Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise"

Transcription

1 Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise IFMT sémin encéphalites Groupe de travail étudiant 1

2 Vaccin (Vac.) 3 types: 1. Vac. Inactivé préparé en culture cellulaire Souche: P3 (culture sur cellules rénales de hamster) En Chine: 90 M doses/an Dose: 0,5ml J0, J7, Rappel à 1 an (sous-cutanée) et à l age de 6 10 ans Efficacité: 76-95%; % après 1 dose de rappel E-II: locaux 4%, systémique modéré <1% Peu coûteux: 0,3$D /dose Remplacé progressivement par vaccin vivant atténué 2

3 2. Vaccin vivant atténué chinois (SA ) Virus cultivé sur rein de hamster, administré à >120 M enfants Efficace Efficacité protectrice = 80% après 1 dose Efficacité protectrice = 97% après 2 doses sur 1 an E-II: minime Peu coûteux : 0,75$D/dose (vs. 5 $D/dose pour JE-VAX) Protocole vaccinal 2 doses à un an d intervalle 2 doses à un mois ou 3 mois d intervalle Vaccination en une dose unique? 3

4 3. Vac. Inactivé préparé sur tissu cérébral murin 2 souches: Nakayama (Biken, JE-VAX et Beijing-1 (P1) Universellement disponibles 4

5 Indications 1. Zone endémique Haut risque (rural et suburbain): Primo-vaccination systématique enfants 1-2 ans Faible risque (urbain pays développés): non nécessaire, ou vaccination sélective 2. Expatriés en zone endémique: militaires, experts de terrains 3. Touristes : séjours > 1 mois *, rural, \en zone d'endémie/épidémie, pendant la saison de transmission 4. Personnels de laboratoire: recommandé malgré efficacité visà-vis l exposition transcutanée, muqueux et infection par aérosol est redoutable * Estimated risk for JE during a 1-month period (the transmission season) is 1 per 5,000. Risk for most shortterm travelers may be 1 per million. Effet secondaire du vaccin 5

6 En zone non endémique (3 doses) Posologie Primo-vaccination* Rappel* Adults enfants 3 ans et plus 1.0 ml J0, J7, et J ml J 0, J7, et J14** Enfatns de 1 à 2 ans 0.5 ml Idem 0.5 ml Idem * Par voie sous-cutanée ** Non recommandé; sauf temps contraint ou d autre raisons NB: la dernière dose 10j avant tout voyage en zone endémique 1.0 ml à 1 an et tous les 3 ans En zone endémique (2 doses) JE1 (intervalle 1-4 semaines) JE2, JE3 à 1 an Rappel tous les 3 ans NB: en Asie, l efficacité de 2 doses montre une immunité préalable par exposition antérieure au virus 6

7 Efficacité et Immunogénicité Titre d anticorps neutralisant (Neutralising Antibody Titer) > 1:10 Protecteur Efficacité protectrice : > 95% (91% essai randomisé vs. placebo) Immunogénicité : séroconversion En 3 doses: > 98% En 2 doses: 80% mais plus élevé en Asie Protection durable après primo-vaccination 3 doses: > 1:10 pendant 3 ans 2 doses: 90% < 1:10 après 6-12 mois (en Asie plus élévé 7

8 Efficacité 8

9 Immunogénicité aux pays occidentaux 9

10 Immunogénicité en Asie Explication: Haute prévalence d exposition au JP non détectée, dengue, autres flavivirus en Asie 10

11 JE Incidence In Relationaship To Vaccine Distribution Antibody Response After JE Vaccination 11

12 Réaction locale (20%): Sensibilité Érythème Œdème au point d injection Réaction générale (10%): Céphalée Myalgie Troubles gastro-intestinaux Fièvre Effets Secondaires Autres complications: rares mais assez graves Effet neurologique post-vaccinal: encéphalite, encéphalopathie convulsion, myélite Détresse respiratoire Urticaire généralisée Œdème de Quincke Apparition des signes après un délai médian de 12 heures après la 1ère dose, 3 jours après la 2ème dose, et parfois jusqu à 2 semaines après la 3ème dose 12

13 Effets Secondaires 13

14 Contre indication-précaution C-I: Sujet ayant un effet II lors de première injection Notion d une hypersensibilité aux protéines murines cérébrales, au thiomersal ou au formaldéhyde. Enfant < 1an (pas de donnée) Précaution Pas d interaction lors d administration avec d autres vaccins Sujet immunodéprimé: pas de CI Réaction allergique retardée (de qq mn à 9j) Femme enceinte Sujet avec ATCD allergique Peser les risques : vaccin vs infection 14

15 Situation Vaccinale en Asie du Sud Est En Thaïlande, Malaisie, Japon : vaccin JE inclus dans programme national de vaccination Vietnam, Indonésie : de même, mais taux de couverture non connu Autres pays : pas de données 15

16 Références 8.asp (Weekly Epedemiological Report) ftp://ftp.cdc.gov/pub/publications/mmwr/rr/rr4201.pdf (Morbidity and Mortality Report-CDC) D:\IFMT Cours\Semaine_Thém_Méningite_Encéphalite_ Mdies_Emergentes\Encéphal_Méningite\Encéphalite japonaise.ms 16

10.4.3 HAHB : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B

10.4.3 HAHB : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B 10.4.3 : vaccin contre l hépatite A et l hépatite B Composition Un vaccin inactivé combiné contre l hépatite A et l hépatite B est distribué au Canada : Twinrix (GlaxoSmithKline). Les antigènes utilisés

Plus en détail

10.6.3 EJ : vaccin contre l encéphalite japonaise

10.6.3 EJ : vaccin contre l encéphalite japonaise 10.6.3 : vaccin contre l encéphalite japonaise Composition Un vaccin inactivé contre l encéphalite japonaise est distribué au Canada : Ixiaro (Novartis). Il s agit d un vaccin préparé à partir du virus

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Journée EHPAD 14 février 2013 Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France EHPAD Une population exposée Environnement ouvert vers la communauté Risque

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

10.5.2 Inf intranasal : vaccin intranasal contre l influenza 2015-2016

10.5.2 Inf intranasal : vaccin intranasal contre l influenza 2015-2016 Section 10.5.2 Inf intranasal 10.5.2 Inf intranasal : vaccin intranasal contre l influenza 2015-2016 Composition Un vaccin quadrivalent vivant atténué contre la grippe est distribué au Canada : Flumist

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009. Virus de l encéphalite japonaise, souche SA14-14-2, inactivé (produite sur cellules Vero).

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009. Virus de l encéphalite japonaise, souche SA14-14-2, inactivé (produite sur cellules Vero). COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 23 septembre 2009 IXIARO, suspension injectable B/1 seringue préremplie + 1 aiguille, code CIP : 393 958-0 B/1 seringue préremplie, code CIP : 393 959-7 Laboratoire NOVARTIS

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Questions fréquentes R. Kammerlander Forum Hygiène Lausanne 13 avril 2005 Risque de transmission du VHB de patient à soignant USA Diminution de > 95%

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 64 Vaccination contre l encéphalite japonaise L encéphalite japonaise (EJ) est une arbovirose du Sud-Est

Plus en détail

Corticoïdes et vaccination

Corticoïdes et vaccination Corticoïdes et vaccination Corticoïdes Type? Topique Infiltration Inhalation Voie générale Dose? Type de vaccin V. inactivé V. vivant atténué Fièvre jaune ROR Tuberculose Varicelle Durée de traitement?

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Dr Marie-Aliette DOMMERGUES Pédiatre, CHV-André Mignot Le 8 octobre 2009 Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Probabilité de survenue d une varicelle en cours de grossesse:

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

10.2.2 Var : vaccin contre la varicelle

10.2.2 Var : vaccin contre la varicelle Section 10.2.2 Var 10.2.2 Var : vaccin contre la varicelle Composition Deux vaccins contre la varicelle sont distribués au Canada : Varilrix (GlaxoSmithKline) et Varivax III (Merck). Il s agit de vaccins

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles GRIPPE SAISONNIERE Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles DR M.A. HUBSCHER Journée régionale EMS 22/11/2012 Le virus grippal Réputé fragile : sensible aux

Plus en détail

Questions fréquentes sur la vaccination en général

Questions fréquentes sur la vaccination en général Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Maladies transmissibles Etat au 9.10.2013 Questions fréquentes sur la vaccination en général 1. Qu est-ce que le système

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Vaccination Grippe 2012/2013

Vaccination Grippe 2012/2013 23è Journée annuelle du Geres 6 décembre 2013 Vaccination Grippe 2012/2013 Contribution à l enquête sur les freins à la vaccination chez les IDE AC. Delavelle, E. Barthelemy, S. Touche, B. Lundy Santé

Plus en détail

Vaccination des étudiants en santé

Vaccination des étudiants en santé Vaccination des étudiants en santé Quizz en Infectiologie Jean-Louis Koeck 1 Marie M. 21 ans, inscrite en PACES Elle dit avoir été bien vaccinée dans l'enfance, mais elle n'a pas retrouvé son carnet de

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées reçues

Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées reçues Introduction Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées 1. La vaccination donne la grippe!? 2. La grippe, c est juste un gros rhume! 3. La vaccination contre la grippe est contreindiquée chez

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

Prévention vaccinale de maladies infectieuses entériques. XXI ème Actualités du Pharo Marseille 7-9 octobre 2015

Prévention vaccinale de maladies infectieuses entériques. XXI ème Actualités du Pharo Marseille 7-9 octobre 2015 Prévention vaccinale de maladies infectieuses entériques XXI ème Actualités du Pharo Marseille 7-9 octobre 2015 ROTAVIRUS 450.000-700.000 décès/an surtout très jeunes enfants Type Rotarix (GSK) RV1 monovalent

Plus en détail

Maladies àprévention vaccinale chez les personnes vivant avec le VIH VACCINATION CONTRE LA FIÈVRE JAUNE

Maladies àprévention vaccinale chez les personnes vivant avec le VIH VACCINATION CONTRE LA FIÈVRE JAUNE Maladies àprévention vaccinale chez les personnes vivant avec le VIH VACCINATION CONTRE LA FIÈVRE JAUNE Nathalie Colin de Verdière CVI SMIT Hôpital Saint-Louis Une maladie toujours d actualité Données

Plus en détail

Vaccin contre la grippe saisonnière 2012-2013. Direction régionale de santé publique de Québec Octobre 2012

Vaccin contre la grippe saisonnière 2012-2013. Direction régionale de santé publique de Québec Octobre 2012 Vaccin contre la grippe saisonnière 2012-2013 Direction régionale de santé publique de Québec Octobre 2012 Le virus 2 Plan Vaccin influenza Préparations sur le marché Indications Vaccins injectables Vaccin

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour Centre International de Vaccination Service Universitaire de Maladies Infectieuses et du voyageur XVIII ème Journée Régionale de Pathologie Infectieuse

Plus en détail

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23)

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23) Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 1 Introduction La note remplace celle publiée sur le même sujet dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire en

Plus en détail

Vaccination après l'exposition à un agent infectieux. Vaccination contre la rage

Vaccination après l'exposition à un agent infectieux. Vaccination contre la rage Vaccination après l'exposition à un agent infectieux Vaccination contre la rage Mesures immédiates non spécifique le nettoyage des plaies lavage avec de l'eau et du savon antiseptique peroxyde d'hydrogène,

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 Dr. M.SCHETGEN Département de médecine générale Logo du médecin (si nécessaire) ULB Session PÉDIATRIE-Actualisation des vaccinations

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 SCHEMA VACCINAL DE 1981 : SCHEMA VACCINAL EN COMMUNAUTE FRANCAISE EN 2007 : COUVERTURES VACCINALES À L'ÂGE DE 12

Plus en détail

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay Etude AMARCOR Tolérance et immunogénicité du vaccin contre la fièvre jaune chez des sujets recevant une corticothérapie par voie générale : étude de cohorte observationnelle S. Kernéis, T. Ancelle, V.

Plus en détail

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux.

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux. Anna Jagusiak GENERALITES DEFINITION La vaccination est une préparation antigénique qui à un agent infectieux. CLASSIFICATION VACCINS VIVANTS ATTENUES Protection immunitaire proche de celle suivant une

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la vaccination? C est en 1796 qu Edward Jenner, médecin britannique, met au point la première «vaccination». Il s agissait d inoculer à un enfant un liquide

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mai 2010 AVAXIM 160 U ADULTES, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin de l'hépatite A (inactivé, adsorbé) Boîte de 1 seringue préremplie en verre de

Plus en détail

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Sylvie Monier UHE-Hôpital Hôpital Edouard Herriot JNI-11.06.2009 INTRODUCTION

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI FMPR, Rabat le 23.10.2010 Les mesures de prévention concernent la population dans son ensemble en se

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 octobre 2009 MENINGITEC suspension injectable en seringue préremplie Vaccin méningococcique du groupe C oligosidique conjugué (adsorbé) B/1 seringue munie d un bouchon

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III. Vaccins et Voyage. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU

17 novembre 2010 DCEM III. Vaccins et Voyage. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU 17 novembre 2010 DCEM III Vaccins et Voyage Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU DERMG Université de Nice Sophia Antipolis Vaccins et voyages Calendrier fonction du voyageur et du type de voyage

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

VACCINATIONS DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

VACCINATIONS DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Circulaire n 43/2008 Cl. C 44 Colmar, le 3 novembre 2008 Màj. septembre 2013 C E N T R E d e G E S T I O N d u H A U T - R H I N F O N C T I O N P U B L I Q U E T E R R I T O R I A L E 2 2, rue Wi l s

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable Virus de la grippe Introduction Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) 1- introduction 2- le virus 3- clinique 4- complications 5- traitement S. Nguyen 03/2005 responsable

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

MONOGRAPHIE DE PRODUIT MONOGRAPHIE DE PRODUIT VARIVAX III (vaccin à virus vivant atténué contre la varicelle [Oka/Merck]) Poudre lyophilisée pour injection Agent d immunisation active contre la varicelle Merck Canada Inc. 16750,

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Unité HPCI, septembre 2009 1 Objectifs du cours Grippe saisonnière Grippe A(H1N1) Mesures de prévention

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010 Objectifs QUELLES VACCINATIONS RECOMMANDER CHEZL ADULTE? N. Junod Perron et J P. Humair Enseignement en Médecine Ambulatoire SMPR 26.3.2014 2014 Connaître les vaccins recommandés chez les adultes de la

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

N Viget 17/04/2015. Sujet âgé Femme enceinte Personnel soignant

N Viget 17/04/2015. Sujet âgé Femme enceinte Personnel soignant N Viget 17/04/2015 Sujet âgé Femme enceinte Personnel soignant Le sujet âgé Focus sur vaccinations Coqueluche Pneumocoque Grippe Zona Epidémiologie Données chez sujet agé Recommandations La couverture

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Prevenar 13 suspension injectable Vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) 2. COMPOSITION QUALITATIVE

Plus en détail

Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003

Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003 Diarrhée à Rotavirus 1 Rotavirus : Épidémiologie Virus ubiquitaire, découvert en 1973 Touche adultes et enfants ; surtout E Agent n 1 de diarrhée aiguë sévère de l enfant < 5 ans Transmission feco-orale,

Plus en détail

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997 6.4.1. Introduction L importance des programmes de vaccination a été largement démontrée. Les questions n ont été posée qu aux personnes âgées de 15 ans et plus parce que la couverture vaccinale chez les

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Focetria, suspension injectable en seringue préremplie Vaccin grippal pandémique (antigène de surface, inactivé, avec adjuvant)

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS 1. Qu est-ce que la grippe? 2. Comment se transmet la grippe? 3. Combien de temps une personne infectée est-elle contagieuse? 4. Quels sont les symptômes de la

Plus en détail

Apportez votre IPad: Cas clinique Certificat Fièvre jaune. Dominique Tessier Équipe du Groupe santé voyage

Apportez votre IPad: Cas clinique Certificat Fièvre jaune. Dominique Tessier Équipe du Groupe santé voyage Apportez votre IPad: Cas clinique Certificat Fièvre jaune Dominique Tessier Équipe du Groupe santé voyage Objectifs A la fin de la présentation, les participants seront en mesure de: Expliquer comment

Plus en détail

LE VACCIN L HÉPATITE A LES EFFETS SECONDAIRES

LE VACCIN L HÉPATITE A LES EFFETS SECONDAIRES HÉPATITE A L HÉPATITE A L hépatite A est une infection du foie causée par un virus. Il s agit d une maladie sérieuse qui peut nécessiter une hospitalisation. Elle est plus grave chez les personnes plus

Plus en détail

Grippe saisonnière. tout ce qu il faut savoir. La grippe saisonnière (Influenza) Virus Influenza - I

Grippe saisonnière. tout ce qu il faut savoir. La grippe saisonnière (Influenza) Virus Influenza - I Grippe saisonnière tout ce qu il faut savoir Monica Attinger - infirmière HPCI Forum HH /CHUV - 4 septembre 2007 La grippe saisonnière (Influenza) Infection virale du système respiratoire causée par les

Plus en détail

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE... 1 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR PR SYNAGIS (poudre lyophilisée) palivizumab Ce document constitue la troisième et dernière partie de la «monographie du produit» publiée

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Vaccins à tropisme respiratoire

Vaccins à tropisme respiratoire Vaccins à tropisme respiratoire Dr V BOISSERIE-LACROIX Vaccination antigrippale! Épidémiologie :! 30-40% des enfants! Taux d hospitalisation d 90-500/100 000! Risque lié à l âge (x 9

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

Voici ce qu est le zona

Voici ce qu est le zona Voici ce qu est le zona Le zona est plus courant que vous ne le croyez. Lisez ce qui suit pour savoir si vous présentez un risque de développer le zona. Qu est-ce que le zona? Le zona est une éruption

Plus en détail

Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1)

Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1) Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1) du 26 avril au 30 septembre 2009 région de la Capitale-Nationale Présentation à la Chambre de Commerce de la ville de Québec 9 octobre 2009 François Desbiens,

Plus en détail

Vaccinations du voyageur

Vaccinations du voyageur Docteur Catherine Goujon Centre médical de l Institut Pasteur 12 mars 2008 1 Critères de choix Contraintes administratives vaccinations obligatoires * dans le cadre du RSI * exigence particulière du pays

Plus en détail

Vaccin H1N1. Des adjuvants (MF059, ASO3) pour réduire la dose d antigène (3,75

Vaccin H1N1. Des adjuvants (MF059, ASO3) pour réduire la dose d antigène (3,75 LA VACCINATION Vaccin H1N1 Les 1er vaccins pandémiques ont été développés à partir des souches H5N1 avec une AMM en 2008, les vaccins H1N1 seront enregistrés après modification du dossier Des adjuvants

Plus en détail

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers Guide pratique sur les vaccinations à l intention des infirmiers JNI Tours 14 juin 2012 Journée Nationale de Formation des Infirmières en Infectiologie Sophie Lefèvre Didier Pinquier D après le calendrier

Plus en détail

Vaccination: savoir répondre r aux controverses. Marc H. Lebel, MD, FRCPC. Service des maladies infectieuses

Vaccination: savoir répondre r aux controverses. Marc H. Lebel, MD, FRCPC. Service des maladies infectieuses Vaccination: savoir répondre r aux controverses Marc H. Lebel, MD, FRCPC Service des maladies infectieuses 1 Objectifs Identifier les principaux effets adverses reliés à la vaccination Savoir répondre

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines.

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines. INFLUENZA INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L influenza est une infection virale aiguë saisonnière très contagieuse, qui peut être prévenue annuellement par la vaccination. La maladie est causée par le

Plus en détail

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE 1 GENERALITES...2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.4 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

Samoa Américaines - Informations générales

Samoa Américaines - Informations générales Samoa Américaines - Informations générales Langue: samoan et anglais. Régime politique: Sous administration américaine. Habitants: 62.000 Décalage horaire: GMT -11 Indicatif Tél: 00 684 Réseau Tél: correct.

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mai 2010 HAVRIX NOURRISSONS ET ENFANTS 720 U/0,5 ml, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin inactivé de l hépatite A adsorbé Boite de 1 (CIP : 347 604-5)

Plus en détail

MONOGRAPHIE. Prevnar * 13. Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 )

MONOGRAPHIE. Prevnar * 13. Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 ) MONOGRAPHIE Prevnar * 13 Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 ) Suspension pour injection intramusculaire Agent d immunisation active * M.D. de Wyeth Pfizer

Plus en détail

10.6.1 Chol-Ecol-O : vaccin oral contre le choléra et la diarrhée à ETEC

10.6.1 Chol-Ecol-O : vaccin oral contre le choléra et la diarrhée à ETEC 10.6.1 : vaccin oral contre le choléra et la diarrhée à ETEC Composition Un vaccin oral inactivé contre le choléra et la diarrhée des voyageurs causée par Escherichia coli entérotoxinogène (ETEC) est distribué

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses

Vaccination contre le HPV Questions et réponses Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Etat au 04.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses 1. Qu est-ce que le

Plus en détail

Best of. Fièvre Jaune : point de la littérature récente. Olivier Bouchaud CHU Avicenne & Université Paris13-Paris Sorbonne Cité, Bobigny

Best of. Fièvre Jaune : point de la littérature récente. Olivier Bouchaud CHU Avicenne & Université Paris13-Paris Sorbonne Cité, Bobigny Best of Fièvre Jaune : point de la littérature récente Olivier Bouchaud CHU Avicenne & Université Paris13-Paris Sorbonne Cité, Bobigny statistiques débiles qui publie le plus sur la FJ? 5053 articles entre

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous?

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Vous refusez à cause des effets secondaires Explications : En

Plus en détail

10.5.1 Inf injectable : vaccin injectable contre l influenza 2015-2016

10.5.1 Inf injectable : vaccin injectable contre l influenza 2015-2016 Section 10.5.1 Inf injectable 10.5.1 Inf injectable : vaccin injectable contre l influenza 2015-2016 Composition Cinq vaccins trivalents inactivés contre la grippe sont distribués au Canada pour la saison

Plus en détail

La grossesse, une situation à risque de varicelle grave. Quelle stratégie préventive? Le point de vue de l infectiologue

La grossesse, une situation à risque de varicelle grave. Quelle stratégie préventive? Le point de vue de l infectiologue La grossesse, une situation à risque de varicelle grave. Quelle stratégie préventive? Le point de vue de l infectiologue Caroline Charlier-Woerther 25 Mars 2010 Varicelle et grossesse : une infection relativement

Plus en détail

L infection tuberculeuse latente

L infection tuberculeuse latente Colloque Meditest 8 juin 2011 L infection tuberculeuse latente Jean-Pierre Zellweger Stades du développement de la tuberculose Les mycobactéries émises dans l air par un malade atteint de TB pulmonaire

Plus en détail

Parents Note H1N1 : n o 3

Parents Note H1N1 : n o 3 École primaire Laurentia Parents Note H1N1 : n o 3 Destinataires : Tous les parents de L ÉCOLE PRIMAIRE LAURENTIA Date : Le 16 novembre 2009 Objet : Expéditrice : Transport des élèves vers les centres

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Sophie FOUCAULT, IDE Hygiéniste, FFC Service ECLIN P.MIR, C.JACOB, Praticiens de Santé au Travail R.HUE, Praticien Hygiéniste, Service

Plus en détail