Introduction. Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP 27/06/2012. Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction. Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP 27/06/2012. Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel"

Transcription

1

2 Introduction Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel

3 Sommaire Conférence animée par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACP 1. La veille sur la publicité des produits de banque et d assurance 2. Les contrats non réclamés en assurance vie 3. Les taux de revalorisation en assurance vie 3

4 Sommaire 1. La veille sur la publicité des produits de banque et d assurance Maryvonne Mary, responsable du Service de veille sur les contrats et les risques - Direction du Contrôle des pratiques commerciales François Hanse, contrôleur des pratiques commerciales - Service de veille sur les contrats et les risques 2. Les contrats non réclamés en assurance vie 3. Les taux de revalorisation en assurance vie 4

5 La veille sur la publicité des produits de banque et d assurance 1. Compétences de l ACP en matière de contrôle des publicités 2. Veille et contrôle des publicités 3. Recommandations de l ACP 4. Relations avec les parties prenantes 5. Actions possibles du consommateur 5

6 Introduction Définition large de la publicité «Toute forme de communication destinée à promouvoir, directement ou indirectement, les biens ou l image d une entreprise, d une organisation ou d une personne ayant une activité commerciale, industrielle, artisanale ou exerçant une profession réglementée» Rôle de l ACP conféré par la loi Articles L et L (pôle commun) du code monétaire et financier Pas de validation préalable de la publicité. 6

7 1. Compétences de l ACP en matière de contrôle des publicités 7

8 Que contrôle l ACP? L ACP contrôle : Respect des règles législatives, réglementaires et infra-réglementaires encadrant la publicité : Règles particulières pour le crédit (livre III CC) et l assurance vie (article L CA, recommandations ACP) Adéquation des moyens et procédures mis en œuvre à cet effet par les personnes contrôlées Sont concernés : Toutes les personnes visées à l article L CMF La publicité pour tous produits et contrats distribués par ces personnes Tous les supports de communication 8

9 2. Veille et contrôle des publicités 9

10 Quels objectifs? Objectifs principaux Détecter les manquements aux dispositions législatives ou réglementaires Réaliser un suivi des positions et des objectifs des recommandations Réaliser le suivi des interventions et contrôles Utilisation de la veille Réaction rapide, qui contribue à la prévention Identifier les évolutions de pratiques commerciales et le développement de nouveaux produits Apporter des éléments pour la définition du programme de contrôle sur place 10

11 Quels moyens? Outils de veille des publicités et des produits Un outil de veille produits et marketing Deux outils de veille des publicités diffusées Autres sources d information Réalisation d études/sondages Transmission de réactions Propres constatations 11

12 Quelles méthodes? Analyse quotidienne des publicités adressées par les prestataires Focus selon des priorités Par thématiques : ex. crédit à la consommation Par périodes : ex. taux de rendement en assurance vie En fonction des médias : supports Presse (500 titres), Internet (bannières, home pages et web vidéo), mailings électroniques et postaux Guide méthodologique et grilles de lecture Ex. contenu exact, clair et non trompeur en assurance vie Ex. loi Lagarde du 1 er juillet 2010 et ses décrets d application 12

13 Interventions suite à la veille Publicité diffusée Courrier de constatation Mission de contrôle sur place Formulation des observations de l entreprise sous un certain délai Entretien Informations sur les mesures prises et les moyens et procédures mis en place Suivi Rapport contradictoire Lettre de suite Examen par le collège 13

14 Contrôle sur place des publicités Deux objectifs 1. Conformité des communications à caractère publicitaire 2. Adéquation des moyens et procédures Existence effective de moyens et procédures Partage des responsabilités entre les services conformité, juridique et marketing Relation avec les intermédiaires : partage de responsabilités, échanges d informations, convention producteur-distributeur en assurance vie 14

15 Actions de l ACP en chiffres Veille, tous secteurs et produits confondus 2011 : communications publicitaires analysées et 24 interventions 2012 (5 mois) : communications et 27 interventions 17 contrôles sur place, ciblés ou transversaux, de conformité des publicités 15

16 Exemples de contrôle Corps principal du texte publicitaire + taille de caractère plus importante que celle utilisée pour autres caractéristiques du financement 16

17 Exemples de contrôle 17

18 Exemples de contrôle Conditions de durée de validité Conditions d investissements Avertissement sur le rendement Avertissement sur le capital 10. conditions 18

19 Exemples de contrôle Message original De : Date : 06/12/ :31:04 Cc : Sujet : offre de prêt rapide et fiable dans 72h offre de prêt d'argent solution à vos problème de financement Nous disposons d un capital très élevé qui servira à octroyer des prêts allant de à aux particuliers sérieuses, honnêtes et de bonnes moralités et capables de rembourser. Le taux de remboursement est bas contrairement à celui des Banques. Contactez nous par mail, pour plus de détails. En attente de vous lire veuillez agrées mes salutations les plus distinguées 19

20 Conséquences de l action de l ACP Exemple 1 de réponse d un établissement 20

21 Conséquences de l action de l ACP Exemple 2 de réponse d un établissement 21

22 3. Recommandations de l ACP 22

23 Recommandations de l ACP Recommandations ACP peuvent viser, spécifiquement ou non, les communications à caractère publicitaire (art. L CMF) Consultation systématique de la profession et des instances représentatives des professionnels Présentation des projets de recommandation à la commission consultative Pratiques commerciales 23

24 Recommandations de l ACP Objectifs à atteindre pour assurer une bonne information Demande de professionnels d avoir des grilles de lecture de l ACP Formulation publicitaire non imposée Ex 1 : Ex 2 : 24

25 Recommandations de l ACP 4 recommandations concernent la publicité Communications publicitaires des contrats d assurance vie en u.c. Commercialisation d instruments financiers complexes comme unités de compte Recommandations Contrats obsèques Commercialisation auprès des particuliers de prêts avec un risque de change 25

26 Recommandations de l ACP 1. Recommandation sur la commercialisation d instruments financiers complexes comme unités de compte (15 oct. 2010) Suivant le profil de l IF, la publicité doit permettre au consommateur de comprendre : la nature du support proposé et les risques associés, les sous-jacents utilisés pour pouvoir suivre leur évolution, le profil de gain/perte de l IF, les mécanismes de la formule de calcul pour déterminer le résultat à l échéance. 26

27 Recommandations de l ACP 2. Recommandation sur les communications publicitaires des contrats d assurance vie en u.c. composées de titres obligataires et autres titres de créance (23 mars 2011) Information sur les caractéristiques moins favorables et les risques liés au support Mention de Absence de garantie à l échéance du capital et/ou du rendement ou du niveau de garantie, Rendement de l unité de compte est subordonné à la détention du titre jusqu à son terme, Existence de frais prélevés au titre du contrat. 27

28 Recommandations de l ACP 3. Recommandation sur les contrats obsèques (15 juin 2011) Informer que : Le capital décès peut être utilisé à la convenance du (des) bénéficiaire(s) à des fins étrangères au financement des obsèques. Le capital versé est susceptible d être insuffisant pour couvrir les frais prévisibles d obsèques 4. Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change (6 avril 2012) Information sur les risques (équilibrée p.r. aux avantages) Ne pas minimiser la possibilité de survenance du risque de change Arguments à éviter : stabilité / faiblesse du taux de change ; gains par rapport à un prêt «classique» 28

29 4. Relations avec les parties prenantes 29

30 Articulation compétences avec DGCCRF Compétences identiques sur le fond notamment sur la publicité pour le crédit (livre III du code de la consommation) Compétences complémentaires Assurances, pratiques commerciales transversales (livre I du code de la consommation) Horizons temporels différents Contrôle par l ACP des moyens et procédures mis en place par l entreprise pour élaborer une publicité conforme Sanctions différentes Propres à l ACP : mesures de police administrative /sanctions disciplinaires 30

31 Articulation compétences avec DGCCRF Secret professionnel Contrôles de l ACP sur la base du code de la consommation sans préjudice des compétences de la DGCCRF Réunions bilatérales de coordination sur les pratiques commerciales 31

32 Quelques cas concrets Publicité diffusée par un établissement Dispositions particulières de la loi Lagarde ACP DGCCRF Contrôle de la licéité de la publicité livre III code de la consommation Contrôle de l adéquation des moyens et procédures internes de l établissement pour élaborer sa publicité Base : règlement CRBF et art. L CMF Pouvoir de recherche et de constatation des infractions Art. L code de la consommation Suites selon les pouvoirs propres Contrôle de la licéité de la publicité livre III code de la consommation Suites selon les pouvoirs propres 32

33 Quelques cas concrets Publicité diffusée par un assureur Problématique de publicité «trompeuse» ACP DGCCRF Contrôle de la licéité de la publicité Art. L CA + le cas échéant les recommandations ACP Contrôle de l adéquation des moyens et procédures internes et de la convention producteurdistributeur Art. L CMF et L CA Pouvoir de recherche et de constatation des infractions Art. L code de la consommation Contrôle de loyauté de la publicité Art. L et suivant code de la consommation Suites selon les pouvoirs propres Suites selon les pouvoirs propres 33

34 Quelques cas concrets Publicité diffusée par un organisme Problématique de publicité «trompeuse» ACP DGCCRF Contrôle de l adéquation des moyens et procédures internes de l entreprise pour élaborer sa publicité Base: art. L CMF Art. L code de la consommation Suites selon les pouvoirs propres Pouvoir de recherche et de constatation des infractions Art. L code de la consommation Contrôle de loyauté de la publicité Art. L et suivant code de la consommation Suites selon les pouvoirs propres 34

35 Quelques cas concrets Publicité diffusée par un indicateur ACP DGCCRF Suites auprès des seuls mandants soumis au contrôle de l ACP Pouvoir de recherche et de constatation des infractions Art. L code de la consommation Contrôle de licéité de la publicité Code de la consommation Suites selon les pouvoirs propres 35

36 Relation avec les parties prenantes Pôle commun Coordination de la surveillance des campagnes publicitaires et missions de contrôle conjointes Échanges réguliers avec les associations de consommateurs Commission consultative Pratiques commerciales Réunions bilatérales Échanges ACP - ARPP Impacter d autres acteurs économiques: ex. agences de communication, supports de diffusion Échanger sur les pratiques constatées Sensibiliser les équipes opérationnelles de l ARPP 36

37 5. Actions possibles du consommateur 37

38 Actions possibles du consommateur Saisine du jury de déontologie publicitaire Textes déontologiques Convergence avec les recommandations et positions ACP Intégration du niveau de la complexité des produits et du niveau de culture financière du consommateur Réclamations adressées à l ACP 38

39 Conclusion Aujourd hui, une veille étendue et des actions en cas de manquements Chez les professionnels, évolution dans l appréhension des risques de non-conformité de la publicité 39

40 QUESTIONS 40

41 PAUSE 41

42 Sommaire 1. La veille sur la publicité des produits de banque et d assurance 2. Les contrats non réclamés en assurance vie Pauline de Chatillon, directeur de la direction du Contrôle des pratiques commerciales Geoffroy de Vaucelles, contrôleur des pratiques commerciales - Service de veille sur les contrats et les risques 3. Les taux de revalorisation en assurance vie 42

