PLAN DE L ETUDE : I. Le Marché Mondial II. Le Marché zone FANAF : - Marché Vie, - Marché Non Vie EVOLUTION DU MARCHE DE L ASSURANCE EN 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN DE L ETUDE : I. Le Marché Mondial II. Le Marché zone FANAF : - Marché Vie, - Marché Non Vie EVOLUTION DU MARCHE DE L ASSURANCE EN 2014"

Transcription

1 EVOLUTION DU MARCHE DE L ASSURANCE EN 2014 PLAN DE L ETUDE : I. Le Marché Mondial II. Le Marché zone FANAF : - Marché Vie, - Marché Non Vie (situation de l assurance automobile )

2 I. Le Marché Mondial

3 PLAN 1 - Chiffre d affaires 2 - Evolution Part des cotisations dans le PIB 4 - Cotisations moyennes par habitant IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF

4 Répartition du chiffre d affaires mondial 4 778, 2 Mrds $ en ,0 Mrds $ en 2013 Océanie (2,1%) Afrique (1,4%) Océanie (2,0%) Afrique (1,5%) Asie (27,6%) Europe (35,5%) Asie (27,3%) Europe (35,3%) Amériques (33,4%) Amériques (34,0%) Répartition du chiffre d affaires en 2014 et en 2013 IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF Source : Swiss Ré

5 Chiffres d affaires 2014: répartition vie et non vie Vie : 2 654,5 Mrds $ Non Vie : 2 123,7 Mrds $ Amériques (24,7%) Océanie (2,2%) Afrique (1,7%) Europe (37,8%) Océanie (2,0%) Afrique (1,1%) Asie (20,0%) Amériques (44,4%) Asie (33,6%) Europe (32,7%) Répartition des chiffres d affaires 2014 Source : Swiss Ré IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF

6 Évolution de la répartition du chiffre d affaires mondial Le marché mondial de l assurance a atteint 4 778,2 milliards $ en 2014 (source : Sigma n 4/2015). L Afrique représente 1,4% (marchés vie et non vie) du volume mondial des émissions. Sur la période 2010 à 2014, la répartition vie / non vie a tendance à stagner sur les cinq continents. C est en Amérique que la part du marché vie est la plus faible, 41% en La part de l assurance vie dans le total des cotisations en 2014 est plus importante en Asie (68%) que la moyenne mondiale qui est de 56%. IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF

7 Évolution réelle 1. La production Vie a enregistré en 2014 une hausse supérieure à 1% sur les quatre des cinq continents (Amérique (-1,4%). La plus grande hausse est notée en Océanie (27,5%), 2. En assurance Non Vie, C est l Asie qui affiche la plus haute hausse 7,5%. 3. En moyenne annuelle sur la période 2010 à 2014, tous les continents (sauf l Europe : 0,4%) connaissent une hausse de plus de 2% (pour le marché non vie). La moyenne mondiale s établit à 2,5% IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF

8 Évolution réelle Variation des cotisations (vie) Moyenne annuelle Amérique 3,8% 3,8% -5,6% -1,4% 0,1% Europe -9,5% -2,2% 2,3% 5,6% -1,1% Asie -2,0% 5,7% -3,9% 6,1% 1,4% Afrique 2,9% 12,5% 6,0% 1,6% 5,7% Océanie 2,2% -5,0% 9,3% 27,5% 7,9% Total Monde -3,3% 2,3% -1,8% 4,3% 0,3% Variation des cotisations (non vie) IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF Moyenne annuelle Amérique 1,2% 2,4% 2,0% 2,9% 2,1% Europe 0,1% 0,2% 0,2% 0,4% 0,2% Asie 8,0% 8,0% 8,2% 7,5% 7,9% Afrique 2,5% 4,4% 4,4% 1,8% 3,3% Océanie -1,0% 5,4% 5,0% 2,6% 3,0% Total Monde 1,9% 2,7% 2,7% 2,9% 2,5%

9 Assurances Vie et Non vie en Afrique de 2010 à 2014 Le volume des primes émises vie en Afrique est en progression moyenne (réelle) assez significative (5,7%) sur la période 2010 à 2014 (39,4 Mrds $ en 2010 à 45,8 Mrds $ en 2014) plus que le marché mondial (0,3%) (2 516,3 Mrds $ en 2010 à 2 654,5 Mrds $ en 2014). La part relative de l'assurance vie africaine dans le monde augmente de 0,1 point : 1,6% en 2010 à 1,7% en Le volume des primes émises non vie en Afrique est progression moyenne significative (3,3%) sur la période 2010 à 2014 (20,4 Mrds $ en 2010 à 23,2 Mrds $ en 2014) alors que le marché mondial est une progression moyenne de 2,5% (1 813,1 Mrds $ en 2010 à 2 123,7 Mrds $ en 2014). La part relative de l'assurance non vie africaine dans le monde connait un léger repli : 1,13% en 2010 à 1,09% en IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF

10 Assurances Vie et Non vie en Afrique de 2010 à 2014 Chiffres d affaires (en Mrds $ US ) IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF Source : Swiss Ré

11 (1) Variation 2014 / 2013 Amériques: La baisse (1,4%) des primes (-2,5% pour les Etats Unis : principal moteur de la région, contre +3,8% en 2012) d assurance vie dû : Au Canada, les primes vie ont repris le chemin de la croissance en 2014 (+3,5%), Par contre les primes non vie ont augmenté de 2,0% en 2013 contre 2,9% en 2014 (une léger affermissement). Elles ont crû aussi bien aux Etats-Unis (+2,6%) et en Amérique Latine & Caraïbes (4,7%). IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF

12 (1) Variation 2014 / 2013 Europe : On note un bon de 5,6% en vie en 2014, contre 2,3% en 2013 : Due à la hausse des primes vie en Europe de l Ouest (5,8% ; le taux le plus élevé depuis en 2007), Par contre l Europe de l Est connaît une baisse de 2,1% en 2014, contre une baisse de 3,3% en Pour l assurance non vie, on observe une croissance de 0,4% en 2014 contre une croissance de +0,2% en Une légère amélioration due en partie à la hausse des primes non vie en Europe de l Ouest (0,6%) et la baisse de 1,2% constatée en Europe de l Est. IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF

13 (2) Variation 2014 / 2013 Asie: Les primes vie croissent de 5,6% en 2014, contre -3,9% en 2013 : Due : à la hausse observée au niveau des pays avancés : 4,5% qui constituent les moteurs de la zone. Tandis que l Asie émergente et Moyen- Orient et Asie centrale affichent une croissance respectivement +9,9% et +1,0% Tandis que les primes non vie affichent une hausse de 7,5% en 2014, contre 8,2% en 2013 (on constate une baisse de régime) : Du fait de la faible croissance observée dans les pays avancés, soit +1,7% en 2014, contre une forte hausse de 5,2% en La croissance des primes a fortement ralenti au Japon : de 7,2% en 2013 contre 0,8% en L Asie émergente a connu une hausse de 15% en 2014, contre 13% en IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF

14 (3) Variation 2014 / 2013 Afrique : primes d assurance vie robuste ; ralentissement de la croissance en non vie Le ralentissement de l assurance en Afrique du Sud affecte la croissance régionale Primes vie : une croissance (estimation) de 1,6% en 2014, contre 6,0% en Cette forte baisse de régime est due à celle observée en Afrique Sud (+0,9% : estimation), contre 6,2% en 2013 : principal marché vie de la zone (avec plus de 80% des primes), Primes non vie : Elles ont augmenté (estimation) de 1,8% en 2014, contre +4,4% en Cette baisse de régime est due en partie par le fait que les données disponibles ne portent que sur quelques pays et que la hausse pour le marché Sud Africain est estimée à seulement 1,6%, contre 2,6% en Sur les autres marchés (données disponibles), la croissance a été solide au Maroc (+4,2%) en 2014, Kenya (9,3%). IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF

15 (4) Variation 2014 / 2013 Océanie Forte croissance en vie, par contre les primes non vie une baisse de régime en 2014 : L assurance vie a progressé de 27,5% en 2014, contre 9,3% en Cette croissance exceptionnelle est dû avant tout au dynamisme de la croissance en Australie (+28%), où les affaires de type placement ont bénéficié de l expansion des marchés boursiers. En Nouvelle-Zélande, les primes ont crû de 2,8% en 2014, contre +2,3% en 2013 ; L assurance non vie ont connu une baisse de régime passant de 5,0% en 2013 à 2,6% en En Australie, les primes ont crû de 2,2% en 2014, contre +5,7% en La croissance des primes automobiles et dommages aux biens accuse un fléchissement. En Nouvelle Zélande, les primes non vie ont progressé de 3,9% en 2014 (2013: +2,5%). IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF

16 Variation 2014 / 2013 Variation du chiffre d affaires 2014 par continent (corrigée de l inflation) Source : Swiss Ré IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF

17 Variation moyenne annuelle Variation moyenne annuelle du chiffre d affaires par continent (corrigée de l inflation) IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF Source : Swiss-Ré

18 Part des cotisations dans le PIB en 2014 Les primes émises vie et non vie en Afrique représentent globalement 2,8% du PIB en Cette part des cotisations dans le PIB stagne presque dans l ensemble des cinq continents exemple: Amérique (de 6,8% en 2013 et 6,3% en 2014), IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF

19 Part des cotisations dans le PIB en ,70% 4,10% 3,50% 3,40% 3,40% 2,60% 2,50% 2,70% 1,70% 1,60% 1,90% 0,90% Amériques Europe Asie Afrique Océanie Monde Vie Non vie Poly. (Vie) Poly. (Non vie) Part des cotisations dans le PIB en 2014 IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF Source : Swiss-Ré

20 Cotisations moyennes par habitant en 2014 La cotisation moyenne par habitant toutes branches confondues est la plus élevée en Océanie (2 600 $ US), Et c est en Océanie que la cotisation moyenne vie est encore la plus importante avec $ US. L Amérique diffère de l Europe par une plus forte cotisation vie (1 138 $ US pour l Europe et 674 $ US seulement pour l Amériques). En Afrique, la cotisation par habitant reste faible avec moins de 75 $ par habitant. IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF

21 Cotisations moyennes par habitant en 2014 Cotisations moyennes par habitant en 2014 (en $ US) IIème Forum Annuel des Marchés d Assurances, FANAF Source : Swiss Ré

22 II. Le marché de la Zone FANAF

23 Cette étude concerne 16 pays membres de la FANAF : Bénin (BEN), Burkina Faso (BFA), Burundi (BDI), Cameroun (CMR), Centrafrique (CAF), Congo Brazzaville (COG), Côte d Ivoire (CIV), Gabon (GAB), Guinée Conakry (GIN), Madagascar (MGA), Mali (MLI), Niger (NER), Rwanda (RWA), Sénégal (SEN),Tchad (TCD) et Togo (TGO)

24 Environnement économique de la zone FANAF - Une population totale de 202,6 millions d habitants en Un PIB total de ,6 Mrds de francs CFA en Une inflation moyenne supérieure à 5 % dans 4 pays EMPLOI DU SECTEUR DE L ASSURANCE : EVOL. CADRES % AGENTS DE MAITRISES % EMPLOYES % TOTAL %

25 Evolution de la répartition des cotisations vie et non vie (affaires directes, pour 16 pays) 990,4 Mrds francs CFA en ,7 Mrds francs CFA en 2013 Autres pays (13,7 %) Autres pays (18,1 %) Côte d Ivoire (25 %) Madagascar (3,2 %) Côte d Ivoire (27,5 %) Togo (4 %) Congo Brazza (3,7 %) Bénin (4 %) Burkina (4,1 %) Burkina (5 %) Bénin (4,3 %) Congo Brazzaville (7 %) Cameroun (16 %) Gabon (10,6 %) Sénégal (10 %) Gabon (12 %) Sénégal (13,0 %) Cameroun (19,9 %) Burundi, Guinée Conakry? Madagascar, Niger: données 2013 Répartition des cotisations vie et non vie par pays en 2014 et 2013

26 Une progression des cotisations 4,1% en 2014 (Mrds francs CFA) 732,0 (16) 775,3 (16) 854,1 (16) 951,7 (16) 990,4 (16) ,2 % + 5,9 % + 10,2 % Evolution des cotisations vie et non vie / année précédente + 11,4 % +4,1 %

27 Une part prépondérante des assurances non vie Cotisations vie et non vie 2014 par pays (en %) 96% 93% 94% 86% 85% 85% 83% 76% 55% 79% 76% 74% 70% 72% 72% 65% 55% 7% 6% 14% 15% 15% 17% 24% 21% 24% 26% 30% 28% 28% 35% 45% 45% CAF COG TCD RWA GAB NER GIN MLI BDI MGA SEN BEN CMR FAN BFA TGO CIV Non vie Vie Structure vie / non vie des cotisations en 2014

28 II a. Le marché de l assurance vie Des cotisations de 282,1 Mrds de francs CFA en 2014, Des cotisations en hausse de 8,9% en 2014 Plus de la moitié des cotisations en «Assurances collectives (51%) Des évolutions contrastées selon les pays Des prestations échues de 142,2 Mrds de francs CFA en 2014 (hors acceptations), soit une hausse de 9,9% Des provisions de 882,6 Mrds de francs CFA en 2014 (hors acceptations), soit une hausse de 4,7%.

