Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM)"

Transcription

1 Modèles de Rsques e Solvablé en assurance Ve Kalwasser errne Le Mone erre Auoré de Conrôle des Assurances e des Muuelles (ACAM 6, rue abou ARIS CEDEX 9 él. : fax : Résumé : Défne acuellemen dans la rélemenaon françase par un pourcenae des provsons mahémaques, la mare de solvablé en assurance ve va ceranemen évoluer dans les années à venr vers une défnon plus adapée aux caracérsques propres à chaque enreprse. L obje du raval es donc de proposer une approche de la solvablé prenan en compe des caracérsques de la socéé éudée (naure des enaemens, rendemen e volalé de l acf... mas pouvan êre ulsée dans la rande majoré des cas. L approche en queson es donc à m-chemn enre une mare fxe e un modèle nerne, rès spécfque à l enreprse concernée. L éude propose une approche des rsques de marché acon e de aux. Elle donne des résulas en marché comple, qu permeen noammen de calculer la mare de solvablé nécessare en foncon du rendemen de l acf sans rsque e de la volalé du porefeulle acon. La mare es ensue esmée en couverure par quanle. Enfn, les bases de l éude de la solvablé en marché ncomple son exposées. Mo clés : assurance-ve, solvablé, couverure, modèles nerne, marché ncomple

2 . INRODUCION DIFFERENES AROCHES DE LA SOLVABILIE LA REGLEMENAION EUROEENNE ACUELLE rudence dans le calcul des provsons rudence sur les acfs admssbles Calcul du mnmum rélemenare de mare de solvablé Elémens consuan la mare de solvablé LE ROJE SOLVABILIE EUDE EN MARCHE COMLE COUVERURE ARFAIE Un premer modèle sur un porefeulle «acons» Applcaon numérque Cas parculer classque : r a =r =%.r INRODUCION DES RACHAS : LES LIMIES DU MODELE «ACIONS» rx héorque de la couverure des rachas Applcaon numérque LE MODELE OBLIGAAIRE : «MACHING» DE FLUX FUURS Couverure des enaemens en l'absence de racha Inroducon des rachas Exemple numérque avec un modèle de volalé Hull e Whe Exemple numérque avec un modèle de volalé Ho e Lee Développemens possbles COUVERURE IMARFAIE : SOLVABILIE AR QUANILE DANS LE CAS D'UN OREFEUILLE «ACIONS» Défnon de l'horzon de la couverure mparfae : Calcul pour un conra qu ven d'êre souscr : Calcul en réme permanen : EUDE EN MARCHE INCOMLE LE OURQUOI DE L'EUDE EN MARCHE INCOMLE BASES HEORIQUES DE L'EUDE EN MARCHES INCOMLES CAS DISCRE : VERS UN MODELE DE SOLVABILIE EN ASSURANCE VIE Cadre énéral Résoluon formelle avec des rachas ndépendans de l'acf CONCLUSION BIBLIOGRAHIE... 3 ANNEXE : MODELISAION DES RACHAS... 3 ANNEXE : RIX DU U SUR ZERO-COUON ANNEXE 3 : CALCUL DE LA ROBABILIE RISQUE NEURE AR LA RANSFORMAION DE ESSHER ANNEXE 4 : CADRE GENERALE DE LA COUVERURE AR QUANILE E RESOLUION NUMERIQUE... 39

3 . INRODUCION Dans la rélemenaon françase, la mare de solvablé exée en assurance ve es un monan de capal équvalen à 4% des provsons mahémaques d'un conra en euros. our un conra en unés de compes, où le rsque fnancer es nul, ce rao es de % e correspond au seul rsque opéraonnel. De manère mplce, la rélemenaon reen un rsque fnancer de 3% envron des provsons mahémaques. Les ravaux du comé de Bâle sur la réforme de la solvablé des banques d'une par e d'aure par l'neracon crossane enre le seceur bancare e le seceur de l'assurance fon de la solvablé des companes d'assurance une préoccupaon majeure de l'unon européenne dans le cadre du proje de réforme «solvablé». Cependan, les récens débas au nveau européen pour défnr les fuures normes de solvablé «solvablé» - von vers une déermnaon au cas par cas de la mare. lus précsémen, les orenaons prses fon nervenr 3 nveaux de complexé : - le premer nveau es un rao smple, e don le franchssemen consuera un snal d'alere pour les auorés de conrôle - le deuxème nveau sera consué par l'ulsaon d'un modèle sandard de rsque - le rosème nveau es une approche basée sur les modèles nernes développés par chaque socéé, e valdé par les auorés de conrôle. L'objecf de ce mémore es d'éuder une ou pluseurs approches de la solvablé qu peuven êre la base du deuxème nveau. Il s'a donc de proposer des élémens de ce que pourra êre un modèle sandard de solvablé, permean de donner en foncon des caracérsques de chaque socéé (srucure de l'acf, nombre de sores de conras... la mare nécessare. Après avor présené les rélemenaons européennes e amércanes en maère d'assurance ve basées sur des raos forfaares, nous présenerons les ros plers de l'accord de Bâle : l'exence en fonds propres, le processus de survellance prudenel e la dscplne de marché e ces mplcaons probables sur le fuur réme de solvablé européen. Le es d'exblé (éa C6 bs basé sur des scénar défavorables qu ven d'êre ms en place e les mplcaons des nouvelles normes compables seron ans présenées dans le cadre de cee évoluon rélemenare. Nous présenerons ensue les spécfcés des conras d'assurance ve en euros. Ceux-c son caracérsés par une fscalé avanaeuse pour les sores de conras au-delà de ans, des exonéraons de dros de successon applcables aux capaux ransms va un conra d'assurance ve e un mécansme de parcpaon aux bénéfces réalsés par l'assureur sur la eson des acfs représenan ces enaemens. Ces conras son soums à dfférens rsques : le rsque de racha des conras avan échéance, le rsque de marché acon e le rsque de aux pour lesquels nous proposerons des modèles ans que le rsque opéraonnel (ncende du sèe par exemple qu es exrêmemen dffcle à esmer e le rsque de défau des conrepares (des émeeurs d'oblaons prncpalemen dans le cas de companes 3

4 d'assurance françases qu peu êre nélé en premère approche car les assureurs possèden en majoré des oblaons émses par les Eas de l'ocde ou des enreprses publques de ces mêmes Eas qu son répuées sans rsque. Nous consdèrerons dans un premer emps la couverure en marché comple des enaemens correspondan à un conra en euros à prme unque dans le cas où les acfs prs en couverure son des acons, dans un premer emps sans racha, pus avec des rachas, e enfn dans le cas où les enaemens son couvers par des oblaons avec des rachas ndépendans de l'évoluon des aux. Nous prolonerons ce raval par une éude de la solvablé par quanle, qu es plus rasonnable que la couverure parfae lorsque acf e passf son décorrélés. Nous nous pencherons enfn sur la possblé de consrure une approche de la solvablé en marchés ncomples, qu reflèe meux la réalé mas don l'ulsaon en praque se révèle délcae.. DIFFERENES AROCHES DE LA SOLVABILIE Le conrôle rélemenare de la solvablé des companes d'assurance en France es aujourd'hu prncpalemen basé sur le passf des companes. Les provsons e les élémens admssbles en représenaon de la mare de solvablé doven êre suffsans pour fare face aux enaemens e aux aléas. Ces deux élémens son ndssocables dans la mesure où des provsons prudenes e une exence en mare de solvablé relavemen fable peuven représener un monan plus mporan que des provsons calculées en espérance e une mare mporane comme le monre l'exemple suvan. So un enaemen de dans ans, nous consdérons cas : - un aux d'acualsaon de 3 % e une mare qu représene 4 % des provsons mahémaques (cas A - un aux d'acualsaon de 4,5 % e une mare qu représene % des provsons mahémaques (cas B. ableau : Exence de mare selon le scénaro à = rovsons mare somme Cas A 7,9 3,, Cas B 7,3 7, 77,3 Nous observons c que c'es dans le premer cas avec une mare représenan 4 % des provsons que la prudence es plus mporane, l faudra donc arder à l'espr que c'es la somme des provsons e de la mare qu mpore e non la mare seule, n les provsons seules. La séparaon enre capaux propres e provsons es compable e fscale mas pas économque.. La rélemenaon européenne acuelle.. rudence dans le calcul des provsons Les provsons mahémaques qu serven de base au calcul de la mare de solvablé en assurance ve son éales à la dfférence enre les enaemens de l'assureur e ceux de l'assuré à un nsan. De fa elles son fables au débu de la ve du conra 4

5 (l'espérance des enaemens de l'assuré e de l'assureur son nulles au momen de la snaure du conra e aumenen jusqu'au momen du débu du versemen de la rene pour un conra d'assurance ve avec sore en rene par exemple. La prudence dans le calcul des provsons echnques es un des plers de la solvablé en France. D'une par les ables de moralé qu serven aux calculs doven êre cerfées ou rélemenares e par prudence les ables de moralé des femmes son ulsées pour le calcul des aranes en cas de ve e celles des hommes pour le calcul des aranes en cas de décès. D'aure par le aux aran par le conra ne peu excéder : - 75 % du ME 3 sur les premères années du conra ; - mnmum (3,5 % ; 6 % du ME au-delà de ans. Le aux d'acualsaon des enaemens ne peu êre supéreur au aux aran e au rendemen des acfs qu son en représenaon des enaemens. Lmer celu-c pour le calcul des provsons mahémaques es pruden car la somme acualsée des enaemens es décrossane avec le aux d'acualsaon... rudence sur les acfs admssbles Il ne sera pas pruden pour une enreprse d'nvesr oues les prmes dans des oblaons rsquées d'une même socéé ou dans une devse aure que celle de ses enaemens. En effe cela l'exposera à des rsques de chane, de conrepare ou de concenraon rop mporans d'un pon de vue prudenel. C'es pour cee rason que des rèles de conruence, de dversfcaon e de dsperson on éé mses en places pour les acfs adms en représenaon des enaemens rélemenés (R 33- e suvan du code des assurances. Mas ces conranes on des lmes, par exemple ren n'empêche un assureur de représener ces enaemens avec un porefeulle nves dans des socéés d'un même seceur el que la haue echnoloe, qu es à la fos rsqué e don les valeurs son foremen corrélées...3 Calcul du mnmum rélemenare de mare de solvablé La mare de solvablé es défne dans les arcles R 334- à R du code des assurances. Elle représene au-delà des provsons echnques (provsons mahémaques, provson pour parcpaon aux excédens, provsons pour snsres à payer,... qu son la source prncpale de solvablé d'une compane d'assurance le "maelas" de sécuré conre l'alea dans la réalsaon de dvers rsques qu peuven affecer le passf ou l'acf d'une socéé d'assurance. Cee noon es équvalene à celle des fonds propres ulsée dans le domane bancare. Le aux d'acualsaon des provsons mahémaques es en énéral le aux aran donc une socéé qu prome % e une 3,5% auron les mêmes provsons e donc la même mare alors que l'enaemen de la seconde es plus rsqué. 5

6 ..4 Elémens consuan la mare de solvablé Les élémens admssbles en couverure du mnmum rélemenare de mare de solvablé son les acfs moblsables par l'enreprse en cas de dffculé fnancère au delà des acfs représenan les provsons echnques. Au mons deux lmes apparassen c, la premère es que % des plus-values laenes son prses en compe alors que celles-c son mposables e qu'une pare reven aux assurés va la parcpaon aux bénéfces. Une deuxème lme es que ce son les valeurs dans des condons normales de marché qu son prses en compe e non des valeurs de lqudaon. Le sysème franças (qu es laremen une reranscrpon de drecves européennes présene l'nconvénen de ne pas offrr de défnon cohérene d'un pon de vue économque du capal. En effe conraremen à la value a rsk par exemple qu correspond au capal nécessare pour fare face dans 99% des cas par exemple, les méhodes de raos forfaares ne présenen aucun len drec avec les objecfs prudenels, ls ne son basés que sur des raos calculés emprquemen e fxés ensue. Elle ne en compe de la composon d'acfs qu'au ravers de rèles smples de dversfcaon, de conruence e de dsperson. Enfn cee méhode es peu souple par rappor à la srucure spécfque d'une enreprse, noammen l'adéquaon acf e passf e la déermnaon des raos peu sembler assez arbrare dans les deux cas.. Le proje solvablé Sue à un rappor rems en par KMG, la commsson européenne a accéléré la réflexon enaée sur la réforme du sysème de solvablé dans l'unon européenne dans le cadre du proje "Solvablé " qu devra reposer sur les ros mêmes plers que Bâle : - une exence en fonds propres ; - un conrôle prudenel ; - la dscplne de marché. our auan des dfférences fondamenales exsen enre le conrôle bancare e le conrôle des companes d'assurances. D'une par les rsques de marché e de créd son essenellemen des rsques d'acfs e l n'exse pas en banque d'équvalen aux rsques de passf auxquels son soumses les enreprses d'assurance els que le rsque de sousprovsonnemen, le rsque de racha ou le rsque lé à la polque de souscrpon. D'aure par les accords de Bâle successfs on pour bu de manenr la sablé du sysème bancare mondal e par conséquen concernen surou les randes banques nernaonales alors que le conrôle prudenel en assurance a avan ou vocaon à proéer les assurés conre le rsque de falle ndvduelle d'une compane. S les deux derners plers semblen ransposables à l'assurance relavemen asémen, le premer nécesse des aménaemens auremen plus conséquens. Le premer pon que l'on peu soulever concerne la ypoloe des rsques qu es consensuelle e a fa l'obje de développemen de modèles basés sur les même rsques dans oues les banques, uné qu n'exse pas sur les modèles qu'on commencé à développer les prncpaux assureurs 6

7 européens. Le rsque de marché par exemple pore sur le porefeulle de néocaon, noon qu n'a pas d'équvalen en assurance, le rsque de aux relève lu d'un conrôle qualaf dans le deuxème pler de Bâle alors qu'l es cenral en assurance ve au ravers de la eson acf-passf; quan au rsque de créd, les oblaons faes aux companes d'assurance sur la qualé des acfs en représenaon des enaemens rélemenés le renden mons pernen. En ce qu concerne les modèles nernes, le problème de leur valdaon par les auorés de conrôle es plus complexe qu'en banque de par la dffculé à rouver une ypoloe commune e la lonueur des enaemens des assureurs (renes, lan d'eparne Rerae opulare,..., le conrôle a poseror des modèles de rsque de marché (qu es calculé sur jours éan déjà problémaque en banque 4. L'évoluon des exences en fonds propres dans le cadre des fuures drecves européennes nécesse donc une réflexon mporane e ne peu êre une smple ransposon de Bâle. ar la sue nous allons consdérer so un conra de durée ans à prme unque, so une énéraon de conras de ce ype. En effe les conras à versemen lbres son le produ le plus répandu parm les conras d'assurance ve. Dans ce cadre un versemen es équvalen à un conra à prme unque de même dae d'échéance que le conra car dans ce cas ce son les condons de marché au momen de la dae de versemen de la prme qu mpore rélemenaremen e non la dae de souscrpon du conra. Les élémens qu'l es alors mporan de consdérer son : - le aux proms par le conra (c'es à dre l'enaemen de l'assureur ; - la srucure des foncons de racha ; - les acfs prs en couverure des enaemens, c des acons e des oblaons. 3. EUDE EN MARCHE COMLE L'approche de la solvablé ne peu êre fae sans consdérer l'mperfecon des marchés, s'en es même une de ses premères rasons d'êre : le passf n'éan pas réplcable par des acfs dsponbles sur le marché, l es nécessare de prendre une mare supplémenare, d'où la mare de solvablé. Or on peu ou à fa nrodure cee problémaque en marché comple. Commencer par ce cas parculer smple perme de poser des conceps plus délcas à maner en marché ncomple. Cee premère approche permera en parculer de donner la héore de la couverure par quanle, qu es un oul néressan pour éuder la solvablé parelle (à 95 ou 99%, avec laquelle peu êre comparée une éude en Value a Rsque (VaR. 4. Couverure parfae Nous devons avan oue chose précser ce qu'es la mare de solvablé. Cee noon déjà présenée précédemmen comme un coussn de sécuré n'es pas une noon économquemen pernene. En effe, c'es la noon de porefeulle de couverure du passf d'assurance qu es pernen dans une approche économque : la rélemenaon e la compablé on découpé ce porefeulle V en deux pares, que son les provsons mahémaques (noées M e la mare de solvablé (noée MS : V=M+MS. 7

8 C'es avec cee dée que nous ravallerons, ou en conservan la déclnason en mare e provsons : conserver ce repère facle la comparason avec la rélemenaon e perme plus faclemen d'appréhender les valeurs numérques obenues. 4.. Un premer modèle sur un porefeulle «acons» our nore modèle, nous allons consdérer un conra d'assurance ve en euro, à prme unque, d'une durée de hu ans, e de aux echnque r. Dans un premer emps, l n'y a pas de racha possble avan le erme. Ans, l'enaemen de l'assureur es de verser.(+r dans hu ans. Il va donc devor mere en provson mahémaque la somme M =.(+ r /(+ r a, où r a es le aux d'acualsaon, c'es à dre le rendemen moyen des acfs sur cee pérode. ar prudence, ce aux do êre nféreur au aux echnque, la rélemenaon le lme d'alleurs au mnmum enre 6% ME e 3,5%. Enfn, les acfs ne son pas vendus avan les hu ans, les plus values ne son donc pas réalsées avan la sore du conra e l n'y a pas de parcpaon aux bénéfces venan aumener les provsons mahémaques avan la sore. S on prévo une revalorsaon à la sore, celle-c n'nerven qu'en cas de rendemen élevé des acfs au erme, e cela n'affece en ren l'exence nale en mare de solvablé. L'assureur va donc placer cee provson mahémaque dans un acf S, que nous supposerons suvre un modèle Black & Scholes : ds = μ d + σ dw S S = M où μ es le rendemen de l'acf, σ sa volalé, es W es un mouvemen brownen sandard. Or, placé dans ce acf rsqué (e en praque, l'acf de l'assureur compore oujours un rsque, une provson mahémaque calculée de manère prudene ne perme pas oujours à l'assureur de enr ses enaemens. En effe, la probablé pour que S <M =.(+ r n'es pas nulle. our êre solvable, l'assureur do donc allouer du capal, e consuer une mare de solvablé. Celle-c do êre suffsane pour couvrr les enaemens en cas de mauvase performance de l'acf : elle do assurer au mnmum le flux à la dae : (M -S +. On a donc alors dans ous les cas S + (M - S + M. La mare do donc pouvor êre vu comme l'acha d'une opon de vene (ou pu, de monan nal la provson mahémaque S =M, de srke K= M =(+r e de mauré ans. Il ne s'a là que d'un mnmum : pour que cee borne nféreure so pernene, l fau que le monan de la mare so effecvemen nves dans l'opon, ou serve à réplquer l'opon. Or l n'es pas oujours possble de rouver ces produs de couverure sur le marché, e la réplcaon demande elle une eson dynamque e connue du porefeulle : l conven donc de consdérer les résulas obenus dans ce cadre héorque smple avec un espr crque. On peu néanmons rearder ce que représene cee mare en proporon des provsons mahémaques, la rélemenaon rasonnan ans, e demandan à l'assureur un surplus de capal éal à 4% des provsons mahémaques. On consae dans nore modèle smple, que la solvablé n'es pas seulemen foncon des enaemens, mas auss de la qualé des acfs, ans que du deré de prudence dans l'acualsaon des enaemens.

9 4.. Applcaon numérque D'après la formule de Black & Scholes, s ρ es le aux sans rsque connu, consan au cours du emps : ( + r MS = u S = K = + r (, (, ρ, σ ( + ra ( + r ρ ( + ra MS = ( + r e N( d N( d σ 4ln( + ra + 4( ρ + où d = σ d = d σ 4..3 Cas parculer classque : r a =r =%.r Il es relavemen fréquen d'ulser le même aux pour le aux echnque e celu servan à acualser les enaemens. En effe, ces deux aux doven refléer le rendemen qu'l es rasonnable d'espérer duran la pérode du conra. En oure, par prudence, on prend un aux echnque nféreur à % du aux de l'acf sans rsque (aux Moyen des Empruns d'ea afn de prendre une mare de sécuré sur leur varaon fuure e de enr compe des coûs de l'assureur. De plus ces % permeen d'éver de consuer une provson pour aléas fnancers (AF, exée lorsque % du rendemen de l'acf de l'assureur es nféreur à ce qu'l a proms. laçons nous donc à r a =r =%.r Le aux de couverure ne dépend donc plus que de deux paramères, à savor le aux de l'acf sans rsque r, e la volalé de l'acf rsqué dans lequel la provson mahémaque es nvese. our r=4% e σ=%, les résulas obenus son encore rès élevés, pusqu'en réme permanen, l'exence mnmale de mare es de 5,5% des provsons mahémaques. ableau : hypohèses r r a r σ M( aux connu 3,% 3,% 4% %,66 3,9% Les résulas sur le beson de mare son présenés dans le ableau c-dessous. ableau 3 : beson en mare M( MS MS/M(,,7,7% 7,3,79 7,3% 6,65,796 7,43% 5,99,766 6,97% 4,343,77 6,4% 3,76,677 5,74%,,57 4,6% 9

10 ,467,44 3,6%,66,,% oal,43,56 5,49% Dans le cas plus énéral, nous pouvons racer le raphque du aux de mare en foncon de r e σ : Fure : aux de mare en foncon du rendemen e de la volalé de l'acf L'échelle du raphque éan chose de manère à consdérer des plaes de rendemen e de volalé rasonnables, on peu vor que la sensblé du aux de mare es plus fore par rappor à la volalé que par rappor au aux d'nérê de l'acf sans rsque. D'aure par, on remarque que la surface es relavemen proche d'un plan, on peu donc en rer une expresson relavemen smple du aux de mare en foncon de r e σ, à l'ade d'un développemen de aylor au pon (r=5% e σ=%. On a alors : x =, 36 -, r +, σ On peu donc consrure à parr de cee formule une able permean de donner le pourcenae des provsons mahémaques qu'l fau pour consuer un nveau mnmal de mare : ableau 4 : Exence de mare en foncon de r e σ \ r σ \,% 3,% 4,% 5,% 6,% 3,%,57%,3%,9%,55%,% 5,%,%,54%,%,6%,5% 7,% 4,9% 3,5% 3,5% 3,7%,3% 9,% 5,5% 5,6% 4,% 4,4% 4,4%,% 6,% 6,47% 6,3% 5,79% 5,45% 3,%,% 7,77% 7,43% 7,% 6,76% 5,% 9,4% 9,%,74%,4%,7% 7,%,73%,39%,5% 9,7% 9,37% 9,%,4%,7%,36%,%,6%

11 On consae donc que la mare rélemenare à 4% (don envron 3% de rsques fnancers ne peu convenr dans ous les cas de fure. Elle apparaî même ben souven nsuffsane. S'l fau fare la remarque que le porefeulle d'une compane d'assurance ve conen en énéral un rand nombre d'oblaons (envron % de son porefeulle, la rélemenaon perme à un assureur de déenr jusqu'à 65% d'acons en représenaon de ses enaemens rélemenés, e es donc foremen soums au rsque que nous venons d'éuder. 4. Inroducon des rachas : les lmes du modèle «acons» On a consdéré jusqu'à manenan que les conras allaen ous à leur erme, c'es à dre qu'ls éaen ous racheés à l'ssue de la huème année. Or un rsque mporan en assurance ve es celu du racha avan le erme, comme la rélemenaon le perme (elle prévo auss des pénalés don nous ne endrons pas compe dans cee éude. our éuder ces rachas (modélsaon en annexe, nous allons nrodure x la proporon de rachas à la fn de l'année par rappor au nombre nal de conras souscrs + (en fa à la dae = lm + ε. ε, ε > On a donc ~ x = =. A pror, les x~ son des varables aléaores posves H - mesurables où H es la flraon naurelle assocée au processus à saus ~ X = ~ x (nous noerons x = x H. A la dae, l'assureur do payer x.(+ r, e do par conséquen vendre la pare des acfs ms en représenaon de ces enaemens : x.s. Afn de se proéer conre ces rachas, l'assureur do couvrr la pere évenuelle par un flux : 4.. rx héorque de la couverure des rachas + + x.( + r - x. S = x ( + r - S A ce sade, l nous fau donc évaluer le prx du flux de couverure x.( r - x. S + +. La forme de ce flux es rès proche de celle d'une opon de vene : l conven ouefos de soulner que l'évaluaon du prx d'un flux en marché comple se fa en prenan l'espérance sous probablé rsque neure du flux acualsé, e que dans nore présen cas, la varable x nerven. Nous supposerons donc les x ndépendans de l'acf. ar la sue, nous consdérerons : - Q la probablé hsorque du processus X, auquel es assocée la flraon H sur l'ensemble des éas de la naure Ω X ; - la probablé hsorque du brownenw, auquel es assocée la flraon G sur l'ensemble des éas de la naure Ω ; S = - la probablé rsque neure pour S, équvalene à ;

12 - on peu défnr la flraon relave à l'ensemble de l'nformaon dsponble à une dae donnée : F = H G. S les x son ndépendans de l'acf, alors des éas de la naure Ω es défn par : Ω X e { ω ( ω, ω ω, ω } Ω =Ω Ω = = Ω Ω X S X S X X S S Ω S son dsjons, e l'ensemble La probablé sur Ω es alors la probablé Ω défne par ( ω, ω = ( ω ( ω Ω d dq d X S X S La probablé rsque-neure sur Ω es alors dω ( ω = ( ωx, ωs = dq( ωx. d ( ωs. C'es c que l'hypohèse de marchés comples joue. En effe, on suppose l'uncé de la probablé rsque neure (ou mesure marnale équvalene : cee hypohèse es c smplfcarce, e l'éude en marché ncomple es plus pernene. Cec d, elle n'es pas sans nérê, e les résulas obenus dans ce cadre son jusfés lorsque l'on cherche à évaluer les rsques avec un nombre moyen (ou déermné au préalable de rachas. Nous nous pencherons sur la manère de résoudre plus précsémen ce problème dans la pare suvane du rappor. A parr de ces hypohèses, on connaî faclemen la lo de x~ à parr de Q, pusque ~ x = X X. En marché comple, on peu donc évaluer le prx à la dae de souscrpon (= de la couverure MS des rachas à la dae par : ρ + MS = E e x(( + r S Ω donc (par le héorème de Fubn so ρ [ ] (( MS = E x E e + r S + Q [ ] MS = EQ x. u( S = M, K = ( + r, ρ, σ 4.. Applcaon numérque our éuder l'mpac des rachas sur la mare exble, reprenons les mêmes hypohèses que dans le modèle de base. Reardons, pour une énéraon de conras la couverure nécessare ndue par un aux de rachas annuel de 5%: ableau 5 : hypohèses r r a r σ M( aux connu 4,5% 3,5% 4% %. 3,9%

13 Les résulas sur le beson de mare son présenés dans le ableau c-dessous. ableau 6 : beson en mare dae x x.m( MS 5%,54, 5%,54,7 5%,54,5 3 5%,54, 4 5%,54,4 5 5%,54,34 6 5%,54, %,54,449 6%,64,599 La couverure sans racha sera de 9,%. Lorsque l'on calcule la somme des MS rapporé aux provsons mahémaques nales, on rouve un quoen éal à 7,3%. On consae donc une dmnuon du beson de mare, ce qu relavemen surprenan. En fa, ce résula es dû à deux lmes du modèle : - La premère lme proven de l'absence d'adéquaon acf-passf : cee adéquaon es en praque obenue en assurance par l'acha d'oblaons, qu peuven en pare réplquer les enaemens fuurs. En effe, s l'assureur prome du 4% sur ans, l peu avor dans son porefeulle une oblaon de rendemen 4% e d'échéance ans (dans la praque, l n'es évdemmen pas ceran de rouver l'acf en queson sur le marché, mas l'exemple es donné à re d'llusraon. Dans ce cas, l y a un rsque quas-nul en cas d'absence de rachas, l'nroducon de ces derners ndusan un rsque de aux, l'assureur devan vendre une pare de ses oblaons avan l'échéance. - Dans le cas où l'acf de l'assureur es un porefeulle acon, l n'y a aucun «machn» des flux fuurs, seule compe l'ncerude des revenus fuurs, qu es mons rande à brève échéance : les rachas dmnuen donc cee ncerude en rédusan l'horzon de paemen. - La seconde lme proven de l'évaluaon en marchés comples. En revenan aux calculs de la couverure MS d'un racha à la dae on consae que le erme E Q [ x ] ne reflèe que rès parellemen le rsque auquel l'assureur es exposé. En effe, ce derner n'es parfaemen couver que dans les cas où x rese nféreur à E Q [ x ]. Nous revendrons sur ce pon dans la pare sur les marchés ncomples : s dans ce cas l'ulsaon praque des résulas héorques sera smple, leur jusfcaon demande quelques développemens non rvaux. On peu auss consaer que le modèle es ndfféren aux hypohèses de mse en run-off de l'acvé, ou de sa connué (nouvelle souscrpon de conras dans le fuur. En effe, la perspecve de nouveaux conras devra fare dmnuer le rsque, la vene de l'acf pour payer les sores de conras pouvan alors êre remplacées par l'aen "cash" des nouveaux enrans, ces derners prenan alors les dros sur les acfs. Or dans ce modèle, plus 3

14 ve l'acf es vendu, mons le rsque es rand : l n'y a pas de prse en compe de la eson acf-passf fae par l'assureur, afn de macher les flux fuurs. 4.3 Le modèle oblaare : «machn» de flux fuurs Dans une premère approche, nous avons fa le chox de ne consdérer qu'un porefeulle acon. Smple à éuder, l ne correspond qu'à une pare de la réalé, 75% à % de l'acf d'une compane d'assurance ve éan en énéral consué d'oblaons. En effe, consdérons pour smplfer qu'l exse sur le marché des oblaons d'échéance ans, fournssan un aux fxe r b r. our smplfer les calculs, nous supposerons que cee oblaon ne verse aucun flux avan le erme e verse à l'échéance le nomnal capalsé au aux r b. En nvesssan les provsons mahémaques dans ce acf, l'assureur ne prend donc aucun rsque fnancer en l'absence de racha. En effe, son nvesssemen lu assure de pouvor fournr le monan aran dans ans. Le problème se pose lorsqu'l y a une sore de conra : l'assureur do alors vendre une pare de son acf. S'l y a eu enre emps une hausse des aux d'nérê, la valeur de l'oblaon aura bassé, e l'assureur ne pourra enr son enaemen avec la seule vene de son nvesssemen. Ce cadre es encore rès smple, car l suppose que l'assureur rouve sur le marché les oblaons correspondan aux échéances de paemens (= ans, ce qu n'es pas oujours le cas. S l'échéance es supéreure à ans, même en l'absence de rachas, on se rerouve face dans le même cas de fure, où une hausse des aux fralse l'assureur. Dans le cas où la mauré de l'oblaon es nféreure à hu ans, une basse des aux pose un problème de refnancemen, l'assureur ne pouvan rouver sur le marché des produs permean d'obenr un rendemen éalan celu qu'l receva avec l'oblaon arrvée à erme. our éuder la solvablé dans ce cadre, l nous fau nrodure un modèle de aux d'nérês : pour reser dans l'espr Black & Scholes, nous prenons un modèle de Heah Jarrow Moron. Dans ce modèle, le zéro coupon d'échéance es un acf qu verse à la dae, son prx à la dae es noé B(,, e sa dynamque donnée par : db(, = μ(, d+ σ(, dw B (, B (, = en l'absence d'opporuné d'arbrae μ(, es l'espérance du aux de rendemen nsanané de B(,, e σ(, sa volalé. W es un mouvemen brownen sandard sous la probablé hsorque Couverure des enaemens en l'absence de racha Comme précédemmen, l'assureur reço une prme unque, aran un aux echnque r, avec un aux d'acualsaon r a. Le aux sans rsque dépend lu de la mauré e es dédu du prx des zéro-coupons. La provson mahémaque consuée par la compane à la souscrpon du conra es la même que précédemmen : M =.(+ r /(+ r a. Ce monan es nves dans une oblaon fournssan un rendemen capalsé au aux r b : le flux versé à la dae = ans par cee oblaon es donc (+ r b. Le aux r b de l'oblaon es le aux acuarel du coupon à ans : B(, (+ r b =, l'acf de la compane es donc consué d'un nombre N d'oblaons : 4

15 ( r ( + r + = N. B(,( + r b a A la dae, la valeur A de l'acf de l'assureur vau l'échéance du conra, on a (car B(,= ( + r A = ( + r ( + r b a = N ( + r A + = B(,( r b. A ( + ra On consae que la valeur de l'acf es suffsane pour honorer les enaemens prs s e seulemen s r a r b, ce qu es assuré par la rélemenaon. En l'absence de rachas, le rsque fnancer es donc nul, les flux fuurs éan parfaemen "machés" Inroducon des rachas Nous nous suons oujours en marchés comples, e la forme des aux de racha x~ su oujours celle défne dans le cas d'un acf nves en acons. Ans, à la dae, l'assureur do payer ~ x ( + r, en vendan les acfs ms en représenaon des conras racheés : x~ A. La mare nale do pouvor couvrr la pere évenuelle, en énéran un flux au mons éal à ~ ( ~ = ~ (( ( x r x A x + r A. Il s'a là encore d'un pu sur l'acf, consué c par un zéro coupon : avec : + ρs ds ( + r MS = E e x ( + r B(,( + r b Ω ( + ra donc (par le héorème de Fubn + ( + r ρs ( ( [ ] ds + r a MS = + rb E x e B(, Q E ( + ra ( + rb ( + r v = ( σ ( s, σ ( s, ds ( + ra K = ( + rb ( + r B(, K d = ln + v v B(, donc (preuve en annexe ( + r MS = E [ x Q ] ( + rb KB (, ( do B (, ( d v ( + ra N N ou encore : ( + r MS = E [ x Q ] ( + r B(, N ( do ( + r (, ( b B N d v ( + ra 5

16 4.3.3 Exemple numérque avec un modèle de volalé Hull e Whe s λ ( La forme de la volalé es (, ( e σ =, donc λ ( σ ( s, σ ( s, ds = s ( e λ + e λ e ( e 3 λ λ ( + λ e λ ( + Avec les valeurs numérques s=% e λ=4% On peu alors calculer le beson de mare lorsque le aux de racha es de 5% par an, r a =r =3,5% e r b =5%. ableau 7 : hypohèses aux lon M( B(, 5%,37,677 Les résulas son alors : ableau : Evoluon de l exence de mare pour un conra modèle de Hull e Whe dae M K( Courbe B(, v d N(d N(d-v MS aux,677,%,,%,35,7,75%,93,97% -,6,467,4,6E-3,7,75 3,%,943 4,5%,574,5,445 3,5E-3 3,9,75 3,6%,99 4,%,935,537,47,7E-3 4,4,777 4,%,5 3,6%,3743,594,54,6E-3 5,,4 4,35%,,4%,4369,66,67,3E-3 6,9,3 4,6%,764,39%,7975,7,76 5,7E-4 7,7,6 4,%,7 4,54%,9477,974,97,5E-5,37,9 5,%,677,% La provson mahémaque vau à la souscrpon, e la somme de opons nécessares pour couvrr les 5% de rachas annuels vau MS =,3 : on a dans ce cas une mare mnmale de,3%. On peu rearder la mare pour un conra en cours, souscr l y a k années, e.. k couver par une oblaon à mauré -k : on a alors pour { } = MS MS k k = = k = k = où MS E Q k [ ~ k x ] ( + r k + B(, N( d k ( + r ( + r a ( + r b B(, k n( d v 5 6

17 v k = ( σ ( s, k σ ( s, ds k ( + ra K = k ( + rb ( + r k k B(, K d = ln + vk vk B(, k On a donc un charemen en foncon de la durée d'ancenneé dans le conra qu évolue de la manère suvane : ableau 9 : Exence de mare en réme permanen modèle de Hull e Whe Durée dans % de conra M en M MS MS/M le conra resan en R cours en R MS(k,9,3% %,,3,35,56,4% 95%,9,3,7,4353 4,6% 9%,96,39 3,9,577 5,% 5%,94,49 4,4,663 5,46% %,9,5 5,,56 4,7% 75%,9,4 6,9,36,93% 7%,6,5 7,7,,% 65%,3,,37,,% 65%,6, On consae qu'l y un beson de mare plus élevé pour les conras en cours, souscrs l y a 3 ou 4 ans 6. Cec mpace donc le beson oal en réme permanen, qu es alors plus élevé que pour des conras souscrs dans l'année. Dans nore exemple, le rappor enre la mare e le monan oal des provsons mahémaques es de,94%, ce qu rese cee fos en dessous des 3% de rsques fnancers prévus dans l'acuelle rélemenaon Exemple numérque avec un modèle de volalé Ho e Lee La forme de la volalé es σ(,=s.(-, avec s=% Graphque : Volalé de Hull e Whe (HW e de Ho e Lee (HL 7

18 Avec aux lon de 5%, on a M(=,37 e B(,=,677, l exence de mare avec en réme permanen es calculée dans le ableau c-dessous. ableau : Evoluon de l exence de mare pour un conra modèle de Ho e Lee dae M K( Courbe B(, v d N(d N(d-v MS aux,677,%,,%,35,7,75%,93 4,% -,5,476,44 3,7E-3,7,75 3,%,943 6,97%,77,5,444 3,65E-3 3,9,75 3,6%,99 7,3%,333,54,47 3,37E-3 4,4,777 4,%,5 6,%,45,59,56,6E-3 5,,4 4,35%, 3,4%,379,645,594,74E-3 6,9,3 4,6%,764 9,%,69639,757,75 7,4E-4 7,7,6 4,%,7 5,9%,67769,953,94 5,E-5,37,9 5,%,677,% On oben cee fos un beson de mare de,54%, ce qu es léèremen supéreur aux,3% obenus avec Hull e Whe. ar conre, en réme permanen, la dfférence es nulle, l'écar enre les deux modèles dmnuan rès ve avec l'ancenneé dans le conra : le chffre de 3% des M es donc relavemen pernen sous ces hypohèses Développemens possbles Nous venons de rearder le cas où les oblaons acheées on pour mauré l'échéance du conra. Or praquemen, ce machn parfa des flux fuurs n'es pas oujours réalsable, oues les maurés n'éan pas dsponbles sur le marché. L'approche précédene par des us rese ouefos encore valable (s l'échéance de l'oblaon es nféreure à ans, l'opon es un call, e les calculs son de la même forme. D'aure par, l es possble par cee méhode d'évaluer la mare nécessare pour couvrr un mécansme de B. En effe, s l'acf de l'assureur es nves dans une acon S don 5% (mnmum rélemenare des plus-values son redsbuées en revalorsaon de la M, alors, pour un conra qu ven d'êre souscr e sans sore avan les ans : MS = E e + r + r S + ρ + MS = E e ( + r +.5 r r S = + ρ S+ S.5 = S Cee espérance sous probablé rsque neure s'évalue par moné-carlo, lorsque d l'on conna le chanemen de probablé (par le modèle de Black & Scholes ou d méhode de Essher présenée en annexe Couverure mparfae : solvablé par quanle dans le cas d'un porefeulle «acons» Jusqu'à présen, nous avons vu la mare de solvablé comme une opon que l'assureur do prendre afn d'êre ceran de enr ses enaemens. En marché comple, en +

19 supposan que ces dérvés exsen, on peu couvrr de manère cerane les flux fuurs. Or les valeurs exrêmes pouvan êre prses par le passf (valeurs élevées, mas surou par l'acf (valeurs rès fables aumenen foremen le prx de la couverure. Cela sera encore plus percepble en marché ncomple. Nous allons donc nous pencher sur la couverure par quanle, qu perme de prévor la mare suffsane permean de enr les enaemens dans 95 ou 99% des cas. Cee éape es d'auan plus néressane que, dans l'espr, elle se rapproche de l'éude en marché ncomple : on va chercher à sur-réplquer le passf sous un ceran nombre de conranes. Le cadre énéral de la couverure par quanle es présené en annexe Défnon de l'horzon de la couverure mparfae : Dre que l'on désre couvrr les enaemens au quanle α n'es pas une donnée suffsammen précse pour effecuer le calcul. En effe, l y a pluseurs manères de comprendre ce objecf. La premère qu ven à l'espr es de dre que ce son les flux à échéance qu doven êre couvers au quanle α. Or on vo ou de sue une lme fore : un même enaemen ne condu pas nécessaremen des flux versés à une dae unque. Nous défnrons donc la couverure au quanle α à l'horzon comme le prx mnmum d'une sraée permean d'obenr à la dae une valeur de porefeulle supéreure dans au mons α% à la valeur en des enaemens fuurs. En oure, nous prendrons pour horzon ans. Fxer un el horzon reven à dre que la mare de solvablé es suffsane 99 années sur, e que l'année où elle ne l'es pas, l fau remere du capal. rocéder ans a deux avanaes :. L'nsuffsance n'es pas consaée au momen de payer les enaemens, comme ce à quo condu une couverure en pourcenae des flux fuurs.. La pérode de an correspond à la fréquence des blans, e donc des réévaluaons des enaemens. C'es donc plus parculèremen à ce momen que la mare de solvablé peu-êre renforcée Calcul pour un conra qu ven d'êre souscr : Nous nous suons de nouveau dans le modèle smple, en l'absence de rachas, où la mare s'exprme par : 9

20 A la dae quelconque, on sa que ( + r MS = u S = K = + r (, (, ρσ, ( + ra ( + r ρ N N ( + ra MS = ( + r e ( d ( d σ 4ln( 4( où + ra + ρ + d = σ d = d σ S = S Donc à la dae, la valeur aléaore de l'acf es : e ( + r ( μ σ + σw ( μ σ + σw = e ( + ra s = S ( u = e ( μ σ où u N (,, donc sa densé f ( u = e Π On a + r s u = ( s = σ μ + ln σ + ra u ( + r ( + r a e σu Or d( s f ( u = f ( ( s ds, on a donc la densé de la lo de l'acf : ds d( s f ( ( s ds La densé de S es donc, pour μ=%, σ=%, r a =r e = Graphque : Densé de S A l'ssue de la premère année, l'acf S de l'assureur vaudra s, e ses enaemens seron le monan de la mare permean d'assurer le flux ((+r -S + à échéance. Le monan de cee mare sera donc :

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1 SYSTEMES BOUS-MALUS Phlppe BIEAIME Acuare I.S.F.A., GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A., Unversé Claude Bernard Lyon ahale RICHARD GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A.,

Plus en détail

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris Geson de producon cour erme en conee nceran EDF R&D École enrale Pars Geson de producon à cour erme Encadrans ndusrels : Gérald Vgnal - Jérôme Quenu Encadran académque : Yves Dallery-Mchel Mnou Snda Ben

Plus en détail

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises Busness Scool W O R K I N G P A P E R S E R I E S Workng Paper 04-38 La régresson logsque PLS : Applcaon à la déecon de défallance d enreprses BEN JABEUR Sam p://.pag.fr/fr/accuel/la-recerce/publcaons-wp.ml

Plus en détail

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation Modèles d analyse des bographes en emps dscre Exemple d ulsaon Jean-Mare Le Goff Cenre Lnes Pôle Naonal de recherche Lves Unversé de Lausanne Plan Deux ypes de données dscrèes Modèles à emps dscre Modèle

Plus en détail

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET VALORIAION D OPION DIGIALE EN IUAION DE MARCHE INCOMPLE Parck NAVAE Chrsophe VILLA CREREG, Insu de Geson de Rennes REUME L objecf prncpal poursuv dans ce arcle, es d éuder quelques applcaons e exensons

Plus en détail

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance evue des Scences Humanes Unversé Mohamed Khder Bskra No :9 La méhodologe d éude d évenemen : Une méhode e des ouls à s approprer en fnance Unversé de Skkda ésumé: Les éudes d événemens son largemen applquées,

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Benoî Mulkay e Jacques Maresse 2 Rappor pour le Mnsère l Ensegnemen supéreur e de la Recherche Novembre 20 Unversé de Monpeller Faculé d'econome beno.mulkay@unv-monp.fr

Plus en détail

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale...

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale... GUIDE PRATIQUE sur le modèle sandard SST pour les rsques de marché Edon du 23 décembre 204 Table des maères Bu... 2 I. Généralés sur la quanfcaon des rsques dans le SST... 2 I. Modèle analyque... 3 I..

Plus en détail

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC IN N TIIT :, T I. INTNSIT : = dq d en couran varable I = Q en couran connu Méhode générale d éablssemen des équaons dfférenelles : lo d addvé des ensons pus relaons dq caracérsques :, lo d Ohm u = aux

Plus en détail

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE Déparemen fédéral de l néreur DFI Offce fédéral de la Sasque OFS Économe, Éa e socéé Documen de raval Neuchâel, ocobre 2006 PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE RAPPORT METHODOLOGIQUE Gregory Ras, OFS, secon

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr parculers professonnels ENTREPRISES Noce d nformaon conracuelle Enreprse arcle 83 General.fr Noce d nformaon conracuelle Sommare Préambule... 3 Arcle 1 - Défnons... 3 Arcle 2 - bje... 4 Arcle 3 - Garanes...

Plus en détail

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Émissions d obligations rachetables :

Émissions d obligations rachetables : Émssons d oblgaons racheables : movaons e rendemens oblgaares mplqués Maxme DEBON Franck MORAUX Parck NAVATTE Unversé d Evry Unversé de Rennes Unversé de Rennes & LAREM & CREM & CREM Ocobre 2 Absrac Après

Plus en détail

Allocation stratégique d actifs et ALM pour les régimes de retraite

Allocation stratégique d actifs et ALM pour les régimes de retraite N d ordre : 00-0 Année 0 THÈSE présenée devan l UNIVERSITÉ CLAUDE BERNARD - LYON ISFA pour l obenon du DIPLÔME DE DOCTORAT Spécalé scences acuarelle e fnancère présenée e souenue publquemen le 00/00/0

Plus en détail

Règlement d exploitation du Stade de glace Patinage public

Règlement d exploitation du Stade de glace Patinage public Règlemen d exploaon du Sade de glace Panage publc 1. Bu Le Sade de glace de Benne es un leu de renconre régonal. Son bu es de répondre aux besons du spor (spor de compéon e de losr), du délassemen acf

Plus en détail

Combiner des apprenants: le boosting

Combiner des apprenants: le boosting Types d expers Combner des apprenans: le boosng A. Cornuéjols IAA (basé sur Rob Schapre s IJCAI 99 alk)! Un seul exper sur l ensemble de X! Un exper par sous-régons de X (e.g. arbres de décsons)! Pluseurs

Plus en détail

LA VALEUR ACTIONNARIALE : NOTE TECHNIQUE

LA VALEUR ACTIONNARIALE : NOTE TECHNIQUE LA VALEUR ACTIONNARIALE : NOTE TECHNIQUE Rober COBBAUT e Séphane NASSAUT Unversé Caholque de Louvan INTROUCTION La vogue de la «valeur aconnarale» (shareholder value) peu êre arbuée pour une par mporane

Plus en détail

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers Eude économérque de l effcence nformaonnelle P P: 0-5 Eude économérque de l effcence nformaonnelle face aux anomales sur les marchés boursers Mohamed CHIKHI - Unversé de Ouargla- Membre assocé LAMETA -

Plus en détail

Bureaux d études en traitement des images

Bureaux d études en traitement des images Bureau d éudes en raemen des mages ESERB Fère Téécommuncaons 3 ème année Opon SC ESERB Fère Eecronque 3 ème année Opon TS AEE 4-5 M. DOAS Bureau d éudes en raemen des mages PARTE REDRESSEMET Dans cee pare

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2 UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (992) AU QUÉBEC * par Georges Donne,2 Charles Vanasse 2 * Cee recherche a éé rendu possble grâce en pare au Fonds pour la

Plus en détail

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES Cenre de Recherche pour l Eude e l Observaon des Condons de Ve L'NFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPTAL SUR LA DECSON D NVESTR ET SUR L NVESTSSEMENT CORPOREL DES ENTREPRSES DE SERVCES FRANCASES LE RECOURS

Plus en détail

Valeur économique de dettes subordonnées pour des sociétés non-vie

Valeur économique de dettes subordonnées pour des sociétés non-vie Valeur économque de dees subordonnées our des socéés non-ve - Franços Bonnn (Hram Fnance) - Frédérc Planche (Unversé Lyon, Laboraore SAF) - Monassar Tammar (Prm Ac) - Amédée de Clermon-Tonnerre (Cohen

Plus en détail

LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2

LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2 LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION Jean-Bapse Gossé e Julo Raffo 2 RÉSUMÉ Ce arcle rerace l émergence des déséqulbres mondaux de compe

Plus en détail

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM 9 ème Congrès Franças de Mécanque Marselle, 4-8 aoû 9 Modélsaon sem-analyque e chox opmal des procédés CRTM A. MAMONE a, A. SAOAB a, C. H. PARK a,t. OAHBI a a. Laboraore d Ondes e Mleux Complexes, FRE

Plus en détail

PLAN D EVALUATION MAURDOR SECONDE CAMPAGNE

PLAN D EVALUATION MAURDOR SECONDE CAMPAGNE PLAN D EVALUATION MAURDOR ECONDE CAMPAGNE 1 INTRODUCTION Coordonnée par le Laboraore Naonal de mérologe e d Essas (LNE) e CAIDIAN, fnancée par la DGA, la présene campagne d évaluaon propose un cadre commun

Plus en détail

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques Revue es Scences e e la Technologe - RST- Volume 3 1 / janver 2012 Opmsaon u plan e geson u sock une enreprse e srbuon es prous pharmaceuques D. Bellala, M.S. oune, A. Abessme Laboraore 'Auomaque e e Proucque

Plus en détail

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules»

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules» Arcle «Modèle Baésen de arcaon de l assurance des loes de véhcules» Jean-Franços Angers, Dense Desardns e Georges Donne L'Acualé économque, vol. 80, n -3, 004, p. 53-303. Pour cer ce arcle, ulser l'normaon

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18 Deparmen of Fnance Mnsère des Fnances Workng Paper Documen de raval Conrôle des émssons de GES à l ade d un sysème de perms échangeables avec allocaon basée sur la producon Une analyse en équlbre général

Plus en détail

Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud. Une analyse en équilibre général calculable dynamique

Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud. Une analyse en équilibre général calculable dynamique Caher de recherche/workng Paper 09-37 Polque éducave e marché du raval en Afrque du Sud. Une analyse en équlbre général calculable dynamque Hélène Masonnave Bernard Decaluwé Aoû/Augus 2009 Masonnave: Pos

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Real and nominal convergence amongst MENA countries

Real and nominal convergence amongst MENA countries MRA Munch ersonal ReEc Archve Real and nomnal convergence amongs MENA counres REY, Serge CATT, Unversy of au e ays de l Adour Sepember 2005 Onlne a hp://mpra.ub.un-muenchen.de/30206/ MRA aper No. 30206,

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012 École de Technologe Supéeue Pa : Fancs Boudeau, ÉcThé Révson : Aïda Ouangaoua INF35 Taval Paque # Remse le 6 ocobe 0 Inaon à la pogammaon en géne mécanque Taval ndvduel. Objecfs - Mee en applcaon des noons

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES AFFILIÉE À L'UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES AFFILIÉE À L'UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES AFFILIÉE À L'UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL Un algorhme de mnmax dynamque sochasque our la soluon d un roblème d omsaon de orefeulle ar Érc Srnguel Scences de la geson Mémore

Plus en détail

Chapitre III- 2- RÉGIME SINUSOÏDAL GÉNÉRALITÉS. 2π T II- GRANDEURS RELATIVES AU RÉGIME SINUSOÏDAL OBJECTIFS I- POURQUOI ÉTUDIER LE RÉGIME SINUSOÏDAL?

Chapitre III- 2- RÉGIME SINUSOÏDAL GÉNÉRALITÉS. 2π T II- GRANDEURS RELATIVES AU RÉGIME SINUSOÏDAL OBJECTIFS I- POURQUOI ÉTUDIER LE RÉGIME SINUSOÏDAL? OBJECTFS Chapre - - RÉGME SNSOÏDAL GÉNÉRALTÉS - Monrer l'mporance d régme snsoïdal en élecronqe e dans d'ares domanes. - Défnr les granders relaves à n sgnal snsoïdal. - Savor représener ne grander snsoïdale

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE ours hème VIII.3 ONVSION SAIQU D'ÉNGI 3- Famlles de conversseurs saques Suvan le ype de machne à commander e suvan la naure de la source de pussance, on dsngue pluseurs famlles de conversseurs saques (schéma

Plus en détail

COMPRENDRE LA METHODE X11

COMPRENDRE LA METHODE X11 COMPRENDRE LA METHODE X Domnque LADIRAY, Benoî QUENNEVILLE Julle 999 Domnque Ladray es Admnsraeur de l Insu Naonal de la Sasque e des Éudes Économques, 8 Boulevard Adolphe Pnard, 754 Pars, France. Ce raval

Plus en détail

THÈSE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER

THÈSE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER GRENOBLE 1 N THÈSE pour obenr le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER en MÉCANIQUE ÉNERGÉTIQUE présenée e souenue publquemen par Maha AHMAD Le 23 Novembre 2004 NOUVEAUX

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête N o -00-XIF au caalogue echnques d'enquêe 005 Commen obenr d aures rensegnemens oue demande de rensegnemens au suje du présen produ ou au suje de sasques ou de serces connexes do êre adressée à : Dson

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

CIFA 2004 Synthèse mixte H 2 /H par retour d état statique

CIFA 2004 Synthèse mixte H 2 /H par retour d état statique 4 Snhèse mxe H /H par reor d éa saqe SLH SLH, ENS RZELER Laboraore d nalse e commandes des ssèmes, LS-EN amps nversare, P 37 Le belvédère ns - nse Laboraore d nalse e rchecre des Ssèmes, LS-NRS 7 vene

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

0707 70 70 Lot-sizing Résumé :

0707 70 70 Lot-sizing Résumé : 77 7 7 2 Lo-szng Résumé : L améloraon de la qualé des servces logsques es la garane essenelle pour la réalsaon de l avanage de ces servces, l augmenaon du nveau de sasfacon des clens e l améloraon de la

Plus en détail

Finance. Anaïs HAMELIN. Sujet 1

Finance. Anaïs HAMELIN. Sujet 1 Maser (AES Exames du er semesre 3/4 Face Aaïs HAMELI Sue urée : 3 H ocume(s auorsé(s : aucu Maérel auorsé : Calcularce auorsée (Mémore vde pour les calcularces graphques Cosges : - Les exercces so dépedas

Plus en détail

Intégration réelle et hétérogénéités macroéconomiques en union monétaire : une évaluation en équilibre général intertemporel

Intégration réelle et hétérogénéités macroéconomiques en union monétaire : une évaluation en équilibre général intertemporel Inégraon réelle e éérogénéés macroéconomques en unon monéare : une évaluaon en équlbre général neremporel Aurélen Eyquem Jean-Crsope Pouneau 2 CREM - UMR CNRS 62 - Unversé de Rennes Mars 2007 Unversé de

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Bouna FALL. To cite this version: HAL Id: tel-00973788 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00973788

Bouna FALL. To cite this version: HAL Id: tel-00973788 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00973788 Evaluaon des performances d un sysème de localsaon de véhcules de ranspors gudés fondé sur l assocaon d une echnque rado ULB e d une echnque de reournemen emporel. Bouna FALL To ce hs verson: Bouna FALL.

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Sous-Evaluation Des Introductions En Bourse: Application D une Frontiere Stochastique Sur Le Nouveau Marche

Sous-Evaluation Des Introductions En Bourse: Application D une Frontiere Stochastique Sur Le Nouveau Marche Sous-Evaluaon Des Inroducons En Bourse: Applcaon D une Fronere Sochasque Sur Le Nouveau Marche Samy Ben Naceur e Mohamed Goaïed Workng Paper 039 SOUS-EVALUATION DES INTRODUCTIONS EN BOURSE: APPLICATION

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Modélisation, Simulation et Commande des systèmes électriques

Modélisation, Simulation et Commande des systèmes électriques Modélsaon, Smulaon e Commande des sysèmes élecrques runo FRANCOIS runo.francos@ec-llle.fr Plan Cours: Généralé sur les sysèmes physques Cours: Le Graphe Informaonnel de Causalé Cours: Modélsaon de la machne

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

sécurité nucléaire : de contrôle et de et la transparence Le système français de radioprotection, la longue marche vers l indépendance

sécurité nucléaire : de contrôle et de et la transparence Le système français de radioprotection, la longue marche vers l indépendance Rappor emer mnsre Le sys anças de radopro de conrôle e de sécuré nucléare : la longue marche vers l ndépendance e la ransparence JeYves Le Déau Dépué de la Meurhe-e-Moselle La documenaon Françase : Le

Plus en détail

Politique monétaire: Le choix des instruments I

Politique monétaire: Le choix des instruments I Polqe onéare: Le ox des nsrens I Le odèle IS-LM spposa ne nerenon dree de la banqe enrale sr la asse onéare. En reane, le odèle Noea Kenésen se foalse sr le ax d nérê oe oen d nerenon (la asse onéare es

Plus en détail

Cahier technique n 154

Cahier technique n 154 Collecon Technque... Caher echnque n 154 Technques de coupure des dsjonceurs BT R. Morel Les Cahers Technques consuen une collecon d une cenane de res édés à l nenon des ngéneurs e echncens qu recherchen

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE ANNEE I TRANSFORMEE DE LAPLACE Perre-Smon Lalace, mahémacen franças 749-87. Lalace enra à l unversé de Caen a 6 ans. Très ve l s néressa aux mahémaques e fu remarqué ar d Alember. En analyse, l nrodus

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Titre : Développement d outils statistiques pour la mise en place de boucles de régulation en microélectronique

Titre : Développement d outils statistiques pour la mise en place de boucles de régulation en microélectronique THESE En vue de l obenon du DOCTORAT DE L'UNIVERSITE DE TOULOUSE III Délvré par l unversé Toulouse III - Paul Sabaer Dscplne : Mahémaques Applquées Opon : Sasque Présenée e souenue par : Carolne PACCARD

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Propriétés des mesures de la dépense énergétique quotidienne habituelle

Propriétés des mesures de la dépense énergétique quotidienne habituelle Recuel u Symposum 014 e Sasque anaa Au-elà es méhoes raonnelles enquêes : l aapaon à un mone en évoluon Propréés es mesures e la épense énergéque quoenne habuelle Wayne A. Fuller 1 e Dave Oshus Résumé

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

THÈSE. Présentée par. Bassem JIDA. Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE

THÈSE. Présentée par. Bassem JIDA. Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE N d ordre : ULCO 008.35 Annee 008 THÈSE Présenée par Bassem JIDA Pour obenr le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE Spécalé : Géne Informaque, Auomaque e Traemen du Sgnal e des Images

Plus en détail

INTRAROUGE THERMIQUE METEOSAT (SENEGAL), 1986

INTRAROUGE THERMIQUE METEOSAT (SENEGAL), 1986 EVALUATIN DE LA PLUVIMETRIE PAR CUMUL DES IMAGES INTRARUGE THERMIQUE METESAT (SENEGAL), 1986 IMBERNN J.' ASSAD E.* GUILLT B.** DAGRNE D.** Inroducon Des recherches on éé menées ces dernères années sur

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Reconnaissance du Geste Humain par Vision Artificielle: Application à la Langue des Signes

Reconnaissance du Geste Humain par Vision Artificielle: Application à la Langue des Signes Reconnassance du Gese Human par Vson Arfcelle: Applcaon à la Langue des Sgnes Présené par: Arnaud Deslandes Arnaud.Deslandes@n-evry.fr Rappor de sage dans le cadre du : Inellgence Arfcelle Reconnassance

Plus en détail

Taxation optimale et réformes fiscales dans les PED Une revue de littérature tropicalisée.

Taxation optimale et réformes fiscales dans les PED Une revue de littérature tropicalisée. DOCUMENT DE TRAAIL DT/2001/02 Taaon opmale e réformes fscales dans les PED Une revue de léraure ropcalsée. Jean-Franços GAUTIER RESUME Les pays en développemen son acculés depus le débu des années 80 à

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Modèle dynamique de transport basé sur les activités

Modèle dynamique de transport basé sur les activités Moèle ynamque e ranspor basé sur les acvés Ta-Yu Ma To ce hs verson: Ta-Yu Ma. Moèle ynamque e ranspor basé sur les acvés. Humanes an Socal Scences. Ecole es Pons ParsTech, 27. French. HAL

Plus en détail

LA REGLEMENTATION PAR PRICE CAP : LE CAS DU TRANSPORT DE GAZ NATUREL AU ROYAUME UNI. Laurent David. Cahier N 99.09.14. Septembre 1999.

LA REGLEMENTATION PAR PRICE CAP : LE CAS DU TRANSPORT DE GAZ NATUREL AU ROYAUME UNI. Laurent David. Cahier N 99.09.14. Septembre 1999. LA REGLEMENTATION PAR PRICE CAP : LE CAS DU TRANSPORT DE GAZ NATUREL AU ROYAUME UNI Lauren Davd Caher N 99.09.4 Seembre 999 Lauren Davd ATER Cenre de Recherche en Econome e Dro de l'energe CREDEN Unversé

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

EVALUATION DE L OPTION DE RACHAT ANTICIPE DANS LES CONTRATS D ASSURANCE-VIE. Première version mars 1996. Version actuelle février 1997

EVALUATION DE L OPTION DE RACHAT ANTICIPE DANS LES CONTRATS D ASSURANCE-VIE. Première version mars 1996. Version actuelle février 1997 AFFI JUIN 997 EVALUATION DE L OPTION DE RACHAT ANTICIPE DANS LES CONTRATS D ASSURANCE-VIE Taoufik CHERIF Isabelle PRAS 2 Première version mars 996 Version acuelle février 997 Résumé L obje de ce aricle

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Indices de prix pour les services de la téléphonie mobile en France: Application de la méthode des prix Hédoniques

Indices de prix pour les services de la téléphonie mobile en France: Application de la méthode des prix Hédoniques Indces de rx our les servces de la éléhone moble en France: Alcaon de la méhode des rx Hédonques Chraz Karam To ce hs verson: Chraz Karam. Indces de rx our les servces de la éléhone moble en France: Alcaon

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

5.1) Déterminer la longueur du préfixe, les adresses réseau et broadcast pour les 7 réseaux. 5.3) Donner les 2 routes statiques.

5.1) Déterminer la longueur du préfixe, les adresses réseau et broadcast pour les 7 réseaux. 5.3) Donner les 2 routes statiques. STS SN IR 1 Sysèmes Informaisés Evaluaion 4 Durée: 1h5 11/2/215 1/4 1) Requêes SQL( 3 ps) 1.1) Afficher le ire e le nom de l'édieur des livres de l'aueur "WERBER". 1.2) Déerminer le prix du livre le moins

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application Regonal Wnd Speed Evoluon Idenfcaon and Longerm Correlaon Applcaon Idenfcaon de l évoluon régonale de la vesse du ven e applcaon à la corrélaon long erme B. Buffard, Theola France, Monpeller Exernal Arcle

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail