Espeme-Edhec Business School Nice Sub-primes et mécanismes de la crise financière actuelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Espeme-Edhec Business School Nice Sub-primes et mécanismes de la crise financière actuelle"

Transcription

1 MME DU BOYS Espeme-Edhec Business School Nice Sub-primes et mécanismes de la crise financière actuelle GROUPE MEXICO 2 BARGACH Rachid HENRY Pierre LUDON Gaëtan MSIKA Thomas SAINT-GERMAIN Loic VERDOLLIN Julia

2 SOMMAIRE : INTRODUCTION I. Les origines de la crise financière : causes et conséquences DIRECTE 4 II. III. IV. L'impacte de la crise sur le plan économique, social et politique 9 Les solutions envisagées par les Etats : vers un système de protections? vers une politique Keynésienne? Depuis la médiatisation de la crise en 2008, quel est la situation pour les banques, les entreprises? Quels pays sortent renforcés par la crise, quels en sont les «grands» perdants?...19 V. Comment voit-on l'avenir en termes de reconstruction économique, sociale et politique? La crise a-t-elle provoquée des changements sur les futures politique des ETATS?...25 CONCLUSION GLOSSAIRE SOURCES 2

3 INTRODUCTION : La crise mondiale qui touche le monde économique et financier est d ors et déjà qualifiée de «crise historique». Cette crise découle d une crise des Subprimes déclenchés aux Etats-Unis avec les prêts à risques (hypothécaires), ces crédits étaient destinés à des emprunteurs qui ne présentaient pas les garanties suffisantes pour bénéficier des taux d intérêt préférentiels (en anglais «prime rate»), mais seulement à des taux moins préférentiels («Sub-prime»). Cette crise née d une mauvaise gestion de la part des banques dans leurs emprunts s est révélée mondiale devant le flux d échange de capitaux de part le monde. Cette crise mondiale initiée en 2007 est toujours d actualité en Cette crise, marquée par une crise de liquidité interbancaire et une crise du crédit qui a débuté vers juillet Cette crise s'est accentuée en septembre 2008 avec la faillite de plusieurs établissements financiers, et a entraîné comme conséquence une chute des cours des marchés boursiers qui ont provoqués un ralentissement généralisé de l'activité économique, voire de récessions dans plusieurs pays à partir de Quelles sont les causes et les conséquences de cette crise devenue mondiale? Quels moyens sont mis en œuvres par les Etats pour gérer cette crise et quelles sont les solutions qui en découlent? Afin de nous éclairer un peu plus quant aux origines de la crise, à son impact et aux solutions envisagées par les Etats ; nous étudierons dans un premier temps les aspects à la fois économiques, politiques et financiers de la crise. Puis, dans 3

4 un second temps, nous nous pencherons sur les pays les plus touchés par la crise ainsi que sur les solutions mises en place par les Etats pour une reprise de la croissance. I) Les origines de la crise financière : causes et conséquences DIRECTE : La crise financière que connaît le monde actuelle est l une des plus importantes depuis la crise de Pour étudier de manière complète cette crise, nous étudierons dans un premier temps les causes et les conséquences de la crise économique de Cette crise financière est la plus grave depuis celle de Une crise de type nouveau qui est parvenue suite à un Krach boursier (effondrement des valeurs mobilières) lors de la semaine du 6 au 10 octobre Le 6 Octobre, le CAC 40 a perdu 9%, une chute conséquente pour les cours de la bourse. La crise financière de 2008 a pour origine la crise immobilière aux Etats-Unis et la crise des Sub-primes qui ont fragilisé le système bancaire et mener à la faillite de certaines banques. Tout d abord que sont les Sub-primes? Ce terme signifie en dessous du premier choix. Il désigne les prêts consentis à des ménages modestes qui ne présentent pas assez de garanties pour accéder à un prêt normal, dit prime, soit parce qu ils ont déjà eu quelques difficultés financières par le passé, soit parce que leurs revenus sont faibles ou instables. Les Sub-primes sont des prêts non conventionnels (taux variable, remboursement différé les premières années ) C est donc un crédit hypothécaire (immobilier) dont le logement du client (emprunteur) est pris en caution en cas de problème de paiement On assiste donc à une bulle spéculative immobilière (une demande importante, et donc une décélération entre la valeur initial et le prix réel), en bref un effet de mode, qui concerné alors 4

5 une classe de la population à faible capitale financier. Alors comment peut-on expliquer cette croissance des Sub-primes? La clientèle plus classique des ménages ayant accès au crédit a commencé à diminuer, les instituts financiers on donc voulut offrir des crédits plus attrayants avec un ciblage de clientèles plus large et d une classe social moins élevé. Ces établissements ont alors proposés un crédit permettant les deux premières années de ne pas rembourser le capital. Ces ménages pouvaient alors acheter une propriété et espérer revendre leurs logements avec une plus-value (cf : bull spéculative) ou renégocié leur prêt. On assiste donc à un endettement des ménages Américain dut à une politique monétaire expansionniste. Suite à la crise de 2001 (éclatement de la bull spéculative internet), la FED pratique des taux d emprunt avec intérêt extrêmement bas). Les américain on donc profité de ces crédits pendant 7 ans, mais avec la titrisation des Sub-primes, un réel cercle vicieux c est créer, et de la est partie une crise mondial. Mais qu est-ceque la titrisation des créances? La logique de la titrisation est de transformer une créance bancaire en titre pouvant faire l objet d une transaction. La titrisation permet ainsi de transférer le risque. Puisque cette créance est transformée en titre vendu sur les marchés financier, ce n est plus la banque qui accorde le prêt qui supporte le risque d insolvabilité des ménages auxquelles elle accorde le crédit. Donc les banques qui accordé des crédits Sub-primes n avaient pas de raison d être regardantes sur la capacité des ménages à rembourser leurs prêt car elles allaient se débarrasser de ses créances grâce à la titrisation. Alors, ses créances ont pu être vendues sur les marchés financiers car elles ont été transformées en produits plus ou moins complexes par des banques d investissements qui ont crée des 5

6 sociétés spécifiques. On à donc un cercle vicieux qui c est formé entre les ménages, les banques, et tous les bénéficières de la titrisation des créances. Alors comment est née la crise des Sub-primes? La crise des Sub-primes est apparue lorsque il y à eu défaut de remboursement. C'est-à-dire lorsque les emprunteurs de ses crédits n on pas put rembourser leurs crédits, au cause du retournement du marché immobilier. Pris à la gorge par la hausse de leur remboursement, de nombreux ménage sont vu incapables de rembourser leurs crédits et ont vu leurs maisons saisie. De plus, l effondrement du nombre de maison qui on été saisie et vendue a précipité l effondrement du marché immobilier. La crise a donc débuté avec l effondrement du marché immobilier et avec ce type de crédit développé par les banques (les Sub-primes et leurs titrisations ). Mais alors quelles sont les signes d une crise financière? Une crise financière est notamment celle de 2008 se traduit par un effondrement des valeurs boursières. Cela se caractérise par une faillite, des pertes bancaires et par une réel crise de confiance entre les banques qui ne prêtent plus d argent aux entreprises et au ménages. Cela peut donc mener à un rationnement du crédit car les banques ont besoin de monnaie centrale pour accorder des crédits. Or les banques ne peuvent se refinancer que sur le marché monétaire (lieu où les banques s échangent de la monnaie centrale contre des titres) ou auprès de la banque centrale. Cette situation peut se transformer en récession car les entreprises ont besoin de financement pour développer leurs activités. De plus, le ralentissement des prêts pour les ménages fait baisser la consommation et donc la demande, c est le cercle vertueux qui est touché (demande => production =>offre => ventes => croissance économiques. Alors 6

7 quelles sont les conséquences du retournement du marché immobilier américain et pourquoi la titrisation des Sub-primes s est elle révélée toxique? Le retournement du marché immobilier américain est à l origine de la crise Sub-primes. L effondrement des prix de l immobilier a augmenté les taux de défaut sur les prêts Sub-primes et toucher les établissements financiers. Les banques perdent alors de l argent sur la vente des maisons saisies avec la baisse des prix de l immobilier. Pour limiter les risques des Sub-primes, les banques ont alors transformé ces crédits en titres sur les marchés boursiers. Ces titres ont été vendus à des investisseurs dans le monde entier. Un effet de dominos s est mis en place provoquant de nombreuses faillites. Ces titres ont perdus de la valeur à partir du moment où les ménages ne pouvaient plus rembourser leurs prêts et les banques ne pouvaient plus verser d intérêts aux investisseurs. La titrisation des Sub-primes s est alors révélée toxique pour l économie et à provoqué cette crise. Mais alors pourquoi parle-on d une crise mondiale? La titrisation des Sub-primes sur les marchés financiers est à l origine de la crise financière qui a affectée le monde entier. C est la globalisation financière qui a favorisé l expansion de cette crise à l échelle mondiale. La crise des Subprimes a entrainé un effondrement des cours des bourses du monde entier et aussi une crise de liquidité. La CAC 40 a perdu environ 40% de sa valeur, ce qui est énorme en bourse. Elle est également à l origine d une crise du système bancaire avec une crise de confiance antre les banques qui ont favorisé un rationnement du crédit dangereux pour le développement de l activité économique. Alors comment la crise financière peut-elle affecter l économie réelle? 7

8 Le krach boursier entraine des difficultés et des faillites bancaires (Lehman brothers par exemple), la crise des crédits (crédit crunch) et de graves difficultés pour les entreprises industrielles et commerciales. Tout d abord, la crise peut toucher l économie réel à travers le phénomène de la déflation par la dette (analysée par I Fisher en 1933) ; plus les débiteurs liquident leurs actifs, plus les prix des actifs baisent et donc plus la valeur réelle des dettes restantes augmente. Puis, on constate un effet de richesse : la dévalorisation par le krach des patrimoines financiers conduits à leur reconstitution par l augmentation de l épargne au détriment de la consommation. De plus, on constate la diminution des capacités d emprunt des entreprises du fait de l effondrement de leur capitalisation boursière. Puis, une diminution de la demande et donc celui de la production qui contribue à créer du chômage et un ralentissement de l activité économique. Certaines entreprises ont donc fait faillite et mis à la porte des centaines de milliers de salariés. La crise qui est à la base économique peut vite tourner à une crise sociale. Alors quelles mesures ont été prises par les Etats-Unis, l Europe et les banques centrales? Les Etats ont mis en place des plans de sauvetage de leurs banques et de certains établissements financiers (AIG, Freddie Mac, Fannie Mae et Dexia) pour éviter leur faillite (recapitalisation en Allemagne, plan Paulson pour les Etats-Unis ou encore la nationalisation de certaine banque en Irlande et Grande Bretagne) Les états ont aussi garanti les dépôts des particulier (jusqu à euros en France). Les banques centrale elles baissent leurs taux directeur et injecte des liquidités afin de favoriser le refinancement des banques de second rang. 8

9 II) L'impacte de la crise sur le plan économique, social et politique : 5790 Milliard de dollars : cela représente les pertes enregistrées sur les différentes bourses en octobre milliard de dollars : ce sont les pertes des entreprises américaines au 4ème trimestre. Tous ces indicateurs montrent une situation qui n épargne personne et qui crée une sorte de pause de l économie mondiale. Après avoir évoqué les origines de cette crise nous allons développer ici l impact est les conséquences de la crise sur le plan social, politique et bien sur économique. Sur le plan social cette crise a surtout augmenté le chômage dans de nombreux pays et crée une précarité immobilière. En effet l origine de cette crise rappelons-le sont les «subprimes» (ces fameux prêts immobilier qui se transforment en titre a taux variables). Donc la première conséquence de cette crises sur le plan social a été de voir au États-Unis une multitude de famille pour la plupart pauvres, se faire expulser de leurs maisons sans avoir nul par ou aller. Le «Center for Responsible Lending» a chiffré à quelque 20% la proportion, aux Etats-Unis, d'emprunteurs subprimes qui pourraient perdre leur logement. C est à Cleveland que la situation est la pire. Le graphique ci-dessous représente les cas de saisies immobilière dans le conté de Cleveland : 9

10 En 2007 plus de familles ont été contraints de quitter leur maison. Source : Insee Sur le plan du chômage nous comparerons la réaction de la France et celle des États-Unis début Taux de chomage au USA (déc) taux de chomage (% de la pop active) Source : Les échos (12/01/2009) Ce graphique représente le taux de chômage au USA a différentes date pour ce rendre compte de l évolution de cette variable. Ici on peut voir qu âpres une certaine stabilisation au début des années 2000, en décembre 2008 la situation va de mal en pis. En effet cette situation ne va pas en s arrangeant car la situation actuelle des Etats-Unis est de 10,5 % au 3eme trimestre

11 Taux de chomage en France Taux de chomage en France 2008 La situation en France au niveau du chômage est meilleur en effet il n y a pas eu de baisse significative avec la crise. On peu dire que la France a bien résisté au la hausse du chômage. Sur le plan social ce qui a surtout changer ce sont les habitudes de consommations de la population en effet les gens depuis cette crises on apprit à consommer utiles et efficace et cela peut avoir un effet bénéfique surtout sur le plan écologiques. Sur un plan politique, cette crises na rien changer de concret pourtant je pense que les mentalités des hommes politiques et leur façons de présenter les choses ont changé. Ils sont bien obligés de s adapter face a un pays qui a peur et qui ne comprend par toujours cette crise. Les hommes politiques parlent de plus en plus de social de choses concrètent et comme le dit Mr Robert CASTEL dans une interview pour les échos (1/04/2009) : «On ne pourra plus dire que les régulations sociales sont ringardes». Ce directeur d études à l école des hautes études en science sociales parle de nombreuses incertitudes. Il dit que les hommes politique on «perdu la capacité de maitriser l avenir». La focalisation 11

12 des hommes politique sur les aspects économique de cette crise va crée un vide énorme, alors que rappelons le: après la crise de 1929 le social était la base du débat (cela étant du certainement a la fin de la guerre). Concrètement l avancée politique de cette crises est de confié aux partenaires sociaux les reformes sociales. Sur le plan économique cette crise a eu de nombreuses conséquences : Durant ces 10 dernières années il y a avait une augmentation de 7% annuel du commerce mondial et cette crises a crée cette rupture et cette «pause du commerce mondiale». Aux États-Unis la multiplication des prêts «Subprimes» (transformant la dette des ménages en dette extérieur : titrisation) a joué un rôle important, en effet cela va faire varier les taux de change et va accentuer la crise au lieu de jouer son role normal d ajustement de l économie mondiale. De plus il y a un phénomène normal de perte de confiance dans le dollar ce qui va faire varier la valeur du dollar et aussi c est cet indice de confiance qui va déterminer la fin de cette crises. En Europe la question qui se pose est de savoir si l euro va devenir la première monnaie mondiale?! En effet cela voudrait dire que l euro deviendra la future monnaie d endettement. Mais la banque central européenne grâce a la baisse du taux directeur a mis un frein a cette monté de l euro. Cette crise a été très dure a vivre pour tous les organismes bancaires en effet les plus grands groupes bancaire on tous été durement toucher par cette tempête financière. 12

13 Bank of AIG CITIGROUP RBS BNP Paribas Société Générale America (usa) (usa) (UK) (France) (France) (usa) Capitalisatio n boursière 255,1 216,9 180,7 120,5 107,6 80,0 30 Juin 2007 Capitalisatio n boursière 14,3 39,6 16,9 13,7 39,2 23,1 20 Mars 2009 Étude de RAMSES 2009 de l Institut Français des Relations Internationales (ifri) Le fait que tous ces grands groupes se soit effondrés est logique toutes ces banques aidées par les banques centrales se sont relayés tour à tour pour éviter le même scenario qu en Sur le plan économique cette crises a été très dure, la plupart des pays on vu les PIB en baisse (USA : -2,6 en 2009 ; Allemagne : -2,5 ; en France : 1,9) tout comme leurs dettes publique. Le pays qui est resté le plus stables face à la crise c est la chine, ces indicateurs de développement sont restés plutôt stable. 13

14 III) Les solutions envisagées par les Etats : vers un système de protections? vers une politique Keynésienne? La crise financière actuelle a contraint les Etats à réagir immédiatement, dans une atmosphère commune de trouble. Ces interventions ont donné naissance à des décisions inattendues, forçant l évolution de la doctrine politique des Etat à économie libérale américaine et européenne en particuliers, de même que certaines institutions financières, à l image du FMI. Les réactions originelles ont engagé une intervention renforcée des Etats par des mesures de relance budgétaire et de détente monétaire. Face à l urgence de la situation, une série de mesures à court terme a été établie. Elles consistaient en la mise à disposition de ressources monétaire pour les institutions bancaires et financières, en vue de rétablir un climat de confiance et la stabilité des marchés. La reconnaissance des actifs toxiques, c est-à-dire les instruments de placement financier fondés sur les Sub-primes, ainsi que leur assainissement. La consolidation du capital des institutions financières et bancaires fragilisées mais capable de prospérer à long terme. Ces mesures ont également été appuyées le 21 avril par le FMI, pendant la réunion de printemps Les Etats-Unis ont adopté le plan Paulson, s élevant a plus de 700 milliards de Dollars, avec beaucoup de difficulté en octobre Ce plan historique, initialement rejeté par le Congrès, n avait pas su convaincre bon nombre d économistes, de financiers et de politiciens qui voyaient en lui des conséquences néfastes envers l économie réelle. 14

15 En février 2009, le Congrès adopte le plan de relance économique interne de Barack Obama. Ce plan qui devait initialement avoisiner les 780 milliards, s élèvera finalement à 838 milliards de Dollars selon l estimation du bureau du Congrès. Il permettra le développement des infrastructures américaines grâce à des dépenses budgétaires majeures. Ainsi que le création et la protection de 3,4 millions d emplois d ici à fin Une protection de l emploi qui sera favorisée par des atténuations fiscales, qui profiteront aussi au pouvoir d achat et donc directement à l augmentation de la consommation. Ce plan comprend des aides sociales en faveur des actifs à la recherche er des plus pauvres. Bien que le retentissement de ce plan ait été national et international, Barack Obama a fait part de la nécessité de fonder une meilleure cohésion et coordination entre les Etats, soulignant l intérêt de tous, quelques spécialistes restent prudents. Selon leurs analyses, l actuel contexte de crise se fera encore ressentir et tardera à s évaporer. En raison de la difficulté que les Etats connaissent à stabiliser les marchés et à réinstaurer une tendance de croissance. D après les estimations les plus récentes, le déficit budgétaire américains s élèverait à environ 1700 milliards de Dollars pour l année Outre-Atlantique, la Commission européenne a sollicitée 27 pays membres de l Union un engagement quand au plan de relance budgétaire sur 2009 et 2010, comptabilisant l équivalent d 1% du P.I.B. européen, soit plus de 130 milliards d Euros. Ce plan a souligné l urgence de la situation car la Commission a accepté des déficits budgétaires extrêmes, beaucoup plus important que les 3% accordés habituellement par le pacte de stabilité et de croissance. Comme aux Etats-Unis, une somme de mesures sur la fiscalité est venu apporter son soutient au pouvoir d achat et profiter à la consommation. 15

16 En France, le plan de sauvetage consiste principalement en 2 mesures. Une entrée temporaire de l Etat dans le capital de la banque pour les recapitaliser avec 40 milliards d Euros de liquidités fournies et garantir sa solvabilité. La création d une société de refinancement qui pourra refinancer les établissements de crédits en leurs prêtant des liquidités, afin de lutter contre le rationnement de crédit et de permettre à nouveau aux banques d accorder des prêts aux particuliers et aux entreprises pour soutenir la consommation et l investissement, soit la demande. Pour les américains et les européens, le déficit budgétaire est devenu primordial dans la résolution des problèmes financiers et n est plus perçu comme une impotence. Une généralisation qui a conduit les banques centrales aux financements normalement destinés aux banques commerciales, prévues à cet effet. La banque centrale est l institution financière de premier rang dans la hiérarchie du système bancaire. Ses fonctions principales concernent l émission de la monnaie fiduciaire, l orientation des politiques monétaire et de change, la régulation et le contrôle des banques de second rang, le rôle prêteur en dernier recourt. La banque centrale a le monopole de l émission de monnaie fiduciaire. Les banques de second rang, pour obtenir cette monnaie fiduciaire, régler les opérations qu elles effectuent entre elles, détenir des réserves de monnaie centrale libres ou obligatoires, ouvrent des comptes auprès de la banque centrale, ce qui fait de cette dernière la «banque des banques». 16

17 Cette dépendance des banques affaiblies, permet à la banque centrale de contrôler indirectement la création de monnaie scripturale en agissant sur le coût de refinancement, c est-à-dire sur les taux directeurs pratiqués sur le marché monétaire. Dans la situation de crise actuelle, elle joue le rôle de prêteur en dernier ressort en apportant des liquidités à des banques, que leur insolvabilité condamnerait à la faillite. Beaucoup de banques centrales sont indépendantes de l Etat, elles décident ainsi de l orientation de la politique monétaire. En diminuant les intérêts à des taux très faibles, les banques centrales ont pu apporter leur aide pour atteindre une stabilisation des marchés financiers, une relance de la consommation et de l activité économique. Les banques centrales, en injectant des liquidités auprès des banques de second rang, font diminuer la demande des prêts interbancaires, ce qui entraîne une baisse des taux. De cette manière, la banque centrale américaine avait établit une très faible valeur son taux directeur, en garantissant une marge n excédant pas les 0.3%. Quant à elle, la banque centrale européenne s est établie un taux directeur de 1,0%.En ce qui concerne la désinfection des titres de placement financier, aucun procédé de reconnaissance des actifs toxiques n est défini. Toute la difficulté est dans l évaluation et l interprétation de l évolution des différentes activités économiques. Pour être capable de prévoir plus précisément les revenus qui seront attribués à ces actifs. L objectif des cette mesures étant de recapitaliser les banques fragilisées, elle aura un coût considérable pour les pays avancés : 17

18 Nature des banques concernées Banques américaines Banques européennes Banques britanniques Banques françaises Coût récemment estimé de la mesure pour leur recapitalisation 500 milliards de Dollars 900 milliards de Dollars 250 milliards de Dollars 40 milliards d Euros Cette mesure a pour fonction de redonner confiance en les marchés. Ce qui explique que le FMI demande qu elle soit prise entant au titre d actions ordinaires. A. Greenspan, ancien président de la banque centrale américaine avait déjà recommandé «une nationalisation temporaire de banques afin de faciliter une restructuration rapide et ordonnée». Chaque opération liée avec cette mesure d amélioration des fonds propres des banques permettrait d évaluer par la suite les méthodes managériales et de gestion des banques pour pouvoir mesurer leurs instabilités. Les Etats cautionnent et placent d importantes liquidités afin d encourager les marchés entre banques et de redonner confiance entre elles aux institutions. Les institutions internationales, comme le FMI, demandent aux banques centrales de continuer à détendre la politique monétaire et de favoriser les crédits. Pour certains pays en voie de développement, la situation se complexifie. Ils doivent faire face aux conséquences engendrées par la diminution des flux de capitaux et par leur fragilisation financière à l extérieur. En avril 2009, 13 pays asiatiques ont instauré une ressource de 120 milliards de Dollars pour aider les pays d Asie du Sud-Est en difficultés. Le Japon s est montré solidaire, en contribuant à cette ressource d urgence par un engagement supplémentaire de 61 milliards de Dollars. 18

19 Cette mesure consiste là encore à redonner confiance envers les marchés d Asie. Le FMI a instauré une nouvelle forme de crédit, nommée ligne de crédit modulable, pour aider les pays en voie de développement. Le Mexique en a été le premier bénéficiaire, même si beaucoup d experts ont fait par de leurs doutes sur les corollaires de cet assouplissement de la politique monétaire. IV) Depuis la médiatisation de la crise en 2008, quel est la situation pour les banques, les entreprises? Quels pays sortent renforcés par la crise, quels en sont les «grands» perdants? Depuis la médiatisation de la crise au cours de l année 2008, les organismes financiers, les entreprises et les ménages font face à de nombreuses difficultés. Les gouvernants et les banques centrales tentent de lutter contre cette crise. Cependant la réaction des pays face à celle-ci diffère selon les pays A) Les agents dans la crise 1) Le CAC 40: Depuis janvier 2008, le CAC 40 qui reflète réellement la santé de la France à partir des 40 plus grosses capitalisations boursières Françaises cotées à la bourse de Paris, n avait cessé de baisser, jusqu en février 2009 ou il recommence à augmenter. Aujourd hui le CAC 40 continu sa petite ascension. 19

20 2) Les organismes financiers: De l'été 2008 au 1er trimestre 2009, les banques du monde sont en première ligne et ont été confrontés à des problèmes majeurs liés à la crise financière: -Un accès limité a la liquidité et aux ressources longues. -Des pertes subies sur les portefeuilles d'actifs. -Un arrêt des marchés interbancaires. A partir du second trimestre 2009, la situation semble évoluer pour les organismes financiers grâce a l intervention des Banques centrales et des Etats qui réussissent a faire de nouveau fonctionner les marchés interbancaires. De plus une recapitalisation a permit de combler les pertes et d augmenter les ratios de fond propre des banques. Les organismes financiers sont en possession de réserves de liquidités importantes. En définitive la situation des banques s est redressée. Elles sont moins restrictives en ce qui concerne les crédits et la demande de ceux-ci s améliore. Mais tous les problèmes ne sont pas réglés, l excès d offre de crédit aux entreprises et l évolution de l équilibre macroéconomique persiste. 20

21 3) Les Ménages: La crise financière a eu un effet notable sur la consommation et le pouvoir d achat des ménages, mais ils ne sont pas tous touchés de la même manière. En effet, les principales victimes sont les familles américaines menacées de se retrouver sans logement à cause de la crise des Sub-primes. Dans l union Européenne, le portefeuille des ménages s est appauvri. Ce qui va par contre toucher l ensemble des populations est le chômage massif engendré par la faillite de nombreuses entreprises. En outre on assiste à une tendance à l épargne de la part les ménages afin de se protéger face a l avenir. 4) les entreprises: Les entreprises ont été fortement touché par la crise en Celles-ci se sont endettées auprès des banques, ont peu investi et nombreuses d entres elles ont connut la faillite. Les dirigeants des pays du monde ont prit des mesures pour pallier la crise tel que des exonérations de la taxe professionnelle pour les nouveaux investisseurs, la création d un fond souverain d investissement pour les PME et les sociétés stratégiques, des plans de restructuration ect. Ainsi durant cette période de crise, nous avons assisté à la création d un cercle vertueux: Les banques ne prêtent plus, les entreprises font faillite et licencient leur personnel, les pouvoir d achat et la consommation des ménages baisse. MENAGES 21

22 BANQUES Espeme-Edhec Business School Nice ENTREPRISES B) La situation des pays La crise économique a touché quasiment tous les pays de monde (pays développés, pays émergents, pays sous-développés). 1) Les gagnants: Seul trois pays d Asie, l Inde, L Indonésie et la Chine, ne sont pas affaibli par celle-ci. Ce tiercé gagnant de la crise économique mondiale conserve sa spectaculaire ascension avec des fortes croissances prévues pour La Chine conserve des investissements forts et fixes et possède une importante demande domestique stimulée par de nombreux crédits bancaires. L Inde, a été touché par la tourmente internationale au niveau de ses exportations et de sa production, mais elle reste néanmoins une économie des plus performante du monde.l Indonésie qui est la première économie de l ASEAN, possède une balance commerciale stable. Malgré la crise, ce pays à réussit à diminuer sa dette d Etat, à assainir son système bancaire et à mettre en place un plan de relance visant à augmenter les salaires et les liquidités de l Indonésie. 2) Les «perdants» : Le continent Africain est la zone la plus affectée par la crise économique. En effet très dépendants des aides extérieures et de ses exportations, les pays Africains se voient touchés par la crise car les pays occidentaux le sont aussi. De 22

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009.

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009. LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009 Durée : 1 heure Aucun document autorisé Moyenne 7,3 Extrêmes : [0,20] PETITES QUESTIONS

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos Politique Economique Introduction Générale 1. Crise des «subprimes» et politique économique 1.1.Une explosion des crédits

Plus en détail

4 LE CHÔMAGE SOMMAIRE

4 LE CHÔMAGE SOMMAIRE 4 LE CHÔMAGE SOMMAIRE Chronologie................................................. 15 Introduction................................................. 19 1. La crise la plus grave depuis 1929.............................

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES Qu en est-il de la valeur de certains titres? Les titres adossées à des créances sont aujourd hui considérés comme des «actifs

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire?

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? La banque centrale surveille la liquidité bancaire, puisque le système bancaire dans sa globalité peut manquer de liquidité. En fin de journée, les

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

L he b d o Finan c e de la

L he b d o Finan c e de la - DU 24 Novembre AU 1 Décembre 2007 - Numéro 17 Dossier : Dossier : LES CO U R S Simulation d un prêt immobilier Titrisation p1-3 p-3-4 p-5-7 L he b d o Finan c e de la M A C S Ce bulletin d informations

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits.

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits. Thème : Monnaie et création monétaire Le troc Pour que l échange se réalise, il faut une convention acceptée par tout le monde. Ce fut tout d abord le troc qui, devant la multiplication des biens et des

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions Création monétaire et systèmes bancaire et monétaire Module 1 Corrigé Liens avec les programmes de SES (1 ère ) Liens avec les programmes de STG (T ale ) Banque et création monétaire La création monétaire

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Il n'y a pas d'économie dynamique sans banques fortes. Pour restaurer la compétitivité, il faut être capable d'accompagner les

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur.

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur. Investir sur les taux et les obligations Définition Le marché des taux d intérêts aussi connu sous le nom de «marché de la dette» est le marché le plus important en termes de volumes puisqu il s y échange

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie.

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Cours Page 1 Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. mardi 14 septembre 2010 13:02 Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Chapitre 2 : La création monétaire. Chapitre 3 :

Plus en détail

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours Apéro démocrate 13 janvier 2009 Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours La bourse, les marchés financiers, à quoi ça sert? Financer le développement des entreprises,

Plus en détail

NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE M. CLAUDE BERGERON DEVANT LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES

NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE M. CLAUDE BERGERON DEVANT LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE M. CLAUDE BERGERON DEVANT LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES Québec, le 12 mai 2009 Seul le texte prononcé fait foi Monsieur le président, madame et messieurs les députés,

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

LES RISQUES DU CREDIT

LES RISQUES DU CREDIT FACTEURS Prévention Santé Environnement E1 LES RISQUES DU CREDIT 1- Analyse de la situation. Le surendettement survient de plus en plus à la suite d une perte d emploi, de la maladie ou d un divorce. C

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

Qui détient les dettes dangereuses?

Qui détient les dettes dangereuses? 23 mars 21 N. 118 Qui détient les dettes dangereuses? Il est important de savoir qui détient les dettes à risque : pour savoir qui sera affecté en cas de défaut sur ces dettes, et si la structure de détention

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné OCTOBRE 2013 N 36 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le microcrédit personnel accompagné Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS BACCALAURÉAT STG ÉCONOMIE-DROIT PROPOSITION D ÉVALUATION TYPE SUJET BAC AVRIL 2006 Période d évaluation : premier trimestre année de terminale STG. Points du programme testés :

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés.

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. I] Les intermédiaires Les intermédiaires sont des personnes physiques ou morales qui interviennent

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Etats Unis : «La crise économique actuelle : causes, conséquences et solutions»

Etats Unis : «La crise économique actuelle : causes, conséquences et solutions» Introduction : Dans tous les pays capitalistes, c'est-à-dire presque tous les pays du monde car nous sommes dans société mondialisée, nous pouvons constater que l activité économique n est pas régulière,

Plus en détail

Partie 1 De la crise des subprimes à la crise de la dette

Partie 1 De la crise des subprimes à la crise de la dette Partie 1 De la crise des subprimes à la crise de la dette Quelques mois avant le déclenchement de la crise financière, rien ne laissait présager un tel retournement de situation. La crise financière de

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail