Gestion des Ressources Humaines des commerciaux dans le commerce du luxe et dans le milieu industriel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion des Ressources Humaines des commerciaux dans le commerce du luxe et dans le milieu industriel"

Transcription

1 Gestion des Ressources Humaines des commerciaux dans le commerce du luxe et dans le milieu industriel Nathalie Landré * IUT de Saint Denis - Université Paris XIII Département Techniques de Commercialisation Place dit 8 Mai Saint Denis CEDEX ** IUT de Saint Denis - Université Paris XIII GRIMM Place du 8 Mai Saint Denis CEDEX nai - land,'iï,holm ail. coin Section de rattachement : 06 Secteur : Supérieur/tertiaire RESUME : L'auteur est Consultant en ingénierie pédagogique chez FRANCIS LEFEBVRE, Intervenante en Techniques de Commercialisation à l'iut de Saint-Denis (Université paris XIII) et Chercheur au GRIMAI. Elle a été successivement Ingénieur commercial chez National Cash Regisier, constructeur de matériel informatique, phis adjointe de la directrice la boutique Christian DIOR à MONACO. Il ressort de ces expériences vécues dans l'entreprise, que les motivations premières des métiers de la vente ne sont pas exclusivement liées à l'attrait de la rémunération mais plus certainement à des fàcteurs psychologiques liés au sentiment d' appartenance à un territoire hautement chargé sur le plan symbolique. MOTS-CLÉS : LUXE, METIER, VENDEUR, COMMERCIAL,

2 1. Introduction Deux entreprises différentes par leur secteur d'activité, l'une le monde du luxe, du paraître, orientée vers la «Haute Société», l'autre l'empire de l'industrie, de la rentabilité, orientée vers la «Haute Technologie». A priori, ces deux entreprises sont aux antipodes l'une de l'autre et pourtant elle doivent vendre leur production et, pour ce faire, recruter des commerciaux. 2. Description des Organisations 2.1. Deux entreprises différentes, mais néanmoins comparables par leur antériorités et leurs tailles. - La société National Cash Registerexiste depuis le XIX siècle. En 1884 John H PATTERSON est l'inventeur et fournisseur de la célèbre caisse enregistreuse en cuivre présente dans tous les films westerns. NCR est passé progressivement à la mécanographie, puis à l'informatique par la conception de logiciels et la fabrication d'ordinateurs, jusqu'aux télécommunication, après sa fusion avec AT&T. Cette société est très présente sur le marché mondial des Guichets Automatiques de Banque, mais diffuse également le produit français de haute technologie, TERADATA, crée par le Pr. G. GARDARIN (Univ. Paris VI). Son siège se situe à Dayton dans l'état américain de l'ohio. Son chiffre d'affaires 2006 est de 6 milliards de dollars. La structure de cette multinationale est relativement décentralisée et elle emploie environ salariés. - Christian DIOR est né en D'abord modéliste chez PIGUET, il fonde sa propre maison, au "30 avenue Montaigne" à PARIS avec l'aide de Marcel BOUSSAC. Il lance le style «New Look», dont la marque Christian Dior Couture est l'héritière directe. Dés 1948, Christian Dior inaugure sa première boutique à New York. Après sa mort (1957) son assistant Yves Saint Laurent devient directeur artistique et crée les collections. Marc BOHAN lui succédera. Différentes marques de prêt à porter de luxe sont crées vers la fin des années 60. Bernard ARNAULT devient président de Christian Dior en En 1988, Christian Dior entre dans le capital de LVMH. En 1999, Christian DIOR lance une gamme de bijoux conçus par Victoire de Castellane, D'un style très provocateur, GALLIANO l'actuel créateur de Christian Dior, célèbre le nouveau siècle avec des matières inhabituelles comme le latex ou la toile de parachutes. Hedi SLIMANE, recruté en 2001 lance sa première collection homme. Le Groupe LVMH emploie, environ salariés dans le monde, avec un chiffre d'affaire de 15 milliards d'euros. Dior possède plus de 160 boutiques à travers le monde. En l'an 2000,

3 le chiffre d'affaire de Christian Dior Couture s'établissait à 296 millions d'euros, il se monte, rien que pour le premier semestre 2006, à 329 millions d'euros. Le groupe LVMH est le premier groupe mondial du luxe Pertinence de la comparaison Les deux groupes ont, en commun, une forte culture industrielle, des chiffres d'affaires comparables et des effectifs du même ordre de grandeur. Le «panier moyen» est de quelques milliers d'euros pour les deux entreprises. Leurs structures organisationnelles sont centralisées, en particulier sur le plan financier et semi décentralisées pour la production. La décentralisation verticale Christian Dior est la délégation des pouvoirs de décision depuis le sommet stratégique vers le bas, à l'intérieur de la ligne hiérarchique. L'accent est mis ici sur le côté formel du pouvoir (prendre les décisions, les autoriser) plutôt que sur le côté informel (conseiller, exécuter). (Morin, 1975) Le pouvoir de décision a tendance à être situé là où est l'information nécessaire, c'est à dire auprès du concepteur John GALLIANO. C'est souvent le cas des décisions en matière de recherche et de développement qui exigent un savoir très spécialisé qui n'est possédé que par un scientifique ou un chef de groupe du laboratoire, mais pas aux niveaux plus élevés. Par contraste, les décisions de production ont tendance à être prises à un niveau plus élevé (groupe) parce qu'il est facile pour ce dernier de disposer de toutes les informations nécessaires, notamment les grandes tendances du marché, vu non plus sur le plan des couleurs ou des styles mais sur celui des grands équilibres financiers. Mais la décentralisation verticale globale ayant des unités organisées sur la base de marchés est-elle une «décentralisation» ou une «divisionnalisation». On considère que «divisionnalisation» et «décentralisation» sont synonymes depuis que Alfred P. Sloan a réorganisé General Motors dans les années vingt en utilisant l'expression «opérations et responsabilités décentralisées avec contrôle et coordination» (Chandler, 1962, Sloan, 1963). «Les managers et les groupes de luxe contemporains sont soumis à un management de plus en complexe» (Alleres, 2006). 3. Différentiation forte L'approche des clients est radicalement différente. Le processus de vente chez Christian Dior est basé sur la séduction et le paraître. Le client projette une image de lui-même, parfois loin de la réalité, qu'il sera nécessaire d'atteindre à tout prix afin de le satisfaire. II s'agit de provoquer une «contagion des émotions» dans un segment de clientèle formé de «personnages ayant soit une existence voisine, mais mieux réussie,

4 soit une existence participant d'un idéal rêvé» (Allérès, 2006). Le client Dior aime être connu et identifié comme un membre d'une classe particulière. La fidélité du client Dior sera établie sur la pertinence du conseil et la connaissance de son goût et de ses souhaits, susceptible d'achat d'impulsion Au contraire, les ventes dans l'industrie informatique sont basées presque exclusivement sur les qualifications techniques, la qualité du produit ainsi que l'espoir du bénéfice attendu, basé sur un processus d'achat raisonné, selon un besoin et un budget sur un cycle qui peut durer plusieurs mois. La relation acheteur/vendeur va bien au-delà du simple échange de biens. Lorsque l'on ne trouve pas un produit chez NCR, on va simplement chez le concurrent. Lorsqu'on ne trouve pas la robe ou l'ensemble chez Christian Dior, c'est la catastrophe, tant l'objet est unique, tant la relation entre le client et le vendeur va façonner l'image de soi du client. L'approche d'un directeur informatique, par NCR est sensiblement la même d'une entreprise à l'autre, Alors que les clients de chaque boutique DIOR sont autant de cas particuliers, on ne peut conseiller à l'identique une baronne, un émir ou un touriste japonais. Une adaptation permanente doit s'opérer en raison des différences culturelles et linguistiques. Dans les deux cas l'emploi de la lexicographie adaptée à l'interlocuteur est un point de passage obligé. Le guichet automatique de banque est un produit manufacturé, porteur de l'image du modèle usinier décrit par Pierre MORIN (1975). Autant le produit Dior porte l'image de l'unique, du précieux, de l'éphémère et de la mise en valeur de l'ego, autant le produit NCR porte l'image du standardisé, de la performance, de la durabilité et de la rentabilité de l'entreprise. A contrario, autant chez NCR que CHRISTIAN DIOR, la vente se place sur le plan de la vente à l'unité, ou en faible quantité, d'un produit unique susceptible de valoriser fortement le client. Le «panier moyen» est sinon identique, du moins du même ordre de grandeur, c'est à dire quelques milliers d'euros. Un GAB coûte environ euros, un bijou DIOR griffé CASTELLANE peut atteindre, voir dépasser euros -NCR L'ingénieur commercial apporte avant tout un service, le plus adapté possible aux besoins exprimés, mais aussi aux besoins perçus, un conseil avisé sur le plan technique et financier, il négocie jusqu'à la signature du contrat et prospecte des nouveaux marchés. II vend un produit très technique (ordinateurs, automates bancaires, datawarehouse) et l'acte de vente est le résultat d'une équipe, l'ingénieur avant vente, le commercial, le service formation support, la logistique, etc.. Les facteurs décisifs de la vente relèvent autant du pouvoir de conviction du vendeur que de l'environnement (notoriété de l'entreprise, du produit, positionnement de la concurrence). - DIOR Les produits vendus font appel à l'image de soi, à la part de rêve, mais n'ont pas de composante de haute technologie. Il faut «cultiver le territoire symbolique de la

5 marque, reposant sur des acquis culturels et historiques contemporains» (Allérès, 2006) alors que les produits commercialisés sont peu différenciés ou différenciés artificiellement par rapport à la concurrence. De ce fait, l'importance du vendeur est primordiale par rapport aux autres éléments du marketing mix (exemple : conseillez-moi pour le cocktail de ce soir!), l'acte de vente est très individuel et ne nécessite pas ou peu de travail d'équipe (mon client!). La clientèle est formée d'individualités fortement marquées et la relation interpersonnelle avec le vendeur est prépondérante (mon client, mon vendeur). 4. Les points communs Trois compétences nous semblent communes en terme de métiers - savoir être à l'écoute de l'interlocuteur, dans l'attitude, et dans le contenu, - posséder la lexicographie de l'interlocuteur, à Monaco on parle du Grand Prix, chez un banquier on ne peut ignorer les échelles de valeurs, - créer la confiance par l'apport d'un conseil pertinent en regard du système de valeurs de l'interlocuteur. 5. La gestion des ressources humaines 5.1. La rémunération des commerciaux Les salariés peuvent être, individuellement ou collectivement, rémunérés selon le nombre de produits et services vendus dans le mois. Cette mesure de la productivité peut engendrer des effets pervers tels privilégier la quantité aux dépens de la réponse précise aux vrais besoins du client. Ce que l'on peut valoriser à présent, ce n'est plus seulement le territoire géré (les volumes, les effectifs) mais la valeur ajoutée, la conduite du changement et l'innovation (la création de valeur). La compétence prise en compte dans le salaire est celle qui traduit la capitalisation de l'expérience, du savoir-faire et de l'efficacité dans l'emploi. Elle reste compliquée à prendre en compte parce qu'aucune méthode de mesure ne s'est encore imposée. Ceci est dû en particulier à la confusion que l'on fait encore entre compétences dans l'emploi qui ont un caractère pratique et les aptitudes et comportements plus fondamentaux que

6 l'on cherche à apprécier dans les procédures de sélection (recrutement) et d'orientation (évaluation du potentiel) La gestion des compétences individuelles Le schéma taylorien est encore bien inscrit dans les mémoires. Tout vendeur souhaite diriger une équipe de vente. Cependant, en termes de compétences, être bon vendeur ne donne aucune indication sur la capacité à la compétence être bon manager d'hommes. A la gestion collective et quantitative de l'emploi, succède une gestion plus individuelle et qualitative. Une logique de contrat s'établit : "Voici les champs de compétences sur lesquels vous devez progresser, en contrepartie d'une évolution en terme de coefficient ou de poste". Au principe de l'augmentation générale, succède une reconnaissance de plus en plus individualisée de l'effort accompli. Il est important de tenir compte des savoir-faire informels des salariés. (Le Boterf, 1995) 5.3. Le développement des compétences collectives Quand NCR va proposer un ensemble cohérent Logiciel et Matériel permettant à l'entreprise cliente de développer au mieux son propre business, les valeurs véhiculées s'impose d'elles mêmes en terme de science, de technologie avancée, de performance et de productivité. C'est le modernisme dans lequel s'inscrit NCR qui porte ses propres valeurs de «bâtisseur de solutions et de composants» formant les «races de créateurs de l'informatique de demain» (Desaintquentin, Sauteur, 1993) On comprend alors tout l'intérêt et la nécessité du corpus de missions et de valeurs véhiculées par le groupe LVMH et DIOR en particulier. La cohésion sociale se renforce autour du concept de l'image la plus raffinée de l'art de vivre occidental. Chaque salarié veut véhiculer cette image de rêve et de beauté sur le plan mondial, son comportement s'en trouve modifié. Ce couple créativité / innovation constitue le système de valeurs de toutes les entreprises du groupe. C'est là le fondement même de la compétence collective lui permettant d'atteindre son image d'extrême perfection et de qualité ultime. Le client doit acheter un produit fini, rare durable et d'une qualité irréprochable. Cette préoccupation de l'excellence, présente autant chez NCR que DIOR va se traduire différemment dans le discours et la valeur ajoutée de la fonction commerciale. Chez DIOR, la situation des boutiques, le contenu des vitrines est primordial et fait qu'un client accueilli ne doit rien percevoir d'autre que la qualité ambiante. L'emplacement des boutiques Dior n'est pas dû au hasard d'une opportunité commerciale. Par exemple la situation la boutique DIOR dans le «Carré d'or» à MONACO, le haut lieu du raffinement monégasque et par de là mondial, en face d'un bijoutier prestigieux et à deux pas du Casino la situe hors du temps.

7 Le vendeur, chez Dior Monaco ne vend pas une robe, mais il vend un univers de rêve en garantissant à l'interlocutrice qu'elle sera l'actrice principale de ce monde enchanté. Dans un tel contexte le prix facturé devient véritablement accessoire. La boutique de luxe est un «espace théâtralisé», les produits sont «mis en scène» par des professionnels du monde du spectacle (Leila Adham in Allérès, 2006) Dans le même temps, NCR va inviter ses clients et prospects à son siège américain et dans les plus grandes manifestations de haute technologie de part le monde. L'muvre produite est de plus en plus le fruit d'une synergie de compétences internes et externes à l'entreprise, avec des finalités plus orientées sur le client. Dans ce contexte apparaissent des unités ou équipes autonomes réservées parfois à une élite ouvrière. 6. Conclusion Dans le monde Dior, nous sommes dans le monde de l'unique, de l'exceptionnel. S'agit-il d'un musée vivant d'une époque déjà totalement dépassée, ou bien d'un modèle destiné à perdurer au profit d'une classe sociale bien identifiée, un marché de niche en quelque sorte. A contrario, l'entreprise NCR, également porteuse de valeurs très fortes, aura moins de difficulté de recrutement et de mobilité de ses vendeurs. L'image du modernisme et de la haute technologie étant également porteuse d'avenir. L'identification des commerciaux au sein de l'entreprise est la même, structure de rémunération, niveau hiérarchique, reconnaissance du corps social identique, mais le contenu nous semble fortement différent, en particulier sur le plan de la symbolique (marques,produit, art,..). Un métier peut être identifié quand il fait appel à un corps de savoirs identifiés (ou identifiables), savoir-références, tours de main, comportements attendus, mis en eeuvre à l'occasion de démarches intellectuelles en regard d'un but à atteindre. L'importance de la notion de métier réside dans sa portabilité, sa transferrabilité et sa durabilité. Un vendeur du groupe LVMH, vendeur de champagne Ruinart ou Moët et Chandon a-t-il, au-delà de la connaissance du produit, les mêmes démarches intellectuelles, intuitives, perceptives, qu'un vendeur chez Dior? La clientèle nord américaine reste pratiquement stable, mais les clients du Moyen- Orient ont tendance à diminuer au profit d'une classe émergeante venant de l'ancien bloc soviétique. De fait l'anglais, langue véhicule incontesté naguère, cède la place au russe, à l'italien ou à d'autres langues avec leur bagage culturel parfois très éloigné du notre. Alors que chez NCR, la mobilité est naturelle et quasi obligatoire, on constate qu'il existe, chez DIOR, un double écueil à la gestion de carrière, d'une part la difficile

8 transferrabilité des compétences, d'autre part la seule vraie évolution de carrière proposée par le groupe consiste à diriger une boutique. Comme nous l'avons déjà souligné, les compétences requises pour manager des hommes et des ressources (matérielles et financières) sont d'un autre ordre que celles requises pour vendre. BIBLIOGRAPHIE Alleres : Luxe Métiers et management Atypiques 2 édition Edition ECONOMICA Amadieu, Cadin : Compétence et organisation qualifiante, 1996, Blanchard, 1 Jersey : Hierarchy of needs, maslow in management of organizational beliaviour, 1977, Dauberville, Gilbert, Pigeyre : Les sciences humaines dans l'entreprise 1996, Desaintquentin, Sauteur : Une nouvelle donne pour l'informatique, Synthèse Informatique, 1993 Denimal, Donnadieu : Classification qualification, 1993, Le Boterf : De la Compétence, 1995, Lewin kurt : Psychologie dynamique, 1973, Morin Pierre : Le modèle Usinier, 1975, Zarifian : Objectifs compétences, 1999

1. Le service Commercial

1. Le service Commercial La fonction Commerciale Sommaire 1. Le service Commercial... 1 2. Les enjeux :... 1 3. La technique de vente :... 2 4. La gestion de la force de vente :... 2 5. Les principales fonctions commerciales :...

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

CONCOURS REGIONAL "CREATION D'ENTREPRISE" ILE-DE-FRANCE

CONCOURS REGIONAL CREATION D'ENTREPRISE ILE-DE-FRANCE CONCOURS REGIONAL "CREATION D'ENTREPRISE" Les Banques Populaires de la région parisienne ont fondé, en 1978 : avec la participation de l'association des Banques Populaires pour la Création d'entreprise,

Plus en détail

19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles

19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles 19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles Un salon Reconnu depuis plus de 18ans comme l unique salon professionnel dédié aux produits dérivés culturels, Face

Plus en détail

Dès qu'une action atteint un certain degré de complexité ou qu'il s'agit d'actions collectives il est nécessaire d'organiser, c'est-à-dire de diviser et coordonner. L'organisation suppose donc division

Plus en détail

MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES

MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES Programmes de Formations Bachelor Bac + 3 Management Opérationnel des Organisations Formation en 3 années, accessible chaque année, en fonction des pré-requis du candidat.

Plus en détail

Management partie 2 : Marketing

Management partie 2 : Marketing Management partie 2 : Marketing Marketing 1. L'approche marketing S'est le contexte économique qui a induit la fonction marketing. Elle est née des contraintes que rencontre l'entreprise sur son marché,

Plus en détail

Formations & F. ilières. du Luxe, de la Beauté et du Bien-être

Formations & F. ilières. du Luxe, de la Beauté et du Bien-être Formations & F ilières du Luxe, de la Beauté et du Bien-être I ntroduction L industrie française du luxe occupe une place de choix dans l économie mondiale. C est pourquoi le parcours LB&B (Management

Plus en détail

OUVERTURE DU CONCOURS 2014

OUVERTURE DU CONCOURS 2014 OUVERTURE DU CONCOURS COMMUNIQUÉ DE PRESSE www.andam.fr Présidée par Pierre Bergé, l ANDAM s attache à fédérer FONDÉE EN 1989 PAR NATHALIE DUFOUR et coordonner tous les acteurs du monde de la mode, tant

Plus en détail

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication De nos jours, la force de vente et la communication apparaissent comme des fers de lance de toute entreprise. En effet leur prise en compte engendre des chiffres d affaires notoires. La force de vente

Plus en détail

A telcom est une marque spécialisée dans la téléphonie de luxe.

A telcom est une marque spécialisée dans la téléphonie de luxe. A telcom est une marque spécialisée dans la téléphonie de luxe. Installée à Monte-Carlo depuis 20 ans, et créée par M. Carlos Bardote, Atelcom est synonyme de qualité, d innovation et d élégance en Principauté

Plus en détail

Suite NCR APTRA. La première plateforme logicielle libre-service financière au monde.

Suite NCR APTRA. La première plateforme logicielle libre-service financière au monde. Suite NCR APTRA La première plateforme logicielle libre-service financière au monde. UN PAS EN AVANT POUR L EXPERIENCE DES CLIENTS. Le secteur bancaire nous dit que la qualité de l expérience consommateur

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Les leçons de ce document La a attiré l'attention d'entreprises à la recherche de compétitivité dans un contexte

Plus en détail

La carte d'achat dans les organisations françaises

La carte d'achat dans les organisations françaises CHAPITRE 2 La carte d'achat dans les organisations françaises Pour bien appréhender l'usage efficace de la carte d'achat, il est important de toujours la considérer comme un moyen d'exécution de la commande.

Plus en détail

INTRODUCTION A LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

INTRODUCTION A LA GESTION DE LA RELATION CLIENT INTRODUCTION A LA GESTION DE LA RELATION CLIENT La Gestion de la Relation Client (GRC) correspond à l'expression anglaise Customer Relationship Management (CRM). «La GRC est l'ensemble des outils et techniques

Plus en détail

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE N 198 PETREIN Olivier L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE Introduction L'emploi des Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication

Plus en détail

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce étude de fonctions & rémunérations & Commerce & Commerce SOMMAIRE Introduction Remarques méthodologiques 1. Chef de département p.5 2. Directeur de magasin p.6 3. Directeur régional p.7 4. Directeur de

Plus en détail

Le guide Banque Scotia pour le choix d'une franchise

Le guide Banque Scotia pour le choix d'une franchise Le guide Banque Scotia pour le choix d'une franchise Le franchisage et la Banque Scotia Consciente de l importante contribution des entreprises franchisées à la vie économique, la Banque Scotia a élaboré

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

Bienvenue dans ce troisième numéro de Novatris News!

Bienvenue dans ce troisième numéro de Novatris News! L actualité des études online Numéro 3 Mai - Juin 2006 Bienvenue dans ce troisième numéro de Novatris News! Pour ce nouveau numéro, nous vous proposons de partager notre expérience sur deux outils d'études

Plus en détail

Synthèse e-commerce Les facteurs clés de succès MAI 2006. Stéphane Brossard www.amomenti.com

Synthèse e-commerce Les facteurs clés de succès MAI 2006. Stéphane Brossard www.amomenti.com Synthèse e-commerce Les facteurs clés de succès MAI 2006 Stéphane Brossard www.amomenti.com Un marché en pleine croissance 2/14 En 2006, 57% des internautes français ont déjà acheté en ligne soit plus

Plus en détail

LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998)

LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998) LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998) Comme indiqué plus haut, l'ordonnance de 1828 avait organisé l'administration centrale

Plus en détail

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature Direction de la stratégie Service de Veille et d Intelligence économiques et stratégiques du Groupe Mission de la Recherche @res @rgos Note de synthèse La relation bancaire avec la clientèle des particuliers

Plus en détail

Responsable mécénat/ partenariats entreprises

Responsable mécénat/ partenariats entreprises N 4 - RESPONSABLE MÉCÉNAT/ PARTENARIATS ENTREPRISES RESPONSABLE MÉCÉNAT (DÉNOMINATION DAVANTAGE UTILISÉE DANS LA CULTURE), RESPONSABLE PARTENARIATS ENTREPRISES Le responsable Mécénat/partenariats entreprises

Plus en détail

Le management participatif

Le management participatif I - Le SECRET du SUCCÈS. À la recherche de l'excellence. Le management participatif Rappel des études sur les facteurs de succès des organisations et de leurs pilotes. «Prix de l'excellence» : attributs

Plus en détail

Découvrir rapidement la création d'une entreprise

Découvrir rapidement la création d'une entreprise Découvrir rapidement la création d'une entreprise Pour construire un projet de création d'entreprise et augmenter ses chances de succès, il est recommandé d'agir avec méthode en respectant des étapes chronologiques.

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire Introduction... 1 Les enjeux

Plus en détail

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses!

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses! LE SPECTACLE Dolores Dulce, une vieille dame venue d'un pays lointain d'amérique latine, Cuba, parcourt le monde avec son chariot porteur de friandises et d'histoires. Au passage, elle partage son univers

Plus en détail

CH12 Du changement à la dynamique organisationnelles : des outils et des pratiques Contextes

CH12 Du changement à la dynamique organisationnelles : des outils et des pratiques Contextes DCG3 Partie 3: L approche structurelle des organisations CH12 Du changement à la dynamique organisationnelles : des outils et des pratiques Contextes.I. PREPARER UN CHANGEMENT ORGANISATIONNEL PERFORMANT

Plus en détail

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage,

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage, SYNTHÈSE DU CHAPITRE 11 : LA SEGMENTATION DE LA DEMANDE. La segmentation. La segmentation de la demande consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèle) ayant des comportements homogènes

Plus en détail

Jean-Pierre SOUTRIC Vice-Président Corporate and Travel Industry Sales, Europe Four Seasons Hotels and Resorts

Jean-Pierre SOUTRIC Vice-Président Corporate and Travel Industry Sales, Europe Four Seasons Hotels and Resorts L E S C O N F E R E N C E S D E L I R E S T CYCLE 2014-2015 L Institut de Recherche et d Etudes Supérieures du Tourisme (IREST) Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a le plaisir de vous inviter à la conférence

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

LES SECRETS DE L'OR. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or profitablement sur les marchés financiers

LES SECRETS DE L'OR. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or profitablement sur les marchés financiers LES SECRETS DE L'OR Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or profitablement sur les marchés financiers AVERTISSEMENT INVESTISSEMENT À HAUT RISQUE : Le trading de forex et de contrats de différence (CFDs)

Plus en détail

COURS N 1 N 1 : QU EST EST-CE QUE LE MARKETING?

COURS N 1 N 1 : QU EST EST-CE QUE LE MARKETING? COURS N 1 N 1 : QU EST EST-CE QUE LE MARKETING? COURS N 1 : QU EST-CE QUE LE MARKETING? --> PLAN --> Histoire du Marketing --> Définitions --> Les différents types de marketing --> Des 4 P --> L importance

Plus en détail

Executive MBA. Franck BRUNET Conseil en stratégie, Business Model, Business Development

Executive MBA. Franck BRUNET Conseil en stratégie, Business Model, Business Development P R O J E T D E T U D E Executive MBA Conseil en stratégie, Business Model, Business Development Préambule Dans le cadre d un Executive MBA à PARIS EXECUTIVE CAMPUS, je suis amené à proposer des projets

Plus en détail

FORMATIONS. THL Business Consulting. Formations dirigeants Développement personnel et leadership Ressources humaines. www.thl-business-consulting.

FORMATIONS. THL Business Consulting. Formations dirigeants Développement personnel et leadership Ressources humaines. www.thl-business-consulting. THL Business Consulting Cabinet de Conseil en Management et Stratégie des Organisations CATALOGUE 2015-2016 FORMATIONS Formations dirigeants Développement personnel et leadership Ressources humaines www.thl-business-consulting.com

Plus en détail

I. Site rentable ou non?

I. Site rentable ou non? Les aspects fiinanciiers d un siite IInternet I. Site rentable ou non? A. Raisonnement en terme de budget B. Raisonnement en terme de rentabilité II. Les différents coûts A. Coûts visibles B. Cachés III.

Plus en détail

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins Durée : Minimum 14h Maximum 182h (Ce choix permet de valider 10% du Titre de niveau II «chef d entreprise développeur

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL Unité Mixte de Recherche 6123 35 Avenue Jules Ferry - 13626 Aix-en-Provence Cedex http://www.univ-aix.fr/lest ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION

Plus en détail

COMMERCE-VENTE- MERCHANDISING

COMMERCE-VENTE- MERCHANDISING GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION COMMERCE-VENTE- MERCHANDISING Catalogue des formations valable jusqu au 31/12/13 VALORIALE 2012-2013 Table des matières ACCUEILLIR SES CLIENTS... 2 TECHNIQUES DE VENTE...

Plus en détail

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE BUSINESS INTELLIGENCE : GOALS AND RESULTS OF A PILOT EXPERIMENT INVOLVING SEVEN SMEs FROM BOURGOGNE Ludovic DENOYELLE,

Plus en détail

IUT de Bobigny Paris XIII Pierre 2010-2011 SRC2. Analyse marketing : BlackBerry Torch

IUT de Bobigny Paris XIII Pierre 2010-2011 SRC2. Analyse marketing : BlackBerry Torch DOMINIQUE IUT de Bobigny Paris XIII Pierre 2010-2011 SRC2 Analyse marketing : BlackBerry Torch 1 Introduction Le marché des téléphones portables est en pleine restructuration depuis l'arrivée de l'iphone

Plus en détail

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation Niveau Code Module Intitulé Unité d Enseignement Objectifs B B AF 2 Agro-fourniture Agro-ressources Acquérir une connaissance approfondie du marché des céréales alimentaires et non alimentaires dans un

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section M Division 70

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section M Division 70 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section M Division 70 70 ACTIVITÉS DES SIÈGES SOCIAUX ; CONSEIL DE GESTION Cette division comprend le conseil et l'assistance à des entreprises et autres organisations

Plus en détail

Comment penser à tout? Utilisez le Business model Canvas pour structurer et faire évoluer votre réflexion stratégique

Comment penser à tout? Utilisez le Business model Canvas pour structurer et faire évoluer votre réflexion stratégique 13 mai 2014 Comment penser à tout? Utilisez le Business model Canvas pour structurer et faire évoluer votre réflexion stratégique Par Sophie Racquez (The Idea Monopoly) Utilisez le Business Model Canvas

Plus en détail

Témoignage de Jean-François Baudrais, franchisé WSI

Témoignage de Jean-François Baudrais, franchisé WSI (adsbygoogle = window.adsbygoogle []).push({}); franchisé WSI Témoignage d'un Témoignage d'un franchisé Midas Témoignages de franchisés Autosmart Témoignages de franchisés La Mie Câline Témoignages franchisé

Plus en détail

MARKETING. Denis Pettigrew D. Se. gestion Professeur titulaire de marketing Université du Québec à Trois-Rivières

MARKETING. Denis Pettigrew D. Se. gestion Professeur titulaire de marketing Université du Québec à Trois-Rivières MARKETING 6 e édition Denis Pettigrew D. Se. gestion Professeur titulaire de marketing Université du Québec à Trois-Rivières Normand Turgeon Ph. D. (Marketing) Professeur titulaire Service de l'enseignement

Plus en détail

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC Type d UC Outils du diagnostic Problématique Projet Magasin spécialisé dans la vente de produits pour l équitation Observation Analyse du compte de résultat Enquête clientèle Etude de concurrence Perte

Plus en détail

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel Sommaire PRESENTATION GENERALE DU MARKETING: Qu est-ce que le Marketing? Introduction et définition

Plus en détail

JUIN / JUILLET 2015 LS D OFFRES LA VENTE EST DYNAMIQUE NOS FORMATIONS LE SONT AUSSI!

JUIN / JUILLET 2015 LS D OFFRES LA VENTE EST DYNAMIQUE NOS FORMATIONS LE SONT AUSSI! JUIN / JUILLET 2015 LS D OFFRES LA VENTE EST DYNAMIQUE NOS FORMATIONS LE SONT AUSSI! Votre contact Mireille GUIBOUT 02 35 59 44 17 mireille.guibout@ceppic.fr Une pédagogie innovante Nos certifications

Plus en détail

France Telecom Orange

France Telecom Orange France Telecom Orange fiches métiers assistant commercial et marketing conseiller commercial chef de produit technicien intervention supports réseaux assistant/gestionnaire RH domaine client conseiller

Plus en détail

Supply chain management NESTLE. Les Rois de la Supply Chain 2010

Supply chain management NESTLE. Les Rois de la Supply Chain 2010 áå ΩINSTITUT SUPERIEUR DU MANAGEMENT Supply chain management NESTLE Les Rois de la Supply Chain 2010 Cabinet ISM Abidjan, Cocody,Bvd F. Mitterand, Riviera Bonoumin, Immeuble La Paix 22 BP 876 Abidjan 22

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule Séminaires Système D Information Formation Conduite du Changement Préambule Sommaire Préambule L entreprise : système complexe en mouvement permanent Mickael Porter Harvard Business School - L avantage

Plus en détail

SUJET N l CORRIGE. Mai 120 30 250 280 160 220. Mai 120 ) 170-170 50 110

SUJET N l CORRIGE. Mai 120 30 250 280 160 220. Mai 120 ) 170-170 50 110 SUJET N l CORRIGE Question 1 : Le candidat doit pouvoir présenter les deux types de coût et leurs origines. STOCK => 2 types de COUTS COUT DE PASSATION est déterminé par l'analyse des charges liées : o

Plus en détail

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET La notion de «fonds libéral», instituée par la Cour de Cassation il y a quelques années simplifie juridiquement la cession des cabinets libéraux. Auparavant, les juristes

Plus en détail

Paris, 22 & 23 janvier 2015

Paris, 22 & 23 janvier 2015 Formation «Marketing et merchandising d'une boutique de site culturel et touristique» Paris, 22 & 23 janvier 2015 Présentation générale de la formation Valoriser une boutique de site culturel ou touristique

Plus en détail

A.D.E.A. Titre homologué au niveau IV par arrêté du 4 février 1993

A.D.E.A. Titre homologué au niveau IV par arrêté du 4 février 1993 ASSISTANT DE DIRIGEANT D ENTREPRISE ARTISANALE A.D.E.A. Titre homologué au niveau IV par arrêté du 4 février 1993 PRESENTATION GENERALE : Le Diplôme d Assistant de Dirigeant d Entreprise Artisanale se

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

ACCORD SUR LES RELATIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ENTRE LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LE GOUVERNEMENT DE L'ESPAGNE

ACCORD SUR LES RELATIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ENTRE LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LE GOUVERNEMENT DE L'ESPAGNE ACCORD SUR LES RELATIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ENTRE LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LE GOUVERNEMENT DE L'ESPAGNE Madrid, le 14 janvier 1985 ACCORD SUR LES RELATIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ENTRE LE GOUVERNEMENT

Plus en détail

LES ATELIERS DU E- COMMERCE

LES ATELIERS DU E- COMMERCE LES ATELIERS DU E- COMMERCE Dossier de presse 22 octobre 2010 Votre contact presse : Vanessa ERMEL 02 96 78 68 79 vanessa.ermel@cotesdarmor.cci.fr CCI 22 Avril 2006 Page 2 Le développement très important

Plus en détail

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa DCG Ressources Humaines :

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa DCG Ressources Humaines : Annonces internes Sonatrach recherche pour sa DCG Ressources Humaines : - Directeur Gestion Personnel Siège - Directeur Médecine et Hygiène au Travail Direction Formation et Planification RH : - Chef de

Plus en détail

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL Au niveau du second degré, l'économie et gestion recouvre un ensemble de champs disciplinaires relevant de l'économie, du droit, des sciences de

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ASSISTANT DE GESTION DE PME / PMI

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ASSISTANT DE GESTION DE PME / PMI RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ASSISTANT DE GESTION DE PME / PMI CONTEXTE PROFESSIONNEL L'évolution actuelle des emplois montre que le rôle des petites et moyennes entreprises s'est considérablement

Plus en détail

Ligne 100 pour PME-PMI. La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE. La solution de gestion commerciale avancée pour le Service

Ligne 100 pour PME-PMI. La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE. La solution de gestion commerciale avancée pour le Service Ligne 100 pour PME-PMI La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE La solution de gestion commerciale avancée pour le Service L éditeur partenaire des PME Capitalisez sur l expertise

Plus en détail

LA DÉMARCHE STRATÉGIQUE

LA DÉMARCHE STRATÉGIQUE LA DÉMARCHE STRATÉGIQUE La stratégie est une anticipation lucide, la tactique est une réactivité habile. 1 La Stratégie Est la détermination des buts et objectifs à long terme d'une entreprise et le choix

Plus en détail

location et services : vente directe via des agences en propre ; produits de collectivités : vente directe, revendeurs, télévente et vente en ligne.

location et services : vente directe via des agences en propre ; produits de collectivités : vente directe, revendeurs, télévente et vente en ligne. Chapitre 6 LA FONCTION COMMERCIALE 6.1 Organisation commerciale et distribution Une adaptation constante des modes de distribution et de l organisation commerciale aux produits, aux services et aux clients

Plus en détail

CAHIER DU PARTICIPANT

CAHIER DU PARTICIPANT CAHIER DU PARTICIPANT Coordination des travaux : Pascale Daigle, Chaire de Tourisme de l UQAM Conception,recherche, rédaction : Pascale Daigle et Brigitte Maheu, Chaire de Tourisme de l UQAM Collaboration

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 20 JUILLET 2012 DELIBERATION N CR-12/05.340 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale de développement de l'économie sociale

Plus en détail

DEBIT DE TABAC I. CONDITIONS D'ACCES. A. Conditions générales d'agrément. B. Adjudication de la gérance

DEBIT DE TABAC I. CONDITIONS D'ACCES. A. Conditions générales d'agrément. B. Adjudication de la gérance DEBIT DE TABAC 23/07/2012 Le débit de tabac ne constitue pas un fonds de commerce. Il s agit en fait d une concession accordée à un exploitant qui vend les produits du monopole de l Etat. Cependant l exploitant

Plus en détail

destiné à: - faciliter la constitution des groupes - mieux vous connaître

destiné à: - faciliter la constitution des groupes - mieux vous connaître DOCTORIALES franco-belges 20112 QUESTIONNAIRE DE PRE-EVALUATION destiné à: - faciliter la constitution des groupes - mieux vous connaître L accès au questionnaire se fera en vous identifiant sur le site

Plus en détail

A quoi sert un brevet?

A quoi sert un brevet? A quoi sert un brevet? C'est une bonne question à se poser lorsque l'on a l'impression que l'on est en face d'une innovation qui mérite d'être protégée. Cette question revient souvent car la protection

Plus en détail

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661 Initulé de poste et classe : Avis de vacance de poste n : Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 5027FE-RE Date limite de dépôt des candidatures : 10.06.2015 Unité administrative

Plus en détail

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III)

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) Objectifs de l action de formation Acquérir les compétences professionnelles suivantes: Management de l'unité commerciale : Management de l'équipe commerciale

Plus en détail

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation Objectifs de la formation Les métiers Ce Master valide votre qualification professionnelle et votre aptitude à tenir les emplois de cadres et futurs cadres supérieurs dans les professions industrielles

Plus en détail

RECRUTEMENT. IMMOFINANCES.NET est un réseau spécialisé. Courtier de proximité en réseau

RECRUTEMENT. IMMOFINANCES.NET est un réseau spécialisé. Courtier de proximité en réseau RECRUTEMENT IMMOFINANCES.NET est un réseau spécialisé Courtier de proximité en réseau en crédit immobilier, assurance de prêt, rachat de crédit, crédit pro et réméré immobilier Vous avez envie d entreprendre?

Plus en détail

La TPM Selon le JIPM

La TPM Selon le JIPM v1 14 Avril 2005 La TPM Selon le JIPM AVERTISSEMENT L'auteur n'est lié d'aucune manière au JIPM. Les informations contenues dans cet article sont une synthèse de diverses sources et sont proposées pour

Plus en détail

Contact : Claudia B. - 514 521 8606 - claudia@bijoutia.com www.bijoutia.com

Contact : Claudia B. - 514 521 8606 - claudia@bijoutia.com www.bijoutia.com COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bijoutia, des bijoux geek, chics et raffinés! Montréal, 23 octobre 2012 Engagée, extravagante et créative, l artiste éco-designer Claudia B. lance une nouvelle collection intensément

Plus en détail

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Les emplois repères de cette enquête sont disponibles selon les trois blocs suivants

Plus en détail

NOS FORMATIONS. Pour toute demande d information et inscription, contacter : Michèle LORRAIN contact@lorraine-developpement.com LORRAINE DEVELOPPEMENT

NOS FORMATIONS. Pour toute demande d information et inscription, contacter : Michèle LORRAIN contact@lorraine-developpement.com LORRAINE DEVELOPPEMENT Pour toute demande d information et inscription, contacter : Michèle LORRAIN contact@lorraine-developpement.com LORRAINE DEVELOPPEMENT Centre Ariane 0 rue de Cumène 50 Neuves-Maisons NOS FORMATIONS Tél

Plus en détail

Livret 11. Département Tertiaire. Mise à jour février 2008. Choisir mes fournisseurs Page 1 / 9

Livret 11. Département Tertiaire. Mise à jour février 2008. Choisir mes fournisseurs Page 1 / 9 Élaborer mon étude de marché Livret 11 Choisir mes fournisseurs Mise à jour février 2008 Département Tertiaire Choisir mes fournisseurs Page 1 / 9 Avertissement au lecteur Le présent fascicule fait l'objet

Plus en détail

Le paiement mobile. L application française de paiement mobile préférée des 18-30 ans. Dossier de presse Lydia Solutions

Le paiement mobile. L application française de paiement mobile préférée des 18-30 ans. Dossier de presse Lydia Solutions Le paiement mobile L application française de paiement mobile préférée des 18-30 ans Dossier de presse Lydia Solutions 1 "Nous avons créé Lydia, avec Antoine Porte, car nous souhaitions changer la vie

Plus en détail

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12 Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE La notion «d E-Business» recouvre les différentes applications possibles de l'informatique faisant appel aux technologies de l'information et

Plus en détail

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data!

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Pierre Jouniaux http://www.safety line.fr CV : Pierre Jouniaux, ingénieur aéronautique, pilote

Plus en détail

Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine.

Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine. Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine. Depuis des milliers d'années déjà, l'or est un moyen de paiement. Les médias en parlent de plus en plus fréquemment.

Plus en détail

Intitulé de la formation

Intitulé de la formation Intitulé de la formation La fonction managériale dans les structures du spectacle vivant : parcours de formation comprenant 4 modules. Module 1 Construire et porter une vision de structure : y faire adhérer

Plus en détail

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0 Universitaire : 2010.2011 0 Introduction : Chaque jour à travers le monde, des managers déplorent la baisse de fidélité de leurs clients qui sont courtisés plus fébrilement par des concurrents offrant

Plus en détail

Notre méthode est Pragmatique, Souple, Simple et Accessible

Notre méthode est Pragmatique, Souple, Simple et Accessible Jacques d'anchald relations humaines, organisation, transition de carrière Devenir coach Formations et entraînements au Coaching Vous êtes professionnels des ressources humaines, responsables, cadres et

Plus en détail

Après un Bac pro GESTION ADMINISTRATION

Après un Bac pro GESTION ADMINISTRATION Après un Bac pro GESTION ADMINISTRATION Rappel des finalités de votre diplôme Le titulaire de ce diplôme travaille en relation avec la clientèle ou avec un public d'usagers. Il peut exercer son activité,

Plus en détail

PROPOSITION DE RÉPONSES THÈME 2 Q3 CAS RUE DU COMMERCE

PROPOSITION DE RÉPONSES THÈME 2 Q3 CAS RUE DU COMMERCE PROPOSITION DE RÉPONSES THÈME 2 Q3 CAS RUE DU COMMERCE Travail préparatoire : Fiche de caractérisation CRITÈRES GÉNÉRAUX Nom : Rue du Commerce Type : Entreprise GRILLE DE CARACTÉRISATION D UNE ORGANISATION

Plus en détail

UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE

UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE 2 SOMMAIRE I. LES FAMILLES PROFESSIONNELLES... 5 II. LES FONCTIONS GENERIQUES... 12 FAMILLE ETUDES ET CONCEPTION......... 15 ASSISTANT D ETUDES ET CONCEPTION...16

Plus en détail