43 Contrats non réclamés : panorama Traitement des capitaux en Revalorisation post mortem déshérence pendant 29 ou 30 ans Délai de carence (après décès) Contrat signé Vie du contrat Dénouement du contrat par décès de l assuré (ou arrivée du terme) Revalorisation après décès Après 30 ans Rédaction de la clause bénéficiaire Revue de la clause bénéficiaire Recherche de bénéficiaires (en cas de décès) / assuré (en cas de vie) Identification des assurés décédés 43

44 Sommaire 1. Environnement législatif 2. Actions de l ACP 3. Constats des contrôles Rédaction de la clause bénéficiaire Identification des assurés décédés Recherche des bénéficiaires Revalorisation post mortem Traitement des capitaux en déshérence 4. Perspectives 44

45 Environnement législatif : 3 lois 15 décembre 2005 : AGIRA 1 Initiative du bénéficiaire potentiel 21 décembre 2006 Reversement des capitaux en déshérence au Fonds de solidarité vieillesse (Fonds de réserve des retraites avant 2011) 17 décembre 2007 AGIRA 2 : obligation d identification des assurés décédés Consultations par lots et interrogations individuelles du RNIPP Obligation de recherche du bénéficiaire Revalorisation post mortem des capitaux décès 45

46 Actions de l ACP Contrôles sur place depuis janvier 2011 Contrats d assurance vie individuels / collectifs Contrats dénoués par le décès de l assuré / par l arrivée du terme (contrats échus) Contrôles sur pièces Revue de la clause de revalorisation post mortem de 61 contrats d assurance vie émanant de 40 organismes d assurance Analyse de l annexe «protection de la clientèle» du rapport sur le contrôle interne Pratiques en matière de contrats non réclamés 46

47 Rédaction des clauses bénéficiaires Bonne sensibilisation des souscripteurs et des apporteurs Formations et circulaires aux réseaux Mentions précises dans les contrats Lettres d information aux clients Revue des clauses «libres» pour les souscriptions récentes Défaillances constatées Absence d obligation des apporteurs en matière de suivi des clauses bénéficiaires durant la vie du contrat Absence de balayage des portefeuilles pour identifier les clauses bénéficiaires potentiellement problématiques 47

48 Identification des assurés décédés Critères de sélection restreignant la recherche Montant de provision mathématique /1.000 Age de l assuré 90 ans / 80 ans Ex. : critère 90 ans alors qu âge moyen des décès = 72 ans, et 8% des assurés décédés ont 90 ans Exclusion de portefeuilles complets de contrats d assurance vie Procédure / Périodicité / Contrôle interne 48

49 Identification des assurés décédés Registre RNIPP insuffisamment exploité Retours de courriers «NPAI» : exploitation non généralisée Absence/défaillance : procédure de traitement des NPAI, mise à jour des adresses, sensibilisation des réseaux, etc. Rejet bancaire de virements ou de prélèvements : indices de décès à exploiter Utilisation du RNIPP pour identifier les crédirentiers décédés 49

50 Recherche des bénéficiaires Contrats dénoués par le décès de l assuré Hétérogénéité des moyens et de la méthodologie Investigations (interlocuteurs contactés), délais de relance, décision d abandon, contrôle interne, etc. Inefficience de la coopération des apporteurs en matière de recherche Traitement des dossiers complexes Service spécialisé et/ou généalogiste 50

51 Recherche des bénéficiaires Contrats dénoués par l arrivée du terme Recherche le plus souvent inexistante alors que le contrat ne se revalorise plus à l échéance et que les capitaux peuvent être significatifs Ex. : contrat > échu, non réglé depuis 1999 Ex. : ancienneté moyenne des contrats échus et non réglés : 18 ans Traitement des courriers NPAI : défaillance ou absence Assurance collective : recherche inexistante ou insuffisante 51

52 Revalorisation post mortem Depuis le 18 décembre 2008 Contrats doivent préciser les conditions dans lesquelles, en cas de décès, la revalorisation du capital garanti intervient à compter, au plus tard, du 1 er anniversaire du décès de l assuré, jusqu à réception des pièces nécessaires au paiement Revalorisation en cours de vie du contrat Décès de l'assuré Délai de carence d'un an maximum Revalorisation post mortem (pièces justificatives) 52

53 Revalorisation post mortem Revalorisation post mortem du fonds euros dans tous les contrats revus Revalorisation normale du contrat dans certains organismes Ex. : «La garantie en euros continue à capitaliser dans les conditions contractuelles jusqu à réception de la totalité des pièces nécessaires au règlement des capitaux décès» Pas de délai de carence Situation favorable aux bénéficiaires Absence de mention des frais prélevés durant la revalorisation 53

54 Revalorisation post mortem Indication expresse d absence de revalorisation Limitation de la revalorisation à 1 an Fin de la revalorisation à la date de notification du décès (et non de la réception des pièces justificatives) Information limitée : taux de revalorisation est fixé discrétionnairement par l assureur chaque année sans détail sur le taux ou la méthodologie 54

55 Revalorisation post mortem Modalités de revalorisation complexes et pas toujours avantageuses pour les clients Ex. : «Le taux annuel de revalorisation est égal à la moyenne des taux EONIA constatés chaque jour du mois de décembre qui précède la revalorisation» Modalités de revalorisation difficilement compréhensibles Ex. : «La prestation due au jour du décès de l assuré est inscrite au compte de PSAP non productif d intérêt jusqu à la date du 1 er anniversaire dudit décès. La prestation restée due à cette date est revalorisée à compter du 1 er jour du mois anniversaire du décès jusqu au dernier jour du mois précédent la date de réception des pièces nécessaires à son règlement. Le taux d intérêt appliqué à la provision pour revaloriser celle-ci est, pour chaque année civile, égal au produit du nombre de mois ainsi déterminés par un douzième du taux brut fixé par l assureur en début d année pour cet exercice» 55

56 Traitement des capitaux en déshérence Définition : > 30 ans Absence de procédure comptable Avant 2006 : intégration aux participations aux bénéfices versées? Absence de traçabilité Liquidation des PSAP : état non renseigné Revalorisation des capitaux reversés au FSV : pratiques hétérogènes (nominalisme monétaire / revalorisation des capitaux) 56

57 Contrats non réclamés Défaillances Traitement des capitaux en déshérence Absence de reversement au FSV/ sommes reversées incomplètes Reversement au FSV de capitaux Non revalorisés Risque de reversement suite à identification > 30 ans après le décès (sans recherche des bénéficiaires) Revalorisation post mortem Absence de clause de revalorisation Absence de revalorisation Taux de revalorisation spécifique Taux dérisoire/ non déterminable par le client Application de frais non mentionnés dans le contrat Rédaction de la clause bénéficiaire Absence de sensibilisation des souscripteurs / apporteurs Absence de suivi des clauses bénéficiaires Absence d identification des clauses problématiques 5 Contrats non réclamés Identification des assurés décédés Application de critères de sélection (âge, montant de PM) Fréquence de balayage insuffisante Exclusion de portefeuilles Absence de contrôle interne Recherche des bénéficiaires Recherche des bénéficiaires des contrats dénoués par décès Délais de recherche trop importants à compter de la découverte du décès de l assuré Moyens insuffisants / absence de relance / clôture rapide Absence de service spécialisé / spécialistes extérieurs Absence de recherche des bénéficiaires des contrats échus 57

58 Contrats non réclamés Cercle vertueux Traitement des capitaux en déshérence Pas de reversement au FSV puisque Règlement du contrat au(x) bénéficiaire(s) Revalorisation post mortem Inutile puisque Identification du décès Règlement rapide du contrat après recherche du(des) bénéficiaire(s) Rédaction de la clause bénéficiaire Sensibilisation des souscripteurs et des apporteurs Formations et circulaires aux réseaux Contrats/ courriers aux clients/ revue des clauses 4 Contrats non réclamés Identification des assurés décédés Balayage de tous les portefeuilles de contrats Procédure/ périodicité/ contrôle interne Exploitation des NPAI Exploitation des indices de décès Recherche des bénéficiaires Recherche des bénéficiaires des contrats dénoués par décès Procédure / méthodologie / contrôle interne Traitement spécifique des dossiers complexes Recherche des bénéficiaires des contrats échus Contrats individuels et contrats collectifs 58

59 Perspectives Bilan approfondi sur les contrats non réclamés en assurance vie en 2013 sur la base Des contrôles sur place achevés De l analyse de l annexe protection de la clientèle des rapports sur le contrôle interne De la revue d un échantillon significatif de contrats d assurance vie 59

60 QUESTIONS 60

61 Sommaire 1. La veille sur la publicité des produits de banque et d assurance 2. Les contrats non réclamés en assurance vie 3. Les taux de revalorisation en assurance vie Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACP Olivier de Bandt, directeur des Études 61

62 QUESTIONS 62

63 CONCLUSION Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACP 63

Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR

Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR 1 Introduction Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR 2 Sommaire Conférence animée par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACPR 1. Évolutions réglementaires

Plus en détail

La publicité dans le secteur financier : l action de l Autorité de contrôle prudentiel depuis 2010

La publicité dans le secteur financier : l action de l Autorité de contrôle prudentiel depuis 2010 La publicité dans le secteur financier : l action de l Autorité de contrôle prudentiel depuis 2010 François HANSE Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel Direction du Contrôle des pratiques

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF

Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF Natalie Lemaire Directrice des Relations avec les Epargnants, AMF et Coordinatrice des travaux du pôle commun ACP/AMF Conférence de Presse

Plus en détail

LOI ECKERT : Des dispositions nouvelles sur les comptes bancaires inactifs et les contrats d assurance vie en déshérence

LOI ECKERT : Des dispositions nouvelles sur les comptes bancaires inactifs et les contrats d assurance vie en déshérence 1 LOI ECKERT : Des dispositions nouvelles sur les comptes bancaires inactifs et les contrats d assurance vie en déshérence Point de vue Ailancy Mars 2015 SOMMAIRE 2 1. Contexte et objectifs de la Loi Eckert

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES Des produits et services proposés par Groupama Banque Applicables au 1 er JANVIER 2015 Clientèle DES PROFESSIONNELS AGRICOLES Des artisans, commerçants et prestataires de services

Plus en détail

Conférence EIFR 18 décembre 2014

Conférence EIFR 18 décembre 2014 Conférence EIFR 18 décembre 2014 Prudentiel/Pratiques commerciales bancaires et assurances Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie

Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie 2015-R-01 du 12 février 2015 1. Contexte Les communications constituent la toute première étape de la relation

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance Le Capital Différé SCA Conditions Générales valant Proposition d Assurance DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. LE CAPITAL DIFFÉRÉ SCA est un contrat individuel d assurance en cas de vie à capital différé

Plus en détail

1 Les avoirs bancaires et les contrats d assurance-vie en déshérence : une protection renforcée des épargnants

1 Les avoirs bancaires et les contrats d assurance-vie en déshérence : une protection renforcée des épargnants 1 Les avoirs bancaires et les contrats d assurance-vie en déshérence : une protection renforcée des épargnants PRÉSENTATION La situation des avoirs bancaires et des contrats d assurance-vie en déshérence

Plus en détail

Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013

Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013 Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013 Natalie LEMAIRE Olivier FLICHE Conférence de presse le 13 juin 2014 1 Sommaire 1. Le point d entrée commun : Assurance Banque Épargne Info Service 2. Bilan 2013

Plus en détail

Protéger la clientèle des secteurs de la banque et de l assurance

Protéger la clientèle des secteurs de la banque et de l assurance Chapitre 3 Protéger la clientèle des secteurs de la banque et de l assurance Sommaire 125 Les contrôles effectués en 2011 et leurs enseignements 133 La mobilité bancaire 137 Le traitement des demandes

Plus en détail

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Christine LAGARDE Conférence de presse du 9 mars 2010 DOSSIER DE PRESSE

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

LOIS. L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

LOIS. L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : LOIS LOI n o 2007-1775 du 17 décembre 2007 permettant la recherche des bénéficiaires des contrats d assurance sur la vie non réclamés et garantissant les droits des assurés (1) NOR : ECEX0710947L L Assemblée

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants?

La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants? La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants? Natalie LEMAIRE, Directrice des relations avec les épargnants de l AMF, Coordonnatrice du pôle commun AMF/ACP Jeudi

Plus en détail

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00)

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) Rabat, le 11 mars 2002 CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) RELATIVE A LA RELATION ENTRE LES SOCIETES DE BOURSE ET LEUR CLIENTELE DANS LE CADRE DE L ACTIVITE D INTERMEDIATION Aux

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1511839D Intitulé du texte : Ministère à l origine de la mesure : Ministère des finances et des comptes publics Date d établissement de la présente

Plus en détail

garantie complémentaire santé.

garantie complémentaire santé. PRÉAMBULE INTÉGRANCE FRAIS D OBSÈQUES est un contrat collectif d assurance temporaire en cas de décès souscrit par la Mutuelle Intégrance (le souscripteur) auprès de la Mutuelle MICILS (l organisme assureur),

Plus en détail

Un contrat accessible

Un contrat accessible Octobre 2013 Un contrat accessible Minimum de versements programmés* : - 50 par mois - 100 par trimestre - 150 par semestre ou par an ou par versement libre *A conseiller, eu égard au traitement fiscal

Plus en détail

CN5 Productions. dossier de souscription. composition du dossier de souscription : Veuillez envoyer l ensemble des documents ci-dessus à :

CN5 Productions. dossier de souscription. composition du dossier de souscription : Veuillez envoyer l ensemble des documents ci-dessus à : dossier de souscription CN5 Société Anonyme au capital de 37 000 800 055 790 RCS PARIS Siège social : 21 rue du Faubourg Saint- Antoine, 75011 Paris Tél. : + 33 (0)1 55 28 32 15 Email : contact@cn5productions.com

Plus en détail

Marché financier du Maroc Bilan et perspectives. Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009

Marché financier du Maroc Bilan et perspectives. Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009 Marché financier du Maroc Bilan et perspectives Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009 Plan de la présentation 1. Historique 2. Aperçu du marché en chiffres 3. Bilan de la réforme 4. Principaux

Plus en détail

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L LOIS LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président

Plus en détail

1. Fipavie Expertises option revenus à vie est un contrat d assurance vie individuel exprimé en euros et/ou en unités de compte.

1. Fipavie Expertises option revenus à vie est un contrat d assurance vie individuel exprimé en euros et/ou en unités de compte. 1. Fipavie Expertises option revenus à vie est un contrat d assurance vie individuel exprimé et/ou en unités de compte. 2. Garanties : l En cas de vie de l assuré au terme : paiement d un capital (voir

Plus en détail

Himalia Capitalisation

Himalia Capitalisation Generali Patrimoine Himalia Capitalisation Orchestrez votre vie avec assurance Complémentaire à un contrat d assurance vie, le contrat de capitalisation s adresse notamment aux investisseurs soucieux d

Plus en détail

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION «BNP Paribas Personal Finance» veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois,

Plus en détail

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993 Loi Neiertz La loi Neiertz a été instaurée pour définir les conditions inhérentes à la situation de surendettement d un foyer, c est-à-dire l incapacité à faire face à l ensemble des dettes non professionnelles

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle ATELIER n 2 Devoir de conseil et responsabilité professionnelle Vincent Patrimonio, GRAS SAVOYE Professions «Les conseilleurs ne sont pas les payeurs». Est-ce vrai? A quels risques s exposent les professionnels

Plus en détail

AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION COMMISSION DES SANCTIONS

AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION COMMISSION DES SANCTIONS CARDIF ASSURANCE VIE Procédure n o 2013-03 bis Blâme et sanction pécuniaire de 10 millions d euros Audience du 21 mars 2014 Décision rendue le 7 avril 2014 AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Formulaire ASSURANCE. Exercice 2011 SUR LES RÈGLES DE PROTECTION DE LA CLIENTÈLE

NOTICE EXPLICATIVE. Formulaire ASSURANCE. Exercice 2011 SUR LES RÈGLES DE PROTECTION DE LA CLIENTÈLE RAPPORT DE CONTRÔLE INTERNE ANNEXE RELATIVE A L APPLICATION DES RÈGLES DE PROTECTION DE LA CLIENTÈLE NOTICE EXPLICATIVE Formulaire ASSURANCE Exercice 2011 TRANSMISSION DE L ANNEXE AU RAPPORT DE CONTRÔLE

Plus en détail

Introduction Fabrice Pesin, Secrétaire général adjoint de l ACP

Introduction Fabrice Pesin, Secrétaire général adjoint de l ACP Introduction Fabrice Pesin, Secrétaire général adjoint de l ACP Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel Sommaire 1 ère partie : le contrôle des systèmes d information par l ACP : objectifs,

Plus en détail

Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011. Tous droits réservés 2011

Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011. Tous droits réservés 2011 Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Les produits, les services et les instruments

Plus en détail

Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions

Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions Secteur des réformes 04/10/07 Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions Les principaux termes de la problématique des avoirs non réclamés de l assurance vie (parmi lesquels

Plus en détail

Assurance Vie. Libre Autonomie 2. Référence DPP 12-101. Dispositions Générales valant note d information. Avec vous de A à Z

Assurance Vie. Libre Autonomie 2. Référence DPP 12-101. Dispositions Générales valant note d information. Avec vous de A à Z Assurance Vie Libre Autonomie 2 Référence DPP 12-101 Dispositions Générales valant note d information Avec vous de A à Z 2 1) Libre Autonomie 2 est un contrat d assurance vie individuel exprimé en euros

Plus en détail

Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel

Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel 2 Sommaire 1. Le dispositif préventif LCB-FT : l insertion au sein du dispositif de contrôle interne (Henry de Ganay,

Plus en détail

Vu la loi n 76-03 du 23 novembre 2005, portant statut de Bank Al-Maghrib ;

Vu la loi n 76-03 du 23 novembre 2005, portant statut de Bank Al-Maghrib ; Délibération n 479-AU-2013 du 01/11/2013 portant modèle de demande d autorisation relative au traitement de données à caractère personnel mis en œuvre par des établissements de crédit et organismes assimilés

Plus en détail

l eri Communication à caractère promotionnel

l eri Communication à caractère promotionnel l eri Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance. L investisseur supporte le risque de crédit de NATIXIS (Moody s : A2 / Fitch : A / Standard & Poor s :

Plus en détail

dossier de souscription

dossier de souscription Société Anonyme au capital de 37 000 Y Siège social : 5 rue de la Rochefoucauld, 75009 Paris 799 429 105 RCS PARIS Tél. : + 33 (0)1 48 78 16 09 Email : contact@chaocorpcinema.com Site : www.chaocorpcinema.com

Plus en détail

> Opportunité Zen. Assurance Vie & Capitalisation. Mai 2013

> Opportunité Zen. Assurance Vie & Capitalisation. Mai 2013 Assurance Vie & Capitalisation > Opportunité Zen Mai 2013 Titre de créance à capital garanti, support en unités de compte d un contrat d assurance vie ou de capitalisation, d une durée de 8 ans. Offre

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATES-FORMES ET DES PORTEURS DE PROJET

GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATES-FORMES ET DES PORTEURS DE PROJET GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATESFORMES ET DES PORTEURS DE PROJET Selon les modalités de financement retenues, un opérateur de crowdfunding peut être soumis au respect

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

Inflation + 2020. Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur

Inflation + 2020. Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur Inflation + 2020 Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur L investisseur supporte le risque de crédit de l émetteur, Crédit Agricole CIB Un horizon de placement

Plus en détail

Arrêté du ministre des finances et de la privatisation n 2240-04 du 14 kaada 1425. (27 décembre 2004) relatif au contrat d assurance.

Arrêté du ministre des finances et de la privatisation n 2240-04 du 14 kaada 1425. (27 décembre 2004) relatif au contrat d assurance. Arrêté du ministre des finances et de la privatisation n 2240-04 du 14 kaada 1425 (27 décembre 2004) relatif au contrat d assurance. LE MINISTRE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION, Vu la loi n 17-99 portant

Plus en détail

DÉTERMINATION DE L ACTIF SUCCESSORAL :

DÉTERMINATION DE L ACTIF SUCCESSORAL : CRIDON Nord-Est CHRONIQUE COMMENTEE DÉTERMINATION DE L ACTIF SUCCESSORAL : LA BOÎTE À OUTILS DU NOTAIRE SE COMPLÈTE Les difficultés de recherche des éléments constitutifs de l actif successoral limitent

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Décembre 2011 Les principes d application sectoriels,

Plus en détail

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33.6.58.84.77.40

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) TITRE I

REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) TITRE I REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) Siège Social : 7/9 Villa de Lourcine 75014 PARIS. TITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

CARREFOUR PREMIUM 2015

CARREFOUR PREMIUM 2015 CARREFOUR PREMIUM 2015 Brochure commerciale Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Période de commercialisation : Du 1 er octobre 2015 au 5 novembre

Plus en détail

GARANTIE RENTE DE CONJOINT SURVIVANT

GARANTIE RENTE DE CONJOINT SURVIVANT PRÉVOYANCE ET RETRAITE DES AGENTS GÉNÉRAUX D ASSURANCE ASSOCIATION LOI DE 1901 GARANTIE RENTE DE CONJOINT SURVIVANT DES AGENTS GÉNÉRAUX D ASSURANCE EN ACTIVITÉ N 2282004150000 La présente notice équivaut,

Plus en détail

A22/10/2012 CONTRAT SOLIDAIRE. NOTICE D INFORMATION l 1 sur 7 EN VIGUEUR AU 01 MAI 2013 SOMMAIRE

A22/10/2012 CONTRAT SOLIDAIRE. NOTICE D INFORMATION l 1 sur 7 EN VIGUEUR AU 01 MAI 2013 SOMMAIRE NOTICE D INFORMATION l 1 sur 7 CONTRAT SOLIDAIRE contrat d assurance VIE de groupe À ADHÉSION FACULTATIVE EN VIGUEUR AU 01 MAI 2013 A22/10/2012 1. CONTRAT SOLIDAIRE est un contrat d assurance vie de groupe

Plus en détail

le livret 10/12 conditions générales

le livret 10/12 conditions générales le livret 10/12 conditions générales 1 - Ouverture et détention du Livret 10/12 1.1 - Conditions d ouverture et de détention Toute personne physique mineure de nationalité française ou étrangère, représentée

Plus en détail

BANQUE NATIONALE AGRICOLE

BANQUE NATIONALE AGRICOLE BANQUE NATIONALE AGRICOLE Société Anonyme au capital de 100 000 000 dinars divisé en 20 000 000 actions de nominal 5* dinars entièrement libérées Siège social : Rue Hedi Nouira 1001 Tunis Registre du Commerce

Plus en détail

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Association agréée pour la fourniture de services aux personnes : SAP/N 377891759 N de Siret: 37789175900054 CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Mme/Mr ------------------------------------------,-----------------------------------------------------

Plus en détail

13 Modification de l article L.122-11 du Code de la consommation sur les pratiques commerciales agressives.

13 Modification de l article L.122-11 du Code de la consommation sur les pratiques commerciales agressives. 5. LA PUBLICITÉ Les analyses réalisées ci-après s appuient sur l examen des supports transmis par les prêteurs, sur des recherches sur les sites Internet de ces établissements, sur l observation sur des

Plus en détail

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION CARDIF ELITE

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION CARDIF ELITE PROCEDURE DE SOUSCRIPTION CARDIF ELITE Pour souscrire au contrat d assurance vie Cardif Elite, suivez le mode d'emploi ci-dessous: Le dossier de souscription Complétez et signez le bulletin de souscription

Plus en détail

Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE

Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE PIERRE DE LUNE Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE PIERRE DE LUNE PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Optimiser la fiscalité de votre patrimoine Accéder à une gestion financière sur mesure Diversifier votre épargne

Plus en détail

NOTE D INFORMATIONS PRÉCONTRACTUELLES. EsPRIT LIBRE RéféREncE/InITIaTIvE

NOTE D INFORMATIONS PRÉCONTRACTUELLES. EsPRIT LIBRE RéféREncE/InITIaTIvE NOTE D INFORMATIONS PRÉCONTRACTUELLES EsPRIT LIBRE RéféREncE/InITIaTIvE Informations commerciales au 01/01/2014 L EssEnTIEL La Convention Esprit Libre est une offre globale de produits et de services que

Plus en détail

OCTUOR. Un nouvel horizon pour votre épargne. www.generali-patrimoine.fr

OCTUOR. Un nouvel horizon pour votre épargne. www.generali-patrimoine.fr OCTUOR Un nouvel horizon pour votre épargne www.generali-patrimoine.fr Avec Octuor, donnez du sens à votre stratégie patrimoniale Octuor est un contrat d assurance vie multisupport et multigestionnaire

Plus en détail

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1 Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs Déplacement de Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics et Carole Delga, secrétaire d État chargée

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

1) Le nantissement du contrat d assurance : principes juridiques

1) Le nantissement du contrat d assurance : principes juridiques Diane Patrimoine NANTISSEMENT ET GARANTIE DE PASSIF : le contrat d assurance-vie ou de capitalisation, un outil au service du client, de l entrepreneur et de ses conseils. (Réunion du Pole Ingénierie Patrimoniale

Plus en détail

FICHE D INFORMATION. les sommes sont versées par la Mutuelle dans un délai de 15 jours ouvrés (voir paragraphe «valeur de rachat» : article 7).

FICHE D INFORMATION. les sommes sont versées par la Mutuelle dans un délai de 15 jours ouvrés (voir paragraphe «valeur de rachat» : article 7). Mutuelle Carcept Prev Mutuelle régie par le Livre II du Code de la Mutualité RNM 431 875 210 FICHE D INFORMATION CONTRAT CAPITAL OBSÈQUES «Capital Obsèques» est un contrat d assurance décès vie entière

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations

Plus en détail

Investir dans des produits financiers

Investir dans des produits financiers En savoir plus sur les services financiers Investir dans des produits financiers La directive MiFID : guide du Consommateur Comité Européen des Régulateurs des Marchés de Valeurs mobilières Commission

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATIONS CLÉS POUR L INVESTISSEUR

DOCUMENT D INFORMATIONS CLÉS POUR L INVESTISSEUR DOCUMENT D INFORMATIONS CLÉS POUR L INVESTISSEUR Société de Gestion ixo PRIVATE EQUITY 34, rue de Metz 31 0 00 Toulouse Site : www.ixope.fr Dépositaire Réalisation : ixo Private Equity Illustration : Ronald

Plus en détail

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix particuliers PROFESSIONNELS professionnels entreprises entreprises GÉNÉRATION RESPONSABLE Être un assureur responsable, c est donner à chacun les moyens de faire les bons choix pour protéger ce qui lui

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE BANQUE EN LIGNE

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE BANQUE EN LIGNE CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE BANQUE EN LIGNE https://banque.edmond-de-rothschild.fr 1. OBJET Edmond de Rothschild (France), société anonyme au capital de 83.075.820 euros, dont le siège

Plus en détail

LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES

LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES Article 1 OUVERTURE ET DETENTION Le Livret Grand Prix est un compte d épargne qui peut être ouvert par toute personne physique Il ne peut

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D'ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE (Renseignements servant de base à l'établi ssement d'un éventuel contrat en euros)

QUESTIONNAIRE D'ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE (Renseignements servant de base à l'établi ssement d'un éventuel contrat en euros) QUESTIONNAIRE D'ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE (Renseignements servant de base à l'établi ssement d'un éventuel contrat en euros) Attention : conformément aux dispositions de l article

Plus en détail

Les avoirs bancaires et les contrats d assurance-vie en déshérence

Les avoirs bancaires et les contrats d assurance-vie en déshérence COMMUNICATION À LA COMMISSION DES FINANCES, DE L ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET DU CONTRÔLE BUDGETAIRE DE L ASSEMBLEE NATIONALE ARTICLE 58-2 DE LA LOI ORGANIQUE DU 1 ER AOÛT 2001 RELATIVE AUX LOIS DE FINANCES Les

Plus en détail

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS 23/07/2012 La loi dite de sécurité financière du 1er août 2003 a donné un statut à l activité de conseil en investissements financiers (CIF) du fait de la complexité

Plus en détail

PER Convergence Le Guide de l épargnant

PER Convergence Le Guide de l épargnant Comment choisir vos supports de placement? PER Convergence Le Guide de l épargnant Avec PER Convergence, votre entreprise met à votre disposition deux dispositifs d épargne au service de vos projets dans

Plus en détail

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 4 avril 2012 Contact: Marie-Agnès NICOLET Présidente de REGULATION PARTNERS 06 58 84 77 40 IOBSP: les évolutions réglementaires o Après le rapport Deletré

Plus en détail

Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER

Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER HEPTA CONSULT S.A. 5, ZAI de Bourmicht L-8070 BERTRANGE Introduction 1. Qu est ce qu un produit d assurance? Définition intrinsèque : ses caractéristiques.

Plus en détail

SOMMAIRE VOTRE SITUATION FISCALITE DES RENTES 8 FORMALITES ADMINISTRATIVES 11 INFORMATIONS LEGALES 13 CONTACTS PREDICA 17

SOMMAIRE VOTRE SITUATION FISCALITE DES RENTES 8 FORMALITES ADMINISTRATIVES 11 INFORMATIONS LEGALES 13 CONTACTS PREDICA 17 Rente PSA GUIDE DU RETRAITE «RENTE PSA» VALANT NOTICE D INFORMATION En application de la demande d adhésion à la convention n 7E000212 Rente PSA» conclu entre votre entreprise et PREDICA, compagnie d assurances

Plus en détail

J E P 2013. Partenaires de la FPI

J E P 2013. Partenaires de la FPI J E P 2013 Partenaires de la FPI 23 & 24 janvier 2013 2 LA RÉFORME DU STATUT DES IOBSP Document strictement réservé aux Partenaires Professionnels 23 et 24 janvier 2012 SOMMAIRE Le contenu de la réforme

Plus en détail

Crowdfunding : Rêve ou réalité?

Crowdfunding : Rêve ou réalité? Crowdfunding : Rêve ou réalité? L encadrement du financement participatif : contrainte ou opportunité? Mardi 16 septembre 2014 Cinquième Matinale CCEF Cercle de l Union Interalliée (Paris) SOMMAIRE Le

Plus en détail

LE LIVRET 10/12 CONDITIONS GENERALES

LE LIVRET 10/12 CONDITIONS GENERALES LE LIVRET 10/12 CONDITIONS GENERALES 1 - Ouverture et détention du Livret 10/12 1.1 - Conditions d ouverture et de détention Toute personne physique mineure de nationalité française ou étrangère, représentée

Plus en détail

Vu le Code monétaire et financier, notamment ses articles L. 612-23-1, R. 612-29-3 et R. 612-29-4 ;

Vu le Code monétaire et financier, notamment ses articles L. 612-23-1, R. 612-29-3 et R. 612-29-4 ; AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION ----- Instruction n 2015-I-02 relative au formulaire de nomination ou de renouvellement de dirigeant des organismes du secteur assurance L Autorité de contrôle

Plus en détail

FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE. Notice d Information

FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE. Notice d Information FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) - Code valeur : 990000097559 Compartiment oui non Nourricier oui non Notice d Information Un Fonds Commun de Placement d Entreprise

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

LE LIVRET A CONDITIONS GENERALES

LE LIVRET A CONDITIONS GENERALES BRETAGNE PAYS DE LOIRE LE LIVRET A CONDITIONS GENERALES A COMPTER DU 1 er FÉVRIER 2013 personnes physiques/ syndicats de copropriétaires /associations mentionnées à l art. 206 5 du CGI/organismes d HLM,

Plus en détail

Conditions générales. retraite option 1A RI OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES

Conditions générales. retraite option 1A RI OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES la retraite option 1A RI Conditions générales LA RETRAITE (1A RI) est une Convention d assurance collective sur la vie à adhésion facultative, régie par le Code des assurances.elle est souscrite par la

Plus en détail

LES PROBLEMES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN. Présenté par Paulin DAKO

LES PROBLEMES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN. Présenté par Paulin DAKO LES PROBLEMES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN Présenté par Paulin DAKO PLAN 1. Introduction 2. Problèmes constatés par la Direction des Assurances 3. Solutions à envisager 4. Que retenir? 1 INTRODUCTION

Plus en détail

(A.R. 24.11.2009 - M.B. 03.12.2009) modifié par (A.R. 23.05.2013 M.B. 12.07.2013) (A.R. 26.01.2014 M.B. 10.03.2014) - COORDINATION OFFICIEUSE -

(A.R. 24.11.2009 - M.B. 03.12.2009) modifié par (A.R. 23.05.2013 M.B. 12.07.2013) (A.R. 26.01.2014 M.B. 10.03.2014) - COORDINATION OFFICIEUSE - mars 2014 LOTERIE NATIONALE Société anonyme de droit public (Loi du 19 avril 2002) RUE BELLIARD 25-33 1040 BRUXELLES Tél. : 02/238.45.11 MODALITES GENERALES DE LA PARTICIPATION AUX LOTERIES PUBLIQUES ET

Plus en détail

Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement

Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement 1. Qualificati on juri di que Est intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement toute personne qui exerce l'intermédiation

Plus en détail

Pleins Services Obsèques Epargne

Pleins Services Obsèques Epargne Pleins Services Obsèques Epargne Contrat d assurance vie Conditions générales OFPF, partenaire fondateur de la Charte du respect de la personne endeuillée, signée le 29 octobre 2009 avec Nadine Morano,

Plus en détail

DOSSIER DE SOUSCRIPTION

DOSSIER DE SOUSCRIPTION Société Anonyme au capital de 37.000 T 809 460 868 RCS PARIS 5 rue de la Rochefoucauld 75009 Paris Tél. : + 33 (0)1 48 78 21 16 Email : contact@lorettefilms.com Site : www.lorettefilms.com COMPOSITION

Plus en détail