LE MARCHE UNIQUE DE L' ASSURANCE VIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE MARCHE UNIQUE DE L' ASSURANCE VIE"

Transcription

1

2 LE MARCHE UNIQUE DE L' ASSURANCE VIE Vademecum de I'operateur en licence unique PWCI-;dures c/'acc/\s et conditions (fexercice en liberte c/'6tablissement au en fibre prestation de services sur les marches europ(;ens Ce document est egalement disponible en allemand et en anglais.

3 Dans la meme collection: Le marche unique de }'assurance non-vie: vademecum de I'operateur en licence unique * La fiscalite indirecte des contrats d'assurance en Europe * Assurance et securite des risques informatiques * The European insurance accounts directive: analysis and commentary COMITE EUROPEEN DES ASSURANCES [dire par fum Publishing System - Imprime par DEREUME SA - rue Golden Hopestraat, Drogenbos ISBN Avril 1997

4 SOMMAIRE 7 Avant-propos 11 Sens des abreviations Premiere partie Le cadre d'operation defini par les directives europeennes Chapitre 1 Les grandes eta pes du marche unique de I' assurance vie Chapitre 2 Quelques notions et definitions essentielles Chapitre 3 Quel est I'effet d'une directive incorrectement transposee? Chapitre 4 Quel les activites et entreprises sont el igibles a la licence unique? Chapitre 5 Comment etablir une succursale a I'etranger? Chapitre 6 Comment acceder a un marche etranger en libre prestation de services? Chapitre 7 L'entreprise peut-elle cumuler liberte d'etablissement et I ibre prestation de services? Chapitre 8 L'entreprise d'assurance peut-elle cumuler des activites d'assurances vie et non-vie sous Ie couvert de la licence unique? 3

5 COMITE EUROPEEN DES ASSURANCES - VADEMECUM VIE Chapitre 9 Quelles sont les conditions d'exercice des activites en I iberte d' etabl issement ou en I ibre prestation de services? Chapitre 10 Comment est organise Ie contr61e des activites exercees par I'entreprise d'assurance en licence unique? Chapitre 11 Comparaison sommaire des conditions d'exercice d'activites d'assurance par la voie d'une filiale, d'une succursale ou en LPS Chapitre 12 Quelle est I' incidence du deplacement transfrontiere du preneur d'assurance? Annexe 1 Recommandation du CEA «L'emploi des langues dans les contrats d'assurances souscrits en regime de liberte communautaire» Annexe 2 Certificat de solvabilite delivre par I'autorite de contr61e de I'Etat membre d'origine Les denomi nations usuelles des branches enumerees en annexe a la premiere directive vie Deuxieme partie Conditions d'acd~s et d'exercice en licence unique sur les marches europeens Chapitre 1 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique en Autriche (AT) Chapitre 2 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique en Belgique (BE) Chapitre 3 Conditions d'acces et d'exercice en li cence unique en Allemagne (DE) 4

6 SOMMAIRE Chapitre 4 Conditions d'acces et d' exercice en licence unique au Danemark (DI<) Chapitre 5 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique en Finlande (FI ) Chapitre 6 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique en France (FR) Chapitre 7 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique au Roya ume-uni (GB) Chapitre 8 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique en Irlande (IE) Chapitre 9 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique en Ital ie (IT) Chapitre 10 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique au Luxembourg (LU) Chapitre 11 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique aux Pays-Bas (NL) Chapitre 12 Conditions d'acces et d'exercice en licence unique au Portugal (PT) Troisieme partie Les options exercees par les Etats lors de la transposition des directives europeennes d'assurance vie Chapitre 1 Options figurant en termes identiques dans les directives assurances non-vie et vie Chapitre 2 Options figurant uniquement dans les directives assurance vie 5

7 AVANT-PROPOS Il aura fauu plus de trente ans pour mettre en place Ie marche unique de I'assurance : au terme d'un processus de liberalisation engage au debut des annees soixante-dix, la trois ieme directive«licence unique" - directive du 10 novembre est entree en vigueur Ie 1er juiuet 1994, marquant ainsi la naissance«officieue" du marche unique de I'assurance vie. La dimension du marche unique s'est considerablement e1argie au fit du temps. Con~u a l'origine entre les six ftats signataires du traite de Rome, Ie marche unique de l'assurance integre aujourd'hui dix-huit marches nationaux : les quinze ftats de [,Union europeenne, ainsi que la Norvege, l'islande et - depuis Ie 1er mai Ie Liechtenstein, qui, en raison de leur appartenance a l'espace economique europeen, ont adopte I'ensemble de la legislation communautaire d'assurance (1'«acquis communautaire»). Au tefme de cette evolu~ tion, il est devenu Ie deuxieme espace economique d'assurance au monde (derriere Ie Japon), avec un encaissement global representant plus de 23 % de I'encaissement mondial (debut 1996). Si I'assiette geographique du marche unique s'est sensiblement etendue avec les adhesions sllccessives, ses principes fondateurs sont demeures inchanges : realiser, dans Ie do~ maine de I'assurance, les libertes d'etablissement, de prestation de services et de circulation des capitaux inscrites dans Ie traite de Rome. La realisation de ces trois libertes s'est faite en plusieurs etapes, concretisees par trois generations de directives qui ont finalement abouti au regime dit de la «licence unique», * Con~us dans la meme optique - pratique - que les autres publications du CEA, les Vademecum de l'operateur d'assurance en licence unique explicitent les procedures d'acces et les conditions a respecter, dans Ie regime nouveau de la licence unique, pour exercer des activites d'assurance, so it en liberte d'etablissement, so it en libre prestation de services (LPS), sur les differents marches de l'espace economique europeen. Si les directives ont coordonne line serie de regles, qui s'imposent a tous dans les memes termes et de maniere inconditionnelle, elles n'ont cependant procede, sur de nombreux points, qu'" une harmonisation legere, assortie d'options pour les legislateurs nationaux. Par ailleurs, plusieurs dispositions et concepts, qui touchent directement au cadre d'exercice de l'assurance, se 7

8 COMITE EUROPEEN DES ASSURANCES - VA DEMEC UM VIE pretent a des interpretations qui peuvent varier sensiblement d'lln Etat a l'autre. Enfin, certains aspects ont ere renvoyes a 1a competence des legislations et autorites nationales. La premiere partie (( Le cadre d'operation defini par les directives europeennes») ex~ plicite et commente les dispositions des directives relatives a la liberte d'etablissement et la LPS, en indiquant, Ie cas echeant, les options ct matieres laissees a la competence des Etats membres ou de leurs autorites de controle. La seconde partie ( << Conditions d'acces et d'exercice en licence unique sur les marches europeens») donne l'etat, pays par pays ~ et selon Ie lneme schema de pre se ntati on ~) des principales conditions d'acces et d'exerci~ ce requises des enrreprises etrangeres pour pouvoir operer sur les differents marches eu ro~ peens; afin de garantir leur fiabilite, ces informations ant ere soigneusement verifiees et affinees lors d'entretiens sur place avec des representants des Associations nationales et - le plus sou vent - des autorites de controle. Elles ne doivent cependant pas etre cons iderees comme des conseils juridiques et n 'engagent de ce fait d'aucune far;.on la responsabi li~ te, ni du CEA, ni de ses Associations membres, ni des autorites de controle. Compte tenll des developpements qu'elles auraient impliqlles, on n 'a pas traite des re ~ gles relatives a la competence judiciaire, qui decoulent de la convention de Bruxelles de completee par celle de Lugano de sur la competence judiciaire et l'execution des decisions civiles et commerciales. Les conditions d'exercice, par Ie siege, d'activites locales n'ont pas ete explicitees ; elles sont supposees connues des operateurs puisqu'elles relevent de la legislation et du can trcle de leur Etat d'agrement. On reproduit cependant dans la troisieme partie (<< Les options exercees par les Etats lors de la transposition des directives europeennes d'assurance vie») la maniere dont les Etats ont fait usage des multiples options - dont un grand nombre releva it de la competence de l'etat d'origine ~ qui leur etaient ouvertes par les directives. L'ouvrage ne traite pas non plus des conditions d'implantation et d'exploitation d'une filiale : societe de droit national a part entiere - a la difference de l'agence ou de la succursale ~, la filiale ne releve pas, en assurance, du regime communautaire du libre etablisse~ ment, mais obeit aux memes regles, conditions et procedures que celles relatives a l 'et abli s~ sement d'un siege social j on trollvera neanmoins (premiere partie, chapitre 11) un tableau synthetique comparant sommairement les conditions d'exercice des activites d'assurance vie par la voie d'une filiale, d'une succursale ou en LPS. Enfin, on n 'a pas non plus aborde les conditions requises des entreprises de pays tiers pour ouvrir une agence au succursale dans un Etat membre de l'espace economique euro~ peen, ni celles imposees aux entreprises europeennes pour l'ouverture d\me agence ou s uc ~ cursale dans un pays tiers. Dans l'atrente de la Codification officielle des directives europeennes d'assurances - actuellement en preparation a la Commission europeenne ~, on a fait reference a 1a fois aux articles des directives et a la numerotation continue de la codification realisee par Ie CEA en juillet 1994 ; le moment venu, le lecteur recevra line table de concordance avec la * 8

9 - AVANT-PROPOS - codification officielle. eet ouvrage etant avant tout destine, comme Ies precedents, aux professionnels de l' as~ surance, on s'est abstenu de tolit developpement theorique, jugement de valeur, interpre~ tat ion au COlnmentaire juridique non strictement necessaire. Le lecteur interesse par la contribution du CEA a la preparation des textes communautaires pollrra se reporter aux ptincipales prises de position du CEA en 1990, 1991 et Les activites d'assurances vie et non,vie etant, sur la plupart des marches, effectuees par des operateurs differents, on a choisi de publier deux series de Vade mecum : l'une pour I'assurance noll,vie ; l'autre pour l'assurance vie. Afin de pouvoir repondre dans les meilleurs delais aux demandes d'information croissantes des operateurs europeens, quotidiennement canfrootes a la reatite du marche unique, on o'a pas attendu que tous Ies ftats aient completement termine la transposition des troisibnes directives; Ie present Vademecum porte donc sur les douze marches pour Ie s~ quels une information complete sur les conditions de transposition etait disponible : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, France, [rlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal et Royaume-Uni. Un codicille sur les alltres marches sera pub lie Ie moment venu. En outre, Ies informations contenues dans cette publication seront mises a jour dans la revue bimensuelle CEA info. * Voici donc Ie premier volume du Vademecum de l'operateur d'assurance vie en licence unique, resultat d'une "troite collaboration entre Ie Secretariat general du CEA - en particulier Jean-Marc BINON, charge des Affaires communautaires - et les Associations nationales membres, qui doivent etre remercies pour cet important travail. On espere que ce Va~ demecum aidera les professionnels, confrontes a la complexite des textes communautaires et des legislations de transposition, et qu'il facilitera ainsi l'exercice de leurs activites com~ merciales dans Ie cadre nouveau de l'europe de l'assurance. /' e~ Seeretaire general Mars

10 , SENS DES ABREVIATIONS DE DLPS DLU protocole premiere directive etablissement vie de 1979 ; deuxieme directive libre prestation de services vie de 1990 ; troisieme directive licence unique vie de 1992 ; * protocole de cooperation de novembre 1993 entre autorites de controle europeennes 1 Le protocole de cooperation est un ensemble de regles de conduite que les autorites de controle des Etats de l'espace economique europeen (EEE) se sont fixees pour se faciliter mutuellement I'exercice de leur mission et collaborer de maniere pratique et efficace, en vue de garantir Ie bon fonctionnement du marche unique par un controle adequat de I'assurance a I'interieur de I'EEE. II s'agit d'un instrument qui concerne les relations entre autorites de controle nationales et qui n'appelle pas de mesure de transposition de la part des Etats membres ; Code CEA codification CEA des directives europeennes d'assurance. * Un «second protocole relatif a la collaboration des auwrir.es de contr8le des pays de l'espace economique europeen pour I' application des directives concernant l'assurance vie et I' assurance non~vie» a ete adoptt en octobre Ce protocole ~ qui ne modjfie en rien Ie contenu du protocole de notjembre ~ Tend ce demier applicable aux EtalS de l'espace economique europeen non membres de l'union europeenne. 11

11 Premiere partie,, LE CADRE D'OPERATION DEFINI PAR LES DIRECTIVES EUROPEENNES 13

12 TABLE DES MATIERES 21 Chapitre 1 LES GRANDES ftapes DU MARCHE UNIQUE DE L' ASSURANCE VIE 23 Chapitre 2 QUELQUES NOTIONS ET DEFINITIONS ESSENTIELLES Liberte (ou regime) d'etablissement Liberte de prestation de services (LPS) Succursale (ou agence) ~- La frontif!re entre Iiberte d'etablissement et Jibre prestation de services Etat d' origi ne Etat de la succursale Etat de I'engagement Le preneur est une personne physique Le preneur est une personne morale ECU 27 Chapitre 3 QUEL EST L'EFFET D'UNE DIRECTIVE INCORRECTEMENT TRANSPOSEE? Effet direct vertical Elfet direct horizontal 29 Chapitre 4 QUELLES ACTIVITES ET ENTREPRISES SONT ELIGIBLES A LA LICENCE UNIQ~E? Activites Entreprises 15

13 COMITE EUROPEEN DES ASSURANCES - VADEMECUM VIE l l l Chapitre 5 COMMENT ETABLIR UNE SUCCURSALE A L'ETRANGER? Principe de la licence unique Procedure a suivre pour etre admis a operer en regime d'etablissement Procedure administrative Premiere etape : l'entreprise adresse un dossier d'etablissement it I'autorite de controle de son Etat d'origine Deuxieme etape : l'autorite de controle de l'etat d'origine communique Ie dossier a l'autorite de controle de l'etat de la succursale Delai de communication Informations complementaires a joindre au dossier par l'autorite de controle de l'etat d'origine Avis it l'entreprise Troisieme <'tape: l'autorite de controle de l'etat de la succursale communique, Ie cas echeant, a l'autorite de controle de l'etat d'origine les conditions d'interet general a respecter sur son territoire Delai de communication Contenu de la communication L'interet general en droit communautaire Quandla succursale peut-elle commencer ses activites? Vautorite de controle de l'etat de la succursale communique, dans les deux Inois, les conditions d'interet general a l'autorite de controle de l'etat d'origine Vautorite de controle de l'etat de la succursale fait savoir, dans les deux mois, a l'autorite de controle de l'etat d'origine qu'elle n'a pas d'observations particulieres it formuler Vautorite de controle de l'etat de la succursale ne n'agit pas dans les deux mois Vautorite de controle de l'etat d'origine interdit a l'entreprise d'ouvrir sa succursale a l'etranger Langue de la procedure Notification du dossier d'etablissemcnt par l'cntreprise Communication du dossier entre autorites de controle Succursales ouvertes avant Ie 1er juillet 1994 Formalites a accomplir en cas de modification des modalites d'exploitation (changement de programme d'activites, d'adresse de la succursale, de mandataire general) 16

14 CADRE D'OPERATION!TABLE DES MATIERES Controle des conditions contractuelies et tarifaires: rem placement du controle prealable et systematique par un controle a posteriori non systematique 37 Chapitre 6 COMMENT ACcEDER A UN MARCHE ETRANGER EN LlBRE PRESTATION DE SERVICES? Principe de la licence unique Procedure it suivre pour etre admis it operer en regime de LPS Procedure administrative Premiere etape : l'entreprise d'assurance notifie son intention d'effectuer de la LPS a l'autorite de controle de son Etat d'origine Deuxieme etape : l'autorite de controle de l'etat d'origine communique Ie dossier a l'autorite de controle de l'etat (ou des Etats) de la prestation Delai de communication Informations colnplementaires a joindre au dossier de l'entreprise par l'autorite de controle de l'etat d'origine Avis a l'entreprise et a l'autorite de controle de l'etat de la prestation Troisieme etape : l'autorite de controle de l'etat de la prestation communique, Ie cas echeant, a l'autorite de controle de l'etat d'origine les conditions d'interet general a respecter sur son territoire Delai de communication Contenu de la communication Quand l'entreprise peut-elle commencer ses activites en LPS? Vautorite de controle de l'etat d'origine interdit a l'cntreprise d'exercer ses activites en LPS Langue de la procedure Notification du dossier de LPS par l'entreprise Communication du dossier entre autorites de controle Entreprises qui exen;aient deja des activites en LPS avant Ie ler juillet Formalites a accomplir en cas de modification des modalites d'exploitation Formalites it respecter dans l'etat de la prestation Formalites fiscales 17

