Afrique subsaharienne Tendances récentes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Afrique subsaharienne Tendances récentes"

Transcription

1 Afrique subsaharienne Tendances récentes Le taux de croissance des économies d Afrique subsaharienne est passé de 5,7 % en 2006 à 6,1 % en 2007, ce qui constitue la progression la plus soutenue que cette région ait connue depuis plus de trois décennies (figure A21). Cet essor s est appuyé sur une robuste croissance du PIB de 8,1 % pour les pays exportateurs de pétrole et sur un taux de 5,3 % pour les pays importateurs à l exclusion de l Afrique du Sud. Dans le premier de ces deux groupes, le renchérissement du pétrole et l entrée en service de nouvelles capacités de production, en Angola et au Soudan notamment, ont contribué à propulser la croissance à son plus haut niveau depuis près de 35 ans. Dans le second, l essor des prix des produits de base non pétroliers conjugué à une plus grande ouverture des économies et à un meilleur niveau de stabilité macroéconomique s est traduit par un niveau de croissance sans précédent depuis dix ans (tableau A11). L Afrique du Sud, principale économie de la région, semble destinée à voir l essor de sa production fléchir à 5,0 % en 2007, contre 5,4 % en Les chiffres trimestriels dénotent une solide expansion, la croissance étant passée de 4,4 à 4,6 % entre les deuxième et troisième trimestres de l année (en taux annuel corrigé des variations saisonnières), mais des éléments laissent penser que la hausse du coût des emprunts a eu pour effet de tempérer le rythme de progression de la consommation, et que la hausse des taux d intérêt et le renforcement du rand affectent l essor du secteur manufacturier. Cependant, la formation brute de capital fixe continue de progresser à un rythme soutenu, et il faut s attendre à ce que cela soit encore le cas au cours des trimestres à venir sous l effet des dépenses d infrastructure engagées dans la perspective de la Coupe du monde de football, en Au niveau du compte courant, l affaiblissement de la croissance de la consommation privée et une légère amélioration des termes de l échange ont contribué à ramener le déficit à 6,5 % du PIB au deuxième trimestre de 2007, contre 6,9 % au trimestre précédent. Mais en dépit de ce tassement de la consommation privée, le déficit du compte courant est destiné à se creuser sous l effet d une augmentation des importations de biens d équipement et de matériaux de construction, ainsi que d une nouvelle détérioration des termes de l échange (tableau A12). Les remous qui ont récemment agité les marchés financiers internationaux ont entraîné une légère dépréciation du rand par rapport au dollar, mais cela faisait suite à une période de forte appréciation de la monnaie sud-africaine qui tenait notamment aux anticipations d afflux de capitaux liées aux activités de fusion et d acquisition. Le rand est depuis retourné à ses niveaux antérieurs à juillet et à cette période d intenses perturbations sur les marchés financiers. L instabilité et les baisses des marchés financiers des pays à revenu élevé ont dans une certaine mesure affecté ceux d Afrique du Sud, mais leur incidence a été limitée. Le pays a évité des cessions massives d actifs, et l indice des valeurs de la bourse de Johannesburg a établi de nouveaux records. Pour l avenir, on s attend à des retombées limitées au niveau de la consommation et de l investissement. Pour les exportateurs de pétrole de la région, le niveau de croissance affiché s est appuyé sur des résultats exceptionnels dans des pays comme l Angola et le Soudan 28

2 (figure A22). En Angola, qui est l économie la plus dynamique et le deuxième plus gros producteur de pétrole d Afrique subsaharienne, la croissance reste exceptionnellement solide, le secteur pétrolier et le secteur non pétrolier affichant l un et l autre des taux de progression à deux chiffres. La production de diamants est également en hausse, ce qui vient s ajouter aux recettes pétrolières et contribue à accroître l excédent du compte courant. Mais l essor de la production de pétrole s est situé à un niveau impressionnant de 18,7 % sur les neuf premiers mois de 2007 (en valeur d une année sur l autre), après avoir atteint 26 % en 2005 et 13 % en Les nouveaux gisements appelés à entrer en production entre 2007 et 2009 assureront une forte croissance dans ce secteur, mais le rythme de l activité dans le secteur non pétrolier approchera un niveau de 20 % sous l effet d une robuste croissance dans quatre domaines : agriculture, industrie manufacturière, construction et électricité. Un élément qui mérite également d être souligné au sujet des pays exportateurs de pétrole de la région est l amélioration de leur stabilité macroéconomique, l inflation se relâchant en dépit du niveau élevé des recettes et de l accélération des dépenses publiques. De plus, le récent resserrement monétaire intervenu en Angola devrait contribuer à réduire encore les pressions inflationnistes. Les soldes budgétaires et courants se sont considérablement améliorés dans ce groupe de pays, du fait de la manne pétrolière. Le solde budgétaire non pétrolier s est également amélioré, mais en grande partie du fait de contraintes de capacités qui limitent la hausse des dépenses publiques. En ce qui concerne le Nigéria, qui est en importance la deuxième économie de la région, ses résultats se sont légèrement améliorés en Son PIB a modérément progressé, de 5,6 % en 2006 à 5,9 %, de fortes avancées dans le secteur non pétrolier ayant compensé des résultats sensiblement inférieurs à la normale dans le secteur pétrolier. Sous l effet de solides performances dans le domaine de l agriculture et celui des services financiers, le secteur non pétrolier a ainsi connu une expansion de 9,5 % au troisième trimestre de 2007 (en valeur d une année sur l autre), ce qui a porté le niveau de croissance globale à 6,1 %, contre 5,7 % au trimestre précédent. Dans le secteur pétrolier, la production de brut, condensats et liquides de gaz naturel compris, a baissé de 7,1 % au troisième trimestre (sur un an), ce qui a réduit le niveau global de production de 4,2 % pour les neuf premiers mois de l année, et ce résultat défavorable vient s ajouter à une contraction de la production de 5,3 % en Le tout nouveau pays producteur de pétrole de la région, à savoir la Mauritanie, a également affiché des résultats décevants en termes de croissance économique, avec un niveau de progression modéré qui tient en grande partie à ce que sa production pétrolière a été amputée de moitié du fait d une refonte des équipements en place. Les pays membres de la Communauté économique et monétaire de l Afrique centrale ont pour leur part affiché des résultats économiques contrastés. Au Gabon, par exemple, une forte croissance dans le secteur non pétrolier a engendré une considérable accélération du PIB en dépit d une baisse de la production pétrolière. Le rythme de croissance s est également accru au Cameroun, soutenu par une forte demande intérieure et, au niveau de l offre, de solides performances dans les secteurs des transports et des télécommunications. Dans le même temps, la République du Congo a vu son niveau de performance diminuer sous l effet d un fléchissement du rythme d expansion dans le secteur pétrolier et de retards dans le programme d investissement public qui ont affecté 29

3 la croissance dans le secteur non pétrolier. Et au Tchad, une nouvelle baisse prononcée de la production de pétrole et une décélération continue de la croissance dans le secteur non pétrolier ont entraîné une contraction de l économie dans le courant de l année. Parmi les pays importateurs de pétrole de la région, de solides taux de progression du PIB ont été réalisés, surtout pour les pays qui sont à un stade plus avancé de leur processus de réforme, ceux qui sont parvenus à un plus grand degré d ouverture en matière commerciale et ceux qui ont atteint un meilleur niveau de stabilité macroéconomique (figure A23). Dans plusieurs d entre eux, c est une hausse des exportations de produits non traditionnels qui a contribué à alimenter la croissance. En Afrique de l Est, la Tanzanie a enregistré une plus forte croissance dans le secteur agricole et obtenu également de meilleurs résultats au niveau des activités manufacturières, minières et de construction, ce qui a porté la progression globale de son PIB en 2007 à 7,1 %. Au Kenya, la croissance devrait atteindre 6,3 % et dépasser ainsi le niveau record sur 30 ans de 6,1 % établi en 2006, une performance à mettre au compte de meilleurs chiffres de fréquentation et de recettes touristiques, d avancées plus marquées dans les secteurs des transports et des communications, et d un meilleur niveau de production agricole. Au deuxième trimestre de 2007, le niveau de croissance a atteint 7,1 % (d une année sur l autre) grâce une expansion de 8,6 % dans le secteur manufacturier, de 11,1 % dans l hôtellerie et la restauration, et de 11,8 % dans le domaine des communications. À Madagascar, d importants apports d investissement direct étranger (IDE) dans le secteur minier sont aujourd hui à l origine d une importante modification de la structure de l économie. Quant à l économie ougandaise, elle bénéficie d une expansion soutenue dans les secteurs de la construction, des transports et des communications, ainsi que d une reprise de l activité agricole. Au niveau de l Union économique et monétaire ouest-africaine, le rythme de croissance s est également accéléré en 2007 ; il a gagné près de 1 point de pourcentage pour s établir à 3,7 %, à la faveur de taux de croissance du PIB supérieurs à 4 % dans cinq des huit pays membres. Mais un niveau insuffisant d approvisionnement en énergie dans beaucoup de ces pays ainsi que des difficultés dans plusieurs sous-secteurs agricoles ont empêché ces taux d atteindre des niveaux encore plus élevés. Et dans plusieurs pays de l union où les inondations ont causé d importants dégâts, la production agricole et la consommation privée mettront encore un certain temps à se redresser, ce qui ralentira la croissance vers la fin de 2007 et à l amorce de l année Au Mozambique, l expansion se maintient, avec une production en hausse de 8,8 % sur les six premiers mois de l année, mais les dégâts dus aux cyclones et aux inondations ont néanmoins causé un ralentissement par rapport au taux de progression de 10 % (sur un an) affiché un an plus tôt. Dans ce pays, un coup de pouce a été donné au PIB dans la première moitié de 2007 par des investissements de 1,4 milliard de dollars dans le projet charbonnier de Moatize et de 390 millions de dollars dans d autres projets. Perspectives à moyen terme La croissance des économies d Afrique subsaharienne est destinée à se maintenir à un rythme dynamique au regard de ses niveaux historiques, avec un taux proche de 6 % sur le court et moyen terme, et ce en dépit d un affaiblissement de la demande dans la zone 30

4 euro en 2008 et de corrections au niveau des prix des produits de base non pétroliers, en particulier les métaux, sur le moyen terme (tableau A11). Pour beaucoup de pays, cette croissance s appuiera en partie sur une solide demande intérieure, et en particulier sur une forte progression de l investissement fixe public et privé (figure A24). On s attend à ce que le niveau d investissement fixe reste soutenu, en dépit du resserrement du crédit sur les marchés financiers internationaux et du relâchement des prix des produits de base non pétroliers. De vastes projets d équipement stratégiques lancés par de grandes économies en développement qui connaissent un essor rapide, comme la Chine et l Inde, contribueront probablement au maintien d un fort courant d investissements. Un exemple notable de projet de ce type est l accord de prêt d un montant de 5 milliards de dollars récemment conclu entre la Chine et la République démocratique du Congo, en vertu duquel quelque 3 milliards de dollars seront consacrés à de grands projets d infrastructures, notamment la construction de liaisons ferroviaires et routières d une longueur respective de et kilomètres. Le projet financera également la construction de 31 hôpitaux, 145 centres de santé et deux universités. Les 2 milliards de dollars restants serviront à mettre en place une société minière dans le cadre d un accord de coentreprise entre les deux pays. Madagascar et le Mozambique sont deux autres pays dont l économie bénéficie d importants apports d IDE. La vigueur affichée depuis plusieurs années par les prix des produits de base non pétroliers ainsi que la hausse des apports de capitaux privés et envois de fonds des travailleurs expatriés sont deux éléments qui soutiennent la consommation privée, bien qu un tassement des dépenses soit à prévoir sur le moyen terme à mesure que s atténuera la progression des revenus. En Afrique du Sud, il faut s attendre à ce qu une hausse des taux d intérêt et une érosion des revenus réels réduisent le niveau des dépenses réelles. Un autre élément qui contribuera à freiner l essor de la consommation est la forte baisse subie par les revenus des agriculteurs dans les pays récemment victimes d inondations, quoique les transferts provenant d entités publiques et privées et de bailleurs de fonds en atténueront probablement en partie les effets. Selon les dernières estimations, les pays les plus gravement touchés sont le Burkina Faso, le Ghana et l Ouganda. Les répercussions négatives de cette situation sur les dépenses individuelles continueront de se faire sentir pendant une bonne partie de l année Dans d autres pays, le redressement opéré à la suite des sécheresses se traduit par une amélioration des résultats dans le secteur agricole, ce qui donne un coup de pouce supplémentaire à la croissance, tandis que l effet sur les revenus des années successives de niveaux de prix élevés pour les produits de base non pétroliers continue de stimuler la consommation privée. Au niveau des pays de la région exportateurs de pétrole, on s attend à ce que la croissance tombe à un niveau de 6,9 % en 2009, sous l effet de la baisse des prix pétroliers prévue pour cette année et du fait que les grands projets d investissement commenceront à prendre fin. Mais cela fera suite à un niveau record de progression du PIB de 9 % en 2008, lequel aura pour éléments moteurs le maintien des hausses de production de pétrole brut en Angola et au Soudan et une reprise attendue de la production au Nigéria. Le fléchissement des prix pétroliers en 2009 pourrait entraîner des réactions au niveau de l offre, en faisant au moins baisser le rythme de la production de pétrole dans un grand nombre de pays producteurs de moindre envergure, où les coûts de 31

5 production restent élevés. Pour les gros producteurs de la région, en revanche, on s attend à ce que la production continue d augmenter. Au Nigéria, on prévoit une accélération prononcée de la croissance en 2008, sous l effet d une reprise dans le secteur pétrolier et de fortes progressions dans le secteur non pétrolier. La stabilisation de la situation dans le delta du Niger devrait permettre à la production de pétrole de se redresser progressivement pour atteindre des niveaux supérieurs à ceux de 2005, entraînant dans ce secteur des niveaux de croissance de près de 10 % après la contraction de l activité enregistrée en L essor des investissements devrait cependant s atténuer, en dépit du fait que l État prévoit d investir des montants substantiels dans ses infrastructures routières, ferroviaires et électriques, ainsi que pour le dragage du fleuve Niger. Les investissements en question semblent en effet faire beaucoup appel aux importations, celles-ci représentant entre 75 et 80 % des sources de dépenses, ce qui en limitera par là même les effets positifs directs sur la croissance de l économie nigériane. Dans plusieurs pays d Afrique de l Ouest, les difficultés que connaissent le secteur du coton et celui des arachides ont des répercussions négatives sur la croissance, et, parmi les pays importateurs de pétrole, ce sont les pénuries d électricité et le niveau élevé des coûts énergétiques qui ont pour effet de brider l expansion de l économie. Certains pays voient leur facture d importations pétrolières augmenter de façon considérable, notamment parce que beaucoup de leurs entreprises utilisent des groupes électrogènes fonctionnant au fuel pour compléter leur approvisionnement en électricité sur le réseau. Dans les pays de l Union économique et monétaire ouest-africaine, la croissance s appuiera sur une amélioration des résultats dans le secteur primaire et une augmentation des dépenses publiques d investissement financée grâce aux économies réalisées dans le cadre des initiatives en faveur des pays pauvres très endettés et d allégement de la dette multilatérale. Et pour les pays importateurs de pétrole, la croissance devrait tirer parti d un fort niveau de progression des investissements, ainsi que d une demande toujours soutenue de produits de base non pétroliers de la part de marchés émergents en plein essor. Risques Un des principaux risques pesant sur la croissance des économies d Afrique subsaharienne est que le niveau d expansion économique et de demande d importations des pays à revenu élevé baisse plus que prévu. Une telle baisse pourrait être liée à des problèmes persistants sur les marchés financiers, ou provoquée par des niveaux de croissance plus faibles dans les grands pays émergents, tels que la Chine et l Inde, ce qui pourrait entraîner un fléchissement de l essor des exportations pour tous les pays de la région d une manière générale, et pour les importateurs de pétrole en particulier. Il existe également un risque palpable de montée des pressions inflationnistes. Si les prix pétroliers devaient augmenter encore, ou des situations de sécheresse affecter l approvisionnement alimentaire, cela pourrait entraîner de l inflation. Des hausses des prix internationaux de produits agricoles de première nécessité comme les céréales et les huiles végétales, qui sont en grande partie une perspective d ores et déjà inéluctable, 32

6 risqueraient d attiser des tensions sur les prix intérieurs, en particulier dans les pays fortement tributaires des importations de blé et d huiles végétales. Dans certains pays, une forte demande intérieure et des ajustements à la hausse des salaires dans le secteur public ont déjà commencé à engendrer des tensions inflationnistes. Pour d autres, en particulier les pays producteurs de pétrole, des contraintes de capacités et une surchauffe de l économie font peser des risques supplémentaires à cet égard. L Afrique du Sud est elle-même confrontée à un ensemble d éléments haut degré de confiance, fort niveau de dépenses intérieures, hausse de l emploi, vigueur du marché du crédit, augmentation des prix des actifs qui contribuent à doper la consommation par le jeu des effets de richesse positifs, et qui soulèvent nettement le spectre d une montée supplémentaire des pressions inflationnistes. L Afrique du Sud est également confrontée à un facteur de risque particulier, de par la façon dont elle a choisi de financer son important déficit courant, qui est censé dépasser un niveau équivalant à 7 % de son PIB en 2008 et 2009 : elle a en effet beaucoup compté pour cela sur les investissements de portefeuille, dont le cours pourrait éventuellement s inverser. Et pour ses responsables, une dépréciation marquée du rand en cas de cession massive d actifs sud-africains par des non-résidents présenterait une autre série de problèmes de gestion financière à traiter, en plus des pressions inflationnistes. Enfin, des chocs négatifs sur les termes de l échange (une baisse des prix des produits de base non pétroliers, ou d autres hausses des prix pétroliers, ou les deux) pourraient venir affecter les revenus disponibles dans les pays importateurs de pétrole, ce qui exercerait un effet de sape sur leur consommation privée tout en aggravant leur soldes extérieurs. Inversement, une hausse des prix pétroliers aurait des effets bénéfiques pour la croissance dans les pays exportateurs de pétrole. Les tensions sociopolitiques restent également un facteur de risque pour la croissance économique dans des pays comme la Côte d Ivoire, l Éthiopie, la Guinée, la Guinée-Bissau, la République démocratique du Congo, la Somalie et le Togo. Quant au Nigéria, il reste confronté aux risques substantiels que soulèvent les activités de groupes militants dans le delta du Niger, sa production de pétrole étant encore inférieure d environ 25 % à sa capacité journalière de 2,9 millions de barils. 33

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 27/05/2015 à 17:53:19 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE

RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ Département des Politiques Economiques et de la Fiscalité Intérieure RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE

Plus en détail

Perspectives économiques régionales

Perspectives économiques régionales Études économiques et financières internationales Perspectives économiques régionales AFRIQUE SUBSAHARIENNE Mai 2005 Fonds monétaire international TABLE DES MATIÈRES Préface...vii Chapitre I Aperçu général...

Plus en détail

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté,

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, FICHE PAYS ASIE : CRISE OU COUP DE FREIN À LA CROISSANCE? Département analyse et prévision En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, malgré une baisse de régime durant l été. Son dynamisme

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 06/10/2015 à 11:27:48 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 07/10/2014 à 08:46:35 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie. Par. Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie

Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie. Par. Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie Par Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie Octobre 2010 1/16 Après deux décennies d efforts d investissements, financés principalement

Plus en détail

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques IP/11/565 Bruxelles, le 13 mai 2011 Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques La reprise progressive de l'économie européenne tend à se confirmer

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

BMCE Bank et son Environnement

BMCE Bank et son Environnement BMCE Bank et son Environnement Economie Mondiale 44 SORTIE DE CRISE ET REMISE EN QUESTION DES MODELES Depuis l éclatement de la bulle financière internationale en 2008, de plus en plus d économistes en

Plus en détail

1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres

1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres 1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres En 1996 (G7 de Lyon), la communauté internationale avait lancé l initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE).

Plus en détail

2012 Stabilisation de l activité. 2013 Perspectives de reprise

2012 Stabilisation de l activité. 2013 Perspectives de reprise 2012 Stabilisation de l activité 2013 Perspectives de reprise Quel avenir pour l industrie chimique en France? Enjeux énergétiques Paris, le 21 mars 2013 UIC - Contacts presse Hélène MEJEAN - Directeur

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE Juin 5 Selon les projections macroéconomiques pour la France effectuées dans le cadre de l Eurosystème, après trois années de croissance atone, le PIB croîtrait en moyenne

Plus en détail

Chapitre II ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL

Chapitre II ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL Chapitre II ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL Évolution du commerce mondial Principales caractéristiques Au cours de l année 2000, le commerce et la production au niveau mondial ont connu leur plus forte croissance

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission ------------ RAPPORT SEMESTRIEL D'EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE Juin 2014 1 TABLE DES MATIERES Résumé... 5 INTRODUCTION...

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

1-4. PRIX DES PRODUITS DE BASE 10/06/2013

1-4. PRIX DES PRODUITS DE BASE 10/06/2013 En effet, après avoir subi un fort recul à la fin de (1.564$ l once fin ), le prix de l or a repris son envol au début de l année, profitant de l abondance de la liquidité à l échelle mondiale et de l

Plus en détail

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE [ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE NOUVELLES DONNÉES SOULIGNENT LES DÉFIS PERSISTANTS Cette fiche d information présente de nouvelles données relatives à l année scolaire qui s est achevée en sur le nombre d

Plus en détail

PROJ EC TION S MACR OÉCONOMIQU ES D E MARS 20 1 5 POU R

PROJ EC TION S MACR OÉCONOMIQU ES D E MARS 20 1 5 POU R PROJ EC TION S MACR OÉCONOMIQU ES D E MARS 20 1 5 POU R LA ZON E EU R O ÉTA B LIE S PAR LES SERVIC ES D E LA 1 1. PERSPECTIVES POUR LA ZONE EURO : VUE D ENSEMBLE ET CARACTÉRISTIQUES-CLÉS Le redressement

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth abcdefg Conférence de presse Zurich, le 11 décembre 2008 Remarques introductives de Jean-Pierre Roth Notre évaluation de la situation conjoncturelle et monétaire a changé considérablement depuis notre

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE AAI Comité Afrique UNE MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE 28 Mai Tallinn, Estonie L Afrique un continent multiforme : Arabe Français anglais portugais Divisé, en trois, zones 1 - Le Maghreb ou l Afrique du Nord

Plus en détail

L Allemagne et la France comparaison économique 20 Mai 2009

L Allemagne et la France comparaison économique 20 Mai 2009 Helaba Recherche L et la comparaison économique Mai 9 Auteur : Dr. Stefan Mütze Tél. : +9 () 69/9-8 research@helaba.de Rédaction: Dr. Gertrud R. Traud Chef économiste/ Direction de la recherche Landesbank

Plus en détail

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE Cette étude fait le point sur l incidence que les évolutions récentes de taux d intérêt, dont elle rappelle l ampleur, ont pu avoir ou auront sur la

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTERIEURE GLOBALE DE LA TUNISIE

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTERIEURE GLOBALE DE LA TUNISIE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTERIEURE GLOBALE DE LA TUNISIE Décembre 2014 BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DIRECTION GENERALE DES STATISTIQUES Direction de la Balance Des Paiements et de la PEG

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC RAPPORT INTERIMAIRE D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE POUR L ANNEE 2005 ET PERSPECTIVES POUR 2006 Novembre 2005 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

Perspectives de l économie mondiale

Perspectives de l économie mondiale Études économiques et financières Perspectives de l économie mondiale Octobre 215 Distribution préliminaire Avant-propos, résumé analytique et chapitre 1 L ajustement au repli des prix des produits de

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

La conjoncture en région Centre Val de Loire

La conjoncture en région Centre Val de Loire Tendances régionales La conjoncture en région Centre Val de Loire Enquêtes mensuelles Septembre 215 Tassement de la production industrielle, activité globale un peu plus soutenue dans les services marchands.

Plus en détail

IMPACT DE LA CRISE SUR LES ÉCONOMIES AFRICAINES MAINTENIR LA CROISSANCE ET POURSUIVRE LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ

IMPACT DE LA CRISE SUR LES ÉCONOMIES AFRICAINES MAINTENIR LA CROISSANCE ET POURSUIVRE LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ IMPACT DE LA CRISE SUR LES ÉCONOMIES AFRICAINES MAINTENIR LA CROISSANCE ET POURSUIVRE LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ Perspectives et recommandations de l Afrique au G20 Un rapport du Comité des Ministres

Plus en détail

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire (source abidjan.net) La Ministre auprès du Premier Ministre chargée

Plus en détail

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café ED 2059/09 9 février 2009 Original : anglais F La crise économique mondiale et le secteur du café Le Directeur exécutif présente ses compliments et a l'honneur de joindre à la présente une évaluation préliminaire

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 29 / 2013 Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 17 décembre 2013 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Se préparer au prochain choc

Se préparer au prochain choc Se préparer au prochain choc Thomas Baunsgaard Chef de division adjoint (F1), Département des finances publiques Forum fiscal africain 9 et 1 novembre 211 Le Cap 1 D où pourront provenir les prochains

Plus en détail

L impact de la hausse des prix du pétrole sur la croissance de la zone euro

L impact de la hausse des prix du pétrole sur la croissance de la zone euro L impact de la hausse des prix du pétrole sur la croissance de la zone euro Auteur : Jean-François JAMET - Ancien élève de l Ecole Normale Supérieure (Ulm) et de l Université Harvard, consultant auprès

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/2001/50 Conseil économique et social Distr. générale 18 juin 2001 Français Original: anglais Session de fond de 2001 Genève, 2-27 juillet 2001 Point 2 de l ordre du jour provisoire* Le

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. iii

TABLE DES MATIERES. iii RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE N 1/2014 ii TABLE DES MATIERES LISTE DES ACRONYMES... iv RESUME ANALYTIQUE... v 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 1 1.1. Croissance du PIB mondial...

Plus en détail

IMPACT DE LA CRISE FINANCIÈRE ET ÉCONOMIQUE MONDIALE SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS

IMPACT DE LA CRISE FINANCIÈRE ET ÉCONOMIQUE MONDIALE SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS IMPACT DE LA CRISE FINANCIÈRE ET ÉCONOMIQUE MONDIALE SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS 2009 Bureau du Haut-Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche Le RBA du PNUD et l UNITAR - soutenir les priorités stratégiques de développement de l Afrique Alors que nous nous approchons de la nouvelle année, il est important de méditer ce qui a été accompli. Tout

Plus en détail