VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE"

Transcription

1 CAS CLINIQUE N 2

2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS : FILS DE 21 ANS (ÉTUDIANT EN MÉDECINE), FILLE DE 14 ANS ET FILS DE 11 ANS. AUCUN DES TROIS ENFANTS N A D ANTÉCÉDENT PARTICULIER. 1. Mettez-à-jour les carnets de vaccination. 2. Vous recommandez à juste titre un rappel coqueluche à l ensemble de la famille, pourquoi? Quel type de vaccin est-ce? Quels sont les délais et durées de protection de ce vaccin? 3. Toute la famille s apprête à partir en vacances au Vietnam 3 semaines. Le départ est prévu dans 15 jours. Quels vaccins recommandez-vous? A Qui? 4. L aîné est donc étudiant en DCEM1. Vous remarquez dans son carnet de santé : BCG à 2 mois, IDR de contrôle négatives DTP à l âge de 13 ans Coqueluche à l âge de 6 ans Hépatite B (3 injections MO, M1 et M6) à l âge de 6 ans Rougeole : 1 injection à l âge de 1 an Maladies infantiles : Scarlatine 5. Nous sommes fin octobre et l aîné s apprête à rentrer en stage de gériatrie à Cimiez. Quel vaccin allez-vous recommander dans ce cas? Quelles en sont les recommandations?

3 Mère : Rappel DTPCa Père : Rappel DTPCa + Fièvre jaune si zone à risque (Guyane +++) + Grippe tous les ans (personnel navigant). Fils 21 ans : rappel DTPCa + recommandations professionnelles (BCG/Hépatite B) Fille de 14 ans : rappel DTPCa + HPV (quadri ou bivalent = idem) Fils de 11 ans : rappel DTPCa Vaccin Méningo C pour les 3 enfants (jusqu à 24 ans) + 2 ème injection ROR pour les 3 enfants nés après 1980 si non faite auparavant.

4 CALENDRIER VACCINAL

5

6

7 2. Vous recommandez à juste titre un rappel coqueluche à l ensemble de la famille, pourquoi? Quel type de vaccin est-ce? Quels sont les délais et durées de protection de ce vaccin?

8 Vaccin Inerte, toujours combiné Délai de protection: 1 mois après la 3 ème injection Durée de protection: 6-8 ans Vacciner les adultes (et les adolescents à ans) protège les nourrissons < 3 mois qui sont exposés aux formes graves de coqueluche

9

10

11 Toute la famille s apprête à partir en vacances au Vietnam 3 semaines. Le départ est prévu dans 15 jours. 3. Quels vaccins recommandez-vous? A Qui?

12 VACCIN FIÈVRE JAUNE? Pas de fièvre jaune en Asie!!!! Seules zones à risques = ceinture équatoriale (Afrique sub-saharienne + Amazonie) Vaccin vivant. 1 injection. Immunité de 10 ans.

13

14 HÉPATITE A Voyageurs en zone d endémie. Conditions de séjour. Hors voyageurs : jeunes accueillis dans les établissements et services pour l enfance et la jeunesse handicapées ; patients atteints de mucoviscidose et/ou de pathologies hépatobiliaires chroniques susceptibles d évoluer vers une hépatopathie chronique (notamment dues au virus de l hépatite B, de l hépatite C ou à une consommation excessive d alcool) enfants, à partir de l âge de un an, nés de familles dont l un des membres (au moins) est originaire d un pays de haute endémicité et qui sont susceptibles d y séjourner ; homosexuels masculins _ entourage familial d un patient atteint d hépatite A Professionnels : les personnels exposés professionnellement à un risque de contamination : s occupant d enfants n ayant pas atteint l âge de la propreté (par exemple personnels des crèches, assistantes maternelles des structures collectives d accueil pour personnes handicapées ; en charge de traitement des eaux usées ; impliqués dans la préparation alimentaire en restauration collective

15 1 injection 1440 unités pour adultes > 15 ans. 1 injection 720 unités pour enfants de 1 à 15 ans. Contre-indiqué chez < 1 an Immunisation en 14 jours. Rappel à faire à M6, pour une immunité prolongée.