15 COMITE EUROPEEN DES ASSURANCES - VADEMECUM VIE Connole des conditions contractuelles et tarifaires remplacement du controle prealable et systematique par un controle a jjosteriori non systematique 41 Chapitre 7 L'ENTREPRISE PEUT-ELLE CUMULER LlBERTE D'ETABLISSEMENT ET LlBRE PRESTATION DE SERVICES? Principe Applications (principaux cas de figure) 43 Chapitre 8 L'ENTREPRISE D' ASSURANCE PEUT-ELLE CUMULER DES ACTIVITES D' ASSURANCES VIE ET NON-VIE SO US LE COUVERT DE LA ~ICENCE UNIQUE? «Grand cumul» «Petit cumul» 45 Chapitre 9 QUELLES SONT LES CONDITIONS D'EXERCICE DES ACTIVITES EN LlBERTE D'ETABLISSEMENT OU EN LlBRE PRESTATION DE SERVICES? 45 Remarque pn liminaire Information du preneur d'assurance l. But Contenu Information prealable a la conclusion du contrat Information concernant l'entreprise d'assurance Information concernant l'engagement Information en cours de cantrat Information concernant l'entreprise d'assurance Information concernant Pengagement Information supplementaire Forme Modalites d'application Regime juridique du contrat d'assurance Loi applicable au contrat d'assurance Principe Facultc de choix 18

16 CADRE D'OPERATION!TABLE DES MATIERES Dispositions internationalement imperatives (lois de police) Application subsidiaire des regles generales du droit international prive Dispositions LegaLes d'interet general Droit de renonciation du preneur en assurance vie individuelle Principe Exceptions Regime fiscal des primes FiscaLite indirecte Competence fiscale : l'etat de L'engagement ControLe de La perception Fiscalite directe Regime technique et financier Monnaie du contrat et des engagements (congruence) Information statistique sur les activites realisees sous Ie couvert de la licence unique Transfert d'un portefeuille d'assurance souscrit en regime d'etablissement ou de LPS Procedure Publicite Droit de resiliation des preneurs d'assurance Sort des contrats d'assurance souscrits en regime d'etablissement ou de LPS en cas de liquidation de I'entreprise d'assurance 53 Chapitre 10 COMMENT EST ORGANISE LE CONTROLE DES ACTIVITES EXERCEES PAR L'ENTREPRISE D'ASSURANCE EN LICENCE UNIQUE? Competence de controle Surveillance financiere des activites que l'entreprise exerce par Le biais de succursales ou en LPS Information comptable et prudentielle Non-respect par I'entreprise de La reglementation applicable it ses activites Non-respect de La reglementation technique et financiere de l'etat d'origine Non-respect de La reglementation de PEtat de La succursale ou de La prestation, applicable a ses activites 19

17 COMITt EUROPtEN DES ASSURANCES - VADEMECUM VIE Controle du respect de la reglementation applicable Sanctions et mesures en cas de non... respect de la regie mentation applicable {notamment en matiere de droit du contrat} Langue de la procedure 57 Chapitre 11 COMPARAISON SOMMAIRE DES CONDITIONS D'EXERCICE D'ACTIVIT~S D'ASSURANCE PAR LA VOlE D'UNE FILIALE, D'UNE SUCCURSALE OU EN LPS 59 Chapitre 12 QUELLE EST L'INCIDENCE DU DEPLACEMENT TRANSFRONTIERE DU PRENEUR D'ASSURANCE? Hypothese Sort des contrats en cours Contr61e et procedure Droit applicable au contrat Fiscalite Fiscalite indirecte des primes Fiscalite directe des primes 61 Annexe 1 Recommandation du CEA «L'emploi des langues dans les contrats d'assurance souscrits en regime de liberte communautaire» 65 Annexe 2 Certificat de solvabilite delivre par I'autorite de controle de l'etat membre d'origine Les denominations usuelles des branches enumerees en annexe a la premiere directive vie

18 CHAPITRE 1 LES GRAN DES ETAPES ~ DU MARCHE ~ UNIQUE DE L'ASSURANCE VIE II ne saurait etre question ici de retracer en detailles phases successives de la construction du marche europeen de I'assurance vie; d'innombrables etudes, parfaitement documentees, y ont pourvu sur les differents marches de l'espace economique europeen. II est cependant utile de rappeler succinctement les principales lignes de force du processus - etale sur une vingtaine d'annees - d'avenement du regime de la licence unique, en mettant en evidence les changements fondamentaux qu'il a apportes. La premiere etape a concerne la liberte d'etablissement, qui permet it une entreprise d'assurance etablie a titre principal sur Ie terriraire d'un Etat membre d'ouvrir un etablissement (agence ou succursale) dans un autre Etat membre, dans des conditions d'acces et d'exercice equivalentes a celles reservees par l'etat d' «accueil» a ses entreprises nationa~ les. La directive du 5 mars 1979 (<< premiere directive etablissement vie,,) subordonnait I'ouverture d'une agence/succursale it l'obtention d'un agrement administratif - supplementaire par rapport a celui deja accorde a I'entreprise par l'etat de son siege social-, delivre dans chaque Etat a des conditions juridiques et financieres comparables et selon une procedure uniformisee. De nombreux aspects de I'activite d'assurance n'ayant pas ete harmonises, la directive reconnaissait aux autorites du pays d'accueil un pouvoir de controle preponderant pour les activites exercees par les agences et succursales d'entreprises etrangeres (approbation des conditions contractuelles et tarifaires ; controle des provisions techniques) ; depuis 1979, c'est cependant au siege social qu'il incombe de constituer - se Ion des regles hannonisees et sous Ie controle de son Etat - une marge de solvabilite pour I'ensemble de ses activites, y compris celles de ses agences et succursales etrangeres, La libre prestation de services (LPS), par laquelle I'entreprise d'un Etat membre peut exercer ses activites dans un autre ftat sans y disposer d'une presence permanente, a d'abord ete organisee par la directive du 8 novembre 1990 (la «deuxieme directive LPS vie,,). Une liberalisation totale, avec dispense d'agrement du pays du risque et competence de connole quasi~exclusive du pays de l'assureuf, n'a toutefois ete realisee, dans un pre~ Inier temps, que pour les cas ou Ie preneur avait pris l'initiative de sauieiter l'engagement aupres d'une entreprise "trangere (Ie cas de la «LPS passive ", du point de vue de l'assureur) ; de telles modalites de souscription etaient interdites en assurance de groupe. En revanche, la LPS «active" (c'est-a-dire celie realisee a la suite d'un demarchage commercial de I'assureur aupres du preneur), tout en etant possible, etait assujettle a un double 21

19 COMITE EUROPEEN DES ASSURANCES - VADEMECUM VIE agrement et relevait du controle cumule du pays de I'assureur et du pays de I'engagement. Le CEA a etabli a I'opoque la liste des options exercees par les Etats membres lors de I'insertion de la directive dans leur legislation nationale 2 La directive du 10 novembre 1992 (" troisieme directive licence unique vie") a consaere l'achevement du lnarche unique de Passurance vie par une reorganisation significative du controle des activites exercees en liberte d'etablissement et en LPS. En instaurant - au terme d'une harmonisation des regles essentielles de surveillance prudentielle des entreprises d'assurance - Ie principe de la licence (agrement) unique par Ie pays de I'assureur (" passeport europeen,,), elle permet desormais a toute entreprise agreee dans un des 18 Etats de l'espace economique europeen - les 15 de l'ue, la Norvege, l'islande et Ie Liechtenstein - de commercialiser, en liberte d'etablissement comme en LPS, I'ensemble de ses produits sur tout Ie territoire europeen, en assurance vie individuelle carnine en assurance de groupe, en etant soumise pour I'essentiel au controle et aux lois de l'etat de son siege social (c'est-a-dire de l'etat qui I'a agreee). Ce recentrage des pouvoirs de surveillance s'est accompagne d'une simplification substantielle des procedures (suppression des doubles agrements en regime d'etablissement et en LPS active) et d'une reorientation fondamentale du controle de I'assurance : Ie controle prealable des produits et des tarifs (controle materiel a priori) a fait place, dans une tres large mesure, a un controle de I'entreprise ellemome (situation financiere, solvabilite, direction, actionnariat). En mome temps, les regles de placement des provisions techniques - desormais definies par Ie seul Etat " d'origine " - ont ete assouplies en vue de satisfaire au principe fondamental de la libre circulation des capitaux. 2 Doc. Me 074 (06/93) 22

20 CHAPITRE2, QUELQUES NOTIONS ET DEFINITIONS ESSENTIELLES Plusieurs concepts fondamentaux sont utilises de maniere recurrente dans Ie Vademecum; il a des lars paru utile de les definir a titre liminaire. D'autres concepts - d'application plus limitee - sont par ailleurs explicites dans I'ouvrage, a I'endroit qui paraissait Ie plus indique liberte (ou regime) d'etablissement Le fait pour une entreprise d'assurance, dont Ie siege social (siege principal) est etabli et agree dans un Etat membre de l'espace economique europeen, d'ouvrir dans un autre Etat membre une «agence au succursale» (voir ci-dessous, point 2.3.), afin d'y exercer des activites d'assurance liberte de prestation de services (LPS) Le fait pour une entreprise d'assurance, agreee dans u;" Etat membre de l'espace ecanomique europeen, de couvrir, it partir d'un etablissement (siege socia\, filiale, succursale) situe dans un Etat membre, un engagement situe dans un autre Etat membre Succursale (ou agence) Emanation du siege social de I'entreprise d'assurance - a la difference de la filiale -, la succursale n'a pas de personnalite juridique propre. (articles 3 DLPS et 1, Iittera b DLU), (article 1 V, littera b. Code CEA) Doit etre assimilee a une succursale au agence toute presence permanente d'une entreprise, merne si cette presence n'a pas pris la forme d'une succursale au agence au s'exerce par Ie moyen d'un simple bureau gere par Ie propre personnel de I'entreprise, au d'une personne independante mais mandatee pour agir en permanence pour I'entreprise comme Ie ferait une agence. 3 Varret GEBHARD du 30 novembre 1995 ajuge que le prestaraire de services, au sens du ttaite, pouvait se doter, dans ""Brat de la prestation, d'l/ne certaine in[rrutructure (cabinet, bureart, etude) dans fa mesur OU celle-ci etait necessaire at/x fins de I'accomplissement de la prestation en cause. 23

21 COMITE EUROPEEN DES ASSURANCES - VADEMECUM VIE La frontiere entre liberte d'6tabfissement et fibre prestation de services D'apres les directives 4, trois elements essentiels caracterisent le regime de!'etablissement : I' existence, dans Ie pays d' activites : -d'1i1u' presencepelmanente (quelle qhe soit sa forme), -daree d'un mandat permanent, - pour agir en permanence comme Ie ferait une agence. Par conseqttent : - si.fastntcturepermanenre a requ un mandatpour accomplif, demaniere permanente, /' ensemble desojjerations inherenres ii desllctivires d' assurance, I' on est enregime d' etablissement,-j - atinverse, si Ia presencepertnanente a re<;11 de l' assureur lin mandat oecasionne/pour une affaire dete1minee, I' on est en regime de LPS. La Commission europeenne prepareactueuement unprojet de communication sur Ia libre J>restationde setviceset l'interetgeneral en assurance, qui contiendra des orientations plus precisessur leseriteres de distinction entre Ie regime d' etablissement et eeluide Ia ips, Au-deliide cescertitudes, il estpourl'heure tres diffidle en pratique de tracer une frontiere daireetnette- et commune ii tous les march s-entre fa liberte d'etablissement et Ia LPS. Lorsqud'infol-mati6n iaii disponible, 6n a reproduit, sousla forme d' untableau, fa«jurisprudimceadmiilistrative» de diffireniesautorites de contr8le, enindiquant la qualification (liberre d'etablissementou LPS I) que celleseci (en tant qu'auioritti du pays de l'engagement) attachentdans les faits a une serie de cas de!igurereputes Ie plus frequents dans Ia pratiqhedes affaires. 4 Voir aussi la communicativn interpretative de la Commission europienne concernant kllibre circulation transfroijdere des servjces, IOCE, n" C. 334 du 9 decembr, _._

ci-après, chacune séparément, "l'autorité" et ensemble, "les Autorités",

ci-après, chacune séparément, l'autorité et ensemble, les Autorités, 1 Protocole d'accord entre la Banque nationale de Belgique et l'autorité des services et marchés financiers concernant les entreprises d'investissement étrangères La Banque nationale de Belgique (ci-après,

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992. Affaire C-204/90. Hanns-Martin Bachmann contre État belge. Sur l article 48 du traité

CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992. Affaire C-204/90. Hanns-Martin Bachmann contre État belge. Sur l article 48 du traité CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992 Affaire C-204/90 Hanns-Martin Bachmann contre État belge 1. Par arrêt du 28 juin 1990, parvenu à la Cour le 5 juillet suivant, la Cour de cassation de Belgique a

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

CVO14051 Le 2 septembre 2014 AVIS DE CHANGEMENT D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Nouveau modèle. Note explicative 1

CVO14051 Le 2 septembre 2014 AVIS DE CHANGEMENT D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Nouveau modèle. Note explicative 1 CVO14051 Le 2 septembre 2014 AVIS DE CHANGEMENT D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES Nouveau modèle Note explicative 1 A. Introduction Le remplacement d un intermédiaire d assurances, à l initiative du client,

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 04.04.2002 SEC(2002) 335 final 2000/0213 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 251, paragraphe 2, deuxième

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

en Île-de-France l Ordre des architectes

en Île-de-France l Ordre des architectes l Madame, Mademoiselle, Monsieur, Nous sommes heureux que vous nous ayez fait part de votre volonté d enregistrer ou de renouveler votre prestation de services à l Ordre des Architectes d Île-de-France.

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION DE DEPOT

MODELE DE CONVENTION DE DEPOT MODELE DE CONVENTION DE DEPOT La présente convention est conclue entre: 1. l'entreprise d'assurances / le fonds de pension... dont le siège social est établi à..., ci-après dénommée l'entreprise d'assurances

Plus en détail

Défaillance d une entreprise d assurance

Défaillance d une entreprise d assurance Livret de l indemnisation Défaillance d une entreprise d assurance Mission du Fonds de Garantie 1 Accident de circulation 2 Accident de chasse 1 Mission du Fonds de Garantie > Un dispositif protecteur

Plus en détail

Thème I Qu est-ce que le droit?

Thème I Qu est-ce que le droit? Objectifs du chapitre : - Identifier les sources de droit - Comprendre la hiérarchie des sources de droit Découverte 1 : les sources communautaires du droit Les femmes paieront bientôt leur assurance auto

Plus en détail

Date : Août 2015. L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION?

Date : Août 2015. L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION? boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes. (Actes dont la publication est une condition de leur applicabilité)

Journal officiel des Communautés européennes. (Actes dont la publication est une condition de leur applicabilité) 21.6.2001 FR Journal officiel des Communautés européennes L 165/1 I (Actes dont la publication est une condition de leur applicabilité) RÈGLEMENT (CE) N o 1207/2001 DU CONSEIL du 11 juin 2001 relatif aux

Plus en détail

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour:

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour: Règlement (CEE) n 3598/84 du Conseil sur l'aide financière destinée à l'amélioration des structures agricoles et de pêche au Portugal (18 décembre 1984) Légende: Le 18 décembre 1984, dans la perspective

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

DEMANDER LE DOSSIER D ADHESION A assurances@cigversailles.fr

DEMANDER LE DOSSIER D ADHESION A assurances@cigversailles.fr DEMANDER LE DOSSIER D ADHESION A assurances@cigversailles.fr CONVENTION D'ADHESION A LA CONVENTION DE PARTICIPATION A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE 2013-2018 SOUSCRITE PAR LE CIG GRANDE COURONNE

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI.

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI. C O N V E N T I O N RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE DANS LES MISSIONS HUMANITAIRES DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE ENTRE : LE CENTRE HOSPITALIER ET UNIVERSITAIRE De, représenté par

Plus en détail

OBJET. Réforme de l assurance maladie : aide à l acquisition d une couverture complémentaire présentation du dispositif, modalités de mise en œuvre.

OBJET. Réforme de l assurance maladie : aide à l acquisition d une couverture complémentaire présentation du dispositif, modalités de mise en œuvre. DATE : Levallois, le 19 mai 2005 REFERENCES : Circulaire n 14/2005 DESTINATAIRES - Associations, congrégations et collectivités religieuses - Les Maisons agréées par la Mutuelle Saint-Martin OBJET Réforme

Plus en détail

Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement (98/5/CE)

Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement (98/5/CE) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie Texte original Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie 0.274.187.631 Conclue le 1 er juin 1933 Approuvée par l Assemblée fédérale le 12

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

I. Il est inséré au titre quatrième du livre premier du code des assurances (partie législative) un chapitre ainsi rédigé :

I. Il est inséré au titre quatrième du livre premier du code des assurances (partie législative) un chapitre ainsi rédigé : Dispositions législatives de transposition de la directive n 2003/41 CE pour ce qui concerne les entreprises d'assurance Article 1 er I. Il est inséré au titre quatrième du livre premier du code des assurances

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET 2001 COMITÉ EUROPÉEN DES ASSURANCES Ce document est également disponible en allemand et en anglais. Objectifs Le guide de bonne

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Avril 2013 TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Position de l Afep et de l Ansa L Afep et l Ansa soutiennent l adoption par la Commission européenne d une directive sur le

Plus en détail

Convention de mobilité européenne. Elève d un pays de l Union Européenne effectuant une mobilité en France

Convention de mobilité européenne. Elève d un pays de l Union Européenne effectuant une mobilité en France Convention de mobilité européenne. Elève d un pays de l Union Européenne effectuant une mobilité en France Préambule : Les présentes dispositions sont applicables aux périodes de formation effectuées durant

Plus en détail

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière En application de l article L. 316-1 du Code monétaire et financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différends

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

«courtier» : un broker ou un dealer au sens de la Loi de 1934 dont l'établissement principal est situé aux États-Unis d'amérique;

«courtier» : un broker ou un dealer au sens de la Loi de 1934 dont l'établissement principal est situé aux États-Unis d'amérique; NORME CANADIENNE 35-101 DISPENSE CONDITIONNELLE D INSCRIPTION ACCORDÉE AUX COURTIERS ET AUX REPRÉSENTANTS DES ÉTATS-UNIS PARTIE 1 DÉFINITIONS 1.1 Définitions - Dans la présente norme, on entend par : «courtier»

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 30 août 2007 N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 24 août 2007. PROJET DE

Plus en détail

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 LA PARTICIPATION DES EMPLOYEURS TERRITORIAUX AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE Textes de référence : - Loi n 83-634 du 13 juillet

Plus en détail

ANNEXE. à la. proposition de décision du Conseil

ANNEXE. à la. proposition de décision du Conseil COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.4.2016 COM(2016) 174 final ANNEX 14 ANNEXE à la proposition de décision du Conseil relative à la conclusion du protocole d adhésion à l accord commercial entre l Union

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

DIRECTIVE 2001/23/CE DU CONSEIL

DIRECTIVE 2001/23/CE DU CONSEIL L 82/16 DIRECTIVE 2001/23/CE DU CONSEIL du 12 mars 2001 concernant le rapprochement des législations des États membres relatives au maintien des droits des travailleurs en cas de transfert d'entreprises,

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies PREAMBULE Les tarifs réglementés de vente de gaz naturel et d électricité appliqués en France seront progressivement

Plus en détail

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Dates Les différentes étapes de l ANI et de la réécriture de l article L. 912-1 du code de la sécurité sociale 9 et 10 juillet 2012 Grande conférence

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

Règlement des stages Février 2015

Règlement des stages Février 2015 Règlement des stages Février 2015 Article 1.- Valorisation du stage 1.1. Les étudiants inscrits dans le bloc 2 du master en droit à la Faculté de droit et de criminologie de l ULB ont la possibilité d

Plus en détail

Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance

Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Assurance dommages Entreprises d assurance avec

Plus en détail

DÉCLARATION DU CANDIDAT

DÉCLARATION DU CANDIDAT DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES MISE A JOUR OCTOBRE 2008 MARCHÉS PUBLICS/ACCORDS-CADRES DÉCLARATION DU CANDIDAT En cas de candidatures groupées, remplir une déclaration de candidature par membre du groupement.

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE

GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE INDUSTRIE TEXTILE GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE SALARIÉS NON CADRES CONDITIONS GÉNÉRALES N 3760 Incapacité temporaire de travail SOMMAIRE ARTICLE 1 OBJET DU CONTRAT 3 ARTICLE 2 SOUSCRIPTION DU CONTRAT 3

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 24 mars 2004 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Article 3 : Complément à l objet de l association

REGLEMENT INTERIEUR. Article 3 : Complément à l objet de l association Titre 1 - Définitions ASSOCIATION AGREEE DE GESTION DES PROFESSIONS LIBERALES DES ALPES Association déclarée, régie par la Loi du 1er juillet 1901; Agréée par Monsieur le Directeur Régional le 30/03/1981

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Résumé des dispositions de la directive visant à améliorer l accès à la justice dans les affaires transfrontalières par l établissement de

Plus en détail

AUTORITE DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

AUTORITE DE CONTRÔLE PRUDENTIEL AUTORITE DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Instruction n o 2012-I-06 du 13 novembre 2012 relative à la composition du dossier d avenant à une convention de substitution L Autorité de contrôle prudentiel, Vu le Code

Plus en détail

Position AMF Guide sur les régimes de commercialisation des OPCVM et des FIA en France DOC 2014-04

Position AMF Guide sur les régimes de commercialisation des OPCVM et des FIA en France DOC 2014-04 Position AMF Guide sur les régimes de commercialisation des OPCVM et des FIA en France DOC Texte de référence : articles L. 214-2-2 et L. 214-24-1 du code monétaire et financier. L AMF, soucieuse d accompagner

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants.

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. PROJET DE LOI adopté le 18 avril 1991 N 101 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. Le Sénat

Plus en détail

Contrat. Apporteur d'affaires

Contrat. Apporteur d'affaires Contrat - Apporteur d'affaires Entre les soussignés : [Raison sociale de la société, forme juridique, adresse de son siège social, numéro d immatriculation au RCS et ville où se trouve le greffe qui tient

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE LA COMMERCIALISATION DES SERVICES D ASSURANCE PAR LE RESEAU POSTAL CONDITIONS GENERALES

CONVENTION CADRE DE LA COMMERCIALISATION DES SERVICES D ASSURANCE PAR LE RESEAU POSTAL CONDITIONS GENERALES CONVENTION CADRE DE LA COMMERCIALISATION DES SERVICES D ASSURANCE PAR LE RESEAU POSTAL CONDITIONS GENERALES En vertu de la présente convention, conclue entre l Office National des Postes, établissement

Plus en détail

SUBVENTIONS D INTéRêT

SUBVENTIONS D INTéRêT DISPOSITIONS COMPLÉMENTAIRES - SUBVENTIONS D INTÉRÊT 1 SUBVENTIONS D INTéRêT Sommaire Loi modifiée du 22 juin 1963 fixant le régime des traitements des fonctionnaires de l Etat (Extrait: Art. 29sexties)

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

B.O.I. N 63 DU 14 JUIN 2010 [BOI 5J-1-10]

B.O.I. N 63 DU 14 JUIN 2010 [BOI 5J-1-10] B.O.I. N 63 DU 14 JUIN 2010 [BOI 5J-1-10] Références du document 5J-1-10 Date du document 14/06/10 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 5 J-1-10 N 63 DU 14 JUIN 2010 INSTRUCTION DU 4 JUIN 2010 EXPERTS-COMPTABLES,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

LISTE DES EXPERTS PLAISANCE RECOMMANDÉS PAR LE CESAM

LISTE DES EXPERTS PLAISANCE RECOMMANDÉS PAR LE CESAM LISTE DES EXPERTS PLAISANCE RECOMMANDÉS PAR LE CESAM Le CESAM met à la disposition de ses adhérents et de leurs assurés un réseau d Experts recommandés en matière de navigation de plaisance (maritime,

Plus en détail

COMPTE EPARGNE-TEMPS. En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11

COMPTE EPARGNE-TEMPS. En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11 COMPTE EPARGNE-TEMPS En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11 PRESENTATION GENERALE DU DISPOSITIF SOMMAIRE I. CADRE GENERAL

Plus en détail

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection PROCEDURE NEGOCIEE AVEC PUBLICITE PREALABLE POUR UNE MISSION DE CONSEIL ET D APPUI EN MATIÈRE DE L'ÉLABORATION D'UN CADRE GÉNÉRAL CONCERNANT

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion.

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion. EN PARTENARIAT AVEC Objet : Lettre avenant - Evolution des dispositions du régime d assurance Complémentaire Santé de vos salariés non cadres. Accord départemental du 3 septembre 2009. Raison sociale 1

Plus en détail

1. La réception de fonds du public

1. La réception de fonds du public BANQUE L'activité des banques et établissements financiers est régie par la loi du 24.01.1984 complétée par deux décrets du 24.07.1984 et un décret du 27.03.1985. I. CHAMP D'APPLICATION A. Définition 23/07/2012

Plus en détail

MODIFICATION DU CONTRAT DE TRAVAIL

MODIFICATION DU CONTRAT DE TRAVAIL MODIFICATION DU CONTRAT DE TRAVAIL 06/11/2008 Le contrat de travail fait en principe la loi entre les parties qui sont tenues d'en respecter les clauses. Toutefois, dans la mesure où il s'agit d'un contrat

Plus en détail

Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance

Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Assurance dommages Institutions d assurance dommages

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

Luxembourg, le 22 octobre 2001

Luxembourg, le 22 octobre 2001 Luxembourg, le 22 octobre 2001 Lettre circulaire 01/7 du Commissariat aux Assurances relative au dépôt des actifs représentatifs des provisions techniques des entreprises d'assurances directes et des fonds

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Chapitre 1er. Les intermédiaires d'assurances ou de réassurances

Chapitre 1er. Les intermédiaires d'assurances ou de réassurances Projet de règlement grand-ducal concernant les modalités d'agrément et d'exercice des intermédiaires d'assurances et de réassurances ainsi que des PSA Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau;

Plus en détail

CONVENTION DE PARTICIPATION PROJET

CONVENTION DE PARTICIPATION PROJET PROCEDURE DE MISE EN CONCURRENCE (Application du décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011) CONVENTION DE PARTICIPATION PROJET Objet de la consultation : CONCLUSION D'UNE CONVENTION DE PARTICIPATION AU FINANCEMENT

Plus en détail

La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation. Atelier de la Profession

La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation. Atelier de la Profession La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation Atelier de la Profession INTERVENANTS Pierre FAUCHER Expert-Comptable Rapporteur en charge du social Henri SCHMELTZ Expert-Comptable

Plus en détail

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012 COURTIER EN ASSURANCE 23/07/2012 Le courtier d assurance est un commerçant qui fait à titre principal des actes d entremise dont le caractère est commercial. A ce titre, il doit s inscrire au Registre

Plus en détail

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca APA-0040 Le 20 mai 2005 AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE Entre les soussignées, La CAISSE D'ASSURANCE RETRAITE ET DE LA SANTE AU TRAVAIL MIDI-PYRENEES ci-dessous dénommée la «Caisse», dont le siège est actuellement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

ACTE D ENGAGEMENT. OBJET DU MARCHE : Marché de travaux destinés à la mise en place d une exposition 14/18 au musée de l air et de l espace.

ACTE D ENGAGEMENT. OBJET DU MARCHE : Marché de travaux destinés à la mise en place d une exposition 14/18 au musée de l air et de l espace. ACTE D ENGAGEMENT OBJET DU MARCHE : Marché de travaux destinés à la mise en place d une exposition 14/18 au musée de l air et de l espace. Pouvoir adjudicateur : Musée de l air et de l Espace Adresse :

Plus en détail

DIRECTIVES EUROPÉENNES

DIRECTIVES EUROPÉENNES DIRECTIVES EUROPÉENNES 201 5 textes coordonnés à jour au 11 JUILLET 2008 Recueil réalisé par le MINISTÈRE D ÉTAT - SERVICE CENTRAL DE LÉGISLATION www.legilux.lu 2 Directives Européennes Sommaire Traité

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé A partir du 1 er janvier 2016, toutes les entreprises seront dans l'obligation de proposer une couverture santé minimale

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

Complétez les mentions en rouge

Complétez les mentions en rouge Complétez les mentions en rouge DECISION UNILATERALE DE L EMPLOYEUR INSTITUANT / REGULARISANT UN REGIME COLLECTIF COMPLEMENTAIRE OBLIGATOIRE DE PREVOYANCE COUVRANT LES FRAIS DE SOINS DE SANTE Document

Plus en détail

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CONFERENCE I N T E R A F R I C A I N E D E S M A R C H E S D A S S U R A N C E S C O N S E I L D E S M I N I S T R E S D E S A S S U R A N C E S REGLEMENT N /CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT

Plus en détail

Intermédiaires en Assurance

Intermédiaires en Assurance Intermédiaires en Assurance 1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail