Plus en détail

Indices agroclimatiques

Indices agroclimatiques Indices agroclimatiques pour faciliter la prise de décision en agriculture Dominique Plouffe, Gaétan Bourgeois, René Audet Marie-Pier Lepage Indices agroclimatiques ± 1920 : apparition de l agrométéorologie

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Analyse des résultats du réseau d essais sur l azote réalisés dans le cadre du programme PAGES (2003-2005)

Analyse des résultats du réseau d essais sur l azote réalisés dans le cadre du programme PAGES (2003-2005) Analyse des résultats du réseau d essais sur l azote réalisés dans le cadre du programme PAGES (23-25) Parcelles de confirmation des besoins d azote du maïs réalisées avec les équipements de fermes sous

Plus en détail

FERTILISATION AZOTÉE. DANS LE MAïS-GRAIN

FERTILISATION AZOTÉE. DANS LE MAïS-GRAIN L'azote est un facteur important dans la fertilisation du maïs. Un manque d'azote peut occasionner une baisse de rendement, alors qu'un excès représente un risque de contamination de l'air et de l'eau,

Plus en détail

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques Précisions apportées aux coefficients d efficacité fertilisante en azote des engrais organiques Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Plus en détail

IMPACT DES TRAITEMENTS DE SEMENCES INSECTICIDES

IMPACT DES TRAITEMENTS DE SEMENCES INSECTICIDES IMPACT DES TRAITEMENTS DE SEMENCES INSECTICIDES sur les insectes ravageurs du sol et les paramètres agronomiques du maïs-grain Présenté par Roxanne S. Bernard, Technicienne en entomologie, CÉROM Geneviève

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Exploitants : Groupement d agriculteurs de Vouvry Récolte : 30 juin 2015 avec Syngenta Procédé cultural orge Exploitant : Groupement d agriculteurs

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Louis Robert, agronome MAPAQ Centre de services de Ste-Marie Dans notre région, l agriculture est basée pour une forte proportion

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

Vision cultures. Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme. par Mark Jeschke et Steve Paszkiewicz.

Vision cultures. Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme. par Mark Jeschke et Steve Paszkiewicz. Vision cultures Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme par k Jeschke et Steve Paszkiewicz Sommaire Lorsque la pluie retarde sensiblement les travaux aux champs et les

Plus en détail

Journée Camerise, Vallée-de-la-Gatineau 24 avril 2014 Par Carlos Baez, M.Sc., Agronome CLD VG

Journée Camerise, Vallée-de-la-Gatineau 24 avril 2014 Par Carlos Baez, M.Sc., Agronome CLD VG Notions de base pour l implantation d un verger de camerisiers Journée Camerise, Vallée-de-la-Gatineau 24 avril 2014 Par Carlos Baez, M.Sc., Agronome CLD VG Planification du projet Prévoir 1 ou 2 années

Plus en détail

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Rapport sur les progrès avril 2015 Activité 17, Pomme de terre 16 L azote pour l amélioration de la récolte, de la qualité et de la rentabilité

Plus en détail

perspectives en économie de l agroenvironnement

perspectives en économie de l agroenvironnement perspectives en économie de l agroenvironnement un outil d aide à la décision auteur LUC BELZILE, agronome, économiste, M. Sc. Chercheur en économie de l agroenvironnement Volume 1, numéro 1, nov. 2014

Plus en détail

1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN

1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN Page 1 1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN 1.1. Principe général L indemnité versée à un client correspond à la valeur assurable à son certificat multipliée par sa perte nette calculée (perte

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Danielle Bernier Agronome-malherbologiste Direction de la phytoprotection 30 octobre 2012 Comment identifier un problème de résistance? Sommes-nous

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Changements climatiques L agriculture peut réduire ses émissions de gaz à effet de serre : des actions concrètes, des résultats positifs!

Changements climatiques L agriculture peut réduire ses émissions de gaz à effet de serre : des actions concrètes, des résultats positifs! Jeanne Camirand, agronome, chargée de projet Jérémie Vallée, agronome, agent de projet Geneviève Arsenault-Labrecque, agente de projet Changements climatiques L agriculture peut réduire ses émissions de

Plus en détail

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche Dr Mbaye DIOP ISRA 1 Comprendre le changement climatique Définition des changement climatiques (CC) La variabilité naturelle

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

LE CHAUFFAGE DE BÂTIMENTS AU BOIS ÉNERGIE DE SAULE : LA SOLUTION DURABLE À VOS BESOINS ÉNERGÉTIQUES

LE CHAUFFAGE DE BÂTIMENTS AU BOIS ÉNERGIE DE SAULE : LA SOLUTION DURABLE À VOS BESOINS ÉNERGÉTIQUES LE CHAUFFAGE DE BÂTIMENTS AU BOIS ÉNERGIE DE SAULE : LA SOLUTION DURABLE À VOS BESOINS ÉNERGÉTIQUES CULTIVER AUJOURD HUI L ÉNERGIE DE DEMAIN Chauffer à la biomasse : une solution économique, propre et

Plus en détail

ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES SOLS AGRICOLES AU BAS- SAINT- LAURENT. MARIE- CLAUDE DUQUETTE CHARGÉE DE PROJET Par Michel Riendeau

ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES SOLS AGRICOLES AU BAS- SAINT- LAURENT. MARIE- CLAUDE DUQUETTE CHARGÉE DE PROJET Par Michel Riendeau ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES SOLS AGRICOLES AU BAS- SAINT- LAURENT MARIE- CLAUDE DUQUETTE CHARGÉE DE PROJET Par Michel Riendeau 16 OCTOBRE 2015 Contexte et objecwf du projet Les mowvawons derrière le projet

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE GESTION EFFICACE ET INTÉGRÉE DES ROTATIONS, DU TRAVAIL DU SOL, DES FUMIERS ET DES COMPOSTS POUR UNE RENTABILITÉ ACCRUE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Zâ wx. pour la production et l utilisation des cartes de rendement

Zâ wx. pour la production et l utilisation des cartes de rendement Zâ wx pour la production et l utilisation des cartes de rendement Réalisé par Agrinova Coordination Stéphane Martel, agr., M. Sc. Chargé de projet en recherche et innovation Réalisation, recherche et rédaction

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr.

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr. Bien travailler son sol Anne Weill, agr. Pourquoi travailler le sol? Le cycle compaction-décompaction Effet du travail du sol Choix en fonction de la situation Le travail du sol profond Le travail du sol

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

Guide de vulgarisation : agriculture de précision, autoguidage et gaz à effet de serre

Guide de vulgarisation : agriculture de précision, autoguidage et gaz à effet de serre Guide de vulgarisation : agriculture de précision, autoguidage et gaz à effet de serre Réalisé par Agrinova Coordination Xavier Desmeules, agr. Chargé de projet Réalisation, recherche et rédaction François

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant?

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? Lorsqu un producteur achète un système d autoguidage, on lui fait souvent valoir des économies de carburant et une plus grande précision

Plus en détail

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 Le potassium, régulateur et anti-stress des plantes Le potassium circule dans la plante sous la forme du cation + tel qu

Plus en détail

PCAA. Programme canadien d adaptation agricole. Rapport final

PCAA. Programme canadien d adaptation agricole. Rapport final PCAA Programme canadien d adaptation agricole Rapport final Évaluation des performances agronomiques du sarrasin et amélioration de son indice de chute Projet # 6585 Centre de développement bioalimentaire

Plus en détail

AMÉLIORER LE RÉSEAU HYDRAULIQUE, LE NIVELLEMENT ET LE DRAINAGE SOUTERRAIN D UN CHAMP : DES SOLUTIONS AU MAUVAIS RENDEMENT

AMÉLIORER LE RÉSEAU HYDRAULIQUE, LE NIVELLEMENT ET LE DRAINAGE SOUTERRAIN D UN CHAMP : DES SOLUTIONS AU MAUVAIS RENDEMENT Photos : Véronique Gagnon, ing. junior. Club agro. Bois-Francs AMÉLIORER LE RÉSEAU HYDRAULIQUE, LE NIVELLEMENT ET LE DRAINAGE SOUTERRAIN D UN CHAMP : DES SOLUTIONS AU MAUVAIS RENDEMENT Par : Victor Savoie,

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec TITRE DE LA PRÉSENTATION : La contribution en azote du sol reliée à la minéralisation de la MO : facteur climatique et régies agricoles influençant les taux de minéralisation d azote AUTEUR : Adrien N

Plus en détail

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Évaluation de l exportation en phosphore lors de la récolte de gazon en plaques et comparaison des grilles

Plus en détail

Survie à l hiver et rendement du blé d automne selon différentes dates et densités de semis

Survie à l hiver et rendement du blé d automne selon différentes dates et densités de semis Survie à l hiver et rendement du blé d automne selon différentes dates et densités de semis Anne Vanasse, agr., Ph.D. et Francis Allard, agr. Anne Vanasse, agr., Ph.D. Photo: D. Pageau Plan de la conférence

Plus en détail

Résultats d essais récents sur la culture du canola

Résultats d essais récents sur la culture du canola Résultats d essais récents sur la culture du canola ETIENNE TARDIF agr 1, Dr. DONALD L. SMITH 2 1 Bunge ETGO, 555 Boul. Alphonse-Deshaies, Bécancour Québec G9H 2Y8; 2 McGill University, 21,111 Lakeshore,

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales:

Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales: Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales: Dépense ou investissement? Yvan Faucher, agronome Réjean Prince, agroéconomiste L ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE DU MAPAQ Réjean Prince, agroéconomiste Ghislain

Plus en détail

L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso

L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso Kambiré Sami Hyacinthe Somé Léopold Ouagadougou le 15 février 2013 Les cordons pierreux 2 Les bandes enherbées 3 Conservation

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

Par Yves Chagnon, agr., MBA

Par Yves Chagnon, agr., MBA Par Yves Chagnon, agr., MBA Février 2014 1 2 PLAN DE LA PRÉSENTATION Prix des terres Rentabilité des terres Évolution des marges Impacts de la volatilité des prix Situations concrètes Alternatives pour

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures Mars 2008 Cette fiche pratique, publiée à l intention des productrices et producteurs céréaliers, fournit des renseignements et des conseils

Plus en détail

Le nouveau concept SCAN : pour une gestion optimale des applications d azote au maïs-grain à la ferme

Le nouveau concept SCAN : pour une gestion optimale des applications d azote au maïs-grain à la ferme Le nouveau concept SCAN : pour une gestion optimale des applications d azote au maïs-grain à la ferme Nicolas Tremblay et l équipe de Régie et nutrition des cultures, Saint-Jean-sur-Richelieu SCAN Sol

Plus en détail

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert.

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. Sam Chauvette agronome, M. Sc. Chargé de projet productions végétales et fruitières

Plus en détail

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Station des productions animales et végétales Rapport d'essai 2007 Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Grangeneuve, juillet 2007 Sandra Dougoud Institut agricole de Grangeneuve

Plus en détail

en grandes cultures Le «Guide des pratiques de conservation en grandes cultures» est disponible au coût

en grandes cultures Le «Guide des pratiques de conservation en grandes cultures» est disponible au coût P G U I D E D E S en grandes cultures ra t i q u e sde conserv a t i o n Ce feuillet est extrait du «Guide des pratiques de conservation en grandes cultures» publié par le CPVQ en mars 2000. Ce guide a

Plus en détail

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Philippe Lehrmann, PhD Axéréal Axéréal: structuration en Business Units Groupe coopératif agro-industriel, leader

Plus en détail

PROTOCOLE DE RECHERCHE

PROTOCOLE DE RECHERCHE PROTOCOLE DE RECHERCHE ESSAIS D ADAPTATION DE LA PLANTE NEPETA CATARIA AU BURUNDI La Nepeta cataria est une plante originaire de l Europe et l Asie, qui s est également bien établie en Amérique du Nord.

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant!

Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant! >> Sylvain Pigeon, ingénieur, BPR ENVIRONNEMENT Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant! Il est reconnu que le recouvrement des fosses à lisier offre plusieurs avantages

Plus en détail

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Risque verse Comment bien prélever? AGRO-METEO Les températures enregistrées ces derniers mois restent exceptionnelles. Pour les premiers semis

Plus en détail

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011 Impact du changement climatique sur l'organisation du travail dans les exploitations agricoles : une analyse des jours agronomiquement disponibles (JAD) A. Joannon, C. Barbeau, G. Barbeau, V. Hallaire,

Plus en détail

Colza d hiver «associé» : technique et intérêts. Vincent Trotin CA17

Colza d hiver «associé» : technique et intérêts. Vincent Trotin CA17 Colza d hiver «associé» : technique et intérêts Vincent Trotin CA17 Le colza associé : une technique innovante pour réduire engrais et phytos Principe : semis simultané du colza d hiver + couvert gélif

Plus en détail

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010 Exemple: Modèle numérique de terrain Photo printemps 2010 Photo : Véronique Gagnon, ing. junior. Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie Écoulement hypodermique provenant d un labour

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités NEGOCE PRODUCTIONS VEGETALES w 396 millions d euros de chiffre d affaires w 220 salariés w 75 centres appro/collecte w 1,02 million

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace JÉRÉMIE VALLÉE, agr., Attaché de recherche - IRDA Hôtel Gouverneurs, Trois-Rivières, 17 février 2015 Plan de présentation Caractérisation du

Plus en détail

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir!

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! Les principaux objectifs et avantages L agronomie En étudiant scientifiquement les critères biologiques, physiques et chimiques, elle joue un rôle

Plus en détail

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

Roger Asmar, agr., MBA

Roger Asmar, agr., MBA Roger Asmar, agr., MBA Ousama Bensslimane, agr. Directeur COGENOR Introduction. Efficacité et rentabilité. Seuil de rentabilité. Les dépenses Investissement et rentabilité. Les pièges. Des outils. Rentabilité

Plus en détail

Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072.

Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072. Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072 Rapport final Présenté à : Réseau Innovagrains Présenté par : Luc Belzile,

Plus en détail

Résultats d essai de culture LE MILLET PERLÉ (Pennisetum glaucum)

Résultats d essai de culture LE MILLET PERLÉ (Pennisetum glaucum) Résultats d essai de culture LE MILLET PERLÉ (Pennisetum glaucum) Par Sylvie Choquette, ing. agr. Isabelle Lemay, agr. 23 janvier 2013 Plan de présentation Initiateurs et présentation du projet Intérêts

Plus en détail

La fusariose de l épi

La fusariose de l épi La fusariose de l épi Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. Juin 2015 Introduction Mise en contexte Facteurs de développement

Plus en détail

Réussir un projet biogaz :

Réussir un projet biogaz : Réussir un : Les points clés à prendre en compte Fabien Dauriac Siège Social 20, Place du Foirail 65917 TARBES Cedex 9 Tél : 05 62 34 66 74 Fax : 05 62 93 59 95 Email : accueil@hautes-pyrenees pyrenees.chambagri.fr

Plus en détail

Les bandes riveraines élargies et la production de biomasse énergétique

Les bandes riveraines élargies et la production de biomasse énergétique Les bandes riveraines élargies et la production de biomasse énergétique Marie-Noëlle Thivierge, agr. Présenté par Marie-Noëlle Thivierge, agr. Plan de la présentation 1. Pourquoi élargir la bande riveraine,

Plus en détail

Stratégies scientifiques de secteur d AAC

Stratégies scientifiques de secteur d AAC Stratégies scientifiques de secteur d AAC Présentation à la TRCV du secteur des semences 18 et 19 février 2014 Contexte Les travaux de recherche de la Direction générale des sciences et de la technologie

Plus en détail

Fusariose : réduire les risques aux champs!

Fusariose : réduire les risques aux champs! Fusariose : réduire les risques aux champs! Denis Pageau, M. Sc., Ferme de recherche de Normandin, AAC Pierre Filion, t.a., MAPAQ Montérégie Ouest Collaborateurs : Jean Lafond, M. Sc., Julie Lajeunesse,

Plus en détail

SDSCV Semis Direct Sous Couvert Végétal

SDSCV Semis Direct Sous Couvert Végétal SDSCV Semis Direct Sous Couvert Végétal de nouveaux systèmes de cultures pour une moindre dépendance aux engrais minéraux de synthèse 1 er bilan des expérimentations menées par ARVALIS augmenter les effets

Plus en détail

1. OBJECTIFS DU PRÉSENT CADRE

1. OBJECTIFS DU PRÉSENT CADRE 1. OBJECTIFS DU PRÉSENT CADRE Applicable à partir de l année d assurance 2014 CADRE D APPLICATION DES NORMES EN MATIÈRE DE PRATIQUES CULTURALES Annexe VIII Page 1 Assurer l uniformité de la gestion des

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Présentation des priorités soussectorielles. recherche et innovation. Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ

Présentation des priorités soussectorielles. recherche et innovation. Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ Présentation des priorités soussectorielles québécoises en recherche et innovation Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ Mise en contexte Rencontres préalables des

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Avant-propos: Le sol est un milieu vivant et fragile en constante évolution. On pourra l améliorer ou le détruire en fonction des actions que l on effectuera sur

Plus en détail

Le nouveau programme d assurance qualité (PAQ) du MTQ pour les enrobés : l expérience acquise avec les projets pilotes 2007.

Le nouveau programme d assurance qualité (PAQ) du MTQ pour les enrobés : l expérience acquise avec les projets pilotes 2007. Transp ort s Québec Direction du Laboratoire des chaussées Le nouveau programme d assurance qualité (PAQ) du MTQ pour les enrobés : l expérience acquise avec les projets pilotes 2007. Michel Paradis, ing..

Plus en détail

RAISONNEMENT FERTILISATION COLZA

RAISONNEMENT FERTILISATION COLZA Fiche 3 RAISONNEMENT FERTILISATION COLZA Dose = (besoins - fournitures ) / CAU Campagne culturale (année) : Date d'ouverture du bilan : 2ème quinzaine de janvier IDENTIFICATION DE LA PARCELLE - NATURE

Plus en détail

LE POINT SUR L ÉCONOMIE DE L AGROENVIRONNEMENT AU QUÉBEC

LE POINT SUR L ÉCONOMIE DE L AGROENVIRONNEMENT AU QUÉBEC LE POINT SUR L ÉCONOMIE DE L AGROENVIRONNEMENT AU QUÉBEC Luc Belzile, agronome, économiste, M.Sc. Chercheur en économie de l agroenvironnement, IRDA Champs libres, 9 mars 2016 Le point sur l économie de

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

AVANT-PROPOS... LISTE DES TABLEAUX... LISTE DES FIGURES...

AVANT-PROPOS... LISTE DES TABLEAUX... LISTE DES FIGURES... AVANT-PROPOS... LISTE DES TABLEAUX... LISTE DES FIGURES... CHAPITRE 1. PRODUCTION, UTILISATION, CLASSIFICATION ET BUDGETS DE CULTURE...1 Djiby Sall Guy Durivage Marcel Frenette LA PRODUCTION ET L UTILISATION...3

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009 ISSN 17128315 Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Personneressource : Ning Wang Gestionnaire de programme Laboratoire de

Plus en détail