Propagation d ondes. Chapitre Ligne de transmission Types de lignes de transmission

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Propagation d ondes. Chapitre 1. 1.1 Ligne de transmission. 1.1.1 Types de lignes de transmission"

Transcription

1 Chapitre 1 Propagation d ondes Ce premier chapitre permet de réviser les concepts de base de la propagation d ondes. On verra en détails les concepts de ligne de transmission, un concept fondamental pour l étude des circuits à hautes fréquences. Les lignes de transmission forment la base de l analyse des circuits à hautes fréquences. On verra différents types de lignes de transmission, comme les câbles coaxiaux ou les guide planaires, et les concepts qui s y rattachent, comme le coefficient de réflexion. On verra aussi un outil très important dans l analyse de circuits à hautes fréquences, l abaque de Smith. 1.1 Ligne de transmission Une ligne de transmission est une structure qui permet de guides des ondes électromagnétiques. Quelques exemples communs sont : câble coaxial, fil de cuivre, ligne microruban. Les lignes de transmission sont composées d un ou plusieurs conducteurs entourés d un isolant Types de lignes de transmission On présente ici les types les plus communs de ligne de transmission. 1

2 Câble coaxial Le câble coaxial est le type de ligne de transmission le plus commun. Ce type de ligne de transmission permet de transporter des signaux de toutes les fréquences, selon les dimensions. Un exemple est donné à la figure 1.1. conducteur diélectrique (a) Schématisation (b) Exemples de câbles coaxiaux Figure 1.1 Câble coaxial Deux fils Les deux fils sont de moins en moins utilisés. On s en servait principalement pour raccorder une antenne à une télévision. Un exemple est donné à la figure 1.2. conducteurs (a) Schéma (b) Exemple Figure 1.2 Deux fils Plaques parallèles Les plaques parallèles sont peu utilisées en pratique, mais elle peuvent servir à simplifier l analyse de guides d ondes plus complexes. Un exemple est montré à la figure 1.3. Gabriel Cormier 2 GELE5223

3 conducteurs (a) Schéma (b) Exemple Figure 1.3 Plaques parallèles Ligne microruban La ligne microruban (microstrip en anglais) est le type de guide d onde le plus utilisé pour les circuits intégrés à haute fréquence. La ligne microruban est composée d un substrat (en Si, ou GaAs, ou InP, etc.) dont le dessus comporte une ligne de métal. Le dessous du substrat est plaqué en métal et fournit la mise à terre. La figure 1.4 montre un exemple. (a) Schéma (b) Exemple Figure 1.4 Ligne microruban Ligne coplanaire La ligne coplanaire est un guide d onde souvent utilisé dans les circuits intégrés. Il ressemble à la ligne microruban, sauf que les mises à terre sont placées de chaque côté du conducteur, comme à la figure 1.5. Gabriel Cormier 3 GELE5223

4 (a) Schéma (b) Exemple Figure 1.5 Ligne coplanaire 1.2 Modélisation de la ligne de transmission Une des différences principales entre l analyse de circuits électriques et l analyse de circuits avec des lignes de transmission est la taille électrique. Dans l analyse des circuits, on suppose que la longueur d onde est très supérieure aux dimensions physiques du circuit. Lorsqu on travaille à plus hautes fréquences, la longueur d onde diminue, et les dimensions physiques du circuit sont du même ordre de grandeur que la longueur d onde. Certains phénomènes qu on pouvait négliger à basses fréquences ne sont plus négligeables. Il faut donc une meilleure façon d analyser les circuits. La méthode des lignes de transmission permet d analyser des circuits à hautes fréquences en termes familiers à l analyse de circuits : tension, courant, impédance. À hautes fréquences, ces termes dépendent des équations de Maxwell, mais on cherche à simplifier l analyse pour éviter l utilisation des champs électriques et magnétiques Modélisation On utilise le modèle de la figure 1.6 pour schématiser une ligne de transmission. La ligne comporte une tension et un courant qui varient en fonction du temps et en fonction de la distance z. On analyse une petite section z de la ligne. Cette petite section de ligne est modélisée à l aide d éléments idéaux, comme montré à la figure 1.7. Les éléments idéaux représentent tous des caractéristiques réelles de la ligne : R représente la résistance en série des conducteurs, en Ω/m. Gabriel Cormier 4 GELE5223

5 i(z, t) v(z, t) z z Figure 1.6 Schéma d une ligne de transmission R z L z v(z,t) G z C z v(z z,t) z Figure 1.7 Modélisation d une ligne de transmission L représente l inductance série de la ligne, en H/m, G représente les pertes dans le diélectrique qui sépare les conducteurs, en S/m, C représente la capacitance parasite, puisque les deux conducteurs sont séparés par un diélectrique, en F/m. Pour une ligne sans pertes, R = G =. On cherche maintenant à relier la tension à z z à la tension à z. En appliquant les lois de Kirchhoff, et en prenant la limite z, on obtient : dv (z) = (R jωl)i(z) dz (1.1) di(z) = (G jωc)v (z) dz (1.2) On solutionne ces deux équations pour obtenir : où d 2 V (z) dz 2 γ 2 V (z) = (1.3) (1.4) d 2 I(z) dz 2 γ 2 I(z) = (1.5) γ = α jβ = (R jωl)(g jωc) (1.6) Gabriel Cormier 5 GELE5223

6 est la constante de propagation, qui est fonction de la fréquence. La partie réelle α représente l atténuation de la ligne. Les solutions pour V (z) et I(z) sont : V (z) = V eγz V eγz (1.7) I(z) = I eγz I eγz (1.8) où le terme e γz représente la propagation de l onde dans le sens z, et le terme e γz représente la propagation de l onde dans le sens z. On peut relier la tension et le courant sur la ligne avec la relation : Z = V I = V I = R jωl R jωl = γ G jωc (1.9) où Z est l impédance caractéristique de la ligne de transmission Cas particulier : ligne sans pertes On utilise souvent la simplification qu une ligne de transmission est sans pertes. Pour des lignes de transmission réelles, les pertes sont généralement très faibles, et cette simplification est valide. Pour une ligne sans pertes, R = G =. La constante de propagation se simplifie à : γ = jω LC (1.1) β = ω LC (1.11) α = (1.12) L impédance caractéristique d un ligne sans pertes est : Z = L C ce qui fait que l impédance caractéristique de la ligne est réelle. (1.13) Paramètres des lignes de transmission Les paramètres (R, L, G et C) des lignes de transmission sont obtenus en analysant les champs électriques et magnétiques. Le tableau 1.1 résume les paramètres des lignes de transmission les plus communes. Gabriel Cormier 6 GELE5223

7 L C R G Ligne coaxiale 2 fils Plaques parallèles Unité ( ) ( ) µ b 2π ln µ D µd a π cosh1 H/m 2a w 2πɛ πɛ ɛ w ln(b/a) cosh 1 F/m (D/2a) d ( R s 1 2π a 1 ) R s 2R s Ω/m b πa w 2πωɛ πωɛ ωɛ w ln(b/a) cosh 1 S/m (D/2a) d Tableau 1.1 Résumé des paramètres des lignes de transmission communes Dans les équations du tableau 1.1, la constante diélectrique est ɛ = ɛ jɛ, R s est la résistance de surface, et µ est la perméabilité du matériau. La résistance de surface est : R s = ωµ 2σ = 1 σδ s (1.14) où σ est la conductivité du matériau, et δ s est la profondeur de pénétration, δ s = 2 ωµσ (1.15) 1.3 Théorie des lignes de transmission On cherche maintenant à intégrer les lignes de transmission dans des circuits. Ces lignes de transmission vont transformer les impédances auxquelles elles sont branchées. L effet principal est la réflexion d onde. On applique une onde V ejβz à la ligne, à z <, comme à la figure 1.8. L onde provient d une source de tension, située à un point z <. La ligne de transmission est terminée (branchée) par une charge quelconque. Cette charge peut représenter une antenne, ou un transistor, ou tout simplement une impédance. Le rapport tension - courant sur la ligne est égal à Z, tel que vu à la section Ce rapport ne va pas changer. Cependant, lorsque l onde arrive au bout de la ligne, le rapport tension - courant à la charge doit être égal à Z L. Si Z L Z, il faut qu une partie de l onde soit réfléchie vers la source pour satisfaire à la condition que V L /I L = Z L. La tension totale sur la ligne sera alors la somme de l onde incidente et l onde réfléchie : V (z) = V ejβz V ejβz (1.16) Gabriel Cormier 7 GELE5223

8 V ejβz V (z), I(z) I L Z, β V L Z L z l Figure 1.8 Ligne de transmission terminée par une charge De façon semblable, le courant total sur la ligne est : I(z) = V Z e jβz V Z e jβz (1.17) = I ejβz I ejβz (1.18) La tension et le courant à la charge sont reliés par l impédance de la charge, donc à z =, il faut que : Z L = V L = V () I L I() = V V V V Z (1.19) et si on résout pour V : V = Z L Z Z L Z V (1.2) Le rapport entre l onde réfléchie et l onde incidente est appelé le coefficient de réflexion : Γ = V V = Z L Z Z L Z (1.21) On peut réécrire les équations 1.16 et 1.18 en fonction du coefficient de réflexion : V (z) = V [ e jβz Γ e jβz] (1.22) I(z) = V Z [ e jβz Γ e jβz] (1.23) La tension et le courant sur la ligne consistent à la superposition d une onde incidente et d une onde réfléchie ; on appelle ceci des ondes stationnaires. Pour qu il n y ait pas d onde réfléchie, il faut que Γ =, ce qui se produit seulement lorsque Z L = Z. Dans ce cas, on dit que la charge est adaptée à la ligne. Gabriel Cormier 8 GELE5223

9 On peut aussi définir le coefficient de réflexion pour n importe quel point l sur la ligne. À z = l, en utilisant l équation 1.16, le rapport de l onde réfléchie sur l onde incidente est : Γ (l) = V ejβl V ejβl = Γ ()e j2βl (1.24) où Γ () est le coefficient de réflexion à la charge, donné par l équation Cette forme est utile pour transformer les effets d une désadaptation le long de la ligne Calcul de puissance On peut calculer la puissance moyenne transportée par la ligne de transmission : qui se simplifie à P = 1 2 R{V (z)i(z) } = 1 V 2 2 R { 1 Γ e j2βz Γ e j2βz Γ 2} (1.25) 2 Z P = 1 V 2 2 ( ) 1 Γ 2 (1.26) 2 Z La puissance moyenne est constante à n importe quel point sur la ligne. La puissance totale délivrée à la charge est la puissance incidente ( V 2 /2Z ) moins la puissance réfléchie ( V 2 Γ 2 /2Z ). Si Γ =, la puissance maximale est délivrée à la charge, tandis qu aucune puissance n est délivrée à la charge si Γ = 1. Lorsque Γ, la charge n est pas adaptée à la ligne, et une partie de la puissance de la source ne se rend pas à la charge. Cette puissance perdue est appelée les pertes d adaptation (ou return loss), RL = 2log Γ [db] (1.27) On peut aussi calculer la puissance supplémentaire qui serait fournie à la charge si la charge était adaptée. Les pertes de désadaptation (ou mismatch loss) sont données par : ML = 1log ( 1 Γ 2) [db] (1.28) Exemple 1 Soit une charge avec un coefficient de réflexion Γ =.2. Calculer RL et ML. RL = Γ 2 = 2log Γ =.4 = 14 db ML = 1 Γ 2 = 1log ( 1 Γ 2) =.96 =.18 db Gabriel Cormier 9 GELE5223

10 Selon les chiffres, 4% de la puissance est réfléchie et 96% est absorbée par la charge. Si la charge était adaptée, on aurait.18db de puissance de plus à la charge Ondes stationnaires Si la charge est adaptée à la ligne, Γ =, et la tension sur la ligne est constante, V (z) = V. Cependant, si la charge n est pas adaptée, l amplitude de la tension varie le long de la ligne. Selon l équation 1.22, l amplitude sur la ligne est : V (z) = V 1 Γ ej2βz = V 1 Γ ej2βl = V 1 Γ ej(θ2βl) (1.29) où l = z est la distance à partir de la charge et θ est le déphasage de Γ (Γ = Γ e jθ ). Selon cette équation, la tension varie sur la ligne selon la position z. La tension maximale a lieu lorsque e j(θ2βl) = 1, ce qui donne V max = V (1 Γ ) (1.3) et la tension minimale est : V min = V (1 Γ ) (1.31) Au fur et à mesure que Γ augmente, le rapport V max /V min augmente aussi. On définit alors une autre mesure de la désadaptation de la ligne, le rapport d onde stationnaire (SWR) : SW R = V max = 1 Γ V min 1 Γ (1.32) Le SWR est un nombre réel qui varie entre 1 (charge adaptée) et Équation de la ligne de transmission Puisque la tension varie le long de la ligne de transmission, l impédance varie aussi. À une distance z = l de la charge, l impédance est Z in = V (l) I(l) = V V [ e jβz Γ e jβz] [ e jβz Γ e jβz]z = 1 Γ ej2βl 1 Γ e j2βl Z (1.33) Gabriel Cormier 1 GELE5223

11 qu on peut transformer à une forme plus utile à l aide de l équation 1.21 Z in = Z (Z L Z )e jβl (Z L Z )e jβl (Z L Z )e jβl (Z L Z )e jβl = Z Z L cos(βl) jz sin(βl) Z cos(βl) jz L sin(βl) = Z Z L jz tan(βl) Z jz L tan(βl) (1.34) Cette équation implique que la ligne de transmission transforme l impédance de la charge à une autre valeur. Des cas spéciaux seront considérés à la prochaine section. On peut séparer les cas spéciaux en deux catégories : 1) charges ; circuit ouvert et court-circuit, et 2) longueur de ligne ; lignes λ/4, λ/2, infinie. Cas 1 : Z L = On considère en premier le cas d une ligne de transmission terminée par un courtcircuit. Le schéma est donné à la figure 1.9. l V (z), I(z) Z, β I L V L = Z L = z Figure 1.9 Ligne de transmission terminée par un court-circuit On utilise l équation 1.34 pour vérifier le comportement de l impédance sur la ligne de transmission. Si on remplace Z L =, on obtient : Z in = jz tan(βl) (1.35) ce qui indique que l impédance sera toujours imaginaire, peu importe la longueur de la ligne. L impédance Z in variera entre j et j. La figure 1.1 montre la variation de l impédance en fonction de la longueur de la ligne. À z =, l impédance de la ligne est Z in =, tandis qu à z = λ/4, l impédance de la ligne est Z in = ; la ligne a transformé le court-circuit en circuit ouvert. Le coefficient de réflexion à la charge est Γ L = 1. Selon la figure 1.1, l impédance de la ligne pour < z < λ/4 est positive et imaginaire. La ligne se comporte donc comme une inductance. Pour des circuits de petite taille, pour des valeurs faible d inductance, on peut utiliser une ligne terminée par un court-circuit. Gabriel Cormier 11 GELE5223

12 5 X in Z λ λ 3 4 λ λ 2 λ 4 z Figure 1.1 Impédance sur une ligne court-circuitée Cas 2 : Z L = Le prochain cas est celui d une ligne terminée par un circuit ouvert (Z L = ), comme à la figure l V (z), I(z) Z, β I L = V L Z L = z Figure 1.11 Ligne de transmission terminée par un circuit ouvert Selon l équation 1.34, l impédance de la ligne de transmission est Z in = jz cot(βl) (1.36) De même que la ligne terminée par un court-circuit, l impédance de la ligne est imaginaire. Pour des longueurs plus petites que λ/4, la ligne se comporte comme une capacitance. On obtient aussi que Γ L = 1. La variation de l impédance en fonction de la longueur de la ligne est donnée à la figure Gabriel Cormier 12 GELE5223

13 5 X in Z λ λ 3 4 λ λ 2 λ 4 z Figure 1.12 Impédance sur une ligne court-circuitée Cas 3 : l = λ/2 Dans le cas où la ligne est de longueur λ/2 (ou un multiple), l équation 1.34 donne : Z in = Z L (1.37) ce qui veut dire qu il n y a pas de transformation d impédance. L impédance de la ligne n affecte pas l impédance à l entrée. Cas 4 : l = λ/4 Dans le cas où la ligne est de longueur λ/4, l équation 1.34 donne : Z in = Z2 Z L (1.38) On appelle ce cas particulier un transformateur λ/4. Ce type de ligne permet de transformer un court-circuit en circuit ouvert, ou vice versa. Ce type de ligne est aussi utilisé pour l adaptation d impédance (à voir dans le Chapitre 4). Cas 5 : ligne terminée par une autre ligne Un dernier cas particulier est celui d une ligne de transmission D impédance Z terminée par un autre ligne de transmission ayant une impédance différente Z 1, comme Gabriel Cormier 13 GELE5223

14 à la figure Si la deuxième ligne est infiniment longue, ou terminée par sa propre impédance, l impédance vue par la première ligne est Z 1. Le coefficient de réflexion est : Γ = Z 1 Z Z 1 Z (1.39) Γ Z T Z 1 Ligne infinie (ou terminée par Z 1 ) z Figure 1.13 Ligne terminée par une autre ligne d impédance différente Une partie de l onde incidente est réfléchie, et le reste est transmis sur la deuxième ligne. On peut définir un coefficient de transmission, T, selon : T = 1 Γ = 2Z 1 Z 1 Z (1.4) On peut aussi exprimer le coefficient de transmission en db comme les pertes d insertion, IL, IL = 2log T [db] (1.41) 1.4 Abaque de Smith L abaque de Smith est un outil graphique très utile pour solutionner des problèmes de ligne de transmission. L abaque de Smith a été développé en 1939 par P. Smith au Bell Telephone Laboratories. C est un outil qui permet de rapidement visualiser le comportement de circuits hyperfréquences, et il fait parti de tous les logiciels de design. L abaque de Smith est essentiellement un graphe polaire de Γ. On peut exprimer le coefficient de réflexion comme un phaseur, Γ = Γ e jθ. L amplitude de Γ est le rayon du cercle, et θ est l angle. L avantage principal de l abaque de Smith est qu il permet de rapidement convertir un coefficient de réflexion à des impédances, et vice-versa. On travaille généralement avec des impédances normalisées sur l abaque de Smith. On utilise le plus souvent la normalisation z = Z/Z. Gabriel Cormier 14 GELE5223

15 Pour une ligne de transmission sans pertes ayant une impédance caractéristique Z, terminée par une charge Z L, le coefficient de réflexion est donné par l équation Si on applique la normalisation z L = Z L /Z, on obtient : Γ = z L 1 z L 1 = Γ ejθ (1.42) On peut isoler z L pour obtenir z L = 1 Γ ejθ 1 Γ e jθ (1.43) Cette équation complexe peut être écrite en deux termes, un réel et l autre imaginaire. On pose z L = r L jx L, et Γ = Γ r jγ i, et donc r L jx L = (1 Γ r) jγ i (1 Γ r ) jγ i (1.44) On isole les parties réelles et imaginaires : r L = 1 Γ r 2 Γi 2 (1 Γ r ) 2 Γi 2 2Γ x L = i (1 Γ r ) 2 Γi 2 (1.45) (1.46) On écrit ces équations sous une autre forme : ( Γ r r ) 2 ( ) 2 L Γ r i = (1.47) L 1 r L ( (Γ r 1) 2 Γ i 1 ) 2 ( ) 2 1 = (1.48) x L qui sont sous la forme d équation de cercles 1. L équation 1.47 décrit des cercles de résistance, tandis que l équation 1.48 décrit des cercles de réactance. Un exemple simplifié d abaque de Smith est montré à la figure Il y a 4 cercles de résistance, et 6 cercles de réactance (3 pour les réactances positives, et 3 pour les réactances négatives). L abaque de Smith peut être utilisée pour résoudre graphiquement des problèmes de ligne de transmission. En effet, l équation 1.33 est de la même forme que l équation L équation générale d un cercle est (x x ) 2 (y y ) 2 = r 2 x L Gabriel Cormier 15 GELE5223

16 j1 1 j.33 j3-1 r = r =.33 r = 1 r = 3 1 r = j.33 j3 j1-1 Figure 1.14 Abaque de Smith Si on place le point Γ L e jθ sur l abaque de Smith, on peut trouver l impédance à l entrée de la ligne de transmission en effectuant une rotation de 2βl, où l est la longueur de la ligne. On peut faire le même calcul pour des admittances pour l abaque de Smith. Les cercles d admittances sont déplacés de 18 par rapport aux cercles d impédance, comme à la figure On combine souvent les cercles d impédance et les cercles d admittance sur le même graphique. 1.5 Désadaptation à la source À la section 1.3, on a étudié le comportement d une ligne de transmission dans un circuit en supposant que la source était adaptée à la ligne. De façon générale cependant, il peut y avoir des réflexions d onde à l entrée de la ligne de transmission. On va étudier ce cas ici, ainsi que les conditions qui permettent d avoir un transfert maximale de puissance de la source vers la charge. La figure 1.16 montre un exemple de circuit comprenant une ligne de transmission Gabriel Cormier 16 GELE5223

17 j1 1 j3 j.33-1 g = g = 3 g = 1 g =.33 1 g = j3 j.33 j1-1 Figure 1.15 Cercles d admittance sur l abaque de Smith ayant une désadaptation à la source et à la charge. On suppose que la ligne de transmission est sans pertes, et que les impédances de la source et de la charge sont complexes. Ce type de circuit est assez général pour modéliser la plupart des circuits actifs et passifs qui se produisent de façon pratique. Z g Γ Γ L I L V g V in Z V L Z L Z in l z Figure 1.16 Circuit avec ligne de transmission ayant une désadaptation à la source et à la charge Puisque la source et la charge ne sont pas adaptées, il peut y avoir des réflexions multiples sur la ligne. On va analyser ce circuit en utilisant la même méthode que celle utilisée à la section 1.3. Gabriel Cormier 17 GELE5223

18 L impédance Z in vue par la source est donnée par : 1 Γ Z in = Z L e j2βl 1 Γ L e j2βl = Z Z L jz tan(βl) Z jz L tan(βl) (1.49) où Γ L est le coefficient de réflexion à la charge : Γ L = Z L Z Z L Z (1.5) La tension sur la ligne est : V (z) = V ( e jβz Γ L e jβz) (1.51) et on peut trouver V à partir de la tension sur la ligne au bout à la source, où z = l, Z in V (l) = V g = V Z in Z g ( e jβz Γ L e jβz) (1.52) et alors, V = V Z in 1 g ( (1.53) Z in Z g e jβl Γ L ejβl) qu on peut réécrire avec l équation 1.49 selon la forme où Γ g est le coefficient de réflexion du générateur : V = V Z e jβl g ( (1.54) Z Z g 1 ΓL Γ g e2jβl) Γ g = Z g Z Z g Z (1.55) La puissance moyenne fournie à la charge est : P = 1 2 Re{V iniin } = 1 { } 1 2 V in 2 Re = 1 Z in 2 V g 2 Z in Z in Z g 2 { } 1 Re Z in (1.56) et si Z g = R g jx g et Z in = R in jx in, R in P = 1 2 V g 2 (R in R g ) 2 (X in X g ) 2 (1.57) Maintenant, on suppose que Z g est fixe, et on cherche à maximiser la puissance fournie à la charge. Gabriel Cormier 18 GELE5223

19 Cas 1 : Charge adaptée Si la charge est adaptée à la ligne, Z L = Z, et donc Z in = Z, ce qui donne P = 1 2 V g 2 Z (Z R g ) 2 X 2 g (1.58) Cas 2 : Source adaptée à la ligne Dans ce cas, l impédance de la charge Z L et/ou les paramètres de la ligne de transmission font en sorte que Z in = Z g. Il n y aura pas de réflexion à la source. La puissance moyenne fournie à la charge est : R g P = 1 2 V g 2 4(R 2 g Xg 2 ) (1.59) Bien que la source soit adaptée à la ligne, la puissance fournie à la charge n est pas nécessairement plus élevée que dans le cas 1. Cas 3 : Adaptation conjuguée Pour maximizer la puissance, on dérive l équation 1.57 : P R in = et P X in = (1.6) On obtient que R in = R g et X in = X g, ce qui veut dire qu il faut que Z in = Z g (1.61) pour avoir un transfert maximal de puissance. Dans ce cas, la puissance obtenue est : P = 1 2 V g 2 1 4R g (1.62) ce qui est plus grand ou égal aux puissances données dans les cas 1 et 2. Dans ce cas, les coefficients de réflexion Γ g et Γ L ne sont pas nécessairement nul. Les réflexions s additionnent en phase à la charge pour donner un transfert maximal de puissance. Gabriel Cormier 19 GELE5223

20 1.6 Lignes de transmission avec faible pertes De façon pratique, toutes les lignes de transmission ont des pertes dues à la conductivité finie du conducteur et/ou des pertes dans le diélectrique. Généralement, on peut ignorer ces pertes, mais parfois il est important de considérer l effet des pertes, si on veut calculer l atténuation d une ligne, ou le facteur de qualité Q d une cavité résonante. Pour une ligne de transmission ayant des faibles pertes, on peut effectuer quelques simplifications. L expression générale de la constante de propagation d une ligne de transmission est donnée par l équation 1.6, γ = α jβ = (R jωl)(g jωc) (1.63) Si la ligne a des faibles pertes, on peut supposer que R ωl et G ωc, et donc on obtient α 1 ( ) R GZ 2 Z (1.64a) β ω LC où Z = L/C est l impédance caractéristique de la ligne sans pertes. (1.64b) La figure 1.17 montre un exemple de ligne de transmission avec faible pertes terminée par une charge quelconque. V (z), I(z) Z, α, β V L I L Z L Z in z l Figure 1.17 Ligne de transmission avec faible pertes terminée par une charge La tension et le courant sur la ligne sont données par : V (z) = V [eγz Γ L e γz ] (1.65) I(z) = V Z [e γz Γ L e γz ] (1.66) Gabriel Cormier 2 GELE5223

21 où Γ L est le coefficient de réflexion de la charge, et V est l onde incidente à z =. Le coefficient de réflexion à une distance l de la charge est : Γ (l) = Γ L e 2jβl e 2αl = Γ L e 2γl (1.67) L impédance d entrée de la ligne est : Z in = V (l) I(l) = Z Z L Z tanh(γl) Z Z L tanh(γl) (1.68) La puissance fournie à l entrée de la ligne, à z = l, est : P in = 1 2 R{V (l)i (l)} = V 2 2Z [ e 2αl Γ L 2 e 2αl] = V 2 2Z [ 1 Γ (l) 2 ] e 2αl (1.69) La puissance fournie à la charge est : P in = 1 2 R{V ()I ()} = V 2Z ( 1 ΓL 2) (1.7) Gabriel Cormier 21 GELE5223

GELE5223 Chapitre 1 : Propagation d ondes

GELE5223 Chapitre 1 : Propagation d ondes GELE5223 Chapitre 1 : Propagation d ondes Gabriel Cormier, Ph.D., ing. Université de Moncton Automne 2010 Gabriel Cormier (UdeM) GELE5223 Chapitre 1 Automne 2010 1 / 66 Introduction Contenu Contenu Révision

Plus en détail

GELE5222 Chapitre 1 : Propagation d ondes

GELE5222 Chapitre 1 : Propagation d ondes GELE5222 Chapitre 1 : Propagation d ondes Gabriel Cormier, Ph.D., ing. Université de Moncton Hiver 2012 Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 1 / 81 Introduction Gabriel Cormier (UdeM)

Plus en détail

Travaux Pratiques d'hyperfréquence

Travaux Pratiques d'hyperfréquence Travaux Pratiques d'hyperfréquence GLEE604 Sommaire : 1 Ligne en régime impulsionnel 2 Ligne en régime harmonique : étude en fonction de la fréquence 3 Ligne en régime harmonique : étude en fonction de

Plus en détail

TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS

TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS I. Introduction En hyperfréquence, la caractérisation des dispositifs passifs ou actifs est assez différentes des techniques utilisées en basse fréquence.

Plus en détail

GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban

GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban Gabriel Cormier, Ph.D., ing. Université de Moncton Hiver 2012 Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 9 Hiver 2012 1 / 51 Introduction Gabriel Cormier (UdeM)

Plus en détail

1 Systèmes triphasés symétriques

1 Systèmes triphasés symétriques 1 Systèmes triphasés symétriques 1.1 Introduction Un système triphasé est un ensemble de grandeurs (tensions ou courants) sinusoïdales de même fréquence, déphasées les unes par rapport aux autres. Le système

Plus en détail

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012 Cours d électricité Dipôles simples en régime alternatif Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année: 2011-2012 Plan du

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

Chapitre 8. Transformateur. 8.1 Introduction

Chapitre 8. Transformateur. 8.1 Introduction Chapitre 8 Transformateur 8.1 Introduction Le transformateur permet de transférer de l énergie (sous forme alternative) d une source à une charge, tout en modifiant la valeur de la tension. La tension

Plus en détail

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 Travaux pratiques d électronique, première séance Circuits passifs S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 1 Révision 1. Explorez le protoboard avec le voltmètre. Faites un schéma des connexions. 2. Calibrez

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

GELE5223 Chapitre 4 : Adaptation d impédances

GELE5223 Chapitre 4 : Adaptation d impédances GELE5223 Chapitre 4 : Adaptation d impédances Gabriel Cormier, Ph.D., ing. Université de Moncton Automne 200 Gabriel Cormier (UdeM) GELE5223 Chapitre 4 Automne 200 / 44 Introduction Contenu Contenu Adaptation

Plus en détail

Electron S.R.L. Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065 9200 Fax 9065 9180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron.

Electron S.R.L. Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065 9200 Fax 9065 9180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron. Electron S.R.L. Design Production & Trading of Educational Equipment B4510 UNIITE DIIDACTIIQUE LIIGNE DE TRANSMIISSIION MANUEL D IINSTRUCTIIONS Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065

Plus en détail

G.P. DNS05 Octobre 2012

G.P. DNS05 Octobre 2012 DNS Sujet Impédance d'une ligne électrique...1 I.Préliminaires...1 II.Champ électromagnétique dans une ligne électrique à rubans...2 III.Modélisation par une ligne à constantes réparties...3 IV.Réalisation

Plus en détail

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE Gabriel Scherer TS3 TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE TPP4.odt 1/6 Rappels : 1 U.A. = 1,497.10 11 m Constante de gravitation universelle G = 6,67.10 11 u.s.i.

Plus en détail

Circuits triphasés équilibrés

Circuits triphasés équilibrés Chapitre 3 Circuits triphasés équilibrés Les circuits triphasés forment la base du réseau de distribution de l électricité. On se sert de circuits triphasés entre les génératrices et les réseaux industriels

Plus en détail

Chapitre 4. 4.1 Introduction

Chapitre 4. 4.1 Introduction Chapitre 4 Circuits triphasés déséquilibrés Ce chapitre concerne les circuits triphasés déséquilibrés, où une ou plusieurs charges triphasées ne sont pas balancées (l impédance n est pas la même dans les

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot SOMMES ET PRODUITS 1 Techniques de calcul 1.1 Le symbole Notation 1.1 Soient m et n deux entiers naturels. Alors { a m + a m+1 + + a + a n si m n, a = 0 sinon. On peut aussi noter m n =m a ou encore m,n

Plus en détail

TP 1: Circuits passifs

TP 1: Circuits passifs Travaux Pratiques Avancés (TPA) d Electronique Année 2015-16 TP 1: ircuits passifs Sergio Gonzalez Sevilla *, Antonio Miucci Département de Physique Nucléaire et orpusculaire (DPN), Université de Genève

Plus en détail

Sonde détectrice HF.

Sonde détectrice HF. Sonde détectrice HF. Une sonde détectrice HF permet de convertir un multimètre classique en voltmètre HF. On l utilise essentiellement pour effectuer des mesures relatives de signaux haute fréquence mais

Plus en détail

Angle de champ. Définition et méthodes de calcul

Angle de champ. Définition et méthodes de calcul Angle de champ Définition et méthodes de calcul Angle de champ Les techniques de photographie panoramique et haute définition consistent à assembler un grand nombre de photos afin de couvrir une plus grande

Plus en détail

Pourcentages et évolutions

Pourcentages et évolutions Pourcentages et évolutions Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2008/2009 Table des matières 1 Part en pourcentage 2 1.1 Ensemble de référence.......................................... 2 1.2 Addition et

Plus en détail

Problème n 1. Etude électromagnétique d un contacteur. S.T.S ELECTROTECHNIQUE. L étude porte sur le circuit électromagnétique :

Problème n 1. Etude électromagnétique d un contacteur. S.T.S ELECTROTECHNIQUE. L étude porte sur le circuit électromagnétique : Problème n 1 Etude électromagnétique d un contacteur. L étude porte sur le circuit électromagnétique : Le fond : Le couvercle : la bobine centrale : Le ressort de rappel : Croquis et dimensions du circuit

Plus en détail

TP-cours n 7 : Câble coaxial

TP-cours n 7 : Câble coaxial TP-cours n 7 : Câble coaial Matériel disponible : Câble coaial enroulé de 100m, GBF Centrad, adaptateurs BNC-banane, boite à décade de résistances. I Équation de propagation dans le câble coaial I.1 Introduction

Plus en détail

Les lentilles additionnelles

Les lentilles additionnelles Les lentilles additionnelles Il existe deux méthodes pour réaliser des photographies rapprochées : ) l augmentation de tirage 2) les lentilles additionnelles C est la seconde méthode qui va être étudié

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Chapitre 10 : Condensateur et circuit RC I. Notions de base en électricité : a) Courant électrique

Plus en détail

Circuits séquentiels. Chapitre 6. 6.1 Circuits séquentiels

Circuits séquentiels. Chapitre 6. 6.1 Circuits séquentiels Chapitre 6 Circuits séquentiels Plusieurs circuits utilisés dans la vie courante ont besoin de mémoire. Ce chapitre présente les méthodes de base de stockage d information. Les circuits combinatoires présentés

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Signal et propagation

Signal et propagation SP1 Signal et propagation Exercice 1 Communication à distance Identifier des types de signaux et les grandeurs physiques correspondantes Déterminer comment changer la nature d un signal On considère deux

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB PAR : MAROOF ASIM DAN BENTOLILA WISSAM ESSID GROUPE 1 LM206 Lundi 10H45 INTRODUCTION : ( Ce rapport est un compte

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de Notion de courant de particule ; conservation du courant = expression du courant de particules chargées ; charges; j = q k k - cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de v k

Plus en détail

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Jean-François Bickel Statistique II SPO8 Transformer une variable consiste en une opération arithmétique qui vise à construire une nouvelle variable

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K =

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K = Exercice : réponse harmonique de circuits passifs d'ordre Déterminer la fonction de transfert H(j) U 2 /U et tracer les asymptotes des diagrammes de Bode des circuits ci-dessous.! 60 nf 0 kω 50 nf U U

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial

Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial Travaux pratiques Série 2 Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial Objectifs du TP : Mesurer la vitesse de propagation d un signal dans un câble coaxial. Observer

Plus en détail

X LENTILLES SPHERIQUES MINCES

X LENTILLES SPHERIQUES MINCES X LENTILLES SPHERIQUES MINCES Exercices de niveau Dans ces exercices vous apprendrez à manipuler correctement les relations de conjugaison et de grandissement, d abord dans des cas très simples puis plus

Plus en détail

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE 1 Définitions Considérons un corps porté à une température T. Ce corps émet de l'énergie par sa surface sous forme de rayonnement thermique, c estàdire

Plus en détail

Pilotage d un Servomoteur via une Liaison Infrarouge

Pilotage d un Servomoteur via une Liaison Infrarouge Bureau d Étude d électronique Tronc Commun 1A :PET/PMP Pilotage d un Servomoteur via une Liaison Infrarouge Responsables : Fanny Poinsotte Nicolas Ruty Lien Chamilo : http ://chamilo2.grenet.fr/inp/ courses/phelmaa13pmcpel9

Plus en détail

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF PHYSQ 126: Circuits RLC 1 CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF 1 Introduction. Le but de cette expérience est d introduire le concept de courant alternatif (en anglais, Alternating Current ou AC) et d étudier

Plus en détail

Compatibilité Électromagnétique

Compatibilité Électromagnétique Compatibilité Électromagnétique notions générales et applications à l électronique de puissance Ir. Stéphane COETS 18 mai 2005 Journée d étude en Électronique de Puissance 1 Plan de l exposé La Compatibilité

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

COMPRENDRE LE CÂBLE COAXIAL

COMPRENDRE LE CÂBLE COAXIAL COMPRENDRE LE CÂBLE COAXIIAL sans math est presque sans formules Pour partir sur une bonne base Afin que tout soit bien clair et afin de faciliter la compréhension de l exposé qui suit, je me permets de

Plus en détail

GESTION DU MPPT POUR UN PANNEAU PHOTOVOLTAIQUE

GESTION DU MPPT POUR UN PANNEAU PHOTOVOLTAIQUE GESTION DU MPPT POUR UN PANNEAU PHOTOVOLTAIQUE Equipe projet : Mickael MARTINOT et Germain MOMMER Equipe projet : Mickael MARTINOT et Germain MOMMER SOMMAIRE I) Objet du projet :...2 II) Les termes à maitriser

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB RÉGULATION DU NIVEAU ET DE LA TEMPÉRATURE DANS UN BAC En vue de disposer d un volume constant de fluide à une température désirée, un processus

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

Les Baluns. Leurs Fonctionnement. Leurs Fabrication

Les Baluns. Leurs Fonctionnement. Leurs Fabrication Notes de construction d un Balun Baluns à transformateur Utilisez du fil rigide, vernis de préférence, pour les enroulements. Pour la transmission le fil devrait être du #14 ou moins. Un ferrite/poudre

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Calcul des plafonds du bulletin

Calcul des plafonds du bulletin Calcul des plafonds du bulletin Fonctionnement et appel des plafonds sur le bulletin Lors du calcul du bulletin, les plafonds de la Sécurité Sociale, de la retraite, des congés spectacles, critères essentiels

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electronique Analogique 2ème semestre 3ème partie Damien JACOB 08-09 Le transistor bipolaire I. Description et symboles Effet transistor : effet physique découvert en

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Cours de mathématiques : Equation du second degré

Cours de mathématiques : Equation du second degré Cours de mathématiques : Equation du second degré I ) Formes de l'équation du second degré. L'équation du deuxiéme degré à une inconnue est celle où l'inconnue est élévé à la puissance de 2, sans y etre

Plus en détail

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction La diode à jonction I Introduction La diode est le semi-conducteur de base. Son fonctionnement est assimilable à celui d un interrupteur qui ne laisse passer le courant que dans un seul sens. C est la

Plus en détail

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2)

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2) CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNEL AGRICOLE Enseignement Maritime SESSION 2015 Concours : EXTERNE Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE

Plus en détail

5. Les capteurs passifs...3 5.1. Définitions...3 5.2. Exemples...3 5.3. Le conditionneur...4

5. Les capteurs passifs...3 5.1. Définitions...3 5.2. Exemples...3 5.3. Le conditionneur...4 Les capteurs Table des matières 1. Chaine d acquisition et d information...1 2. Définitions...2 3. Type et nature de la sortie...2 4. Capteurs actifs...2 4.1. Effet thermoélectrique...2 4.2. Effet pyroélectrique...2

Plus en détail

Observation statistique

Observation statistique 2. APERÇU DES RÉSULTATS DU RENDEMENT Observation statistique s. Les résultats présentés dans ce rapport sont fondés sur des échantillons. Des échantillons distincts ont été sélectionnés pour chaque instance

Plus en détail

PLAN. Quadripôles Semi conducteurs Diodes Transistors bipolaires Transistors à effet de champ Amplificateurs opérationnels. Polytech'Nice Sophia 1

PLAN. Quadripôles Semi conducteurs Diodes Transistors bipolaires Transistors à effet de champ Amplificateurs opérationnels. Polytech'Nice Sophia 1 PLAN uadripôles Semi conducteurs Diodes Transistors bipolaires Transistors à effet de champ Amplificateurs opérationnels PolytechNice Sophia UADRIPÔLES I Généralités I. Définition partie dun réseau relié

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

L interconnexion de batteries.

L interconnexion de batteries. L interconnexion de batteries. Le présent article (largement inspiré de la théorie publiée dans le site WEB http://www.smartgauge.co.uk) a pour but de présenter les différentes méthodes d interconnexion

Plus en détail

Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode

Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode Rappel : Distributivité simple Soient les nombres, et. On a : Factoriser, c est transformer une somme ou une différence de termes en

Plus en détail

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS Rapport Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS A.AZOULAY T.LETERTRE R. DE LACERDA Convention AFSSET / Supélec 2009-1 - 1. Introduction Dans le

Plus en détail

Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19)

Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19) THÈME 1 : REPRÉSENTATION VISUELLE Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19) Savoir-faire : Reconnaître la nature convergente ou divergente d une lentille. Représenter symboliquement une lentille

Plus en détail

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio. Les ondes électromagnétiques pour communiquer Le téléphone portable fonctionne comme une radio. Lors d une communication, la voix est convertie

Plus en détail

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives.

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives. L G L G Prof. Éric J.M.DELHEZ ANALYSE MATHÉMATIQUE ÉALUATION FORMATIE Novembre 211 Ce test vous est proposé pour vous permettre de faire le point sur votre compréhension du cours d Analyse Mathématique.

Plus en détail

Lois de l électrocinétique

Lois de l électrocinétique Retour au menu! Lois de l électrocinétique 1 Courant électrique 1.1 Notion de courant n conducteur est un matériau contenant des charges libres capables de se déplacer. Dans les électrolytes les charges

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL BTS Groupement A Mathématiques Session 11 Exercice 1 : 1 points Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL On considère un circuit composé d une résistance et d un condensateur représenté par

Plus en détail

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Enoncé du TD n 7 Automne 202 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Vous considérez dans cet exercice une firme qui a la possibilité

Plus en détail

Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones

Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones Chapitre 17 Sciences Physiques - BTS Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones 1 Loi de Laplace 1.1 Etude expérimentale Le conducteur est parcouru par un courant continu ; il est placé dans un champ

Plus en détail

On prend comme volume de contrôle l auget en translation. Ce volume de contrôle est donc en translation avec une vitesse U t. U t

On prend comme volume de contrôle l auget en translation. Ce volume de contrôle est donc en translation avec une vitesse U t. U t page 1 Problème 1 : Auget mobile (6 points) Un jet d eau, ayant une vitesse V 1 frappe un auget à une hauteur y 1 comme indiqué sur la figure 1. On considère que le jet incident a un diamètre D et que

Plus en détail

La notion de dualité

La notion de dualité La notion de dualité Dual d un PL sous forme standard Un programme linéaire est caractérisé par le tableau simplexe [ ] A b. c Par définition, le problème dual est obtenu en transposant ce tableau. [ A

Plus en détail

Circuits intégrés micro-ondes

Circuits intégrés micro-ondes Chapitre 7 Circuits intégrés micro-ondes Ce chapitre sert d introduction aux circuits intégrés micro-ondes. On y présentera les éléments de base (résistance, capacitance, inductance), ainsi que les transistors

Plus en détail

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Objectif : Nous allons voir comment fabriquer des systèmes de coordonnées pour les vecteurs d un espace vectoriel général. Dans ce chapitre désigne

Plus en détail

IPT : Cours 2. La représentation informatique des nombres

IPT : Cours 2. La représentation informatique des nombres IPT : Cours 2 La représentation informatique des nombres (3 ou 4 heures) MPSI-Schwarz : Prytanée National Militaire Pascal Delahaye 28 septembre 2015 1 Codage en base 2 Définition 1 : Tout nombre décimal

Plus en détail

Examen d informatique première session 2004

Examen d informatique première session 2004 Examen d informatique première session 2004 Le chiffre à côté du titre de la question indique le nombre de points sur 40. I) Lentille électrostatique à fente (14) Le problème étudié est à deux dimensions.

Plus en détail

MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS

MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS Chapitre 7 MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS I- MESURE DES TENSIONS : I-1- Généralités : Pour mesurer la tension UAB aux bornes d un récepteur, il faut brancher un voltmètre entre les points A et B (

Plus en détail

Suites numériques 2. n=0

Suites numériques 2. n=0 Suites numériques 1 Somme des termes d une suite Dans les applications, il est souvent nécessaire de calculer la somme de quelques premiers termes d une suite (ou même de tous les termes, mais on étudiera

Plus en détail

Chapitre 3 : Dynamique du point matériel

Chapitre 3 : Dynamique du point matériel Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 3 : Dynamique SMPC1 Chapitre 3 : Dynamique du point matériel I Lois fondamentales de la dynamiques I.1)- Définitions Le Référentiel de Copernic: Le référentiel

Plus en détail

TEST D ALIMENTATION CONTINUE

TEST D ALIMENTATION CONTINUE TEST D ALIMENTATION CONTINUE Pour vérifier et tester la conception, le besoin en alimentations conformes aux normes ne cesse de progresser au niveau technologique. C est plus ou moins devenu une nécessité

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

Erreur statique. Chapitre 6. 6.1 Définition

Erreur statique. Chapitre 6. 6.1 Définition Chapitre 6 Erreur statique On considère ici le troisième paramètre de design, soit l erreur statique. L erreur statique est la différence entre l entrée et la sortie d un système lorsque t pour une entrée

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE - ELECTRONIQUE

ELECTROTECHNIQUE - ELECTRONIQUE CONCOURS GÉNÉRAL SÉNÉGALAIS 1/5 Durée : 06 heures SESSION 2014 ELECTROTECHNIQUE - ELECTRONIQUE Le sujet est composé de trois problèmes (A, B, et C) pouvant être traités de façon indépendante. Il comporte

Plus en détail

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B.

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B. Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant. - Le régime linéaire. Le courant collecteur est proportionnel

Plus en détail

La science des fusées 1

La science des fusées 1 Mth1101 - TD - Application 9 : optimisation avec contraintes, multiplicateurs de Lagrange La science des fusées 1 Introduction Une fusée comporte plusieurs étages composés d un moteur et de son carburant.

Plus en détail

Les différents codes utilisés en électronique

Les différents codes utilisés en électronique Section : Technicien Supérieur Electronique Discipline : Génie Electronique Les différents codes utilisés en électronique Domaine d application : Traitement des signaux numériques Type de document : Cours

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

6GEI305 Dynamique des systèmes II. Laboratoire #4

6GEI305 Dynamique des systèmes II. Laboratoire #4 6GEI305 Dynamique des systèmes II Laboratoire #4 Réponse en Fréquence Hiver 010 1. Objectifs Voir l effet des pôles et des zéros sur le comportement dynamique Examiner le facteur de qualité Étudier le

Plus en détail

Effet Joule Livret de l élève

Effet Joule Livret de l élève Dossier de Physique Niveau 4 ème secondaire Effet Joule Livret de l élève Véronique BOUQUELLE Faculté des Sciences Diffusé par Scienceinfuse, Antenne de Formation et de Promotion du secteur Sciences et

Plus en détail

Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti»

Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti» Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti» Question 1 : représenter graphiquement le taux de rentabilité du produit à capital garanti

Plus en détail

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7 TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique / 7 I- Matériel disponible. - Un banc d optique avec accessoires : Une lanterne avec la lettre «F», deux supports pour lentille, un porte écran, un miroir plan,

Plus en détail