Say on Pay Comparaisons internationales & bonnes pratiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Say on Pay Comparaisons internationales & bonnes pratiques"

Transcription

1 Say on Pay Comparaisons internationales & bonnes pratiques Une période de tensions économiques et financières a placé la rémunération des dirigeants au cœur des débats des acteurs de la gouvernance (dirigeants eux-mêmes, administrateurs, actionnaires, salariés et autres parties prenantes, régulateurs, responsables institutionnels et politiques). Le niveau et la progression de ces rémunérations, leur corrélation avec la performance de l entreprise, le rôle et la responsabilisation des organes concourant à leur détermination ou contrôle ont suscité une attention particulière, à travers notamment la procédure de Say on Pay. Une quinzaine de pays de l Union européenne ont déjà adopté ou sont sur le point d adopter le principe du Say on Pay selon des modalités diverses. Récemment, la Commission européenne a inscrit le Say on Pay dans son «Action plan : European company law and corporate governance». 1 En France, le Say on Pay, sous forme d un vote ex post consultatif et annuel de l Assemblée générale sur les rémunérations versées aux dirigeants mandataires sociaux, a constitué l une des principales innovations du nouveau Code Afep-Medef, publié le 16 juin Il a donc paru utile à l IFA, qu au sein de la Commission Internationale, soit constitué un groupe de travail ad hoc, dont les travaux sont synthétisés dans le présent document. Les réflexions ont été conduites sur la base : de comparaisons internationales des modalités du Say on Pay dans une vingtaine de pays, en partenariat avec Ecoda (The European Confederation of Directors Associations) et la CCI Paris Ile-de-France (Chambre de commerce et d industrie de région Paris Ile-de-France), dans leurs réseaux respectifs, d interviews, essentiellement auprès des membres du Club IFA des présidents de comités des rémunérations, complétées par des échanges avec quelques institutions de place, notamment l Autorité des Marchés Financiers (AMF). 1 Communication From The Commission To The European Parliament, The Council, The European Economic And Social Committee And The Committee Of The Regions Com (2012) 740/2. Action Plan: European company law and corporate governance - a modern legal framework for more engaged shareholders and sustainable companies LES TRAVAUX DE L IFA NOVEMBRE 2013

2 Ce rapport n a pas pour vocation de traiter exhaustivement du Say on Pay ou de fournir une analyse juridique approfondie par pays. Il vise simplement d une part, au moment où les grandes entreprises françaises vont se doter d un tel système, à apporter une vision synthétique et comparée des modalités opérationnelles de mise en application du Say on Pay dans des pays de cultures diverses et de maturités différentes sur ce sujet. D autre part, l enquête auprès du panel précité a également permis de dégager une dizaine de bonnes pratiques identifiées par nos interlocuteurs comme permettant un fonctionnement efficient du Say on Pay. Ce document vient en complément des travaux de l IFA sur des thématiques liées au sujet, auxquels il pourrait être utile de se reporter. 2 Définition du Say on Pay Le Say on Pay peut se définir comme le vote des actionnaires en Assemblée générale sur la politique et/ou les différents éléments de rémunération des dirigeants, exécutifs et/ou non exécutifs, selon les pays. Cette définition générale sera précisée dans la synthèse des comparaisons internationales selon : les sociétés ciblées, cotées ou non, la nature du vote (obligatoire ou volontaire, consultatif ou contraignant), la fréquence et le calendrier du vote (annuel ou pluriannuel, ex ante ou ex post), les éléments déclencheurs du vote comme les dirigeants concernés ou la composition de leur rémunération. 2 Notamment les travaux de l IFA sur le comité des rémunérations et de nomination (2007) et les administrateurs salariés ( ) Une attention particulière sera portée aux obligations de transparence des entreprises sur le Say on Pay dans un environnement économique et financier rendu sensible à ces informations en période de crise. Composition du groupe de travail Co animateurs du groupe de travail : Marie-Ange Andrieux*, Présidente de la Commission Internationale de l IFA Annabel Bismuth*, Vice-Présidente de la Commission Internationale de l IFA Rapporteur du groupe de travail : Catherine Lowinger* *Membres de la Commission Internationale de l IFA Les autres Membres du groupe de travail : Anne Outin-Adam* et Tanguy Allain, CCI Paris Ilede-France : Béatrice Richez-Baum*, ECODA Véronique Bruneau-Bayard*, LABRADOR Stéphane Birchler* et Bruno Fourage, OLIVER WYMAN Martina Barcaroli Bruley des Varannes* Li Chen* L IFA remercie tous les partenaires et les membres du groupe pour leur participation active aux travaux ici présentés. 2 LES TRAVAUX DE L IFA - NOVEMBRE 2013

3 Rappel des initiatives au niveau de l Union européenne En 2009, le Forum européen du gouvernement d entreprise s était prononcé en faveur d un vote des actionnaires sur la politique de rémunération sans toutefois préciser s il devait être consultatif ou obligatoire 3. En 2011, dans le cadre de son Livre vert sur la gouvernance d entreprise, la Commission européenne interrogeait les parties prenantes sur la nécessité d un vote obligatoire. Une petite majorité des répondants s était exprimée en faveur d un tel vote sur la politique de rémunération et sur le rapport de rémunération. Certains répondants avaient toutefois indiqué qu une telle règle n était efficace que si les actionnaires s engageaient davantage sur les sujets de gouvernance d entreprise 4. En 2012, dans son plan d action sur la gouvernance d entreprise, la Commission européenne a annoncé une initiative, «éventuellement sous la forme d une modification de la directive sur les droits des actionnaires, afin d améliorer la transparence des politiques de rémunération et des rémunérations individuelles des administrateurs et d accorder aux actionnaires le droit de vote sur la politique de rémunération et le rapport concernant les rémunérations» 5. En 2013, au moment de la rédaction de ce rapport, la Commission européenne finalisait ses études d impact en vue d une nouvelle directive sur les droits des actionnaires susceptible de voir le jour avant la fin de l année N:FR:DOC Analyse comparée des modalités de Say on Pay L analyse du Say on Pay a porté sur 20 pays dont 7 hors Espace économique européen. Le niveau et la qualité des informations disponibles n ont pas permis d obtenir des données exhaustives et parfois comparables sur tous les critères analysés et les résultats sont présentés sous cette réserve. Les résultats de cette analyse comparée figurent en annexe, laquelle fait partie intégrante de ce document. Les informations y sont détaillées par pays selon un ensemble de critères : les sources du Say on Pay : soft law (Code de gouvernance, autorités de marché ), hard law (loi) ou source mixte les sociétés concernées : cotées ou non cotées le type de vote : volontaire ou obligatoire (et dans ce dernier cas, contraignant ou consultatif) la fréquence du vote : annuel, pluriannuel ou autre les dirigeants concernés : executive directors et executive chairman, non-executive directors et nonexecutive chairman l objet et la nature du vote ex ante et/ou ex post : politique de rémunération et/ou les différents éléments de rémunération les sanctions ou impacts éventuels du résultat du vote. Sont également précisées les obligations de transparence sur la politique et les éléments de rémunération, qui sont d un intérêt majeur pour les parties prenantes concernées par le Say on Pay. Le panel de pays a été retenu en fonction de la représentativité des pratiques de Say on Pay dans le monde, sous condition de la disponibilité des informations. Cette analyse révèle de nombreuses évolutions récentes ou en cours du Say on Pay dans le panel, ce qui induit des informations parfois partielles ou prévisionnelles (par exemple, en attente d un texte imminent comme en Allemagne, au Royaume-Uni ou en Suisse) ainsi qu un recul limité. SAY ON PAY : COMPARAISONS INTERNATIONALES & BONNES PRATIQUES 3

4 Les sources du Say on Pay Les sources législatives prédominent notamment à travers les évolutions récentes en particulier dans le secteur bancaire. On observe que le Say on Pay relève souvent d une combinaison entre hard law et soft law. (Voir page 22) La nature et la fréquence du vote Le vote est majoritairement consultatif (11 pays), le vote contraignant concerne 7 pays et le vote volontaire 2 pays. Deux observations peuvent être formulées : d une part, on assiste à une évolution récente en faveur du vote contraignant et, d autre part, on relève certains cas de vote mixte (3 pays) qui concernent essentiellement des secteurs d activité particuliers comme le secteur bancaire. La fréquence du vote est majoritairement annuelle. Quelques cas particuliers sont à souligner : une combinaison d un vote annuel et pluriannuel comme au Royaume-Uni (vote annuel ex post pour les éléments de rémunération et vote pluriannuel ex ante pour la politique de rémunération) ; un nouveau vote en cas de modification de la politique de rémunération comme aux Pays-Bas et au Danemark. Les dirigeants visés Les executive directors sont toujours concernés par le vote ainsi que très majoritairement les non-executive directors. C est également le cas, lorsque la fonction existe, des nonexecutive chairmen. L objet du vote Les éléments de rémunération identifiés concernent la part fixe, la part variable annuelle (voire pluriannuelle), les rémunérations exceptionnelles, les options d actions, les actions de performance et tout autre élément de rémunération de long terme, les indemnités de prise ou de cessation de fonction, le régime de retraite supplémentaire et les avantages de toute nature. La quasi-totalité des pays votent sur une politique de rémunération intégrant l essentiel des éléments de rémunération (principalement les rémunérations fixes et variables, les plans d attribution de stock-option ou titres équivalents et moins fréquemment les indemnités d arrivée ou de départ, les avantages en nature ) Les votes sur la politique de rémunération ex ante et ex post s équilibrent entre les pays. Pour le vote sur les éléments de rémunération, il est essentiellement ex post. Analyse de l impact du Say on Pay Parmi les 199 sociétés du Fortune ayant tenu leur Assemblée générale 2013 avant le 1er septembre, seules 5 sociétés ont vu leur résolution sur le Say on Pay rejetée. Pour la majorité des sociétés (68%) le résultat a été supérieur à 90%, pour 23% des sociétés, il a été compris entre 70 et 90% et pour seulement 7% entre 50 et 70%. Dans 17 pays européens sur 767 sociétés 7 (SBF 120, FTSE 350, DAX 30 & MDAX 50, et les 20 à 30 plus grosses sociétés de chaque autre pays européen), on observe en 2012 : 8 résolutions relatives à la politique de rémunération ou au rapport sur la rémunération rejetées (contre 3 en 2011) et réparties comme suit : 2 en France (0 en 2011), 4 au Royaume-Uni (2 en 2011), 1 en Italie (0 en 2011) et 1 en Irlande (0 en 2011) 6 Source : étude annuelle Labrador «Proxy statement benchmark and Say- On-Pay résults Source : ISS Voting Results Report - Europe 15 résolutions rejetées relatives au «share incentive plans» dont 14 en France et 1 en Suisse, un «level of dissent» (c est-à-dire le pourcentage de voix ayant voté contre ou s étant abstenues) de 7,2% en moyenne en Europe concernant la rémunération (contre 4,8% en 2008). Les conséquences du vote Sur la base des informations disponibles, peu de pays mettent en place un système de sanctions. Les conséquences du résultat du vote diffèrent sensiblement selon les pays : en Suède et au Luxembourg, des sanctions administratives et des amendes sont prévues ; aux Pays-Bas, la politique de rémunération antérieure continue de s appliquer ; au Royaume-Uni, le vote consultatif sur la politique de rémunération devient un vote obligatoire, même si l on se situe dans la période de trois ans couverte par le vote obligatoire sur la politique pluriannuelle de rémunération ; 4 LES TRAVAUX DE L IFA - NOVEMBRE 2013

5 en Australie, si le taux de rejet se situe entre 25% et 50% pendant deux années consécutives, le mandat des administrateurs (y compris celui du non executive chairman), en exercice lors de la dernière approbation du rapport sur la rémunération élaboré par le Conseil, doit faire l objet d un nouveau vote en Assemblée générale. Si la résolution est rejetée (taux supérieur à 50%), une Assemblée générale extraordinaire doit se tenir dans les 90 jours afin de se prononcer sur les mandats des administrateurs ; en France, en cas de vote négatif, le Conseil, sur avis du comité des rémunérations, délibère et publie sur le site internet de la société un communiqué mentionnant les suites qu il entend donner aux attentes exprimées par les actionnaires lors de l Assemblée générale (article 24.3 du Code Afep- Medef). Par ailleurs, même si le vote est positif, le niveau du taux de rejet n est pas sans conséquence sur l image de la société ni sans impact sur les travaux du comité des rémunérations et du Conseil. Les impacts du vote Le manque de recul est particulièrement saillant s agissant de l information relative au taux de rejet des résolutions. Néanmoins, sur la base des seules informations disponibles, les taux de rejet des résolutions restent relativement faibles même si l on observe une légère augmentation au cours des dernières années liée notamment à l environnement économique et financier (mise en cause de rémunérations considérées comme inappropriées, activisme de certains investisseurs et des proxys ). Certaines études ainsi que des interviews conduites auraient tendance à montrer que le Say on Pay influence peu le niveau et l évolution des rémunérations, à l exception de cas extrêmes. Toutefois, sa mise en place étant encore récente dans la plupart des pays, la réelle mesure de cet impact ne pourra être analysée qu au cours des prochaines années. D après les interviews, les effets les plus notables du Say on Pay concerneraient : l amélioration du dialogue en amont entre les entreprises, les investisseurs et les proxys ; la clarification des priorités stratégiques à intégrer dans les critères de rémunération des dirigeants ; le caractère pédagogique de la présentation de la rémunération, ceci au bénéfice d une meilleure transparence envers les parties prenantes ; une analyse plus fine des niveaux de rejet des résolutions pour la mise en place d actions correctrices éventuelles afin d augmenter leur taux d approbation en Assemblée générale. Les bonnes pratiques du Say on Pay Quelles bonnes pratiques du comité des rémunérations? Pratique 1 - Privilégier une composition du comité des rémunérations garante de son indépendance et de sa compétence La composition du comité des rémunérations et la cartographie de ses compétences sont essentielles à la qualité de ses travaux et à son indépendance, notamment s agissant de sa mission relative à la rémunération des dirigeants. A cet égard, parmi les bonnes pratiques déjà identifiées quant à la composition du comité, il est utile de rappeler celles considérées comme essentielles par les personnes interrogées : le comité devrait avoir un nombre impair de membres, 3 ou 5 au maximum, la taille de 3 étant à privilégier ; il devrait être composé, pour plus de la moitié, d administrateurs indépendants et présidé par un indépendant. SAY ON PAY : COMPARAISONS INTERNATIONALES & BONNES PRATIQUES 5

6 Par ailleurs, selon le Code Afep-Medef (art.18-1), «il est conseillé qu un administrateur salarié soit membre du comité des rémunérations». Plus spécifiquement, et toujours d après les personnes interviewées, il est important au regard du Say on Pay qu en cas de non dissociation des fonctions, l administrateur référent indépendant, lorsqu il existe, soit a minima membre, voire président du comité, dans un souci d équilibre par rapport au PDG. Pratique 2 - Organiser des liens avec les fonctions techniques et les autres comités du Conseil Il convient pour le comité des rémunérations d organiser des échanges suivis avec : les directions techniques utiles à ses missions, notamment la direction financière (qui communique les données relatives à certains critères de rémunération en particulier pour la partie variable) et la direction des ressources humaines (qui communique les données relatives aux rémunérations, qu il s agisse des dirigeants mandataires sociaux ou plus largement des membres du comité exécutif). A noter que les personnes interviewées ne sont pas favorables à la participation du directeur des ressources humaines en tant que membre du comité des rémunérations. les autres comités du Conseil : le comité d audit, compte tenu de l importance des critères financiers dans la rémunération des dirigeants mandataires sociaux : une participation «croisée» de membres entre ces deux comités peut utilement être envisagée, le comité stratégique, lorsqu il existe, de façon à indiquer au comité des rémunérations et au Conseil les priorités stratégiques devant être mises en œuvre par les dirigeants et que l on devrait retrouver traduites dans la structuration du package de rémunération et la détermination des critères relatifs aux composantes de la rémunération variable (notamment pour les moyen et long termes). Pratique 3 - Favoriser la collégialité de la prise de décision au sein du Conseil et sa responsabilisation sur le sujet d importance stratégique qu est la rémunération des dirigeants Le Say on Pay doit être appliqué en respectant pleinement le principe de la collégialité du Conseil, ce qui dépasse le cercle réduit du comité des rémunérations. Le débat collégial permet, au-delà du cadre très technique des modalités de détermination des composantes de la rémunération, d aborder des aspects plus stratégiques, liés aux perspectives de l entreprise. Afin d anticiper les attentes et les réactions à venir du Conseil sur ses propositions, le comité des rémunérations pourrait organiser en amont les contacts nécessaires au sein du Conseil en vue d évoquer les grandes lignes de la rémunération des dirigeants et être à l écoute des administrateurs. Il convient que le comité des rémunérations effectue une présentation détaillée, argumentée et claire au Conseil (proche de celle faite à l Assemblée générale mais plus approfondie) afin de favoriser la collégialité de la décision en toute connaissance de cause. Autrement dit, le Conseil exprime collégialement ses attentes tant stratégiques qu opérationnelles et financières de court et long terme à l égard des dirigeants. Et il détermine les modalités appropriées correspondantes de leur rémunération en ligne avec la performance espérée. 6 LES TRAVAUX DE L IFA - NOVEMBRE 2013

7 Quelles bonnes pratiques quant aux missions du Conseil? Pratique 4 - Déterminer de façon appropriée, claire et argumentée la structure de la rémunération et les critères de performance des dirigeants Le rapport fixe/variable est un élément-clé dans la détermination de la rémunération du dirigeant. La pertinence des critères de la part variable et leur pondération jouent donc un rôle majeur. La transparence passe ici par la pédagogie et la clarté à travers la définition précise : des critères quantitatifs et qualitatifs et de la pondération entre eux, des modalités de mesure des critères et d atteinte des critères. En effet, certains critères ayant un impact stratégique fort (ex : investissements, recherche développement et innovation, développement de certains marchés ou produits, rentabilité et structure financière ), leur communication notamment à l extérieur peut avoir des conséquences significatives sur les orientations de compétitivité et de positionnement concurrentiel de l entreprise. Ainsi, tout en s efforçant à la lisibilité et à la simplicité, il est possible, en cas de nécessité de confidentialité des affaires de rester au niveau des principes (ex : réussir une implantation dans un nouveau pays sans citer le pays). Pratique 5 - Piloter les méthodes et techniques de détermination de la rémunération des dirigeants Il convient que le comité des rémunérations et le Conseil gardent la maîtrise des méthodes et techniques de détermination de la rémunération des dirigeants. A cet égard, la méthode des benchmarks, technique généralement admise, doit faire l objet d une attention particulière. Les benchmarks sont usuellement fournis par des experts extérieurs les plus mandatés par le management. D après les interviewés, l utilisation de telles méthodes aurait pu avoir un caractère «inflationniste» sur les rémunérations. Les experts pourraient plus opportunément être mandatés par le comité des rémunérations, sauf à ce que ce soit une institution indépendante ou sectorielle (cas de la pharmacie) qui soit à l origine des informations. Le comité des rémunérations doit alors disposer du budget approprié en fonction des moyens alloués au Conseil. Si les experts sont néanmoins mandatés par le management, le comité des rémunérations doit en tenir compte dans sa prise de décision. Il doit disposer, dans des délais appropriés, des benchmarks pour faire des propositions argumentées au Conseil. Cette démarche d utilisation du benchmark est intrinsèque à l exercice de transparence nécessairement pédagogique vis-à-vis des actionnaires et du marché : en effet, la rémunération d un dirigeant peut apparaître dans le haut de fourchette des grandes sociétés cotées françaises, tout en étant dans le dernier décile du secteur au niveau international. L analyse est donc à mettre en perspective par rapport à la taille du marché international des dirigeants. Pratique 6 - Suivre la performance des dirigeants au regard de leur rémunération Le comité des rémunérations effectue un suivi de la performance des dirigeants au regard de leur rémunération. Il en rapporte au Conseil. Son analyse devrait permettre d affiner la politique et les modalités de rémunération et d approfondir l argumentaire correspondant présenté aux actionnaires. L application du Say on Pay ne peut qu en être facilitée. SAY ON PAY : COMPARAISONS INTERNATIONALES & BONNES PRATIQUES 7

8 Quelles bonnes pratiques au regard de l Assemblée générale? Pratique 7 - En amont de l Assemblée générale, établir un dialogue avec les investisseurs et les proxys Les résolutions relatives à la politique et aux éléments de rémunération peuvent utilement faire l objet d un dialogue avec les investisseurs et les proxys advisors en amont de l Assemblée. Compte tenu de leur influence grandissante, l expérience et le professionnalisme des collaborateurs les représentant dans ces échanges sont des facteurs d efficience de fonctionnement du marché sur ces sujets exigeants, ce qui implique également que leurs positions soient argumentées. Pratique 8 - Pendant l Assemblée générale, expliquer de façon pédagogique et transparente les rémunérations individuelles des dirigeants Le président du comité des rémunérations, dont la présence à l Assemblée générale est indispensable, doit éventuellement, avec l accord du Conseil, prendre la parole pour argumenter la politique de rémunération et répondre aux questions des actionnaires sur le sujet. Il convient d expliquer avec clarté et pédagogie les packages de rémunération aux actionnaires et aux investisseurs, en démontrant un niveau cohérent avec la performance, l objectif essentiel, mais également avec le secteur dans un contexte national et international. Un niveau de précision approprié (exemple de précision utile : la périodicité du versement du variable annuel) s avère nécessaire. La transparence a certaines limites, dont le nécessaire secret des affaires, notamment en matière de critères de performance pour la partie variable de la rémunération des dirigeants. S agissant des objectifs, le cas échéant, il pourrait être utile de formuler des principes sur les critères quantitatifs (ex : la formation de cash si l entreprise doit se désendetter, l EBITDA ) et qualitatifs (ex : le développement du positionnement international, sans dévoiler la stratégie par pays). Après en avoir débattu, le Conseil peut estimer opportun un vote concernant individuellement chaque dirigeant mandataire social. Pratique 9 - Après l Assemblée générale, prendre en compte les niveaux d approbation des actionnaires Le comité des rémunérations doit avoir une démarche d analyse des votes relatifs à la rémunération à partir notamment, mais pas uniquement, du pourcentage de rejet ou d approbation. Le comité fait part de sa méthode d analyse et de ses résultats au Conseil. Il serait aussi utile de communiquer à l extérieur sur l existence de cette pratique au sein du comité des rémunérations et du Conseil, et quand le Conseil le juge utile, sur les suites à donner aux votes des actionnaires (en dehors de l obligation faite par le Code Afep-Medef, en cas de vote négatif, de délibérer lors d une prochaine séance du Conseil et de publier immédiatement sur le site internet de la société un communiqué mentionnant les suites qu il entend donner aux attentes exprimées par les actionnaires lors de l Assemblée générale). Un niveau «insuffisant» d approbation devrait être un signal déclencheur de réaction. C est à chaque Conseil de déterminer des fourchettes de niveau après une période d observation appropriée. 8 LES TRAVAUX DE L IFA - NOVEMBRE 2013

9 Pratique 10 - Contrôler la bonne application du Say on Pay en France En application du principe «Comply or Explain», en cas de non-conformité au Code de gouvernance, l entreprise doit expliquer les dispositifs alternatifs mis en place et comment ceux-ci permettent de rester conformes aux objectifs du Code. Les recommandations de place seront des éléments essentiels pour l amélioration de l efficacité du système : le rapport annuel rédigé par l Afep et le Medef sur l application du Code de gouvernement d entreprise dans les sociétés du SBF120 ; les travaux du Haut comité en charge du suivi de l application du Code Afep-Medef ; le rapport annuel de l AMF sur le gouvernement d entreprise et la rémunération des dirigeants des sociétés cotées. Les travaux européens et internationaux pourront également utilement faire l objet d un suivi. Conclusion : quelle mise en perspective? Il convient d effectuer une veille attentive : des différentes modalités concrètes d application de Say on Pay françaises et internationales, des travaux et décisions des institutions de l Union européenne en la matière. Il va de soi que les «bonnes pratiques» précédemment évoquées dans ce document restent indicatives : elles doivent être adaptées aux situations particulières (taille, stratégie, secteur, actionnariat, structure juridique ) des sociétés cotées concernées et aux attentes des parties prenantes. Si les principes du Say on Pay s imposent aux sociétés françaises se référant au Code de gouvernement d entreprise des sociétés cotées (Code Afep-Medef), on peut aussi y recourir de façon souple et pragmatique dans les sociétés non cotées ou dans les sociétés cotées de moindre capitalisation boursière et se référant au Code de gouvernement d entreprise pour les valeurs moyennes. En ce cas, il est alors recommandé de s appuyer pleinement sur le Comply or Explain pour expliquer les choix parfois spécifiques faits par l entreprise dans sa mise en place du Say on Pay. Annexes Une synthèse des comparaisons internationales sur le Say on Pay est disponible, ci-après, ainsi que les sources réglementaires ou législatives. SAY ON PAY : COMPARAISONS INTERNATIONALES & BONNES PRATIQUES 9

10 Say on Pay - International comparisons SAY Target Companies Type of vote Vote frequency Target beneficiaries Remuneration policy PAST PAY PLANS AN TARGET COM Fixed part Variable part Stock options Preferred shares Golden hello Advisory vote Annual ED NED NEC BELGIUM AUSTRALIA Advisory vote annual ED NED * CANADA Voluntary Vote/ Advisory vote may voluntarily be adopted Annual ED The companies can have a voluntary non binding advisory vote, either on executive compensation (or some elements i.e. : golden parachute) or on executive compensation policy. Caveat For the conducting of this compared Say on Pay analysis per country, the level and quality of available information were unable to provide exhaustive and sometimes comparable data for all the analysed criteria owing to diversified sources and levels of inconsistent validity. Furthermore, these elements, supplied at a given date, are impacted by the highly evolving nature of the regulatory and governance environment of panel countries. The results are thus presented with these express reserves and will need to be regularly updated. 10 LES TRAVAUX DE L IFA - NOVEMBRE 2013

11 PAY D PACKAGE (Ex post) PENSATION COMPONENTS Golden parachute Non-compete payment Pensions Other 1. Information relating to the engagement of remuneration consultants. 2. If a «no» vote of more than 25% was received on the Remuneration Report vote at the previous year s AGM, an explanation of the board s proposed action in response/ reasons for inaction in response. 3. Discussion of the relationship between the remuneraiton policy and the comany s performance. 4. Details of post-employment and termination benefits not otherwise disclosed. 5. Any other details for each contract of service to provide an understanding of how compensation in the current period was determined and how the contract affects future compensation. PROSPECTIVE PAY PLANS AND PACKAGE (Ex ante) Remuneration policy Compensation 1. Any equity to be granted to a director (executive or otherwise) must receive separate shareholder approval before it can be granted. 2. Any termination benefits to be paid to a «key management personnel» that exceeds their 12 months base salary (averaged over the proceeding 3 years) must be approved by shareholders before it can be paid. TYPE OF SANCTIONS Less than 50% (however, there are consequences if the Remuneration Report recieves a «no» vote of more than 25%¹/ Vote on Remuneration Report is advisory only - but implications where «two strikes» received ( Where a separate shareholder meeting is required as a result of a company s remuneration report receiving a no vote of more than 25% for two consecutive years, the directors that that must stand for reelection at that meeting are all of the directors (other than the managing director) who were directors when the last remuneration report was approved by the board. This will therefore include all non-executive directors and in almost all cases this will include the Chairman (unless the Chairman is also the managing director which is extremely rare in Australian listed companies). :listed companies - N :non-listed companies ED : executive directors - NED : non-executive directors NEC : non-executive chairman * ED (if an agreement signed with an executive director provides for severance payment in excess of 12 months of remuneration, or further to the reasoned opinion of the remuneration committee, is in excess of 18 months of remuneration, this opt-out clause relative to severance payment must be given prior approval by the first ordinary general meeting that follows. Any provision to the contrary shall be null and void). NED (If an agreement signed with an independent director, as understood under article 526ter, of a company whose shares are admitted to trading in a market specified under article 4, provides for variable remuneration, this clause must be given prior approval by the first ordinary general meeting that follows. Any agreement to the contrary shall be null and void). SAY ON PAY : COMPARAISONS INTERNATIONALES & BONNES PRATIQUES 11

12 Say on Pay - International comparisons SAY PAST PAY PLANS AND CHINA CROATIA DENMARK Target Companies Type of vote Vote frequency and N Binding vote annual ED Voluntary Vote Annual (the structure of remuneration shall be updated over time to ensure that it evolves to meet the changes in financial situation of the company concerned (art. 247 of the Companies Act, hereinafter as CA) Binding vote When the remuneration policy is subject to changes- Annually for the proposed remuneration for the current financial year NED NEC ED NED NEC ED NED Target beneficiaries Remuneration policy Fixed part Variable part Stock options Preferred shares Golden hello n/a n/a TARGET COMP nents in individual contracts with board Code Not provided by the articles of the CA a legal obstacles to stipulate above menti and executive officers FRANCE Advisory vote annual ED NEC GERMANY Voluntary vote/ Binding vote is currently waiting for approval from the Bundesrat annual ED 12 LES TRAVAUX DE L IFA - NOVEMBRE 2013

13 PAY PACKAGE (Ex post) ENSATION COMPONENTS PROSPECTIVE PAY PLANS AND PACKAGE (Ex ante) Remuneration policy Compensation TYPE OF SANCTIONS Golden parachute Non-compete payment Pensions Other n/a n/a n/a No nd the Code but there are no oned compensation compomembers, managment staff Remuneration can include: directors participation in company s profit (art. 246 CA), compensation for expenses, insurance premiums (art 247 CA), No sanctions In case of a negative vote, the Board, on the recommendation of the Compensation Committee, discuss the matter at the next Board meeting and issued a press release on the company website indicating the action it intends to shareholder expectations. No sanctions SAY ON PAY : COMPARAISONS INTERNATIONALES & BONNES PRATIQUES 13

14 Say on Pay - International comparisons SAY Target Companies Type of vote Vote frequency Target beneficiaries Remuneration policy PAST PAY PLANS AND TARGET COM Fixed part Variable part Stock options Preferred shares Golden hello - N if subsidiary of Binding vote ED NED NEC INDIA ITALY and banks Binding * / Advisory vote ** Annual for the Remuneration Policy Report. Every board renewal for the vote on the global remuneration budget (normally every 3 years but it could be for less). ED NED NEC JAPAN Binding vote ED NED ** Binding if 1) only if provided in the Bylaws, Shareholdes shall (binding and ex ante) vote the global remuneration budget for all Board Members (art of the Italian Civil Code); 2) Only for remunaration plans based upon financial instruments (article 114-bis of TUF). *** Advisory vote only for the the Remuneration Policy Report (the so-called «Section I» Report) and, if provided in the Bylaws, the global remuneration budget. For the detailed remunerations (the so-called «Section II» Report) according with article 123-ter TUF. 14 LES TRAVAUX DE L IFA - NOVEMBRE 2013

15 PAY PACKAGE (Ex post) PENSATION COMPONENTS PROSPECTIVE PAY PLANS AND PACKAGE (Ex ante) Remuneration policy Compensation TYPE OF SANCTIONS Golden parachute Non-compete payment Pensions Yes Other Remuneration shall include, (a) any expenditure incurred by the company in providing any rent-free accommodation, or any other benefit or amenity in respect of accommodation free of charge, to any of the persons specified in sub-section (1) ; (b) any expenditure incurred by the company in providing any other benefit or amenity free of charge or at a concessional rate to any of the persons aforesaid ; (c) any expenditure incurred by the company in respect of any obligation or service, which, but for such expenditure by the company, would have been incurred by any of the persons aforesaid ; and (d) any expenditure incurred by the company to effect any insurance on the life of, or to provide any pension, annuity or gratuity for, any of the persons aforesaid or his spouse or child. Yes, but only for the global remuneration budget and if provided by the Company s Bylaws (article 2389 of the Italian Civil Code). No Rule «Comply or explain» for the advisory vote (art of Italian Civil Code). With regards to those measures that provide for a binding vote, the sanction shall be the anulment of the Board s resolution wich has been adopted in violation of the law. SAY ON PAY : COMPARAISONS INTERNATIONALES & BONNES PRATIQUES 15

16 Say on Pay - International comparisons SAY PAST PAY PLANS AND Target Companies Type of vote Vote frequency Target beneficiaries Remuneration policy TARGET COM Fixed part Variable part Stock options Preferred shares Golden hello LUXEMBOURG and financial sector companies Advisory vote annual ED NED NEC NETHERLANDS Binding vote When changed ED NED NEC NORWAY Binding vote on the guidelines on remuneration of the board directors for the part of remuneration linked to shares or share related instruments/ Advisory vote on the board of directors guidelines for fixing remuneration to senior executives officers Annual ED NED NEC The annual report provide for such elements of the r given of salary, employme agreements for compensa SLOVENIA and N Voluntary Vote Annual ED NED NEC 16 LES TRAVAUX DE L IFA - NOVEMBRE 2013

17 PAY PACKAGE (Ex post) PENSATION COMPONENTS PROSPECTIVE PAY PLANS AND PACKAGE (Ex ante) Remuneration policy Compensation TYPE OF SANCTIONS Golden parachute Non-compete payment Pensions Other Administrative sanctions & fines The previous compensation policy applies details of all elements of the chief executive s remuneration and total amounts emuneration of other members of the executive management. Details must be nt benefits, bonus entitlement, options agreements, pension entitlement and any tion on termination of employment Yes. Guidelines on remuneration relating to allocation of shares, subscription rights, options and other forms of remuneration linked to shares or the development of the share price in the company or in other companies within the same group of companies shall be approved at the general meeting. Thus guidelines relating to variable remuneration must be approved. No No sanctions Shareholders at GM can discharge SB members which not respect these rules but only with 75% quorum. SAY ON PAY : COMPARAISONS INTERNATIONALES & BONNES PRATIQUES 17

18 Say on Pay - International comparisons SAY PAST PAY PLANS AND Target Companies Type of vote Vote frequency Target beneficiaries Remuneration policy TARGET COM Fixed part Variable part Stock options Preferred shares Golden hello SOUTH AFRICA Advisory vote Annual ED SPAIN Advisory vote Annual ED NED SWEDEN Binding vote Annual ED SWITZERLAND Binding Vote (measures approved by the referendum in 2013 must be translated as a law) ED NED NEC 18 LES TRAVAUX DE L IFA - NOVEMBRE 2013

19 PAY PACKAGE (Ex post) PENSATION COMPONENTS PROSPECTIVE PAY PLANS AND PACKAGE (Ex ante) Remuneration policy Compensation TYPE OF SANCTIONS Golden parachute Non-compete payment Pensions Other No Administrative sanctions & fines None until the measures approved by the referendum in 2013 are translated as a law SAY ON PAY : COMPARAISONS INTERNATIONALES & BONNES PRATIQUES 19

20 Say on Pay - International comparisons SAY PAST PAY PLANS AND Target Companies Type of vote Vote frequency Target beneficiaries Remuneration policy TARGET COM Fixed part Variable part Stock options Preferred shares Golden hello UK Binding vote on pay policy/ Advisory on pay outcomes Every year for the Advisory Vote on pay outcomes; every third year for the Binding Vote on pay policy ED NED NEC Advisory vote annual ED US 20 LES TRAVAUX DE L IFA - NOVEMBRE 2013

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

Notices of Uninsured Deposits Regulations (Trust and Loan Companies)

Notices of Uninsured Deposits Regulations (Trust and Loan Companies) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Notices of Uninsured Deposits Regulations (Trust and Loan Companies) Règlement sur les avis relatifs aux dépôts non assurés (sociétés de fiducie et de prêt) SOR/2008-64

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Guide pour déposer une demande de certificat d autorisation pour établir une société professionnelle de la santé

Guide pour déposer une demande de certificat d autorisation pour établir une société professionnelle de la santé Guide pour déposer une demande de certificat d autorisation pour établir une société professionnelle de la santé Il est conseillé aux membres de l OHDO de consulter des professionnels financiers et juridiques

Plus en détail

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les ordonnances alimentaires et les dispositions alimentaires (banques

Plus en détail

Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations

Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations Règlement sur l utilisation de la dénomination sociale (entités du même groupe qu une banque ou société

Plus en détail

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurances multirisques et des sociétés d assurance

Plus en détail

Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations

Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations Règlement sur les renseignements à inclure dans les notes de crédit et les notes de débit (TPS/ TVH) SOR/91-44

Plus en détail

Bill 201 Projet de loi 201

Bill 201 Projet de loi 201 1ST SESSION, 39TH LEGISLATURE, ONTARIO 58 ELIZABETH II, 2009 1 re SESSION, 39 e LÉGISLATURE, ONTARIO 58 ELIZABETH II, 2009 Bill 201 Projet de loi 201 (Chapter 20 Statutes of Ontario, 2009) (Chapitre 20

Plus en détail

Life Companies Borrowing Regulations. Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie CONSOLIDATION CODIFICATION

Life Companies Borrowing Regulations. Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Life Companies Borrowing Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie SOR/92-277 DORS/92-277 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 Published

Plus en détail

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre

Plus en détail

AMENDMENT TO BILL 32 AMENDEMENT AU PROJET DE LOI 32

AMENDMENT TO BILL 32 AMENDEMENT AU PROJET DE LOI 32 THAT the proposed clause 6(1), as set out in Clause 6(1) of the Bill, be replaced with the following: Trustee to respond promptly 6(1) A trustee shall respond to a request as promptly as required in the

Plus en détail

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Interest Rate for Customs Purposes Regulations Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes SOR/86-1121 DORS/86-1121 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août

Plus en détail

THE LAW SOCIETY OF UPPER CANADA BY-LAW 19 [HANDLING OF MONEY AND OTHER PROPERTY] MOTION TO BE MOVED AT THE MEETING OF CONVOCATION ON JANUARY 24, 2002

THE LAW SOCIETY OF UPPER CANADA BY-LAW 19 [HANDLING OF MONEY AND OTHER PROPERTY] MOTION TO BE MOVED AT THE MEETING OF CONVOCATION ON JANUARY 24, 2002 2-aes THE LAW SOCIETY OF UPPER CANADA BY-LAW 19 [HANDLING OF MONEY AND OTHER PROPERTY] MOTION TO BE MOVED AT THE MEETING OF CONVOCATION ON JANUARY 24, 2002 MOVED BY SECONDED BY THAT By-Law 19 [Handling

Plus en détail

PROJET DE LOI. An Act to Amend the Employment Standards Act. Loi modifiant la Loi sur les normes d emploi

PROJET DE LOI. An Act to Amend the Employment Standards Act. Loi modifiant la Loi sur les normes d emploi 2nd Session, 57th Legislature New Brunswick 60-61 Elizabeth II, 2011-2012 2 e session, 57 e législature Nouveau-Brunswick 60-61 Elizabeth II, 2011-2012 BILL PROJET DE LOI 7 7 An Act to Amend the Employment

Plus en détail

Resident Canadian (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur les résidents canadiens (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION

Resident Canadian (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur les résidents canadiens (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Resident Canadian (Insurance Companies) Regulations Règlement sur les résidents canadiens (sociétés d assurances) SOR/92-284 DORS/92-284 Current to August 4, 2015 À jour

Plus en détail

Minority Investment (Trust and Loan Companies) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de fiducie et de prêt) CODIFICATION

Minority Investment (Trust and Loan Companies) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de fiducie et de prêt) CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Minority Investment (Trust and Loan Companies) Regulations Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de fiducie et de prêt) SOR/2001-406 DORS/2001-406 Current

Plus en détail

Most-Favoured-Nation Tariff Rules of Origin Regulations. Règlement sur les règles d origine (tarif de la nation la plus favorisée) CONSOLIDATION

Most-Favoured-Nation Tariff Rules of Origin Regulations. Règlement sur les règles d origine (tarif de la nation la plus favorisée) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Most-Favoured-Nation Tariff Rules of Origin Regulations Règlement sur les règles d origine (tarif de la nation la plus favorisée) SOR/98-33 DORS/98-33 Current to September

Plus en détail

APPENDIX 2. Provisions to be included in the contract between the Provider and the. Holder

APPENDIX 2. Provisions to be included in the contract between the Provider and the. Holder Page 1 APPENDIX 2 Provisions to be included in the contract between the Provider and the Obligations and rights of the Applicant / Holder Holder 1. The Applicant or Licensee acknowledges that it has read

Plus en détail

de stabilisation financière

de stabilisation financière CHAPTER 108 CHAPITRE 108 Fiscal Stabilization Fund Act Loi sur le Fonds de stabilisation financière Table of Contents 1 Definitions eligible securities valeurs admissibles Fund Fonds Minister ministre

Plus en détail

Fédération Internationale de Handball. b) Règlement du but

Fédération Internationale de Handball. b) Règlement du but Fédération Internationale de Handball b) Règlement du but Edition: Septembre 2007 Table des matières Page 1. Généralités 3 2. Caractéristiques techniques des buts de handball 3 3. Dimensions et schéma

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Calculation of Interest Regulations. Règlement sur le calcul des intérêts CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015

Calculation of Interest Regulations. Règlement sur le calcul des intérêts CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Calculation of Interest Regulations Règlement sur le calcul des intérêts SOR/87-631 DORS/87-631 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 Published by the Minister

Plus en détail

Nouveautés printemps 2013

Nouveautés printemps 2013 » English Se désinscrire de la liste Nouveautés printemps 2013 19 mars 2013 Dans ce Flash Info, vous trouverez une description des nouveautés et mises à jour des produits La Capitale pour le printemps

Plus en détail

Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Trust and Loan Companies) Regulations

Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Trust and Loan Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Trust and Loan Companies) Regulations Règlement sur la communication en cas de demande téléphonique d ouverture de

Plus en détail

ORDONNANCE XG-C568-09-2011. RELATIVEMENT À la Loi sur l Office national de l énergie (Loi sur l ONÉ) et à ses règlements d application;

ORDONNANCE XG-C568-09-2011. RELATIVEMENT À la Loi sur l Office national de l énergie (Loi sur l ONÉ) et à ses règlements d application; DEVANT l Office, le 23 juin 2011. ORDONNANCE XG-C568-09-2011 RELATIVEMENT À la Loi sur l Office national de l énergie (Loi sur l ONÉ) et à ses règlements d application; RELATIVEMENT À une demande présentée

Plus en détail

Ordonnance sur le paiement à un enfant ou à une personne qui n est pas saine d esprit. Infant or Person of Unsound Mind Payment Order CODIFICATION

Ordonnance sur le paiement à un enfant ou à une personne qui n est pas saine d esprit. Infant or Person of Unsound Mind Payment Order CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Infant or Person of Unsound Mind Payment Order Ordonnance sur le paiement à un enfant ou à une personne qui n est pas saine d esprit C.R.C., c. 1600 C.R.C., ch. 1600 Current

Plus en détail

C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28. (Assented to June 12, 2014) (Date de sanction : 12 juin 2014)

C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28. (Assented to June 12, 2014) (Date de sanction : 12 juin 2014) C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28 THE CONSUMER PROTECTION AMENDMENT ACT (CONTRACTS FOR DISTANCE COMMUNICATION SERVICES) LOI MODIFIANT LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR (CONTRATS DE SERVICES DE

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

LOI SUR LE RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE PUBLIC SERVICE GROUP INSURANCE BENEFIT PLAN ACT

LOI SUR LE RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE PUBLIC SERVICE GROUP INSURANCE BENEFIT PLAN ACT PUBLIC SERVICE GROUP INSURANCE BENEFIT PLAN ACT LOI SUR LE RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE Application of this Act 1(1) This Act applies to the following (a) persons employed by the

Plus en détail

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION First Nations Assessment Inspection Regulations Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations SOR/2007-242 DORS/2007-242 Current to September

Plus en détail

Règlement sur les baux visés à la Loi no 1 de 1977 portant affectation de crédits. Appropriation Act No. 1, 1977, Leasing Regulations CODIFICATION

Règlement sur les baux visés à la Loi no 1 de 1977 portant affectation de crédits. Appropriation Act No. 1, 1977, Leasing Regulations CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Appropriation Act No. 1, 1977, Leasing Regulations Règlement sur les baux visés à la Loi no 1 de 1977 portant affectation de crédits C.R.C., c. 320 C.R.C., ch. 320 Current

Plus en détail

Bill 69 Projet de loi 69

Bill 69 Projet de loi 69 1ST SESSION, 41ST LEGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 1 re SESSION, 41 e LÉGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 Bill 69 Projet de loi 69 An Act to amend the Business Corporations Act and the

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

Ottawa,, 2009 Ottawa, le 2009

Ottawa,, 2009 Ottawa, le 2009 Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu des articles 479 à 485 a, 488 b et 1021 c de la Loi sur les sociétés d assurances d, se propose de prendre le Règlement modifiant le Règlement sur

Plus en détail

Règlement relatif à l examen fait conformément à la Déclaration canadienne des droits. Canadian Bill of Rights Examination Regulations CODIFICATION

Règlement relatif à l examen fait conformément à la Déclaration canadienne des droits. Canadian Bill of Rights Examination Regulations CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Canadian Bill of Rights Examination Regulations Règlement relatif à l examen fait conformément à la Déclaration canadienne des droits C.R.C., c. 394 C.R.C., ch. 394 Current

Plus en détail

Postal Imports Remission Order. Décret de remise visant les importations par la poste CONSOLIDATION CODIFICATION

Postal Imports Remission Order. Décret de remise visant les importations par la poste CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Postal Imports Remission Order Décret de remise visant les importations par la poste SI/85-181 TR/85-181 Current to September 27, 2015 À jour au 27 septembre 2015 Published

Plus en détail

Bill 204 Projet de loi 204

Bill 204 Projet de loi 204 3RD SESSION, 37TH LEGISLATURE, ONTARIO 51 ELIZABETH II, 2002 3 e SESSION, 37 e LÉGISLATURE, ONTARIO 51 ELIZABETH II, 2002 Bill 204 Projet de loi 204 An Act to amend the Ontario Energy Board Act, 1998 to

Plus en détail

Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel. Call Centres Telemarketing Sales Regulation

Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel. Call Centres Telemarketing Sales Regulation THE CONSUMER PROTECTION ACT (C.C.S.M. c. C200) Call Centres Telemarketing Sales Regulation LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR (c. C200 de la C.P.L.M.) Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel

Plus en détail

Input Tax Credit Information (GST/HST) Regulations

Input Tax Credit Information (GST/HST) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Input Tax Credit Information (GST/HST) Regulations Règlement sur les renseignements nécessaires à une demande de crédit de taxe sur les intrants (TPS/ TVH) SOR/91-45 DORS/91-45

Plus en détail

Règles sur les dividendes déterminés

Règles sur les dividendes déterminés Comité mixte sur la fiscalité de l Association du Barreau canadien et de l Institut Canadien des Comptables Agréés L Institut Canadien des Comptables Agréés, 277, rue Wellington Ouest, Toronto (Ontario)

Plus en détail

Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act

Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act Loi visant le soutien aux aînés vulnérables et le renforcement de l économie canadienne S.C. 2011,

Plus en détail

BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 S-1003 S-1003 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA

BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 S-1003 S-1003 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA S-1003 S-1003 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 An Act to authorize Industrial Alliance

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

C H A P T E R 4 C H A P I T R E 4. (Assented to June 16, 2011) (Date de sanction : 16 juin 2011)

C H A P T E R 4 C H A P I T R E 4. (Assented to June 16, 2011) (Date de sanction : 16 juin 2011) C H A P T E R 4 C H A P I T R E 4 THE PRESCRIPTION DRUGS COST ASSISTANCE AMENDMENT ACT (PRESCRIPTION DRUG MONITORING AND MISCELLANEOUS AMENDMENTS) LOI MODIFIANT LA LOI SUR L'AIDE À L'ACHAT DE MÉDICAMENTS

Plus en détail

CODIFICATION CONSOLIDATION. Current to September 27, 2015. À jour au 27 septembre 2015. Last amended on July 1, 2010

CODIFICATION CONSOLIDATION. Current to September 27, 2015. À jour au 27 septembre 2015. Last amended on July 1, 2010 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Mortgage Insurance Business (Banks, Authorized Foreign Banks, Trust and Loan Companies, Retail Associations, Canadian Insurance Companies and Canadian Societies) Regulations

Plus en détail

CRM Company Group lance l offre volontaire de rachat en espèces des 2 100 OC 1 restant en circulation.

CRM Company Group lance l offre volontaire de rachat en espèces des 2 100 OC 1 restant en circulation. CORPORATE EVENT NOTICE: Offre volontaire de rachat CRM COMPANY GROUP PLACE: Paris AVIS N : PAR_20121121_10423_ALT DATE: 21/11/2012 MARCHE: Alternext Paris CRM Company Group lance l offre volontaire de

Plus en détail

Bill 70 Projet de loi 70

Bill 70 Projet de loi 70 1ST SESSION, 41ST LEGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 1 re SESSION, 41 e LÉGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 Bill 70 Projet de loi 70 An Act respecting protection for registered retirement

Plus en détail

Loi sur la remise de certaines dettes liées à l aide publique au développement. Forgiveness of Certain Official Development Assistance Debts Act

Loi sur la remise de certaines dettes liées à l aide publique au développement. Forgiveness of Certain Official Development Assistance Debts Act CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Forgiveness of Certain Official Development Assistance Debts Act Loi sur la remise de certaines dettes liées à l aide publique au développement S.C. 1987, c. 27 L.C. 1987,

Plus en détail

Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Retail Associations) Regulations

Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Retail Associations) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Disclosure on Account Opening by Telephone Request (Retail Associations) Regulations Règlement sur la communication en cas de demande téléphonique d ouverture de compte

Plus en détail

Exemption from Approval for Certain Investments in Intragroup Service Entities (Trust and Loan Companies) Regulations

Exemption from Approval for Certain Investments in Intragroup Service Entities (Trust and Loan Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Exemption from Approval for Certain Investments in Intragroup Service Entities (Trust and Loan Companies) Regulations Règlement sur la dispense d agrément pour certains

Plus en détail

Bill 12 Projet de loi 12

Bill 12 Projet de loi 12 1ST SESSION, 41ST LEGISLATURE, ONTARIO 63 ELIZABETH II, 2014 1 re SESSION, 41 e LÉGISLATURE, ONTARIO 63 ELIZABETH II, 2014 Bill 12 Projet de loi 12 An Act to amend the Employment Standards Act, 2000 with

Plus en détail

INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been paid yet, you may be eligible for the simplified procedure.

INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been paid yet, you may be eligible for the simplified procedure. Recipient s name 5001-EN For use by the foreign tax authority CALCULATION OF WITHHOLDING TAX ON DIVIDENDS Attachment to Form 5000 12816*01 INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form (A renvoyer avant le 15 octobre 2014 Deadline octobrer 15th 2014) Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication

Plus en détail

Practice Direction. Class Proceedings

Practice Direction. Class Proceedings Effective Date: 2010/07/01 Number: PD - 5 Title: Practice Direction Class Proceedings Summary: This Practice Direction describes the procedure for requesting the assignment of a judge in a proceeding under

Plus en détail

Certificate of Incorporation Certificat de constitution

Certificate of Incorporation Certificat de constitution Request ID: 017562932 Province of Ontario Date Report Produced: 2015/04/27 Demande n o : Province de l Ontario Document produit le: Transaction ID: 057430690 Ministry of Government Services Time Report

Plus en détail

GASCOGNE PAR_20150827_06702_ALT DATE: 27/08/2015. Pour faire suite à l'avis PAR_20150827_06701_EUR I - ADMISSION D'ACTIONS PAR COTATION DIRECTE

GASCOGNE PAR_20150827_06702_ALT DATE: 27/08/2015. Pour faire suite à l'avis PAR_20150827_06701_EUR I - ADMISSION D'ACTIONS PAR COTATION DIRECTE CORPORATE EVENT NOTICE: Admission par cotation directe GASCOGNE PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150827_06702_ALT DATE: 27/08/2015 MARCHE: Alternext Paris Pour faire suite à l'avis PAR_20150827_06701_EUR I

Plus en détail

Import Allocation Regulations. Règlement sur les autorisations d importation CONSOLIDATION CODIFICATION

Import Allocation Regulations. Règlement sur les autorisations d importation CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Import Allocation Regulations Règlement sur les autorisations d importation SOR/95-36 DORS/95-36 Current to May 17, 2011 À jour au 1 er 17 mai 2011 Published by the Minister

Plus en détail

Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada. Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act CODIFICATION CONSOLIDATION

Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada. Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act CODIFICATION CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada S.C. 1985, c. 9 S.C. 1985, ch. 9 Current to September 10,

Plus en détail

PAR_20141217_09543_EUR DATE: 17/12/2014. Suite à l'avis PAR_20141119_08654_EUR

PAR_20141217_09543_EUR DATE: 17/12/2014. Suite à l'avis PAR_20141119_08654_EUR CORPORATE EVENT NOTICE: Emission avec maintien du droit préférentiel de souscription, d obligations convertibles en actions ordinaires nouvelles assorties de bons de souscription d action («OCABSA») -

Plus en détail

Appointment or Deployment of Alternates Regulations. Règlement sur la nomination ou la mutation de remplaçants CONSOLIDATION CODIFICATION

Appointment or Deployment of Alternates Regulations. Règlement sur la nomination ou la mutation de remplaçants CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Appointment or Deployment of Alternates Regulations Règlement sur la nomination ou la mutation de remplaçants SOR/2012-83 DORS/2012-83 Current to August 30, 2015 À jour

Plus en détail

Form of Deeds Relating to Certain Successions of Cree and Naskapi Beneficiaries Regulations

Form of Deeds Relating to Certain Successions of Cree and Naskapi Beneficiaries Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Form of Deeds Relating to Certain Successions of Cree and Naskapi Beneficiaries Regulations Règlement sur la forme des actes relatifs à certaines successions de bénéficiaires

Plus en détail

LOI SUR L AMÉNAGEMENT RÉGIONAL AREA DEVELOPMENT ACT DÉCRET 1980/257 LOI SUR L'AMÉNAGEMENT RÉGIONAL O.I.C. 1980/257 AREA DEVELOPMENT ACT

LOI SUR L AMÉNAGEMENT RÉGIONAL AREA DEVELOPMENT ACT DÉCRET 1980/257 LOI SUR L'AMÉNAGEMENT RÉGIONAL O.I.C. 1980/257 AREA DEVELOPMENT ACT Pursuant to the provisions of the Area Development Act, the Commissioner in Executive Council is pleased to and doth hereby order as follows: 1. The annexed regulations for the orderly development of part

Plus en détail

VIVENDI PAR_20120504_05023_EUR DATE: 04/05/2012

VIVENDI PAR_20120504_05023_EUR DATE: 04/05/2012 CORPORATE EVENT NOTICE: Attribution gratuite d'actions VIVENDI PLACE: Paris AVIS N : PAR_20120504_05023_EUR DATE: 04/05/2012 MARCHE: EURONEXT PARIS Le directoire de la société Vivendi, par délibération

Plus en détail

BILL 62 PROJET DE LOI 62

BILL 62 PROJET DE LOI 62 Bill 62 Government Bill Projet de loi 62 Projet de loi du gouvernement 3 rd Session, 40 th Legislature, Manitoba, 63 Elizabeth II, 2014 3 e session, 40 e législature, Manitoba, 63 Elizabeth II, 2014 BILL

Plus en détail

Nordion Europe S.A. Incorporation Authorization Order. Décret autorisant la constitution de Nordion Europe S.A. CONSOLIDATION CODIFICATION

Nordion Europe S.A. Incorporation Authorization Order. Décret autorisant la constitution de Nordion Europe S.A. CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Nordion Europe S.A. Incorporation Authorization Order Décret autorisant la constitution de Nordion Europe S.A. SOR/90-162 DORS/90-162 Current to June 9, 2015 À jour au

Plus en détail

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5 RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS General Rules for Manner of Service Notices of Application and Other Documents 5.01 (1) A notice of application or other document may be served personally, or by an alternative

Plus en détail

LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR CONSUMERS PROTECTION ACT O.C. 1972/400 C.O. 1972/400 CONSUMERS PROTECTION ACT

LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR CONSUMERS PROTECTION ACT O.C. 1972/400 C.O. 1972/400 CONSUMERS PROTECTION ACT Pursuant to the provisions of the Consumers Protection Act, the Commissioner of the Yukon Territory is pleased to and doth hereby order as follows: 1. The annexed Regulations are hereby made and established.

Plus en détail

FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE NATATION Diving

FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE NATATION Diving QUALIFICATION SYSTEM - 2 ND SUMMER YOUTH OLYMPIC GAMES - NANJING 2014 FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE NATATION Diving A. Events (5) MEN S EVENTS (2) WOMEN S EVENTS (2) MIXED EVENTS (2) 3m individual springboard

Plus en détail

Railway Operating Certificate Regulations. Règlement sur les certificats d exploitation de chemin de fer CODIFICATION CONSOLIDATION

Railway Operating Certificate Regulations. Règlement sur les certificats d exploitation de chemin de fer CODIFICATION CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Railway Operating Certificate Regulations Règlement sur les certificats d exploitation de chemin de fer SOR/2014-258 DORS/2014-258 Current to September 10, 2015 À jour

Plus en détail

PART II / PARTIE II Volume 31, No. 11 / Volume 31, n o 11

PART II / PARTIE II Volume 31, No. 11 / Volume 31, n o 11 PART II / PARTIE II Volume 31, No. 11 / Volume 31, n o 11 Yellowknife, Northwest Territories / Territoires du Nord-Ouest 2010-11-30 TABLE OF CONTENTS / SI: Statutory Instrument / R: Regulation / TABLE

Plus en détail

Ships Elevator Regulations. Règlement sur les ascenseurs de navires CODIFICATION CONSOLIDATION. C.R.C., c. 1482 C.R.C., ch. 1482

Ships Elevator Regulations. Règlement sur les ascenseurs de navires CODIFICATION CONSOLIDATION. C.R.C., c. 1482 C.R.C., ch. 1482 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Ships Elevator Regulations Règlement sur les ascenseurs de navires C.R.C., c. 1482 C.R.C., ch. 1482 Current to September 10, 2015 À jour au 10 septembre 2015 Last amended

Plus en détail

ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT OU ORGANISME DE FORMATION / UNIVERSITY OR COLLEGE:

ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT OU ORGANISME DE FORMATION / UNIVERSITY OR COLLEGE: 8. Tripartite internship agreement La présente convention a pour objet de définir les conditions dans lesquelles le stagiaire ci-après nommé sera accueilli dans l entreprise. This contract defines the

Plus en détail

Code AFEP-MEDEF Un an après les nouvelles dispositions

Code AFEP-MEDEF Un an après les nouvelles dispositions Code AFEP-MEDEF Un an après les nouvelles dispositions Mai 2014 Sommaire 1. Les évolutions de juin 2013 2 1.1 L origine de l évolution 1.2 Sociétés concernées 1.3 Principales évolutions du code 2. Les

Plus en détail

RICHEL SERRES DE FRANCE PAR_20120203_02432_ALT DATE: 03/02/2012

RICHEL SERRES DE FRANCE PAR_20120203_02432_ALT DATE: 03/02/2012 CORPORATE EVENT NOTICE: Offre contractuelle de rachat RICHEL SERRES DE FRANCE PLACE: Paris AVIS N : PAR_20120203_02432_ALT DATE: 03/02/2012 MARCHE: Alternext Paris La société RICHEL SERRES DE FRANCE (la

Plus en détail

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Missions Registration Information Payment of allowances Support for job seekers Assistance to companies for their recruitment Establishment

Plus en détail

CHAPTER 47 CHAPITRE 47

CHAPTER 47 CHAPITRE 47 2013 CHAPTER 47 CHAPITRE 47 An Act Respecting the Delivery of Integrated Services, Programs and Activities Loi concernant la prestation de services, programmes et activités intégrés Assented to December

Plus en détail

INTEGRAL PAR_20150811_06296_MLI DATE: 11/08/2015. Suite à l'avis PAR_20150806_06182_MLI A) RESULTAT

INTEGRAL PAR_20150811_06296_MLI DATE: 11/08/2015. Suite à l'avis PAR_20150806_06182_MLI A) RESULTAT CORPORATE EVENT NOTICE: Résultat de l'offre INTEGRAL PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150811_06296_MLI DATE: 11/08/2015 MARCHE: MARCHE LIBRE Suite à l'avis PAR_20150806_06182_MLI A) RESULTAT Après centralisation

Plus en détail

Canada-Italy Innovation Award 2015 Call for Proposals

Canada-Italy Innovation Award 2015 Call for Proposals Embassy of Canada to Italy Canada-Italy Innovation Award 2015 Public Affairs and Advocacy www.canada.it Canada-Italy Innovation Award 2015 Call for Proposals Overview The Embassy of Canada to Italy is

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL FINANCIAL ADMINISTRATION ACT SPECIAL WARRANT

LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL FINANCIAL ADMINISTRATION ACT SPECIAL WARRANT SPECIAL WARRANT LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL Pursuant to subsections 19(2) and (3) of the Financial Administration Act, the Commissioner in Executive Council hereby issues this

Plus en détail

Paxton. ins-20605. Net2 desktop reader USB

Paxton. ins-20605. Net2 desktop reader USB Paxton ins-20605 Net2 desktop reader USB 1 3 2 4 1 2 Desktop Reader The desktop reader is designed to sit next to the PC. It is used for adding tokens to a Net2 system and also for identifying lost cards.

Plus en détail

STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPITRE 28 CHAPTER 28 ASSENTED TO SANCTIONNÉE

STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPITRE 28 CHAPTER 28 ASSENTED TO SANCTIONNÉE First Session, Forty-first Parliament, 60 Elizabeth II, 2011 Première session, quarante et unième législature, 60 Elizabeth II, 2011 STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPTER 28 CHAPITRE 28

Plus en détail

BLUELINEA. 269.826,00 EUR composé de 1.349.130 actions de valeur nominale 0,20 EUR Date de création : 17/01/2006

BLUELINEA. 269.826,00 EUR composé de 1.349.130 actions de valeur nominale 0,20 EUR Date de création : 17/01/2006 CORPORATE EVENT NOTICE: Inscription par cotation directe BLUELINEA PLACE: Paris AVIS N : PAR_20120221_02921_MLI DATE: 21/02/2012 MARCHE: MARCHE LIBRE A l'initiative du membre de marché ARKEON Finance agissant

Plus en détail

22/09/2014 sur la base de 55,03 euros par action

22/09/2014 sur la base de 55,03 euros par action CORPORATE EVENT NOTICE: Amortissement d'orane Reprise de cotation PUBLICIS GROUPE S.A. PLACE: Paris AVIS N : PAR_20140902_06559_EUR DATE: 02/09/2014 MARCHE: EURONEXT PARIS Amortissement en titres et en

Plus en détail

CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to September 27, 2015 À jour au 27 septembre 2015

CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to September 27, 2015 À jour au 27 septembre 2015 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Order Transferring from the Minister of Finance, to the Minister of National Health and Welfare and to the Minister of Employment and Immigration Certain Powers, Duties

Plus en détail

Quebec Gross Revenue Insurance Program Conditional Remission Order. Décret de remise conditionnelle visant le Régime d assurancerevenu brut du Québec

Quebec Gross Revenue Insurance Program Conditional Remission Order. Décret de remise conditionnelle visant le Régime d assurancerevenu brut du Québec CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Quebec Gross Revenue Insurance Program Conditional Remission Order Décret de remise conditionnelle visant le Régime d assurancerevenu brut du Québec SI/2004-55 TR/2004-55

Plus en détail

General Export Permit No. Ex. 18 Portable Personal Computers and Associated Software

General Export Permit No. Ex. 18 Portable Personal Computers and Associated Software CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION General Export Permit No. Ex. 18 Portable Personal Computers and Associated Software Licence générale d exportation n o Ex. 18 Ordinateurs personnels portatifs et logiciels

Plus en détail

Règlement sur les certificats d importation. Import Certificate Regulations CODIFICATION CONSOLIDATION. C.R.C., c. 603 C.R.C., ch.

Règlement sur les certificats d importation. Import Certificate Regulations CODIFICATION CONSOLIDATION. C.R.C., c. 603 C.R.C., ch. CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Import Certificate Regulations Règlement sur les certificats d importation C.R.C., c. 603 C.R.C., ch. 603 Current to September 27, 2015 À jour au 27 septembre 2015 Published

Plus en détail

Order Binding Certain Agents of Her Majesty for the Purposes of Part 1 of the Personal Information Protection and Electronic Documents Act

Order Binding Certain Agents of Her Majesty for the Purposes of Part 1 of the Personal Information Protection and Electronic Documents Act CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Order Binding Certain Agents of Her Majesty for the Purposes of Part 1 of the Personal Information Protection and Electronic Documents Act Décret liant certains mandataires

Plus en détail

DESIGN YOUR HOME PAR_20150903_06859_MLI DATE: 03/09/2015. Suite à l'avis PAR_20150828_06739_MLI A) RESULTAT

DESIGN YOUR HOME PAR_20150903_06859_MLI DATE: 03/09/2015. Suite à l'avis PAR_20150828_06739_MLI A) RESULTAT CORPORATE EVENT NOTICE: Résultat de l'offre DESIGN YOUR HOME PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150903_06859_MLI DATE: 03/09/2015 MARCHE: MARCHE LIBRE Suite à l'avis PAR_20150828_06739_MLI A) RESULTAT Après centralisation

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Bons d'option émis par. SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur)

Bons d'option émis par. SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur) CONDITIONS DEFINITIVES POUR LES BONS D'OPTION SUR ACTION EN DATE DU 18 NOVEMBRE 2011 Bons d'option émis par SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur) Les modalités applicables aux Bons d'option figurent

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib.

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib. Crédit Agricole CIB Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Paris, Jeudi 6 Février 2014 www.ca-cib.com Le marché Euro PP Le développement du marché Euro PP Volumes

Plus en détail

Export Permit (Steel Monitoring) Regulations. Règlement sur les licences d exportation (surveillance de l acier) CONSOLIDATION CODIFICATION

Export Permit (Steel Monitoring) Regulations. Règlement sur les licences d exportation (surveillance de l acier) CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Export Permit (Steel Monitoring) Regulations Règlement sur les licences d exportation (surveillance de l acier) SOR/87-321 DORS/87-321 Current to August 4, 2015 À jour

Plus en détail

Prepaid Payment Products Regulations. Règlement sur les produits de paiement prépayés CODIFICATION CONSOLIDATION. Current to September 10, 2015

Prepaid Payment Products Regulations. Règlement sur les produits de paiement prépayés CODIFICATION CONSOLIDATION. Current to September 10, 2015 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Prepaid Payment Products Regulations Règlement sur les produits de paiement prépayés SOR/2013-209 DORS/2013-209 Current to September 10, 2015 À jour au 10 septembre 2015

Plus en détail

Material Banking Group Percentage Regulations. Règlement fixant le pourcentage (groupe bancaire important) CONSOLIDATION CODIFICATION

Material Banking Group Percentage Regulations. Règlement fixant le pourcentage (groupe bancaire important) CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Material Banking Group Percentage Regulations Règlement fixant le pourcentage (groupe bancaire important) SOR/2008-163 DORS/2008-163 Current to August 30, 2015 À jour

Plus en détail