COMMUNICATION SUR LA COMMUNAUTE D APPRENTISSAGE DES MAÎTRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMUNICATION SUR LA COMMUNAUTE D APPRENTISSAGE DES MAÎTRES"

Transcription

1 Ministère de l Education de l Alphabétisation et des Langues Nationales (MEALN) République du Mali un peuple, un but, une foi COMMUNICATION SUR LA COMMUNAUTE D APPRENTISSAGE DES MAÎTRES La COMMUNAUTE D APPRENTISSAGE AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Dans le dispositif prévu par le programme décennal de Développement de l Education (PRODEC) l école constitue le lieu privilégié de formation des enseignants. A ce titre le Directeur est le premier responsable de la formation des enseignants (Grandes orientations de la politique éducative janvier 2000 Page 44) Pourquoi ce dispositif? Les insuffisances du système de formation continue des maîtres (FCM) tel qu il a fonctionné jusqu ici ont été mises en évidence à diverses occasions. Les résultats des études à ce sujet ont notamment montré que : - la quasi- totalité des activités de formation continue des maîtres (FCM) étaient initiées au niveau central; - ces activités étaient généralement organisées loin de l école d affectation des enseignants; - un nombre très limité d enseignants y avaient accès, très peu de femmes en particulier; - l impact sur les résultats scolaires n était pas évident. Pour pallier ces insuffisances, le programme décennal de Développement de l Education (PRODEC) a pris une option nouvelle consistant à loger la FCM à l école. Il y est clairement stipulé que «l école constitue le lieu privilégié de formation continue des enseignants» Cette option privilégie une formation continue rapprochée avec tout ce que cela comporte comme avantages : - les besoins de formation sont mieux identifiés par les bénéficiaires eux-mêmes; - les contenus de formation deviennent en conséquence plus pertinents; - le taux de participation des maîtresses et des maîtres aux activités de formation sera plus élevé (atteignant 100%) et impliquera davantage de femmes; - les coûts de la FCM se trouveront diminués, n étant plus constitués essentiellement du paiement de per diem des participants; - les directrices et directeurs d école et les enseignantes et enseignants joueront des rôles plus actifs dans leur propre formation et se sentiront davantage 1

2 concernés par l application des compétences acquises dans le contexte de la classe; - un impact plus grand de la FCM sur les résultats scolaires se fera sentir. L école est le lieu de travail des enseignants, le cadre quotidien de leurs activités. L option de la retenir comme lieu privilégié de la FCM augmente l efficacité des activités mises en œuvre. C est le même cadre qui sert aux maîtresses et aux maîtres à la fois pour apprendre et pour appliquer en classe ce qu ils ont appris. C est un schéma qui favorise un suivi rapproché assuré par la directrice ou le directeur, parfois par les conseillères ou conseillers pédagogiques et quelquefois par la directrice ou le directeur du CAP. Au niveau de chaque école les enseignants sont organisés en équipe ou communauté d apprentissage. D après le document de politique de formation continue des enseignants de l enseignement fondamental l'expression communauté d'apprentissage est utilisée pour désigner la communauté que constituent les enseignantes et les enseignants d une école avec leur directrice ou directeur et parfois certaines personnes ressources du milieu, dans le but d analyser les pratiques pédagogiques qui ont cours dans l école, d identifier les besoins de formation continue de l équipe enseignante et de ses membres, de mobiliser les ressources nécessaires et de mettre en œuvre les actions de formation souhaitées. On l appelle communauté d apprentissage pour trois raisons : d abord, elle est entièrement tournée vers un meilleur apprentissage et une meilleure réussite des élèves ; ensuite, elle permet aux enseignantes et aux enseignants d apprendre les uns des autres et d améliorer leurs pratiques ; enfin, elle est destinée à créer au sein de l équipe enseignante une dynamique d apprentissage à vie et de perfectionnement professionnel continu. Il est important de noter que la communauté d apprentissage favorise avant tout une démarche et une dynamique dont les enseignantes et les enseignants eux-mêmes, avec leur directrice ou directeur, conservent l initiative. Elle n est ni une structure ni une méthode toutes faites qu on vient appliquer dans les écoles. La communauté d apprentissage ne doit pas être confondue avec le comité de gestion scolaire, l association des parents d élèves, le comité pédagogique ou la communauté éducative. Ces structures sont différentes par leurs objectifs et leur composition. Elles agissent de façon complémentaire et devraient coexister harmonieusement au sein de l école. La communauté d apprentissage des maîtres est entièrement tournée vers un meilleur apprentissage et une meilleure réussite des élèves. Elle permet aux enseignants d apprendre les uns des autres et d améliorer leurs pratiques. En matière de FCM, la communauté d apprentissage joue un rôle déterminant. Elle est la manifestation de la prise en main par l école de ses propres problèmes de formation. Elle est appropriée au contexte de décentralisation ; c est avec elle que les services déconcentrés de l éducation (CAP, AE, IFM) et les autres intervenants locaux dans le domaine de l éducation (ONG, syndicats) doivent travailler 2

3 étroitement, pour mettre en place des stratégies de formation visant l amélioration du rendement de leur école. C est de la communauté d apprentissage que partira le mouvement ascendant vers les structures intermédiaires et les structures centrales dans la mise en œuvre de la politique de formation continue des enseignants. Cette stratégie est cohérente avec le dispositif retenu par le PRODEC, qui responsabilise davantage les acteurs à la base et qui insiste sur le rôle d appui et de suivi des structures intermédiaires dans la nouvelle conception de la formation continue des maîtres. La FCM s appuie fortement sur le rôle stratégique de la directrice ou du directeur d école Dans le cadre des communautés d apprentissage, le rôle stratégique revient à la directrice ou au directeur de l école. «Le directeur, lit-on dans le PRODEC, est le premier responsable de la formation des enseignants. Pour ce faire, il doit être un animateur ayant un savoir-faire et un savoir-être lui permettant de jouer quatre rôles, à savoir : Un rôle administratif; Un rôle pédagogique; Un rôle social; Un rôle de communicateur.» Le directeur d école aura notamment les responsabilités suivantes : Animer la communauté d apprentissage. Il planifiera les réunions de la communauté d apprentissage (CA) et facilitera le travail d équipe. Il procédera, avec toutes les enseignantes et tous les enseignants, à l analyse des pratiques pédagogiques en vigueur dans l école et à l identification des besoins de formation. Il mobilisera personnes et ressources pour mettre en place des actions de formation répondant aux besoins identifiés. Véhiculer vers le haut et vers la base les informations relatives à la formation continue des enseignants. Il fera connaître aux structures locales et intermédiaires les besoins et les projets de l école pour mobiliser l intérêt et l appui de tous les intervenants. Il informera la CA, les enseignantes et les enseignants, des priorités nationales, des ressources existantes, des dispositifs de coordination et de suivi. Pour jouer efficacement leurs rôles au sein des communautés d apprentissage et éviter l improvisation, les maîtresses et les maîtres ainsi que les directrices et les directeurs d école devront être formés à de nouvelles compétences, comme l animation, les relations avec les collectivités territoriales, le travail en équipe, le fonctionnement d une CA, les nouvelles pratiques pédagogiques et leur analyse, l identification des besoins, la préparation d un plan de formation individuel ou collectif, le suivi des formations en classe. De toute évidence, la nouvelle FCM devra 3

4 se préoccuper de ces priorités de formation, en tout premier lieu auprès des directrices et directeurs d école. La communauté d apprentissage n est pas une structure formelle toute faite qu on vient appliquer dans l école. Elle est une dynamique à amorcer et à développer, un moyen mis en place par les enseignants eux-mêmes pour améliorer leur qualification professionnelle et par ricochet les rendements scolaires de leurs élèves. PRINCIPAUX OBJECTIFS Les principaux objectifs de la CA des maîtres sont les suivants : instaurer progressivement une culture et des pratiques de gestion autonome pour la formation continue des maîtres, au sein de l école; permettre aux enseignants d élaborer, en équipe, des stratégies de formation continue centrées sur le rendement scolaire. ouvrir l école sur son environnement afin de mobiliser les diverses ressources disponibles aux fins des activités de formation continue des maîtres; favoriser l apprentissage en coopération et le développement de compétences; développer une culture de paix et d égalité des sexes au sein de l école; MODALITÉS D IMPLANTATION, D ORGANISATION ET DE FONCTIONNEMENT Les conditions d implantation de la CA des maîtres à l école, son mode d organisation et son fonctionnement sont axés sur les grandes orientations de la politique de formation continue des maîtres de l enseignement fondamental. Modalités d implantation La politique de formation continue des maîtres de l enseignement fondamental, adoptée par les autorités nationales, a pris en compte les préoccupations du PRODEC en matière de formation des enseignants en préconisant l installation de la CA des maîtres à l école fondamentale. Cette installation se réalisera en deux phases : une phase de mise à l essai impliquant un nombre limité d écoles et une phase de généralisation progressive qui touchera le reste des écoles du pays. La phase de la mise à l essai a commencé en octobre 2004 avec deux schémas d implantation sur le terrain : la CA des maîtres au service des enseignants d une seule école (publique) et la CA des maîtres au service des enseignants d un groupement d écoles (publique, communautaire, medersa) et basée dans une des écoles du groupement. La mise en œuvre de ces deux schémas est appuyée respectivement par l ACDI et l USAID. L expérimentation des deux schémas permettra de tirer les leçons nécessaires pour une généralisation progressive. Modalités d organisation et de fonctionnement Pour la mise en œuvre des communautés d apprentissage des maîtres, le Ministère de l Éducation Nationale a construit un modèle fonctionnel basé sur l approche processus. C est une approche qui consiste à utiliser dans un système de formation des ressources pour transformer d une situation de départ en situation souhaitée. Dans le modèle retenu, trois 4

5 types de processus ont été identifiés, lesquels doivent fonctionner simultanément pour réaliser les résultats attendus de la formation continue : Le processus d opérationnalisation (ou de réalisation) lié à la mise en œuvre des CA des maîtres pour la formation continue des maîtres; Le processus d appui, lié au renforcement des capacités des ressources humaines impliquées dans les CA des maîtres (par exemple, les Directeurs d Académies d Enseignement (DAE), les chefs de division curricula,recherche,formation des AE( CDCRF), les Directeurs des Instituts de formation de maîtres( DIFM), les Directeurs des centres d Animation pédagogique( DCAP), les conseillers pédagogiques( CP), les Directeurs d école(de); Le processus de gestion, lié aux décisions et au suivi bilan du fonctionnement des CA des maîtres et de leur rendement. Le processus d opérationnalisation Il contribue à la réalisation du service (formation continue des maîtres), à l identification des besoins et des attentes des bénéficiaires directs du processus ainsi qu à leur satisfaction. Ce processus regroupe les activités dédiées au cycle de vie du service et englobe aussi le développement d outils et l animation d actions de formation. Le processus d opérationnalisation s intéresse à la mise en œuvre proprement dite des CA des maîtres au sein des écoles, dans le cadre général de la formation continue des maîtres. Au terme du processus d opérationnalisation, le résultat attendu est que les CA des maîtres fonctionnent, soient opérationnelles et que des activités de formation continue se réalisent au niveau des écoles. Le processus d opérationnalisation comprend quatre grandes phases qui sont : la mobilisation de l équipe de la CA des maîtres; l analyse du cadre de la CA des maîtres; l élaboration du projet de formation annuel de la CA des maîtres dans le milieu scolaire; la réalisation des activités contenues dans le projet de formation annuel de la CA des maîtres. Le processus d appui Également appelé processus de soutien, il concerne en priorité les étapes dédiées aux ressources humaines (implication du personnel, formation et qualifications) ainsi que les ressources liées aux infrastructures. Il contribue au bon fonctionnement des autres processus par l'apport de ressources nécessaires telles que les compétences, l information et la qualification des acteurs impliqués dans les CA des maîtres ainsi que les aides matérielles et financières. Le processus d appui s intéresse à l aide qui peut être offerte par la structure centrale (ministère de l Education, Direction Nationale de l Education de Base (DNEB, etc. ) ainsi que les structures intermédiaires (Académie d enseignement, Centre d animation pédagogique, Institut de formation des maîtres) aux responsables et aux équipes de la CA des maîtres, au cours de la mise en œuvre du modèle fonctionnel. 5

6 Au terme du processus d appui, le résultat attendu est que la CA des maîtres ait pu bénéficier d aides diverses lui permettant de fonctionner correctement et de réaliser les activités programmées dans son projet de formation annuel. Le processus d appui comprend lui aussi quatre grandes phases qui sont : la promotion des CA des maîtres; le renforcement de compétences des acteurs impliqués dans les CA des maîtres; l accompagnement des acteurs impliqués dans la CA des maîtres; la recherche et la gestion de ressources matérielles et financières. Le processus de gestion Le processus de gestion s intéresse à la coordination de la mise en œuvre des CA des maîtres et doit également permettre d effectuer le bilan de leurs fonctionnements. L essentiel des activités liées à ce processus est réalisé par les structures centrales et déconcentrées ainsi que les responsables des CA des maîtres. Au terme du processus de gestion, le résultat attendu est que les partenaires internes et externes soient informés du fonctionnement et des résultats des CA des maîtres. Ces résultats permettront alors un réinvestissement dans l amélioration du processus de gestion lui-même et dans la promotion de la CA des maîtres. Le processus de gestion comprend quant à lui deux grandes phases qui sont : la coordination de la mise en œuvre des CA des maîtres; le bilan du fonctionnement des CA des maîtres. Il faut noter que le Mali compte en communautés d apprentissage des maîtres, 1653 écoles à communautés d apprentissage dont 6422 hommes et 3681 femmes. Facteurs de réussite/leçons apprises Le bilan réalisé par les structures déconcentrées de l Éducation (AE, CAP, IFM) a montré que le processus d opérationnalisation des communautés d apprentissage a été une réussite. Cette réussite s explique par : - la sensibilisation et la mobilisation de tous les acteurs concernés par les communautés d apprentissage (Directeurs d école, adjoints aux Directeurs d école, comité de gestion scolaire (CGS) association des parents d élèves (, APE), collectivités décentralisées, ONG, PTF, etc. ); - la formation de tous les Directeurs d école à CA, les enseignants, les conseillers pédagogiques, les DCAP, les DAE, et les CDCRF aux communautés d apprentissage; - la responsabilisation des enseignants par rapport à leur propre formation; Au plan du mécanisme de fonctionnement de la communauté des apprentissages des maîtres : Cette forte sensibilisation des acteurs concernés et le suivi ont eu comme effets positifs : -l adhésion des communautés à la résolution des problèmes de l école -la pleine adhésion des maîtres à la CA -la reconnaissance de la CA comme un cadre idéal d échange -l instauration d un dialogue franc entre enseignants -le développement de l approche participative 6

7 -la circulation de l information au sein de la CA -l instauration d un climat d entente et d entraide -l implication des partenaires dans le fonctionnement de la CA -la synergie des actions de la CA et des communautés environnantes -l ouverture d esprit aux échanges et aux observations -l élaboration des plans de formation conformément au chronogramme officiel -la tenue régulière des réunions préparatoires de la C A des maîtres -la participation massive des maîtres aux réunions des CA Au plan des Actions de formation : -l amélioration des pratiques pédagogiques et professionnelles des enseignants -l amélioration du rendement scolaire des élèves -la participation sans complexe des enseignants aux sessions de formation -l évaluation régulière des apprentissages scolaires -les échanges d expériences -la pertinence des actions de formation priorisées -l identification des besoins de formation et la prise en charge par les enseignants euxmêmes -l exécution des actions de formation dans le temps imparti -le reseautage inter-cap -le réinvestissement des actions de formation -la solidarité entre les membres de l équipe de la CA Difficultés rencontrées : Les difficultés identifiées ou de préférence les points à améliorer sont en rapport avec soit le processus d opérationnalisation, soit celui de la gestion, soit celui de l appui Points à améliorer dans le processus d opérationnalisation : -le retard dans la validation des plans d action de certaines CA de maîtres -le renseignement de l outil 1(Analyse du cadre de la CA) -le nombre des séances de CA des maîtres -le nombre des actions de formation (le nombre paraît élevé) -la motivation des maîtres pour une meilleure implication dans les activités de la CA -l identification et la priorisation des besoins de formation -le taux de réalisation des actions de formation -la participation des maîtres aux séances de la CA Points à améliorer dans le processus de mise en œuvre du processus de gestion : -la gestion du journal de bord -les relations entre le CGS et la CA des maîtres -l instabilité pour cause de mutation des enseignants -la coordination entre les activités du CGS et celles de l équipe de la CA -la rotation de l animation des actions de formation -l instauration d échanges interca en vue d un échange d expériences -la transformation de certaines CA regroupement en CA simple 7

8 -l intégration à la CA les écoles privées, les seconds cycles qui en font la demande -le déplacement des maîtres dans les CA regroupement Points à améliorer dans le processus de mise en œuvre du processus d appui : -la quantité de modules appropriés -l élaboration des plans de promotion dans certaines CA des maîtres -le montant des fonds alloués à la CA des maîtres -le suivi appui -l implication des communautés environnantes dans la gestion de la CA -la maîtrise des documents de base de la FCM (notamment le Guide pratique de la CA des maîtres -l appropriation de la technique du choix des champs de compétence -la ou les stratégies permettant un meilleur esprit de concertation entre les maîtres malgré leur différence de niveau -le manque de personnes ressources -la difficulté dans le suivi eu égard à la distance CAP école Pistes de solutions ainsi que les perspectives d actions favorisant un meilleur fonctionnement des communautés d apprentissage : Les propositions de solutions à l instar des points à améliorer sont en rapport soit avec le processus d opérationnalisation, soit avec celui de la gestion, soit avec celui de l appui Les propositions de solutions au plan du processus d opérationnalisation : -la validation à temps des plans de formation Les propositions de solutions au plan du processus de gestion : -l instauration d échanges inter CA en vue d un échange d expérience -l intégration à la CA des écoles privées, des medersas et des seconds cycles -la transformation des CA regroupement en CA simples Les propositions de solutions au plan du processus d appui : -la diligence dans le décaissement des fonds destinés au financement de la CA -le renforcement des capacités des responsables de la CA -la sensibilisation des partenaires sociaux à leurs rôles et responsabilités -le renforcement des compétences des CP -le renforcement des compétences des directeurs d école à l élaboration des pièces justificatives et à l animation des actions de formation y compris la conception de mini modules -la mise à disposition des CA des modules de formation en nombre suffisant -l élaboration d un guide de promotion de la CA -la diffusion des meilleures expériences de la CA des maîtres -le suivi du réinvestissement des actions par les directeurs d école -la dotation des CAP en moyens leur permettant d assurer le suivi des CA de façon régulière -la création de centres de documentation afin d améliorer la qualité de l animation des sessions de formation de la CA des maîtres -la traduction en arabe des documents de la CA des maîtres Le Guide Pratique de la Communauté d apprentissage des maîtres : 8

9 Pour faciliter la mise en œuvre des communautés d apprentissage le Département de l Éducation à travers la Direction Nationale de l Éducation de Base a mis à la disposition des écoles à communautés d apprentissage un outil de travail pratique qui est le GUIDE PRATIQUE de la COMMUNAUTE D APPRENTISSAGE DES MAITRES Le présent Guide comprend quatre parties : La première partie présente la CA des maîtres en tant que moyen de réalisation de la FCM. La deuxième partie fait état des types d interventions des principaux bénéficiaires de la CA des maîtres : le directeur d école et les enseignants eux-mêmes. Cette partie présente également quatre outils dont s inspire la CA des maîtres pour opérer son fonctionnement Elle se termine par la Constitution des Mémoires de la CA des maîtres et par un ajout concernant la Gestion/Animation de la CA des maîtres par le DE. La troisième partie concerne les types d interventions dévolus au Centre d Animation Pédagogique (CAP). Elle comporte deux outils relatifs à ces types d interventions. Enfin, la quatrième et dernière partie du Guide met l accent sur certains types d interventions que peuvent faire les communautés environnantes dans la CA des maîtres. De nombreux tableaux et fiches modèles jalonnent ce Guide pratique de la communauté d apprentissage (CA) des maîtres. Tous les intervenants utilisant ce Guide doivent se conformer et les reproduire, de façon mécanique ou manuscrite. Des vœux de bon succès accompagnent toutes les démarches entreprises au sein de la CA des maîtres. 9

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Objectifs de la présentation Stimuler la réflexion des gestionnaires et des intervenants du secteur de la santé, autour de la problématique et des défis du suivi post formation Partager l expérience du

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

2014-2015. Programme régional de formation

2014-2015. Programme régional de formation 2014-2015 Programme régional de formation L E C A D R E, U N G E S T I O N N A I R E D E P E R S O N N E S D A N S U N C O N T E X T E D E R É S E A U X D E S E R V I C E S À L A P O P U L A T I O N À

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU SOUTIEN À L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LE CADRE DE LA STRATÉGIE MINISTÉRIELLE SUR LA MAIN D ŒUVRE EN SOINS INFIRMIERS La direction des ressources humaines AQESSS Octobre

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) Adoptée par le conseil d administration le 27 novembre 2003 Direction des études Table des matières 1. BUT...

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Valeur ajoutée et rentabilité

Valeur ajoutée et rentabilité 6 e Forum Mondial de l Eau Solutions Existantes Titre de la Solution : Gestion sociale des forages en zone rurale Cas d étude : Tchad Groupe-cible 1.1.2: D ici à 20xx, garantir que la population rurale

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif L école éloignée en réseau Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement Au plan administratif La gestion et l organisation d un projet ÉÉR dans une commission

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS Titre: Gestionnaire de projet Type de contrat: SSA Période de la consultation: 8 mois (Février Septembre 2014) Niveau proposé: NOC Section:

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES ET PROJETS

MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES ET PROJETS Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Programme des Nations Unies pour le Développement MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 MINISTERE DU PLAN, DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT PROGRAMME CONJOINT MARADI Niger RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 Janvier

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT LOCAL ADL- Rabat CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL Octobre 2006 ADL, B.P. 6447, Rabat-Madinat Al Irfane 10.100, Al Massira III, Avenue Al Majd, Imb 14, Apt

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 Les propositions et les programmes des différentes manifestations vous seront adressés par mail ou par courrier au plus tard un mois avant le début de la formation.

Plus en détail

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année)

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année) FICHE DE POSTE DE JEA FRANÇAIS AU PNUE POUR L EQUIPE POST-2015 TEAM/ BUREAU EXECUTIF Information Générale Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES IX e JOURNÉES D ÉTUDES INGÉNIERIE DES DISPOSITIFS DE FORMATION A L INTERNATIONAL «ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES»

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU PERSONNEL

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU PERSONNEL REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple-Un But-Une Foi -------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE --------------- DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT ET DES ETABLISSEMENTS CLASSES PROJET

Plus en détail

Présenté par DJELOU Kobla AFHON-Togo

Présenté par DJELOU Kobla AFHON-Togo Plaidoyer pour la prise en compte des changements climatiques dans les plans de développement communaux: initiative pilote dans la région des plateaux au Togo. Présenté par DJELOU Kobla AFHON-Togo PLAN

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

Troisième Atelier sur l "Amélioration de la gestion de l Education dans les pays Africains " (AGEPA) (Dakar, Sénégal du 16 au 18 mai)

Troisième Atelier sur l Amélioration de la gestion de l Education dans les pays Africains  (AGEPA) (Dakar, Sénégal du 16 au 18 mai) REPUBLIQUE DE GUINEE --------- Travail Justice - Solidarité MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT PRE-UNIVERSITAIRE ET DE L EDUCATION CIVIQUE Troisième Atelier sur l "Amélioration de la gestion de l Education dans

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base EVALUATION FINALE MLI/016 Programme d Appui à la Santé de Base FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Mali Programme d Appui à la Santé de Base PASAB MLI/016 Version

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet»

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet» FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED TERMES DE REFERENCE Formation des OSC de niveaux

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/24/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 10 JUILLET 2015 Comité du programme et budget Vingt-quatrième session Genève, 14 18 septembre 2015 RAPPORT FINAL SUR LE PROJET RELATIF AU RENFORCEMENT DES NORMES

Plus en détail

PLAN DE COURS MBA-8418A-19. Gestion des ressources humaines

PLAN DE COURS MBA-8418A-19. Gestion des ressources humaines Département d organisation et ressources humaines École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal «Créer de la valeur exige audace et engagement» PLAN DE COURS MBA-8418A-19 Gestion des

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS 1 SÉANCE 4: CHAMP D APPLICATION DES EXIGENCES QUALITÉ Présentateur: Emile K. AIFA Date: 4 Mai 2015 Lieu: Ouagadougou I RÔLE, STRUCTURE

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES Présentées au conseil d établissement de l école Notre-Dame-du-Rosaire lors de la séance ordinaire du 9 juin 2014.

Plus en détail

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs

Plus en détail

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015 PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION / 2015 Dans un contexte où la sécurisation des parcours professionnels est devenue une priorité absolue, la qualité de la formation apparaît

Plus en détail

VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations PREPARE ET PROPOSE PAR :

VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations PREPARE ET PROPOSE PAR : VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations TITRE DU PROJET : Système d Information PREPARE ET PROPOSE PAR : Marcelin Paul Feguns, Ing Sergo Louis

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014. Se saisir des outils formation

Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014. Se saisir des outils formation Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014 Se saisir des outils formation Sylvie Bocquet Chef de service Animation Territoriale» Direction de la Formation Permanente

Plus en détail

MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016

MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016 MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016 1. L épreuve de PSE au baccalauréat professionnel : 1.1. Les modifications : BO n 30 du 23 juillet 2015 À partir de la session 2016, l épreuve

Plus en détail

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE FORMATION RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel est un référentiel interministériel

Plus en détail

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009 Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois Catherine Martin 14 mai 2009 Sommaire de la présentation 1. Comment définir les meilleures pratiques et les inscrire

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE N o 4 POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Modifiée le 9 novembre 2010 cegepdrummond.ca Règlement n o 12 abrogé : 6 décembre 2004 (CA-04-12-06-03) Politique adoptée au conseil d administration

Plus en détail

FORMATION TECHNIQUE. Le samedi 10 Décembre 2011 à Rabat

FORMATION TECHNIQUE. Le samedi 10 Décembre 2011 à Rabat FORMATION TECHNIQUE «Système informatisé de gestion et de suivi-évaluation des projets et programmes basé sur les approches Genre, droit et participation» Le samedi 10 Décembre 2011 à Rabat Tél. : 0537

Plus en détail

DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE. Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice

DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE. Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice Les étapes d une séance de cours Introduire le sujet Dégager la problématique Traiter

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine Journée «Promotion d une économie territoriale coopérante pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale.» Vers des P Actes européens. Réunion accueillie par le Comité des Régions européennes Bruxelles,

Plus en détail

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE COMTÉ DE RIVIERE-DU-LOUP RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Les nouvelles pédagogies de la formation

Les nouvelles pédagogies de la formation Chaire laborh en Management Humain et Transformations du Travail ILSM-Rapport de recherche RH-Entreprises Rapport de recherche, vol. 1 (3), 2011 Les nouvelles pédagogies de la formation Rapport théorique

Plus en détail

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Le plan d intervention au service de la réussite de l élève Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Objectif de la présentation Présenter les orientations ministérielles qui sous-tendent

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Appui à la gestion de subvention du Fonds

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Stratégie programme bi-pluriannuel 2008-2010/2011-2016 Province du Sud-Kivu - Province de Hainaut programme de coopération décentralisée

Stratégie programme bi-pluriannuel 2008-2010/2011-2016 Province du Sud-Kivu - Province de Hainaut programme de coopération décentralisée Stratégie programme bi-pluriannuel 2008-2010/2011-2016 Province du Sud-Kivu - Province de Hainaut programme de coopération décentralisée Programme de renforcement des pouvoirs publics et acteurs de santé

Plus en détail

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES PRINCIPE : L utilisation des cartes de crédit professionnelles devrait renforcer l efficacité en simplifiant l acquisition, la réception et le paiement

Plus en détail

Termes de références de la Formation PAQ-CG N 01/2012

Termes de références de la Formation PAQ-CG N 01/2012 MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Programme d'appui à la Qualité - Capacité de Gestion (PAQ-CG) Intitulé du Projet: '' Programme d'harmonisation de l'administration,

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail