Espeme-Edhec Business School Nice Sub-primes et mécanismes de la crise financière actuelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Espeme-Edhec Business School Nice Sub-primes et mécanismes de la crise financière actuelle"

Transcription

1 MME DU BOYS Espeme-Edhec Business School Nice Sub-primes et mécanismes de la crise financière actuelle GROUPE MEXICO 2 BARGACH Rachid HENRY Pierre LUDON Gaëtan MSIKA Thomas SAINT-GERMAIN Loic VERDOLLIN Julia

2 SOMMAIRE : INTRODUCTION I. Les origines de la crise financière : causes et conséquences DIRECTE 4 II. III. IV. L'impacte de la crise sur le plan économique, social et politique 9 Les solutions envisagées par les Etats : vers un système de protections? vers une politique Keynésienne? Depuis la médiatisation de la crise en 2008, quel est la situation pour les banques, les entreprises? Quels pays sortent renforcés par la crise, quels en sont les «grands» perdants?...19 V. Comment voit-on l'avenir en termes de reconstruction économique, sociale et politique? La crise a-t-elle provoquée des changements sur les futures politique des ETATS?...25 CONCLUSION GLOSSAIRE SOURCES 2

3 INTRODUCTION : La crise mondiale qui touche le monde économique et financier est d ors et déjà qualifiée de «crise historique». Cette crise découle d une crise des Subprimes déclenchés aux Etats-Unis avec les prêts à risques (hypothécaires), ces crédits étaient destinés à des emprunteurs qui ne présentaient pas les garanties suffisantes pour bénéficier des taux d intérêt préférentiels (en anglais «prime rate»), mais seulement à des taux moins préférentiels («Sub-prime»). Cette crise née d une mauvaise gestion de la part des banques dans leurs emprunts s est révélée mondiale devant le flux d échange de capitaux de part le monde. Cette crise mondiale initiée en 2007 est toujours d actualité en Cette crise, marquée par une crise de liquidité interbancaire et une crise du crédit qui a débuté vers juillet Cette crise s'est accentuée en septembre 2008 avec la faillite de plusieurs établissements financiers, et a entraîné comme conséquence une chute des cours des marchés boursiers qui ont provoqués un ralentissement généralisé de l'activité économique, voire de récessions dans plusieurs pays à partir de Quelles sont les causes et les conséquences de cette crise devenue mondiale? Quels moyens sont mis en œuvres par les Etats pour gérer cette crise et quelles sont les solutions qui en découlent? Afin de nous éclairer un peu plus quant aux origines de la crise, à son impact et aux solutions envisagées par les Etats ; nous étudierons dans un premier temps les aspects à la fois économiques, politiques et financiers de la crise. Puis, dans 3

4 un second temps, nous nous pencherons sur les pays les plus touchés par la crise ainsi que sur les solutions mises en place par les Etats pour une reprise de la croissance. I) Les origines de la crise financière : causes et conséquences DIRECTE : La crise financière que connaît le monde actuelle est l une des plus importantes depuis la crise de Pour étudier de manière complète cette crise, nous étudierons dans un premier temps les causes et les conséquences de la crise économique de Cette crise financière est la plus grave depuis celle de Une crise de type nouveau qui est parvenue suite à un Krach boursier (effondrement des valeurs mobilières) lors de la semaine du 6 au 10 octobre Le 6 Octobre, le CAC 40 a perdu 9%, une chute conséquente pour les cours de la bourse. La crise financière de 2008 a pour origine la crise immobilière aux Etats-Unis et la crise des Sub-primes qui ont fragilisé le système bancaire et mener à la faillite de certaines banques. Tout d abord que sont les Sub-primes? Ce terme signifie en dessous du premier choix. Il désigne les prêts consentis à des ménages modestes qui ne présentent pas assez de garanties pour accéder à un prêt normal, dit prime, soit parce qu ils ont déjà eu quelques difficultés financières par le passé, soit parce que leurs revenus sont faibles ou instables. Les Sub-primes sont des prêts non conventionnels (taux variable, remboursement différé les premières années ) C est donc un crédit hypothécaire (immobilier) dont le logement du client (emprunteur) est pris en caution en cas de problème de paiement On assiste donc à une bulle spéculative immobilière (une demande importante, et donc une décélération entre la valeur initial et le prix réel), en bref un effet de mode, qui concerné alors 4

5 une classe de la population à faible capitale financier. Alors comment peut-on expliquer cette croissance des Sub-primes? La clientèle plus classique des ménages ayant accès au crédit a commencé à diminuer, les instituts financiers on donc voulut offrir des crédits plus attrayants avec un ciblage de clientèles plus large et d une classe social moins élevé. Ces établissements ont alors proposés un crédit permettant les deux premières années de ne pas rembourser le capital. Ces ménages pouvaient alors acheter une propriété et espérer revendre leurs logements avec une plus-value (cf : bull spéculative) ou renégocié leur prêt. On assiste donc à un endettement des ménages Américain dut à une politique monétaire expansionniste. Suite à la crise de 2001 (éclatement de la bull spéculative internet), la FED pratique des taux d emprunt avec intérêt extrêmement bas). Les américain on donc profité de ces crédits pendant 7 ans, mais avec la titrisation des Sub-primes, un réel cercle vicieux c est créer, et de la est partie une crise mondial. Mais qu est-ceque la titrisation des créances? La logique de la titrisation est de transformer une créance bancaire en titre pouvant faire l objet d une transaction. La titrisation permet ainsi de transférer le risque. Puisque cette créance est transformée en titre vendu sur les marchés financier, ce n est plus la banque qui accorde le prêt qui supporte le risque d insolvabilité des ménages auxquelles elle accorde le crédit. Donc les banques qui accordé des crédits Sub-primes n avaient pas de raison d être regardantes sur la capacité des ménages à rembourser leurs prêt car elles allaient se débarrasser de ses créances grâce à la titrisation. Alors, ses créances ont pu être vendues sur les marchés financiers car elles ont été transformées en produits plus ou moins complexes par des banques d investissements qui ont crée des 5

6 sociétés spécifiques. On à donc un cercle vicieux qui c est formé entre les ménages, les banques, et tous les bénéficières de la titrisation des créances. Alors comment est née la crise des Sub-primes? La crise des Sub-primes est apparue lorsque il y à eu défaut de remboursement. C'est-à-dire lorsque les emprunteurs de ses crédits n on pas put rembourser leurs crédits, au cause du retournement du marché immobilier. Pris à la gorge par la hausse de leur remboursement, de nombreux ménage sont vu incapables de rembourser leurs crédits et ont vu leurs maisons saisie. De plus, l effondrement du nombre de maison qui on été saisie et vendue a précipité l effondrement du marché immobilier. La crise a donc débuté avec l effondrement du marché immobilier et avec ce type de crédit développé par les banques (les Sub-primes et leurs titrisations ). Mais alors quelles sont les signes d une crise financière? Une crise financière est notamment celle de 2008 se traduit par un effondrement des valeurs boursières. Cela se caractérise par une faillite, des pertes bancaires et par une réel crise de confiance entre les banques qui ne prêtent plus d argent aux entreprises et au ménages. Cela peut donc mener à un rationnement du crédit car les banques ont besoin de monnaie centrale pour accorder des crédits. Or les banques ne peuvent se refinancer que sur le marché monétaire (lieu où les banques s échangent de la monnaie centrale contre des titres) ou auprès de la banque centrale. Cette situation peut se transformer en récession car les entreprises ont besoin de financement pour développer leurs activités. De plus, le ralentissement des prêts pour les ménages fait baisser la consommation et donc la demande, c est le cercle vertueux qui est touché (demande => production =>offre => ventes => croissance économiques. Alors 6

7 quelles sont les conséquences du retournement du marché immobilier américain et pourquoi la titrisation des Sub-primes s est elle révélée toxique? Le retournement du marché immobilier américain est à l origine de la crise Sub-primes. L effondrement des prix de l immobilier a augmenté les taux de défaut sur les prêts Sub-primes et toucher les établissements financiers. Les banques perdent alors de l argent sur la vente des maisons saisies avec la baisse des prix de l immobilier. Pour limiter les risques des Sub-primes, les banques ont alors transformé ces crédits en titres sur les marchés boursiers. Ces titres ont été vendus à des investisseurs dans le monde entier. Un effet de dominos s est mis en place provoquant de nombreuses faillites. Ces titres ont perdus de la valeur à partir du moment où les ménages ne pouvaient plus rembourser leurs prêts et les banques ne pouvaient plus verser d intérêts aux investisseurs. La titrisation des Sub-primes s est alors révélée toxique pour l économie et à provoqué cette crise. Mais alors pourquoi parle-on d une crise mondiale? La titrisation des Sub-primes sur les marchés financiers est à l origine de la crise financière qui a affectée le monde entier. C est la globalisation financière qui a favorisé l expansion de cette crise à l échelle mondiale. La crise des Subprimes a entrainé un effondrement des cours des bourses du monde entier et aussi une crise de liquidité. La CAC 40 a perdu environ 40% de sa valeur, ce qui est énorme en bourse. Elle est également à l origine d une crise du système bancaire avec une crise de confiance antre les banques qui ont favorisé un rationnement du crédit dangereux pour le développement de l activité économique. Alors comment la crise financière peut-elle affecter l économie réelle? 7

8 Le krach boursier entraine des difficultés et des faillites bancaires (Lehman brothers par exemple), la crise des crédits (crédit crunch) et de graves difficultés pour les entreprises industrielles et commerciales. Tout d abord, la crise peut toucher l économie réel à travers le phénomène de la déflation par la dette (analysée par I Fisher en 1933) ; plus les débiteurs liquident leurs actifs, plus les prix des actifs baisent et donc plus la valeur réelle des dettes restantes augmente. Puis, on constate un effet de richesse : la dévalorisation par le krach des patrimoines financiers conduits à leur reconstitution par l augmentation de l épargne au détriment de la consommation. De plus, on constate la diminution des capacités d emprunt des entreprises du fait de l effondrement de leur capitalisation boursière. Puis, une diminution de la demande et donc celui de la production qui contribue à créer du chômage et un ralentissement de l activité économique. Certaines entreprises ont donc fait faillite et mis à la porte des centaines de milliers de salariés. La crise qui est à la base économique peut vite tourner à une crise sociale. Alors quelles mesures ont été prises par les Etats-Unis, l Europe et les banques centrales? Les Etats ont mis en place des plans de sauvetage de leurs banques et de certains établissements financiers (AIG, Freddie Mac, Fannie Mae et Dexia) pour éviter leur faillite (recapitalisation en Allemagne, plan Paulson pour les Etats-Unis ou encore la nationalisation de certaine banque en Irlande et Grande Bretagne) Les états ont aussi garanti les dépôts des particulier (jusqu à euros en France). Les banques centrale elles baissent leurs taux directeur et injecte des liquidités afin de favoriser le refinancement des banques de second rang. 8

9 II) L'impacte de la crise sur le plan économique, social et politique : 5790 Milliard de dollars : cela représente les pertes enregistrées sur les différentes bourses en octobre milliard de dollars : ce sont les pertes des entreprises américaines au 4ème trimestre. Tous ces indicateurs montrent une situation qui n épargne personne et qui crée une sorte de pause de l économie mondiale. Après avoir évoqué les origines de cette crise nous allons développer ici l impact est les conséquences de la crise sur le plan social, politique et bien sur économique. Sur le plan social cette crise a surtout augmenté le chômage dans de nombreux pays et crée une précarité immobilière. En effet l origine de cette crise rappelons-le sont les «subprimes» (ces fameux prêts immobilier qui se transforment en titre a taux variables). Donc la première conséquence de cette crises sur le plan social a été de voir au États-Unis une multitude de famille pour la plupart pauvres, se faire expulser de leurs maisons sans avoir nul par ou aller. Le «Center for Responsible Lending» a chiffré à quelque 20% la proportion, aux Etats-Unis, d'emprunteurs subprimes qui pourraient perdre leur logement. C est à Cleveland que la situation est la pire. Le graphique ci-dessous représente les cas de saisies immobilière dans le conté de Cleveland : 9

10 En 2007 plus de familles ont été contraints de quitter leur maison. Source : Insee Sur le plan du chômage nous comparerons la réaction de la France et celle des États-Unis début Taux de chomage au USA (déc) taux de chomage (% de la pop active) Source : Les échos (12/01/2009) Ce graphique représente le taux de chômage au USA a différentes date pour ce rendre compte de l évolution de cette variable. Ici on peut voir qu âpres une certaine stabilisation au début des années 2000, en décembre 2008 la situation va de mal en pis. En effet cette situation ne va pas en s arrangeant car la situation actuelle des Etats-Unis est de 10,5 % au 3eme trimestre

11 Taux de chomage en France Taux de chomage en France 2008 La situation en France au niveau du chômage est meilleur en effet il n y a pas eu de baisse significative avec la crise. On peu dire que la France a bien résisté au la hausse du chômage. Sur le plan social ce qui a surtout changer ce sont les habitudes de consommations de la population en effet les gens depuis cette crises on apprit à consommer utiles et efficace et cela peut avoir un effet bénéfique surtout sur le plan écologiques. Sur un plan politique, cette crises na rien changer de concret pourtant je pense que les mentalités des hommes politiques et leur façons de présenter les choses ont changé. Ils sont bien obligés de s adapter face a un pays qui a peur et qui ne comprend par toujours cette crise. Les hommes politiques parlent de plus en plus de social de choses concrètent et comme le dit Mr Robert CASTEL dans une interview pour les échos (1/04/2009) : «On ne pourra plus dire que les régulations sociales sont ringardes». Ce directeur d études à l école des hautes études en science sociales parle de nombreuses incertitudes. Il dit que les hommes politique on «perdu la capacité de maitriser l avenir». La focalisation 11

12 des hommes politique sur les aspects économique de cette crise va crée un vide énorme, alors que rappelons le: après la crise de 1929 le social était la base du débat (cela étant du certainement a la fin de la guerre). Concrètement l avancée politique de cette crises est de confié aux partenaires sociaux les reformes sociales. Sur le plan économique cette crise a eu de nombreuses conséquences : Durant ces 10 dernières années il y a avait une augmentation de 7% annuel du commerce mondial et cette crises a crée cette rupture et cette «pause du commerce mondiale». Aux États-Unis la multiplication des prêts «Subprimes» (transformant la dette des ménages en dette extérieur : titrisation) a joué un rôle important, en effet cela va faire varier les taux de change et va accentuer la crise au lieu de jouer son role normal d ajustement de l économie mondiale. De plus il y a un phénomène normal de perte de confiance dans le dollar ce qui va faire varier la valeur du dollar et aussi c est cet indice de confiance qui va déterminer la fin de cette crises. En Europe la question qui se pose est de savoir si l euro va devenir la première monnaie mondiale?! En effet cela voudrait dire que l euro deviendra la future monnaie d endettement. Mais la banque central européenne grâce a la baisse du taux directeur a mis un frein a cette monté de l euro. Cette crise a été très dure a vivre pour tous les organismes bancaires en effet les plus grands groupes bancaire on tous été durement toucher par cette tempête financière. 12

13 Bank of AIG CITIGROUP RBS BNP Paribas Société Générale America (usa) (usa) (UK) (France) (France) (usa) Capitalisatio n boursière 255,1 216,9 180,7 120,5 107,6 80,0 30 Juin 2007 Capitalisatio n boursière 14,3 39,6 16,9 13,7 39,2 23,1 20 Mars 2009 Étude de RAMSES 2009 de l Institut Français des Relations Internationales (ifri) Le fait que tous ces grands groupes se soit effondrés est logique toutes ces banques aidées par les banques centrales se sont relayés tour à tour pour éviter le même scenario qu en Sur le plan économique cette crises a été très dure, la plupart des pays on vu les PIB en baisse (USA : -2,6 en 2009 ; Allemagne : -2,5 ; en France : 1,9) tout comme leurs dettes publique. Le pays qui est resté le plus stables face à la crise c est la chine, ces indicateurs de développement sont restés plutôt stable. 13

14 III) Les solutions envisagées par les Etats : vers un système de protections? vers une politique Keynésienne? La crise financière actuelle a contraint les Etats à réagir immédiatement, dans une atmosphère commune de trouble. Ces interventions ont donné naissance à des décisions inattendues, forçant l évolution de la doctrine politique des Etat à économie libérale américaine et européenne en particuliers, de même que certaines institutions financières, à l image du FMI. Les réactions originelles ont engagé une intervention renforcée des Etats par des mesures de relance budgétaire et de détente monétaire. Face à l urgence de la situation, une série de mesures à court terme a été établie. Elles consistaient en la mise à disposition de ressources monétaire pour les institutions bancaires et financières, en vue de rétablir un climat de confiance et la stabilité des marchés. La reconnaissance des actifs toxiques, c est-à-dire les instruments de placement financier fondés sur les Sub-primes, ainsi que leur assainissement. La consolidation du capital des institutions financières et bancaires fragilisées mais capable de prospérer à long terme. Ces mesures ont également été appuyées le 21 avril par le FMI, pendant la réunion de printemps Les Etats-Unis ont adopté le plan Paulson, s élevant a plus de 700 milliards de Dollars, avec beaucoup de difficulté en octobre Ce plan historique, initialement rejeté par le Congrès, n avait pas su convaincre bon nombre d économistes, de financiers et de politiciens qui voyaient en lui des conséquences néfastes envers l économie réelle. 14

15 En février 2009, le Congrès adopte le plan de relance économique interne de Barack Obama. Ce plan qui devait initialement avoisiner les 780 milliards, s élèvera finalement à 838 milliards de Dollars selon l estimation du bureau du Congrès. Il permettra le développement des infrastructures américaines grâce à des dépenses budgétaires majeures. Ainsi que le création et la protection de 3,4 millions d emplois d ici à fin Une protection de l emploi qui sera favorisée par des atténuations fiscales, qui profiteront aussi au pouvoir d achat et donc directement à l augmentation de la consommation. Ce plan comprend des aides sociales en faveur des actifs à la recherche er des plus pauvres. Bien que le retentissement de ce plan ait été national et international, Barack Obama a fait part de la nécessité de fonder une meilleure cohésion et coordination entre les Etats, soulignant l intérêt de tous, quelques spécialistes restent prudents. Selon leurs analyses, l actuel contexte de crise se fera encore ressentir et tardera à s évaporer. En raison de la difficulté que les Etats connaissent à stabiliser les marchés et à réinstaurer une tendance de croissance. D après les estimations les plus récentes, le déficit budgétaire américains s élèverait à environ 1700 milliards de Dollars pour l année Outre-Atlantique, la Commission européenne a sollicitée 27 pays membres de l Union un engagement quand au plan de relance budgétaire sur 2009 et 2010, comptabilisant l équivalent d 1% du P.I.B. européen, soit plus de 130 milliards d Euros. Ce plan a souligné l urgence de la situation car la Commission a accepté des déficits budgétaires extrêmes, beaucoup plus important que les 3% accordés habituellement par le pacte de stabilité et de croissance. Comme aux Etats-Unis, une somme de mesures sur la fiscalité est venu apporter son soutient au pouvoir d achat et profiter à la consommation. 15

16 En France, le plan de sauvetage consiste principalement en 2 mesures. Une entrée temporaire de l Etat dans le capital de la banque pour les recapitaliser avec 40 milliards d Euros de liquidités fournies et garantir sa solvabilité. La création d une société de refinancement qui pourra refinancer les établissements de crédits en leurs prêtant des liquidités, afin de lutter contre le rationnement de crédit et de permettre à nouveau aux banques d accorder des prêts aux particuliers et aux entreprises pour soutenir la consommation et l investissement, soit la demande. Pour les américains et les européens, le déficit budgétaire est devenu primordial dans la résolution des problèmes financiers et n est plus perçu comme une impotence. Une généralisation qui a conduit les banques centrales aux financements normalement destinés aux banques commerciales, prévues à cet effet. La banque centrale est l institution financière de premier rang dans la hiérarchie du système bancaire. Ses fonctions principales concernent l émission de la monnaie fiduciaire, l orientation des politiques monétaire et de change, la régulation et le contrôle des banques de second rang, le rôle prêteur en dernier recourt. La banque centrale a le monopole de l émission de monnaie fiduciaire. Les banques de second rang, pour obtenir cette monnaie fiduciaire, régler les opérations qu elles effectuent entre elles, détenir des réserves de monnaie centrale libres ou obligatoires, ouvrent des comptes auprès de la banque centrale, ce qui fait de cette dernière la «banque des banques». 16

17 Cette dépendance des banques affaiblies, permet à la banque centrale de contrôler indirectement la création de monnaie scripturale en agissant sur le coût de refinancement, c est-à-dire sur les taux directeurs pratiqués sur le marché monétaire. Dans la situation de crise actuelle, elle joue le rôle de prêteur en dernier ressort en apportant des liquidités à des banques, que leur insolvabilité condamnerait à la faillite. Beaucoup de banques centrales sont indépendantes de l Etat, elles décident ainsi de l orientation de la politique monétaire. En diminuant les intérêts à des taux très faibles, les banques centrales ont pu apporter leur aide pour atteindre une stabilisation des marchés financiers, une relance de la consommation et de l activité économique. Les banques centrales, en injectant des liquidités auprès des banques de second rang, font diminuer la demande des prêts interbancaires, ce qui entraîne une baisse des taux. De cette manière, la banque centrale américaine avait établit une très faible valeur son taux directeur, en garantissant une marge n excédant pas les 0.3%. Quant à elle, la banque centrale européenne s est établie un taux directeur de 1,0%.En ce qui concerne la désinfection des titres de placement financier, aucun procédé de reconnaissance des actifs toxiques n est défini. Toute la difficulté est dans l évaluation et l interprétation de l évolution des différentes activités économiques. Pour être capable de prévoir plus précisément les revenus qui seront attribués à ces actifs. L objectif des cette mesures étant de recapitaliser les banques fragilisées, elle aura un coût considérable pour les pays avancés : 17

18 Nature des banques concernées Banques américaines Banques européennes Banques britanniques Banques françaises Coût récemment estimé de la mesure pour leur recapitalisation 500 milliards de Dollars 900 milliards de Dollars 250 milliards de Dollars 40 milliards d Euros Cette mesure a pour fonction de redonner confiance en les marchés. Ce qui explique que le FMI demande qu elle soit prise entant au titre d actions ordinaires. A. Greenspan, ancien président de la banque centrale américaine avait déjà recommandé «une nationalisation temporaire de banques afin de faciliter une restructuration rapide et ordonnée». Chaque opération liée avec cette mesure d amélioration des fonds propres des banques permettrait d évaluer par la suite les méthodes managériales et de gestion des banques pour pouvoir mesurer leurs instabilités. Les Etats cautionnent et placent d importantes liquidités afin d encourager les marchés entre banques et de redonner confiance entre elles aux institutions. Les institutions internationales, comme le FMI, demandent aux banques centrales de continuer à détendre la politique monétaire et de favoriser les crédits. Pour certains pays en voie de développement, la situation se complexifie. Ils doivent faire face aux conséquences engendrées par la diminution des flux de capitaux et par leur fragilisation financière à l extérieur. En avril 2009, 13 pays asiatiques ont instauré une ressource de 120 milliards de Dollars pour aider les pays d Asie du Sud-Est en difficultés. Le Japon s est montré solidaire, en contribuant à cette ressource d urgence par un engagement supplémentaire de 61 milliards de Dollars. 18

19 Cette mesure consiste là encore à redonner confiance envers les marchés d Asie. Le FMI a instauré une nouvelle forme de crédit, nommée ligne de crédit modulable, pour aider les pays en voie de développement. Le Mexique en a été le premier bénéficiaire, même si beaucoup d experts ont fait par de leurs doutes sur les corollaires de cet assouplissement de la politique monétaire. IV) Depuis la médiatisation de la crise en 2008, quel est la situation pour les banques, les entreprises? Quels pays sortent renforcés par la crise, quels en sont les «grands» perdants? Depuis la médiatisation de la crise au cours de l année 2008, les organismes financiers, les entreprises et les ménages font face à de nombreuses difficultés. Les gouvernants et les banques centrales tentent de lutter contre cette crise. Cependant la réaction des pays face à celle-ci diffère selon les pays A) Les agents dans la crise 1) Le CAC 40: Depuis janvier 2008, le CAC 40 qui reflète réellement la santé de la France à partir des 40 plus grosses capitalisations boursières Françaises cotées à la bourse de Paris, n avait cessé de baisser, jusqu en février 2009 ou il recommence à augmenter. Aujourd hui le CAC 40 continu sa petite ascension. 19

20 2) Les organismes financiers: De l'été 2008 au 1er trimestre 2009, les banques du monde sont en première ligne et ont été confrontés à des problèmes majeurs liés à la crise financière: -Un accès limité a la liquidité et aux ressources longues. -Des pertes subies sur les portefeuilles d'actifs. -Un arrêt des marchés interbancaires. A partir du second trimestre 2009, la situation semble évoluer pour les organismes financiers grâce a l intervention des Banques centrales et des Etats qui réussissent a faire de nouveau fonctionner les marchés interbancaires. De plus une recapitalisation a permit de combler les pertes et d augmenter les ratios de fond propre des banques. Les organismes financiers sont en possession de réserves de liquidités importantes. En définitive la situation des banques s est redressée. Elles sont moins restrictives en ce qui concerne les crédits et la demande de ceux-ci s améliore. Mais tous les problèmes ne sont pas réglés, l excès d offre de crédit aux entreprises et l évolution de l équilibre macroéconomique persiste. 20

21 3) Les Ménages: La crise financière a eu un effet notable sur la consommation et le pouvoir d achat des ménages, mais ils ne sont pas tous touchés de la même manière. En effet, les principales victimes sont les familles américaines menacées de se retrouver sans logement à cause de la crise des Sub-primes. Dans l union Européenne, le portefeuille des ménages s est appauvri. Ce qui va par contre toucher l ensemble des populations est le chômage massif engendré par la faillite de nombreuses entreprises. En outre on assiste à une tendance à l épargne de la part les ménages afin de se protéger face a l avenir. 4) les entreprises: Les entreprises ont été fortement touché par la crise en Celles-ci se sont endettées auprès des banques, ont peu investi et nombreuses d entres elles ont connut la faillite. Les dirigeants des pays du monde ont prit des mesures pour pallier la crise tel que des exonérations de la taxe professionnelle pour les nouveaux investisseurs, la création d un fond souverain d investissement pour les PME et les sociétés stratégiques, des plans de restructuration ect. Ainsi durant cette période de crise, nous avons assisté à la création d un cercle vertueux: Les banques ne prêtent plus, les entreprises font faillite et licencient leur personnel, les pouvoir d achat et la consommation des ménages baisse. MENAGES 21

22 BANQUES Espeme-Edhec Business School Nice ENTREPRISES B) La situation des pays La crise économique a touché quasiment tous les pays de monde (pays développés, pays émergents, pays sous-développés). 1) Les gagnants: Seul trois pays d Asie, l Inde, L Indonésie et la Chine, ne sont pas affaibli par celle-ci. Ce tiercé gagnant de la crise économique mondiale conserve sa spectaculaire ascension avec des fortes croissances prévues pour La Chine conserve des investissements forts et fixes et possède une importante demande domestique stimulée par de nombreux crédits bancaires. L Inde, a été touché par la tourmente internationale au niveau de ses exportations et de sa production, mais elle reste néanmoins une économie des plus performante du monde.l Indonésie qui est la première économie de l ASEAN, possède une balance commerciale stable. Malgré la crise, ce pays à réussit à diminuer sa dette d Etat, à assainir son système bancaire et à mettre en place un plan de relance visant à augmenter les salaires et les liquidités de l Indonésie. 2) Les «perdants» : Le continent Africain est la zone la plus affectée par la crise économique. En effet très dépendants des aides extérieures et de ses exportations, les pays Africains se voient touchés par la crise car les pays occidentaux le sont aussi. De 22

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Crise des subprimes mortgages : quel impact?

Crise des subprimes mortgages : quel impact? 1 Paris, août 2007 Crise des subprimes mortgages : quel impact? L histoire financière des deux dernières décennies semble obéir à une précision de métronome. Le jeudi noir de Wall Street (1987), la crise

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière?

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 mars 2015 à 13:47 Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? Introduction La globalisation financière est à la fois la condition d un système financier

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

1. Les fluctuations économiques : une dynamique heurtée de développement économique

1. Les fluctuations économiques : une dynamique heurtée de développement économique COMMENT EXPLIQUER L INSTABILITE DE LA CROISSANCE? 1. LES FLUCTUATIONS ECONOMIQUES : UNE DYNAMIQUE HEURTEE DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE... 1 1.1 DES CHOCS ECONOMIQUES PERTURBENT REGULIEREMENT LA CROISSANCE...

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes Eco-Fiche Octobre 2012 POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes La France est "techniquement" sortie de crise à partir du deuxième trimestre

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

La régulation financière dans le monde

La régulation financière dans le monde Partie 1 La régulation financière dans le monde La mondialisation, qui s appuie sur la généralisation et la valorisation du principe de concurrence, implique autant la globalisation de l économie que la

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise

Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise L économie mondiale et particulièrement les économies des pays développés ont connu depuis quelques années un important mouvement de financiarisation. Ce mouvement

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique?

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? A_Que nous-dis le programme? NOTIONS : Fluctuations économiques, crise économique, désinflation, croissance potentielle, dépression,

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

L he b d o Finan c e de la

L he b d o Finan c e de la - DU 24 Novembre AU 1 Décembre 2007 - Numéro 17 Dossier : Dossier : LES CO U R S Simulation d un prêt immobilier Titrisation p1-3 p-3-4 p-5-7 L he b d o Finan c e de la M A C S Ce bulletin d informations

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER Edito Sommaire Madame, Monsieur, Aujourd hui, l économie va très vite. Tout change, avance, évolue sans cesse. Certaines décisions politiques ou économiques peuvent avoir un impact fort sur l évolution

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire

Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire Le début de l année fut marqué par la crise de la Grèce, avec la mise en place d un plan de sauvetage de 60 milliards d euros (prêts consentis

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

2 - Le financement de l'économie

2 - Le financement de l'économie 1 2 - Le financement de l'économie Cette fiche explique le fonctionnement de la monnaie, des institutions financières et des marchés financiers. Elle montre en quoi les innovations des années 80, soutenues

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

Bulletin Economique LA CRISE GLOBALE (2007 -?) "Théorie & Analyse" -26 Avril 2013-

Bulletin Economique LA CRISE GLOBALE (2007 -?) Théorie & Analyse -26 Avril 2013- Bulletin Economique LA CRISE GLOBALE (2007 -?) "Théorie & Analyse" -26 Avril 2013- L'ECONOMISTE France Tel: +33.(6).98.70.49.15 - Fax: +33.(8).26.99.74.01 - Email: contact@leconomiste.eu www.leconomiste.eu

Plus en détail

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE :

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE : MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) 1ER - DE LA CRISE À LA GUERRE DE LA CRISE À LA GUERRE (1929-1945) L ÉCONOMIE EN CRISE DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE

Plus en détail

L'argent afflue vers l'euro

L'argent afflue vers l'euro L'argent afflue vers l'euro Au cours des dernières semaines la crise de la dette a ressurgi en Europe. Les obligations portugaises, grecques et irlandaises ont été massivement vendues, tandis que les rendements

Plus en détail

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques :

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques : LES BANQUES I. Les différents services proposés par les banques : Les services bancaires représentent l ensemble des produits proposés par une banque. Les services bancaires les plus connus sont : Epargne

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

Les limites du ratio Bâle II

Les limites du ratio Bâle II Les limites du ratio Bâle II Table des matières I. Introduction... 3 II. De Bâle I à Bâle II... 4 A. Présentation du ratio Bâle I... 4 B. Les limites du ratio Bâle I... 5 C. Le ratio Bâle II... 5 1. Pilier

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 1 Cette fiche d information financière décrit les modalités du produit qui sont d application

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

Bulle ou pas bulle? 1. Qu'est ce qu'une bulle immobilière? 2. Comment se forme une bulle? 3. Comment détermine t on si il y a une bulle?

Bulle ou pas bulle? 1. Qu'est ce qu'une bulle immobilière? 2. Comment se forme une bulle? 3. Comment détermine t on si il y a une bulle? Bulle ou pas bulle? 1. Qu'est ce qu'une bulle immobilière? Une bulle immobilière est caractérisée par une hausse rapide de la valeur des biens immobiliers. Elle caractérise un écart important et persistant

Plus en détail

Notions: déflation, récession, inflation, taux d'intérêt réel, BCE, credit crunch, taux de change

Notions: déflation, récession, inflation, taux d'intérêt réel, BCE, credit crunch, taux de change TRAVAILLER SUR UN TEXTE Faire un bilan collectif à partir d'un texte sur les acquis des chapitres sur la croissance (fluctuations et crises) et mondialisation et intégration européenne Notions: déflation,

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire

Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire Mishkin F. (1996), «Les canaux de transmission monétaire : leçons pour la politique monétaire», Bulletin de la

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail