LE MARCHE UNIQUE DE L' ASSURANCE VIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE MARCHE UNIQUE DE L' ASSURANCE VIE"

Transcription

1

2 LE MARCHE UNIQUE DE L' ASSURANCE VIE Vademecum de I'operateur en licence unique PWCI-;dures c/'acc/\s et conditions (fexercice en liberte c/'6tablissement au en fibre prestation de services sur les marches europ(;ens Ce document est egalement disponible en allemand et en anglais.

3 Dans la meme collection: Le marche unique de }'assurance non-vie: vademecum de I'operateur en licence unique * La fiscalite indirecte des contrats d'assurance en Europe * Assurance et securite des risques informatiques * The European insurance accounts directive: analysis and commentary COMITE EUROPEEN DES ASSURANCES [dire par fum Publishing System - Imprime par DEREUME SA - rue Golden Hopestraat, Drogenbos ISBN Avril 1997

4 SOMMAIRE 7 Avant-propos 11 Sens des abreviations Premiere partie Le cadre d'operation defini par les directives europeennes Chapitre 1 Les grandes eta pes du marche unique de I' assurance vie Chapitre 2 Quelques notions et definitions essentielles Chapitre 3 Quel est I'effet d'une directive incorrectement transposee? Chapitre 4 Quel les activites et entreprises sont el igibles a la licence unique? Chapitre 5 Comment etablir une succursale a I'etranger? Chapitre 6 Comment acceder a un marche etranger en libre prestation de services? Chapitre 7 L'entreprise peut-elle cumuler liberte d'etablissement et I ibre prestation de services? Chapitre 8 L'entreprise d'assurance peut-elle cumuler des activites d'assurances vie et non-vie sous Ie couvert de la licence unique? 3

5 COMITE EUROPEEN DES ASSURANCES - VADEMECUM VIE Chapitre 9 Quelles sont les conditions d'exercice des activites en I iberte d' etabl issement ou en I ibre prestation de services? Chapitre 10 Comment est organise Ie contr61e des activites exercees par I'entreprise d'assurance en licence unique? Chapitre 11 Comparaison sommaire des conditions d'exercice d'activites d'assurance par la voie d'une filiale, d'une succursale ou en LPS Chapitre 12 Quelle est I' incidence du deplacement transfrontiere du preneur d'assurance? Annexe 1 Recommandation du CEA «L'emploi des langues dans les contrats d'assurances souscrits en regime de liberte communautaire» Annexe 2 Certificat de solvabilite delivre par I'autorite de contr61e de I'Etat membre d'origine Les denomi nations usuelles des branches enumerees en annexe a la premiere directive vie Deuxieme partie Conditions d'acd~s et d'exercice en licence unique sur les marches europeens Chapitre 1 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique en Autriche (AT) Chapitre 2 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique en Belgique (BE) Chapitre 3 Conditions d'acces et d'exercice en li cence unique en Allemagne (DE) 4

6 SOMMAIRE Chapitre 4 Conditions d'acces et d' exercice en licence unique au Danemark (DI<) Chapitre 5 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique en Finlande (FI ) Chapitre 6 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique en France (FR) Chapitre 7 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique au Roya ume-uni (GB) Chapitre 8 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique en Irlande (IE) Chapitre 9 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique en Ital ie (IT) Chapitre 10 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique au Luxembourg (LU) Chapitre 11 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique aux Pays-Bas (NL) Chapitre 12 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique au Portugal (PT) Troisieme partie Les options exercees par les Etats lors de la transposition des directives europeennes d'assurance vie Chapitre 1 Options figurant en termes identiques dans les directives assurances non-vie et vie Chapitre 2 Options figurant uniquement dans les directives assurance vie 5

7 AVANT-PROPOS Il aura fauu plus de trente ans pour mettre en place Ie marche unique de I'assurance : au terme d'un processus de liberalisation engage au debut des annees soixante-dix, la trois ieme directive«licence unique" - directive du 10 novembre est entree en vigueur Ie 1er juiuet 1994, marquant ainsi la naissance«officieue" du marche unique de I'assurance vie. La dimension du marche unique s'est considerablement e1argie au fit du temps. Con~u a l'origine entre les six ftats signataires du traite de Rome, Ie marche unique de l'assurance integre aujourd'hui dix-huit marches nationaux : les quinze ftats de [,Union europeenne, ainsi que la Norvege, l'islande et - depuis Ie 1er mai Ie Liechtenstein, qui, en raison de leur appartenance a l'espace economique europeen, ont adopte I'ensemble de la legislation communautaire d'assurance (1'«acquis communautaire»). Au tefme de cette evolu~ tion, il est devenu Ie deuxieme espace economique d'assurance au monde (derriere Ie Japon), avec un encaissement global representant plus de 23 % de I'encaissement mondial (debut 1996). Si I'assiette geographique du marche unique s'est sensiblement etendue avec les adhesions sllccessives, ses principes fondateurs sont demeures inchanges : realiser, dans Ie do~ maine de I'assurance, les libertes d'etablissement, de prestation de services et de circulation des capitaux inscrites dans Ie traite de Rome. La realisation de ces trois libertes s'est faite en plusieurs etapes, concretisees par trois generations de directives qui ont finalement abouti au regime dit de la «licence unique», * Con~us dans la meme optique - pratique - que les autres publications du CEA, les Vademecum de l'operateur d'assurance en licence unique explicitent les procedures d'acces et les conditions a respecter, dans Ie regime nouveau de la licence unique, pour exercer des activites d'assurance, so it en liberte d'etablissement, so it en libre prestation de services (LPS), sur les differents marches de l'espace economique europeen. Si les directives ont coordonne line serie de regles, qui s'imposent a tous dans les memes termes et de maniere inconditionnelle, elles n'ont cependant procede, sur de nombreux points, qu'" une harmonisation legere, assortie d'options pour les legislateurs nationaux. Par ailleurs, plusieurs dispositions et concepts, qui touchent directement au cadre d'exercice de l'assurance, se 7

8 COMITE EUROPEEN DES ASSURANCES - VA DEMEC UM VIE pretent a des interpretations qui peuvent varier sensiblement d'lln Etat a l'autre. Enfin, certains aspects ont ere renvoyes a 1a competence des legislations et autorites nationales. La premiere partie (( Le cadre d'operation defini par les directives europeennes») ex~ plicite et commente les dispositions des directives relatives a la liberte d'etablissement et la LPS, en indiquant, Ie cas echeant, les options ct matieres laissees a la competence des Etats membres ou de leurs autorites de controle. La seconde partie ( << Conditions d'acces et d'exercice en licence unique sur les marches europeens») donne l'etat, pays par pays ~ et selon Ie lneme schema de pre se ntati on ~) des principales conditions d'acces et d'exerci~ ce requises des enrreprises etrangeres pour pouvoir operer sur les differents marches eu ro~ peens; afin de garantir leur fiabilite, ces informations ant ere soigneusement verifiees et affinees lors d'entretiens sur place avec des representants des Associations nationales et - le plus sou vent - des autorites de controle. Elles ne doivent cependant pas etre cons iderees comme des conseils juridiques et n 'engagent de ce fait d'aucune far;.on la responsabi li~ te, ni du CEA, ni de ses Associations membres, ni des autorites de controle. Compte tenll des developpements qu'elles auraient impliqlles, on n 'a pas traite des re ~ gles relatives a la competence judiciaire, qui decoulent de la convention de Bruxelles de completee par celle de Lugano de sur la competence judiciaire et l'execution des decisions civiles et commerciales. Les conditions d'exercice, par Ie siege, d'activites locales n'ont pas ete explicitees ; elles sont supposees connues des operateurs puisqu'elles relevent de la legislation et du can trcle de leur Etat d'agrement. On reproduit cependant dans la troisieme partie (<< Les options exercees par les Etats lors de la transposition des directives europeennes d'assurance vie») la maniere dont les Etats ont fait usage des multiples options - dont un grand nombre releva it de la competence de l'etat d'origine ~ qui leur etaient ouvertes par les directives. L'ouvrage ne traite pas non plus des conditions d'implantation et d'exploitation d'une filiale : societe de droit national a part entiere - a la difference de l'agence ou de la succursale ~, la filiale ne releve pas, en assurance, du regime communautaire du libre etablisse~ ment, mais obeit aux memes regles, conditions et procedures que celles relatives a l 'et abli s~ sement d'un siege social j on trollvera neanmoins (premiere partie, chapitre 11) un tableau synthetique comparant sommairement les conditions d'exercice des activites d'assurance vie par la voie d'une filiale, d'une succursale ou en LPS. Enfin, on n 'a pas non plus aborde les conditions requises des entreprises de pays tiers pour ouvrir une agence au succursale dans un Etat membre de l'espace economique euro~ peen, ni celles imposees aux entreprises europeennes pour l'ouverture d\me agence ou s uc ~ cursale dans un pays tiers. Dans l'atrente de la Codification officielle des directives europeennes d'assurances - actuellement en preparation a la Commission europeenne ~, on a fait reference a 1a fois aux articles des directives et a la numerotation continue de la codification realisee par Ie CEA en juillet 1994 ; le moment venu, le lecteur recevra line table de concordance avec la * 8

9 - AVANT-PROPOS - codification officielle. eet ouvrage etant avant tout destine, comme Ies precedents, aux professionnels de l' as~ surance, on s'est abstenu de tolit developpement theorique, jugement de valeur, interpre~ tat ion au COlnmentaire juridique non strictement necessaire. Le lecteur interesse par la contribution du CEA a la preparation des textes communautaires pollrra se reporter aux ptincipales prises de position du CEA en 1990, 1991 et Les activites d'assurances vie et non,vie etant, sur la plupart des marches, effectuees par des operateurs differents, on a choisi de publier deux series de Vade mecum : l'une pour I'assurance noll,vie ; l'autre pour l'assurance vie. Afin de pouvoir repondre dans les meilleurs delais aux demandes d'information croissantes des operateurs europeens, quotidiennement canfrootes a la reatite du marche unique, on o'a pas attendu que tous Ies ftats aient completement termine la transposition des troisibnes directives; Ie present Vademecum porte donc sur les douze marches pour Ie s~ quels une information complete sur les conditions de transposition etait disponible : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, France, [rlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal et Royaume-Uni. Un codicille sur les alltres marches sera pub lie Ie moment venu. En outre, Ies informations contenues dans cette publication seront mises a jour dans la revue bimensuelle CEA info. * Voici donc Ie premier volume du Vademecum de l'operateur d'assurance vie en licence unique, resultat d'une "troite collaboration entre Ie Secretariat general du CEA - en particulier Jean-Marc BINON, charge des Affaires communautaires - et les Associations nationales membres, qui doivent etre remercies pour cet important travail. On espere que ce Va~ demecum aidera les professionnels, confrontes a la complexite des textes communautaires et des legislations de transposition, et qu'il facilitera ainsi l'exercice de leurs activites com~ merciales dans Ie cadre nouveau de l'europe de l'assurance. /' e~ Seeretaire general Mars

10 , SENS DES ABREVIATIONS DE DLPS DLU protocole premiere directive etablissement vie de 1979 ; deuxieme directive libre prestation de services vie de 1990 ; troisieme directive licence unique vie de 1992 ; * protocole de cooperation de novembre 1993 entre autorites de controle europeennes 1 Le protocole de cooperation est un ensemble de regles de conduite que les autorites de controle des Etats de l'espace economique europeen (EEE) se sont fixees pour se faciliter mutuellement I'exercice de leur mission et collaborer de maniere pratique et efficace, en vue de garantir Ie bon fonctionnement du marche unique par un controle adequat de I'assurance a I'interieur de I'EEE. II s'agit d'un instrument qui concerne les relations entre autorites de controle nationales et qui n'appelle pas de mesure de transposition de la part des Etats membres ; Code CEA codification CEA des directives europeennes d'assurance. * Un «second protocole relatif a la collaboration des auwrir.es de contr8le des pays de l'espace economique europeen pour I' application des directives concernant l'assurance vie et I' assurance non~vie» a ete adoptt en octobre Ce protocole ~ qui ne modjfie en rien Ie contenu du protocole de notjembre ~ Tend ce demier applicable aux EtalS de l'espace economique europeen non membres de l'union europeenne. 11

11 Premiere partie,, LE CADRE D'OPERATION DEFINI PAR LES DIRECTIVES EUROPEENNES 13

12 TABLE DES MATIERES 21 Chapitre 1 LES GRANDES ftapes DU MARCHE UNIQUE DE L' ASSURANCE VIE 23 Chapitre 2 QUELQUES NOTIONS ET DEFINITIONS ESSENTIELLES Liberte (ou regime) d'etablissement Liberte de prestation de services (LPS) Succursale (ou agence) ~- La frontif!re entre Iiberte d'etablissement et Jibre prestation de services Etat d' origi ne Etat de la succursale Etat de I'engagement Le preneur est une personne physique Le preneur est une personne morale ECU 27 Chapitre 3 QUEL EST L'EFFET D'UNE DIRECTIVE INCORRECTEMENT TRANSPOSEE? Effet direct vertical Elfet direct horizontal 29 Chapitre 4 QUELLES ACTIVITES ET ENTREPRISES SONT ELIGIBLES A LA LICENCE UNIQ~E? Activites Entreprises 15

13 COMITE EUROPEEN DES ASSURANCES - VADEMECUM VIE l l l Chapitre 5 COMMENT ETABLIR UNE SUCCURSALE A L'ETRANGER? Principe de la licence unique Procedure a suivre pour etre admis a operer en regime d'etablissement Procedure administrative Premiere etape : l'entreprise adresse un dossier d'etablissement it I'autorite de controle de son Etat d'origine Deuxieme etape : l'autorite de controle de l'etat d'origine communique Ie dossier a l'autorite de controle de l'etat de la succursale Delai de communication Informations complementaires a joindre au dossier par l'autorite de controle de l'etat d'origine Avis it l'entreprise Troisieme <'tape: l'autorite de controle de l'etat de la succursale communique, Ie cas echeant, a l'autorite de controle de l'etat d'origine les conditions d'interet general a respecter sur son territoire Delai de communication Contenu de la communication L'interet general en droit communautaire Quandla succursale peut-elle commencer ses activites? Vautorite de controle de l'etat de la succursale communique, dans les deux Inois, les conditions d'interet general a l'autorite de controle de l'etat d'origine Vautorite de controle de l'etat de la succursale fait savoir, dans les deux mois, a l'autorite de controle de l'etat d'origine qu'elle n'a pas d'observations particulieres it formuler Vautorite de controle de l'etat de la succursale ne n'agit pas dans les deux mois Vautorite de controle de l'etat d'origine interdit a l'entreprise d'ouvrir sa succursale a l'etranger Langue de la procedure Notification du dossier d'etablissemcnt par l'cntreprise Communication du dossier entre autorites de controle Succursales ouvertes avant Ie 1er juillet 1994 Formalites a accomplir en cas de modification des modalites d'exploitation (changement de programme d'activites, d'adresse de la succursale, de mandataire general) 16

14 CADRE D'OPERATION!TABLE DES MATIERES Controle des conditions contractuelies et tarifaires: rem placement du controle prealable et systematique par un controle a posteriori non systematique 37 Chapitre 6 COMMENT ACcEDER A UN MARCHE ETRANGER EN LlBRE PRESTATION DE SERVICES? Principe de la licence unique Procedure it suivre pour etre admis it operer en regime de LPS Procedure administrative Premiere etape : l'entreprise d'assurance notifie son intention d'effectuer de la LPS a l'autorite de controle de son Etat d'origine Deuxieme etape : l'autorite de controle de l'etat d'origine communique Ie dossier a l'autorite de controle de l'etat (ou des Etats) de la prestation Delai de communication Informations colnplementaires a joindre au dossier de l'entreprise par l'autorite de controle de l'etat d'origine Avis a l'entreprise et a l'autorite de controle de l'etat de la prestation Troisieme etape : l'autorite de controle de l'etat de la prestation communique, Ie cas echeant, a l'autorite de controle de l'etat d'origine les conditions d'interet general a respecter sur son territoire Delai de communication Contenu de la communication Quand l'entreprise peut-elle commencer ses activites en LPS? Vautorite de controle de l'etat d'origine interdit a l'cntreprise d'exercer ses activites en LPS Langue de la procedure Notification du dossier de LPS par l'entreprise Communication du dossier entre autorites de controle Entreprises qui exen;aient deja des activites en LPS avant Ie ler juillet Formalites a accomplir en cas de modification des modalites d'exploitation Formalites it respecter dans l'etat de la prestation Formalites fiscales 17

15 COMITE EUROPEEN DES ASSURANCES - VADEMECUM VIE Connole des conditions contractuelles et tarifaires remplacement du controle prealable et systematique par un controle a jjosteriori non systematique 41 Chapitre 7 L'ENTREPRISE PEUT-ELLE CUMULER LlBERTE D'ETABLISSEMENT ET LlBRE PRESTATION DE SERVICES? Principe Applications (principaux cas de figure) 43 Chapitre 8 L'ENTREPRISE D' ASSURANCE PEUT-ELLE CUMULER DES ACTIVITES D' ASSURANCES VIE ET NON-VIE SO US LE COUVERT DE LA ~ICENCE UNIQUE? «Grand cumul» «Petit cumul» 45 Chapitre 9 QUELLES SONT LES CONDITIONS D'EXERCICE DES ACTIVITES EN LlBERTE D'ETABLISSEMENT OU EN LlBRE PRESTATION DE SERVICES? 45 Remarque pn liminaire Information du preneur d'assurance l. But Contenu Information prealable a la conclusion du contrat Information concernant l'entreprise d'assurance Information concernant l'engagement Information en cours de cantrat Information concernant l'entreprise d'assurance Information concernant Pengagement Information supplementaire Forme Modalites d'application Regime juridique du contrat d'assurance Loi applicable au contrat d'assurance Principe Facultc de choix 18

16 CADRE D'OPERATION!TABLE DES MATIERES Dispositions internationalement imperatives (lois de police) Application subsidiaire des regles generales du droit international prive Dispositions LegaLes d'interet general Droit de renonciation du preneur en assurance vie individuelle Principe Exceptions Regime fiscal des primes FiscaLite indirecte Competence fiscale : l'etat de L'engagement ControLe de La perception Fiscalite directe Regime technique et financier Monnaie du contrat et des engagements (congruence) Information statistique sur les activites realisees sous Ie couvert de la licence unique Transfert d'un portefeuille d'assurance souscrit en regime d'etablissement ou de LPS Procedure Publicite Droit de resiliation des preneurs d'assurance Sort des contrats d'assurance souscrits en regime d'etablissement ou de LPS en cas de liquidation de I'entreprise d'assurance 53 Chapitre 10 COMMENT EST ORGANISE LE CONTROLE DES ACTIVITES EXERCEES PAR L'ENTREPRISE D'ASSURANCE EN LICENCE UNIQUE? Competence de controle Surveillance financiere des activites que l'entreprise exerce par Le biais de succursales ou en LPS Information comptable et prudentielle Non-respect par I'entreprise de La reglementation applicable it ses activites Non-respect de La reglementation technique et financiere de l'etat d'origine Non-respect de La reglementation de PEtat de La succursale ou de La prestation, applicable a ses activites 19

17 COMITt EUROPtEN DES ASSURANCES - VADEMECUM VIE Controle du respect de la reglementation applicable Sanctions et mesures en cas de non... respect de la regie mentation applicable {notamment en matiere de droit du contrat} Langue de la procedure 57 Chapitre 11 COMPARAISON SOMMAIRE DES CONDITIONS D'EXERCICE D'ACTIVIT~S D'ASSURANCE PAR LA VOlE D'UNE FILIALE, D'UNE SUCCURSALE OU EN LPS 59 Chapitre 12 QUELLE EST L'INCIDENCE DU DEPLACEMENT TRANSFRONTIERE DU PRENEUR D'ASSURANCE? Hypothese Sort des contrats en cours Contr61e et procedure Droit applicable au contrat Fiscalite Fiscalite indirecte des primes Fiscalite directe des primes 61 Annexe 1 Recommandation du CEA «L'emploi des langues dans les contrats d'assurance souscrits en regime de liberte communautaire» 65 Annexe 2 Certificat de solvabilite delivre par I'autorite de controle de l'etat membre d'origine Les denominations usuelles des branches enumerees en annexe a la premiere directive vie

18 CHAPITRE 1 LES GRAN DES ETAPES ~ DU MARCHE ~ UNIQUE DE L'ASSURANCE VIE II ne saurait etre question ici de retracer en detailles phases successives de la construction du marche europeen de I'assurance vie; d'innombrables etudes, parfaitement documentees, y ont pourvu sur les differents marches de l'espace economique europeen. II est cependant utile de rappeler succinctement les principales lignes de force du processus - etale sur une vingtaine d'annees - d'avenement du regime de la licence unique, en mettant en evidence les changements fondamentaux qu'il a apportes. La premiere etape a concerne la liberte d'etablissement, qui permet it une entreprise d'assurance etablie a titre principal sur Ie terriraire d'un Etat membre d'ouvrir un etablissement (agence ou succursale) dans un autre Etat membre, dans des conditions d'acces et d'exercice equivalentes a celles reservees par l'etat d' «accueil» a ses entreprises nationa~ les. La directive du 5 mars 1979 (<< premiere directive etablissement vie,,) subordonnait I'ouverture d'une agence/succursale it l'obtention d'un agrement administratif - supplementaire par rapport a celui deja accorde a I'entreprise par l'etat de son siege social-, delivre dans chaque Etat a des conditions juridiques et financieres comparables et selon une procedure uniformisee. De nombreux aspects de I'activite d'assurance n'ayant pas ete harmonises, la directive reconnaissait aux autorites du pays d'accueil un pouvoir de controle preponderant pour les activites exercees par les agences et succursales d'entreprises etrangeres (approbation des conditions contractuelles et tarifaires ; controle des provisions techniques) ; depuis 1979, c'est cependant au siege social qu'il incombe de constituer - se Ion des regles hannonisees et sous Ie controle de son Etat - une marge de solvabilite pour I'ensemble de ses activites, y compris celles de ses agences et succursales etrangeres, La libre prestation de services (LPS), par laquelle I'entreprise d'un Etat membre peut exercer ses activites dans un autre ftat sans y disposer d'une presence permanente, a d'abord ete organisee par la directive du 8 novembre 1990 (la «deuxieme directive LPS vie,,). Une liberalisation totale, avec dispense d'agrement du pays du risque et competence de connole quasi~exclusive du pays de l'assureuf, n'a toutefois ete realisee, dans un pre~ Inier temps, que pour les cas ou Ie preneur avait pris l'initiative de sauieiter l'engagement aupres d'une entreprise "trangere (Ie cas de la «LPS passive ", du point de vue de l'assureur) ; de telles modalites de souscription etaient interdites en assurance de groupe. En revanche, la LPS «active" (c'est-a-dire celie realisee a la suite d'un demarchage commercial de I'assureur aupres du preneur), tout en etant possible, etait assujettle a un double 21

19 COMITE EUROPEEN DES ASSURANCES - VADEMECUM VIE agrement et relevait du controle cumule du pays de I'assureur et du pays de I'engagement. Le CEA a etabli a I'opoque la liste des options exercees par les Etats membres lors de I'insertion de la directive dans leur legislation nationale 2 La directive du 10 novembre 1992 (" troisieme directive licence unique vie") a consaere l'achevement du lnarche unique de Passurance vie par une reorganisation significative du controle des activites exercees en liberte d'etablissement et en LPS. En instaurant - au terme d'une harmonisation des regles essentielles de surveillance prudentielle des entreprises d'assurance - Ie principe de la licence (agrement) unique par Ie pays de I'assureur (" passeport europeen,,), elle permet desormais a toute entreprise agreee dans un des 18 Etats de l'espace economique europeen - les 15 de l'ue, la Norvege, l'islande et Ie Liechtenstein - de commercialiser, en liberte d'etablissement comme en LPS, I'ensemble de ses produits sur tout Ie territoire europeen, en assurance vie individuelle carnine en assurance de groupe, en etant soumise pour I'essentiel au controle et aux lois de l'etat de son siege social (c'est-a-dire de l'etat qui I'a agreee). Ce recentrage des pouvoirs de surveillance s'est accompagne d'une simplification substantielle des procedures (suppression des doubles agrements en regime d'etablissement et en LPS active) et d'une reorientation fondamentale du controle de I'assurance : Ie controle prealable des produits et des tarifs (controle materiel a priori) a fait place, dans une tres large mesure, a un controle de I'entreprise ellemome (situation financiere, solvabilite, direction, actionnariat). En mome temps, les regles de placement des provisions techniques - desormais definies par Ie seul Etat " d'origine " - ont ete assouplies en vue de satisfaire au principe fondamental de la libre circulation des capitaux. 2 Doc. Me 074 (06/93) 22

20 CHAPITRE2, QUELQUES NOTIONS ET DEFINITIONS ESSENTIELLES Plusieurs concepts fondamentaux sont utilises de maniere recurrente dans Ie Vademecum; il a des lars paru utile de les definir a titre liminaire. D'autres concepts - d'application plus limitee - sont par ailleurs explicites dans I'ouvrage, a I'endroit qui paraissait Ie plus indique liberte (ou regime) d'etablissement Le fait pour une entreprise d'assurance, dont Ie siege social (siege principal) est etabli et agree dans un Etat membre de l'espace economique europeen, d'ouvrir dans un autre Etat membre une «agence au succursale» (voir ci-dessous, point 2.3.), afin d'y exercer des activites d'assurance liberte de prestation de services (LPS) Le fait pour une entreprise d'assurance, agreee dans u;" Etat membre de l'espace ecanomique europeen, de couvrir, it partir d'un etablissement (siege socia\, filiale, succursale) situe dans un Etat membre, un engagement situe dans un autre Etat membre Succursale (ou agence) Emanation du siege social de I'entreprise d'assurance - a la difference de la filiale -, la succursale n'a pas de personnalite juridique propre. (articles 3 DLPS et 1, Iittera b DLU), (article 1 V, littera b. Code CEA) Doit etre assimilee a une succursale au agence toute presence permanente d'une entreprise, merne si cette presence n'a pas pris la forme d'une succursale au agence au s'exerce par Ie moyen d'un simple bureau gere par Ie propre personnel de I'entreprise, au d'une personne independante mais mandatee pour agir en permanence pour I'entreprise comme Ie ferait une agence. 3 Varret GEBHARD du 30 novembre 1995 ajuge que le prestaraire de services, au sens du ttaite, pouvait se doter, dans ""Brat de la prestation, d'l/ne certaine in[rrutructure (cabinet, bureart, etude) dans fa mesur OU celle-ci etait necessaire at/x fins de I'accomplissement de la prestation en cause. 23

21 COMITE EUROPEEN DES ASSURANCES - VADEMECUM VIE La frontiere entre liberte d'6tabfissement et fibre prestation de services D'apres les directives 4, trois elements essentiels caracterisent le regime de!'etablissement : I' existence, dans Ie pays d' activites : -d'1i1u' presencepelmanente (quelle qhe soit sa forme), -daree d'un mandat permanent, - pour agir en permanence comme Ie ferait une agence. Par conseqttent : - si.fastntcturepermanenre a requ un mandatpour accomplif, demaniere permanente, /' ensemble desojjerations inherenres ii desllctivires d' assurance, I' on est enregime d' etablissement,-j - atinverse, si Ia presencepertnanente a re<;11 de l' assureur lin mandat oecasionne/pour une affaire dete1minee, I' on est en regime de LPS. La Commission europeenne prepareactueuement unprojet de communication sur Ia libre J>restationde setviceset l'interetgeneral en assurance, qui contiendra des orientations plus precisessur leseriteres de distinction entre Ie regime d' etablissement et eeluide Ia ips, Au-deliide cescertitudes, il estpourl'heure tres diffidle en pratique de tracer une frontiere daireetnette- et commune ii tous les march s-entre fa liberte d'etablissement et Ia LPS. Lorsqud'infol-mati6n iaii disponible, 6n a reproduit, sousla forme d' untableau, fa«jurisprudimceadmiilistrative» de diffireniesautorites de contr8le, enindiquant la qualification (liberre d'etablissementou LPS I) que celleseci (en tant qu'auioritti du pays de l'engagement) attachentdans les faits a une serie de cas de!igurereputes Ie plus frequents dans Ia pratiqhedes affaires. 4 Voir aussi la communicativn interpretative de la Commission europienne concernant kllibre circulation transfroijdere des servjces, IOCE, n" C. 334 du 9 decembr, _._

SOUSCRIPTION DU CONTRAT : TERRITORIALITE

SOUSCRIPTION DU CONTRAT : TERRITORIALITE SOUSCRIPTION DU CONTRAT : TERRITORIALITE AVERTISSEMENT : La souscription réalisée par une personne domiciliée hors de France ou par un ressortissant d un Etat autre que la France sur le territoire national

Plus en détail

L assurance en temps réel

L assurance en temps réel L assurance en temps réel LASSUREUR Meix Colas 21200 MEURSANGES N de Siret 482 645 694 00019 Convention de Courtage Protocole d'accord Entre Lassureur.com Gestion Meix Colas 21200 MEURSANGES Et Mentions

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION HABILITANTE FINANCES, ASSURANCES & PRODUIT D EPARGNE COURTIERS et MANDATAIRES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUES

PROGRAMME DE FORMATION HABILITANTE FINANCES, ASSURANCES & PRODUIT D EPARGNE COURTIERS et MANDATAIRES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUES AGENCE PIERRE&PARTNERS ORGANISME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION HABILITANTE FINANCES, ASSURANCES & PRODUIT D EPARGNE COURTIERS et MANDATAIRES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUES Formation validant

Plus en détail

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau; Arrêtons: Chapitre 1er - De l'agrément et du plan d'activités

Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau; Arrêtons: Chapitre 1er - De l'agrément et du plan d'activités Règlement grand-ducal pris en exécution de la loi modifiée du 6 décembre 1991 sur le secteur des assurances précisant les modalités d'agrément et d'exercice des entreprises de réassurances Nous Henri,

Plus en détail

Luxembourg, le 9 mars 2011

Luxembourg, le 9 mars 2011 Luxembourg, le 9 mars 2011 Lettre circulaire 11/5 du Commissariat aux Assurances portant modification de la lettre circulaire 09/7 relative au dépôt des valeurs mobilières et liquidités utilisées comme

Plus en détail

Le taux d'actualisation en assurance

Le taux d'actualisation en assurance The Geneva Papers on Risk and Insurance, 13 (No 48, July 88), 265-272 Le taux d'actualisation en assurance par Pierre Devolder* Introduction Le taux d'actualisation joue un role determinant dans Ia vie

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Identification de l'organisme qui passe le marché : Commune d'orsay Pouvoir adjudicateur : M. le Maire d'orsay Adresse : 2 place du général Leclerc 91401 Orsay Cedex

Plus en détail

TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE

TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE En vertu de l article L132-23 du Code des assurances les droits individuels résultant des contrats

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

- 37 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie.

- 37 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie. - 37 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie Article 1 er Article 1 er Code des assurances I.

Plus en détail

inférieur par rapport aux créances de tous les autres créanciers et ne seront remboursés qu'après règlement de toutes les autres dettes en cours à ce

inférieur par rapport aux créances de tous les autres créanciers et ne seront remboursés qu'après règlement de toutes les autres dettes en cours à ce Règlement grand-ducal du 10 janvier 2003 portant modification du règlement grand-ducal du 14 décembre 1994 pris en exécution de la loi modifiée du 6 décembre 1991 sur le secteur des assurances et précisant

Plus en détail

Enfin vous trouverez ci-aprh les principales modifications apporthes au texte du mkmorandum de 1987 :

Enfin vous trouverez ci-aprh les principales modifications apporthes au texte du mkmorandum de 1987 : COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrble prudentiel BRLIXELIES, le 9 d#cembre 1996. LrmnE-CIRCULAIRE D1/3199 ADX &ABLISSEHlNR DE CRkDIT Madame, hlsi.su~, La loi du 22 mars 1993 a crcc un statut l&al

Plus en détail

Obligation de publication des comptes annuels et consolidés de sociétés étrangères

Obligation de publication des comptes annuels et consolidés de sociétés étrangères Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

Chapitre 1er. Les intermédiaires d'assurances ou de réassurances

Chapitre 1er. Les intermédiaires d'assurances ou de réassurances Projet de règlement grand-ducal concernant les modalités d'agrément et d'exercice des intermédiaires d'assurances et de réassurances ainsi que des PSA Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau;

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

Paris, le 8 juillet 2010 N 20/02-10

Paris, le 8 juillet 2010 N 20/02-10 Paris, le 8 juillet 2010 N 20/02-10 Emission par Maurel & Prom d OCEANE à échéance 31 juillet 2015 pour un montant maximum d environ 70 millions d euros Fixation des modalités définitives des OCEANE 2015

Plus en détail

Retraité d un régime français d assurance vieillesse

Retraité d un régime français d assurance vieillesse Retraité d un régime français d assurance vieillesse Bulletin d adhésion Identification N de Sécurité sociale Nom... Nom de jeune fille... Prénoms... Date de naissance... Lieu... Nationalité... Je suis

Plus en détail

Annexe à l article A. 114-4

Annexe à l article A. 114-4 Annexe à l article A. 114-4 Les renseignements généraux du compte rendu détaillé annuel sont les suivants : a) La raison sociale de la mutuelle ou de l union, son adresse, la date de sa constitution et

Plus en détail

AVIS DE MARCHE SERVICES

AVIS DE MARCHE SERVICES Département de publication : 75 Annonce No 14500000 Service Date de mise en ligne 27/10/2014 AVIS DE MARCHE SERVICES Directive 2004/18/CE. SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR I.1) Nom, adresses et point(s)

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

Intermédiaires en Assurance

Intermédiaires en Assurance Intermédiaires en Assurance 1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION DE DEPOT

MODELE DE CONVENTION DE DEPOT MODELE DE CONVENTION DE DEPOT La présente convention est conclue entre: 1. l'entreprise d'assurances / le fonds de pension... dont le siège social est établi à..., ci-après dénommée l'entreprise d'assurances

Plus en détail

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION La Cour d appel de Douai a rendu le 16 Juin

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ANNÉE SCOLAIRE... /...

CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ANNÉE SCOLAIRE... /... CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ANNÉE SCOLAIRE... /... Concernant le stagiaire: Nom : Prénom : Adresse : Date de naissance : Nationalité : Formation : Entre: Nom et adresse complète

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES 26, boulevard Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Téléphone : 01 42 47 90 00 - Télécopie : 01 42 47 93 11 - Internet : http://www.ffsa.fr 12 juillet 2007 Observations

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972

Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972 Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972 DECRET N 2005-1315 du 21.10.2005 (EXTRAIT) ENTREE EN VIGUEUR : 1ER JANVIER 2006 Décret n 72-678 du 20 juillet 1972 fixant les conditions d application

Plus en détail

Il s'agit d'un NOUVEAU CONTRAT Date d'effet : 01/12/2012 Echéance principale : 1/12 Paiement Annuel N Client : 06570024

Il s'agit d'un NOUVEAU CONTRAT Date d'effet : 01/12/2012 Echéance principale : 1/12 Paiement Annuel N Client : 06570024 CONDITIONS PARTICULIERES DE CONTRAT L'INTERMEDIAIRE D'ASSURANCE : Cabinet LAFONT 2, rue du Moulinas 66330 CABESTANY Tél. :04 68 35 22 26 Immatriculation ORIAS : 07012597 LE SOUSCRIPTEUR : ARGONAUTE MONSIEUR

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt

Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt Dans cette partie sont étudiés les dispositifs contractuels

Plus en détail

DEMANDE D ADHÉSION réalisée en face à face vente à distance

DEMANDE D ADHÉSION réalisée en face à face vente à distance DEMANDE D ADHÉSION Cachet de votre assureur conseil GARANTIES ET Code et nom du producteur A.S.A.F. A.F.P.S. À EFFET DU échéance principale : er janvier DEMANDE D ADHÉSION réalisée en face à face vente

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX

CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX 1 Ouverture et détention du Livret Grand Prix 1.1 Conditions d ouverture et de détention Le Livret Grand Prix est un compte d épargne. Il peut être ouvert par : toute

Plus en détail

LIVRE VII MICROASSURANCE

LIVRE VII MICROASSURANCE c 1 M A CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D'ASSURANCES CONSEIL DES MINISTRES DES ASSURANCES REGLEMENT N ' -: - - - 0 0 0 3 IClMAlPCMAlPCE/2012 PORTANT ORGANISATION DES OPERATIONS DE MICROASSURANCEDANS

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

COMMUNICATION N D.146 - A

COMMUNICATION N D.146 - A REGL/A:/D.146/GM Bruxelles, le 19 avril 1996 COMMUNICATION N D.146 - A (Cette communication annule et remplace la communication n D. 92). Objet : Procédures à suivre par les entreprises belges pour exercer

Plus en détail

Loi modifiée du 6 décembre 1991 sur le secteur des assurances

Loi modifiée du 6 décembre 1991 sur le secteur des assurances Loi modifiée du 6 décembre 1991 sur le secteur des assurances Dispositions applicables aux fonds de pension soumis au contrôle du Commissariat aux Assurances (Règlement grand-ducal, 31 août 2000, art.

Plus en détail

Chapitre 1 er : Introduction. Fonds de protection des dépôts et des instruments financiers

Chapitre 1 er : Introduction. Fonds de protection des dépôts et des instruments financiers Fonds de protection des dépôts et des instruments financiers Modalités d'application de la protection des dépôts et des instruments financiers auprès d'établissements de crédit et d'entreprises d'investissement

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES - Sociétés de droit étranger établies en Belgique: Champ d'application des articles 81, 82, 83 et 107 du Code des sociétés Avis du 14 janvier 2009 (en remplacement de l

Plus en détail

Version coordonnée du 26 mai 2014 1

Version coordonnée du 26 mai 2014 1 Luxembourg, le 26 mai 2014 Lettre circulaire modifiée 09/7 relative au dépôt des valeurs mobilières et liquidités utilisées comme actifs représentatifs des provisions techniques des entreprises d'assurances

Plus en détail

N 409 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1991-1992. Annexe au procès-verbal de la séance du 15 juin 1992. PROJET DE LOI

N 409 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1991-1992. Annexe au procès-verbal de la séance du 15 juin 1992. PROJET DE LOI N 409 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1991-1992 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 juin 1992. PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, EN DEUXIÈME LECTURE portant adaptation

Plus en détail

L assurance en temps réel

L assurance en temps réel L assurance en temps réel LASSUREUR 1 Rue Saint Antoine 71100 Chalon sur Saône N de Siret 482 645 694 00019 Convention de Courtage Convention de courtage LASSUREUR Page 1 sur 8 Protocole d'accord Entre

Plus en détail

NOR: SPSS9510404C. (BO Affaires sociales et Santé ) Le ministre de la santé publique et de l'assurance maladie

NOR: SPSS9510404C. (BO Affaires sociales et Santé ) Le ministre de la santé publique et de l'assurance maladie Circulaire n DSS/4B du 06 novembre 1995 relative à la protection en matière d'accidents du travail et de maladies professionnelles des assistantes maternelles et des particuliers qui hébergentà domicile

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE 18 novembre 1999 (99-5018) Commerce des services COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES ET LEURS ÉTATS MEMBRES Liste d'engagements spécifiques Supplément 4 Révision (Seuls les textes

Plus en détail

Chapitre 1 er. Les intermédiaires d assurances ou de réassurances

Chapitre 1 er. Les intermédiaires d assurances ou de réassurances Projet 2-22.09.2013 Avant-projet de règlement grand-ducal du [ ] concernant les modalités d agrément et d exercice des intermédiaires d assurances et de réassurances ainsi que des PSA Chapitre 1 er. Les

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE

CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE 1 CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE Assurance Responsabilité Civile Professionnelle Complémentaire 2 ème LIGNE souscrite par le Conseil National des Compagnies d Experts de Justice CONDITIONS

Plus en détail

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Article 00 Assurances. Dans la mesure où les garanties préconisées ou souscrites par le Maître de l ouvrage, sont accordées selon des clauses

Plus en détail

Applicable sur le site www.clicinformatique62.fr, à compter du 1 Février 2015

Applicable sur le site www.clicinformatique62.fr, à compter du 1 Février 2015 CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D'UTILISATION Applicable sur le site www.clicinformatique62.fr, à compter du 1 Février 2015 PRÉAMBULE : Le site est la propriété de THERIEZ Clément en sa totalité, ainsi

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES CONTRAT D ASSURANCE «RAPATRIEMENT DE CORPS» Formule Collective Code 18

CONDITIONS GENERALES CONTRAT D ASSURANCE «RAPATRIEMENT DE CORPS» Formule Collective Code 18 CONDITIONS GENERALES CONTRAT D ASSURANCE «RAPATRIEMENT DE CORPS» Formule Collective Code 18 Société d Assurance de Prévoyance et de Santé SAPS SPA au capital social de 1.000.000.000 de dinars algériens

Plus en détail

II. ASSURANCE ANNULATION EN CAS D'INSOLVABILITE FINANCIERE DE L'ORGANISATEUR ET/OU INTERMEDIAIRE DE VOYAGES

II. ASSURANCE ANNULATION EN CAS D'INSOLVABILITE FINANCIERE DE L'ORGANISATEUR ET/OU INTERMEDIAIRE DE VOYAGES EXTRAIT DES CONDITIONS GÉNÉRALES DU FONDS DE GARANTIE VOYAGES Définitions Assurance annulation Assurance assistance Domicile Compétence I. DEFINITIONS ASSUREUR: l'association d'assurances mutuelles " Fonds

Plus en détail

LA COOPERATION RENFORCEE EN MATIERE DE DROIT DE LA FAMILLE DANS L UNION EUROPEENNE

LA COOPERATION RENFORCEE EN MATIERE DE DROIT DE LA FAMILLE DANS L UNION EUROPEENNE NOTE D INFORMATION : Joëlle Garriaud-Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France LA COOPERATION RENFORCEE EN MATIERE DE DROIT DE LA FAMILLE DANS L UNION EUROPEENNE A un mois et demi

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce

Plus en détail

CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION. Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine

CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION. Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I Le défaut d information ou l information tardive du délai de préavis

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES.

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES. MINISTERE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Paris, le 20/12/06 Le Ministre d Etat, ministre de l'intérieur et de l aménagement du

Plus en détail

Articles-CODE DES ASSURANCES

Articles-CODE DES ASSURANCES Article L111-4 :L'autorité administrative peut imposer l'usage de clauses types de contrats. Article L112-1 :L'assurance peut être contractée en vertu d'un mandat général ou spécial ou même sans mandat,

Plus en détail

Conditions Générales Location d équipements terminaux

Conditions Générales Location d équipements terminaux Conditions Générales Location d équipements terminaux Vous trouverez dans le présent document les conditions générales qui s'appliquent à la location des équipements terminaux de Orange. Elles peuvent

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES A LA TAXE SUR LES CONTRATS D ASSURANCES (Annexe II au code du timbre)

DISPOSITIONS RELATIVES A LA TAXE SUR LES CONTRATS D ASSURANCES (Annexe II au code du timbre) DISPOSITIONS RELATIVES A LA TAXE SUR LES CONTRATS D ASSURANCES (Annexe II au code du timbre) mis à jour jusqu au 31 décembre 2007 1 TAXE SUR LES CONTRATS D'ASSURANCES ANNEXE II AU CODE DU TIMBRE TITRE

Plus en détail

Les salariés détachés à l étranger, un statut social et fiscal particulier?

Les salariés détachés à l étranger, un statut social et fiscal particulier? Les salariés détachés à l étranger, un statut social et fiscal particulier? Sommaire 2 S O M M A I R E PAGES Définitions 3 Législation du travail 4 Protection sociale 5 Cotisations sociales 6 Statut fiscal

Plus en détail

DEMANDE D ADHÉSION New Equilibre Santé. Sous réserve d acceptation par l association ANDAC, et le cas échéant de la résiliation du précédent contrat

DEMANDE D ADHÉSION New Equilibre Santé. Sous réserve d acceptation par l association ANDAC, et le cas échéant de la résiliation du précédent contrat VERSION 1 OCTOBRE 2012 EXEMPLAIRE (1) À RETOURNER À ANDAC GESTION 108 rue Ronsard - BP 87323 37073 TOURS Cedex 2 Tél. 02 47 70 40 70 - Fax 02 47 70 40 75 353 422 462 RCS TOURS ORIAS n 07 003 773 (www.orias.fr)

Plus en détail

For Information Only Pour Information Uniquement

For Information Only Pour Information Uniquement Nom de la clause : Dispositions du Code des Assurances ne faisant pas partie du Livre 1 er Titre VII mais néanmoins applicables aux Assurances Maritimes Objet de la Clause : Législation des Assurances

Plus en détail

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance Demande de pension d invalidité Nature des pensions PENSION POUR INCAPACITE AU METIER (seulement les professions artisanales) Il s agit d une pension

Plus en détail

Les crédits à la consommation

Les crédits à la consommation Les crédits à la consommation Billet du blog publié le 16/03/2015, vu 244 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Code de la consommation (Valable à partir du 18 mars 2016) Avis du 24 juin 2014 relatif à l'application

Plus en détail

Annexe 5. CONTRAT CYBERPLUS PRO Souscrit dans le cadre du cyberp@iement Titre 1Conditions Particulières

Annexe 5. CONTRAT CYBERPLUS PRO Souscrit dans le cadre du cyberp@iement Titre 1Conditions Particulières Annexe 5 Souscrit dans le cadre du cyberp@iement Titre 1Conditions Particulières DESIGNATION DE L ENTREPRISE ci-après "le Client" Nom ou Dénomination sociale... représentée par.. (Nom et prénom du représentant

Plus en détail

POLICE FRANÇAISE D'ASSURANCE DES PERTES FINANCIERES DU NAVIRE DE COMMERCE

POLICE FRANÇAISE D'ASSURANCE DES PERTES FINANCIERES DU NAVIRE DE COMMERCE POLICE FRANÇAISE D'ASSURANCE DES PERTES FINANCIERES DU NAVIRE DE COMMERCE (Imprimé du 18 janvier 1990) PRÉAMBULE - LOI APPLICABLE La présente police est régie par la loi du 3 juillet 1967 et son décret

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 1 B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 Objectif : Acquérir une expérience professionnelle en réalisant un stage en entreprise de 3 mois à temps plein à l étranger

Plus en détail

Conditions Générales de Vente et d'utilisation

Conditions Générales de Vente et d'utilisation Conditions Générales de Vente et d'utilisation ARTICLE 1 OBJET : Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de déterminer les conditions dans lesquelles Varcap Informatique fournit des

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

Keytrade Bank CONDITIONS SPECIFIQUES «PRODUITS D ASSURANCES»

Keytrade Bank CONDITIONS SPECIFIQUES «PRODUITS D ASSURANCES» Keytrade Bank CONDITIONS SPECIFIQUES «PRODUITS D ASSURANCES» Ces conditions enregistrées à Bruxelles, 6 ème bureau, vol. 289, fol. 97, case 1, le 21 décembre 2007 entrent en vigueur le 21 décembre 2007.

Plus en détail

Sommaire. Conditions d accès - Conditions d exercice de la profession... 2. Règlementation... 3 DEFINITIONS ET CHAMP D APPLICATION...

Sommaire. Conditions d accès - Conditions d exercice de la profession... 2. Règlementation... 3 DEFINITIONS ET CHAMP D APPLICATION... Sommaire Conditions d accès - Conditions d exercice de la profession.... 2 Règlementation.... 3 DEFINITIONS ET CHAMP D APPLICATION...3 I. CONDITIONS D ACCES A LA PROFESSION...8 II. CONDITIONS D EXERCICE

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT Courtier d Assurance INFORMATIONS GENERALES 1. Etes-vous? Courtier et / ou Agent général compagnie Laquelle :... 2. Nombre de personnes travaillant dans votre cabinet (y compris

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

Sur le rapport de Notre Ministre des Finances et après délibération du Gouvernement en conseil ; Arrêtons :

Sur le rapport de Notre Ministre des Finances et après délibération du Gouvernement en conseil ; Arrêtons : Projet de règlement grand-ducal portant modification du règlement grand-ducal du 8 octobre 2014 concernant les modalités d'agrément et d'exercice des intermédiaires d'assurances et de réassurances ainsi

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Edito A l occasion de la rentrée, le pôle Assurances de Lefèvre Pelletier & Associés vous propose un panorama de l actualité juridique du deuxième trimestre 2008, enrichi de décisions parues au cours de

Plus en détail

4 AVRIL 2014. - Loi relative aux assurances (1)

4 AVRIL 2014. - Loi relative aux assurances (1) Page 1 sur 86 FR NL belgiquelex.be - Banque Carrefour de la législation Conseil d'etat Chambre des représentants Sénat fin Publié le : 2014-04-30 SERVICE PUBLIC FEDERAL ECONOMIE, P.M.E., CLASSES MOYENNES

Plus en détail

CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES. C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S

CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES. C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S I~,0:.----------, c 1 M A CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES.'.- 1. ~ 0 0 0 SI: C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S REGLEMENT N,.ICIMAlPCMA/ CE/ SG/ 2DD9

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES NUMEROS SVA

CONDITIONS PARTICULIERES NUMEROS SVA CONDITIONS PARTICULIERES NUMEROS SVA Version en date du 31/08/2012 DEFINITIONS : - Compte OVH : Compte de facturation regroupant l ensemble des fonctionnalités et informations relatives à la facturation

Plus en détail

Convention «Heurt de véhicules» TABLE DES MATIERES

Convention «Heurt de véhicules» TABLE DES MATIERES «Heurt de véhicules» 470 1 er avril 1994 TABLE DES MATIERES A. Liste des entreprises adhérentes B. Texte de la convention C. Définitions D. Principes et modalités d application E. Fixation des dommages

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail

CONVENTION REGISTRE - BUREAU D ENREGISTREMENT

CONVENTION REGISTRE - BUREAU D ENREGISTREMENT CONVENTION REGISTRE - BUREAU D ENREGISTREMENT Entre les soussignés : L Agence Tunisienne d Internet, sise à 13, avenue Jugurtha 1002 Tunis, Tunisie, Matricule Fiscal n 539698L/A/M000 et représentée par

Plus en détail

Bien utiliser la carte bancaire

Bien utiliser la carte bancaire Bien utiliser la carte bancaire Sécurisée et pratique, la carte permet de retirer de l argent et de payer ses achats. C est le moyen de paiement le plus utilisé en France. Voici quelques conseils d utilisation.

Plus en détail

Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement (98/5/CE)

Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement (98/5/CE) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement

Plus en détail

COMITÉ EUROPÉEN DES ASSURANCES

COMITÉ EUROPÉEN DES ASSURANCES COMITÉ EUROPÉEN DES ASSURANCES SECRETARIAT GENERAL 3bis, rue de la Chaussée d'antin F 75009 Paris Tél. : +33 1 44 83 11 83 Fax : +33 1 47 70 03 75 Web : cea.assur.org DELEGATION A BRUXELLES Square de Meeûs,

Plus en détail

FIT4 BUSINESS HARMONISATION OU NON

FIT4 BUSINESS HARMONISATION OU NON FIT4 BUSINESS HARMONISATION OU NON DES INTERMÉDIAIRES DU COMMERCE ANIMATION PAR MARIE-LUCE DIXON, JURISTE LUNDI 10 MARS 2014 LUXEMBOURG LE RÉSEAU ENTREPRISE EUROPE Réseau officiel mis en place par la Commission

Plus en détail

ASSURANCE GARANTIE LOCATIVE ENTREPRISE CONDITIONS GENERALES

ASSURANCE GARANTIE LOCATIVE ENTREPRISE CONDITIONS GENERALES ASSURANCE GARANTIE LOCATIVE ENTREPRISE CONDITIONS GENERALES L U X E M B O U R G B U S I N E S S VOTRE ASSURANCE GARANTIE LOCATIVE ENTREPRISE CONDITIONS GENERALES Version 1.1 du 10/01/2014 Sommaire 1 La

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.3.2015 FR L 86/13 RÈGLEMENT (UE) 2015/534 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 17 mars 2015 concernant la déclaration d'informations financières prudentielles (BCE/2015/13) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS

Plus en détail

Norme specifique relative a la mission de collaboration au contr61e prudentiel

Norme specifique relative a la mission de collaboration au contr61e prudentiel Norme specifique en matiere de collaboration au controle prudentiel Norme specifique relative a la mission de collaboration au contr61e prudentiel 08.10.2010 Table des matieres Considerations i ntrod uctives...

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GENERALES. Article 1er. Définitions

TITRE I DISPOSITIONS GENERALES. Article 1er. Définitions ENTENTE EN MATIERE DE SECURITE SOCIALE ENTRE LE LUXEMBOURG ET LE QUEBEC Texte consolidé tenant compte des modifications introduites dans le texte signé le 22.9.1989 par l'avenant du 2.4.1992 (voir aussi

Plus en détail

Conditions Générales ING Life Optima

Conditions Générales ING Life Optima Conditions Générales ING Life Optima Table des matières I. Description de l'assurance 1. Constitution du capital 2. Capitalisation de la prime 2.1. Taux d'intérêt garanti 2.2. Participation bénéficiaire

Plus en détail

LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE

LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE SERVICE JURIDIQUE JURISINFO FRANCO-ALLEMAND MAI 2015 Avertissement : Cette note a pour but de donner une information générale et ne peut remplacer une étude juridique

Plus en détail

LA CYBER COMPAGNIE 3 7 r u e g u i b a l - 1 3 0 0 3 M A R S E I L L E Tel : 04 91 05 64 49 Site : www.snoos.fr www.snoos-pro.fr

LA CYBER COMPAGNIE 3 7 r u e g u i b a l - 1 3 0 0 3 M A R S E I L L E Tel : 04 91 05 64 49 Site : www.snoos.fr www.snoos-pro.fr LA CYBER COMPAGNIE 3 7 r u e g u i b a l - 1 3 0 0 3 M A R S E I L L E Tel : 04 91 05 64 49 Site : www.snoos.fr www.snoos-pro.fr Termes et conditions L'achat de produits et de services La Cyber Compagnie

Plus en détail

Texte de l'arrêté "Site e-business"

Texte de l'arrêté Site e-business Texte de l'arrêté "Site e-business" Arrêté relatif à l'octroi d'une prime aux entreprises qui créent un site e-business tel que modifié par l'arrêté du 15 juin 2006 (MB 12.07.2006) Le Gouvernement wallon,

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

Luxembourg, le 11 novembre 2011

Luxembourg, le 11 novembre 2011 Luxembourg, le 11 novembre 2011 Lettre circulaire 11/10 du Commissariat aux Assurances relative à la collecte de données quantitatives dans le cadre de l évaluation des risques d exposition au blanchiment

Plus en détail

Encadrement juridique de l e-assurance en France et en Europe

Encadrement juridique de l e-assurance en France et en Europe Les rencontres de l argus de l assurance, 23 octobre 2008 Encadrement juridique de l e-assurance en France et en Europe Cathie-Rosalie Joly Avocat au barreau de Paris Docteur en droit Cabinet ULYS 251

Plus en détail