16 TYPHOÏDE La vaccination contre la fièvre typhoïde est recommandée pour les voyageurs devant effectuer un séjour prolongé ou dans de mauvaises conditions, dans des pays où l hygiène est précaire. Ce vaccin n assurant qu une protection de 50 à 80%, il ne se substitue pas aux mesures de précaution vis-à-vis de l eau et des aliments Schéma vaccinal Le vaccin peut être administré à partir de l âge de 2 ans. Une injection, 15 jours avant le départ. Durée de protection : 3 ans.

17 POUR INFO : ENCÉPHALITE JAPONAISE? ZONES CONCERNÉES

18 ENCÉPHALITE JAPONAISE? les adultes, expatriés ou devant résider plus de 30 jours dans ces régions ; les adultes se rendant dans ces régions, avec une activité extérieure importante, plus particulièrement dans les zones de rizières ou de marécages, pendant la période de transmission du virus, notamment pendant la saison des pluies, quelle que soit la durée du séjour Schéma vaccinal Deux injections à J0 et J28 Rappel mois après la primo-vaccination pour les personnes à risque continu d infection par le virus de l encéphalite japonaise doivent recevoir 1 injection de rappel 12 mois après la primo-vaccination.

19 RAGE? La vaccination contre la rage est recommandée pour les voyageurs devant effectuer un séjour prolongé ou aventureux et en situation d isolement dans des zones à haut risque (Asie, Afrique y compris l Afrique du Nord, Amérique du Sud) Elle est recommandée en particulier chez les jeunes enfants dès l âge de la marche. En effet, ceux-ci ont un risque plus élevé d exposition par morsure et/ ou par contact mineur passé inaperçu (léchage sur peau excoriée, griffure ) La vaccination préventive ne dispense pas d un traitement curatif (deux injections de rappel), qui doit être mis en œuvre le plus tôt possible en cas d exposition avérée ou suspectée, mais elle simplifie le traitement et dispense du recours aux immunoglobulines, qui ne sont pas toujours disponibles dans les pays en développement. Schéma vaccinal Trois injections à J0, J7, J21 à J28 Rappel 1 an plus tard Durée de protection : 5 ans

20 4. L aîné est donc étudiant en DCEM1. Vous remarquez dans son carnet de santé : BCG à 2 mois, IDR de contrôle négatives DTP à l âge de 13 ans Coqueluche à l âge de 6 ans Hépatite B (3 injections MO, M1 et M6) à l âge de 6 ans Rougeole : 1 injection à l âge de 1 an Maladies infantiles : Scarlatine Que lui recommandez-vous?

21 Pas de BCG (IDR négatives) dtpca Pas de rappel hépatite B car correctement vacciné avant l âge de 13 ans ROR: 2 ème dose car né à partir de 1980 Grippe Méningocoque C conjugué Varicelle?

22

23 PROFESSIONNEL DE SANTÉ Vaccinations obligatoires Hépatite B BCG dtp Typhoïde pour personnel de biologie manipulant des selles Recommandées Grippe Coqueluche Varicelle Rougeole (vaccin ROR) ± hépatite A en pédiatrie

24 VACCINATION HÉPATITE B ET PROFESSIONNEL DE SANTÉ

25 VARICELLE? La vaccination contre la varicelle est recommandée pour : les adolescents de 12 à 18 ans n ayant pas d antécédent clinique de varicelle ou dont l histoire est douteuse ; un contrôle sérologique préalable peut être pratiqué dans ce cas ; les femmes en âge de procréer, notamment celles ayant un projet de grossesse, et sans antécédent clinique de varicelle ; un contrôle sérologique préalable peut être pratiqué ; les femmes n ayant pas d antécédent clinique de varicelle (ou dont l histoire est douteuse) dans les suites d une première grossesse ; les adultes de plus de 18 ans exposés à la varicelle, immunocompétents sans antécédent de varicelle ou dont l histoire est douteuse (le contrôle de la sérologie étant facultatif), dans les trois jours suivant l exposition à un patient avec éruption toute personne sans antécédent de varicelle (ou dont l histoire est douteuse) et dont la sérologie est négative, en contact étroit avec des personnes immunodéprimées (les sujets vaccinés doivent être informés de la nécessité, en cas de rash généralisé, d éviter les contacts avec les personnes immunodéprimées pendant 10 jours) ; les enfants candidats receveurs, dans les six mois précédant une greffe d organe solide, sans antécédents de varicelle (ou dont l histoire est douteuse) et dont la sérologie est négative, (avec deux doses à au moins un mois d intervalle, et en pratiquant une surveillance du taux d anticorps après la greffe) Toute vaccination chez une jeune femme en âge de procréer doit être précédée d un test négatif de grossesse et, selon les données de l AMM, une contraception efficace de trois mois est recommandée après chaque dose de vaccin

26 VARICELLE EN MILIEU PROFESSIONNEL? En milieu professionnel La vaccination contre la varicelle est recommandée pour les personnes sans antécédent de varicelle (ou dont l histoire est douteuse) et dont la sérologie est négative, qui exercent les professions suivantes : professionnels en contact avec la petite enfance (crèches et collectivités d enfants); professions de santé en formation (à l entrée en première année des études médicales ou paramédicales), à l embauche ou à défaut déjà en poste, en priorité dans les services accueillant des sujets à risque de varicelle grave (immunodéprimés, services de gynéco-obstétrique, néonatologie, pédiatrie, maladies infectieuses, néphrologie) Les sujets vaccinés seront informés de la nécessité d une éviction de 10 jours en cas de rash généralisé Schéma vaccinal Deux doses avec un intervalle d au moins un mois entre la première et la deuxième dose.

27 5. NOUS SOMMES FIN OCTOBRE ET L AÎNÉ S APPRÊTE À RENTRER EN STAGE DE GÉRIATRIE À CIMIEZ. QUEL VACCIN ALLEZ-VOUS PARTICULIÈREMENT RECOMMANDER DANS CE CAS? QUELLES EN SONT LES RECOMMANDATIONS OFFICIELLES? Vaccin contre la grippe saisonnière Recommandations générales La vaccination contre la grippe est recommandée chaque année pour les personnes âgées de 65 ans et plus. Recommandations particulières les personnes, y compris les enfants à partir de l âge de 6 mois et les femmes enceintes, atteintes d affections broncho-pulmonaires chroniques et autres pathologies pouvant être décompensées par une grippe (cardiopathie chronique, néphropathie chronique, diabète, VIH) les personnes séjournant dans un établissement de soins de suite ainsi que dans un établissement médico-social d hébergement quel que soit leur âge ; l entourage familial des nourrissons de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque

28 En milieu professionnel - Professionnels de santé et tout professionnel en contact régulier et prolongé avec des personnes à risque de grippe sévère - Personnel navigant des bateaux de croisière et des avions et personnel de l industrie des voyages accompagnant les groupes de voyageurs.

29 RÉFÉRENCES Calendrier vaccinal édité dans le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (22 mars 2011) Recommandations aux voyageurs éditées dans le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (17 mai 2011) Guide des vaccinations 2008 édité par l INPES Institut Pasteur

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel Prévention-Santé-Sud-Est Association des Services de Santé au Travail Paca-Corse Vaccinations et milieu professionnel Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées Certaines activités professionnelles

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel. Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées

Vaccinations et milieu professionnel. Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées Vaccinations et milieu professionnel Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées 1 Certaines activités professionnelles font courir un risque de maladie infectieuse, comme l'hépatite ou la tuberculose.

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI FMPR, Rabat le 23.10.2010 Les mesures de prévention concernent la population dans son ensemble en se

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

VIII/ Sujets à risque

VIII/ Sujets à risque 17 novembre 2010 VIII/ Sujets à risque DCEM III Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis PLAN Tuberculose Coqueluche Pneumocoque Méningocoque Hépatite A Hépatite

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE F I C H E P R E V E N T I O N N 1 1 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LA VACCINATION PROFESSIONNELLE INTRODUCTION La vaccination en milieu professionnel a un intérêt individuel dans le sens où elle protège

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III. Vaccins et Voyage. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU

17 novembre 2010 DCEM III. Vaccins et Voyage. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU 17 novembre 2010 DCEM III Vaccins et Voyage Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU DERMG Université de Nice Sophia Antipolis Vaccins et voyages Calendrier fonction du voyageur et du type de voyage

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques.

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques. Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS Idriss Guessous Service de médecine de premier recours, HUG 2013 LES POINTS

Plus en détail

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010 Objectifs QUELLES VACCINATIONS RECOMMANDER CHEZL ADULTE? N. Junod Perron et J P. Humair Enseignement en Médecine Ambulatoire SMPR 26.3.2014 2014 Connaître les vaccins recommandés chez les adultes de la

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Dr Marie-Aliette DOMMERGUES Pédiatre, CHV-André Mignot Le 8 octobre 2009 Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Probabilité de survenue d une varicelle en cours de grossesse:

Plus en détail

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010 Vaccination coqueluche et maternité G Picherot YOPI 2010 Groupe Avancées Vaccinales 2010 Très inspiré de «AVANT, PENDANT et APRES Vaccinations autour de la grossesse» Dr Marc Valdiguié Pédiatre Unité de

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 http://www.inpes.sante.fr/cfesbases/catalogue/pdf/1133.pdf CAS CLINIQUE N 1 Une maman, membre d un groupe de pensée plutôt opposé aux vaccinations,

Plus en détail

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux.

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux. Anna Jagusiak GENERALITES DEFINITION La vaccination est une préparation antigénique qui à un agent infectieux. CLASSIFICATION VACCINS VIVANTS ATTENUES Protection immunitaire proche de celle suivant une

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Vaccination des étudiants en santé

Vaccination des étudiants en santé Vaccination des étudiants en santé Quizz en Infectiologie Jean-Louis Koeck 1 Marie M. 21 ans, inscrite en PACES Elle dit avoir été bien vaccinée dans l'enfance, mais elle n'a pas retrouvé son carnet de

Plus en détail

Samoa Américaines - Informations générales

Samoa Américaines - Informations générales Samoa Américaines - Informations générales Langue: samoan et anglais. Régime politique: Sous administration américaine. Habitants: 62.000 Décalage horaire: GMT -11 Indicatif Tél: 00 684 Réseau Tél: correct.

Plus en détail

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet Vaccinations et grossesse C.Chatelet L Idéal en préconceptionnel S assurer vaccinations réglementaires. Vacciner patientes à risques hépatites A, B et pneumocoques. Vacciner les «voyageurs potentiels»,

Plus en détail

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt Vaccination des professionnels, patients, résidents Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 CClin Sud Est- Lyon- 17 Mars 2016 Conflits d intérêt Déclaration Publique d Intérêt consultable sur le

Plus en détail

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers Guide pratique sur les vaccinations à l intention des infirmiers JNI Tours 14 juin 2012 Journée Nationale de Formation des Infirmières en Infectiologie Sophie Lefèvre Didier Pinquier D après le calendrier

Plus en détail

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 293 Vaccinations pour les personnels de santé INTRODUCTION La vaccination des personnels de santé a

Plus en détail

Corticoïdes et vaccination

Corticoïdes et vaccination Corticoïdes et vaccination Corticoïdes Type? Topique Infiltration Inhalation Voie générale Dose? Type de vaccin V. inactivé V. vivant atténué Fièvre jaune ROR Tuberculose Varicelle Durée de traitement?

Plus en détail

QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART

QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART ETONNANTS VOYAGEURS, souvent trop insouciants parfois trop inquiets Des insouciants aux inquiets : informer les uns, rassurer les autres Enquête

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mai 2010 AVAXIM 160 U ADULTES, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin de l'hépatite A (inactivé, adsorbé) Boîte de 1 seringue préremplie en verre de

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION MALADIES TRANSMISSIBLES

DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION MALADIES TRANSMISSIBLES MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION MALADIES TRANSMISSIBLES Relatif à la conduite à tenir autour d'un

Plus en détail

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? La vaccination n est pas seulement pour les enfants. Les adultes

Plus en détail

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 FICHE 1 SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 A QUOI SERT LA SEMAINE DE LA VACCINATION? La Semaine de la Vaccination a été lancée par l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2005. Elle est

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

CALENDRIER VACCINAL 2006. Avis du Conseil supérieur d'hygiène publique de France SOMMAIRE

CALENDRIER VACCINAL 2006. Avis du Conseil supérieur d'hygiène publique de France SOMMAIRE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Calendrier vaccinal 2006 et autres avis du Conseil supérieur d hygiène publique en France relatifs à la vaccination Institut de veille sanitaire N 29-30/2006 18 juillet 2006 CALENDRIER

Plus en détail

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise IFMT sémin encéphalites 2004. Groupe de travail étudiant 1 Vaccin (Vac.) 3 types: 1. Vac. Inactivé préparé en culture cellulaire Souche: P3 (culture sur cellules

Plus en détail

Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France. Enquête VAXISOIN, 2009

Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France. Enquête VAXISOIN, 2009 Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France Enquête VAXISOIN, 2009 J-P Guthmann, L. Fonteneau, C. Ciotti, E. Bouvet, G. Pellissier, D. Lévy-Bruh, D. Abiteboul XXII ème

Plus en détail

Vaccinations et voyage chez le patient infectépar le VIH Pr Sophie Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales Hôpital Bichat-Claude

Vaccinations et voyage chez le patient infectépar le VIH Pr Sophie Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales Hôpital Bichat-Claude Vaccinations et voyage chez le patient infectépar le VIH Pr Sophie Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales Hôpital Bichat-Claude Bernard Cas clinique Mr X, 38 ans, homosexuel, infectépar

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

Mieux protéger. Les vaccinations. de la maman, du bébé et de son entourage. autour de la naissance. D après le calendrier vaccinal 2013 1

Mieux protéger. Les vaccinations. de la maman, du bébé et de son entourage. autour de la naissance. D après le calendrier vaccinal 2013 1 Mieux protéger autour de la naissance Crédits photos : Fotolia - FRAN000000093 FR00825 - Juillet 2013 Les vaccinations de la maman, du bébé et de son entourage D après le calendrier vaccinal 2013 1 drier

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant de la fièvre, vomissements ou diarrhée)

Plus en détail

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour AUDIT VACCINATIONS Résultats 1 er tour Participation Population Résultats par vaccination : - DTP - Hépatite B - Rougeole - Coqueluche - Méningite C - Human Papilloma Virus Résultats des participants Sommaire

Plus en détail

LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional

LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional BIBLIOGRAPHIE Code de la santé publique: Article L.3111-1 et L.3111-4 Arrêté du 15 mars 1991 Arrêté du 6 mars 2007

Plus en détail

Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013

Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013 Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013 du ministère des Affaires sociales et de la Santé, selon l avis du Haut Conseil de la santé publique MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Plus en détail

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour Centre International de Vaccination Service Universitaire de Maladies Infectieuses et du voyageur XVIII ème Journée Régionale de Pathologie Infectieuse

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 septembre 2010 VAQTA 50 U/ml, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin de l'hépatite A, inactivé, adsorbé B/ 1 seringue préremplie en verre de 1 ml (CPI

Plus en détail

Vaccination en réanimation

Vaccination en réanimation Vaccination en réanimation CÉLINE PULCINI MCU-PH SERVICE D INFECTIOLOGIE CHU DE NICE PLAN 1. Épidémiologie de quelques maladies à prévention vaccinale 2. Réponse immunologique à la vaccination en réanimation

Plus en détail

Brunei - Bandar Seri Begawan - Informations générales

Brunei - Bandar Seri Begawan - Informations générales Brunei - Bandar Seri Begawan - Informations générales Capitale: Bandar Seri Begawan Langue: malais. Régime politique: monarchie absolue sultanat (les partis sont interdits depuis 1988). Habitants: 406

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE De très nombreuses raisons peuvent conduire un enfant ou un adulte à être en retard par rapport au calendrier vaccinal idéal. Parmi ces raisons, la

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Le Puy-en-Velay, le 22 Septembre 2006 Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN MARS 2011 313-52711-B État des données : mars 2011 Ce guide calendrier vaccinal comporte le carnet de vaccination. SOMMAIRE LA

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

Vaccin H1N1. Des adjuvants (MF059, ASO3) pour réduire la dose d antigène (3,75

Vaccin H1N1. Des adjuvants (MF059, ASO3) pour réduire la dose d antigène (3,75 LA VACCINATION Vaccin H1N1 Les 1er vaccins pandémiques ont été développés à partir des souches H5N1 avec une AMM en 2008, les vaccins H1N1 seront enregistrés après modification du dossier Des adjuvants

Plus en détail

Voyages et vaccinations

Voyages et vaccinations Voyages et vaccinations VOYAGES LES MICI NE SONT PAS UN OBSTACLE AUX VOYAGES. Cependant, sauf urgences professionnelles, mieux vaut envisager les déplacements en période de rémission quand tout va bien.

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

i.d.é. Guide pratique de l infirmier(e) Questions - Réponses sur les vaccinations D après le calendrier vaccinal 2015 1

i.d.é. Guide pratique de l infirmier(e) Questions - Réponses sur les vaccinations D après le calendrier vaccinal 2015 1 i.d.é. Questions - Réponses sur les vaccinations Guide pratique de l infirmier(e) D après le calendrier vaccinal 2015 1 c 2015 105x200mm v6.indd 1 02/09/2015 14 c 2015 105x200mm v6.indd 2 02/09/2015 14

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014. Document mis à jour le 15/05/2014 (Modifications pages 45 et 50)

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014. Document mis à jour le 15/05/2014 (Modifications pages 45 et 50) Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014 Document mis à jour le 15/05/2014 (Modifications pages 45 et 50) PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

LE SIMT et la vaccination

LE SIMT et la vaccination LE SIMT et la vaccination LE SIMT Service de santé INTERENTREPRISES ( autonome) Tous les secteurs d activités du secteur privé sauf secteur agricole (+ fonction publique de plus en plus) Compétent sur

Plus en détail

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES?

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES? INTRODUCTION La vaccination, est la protection d'un individu sain avant qu'il ne contracte une maladie, elle constitue l'exemple idéal de la prévention des maladies. La vaccination confère au vacciné une

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

Le virus de l hépatite A (VHA)

Le virus de l hépatite A (VHA) Hépatite A Le virus de l hépatite A (VHA) Picornaviridae, genre Hepatovirus seul représentant, ubiquitaire. 6 génotypes (I à VI) ont été décrits les génotypes I, II et III correspondent aux isolats humains,

Plus en détail

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde Section 3 : Parfois, s occuper de la paperasse semble être complètement au bas de votre liste de priorités. Quand il y a déjà à peine suffisamment d heures dans la journée à passer avec les enfants, les

Plus en détail

Vietnam - Buôn Ma Thuôt - Informations générales

Vietnam - Buôn Ma Thuôt - Informations générales Vietnam - Buôn Ma Thuôt - Informations générales Langue: vietnamien et français. Régime politique: République Socialiste. Habitants: 78,7 millions. Décalage horaire: GMT +7 Indicatif Tel: 00 84 (50) pour

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

Vaccination : êtes-vous à jour?

Vaccination : êtes-vous à jour? 2015 calendrier simplifié Vaccination : êtes-vous à jour? des vaccinations Âge approprié nce ssa Nai ois 2m ois 4m ois 11 m is mo 12 is mo 18 16- ns 6a ans 13 11- ans 14 ans 25 45 ans et + ans 65 BCG Diphtérie-TétanosPoliomyélite

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2015

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2015 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2015 L ASSURANCE MATERNITÉ Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Conseiller les voyageurs sur les vaccinations à effectuer selon le lieu de destination et la durée du séjour

Conseiller les voyageurs sur les vaccinations à effectuer selon le lieu de destination et la durée du séjour Atelier : Vaccination chez le voyageur Colloque de médecine de premier recours 16.09.2015 Animatrice: i Dr Sandrine Tchokoteu Siéwé, cheffe de clinique Service de médecine de premier recours Objectifs

Plus en détail

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Journée EHPAD 14 février 2013 Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France EHPAD Une population exposée Environnement ouvert vers la communauté Risque

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles GRIPPE SAISONNIERE Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles DR M.A. HUBSCHER Journée régionale EMS 22/11/2012 Le virus grippal Réputé fragile : sensible aux

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL

FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL Dr A. BUONACCORSI Infirmière aux URGENCES DE NUIT FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL Présentation d un cas clinique Risques Biologiques Travail de nuit Stress aux urgences FEMME ENCEINTE

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations. Guide des vaccinations

Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations. Guide des vaccinations Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2006 Guide des vaccinations Édition 2006 Guide des vaccinations Édition 2006 Direction générale de la santé

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS DE VARICELLE ET DE ROUGEOLE CHEZ UN MALADE HOSPITALISE OU UN SOIGNANT

CONDUITE A TENIR EN CAS DE VARICELLE ET DE ROUGEOLE CHEZ UN MALADE HOSPITALISE OU UN SOIGNANT CONDUITE A TENIR EN CAS DE VARICELLE ET DE ROUGEOLE CHEZ UN MALADE HOSPITALISE OU UN SOIGNANT Docteur M.D. RAINE, Médecin du Travail, SIE AMET à Rosny-sous-Bois (93) VARICELLE 1) Chez malade hospitalisé

Plus en détail

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Professeur Ch. RABAUD 2007 2ème Journée Régionale d Infectiologie Nancy, 19 Octobre 2007 TUBERCULOSE Histoire d un ex-vaccin obligatoire Vaccinations

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 SCHEMA VACCINAL DE 1981 : SCHEMA VACCINAL EN COMMUNAUTE FRANCAISE EN 2007 : COUVERTURES VACCINALES À L'ÂGE DE 12

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION DIRECTIVE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LA VACCINATION DES EMPLOYÉS ET DES ÉTUDIANTS EN MILIEU DE STAGE (D 19) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION DIRECTIVE ADMINISTRATIVE CONCERNANT

Plus en détail

Bhoutan - Thimphu - Informations générales

Bhoutan - Thimphu - Informations générales Bhoutan - Thimphu - Informations générales Capitale: Timphou Langue: dzonkha ou dzong-ka (dialecte tibétain), anglais. Régime politique: Monarchie héréditaire de type coutumier (en voie de constitutionnalisation).

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé ayant valablement délibéré en sa séance du 29 mai 2013,

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé ayant valablement délibéré en sa séance du 29 mai 2013, REPUBLIQUE FRANCAISE AVIS N 2013.0051/AC/SEVAM du 29 mai 2013 du collège de la Haute Autorité de Santé relatif au protocole de coopération 048 «Consultation, décision et prescription de vaccination pour

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mai 2010 HAVRIX NOURRISSONS ET ENFANTS 720 U/0,5 ml, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin inactivé de l hépatite A adsorbé Boite de 1 (CIP : 347 604-5)

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

Le point sur la vaccination en France

Le point sur la vaccination en France Le point sur la vaccination en France Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant- Bron Président du Comité technique des vaccinations Semaine Européenne de la vaccination-

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière

Vaccination contre la grippe saisonnière le point sur risques infectieux > Vaccinations Vaccination contre la grippe saisonnière Questions / Réponses - Professionnels de santé Document élaboré le 14 octobre 2014 1 - Quand a lieu la campagne de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2009 selon l avis du Haut Conseil de la santé

Plus en détail

VACCINATIONS. Actualités. D. Abiteboul

VACCINATIONS. Actualités. D. Abiteboul Actualités D. Abiteboul VACCINATIONS Actualités Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Nouveau calendrier vaccinal 2013 Arrêté du 2 août 2013 et Instruction du 21 janvier

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

Résumé des discussions du Comité consultatif national de l immunisation (CCNI) Les 3, 4 et 5 octobre 2012, à Ottawa (Ontario) RÉSUMÉ

Résumé des discussions du Comité consultatif national de l immunisation (CCNI) Les 3, 4 et 5 octobre 2012, à Ottawa (Ontario) RÉSUMÉ Mot d ouverture La présidente, D re Bryna Warshawsky, souhaite la bienvenue aux participants à la réunion. D r John Spika, directeur général (DG), Centre de l immunisation et des maladies respiratoires

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail