Introduction. Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP 27/06/2012. Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction. Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP 27/06/2012. Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel"

Transcription

1

2 Introduction Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel

3 Sommaire Conférence animée par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACP 1. La veille sur la publicité des produits de banque et d assurance 2. Les contrats non réclamés en assurance vie 3. Les taux de revalorisation en assurance vie 3

4 Sommaire 1. La veille sur la publicité des produits de banque et d assurance Maryvonne Mary, responsable du Service de veille sur les contrats et les risques - Direction du Contrôle des pratiques commerciales François Hanse, contrôleur des pratiques commerciales - Service de veille sur les contrats et les risques 2. Les contrats non réclamés en assurance vie 3. Les taux de revalorisation en assurance vie 4

5 La veille sur la publicité des produits de banque et d assurance 1. Compétences de l ACP en matière de contrôle des publicités 2. Veille et contrôle des publicités 3. Recommandations de l ACP 4. Relations avec les parties prenantes 5. Actions possibles du consommateur 5

6 Introduction Définition large de la publicité «Toute forme de communication destinée à promouvoir, directement ou indirectement, les biens ou l image d une entreprise, d une organisation ou d une personne ayant une activité commerciale, industrielle, artisanale ou exerçant une profession réglementée» Rôle de l ACP conféré par la loi Articles L et L (pôle commun) du code monétaire et financier Pas de validation préalable de la publicité. 6

7 1. Compétences de l ACP en matière de contrôle des publicités 7

8 Que contrôle l ACP? L ACP contrôle : Respect des règles législatives, réglementaires et infra-réglementaires encadrant la publicité : Règles particulières pour le crédit (livre III CC) et l assurance vie (article L CA, recommandations ACP) Adéquation des moyens et procédures mis en œuvre à cet effet par les personnes contrôlées Sont concernés : Toutes les personnes visées à l article L CMF La publicité pour tous produits et contrats distribués par ces personnes Tous les supports de communication 8

9 2. Veille et contrôle des publicités 9

10 Quels objectifs? Objectifs principaux Détecter les manquements aux dispositions législatives ou réglementaires Réaliser un suivi des positions et des objectifs des recommandations Réaliser le suivi des interventions et contrôles Utilisation de la veille Réaction rapide, qui contribue à la prévention Identifier les évolutions de pratiques commerciales et le développement de nouveaux produits Apporter des éléments pour la définition du programme de contrôle sur place 10

11 Quels moyens? Outils de veille des publicités et des produits Un outil de veille produits et marketing Deux outils de veille des publicités diffusées Autres sources d information Réalisation d études/sondages Transmission de réactions Propres constatations 11

12 Quelles méthodes? Analyse quotidienne des publicités adressées par les prestataires Focus selon des priorités Par thématiques : ex. crédit à la consommation Par périodes : ex. taux de rendement en assurance vie En fonction des médias : supports Presse (500 titres), Internet (bannières, home pages et web vidéo), mailings électroniques et postaux Guide méthodologique et grilles de lecture Ex. contenu exact, clair et non trompeur en assurance vie Ex. loi Lagarde du 1 er juillet 2010 et ses décrets d application 12

13 Interventions suite à la veille Publicité diffusée Courrier de constatation Mission de contrôle sur place Formulation des observations de l entreprise sous un certain délai Entretien Informations sur les mesures prises et les moyens et procédures mis en place Suivi Rapport contradictoire Lettre de suite Examen par le collège 13

14 Contrôle sur place des publicités Deux objectifs 1. Conformité des communications à caractère publicitaire 2. Adéquation des moyens et procédures Existence effective de moyens et procédures Partage des responsabilités entre les services conformité, juridique et marketing Relation avec les intermédiaires : partage de responsabilités, échanges d informations, convention producteur-distributeur en assurance vie 14

15 Actions de l ACP en chiffres Veille, tous secteurs et produits confondus 2011 : communications publicitaires analysées et 24 interventions 2012 (5 mois) : communications et 27 interventions 17 contrôles sur place, ciblés ou transversaux, de conformité des publicités 15

16 Exemples de contrôle Corps principal du texte publicitaire + taille de caractère plus importante que celle utilisée pour autres caractéristiques du financement 16

17 Exemples de contrôle 17

18 Exemples de contrôle Conditions de durée de validité Conditions d investissements Avertissement sur le rendement Avertissement sur le capital 10. conditions 18

19 Exemples de contrôle Message original De : Date : 06/12/ :31:04 Cc : Sujet : offre de prêt rapide et fiable dans 72h offre de prêt d'argent solution à vos problème de financement Nous disposons d un capital très élevé qui servira à octroyer des prêts allant de à aux particuliers sérieuses, honnêtes et de bonnes moralités et capables de rembourser. Le taux de remboursement est bas contrairement à celui des Banques. Contactez nous par mail, pour plus de détails. En attente de vous lire veuillez agrées mes salutations les plus distinguées 19

20 Conséquences de l action de l ACP Exemple 1 de réponse d un établissement 20

21 Conséquences de l action de l ACP Exemple 2 de réponse d un établissement 21

22 3. Recommandations de l ACP 22

23 Recommandations de l ACP Recommandations ACP peuvent viser, spécifiquement ou non, les communications à caractère publicitaire (art. L CMF) Consultation systématique de la profession et des instances représentatives des professionnels Présentation des projets de recommandation à la commission consultative Pratiques commerciales 23

24 Recommandations de l ACP Objectifs à atteindre pour assurer une bonne information Demande de professionnels d avoir des grilles de lecture de l ACP Formulation publicitaire non imposée Ex 1 : Ex 2 : 24

25 Recommandations de l ACP 4 recommandations concernent la publicité Communications publicitaires des contrats d assurance vie en u.c. Commercialisation d instruments financiers complexes comme unités de compte Recommandations Contrats obsèques Commercialisation auprès des particuliers de prêts avec un risque de change 25

26 Recommandations de l ACP 1. Recommandation sur la commercialisation d instruments financiers complexes comme unités de compte (15 oct. 2010) Suivant le profil de l IF, la publicité doit permettre au consommateur de comprendre : la nature du support proposé et les risques associés, les sous-jacents utilisés pour pouvoir suivre leur évolution, le profil de gain/perte de l IF, les mécanismes de la formule de calcul pour déterminer le résultat à l échéance. 26

27 Recommandations de l ACP 2. Recommandation sur les communications publicitaires des contrats d assurance vie en u.c. composées de titres obligataires et autres titres de créance (23 mars 2011) Information sur les caractéristiques moins favorables et les risques liés au support Mention de Absence de garantie à l échéance du capital et/ou du rendement ou du niveau de garantie, Rendement de l unité de compte est subordonné à la détention du titre jusqu à son terme, Existence de frais prélevés au titre du contrat. 27

28 Recommandations de l ACP 3. Recommandation sur les contrats obsèques (15 juin 2011) Informer que : Le capital décès peut être utilisé à la convenance du (des) bénéficiaire(s) à des fins étrangères au financement des obsèques. Le capital versé est susceptible d être insuffisant pour couvrir les frais prévisibles d obsèques 4. Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change (6 avril 2012) Information sur les risques (équilibrée p.r. aux avantages) Ne pas minimiser la possibilité de survenance du risque de change Arguments à éviter : stabilité / faiblesse du taux de change ; gains par rapport à un prêt «classique» 28

29 4. Relations avec les parties prenantes 29

30 Articulation compétences avec DGCCRF Compétences identiques sur le fond notamment sur la publicité pour le crédit (livre III du code de la consommation) Compétences complémentaires Assurances, pratiques commerciales transversales (livre I du code de la consommation) Horizons temporels différents Contrôle par l ACP des moyens et procédures mis en place par l entreprise pour élaborer une publicité conforme Sanctions différentes Propres à l ACP : mesures de police administrative /sanctions disciplinaires 30

31 Articulation compétences avec DGCCRF Secret professionnel Contrôles de l ACP sur la base du code de la consommation sans préjudice des compétences de la DGCCRF Réunions bilatérales de coordination sur les pratiques commerciales 31

32 Quelques cas concrets Publicité diffusée par un établissement Dispositions particulières de la loi Lagarde ACP DGCCRF Contrôle de la licéité de la publicité livre III code de la consommation Contrôle de l adéquation des moyens et procédures internes de l établissement pour élaborer sa publicité Base : règlement CRBF et art. L CMF Pouvoir de recherche et de constatation des infractions Art. L code de la consommation Suites selon les pouvoirs propres Contrôle de la licéité de la publicité livre III code de la consommation Suites selon les pouvoirs propres 32

33 Quelques cas concrets Publicité diffusée par un assureur Problématique de publicité «trompeuse» ACP DGCCRF Contrôle de la licéité de la publicité Art. L CA + le cas échéant les recommandations ACP Contrôle de l adéquation des moyens et procédures internes et de la convention producteurdistributeur Art. L CMF et L CA Pouvoir de recherche et de constatation des infractions Art. L code de la consommation Contrôle de loyauté de la publicité Art. L et suivant code de la consommation Suites selon les pouvoirs propres Suites selon les pouvoirs propres 33

34 Quelques cas concrets Publicité diffusée par un organisme Problématique de publicité «trompeuse» ACP DGCCRF Contrôle de l adéquation des moyens et procédures internes de l entreprise pour élaborer sa publicité Base: art. L CMF Art. L code de la consommation Suites selon les pouvoirs propres Pouvoir de recherche et de constatation des infractions Art. L code de la consommation Contrôle de loyauté de la publicité Art. L et suivant code de la consommation Suites selon les pouvoirs propres 34

35 Quelques cas concrets Publicité diffusée par un indicateur ACP DGCCRF Suites auprès des seuls mandants soumis au contrôle de l ACP Pouvoir de recherche et de constatation des infractions Art. L code de la consommation Contrôle de licéité de la publicité Code de la consommation Suites selon les pouvoirs propres 35

36 Relation avec les parties prenantes Pôle commun Coordination de la surveillance des campagnes publicitaires et missions de contrôle conjointes Échanges réguliers avec les associations de consommateurs Commission consultative Pratiques commerciales Réunions bilatérales Échanges ACP - ARPP Impacter d autres acteurs économiques: ex. agences de communication, supports de diffusion Échanger sur les pratiques constatées Sensibiliser les équipes opérationnelles de l ARPP 36

37 5. Actions possibles du consommateur 37

38 Actions possibles du consommateur Saisine du jury de déontologie publicitaire Textes déontologiques Convergence avec les recommandations et positions ACP Intégration du niveau de la complexité des produits et du niveau de culture financière du consommateur Réclamations adressées à l ACP 38

39 Conclusion Aujourd hui, une veille étendue et des actions en cas de manquements Chez les professionnels, évolution dans l appréhension des risques de non-conformité de la publicité 39

40 QUESTIONS 40

41 PAUSE 41

42 Sommaire 1. La veille sur la publicité des produits de banque et d assurance 2. Les contrats non réclamés en assurance vie Pauline de Chatillon, directeur de la direction du Contrôle des pratiques commerciales Geoffroy de Vaucelles, contrôleur des pratiques commerciales - Service de veille sur les contrats et les risques 3. Les taux de revalorisation en assurance vie 42

43 Contrats non réclamés : panorama Traitement des capitaux en Revalorisation post mortem déshérence pendant 29 ou 30 ans Délai de carence (après décès) Contrat signé Vie du contrat Dénouement du contrat par décès de l assuré (ou arrivée du terme) Revalorisation après décès Après 30 ans Rédaction de la clause bénéficiaire Revue de la clause bénéficiaire Recherche de bénéficiaires (en cas de décès) / assuré (en cas de vie) Identification des assurés décédés 43

44 Sommaire 1. Environnement législatif 2. Actions de l ACP 3. Constats des contrôles Rédaction de la clause bénéficiaire Identification des assurés décédés Recherche des bénéficiaires Revalorisation post mortem Traitement des capitaux en déshérence 4. Perspectives 44

45 Environnement législatif : 3 lois 15 décembre 2005 : AGIRA 1 Initiative du bénéficiaire potentiel 21 décembre 2006 Reversement des capitaux en déshérence au Fonds de solidarité vieillesse (Fonds de réserve des retraites avant 2011) 17 décembre 2007 AGIRA 2 : obligation d identification des assurés décédés Consultations par lots et interrogations individuelles du RNIPP Obligation de recherche du bénéficiaire Revalorisation post mortem des capitaux décès 45

46 Actions de l ACP Contrôles sur place depuis janvier 2011 Contrats d assurance vie individuels / collectifs Contrats dénoués par le décès de l assuré / par l arrivée du terme (contrats échus) Contrôles sur pièces Revue de la clause de revalorisation post mortem de 61 contrats d assurance vie émanant de 40 organismes d assurance Analyse de l annexe «protection de la clientèle» du rapport sur le contrôle interne Pratiques en matière de contrats non réclamés 46

47 Rédaction des clauses bénéficiaires Bonne sensibilisation des souscripteurs et des apporteurs Formations et circulaires aux réseaux Mentions précises dans les contrats Lettres d information aux clients Revue des clauses «libres» pour les souscriptions récentes Défaillances constatées Absence d obligation des apporteurs en matière de suivi des clauses bénéficiaires durant la vie du contrat Absence de balayage des portefeuilles pour identifier les clauses bénéficiaires potentiellement problématiques 47

48 Identification des assurés décédés Critères de sélection restreignant la recherche Montant de provision mathématique /1.000 Age de l assuré 90 ans / 80 ans Ex. : critère 90 ans alors qu âge moyen des décès = 72 ans, et 8% des assurés décédés ont 90 ans Exclusion de portefeuilles complets de contrats d assurance vie Procédure / Périodicité / Contrôle interne 48

49 Identification des assurés décédés Registre RNIPP insuffisamment exploité Retours de courriers «NPAI» : exploitation non généralisée Absence/défaillance : procédure de traitement des NPAI, mise à jour des adresses, sensibilisation des réseaux, etc. Rejet bancaire de virements ou de prélèvements : indices de décès à exploiter Utilisation du RNIPP pour identifier les crédirentiers décédés 49

50 Recherche des bénéficiaires Contrats dénoués par le décès de l assuré Hétérogénéité des moyens et de la méthodologie Investigations (interlocuteurs contactés), délais de relance, décision d abandon, contrôle interne, etc. Inefficience de la coopération des apporteurs en matière de recherche Traitement des dossiers complexes Service spécialisé et/ou généalogiste 50

51 Recherche des bénéficiaires Contrats dénoués par l arrivée du terme Recherche le plus souvent inexistante alors que le contrat ne se revalorise plus à l échéance et que les capitaux peuvent être significatifs Ex. : contrat > échu, non réglé depuis 1999 Ex. : ancienneté moyenne des contrats échus et non réglés : 18 ans Traitement des courriers NPAI : défaillance ou absence Assurance collective : recherche inexistante ou insuffisante 51

52 Revalorisation post mortem Depuis le 18 décembre 2008 Contrats doivent préciser les conditions dans lesquelles, en cas de décès, la revalorisation du capital garanti intervient à compter, au plus tard, du 1 er anniversaire du décès de l assuré, jusqu à réception des pièces nécessaires au paiement Revalorisation en cours de vie du contrat Décès de l'assuré Délai de carence d'un an maximum Revalorisation post mortem (pièces justificatives) 52

53 Revalorisation post mortem Revalorisation post mortem du fonds euros dans tous les contrats revus Revalorisation normale du contrat dans certains organismes Ex. : «La garantie en euros continue à capitaliser dans les conditions contractuelles jusqu à réception de la totalité des pièces nécessaires au règlement des capitaux décès» Pas de délai de carence Situation favorable aux bénéficiaires Absence de mention des frais prélevés durant la revalorisation 53

54 Revalorisation post mortem Indication expresse d absence de revalorisation Limitation de la revalorisation à 1 an Fin de la revalorisation à la date de notification du décès (et non de la réception des pièces justificatives) Information limitée : taux de revalorisation est fixé discrétionnairement par l assureur chaque année sans détail sur le taux ou la méthodologie 54

55 Revalorisation post mortem Modalités de revalorisation complexes et pas toujours avantageuses pour les clients Ex. : «Le taux annuel de revalorisation est égal à la moyenne des taux EONIA constatés chaque jour du mois de décembre qui précède la revalorisation» Modalités de revalorisation difficilement compréhensibles Ex. : «La prestation due au jour du décès de l assuré est inscrite au compte de PSAP non productif d intérêt jusqu à la date du 1 er anniversaire dudit décès. La prestation restée due à cette date est revalorisée à compter du 1 er jour du mois anniversaire du décès jusqu au dernier jour du mois précédent la date de réception des pièces nécessaires à son règlement. Le taux d intérêt appliqué à la provision pour revaloriser celle-ci est, pour chaque année civile, égal au produit du nombre de mois ainsi déterminés par un douzième du taux brut fixé par l assureur en début d année pour cet exercice» 55

56 Traitement des capitaux en déshérence Définition : > 30 ans Absence de procédure comptable Avant 2006 : intégration aux participations aux bénéfices versées? Absence de traçabilité Liquidation des PSAP : état non renseigné Revalorisation des capitaux reversés au FSV : pratiques hétérogènes (nominalisme monétaire / revalorisation des capitaux) 56

57 Contrats non réclamés Défaillances Traitement des capitaux en déshérence Absence de reversement au FSV/ sommes reversées incomplètes Reversement au FSV de capitaux Non revalorisés Risque de reversement suite à identification > 30 ans après le décès (sans recherche des bénéficiaires) Revalorisation post mortem Absence de clause de revalorisation Absence de revalorisation Taux de revalorisation spécifique Taux dérisoire/ non déterminable par le client Application de frais non mentionnés dans le contrat Rédaction de la clause bénéficiaire Absence de sensibilisation des souscripteurs / apporteurs Absence de suivi des clauses bénéficiaires Absence d identification des clauses problématiques 5 Contrats non réclamés Identification des assurés décédés Application de critères de sélection (âge, montant de PM) Fréquence de balayage insuffisante Exclusion de portefeuilles Absence de contrôle interne Recherche des bénéficiaires Recherche des bénéficiaires des contrats dénoués par décès Délais de recherche trop importants à compter de la découverte du décès de l assuré Moyens insuffisants / absence de relance / clôture rapide Absence de service spécialisé / spécialistes extérieurs Absence de recherche des bénéficiaires des contrats échus 57

58 Contrats non réclamés Cercle vertueux Traitement des capitaux en déshérence Pas de reversement au FSV puisque Règlement du contrat au(x) bénéficiaire(s) Revalorisation post mortem Inutile puisque Identification du décès Règlement rapide du contrat après recherche du(des) bénéficiaire(s) Rédaction de la clause bénéficiaire Sensibilisation des souscripteurs et des apporteurs Formations et circulaires aux réseaux Contrats/ courriers aux clients/ revue des clauses 4 Contrats non réclamés Identification des assurés décédés Balayage de tous les portefeuilles de contrats Procédure/ périodicité/ contrôle interne Exploitation des NPAI Exploitation des indices de décès Recherche des bénéficiaires Recherche des bénéficiaires des contrats dénoués par décès Procédure / méthodologie / contrôle interne Traitement spécifique des dossiers complexes Recherche des bénéficiaires des contrats échus Contrats individuels et contrats collectifs 58

59 Perspectives Bilan approfondi sur les contrats non réclamés en assurance vie en 2013 sur la base Des contrôles sur place achevés De l analyse de l annexe protection de la clientèle des rapports sur le contrôle interne De la revue d un échantillon significatif de contrats d assurance vie 59

60 QUESTIONS 60

61 Sommaire 1. La veille sur la publicité des produits de banque et d assurance 2. Les contrats non réclamés en assurance vie 3. Les taux de revalorisation en assurance vie Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACP Olivier de Bandt, directeur des Études 61

62 QUESTIONS 62

63 CONCLUSION Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACP 63

Introduction. Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP 27/06/2012. Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel

Introduction. Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP 27/06/2012. Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel Introduction Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel Sommaire Conférence animée par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACP 1. La veille

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF

Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF Natalie Lemaire Directrice des Relations avec les Epargnants, AMF et Coordinatrice des travaux du pôle commun ACP/AMF Conférence de Presse

Plus en détail

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Mesdames, Messieurs, Je suis heureuse de vous accueillir aujourd hui pour le lancement d «Assurance

Plus en détail

Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013

Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013 Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013 Natalie LEMAIRE Olivier FLICHE Conférence de presse le 13 juin 2014 1 Sommaire 1. Le point d entrée commun : Assurance Banque Épargne Info Service 2. Bilan 2013

Plus en détail

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Christine LAGARDE Conférence de presse du 9 mars 2010 DOSSIER DE PRESSE

Plus en détail

CHARTE de la MÉDIATION

CHARTE de la MÉDIATION CHARTE de la MÉDIATION de l INTERMÉDIATION Banque, assurance, finance Règlement des litiges en ligne Version n : 0001/2015 Mise à jour : 1 er juillet 2015 Avec la Médiation, HK Conseil offre la possibilité

Plus en détail

La publicité dans le secteur financier : l action de l Autorité de contrôle prudentiel depuis 2010

La publicité dans le secteur financier : l action de l Autorité de contrôle prudentiel depuis 2010 La publicité dans le secteur financier : l action de l Autorité de contrôle prudentiel depuis 2010 François HANSE Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel Direction du Contrôle des pratiques

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Les travaux de la Commission consultative LCB-FT. Anne-Marie MOULIN, Adjointe au directeur des affaires juridiques

Les travaux de la Commission consultative LCB-FT. Anne-Marie MOULIN, Adjointe au directeur des affaires juridiques Les travaux de la Commission consultative LCB-FT Anne-Marie MOULIN, Adjointe au directeur des affaires juridiques 1 Les compétences de la Commission consultative LCB-FT La Commission consultative LCB-FT

Plus en détail

Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR

Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR 1 Introduction Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR 2 Sommaire Conférence animée par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACPR 1. Évolutions réglementaires

Plus en détail

Informations réglementaires

Informations réglementaires Informations réglementaires Sommaire 1. Politique de «meilleure sélection»... 2 2. Politique de gestion des conflits d intérêt... 3 3. L exercice des droits de vote... 4 3.1 Politique de vote... 4 3.2

Plus en détail

Introduction. Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l ACP

Introduction. Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l ACP Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l ACP Sommaire Conférence animée par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACP et coordonnateur du Pôle Assurance Banque Épargne 1. Analyse

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR

Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR Sommaire Date 1 Introduction Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR 2 Sommaire Conférence animée par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACPR 1. Le droit au

Plus en détail

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF. Réunion du 19 juin 2014

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF. Réunion du 19 juin 2014 LE FINANCEMENT PARTICIPATIF Réunion du 19 juin 2014 SOMMAIRE Le financement participatif 1. Définition 2. Les risques encourus 3. L ordonnance du 30 mai 2014 1. Définition Historique Le crowdfunding ou

Plus en détail

Malakoff Médéric Siège social : 21 rue Laffitte 75009 Paris. 8065_CG_MPE_0709_29juill09 - www.lecerkle.com

Malakoff Médéric Siège social : 21 rue Laffitte 75009 Paris. 8065_CG_MPE_0709_29juill09 - www.lecerkle.com 8065_CG_MPE_0709_29juill09 - www.lecerkle.com Malakoff Médéric Siège social : 21 rue Laffitte 75009 Paris CMAV Société d assurance mutuelle du groupe Malakoff Médéric régie par le Code des assurances Siège

Plus en détail

Crowdfunding : Rêve ou réalité?

Crowdfunding : Rêve ou réalité? Crowdfunding : Rêve ou réalité? L encadrement du financement participatif : contrainte ou opportunité? Mardi 16 septembre 2014 Cinquième Matinale CCEF Cercle de l Union Interalliée (Paris) SOMMAIRE Le

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Allianz Vie Génération

Allianz Vie Génération Allianz Vie Génération Optimisez la transmission de votre patrimoine. www.allianz.fr Anticipez et préparez votre succession Pourquoi anticiper et préparer votre succession? Parce que la planification successorale

Plus en détail

Réponses aux questions fréquemment posées

Réponses aux questions fréquemment posées Le 6 avril 2012 Contribution pour frais de contrôle due par les courtiers en assurance ou réassurance et les intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement au titre de l année 2012 Réponses

Plus en détail

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Rédigé par : Olivier Ramé Signature : Autorisé par : Olivier Ramé (RCCI) Signature : Date de création : 23/03/2012 Diffusé le : 26/03/2012 auprès de : Collaborateurs

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Paris, 4 avril 2012 Cécile Sellier - Directeur adjoint Direction du contrôle des pratiques commerciales 1 Sommaire 1. Mission

Plus en détail

SUCCESSIONS VACANTES ET AVOIRS NON RECLAMES:

SUCCESSIONS VACANTES ET AVOIRS NON RECLAMES: SUCCESSIONS VACANTES ET AVOIRS NON RECLAMES: Contrats d assurance-vie nonréclamés / dormants (Luxembourg, Belgique, France, Allemagne) Luxembourg, le 8 mai 2014 Pierre MOREAU Marc GOUDEN Avocats associés

Plus en détail

Avenir Épargne Retraite

Avenir Épargne Retraite Avenir Épargne Retraite Le contrat Avenir Épargne Retraite est un contrat d assurance-vie individuel à capital différé. Il offre comme garanties un capital ou une rente viagère en cas de vie du souscripteur-assuré

Plus en détail

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 4 avril 2012 Contact: Marie-Agnès NICOLET Présidente de REGULATION PARTNERS 06 58 84 77 40 IOBSP: les évolutions réglementaires o Après le rapport Deletré

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

LOI ECKERT : Des dispositions nouvelles sur les comptes bancaires inactifs et les contrats d assurance vie en déshérence

LOI ECKERT : Des dispositions nouvelles sur les comptes bancaires inactifs et les contrats d assurance vie en déshérence 1 LOI ECKERT : Des dispositions nouvelles sur les comptes bancaires inactifs et les contrats d assurance vie en déshérence Point de vue Ailancy Mars 2015 SOMMAIRE 2 1. Contexte et objectifs de la Loi Eckert

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Conférence EIFR 18 décembre 2014

Conférence EIFR 18 décembre 2014 Conférence EIFR 18 décembre 2014 Prudentiel/Pratiques commerciales bancaires et assurances Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie

Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie 2015-R-01 du 12 février 2015 1. Contexte Les communications constituent la toute première étape de la relation

Plus en détail

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Document public 27/09/2013 La Banque Postale Structured Asset Management - 34, rue de la Fédération 75737 Paris cedex 15

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

Politique de traitement des réclamations

Politique de traitement des réclamations 1 Type de document : Politique Auteur : AGAMA Conseil Politique de traitement des réclamations Réf. : PR 01 Version : 19/05/2014 REFERENCES REGLEMENTAIRES Article L. 520-1 I du Code des assurances Articles

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

Recommandation de l Autorité de contrôle prudentiel

Recommandation de l Autorité de contrôle prudentiel Recommandation de l Autorité de contrôle prudentiel portant sur la commercialisation des contrats d assurance sur la vie en unités de compte constituées d instruments financiers complexes, prise conformément

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 18 décembre 2008 portant homologation de la charte d accessibilité pour renforcer l effectivité

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Principaux textes de référence : La politique de classement des clients mise en place au sein de HMG Finance s appuie sur les articles L533-16, L533-20, D533-11 et D533-12

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-27

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-27 Tunis, le 18 décembre 2007 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-27 OBJET : Circulaire aux Intermédiaires Agréés n 2001-11 du 4 mai 2001 relative au Marché des changes et instruments de couverture

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2011-733 du 27 juin 2011 modifiant les dispositions du code de la mutualité relatives au fonds

Plus en détail

COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE

COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE DECISION N 2013-039 EN DATE DU 15 MAI 2013 PORTANT APPROBATION D UNE CONVENTION DE PARTENARIAT Le collège de l Autorité de régulation des jeux en ligne

Plus en détail

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION Autorité administrative indépendante adossée à la Banque de France, l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution est en charge de l agrément

Plus en détail

l avenant spécifique de souscription Rendement Action Bouygues Juillet 2015 (en cochant le choix «arbitrage»)

l avenant spécifique de souscription Rendement Action Bouygues Juillet 2015 (en cochant le choix «arbitrage») Pour effectuer un arbitrage au sein de votre contrat MonFinancier Vie avec un investissement portant sur le produit structuré Rendement Action Bouygues Juillet 2015 *, nous vous invitons à réunir les éléments

Plus en détail

S informer sur. Le médiateur de l AMF

S informer sur. Le médiateur de l AMF S informer sur Le médiateur de l AMF 04 Autorité des marchés financiers Le médiateur de l AMF Sommaire Quelle est la mission du médiateur de l AMF? 03 Quelles situations peuvent donner lieu à médiation?

Plus en détail

Arrêté du ministre des finances et de la privatisation n 2240-04 du 14 kaada 1425. (27 décembre 2004) relatif au contrat d assurance.

Arrêté du ministre des finances et de la privatisation n 2240-04 du 14 kaada 1425. (27 décembre 2004) relatif au contrat d assurance. Arrêté du ministre des finances et de la privatisation n 2240-04 du 14 kaada 1425 (27 décembre 2004) relatif au contrat d assurance. LE MINISTRE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION, Vu la loi n 17-99 portant

Plus en détail

Keytrade Bank CONDITIONS SPECIFIQUES «PRODUITS D ASSURANCES»

Keytrade Bank CONDITIONS SPECIFIQUES «PRODUITS D ASSURANCES» Keytrade Bank CONDITIONS SPECIFIQUES «PRODUITS D ASSURANCES» Ces conditions enregistrées à Bruxelles, 6 ème bureau, vol. 289, fol. 97, case 1, le 21 décembre 2007 entrent en vigueur le 21 décembre 2007.

Plus en détail

Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles. Page n 1

Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles. Page n 1 Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Page n 1 Conférence du contrôle du 5 octobre 2009 Mutuelles : Actualités du contrôle et évolution du secteur Introduction : Philippe Jurgensen, Président

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Nom : Politique de gestion des conflits d intérêts Création : 21 février 2008 Mise à jour : 26/ Février 2008 Mise à jour : 21 Octobre 2009 Mise à jour : 22

Plus en détail

SwissLife Obsèques. Fiche produit

SwissLife Obsèques. Fiche produit Fiche produit Bases techniques du produit Ê Contrat vie entière sur une tête à prime unique ou périodique. Ê Table de mortalité utilisée : TH 2000-2002. Ê Taux d intérêt technique : 1,5 %. Documents et

Plus en détail

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE ART. 314-4 ET SUIVANTS DU RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS -Actualisée au 12 janvier 2012- I L obligation de classement des clients

Plus en détail

PANTONE 7536C. Document destiné aux clients non professionnels* Document à caractère promotionnel

PANTONE 7536C. Document destiné aux clients non professionnels* Document à caractère promotionnel Fonds Commun de Placement présentant un risque en capital et constituant une alternative risquée à un placement de type actions PANTONE 7536C Document destiné aux clients non professionnels* Document à

Plus en détail

FORMATION IOBSP Niveau 1

FORMATION IOBSP Niveau 1 GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION FORMATION IOBSP Niveau 1 Catalogue des formations valable jusqu au 31/12/13 VALORIALE 2012-2013 Objectifs de la formation Répondre aux obligations légales issues du

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Objet : modification du règlement financier de la CNRACL M. Domeizel, Président, rend compte de l exposé suivant : Exposé L article 13-4 du

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT INFORMATIONS CLES POUR L INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

Le Document d information clé pour l investisseur (DICI)

Le Document d information clé pour l investisseur (DICI) En partenariat avec l IEFP S informer sur Le Document d information clé pour l investisseur (DICI) Lisez-le avant d investir dans un OPCVM ou dans un OPCI DICI Septembre 2011 Autorité des marchés financiers

Plus en détail

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Cette politique du Groupe La Française a pour but de décrire le dispositif de suivi et de traitement des demandes d informations

Plus en détail

GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION

GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION FORMATION IOBSP Niveau 1 Catalogue permanent VALORIALE 2012-2013 Agrément 91 3407225 34 Objectifs de la formation Répondre aux obligations légales issues du décret

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX

GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX SOMMAIRE LOYERS IMPAYÉS...3 CHAPITRE I CE QUI EST GARANTI...3 CHAPITRE II MONTANT...3 CHAPITRE III CE QUI N EST PAS GARANTI...3 CHAPITRE IV EN CAS DE SINISTRE...4

Plus en détail

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie,

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie, Le 5 août 2011 DECRET Décret n 2004-1165 du 2 novembre 2004 relatif aux c onseils de la formation institués auprès des chambres de métiers et de l artisanat de région, des chambres régionales de métiers

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 L information médicale... 17. CHAPITRE 2 L assurance individuelle accident... 21. 1 La sélection des risques...

Table des matières. CHAPITRE 1 L information médicale... 17. CHAPITRE 2 L assurance individuelle accident... 21. 1 La sélection des risques... Table des matières CHAPITRE 1 L information médicale... 17 1 La sélection des risques... 18 2 Le cas du décès... 18 CHAPITRE 2 L assurance individuelle accident... 21 1 Préambule... 22 2 La notion d accident...

Plus en détail

Génération. Assurance Allianz. Anticipez et préparez votre succession. Optimisez la transmission de votre patrimoine. www.allianz.

Génération. Assurance Allianz. Anticipez et préparez votre succession. Optimisez la transmission de votre patrimoine. www.allianz. Gaipare Vie Génération Optimisez la transmission de votre patrimoine. www.allianz.fr Assurance Allianz Anticipez et préparez votre succession. Pourquoi anticiper et préparer votre succession? Parce que

Plus en détail

Contrat épargne pension du type Universal Life

Contrat épargne pension du type Universal Life Contrat épargne pension du type Universal Life Conditions générales Securex A.A.M - Siège Social: Avenue de Tervueren 43, 1040 Bruxelles Entreprise Agréée par arrête royal du 5.1.1982 pour pratiquer les

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

Valorisons. vos projets. Valorisons. vos projets

Valorisons. vos projets. Valorisons. vos projets Valorisons Valorisons Des spécialistes à votre service Un interlocuteur unique pour vous conseiller, auditer, valoriser et suivre l ensemble de votre patrimoine. PLACEMENTS RETRAITE IMMOBILIER DÉFISCALISATION

Plus en détail

Notre devise : Formation : IOBSP. Intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement. Durée : 150 heures (22 jours)

Notre devise : Formation : IOBSP. Intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement. Durée : 150 heures (22 jours) Notre devise : «Offrir une qualité optimale de formation basée en premier lieu sur la confiance des Hommes et des Femmes qui font et feront l entreprise de demain en Outre-Mer» Formation : IOBSP Intermédiaires

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

BULLETIN D ADHESION A L ASSOCIATION PROPOSITION D ASSURANCE / AVENANT

BULLETIN D ADHESION A L ASSOCIATION PROPOSITION D ASSURANCE / AVENANT BULLETIN D ADHESION A L ASSOCIATION PROPOSITION D ASSURANCE / AVENANT PROTECTION FAMILIALE INTÉGR@LE Accidents de la Vie Protection Juridique des Risques Informations de votre Conseiller : Nom/Dénomination

Plus en détail

MARCHE PUBLIC. Représentant légal du Département : Monsieur le Président du Conseil Général. Comptable assignataire : Monsieur le Payeur Départemental

MARCHE PUBLIC. Représentant légal du Département : Monsieur le Président du Conseil Général. Comptable assignataire : Monsieur le Payeur Départemental MARCHE PUBLIC Représentant légal du Département : Monsieur le Président du Conseil Général Comptable assignataire : Monsieur le Payeur Départemental Marché n 08 MPA.. ENTRE : Le Département de la Somme,

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

BRED BANQUE PRIVÉE. AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE!

BRED BANQUE PRIVÉE. AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE! BRED BANQUE PRIVÉE AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE! VivifiO Un contrat individuel, sur-mesure, pour répondre À une seule exigence, la vôtre Au cours de votre vie, selon vos objectifs,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/08/35 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Contrat collectif d assurance sur la vie, à versements libres libellé en euros et/ou en unités de compte, de type multisupports et de durée viagère.

Contrat collectif d assurance sur la vie, à versements libres libellé en euros et/ou en unités de compte, de type multisupports et de durée viagère. FICHE DE PRESENTATION DES INFORMATIONS NECESSAIRES A L APPRECIATION DE L ENSEMBLE DES CARACTERISTIQUES DU CONTRAT D ASSURANCE MULTISUPPORT EPARGNE RETRAITE APREP MULTIGESTION TNS N LMP277070644V1 Fiche

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

S informer sur. Les conseillers en investissements financiers (CIF)

S informer sur. Les conseillers en investissements financiers (CIF) S informer sur Les conseillers en investissements financiers (CIF) Autorité des marchés financiers Les conseillers en investissements financiers (CIF) Sommaire Qu est ce qu un conseiller en investissements

Plus en détail

FICHE D'INFORMATIONS LEGALES / D.E.R

FICHE D'INFORMATIONS LEGALES / D.E.R FICHE D'INFORMATIONS LEGALES / D.E.R 1 La présente fiche (ou DER) est un élément essentiel de la relation entre le client et son conseiller (ou intermédiaire). Elle résume toutes les informations légales

Plus en détail

JORF n 0095 du 21 avril 2012. Texte n 29

JORF n 0095 du 21 avril 2012. Texte n 29 1 JORF n 0095 du 21 avril 2012 Texte n 29 DECRET Décret n 2012-528 du 19 avril 2012 relatif au fonds d assurance formation des chefs d entreprise exerçant une activité artisanale NOR: EFII1126169D Publics

Plus en détail

Prêt Citoyen Thématique ING Compte à terme Règlement Édition 11/2014

Prêt Citoyen Thématique ING Compte à terme Règlement Édition 11/2014 Prêt Citoyen Thématique ING Compte à terme Règlement Édition 11/2014 I. Objet et cadre du présent Règlement Le présent règlement relatif au Prêt Citoyen Thématique ING (ci-après dénommé le «Règlement»)

Plus en détail

Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle

Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle vendredi 25 mai 2012 Intervenant : Michel JORNET Directeur Associé JORNET FINANCE CONSULTING Les principes

Plus en détail

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53 et 325-7 du règlement général de l AMF 1.

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Une approche préventive qui repose sur des contrôles permanents et sur place

Une approche préventive qui repose sur des contrôles permanents et sur place Une approche préventive qui repose sur des contrôles permanents et sur place AMF ACPR : vers une convergence des processus de surveillance et sanctions? Paris, 14 octobre 2013 1 Contrôle sur place Contrôle

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail