Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire"

Transcription

1 Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire J. CHARTON, E-M. KIEFFER, S. REBIH, G. BAZILLE, H. LANG, C. ROY Service de Radiologie B NHC, STRASBOURG JFR 2011

2 Introduction à la bi énergie Connaître la manière dont un élément se comporte à différents niveaux d énergie permet d apporter des informations supplémentaires par rapport à une acquisition mono énergie classique.

3 Principes généraux L interaction des photons X avec la matière repose essentiellement sur l effet Compton et l effet photoélectrique. La dépendance énergétique de l effet photoélectrique constitue la base fondamentale de la bi-énergie. Effet Compton Effet photoélectrique

4 Principes généraux L examen scanographique est basé sur la mesure du coefficient d atténuation linéaire de chaque structure pour un kilovoltage (kv) donné. Cette mesure d atténuation est exprimée en Unités Hounsfield (UH). Une valeur donnée en UH d un pixel dépend à la fois de la masse atomique et de la densité du matériel examiné.

5 Principes généraux Le coefficient d atténuation d un élément dépend donc de sa masse atomique. Il est élevé pour l Iode ( 53 I), le Calcium ( 20 Ca) et le Gadolinium ( 64 Ga). Il est faible pour l Hydrogène ( 1 H), le Carbone ( 6 C), l Azote ( 7 N) et l Oxygène ( 8 O). Ces derniers constituent les composants principaux des tissus mous.

6 Principes généraux A 80 kv le coefficient d atténuation des éléments «lourds» est élevé; les images apparaissent très contrastées. A 140 kv les coefficients d atténuation des éléments «lourds» et des éléments constituant les tissus mous se rejoignent; les images apparaissent moins contrastées.

7 Cette «teneur» en Iode est très bien explorée dans les acquisition à 80 kv, cependant ces dernières présentent une sensibilité élevée au bruit.

8 Les images acquises à 140 kv sont moins bruitées mais présentent une résolution en contraste inférieure.

9 Principes généraux en bi-énergie 2 éléments différents comme le Calcium et l Iode peuvent avoir une densité UH voisine pour un kv donné. En utilisant 2 spectres d énergies différentes (ex. 80 et 140 kv) les profils d atténuation seront différents en fonction du matériel examiné.

10 L intérêt d une acquisition en double énergie est donc de pouvoir plus aisément distinguer 2 éléments différents qui auraient des densités similaires en acquisition classique (mono-énergie).

11 Les deux éléments de bases de la bi énergie Acquisition en double énergie par émission ou analyse de deux valeurs distinctes de kv. Analyse en imagerie spectrale : Les reconstructions sont basées sur le coefficient d atténuation propre à chaque molécule (Iode, Calcium, Eau)

12 Acquisition en double énergie Technique ancienne datant de la fin des années 70 Premier scanner double énergie mis sur le marché en 2006 Utilisée en routine clinique depuis seulement quelques années Logiciels désormais dédiés L acquisition en double énergie augmente la dose d irradiation par spirale mais permet de limiter le nombre de spirales. Application possible de logiciels de réduction de dose dans cette technique

13 Comment obtenir une imagerie en double énergie : 3 méthodes Emission par deux tubes distincts de 2 faisceaux d énergie différentes : Dual source Emission par un seul tube d un faisceau alternant deux niveaux d énergie : Single source Emission par un seul tube d un faisceau polychromatique. Analyse du signal par deux couches de détecteurs traitant chacune un niveau d énergie : Detector selection

14 Qui fait quoi? Dual source: Siemens Single source : GEMS, Toshiba Detector selection : Philips (prototype)

15 On obtient donc, quelque soit la méthode employée, 2 images superposables à 2 tensions différentes en une seule acquisition. A partir de ces images natives il est donc possible de reconstruire des images virtuelles correspondant à une tension donnée du tube X.

16 Exemple d un calcul urinaire Image native à 66 kv, calcul du pyelon gauche Image «pondérée» Acide urique; le calcul apparaît dense L acquisition en bi-énergie permet d affirmer la nature du calcul (ici Acide urique) Image «pondérée» Calcium; le calcul disparaît

17 L acquisition en bi énergie permet, à partir d une image monochromatique injectée, de soustraire une image non contrastée virtuelle. Il est ainsi possible de limiter le nombre de spirales.

18 On obtient ainsi à partir d une acquisition en bi-énergie : Des images non contrastées virtuelles (virtual noncontrast images). Des images «pondérées» Iode, Eau ou Calcium. Des images monochromatiques combinant les deux kv.

19 Applications en pathologie urinaire Réduction possible de la quantité d iode injecté par amélioration de la résolution en contraste à basse tension. Application IR modérée Exploration des masses rénales par mesure de leur «teneur» en Iode et analyse de l architecture interne. Mesure de la quantité d eau dans le parenchyme rénal. Identification et classification des calculs urinaires par analyse de leur densité calcique

20 Applications en pathologie urinaire Détection des tumeurs urothéliales Détection d une lésion au sein d un hématome. Caractérisation des petits kystes denses Limitation des artéfacts métalliques (PTH) pour l exploration des lésions pelviennes par système MARS (GEMS) Caractérisation des incidentalomes surrénaliens; en cours d évaluation

21 Cas cliniques Illustrations La bi énergie en pratique quotidienne

22 Mme Pax ; Découverte d une lésion du pôle inférieur du rein gauche Image coronale monochromatique 70 kv Reconstruction MIP Sans injection 140 kv Image monochromatique 70 kv Image «pondérée» Iode

23 Mme Pax (2); analyse de la lésion en imagerie spectrale Analyse spectrale Image Iode Sans injection Histogramme Iode

24 Mme Pax ; Conclusion Lésion tissulaire du pôle inférieur du rein gauche Rehaussement intense de la lésion, dès le temps artériel, sur les images «pondérées» Iode Adénocarcinome à cellules claires

25 Mme Gok ; bilan de lithiase urinaire Sans injection Avec injection temps excréteur Calcul calcique caliciel inférieur du rein droit Image Iode Image Calcium Image Iode

26 Mr Dzo ; Hématome spontané du rein droit Monochromatique 75keV Acquisition injectée en bi énergie DLP 343 mgy.cm Acquisition «mono énergie» classique DLP 192 mgy.cm Image Iode Image Eau ( image virtuelle non contrastée) Sans injection 120kV

27 Mr Dzo (2); Images axiales monochromatiques à différents kilovoltages 40 kv 50 kv 75 kv 110 kv

28 Mr Dzo (3); Images coronales Image monochromatique, 49 kv Image «pondérée» Iode Sans injection, 120 kv Image «pondérée» Eau

29 Mr DZO (4); suite Monochromatique 40keV Monochromatique 50keV Monochromatique 75keV Profil spectral

30 Mr DZO (5); Quantification Eau/Iode Eau: 1035 mg/cm3 Iode : 29x10 2 ug/cm3

31 Mr Dzo (6); Conclusion Hématome spontané péri rénal droit Pas de saignement actif : Absence de rehaussement sur les images «pondérées» Iode Absence de lésion sous jacente Majoration de la DLP par spirale en bi-énergie par rapport à une acquisition classique mais apport d informations supplémentaires

32 Mr Mal ; Bilan d hématurie macroscopique Echographie endo rectale Images 120 kv, temps tardif Image 120 kv, temps portal

33 Mr Mal (2); Analyse en bi-énergie Image monochromatique 42 kv Image coronale «pondérée» Iode

34 Mr Mal ; Conclusion Lésion polypoïde de la paroi postéro-latérale droite de la vessie visualisée en échographie et sur les coupes TDM au temps tardif. Prise de contraste de cette lésion sur les images «pondérées» Iode excluant le caillotage intra vésical simple. Aspect TDM compatible avec une tumeur urothéliale du bas appareil urinaire.

35 Mme Fal ; Bilan de kyste atypique découvert à l échographie 45 kv 70 kv Images monochromatiques Images «pondérées» Iode Images «pondérées» Eau ( images virtuelles non contrastées)

36 Mme Fal (2); Conclusion Lésion kystique purement liquidienne Absence complète de rehaussement sur les images «pondérées» Iode Réduction de la dose de produit de contraste injecté: 50 cc à 270mg/ml

37 Mr Cor ; contrôle post opératoire après néphrectomie gauche Monochromatique 75keV Monochromatique 47keV Image «pondérée» Iode

38 Mr Cor (2); contrôle post opératoire après néphrectomie gauche Temps tardif, aspect des voies excrétrices

39 Mr Cor (3); Conclusion Aspect TDM sans anomalie compte tenu de l intervention récente. Réduction de plus de 60% de la quantité d Iode injecté : 50cc à 270mg/l soit 13,5g d Iode (contre 100 cc à 350mg/l soit 35g d Iode pour un protocole uroscanner classique)

40 Mme Cal ; Bilan de colique néphrétique Image monochromatique, 70 kv Image monochromatique, 70 kv Image «pondérée» Acide urique Image «pondérée»calcium

41 Mme Cal (2); Conclusion Calcul urétéral de composition mixte visible sur les images «pondérées» Calcium et «pondérées» Acide urique

42 Mme Inf ; Bilan d un sepsis à point de départ urinaire Image monochromatique 75kV Image monochromatique 40 kv Image «pondéré» Iode Image «pondérée» Eau

43 Mme Inf ; Conclusion Pyélite emphysémateuse hémorragique bilatérale Aspect spontanément hyperdense des pyelons sur les images «pondérées» Eau (images non contrastées virtuelles) Absence de rehaussement intra pyelique sur les images «pondérées» Iode Réduction importante de la quantité d Iode injecté chez cette patiente en insuffisance rénale aiguë

44 Mme Her ; Hématome péri PTH Images sans injection mono énergie 120 kv Images bi-énergie «MARS» 70 kv

45 Mme Her (2); Conclusion Réduction des artéfacts métalliques (système GE MARS) Meilleure visualisation des lésions pelviennes Mais majoration de l irradiation par spirale

46 Mlle Zic ; Bilan d une lésion du sinus rénal gauche Image monochromatique 50kV Image «pondérée» Iode Image «pondérée» Eau Image sans injection mono énergie 120 kv

47 Mlle Zic ; Conclusion Lésion tumorale du sinus du rein gauche Prise de contraste sur les images «pondérées» Iode Tumeur sarcomateuse du sinus rénal

48 Pathologie tumorale Contraste Vascularisation interne Artère et veine en une acquisition Monochromatique 50keV EOA cellules claires

49 Limitation du développement du scanner double énergie Problèmes technologiques liés aux constructeurs : logiciels de traitement à améliorer réduction de la dose (déjà proposée) recherche d éléments de caractérisation tissulaire validation des résultats Augmentation du nombre d images par patient (problème d archivage à long terme) Majoration du temps d interprétation Formation des radiologues Investissement financier

50 CONCLUSION Ce qui semble acquis Réduction de la quantité d iode injecté Caractérisation d une lésion hémorragique Une seule acquisition (image injectée et non injectée)

51 Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire QCM

52 QCM 1 Principes : Quelles sont les deux propositions exactes? La bi-énergie est une technique ancienne mais longtemps demeurée inexploitée car elle nécessite un équipement technologique sophistiqué. L effet Compton prédomine sur les acquisitions réalisées à basse tension. Une acquisition en bi-énergie nécessite deux tubes à rayons X. La plupart des constructeurs s orientent désormais vers la bi-énergie. Le coefficient d atténuation du Gadolinium est faible à basse tension.

53 QCM 1 Principes : Quelles sont les deux propositions exactes? La bi-énergie est une technique ancienne mais longtemps demeurée inexploitée car elle nécessite un équipement technologique sophistiqué. L effet Compton prédomine sur les acquisitions réalisées à basse tension. Une acquisition en bi-énergie nécessite deux tubes à rayons X. La plupart des constructeurs s orientent désormais vers la bi-énergie. Le coefficient d atténuation du Gadolinium est faible à basse tension.

54 QCM 2 Technique; quelles sont les 3 propositions exactes? Quelle que soit la pathologie explorée une acquisition sans injection à 120 kv est indispensable. L acquisition en bi-énergie permet de diminuer le volume de contraste injecté. La bi-énergie majore l irradiation du patient/spirale. La «pondération» Iode des images permet d «effacer» les lésions spontanément hyperdenses. Les images monochromatiques ne peuvent être reconstruites qu entre 70 et 90 kv.

55 QCM 2 Technique; quelles sont les 3 propositions exactes? Quelle que soit la pathologie explorée une acquisition sans injection à 120 kv est indispensable. L acquisition en bi-énergie permet de diminuer le volume de contraste injecté. La bi-énergie majore l irradiation du patient/spirale. La «pondération» Iode des images permet d «effacer» les lésions spontanément hyperdenses. Les images monochromatiques ne peuvent être reconstruites qu entre 70 et 90 kv.

56 QCM3 Applications; Quelles sont les propositions exactes? Seuls les calculs de densité calcique peuvent être visualisés en imagerie spectrale. On ne peut s affranchir du temps artériel pour étudier une lésion tissulaire rénale. Seules les lésions urothéliales du bas appareil peuvent être étudiées en bi-énergie La bi-énergie permet entre autre, de réaliser des examens contrastés chez le patient en insuffisance rénale modérée. Une lésion hémorragique apparaît spontanément hyperdense sur les images «pondérées» Eau.

57 QCM3 Applications; Quelles sont les propositions exactes? Seuls les calculs de densité calcique peuvent être visualisés en imagerie spectrale. On ne peut s affranchir du temps artériel pour étudier une lésion tissulaire rénale. Seules les lésions urothéliales du bas appareil peuvent être étudiées en bi-énergie La bi-énergie permet entre autre, de réaliser des examens contrastés chez le patient en insuffisance rénale modérée. Une lésion hémorragique apparaît spontanément hyperdense sur les images «pondérées» Eau.

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers La Tomodensitométrie Principes / Techniques S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers Question Vous relisez avec votre senior l acquisition abdominopelvienne réalisée en garde

Plus en détail

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT Imagerie Médicale : Fondements Radiographie et scanner CT Master 2 MultiMedia : Image et Son Numériques Pascal Desbarats (desbarats@labri.fr) IMF : Radiographie et scanner CT p.1 Questions Comment produit-on

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit TOMODENSITOMETRIE sémiologie JY Gauvrit Neuroradiologie - Neuroimagerie Modalités : - Radiographie standard - Echographie - Artériographie - Tomodensitométrie (Scanner) - Imagerie par Résonance Magnétique

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TDM Tomographie par rayons X assistée par ordinateur développée par G.M. Hounsfield, Prix Nobel de Médecine

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Configuration usuelle de l installation

Configuration usuelle de l installation LE SCANNER OU TOMODENSITOMETRIE DEFINITION Le scanner ou tomodensitométrie (TDM) est un examen radiographique qui utilise les rayons X en faisceau très étroit, avec leur propriété de traverser les tissus

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

Imagerie médicale. Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique!

Imagerie médicale. Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique! Imagerie médicale Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique! http://www.geekdad.fr/2013/09/operation-chirurgicale-dun-ours-en-peluche/ Deux possibilités

Plus en détail

Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens

Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens Dr Cassagneau Pierre Service d imagerie Pr Bartoli-Moulin Hôpital de la Timone - Marseille Place de l imagerie en coupe Très limitée Réservée en principe

Plus en détail

Les outils tomodensitométriques du 21ème siècle Patrice Coupeau

Les outils tomodensitométriques du 21ème siècle Patrice Coupeau Les outils tomodensitométriques du 21ème siècle Patrice Coupeau Philips Healthcare Post-traitement:BPCO Nouvelle algorithmie de reconstruction:imr PhilipsIQonSpectral CT Patrice Coupeau Philips Healthcare

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF DEFINITION: La tomodensitométrie se définit comme une chaîne radiologique tomographique effectuant la mesure de l atténuation d un faisceau de

Plus en détail

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information Dispositifsd'imageriemédicale Master Images, Sciences et Technologies de l'information Intervenants : A. Daurat, V. Noblet, F. Rousseau Accès depuis la page web des intervenants LSIIT, équipe MIV http://lsiit-miv.u-strasbg.fr/miv

Plus en détail

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur LE MEDIASTIN: DU PLUS SIMPLE AU PLUS COMPLIQUE D.Ducreux, A Ocelli, S Stolear, E Giordana, L Mondot, B Padovani CHU Nice, Hôpital Pasteur Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments 1: Médiastin

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE Introduction Autrefois considérées comme rares, les infections candidosiques urinaires ont connu un regain d intd intérêt du fait de la recrudescence

Plus en détail

Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux. Dr Alban GERVAISE

Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux. Dr Alban GERVAISE Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux Dr Alban GERVAISE Facteurs comportementaux A ne pas négliger! Sûrement les facteurs les plus importants +++ 3 grands principes

Plus en détail

19 e Journée d Imagerie de Necker JIN 09

19 e Journée d Imagerie de Necker JIN 09 19 e Journée d Imagerie de Necker JIN 09 Sous l égide du Club contraste francophone et de la SIU Echographie de contraste pratique Vendredi 18 septembre 2009 PLAN D ACCÈS Hôtel Marriott Paris Champs Elysées

Plus en détail

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Scanner X Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Intervenant: F. Rousseau Les rayonsx Production des rayonsx Interaction avec la matière Détectiondes rayonsx Les scanners X

Plus en détail

Bases physiques des rayons X - CERF 2001 - Solacroup, Boyer, Le Marec, Schouman Claeys

Bases physiques des rayons X - CERF 2001 - Solacroup, Boyer, Le Marec, Schouman Claeys SCANNER A RAYONS X 1 HISTORIQUE 1971 : premier examen tomodensitométrique cérébral 1974 : premier appareil corps entier 1979 : Prix Nobel de médecine décerné à Allan MacLeod et Godfrey N.Hounsfield pour

Plus en détail

Objectifs module radiologie standard et tomodensitométrie

Objectifs module radiologie standard et tomodensitométrie Objectifs module radiologie standard et tomodensitométrie Objectifs généraux : Cet enseignement doit permettre à l étudiant d acquérir les connaissances lui permettant de comprendre les concepts et les

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS URINAIRES HAUTES M. B RADAI, Y. HENTATI, M. FRIKHA, H. TAYARI, E. KADDOUR, H. FOURATI, E. DAO UED, Z.

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS URINAIRES HAUTES M. B RADAI, Y. HENTATI, M. FRIKHA, H. TAYARI, E. KADDOUR, H. FOURATI, E. DAO UED, Z. APPORT DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS URINAIRES HAUTES M. B RADAI, Y. HENTATI, M. FRIKHA, H. TAYARI, E. KADDOUR, H. FOURATI, E. DAO UED, Z. MNIF S E RV I C E D I M A G E R I E M É D I C A L E. C H U

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Examen partiel d imagerie médicale (février 2004)

Examen partiel d imagerie médicale (février 2004) Examen partiel d imagerie médicale (février 2004) I LES QUESTIONS Première question : Répondre par vrai ou faux aux affirmations suivantes. Entourer la bonne réponse ou barrer la mauvaise (0.2 points par

Plus en détail

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de Bordeaux et du Sud-Ouest 229, cours de l Argonne 33076 Bordeaux Cedex RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Arrêté du 18 mai 2004 relatif aux programmes de formation portant sur la radioprotection des patients exposés

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

Haute précision diagnostique et exposition minimale aux rayons. Scanner. Informations pour médecins référents

Haute précision diagnostique et exposition minimale aux rayons. Scanner. Informations pour médecins référents Haute précision diagnostique et exposition minimale aux rayons Scanner Informations pour médecins référents Une technologie de pointe po Une technologie de pointe pour Une technologie une haute précision

Plus en détail

Logiciel de calcul d estimation automatique de la dose efficace pour les scanners réalisés en pédiatrie. Hôpital Robert Debré, Paris

Logiciel de calcul d estimation automatique de la dose efficace pour les scanners réalisés en pédiatrie. Hôpital Robert Debré, Paris Logiciel de calcul d estimation automatique de la dose efficace pour les scanners réalisés en pédiatrie C. GUEGAN, A.NADOUR,M.ALISON,G.SEBAG Hôpital Robert Debré, Paris Plan INTRODUCTION A - EXPRESSION

Plus en détail

Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger

Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger *Malgré les progrès de dialyse, la transplantation rénale demeure le meilleur choix thérapeutique de l insuffisance

Plus en détail

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations UE 2.4 S1 processus traumatiques Les explorations Plan Introduction 1 ère partie : examens non invasifs 1.1. radiologie 1.2. scanner 1.3. IRM 1.4. échographie des parties molles 2 ème partie : examens

Plus en détail

Outil Interactif Pédagogique En Coloscopie Virtuelle: O.Suaud, J.N. Dacher, C. Savoye Collet Radiologie Centrale

Outil Interactif Pédagogique En Coloscopie Virtuelle: O.Suaud, J.N. Dacher, C. Savoye Collet Radiologie Centrale Outil Interactif Pédagogique En Coloscopie Virtuelle: Les Images Pièges au quotidien O.Suaud, J.N. Dacher, C. Savoye Collet Radiologie Centrale CHU Charles Nicolle, Rouen-France Introduction La coloscopie

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

La tomodensitométrie chez le lapin de compagnie Réalisation pratique et indications Académie vétérinaire de France 7 février 2013

La tomodensitométrie chez le lapin de compagnie Réalisation pratique et indications Académie vétérinaire de France 7 février 2013 La tomodensitométrie chez le lapin de compagnie Réalisation pratique et indications Académie vétérinaire de France 7 février 2013 Dr Didier BOUSSARIE CHV Pommery 51100 Reims PRINCIPE DE LA TOMODENSITOMETRIE

Plus en détail

Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne. Imagerie du sein

Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne. Imagerie du sein Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne Imagerie du sein Dr. Domenico Lepori Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle, CHUV Lausanne

Plus en détail

Evaluation d un outil de. ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle

Evaluation d un outil de. ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle Evaluation d un outil de diagnostic assisté par ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle B. Lecourtois, J. Frandon, I. Bricault, G. Ferretti Clinique Universitaire de Radiologie et Imagerie Médicale CHU

Plus en détail

Scanner multibarrettes de la lithiase rénale r nale en dehors de la colique néphrn

Scanner multibarrettes de la lithiase rénale r nale en dehors de la colique néphrn Scanner multibarrettes de la lithiase rénale r nale en dehors de la colique néphrn phrétique Fabrice THÉVENIN François CORNUD Frédéric PRÉAUX Céline ANDREUX Xavier POITTEVIN Raphael CAMPAGNA Alain CHEVROT

Plus en détail

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie D. Régent, D. Mandry, V. Croise-Laurent, A. Oliver, F. Jausset, V. Lombard RÉSUMÉ Le tube radiogène reste le facteur limitant dans

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme

Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme Le Mammographe Numérique avec tomosynthèse» au Centre Hospitalier de Valenciennes 1 Sommaire Contexte...p. 3 Une technologie de pointe

Plus en détail

Imagerie et obstruction urinaire

Imagerie et obstruction urinaire Imagerie et obstruction urinaire -produits de contraste iodés hydrosolubles -radiations ionisantes D. REGENT -ni produits de contraste, ni radiations ionisantes jusqu'à la fin du 20 ème siècle l'urographie

Plus en détail

LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard.

LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard. LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard. GENERALITES : La radiologie standard a connu d importantes évolutions vers sa numérisation grâce

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE

ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE SEMINAIRES DE LA SOCIETE FRANCOPHONE DE MEDECINE D URGENCE ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE Francis JOFFRE, Chef de Service Philippe OTAL, Praticien Hospitalier Sandrine MUSSO, Médecin Attaché

Plus en détail

e-learning et Imagerie médicalem

e-learning et Imagerie médicalem e-learning et Imagerie médicalem Perforations digestives : Un module éducatif interactif avec cas cliniques (CDROM / site internet) D. Hoa, O. Ghekiere, P. Taourel CHU Montpellier Perforations digestives

Plus en détail

IMAGERIE DES SURRENALES

IMAGERIE DES SURRENALES IMAGERIE DES SURRENALES Au quotidien, les masses surrénaliennes sont découvertes sur un scanner réalisé pour d'autres raisons. ECHOGRAPHIE Voie intercostale, transhépatique et transsplénique. Visibles

Plus en détail

Pathologie du sinus rénal

Pathologie du sinus rénal Pathologie du sinus rénal M. Edderai, S. Semlali, S. Chaouir, T. Amil, A. Hanine, S. Akjouj Service d Imagerie Médicale Hôpital Militaire d Instruction Mohamed V CHU- Rabat - Maroc Sinus rénal Carrefour

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle)

Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle) Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle) Le traitement des calculs urétéraux et rénaux a beaucoup changé depuis 1980 avec la venue d un appareil

Plus en détail

Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des maladies pancréatiques)

Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des maladies pancréatiques) UE 3 Appareil Digestif Professeur Ruszniewski Le 14/11/13 de 11h30 à 12h30 Ronéotypeuse : Clara Sekely Ronéolectrice : Pauline Sevrain Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des

Plus en détail

* Groupe hospitalier. Imagerie 3D en et pancréatique. atique : en route vers l isotropismel. Groupe hospitalier Paris saint joseph ** GE Healthcare

* Groupe hospitalier. Imagerie 3D en et pancréatique. atique : en route vers l isotropismel. Groupe hospitalier Paris saint joseph ** GE Healthcare Imagerie 3D en IRM hépato-biliaire et pancréatique atique : en route vers l isotropismel? M Zins*, P Hervo**, I Boulay-Coletta Coletta*, I Le Claire*, E Petit*, M Rodallec*, V Marteau* * Groupe hospitalier

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation

Plus en détail

PROTOCOLE D EXPLORATION. DES VOIES URINAIRES Date de diffusion :

PROTOCOLE D EXPLORATION. DES VOIES URINAIRES Date de diffusion : Nom et signature des médecins délégants : Docteur Docteur Docteur PROTOCOLE D EXPLORATION Date de Validation : DES VOIES URINAIRES Date de diffusion : Date de révision : MATERIEL Echographe TOSHIBA APLIO

Plus en détail

7 Bistouri électrique HP pagewriter200. Pompe à perfusion W. Allyn Monito Multi. Pompe IVAC Pan

7 Bistouri électrique HP pagewriter200. Pompe à perfusion W. Allyn Monito Multi. Pompe IVAC Pan TRAVAUX DE MAINTENANCE PREVENTIVE ET CURATIVE EFFECTUES N DESIGNATION MARQUE MODEL 1 ECG HP 2 Pompe à perfusion Alaris PAN 3 Bistouri électrique 4 Pousse seringue Vial PSE 5 Pousse seringue Vial Pilot

Plus en détail

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*,

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, JFR 09 Apport de l imagerie dans les tumeurs glomiques des doigts. À propos de 15 cas Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, Touria AMIL*, Ahmed HANINE*, Souâd CHAOUIR*, Amina

Plus en détail

1. Produits Barytés. Absorption des rayons X

1. Produits Barytés. Absorption des rayons X Exemple 3 : Radiographie du thorax Patient jeune avec douleur thoracique brutale. Suspicion de pneumothorax (air dans la plèvre) situé plutôt en haut, il va décoller la plèvre et entrainer une déviation

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE

LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE S.EL HADDAD, Z.JAMALEDDINE, A.EL QUESSAR, M.M.CHERKAOUI SERVICE D IMAGERIE MÉDICALE HÔPITAL UNIVERSITAIRE CHEIKH ZAID INTRODUCTION 1 Creux axillaire compartiment

Plus en détail

Gervaise A 1, Batch T 1, Loeuille D 2, Valckenaere I 2, Noel A 3, Guillemin F 3, Blum A 1.

Gervaise A 1, Batch T 1, Loeuille D 2, Valckenaere I 2, Noel A 3, Guillemin F 3, Blum A 1. Comparaison de la dose délivrée par un scanner 320-détecteurs en mode volumique versus hélicoïdal. Gervaise A 1, Batch T 1, Loeuille D 2, Valckenaere I 2, Noel A 3, Guillemin F 3, Blum A 1. 1- Service

Plus en détail

La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN

La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN Comparaison des deux méthodes Sophie KINZELIN - Centre Alexis VAUTRIN - Service de Radiodiagnostic du Dr STINES SOMMAIRE Historique Principe de fonctionnement

Plus en détail

Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL

Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL Méthodes d imagerie US, CT, MR Agents de contraste Iode : UIV, CT Toujours faire la balance entre le risque et le bénéfice

Plus en détail

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE Professeur F. JOFFRE La prise en charge d un patient passe largement par la réalisation d un ou plusieurs examens d imagerie. Ceci implique une connaissance

Plus en détail

Scanner multibarrettes de la lithiase de l appareil urinaire. Isabelle CHIRADE François CORNUD Centre d imagerie TOURVILLE, PARIS

Scanner multibarrettes de la lithiase de l appareil urinaire. Isabelle CHIRADE François CORNUD Centre d imagerie TOURVILLE, PARIS Scanner multibarrettes de la lithiase de l appareil urinaire Isabelle CHIRADE François CORNUD Centre d imagerie TOURVILLE, PARIS Introduction L imagerie de la lithiase urinaire a été radicalement transformée

Plus en détail

Jeune homme de 19 ans victime d un accident de scooter

Jeune homme de 19 ans victime d un accident de scooter Jeune homme de 19 ans victime d un accident de scooter Pris en charge initialement dans un hôpital périphérique de la région où est réalisé un scanner injecté. Puis transfert en urgence au CHU pour suite

Plus en détail

La Tomodensitométrie

La Tomodensitométrie La Tomodensitométrie Du plan à la coupe Nous vivons dans un monde tridimensionnel, mais l image que nous avons de ce monde se forme sur le plan (2D) de notre rétine. La vision binoculaire nous donne l

Plus en détail

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou Service de Radiologie Hôpital Bichat Claude-Bernard Université Paris VII Les fractures de l extrémité

Plus en détail

INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM

INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM N.LABONNE(1) - C.LEFONDEUR(2) - A.BLUM(1) (1) Service d Imagerie Guilloz CHU NANCY (2) Direction du Système d Information CHU NANCY www.imagerieguilloz.com

Plus en détail

MB3: Biophysique Imagerie - Rayonnement Année universitaire 2007-2008

MB3: Biophysique Imagerie - Rayonnement Année universitaire 2007-2008 Imagerie Médicale : Bases techniques Indications, Risques, Bénéfices 1. Imagerie Diagnostique SIM St-Eloi Montpellier J- M BRUEL, B. GALLIX UFR Médecine Montpellier-Nîmes PCEM 2 novembre 2007 1 L'IMAGERIE

Plus en détail

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Irène Buvat U494 INSERM CHU Pitié-Salpêtrière, Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE

TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE PRE-REQUIS SAVOIR : AOP en régime linéaire et non linéaire OBJECTIFS SAVOIR : Valider par le calcul et la mesure, les performances des fonctions

Plus en détail

Diffusion : Technique

Diffusion : Technique Diffusion : Technique 1. Connaître les principes 2. Comprendre l intérêt de la quantification 3. Reconnaître certains artéfacts Pr Catherine Oppenheim Département d Imagerie Morphologique et Fonctionnelle,

Plus en détail

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121 GENITO-URINAIRE_8.09._bis_Mise en page 8/09/ : Page Quiz Génito-urinaire Augmentation progressive du PSA ; TR : induration prostatique latérale gauche. Réponse page Homme, 9 ans VIH ; examen de l urine

Plus en détail

POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique. Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe.

POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique. Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe. POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe. Professeur : Mr Erpicum Année scolaire 2014-2015 1 Table des matières Définition

Plus en détail

Français. Une vision parfaite

Français. Une vision parfaite Français Une vision parfaite Tout devient plus clair et plus simple avec un grand champ Le volume dento-maxillo-facial complet prêt pour votre diagnostic Un seul scan vous fournit la quantité d informations

Plus en détail

Caractéristiques techniques

Caractéristiques techniques 2480 mm (max) Caractéristiques techniques 2380 mm (max) 1891 mm 1891 mm - RCS Paris B 337 934 483-030201 1580 mm TAILLE DES CHAMPS...Ø 60 x 60 mm...ø 80 x 80 mm... Ø 120 x 80 mm...ø 150 x 130 mm...ø 200

Plus en détail

Masses kystiques compliquées et complexes du sein de l image échographique à l histologie S.Kechaou, M.Jrad, A.Ayedi,M.Chaabane Ayedi Service de radiologie de l hôpital de l Ariana. Tunis.Tunisie INTRODUCTION

Plus en détail

SCANNER ET DOSIMETRIE

SCANNER ET DOSIMETRIE Date 22/08/2006 Page 1 sur 6 REVISIONS révision date objet 01 13/01/03 Réactualisation du texte 02 10/12/03 Changement point de diffusion ; modification texte 03 18/08/04 Modification du texte 04 18/01/05

Plus en détail

S Novellas, PH imagerie médicale Archet

S Novellas, PH imagerie médicale Archet S Novellas, PH imagerie médicale Archet Rappels anatomiques Techniques d imagerie et leurs indications Non invasive: échographie, IRM Faiblement invasive: Rayons X TDM Invasive: Artériographie Pyélographie

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Corrélations anatomo-radiologiques des calculs vésiculairesv

Corrélations anatomo-radiologiques des calculs vésiculairesv Corrélations anatomo-radiologiques des calculs vésiculairesv P Karila-Cohen, J Teissier, T Petit, S Merran Paris - France Introduction Évaluer la composition chimique des calculs vésiculaires a un intérêt

Plus en détail

Intérêt de l'échographie volumique en pathologie urinaire infantile et adulte - résultats préliminaires

Intérêt de l'échographie volumique en pathologie urinaire infantile et adulte - résultats préliminaires Intérêt de l'échographie volumique en pathologie urinaire infantile et adulte - résultats préliminaires D. Dumitriu, MA. Galloy, M. Claudon Service de Radiologie Pédiatrique, Hôpital d Enfants, CHU Brabois,

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

Modélisation tridimensionnelle des vertèbres types Application en radio anatomie et en radiologie interventionnelle

Modélisation tridimensionnelle des vertèbres types Application en radio anatomie et en radiologie interventionnelle Université de Franche-Comté U.F.R. Sciences Médicales et Pharmaceutiques C.H.U. J. Minjoz, BESANCON Service de Radiologie A Modélisation tridimensionnelle des vertèbres types Application en radio anatomie

Plus en détail

IRM hépatique: ce que le manipulateur doit savoir

IRM hépatique: ce que le manipulateur doit savoir CHU Henri Mondor IRM hépatique: ce que le manipulateur doit savoir P.Zerbib, A.Luciani, F.Pigneur, R.Raymond, A.Rahmouni CHU Henri Mondor Créteil Service Imagerie Médicale Pr.A.RAHMOUNI Objectifs Comprendre

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER. Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE

DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER. Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE M. Papillard 1, N. Girouin 1, R. Boutier 1, G. Pagnoux 1, T. Vitry 1, P. Feugier 2, JM. Chevallier 3, O. Rouvière

Plus en détail

ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES. S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal.

ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES. S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal. ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal. Introduction Les tumeurs malignes du massif facial:

Plus en détail

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC IMAGERIE CARDIAQUE Scanner Dr Mickaël OHANA NHC PLAN Anatomie Physiologie Scanner cardiaque Technique Dosimétrie Indications Exemple de la FA Recherche et développements ANATOMIE PLANS DE COUPE ANATOMIE

Plus en détail

LE SCANNER. Principe - Technologie - Applications

LE SCANNER. Principe - Technologie - Applications LE SCANNER Principe - Technologie - Applications Albert Lisbona Service de Physique Médicale CRLCC R. Gauducheau tel: 02 40 67 99 53 mel : a-lisbona@nantes.fnclcc.fr Intérêt du scanner En radiographie

Plus en détail

Réduction des artefacts métalliques en scanner par utilisation de l'imagerie spectrale. Centre Cardiologique du Nord Saint Denis, France

Réduction des artefacts métalliques en scanner par utilisation de l'imagerie spectrale. Centre Cardiologique du Nord Saint Denis, France Réduction des artefacts métalliques en scanner par utilisation de l'imagerie spectrale E Pessis, R Campagna, JM Sverzut, F Bach, V Barrau, M Rodallec, A Feydy, JL Drapé Centre Cardiologique du Nord Saint

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 16 juin 2011 Plan TEP-FDG! Principe! Différentes générations

Plus en détail