29 Evolution de la répartition des cotisations vie (affaires directes) 282,1 Mrds francs CFA en ,0 Mrds francs CFA en 2013 Bénin (4,3 %) Autres pays (12,3 %) Bénin (4,2 %) Autres pays (11,6 %) Gabon (6,3 %) Burkina Faso (6,3 %) Côte d Ivoire (39,2 %) Burkina Faso (5,9 %) Côte d Ivoire (40,1 %) Togo (7,0 %) Togo (6,3 %) Cameroun (15,7 %) Sénégal (9,3 %) Cameroun (15,5 %) Gabon (6,8 %) Sénégal (9,4 %) Répartition des cotisations vie en 2014 et 2013

30 Des cotisations en hausse de 8,9% en 2014 (en Mrds francs CFA ) 199,9 (16) 214,5 (16) 238,2 (16) 259,0 (16) 282,1 (16) % +7,3 % + 11,0 % +8,7 % +8,9 % Evolution des cotisations vie et variation / année précédente

31 Des évolutions contrastées selon les pays (2014) 103,5% 61,1% 22,6% 19,5% 15,6% 11,8% 10,5% 8,9% 8,5% 7,4% 6,4% 5,8% 0,9% CAF MLI NER TGO BFA COG BEN FAN SEN CMR CIV TCD GAB

32 Un marché très inégalement réparti Primes émises des branches vie par pays en 2014 (en %) 5% 100% 81% 80% 70% 66% 70% 54% 51% 52% 51% 45% 44% 41% 37% 19% 19% 29% 29% 29% 44% 47% 47% 48% 53% 55% 59% 62% CAF TCD COG MLI NER SEN GAB CMR TGO FAN BEN CIV RWA BFA Assurances individuelles Assurances collectives Acceptations Répartition des cotisations vie par pays et par branches en 2014

33 Part des cotisations dans le PIB (médiane à 0,13%) 0,76% 0,86% 0,01% 0,01% 0,07% 0,08% 0,09% 0,09% 0,12% 0,13% 0,13% 0,13% 0,21% 0,28% 0,28% 0,29% 0,34% CAF TCD COG BDI GIN RWA NER MLI FAN MGA GAB BEN CMR BFA SEN CIV TGO Part des cotisations vie dans le PIB en 2014

34 (en francs CFA) Cotisation par habitant GAB CIV TGO CMR SEN COG BEN BFA FAN MLI RWA MGA NER GIN BDI TCD CAF Cotisations vie par habitant en 2014

35 Un taux médian (commissions / cotisations) de 5,9% 8,9% 8,6% 8,5% 7,2% 6,9% 6,6% 6,1% 5,9% 5,9% 5,9% 5,5% 4,7% 4,1% 1,8% 0,7% 0,6% CMR RWA TGO COG MLI CIV BEN TCD FAN BFA GIN SEN NER GAB MGA CAF Ratios commissions / cotisations vie par pays en 2014

36 Un taux médian (frais généraux / cotisations) de 21,5% 53,7% 48,0% 45,6% 30,4% 29,1% 26,4% 25,8% 21,5% 21,5% 21,4% 21,1% 19,5% 18,3% 13,9% 13,1% 1,5% TCD MLI CAF RWA COG BEN GAB TGO FAN CMR SEN BFA CIV NER GIN MGA Ratios frais généraux / cotisations vie par pays en 2014

37 Un ratio médian (provisions / cotisations) de 2,66% 9,64 6,47 3,44 3,38 3,18 3,16 3,15 2,73 2,66 2,60 1,99 1,97 1,93 1,55 0,94 0,47 MGA CAF GAB CMR BEN CIV SEN RWA FAN BFA NER TGO COG MLI TCD GIN Ratios provisions / cotisations vie par pays en 2014

38 Les prestations et frais payés vie en 2014 * Des prestations de 142,2 Mrds francs CFA en 2014 Des prestations en hausse : +9,9 % (variation brute) en 2014 ; +7,9 % (corrigée de l inflation, va. moyenne annuelle 2010 à 2014) ; * Une inégale répartition selon les pays

39 Evolution de la répartition des prestations vie 142,2 Mrds francs CFA en ,4 Mrds francs CFA en 2013 Burkina Faso (5%) Togo (5%) Gabon (5%) Autres pays (10%) Côte d Ivoire (51%) Togo(4%) Bénin (4%) Gabon (6%) Burkina Faso(6%) Autres pays (7%) Côte d Ivoire (51%) Sénégal (10,8%) Sénégal (9%) Cameroun (14%) Cameroun (16%) Répartition des placements vie en 2014 et 2013

40 Les placements vie en 2014 * Des placements de 987 Mrds francs CFA en 2014 Des placements en hausse : + 12,7% (variation brute) en 2014 ; + 10,1% (corrigée de l inflation, va. moyenne annuelle 2010 à 2014) ; * Une inégale répartition selon les pays

41 Evolution de la répartition des placements vie 987,0 Mrds francs CFA en ,9 Mrds francs CFA en 2013 Bénin (4%) Burkina Faso (5%) Togo (7%) Autres pays (6%) Côte d Ivoire (44%) Autres pays (5%) Togo (5%) Burkina (5%) Bénin (5%) Gabon (7%) Gabon (7%) Côte d Ivoire (45%) Sénégal (10%) Sénégal (10%) Cameroun (17%) Cameroun (17%) Répartition des placements vie en 2014 et 2013

42 Evolution de la structure des placements vie 987 Mrds francs CFA en ,9 Mrds francs CFA en 2013 Actions (10%) Prêts (1%) Autres (4%) Prêts (1%) Liquidité (39%) Immobilier (11%) Immobilier (12%) Liquidité (39%) Autres (19%) Actions (18%) Obligations (20%) Obligations (26%) Structure des placements vie en 2014 et 2013

43 II b. Le marché de l assurance non vie - Des cotisations de 708,3 Mrds francs CFA en 2014 (hors acceptations) - Près de 35% des cotisations en assurance automobile - Des cotisations en hausse de 2,3% en Des évolutions contrastées selon les pays - Charges de sinistres : 348,6 Mrds de francs CFA en 2014 (hors acceptations), en hausse de 21,5% - Des provisions de 660,6 Mrds de francs CFA en 2014 (hors acceptations), en hausse de 5,3%.

44 Evolution de la répartition des cotisations non vie 708,3 Mrds francs CFA en ,7 Mrds francs CFA en 2013 Autres pays (15 %) Bénin (4%) Burkina (5 %) Congo Brazzaville (9 %) Côte d Ivoire (19%) Cameroun (16%) Autres pays (11,1 %) Madagascar (3,6 %) Côte d Ivoire (21,5 %) Mali (3,7 %) Burkina (4,1 %) Bénin (4,4 %) Congo Braza. (4,7 %) Sénégal (10 %) Gabon (14 %) Gabon (12,0 %) Cameroun (21,2 %) Sénégal (13,8 %) Répartition des cotisations non vie en 2014 et en 2013

45 Des cotisations en hausse de 2,3% en 2014 (Mrds Francs CFA) 692,7 532,1 (16) 560,8 (16) 615,9 (16) (16) 708,3 (16) % +5,4% +9,8 % +12,5 % +2,3 % Evolution des cotisations non vie et variation / année précédente

46 Des évolutions contrastées selon les pays (de +27,6% à -10,6%) 27,6% 9,8% 5,1% 4,8% 3,8% 3,7% 3,4% 2,3% 1,7% 1,5% -4,1% -8,5% -10,6% NER TCD GAB BFA SEN CIV TGO FAN COG MLI CMR BEN CAF Variation des cotisations non vie par pays en 2014

47 Un marché inégalement réparti Répartition des cotisations non vie selon les branches par pays en 2014 (en %) 5% 6% 6% 6% 7% 5% 3% 7% 12% 9% 5% 8% 9% 15% 18% 34% 18% 14% 15% 17% 11% 11% 20% 39% 30% 22% 8% 8% 9% 12% 8% 17% 11% 21% 17% 31% 13% 10% 24% 6% 25% 25% 7% 31% 28% 24% 24% 14% 22% 20% 21% 10% 30% 30% 29% 53% 31% 46% 32% 32% 34% 36% 39% 42% 42% 44% 29% 71% 8% 16% 12% 23% 35% GAB GIN COG TCD CIV TGO CMR SEN MLI RWA BFA BEN CAF NER BDI FAN ACCEPTATIONS AUTRES RISQUES RC GENERALE INCENDIE TRANSPORTS ACCIDENTS MALADIE AUTOMOBILE Répartition des cotisations non vie par pays et par branches en 2014

48 Part des cotisations dans le PIB 0,95% 0,96% 0,98% 1,08% 1,19% 0,18% 0,26% 0,29% 0,41% 0,41% 0,43% 0,53% 0,58% 0,62% 0,66% 0,69% 0,71% TCD CAF BDI GIN MLI MGA BFA RWA FAN BEN NER CMR CIV SEN COG TGO GAB Part des cotisations non vie dans le PIB en 2014

49 Cotisation par habitant GAB COG CIV SEN CMR TGO BEN RWA FAN BFA NER MLI GIN TCD MGA BDI CAF Cotisation non vie par habitant en 2014

50 Les charges de sinistres non vie en 2014 * Des charges de sinistres de 348,6 Mrds francs CFA en 2014 Des charges de sinistres en hausse : +21,5 % (variation brute) en 2014 ; +11,2 % (corrigée de l inflation, va. moyenne annuelle 2010 à 2014) ; * Une inégale répartition selon les pays

51 Evolution de la répartition des charges de sinistres non vie 348,6 Mrds francs CFA en ,9 Mrds francs CFA en 2013 Autres pays (21%) Bénin (5%) Côte d Ivoire (30%) Autres pays (26%) Côte d Ivoire (28%) Burkina Faso (5%) Congo Brazzaville (8%) Sénégal (9%) Cameroun (13%) Gabon (9%) Rwanda(5%) Burkina Faso(5%) Sénégal (10%) Gabon (12%) Cameroun (14%) Répartition des placements vie en 2014 et 2013

52 0,58 0,56 0,51 0,48 0,46 0,46 0,42 0,39 0,34 0,32 0,31 0,30 Un ratio médian S/PA de 0,46 0,74 0,72 0,65 0,20 GIN CIV MLI TGO BEN NER BFA COG FAN SEN CMR TCD MGA GAB CAF RWA Ratios charges de sinistres / cotisations acquises non vie par pays en 2014

53 Un taux médian (commissions / cotisations) de 12,5 % 15,2% 15,0% 14,8% 14,3% 14,1% 13,7% 13,2% 13,0% 12,5% 11,9% 10,8% 10,2% 8,0% 7,4% 5,1% 2,2% MLI CAF CIV SEN BEN TGO GAB CMR FAN GIN BFA TCD COG NER RWA MGA Taux commissions / cotisations non vie par pays en 2014

54 Un taux moyen (frais généraux / cotisations) de 27,8 % 40,9% 34,3% 34,3% 31,9% 30,3% 30,0% 29,2% 28,3% 27,8% 27,3% 23,1% 19,4% 19,2% 16,3% 8,6% 7,1% CAF MLI SEN CMR BEN BFA TGO CIV FAN GIN TCD NER GAB COG MGA RWA Taux frais généraux / cotisations non vie par pays en 2014

55 Ratio combiné brut de réassurance Evolution du ratio combiné non vie brut de réassurance en 2014 (en %) 115,5% 114,8% 113,5% 100,7% 100,5% 90,5% 89,0% 86,4% 86,4% 84,3% 77,9% 70,1% 67,2% 63,2% 42,7% 32,0% CIV MLI GIN TGO BEN SEN BFA CAF FAN CMR NER COG TCD GAB MGA RWA Ratio combiné non vie brut de réassurance par pays en 2014

56 Un ratio médian (provisions / cotisations) de 0,91 1,84 1,62 1,57 1,44 1,10 1,05 1,04 0,94 0,91 0,87 0,84 0,83 0,83 0,71 0,65 0,63 CAF MGA BEN MLI TGO BFA SEN CIV FAN CMR RWA NER GIN COG TCD GAB Ratios provisions / cotisations non vie par pays en 2014

57 Evolution de la répartition des placements non vie 804,1 Mrds francs CFA en ,0 Mrds francs CFA en 2013 Togo (4,1%) Mali (4,4%) Burkina (6,3%) Congo Brazzaville (6,6%) Autres pays (13%) Côte d Ivoire (20,0%) Cameroun (16,6%) Autres pays (10%) Togo (4%) Niger (4%) Mali (4%) Congo Brazzaville(5%) Burkina (6%) Côte d Ivoire (19%) Cameroun (17 %) Bénin (7,1%) Gabon (8,6%) Sénégal (13,3%) Bénin (7%) Gabon (11%) Sénégal (15%) Répartition des placements non vie en 2014 et 2013

58 Evolution de la structure des placements non vie 804,1 Mrds francs CFA en ,0 Mrds francs CFA en 2013 Autres (12,7%) Prêts (1,4%) Liquidité (29,7%) Autres (9%) Prêts (4%) Liquidité (30%) Actions (13,6%) Actions (15%) Obligations (19,9%) Immobilier (22,7%) Obligations (16%) Immobilier (26%) Structure des placements non vie en 2014 et 2013

59 Situation de l assurance automobile 2010 à 2014 (un exemple pour quelques données de 11 pays) * Evolution des cotisations * Evolution des charges de sinistres * Evolution du ratio combiné brut

60 * Evolution des cotisations (en milliards de francs CFA) Evolution des cotisations RC et Autres Auto (en milliards de francs CFA, pour 11 pays) 205,6 211,6 172,4 171,1 183,4 117,8 111,2 116,3 131,2 132,0 54,6 59,9 67,1 74,4 79, RC Autres Risques Total

61 Les cotisations d assurance automobile en pourcentage des cotisations non vie CIV 44,6 32,0% CMR 39,4 34,0% GAB 30,3 29,0% SEN COG 21,0 26,5 30,0% 36,0% BFA 13,9 42,0% BEN MLI TGO TCD CAF 1,1 3,9 13,0 44,0% 9,8 39,0% 8,2 32,0% 31,0% 46,0% Cotisations Auto Parts dans Non Vie

62 Situation de l assurance automobile 2010 à 2014 Le montant total des cotisations en assurance automobile (pour l ensemble des 11 pays) augmente d une façon assez significative, de 172,4 milliards de francs CFA en 2010 à 211,6 milliards en 2014 : soit un taux moyen de 5,3%. La dynamique de marché varie selon les pays, allant d une forte croissance au Congo Brazzaville (28,0%) à une croissance légère en Côte d Ivoire (1,6%) et à une réduction en Centrafrique. Voir diapo suivante :

63 Evolution des cotisation par pays (Total Auto) 50,0 45,0 40,0 35,0 30,0 25,0 20,0 15,0 10,0 5,0 0, CIV CMR GAB SEN COG BEN BFA MLI TGO TCD CAF

64 Ratios de sinistralité et ratios combinés (bruts de réassurance) 115,0% 126,3% 124,6% 125,1% 95,2% 94,0% 95,9% 105,0% 87,1% 70,8% 100,1% 31,0% 80,5% 70,6% 27,0% 45,4% 52,6% 84,6% 33,5% 31,9% 42,2% 65,8% CAF TCD TGO MLI BEN BFA COG SEN GAB CMR CIV Sinistralités Ratios combinés

65 MERCI : LA FANAF AU SERVICE DE SES MEMBRES

Développement des Marchés ASSURANCES OBLIGATOIRES & REASSURANCE

Développement des Marchés ASSURANCES OBLIGATOIRES & REASSURANCE Société Commerciale Gabonaise de Réassurance SCG-Ré Premier Forum des Marchés Zone FANAF Libreville, le 30 et 31 Octobre 2014 Développement des Marchés ASSURANCES OBLIGATOIRES & REASSURANCE vendredi 31

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 PERSPECTIVES DES MARCHES D ASSURANCES AFRICAINS Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème qui nous a été confié porte sur les

Plus en détail

L éditorial. Le secrétariat de CGLU Afrique lance ce premier numéro «L Etat des

L éditorial. Le secrétariat de CGLU Afrique lance ce premier numéro «L Etat des L éditorial Jean-Pierre ELONG-MBASSI Le secrétariat de CGLU Afrique lance ce premier numéro «L Etat des Finances Locales en Afrique» afin de comparer, pour la première fois, les principaux chiffres et

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur

Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur AFRISTAT PROGRAMME DE COMPARAISON INTERNATIONALE-AFRIQUE Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur Contexte Au cours de l année 2004, AFRISTAT

Plus en détail

L Assurance Transport en Afrique: problématiques actuelles RENCONTRES AMRAE STRASBOURG 2009

L Assurance Transport en Afrique: problématiques actuelles RENCONTRES AMRAE STRASBOURG 2009 Atelier A 19 L Assurance Transport en Afrique: problématiques actuelles Intervenants Protais AYANGMA AMANG Président payangma@groupecolina.com Jean Christophe BOORTE Consultant IRS Jean-christophe.boorte@orange.fr

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 I. Environnement économique 2009 SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) 31 625 Taux de croissance de l'économie 3,00% II. Environnement Institutionnel

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE DOSSIER DE CANDIDATURE U N I V E R S I T É T O U L O U S E 2 L E M I R A I L en partenariat avec y Diplôme Universitaire Responsable de site e-commerce et e-tourisme appliqués au développement des territoires

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

RÉÉVALUATION DES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE SUIVANT LES DIRECTIVES DE LA CRCA & DE LA CIMA

RÉÉVALUATION DES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE SUIVANT LES DIRECTIVES DE LA CRCA & DE LA CIMA RÉÉVALUATION DES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE SUIVANT LES DIRECTIVES DE LA CRCA & DE LA CIMA LA METHODE DITE PAR CAPITALISATION DU LOYER BASÉE SUR LA SURFACE CORRIGÉE C.R.C.A. : Commission

Plus en détail

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF Analyse Financière Tunis Re en Bourse En toute Ré Assurance Souscrire à l OPF Mars 2010 2A n a l y s e F i n a n c i è r e I n t r o d u c t i o n e n b o u r s e : O f f r e à p r i x f e r m e Secteur

Plus en détail

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC?

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? BURKINA FASO MALI NIGER TCHAD SENEGAL GUINEE-BISSAU RCA COTE-D'IVOIRE TOGO BENIN CAMEROUN GUINEE EQUAT. GABON CONGO Comores Les pays de la Zone Franc UEMOA CEMAC Comores France

Plus en détail

Les soieils des Assurances

Les soieils des Assurances .. à la Rencontre sur Francophonie et Culture appelait, à juste titre, ((un directoire franco-québécois ))? L attrait français pour la francophonie se nourrit, à l heure actuelle, de beaucoup d ambiguïtés,

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2010

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2010 LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2010 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes de la Direction des études et des statistiques FFSA-GEMA.

Plus en détail

Pour une coopération parlementaire régionale accrue avec les organes de traités relatifs aux droits de l homme

Pour une coopération parlementaire régionale accrue avec les organes de traités relatifs aux droits de l homme Pour une coopération parlementaire régionale accrue avec les organes de traités relatifs aux droits de l homme Séminaire régional à l intention des parlementaires et fonctionnaires de parlements des pays

Plus en détail

point sur l assurance française

point sur l assurance française le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / jeudi 29 janvier le point sur l assurance française ce qu il faut pour 2 Loi ALUR Publication Omnibus 2 L année

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie René AZOKLY/ Président du Fonds International de Garantie Les Fonds de Garantie en Afrique de l'ouest: Particularités,

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

de résultat opérationnel courant (3) en hausse de 20,7 % (4) Ratings AA-, perspective stable par Fitch Ratings et A2, perspective stable par Moody s

de résultat opérationnel courant (3) en hausse de 20,7 % (4) Ratings AA-, perspective stable par Fitch Ratings et A2, perspective stable par Moody s REGARD SUR COFACE / Le Groupe Coface est un leader mondial de l assurance-crédit et un expert reconnu des risques commerciaux. Il propose aux entreprises du monde entier des solutions pour les protéger

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

SOMMAIRE. Historique 1. Conseil d Administration et Direction 2. Structure du Groupe Colina 3. Groupe SAHAM 4. Organisation de SAHAM FINANCES 5

SOMMAIRE. Historique 1. Conseil d Administration et Direction 2. Structure du Groupe Colina 3. Groupe SAHAM 4. Organisation de SAHAM FINANCES 5 RAPPORT ANNUEL 2012 G R O U P E C O L I N A SOMMAIRE Historique 1 Conseil d Administration et Direction 2 Structure du Groupe Colina 3 Groupe SAHAM 4 Organisation de SAHAM FINANCES 5 Evénements significatifs

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises NOVEMBRE 2013 Dossier de presse Société Générale, COMMUNIQUÉ DE PRESSE Casablanca, le 21 novembre 2013 Présent dans 16 pays africains, le groupe Société Générale présente un positionnement unique, qui

Plus en détail

Programme d achat groupé haut débit

Programme d achat groupé haut débit Programme d achat groupé haut débit Hutchison Global Communications est fier d annoncer que 9 nouveaux pays d Afrique de l Ouest ont rejoint son programme d achat groupé haut débit. Ces nouvelles recrues

Plus en détail

BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE ET DE POST-DOCTORAT «EUGEN IONESCU»

BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE ET DE POST-DOCTORAT «EUGEN IONESCU» BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE ET DE POST-DOCTORAT «EUGEN IONESCU» 2011-2012 DOCUMENT DE PRÉSENTATION Appel international à candidatures ouvert du 28 juin (1 er août en ligne) au 28 octobre 2011 (minuit,

Plus en détail

BRIEFING NOTE 1 ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE. 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain

BRIEFING NOTE 1 ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE. 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain BRIEFING NOTE 1 Microinsurance Innovation Facility ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain En Afrique, la micro-assurance

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE ET DE POST-DOCTORAT «EUGEN IONESCU»

BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE ET DE POST-DOCTORAT «EUGEN IONESCU» BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE ET DE POST-DOCTORAT «EUGEN IONESCU» 2010-2011 DOCUMENT DE PRÉSENTATION Appel international à candidatures ouvert du 10 novembre 2010 au 10 janvier 2011 1. DOCUMENT DE PRESENTATION

Plus en détail

Ecobank annonce un résultat avant impôt de 520 millions $EU et un produit net bancaire de 2,3 milliards $EU pour l exercice 2014

Ecobank annonce un résultat avant impôt de 520 millions $EU et un produit net bancaire de 2,3 milliards $EU pour l exercice 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Ecobank annonce un résultat avant impôt de 520 millions $EU et un produit net bancaire de 2,3 milliards $EU pour l exercice 2014 Lomé, le 20 avril 2015 Ecobank Transnational Inc. («Ecobank»

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

La protection des savoirs traditionnels: rôle des Indications géographiques

La protection des savoirs traditionnels: rôle des Indications géographiques Congrès AFTER Dakar 11-12 novembre 2014 La protection des savoirs traditionnels: rôle des Indications géographiques Didier CHABROL UMR Innovation - CIRAD Montpellier - France 1 Modernisation des produits

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE: BILAN, PERSPECTIVES ET CHOIX DES POLITIQUES ÉCONOMIQUES

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE: BILAN, PERSPECTIVES ET CHOIX DES POLITIQUES ÉCONOMIQUES UNCTAD/GDS/AFRICA/1 TD/B/48/12 CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE: BILAN, PERSPECTIVES ET CHOIX DES POLITIQUES ÉCONOMIQUES NATIONS UNIES

Plus en détail

Attijariwafa bank Présentation. Conseil d administration. Chiffres-clés Consolidés / IFRS. Réseau et effectifs Décembre 2014

Attijariwafa bank Présentation. Conseil d administration. Chiffres-clés Consolidés / IFRS. Réseau et effectifs Décembre 2014 Février 2015 Attijariwafa bank Présentation Attijariwafa bank est le premier groupe bancaire et financier du Maghreb et de l UEMOA (Union Économique et Monétaire Ouest Africaine) et acteur de référence

Plus en détail

Le secteur des assurances en 2009

Le secteur des assurances en 2009 ACA - Actualités et Perspectives Le secteur des assurances en 2009 Le secteur de l assurance au Luxembourg 24 Le marché national 26 Le marché international 32 23 Le secteur de l assurance au Luxembourg

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Génération des forces de police Standards et Procédures

Génération des forces de police Standards et Procédures Génération des forces de police Standards et Procédures Forum régional de Yaoundé 8-10 novembre 2009 Participation aux OMP: pratiques et paramètres par Mody BERETHE Divison Police des Nations Unies/DOMP

Plus en détail

Le PROGRAMME ENVIRONEMENT D INTERPOL

Le PROGRAMME ENVIRONEMENT D INTERPOL Le PROGRAMME ENVIRONEMENT D INTERPOL INTERPOL Organisation International de Police Criminelle crée en 1923 siège a Lyon ( France).190 pays membres, 6 BR( Bureau Régional), 1 Bureau de liaison a Bangkok

Plus en détail

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP 17 Septembre 2013, 9h00 Tunis, Tunisie Monsieur le Directeur du Département Assurance

Plus en détail

POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS

POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS SOMMET DE LA FRANCOPHONIE kinshasa Octobre 2012 Messages clés : Les pays membres de

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME DU SECTEUR PRIVÉ

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME DU SECTEUR PRIVÉ C O N F É R E N C E D E S N AT I O N S U N I E S S U R L E C O M M E R C E E T L E D É V E L O P P E M E N T LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME

Plus en détail

ETUDE AFRIQUE AUPRES DU RESEAU BPIFRANCE EXCELLENCE

ETUDE AFRIQUE AUPRES DU RESEAU BPIFRANCE EXCELLENCE NOTE INTERNE DIRECTION DE L INTERNATIONAL ET DE L UNIVERSITE POLE AFRIQUE ET MEDITERRANEE DECEMBRE 2014 ETUDE AFRIQUE AUPRES DU RESEAU BPIFRANCE EXCELLENCE Bpifrance accompagne le développement des entreprises

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT EMBARGO Le présent document ne doit pas être cité ou résumé par la presse, la radio, la télévision ou des médias électroniques avant le

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

Dépollution. Centre de Perfectionnement aux Actions post-conflictuelles de Déminage et de. Intervention. du Général de Brigade. Félix Tissou HESSOU

Dépollution. Centre de Perfectionnement aux Actions post-conflictuelles de Déminage et de. Intervention. du Général de Brigade. Félix Tissou HESSOU Intervention du Général de Brigade Félix Tissou HESSOU REPUBLIQUE DU BENIN Centre de Perfectionnement aux Actions post-conflictuelles de Déminage et de Dépollution 1 RAPPEL HISTORIQUE CONFERENCE DE BAMAKO

Plus en détail

Montpellier. 24 mai 2011

Montpellier. 24 mai 2011 Montpellier 24 mai 2011 SOMMAIRE Le Groupe AXA Retour sur 2010, une année charnière Performance en 2010 et indicateurs d activité 2011 Priorités pour 2011 et après Christian RABEAU Directeur de la Gestion

Plus en détail

Ala conférence de la Fanaf (Fédération

Ala conférence de la Fanaf (Fédération Temps forts de la 38 ème Assemblée générale de la Fanaf Après Dakar, Kigali et Yaoundé, la capitale du Burkina Faso (Ouagadougou), pour la troisième fois, abrite du 17 au 23 février 2014, la 38 ème Assemblée

Plus en détail

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Pourquoi faut-il changer la définition des besoins non satisfaits en matière de planification familiale? Le concept de besoins

Plus en détail

Admissions en formation initiale sous statut étudiant. Guide de candidature des candidats internationaux

Admissions en formation initiale sous statut étudiant. Guide de candidature des candidats internationaux Admissions en formation initiale sous statut étudiant Guide de candidature des candidats internationaux Session 2013 Table des matières I. Baccalauréat Scientifique (ou équivalent)...3 II. Classe Préparatoire

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

Hightech Payment Systems en bref

Hightech Payment Systems en bref Hightech Payment Systems en bref Mission Fourniture de solutions de paiement électronique multi-canal Quelques Chiffres +100 collaborateurs dont 85 Ingénieurs et Consultants +50 sites installés et 150

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

Date limite d envoi du dossier le 15 mai 2015 Cachet de la poste faisant foi, à l adresse suivante :

Date limite d envoi du dossier le 15 mai 2015 Cachet de la poste faisant foi, à l adresse suivante : MASTER ARTS - SPECIALITE ARTS PLASTIQUES Parcours Création & Gestion de l Image Numérique DOSSIER DE CANDIDATURE ANNÉE 2015-2016 Deuxième année PARCOURS PROFESSIONNEL Date limite d envoi du dossier le

Plus en détail

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre WP Board No. 934/03 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 7 mai 2003 Original : anglais Comité exécutif

Plus en détail

LES ESPACES CAMPUS FRANCE A PROCEDURES CEF. étrangers

LES ESPACES CAMPUS FRANCE A PROCEDURES CEF. étrangers LES ESPACES CAMPUS FRANCE A PROCEDURES CEF Atelier «accueil des étudiants étrangers» 8 décembre d 2007-1 Accompagner l inscription Aider les établissements dans leur sélection Un guichet unique en ligne

Plus en détail

demande n Pays Ville d'affectation Structure d'accueil Intitulé du poste soumise par

demande n Pays Ville d'affectation Structure d'accueil Intitulé du poste soumise par 1 Belgique Bruxelles OIF RPUE 2 Belgique Bruxelles OIF RPUE Assistant(e) de projet chargé/e des questions de l usage de la langue française, la promotion de la paix, les droits de l Homme, la démocratie

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

1 er. trimestree 2014

1 er. trimestree 2014 Note de conjoncture du marché des assurances 1 er trimestree 214 PRODUCTION DU 1 er TRIMESTRE 214 : EVOLUTION DE LA PRODUCTION : Le chiffre d affaires 1 réalisé par le secteur durant le 1 er trimestre

Plus en détail

Facilitation du Commerce liée aux Transports terrestres et transit

Facilitation du Commerce liée aux Transports terrestres et transit Facilitation du Commerce liée aux Transports terrestres et transit LES CONVENTIONS INTERNATIONALES, RÉGIONALES ET SOUS RÉGIONALES : CAUSES ET CONSEQUENCES DE LA NON MISE EN ŒUVRE IDOINE EN AFRIQUE Par:

Plus en détail

Groupe SOEXIMEX. Secteur d activité. SOEXIMEX Un acteur majeur du commerce international. Histoire Chiffres clés Activités

Groupe SOEXIMEX. Secteur d activité. SOEXIMEX Un acteur majeur du commerce international. Histoire Chiffres clés Activités SOEXIMEX Un acteur majeur du commerce international La SOEXIMEX a été fondée en 1963. Son siège social se situe à Saint-Denis, au nord de Paris. Aujourd hui considérée comme un acteur majeur du commerce

Plus en détail

Perspectives économiques en Afrique 2013

Perspectives économiques en Afrique 2013 ÉDITION DE POCHE Afrique du Sud Algérie Angola Bénin Botswana Burkina Faso Burundi Cameroun Cap-Vert Comores Congo, Rép. Congo, Rép. dém. Côte d Ivoire Djibouti Égypte Erythrée Éthiopie Gabon Gambie Ghana

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement

Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement Conférence de presse Abidjan, le 30 novembre 2012 Plan 1 - Présentation de la Bourse Régionale

Plus en détail

Décryptage des pouvoirs économiques et politiques du continent africain à travers 5 titres de référence

Décryptage des pouvoirs économiques et politiques du continent africain à travers 5 titres de référence BROCHURE TARIFAIRE 2015 AFRICA Africa Intelligence Décryptage des pouvoirs économiques et politiques du continent africain à travers 5 titres de référence L abonnement à Africa Intelligence comprend l

Plus en détail

Comparaison des dépenses réelles de consommation des ménages et des niveaux de prix en Afrique

Comparaison des dépenses réelles de consommation des ménages et des niveaux de prix en Afrique Comparaison des dépenses réelles de consommation des ménages et des niveaux de prix en Afrique 2013 Banque africaine de développement Le présent document a été préparé par la Division de renforcement des

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana BANQUE CENTRALE DE MADAGASCAR IINSTIITUT NATIIONAL DE LA STATIISTIIQUE C ette étude sur l investissement étranger à Madagascar a été faite

Plus en détail

Services susceptibles d être retenus pour le classement :

Services susceptibles d être retenus pour le classement : NOTICE relative à la constitution des DOSSIERS de CLASSEMENT (Décret n 51-1423 du 05/12/51 modifié) Division des Personnels Enseignants Services susceptibles d être retenus pour le classement : - tous

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie Janvier 2010

Le secteur des assurances en Tunisie Janvier 2010 MAC SA - Intermédiaire en Bourse Green Center Bloc C, 2éme étage, 1053 Les Berges du Lac- Tunis Tunisie Tél.: + 216 71 964 102 / + 216 71 962 472 Fax: + 216 71 960 903 Email: macsa@gnet.tn www.macsa.com.tn

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCES (CIMA)

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCES (CIMA) CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCES (CIMA) Organisation, Attentes, Défis et Perspectives I- ORGANISATION A/ Traité et Etats membres Signature du Traité : le 10 juillet 1992 à Yaoundé (République

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

État des lieux des systèmes de retraite en Afrique subsaharienne francophone. Version 1.10 du 04/03/2015

État des lieux des systèmes de retraite en Afrique subsaharienne francophone. Version 1.10 du 04/03/2015 État des lieux des systèmes de retraite en Afrique subsaharienne francophone Version 1.10 du 04/03/2015 Florent Gbongué Frédéric Planchet Abderrahim Oulidi Université de Lyon - Université Claude Bernard

Plus en détail

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011.

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011. Document final des consultations régionales sur le programme de développement après-2015 Contexte Partout dans le monde, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont généré des actions de

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ (version amendée à Kampala, en Ouganda, le 19 août 2003) 2 Les signataires des présents Statuts, Reconnaissant

Plus en détail

Solution globale de sécurisation des accès à vos locaux. Kelio Security

Solution globale de sécurisation des accès à vos locaux. Kelio Security Solution globale de sécurisation des accès à vos locaux Kelio Security Kelio Security Une large gamme de matériel. Lecteurs proximité. Lecteurs clavier. Lecteurs biométriques. Lecteurs longue distance

Plus en détail

50e anniversaire des indépendances africaines et malgache

50e anniversaire des indépendances africaines et malgache 50e anniversaire des indépendances africaines et malgache 1960-2010 29 Hommage aux anciens combattants africains et malgaches Dans le cadre des célébrations officielles du cinquantième anniversaire des

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

méthodologiquem Quelques précautions

méthodologiquem Quelques précautions Atelier régional r méthodologiquem «Les prix de parité à l importation du riz et du maïs s en Afrique de l Ouestl» Quelques précautions Calculer des prix de parité en se basant sur les prix et les coûts

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 %

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR démarre l année avec de solides performances grâce à la mise en œuvre rigoureuse de son plan stratégique

Plus en détail

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris Atlas économique de Paris 213 du greffe du tribunal de commerce de Paris Sommaire INTRODUCTION... 3 PARTIE 1 PARIS DANS SA GLOBALITÉ... 4 GÉOGRAPHIE DES ENTREPRISES PARISIENNES... 5 DENSITÉ DES ENTREPRISES

Plus en détail

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance En bref : Président Directeur Général: Mohamed EL KETTANI Siège Social : 2. Bd Moulay Youssef - BP: 11141 20000 Casablanca - Maroc Capital:

Plus en détail

Modes de règlement pour l International : Canada, Europe, Afrique

Modes de règlement pour l International : Canada, Europe, Afrique Modes de règlement pour l International : Canada, Europe, Afrique Notre association est implantée dans tous les pays de langue française. Tous les pays où nous sommes présents n ayant pas l Euro, voici

Plus en détail

Intérêts fixes VS intérêts dégressifs Quelle est la différence?

Intérêts fixes VS intérêts dégressifs Quelle est la différence? MFTRANSPARENCY FONDAMENTAUX DE LA FIXATION DES PRIX Intérêts fixes VS intérêts dégressifs Quelle est la différence? Le taux d intérêt est l une des composantes principales du coût d un crédit. Ce concept

Plus en détail

GUILLAUME GILKES PRINCIPALES QUALIFICATIONS

GUILLAUME GILKES PRINCIPALES QUALIFICATIONS GUILLAUME GILKES ESSEC MBA, Actuaire 10 ans d expérience dans le conseil, la formation et la gestion de projet à l international : Actuariat : protection sociale, assurance, finance Stratégie : étude de

Plus en détail

PLAN STATISTIQUE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Définitions

PLAN STATISTIQUE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Définitions PLAN STATISTIQUE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Définitions Juillet 2014 N/Réf. : 930.01 Le Groupement des assureurs automobiles agit à titre d agence autorisée par l Autorité des marchés financiers. Ce document

Plus en détail

Perspectives économiques en Afrique 2014

Perspectives économiques en Afrique 2014 Édition de Poche Perspectives économiques en Afrique 2014 THÈME SPÉCIAL : Les chaînes de valeur mondiales et l industrialisation de l Afrique Afrique du Sud Algérie Angola Bénin Botswana Burkina Faso Burundi

Plus en détail

Qu est-ce que la Zone franc?

Qu est-ce que la Zone franc? Paris, vendredi 3 octobre 2014 Après le dernier G20 Finances (à Cairns les 20 et 21 septembre) et en amont des assemblées annuelles de la Banque Mondiale et du FMI (à Washington du 9 au 11 octobre), Michel

Plus en détail

BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE A PARTIR DU 1ER JUIN 2008 (Document non limitatif et modifiable) 2 I - OUVERTURE DE COMPTE Compte épargne Marina : 100.000 FCFA Dantokpa, Jéricho,

Plus en détail