Développement économique, modification des écosystèmes et maladies infectieuses.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1.1.1 - Développement économique, modification des écosystèmes et maladies infectieuses."

Transcription

1 NOTE DE COMMUNICATION PUBLIQUE D'OPERATION Multi pays: Birmanie, Cambodge, Laos, Vietnam Financement d'un projet de lutte contre les maladies émergentes (projet ECOMORE) approuvé par le Comité des Etats Etrangers de l'afd du 19 décembre 2012 Subvention de 2,7 millions d'euros 1

2 1 - LE SECTEUR ET LES ENJEUX Présentation du secteur Développement économique, modification des écosystèmes et maladies infectieuses. La croissance démographique et le développement économique que notre planète connaît actuellement s'accompagnent de profondes modifications des écosystèmes naturels. Ces modifications peuvent entraîner la rupture de certains équilibres écologiques, avec des conséquences sur les maladies infectieuses humaines. Ces conséquences peuvent être l'augmentation de la fréquence de maladie connues, l extension de maladies à des aires géographiques jusque-là épargnées, et/ou l'apparition de nouvelles maladies. Dans la mesure où ces phénomènes résultent de la rupture d'un équilibre antérieur, on parle alors «d'émergence». Leur caractère souvent brutal et inattendu les rend difficile à contrôler par les systèmes de santé et leur confère un impact sociétal fort. Comme en témoignent la crise de la vache folle, celle du SRAS ou de la grippe H1N1, les sociétés développées ne sont pas épargnées par ces phénomènes qui peuvent avoir des impacts économiques non négligeables. Au final, ce sont toutefois les populations les plus vulnérables qui souffrent le plus des dégradations environnementales et de leur impact sanitaire. Une étude américaine de 2005 montre que les modifications qui interviennent dans la destination des territoires et l'usage des sols, les pratiques agricoles et les modes de production des aliments, sont les principaux facteurs à l'origine de ces émergences. La prise de conscience des interactions existantes entre activité humaine, modifications environnementales et maladies infectieuses plaide pour une approche globale de la problématique, et notamment pour le rapprochement entre santé humaine et santé animale, concrétisé par le concept «One Health». Toutefois, les outils et méthodologies nécessaires à une évaluation précise de situations aussi complexes restent pour la plupart à mettre au point et à valider. L'Asie est le continent qui connait aujourd'hui le développement économique le plus rapide. En Asie du Sud-est, les pays les moins avancés comme le Laos, le Cambodge ou la Birmanie, qui jusqu'à il y a peu étaient à l'écart de cette dynamique, sont maintenant entraîné dans une croissance qu'ils maitrisent d'autant moins qu'elle est impulsée pour une grande part par leurs voisins plus avancés, au premier rang desquels la Chine. Dans ce contexte, et tout en reconnaissant l'impact globalement très positif de cette dynamique sur la vie des populations concernées, la prise en compte des externalités négatives, environnementales, sociétales ou animales par des pays qui n'y sont pas préparés et qui n'en perçoivent pas les enjeux, est très difficile. Les conséquences sanitaires des modifications brutales que subissent actuellement les pays d'asie du Sud-est se déploient dans un espace épidémiologique commun. Si les priorités sont différentes pour chacun des pays, le risque que représente l'émergence de maladies infectieuses concerne l'ensemble de la région, voire au-delà, car la sécurité sanitaire est un bien public mondial. Cette situation plaide pour le renforcement des outils et méthodologies qui concourent à la compréhension de ces phénomènes afin de pouvoir proposer des mesures de prévention et de lutte adaptées. 2

3 Le réseau des Instituts Pasteur L'institut Pasteur (IP) est une fondation privée à but non lucratif dont la mission est de contribuer à la prévention et au traitement des maladies, en priorité infectieuses, par la recherche, l'enseignement, et des actions de santé publique. L'IP, et plus particulièrement sa Division International, anime et coordonne le Réseau International des Instituts Pasteur (RIIP) qui comprend 32 institutions dans 25 pays. L IP assure la direction administrative et scientifique de 15 d entre eux. La moitié des instituts sont aujourd hui des instituts nationaux sous-tutelle des Ministères de la santé des pays concernés. Le RIIP est engagé dans la coopération scientifique internationale et la lutte contre les maladies infectieuses. Les 32 instituts participent à l amélioration de la santé des populations dans les pays et régions du monde où ils sont présents en réalisant de nombreuses activités de santé publique, parmi lesquelles la vaccination, le dépistage volontaire du VIH, le diagnostic des infections et également l appui aux programmes nationaux de surveillance des ministères. Le RIIP est également capable de se mobiliser pour répondre aux épidémies et les contenir grâce aux techniques les plus récentes, en partenariat avec des instances nationales et internationales telles que l OMS. Le Réseau représente aujourd hui un modèle de coopération scientifique internationale unique et original reposant sur le développement de compétences au niveau local afin de garantir la pérennité des actions. L ambitieux programme international de formation soutenu par l ensemble des instituts confirme cet engagement. Il s appuie sur de nouveaux partenariats avec les universités et les Ministères de la santé pour former techniciens, scientifiques et responsables de santé publique dans les pays où ces institutions sont implantées. Soucieux du respect des valeurs éthiques et d un engagement au service des populations les plus vulnérables, leur participation au RIIP est régie par une Charte et une Déclaration des valeurs pasteuriennes ainsi qu un accord de collaboration. La France possède, avec le Réseau des Instituts Pasteur, un outil au service de la santé publique mondiale, qui est aussi une vitrine de la compétence française en matière scientifique. Entre 2007 et 2011, l'afd a financé le projet «Surveillance et investigation des épidémies en Asie du Sud-est» ou SISEA, mis en œuvre par le réseau des Instituts Pasteur au Vietnam, au Cambodge, au Laos et en Chine (subvention de 5,9 millions d'euros). Ce projet a permis de mettre à niveau les laboratoires nationaux de référence des pays participants, de diffuser de nouveaux outils de détection et de contrôle des maladies infectieuses, et de poser les bases d'un cadre régional de collaboration. Le projet ECOMORE (ECOnomie development, ECOsystem MOdifications, and emerging infectious diseases Risk Evaluation) s'inscrit dans la continuité du projet SISEA et du partenariat entre l'afd et l'institut Pasteur afin de contribuer à la prévention et à la lutte contre les maladies émergentes en Asie du Sud-est. Il introduit une nouvelle spécificité d'action à travers l'étude du lien entre croissance économique et émergences infectieuses, et recentre l'action au bénéfice des pays les moins avancés de la sous-région, dont la Birmanie Importance pour les pays et la région Malgré d'importants progrès réalisés ces dernières années dans le domaine de la détection et du contrôle des maladies infectieuses, en particulier grâce à SISEA, les pays ciblés par le projet restent confrontés à la nécessité de : - renforcer les laboratoires de référence ; 3

4 - développer des modalités de recueil d informations épidémiologiques performants ; - accentuer les liens entre santé humaine et animale. Pour trois des pays du projet - Cambodge, Laos, et Vietnam - les Instituts Pasteur sont des laboratoires de référence reconnus par leurs autorités sanitaires respectives. Ils sont issus d une culture scientifique et commune, offrant un vecteur privilégié de coopération dans ce domaine. La Birmanie est confrontée, plus encore que ses voisins, aux difficultés et enjeux évoqués plus haut. Longtemps tenu à l'écart de la communauté internationale, ce pays ne peut que tirer bénéfice d'un projet qui, non seulement renforcera ses capacités propres, mais lui permettra d'intégrer un réseau régional d'excellence Contribution aux axes stratégiques de l'aide française et de l'afd La collaboration entre l'afd et l'institut Pasteur est importante et variée, tant pour ce qui est des géographies que des thématiques. En Asie du Sud-est, entre 2007 et 2011.L' AFD a financé le projet «Surveillance et investigation des épidémies en Asie du Sud-est» ou SISEA, mis en œuvre par le réseau des Instituts Pasteur au Vietnam, au Cambodge, au Laos et en Chine. Ce projet développé dans le contexte de l'émergence de la grippe aviaire, a permis de mettre à niveau les laboratoires concernés et de créer un cadre régional de collaboration. A travers l'ensemble de ces collaborations, l Institut Pasteur se révèle un partenaire valorisant pour l'afd qui contribue ainsi à la diffusion de l'expertise scientifique et technique de la France dans un domaine où les enjeux internationaux sont importants. La préservation des biens publics mondiaux est au cœur du mandat de l'afd en Asie. La lutte contre les épidémies participe directement à la réalisation de l'omd 6 mais aussi, plus indirectement, à l'atteinte des OMD 4 et 5. Le projet permettra non seulement de renforcer l'appui de la France dans des domaines clés de santé publique, mais aussi de renforcer le capital scientifique français et de le valoriser à terme par des actions de coopération en matière de recherche et d'enseignement supérieur. II - LE PROJET Finalité et objectifs spécifiques Le projet ambitionne dans 4 pays appartenant à la sous-région d accompagner la dynamique économique que connait actuellement l Asie du Sud-est afin d évaluer et prévenir (si nécessaire) les risques sanitaires associés. Les objectifs spécifiques sont de : - mieux comprendre les mécanismes écologiques responsables de l'émergence des maladies infectieuses ; - mesurer les risques pour la santé des populations locales ; - proposer des stratégies et/ou des modèles d intervention éprouvés permettant la mise en place de systèmes de surveillance efficaces ; - renforcer les liens entre les principales parties prenantes nationales et régionales (dont l OMS) sur ces questions. 4

5 2.2 - Contenu du projet Dans chaque pays, le projet est construit autour d'une thématique prioritaire identifiée par les instituts du réseau Pasteur en lien avec leurs autorités sanitaires respectives: Au Cambodge, le projet sera axé sur la lutte contre la dengue et le chikungunya, maladies transmises par un moustique vecteur dont l'expansion est facilitée par les nouvelles concentrations urbaines et le développement des axes de communication. Si la dengue est endémo-épidémique au Cambodge, le chilkungunya y est apparu pour la première fois en La prise en charge de ces épidémies, à travers la lutte anti-vectorielle, nécessite l évaluation des systèmes de surveillance existants et la mise au point de nouvelles stratégies de détection (par exemple : le long des axes routiers, en s appuyant sur les communautés ou des professionnels de santé non encore impliqués dans le système). Au Laos, le projet sera axé sur les conséquences de la déforestation et des plantations à large échelle d'hévéas qui atteindront leur plein développement dans quelques années et s accompagneront de changements démographiques (travailleurs et leurs familles amenées à vivre dans ce nouvel environnement). De possibles changements dans les espèces vectorielles (moustiques) présentes dans ces forêts artificielles pourraient également être observés, exposant ainsi les nouvelles populations à des maladies telles que paludisme, dengue, chikungunya, encéphalite japonaise, etc Outre son impact en santé publique, cette problématique peut avoir des conséquences économiques pour la filière concernée. Au Vietnam, le projet sera axé sur les conséquences sanitaires pour les communautés du passage d'une agriculture traditionnelle à une agriculture plus intensive. Ce phénomène concerne un secteur qui emploie 75% des travailleurs d'un pays où 73% de la population vit encore en zone rurale. Les risques sanitaires concernés incluent les zoonoses, au premier rang desquelles la grippe aviaire, les maladies infectieuses associées à l'eau et à l'alimentation ainsi que les maladies professionnelles notamment en raison des risques chimiques (pesticides et insecticides). En Birmanie, ce projet permettra d initier une première collaboration scientifique entre l Institut Pasteur, son Réseau et des partenaires nationaux birmans d intérêt. N ayant pas la même antériorité de collaboration avec ce pays, le choix d'un axe spécifique autour duquel construire le projet est encore en cours de discussion avec le Ministère de la santé et les partenaires locaux pré-identifiés. Ces partenaires sont le National Health Laboratory et le Department of Medical Research (Lower Myanmar region), tous deux basés à Rangoun. Le projet aura pour but de renforcer les capacités nationales de diagnostic et de surveillance afin de mettre à niveau l'outil que représentent ces partenaires nationaux pour le Ministère de la santé. Les deux sujets évoqués avec le Ministre de la santé birman sont : infections respiratoires sévères et méningoencéphalites, des préoccupations majeures de santé publique pour le pays, affectant tout particulièrement les enfants. L'ensemble de ces volets-pays sera chapeauté par un dispositif de coordination qui aura pour fonction de suivre la mise en œuvre des activités et d'en assurer la cohérence, de mener un certain nombre d'actions transversales (formations, harmonisation des pratiques, etc.), d'organiser les échanges entre les partenaires et, à travers la valorisation des actions qui seront menées, de traduire les résultats du projet en outils et recommandations au bénéfice des politiques publiques dans les différents secteurs concernés. 5

6 Sur le plan pratique, le projet s'articulera autour de trois types d intervention: i) le renforcement des capacités des laboratoires participants; ii) l'appui aux politiques publiques dans le domaine d'intervention choisi par chacun des pays, et iii) la mise en réseau et le partage de méthodologies et d informations au niveau régional. Pour ce faire, le concours AFD sera utilisé pour financer : tout ou partie du salaire des personnels assurant la mise en œuvre et coordination du projet, la fourniture de matériels de bureau et d'équipements de laboratoire, la fourniture de réactifs et de consommables de laboratoire, les analyses microbiologiques (diagnostic, contrôle de qualité, etc.), la formation (notamment en microbiologie, épidémiologie, etc.), la contribution des parties prenantes nationales et régionales (si nécessaire), la coordination du projet avec un expert basé à Phnom Penh, les réunions du comité de pilotage et de la plateforme de valorisation des connaissances, la participation à des conférences scientifiques, l'organisation d'ateliers techniques nationaux et régionaux, des missions d experts pour soutenir la mise en œuvre opérationnelle sur le terrain, des missions d'investigation d'épisodes épidémiques et de caractérisation des pathogènes, les missions de terrain nécessaires à la mise en œuvre du projet dans les différents pays partenaires, l'appui logistique aux missions de terrain, des frais de gestion associés à la contribution des organisations partenaires l'évaluation du projet et les audits Intervenants et mode opératoire Coordination du projet La coordination globale du projet sera assurée par l'institut Pasteur (IP) qui sera le bénéficiaire de la subvention AFD de 2,7 millions d'euros. L'IP sera garant vis-à-vis de l'afd de la qualité technique et scientifique du projet, ainsi que de sa bonne exécution financière. Pour faciliter la mise en œuvre du projet, l Institut Pasteur s appuiera sur la présence régionale de l'institut Pasteur du Cambodge. L'IP du Cambodge hébergera ainsi une partie de l équipe de coordination du projet. Cette dernière sera constituée par i) un coordinateur scientifique, expert en santé publique et compétent en matière de gestion de projets et ii) un temps partiel administratif recruté localement. Le poste de coordinateur scientifique fera l'objet d'un recrutement international ouvert Modalités de mise en œuvre Le projet sera mis en œuvre par les institutions suivantes: - au Cambodge, par l'institut Pasteur du Cambodge (Phnom Penh); établissement placé sous le haut patronage de l Etat cambodgien et étroitement lié à l'ip ; - au Laos, par l'institut Pasteur du Laos (Vientiane); établissement national chargé d une mission de service public par le Ministère de la santé; - au Vietnam, par l'institut National d'hygiène et d'epidémiologie de Hanoi, établissement national sous tutelle du Ministère de la santé; - en Birmanie, par les partenaires nationaux, établissements sous tutelle du Ministère de la santé, identifiés conjointement par le Ministère de la Santé birman et l Institut Pasteur. Actuellement, sont pressentis le National Health Laboratory et le Department of Medical Research (Lower Myanmar region), tous deux basés à Rangoun. 6

7 La mise en œuvre du projet sera effectuée dans chaque pays selon les termes d'une convention de partenariat signée entre l'institut Pasteur et chaque institut concerné du Réseau Pasteur. Les modalités spécifiques de partenariat avec la Birmanie seront finalisées ultérieurement. Une subvention d'un montant de 2,7 millions d'euros sera versée par l'afd à l'institut Pasteur sous forme de tranches d'avance. Les fonds du projet seront gérés par l'institut Pasteur. L'ensemble du dispositif sera audité annuellement Coût, plan de financement et produit financier Le coût du projet, financé à 100% par la subvention AFD, est de 2,7 millions d'euros. La répartition indicative du budget est: Birmanie: 0,70 M, Cambodge: 0,465 M, Laos: 0,465 M, Vietnam: 0,45 M, Coordination du projet et actions transversales: 0,62 M De par la nature des activités à financer, la subvention apparait comme le seul instrument financier mobilisable par l'afd. Cet instrument est le seul que l AFD est autorisé à utiliser en Birmanie et au Laos. III - EFFETS ATTENDUS ET DISPOSITIF DE SUIVI DU PROJET Effets attendus du projet Effets économiques Ce projet facilitera la mise en place de mesures de contrôle précoces et adaptées à même de réduire la fréquence de survenue des épisodes épidémiques. Le projet ECOMORE bénéficiera directement à un certain nombre de filières économiques très importantes pour les pays participants: le tourisme au Cambodge (prévention des maladies transmises par les moustiques comme le chikungunya) ; la production d'hévéa au Laos (prévention des risques sanitaires pour les travailleurs) et l'agriculture au Vietnam (amélioration de la qualité de la production agricole) Effets environnementaux La diffusion des bonnes pratiques de laboratoire au sein d établissements nationaux en Birmanie ainsi que la formulation de bonnes pratiques agricoles au Vietnam ou encore sylvicoles au Laos pourraient entraîner un impact positif significatif pour l environnement Effets sociaux La finalité du projet est de limiter l'impact sanitaire des modifications environnementales qui se déroulent actuellement en Asie dans un contexte de forte croissance économique. Le projet vise en effet à attirer l'attention des décideurs sur le coût humain, mais aussi économique de ces modifications et à promouvoir des pratiques respectueuses du droit à la santé des individus. Ses impacts sociaux seront donc positifs. 7

8 Effets institutionnels Les instituts participants au projet appartiennent aux Ministères de la santé et/ou sont reconnus comme des établissements nationaux de référence dans leurs pays respectifs, gage d une intégration facilitée par les autorités nationales compétentes des recommandations produites au niveau des quatre composantes-pays du projet et de la pérennité du renforcement des capacités initié en Birmanie. Au niveau régional, le projet valorisera l'outil représenté par le réseau des Instituts Pasteur et renforcera la capacité de cet outil à venir en appui aux organismes supranationaux chargés de la lutte contre les maladies humaines et animales, comme l'oms, l OIE ou la FAO Durabilité des effets du projet Le projet s'appuie sur les relations tissées de longue date entre les instituts membres du Réseau Pasteur et les autorités sanitaires nationales. Le projet ECOMORE s'inscrit par ailleurs dans la continuité du projet SISEA dont il renforcera et amplifiera les acquis dans chacun des pays. La durabilité technologique du projet dépend de la capacité des personnels à utiliser correctement les équipements et les nouveaux matériels dont ils seront dotés, et de la capacité des institutions à en assurer la maintenance. Pour ce qui est du premier point, le Réseau International des Instituts Pasteur offre toute garantie de compétence quant aux personnels qui auront la charge du fonctionnement des équipements Dispositif de suivi Montage institutionnel Le dispositif proposé est une version améliorée par l'expérience de celui mis en place pour le projet SISEA et qui, globalement, a donné satisfaction à l'afd. Un comité de pilotage international sera mis en place, présidé par un représentant de la Division International de l'ip et composé des directeurs et responsables de composantes des institutions partenaires du projet. Le Comité de pilotage pourra inviter toute personne de son choix, contribuant au projet, à assister à ces réunions sans pour autant avoir droit de vote (exemple : représentant des bureaux régionaux de l OMS, experts internationaux, organisations nationales participantes, etc.). Une plateforme de valorisation des connaissances sera mise en place. Elle se composera d'experts internationaux et régionaux ainsi que des principales parties prenantes dans des domaines d'intérêt pour le projet. Cette plateforme aura pour but de soutenir la traduction des résultats du projet en recommandations utiles de santé publique et se réunira au moins une fois par an. Elle se déclinera au niveau des composantes-pays en sous-groupes de travail nationaux qui valideront les grandes lignes des recommandations à mettre en place et en assureront la diffusion dans les circuits nationaux Suivi du projet par l'afd L'AFD sera amenée à donner sa non-objection et à valider certaines étapes du projet concernant notamment les conventions liant l'ip et les partenaires chargés de la mise en œuvre 8

9 du projet, la procédure de recrutement du coordonnateur du projet, les termes de référence et les rapports des audits financiers, ainsi que les programmations annuelles budgétisées. L'AFD effectuera une mission de supervision annuelle qui sera concomitante de la réunion du comité de pilotage Audit externe Les comptes consolidés du projet, tenus par l'institut Pasteur, seront examinés chaque année par son commissaire aux comptes indépendant sur la base de termes de références spécifiques incluant aussi les procédures de passation des marchés. Les rapports seront soumis au comité de pilotage et seront inclus dans les rapports annuels transmis à l'afd. Une évaluation sera réalisée au milieu de la dernière année de mise en œuvre du projet par un consultant recruté sur appel d'offre international après constitution d'une liste restreinte. Les termes de référence seront préparés par l'équipe de coordination, approuvés par le comité de pilotage et soumis à la non-objection de l'afd. 9

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Activité de l AFD au Cambodge Secteur Santé

Activité de l AFD au Cambodge Secteur Santé Activité de l AFD au Cambodge Secteur Santé Sorya Chan, Chargée de Projets Eric Beugnot, Directeur Développement de la qualité des soins et micro-assurance (CKH 6001) Historique Subvention de 7 M signée

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 Termes de références Consultant National Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 I. Cadre et justification : Le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS),

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Bamako, Mali, 06 au 07 juin 2011. Rapport Succinct

Bamako, Mali, 06 au 07 juin 2011. Rapport Succinct 1 Réunion Transfrontalière des Services Vétérinaires et des Laboratoires Nationaux pour le Renforcement de la Surveillance Epidémiologique de la Fièvre de la Vallée du Rift entre le Mali, la Mauritanie

Plus en détail

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Traduction juridique du concept de réserve de biosphère en droit national Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Ce projet de modèle de loi a été

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Termes de Référence Spécialiste en Gestion Financière

Termes de Référence Spécialiste en Gestion Financière Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Termes de Référence Spécialiste en Gestion Financière

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à :

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à : INTRODUCTION La présente doctrine d emploi a pour objet de préciser les missions et le positionnement des assistants régionaux à la médecine de prévention (ARMP). Les ARMP participent à l'amélioration

Plus en détail

STAGE DE FORMATION SOUS REGIONALE SUR LE «MODALITES DE MISE EN ŒUVRE DE L APPROCHE SECTORIELLE»

STAGE DE FORMATION SOUS REGIONALE SUR LE «MODALITES DE MISE EN ŒUVRE DE L APPROCHE SECTORIELLE» Contact et information Cesar Goudon Initiatives Conseil International (ICI) 40 avenue Kwame Nkrumah 01 BP 6490 Ouagadougou 01 Burkina Faso, Tél : 00226 50310553/50310580 cesar.goudon@ici-partenaire-entreprises.com

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI)

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) 1) Contexte général La phase I du projet Risques Naturels (RN-COI) a été financée par l

Plus en détail

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02 FINANCÉ PAR : PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» En décembre 2013, le Commissariat général aux Investissements d Avenir a lancé un appel à projet «Territoire

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

Diagnostics Accompagnements Entreprises du tourisme, de l hôtellerie, la restauration et des activités de loisirs

Diagnostics Accompagnements Entreprises du tourisme, de l hôtellerie, la restauration et des activités de loisirs Diagnostics Accompagnements Entreprises du tourisme, de l hôtellerie, la restauration et des activités de loisirs Mai 2015 Date limite de réponse : 20 juin 2015 Cahier des charges Pour accompagner les

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Le partenaire responsable du projet

Le partenaire responsable du projet FICHE PROJET POUR UN CHARGE DE PROJET Le partenaire responsable du projet 1- Nom et coordonnées de la structure partenaire responsable de la mise en oeuvre du projet sur le terrain et nom et fonction du

Plus en détail

FRANCE VETERINAIRE INTERNATIONAL

FRANCE VETERINAIRE INTERNATIONAL FRANCE VETERINAIRE INTERNATIONAL Une large palette de compétences au service de la santé publique vétérinaire Protection animale Formation Elevage, Médecine vétérinaire, Santé Publique Vétérinaire en régions

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

Programme Concerté Pluri-acteurs. Algérie

Programme Concerté Pluri-acteurs. Algérie Programme Concerté Pluri-acteurs Algérie PHASE 2010-2012 PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UN PRODUIT AUDIO-VISUEL SUR JEUNESSE ET ENGAGEMENT CITOYEN I Rappel Le programme Joussour

Plus en détail

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Document soumis au conseil d administration du 19 décembre 2013 En tant qu agence sanitaire

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS DEPARTEMENT DES YVELINES DIRECTION GENERALE DES SERVICES DU DEPARTMENT DIRECTION DE L ENFANCE, DE L ADOLESCENCE DE LA FAMILLE ET DE LA SANTE CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS Entre, d une part, Le département

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Chapitre V. Les missions internationales

Chapitre V. Les missions internationales Chapitre V Les missions internationales L activité internationale des juridictions financières prend deux formes : la réalisation de missions d audit externe d organisations internationales (rôle de commissaire

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES Charte des PLATEAUX TECHNIQUES L université Blaise Pascal affiche sa volonté de mutualisation de ses équipements scientifiques et sa volonté d ouverture vers son environnement institutionnel et économique.

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

Projet associatif d Action Contre la Faim

Projet associatif d Action Contre la Faim Projet associatif d Action Contre la Faim Adopté par l Assemblée Générale du 18 juin 2011 PREAMBULE Ce projet est un cadre de référence ordonnant nos valeurs et les principes directeurs de notre action,

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

Article 2 : Engagements réciproques Les États partenaires s engagent à 1) ENCOURAGER LE PLURILINGUISME AU SEIN DE LEUR FONCTION PUBLIQUE

Article 2 : Engagements réciproques Les États partenaires s engagent à 1) ENCOURAGER LE PLURILINGUISME AU SEIN DE LEUR FONCTION PUBLIQUE MÉMORANDUM DE PARTENARIAT RELATIF À L INITIATIVE FRANCOPHONE NATIONALE (2015-2018) DANS LE CADRE DU PROGRAMME «LE FRANÇAIS DANS LES RELATIONS INTERNATIONALES» L Organisation internationale de la Francophonie

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Exploiter l'expérience du secteur privé pour améliorer la gestion de la chaîne d approvisionnement au sein du. Ministère de la Santé

Exploiter l'expérience du secteur privé pour améliorer la gestion de la chaîne d approvisionnement au sein du. Ministère de la Santé Ministère de la Santé République d'indonésie Exploiter l'expérience du secteur privé pour améliorer la gestion de la chaîne d approvisionnement au sein du Ministère de la Santé Dr. H.M. Subuh, Ministère

Plus en détail

4) des données informatiques liées aux activités au sein de l institution ;

4) des données informatiques liées aux activités au sein de l institution ; CONSEIL DE L'INFORMATIQUE (Adopté par le Conseil d'administration en sa séance du 24 février 2014) I. Préambule Le système d information 1 de l ULB a trait à la conception, au déploiement et à la gestion

Plus en détail

LE PREMIER VACCIN CANDIDAT CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS

LE PREMIER VACCIN CANDIDAT CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS FAITS ET CHIFFRES LE PREMIER VACCIN CANDIDAT CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS UN DEFI POUR LA SANTE PUBLIQUE MONDIALE La dengue, maladie transmise par les moustiques et

Plus en détail

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Appel à projets Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Date limite : mercredi 25 février 2015 à 12h 1. Contexte La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine

Plus en détail

CHARTE DES CONSEILS CITOYENS

CHARTE DES CONSEILS CITOYENS CHARTE DES CONSEILS CITOYENS La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine prévoit la création de Conseils Citoyens sur les territoires de la géographie prioritaire dans le cadre des nouveaux

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Rapport du Comité d audit

Rapport du Comité d audit Cote du document: EB 2008/94/R.34 Point de l ordre du jour: 16 b) i) Date: 19 août 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d audit Conseil d administration Quatre-vingt-quatorzième

Plus en détail

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé CONVENTION CADRE ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé ENTRE Le Conseil Général des Vosges, 8 Rue de la Préfecture, 88000 EPINAL,

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 01/10/2013 à 16:02:01 PROGRAMME 401 : TRANSITION NUMÉRIQUE DE L ÉTAT ET MODERNISATION DE L ACTION

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES DEMANDEURS D EMPLOIS DIPLOMES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ACTION DE FORMATION Contribution à la réalisation d un outil intitulé

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 Avril 2013 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.2 AUDIT INTERNE 2 AUDIT EXTERNE.4 GESTION DES RISQUES..5 OPINION GLOBALE

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication ANNEXE III Horaires Première année* Horaires Modules Numéro Heures Total A. Institutions et réseaux A1 30 A2 50 120 A3 40 B. Publics B1 30 B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE

RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE Par Jocelyn Rakotoarisoa Etudiant en Economie, Université d Antananarivo, Madagascar Membre du Conseil Régional

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN115-2

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN115-2 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN115-2 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Mission d appui au développement de la

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU Préambule: Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée de promouvoir

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE

CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE 1. Présentation de l Anses L'Anses, Agence nationale de sécurité

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

Programme "Conception et simulation" COSINUS Edition 2009. Projet

Programme Conception et simulation COSINUS Edition 2009. Projet Projet Numéro d'ordre du projet : Acronyme du projet : Titre du projet : Coordonnateur du projet (nom/laboratoire) : Thématique principale : Montant total de l'aide demandée (en k ) : Durée du projet :

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Elaboration d un manuel des procédures

Plus en détail

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La responsabilité sociétale pour le groupe AFD, c est Une obligation générée par le droit international des conventions fondamentales et

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Contexte et problématique de départ :

Contexte et problématique de départ : Défi 2 Pour une production et une consommation responsables Objectif 5 Promouvoir une gestion territoriale des emplois et des compétences à l échelle du Pays Action 10 Education permanente au Développement

Plus en détail

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N Page 1 sur 8 PROJET SELECTIONNE PAR LE CCAH EMPLOI ET FORMATION APF INITY, le réseau favorisant l insertion professionnelle (Gard Languedoc Roussillon) La Délégation départementale APF du Gard crée et

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Forum African sur la Gouvernance de l Internet (AfIGF) http://afigf.uneca.org/ Termes de références Septembre 2012 Historique S inspirant des Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations Unies

Plus en détail

Charte de partenariat «Du sport dès l'école»

Charte de partenariat «Du sport dès l'école» Charte de partenariat «Du sport dès l'école» Etablie entre les soussignés Monsieur Denis Toupry Directeur Académique des services de l Education nationale ou son représentant Monsieur David Thiberge Maire

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE GUINEE ------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT DECRET D/2012/ /PRG/SGG PORTANT ORGANISATION ET MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 Optimiser la coopération au développement pour atteindre les ODD concernant la santé 1. Introduction Le programme de travail du Partenariat international pour

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO?

CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO? CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO? La Direction Générale de la santé et des consommateurs (DG SANCO) assiste la Commission européenne (CE) dans la mise en œuvre de politiques communautaires afin

Plus en détail

Termes de référence Activité 1

Termes de référence Activité 1 1 Termes de référence Activité 1 Atelier de formation thématique au journalisme d investigation Projet Médias d Afrique centrale contre le VIH PROJET MA-VIH VOLET 1 N D ACTION / ACTIVITE CODE 1 /1 MAUEA4111F30

Plus en détail