Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz,

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz,"

Transcription

1 Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, en régime continu ou impulsionnel. Applications opto-microondes. NGOC DIEPLAI Laboratoire d Electronique Quantique et Physique des Lasers

2 Introduction Lasers solides bi-fréquences continûment accordables : Courbe de gain Beaucoup d applications potentielles Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 2

3 Lidar-radar Doppler Lidar-radar Doppler Besoins : Propagation dans l atmosphère : 1,55 µm Propagation sous-marine : 532 nm Durée contrôlable : centaines de ns 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 3 Battement cohérent d impulsion à impulsion

4 Génération d ondes sub-millimétriques Génération d ondes sub-millimétriques Photo-commutation Avantages : Compact. Accordable. Pureté spectrale. Besoin : Longueur d onde visible! 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 4

5 Questions Optimisation des caractéristiques des lasers solides impulsionnels? Impulsions à 1,55 µm et dans le visible? Battement cohérent d impulsion à impulsion? Source bi-fréquence THz dans le visible? 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 5

6 Plan d exposé Plan d exposé I. Lasers solides impulsionnels 1/ Contrôle de la durée des impulsions. 2/ Laser impulsionnel bi-fréquence. 3/ Cohérence du battement. II. Conversion de fréquence 1/ Laser impulsionnel vert. 2/ Laser continu THz rouge. 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 6

7 Contrôle de la durée des impulsions Contrôle de la durée des impulsions Laser déclenché passivement Impulsion dépend de la transmission de la cavité Question: dépend de: Comment contrôler la durée d impulsion? Comment ajuster R? Contrôlée par les états fourchus du laser à 2 axes 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 7

8 Laser à deux axes e Cr:YAG I e ρ Théorie : Matrices de Jones états propres fourchus I e I o 1 E 1 = Pompe sin ρ 0 0 cos ρ o E 2 = I o cos ρ 0 0 -sin ρ ρ( ) 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 8 λ/4 Laser R I e /I o dépend de ρ

9 Résultats expérimentaux 100 ns Continûment ajustable 100 ns 500 ns 45 Puiss. moyenne (mw) Temps 200 ns Puissance moyenne augmente Bon accord théorie-expérience Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 9 Durée d'impulsion d impulsion (ns) (ns)

10 Conclusion : Contrôle de la durée des impulsions Contrôle de la durée des impulsions Etats fourchus durée des impulsions ajustable : 100 ns 500 ns Bon accord entre théorie-expérience. Etats fourchus addition cohérente d impulsions. Autres méthodes : Translation de l absorbant saturable : 30 ns 350 ns Translation de la lentille de focalisation : 20 ns 250 ns Application au laser impulsionnel bi-fréquence. 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 10

11 Plan d exposé Plan d exposé I. Lasers solides impulsionnels 1/ Contrôle de la durée des impulsions. 2/ Laser impulsionnel bi-fréquence. 3/ Cohérence du battement. II. Conversion de fréquence 1/ Laser impulsionnel vert. 2/ Laser continu THz rouge. 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 11

12 Laser impulsionnel bi-fréquence à 1,55 µm Laser impulsionnel bi-fréquence à 1,55 µm 1,55 µm bande de sécurité oculaire, domaine de télécommunication. Questions : Impulsions bi-fréquences à 1,55 µm? Absorbant saturable à 1,55 µm? Fréquence de battement? 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 12

13 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 13 Bon absorbant saturable Absorption isotrope Absorbant saturable Co:ASL taillé c (CEA/LETI-Grenoble) Efficacité? Abs. saturable isotrope? régime bi-fréquence! Expérience : régime monomode Résultats Intensité (u. a.) Puissance moyenne du laser (mw) % Intensité (u. a.) Temps 250 ns 1 ms 400 ns Puissance de la pompe (mw)

14 Régime bi-fréquence : Principe Fréquence de battement Matrice de Jones ν 1 ν 2 ν = 2L c 2 ρ π Polariseur Résultats Impulsions bi-fréquences accordables à 1,55 µm Intensité (u. a.) 1 0 ν=160 MHz 100 ns ν (GHz) 1,5 1,2 0,9 0,6 0, Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 14 Temps ρ( )

15 Microlaser impulsionnel bi-fréquence : Résultats Grande puissance crête : 470 W Fréquence de battement élevée : c/4l = 19 GHz Intensité (u. a.) Longueur d'onde (nm) 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep GHz

16 Laser impulsionnel bi-fréquence à 1,55 µm Laser impulsionnel bi-fréquence à 1,55 µm Conclusion : Nouvel absorbant saturable : Co:ASL Impulsions bi-fréquences accordables à 1,55 µm. Cavité étendue : c/4l = 1,4 GHz Microcavité : c/4l = 19 GHz Nombreuses applications : télémétrie, lidar-radar. Battement cohérent? 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 16

17 Plan d exposé Plan d exposé I. Lasers solides impulsionnels 1/ Contrôle de la durée des impulsions. 2/ Laser impulsionnel bi-fréquence. 3/ Cohérence du battement. II. Conversion de fréquence 1/ Laser impulsionnel vert. 2/ Laser continu THz rouge. 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 17

18 Cohérence du battement en régime impulsionnel Cohérence du battement en régime impulsionnel Signal / Bruit (db) L. Morvan impulsion (100 ns) (17 km) 20 impulsions (1 ms) Visibilité (km) (27 km) 10 db Besoin : Battement cohérent d impulsion à impulsion. Déclenchement passif : cohérence? 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 18

19 Calcul théorique de la transformée de Fourier Calcul théorique de la transformée de Fourier Train d impulsions ϕ(t) : aléatoire t 2 I(t) = I 0 exp ( τ /2 ln2) 2 ( ) δ nt t Transformée de Fourier n cos ( 2πν t + ϕ( t) ) b ϕ(t) : constante ν 2 S I (ν) = S 0 exp ν m /2 ln 2 ( ) 2 "Cohérence peigne de Dirac" 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 19 δ nν ( 0 ν) n S ϕ ( ν ν b )

20 Cas du laser à déclenchement passif Cas du laser à déclenchement passif Intensité (u. a.) 36 ns Temps Taux de répétition 1/T = 13 khz ν = 1GHz 20 ns Intensité nulle entre les impulsions ϕ varie aléatoirement Quelle méthode pour conserver ϕ(t) d une impulsion à l autre? 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 20

21 Modulation de la puissance de pompe Modulation de la puissance de pompe bi-fréquence? f modulation f relaxation Faible amplitude : AM Forte amplitude : Spiking Application au régime bi-fréquence? AM Intensité non nulle Battement cohérent? 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 21

22 Laser Nd:YAG bi-fréquence : Expérience Laser Nd:YAG bi-fréquence : Expérience Schéma expérimental Régime AM Cohérent? 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 22

23 Régime AM résonant : Expérience Régime AM résonant : Expérience 0 Battement cohérent Résultat général 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 23

24 Cohérence du battement en régime impulsionnel Cohérence du battement en régime impulsionnel Conclusion Laser bi-fréquence à déclenchement passif : Battement incohérent d impulsion à impulsion Laser bi-fréquence modulé en amplitude : AM : Battement cohérent d impulsion à impulsion 1,064 µm et 1,55 µm Durée des impulsions : 1 µs Taux de répétition : 100 khz Puissance crête : 5 puissance moyenne Spiking : Battement incohérent 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 24

25 Mais * Détection sous-marine * Génération d ondes sub-millimétriques Peut-on obtenir des sources bi-fréquences dans le visible? 2ν 2ν Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 25

26 Plan d exposé Plan d exposé I. Lasers solides impulsionnels. 1/ Contrôle de la durée des impulsions. 2/ Laser impulsionnel bi-fréquence. 3/ Cohérence du battement. II. Conversion de fréquence. 1/ Laser impulsionnel vert. 2/ Laser continu THz rouge. 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 26

27 Doublage intracavité d un laser Nd,Cr:YAG bi-fréquence 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 27

28 Cavité 1064 nm 532 nm I II Questions linéaires hélicoïdaux linéaires δ Conditions pour obtenir le régime bi-fréquence? Battement continûment accordable? Spectre dans le visible? 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 28

29 Matrices de Jones (ρ, α et δ ) Cas I KTP entre deux λ/4 Cas II KTP hors de deux λ/4 Régime bi-fréquence? Etats propres suivant x et y δ = nπ 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 29

30 Coefficients de D et S Fréquence de battement Cas II + Orientation du KTP Cas I Orientation de (λ/4)2 Cas II : Doublage et Somme Cas I : Doublage uniquement Continûment accordable en fonction de ρ et α 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 30

31 Résultats expérimentaux : avec δ = nπ Les impulsions bi-fréquences Fréquence de battement Intensité (u. a.) Intensité (u. a.) Temps Temps 1064 nm 50 ns 532 nm 50 ns Fréquence de battement (MHz) Fréquence de battement (MHz) Impulsions bi-fréquences dans le visible ρ ( ) Cas I et II 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep α ( ) Cas I Continûment accordable

32 Doublage intracavité d un laser Nd,Cr:YAG bi-fréquence Conclusion : Impulsions bi-fréquences dans le visible En bon accord entre expérience et théorie 1550 nm 775 nm Boucle d asservissement: δ = nπ 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 32

33 Au-delà du GHz Source THz dans le visible? Source THz dans le visible? 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 33

34 Plan d exposé Plan d exposé I. Lasers solides impulsionnels. 1/ Contrôle de la durée des impulsions. 2/ Laser impulsionnel bi-fréquence. 3/ Cohérence du battement. II. Conversion de fréquence. 1/ Laser impulsionnel vert. 2/ Laser continu THz rouge. 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 34

35 Rappel sur les cristaux non linéaires Rappel sur les cristaux non linéaires Cristal massif : k = 4 ( λ n n 2w 1w ) "Quasi-Phase Matching" Cristal à QPM l c = π k Bloembergen 1962 Quel type de cristal non linéaire? 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 35

36 Rappel sur le laser bi-fréquence THz Rappel sur le laser bi-fréquence THz M. Alouini 1998 à 1550 nm Cristal à double accord de phase accordable! Cristal massif : NON Cristal à "QPM" spécifique : OUI 193, ,5 Octobre , ,5 Lai Ngoc Diep 36 Fréquence (THz)

37 Modèle du cristal de PPLN à QPM Modèle du cristal de PPLN à QPM Cristal mixte en éventail de PPLN a.o. Périodes d inversion Λ fixe Λ variable Déplacement de PPLN Double accord de phase accordable 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 37

38 Résultats expérimentaux Résultats expérimentaux Intensité (u. a.) ν e ν o Fondamental Longueur d'onde (nm) ν ο ν e ν e ν ν ο 2ν ν 2ν 2ν ο ο e ο e 2ν e Intensité (u. a.) ν e Doublages ν o Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 38 Longueur d'onde (nm) Bi-fréquence THz dans le visible! Fixer : ν ο Varier : ν e

39 Source bi-fréquence THz ajustable dans le ROUGE Source bi-fréquence THz ajustable dans le ROUGE Intensité (u. a.) e Continûment accordable Puissance totale : 1 8 mw o Interférogramme Battement (1,4 THz) 4,2 THz Fréquence (THz) 100µm Déplacement Modulation : 100 % 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 39 0

40 Doublage de fréquence du laser bi-fréquence THz Doublage de fréquence du laser bi-fréquence THz Conclusion : Cristal spécifique mixte en éventail de PPLN Bon accord expérience-théorie Source bi-fréquence THz dans le visible Battement continûment accordable de 0 à 4,2 THz Grande qualité de battement, 100% de modulation Augmenter la puissance du fondamental 50 mw du rouge Application : génération d ondes sub-millimétriques, 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 40

41 Conclusion générale Conclusion générale Optimisation des lasers solides impulsionnels Stabilisation du taux de répétition : 10-6 Appl. Phys. Lett Contrôle de la durée des impulsions : ns Eur. Phys. J. D 2002 Augmentation d énergie des impulsions : 2,5 Lasers solides impulsionnels bi-fréquences Lasers impulsionnels bi-fréquences: Nd:YAG-Cr:YAG, Er-Yb:verre-Co:ASL ( ν : 0 20 GHz). Appl. Opt Opt. Lett Battement cohérent d impulsion à impulsion lidar-radar. 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 41 IEEE J. Lightwave Technol. 2003

42 Conclusion générale Conclusion générale Conversion de fréquence source bi-fréquence visible Méthodes : hors cavité ou intracavité Cristal non linéaire : massif ou quasi-accord de phase Impulsions bi-fréquences accordables à 532 nm et à 775 nm. Cristal spécifique de PPLN source bi-fréquence (4,2 THz) dans le visible génération d ondes THz. J. Phys. IV : Proc J. Opt. Soc. Am. B Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 42

43 Perspectives Applications : Lidar-radar Doppler. Génération d ondes sub-millimétriques. Spectroscopie. Applications médicales, Développements futurs : Microchip utilisant le cristal électro-optique. Chirp rapide de la fréquence. Boucles d asservissements. Lasers auto-doublés. 30 Octobre 2002 Lai Ngoc Diep 43

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta)

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta) Laser à fibre pour les télécommunications multiplexées en longueur d onde : Etude de l accordabilité en longueur d onde et de la génération de trains d impulsions multi-longueurs d onde par voie électro-optique

Plus en détail

Lasers solides bifréquences : régimes continus et impulsionnels, applications

Lasers solides bifréquences : régimes continus et impulsionnels, applications Lasers solides bifréquences : régimes continus et impulsionnels, applications M. Brunel et M. Vallet Institut de Physique de Rennes Équipe Photonique et Lasers marc.brunel@univ-rennes1.fr www.ipr.univ-rennes1.fr

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS Production d impulsions d laser nanosecondes en régime déclenché Directeur de Recherche au CNRS Responsable de l Équipe Lasers Solides et Applications (ELSA)

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - V

Les LASERS et leurs applications - V Les LASERS et leurs applications - V Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Lasers Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - IV

Les LASERS et leurs applications - IV Les LASERS et leurs applications - IV Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Lasers Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

Mesure non perturbatrice ULB de champs électriques par effet Pöckels

Mesure non perturbatrice ULB de champs électriques par effet Pöckels Mesure non perturbatrice ULB de champs électriques par effet Pöckels L. Duvillaret1,2,G. Gaborit1,2, M. Bernier1, A. Warezecha1 1 IMEP-LAHC / UMR CNRS n 5130 / Minatec-INPG / Grenoble 2 Kapteos / Savoie

Plus en détail

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Laser à Cascade Quantique étudié par spectroscopie THz ultrarapide, et génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Présentation : Simon SAWALLICH Date : Mercredi 14/04/2008

Plus en détail

Partie 1. Introduction aux lasers et applications... 1

Partie 1. Introduction aux lasers et applications... 1 Bibliographie générale...xv Tableaux utiles : lettres grecques, préfixes d'unités, spectre électromagnétique, notations utilisées (xx), abréviations utilisées (xxi), classes de sécurité des lasers (xxii)...xix

Plus en détail

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion Dynamique des lasers. Lasers en impulsion A. Evolutions couplées atomesphotons Rappel: gain laser en régime stationnaire Equations couplées atomes-rayonnement Facteur * Elimination adiabatique de l inversion

Plus en détail

Interférométrie hétérodyne

Interférométrie hétérodyne Travaux pratiques de la valeur mixte NST103 du Cnam et du Mastère I U. Paris XIII 1 Interférométrie hétérodyne Matériel fourni Laser HeNe Melles Griot 5 mw à λ =632,8 nm; Modulateur acousto-optique Isomet

Plus en détail

Applications de Ia diffusion Brillouin stimulée dans les fibres optiques monomodes

Applications de Ia diffusion Brillouin stimulée dans les fibres optiques monomodes Applications de Ia diffusion Brillouin stimulée dans les fibres optiques monomodes Luc Thévenaz, Marc Niklès, Jacques Boschung, Philippe Robert Ecole Polytechnique Fédérale de Lausarine Laboratore de Métrologie

Plus en détail

Les technologies laser pour l'imagerie active 3D embarquée et leur niveau de maturité

Les technologies laser pour l'imagerie active 3D embarquée et leur niveau de maturité Atelier "Systèmes embarqués d'imagerie 3D par laser" 7 avril 2014, LAAS/CNRS, Toulouse Les technologies laser pour l'imagerie active 3D embarquée et leur niveau de maturité Pierre BOURDON, Laurent LOMBARD,

Plus en détail

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1 1 Université Paris XI Centre d Orsay Master 1 de Physique Fondamentale Magistère de Physique Fondamentale 2 ième année Examen de Physique des Lasers Examen de 2 ieme cycle Première session 2011-2012 Épreuve

Plus en détail

Sources paramétriques infrarouge monofréquence pour la détection des gaz à effet de serre par LIDAR à absorption différentielle

Sources paramétriques infrarouge monofréquence pour la détection des gaz à effet de serre par LIDAR à absorption différentielle Sources paramétriques infrarouge monofréquence pour la détection des gaz à effet de serre par LIDAR à absorption différentielle Jessica Barrientos Barria, Jean-Baptiste Dherbecourt, Myriam Raybaut, Antoine

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

Composants photoniques

Composants photoniques Composants photoniques Chapitre 4 : Lasers 4.2. Lasers à semi-conducteurs LASERS à semiconducteurs 4.2.1 Introduction Qu est-ce qu un laser? LASER = Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques

Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques J. Burgin 1, C. Guillon 1, P. Langot 1 et F. Vallée 1,2 1 - CPMOH, Université Bordeaux 1, 351 cours de la Libération, 33 405 Talence 2 - FNO group,

Plus en détail

Lien optique cohérent à travers l atmosphère turbulente

Lien optique cohérent à travers l atmosphère turbulente Lien optique cohérent à travers l atmosphère turbulente Mini-DOLL : Deep Space Optical Laser Link Journées de Télémétrie Laser Présenté par : Khelifa DJERROUD Personnes impliquées dans le projet: Acef

Plus en détail

Fonctions optiques à base de résonateurs et micro-résonateurs couplés

Fonctions optiques à base de résonateurs et micro-résonateurs couplés Fonctions optiques à base de résonateurs et micro-résonateurs couplés Yannick Dumeige ENSSAT FOTON / Université de Rennes 1 6 rue de Kerampont, 22300 Lannion yannick.dumeige@enssat.fr Séminaire LPQM ENS

Plus en détail

Modulation et démodulation d amplitude.

Modulation et démodulation d amplitude. Modulation et démodulation d amplitude. P. Ribiere Collège Stannislas Année Scolaire 2014/2015 P. Ribiere (Collège Stannislas) Modulation et démodulation d amplitude. Année Scolaire 2014/2015 1 / 42 1

Plus en détail

Métrologie des propriétés électro-optiques dans les composants d'optique libre et intégrée

Métrologie des propriétés électro-optiques dans les composants d'optique libre et intégrée Métrologie des propriétés électro-optiques dans les composants d'optique libre et intégrée Effet élecro-optique YCOB pour la mise en oeuvre de plusieurs fonctionnalités optiques sur un même substrat BBO

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique Organisation des appareils et des systèmes: Bases physiques des méthodes d exploration UE 3A Le domaine de l optique Dr JC DELAUNAY PACES- année 2015/2016 OPTIQUE GEOMETRIQUE Stigmatisme Miroirs Dioptres

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

Amplificateur à fibre dopée erbium

Amplificateur à fibre dopée erbium Amplificateur à fibre dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 980 nm est puissante (100 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé

Plus en détail

Génération d impulsions femtosecondes du visible à l ensemble du spectre électromagnétique

Génération d impulsions femtosecondes du visible à l ensemble du spectre électromagnétique Lasers femtosecondes : principes et applications en physique, chimie et biologie (3/6) Génération d impulsions femtosecondes du visible à l ensemble du spectre électromagnétique 1. Oscillateurs femtosecondes

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

I- STRUCTURE ET ELEMENTS DE BASE D UN LASER

I- STRUCTURE ET ELEMENTS DE BASE D UN LASER Laser: principe, éléments de technologie, impulsions et quelques applications Nicolas HUOT 1 62 e congrès de l UdPPC Lyon 26-29 octobre 2014 - Présentation - Question 1: rayon unique? - Question 2: couleur,

Plus en détail

Propagation linéaire et non-linéaire d impulsions femtosecondes

Propagation linéaire et non-linéaire d impulsions femtosecondes Propagation linéaire et non-linéaire d impulsions femtosecondes Christophe FINOT Laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne, Université de Bourgogne, Dijon, FRANCE Ecole FEMTO 01 CAP HORNU 5-9

Plus en détail

Lasers bifréquences : synthétiseur opto-hyper et asservissement sur une référence moléculaire

Lasers bifréquences : synthétiseur opto-hyper et asservissement sur une référence moléculaire Lasers bifréquences : synthétiseur opto-hyper et asservissement sur une référence moléculaire M. Brunel et M. Vallet Physique des Lasers, UMR CNRS PALMS 6627 Université de Rennes 1, Campus de Beaulieu,

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

190 Laser monofrequence 192 Laser monofrequence 194 Laser monofrequence 196 Ch. Chardonnet phase ideal d'une frequence laser Laser monofrequence Laser monofrequence 200 Ch. Chardonnet 3.3.1 Definition:

Plus en détail

Sources laser femtoseconde, de haute puissance, contrôlées par injection

Sources laser femtoseconde, de haute puissance, contrôlées par injection Sources laser femtoseconde, de haute puissance, contrôlées par injection Louis Desbiens, Michel Piché Département de physique, de génie physique et d optique, Université Laval, Québec, Qc, Canada, G1K

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

Types de modulation analogique

Types de modulation analogique Modulation analogique et porteuse. Les capacités de transport de l information augmente avec la fréquence de la porteuse de l onde électromagnétique: Modulation: T B : période de la modulation. T porteuse

Plus en détail

GIGAPICO. Source laser picoseconde à 1030 nm à cadence variable entre 11 et 18 GHz

GIGAPICO. Source laser picoseconde à 1030 nm à cadence variable entre 11 et 18 GHz GIGAPICO Source laser picoseconde à 1030 nm à cadence variable entre 11 et 18 GHz Adrien Aubourg, Giorgio Santarelli LP2N Jérôme Lhermitte, Eric Cormier Celia Steve Hocquet Greenfield Technology Le projet

Plus en détail

Frédéric Audo, Jean-Pierre Coulon, Fabien Kéfélian Laboratoire ARTEMIS Observatoire de la Côte d Azur, Université de Nice, CNRS

Frédéric Audo, Jean-Pierre Coulon, Fabien Kéfélian Laboratoire ARTEMIS Observatoire de la Côte d Azur, Université de Nice, CNRS Assemblée générale du Labex First-TF Institut d optique d Aquitaine, jeudi 8 juin 2017 Mise en évidence expérimentale d'un plancher de bruit de fréquence au niveau de 0,1 Hz/ Hz dans l'asservissement d'un

Plus en détail

Etude et réalisation de lasers à fibre auto-impulsionnels àbase d absorbants saturables

Etude et réalisation de lasers à fibre auto-impulsionnels àbase d absorbants saturables Etude et réalisation de lasers à fibre auto-impulsionnels àbase d absorbants saturables Jean-Bernard Lecourt To cite this version: Jean-Bernard Lecourt. Etude et réalisation de lasers à fibre auto-impulsionnels

Plus en détail

UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels

UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels 1 Les très basses fréquences du spectre électromagnétique Bases : ondes électromagnétiques

Plus en détail

TP fibre optique dopée erbium

TP fibre optique dopée erbium TP fibre optique dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : le faisceau du laser de pompe est puissant. Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des

Plus en détail

Livret de sécurité (2009)

Livret de sécurité (2009) Laboratoire Collisions, Agrégat, Réactivité Equipe Femtoseconde Livret de sécurité (2009) Baynard Elsa Elsa.baynard@irsamc.ups tlse.fr Sommaire INTRODUCTION... 3 PRESENTATION DES RISQUES... 4 I. DES CHIFFRES

Plus en détail

Raccordement direct des étalons de longueur d onde à l unité de temps GPS. Direct link of wavelength standards to time unit through GPS timescale

Raccordement direct des étalons de longueur d onde à l unité de temps GPS. Direct link of wavelength standards to time unit through GPS timescale Raccordement direct des étalons de longueur d onde à l unité de temps GPS Direct link of wavelength standards to time unit through GPS timescale Jean-Pierre WALLERAND LNE-INM, CNAM, 61 Rue du Landy, 93

Plus en détail

Materiaux pour lasers a solide 261. et nous ne citerons que les principaux : LaMgAlnOi9 (LMA), LiYF4 (LYF), YAlOs (YAP) et

Materiaux pour lasers a solide 261. et nous ne citerons que les principaux : LaMgAlnOi9 (LMA), LiYF4 (LYF), YAlOs (YAP) et 260 G. Boulon developpements Materiaux pour lasers a solide 261 et nous ne citerons que les principaux : LaMgAlnOi9 (LMA), LiYF4 (LYF), YAlOs (YAP) et YVO4 dont 262 G. Boulon niveaux electroniques Materiaux

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

Oscillateur paramétrique optique visible à grande longueur de

Oscillateur paramétrique optique visible à grande longueur de Oscillateur paramétrique optique visible à grande longueur de cohérence Oussama Mhibik,, Thu-Hien My, Cyril Drag et Fabien Bretenaker Laboratoire Aimé Cotton, CNRS (Orsay) Laboratoire Aimé Cotton, CNRS,

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Mesures des spectres de fluorescence

Mesures des spectres de fluorescence Influence de la température sur la section efficace d'émission démission et sur le fonctionnement laser du Nd:YVO 4 à 1064nm. JNCO 2011 Xavier Délen, François Balembois, Patrick Georges Lb Laboratoire

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

Utilisation d un laser femtoseconde comme source acoustique en vue d applications à l acoustique sous-marine

Utilisation d un laser femtoseconde comme source acoustique en vue d applications à l acoustique sous-marine Utilisation d un laser femtoseconde comme source acoustique en vue d applications à l acoustique sous-marine R. Guillermin a, J.-P. Sessarego a, A. Jarnac b, A. Houard b, Y. Brelet b, J. Carbonnel b, Y.-B.

Plus en détail

Communications Numériques par Fibre Optique

Communications Numériques par Fibre Optique Université Mohammed Premier École Nationale des Sciences Appliquées d Oujda Cours de la 5 ème Année : Cycle d Ingénieurs Module 5M4 Version 1.0 (Septembre 2009) Communications Numériques par Fibre Optique

Plus en détail

Cours n 4 : Du LASER continu au LASER femtoseconde

Cours n 4 : Du LASER continu au LASER femtoseconde Cours n 4 : Du LASER continu au LASER femtoseconde Manuel Joffre www.enseignement.polytechnique.fr/profs/physique/manuel.joffre/dea/ Le LASER : un oscillateur optique Bouclage Amplification Amplification

Plus en détail

TP6 multiplexage en longueur d onde S4 - Module M4209C / PC2

TP6 multiplexage en longueur d onde S4 - Module M4209C / PC2 RESEAUX & TELECOMMUNICATIONS TP6 multiplexage en longueur d onde S4 - Module M4209C / PC2 RT2A 2014-15 Le but de ce TP est d introduire les propriétés du WDM. Avant les années 90, les systèmes de transmission

Plus en détail

N.T. C Formatio ns 1

N.T. C Formatio ns 1 1 LA RETRODIFFUSION: La rétrodiffusion consiste à mesurer le temps mis par une impulsion lumineuse pour aller et revenir dans la liaison. L atténuation est le rapport entre la lumière envoyée et la lumière

Plus en détail

TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE

TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE PRE-REQUIS SAVOIR : AOP en régime linéaire et non linéaire OBJECTIFS SAVOIR : Valider par le calcul et la mesure, les performances des fonctions

Plus en détail

COMMUNICATIONS NUMERIQUES INTRA VEHICULE : CARACTERISATION DES BRUITS ET DES INTERFERENCES

COMMUNICATIONS NUMERIQUES INTRA VEHICULE : CARACTERISATION DES BRUITS ET DES INTERFERENCES COMMUNICATIONS NUMERIQUES INTRA VEHICULE : CARACTERISATION DES BRUITS ET DES INTERFERENCES Virginie DEGARDIN*, Marc HEDDEBAUT**, Martine LIENARD*, Virginie DENIAU** et Pierre DEGAUQUE* (*): Université

Plus en détail

GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban

GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban Gabriel Cormier, Ph.D., ing. Université de Moncton Hiver 2012 Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 9 Hiver 2012 1 / 51 Introduction Gabriel Cormier (UdeM)

Plus en détail

Les lasers : quoi, comment, pourquoi?

Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Thierry Lahaye LCAR, UMR 5589 du CNRS, Toulouse Délégation régionale du CNRS 8 novembre 2010 Il y a 50 ans naissait le laser 16 mai 1960, Theodor Maiman (Hughes Research

Plus en détail

Microrésonateurs actifs ou non-linéaires : applications aux micro-ondes

Microrésonateurs actifs ou non-linéaires : applications aux micro-ondes Microrésonateurs actifs ou non-linéaires : applications aux micro-ondes Yannick Dumeige UMR FOTON ENSSAT / Université de Rennes 1 6 rue de Kerampont, 22300 Lannion Institut des Nanotechnologies de Lyon

Plus en détail

Les défis des T&M (tests et mesures) en communication par fibre optique

Les défis des T&M (tests et mesures) en communication par fibre optique Technologies photoniques appliquées aux communications 13 juin 2005 Les défis des T&M (tests et mesures) en communication par fibre optique Raymond Roberge Conseiller technique senior Plan de la présentation

Plus en détail

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire Théorie & applications F. Brau FP CNRS Avril 2009 Absorption multi-photonique Maria Göppert-Mayer Principe E hc 1931 Prédiction théorique Un atome

Plus en détail

Caractérisation spectrale des lasers semiconducteurs par transposition de fréquence optique dans le domaine radio-fréquence

Caractérisation spectrale des lasers semiconducteurs par transposition de fréquence optique dans le domaine radio-fréquence Caractérisation spectrale des lasers semiconducteurs par transposition de fréquence optique dans le domaine radio-fréquence Pascal Dherbécourt, Olivier Latry, Eric Joubert, Mohamed Kétata IUT - Université

Plus en détail

Technologies des réseaux tout optique

Technologies des réseaux tout optique École Nationale des Sciences Appliquées Tétouan- Génie des Systèmes de Télécommunications et Réseaux GSTR3 Module: Complément Télécoms Technologies des réseaux tout optique Pr. Mounir Arioua m.arioua@ieee.org

Plus en détail

Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009

Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009 Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009 1 Les fibres optiques : caractéristiques et fabrication 2 Les composants optoélectroniques 3 Les amplificateurs optiques

Plus en détail

Cryptage physique de données optiques de seconde génération

Cryptage physique de données optiques de seconde génération Cryptage physique de données optiques de seconde génération M. Nourine, Y. K. Chembo, M. Peil & L. Larger Groupe Optoélectronique, Département d Optique P.M. Duffieux, Institut FEMTO-ST, UMR CNRS 6174

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

Communications numériques

Communications numériques Communications numériques 1. Modulation numérique (a) message numérique/signal numérique (b) transmission binaire/m-aire en bande de base (c) modulation sur fréquence porteuse (d) paramètres, limite fondamentale

Plus en détail

Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion

Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion Les matériaux utilisés pour réaliser des composants optiques sont ± absorbants (pertes énergétiques selon le trajet Flux

Plus en détail

Montée en puissance des lasers à fibres : Etat de l art et perspectives

Montée en puissance des lasers à fibres : Etat de l art et perspectives Journées de l optique Réseau Optique et Photonique 9/10/07-11/10/07 Montée en puissance des lasers à fibres : Etat de l art et perspectives P. Bourdon (ONERA/DOTA/SLS) 1 Plan 1) Les lasers à fibres - historique,

Plus en détail

Tiré à Part. Application des lasers télécom aux besoins militaires. J.-P. Cariou, J.-P. Bouzinac. OPTRO 2002 Paris (France), 14-16 janvier 2002

Tiré à Part. Application des lasers télécom aux besoins militaires. J.-P. Cariou, J.-P. Bouzinac. OPTRO 2002 Paris (France), 14-16 janvier 2002 Tiré à Part Application des lasers télécom aux besoins militaires J.-P. Cariou, J.-P. Bouzinac OPTRO 2002 Paris (France), 14-16 janvier 2002 TP 2002-6 Application des lasers télécom aux besoins militaires

Plus en détail

G.P. DS 07 6 février 2008

G.P. DS 07 6 février 2008 DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Modulateur optique... 2 I.Interférence à deux ondes...2 II.Étude d une séparatrice...2 III.Interférométre de Mach-Zehnder...

Plus en détail

TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS

TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS I. Introduction En hyperfréquence, la caractérisation des dispositifs passifs ou actifs est assez différentes des techniques utilisées en basse fréquence.

Plus en détail

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K =

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K = Exercice : réponse harmonique de circuits passifs d'ordre Déterminer la fonction de transfert H(j) U 2 /U et tracer les asymptotes des diagrammes de Bode des circuits ci-dessous.! 60 nf 0 kω 50 nf U U

Plus en détail

Les Technologies Laser à l INO

Les Technologies Laser à l INO Les Technologies Laser à l INO Antoine Proulx, Mathieu Drolet, Yves Taillon, Pierre Galarneau Institut National d Optique (INO) 50 e anniversaire du laser École de Technologie Supérieure Vendredi, le 14

Plus en détail

- GdR DYCOEC - Synchronisation optique : dynamique et cryptographie

- GdR DYCOEC - Synchronisation optique : dynamique et cryptographie Journées d ouverture du GdR Rouen, 12 Février 2007 - GdR DYCOEC - Synchronisation optique : dynamique et cryptographie Laurent Larger Institut FEMTO-ST, UMR 6174 Équipe Optoélectronique Université de Franche-Comté

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal Hiver 2007

Plus en détail

FMSIE235 - Master EEA Amplification Optique - Notes de Cours. Mikhaël MYARA myara@opto.univ-montp2.fr

FMSIE235 - Master EEA Amplification Optique - Notes de Cours. Mikhaël MYARA myara@opto.univ-montp2.fr FMSIE235 - Master EEA Amplification Optique - Notes de Cours Mikhaël MYARA myara@opto.univ-montp2.fr 1 er février 28 Table des matières 1 Contexte 5 1.1 Telecommunications optiques numériques à longue

Plus en détail

Amplificateur de sonorisation

Amplificateur de sonorisation Amplificateur de sonorisation On se propose de vérifier quelques spécifications d un amplificateur basse-fréquence de sonorisation dont les caractéristiques techniques sont données en Annexe. Remarques

Plus en détail

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Le barème est sur 70 points dont 2 points pour la présentation Les questions Q13, Q14, Q17, Q33 et Q34 peuvent être laissées de coté dans un premier temps. Calculatrice

Plus en détail

Utilisation des CRBM en mode temporel: illustration par des mesures d'efficacité de blindage

Utilisation des CRBM en mode temporel: illustration par des mesures d'efficacité de blindage Utilisation des CRBM en mode temporel: illustration par des mesures d'efficacité de blindage Virginie Deniau Lamine Kone, Jean Rioult, Sylvie Baranowski Contexte Les CRBM présentent des avantages indéniables

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Terminale S Propriétés des ondes TP De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Objectifs : Mettre en oeuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse

Plus en détail

II. Attaque harmonique : diagrammes de Bode, Nyquist et Black- Nichols.

II. Attaque harmonique : diagrammes de Bode, Nyquist et Black- Nichols. SYSAM SP5 et OSCILLO5 Fiches de montages Etude d un filtre actif passe-bande I. Généralités Ce document a pour but de montrer comment utiliser Oscillo5 pour étudier un filtre en régime harmonique (attaque

Plus en détail

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON L INTERFEROMETRE DE MICHELSON Chappuis Emilie (chappue0@etu.unige.ch) Fournier Coralie (fournic0@etu.unige.ch) . Introduction.. But de la manipulation. INTERFEROMETRE DE MICHELSON Lors de ce laboratoire,

Plus en détail

Introduction aux lasers impusionnels Lasers Impulsionnels. Phytem 14 avril 2010

Introduction aux lasers impusionnels Lasers Impulsionnels. Phytem 14 avril 2010 Introduction aux lasers impusionnels Lasers Impulsionnels Phytem 14 avril 2010 Plan du cours 1 : Introduction : échelle des temps 2 : Comment faire des impulsions (et avec quelle durée?) 3 : En pratique

Plus en détail

Electron S.R.L. Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065 9200 Fax 9065 9180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron.

Electron S.R.L. Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065 9200 Fax 9065 9180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron. Electron S.R.L. Design Production & Trading of Educational Equipment B4510 UNIITE DIIDACTIIQUE LIIGNE DE TRANSMIISSIION MANUEL D IINSTRUCTIIONS Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065

Plus en détail

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL LCPC Instrumentation et Mesures sur Chantier CFMSG - 18 Septembre 2002 LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL JM. Caussignac Le Risque et le Génie Civil - F.O.-ENPC 3/02/00 1 Sommaire

Plus en détail

Caractérisation de Fibres dopées Terres Rares

Caractérisation de Fibres dopées Terres Rares Laboratoire Physique de la Matière Condensée CNRS-UMR7336_Université Nice Sophia-Antipolis Rapport de stage tuteuré en laboratoire Licence 3 Physique Encadrant: Bernard Dussardier Projet réalisé par :

Plus en détail

Université de Nice Sophia Antipolis Licence de physique

Université de Nice Sophia Antipolis Licence de physique Université de Nice Sophia Antipolis Licence de physique Projet tutoré en laboratoire : Année 2009/2010 Miradji Faoulat Barnaoui Serine Ben Abdeljellil Wael Encadrant : Mr. Anders Kastberg 1 Remerciement

Plus en détail

Lasers solides pompés par diode émettant des impulsions picosecondes à haute cadence dans l ultraviolet

Lasers solides pompés par diode émettant des impulsions picosecondes à haute cadence dans l ultraviolet J. Phys. IV France 127 (2005) 15 19 C EDP Sciences, Les Ulis DOI: 10.1051/jp4:2005127003 Lasers solides pompés par diode émettant des impulsions picosecondes à haute cadence dans l ultraviolet F. Balembois

Plus en détail

pb2 CARACTÉRISATION DES IMPULSIONS GÉNÉRÉES PAR LA MÉTHODE DU Q-SWITCH PASSIF DANS UN LASER À CO 2

pb2 CARACTÉRISATION DES IMPULSIONS GÉNÉRÉES PAR LA MÉTHODE DU Q-SWITCH PASSIF DANS UN LASER À CO 2 5 ème Séminaire National sur le Laser et ses Applications UKM Ouargla 16 et 17 Décembre 2009 pb2 CARACTÉRISATION DES IMPULSIONS GÉNÉRÉES PAR LA MÉTHODE DU Q-SWITCH PASSIF DANS UN LASER À CO 2 Rezki BECHEKER,

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

LASERS ET AMPLIFICATEURS

LASERS ET AMPLIFICATEURS LASERS ET AMPLIFICATEURS Diodes laser de forte puissance de la société DILAS, composants et ensembles complets http://www.dilas.com DILAS, filiale du groupe ROFIN, se distingue par son ingénierie, son

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

Plan. Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images. IUT StDié. Introduction. 1. Nature et propagation i. de La la lumière lumière

Plan. Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images. IUT StDié. Introduction. 1. Nature et propagation i. de La la lumière lumière Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images IUT StDié Cours niveau Licence Optique v.2005-10-05 Stéphane Gobron Plan Introduction 2. Image, réflexion et réfraction 4. Interférences et

Plus en détail