Objectifs présentés. Discussion générale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Objectifs présentés. Discussion générale"

Transcription

1 Risque de feux et productivité forestière, de part et d autre de la limite nordique d attribution des forêts dans un contexte de changements climatiques Sylvie Gauthier Collaborateur : Yves Bergeron, Martin Girardin, Frédéric Raulier, Adam Ali, André Robitaille, Nicolas Mansuy, France Oris, Rik Van Bogaert, Rija Rapanoela 1

2 2 Questions q Quels sont les fluctuations des régimes des feux passés, actuels et futurs entre le 49 o et le 53 o? q Face à la fréquence des feux, la capacité de régénération des écosystèmes est-elle suffisante pour maintenir des forêts de densité et de productivité satisfaisante pour soutenir les activités commerciales d'aménagement? q Quelles sont les relations croissance-climat feu dans le contexte des CC?

3 3 Objectifs présentés 1. Reconstituer la fréquence des feux au cours des derniers millénaires à partir des charbons de bois préservés dans des sédiments lacustres et tourbeux. 2. Évaluer les liens entre la fréquence des feux, l aridité du milieu et la capacité d établissement des forêts après feu. 3. Établir les relations croissance-climat-feu pour le passé proche et utiliser ces liens afin de faire une modélisation de la fréquence future des feux. 4. Évaluer le portrait forestier en fonction de la productivité actuelle et potentielle des peuplements. Discussion générale

4 4 1. La fréquence des feux passés Temps!me 0 cal.bp young 8000 cal.bp old Data5on 14 C Charbons de bois Feu de forêt Oris et al J. Applied Ecology 51,

5 b) Régions et Sites d études 5 q Comparaison de l histoire des feux de trois régions au nord, à la transi>on et au sud de la limite nordique commerciale des forêts; soit un gradient la5tudinale sud- nord ( environ 500 km) dans 3 régions q Région Nord : 4 sites dans la pessière à lichens q Région à la limite nordique: 2 sites dans la pessières à mousses q Région Sud: 5 sites dans la pessières à mousses Oris et al J. Applied Ecology 51,

6 c) Résultats 6 q Maximum d occurrences décalé de 4000 à 3000 cal. BP entre le Nord et le Sud q Grande variabilité des feux au nord et à la limite; bcp moins au sud Nord Limite q Maximum 6 feux par 1000 ans = un feu tous les 160 ans q Minimum 3 à 2 feux soit entre 350 et 500 ans q La période de feux plus fréquents correspond aussi à une ouverture du couvert de la forêt Sud Oris et al J. Applied Ecology 51,

7 2. Fréquence des feux actuels, aridité du milieu et capacité d établissement des forêts après feu q Les variations spatiales du cycle de feu d un grand territoire (~ km 2 ) de part et d autre de la limite nordique ont été évaluées avec à l aide des polygones de feu ( ) q Régionaliser le territoire selon la fréquence des feux q Évaluer l effet sur la refermeture du couvert forestier 7 Mansuy et al Int. J. Wildland Fire 19, Mansuy et al CJFR 42:

8 9 L'aridité du milieu a été illustrée avec les dépôts-drainage classés selon leur potentiel d assèchement du sol et de la végétation (en lien avec le combustible) Les dépôts les plus secs favorisent un CDF plus court que les dépôts humides 1 0,9 Taux de brûlage par dépôts ( ) 0,8 0,7 144 a 146 a 157 a Mansuy et al Int. J. Wildland Fire 19, ,6 0,5 0,4 171 ab 173 ab 178 ab 213 b 246 bc 279 c 290 c 0,3 425 c 0,2 0,1 0 Très sec Organique/ subhydrique

9 10 q Pour déterminer la résilience, nous avons caractérisé la vitesse de retour de la forêt après feu pour d évaluer les probabilités de retour de la forêt produc5ve et une es5ma5on du temps nécessaire pour passer d'un état à l'autre selon le risque de feu et les dépôts de surface. q Les états fores5ers sont les suivants:

10 Mansuy et al CJFR 42: q Pour déterminer la résilience, nous avons caractérisé la vitesse de retour de la forêt après feu pour d évaluer les probabilités de retour de la forêt produc5ve et une es5ma5on du temps nécessaire pour passer d'un état à l'autre selon le risque de feu et les dépôts de surface. q Les états fores5ers sont les suivants: Brûlis: < 2m

11 Mansuy et al CJFR 42: q Pour déterminer la résilience, nous avons caractérisé la vitesse de retour de la forêt après feu pour d évaluer les probabilités de retour de la forêt produc5ve et une es5ma5on du temps nécessaire pour passer d'un état à l'autre selon le risque de feu et les dépôts de surface. q Les états fores5ers sont les suivants: Brûlis: < 2m Régénéré : 2 à 7m

12 Mansuy et al CJFR 42: q Pour déterminer la résilience, nous avons caractérisé la vitesse de retour de la forêt après feu pour d évaluer les probabilités de retour de la forêt produc5ve et une es5ma5on du temps nécessaire pour passer d'un état à l'autre selon le risque de feu et les dépôts de surface. Jeunes: > 7m q Les états fores5ers sont les suivants: Jeunes fermés: > 25% Brûlis: < 2m Régénéré : 2 à 7m Jeunes ouverts: <25%

13 14 q Pour déterminer la résilience, nous avons caractérisé la vitesse de retour de la forêt après feu pour d évaluer les probabilités de retour de la forêt produc5ve et une es5ma5on du temps nécessaire pour passer d'un état à l'autre selon le risque de feu et les dépôts de surface. q Les états fores5ers sont les suivants: Jeunes: > 7m Jeunes fermés Brûlis: < 2m Régénéré : 2 à 7m 0 TEMPS 55 ans après feu Jeunes ouverts Mansuy et al CJFR 42:

14 c) Résultats III 16 q Meilleur scenario: dépôts subhydrique dans région à cycle de feu long Jeunes fermés Brûlis Régénéré 16 ans 36 ans 52% Mansuy et al CJFR 42: Jeunes ouverts 11%

15 Effets de la sécheresse les 3 premières années après le feu sur la refermeture du couvert Burnt Regenerate Young dense Young sparse Mansuy et al CJFR 42:

16 19 3. Rela>ons croissance/climat/feu actuelles et futures q Nous avons développé une méthode basé sur les relations entre la croissance arborescente et le climat en forêt boréale. q Hypothèse= augmentations des températures -> augmentation de la croissance q Est-ce que les conditions climatiques futures seront plus favorables au écosystèmes nordiques en terme de productivité?

17 b) Résultats 20 q On observe une diminution de la croissance de l épinette noire et une augmentation de celle du pin gris. q L accroissement des températures dans la région de 0,02 o C / année amène une augmentation de la respiration qui excède l accroissement de la productivité primaire brute. L accroissement en productivité primaire brute chez l épinette noire se retrouve également moindre que chez le pin gris. Girardin et al Biogeosciences, 9,

18 b) Résultats 21 q Les simulations futures suggèrent qu on observera une diminution du taux de croissance de l épinette noire dans le futur Girardin et al. en prépara5on. Black spruce future growth rate: > 1.0 higher; <1.0 lower;

19 b) Résultats 23 q Le fortes relations entre les climats passés et les feux (leur réponse au variation du climat) permettent d'établir que les futurs taux de brûlage modélisés (selon différents taux d augmentation de gaz à effet de serre dans l atmosphère) pour les prochains 100 ans pourraient rejoindre ou excéder les valeurs maximums observées à l Holocène (Bergeron et al Int. J. Wildland Fire ; Girardin et al For. Ecol. Manage 294: ). Girardin et al For. Ecol. Manage 294:

20 4. Évaluer la produc>vité pour les peuplements d épineye noire et de pin gris (Rapanuela et al. sous presse; CJFR) 24 q Évaluer la productivité des peuplements d épinette noire vs pin gris q Évaluer la productivité actuelle et potentielle des peuplements La productivité potentielle représente la capacité de production du site. Elle est déterminée à l aide des caractéristiques biophysiques du site (climat, dépôt, drainage), et s appuie sur l hypothèse qu un peuplement forestier d une densité donnée s y développera sans entrave. La productivité actuelle est déterminée par la végétation actuellement en place. Elle varie avec la densité du couvert et ne reflète pas nécessairement le potentiel du site. La productivité actuelle = La productivité potentielle - (accident de régénération)

21 b) Résultats Potentially productive Currently productive 25 a. b. A. Épinene seule c. Épinene + pin gris c. d. Black spruce Black spruce and jack pine

22 b) Résultats Potentially productive Currently productive 26 a. b. A B. Épinene seule A C. Épinene + pin gris c. d. Black spruce Black spruce and jack pine

23 4. Évaluer la produc>vité pour les jeunes peuplements d épineye noire et de pin gris (Van Bogaert et al. sous presse; CJFR) 27 Pour les jeunes peuplements : faible produc5vité dû à une faible croissance et ce pour les deux espèces Ces résultats sont liés aussi aux condi5ons clima5ques actuelles (DD) mais aussi aux condi5ons locales De plus le pin gris semble plus affecté

24 28 Ce qu il faut retenir! q Le nombre de feux et les superficies brûlées devraient augmenter par rapport aux observations du passé récent et se rapprocher des maximums observés dans l Holocène q Le nombre de site moins productifs et plus vulnérables aux feux augmentent vers le nord et aussi en fonction des conditions de sites q La résilience des forêts nordiques actuelles est fortement contrôlée par le feu via le climat ( saison) mais aussi les conditions locales q Le maintien de la capacité future de la régénération (telle qu on la connait) des écosystèmes nordiques est très incertaine car o Un impact par le feu sur l écosystème amplifié par les CC (sècheresse extrême> feu> ouverture du couvert et diminution de la croissance

25 29 À venir o Reconstitution et projections des épidémies de TBE o Reconstitution et projection d événements extrêmes sur la croissance PiG et EpN o Projection des effets combinés du feu, de la TBE et des événements extrêmes sur la refermeture du couvert forestier

26 30 Remerciements q Subventions: FRQNT fonds forestier et CRSNG stratégiques q Partenaires: Ouranos, MFFP et RNCan q Données: programme d inventaire forestier nordique (MFFP); biosim q Plusieurs collègues, étudiants et post-doc

27 31 Poster en lien 21 Pierre Bernier et Sylvie Gauthier Évalua5on des vulnérabilités d approvisionnement en bois par unité d aménagement aux prévisions d augmenta5on des superficies brûlées d ici Aurélie Terrier, Mar5n P.Girardin, Alan Can5n, William J. de Groot, Kenneth Agbesi Anyomi, Sylvie Gauthier, Yves Bergeron La forêt boréale de la Ceinture d Argile résistante aux impacts d une augmenta5on future du régime de feu. 18 Mar5n P. Girardin & Aurélie Terrier Anénuer les risques de feux de forêt futurs par des modifica5ons de la composi5on de la forêt: une analyse du poten5el de compensa5on à travers le Canada boréal

28 Questions 32

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail

Recrutement de conifères dans les peuplements de tremble (Populus tremuloides Michx.), le long d un gradient Est-Ouest dans la forêt boréale du

Recrutement de conifères dans les peuplements de tremble (Populus tremuloides Michx.), le long d un gradient Est-Ouest dans la forêt boréale du Recrutement de conifères dans les peuplements de tremble (Populus tremuloides Michx.), le long d un gradient Est-Ouest dans la forêt boréale du Canada *******************************************************************

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER AIRE COMMUNE 073-01

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER AIRE COMMUNE 073-01 PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER AIRE COMMUNE 073-01 POUR LA PÉRIODE DU 1 er avril 2000 au 31 mars 2025 DÉTENTEURS DE CAAF UNITÉS D AMÉNAGEMENT 3742989 Canada inc. (Industries Franc Bois le texte).

Plus en détail

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche Dr Mbaye DIOP ISRA 1 Comprendre le changement climatique Définition des changement climatiques (CC) La variabilité naturelle

Plus en détail

Modélisation des perturbations naturelles et marges de variabilité pour les forêts du Québec

Modélisation des perturbations naturelles et marges de variabilité pour les forêts du Québec Modélisation des perturbations naturelles et marges de variabilité pour les forêts du Québec Mathieu Bouchard Direction de la recherche forestière, MRN Contexte Nouvelle loi sur l Aménagement durable du

Plus en détail

Pistes pour l'application et le développement de l'aé au Bas Saint Laurent

Pistes pour l'application et le développement de l'aé au Bas Saint Laurent Pistes pour l'application et le développement de l'aé au Bas Saint Laurent Le défi de l'ae au BSL: Concevoir des modalités d'aménagement qui tiennent compte des effets créés par les processus qui ont dynamisé

Plus en détail

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO 1 Table des matières QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES... 1 LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO... 1 1. Qu est-ce que le risque de

Plus en détail

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Méthodes d étude et projections Serge Planton Météo-France, CNRM/GAME Projections climatiques à l échelle planétaire Projections climatiques

Plus en détail

Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique

Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique Atelier Aménagement écosystémique : s inspirer des perturbations naturelles - Gaspésie Rock Ouimet, Ing.f., Ph.D.

Plus en détail

L inaction en santé publique coûterait très cher

L inaction en santé publique coûterait très cher L inaction en santé publique coûterait très cher Pierre Gosselin MD 26 mai 2015, Montréal, Maison du développement durable Trois problèmes de santé retenus Effets de la chaleur excessive décès et maladies

Plus en détail

LA VALEUR DE LA FORÊT: INDICATIONS FOURNIES PAR L IPV

LA VALEUR DE LA FORÊT: INDICATIONS FOURNIES PAR L IPV LA VALEUR DE LA FORÊT: INDICATIONS FOURNIES PAR L IPV PRÉSENTATION LORS D UN ATELIER DE L ORDRE DES INGÉNIEURS FORESTIERS DU QUÉBEC QUÉBEC LE 20 MARS 2013 HARVEY L. MEAD harveymead.org La forêt, pour construire

Plus en détail

UN COUP DE POUCE POUR PENSER SON EVALUATION INDICATEURS D EVALUATION 4 EXEMPLES DANS LES DOMAINES DE L EAU, DE L EDUCATION,

UN COUP DE POUCE POUR PENSER SON EVALUATION INDICATEURS D EVALUATION 4 EXEMPLES DANS LES DOMAINES DE L EAU, DE L EDUCATION, UN COUP DE POUCE POUR PENSER SON EVALUATION INDICATEURS D EVALUATION 4 EXEMPLES DANS LES DOMAINES DE L EAU, DE L EDUCATION, DE LA SANTE ET DU DEVELOPPEMENT. Les indicateurs ci-dessous sont donnés à titre

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada

Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada Que sont les crédits de priorité régionale? Les crédits de priorité régionale ont été mis en place dans les systèmes d évaluation LEED 2009

Plus en détail

Création d une chaudière bois et d une filière bois énergie à Olonne

Création d une chaudière bois et d une filière bois énergie à Olonne Création d une chaudière bois et d une filière bois énergie à Olonne Cette création illustre : I - Le partenariat exemplaire entre la ville d Olonne et l Office National des Forêts II - Le projet municipal

Plus en détail

EFFET DE LA CARIE SUR LA QUALITÉ DU BOIS DU THUYA OCCIDENTAL (THUJA OCCIDENTALIS. L): Propriétés Anatomiques, Chimiques et Mécaniques.

EFFET DE LA CARIE SUR LA QUALITÉ DU BOIS DU THUYA OCCIDENTAL (THUJA OCCIDENTALIS. L): Propriétés Anatomiques, Chimiques et Mécaniques. EFFET DE LA CARIE SUR LA QUALITÉ DU BOIS DU THUYA OCCIDENTAL (THUJA OCCIDENTALIS. L): Propriétés Anatomiques, Chimiques et Mécaniques. Besma Bouslimi 1, 2, 3, Ahmed Koubaa 1, 2, 3 et Yves Bergeron 2, 3

Plus en détail

Pascal Tremblay, biol., M.Sc. Université du Québec à Chicoutimi. Mars 2012

Pascal Tremblay, biol., M.Sc. Université du Québec à Chicoutimi. Mars 2012 Pascal Tremblay, biol., M.Sc. Université du Québec à Chicoutimi Mars 2012 Les changements climatiques il fera de plus en plus chaud Reconstruction historique Observations directes Année Figure 1: Réchauffement

Plus en détail

Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels

Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels Qui nous sommes Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels Aperçu général À l aide de données démographiques,

Plus en détail

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux de gaz à effet de serre

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux de gaz à effet de serre Supports de formation du GCE Inventaires nationaux de gaz à effet de serre CCNUCC Logiciel d inventaire des GES (parties NAI) Secteur UTCATF Étude de cas La «République mondiale» Version 2, avril 2012

Plus en détail

«Construction de maisons bois : défis et opportunités»

«Construction de maisons bois : défis et opportunités» «Construction de maisons bois : défis et opportunités» Simon Rietbergen Banque mondiale NB Cette présentation ne représente pas nécessairement la position officielle de la Banque mondiale Constat secteur

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUEET MODÈLES ÉCONOMIQUES INSULAIRES. Julien BLANC Directeur de Carbone 4

TRANSITION ÉNERGÉTIQUEET MODÈLES ÉCONOMIQUES INSULAIRES. Julien BLANC Directeur de Carbone 4 TRANSITION ÉNERGÉTIQUEET MODÈLES ÉCONOMIQUES INSULAIRES Julien BLANC Directeur de Carbone 4 UNE ÉTUDE SUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE DANS LES PETITS ÉTATS INSULAIRES Objectifs : Développer un outil d aide

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques Projection de la population active du Québec de 2010 à 2030 en fonction de cinq hypothèses d'allongement de la vie active À la demande de la Commission nationale sur la participation

Plus en détail

DossierDéveloppement. durable

DossierDéveloppement. durable La forêt est une ressource économique dont l exploitation contribue à l enrichissement collectif. L enjeu de l utilisation de toute ressource naturelle renouvelable est évidemment d en faire une gestion

Plus en détail

CHAPITRE II Expérimentations 33

CHAPITRE II Expérimentations 33 PLAN Introduction générale 1 Introduction 1 1) Présentation de notre objet d étude : la parcelle agricole 1 2) Les différents processus du bilan hydrique 1 3) Cadrage du projet de thèse par rapport aux

Plus en détail

Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France

Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France XIV ème colloque de l Association de comptabilité nationale 6 8 juin 2012 Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France Commissariat

Plus en détail

ANALYSE DU BASSIN D APPROVISIONNEMENT DE BANGUI

ANALYSE DU BASSIN D APPROVISIONNEMENT DE BANGUI Appuiàlaformulationd unestratégienationaleetd unprogrammedeforesterieurbaineetpériurbaineàbangui ANALYSEDUBASSIND APPROVISIONNEMENT DEBANGUI DÉFINITIONPRÉLIMINAIREDUBASSIND APPROVISIONNEMENT Le bassin

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

Sécurité financière et estimation révisée des coûts du cycle de vie de la Gestion adaptative progressive

Sécurité financière et estimation révisée des coûts du cycle de vie de la Gestion adaptative progressive Document d information 2013 Document d information 2013 Sécurité financière et estimation révisée des coûts du cycle de vie de la Gestion adaptative progressive En 2007, le gouvernement du Canada s est

Plus en détail

Ligne Paris Granville

Ligne Paris Granville Ligne Paris Granville Travaux entre Dreux et Surdon 11/06/2015 Frédéric Davanture Ingénieur Consultant Table des matières 1. Introduction... 3 2. Travaux prévus en Dreux et Surdon... 3 2.1. Description

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

Journée sites pilotes Embrun, 17 octobre 2013

Journée sites pilotes Embrun, 17 octobre 2013 Ce projet a été cofinancé par l'union européenne Fonds européen de développement régional (FEDER) Journée sites pilotes Embrun, 17 octobre 2013 Opération CIMA POIA «sites pilotes de gestion intégrée des

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES)

Émissions de gaz à effet de serre (GES) Les émissions de gaz à effet de serre (GES) d origine humaine perturbent l équilibre énergétique radiatif du système formé par la Terre et l atmosphère. Elles amplifient l effet de serre naturel, avec

Plus en détail

Bilan économique pour la collectivité

Bilan économique pour la collectivité Programme TSP sur la performance énergétique des bâtiments Note d analyse complémentaire Bilan économique pour la collectivité Le Programme TSP pour la rénovation thermique des bâtiments vise à structurer

Plus en détail

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: le cas de la maison Mary-Dorothy-Molson José Froment, 12 juin 2009 Denise Caron,

Plus en détail

Le Grand Pari(s) du changement climatique? Villes, métropoles, et nouveaux défis de la météorologie urbaine.

Le Grand Pari(s) du changement climatique? Villes, métropoles, et nouveaux défis de la météorologie urbaine. Conférence internationale «Faire la ville durable. Inventer une nouvelle urbanité» 20 et 21 janvier 2011 Le Grand Pari(s) du changement climatique? Villes, métropoles, et nouveaux défis de la météorologie

Plus en détail

Eléments indicatifs pour un modèle de gestion et de suivi de la vulnérabilité du secteur de l électricité aux risques de catastrophes au Burkina Faso

Eléments indicatifs pour un modèle de gestion et de suivi de la vulnérabilité du secteur de l électricité aux risques de catastrophes au Burkina Faso Cahier Institut d'application et de vulgarisation en sciences de l'eau et 1444444444444 2444444444444 3 Email: iavsmail@gmail.com; Edition,N 1,Octobre2013 Site web: l'energie http://www.iavs-bf.org Eléments

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Le maintien d actifs une priorité gouvernementale. Les 1 er et 2 octobre 2014

Le maintien d actifs une priorité gouvernementale. Les 1 er et 2 octobre 2014 Présentation de la Direction de la gestion des investissements en infrastructures au Secrétariat du Conseil du trésor Colloque 2014 de l Association des gestionnaires de parcs immobiliers institutionnels

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

QUELLE EST LA PLACE DES FEUILLUS BORÉAUX DANS NOS ÉCOSYSTÈMES? Julien Moulinier Ph. D.

QUELLE EST LA PLACE DES FEUILLUS BORÉAUX DANS NOS ÉCOSYSTÈMES? Julien Moulinier Ph. D. QUELLE EST LA PLACE DES FEUILLUS BORÉAUX DANS NOS ÉCOSYSTÈMES? Julien Moulinier Ph. D. 1 er Rendez-vous des ressources naturelles, La Sarre, 9 mai 2014 Les feuillus commerciaux de la sapinière à bouleau

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

Hêtre ou ne pas hêtre: une approche intégrée pour reconstituer l'histoire écologique de Fagus sylvatica à sa marge chaude de répartition.

Hêtre ou ne pas hêtre: une approche intégrée pour reconstituer l'histoire écologique de Fagus sylvatica à sa marge chaude de répartition. Hêtre ou ne pas hêtre: une approche intégrée pour reconstituer l'histoire écologique de Fagus sylvatica à sa marge chaude de répartition. G. de Lafontaine, A. Ducousso, C. A. Amasifuen Guerra, S. Lefèvre

Plus en détail

- Un partenariat «franco-allemand» : Lyon et Munich. - Un projet financé dans le cadre du PREDIT ( GO6)

- Un partenariat «franco-allemand» : Lyon et Munich. - Un projet financé dans le cadre du PREDIT ( GO6) Conséquences sociales et sociétales d une augmentation forte des prix du carburant : l exemple du territoire de Munich Aurélie MERCIER, Laboratoire d Economie des Transports (CNRS, Université de Lyon)

Plus en détail

Atelier de lancement et Comité de pilotage du projet FFEM

Atelier de lancement et Comité de pilotage du projet FFEM Atelier de lancement et Comité de pilotage du projet FFEM «Optimiser la production de biens et services par les écosystèmes boisés méditerranéens dans un contexte de changements globaux» 18-21 septembre

Plus en détail

Perspectives de la COMIFAC sur le REDD+ et cas de la République Démocratique du Congo

Perspectives de la COMIFAC sur le REDD+ et cas de la République Démocratique du Congo 1 Perspectives de la COMIFAC sur le REDD+ et cas de la République Démocratique du Congo Nicky Kingunia Ineet Direction Développement Durable, Ministère de l Environnement, Conservation de la Nature et

Plus en détail

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace JÉRÉMIE VALLÉE, agr., Attaché de recherche - IRDA Hôtel Gouverneurs, Trois-Rivières, 17 février 2015 Plan de présentation Caractérisation du

Plus en détail

La surabondance des cervidés : un problème international en expansion

La surabondance des cervidés : un problème international en expansion Relations cerf-forêt dans un contexte de surabondance: l île d Anticosti, un laboratoire grandeur nature Steeve Côté La surabondance des cervidés : un problème international en expansion IMPACTS SUR: la

Plus en détail

Quoi sécher, où et quand? Des outils pour l établissement d une stratégie de séchage annuelle

Quoi sécher, où et quand? Des outils pour l établissement d une stratégie de séchage annuelle Quoi sécher, où et quand? Des outils pour l établissement d une stratégie de séchage annuelle Jonathan Gaudreault, directeur adjoint à la recherche Consortium de recherche FORAC Université Laval Collaborateurs:

Plus en détail

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Introduction Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Depuis le lancement du projet en février 2013, différentes actions ont été effectuées dans le but d'accroître la sensibilisation et

Plus en détail

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Juin 2015. Pierre MARTIN

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Juin 2015. Pierre MARTIN Juin 2015 Bois-énergie Suivi des prix des combustibles bois Pierre MARTIN Facilitateur Bois-énergie Entreprises & Particuliers t 081 62 71 88 @ p.martin@valbiom.be Prix moyen derniers 12 mois /unité c

Plus en détail

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2)

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Unité de Coordination Centrale (UCC) Direction Générale du Financement, des Investissements et des Organismes Professionnels Ministère de l

Plus en détail

X. Analyse des Coûts et Planification Financière

X. Analyse des Coûts et Planification Financière X. Analyse des Coûts et Planification Financière Introduction à la planification et à la régulation des services de transport public urbains X-1 Les briques pour la planification et l analyse Conception

Plus en détail

Aménagement forestier écosystémique: exemples de la forêt boréale

Aménagement forestier écosystémique: exemples de la forêt boréale Aménagement forestier écosystémique: exemples de la forêt boréale Sylvie Gauthier SCF-CFL Co-auteurs Louis De Grandpré, Pierre Drapeau, Dan Kneeshaw, Yves Bergeron, Alain Leduc, Dominic Cyr, Marie- Andrée

Plus en détail

Le chauffage aux granules de bois au Québec

Le chauffage aux granules de bois au Québec Le chauffage aux granules de bois au Québec Pierre-Olivier Morency, directeur Groupe granules, QWEB Colloque Agri-Énergie Shawinigan, 25 octobre 2012 Quebec Wood Export Bureau (QWEB) association d affaires

Plus en détail

Transport aérien et pétrole

Transport aérien et pétrole Transport aérien et pétrole Quelques points de repère Philippe Ayoun 13 septembre 2005 DGAC-DAST L évolution des prix du kérosène un doublement du baril en dollars depuis 2 ans et 5 fois le niveau le plus

Plus en détail

Trading Update. 3 ème trimestre 2008. Information règlementée

Trading Update. 3 ème trimestre 2008. Information règlementée Trading Update 3 ème trimestre 2008 Information règlementée Bruxelles - 3 Novembre 2008 A. Performance financière durant le 3 ème trimestre 2008 1. La performance opérationnelle des unités de cogénération

Plus en détail

VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE

VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE Virginie DUVAT Professeure, université de la Rochelle, Membre du GIEC, auteure du chapitre «Small

Plus en détail

CADRE DE FINANCEMENT. Mise en œuvre du PDE 2015-2016 (3 e édition) Bassin versant de la rivière Chaudière

CADRE DE FINANCEMENT. Mise en œuvre du PDE 2015-2016 (3 e édition) Bassin versant de la rivière Chaudière Mise en œuvre du PDE 2015-2016 (3 e édition) Bassin versant de la rivière Chaudière Comité de bassin de la rivière Chaudière Mai 2015 1. Mise en contexte Le COBARIC met à la disposition des associations

Plus en détail

Ce système utilisé par le Forestier en Chef permet une multitude d applications autres que le calcul de la possibilité forestière.

Ce système utilisé par le Forestier en Chef permet une multitude d applications autres que le calcul de la possibilité forestière. FORMATION DE BASE WOODSTOCK 1. MISE EN CONTEXTE Le régime forestier est en profond changement. Les ingénieurs forestiers et autres professionnels impliqués dans la gestion forestière doivent composer avec

Plus en détail

Bases d'une gestion durable des forêts mélangées: écophysiologie, croissance et démo-génétique des espèces constitutives.

Bases d'une gestion durable des forêts mélangées: écophysiologie, croissance et démo-génétique des espèces constitutives. Bases d'une gestion durable des forêts mélangées: écophysiologie, croissance et démo-génétique des espèces constitutives. AIP ECOGER (INRA) 2005-2008 Catherine COLLET, Erwin DREYER diapo 1 Equipes impliquées

Plus en détail

CHANGEMENT CLIMATIQUE GLOBAL ET PRODUCTION DE TOMATE SOUS SERRE : COMPARAISON DES PERIODES (1960-1980) & (2070-2100) POUR LA RÉGION D AVIGNON

CHANGEMENT CLIMATIQUE GLOBAL ET PRODUCTION DE TOMATE SOUS SERRE : COMPARAISON DES PERIODES (1960-1980) & (2070-2100) POUR LA RÉGION D AVIGNON CHANGEMENT CLIMATIQUE GLOBAL ET PRODUCTION DE TOMATE SOUS SERRE : COMPARAISON DES PERIODES (196-198) & (27-21) POUR LA RÉGION D AVIGNON T. BOULARD, H. FATNASSI, M. TCHAMITCHIAN Financement par la mission

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Olten 20 mars 2015. Canton de Neuchâtel : exploitation des données LIDAR pour les forêts

Olten 20 mars 2015. Canton de Neuchâtel : exploitation des données LIDAR pour les forêts Olten 20 mars 2015 Canton de Neuchâtel : exploitation des données LIDAR pour les forêts 1 Neuchâtel, un pays forestier Couverture boisée : 37% du Forêts territoire Propriété : 57% de forêts publiques et

Plus en détail

PrincipesGénérauxde Gestion et Réflexes de Travail. Pierre Nadeau 16 Avril 2014

PrincipesGénérauxde Gestion et Réflexes de Travail. Pierre Nadeau 16 Avril 2014 PrincipesGénérauxde Gestion et Réflexes de Travail Pierre Nadeau 16 Avril 2014 1 Mise en contexte Pour bien comprendre notre façon de faire et notre raisonnement au sujet du séchage à l air Objectif corporatif

Plus en détail

REDD+ et l Economie Verte

REDD+ et l Economie Verte REDD+ et l Economie Verte Plate-forme de Connaissances sur la Croissance Verte Avril 2014 Niklas Hagelberg, UNEP Programme UN-REDD Zones de travail sur l economie verte et les multiples benefices Rapport

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Révision de la réglementation en efficacité énergétique des bâtiments

Révision de la réglementation en efficacité énergétique des bâtiments Comité consultatif sur la réglementation en efficacité énergétique des bâtiments Révision de la réglementation en efficacité énergétique des bâtiments Colloque BOMA Québec présenté par Mario Canuel, TP

Plus en détail

Présentation du nouveau projet de transport en commun en site propre de l agglomération caennaise

Présentation du nouveau projet de transport en commun en site propre de l agglomération caennaise Présentation du nouveau projet de transport en commun en site propre de l agglomération caennaise Un contexte financier difficile Avril 2014 : remise à plat du projet de deux lignes de tramway fer (300M

Plus en détail

Analyse financière des projets énergétiques

Analyse financière des projets énergétiques Analyse financière des projets énergétiques Jim Nostedt, ing. Bureau de la durabilité de la Force aérienne Wayne Cole SRP Canada SRP CANADA Le coût total de possession de bâ1ments Ordre du jour Situation

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Répartition des coûts du compte de pass-on par catégorie de consommateurs

Répartition des coûts du compte de pass-on par catégorie de consommateurs Répartition des coûts du compte de pass-on par catégorie de consommateurs Coûts et caractéristiques de la consommation Plan de travail 1. Retour sur le suivi de la rencontre du 17 mai 1.1 Illustration

Plus en détail

Explication des différents procédés de récolte réalisés sur le territoire de la zec. 2270 rue Léon- harmel,bureau 240, Québec (Qc) G1N 4L2

Explication des différents procédés de récolte réalisés sur le territoire de la zec. 2270 rue Léon- harmel,bureau 240, Québec (Qc) G1N 4L2 Explication des différents procédés de récolte réalisés sur le territoire de la zec 1 2270 rue Léon- harmel,bureau 240, Québec (Qc) G1N 4L2 Table des matières Avant les traitements... 4 1. Les coupes partielles...

Plus en détail

J.11 LIGNE 14 SUD DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE

J.11 LIGNE 14 SUD DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE LIGNE 14 : OLYMPIADES < > AÉROPORT D ORLY (LIGNE BLEUE) LIGNE 14 SUD DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE J.11 Suites données par la Société du Grand Paris à l avis du Commissaire

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

Planification forestière opérationnelle Solutions optimisées par LiDAR

Planification forestière opérationnelle Solutions optimisées par LiDAR Planification forestière opérationnelle Solutions optimisées par LiDAR Département foresterie Secteur Secteur Frazie Environnement UAF 31-53 Québec an de la présentation. Mise en contexte général. Sapinière

Plus en détail

Programme et concept initiés par Palason Billard Inc.

Programme et concept initiés par Palason Billard Inc. Programme et concept initiés par Palason Billard Inc. Opérant déjà des magasins Palason Jeux, Billard & Décor, nous mettons en place un programme d expansion afin d étendre notre présence à la grandeur

Plus en détail

REDD+ et l économie verte en RDC vers la Stratégie Nationale du Développement Durable (SNDD)

REDD+ et l économie verte en RDC vers la Stratégie Nationale du Développement Durable (SNDD) REDD+ et l économie verte en RDC vers la Stratégie Nationale du Développement Durable (SNDD) Par Gilbert KILOLA LUTSWAMBA Chef de Division Développement Durable Ministère de l Environnement, Conservation

Plus en détail

La modernisation du cadre d'analyse de la viabilité de la dette pour de meilleures évaluations de politiques Notes tirées de l'expérience turque

La modernisation du cadre d'analyse de la viabilité de la dette pour de meilleures évaluations de politiques Notes tirées de l'expérience turque La 28e Conférence internationale annuelle d'icgfm Innovations de la GFP La modernisation du cadre d'analyse de la viabilité de la dette pour de meilleures évaluations de politiques Notes tirées de l'expérience

Plus en détail

Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation

Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation Enquête sur les changements climatiques Scénario d animation Niveau Durée Objectif Cycle 3 6 ième -5 ième 1 heure Nombre d enfants 15 à 30 Découvrir comment les scientifiques ont mis en évidence la réalité

Plus en détail

LES SOLUTIONS FONDÉES SUR LA NATURE POUR LA RÉDUCTION DES RISQUES DE CATASTROPHES LIÉES AU CLIMAT

LES SOLUTIONS FONDÉES SUR LA NATURE POUR LA RÉDUCTION DES RISQUES DE CATASTROPHES LIÉES AU CLIMAT LES SOLUTIONS FONDÉES SUR LA NATURE POUR LA RÉDUCTION DES RISQUES DE CATASTROPHES LIÉES AU CLIMAT Camille BUYCK (Programme mondial de l UICN sur la gestion des écosystèmes) Pourquoi intégrer gestion des

Plus en détail

Pour un monde allant vert

Pour un monde allant vert Pour un monde allant vert L augmentation des émissions de CO 2 issues des transports représente désormais quasiment 30 % du total des émissions dans l UE. Avec une croissance explosive des transports routier

Plus en détail

Le 8 octobre 2002 N o du dossier : R-3491-2002 Demande de renseignements n o 1 de la Régie à Hydro-Québec-Distribution Page 1 de 12 QUESTION 1

Le 8 octobre 2002 N o du dossier : R-3491-2002 Demande de renseignements n o 1 de la Régie à Hydro-Québec-Distribution Page 1 de 12 QUESTION 1 Page 1 de 12 DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE (LA RÉGIE) RELATIVE À LA DEMANDE D AUTORISATION DE RÉALISER LE PROJET SYSTÈME D INFORMATION CLIENTÈLE (SIC) FONCTIONNALITÉS QUESTION

Plus en détail

PROGRAMMATION 2014-2019

PROGRAMMATION 2014-2019 PROGRAMMATION 2014-2019 Ressources forestières Vulnérabilités, impacts et adaptation «Appuyer l adaptation aux changements climatiques et la gestion de la forêt québécoise» Rédigé par Daniel Houle en collaboration

Plus en détail

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Mieux produire et préserver : Quelles approches pour les forêts au sein des territoires? Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Pour mieux affirmer ses missions, le

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

Compétitivité Climatique dans l'entreprise. Outils - Usages - Problématiques

Compétitivité Climatique dans l'entreprise. Outils - Usages - Problématiques "Atmosphère et prévisions météorologiques : nouveaux outils numériques, nouveaux usages" INRIA, 27 septembre 2012 Compétitivité Climatique dans l'entreprise Impacts météo et activités des entreprises Outils

Plus en détail

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC Septembre 2013 Cette synthèse fait suite à la procédure d évaluation du Master en Management HEC, réalisée au semestre d automne 2011,et incluant

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

PRÉVISION DES VENTES RELATIVES AU PROJET

PRÉVISION DES VENTES RELATIVES AU PROJET Demande R-352-2003 PRÉVISION DES VENTES RELATIVES AU PROJET Page de 6 Demande R-352-2003 2 3 4 5 6 7 8 9 0 2 3 4 5 6 7 8 9 20 2 22 23 24 25 26 27 28. PRÉVISION DE LA DEMANDE.. Introduction Le présent

Plus en détail

Le développement durable et les changements climatiques une occasion pour le Québec?

Le développement durable et les changements climatiques une occasion pour le Québec? Le développement durable et les changements climatiques une occasion pour le Québec? Claude Villeneuve Directeur de la Chaire en Éco-conseil Département des sciences fondamentales Université du Québec

Plus en détail

IMPACTS DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES SUR LA DISPONIBILITÉ DE L EAU DANS LE SUD DU QUÉBEC. Par Sarah Lambert

IMPACTS DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES SUR LA DISPONIBILITÉ DE L EAU DANS LE SUD DU QUÉBEC. Par Sarah Lambert IMPACTS DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES SUR LA DISPONIBILITÉ DE L EAU DANS LE SUD DU QUÉBEC Par Sarah Lambert Essai présenté au Centre Universitaire de Formation en Environnement en vue de l obtention du grade

Plus en détail

Présentée par: Tienko Jean AKOSSONGO

Présentée par: Tienko Jean AKOSSONGO VIENNE/AUTRICHE Présentée par: Tienko Jean AKOSSONGO I. Introduction II. Potentialités de la filière Karité au Burkina Faso III. Contraintes de la filière karité au Burkina Faso IV. Conclusion Nom scientifique:

Plus en détail

Bâtiment facteur 4 : Consommations de chauffage dans le parc résidentiel (étude de cas sur Grenoble)

Bâtiment facteur 4 : Consommations de chauffage dans le parc résidentiel (étude de cas sur Grenoble) logoenerdata_report.jpg Bâtiment facteur 4 : Consommations de chauffage dans le parc résidentiel (étude de cas sur Grenoble) 22 Juin 2012 Paris Brieuc Bougnoux (Enerdata) Quelle stratégie facteur 4 dans

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. d animations sur le. Août 2015. Référence du marché : 2015-A260-1

CAHIER DES CHARGES. d animations sur le. Août 2015. Référence du marché : 2015-A260-1 CAHIER DES CHARGES - Création de films d animations sur le changement climatique Août 2015 Référence du marché : 2015-A260-1 Parc naturel régional des Grands Causses 71, boulevard de l Ayrolle - B.P. 50126

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

DÉMONSTRATION DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE LIÉES À L INSTALLATION D ÉCRANS THERMIQUES

DÉMONSTRATION DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE LIÉES À L INSTALLATION D ÉCRANS THERMIQUES DÉMONSTRATION DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE LIÉES À L INSTALLATION D ÉCRANS THERMIQUES DÉMARCHES & RÉSULTATS L IMPACT DU VENT RENTABILITÉ DES ÉCRANS THERMIQUES GUILLAUME PROULX-GOBEIL MARCO GIROUARD GILLES CADOTTE

Plus en détail