Élodie GENTINA Skema Business School, Univ. Lille Nord de France, F Lille, France Skema Business School, Avenue Willy Brandt, Euralille

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Élodie GENTINA Skema Business School, Univ. Lille Nord de France, F-59000 Lille, France Skema Business School, Avenue Willy Brandt, 59777 Euralille"

Transcription

1 ÉTUDE DE LA VALIDITÉ INTERCULTURELLE DE L ÉCHELLE DE MESURE DES SIGNIFICATIONS SYMBOLIQUES DE L ARGENT AUPRÈS D ADOLESCENTS FRANÇAIS ET AMÉRICAINS Élodie GENTINA Skema Business School, Univ. Lille Nord de France, F Lille, France Skema Business School, Avenue Willy Brandt, Euralille Isabelle MURATORE Aix-Marseille Université, Centre de Recherche sur le Transport et la Logistique (CRET-LOG) Résumé Cet article examine la validité interculturelle de l échelle de mesure des significations symboliques de l argent (Rose et Orr, 2007) auprès d adolescents français et américains (N = 570). Sa structure originelle à quatre facteurs (accomplissement, statut, inquiétude et sécurité) et sa stabilité sont confirmées. Par ailleurs, cette échelle explique plusieurs comportements de consommation de l adolescent (sa capacité à rechercher des prix avantageux, sa préférence à l égard de la marque, la recherche de nouveauté ). Mots clés : Adolescent consommateur - Significations symboliques de l argent - Socialisation économique - Validité interculturelle. Abstract This paper examines the intercultural stability of the scale of symbolic money meanings (Rose and Orr, 2007) among French and American teenagers (N = 570). Its original structure which comprises four dimensions (achievement, status, worry and security) as well as its stability are assessed. Moreover, this scale explains several teenage consumer behaviors (his ability to look for bargain prices, his brand preference, the search of novelty ). Key w or ds : Teenage consumer - Symbolic meanings of money - Economic socialization - Intercultural stability. Selon Aristote, la valeur de l argent se réduisait à sa dimension d échange établie par convention entre les hommes. Cela conduisait alors le philosophe à affirmer que l argent n était, d un point de vue économique, qu une fiction. Or, considérer l argent ainsi revient à le réduire à sa fonction première l échange et à négliger sa valeur symbolique. Même si l argent permet d échanger des biens, il n est pas réductible à sa fonction d échange : c est l argent qui confère une valeur aux biens et non les biens qui ont une valeur en eux-mêmes (Simmel, 1988). Au-delà de sa capacité à acheter des biens, l argent a une dimension fortement symbolique. L argent permet, en effet, de satisfaire un certain nombre de désirs essentiels, comme la sécurité, la possession, le matérialisme, le pouvoir, le statut, la liberté, la reconnaissance ou encore l estime de soi (Urbain, 2000). Si la majorité des recherches relatives aux 7

2 A D E T E M savoir-faire et aux connaissances en matière d argent s est centrée sur les adultes (e.g. Urbain, 2000), un certain nombre de travaux s est intéressé également aux enfants. Les travaux en marketing, dans ce domaine, s organisent autour de quatre thèmes principaux : (1) le développement du concept de monnaie et l apprentissage de la signification de l argent (e.g., Strauss, 1952) ; (2) l acquisition par l enfant des règles de transactions économiques (e.g., Fox, Kehret-Ward, 1990) ; (3) la relation de l enfant avec le prix comme attribut du produit (e.g., Damay, 2008 ; Dias, De la Ville, 2011) et (4) le rôle de l argent de poche et les valeurs éducatives des parents (e.g., Gollety, 1999). Moins central que l enfant par la compréhension des problématiques d apprentissage, trop jeune pour être un acheteur totalement indépendant financièrement et digne d intérêt, l adolescent consommateur a donc fait l objet de moins de travaux concernant sa relation à l argent (Muratore, Gentina, 2010). Pourtant, l adolescence est une période de la vie de l individu où la question de la gestion de l argent de poche est cruciale. L adolescent va pouvoir financer lui-même certains achats et se rendre dans les magasins sans ses parents (Mangleburg, Brown, 1995). En effet, si l adolescent peut être étudié sous le prisme de la prescription, force est de constater qu il constitue un segment important du marché doté d un véritable pouvoir d achat. L argent de poche des adolescents, en France, dépasserait 1,5 milliards d euros annuellement. L adolescent est devenu un véritable acteur économique en quête d autonomie. Étant donné que, d une part, l argent n est pas qu un simple moyen d échange mais est aussi un objet ayant un rôle symbolique significatif et que, d autre part, l adolescent constitue, par sa quête d autonomie et son argent de poche, un marché important, il semble pertinent d étudier comment l adolescent consommateur perçoit l argent. Que signifie l argent pour l adolescent? De quoi est-il le symbole? Peu de travaux en marketing ont porté sur les significations symboliques de l argent lors de l adolescence. Seule la recherche de Rose et Orr (2007) s attache à développer une échelle de mesure des significations symboliques de l argent auprès d un échantillon de jeunes adultes américains. À ce jour, l instrument de mesure n a pas fait l objet d une validation empirique dans un contexte culturel différent de celui des États-Unis. Se pose alors la question de la validité interculturelle de l échelle. Dans le cadre de cette recherche, nous avons choisi deux pays de cultures différentes, mais avec un certain nombre de points communs, pour déceler des convergences et des divergences en matière de significations symboliques de l argent : il s agit de la France et des États- Unis. La France et les États-Unis sont, en effet, deux pays individualistes (Hofstede, 2001), mais distincts du point de vue du langage, de l histoire et des codes sociaux et culturels (Schuster, Copeland, 1999). Ainsi, le premier objectif de cette recherche est de mesurer l adaptabilité et la validité interculturelle de l échelle des significations symboliques de l argent, développée initialement par Rose et Orr (2007), auprès de la cible des adolescents (1) dans un contexte culturel français. Le deuxième objectif de cette recherche est de montrer dans quelle mesure les significations symboliques de l adolescent à l égard de l argent expliquent un certain nombre de comportements d achat, tels que la capacité à rechercher des prix avantageux, la préférence à l égard de la marque, la recherche de nouveauté, la capacité à s informer avant l achat, la sensibilité aux influences de types normative et informative du groupe de pairs et la gestion de l argent de poche. L influence de l âge, du sexe et de la provenance de l argent (don versus gain) sur les différentes dimensions de l échelle des significations symboliques de l argent (accomplissement, statut, sécurité et inquiétude) sera également étudiée. LA PLACE DE L ADOLESCENT DANS LES TRAVAU EN MARKETING SUR L ARGENT Les travaux en marketing rendent compte de l évolution des réflexions autour du statut de l adolescent consommateur et accordent une place grandissante au rôle de l argent pour définir l adolescent. Les travaux menés en marketing sur la place de l argent pour définir l adolescent consommateur s organisent autour de deux thèmes principaux : (1) la socialisation économique du consommateur adolescent et (2) les spécificités du consommateur adolescent. (1) Nous retenons la définition de l adolescent comme «un individu entre 12 et 18 ans qui vit au sein d une famille et fréquente un établissement scolaire» (Fosse-Gomez, 1991, p.8). 8

3 Étude de la validité interculturelle de l échelle de mesure des significations symboliques de l argent auprès d adolescents français et américains Élodie Gentina, Isabelle Muratore L adolescent : un consommateur en apprentissage Les recherches en socialisation du consommateur considèrent l adolescence comme une période clé dans le processus de socialisation (Fosse-Gomez, 1991). La notion d argent est centrale dans la compréhension de l adolescent consommateur puisque ce dernier n a pas acquis une pleine autonomie financière mais le devient progressivement ou aspire à le devenir. Ainsi, l étude de la socialisation économique (ou financière) définie comme le processus par lequel l adolescent acquiert des connaissances, des compétences, des attitudes et des comportements relatifs aux échanges économiques revêt un intérêt particulier chez l adolescent (Webley, Nyhus, 2012). Les travaux sur la socialisation économique portent essentiellement sur l acquisition des compétences et des savoir-faire en matière de tarification, d aptitudes à comprendre d où vient l argent et de son rôle dans les transactions. Dans cette perspective, l adolescent y est principalement reconnu comme un consommateur en apprentissage (John, 1999). Parmi les différents agents de socialisation, les parents jouent un rôle prépondérant dans la socialisation économique de l adolescent consommateur (Fosse-Gomez, 1991). D abord parce que les parents sont les principaux garants du pouvoir d achat des enfants à travers l argent de poche. Puis, parce que les parents permettent à l adolescent, par le biais d un enseignement direct ou par l observation, de mieux comprendre les mécanismes liés à l argent : comment construire un budget, comment économiser et comment prendre en compte le rapport qualité-prix (Gollety, 1999). Ainsi, les parents sont reconnus pour être une source d influence déterminante en ce qui concerne les comportements d épargne ainsi que la gestion et l apprentissage en matière de finances personnelles (Webley, Nyhus, 2012). Le principal rôle des parents consiste à donner de l argent de poche mais aussi à responsabiliser leurs adolescents en leur accordant peu d argent afin qu ils puissent faire le bon arbitrage et choisir des priorités adéquates (Batat, 2008). Différentes recherches ont montré l existence d un lien entre le type de communication, les encouragements parentaux vis-à-vis de l argent et l orientation économique de l adolescent. Le fait d avoir des parents ayant un style de communication «chaleureux» augmente la réceptivité des adolescents à l égard des pratiques et du discours parental relatifs à l économie (Kim, LaTaillade & Kim, 2011). De plus, les adolescents, qui bénéficient d encouragements parentaux vis-à-vis de l argent (le fait d apprendre à gérer un budget et à économiser), tendent à avoir un meilleur contrôle des dépenses, préfèrent économiser plutôt que de dépenser et se projettent davantage dans l avenir (Webley, Nyhus, 2012). L adolescent : un consommateur à part entière doté d une certaine autonomie financière Il faut véritablement attendre les années 2000 pour que les chercheurs en comportement du consommateur commencent à reconnaitre l adolescent comme un consommateur à part entière doté d une certaine autonomie financière. De par l argent de poche qu ils reçoivent, les adolescents ne sont plus un marché secondaire - prescripteur - mais bien un marché primaire - acheteur. Selon une étude réalisée par le Crioc (2) (2011), 69% des adolescents, âgés de 10 à 17 ans, reçoivent en moyenne chaque mois 38 euros. Le nombre d adolescents recevant de l argent de poche augmente avec l âge : 72% des 11 à 12 ans et 81% des plus de 14 ans. D autres recherches ont montré que la connaissance des prix devient plus nuancée et plus complexe lors de l adolescence. Dès l âge de 12 ans, l adolescent perçoit la valeur économique de l argent, affine sa perception des réalités économiques et apprend à se projeter dans un avenir plus lointain. Il gère un réel budget et cherche même à gagner son propre argent en faisant des petits boulots. Dès lors, les adolescents tendent à être considérés comme des consommateurs compétents, et l une des principales caractéristiques du consommateur compétent consiste à bien gérer son argent (Batat, 2008). Certains les qualifient de bons gestionnaires de leur argent de proche ou encore de consommateurs financièrement autonomes qui cherchent à s affirmer sur le marché de la consommation (Palan, Gentina et Muratore, 2010). Des recherches en marketing s intéressent à la provenance de l argent de poche (don ou gain) qui oriente le caractère dépendant versus indépendant de l adolescent dans le domaine de la consommation (Mangleburg, Brown, 1995). L adolescent qui gagne de l argent par lui-même tend à être plus indépen- (2) Centre de Recherche et d Information des Organisations de Consommateurs. 9

4 A D E T E M dant dans le domaine de la consommation. Bien que les adolescents disposent de sommes d argent importantes et sont de plus en plus directement impliqués dans le monde économique, quelles sont pour eux les significations symboliques de l argent? Pour reprendre les propos de Rose et Orr (2007, p. 758), il importe de mieux comprendre les significations symboliques de l argent puisque «les différences individuelles relatives à la signification et à l utilisation de l argent représentent une issue fondamentale en marketing, influençant potentiellement une large variété de comportements». LA SIGNIFICATION SYMBOLIQUE DE L ARGENT L hétérogénéité des conceptualisations et des mesures des significations de l argent souligne à la fois la richesse potentielle de ce champ de recherche et sa complexité. En effet, l argent est porteur de multiples significations : il peut être à la fois facteur de sécurité matérielle, de possession, de matérialisme, de pouvoir, de statut, de liberté, de reconnaissance, d estime de soi, de bien ou encore de mal (Yamauchi, Templer, 1982 ; Tang, 1992). Certains, considérant l argent comme un moyen de réussite, se lancent dans une consommation ostentatoire à la recherche de produits et de marques prestigieux. Au contraire, d autres, percevant l argent comme synonyme de sécurité matérielle, ont recours à une consommation plus raisonnée afin d être en mesure d économiser de l argent pour l avenir. Ces différentes perceptions de l argent illustrent le fait que l argent n est pas seulement «le moyen de» mais également «le signe de». Parmi les conceptualisations et les échelles de mesure existant, trois d entre elles retiennent notre attention car elles abordent l argent selon la perspective de notre étude, à savoir, la signification de l argent : deux échelles issues de la littérature psychologique, la «Money Attitude Scale» de Yamauchi et Templer (MAS, 1982) et la «Money Ethic Scale» de Tang (MES, 1992) (3) ; et une échelle issue de la littérature marketing la «Symbolic Money Meanings» de Rose et Orr (SMM, 2007). Ces trois échelles illustrent la variété des significations de l argent : l argent en tant que pouvoir, accomplissement ou encore en tant que méfiance et anxiété. La MAS proposée par Yamauchi et Templer (1982) La MAS se compose de 29 items répartis en 4 facteurs : Pouvoir/prestige ; Rétention/Temps ; Méfiance et Anxiété. Le facteur Pouvoir-Prestige rend compte de l argent à la fois comme un moyen d impressionner les autres et comme un moyen de réussite. Le facteur Rétention-Temps mesure la tendance à la planification, à l organisation et à la recherche de sécurité dans la gestion de l argent. Le facteur Méfiance indique la méfiance qu inspire l argent : un score élevé sur ce facteur signifie une tendance à l hésitation, à la suspicion et au doute dans les situations dans lesquelles l argent est impliqué. Enfin, le facteur Anxiété exprime l ambivalence de l argent qui peut être à la fois une source d inquiétude et un remède contre l inquiétude. Bien que la MAS sert de référence à de nombreuses échelles de mesure, elle présente un certain nombre de limites relatives à sa validité faciale et de trait (Urbain, 2000). D abord, les dimensions Pouvoir-Prestige et Anxiété ne mesurent pas exclusivement la signification de l argent mais également ses conséquences. Ensuite, concernant le facteur Méfiance, les items font plutôt référence à une situation générale d achat ou de dépense dans laquelle le prix intervient. Ces items semblent ainsi définir un autre construit situé en aval, tel que la conscience du prix. Enfin, la MAS n a rencontré qu une validation partielle dans le contexte français (Urbain, 2000). La MES 30 proposée par Tang (1992) La MES comprend 30 items qui se regroupent en 6 facteurs : Importance accordée à l argent, Objet du mal, Accomplissement, Respect des autres/estime de soi, Gestion de l argent, Pouvoir/Liberté. Le facteur Gestion du temps se réfère à l aptitude à une gestion prudente de l argent et se rapproche, dans ce sens, du facteur Rétention-Temps de la MAS. Le facteur Importance accordée à l argent reflète une prédisposition positive à l égard de l argent : l argent est perçu comme important et attirant. Le facteur Objet du mal se réfère à une évaluation négative à l égard de l argent : il est la source de tous les maux. Les facteurs Accomplissement, Respect des autres/estime de (3) Une revue complète de l ensemble des mesures dépasse l objectif de cet article. Le lecteur intéressé par une telle revue est invité à consulter l article de Urbain (2000). 1 0

5 Étude de la validité interculturelle de l échelle de mesure des significations symboliques de l argent auprès d adolescents français et américains Élodie Gentina, Isabelle Muratore soi et Pouvoir/Liberté renvoient, dans une certaine mesure, au facteur Pouvoir-Prestige de la MAS. Enfin, le facteur Gestion de l argent se réfère à l aptitude à une gestion prudente de l argent et se rapproche, dans ce sens, du facteur Rétention-Temps de la MAS. Bien que la «Money Ethic Scale» MES de Tang (1992) soit l échelle la plus répliquée à ce jour, sa structure et le nombre d items ont évolué au cours du temps : elle est passée de 30 items, répartis en 6 dimensions (Tang, 1992) à 12 items, répartis en 3 dimensions (i.e., un facteur cognitif, un facteur affectif et un facteur conatif) (Tang, 1995). Plusieurs recherches ont montré que l échelle de Tang (1992) souffre de problèmes d adaptabilité culturelle et de validité de trait (Urbain, 2000). les deux cultures? Pour y répondre il est, tout d abord, nécessaire d évaluer l adaptabilité et la validité interculturelles de l échelle «Symbolic Money Meanings» dans le contexte français et auprès de la cible spécifique des adolescents. Nous testerons ensuite sa validité prédictive sur divers comportements d achat. MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE Nous avons réalisé une étude qualitative ainsi que deux études quantitatives, dont les objectifs et les caractéristiques principales sont résumés dans la figure 1. La SMM proposée par Rose et Orr (2007) Rose et Orr (2007) ont élaboré, dans le champ du marketing, une échelle de mesure des significations symboliques de l argent. Cette échelle se compose de 19 items répartis en quatre facteurs : le Statut, l Inquiétude, l Accomplissement et la Sécurité. Le facteur Statut se définit comme la tendance à percevoir l argent comme un signe de prestige. Ce facteur est proche de la dimension Succès d autres échelles de mesure mais insiste sur la dimension externe du succès, c est-à-dire son caractère ostentatoire. Le facteur Inquiétude renvoie à l idée que l argent (plus particulièrement, le manque d argent) peut être une source d angoisse. La dimension Accomplissement mesure la tendance à considérer l argent comme un moyen de réussite. Ce facteur s inscrit également dans la dimension Succès mise en exergue dans d autres échelles mais adopte une vision plutôt interne, il s agit d un signe évocateur de la réussite de l individu. Enfin, le facteur Sécurité se réfère à la tendance à économiser l argent. L échelle de Rose et Orr (2007) démontre des niveaux de fiabilité et de validité satisfaisants auprès d une population de jeunes adultes dans un contexte américain. Toutes les analyses effectuées jusqu ici ne portaient alors que sur un seul échantillon de répondants supposés homogènes. Or, il existe de fortes disparités culturelles quant aux pratiques et opinions relatives à l argent entre les États-Unis et la France (Urbain, 2000). Dès lors, se pose la question suivante : le construit, mesuré par l échelle «Symbolic Money Meanings», a-t-il la même signification selon Étude qualitative L argent est un objet à forte connotation culturelle : bien qu on puisse retrouver les différentes significations de l argent dans de nombreuses cultures, les mots et les thèmes évoquant l argent peuvent varier d une culture à l autre (Urbain, 2000). Dans ce sens, une première étude qualitative a été conduite auprès de huit adolescents âgés de 12 à 17 ans. L objectif était de tester les qualités d évocation et la clarté des items de mesure dans un contexte spécifique donné, à savoir le contexte culturel français. Pour participer à cette étude, les adolescents étaient invités à répondre aux questions suivantes : «Quels sont les adjectifs qui te viennent à l esprit quand je dis le mot argent?» ; «En quoi l argent estil important pour toi?». L analyse des réponses montre que la majorité des évocations est associée aux quatre catégories proposées par Rose et Orr (2007) que sont le statut, l inquiétude, l accomplissement et la sécurité. Certains suggèrent d autres catégories comme l argent en tant que moyen de gestion ou encore l argent comme objet du mal. Selon ces adolescents, l argent ne contribue pas nécessairement au succès et peut être source de vice. De plus, l argent est rarement gagné, la plupart d entre eux reçoivent de l argent de poche de la part de leurs parents (30 euros en moyenne par mois), ce qui leur permet d apprendre à mieux le gérer. Conformément aux travaux de Rose et Orr (2007), nous ne prenons pas en compte les facteurs «objet du mal» et «gestion de l argent» dans l élaboration de l échelle. Le facteur «objet du mal» reflète une dimension éthique 1 1

6 A D E T E M Figure 1 Méthodologie de la recherche en vue de tester la validité interculturelle de l échelle Symbolic Money Meanings (Rose et Orr, 2007) Étude qualitative 8 entretiens 1 ère Étude quantitative 160 adolescents 2 ème Étude quantitative 410 adolescents - Tester les qualités d évocation et la clarté des items - 90 adolescents français et 70 adolescents américains - Épurer l échelle de mesure - Réaliser les analyses factorielles exploratoires - Évaluer les qualités psychométriques de l échelle adolescents français et 203 adolescents américains - Valider les résultats de la première étude quantitative - Réaliser les analyses factorielles confirmatoires - Évaluer les qualités psychométriques de l échelle - Évaluer la validité inter-culturelle (stabilité de la structure de l échelle, stabilité des estimations de la cohérence interne et stabilité au niveau des saturations Adolescents français Âgés de 12 à 17 ans Adolescents français : moyenne d âge = 14,3 ans 57,1% de garçons et 42,9% de filles Adolescents français : moyenne d âge = 15,0 ans 46,4% de garçons et 53,6% de filles Adolescents américains : moyenne d âge = 14,4 ans 54,4% de garçons et 45,6% de filles Adolescents français : moyenne d âge = 14,9 ans 45,3% de garçons et 54,7% de filles 1 2

7 Étude de la validité interculturelle de l échelle de mesure des significations symboliques de l argent auprès d adolescents français et américains Élodie Gentina, Isabelle Muratore (bien ou pas bien). Le facteur «gestion de l argent», quant à lui, renvoie à une dimension comportementale qui sera intégrée au test de la validité prédictive de l échelle. Les 19 items issus de l échelle de Rose et Orr (2007) étant en langue anglaise, ils ont été traduits en français selon la méthode de la traduction - rétrotraduction. Ces items ont également fait l objet d un pré-test auprès des huit adolescents en question afin de nous assurer de la clarté des propositions et de la bonne compréhension des répondants. Certains items ont été reformulés dans le souci de respecter le sens d origine. Études quantitatives Dans un second temps, deux études quantitatives ont été menées en vue d examiner l adaptabilité et la validité interculturelles de l échelle des significations symboliques de l argent dans un contexte culturel différent de son contexte d origine : la France. Cette échelle a été administrée auprès de deux échantillons d adolescents français (n1a=90 ; n2a=207) et de deux échantillons d adolescents américains (n1b=70 ; n2b=203). La première collecte de données a pour objectif de répliquer l échelle de mesure en France afin de mettre en évidence sa structure et sa fiabilité. La deuxième collecte a permis de confirmer la structure de l échelle et d établir la fiabilité et la validité interculturelles des mesures, au sens de Grunert, Grunert et Kristensen (1993), auprès de deux échantillons d adolescents français et américains. RÉSULTATS Stabilité de la structure de l échelle SMM Les analyses factorielles exploratoires (AFE) réalisées sur l échantillon d adolescents français (n1a=90) ont permis de supprimer, selon un processus itératif, les items posant problème (saturation inférieure à 0,5, communalité inférieure à 0,5 ou saturations croisées). Au terme de cette procédure, 7 items ont été écartés et une structure à quatre dimensions correspondant aux quatre facteurs d origine (le statut, l inquiétude, l accomplissement et la sécurité) a été obtenue (cf. annexe 1). La réplication de l échelle de Rose et Orr (2007) dans un contexte français (n1a=90) a permis d obtenir une structure stable, restituant 77,24% de la variance (4). La structure obtenue sur les données françaises est donc comparable à celle des données américaines. Néanmoins, la stabilité de l échelle repose sur un nombre d items inférieur à l échelle originale (12 items, cf. annexe 2). Enfin, la cohérence interne a été établie pour chacune des dimensions (alpha de Cronbach > 0,7). Mesure de la validité interculturelle de l échelle SMM L utilisation d un instrument de mesure dans un contexte culturel différent de celui dans lequel il est conçu pose la question de sa validité interculturelle (Grunert, Grunert et Kristensen, 1993). En vue de tester l équivalence entre les cultures, condition nécessaire pour vérifier la validité interculturelle d un instrument de mesure, nous recourons à la démarche proposée par Kline (2005). Pour cela, nous retenons trois hypothèses : la structure de l échelle est identique entre les deux pays, les estimations de la cohérence interne sont élevées et comparables entre les deux pays et, enfin, l équivalence entre la France et les États-Unis est démontrée (Steenkamp, Baumgartner, 1998). Après avoir répliqué, grâce à une analyse en composantes principales, la structure factorielle obtenue dans le cadre de la première collecte, des analyses factorielles confirmatoires (AFC) ont été réalisées sur le deuxième échantillon d adolescents français (n1a=207) et américains (n1b=203) grâce à la méthode d analyse des équations structurelles (logiciel AMOS). Les résultats de ces AFC sont très satisfaisants (pour la France : χ2/ddl=2,69 ; RMSEA=0,09 ; GFI=0,90 ; CFI=0,93 ; TLI=0,91 ; pour les États-Unis : χ2/ddl=2,16 ; RMSEA=0,07 ; GFI=0,92 ; CFI=0,93 ; TLI=0,93). La fiabilité des échelles a été établie en s assurant que les valeurs du rhô de Jöreskog étaient toutes supérieures à 0,7. La validité convergente et la validité discriminante de l échelle SMM ont été évaluées. La validité convergente est établie dans la mesure où l indice AVE (Average Variance (4) Les analyses en composantes principales, menées sur l échantillon d adolescents américains (n1b = 70), ont permis également d obtenir une structure à 4 dimensions comprenant les 12 mêmes items présentés en annexe 1 et restituant 80,94% de la variance. 1 3

8 A D E T E M Extracted) est supérieur à 0,5, ce qui signifie que la variance de chaque dimension est davantage expliquée par ses mesures que par l erreur (Kline, 2005) (annexe A2). Enfin, la validité discriminante, au sens de Fornell et Larcker (1981), est satisfaite puisque tous les construits sont davantage reliés à leurs propres mesures qu aux autres construits, comme le montre l annexe A2. Ces premiers résultats attestent que la structure, les modèles des poids factoriels ainsi que la fiabilité et la validité convergente sont équivalents dans les deux pays. L échelle de Rose et Orr (2007) semble donc véritablement applicable auprès des adolescents français. En vue de prouver l équivalence entre les cultures, il faut démontrer l existence de plusieurs invariances. Une analyse multi-groupe (5) a été effectuée pour tester la stabilité culturelle de l échelle. Deux modèles sont construits et estimés pour effectuer cette analyse. Pour le premier modèle, tous les paramètres sont laissés libres. Pour le second modèle, certains paramètres sont contraints à l égalité entre les deux groupes (6). La différence non significative du χ2 au seuil de 5% (χ2 = 7,15 ; ddl=8) permet de conclure que la structure factorielle est invariante entre la France et les États-Unis, et que l on possède une équivalence métrique des instruments de mesure (7). Impact des variables socio-démographiques et de la provenance de l argent sur les dimensions de l échelle SMM (n2a=207) Les différents traitements statistiques mettent en évidence l influence de certaines variables sociodémographiques et de la provenance de l argent (don versus gain) sur différentes dimensions de l échelle SMM (tableau 1). Les tests statistiques mis en œuvre montrent un effet significatif de l âge sur les dimensions accomplissement et inquiétude. Conformément aux travaux en socialisation du consommateur qui ont montré l acquisition des compétences de l adolescent en matière de consommation selon son âge (John, 1999), nos résultats mettent en évidence qu en grandissant, l adolescent développe de nouvelles perceptions à l égard de l argent. L argent devient pour l adolescent à fois une source de réalisation de soi et une source d angoisse face à un avenir de plus en plus proche dans lequel il se projette. En revanche, l âge n a pas d impact significatif sur les dimensions statut et sécurité. Quel que soit son âge, l adolescent conçoit l argent comme une source de prestige et un moyen d économiser. Par ailleurs, les recherches antérieures portant sur les consommateurs adultes ont mis en évidence des résultats contradictoires concernant l effet du genre sur la signification de l argent : certains ont souligné des différences en termes de genre (Tang, 1992) alors que d autres concluent à une absence de différences entre les hommes et les femmes (Özgen, Bayoglu, 2005). Dans le cadre de notre recherche, l analyse des résultats souligne l absence d effet significatif du genre au seuil de 5% sur chacune des dimensions de l échelle SMM auprès de la cible des adolescents. Enfin, les résultats montrent que la provenance de l argent de poche (don ou gain) a un impact significatif sur les significations qu ont les adolescents de l argent (source d accomplissement/ statut versus source d anxiété). Les adolescents qui gagnent de l argent par eux-mêmes commencent réellement à construire leur propre identité, individuelle et sociale, et cela passe par le besoin d affirmer leur propre personnalité et d être reconnus par les autres. Ce résultat semble signifier que c est parce que l adolescent mérite cet argent, car il le gagne (gain versus don), qu il peut (au sens d autoriser) percevoir l argent comme une forme d accomplissement et de succès. En d autres termes, l'adolescent ne peut s'approprier son propre accomplissement et son statut que s'il considère qu'il mérite cet argent parce qu'il l a gagné c est-à-dire obtenu de manière autonome. Au contraire, le fait de recevoir de l ar- (5) Selon la procédure recommandée par Kline (2005), si la contrainte des paramètres à l égalité sur les groupes ne détériore pas trop les indicateurs d ajustements (Delta ² ou Delta Rmsea ou encore Delta NFI ou Delta CFI) alors la stabilité métrique est acceptée. (6) Le «measurement weights» (ou invariance métrique) correspond au test de l égalité des coefficients de régression des axes vers leurs indicatrices d un pays à un autre. Le «structural variance» correspond à l égalité des variances des axes et de la covariance entre les deux axes. (7) Le χ2 est de 173,08 (ddl=96) pour le modèle libre et de 180,23 (ddl=104) pour le modèle contraint. 1 4

9 Étude de la validité interculturelle de l échelle de mesure des significations symboliques de l argent auprès d adolescents français et américains Élodie Gentina, Isabelle Muratore Tableau 1 Influence des critères socio-démographiques et de la provenance de l argent sur les dimensions de l échelle SMM Variables socio-démographiques Provenance de l argent (8) Dimensions de la signification symbolique de l argent Age (9) Sexe (10) Le fait de recevoir de l argent (Don) Le fait de gagner de l argent par soi-même (Gain) Statut T= 0,21; p=0,83 F=0,11 ; p=0,24 F=0,56 ; p=0,45 T= 8,00; p=0,00 Accomplissement T= 1,93; p=0,05 F=0,93 ; p=0,33 F=0,46 ; p=0,49 T= 3,99; p=0,05 Sécurité T= -0,04; p=0,96 F=1,87 ; p=0,17 F=0,06 ; p=0,80 F = 0,24 ; p = 0,62 Inquiétude T= 2,21; p=0,02 T= 3,06; p=0,08 T= 4,71; p=0,03 F = 2,11 ; p = 0,14 gent peut conduire l adolescent à développer un sentiment d inquiétude à l égard de l argent. En effet, le fait de recevoir de l argent par l intermédiaire de sources extérieures (surtout les parents) peut contribuer à renforcer une situation de dépendance vis-àvis des autres et, donc, un sentiment d inquiétude dans la façon d utiliser l argent de manière autonome. Impact des dimensions de l échelle SMM sur les comportements d achat de l adolescent (n2a=207) En vue de tester la validité prédictive de l instrument de mesure SMM, nous avons retenu 6 variables : - trois d entre elles se rattachent aux styles de décision d achat des adolescents (Sproles, Kendall, 1986) : la capacité à rechercher des prix avantageux, la préférence à la marque ; la recherche de nouveauté ; - trois autres variables décrivent divers comportements d achat des adolescents : la capacité à gérer l argent de poche (Rose, Orr, 2007) ; la capacité à être informé lors de la prise de décision d achat (Kim, Yang et Lee, 2009) ; la sensibilité aux influences informatives et normatives des pairs (Bearden, Netemeyer et Teel, 1989). Les annexes 3 et 4 présentent les énoncés des échelles utilisées, leurs qualités psychométriques ainsi que les tests de fiabilité et de validité. Après avoir validé les qualités psychométriques des échelles de mesure, des régressions linéaires ont été réalisées sur l échantillon final d adolescents français (n2a=207). Le statut et l accomplissement à l égard de l argent comme antécédents aux comportements sociaux de la consommation L analyse des régressions linéaires (figure 2) montre que la dimension «Statut» a une influence positive sur la préférence envers la marque (t=7,75; p=0,00 ; R2=0,22), la recherche de nouveauté (t=5,44; p=0,00 ; R2=0,12), la sensibilité aux influences normatives (t=8,41; p=0,00 ; R2=0,25) et informatives des pairs (t=4,17; p=0,00 ; R2=0,07). Le facteur «Accomplissement» a également un impact positif sur la préférence envers la marque (t=8,82; p=0,00 ; R2=0,27), la recherche de nouveauté (t=4,99; p=0,00 ; R2=0,10), la sensibilité aux influences normatives (t=4,88; p=0,00 ; R2=0,10) et informatives des pairs (t=2,51; p=0,01 ; R2=0,02). (8) L influence de la provenance de l argent a été évaluée par une analyse de variance. (9) L influence de l âge a été évaluée par une régression linéaire. (10) L influence du sexe a été évaluée par une analyse de variance. 1 5

10 A D E T E M Figure 2 Mise en évidence des relations significatives des dimensions statut et accomplissement Recherche de nouveauté Statut Préférence envers la marque NS NS Capacité à rechercher des prix avantageux Capacité à s informer S- Capacité à gérer son argent Recherche de nouveauté Préférence envers la marque Accomplissement NS NS Capacité à rechercher des prix avantageux Capacité à s informer S- Capacité à gérer son argent En d autres termes, les adolescents qui attachent de l importance à l argent comme un moyen de revendiquer leur «statut social» ou comme un moyen «d accomplissement de soi», adoptent des comportements d achat spécifiques : ils attachent de l importance à la marque lors de l achat, ils recherchent de la nouveauté dans le produit et se montrent particulièrement sensibles à l influence du groupe de pairs lorsqu ils prennent leurs décisions d achat. Les adolescents ayant un score élevé sur la dimension statut et/ou d accomplissement, recherchent des solutions matérielles pour satisfaire leurs besoins de personnalisation et d adhésion au groupe (Benmoyal-Bouzaglo, Guiot, 2011 ; Derbaix, Leheut, 2008). L adolescence est une période durant laquelle le concept de soi est en construction, donc particulièrement fragile et influencé par les appréciations «reçues» des autres. L adolescent cherche ainsi activement à intégrer un groupe de pairs et subit une influence grandissante de sa part. Le besoin d être approuvé, voire aimé par ses pairs (Benmoyal- Bouzaglo, Guiot, 2011), ainsi que le besoin de différentiation de sa propre personnalité vont conduire l adolescent à adopter des comportements de consommation spécifiques (Derbaix, Leheut, 2008) : par exemple, l achat de produits de marque ou encore la recherche de nouveauté dans le produit. 1 6

11 Étude de la validité interculturelle de l échelle de mesure des significations symboliques de l argent auprès d adolescents français et américains Élodie Gentina, Isabelle Muratore Figure 3 Mise en évidence des relations significatives de la dimension sécurité NS Recherche de nouveauté Sécurité NS NS Préférence envers la marque Capacité à rechercher des prix avantageux Capacité à s informer Capacité à gérer son argent Pour ce faire, ces adolescents, sont prêts à dépenser des sommes importantes d argent et ne gèrent donc pas toujours leur argent de façon optimale. Ainsi, l analyse de régression linéaire met en exergue l impact négatif des dimensions «Statut» (t=-2,18; p=0,03 ; R2=0,02) et «Accomplissement» (t=-2,00; p=0,04 ; R2=0,02) sur la capacité de l adolescent à gérer son argent. La sécurité à l égard de l argent comme antécédent aux comportements «réfléchis» en matière de consommation Des recherches antérieures ont souligné que les adolescents français sont préoccupés et s interrogent sur leur avenir, notamment leur avenir professionnel (Palan, Gentina et Muratore, 2010). Dans ces conditions, les adolescents vont adopter des comportements d achat et des styles de décisions spécifiques ayant pour objet de satisfaire leur besoin de sécurité. Par exemple, l analyse des régressions linéaires (figure 3) montre que les adolescents ayant un score élevé sur la dimension «Sécurité» à l égard de l argent, tendent à rechercher des prix avantageux (t=10,67; p=0,00 ; R2=0,04), à rechercher de l information auprès de leur groupe de pairs concernant l achat futur d un produit (t=2,33; p=0,02 ; R2=0,02) et à s informer avant de prendre leurs décisions d achat (t=4,22; p=0,04 ; R2=0,02). De plus, les adolescents identifiant l argent comme une source de sécurité, ont acquis des compétences en matière de gestion d argent, comme l atteste les résultats de la régression linéaire (t=4,61; p=0,00 ; R2=0,09). Concrètement, la dimension sécurité est en lien avec un comportement d achat raisonné (par exemple, la recherche d information pour effectuer le meilleur choix) et raisonnable (en matière de gestion de l argent), nous sommes de manière logique sur des comportements opposés aux dimensions «Statut» et «Accomplissement». Nous avons ici davantage à faire à un «smart shopper» qu à un consommateur privilégiant l ostentation et les signes d appartenance. Certes, c est une autre manière d appartenir mais la norme est moins prégnante et ostensible. Les pairs sont présents mais dans sa relation à autrui, l adolescent est moins passif, plus actif. En ce sens, il cherche, par le contact avec ses pairs, à choisir le meilleur produit. L inquiétude à l égard de l argent comme antécédent au besoin d approbation sociale L analyse des régressions linéaires (figure 4) montre que les adolescents ayant un score élevé sur 1 7

12 A D E T E M Figure 4 Mise en évidence des relations significatives de la dimension sécurité S- Recherche de nouveauté Inquiétude Préférence envers la marque NS NS Capacité à rechercher des prix avantageux Capacité à s informer NS Capacité à gérer son argent la dimension «Inquiétude» à l égard de l argent, subissent l influence informative (t=4,02; p=0,00 ; R2=0,07) et normative (t=3,57; p=0,00 ; R2=0,05) de leur groupe de pairs. Le groupe de pairs représente la première source d information au moment de l adolescence (Palan, Gentina et Muratore, 2010). Les adolescents ayant un score élevé sur la dimension inquiétude, cherchent à combler leur anxiété en se conformant aux attentes de leurs pairs et en recherchant de l information auprès d eux. De la même manière, ces adolescents «inquiets» accordent de l importance aux marques (t=4,84; p=0,00 ; R2=0,10) et évitent de rechercher de la nouveauté (t=-6,17; p=0,00 ; R2=0,15). Plus précisément, ils accordent de l importance aux marques afin de renforcer les liens sociaux avec le groupe et évitent de rechercher de la nouveauté afin de ne pas se démarquer du groupe. Il s agit d individus ne souhaitant pas se différencier mais être intégrés. Ces adolescents apparaissent comme des personnes fortement dépendantes des pairs mais également de leurs parents (cf. l influence de la provenance de l argent -don- sur l inquiétude). CONCLUSION L échelle SMM, initialement développée par Rose et Orr (2007), n avait jamais été testée dans un autre contexte culturel que celui des États-Unis. Ainsi, le premier apport de l article est d avoir examiné les propriétés psychométriques de l échelle de mesure SMM en France. La stabilité interculturelle a été testée sur quatre échantillons différents d adolescents français (n1a=90 et n2a=207) et américains (n1b=70 et n2a=207). Outre ses propriétés psychométriques satisfaisantes, l échelle SMM présente l avantage d être courte et peut être facilement administrable pour les managers qui envisagent de mener des études cross-culturelles. Par ailleurs, les deux échelles SMM testées auprès d adolescents français et américains, présentent les mêmes dimensions, le même nombre d items (12) ainsi que les mêmes énoncés, quel que soit le pays dans lequel on se situe. Néanmoins, elles se différencient de l échelle originale de Rose et Orr (2007), testée sur un échantillon d adultes, par le nombre d énoncés. Ce résultat souligne que la spécificité relève davantage de la cible (i.e., adolescents versus adultes) que de la culture (France versus États-Unis). 1 8

13 Étude de la validité interculturelle de l échelle de mesure des significations symboliques de l argent auprès d adolescents français et américains Élodie Gentina, Isabelle Muratore Le second apport de cette recherche est de contribuer à examiner la validité prédictive de l échelle SMM sur plusieurs comportements d achat durant l adolescence. Les différentes perceptions que l adolescent a de l argent (en tant que source d accomplissement de soi, de statut, de sécurité ou d inquiétude) jouent un rôle significatif pour comprendre la manière avec laquelle la décision d achat s opère. L adolescent qui a des scores élevés sur la dimension «Sécurité» se conduit comme un consommateur avisé et agit de manière réfléchie pour prendre sa décision d achat (i.e., besoins de rechercher des informations auprès du groupe de pairs, de rechercher des prix avantageux, de s informer avant l achat ). Au contraire, l adolescent, qui a des scores élevés sur les dimensions «Statut» et/ou «Accomplissement», cherche à satisfaire ses besoins de différentiation (i.e., recherche de nouveauté) et d approbation sociale (i.e., recherche de l adhésion sociale avant l achat, importance accordée aux marques). Par conséquent, nous sommes en droit de nous interroger sur le statut spécifique du consommateur adolescent : s agit-il de consommateurs vulnérables, sous l influence des autres ; ou bien disposent-ils des compétences nécessaires pour exercer pleinement leur rôle de consommateur à part entière sur le marché économique? Cette réflexion est d autant plus importante que les adolescents représentent les consommateurs adultes de demain. L approche se doit donc d être subtile : le responsable marketing doit distinguer l adolescent en tant que consommateur «vulnérable» en raison de son manque d habilité dans la gestion de l argent et sa grande perméabilité aux influences extérieures ; et l adolescent en tant que consommateur «avisé» en raison de sa capacité à se projeter dans l avenir, à économiser et à épargner. Ce travail présente diverses limites qui sont autant de voies de recherches futures. Nous n avons évalué que des variables socio-démographiques comme antécédents aux différentes significations symboliques de l argent. Il serait intéressant d étudier l impact d autres variables relatives à la socialisation économique des parents, telles que les styles parentaux ou encore les modèles de communication, sur les différentes significations symboliques de l argent. Une seconde limite relève d un questionnement méthodologique. Notre étude a été réalisée sur la base d un questionnaire administré à un instant t. Or, la mise en œuvre d une étude longitudinale permettrait de mieux comprendre le processus d apprentissage des adolescents envers l argent ainsi que l évolution des significations symboliques de l argent tout au long de l adolescence. Enfin, une troisième limite concerne la généralisation des résultats : cette recherche a été menée auprès de deux cultures occidentales et individualistes (la France et les États- Unis). Nous pouvons envisager d élargir cette étude auprès de cultures non occidentales et collectivistes, comme l Asie, où les valeurs et les normes de construction du soi diffèrent des cultures individualistes. 1 9

14 A D E T E M BIBLIOGRAPHIE Batat W. (2008) - L appropriation des compétences de consommation par les collégiens. Le cas des loisirs interactifs chez les ans, Thèse de Doctorat en Sciences de Gestions, Université de Poitiers. Bearden W. O., Netemeyer R. G. et Teel J. E. (1989) - Measurement of consumer susceptibility to interpersonal influence, Journal of Consumer Research, vol. 15, n 4, p Benmoyal-Bouzaglo S., Guiot D. (2011) - Le développement d une mesure situationnelle des stratégies de coping des adolescents confrontés à la critique de leurs pairs sur un choix de marque, Actes du 27 ème Congrès de l Association Française de Marketing, Bruxelles. Crioc (2011) - Jeunes et argent, Damay C. (2008) - What is the meaning of price and being expensive for children?, Young Consumers, vol.9, n 3, p Derbaix C., Leheut E. (2008) - Adolescents : implication envers les produits et attitude envers les marques, Recherche et Applications en Marketing, vol.23, n 2, p Dias M., De la ville I-V. (2011) - L utilisation de l argent de poche par les enfants : un processus d autonomisation dans la zone proximale de développement, 15 èmes Journées de Recherche en Marketing de Bourgogne, novembre, Dijon. Fornell C., Larker D.F. (1981) - Structural equations models with unobservable variables and measurement error : algebra and statistics, Journal of Marketing Research, vol. 18, p Fosse-Gomez M.-H. (1991) - L adolescent dans la prise de décisions économiques de la famille, Recherche et Applications en Marketing, vol. 6, n 4, p Fox K. F. A., Kehret-Ward T. (1990) - Naive theories of price: A developmental problem, Psychology and Marketing, vol.7, p Gollety M. (1999) - Lorsque parents et enfants s'apprennent mutuellement à consommer..., Décisions Marketing, vol.18, p Grunert S. C., Grunert K. L. et Kristensen K. (1993) - Une méthode d estimation de la validité interculturelle des instruments de mesure : le cas de la mesure des valeurs des consommateurs par la liste des valeurs LOV, Recherche et Applications en Marketing, vol.8, n 4, p Hofstede G. (2001) - Culture's consequences : comparing values, behaviors, institutions, and organizations across nations, Thousand Oaks, Sage. John D. (1999) - Consumer socialization of children : a retrospective look at twenty-five years of research, Journal of Consumer Research, vol.26, n 3, p Kim J., LaTaillade J. et Kim H. (2011) - Family processes and adolescents financial behaviors, Journal of Family and Economic Issues, vol.32, n 4, p Kim C., Yang Z., Lee H. (2009) - Cultural differences in consumer socialization : a comparison of Chinese-Canadian and Caucasian Canadian children, Journal of Business Research, vol.62, n 10, p Kline R. B. (2005), Principles and practice of structural equation modeling, New York, Guilford Press. Mangleburg T., Brown J. (1995) - Teens sources of income : jobs and allowances, Journal of Marketing Theory and Practice, vol. 3, n 1, p Muratore I., Gentina E. (2010) - L'attitude à l'égard de l'argent chez l'adolescent et l'adulte : une approche par la théorie du développement du jugement moral, Journée AFM-Prix, Don et Gratuité, 14 janvier 2010, IAE Tours. Özgen O., Bayoglu A. S. (2005) - Turkish college students attitudes towards money, International Journal of Consumer Studies, vol. 29, n 6, p Palan K., Gentina E. et Muratore I. (2010) - Adolescent consumption autonomy : a cross-cultural examination, Journal of Business Research, vol.63, n 12, p Rose G. M., Orr L. M. (2007) - Measuring and exploring symbolic money meanings, Psychology & Marketing, vol.24, n 9, p Schuster C. P., Copeland M. J. (1999) - Global business exchanges-similarities and differences around the world, Journal of International Marketing, vol.7, n 2, p Simmel G. (1988) - La philosophie de l argent, Paris, Presses Universitaires de France. 20

15 Étude de la validité interculturelle de l échelle de mesure des significations symboliques de l argent auprès d adolescents français et américains Élodie Gentina, Isabelle Muratore Sproles G. B., Kendall E. L. (1986) - A methodology for profiling consumers' decision-making styles, Journal of Consumer Affairs, vol. 20, n 2, p Steenkamp J. B. E. M., Baumgartner H. (1998) - Assessing measurement invariance in cross-national consumer research, Journal of Consumer Research, vol.25, n 1, p Strauss A. L. (1952) - The development and transformation of monetary meanings in the child, American Sociological Review, vol.17, n 3, p Tang T. (1992) - The meaning of money revisited, Journal of Organizational Behaviour, vol.13, n 2, p Tang T. (1995) - The development of a short money ethic scale : attitude towards money and pay satisfaction revisited, Personality Individual Differences, vol.19, n 6, p Urbain C. (2000) - L attitude à l égard de l argent : une première tentative de validation de deux échelles de mesure américaines dans un contexte culturel français, Recherche et Applications en Marketing, vol.15, n 3, p Webley P., Nyhus E. K. (2012) - Economic socialization, saving and assets, in European Young Adults, Assets and Education Research Symposium, CSD Working Papers, n Yamauchi K., Templer D. (1982) - The development of a money attitude scale, Journal of Personality Assessment, vol.46, n 5, p

16 A D E T E M ANNEE A1 : ÉNONCÉS INITIAU DE L ÉCHELLE SMM DE ROSE ET ORR (2007) Items 12 items retenus à l issue de l analyse factorielle exploratoire en France et aux États-Unis Stat 1 : Je dois admettre que j achète des choses parce que je sais qu elles impressionneront les autres. Stat 2 : J achète parfois des choses dont je n ai pas besoin, juste pour impressionner les autres. Stat 3 : Je possède de belles choses pour impressionner les autres. Accompl 1 : L argent est symbole de succès. Accompl 2 : J accorde beaucoup de valeur à l argent comme signe de succès. Accompl 3 : L argent représente la réussite d une personne. Inquiet 1 : Les questions d argent me préoccupent beaucoup. Inquiet 2 : Cela m inquiète de ne pas pouvoir gagner assez d argent plus tard. Inquiet 3 : Ne pas avoir assez d argent est l une de mes grandes craintes. Sécurité 1 : Quand je mets de l argent de côté, cela me donne un sentiment de sécurité. Sécurité 2 : C est très important pour moi d économiser pour plus tard. Sécurité 3 : Je préfère garder de l argent de côté car je ne sais jamais quand je pourrais en avoir besoin. 7 items supprimés Stat 4 : Parfois j achète l amitié des personnes dont je veux être apprécié, en étant très généreux avec elles. Accompl 4 : L argent est un indicateur de compétence. Accompl 5 : Je pense que le montant d argent gagné par une personne est lié à son intelligence. Inquiet 4 : Je m inquiète de perdre toutes mes économies. Inquiet 5 : Les économies d argent que j ai ne sont pas encore suffisantes. Sécurité 4 : C est très important pour moi d économiser assez d argent pour subvenir plus tard aux besoins de ma famille. Sécurité 5 : Je préfère économiser de l argent car je ne suis jamais sûr de savoir comment les choses vont évoluer. 22

17 Étude de la validité interculturelle de l échelle de mesure des significations symboliques de l argent auprès d adolescents français et américains Élodie Gentina, Isabelle Muratore ANNEE A2 : ÉNONCÉS UTILISÉS, FIABILITÉ ET VALIDITÉ CONVERGENTE DE L ÉCHELLE SMM DE ROSE ET ORR (2007) Échantillon d adolescents français (n2a = 207) Contributions factorielles Énoncés utilisés Fiabilité Rhô de Jöreskog Validité convergente Statut Validité discriminante Accomplis sement Inquiétude Sécurité Statut Stat 1 : Je dois admettre que j achète des choses parce que je sais qu elles impressionneront les autres. Stat 2 : J achète parfois des choses dont je n ai pas besoin, juste pour impressionner les autres. Stat 3 : Je possède de belles choses pour impressionner les autres. 0,79 0,87 0,70 0,81 0,91 Accomplissement Accompl 1 : L argent est symbole de succès. Accompl 2 : J accorde beaucoup de valeur à l argent comme signe de succès. Accompl 3 : L argent représente la réussite d une personne. 0,95 0,76 0,90 0,88 0,79 0,19* (0,44)** Inquiétude Inquiet 1 : Les questions d argent me préoccupent beaucoup. Inquiet 2 : Cela m inquiète de ne pas pouvoir gagner assez d argent plus tard. Inquiet 3 : Ne pas avoir assez d argent est l une de mes grandes craintes. 0,41 0,75 0,52 0,73 0,94 0,07 (0,28) 0,30 (0,55) Sécurité Sécurité 1 : Quand je mets de l argent de côté, cela me donne un sentiment de sécurité. Sécurité 2 : C est très important pour moi d économiser pour plus tard. Sécurité 3 : Je préfère garder de l argent de côté car je ne sais jamais quand je pourrais en avoir besoin. 0,61 0,89 0,59 0,95 0,71 0,00 (0,03) 0,02 (0,16) 0,09 (0,31) *Variance partagée entre les facteurs **Corrélations entre les facteurs 23

18 A D E T E M Statut Accomplissement Inquiétude Sécurité Énoncés utilisés Stat 1 : Je dois admettre que j achète des choses parce que je sais qu elles impressionneront les autres. Stat 2 : J achète parfois des choses dont je n ai pas besoin, juste pour impressionner les autres. Stat 3 : Je possède de belles choses pour impressionner les autres. Accompl 1 : L argent est symbole de succès. Accompl 2 : J accorde beaucoup de valeur à l argent comme signe de succès. Accompl 3 : L argent représente la réussite d une personne. Inquiet 1 : Les questions d argent me préoccupent beaucoup. Inquiet 2 : Cela m inquiète de ne pas pouvoir gagner assez d argent plus tard. Inquiet 3 : Ne pas avoir assez d argent est l une de mes grandes craintes. Sécurité 1 : Quand je mets de l argent de côté, cela me donne un sentiment de sécurité. Sécurité 2 : C est très important pour moi d économiser pour plus tard. Sécurité 3 : Je préfère garder de l argent de côté car je ne sais jamais quand je pourrais en avoir besoin. Contributions factorielles 0,82 0,79 0,88 0,95 0,93 0,82 0,65 0,86 0,69 0,71 0,79 0,62 Échantillon d adolescents français (n2a = 207) Fiabilité Rhô de Jöreskog Validité convergente Statut Validité discriminante Accomplis sement Inquiétude Sécurité 0,86 0,69 0,92 0,81 0,15* (0,39)** 0,78 0,54 0,09 (0,31) 0,05 (0,23) 0,75 0,50 0,01 (0,10) 0,00 (0,07) 0,20 (0,45) *Variance partagée entre les facteurs **Corrélations entre les facteurs 24

19 Étude de la validité interculturelle de l échelle de mesure des significations symboliques de l argent auprès d adolescents français et américains Élodie Gentina, Isabelle Muratore ANNEE A3 : PRÉSENTATION DES ÉNONCÉS DES ÉCHELLES DE MESURE ET TESTS DE FIABILITÉ (N1A ADOLESCENTS FRANÇAIS = 90) Construits Énoncés Fiabilités Capacité à rechercher des prix avantageux (Sproles, Kendall, 1986) - Je compare les prix de différentes marques pour être sûr(e) d avoir le meilleur rapport qualité/prix. - Le plus souvent, je choisis les produits les moins chers. - Je fais attention à trouver le meilleur rapport qualité/prix. 0,72 Préférence à la marque (Sproles, Kendall, 1986) - Je choisis toujours des marques connues. - En général, je choisis les marques les plus chères. - Je préfère acheter les marques les plus tendance. 0,78 Recherche de nouveauté (Sproles, Kendall, 1986) - En général, je porte les tous derniers styles vestimentaires à la mode. - Je tiens ma garde-robe à jour en fonction des différentes modes. - C est très important pour moi d avoir un style à la mode. 0,83 Capacité à s informer lors de l achat (Kim, Yang et Lee, 2009) - J en connais un rayon sur les différentes marques des produits que j achète. - Je connais bien les différentes offres disponibles pour les produits que j achète. - En général, je sais ce qu est le prix à payer pour un produit. - Je connais très bien les différents types de magasins. 0,78 Sensibilité à l influence des autres (Bearden, Netemeyer et Teel, 1989) Dimension informative - Je m'informe souvent auprès de mes copains/copines avant d'acheter un produit. - En général, lorsque je ne connais pas bien une marque, je demande conseil à mes copains/copines. - Pour être sûr(e) d acheter le bon produit, j'observe souvent ce que mes copains/copines achètent. - Quand j achète un produit, je demande souvent conseil à mes copains/copines pour m aider à faire le meilleur choix. 0,86 Dimension normative 0,88 - C est important pour moi que mes copains/copines aiment les produits et les marques que j'achète. - Si je veux ressembler à un(e) copain/copine, j'essaie d'acheter les mêmes marques que lui/qu elle. - J'aime bien savoir quels sont les produits et les marques qui font une bonne impression sur mes copains/copines. -J'achète le plus souvent les produits que mes copains/copines aiment. -Je m'identifie souvent à mes copains/copines en achetant les mêmes produits et marques qu eux/qu'elles. -J'ai le sentiment d'appartenir à un groupe lorsque j'achète les mêmes produits et marques que mes copains/copines. Capacité à gérer son argent de poche (Rose, Orr, 2007) - Je gère très bien mon argent. - Je dépense mon argent raisonnablement. - Je fais très attention à la façon dont je dépense mon argent. 0,82 25

20 A D E T E M ANNEE A4 : ÉNONCÉS UTILISÉS ET QUALITÉS PSYCHOMÉTRIQUE DES CONSTRUITS (N2A ADOLESCENTS FRANÇAIS = 207) Validité discriminante Énoncés Utilisés Contributions factorielles Fiabilité Rhô de Jöreskog Validité convergente Capacité à rechercher des prix avantageux Préférence à la marque Recherche de nouveauté Capacité à être informé lors de l achat Sensibilité à l influence informative des autres Sensibilité à l influence normative des autres Capacité à gérer son argent Capacité à rechercher des prix avantageux Préférence à la marque Recherche de nouveauté Capacité à être informé lors de l achat Sensibilité à l influence informative des autres Sensibilité à l influence normative des autres Capacité à gérer son argent de poche Rech1 Rech2 Rech3 Marq1 Marq2 Marq4 Nouv1 Nouv2 Nouv3 Dec1 Dec2 Dec3 Dec4 SII1 SII2 SII3 SII4 SNI3 SNI4 SNI5 SNI6 SNI7 SNI8 Gest1 Gest2 Gest3 0,41 0,93 0,72 0,83 0,77 0,69 0,77 0,77 0,82 0,80 0,66 0,62 0,74 0,85 0,70 0,66 0,86 0,72 0,76 0,81 0,79 0,74 0,68 0,73 0,72 0,82 0,74 0,80 0,82 0,79 0,85 0,88 0,80 0,51 0,58 0,61 0,50 0,59 0,56 0,57 0,01* (-0,13)** 0,01 (-0,11) 0,01 (0,11) 0,01 (0,13) 0,00 (-0,08) 0,05 (0,24) 0,17 (0,42) 0,25 (0,50) 0,03 (0,19) 0,16 (0,41) 0,01 (-0,13) 0,34 (0,59) 0,15 (0,39) 0,27 (0,52) 0,00 (-0,04) 0,09 (0,30) 0,09 (0,30) 0,00 (-0,08) 0,24 (0,49) 0,00 (-0,07) 0,00 (-0,05) Indicateurs d ajustement du modèle χ2 (ddl) 449,68 (278) GFI 0,85 RMSEA 0,05 CFI 0,93 χ2/ddl 1,61 SRMR 0,07 *Variance partagée entre les facteurs **Corrélations entre les facteurs 26

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

CONGRES PARIS-VENISE 2004

CONGRES PARIS-VENISE 2004 CONGRES PARIS-VENISE 2004 26-27 novembre 2004 Universita Ca Foscari Venezia Bulletin-Réponse M. Mme Prénom : Gilles Nom :_ROEHRICH Université/ Ecole : Ecole Supérieure de Affaires de Grenoble Adresse :

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Nice, le 16 juin 2014 NOM : JA BARY E-MAIL PRENOM : HALA HALAJABARY@YAHOO.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Page 1 :

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Résultats du premier Observatoire des femmes et l assurance Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Fiche méthodologique Cible : Hommes et femmes âgés

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

L évaluation de la performance de la communication media

L évaluation de la performance de la communication media L évaluation de la performance de la communication media Pascal ROOS Enseignant en BTS Management des Unités Commerciales Lycée Edmond Rostand, Saint Ouen l Aumône (95) «Je sais qu un dollar de publicité

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com Feel Well Work Well POUR MIEUX TRAVAILLER ensemble LE CAPITAL HUMAIN RESTE LA

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti

A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti Hamid Mohamed Aden, Directeur du CRIPEN, Djibouti Xavier Roegiers, Professeur à l Université de Louvain, Directeur

Plus en détail

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Colloque QuébecStrasbourg Octobre 2008 Présenté par Gilles Cantin, Ph.D. Département d éducation et pédagogie UQAM

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC)

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) LES JEUNES FACE A L ECRIT UN NOUVEAU DISPOSITIF D EVALUATION MASSIVE DE LEURS PERFORMANCES EN LECTURE Thierry Rocher* * DEPP, thierry.rocher@education.gouv.fr Mots-clés : illettrisme, test automatisé,

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke.

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke. Engagement scolaire et persévérance rance au secondaire : Modèle théorique, types, évaluation et intervention Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

LE STRESS PROFESSIONNEL

LE STRESS PROFESSIONNEL LE STRESS PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE EN SUISSE ROMANDE Communication donnée lors des Doctoriales des EDSE 2012, tenu à Genève le 4 mai 2012 Carl Denecker Université de Genève

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne.

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. www.audirep.fr Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. Restitution des résultats d une étude menée par internet sur un échantillon de 1 001 personnes représentatives de la population

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Méthodes de la gestion indicielle

Méthodes de la gestion indicielle Méthodes de la gestion indicielle La gestion répliquante : Ce type de gestion indicielle peut être mis en œuvre par trois manières, soit par une réplication pure, une réplication synthétique, ou une réplication

Plus en détail

BCGE Synchrony Finest of TM. Gestion de portefeuilles institutionnels balancés globaux. Une approche originale et sûre.

BCGE Synchrony Finest of TM. Gestion de portefeuilles institutionnels balancés globaux. Une approche originale et sûre. BCGE Synchrony Finest of TM Gestion de portefeuilles institutionnels balancés globaux. Une approche originale et sûre. BCGE Asset Management Comment s assurer que la gestion des actifs correspond parfaitement

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

La formule Leadership en Action TM. Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Leadership en Action TM

La formule Leadership en Action TM. Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Leadership en Action TM La formule Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Nous contacter : Monique Cumin, monique.cumin@lasting-success.com Tel : 06 95 09 10 31 La formule Formation-action : entraînement

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING Septembre 2011 SYNTEC Coaching 3, rue Léon Bonnat 75016 Paris Tel. : 01 44 30 49 00 www.syntec.evolution-professionnelle.com

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE GOBERT 1 PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE 1. Perception et perception sociale Perception = processus par lequel l individu organise et interprète ses impressions sensorielles de façon à donner un sens

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

Jeux sous forme normale

Jeux sous forme normale CHAPITRE 4 Jeux sous forme normale Dans les problèmes de décision, nous avons relié les choix qui pouvaient être faits par un agent avec les utilités qu il pouvait en dériver. L idée qu un agent rationnel

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DURANT L ENFANCE ET L ADOLESCENCE PROFESSEUR N. RIGAL MAITRE DE CONFERENCES EN PSYCHOLOGIE DU DEVELOPPEMENT, UNIVERSITE DE PARIS 10, FRANCE rigal.n@free.fr Rôle

Plus en détail

Quand le bâtiment va, tout va

Quand le bâtiment va, tout va Quand le bâtiment va, tout va Citation de Martin Nadeau en 1849 à l Assemblée législative de la France Martin Nadeau Ancien ouvrier maçon Député à l Assemblée législative Les sots font bâtir les maisons

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE

MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE MARKETING ALSINET AUDREY BURRET JEAN FRANCOIS MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE INTRODUCTION I - COMMENT MESURER LA SATISFACTION A - CRITERE DE SATISFACTION. Diversité et qualité

Plus en détail

Jeunes et argent. Jeunes et argent. CRIOC, mars 2011

Jeunes et argent. Jeunes et argent. CRIOC, mars 2011 Jeunes et argent Jeunes et argent CRIOC, mars 2011 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. L enfant et l argent 4. Argent de poche (montant, source, utilisation) 5. Job d étudiant (périodes, utilisation

Plus en détail

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans FAIREBOUGERLES9-13.org 1 LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans TABLE DES MATIÈRES 3 4 5 DONNÉES SOCIO- DÉMOGRAPHIQUES HABITUDES MÉDIATIQUES ET DE CONSOMMATION EN MATIÈRE DE MODE DE VIE PHYSIQUEMENT

Plus en détail

Éléments d information contribuant à la formation de l image d un établissement universitaire *

Éléments d information contribuant à la formation de l image d un établissement universitaire * Éléments d information contribuant à la formation de l image d un établissement universitaire * Nha Nguyen université de moncton L image institutionnelle, considérée comme un outil de promotion efficace

Plus en détail

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL :

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : Management international APPEL A CONTRIBUTION Printemps 2014 UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : VERS DE NOUVELLES PERSPECTIVES? Rédacteurs en chef invités : Corinne Bessieux-Ollier,

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

Problèmes de crédit et coûts de financement

Problèmes de crédit et coûts de financement Chapitre 9 Problèmes de crédit et coûts de financement Ce chapitre aborde un ensemble de préoccupations devenues essentielles sur les marchés dedérivésdecréditdepuislacriseducréditde2007.lapremièredecespréoccupations

Plus en détail

Des compétences numériques à la littératie numérique

Des compétences numériques à la littératie numérique Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2014 10, juin 2014 www.ftu.be/ep Des compétences numériques à la littératie numérique Quels enjeux derrière l évolution de ces

Plus en détail

L'intelligence d'affaires: la statistique dans nos vies de consommateurs

L'intelligence d'affaires: la statistique dans nos vies de consommateurs L'intelligence d'affaires: la statistique dans nos vies de consommateurs Jean-François Plante, HEC Montréal Marc Fredette, HEC Montréal Congrès de l ACFAS, Université Laval, 6 mai 2013 Intelligence d affaires

Plus en détail

Motiver les équipes commerciales

Motiver les équipes commerciales Motiver les équipes commerciales Nouvelle recherche sur les facteurs de motivation des commerciaux les plus performants. par Colleen O Sullivan & Greg McDonald Developing the 21st century workforce TM

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

MOBILISATION DES RESSOURCES

MOBILISATION DES RESSOURCES Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education MOBILISATION DES RESSOURCES Mini Guide pratique pour le ROCARE Ce guide est conçu et diffusé par le Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Baromètre Gemalto - TNS Sofres. Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique

Baromètre Gemalto - TNS Sofres. Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique Baromètre Gemalto - TNS Sofres Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique Amsterdam, 12 mars 2008 Gemalto (Euronext NL0000400653 GTO),

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles

Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles Michael Vandenbossche mvn@softcomputing.com Soft Computing 165 avenue de Bretagne 59000 Lille 1. Présentation 2. Indicateurs statistiques de base

Plus en détail

Médicis, la mutuelle retraite des indépendants :

Médicis, la mutuelle retraite des indépendants : Le commerce en France : 750 000 entrepreneurs 2 millions de personnes 343 milliards d euros de chiffre d affaires Médicis, la mutuelle retraite des indépendants : 167 000 adhérents La plus grande organisation

Plus en détail

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage,

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage, SYNTHÈSE DU CHAPITRE 11 : LA SEGMENTATION DE LA DEMANDE. La segmentation. La segmentation de la demande consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèle) ayant des comportements homogènes

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Fonds Commun de Placement dans l Innovation. innovation pluriel 2. Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI

Fonds Commun de Placement dans l Innovation. innovation pluriel 2. Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI Fonds Commun de Placement dans l Innovation Fcpi innovation pluriel 2 Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI Qu est-ce qu un FCPI? Créé par la Loi de finances de 1997, le Fonds

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE Clémence Gauvin et Émilienne Laforge, professeures Module travail social Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2004-2005, modification mai 2006 Introduction La formation

Plus en détail

Profils de comportements de consommateurs dans un environnement multi-canal : identification et étude des facteurs explicatifs

Profils de comportements de consommateurs dans un environnement multi-canal : identification et étude des facteurs explicatifs Session 5-1 Profils de comportements de consommateurs dans un environnement multi-canal : identification et étude des facteurs explicatifs Résumé Sandrine HEITZ-SPAHN IUT Robert Schuman, 72, Route du Rhin

Plus en détail

L analyse d entretiens de recherche qualitatifs

L analyse d entretiens de recherche qualitatifs L analyse d entretiens de recherche qualitatifs Annie Gendron, M.Ps. Candidate au doctorat en psychologie, UQTR Natacha Brunelle, Ph.D. Professeure au département de psychoéducation, UQTR 19 mars 2010

Plus en détail