Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»"

Transcription

1 Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008

2 Sommaire 1. Pourquoi utiliser un modèle pour le calcul des Provisions Techniques 2. Comment construire et maintenir un modèle 3. Comment calculer les Provisions Techniques d un contrat d épargne via un modèle 2

3 Calcul actuel des Provisions Techniques Épargne Capitalisation des flux passés Retraite Différence entre engagements de l assureur et engagements des assurés Prévoyance Engagements de l assureur, estimation des IBNR 3

4 Calcul actuel des Provisions Techniques Critiques : Émergence des profits non économique Utilisation d autres indicateurs que les PT pour échanger des profits d assurance Prise en compte non explicite des options et garanties financières Émergence de provisions complémentaires (pour risque de taux, pour garantie plancher, ) Prise en compte perfectible des coûts de gestion des contrats Provision Globale de Gestion 4

5 Principe des IFRS Actifs en coût historique amorti Passifs à la valeur capitalisée ou actuarielle Bilan comptable Actifs Capital Provisions techniques Bilan Economique Actifs en valeur de marché Valeur éco du capital Valeur économique des provisions Actifs et Passifs en valeur économique 5

6 Exigence de Solvabilité actuelle : Provisions Techniques x [1% ou 4%] Principes Solvabilité II Bilan comptable Actifs Capital Provisions techniques Actions Immo Hausse de taux Crédit Technique Opérationnel Autres Capital Economique Bilan Economique Actifs en valeur de marché Valeur éco du capital Valeur économique des provisions Risques Actions Immobilier Taux d intérêt Crédit Concentration / liquidité Devise Souscription Provisionnement Opérationnels 6

7 Calcul des PT via un modèle interne Reconnaissance du modèle conditionnée au fait qu il : améliore la gestion des risques reflète mieux le profil des risques que la formule standard Le modèle doit avoir les caractéristiques d un modèle de projections Actif / Passif stochastique Choix du modèle Retour à la formule standard impossible Les principaux tests de validation à réaliser sont : tests statistiques back testing stabilité paramétrage (auditabilité + comparaison avec le marché) utilisation : justification et documentation du rôle du modèle dans les prises de décisions managériales 7

8 Cadrage du besoin Besoin d un calcul économique des PT (fair value) Besoin de projeter tous les flux futurs de manière cohérente entre eux et avec les caractéristiques du portefeuille de passifs et d actifs Besoin de prendre en compte les options Projections stochastiques (ou approches par formules fermées, souvent peu opérationnelles) Besoin de prendre en compte le comportement futur des assurés Besoin de prendre en compte le comportement futur (normatif) de l assureur Nécessité d avoir la possibilité de communiquer les résultats du modèle au management 8

9 Déclinaison opérationnelle du besoin Projection de tous les flux futurs Actionnaire État Assurés Choix du maillage Choix entre précision et vitesse (voire même faisabilité du calcul) Choix du paramétrage Formations du management Transparisation de la cinématique du modèle pour le management 9

10 Sommaire 1. Pourquoi utiliser un modèle pour le calcul des Provisions Techniques 2. Comment construire et maintenir un modèle 3. Comment calculer les Provisions Techniques d un contrat d épargne via un modèle 10

11 Étapes en amont de la construction Œuvre pédagogique et de sensibilisation du management Inventaire des services et missions impactés par la projection de flux futurs Inventaire Calcul Valeur Calcul Capital Économique Actuariat produits Inventaire des modèles éventuellement déjà existant Enfin, rédaction du cahier des charges 11

12 Cahier des charges Les finalités du modèle La taille (et le maillage) des bases sous-jacentes Les types de produits Les types d utilisations / utilisateurs La structure du modèle 12

13 La structure du modèle (un exemple) Générateur Scénarios économiques aléatoires (risque neutre) Base de données ACTIFS Caractéristiques économiques et comptables : - Bases de gestion - Comptabilité des titres - Reporting financier Base de données PASSIFS Caractéristiques économiques et comptables : - Bases de gestion - Plan stratégique - Comptabilité, États réglementaires Mod Modèle Portefeuille d Actifs Modèle Actif / Passif Interaction dynamique Modèle Portefeuille de Passifs Projections stochastiques et indicateurs 13

14 Structure opérationnelle Modèle déterministe - Projections détaillées des passifs, rendements financiers synthétiques - Pas d interactions actif / passif - Pas de projections du bilan - Pas de projections stochastiques Calibrage des modèles Modèle stochastique - Projections agrégées de compte de résultats et bilan - Calculs stochastiques 14

15 Exemples d écueils à éviter Dans la modélisation Précision vs. simplicité (contrainte pour le stochastique) Dans le paramétrage Doubles comptages : PVL, primes, frais Dans les données de base Nombre d inputs potentiellement énorme Dans les scénarios financiers Maîtrise de la probabilité risque neutre 15

16 Sommaire 1. Pourquoi utiliser un modèle pour le calcul des Provisions Techniques 2. Comment construire et maintenir un modèle 3. Comment calculer les Provisions Techniques d un contrat d épargne via un modèle 16

17 Principe du Bilan Économique Fair value des passifs = moyenne des valeurs actualisées des cash flows de prestations futures de 1000 scénarios financiers. Les cash flows de prestations en assurance vie sont composés : des rachats des décès des termes des arrérages des frais 17

18 Principe du Bilan Économique PARAMETRAGE Scenarios Macro Economiques Portefeuilles d actifs Passifs Bilan comptable Capital Actifs MODELISATION Modèle Interne Provisions techniques PROJECTIONS DE CASH FLOWS SORTIES : cash flows futurs Actifs Passifs Résultats Bilan Economique VALORISATION Valeur de marché des Actifs Fair Values des Passifs Validation Embedded value Actifs en valeur de marché Capital disponible Valeur économique des provisions 18 4

19 Exemple sur l épargne UC Contrat d épargne en UC, durée totale 8 ans, durée restante 4 ans au 31/12/2007 Primes de 10M, encours restant après 4 ans 20M Chargements sur prime de 1% Chargements sur encours de 0.5% par an Frais d acquisition de 1.2% de la prime Frais de gestion de par an Rachats de 1% par an Courbe de taux sans risque plate à 4% Quelle est la provision technique du contrat au 31/12/2007? 19

20 Exemple sur l épargne UC : solution en K Primes Produits financiers Variation PM Prestations Frais (charge) Résultat PM (31/12/n-1) Chargements (produit) Résultat actionnaire (31/12/n-1) 340 dont état : PT (31/12/n-1) TOTAL

21 Exemple sur l épargne UC : remarques Provisions Techniques < Valeur de Marché des actifs En effet, les contrats en UC ont une MCEV > 0 (et normalement, leur rentabilité est même plus élevée que les contrats en ) D où un besoin d une réglementation cohérente (qui admette que les provisions techniques en UC soient inférieures à la VM des actifs) si l on veut que les compagnies utilisent le modèle interne pour leurs choix de gestion 21

22 Les management rules Management Rules = politique de gestion du management en matière de : allocation stratégique d actifs dégagement de marge financière PB commerciale utilisation des richesses latentes prise en compte du comportement des assurés 22

23 Allocation stratégique d actifs Allocation cible : Allocation constatée Allocation venant d études spécifiques Suivi de l allocation : Pas de suivi Suivi en Valeur Comptable Suivi en Valeur de Marché Réalisation des Plus-Values Latentes Pendant la réallocation Automatique Soumise à autres conditions 23

24 Dégagement de marge financière Une alternative structurante : L assureur dégage toujours sa marge sur encours, quitte à ne pas satisfaire la contrainte commerciale L assureur essaye d abord de satisfaire la contrainte commerciale avant de dégager sa marge 24

25 PB commerciale L assureur est confronté : A ses concurrents, ayant des caractéristiques similaires (quelques obligations lui permettant de servir un peu plus que les taux d état) A d éventuels nouveaux entrants, pouvant servir un taux supérieur si les taux montaient abruptement Il est donc contraint à servir des taux cibles en ligne avec le marché s il veut garder les clients Comment peut-il construire son taux afin de satisfaire cette contrainte? 25

26 Utilisation des richesses latentes Si les revenus financiers courants ne sont pas suffisants, l assureur peut recourir aux richesses latentes : Plus-values latentes PPE Il reste à définir l ordre d utilisation : Entre PPE et PVL Entre PVL des différentes classes d actifs De plus, la PPE doit être limitée dans le temps afin d éviter l émergence de bilans anormaux 26

27 Comportement des assurés Fonction de réaction des assurés : Peu d observations pour la calibrer, même au niveau du marché français Tentative de définition de l IA, reprise par l ACAM dans les guidelines nationales pour le QIS 4 27

28 Interactions entre les management rules L interaction entre les management rules et leur ordre d intervention est tout aussi structurant et important que chacune des management rules Par exemple : Réalisation des PVL avant ou après réallocation des actifs Dégagement de la marge de l assureur avant ou après prise en compte de la distribution de PB 28

LA GESTION ACTIF / PASSIF A LA CNP plus quelques digressions sur les normes IFRS

LA GESTION ACTIF / PASSIF A LA CNP plus quelques digressions sur les normes IFRS LA GESTION ACTIF / PASSIF A LA CNP plus quelques digressions sur les normes IFRS UNE ORGANISATION FAVORABLE A L EMERGENCE DE LA GESTION ACTIF-PASSIF - séparation des rôles de l assureur, responsable du

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Une meilleure prise en compte des options et des garanties Ferdia Byrne, Claire Lasvergnas 23 septembre 2003 Les principes L'application Le marché français

Plus en détail

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Colloque du CNAM 6 octobre 2011 Intervenants OPTIMIND Gildas Robert actuaire ERM, senior manager AGENDA Introduction Partie 1 Mesures de

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

Aprecialis Actuariat conseil

Aprecialis Actuariat conseil Actuariat conseil des prestations adaptées Les domaines Aprecialis intervient sur la totalité de la technique assurantielle, en individuel ou collectif : En assurances de personnes : assurance vie en uros

Plus en détail

Institut des Actuaires

Institut des Actuaires Institut des Actuaires Commission comptable Avis de l IA sur l application des nouvelles tables de mortalité Grégory Boutier Références, avis de l Institut des Actuaires Rentes viagères Contrats vie et

Plus en détail

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Le développement de l assurance vie résulte de circonstances exceptionnelles (fiscalité, baisse des taux d intérêt, contractualisation

Plus en détail

FANAF 2011 - DAKAR GESTION DES ACTIFS DE SOCIETES D ASSURANCE ET OPTIMISATION DE LEUR RENDEMENT. - Principe d allocation de Portefeuille

FANAF 2011 - DAKAR GESTION DES ACTIFS DE SOCIETES D ASSURANCE ET OPTIMISATION DE LEUR RENDEMENT. - Principe d allocation de Portefeuille FANAF 2011 - DAKAR GESTION DES ACTIFS DE SOCIETES D ASSURANCE ET OPTIMISATION DE LEUR RENDEMENT - Principe d allocation de Portefeuille - Innovation par les produits multi supports CISSE ABDOU CISCO CONSULTING

Plus en détail

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Reconnu comme établissement d utilité publique par décret du 30 octobre 1896 AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Les avis de l Institut des actuaires n

Plus en détail

Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs

Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs Régis WEISSLINGER Séminaire SEPIA 10 juin 2008 Page n 1 Sommaire Introduction

Plus en détail

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Paris, vendredi 28 mai 2010 Cédric AKAKPO-MAXWELL cmaxwell@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu

Plus en détail

Formation «Fonctionnement, réglementation et risques de l assurance»

Formation «Fonctionnement, réglementation et risques de l assurance» Formation «Fonctionnement, réglementation et risques de l assurance» REFERENCE : 113 1. Objectif général Connaître les normes applicables à l assurance. Comprendre le fonctionnement d une compagnie. Analyser

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance 10 juillet 2012 Intervention à l Université d Eté de l Institut des Actuaires Gildas Robert Actuaire Senior Manager Frédérique

Plus en détail

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 3. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 3. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance. Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance Partie 3 Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.org Partie 3 : Analyse prospective des résultats d une compagnie

Plus en détail

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS Journées d études 2011 Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS FRACTALES 0 Journées d études 2011 Sommaire Projet SIGMA 1 ère partie 1. Durée, duration, sensibilité 2. Sensibilité locale du BE Applications

Plus en détail

Solution logicielle pour le pilotage et l ERM. Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010

Solution logicielle pour le pilotage et l ERM. Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010 Présentation d ERMS Solution logicielle pour le pilotage et l ERM Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010 Sommaire 1 Présentation d ACTUARIS 2 Les problématiques rencontrées 3 Présentation d ERMS

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value FIXAGE Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value Petit-déjeuner du 9 janvier 2003 animé par Michel PIERMAY et Arnaud COHEN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick 75008 Paris

Plus en détail

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire JJ Mois Année Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 1 PLAN Solvabilité 2 : présentation de la réforme Le rôle de l actuaire dans Solvabilité 2 Que fait

Plus en détail

Évaluation de contrats. une problématique actuelle. Pierre THEROND. Séminaire ISFA-ENSIMAG Lyon, 13 mars 2008. ptherond@winter-associes.

Évaluation de contrats. une problématique actuelle. Pierre THEROND. Séminaire ISFA-ENSIMAG Lyon, 13 mars 2008. ptherond@winter-associes. Évaluation de contrats d assurance vie en euro : une problématique actuelle Séminaire ISFA-ENSIMAG Lyon, 13 mars 2008 Pierre THEROND ptherond@winter-associes.fr Introduction ti Les contrats d assurance

Plus en détail

Options implicites d un contrat d assurance-vie en euros

Options implicites d un contrat d assurance-vie en euros Petit déjeuner de l AFGAP Options implicites d un contrat d assurance-vie en euros Hélène Denis 7 avril 2005 Introduction Insuffisance de la provision mathématique à refléter les engagements de l assureur.

Plus en détail

Normes IFRS et Solvabilité 2

Normes IFRS et Solvabilité 2 Normes IFRS et Solvabilité 2 Norme IFRS 4 contrats d assurance Lyon, lundi 28 septembre 2009 Pierre Thérond http://www.pierretherond.fr Sommaire 1. Historique 2. Champ d application 3. Principales caractéristiques

Plus en détail

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 SCOR VIE Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 Présentation du Paris Avertissement Certaines informations contenues dans cette présentation pouvant être des informations de nature prospective

Plus en détail

Solvabilité II : Quel avenir?

Solvabilité II : Quel avenir? Solvabilité II : Quel avenir? Rapprochement MCEV et Solvabilité II Colloque Actuariat CNAM 06 octobre 2011 Actuariat réalité Plan «actuariat» - Similitudes techniques (et quelques différences) - mais objectifs

Plus en détail

Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER

Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER HEPTA CONSULT S.A. 5, ZAI de Bourmicht L-8070 BERTRANGE Introduction 1. Qu est ce qu un produit d assurance? Définition intrinsèque : ses caractéristiques.

Plus en détail

Comptes et plans d épargne-logement

Comptes et plans d épargne-logement Page 1 of 6 Alerte Banques n 2 - avril 2006 ARCHIVES I IMPRIMER Comptes et plans d épargne-logement L avis du CNC relatif à la comptabilisation des CEL et PEL pose le principe suivant : les conséquences

Plus en détail

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1.1 La notion d embedded value La présente communication porte sur l Embedded Value agrégée des deux sociétés Vie qui sont détenues à 100% par Foyer S.A., à savoir

Plus en détail

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Denis Duverne et Antoine Lissowski Membres du CFO Forum Paris, le 25 juillet 2006 Sommaire Qui sommes-nous? Quelle est la finalité de la comptabilité?

Plus en détail

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Optimind Winter respecte les meilleurs standards européens sur l ensemble des expertises associées à la chaîne des risques des organismes assureurs,

Plus en détail

Annexes Financières. au 30 juin 2008. Août 2008

Annexes Financières. au 30 juin 2008. Août 2008 Annexes Financières au 30 juin 2008 Août 2008 1 Présentation du résultat RBE = Produit Net d Assurance Frais = le résultat opérationnel comptable hors effet des marchés sur le portefeuille trading plus-values

Plus en détail

Revenus totaux : 3 337 M (+ 3,2 %) Résultat brut d exploitation : 2 442 M (+ 3,7 %) Résultat net part du Groupe : 1 080 M (+ 4,8 %)

Revenus totaux : 3 337 M (+ 3,2 %) Résultat brut d exploitation : 2 442 M (+ 3,7 %) Résultat net part du Groupe : 1 080 M (+ 4,8 %) Paris, le 19 février 2015 Communiqué Résultats annuels 2014 Un résultat net part du Groupe de 1 080 M, en augmentation de 4,8 %., premier assureur de personnes en France, présent en Europe et en Amérique

Plus en détail

IFRS - Principes clés. Le 6 janvier 2005

IFRS - Principes clés. Le 6 janvier 2005 IFRS - Principes clés Le 6 janvier 2005 Avertissement La présentation ci-après donne une vue d ensemble des normes IFRS en l état actuel des informations disponibles. Un certain degré d incertitude demeure

Plus en détail

Évaluation de contrats d épargne en euros

Évaluation de contrats d épargne en euros Évaluation de contrats d épargne en euros Séminaire Sépia «Utilisation de modèles financiers en assurance» Paris, 18 décembre 2007 Pierre THEROND Actuaire conseil ptherond@winter-associes.fr Introduction

Plus en détail

Les attentes du marché

Les attentes du marché www.pwc.com Les attentes du marché Octobre 2012 L état des lieux à propos des formats de reporting et de l appropriation par le marché du XBRL La taxonomie XBRL pour les reportings Solvabilité 2 a fait

Plus en détail

Passer de la Formule Standard au Modèle Interne

Passer de la Formule Standard au Modèle Interne Passer de la Formule Standard au Modèle Interne EMB Igloo Stéphane Chappellier Fabien Faivre 27 mars 2010 2008-2010 EMB. Tous droits réservés. Slide 1 Sommaire Le réseau global EMB EMB Igloo Introduction

Plus en détail

Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios»

Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Anne LARPIN, CFO SL France Stéphane CAMON, CRO SL France 1 Executive summary Le bouleversement de la réglementation financière

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

Conférence XBRL France. Projet Reporting S2 Groupe CNP Assurances 3 Avril 2014. Olivier BOYER et Aurélia MULLER

Conférence XBRL France. Projet Reporting S2 Groupe CNP Assurances 3 Avril 2014. Olivier BOYER et Aurélia MULLER Conférence XBRL France Projet Reporting S2 Groupe CNP Assurances 3 Avril 2014 Olivier BOYER et Aurélia MULLER 1 2 1- Présentation du Groupe CNP Assurances Un métier, la protection des personnes Assureur

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II FIXAGE Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II Deauville - 21 septembre 2012 Emmanuel TASSIN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick - 75008 Paris - France Téléphone : 33 (1) 53 83 83 93 - Télécopie : 33

Plus en détail

Module 1 : Les fondamentaux de l'assurance / Durée : 1,5 jour

Module 1 : Les fondamentaux de l'assurance / Durée : 1,5 jour Sommaire ASSURANCE... 1 Module 1 : Les fondamentaux de l'assurance / Durée : 1,5 jour... 1 Module 2 : L épargne / Durée : 1,5 jour... 2 Module 3 : La retraite / Durée : 1,5 jours... 5 Module 4 : Les contrats

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 %

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR démarre l année avec de solides performances grâce à la mise en œuvre rigoureuse de son plan stratégique

Plus en détail

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE L assurance française en 43 L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE GRÂCE AUX PLACEMENTS qu elle effectue en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial dans le

Plus en détail

Chiffres clés du marché français

Chiffres clés du marché français Chiffres clés du marché français Version présentée lors de la conférence de presse du 27 janvier 2011 Conférence de presse du 27 janvier 2011 1 L environnement économique et financier Une croissance modérée

Plus en détail

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009 IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE SOMMAIRE 1- Préambule /Contexte 2- Macro analyse d impact sur l épargne 3- Transition vers

Plus en détail

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique Application à l assurance vie Février 2014, version 1.1 Aymric Kamega, Actuaire Directeur associé, PRIM ACT aymric.kamega@primact.fr www.primact.fr

Plus en détail

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE TRAITEMENT COMPTABLE D11 ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE Il n existe d engagement de l entreprise que dans le cadre d un régime à prestations définies ou d indemnités de fin de carrière. Les régimes à cotisations

Plus en détail

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles Final Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270 Conseil des normes actuarielles Janvier 2011 Document 211005 This document is available

Plus en détail

Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II

Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II Mémoire présenté le vendredi 10 juin 2011 par Clément Schmitt clement.schmitt@fixage.com Introduction Solvabilité II impose des fonds propres réglementaires

Plus en détail

Projet de recommandations pour la maîtrise du risque de modèle

Projet de recommandations pour la maîtrise du risque de modèle V08-06 INSTITUT DES ACTUAIRES Commission modélisation vie épargne Août 2006 Projet de recommandations pour la maîtrise du risque de modèle Ce document a pour objet de recenser les principes d organisation

Plus en détail

7e HEPTA CONSULT. Offre de services & équipe de consultants. 5, Z.A.I. de Bourmicht L 8070 BERTRANGE

7e HEPTA CONSULT. Offre de services & équipe de consultants. 5, Z.A.I. de Bourmicht L 8070 BERTRANGE Actuaires Conseils 5, Z.A.I. de Bourmicht L 8070 BERTRANGE Tél. : 263 179-1 http://www.heptaconsult.lu Fax. : 263 179-24 Offre de services & équipe de consultants Nos activités principales Conseils aux

Plus en détail

CNP Assurances Rapport Embedded Value 31.12.2014 RAPPORT EMBEDDED VALUE AU 31 DECEMBRE 2014

CNP Assurances Rapport Embedded Value 31.12.2014 RAPPORT EMBEDDED VALUE AU 31 DECEMBRE 2014 RAPPORT EMBEDDED VALUE AU 31 DECEMBRE 2014 SOMMAIRE 1. Introduction... 3 2. Résultats... 4 2.1 MCEV au 31 décembre 2014... 4 2.2 Valeur des Affaires Nouvelles (VAN) au 31 décembre 2014... 5 2.3 Sensibilités...

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Conférence ActuariaCnam Présentation 3 1 / 0 5 / 2 0 1 2 Julien Chartier, Actuaire Manager AGENDA Introduction Partie 1 - L arrêt «Test-Achats»

Plus en détail

Annexes Financières. au 30 juin 2010

Annexes Financières. au 30 juin 2010 Annexes Financières au 30 juin 2010 Septembre 2007 Présentation du résultat : passage du résultat opérationnel au RBE La décomposition du résultat à partir d un RBE jusqu au résultat net publié permet

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

CNP Assurances. Rapport Embedded Value 31/12/2011

CNP Assurances. Rapport Embedded Value 31/12/2011 CNP Assurances Rapport Embedded Value 31/12/2011 Présentation des résultats 2011 22 février 2012 22/02/2012 Rapport Embedded Value Page 1 sur 29 Sommaire 1. Introduction...3 2. Résultats...4 2.1 MCEV au

Plus en détail

Le métier d actuaire IARD

Le métier d actuaire IARD JJ Mois Année Le métier d actuaire IARD Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 PLAN Présentation de l assurance non vie Le rôle de l actuaire IARD La tarification des contrats L évaluation

Plus en détail

Critères de validation des modèles internes en assurance vie :

Critères de validation des modèles internes en assurance vie : Critères de validation des modèles internes en assurance vie : Use tests, intégration des modèles dans les processus de prise de décision et approche ERM Vladislav GRIGOROV, CRO, SwissLife France David

Plus en détail

Forte progression des résultats d Icade au premier semestre 2006

Forte progression des résultats d Icade au premier semestre 2006 Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 21 septembre 2006. Forte progression des résultats d Icade au premier semestre 2006 Le chiffre d affaires consolidé progresse de 19% pour atteindre 650 millions

Plus en détail

GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013. Présentation presse 20 février 2014

GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013. Présentation presse 20 février 2014 1 GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013 Présentation presse 20 février 2014 Groupama en 2013 2 Efficacité opérationnelle et réduction des coûts Stratégie de performance vs. stratégie de taille

Plus en détail

Le métier d Actuaire Conseil

Le métier d Actuaire Conseil Le métier d Actuaire Conseil Gilles KANTER 6 octobre 2010 Sommaire 1. Mazars et la ligne de métier Actuariat 2. En quoi consiste le métier d actuaire conseil? 3. Quelques exemples de missions 2 1. Mazars

Plus en détail

ETATS FINANCIERS 30 juin 2004 IFRS

ETATS FINANCIERS 30 juin 2004 IFRS ETATS FINANCIERS 30 juin 2004 Définition de la dette nette économique En millions Ouverture 2004 Clôture S1 2004 Dette Nette au bilan 674.5 651.2 IAS 39 : Impact sur la dette nette + 30.1 + 28.7 IAS 32

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Agrégation des portefeuilles de contrats d assurance vie

Agrégation des portefeuilles de contrats d assurance vie Agrégation des portefeuilles de contrats d assurance vie Est-il optimal de regrouper les contrats en fonction de l âge, du genre, et de l ancienneté des assurés? Pierre-O. Goffard Université d été de l

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Rencontres L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Vincent Régnier Directeur technique, financier et des risques MutRé 2015 Arnaud Chevalier

Plus en détail

Le mot du président. Actuaire Qualifié IA Président

Le mot du président. Actuaire Qualifié IA Président Le mot du président Depuis que j'ai créé Actélior en 1999, le cabinet reste attaché à sa valeur fondatrice : l'excellence, synonyme de satisfaction partagée. L'équipe est en effet très sensibilisée à fournir,

Plus en détail

Makram BEN DBABIS Associate Towers Watson & Doctorant Mathématiques Appliquées en Sciences Actuarielles Université Paris Dauphine December 14, 2010 PLAN PROBLÉMATIQUE, INTÉRÊT DU SUJET 1 PROBLÉMATIQUE,

Plus en détail

HAUTE PERFORMANCE DE CALCUL

HAUTE PERFORMANCE DE CALCUL Journées d études 2010 Modélisation actif-passif & HAUTE PERFORMANCE DE CALCUL FRACTALES 0 Journées d études 2010 Sommaire Projet SIGMA 1 ère partie 1.! Le printemps des modèles Applications Haute Performance

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Résultats annuels 2014 SCOR enregistre un résultat net de EUR 512 millions et une augmentation de 15 % de ses fonds propres, et propose un dividende de EUR 1,40 (+ 8 %) En 2014, le Groupe a enregistré,

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

Définitions LES ASSURANCES DE PERSONNES. Les contrats et les garanties LES ASSURANCES EN CAS DE VIE LES ASSURANCES EN CAS DE DÉCÈS, DE MALADIE

Définitions LES ASSURANCES DE PERSONNES. Les contrats et les garanties LES ASSURANCES EN CAS DE VIE LES ASSURANCES EN CAS DE DÉCÈS, DE MALADIE Définitions LES ASSURANCES DE PERSONNES Les contrats et les garanties LES ASSURANCES EN CAS DE VIE ET LES BONS DE CAPITALISATION Assurance en cas de vie Contrat d assurance, souscrit individuellement ou

Plus en détail

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne 1 Pilier 2: la maitrise des risques Dans un premier temps, l attention s est portée sur la mesure quantitative du risque

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER ASSURANTIEL

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER ASSURANTIEL Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER ASSURANTIEL Perspectives du marché de l épargne retraite entreprise Les points de vigilance dans le choix d un dispositif d épargne Retraite Gaël COLLIN Sinfoni

Plus en détail

Reporting Solvabilité 2

Reporting Solvabilité 2 Reporting Solvabilité 2 Conférence XBRL France - 21/10/2014 Virginie LE MEE Directeur des Risques et du Contrôle Interne MACSF: Premier assureur des professionnels de la santé MACSF Direction des Risques

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1.4 - Remplacement d instruments

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1.4 - Remplacement d instruments CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Réponse aux questions pratiques liées à l application du règlement CRC n 2002-09 relatif à la comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

- 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement

- 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement - 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement Objectif(s) : o Capacité d'autofinancement et autofinancement. Pré-requis : o Connaissance de l'ebe et de la Valeur Ajoutée. Modalités : o Principes.

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

Market Consistent Embedded Value

Market Consistent Embedded Value Market Consistent Embedded Value 1 Objectif de la séance } Comprendre de façon économique et intuitive la valorisation d une compagnie d assurances-vie } Aborder le concept de Market-Consistent Embedded

Plus en détail

Fiche d information financière Assurance-vie pour produit multisupport mixte

Fiche d information financière Assurance-vie pour produit multisupport mixte Fiche d information financière Assurance-vie pour produit multisupport mixte Type d assurance-vie ERGO Flex Free Invest 1 Le produit ERGO Flex Free Invest est une assurance-vie où le client a le choix

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires

Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires 1 er a v r i l 2 0 1 1 Dan Chelly Directeur Métier "Risk management, Audit et Contrôle interne" SOMMAIRE Partie 1 Définition des risques

Plus en détail

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005 International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts 2 février 2005 QUE SONT LES IFRS? Les IFRS ont été élaborées par l International Accounting Standards Board (IASB) en vue de

Plus en détail

CEA mémoire de fin d études

CEA mémoire de fin d études CEA mémoire de fin d études LA TRANSFORMATION ET L EXTERNALISATION D UN RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE À PRESTATIONS DÉFINIES, DE DIFFÉRENTS POINTS DE VUE *** Impacts du référentiel et du contexte économique

Plus en détail

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Conférence ATEL - 11 décembre 2012 LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Marc-Antoine DOLFI, associé 1 PLAN DE PRESENTATION Le contrat de capitalisation 1. Description 2.

Plus en détail

Relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un "patrimoine d affectation"

Relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un patrimoine d affectation CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-16 DU 27 OCTOBRE 2004 Relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un "patrimoine d affectation" Sommaire 1 - Dispositions communes aux opérations

Plus en détail

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET Workshop Agenda Perceptions et concepts de JV Les Normes internationales Approche des IFRS 7 - IFRS 9 - IFRS 13 Guide de Juste Valeur Exemple d application Confrontation

Plus en détail

Atelier n 6 Commission Solvabilité II 11h30 12h30

Atelier n 6 Commission Solvabilité II 11h30 12h30 Atelier n 6 Commission Solvabilité II 11h30 12h30 Best Estimate Non-Vie 1. Introduction 2. Grands principes et définitions 3. Zoom sur certaines problématiques 1. Introduction Contexte Entrée en vigueur

Plus en détail

Les régimes de retraite de la branche 26

Les régimes de retraite de la branche 26 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les régimes de retraite

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail