Strasbourg, le 11 juin Services à la personne «Rendu final»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Strasbourg, le 11 juin 2012. Services à la personne «Rendu final»"

Transcription

1 Strasbourg, le 11 juin 2012 Services à la personne «Rendu final»

2 1. Rappel mission Photographie régionale du secteur Identification des actions individuelles et collectives susceptibles d êtres mises en place pour renforcer et accroître la compétitivité des entreprises concernées Détermination des aides financières mobilisables pour la mise en place de ce plan d actions 2

3 2. Méthode de travail Réalisation d un guide d entretien Réalisation et analyse d une trentaine d entretiens avec des responsables d organisme des services à la personne Proposition d actions régionales susceptibles d être mises en place pour répondre aux besoins des acteurs sur la base d actions mises en place dans d autres régions Identification d aides mobilisables en région 3

4 3. Le guide d entretien Le guide a été structuré en 6 registres d'interview : Présentation de la structure Gestion des salariés et compétences Gestion des clients et des affaires commerciales Gestion financière Gestion des marchés et de la concurrence Leviers pour améliorer et développer votre structure 4

5 4. Entretiens avec les acteurs Généralités Suite à la validation du guide d entretien, plus d une centaine d organismes (entreprise, association de services à la personne, association intermédiaires) ont été contactés pour participer à l enquête : 27 entretiens ont été réalisés (13 femmes, 14 hommes) Durée moyenne des entretiens : environ 1 h 45 Un intérêt manifeste pour le questionnaire malgré sa densité qui oblige les personnes interrogées à se réserver au moins 2 heures dans leurs plannings chargés Répartition par type de structure 8 associations de services à la personne 6 associations intermédiaires 12 entreprises de services à la personne 1 société coopérative Répartition par type d agrément Agrément simple : 13 organismes Agrément qualité : 14 organismes Répartition par département 67 : : 16 5

6 4. Entretiens avec les acteurs Quelques remarques générales Principales remarques d acteurs interrogés : Les activités du domaine impliquent des marges relativement faibles qui doivent être compensées par du volume. Le recrutement de personnel qualifié et motivé est un réel problème Quelques structures avec l agrément simple souhaiteraient obtenir l agrément qualité pour pouvoir se positionner sur l aide à domicile des personnes dépendantes. A tort ou à raison, Plusieurs organismes se sentent victimes de la concurrence déloyale des auto-entrepreneurs et «travailleurs Cesu». Ces derniers peuvent proposer des tarifs plus faibles car ils n ont pas de frais de structures. Certaines sociétés ont l impression d être lésées par rapport aux associations qui peuvent bénéficier d aides et allègements plus importants. Si elles bénéficient de l agrément qualité, elles se sentent moins reconnues par les prescripteurs que les associations. Pour ces entreprises, il serait impossible de collaborer avec des structures qui n ont pas les mêmes contraintes qu elles. A contrario, certaines associations ont l impression que les sociétés ont plus de temps et moyens pour faire de la prospection commerciale (encarts publicitaires et autres). Elles peuvent donc prendre aisément des parts de marché aux associations. De plus, certaines associations estiment que les entreprises ont moins de comptes à rendre qu elles vis-à-vis des autorités et ont donc plus de temps pour chercher de nouveaux clients. 6

7 4. Entretiens avec les acteurs Quelques remarques générales (2) La plupart des organismes sont conscients de l intérêt d échanger avec des pairs sur des problématiques communes. De même, l échange avec des acteurs du domaine de la santé (infirmiers, kinésithérapeutes, médecins ) pourrait également apporter un plus pour améliorer la qualité de la prise en charge d une personne dépendante. Des organismes sont demandeurs d une structure capable de les informer des tendances et évolutions du secteur : veille sur les nouvelles technologies appliquées au services à la personne, veille réglementaire, observatoire économique régional, nouveaux besoins, analyse de pratiques d autres territoires Les acteurs estiment que le babyboom sera générateur d activités futures et sont donc globalement optimistes pour leur avenir. Les organismes ont souvent besoin de conseils juridiques notamment en droit social. La formation des collaborateurs est une clé pour améliorer la qualité. Elle pourrait être mutualisée entre les acteurs car les besoins sont identiques. Une aide à la certification selon la norme AFNOR pourrait être utile pour de nombreuses personnes interrogées. A contrario, d autres personnes interrogées pensent que la certification n est pas nécessaire. La mutualisation de services et d équipements techniques tels que l acquisition de logiciels de gestion, une plateforme téléphonique pourrait éventuellement intéresser les acteurs 7

8 4. Entretiens avec les acteurs Typologie des activités réalisées par les organismes interrogées L activité de ménage/repassage est l activité très majoritaire des structures à agrément simple. Des activités sont très marginales : Services spécialisés (assistance informatique, soins et promenades animaux de compagnie, soins d esthétique et de coiffure, aide administrative ) Aide scolaire, garde d enfants Pour les structures à agrément qualité, l activité auxiliaire de vie pour les personnes âgées est l activité principale. La prestation d installation de téléassistance se développe modérément. les acteurs souhaitent se positionner de manière plus importante sur le handicap. Les tarifs sont variables en fonction du type de structure. En moyenne, ils sont d environ: 18 pour du ménage/repassage et garde d enfants de plus de 3 ans 19 pour du bricolage/jardinage 20,50 pour du service pour les personnes dépendantes (26 environ pour des services de nuit et de weekend) 30 pour l aide scolaire Environ 2/3 des services rendus sont réalisés en zone urbaine. 8

9 4. Entretiens avec les acteurs Typologie de difficultés générales rencontrées Quels que soient le type de structure et le type d agrément, la difficulté de recruter du personnel motivé et qualifié est mise en avant. Quelques raisons invoquées : Manque de mobilité des employés aggravé par la hausse des prix de l essence Métier pas vraiment reconnu et souvent à temps partiel : Le ratio entre équivalents temps plein et nombre de salariés est de 0,45. Les personnes adaptées pour ces métiers auront tendance à préférer travailler dans des structures proposant des temps plein à horaires et lieu fixes (maisons de retraite par exemple) ou éventuellement en autoentrepreneurs. Une idée fausse du métier. Certaines intervenants ont du mal à comprendre que le ménage nécessite de maîtriser les techniques et les produits. Une minorité d acteurs indique que les demandes des autorités sont trop chronophages et contraignantes (notamment le remplissage des informations pour «Nova») 9

10 4. Entretiens avec les acteurs Gestion des salariés et des compétences Près de 40 % des structures interrogées estiment ne pas bénéficier en interne de toutes les compétences nécessaires à leur développement, exemples de manques rencontrés : Manque d auxiliaires de vie qualifiées (pour les structures à agrément qualité ou les structures à agrément simple qui souhaiteraient obtenir l agrément qualité) Manque de référent technique Manque de personnel formé en techniques de vente (a contrario, de nombreuses structures ne comprennent pas que le terme «commercial» puisse être associé aux services à la personne) Manque de compétences en droit et notamment en droit social Compétences humaines et professionnelles recherchées pour les structures à agrément simple : Fiabilité, disponibilité, mobilité (c est le premier critère de recherche), capacité à créer du lien social, autonomie, capacité à respecter des horaires et un planning Maîtrise technique de l activité (pas de qualification nécessaire mais de l expérience est souhaitée) Compétences humaines et professionnelles recherchées structures à agrément simple Les mêmes et disposer d une qualification (assistance de vie ). Toutefois, il s avère très difficile de recruter du personnel diplômé donc beaucoup de structures préfèrent recruter du personnel non qualifié qui sera formé sur place. 10

11 4. Entretiens avec les acteurs Gestion des salariés et des compétences Difficultés de recrutement non oui Plus de ¾ des sondés évoquent des difficultés à recruter : Les structures sont «submergées» de candidats envoyés par le pôle emploi qui ne correspondent pas aux attentes. Elles ont l impression que les employés du pôle emploi ne comprennent pas leurs métiers. De nombreuses personnes compétentes ne sont pas motorisées et ne peuvent donc pas être recrutées. Certaines personnes qualifiées souhaitent un métier à temps plein que les structures ne peuvent pas leur proposer. Elles préféreront donc des structures type maison de retraite. Les organismes reçoivent peu de candidatures spontanées et finalement relativement peu de réponses à leurs annonces. 11

12 4. Entretiens avec les acteurs Gestion des salariés et des compétences Plus de 95% des sondés indiquent recruter en interne selon une procédure précise : Elles ne font ni appel aux cabinets de recrutement ni aux agences d intérim Elle font parfois appel au pôle emploi mais n en sont pas satisfaites (voir précédemment) Le premier critère de recrutement est la mobilité Souvent, les nouvelles recrues potentielles réalisent un premier test «terrain» avant d être éventuellement embauchées (par exemple, en faisant le ménage au domicile du gérant de l organisme). 12

13 4. Entretiens avec les acteurs Gestion des salariés et des compétences Besoin de recruter à relativement court terme (pourcentage) oui mais je ne sais pas encore de quel type de terrain encadrement commercial administratif non 95% des sondés ont besoin à court terme de recruter de nouveaux intervenants 25% auraient besoin de recruter du personnel d encadrement Plus de 20% des sondés pensent recruter une personne pour développer le commercial ou a minima former une personne en interne aux techniques de vente 10% souhaiteraient recruter du personnel administratif La nécessité de recruter de nouveaux intervenants est continue quelle que soit l activité de la structure du fait d un turnover relativement élevé. Les recrutements de personnels encadrant, commercial ou administratif sont conditionnés à une croissance de l activité et sont donc hypothétiques bien que nécessaires. 13

14 4. Entretiens avec les acteurs Gestion des salariés et des compétences Problématiques rencontrées (note sur 5) inaptitudes des intervenants conflits fatigue, stress accidents de travail retards absentéisme 0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2 1,4 1,6 1,8 La fatigue, le stress et les douleurs (dos et bras) sont les principaux problèmes rencontrés par les intervenants surtout celles qui travaillent avec les personnes dépendantes. Ces problèmes peuvent être cause d absentéisme et d accidents de travail. Un besoin de formation sur les gestes et postures adéquats est évoqué pour réduire les risques professionnels. Le métier est très dur psychologiquement. Certains intervenants ont déjà vu un bénéficiaire décéder devant leurs yeux. Il n est donc pas fait pour tout le monde. Les intervenants ont besoin d une écoute. Une cellule psychologique mutualisée pourrait être opportune. Il est nécessaire de recruter des personnes bien dans leur peau pour éviter des risques psychosociaux. Les salariés inadaptés sont de plus en plus rares car les structures ont mis en place des tests pour vérifier les compétences et comportements de ceux-ci. 14

15 actions en lien avec conditions de travail 4. Entretiens avec les acteurs Gestion des salariés et des compétences équipements de travail référents techniques dossier d'évaluation des risques + moyens d'application dossier de transmission optimisation de l'organisation du planning des salariés organisation d'événements pour la cohésion de groupe mobilisation d'experts extérieurs (psychologies, procédure d'intégration des nouveaux plan de formation règlement intérieur Seul 60% des structures interrogées possèdent un règlement intérieur Les intervenants sont globalement bien suivies Près de 90% des structures ont un référent technique identifié qui peut les accompagner sur le terrain. Dans les petites structures, le référent technique est bien souvent également le gérant. 90% des structures organisent un ou des événements pour que les intervenants se rencontrent 90% des structures ont une procédure d intégration des salariés (tutorat, livret d accueil) La formation est un facteur clé pour améliorer la qualité des prestations. 2/3 des structures ont mis en place des plans de formation. 40 % des structures ont fait appel à des médecins du travail ou psychologues, certaines structures ne l ont pas fait pour des raisons financières alors qu elles en auraient besoin. La fourniture d équipements de travail n est pas systématique. Il est à noter qu une structure fournit des téléphones portables à toutes leurs intervenants. 15

16 4. Entretiens avec les acteurs Gestion des salariés et des compétences Moyens pour faire le point avec les intervenants réunions d'équipes entretiens individuels enquêtes de satisfaction La réalisation de réunions d équipe n est pas facile car certaines intervenants n en voient pas l intérêt. De plus, cette activité est chronophage pour les encadrants. 95% des sondés font régulièrement ou ont déjà fait une enquête de satisfaction sous forme papier. L objectif est d avoir un avis sur l intervenant mais également sur l accueil et le suivi clients... L exploitation de ces données a notamment permis à certains organismes de modifier certaines pratiques : envoi de la facture par , mise en place du prélèvement automatique 80% des organismes réalisent des entretiens individuels réguliers avec les intervenants. Une structure a mis en place un système d enregistrement d événements qui permet à l intervenant mais aussi au bénéficiaire d informer en direct la direction d un problème ou d un besoin. 16

17 4. Entretiens avec les acteurs Gestion des salariés et des compétences Moyens de fidélisation des salariés aucun politique salariale possibilités d'évolution primes mutuelle avantageuse avantages sociaux conditions salariales avantageuses Les moyens de fidélisation sont rares. Seuls 10% des sondés déclarent offrir des avantages sociaux à leurs intervenants (tickets restaurants, bons d achats ) Toutefois, la question de la fidélisation des salariés se pose réellement (même au sein de certaines associations intermédiaires) : «On se pose vraiment la question pour mieux valoriser un employé qui est là depuis longtemps et qui donne satisfaction. On est limité par les marges pour l augmenter en conséquence». Certaines intervenants pourront éventuellement devenir coordinatrices ou référents techniques. Dans les structures avec agrément qualité, une aide ménagère pourra devenir auxiliaire de vie par la formation continue et la validation des acquis de l expérience. 30% des organismes interrogés proposent des salaires légèrement supérieurs au SMIC. 17

18 4. Entretiens avec les acteurs Gestion des salariés et des compétences modes de déplacement des intervenants propres moyens sans défraiement propres moyens avec défraiement et incitation au recours de transports doux propres moyens avec défraiement voiture de service Les intervenants sont majoritairement défrayées pour leurs déplacements (plus ou moins selon les organismes) même si quelques organismes interrogés ne prévoient pas d aides pour les déplacements. Certains organismes proposent des voitures de service. Cet équipement coûteux est malgré tout un bon investissement car il permet de faire de la publicité (logo, activités et coordonnées affichés sur la voiture) et peut dépanner une personne qui n est pas motorisée. Les interventions dans certains endroits isolés empêchent d utiliser les transports en commun. 18

19 4. Entretiens avec les acteurs Gestion des clients et affaires commerciales relation avec les clients actuels position avec les clients nous les contactons plusieurs fois par an un mélange des deux nous les contactons au - une fois par an fermeté aucun contact sauf nécessité flexibilité Les organismes indiquent avoir un réel échange avec les clients bénéficiaires surtout lors d un nouveau contrat. Ils sont très à l écoute des besoins et attentes des bénéficiaires mais fixent des règles pour éviter certains abus : ne pas décommander au dernier moment, respecter le choix de l intervenant et notamment ses origines, donner des limites sur ce que peut faire une intervenant en un temps donné 19

20 4. Entretiens avec les acteurs Gestion des clients et affaires commerciales Fichier client on n'a pas de vrai fichier client actif dormant actif que l'on protège et entretient par la qualité des prestations actif que l'on travaille beaucoup Les organismes ne travaillent pas activement leur fichier client (propositions volontaristes...). Pour eux, le bénéficiaire est un actif qu il faut protéger par la qualité de la prestation Cependant, les organismes sont conscients que leurs clients sont relativement volatils : «On a intérêt à faire attention à nos clients car la concurrence est intéressée par notre portefeuille de clients». «Il faut vraiment qu on soit proche de nos clients pour ne pas perdre des heures» 20

21 4. Entretiens avec les acteurs Gestion des clients et affaires commerciales Démarche commerciale un peu des deux Disposez-vous en interne? acheteurs répondre aux clients qui vous sollicitent un ou plusieurs téléprospecteurs aller chercher les clients un ou plusieurs commercial terrain Le bouche à oreille est le meilleur moyen pour obtenir de nouveaux contrats. Les organismes possèdent très rarement un responsable commercial à plein temps. Ce sont souvent les gérants qui prospectent et ils disposent d un temps relativement réduit pour cette activité. Les organismes disposant de l agrément qualité indiquent qu il est plus opportun de se faire connaître auprès de prescripteurs qu auprès de nouveaux bénéficiaires potentiels. Pour certains, l approche commerciale est un point à améliorer. Pour d autres, le commercial est une activité incompatible avec la notion de services à la personne. 21

22 4. Entretiens avec les acteurs Gestion des clients et affaires commerciales Intérêt pour des supports d'aides à la vente encarts publicitaires marketing direct certification salons plaquette site internet nouvelles prestations 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 Le coût commercial de ces supports d aide est relativement élevé pour une petite structure. Des aides pour mettre en pratique ces divers supports pourraient réellement être un plus pour certaines structures de tailles modestes. Beaucoup d organismes possèdent déjà un site internet ou des plaquettes mais estiment qu ils devraient les mettre à jour pour améliorer leur visibilité. La participation à des salons est intéressante à condition que les résultats obtenus (nouvelles affaires, nouvelles recrues) compensent le coût de participation. Ce dernier peut s avérer trop élevé pour une petite structure. La certification AFNOR est vue par certains comme une nécessité et par d autres comme quelque chose d inutile. Selon les premiers, les organismes certifiés devraient être clairement mis en avant par les autorités (Direccte, CG, CR ). Pour les autres, le coût d une certification n est pas justifié et la certification ne garantit pas que la qualité de la prestation soit meilleure. 22

23 4. Entretiens avec les acteurs Gestion financière La gestion de l'entreprise passe plutôt réel projet d'entreprise avec des plans d'actions sur 4/5 ans, outils de contrôle, cadre stratégique avec des budget sur 2/3 ans suivi du budget annuel suivi trésorerie/gestion des fonds propres La gestion au quotidien est privilégiée (trésorerie, réalisation du chiffre). Peu d organismes ont des visions à quelques années de leur développement. Ils indiquent, toutefois, souhaiter mettre en place une stratégie de développement à plus long terme. Pour cela, ils auraient besoin de mieux connaître les évolutions et tendances du secteur. 23

24 4. Entretiens avec les acteurs Gestion financière Evolution de la situation financière sur les 3 dernières années Votre situation financière devrait s'améliorer améliorée maintenue se maintenir dégradée se dégrader A quelques exceptions près, la situation financière des structures s est améliorée au cours des trois dernières années et celles-ci sont optimistes pour l avenir. Certaines structures à agrément simple souhaiteraient obtenir l agrément qualité pour viser un public plus large et diversifier leur activité. Des structures avec agrément qualité souhaitent se positionner plus activement sur le secteur du handicap via le label Cap handéo ou se spécialiser vers des pathologies «complexes» telles que Alzheimer, Parkinson...Ces organismes doivent travailler de manière structurée avec les acteurs du domaine de la santé (infirmières à domicile, médecins ). 24

25 Moyens pour consolider à court terme votre structure financière 4. Entretiens avec les acteurs Gestion financière demander subventions mutualiser réduire charges oui, c'est vital étaler emprunts négocier plus de facilité de trésorerie oui sans que ce soit nécessaire non pas besoin dégager plus de profits plus relancer clients/fournisseurs Les organismes ne disposent pas de marges de manœuvre importantes pour réduire leurs charges ou pour négocier des facilités de trésorerie. Les organismes sont peu ou pas endettés car les équipements à acquérir dans ce secteur sont peu nombreux et relativement peu coûteux. Certaines associations pourraient avoir besoin de subventions pour combler d éventuels déficits. Les entreprises ne sont pas forcément favorables à la mutualisation à part pour de la formation ou pour des services extérieurs type RH, psychologues, plateforme téléphonique 25

26 4. Entretiens avec les acteurs Gestion financière Envie d'investir dans les années à venir Formation Nouveaux locaux Innovation marketing, Communication équipement, matériel L investissement dans la formation est prioritaire pour 80% des organismes interrogés. L investissement dans le marketing et la communication est envisagé par plus de 60 % des répondants. Les structures avec agrément qualité sont plus orientées et sensibilisées aux nouvelles technologies et à l innovation. Ils estiment que la téléassistance, la domotique et d une manière générale les objets communicants pourraient être très utiles dans le futur pour améliorer le suivi de la personne aidée. De nombreuses structures souhaiteraient acquérir des logiciels de gestion innovants mais indiquent que le coût est élevé. De nombreux organismes souhaiteraient proposer de nouveaux services mais n ont pas une vision précise des nouveaux besoins et tendances du secteur. Enfin, près de la moitié des personnes interrogées souhaiterait déménager pour avoir des locaux moins exigus et plus accueillants. 26

27 4. Entretiens avec les acteurs Gestion de la concurrence Qualification de la concurrence Elle est vraiment infernale Elle s'est accrue de façon significative Elle existe mais elle est supportable Votre offre tarifaire est plutôt supérieure aux prix du marché dans les prix du marché pas vraiment de concurrence inférieure aux prix du marché La concurrence existe sur le marché sans qu elle soit insupportable pour les acteurs. Les personnes interrogées se sentent plus concurrencés par les auto-entrepreneurs que par les autres associations et entreprises du domaine. Dans ces cas, ils parlent même de concurrence déloyale. Selon certains, les organismes certifiés devraient être mieux mis en avant par les autorités publiques. Les acteurs estiment que leurs tarifs sont globalement dans les prix du marché. Il y a peu de différences de prix entre les organismes même si les associations intermédiaires peuvent pratiquer des tarifs plus faibles (de l ordre de 16 ) 27

28 4. Entretiens avec les acteurs Gestion de la concurrence Impact de facteurs sur votre activité (note sur 5) taille de la structure guerre des prix imposés par des nouvelles offres innovantes arrivée de nouveaux acteurs modification de la législation baisse du pouvoir d'achat La baisse des aides (4,6/5) et la baisse du pouvoir d achat (3,7/5) sont les deux principaux facteurs de risques pour les acteurs. La baisse des aides n impacterait pas toutes les bourses. C est finalement ceux qui ont le plus besoin d aides qui risquerait de pâtir d une baisse des aides. Les gens aisés à la recherche d un confort continueront de payer. Certains services ne devraient pas forcément bénéficier d une incitation fiscale : coach sportif, assistant informatique, réparateur de meubles, soutien scolaire, coiffeur à domicile Ainsi, plutôt que d envisager une réduction de l incitation fiscale, il faudrait faire en sorte qu elle soit utilisée pour de réels services à la personne : maintien à domicile, ménage, garde d enfants 28

29 4. Entretiens avec les acteurs Gestion de la concurrence Devant ces évolutions, vous sentezvous? plutôt peu averti plutôt conscient très lucide, j'ai bien anticipé Bien qu ils soient conscients de ces évolutions, les acteurs interrogés estiment globalement manquer d informations. Ils ont parfois l impression de subir les évolutions plutôt que de les anticiper. Les élections présidentielles sont vues comme une menace par certains mais pas que dans le sens d une baisse des aides. En effet, une augmentation du SMIC et des charges salariales seraient également dangereux pour la stabilité financière des structures car cela réduirait encore plus les marges. 29

30 4. Entretiens avec les acteurs Gestion de la concurrence Moyens pour limiter l'impact (note sur 10) limiter les heures improductives mutualiser avec d'autres acteurs élargir la zone géographique améliorer productivité démarche marketing et commerciale mise en place d'une démarche d'innovation réaliser études de marché La formation est la clé pour améliorer la qualité. Il pourrait être opportun de s informer des évolutions du secteur, des nouveaux besoins et marchés. Il faudrait développer l utilisation des NTIC pour l aide à domicile mais c est coûteux. Connaître les activités, la législation, les besoins et pratiques des territoires voisins (Suisse, Baden- Wurttemberg) pourrait être opportun. De nombreux acteurs interrogés ne se sentent pas prêts pour franchir la frontière (barrière de la langue, méconnaissance du marché et des tarifs, de la législation) mais certains seraient prêts à se développer en Suisse ou en Allemagne si une étude montrait qu il y a du potentiel. 30

31 4. Entretiens avec les acteurs Leviers pour développer les entreprises note Intérêt de mise en réseau des acteurs Formation innover offre de services plus globale pratiques moyens techniques s'informer sur les innovations et couverture géographique salariés achats pour Titre de l'axe Une volonté manifeste des acteurs de se rencontrer au sein d un groupe de travail régional spécifique pour : Etre informé des évolutions (besoin d une structure qui les informe des innovations et tendances et d un groupe de travail pour en discuter) Échanger des pratiques et réflexions sur des problématiques communes (risques notamment) Mutualiser des formations et équipements techniques (logiciels de gestion, plateforme téléphonique ) 31

32 4. Entretiens avec les acteurs Leviers pour développer les entreprises non concerné (%) à améliorer déjà en interne maîtrisé (%) (%) à améliorer en externe (%) simple apport d'informations formation spéciale échange de pratiques entre pairs Evolutions du secteur : besoin d une aide extérieure par apport d informations (veille) et échange de pratiques entre pairs Revisiter sa stratégie par un accompagnement d expert et l échange de pratiques Besoin de conseils juridiques par un accompagnement d expert Besoin de maîtriser les risques par la formation, l échange de pratiques et l accompagnement d expert Besoin d améliorer la qualité par la formation et l accompagnement d expert Besoin d améliorer le commercial par un accompagnement d expert et en formant du personnel aux techniques de vente accompagn ement expert recruter 4,8 57,1 33,3 9,5 gérer finances 9,5 71,4 14,3 9,5 1,5 4,0 0,5 4,5 juridique 9,5 42,9 9,5 42,9 2,7 1,0 2,0 4,0 risques professionnels 4,8 14,3 47,6 38,1 2,2 4,4 4,6 4,3 commercial, ventes 23,8 9,5 38,1 33,3 4,0 4,5 achats 47,6 42,9 0,0 14,3 5,0 optimiser la qualité des prestations 19,0 33,3 38,1 14,3 2,0 5,0 5,0 3,0 nouveaux services 47,6 4,8 28,6 23,8 4,0 0,0 4,0 4,0 vision des évolutions du secteur 19,0 9,5 4,8 71,4 4,6 0,0 5,0 3,4 revisiter la stratégie 19,0 9,5 14,3 61,9 2,0 2,0 4,3 5,0 étendre la zone d'interventions 52,4 0,0 14,3 38,1 2,0 0,0 4,0 4,0 certification qualité 23,8 33,3 19,0 28,6 1,0 4,5 3,5 4,5 32

33 4. Entretiens avec les acteurs Leviers pour développer les entreprises Priorités des entreprises certification qualité étendre la zone d'interventions revisiter la stratégie vision des évolutions du secteur nouveaux services optimiser la qualité des prestations achats commercial, ventes risques professionnels juridique gérer finances recruter, gérer le personnel Bien que certains organismes ne comprennent pas que l on puisse associer développement commercial à la notion de services à la personne, le développement commercial est globalement une priorité pour les acteurs interrogés La nécessité d avoir une vision plus précise des évolutions et tendances du secteur pour mieux définir sa stratégie de développement est une autre priorité. Enfin, la certification qualité et d une manière générale l amélioration de la qualité des prestations sont également prioritaires. 33

Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire

Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire Maison de l Emploi de Valenciennes Métropole Projet GPECT Filière - juin 2014 Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire 1 Contexte Les PME (Petites et Moyennes Entreprises

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Agence nationale des services à la personne Colloque régional DIRECCTE Alsace Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Strasbourg, 22 novembre 2010 La politique

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3125 Convention collective nationale IDCC : 1586. INDUSTRIES CHARCUTIÈRES (Salaisons, charcuteries,

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional. Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france

Rapport pour la commission permanente du conseil régional. Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france Rapport pour la commission permanente du conseil régional MAI 2011 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france SOUTIEN A L ASSOCIATION REGIONALE POUR L AMELIORATION

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION I. OBJECTIFS ET RÉSULTATS 1. Descriptif de l'objectif de l'action Cette mesure s articule en deux volets : GPEC : volet A ressources humaines Il s agit de renforcer l accompagnement des politiques dans

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Restitution de l enquête Seniors UT 92

Restitution de l enquête Seniors UT 92 ARACT Île-de-France DIRECCTE Ile de France UT92 Restitution de l enquête Seniors UT 92 Note de synthèse Janvier 2013 Note de synthèse - Enquête Seniors UT 92 1. Rappel du contexte et de la commande : En

Plus en détail

DOMAINE N 1.2.1 : RENFORCER LE POTENTIEL D INNOVATION DES

DOMAINE N 1.2.1 : RENFORCER LE POTENTIEL D INNOVATION DES O B J E C T I F 1. 2 F A I R E D E L I N N O V A T I O N L E M O T E U R D E L A C O M P E T I T I V I T E D E S E N T R E P R I S E S PRESENTATION GENERALE DE L OBJECTIF Cet objectif vise à améliorer

Plus en détail

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Mission Nationale de la Relation Client / AGEFOS PME Avril 2011 Nobody s Unpredictable Fiche technique Etude et sondage effectués pour Observatoire

Plus en détail

La Maison du Transport :

La Maison du Transport : La Maison du Transport : Lieu d accueil des structures de représentation et services pour les entreprises de transport routier de la Loire Un syndicat professionnel : le cœur de métier FNTR LOIRE, déclinaison

Plus en détail

Services à la personne

Services à la personne Enquête régionale auprès des entreprises agréées 2010 Services à la personne Midi-Pyrénées En France : > 390 000 emplois créés depuis 2005 > Près de 2 millions de salariés dans les services à la personne

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Document réalisé par Peter Ulrich, économiste Les membres du Service de proximité aux TPE : 1 Le contexte

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP

Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP Gérant : Laurent BONNET Directeur : Thierry SARKISSIAN Coordonnées : cde-sap@orange.fr - 04.91.93.54.75 Siège social

Plus en détail

EMPLOI ET FORMATION EN ARDECHE L Etat, la Région et les partenaires sociaux au plus près des besoins des citoyens et des entreprises

EMPLOI ET FORMATION EN ARDECHE L Etat, la Région et les partenaires sociaux au plus près des besoins des citoyens et des entreprises EMPLOI ET FORMATION EN ARDECHE L Etat, la Région et les partenaires sociaux au plus près des besoins des citoyens et des entreprises Conférence départementale Economie Emploi Formation, Mercredi 27 février

Plus en détail

Une ville socialement responsable

Une ville socialement responsable Angoulême, une ville dynamique, attractive, apprenant et solidaire Une ville socialement responsable Des moyens nouveaux pour soutenir la recherche d emploi 5 objectifs : le soutien actif, la (re)motivation

Plus en détail

LE CONSEIL NATIONAL DES MISSIONS LOCALES ACCORD DE PARTENARIAT

LE CONSEIL NATIONAL DES MISSIONS LOCALES ACCORD DE PARTENARIAT ET LE CONSEIL NATIONAL DES MISSIONS LOCALES ACCORD DE PARTENARIAT SOMMAIRE Préambule La politique de ressources humaines de l entreprise 1. MEDIAPOST, créateur d emploi 2. La politique de recrutement et

Plus en détail

Entreprises & Ressources Humaines

Entreprises & Ressources Humaines Observatoire régional de l information économique des CCI des Pays de la Loire perspectives & en pays de la loire Entreprises & Ressources Humaines édition 2009 Les CCI, leader de l information économique

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

LE PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE

LE PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE LE PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE 21/10/2014 Unité territoriale de Paris 21/10/2014 2 Qu est ce que le pacte de responsabilité et de solidarité? Un engagement réciproque de l Etat et des partenaires

Plus en détail

LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI

LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI L engagement du gouvernement est total en matière d amélioration de la compétitivité des entreprises et de l emploi. Le Pacte de croissance

Plus en détail

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012.

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012. Conférence sociale Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE Juillet 2012 Page 1 Introduction Si la production va mal en France, c est d abord en

Plus en détail

DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES

DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES VALORISER ET POURVOIR LES EMPLOIS DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES À LA PERSONNE Découvrez les services de l ANPE pour fiabiliser vos recrutements Les Services Entreprises de l ANPE Il y a ceux qui pensent

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

L Entretien professionnel

L Entretien professionnel L Entretien professionnel Sommaire 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle 2. Comment

Plus en détail

1 - Innovation technologique 2 - Stratégie globale d innovation 3 Management des ressources humaines 4 Dynamique commerciale

1 - Innovation technologique 2 - Stratégie globale d innovation 3 Management des ressources humaines 4 Dynamique commerciale Cochez la catégorie dans laquelle vous souhaitez concourir (une seule catégorie possible), complétez la partie relative à la la présentation de l entreprise («l entreprise», «les hommes dans l entreprise»,

Plus en détail

Icam site de Paris Sénart Rencontre Entreprises 30 mai 2013

Icam site de Paris Sénart Rencontre Entreprises 30 mai 2013 Icam site de Paris Sénart Rencontre Entreprises 30 mai 2013 L Icam en Bref De 1898 à nos jours 1898 : création de l Institut Catholique des Arts et Métiers à Lille 1903 : création de la formation professionnelle

Plus en détail

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Action financée par le Conseil Régional d'ile-de-france - Retrouvez les dispositifs d aides

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise Association Régionale pour l Amélioration des Conditions de Travail en Haute-Normandie / sommaire p.2 - Développement des pratiques de formation : l exemple de deux secteurs en pleine mutation économique

Plus en détail

ORIENTATIONS TERRITORIALES RELATIVES A LA MOBILISATION DES CREDITS D INTERVENTION TERRITORIALISES DU C.N.D.S 2015

ORIENTATIONS TERRITORIALES RELATIVES A LA MOBILISATION DES CREDITS D INTERVENTION TERRITORIALISES DU C.N.D.S 2015 ORIENTATIONS TERRITORIALES RELATIVES A LA MOBILISATION DES CREDITS D INTERVENTION TERRITORIALISES DU C.N.D.S 2015 La note du C.N.D.S. du 9 janvier 2015 précise la mise en application des orientations et

Plus en détail

ETUDE SUR LA PROTECTION SOCIALE AUPRES DES DECIDEURS DES CONSEILS GENERAUX - EN PARTENARIAT AVEC L ADF. Rapport de résultats Septembre 2014

ETUDE SUR LA PROTECTION SOCIALE AUPRES DES DECIDEURS DES CONSEILS GENERAUX - EN PARTENARIAT AVEC L ADF. Rapport de résultats Septembre 2014 ETUDE SUR LA PROTECTION SOCIALE AUPRES DES DECIDEURS DES CONSEILS GENERAUX - EN PARTENARIAT AVEC L ADF Rapport de résultats Septembre 2014 Sommaire Contexte de l étude, méthodologie p 3 Synthèse des résultats

Plus en détail

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT Juillet 2014 TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT La table ronde n 4 présidée par Arnaud MONTEBOURG travaillera sur les moyens d accélérer le retour de croissance

Plus en détail

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire Enquête sur les besoins de compétences dans les secteurs Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire du bassin d emploi de Blois. Etude réalisée par Jean Luc VEZON et Manuel CASIMIRO 41 janvier 2008 Objectifs

Plus en détail

PLAN LOCAL POUR L INSERTION ET L EMPLOI

PLAN LOCAL POUR L INSERTION ET L EMPLOI PLAN LOCAL POUR L INSERTION ET L EMPLOI APPEL A PROJETS 1 er mai 2015 31 décembre 2015 SOMMAIRE 1. Cadre de référence des P.L.I.E.... 3 2. Les objectifs d intervention du PLIE de Rennes Métropole... 4

Plus en détail

Création d activité : chacun a-t-il sa chance? Tours 8 juillet 2009

Création d activité : chacun a-t-il sa chance? Tours 8 juillet 2009 Création d activité : chacun a-t-il sa chance? 1 Objectifs Améliorer la lisibilité des structures d aide à la création d activité : rôles et spécificités Comprendre comment les publics plus fragiles, mais

Plus en détail

Emplois d avenir GUidE de l EmploYEUr

Emplois d avenir GUidE de l EmploYEUr Emplois d avenir GUIDE DE L EMPLOYEUR GUIDE DE L EMPLOYEUR La jeunesse est la priorité du quinquennat qui s ouvre. Son avenir mobilisera le Gouvernement dans de nombreux domaines et notamment ceux de l

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

LA POLITIQUE DE FORMATION EN APPUI AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EN REGION NORD PAS DE CALAIS

LA POLITIQUE DE FORMATION EN APPUI AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EN REGION NORD PAS DE CALAIS LA POLITIQUE DE FORMATION EN APPUI AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EN REGION NORD PAS DE CALAIS LA POLITIQUE de la FORMATION PROFESSIONNELLE et de l EDUCATION PERMANENTE S INSCRIT DANS LE CADRE DU DROIT A

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle

Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle au sein du Groupe Carrefour (Accord de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences) et

Plus en détail

Document de consultation des entreprises

Document de consultation des entreprises Achat de prestations de formation par le GIP Corse Compétences dans le cadre de sa mission d appui aux politiques publiques dans le domaine de l emploi et de la formation Document de consultation des entreprises

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Fiche Action 1 : Action sur la levée des freins et des difficultés pouvant constituer un frein à une reprise d emploi ou de formation Fiche

Plus en détail

Fiche d appui pour la mobilisation en faveur du déploiement des emplois d'avenir

Fiche d appui pour la mobilisation en faveur du déploiement des emplois d'avenir Fiche d appui pour la mobilisation en faveur du déploiement des emplois d'avenir Votre forte mobilisation en faveur des emplois d avenir, durant ces derniers mois, a porté ses fruits, le cap des 50 000

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de Construire un accord ou d entreprise un Plan d Action Séniors TRANSPORT & LOGISTIQUE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Avec la participation de La loi, les

Plus en détail

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu L entretien professionnel L avenant relatif à l entretien professionnel (extrait) Pour lui permettre

Plus en détail

Générations. Anticipation de l Évolution des Carrières Professionnelles. Des Repères pour l Action. Toutes les

Générations. Anticipation de l Évolution des Carrières Professionnelles. Des Repères pour l Action. Toutes les Toutes les Générations www.toutes-les-generations-en-entreprise.com Direction Départementale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle du Val d Oise PLAN ÉGALITÉ ACCÈS À L EMPLOI ET DANS

Plus en détail

La création reprise d entreprise artisanale. Comment financer une création reprise d entreprise artisanale?

La création reprise d entreprise artisanale. Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? La création reprise d entreprise artisanale Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? 2 Editorial L artisanat, première

Plus en détail

APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective

APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective Préqualification au métier de conseiller relation client à distance destinée aux publics

Plus en détail

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE Dans un contexte économique général difficile caractérisé, notamment, par une croissance faible, les entreprises de la restauration rapide sont confrontées à

Plus en détail

Analyse des diagnostics et accompagnements Ressources Humaines

Analyse des diagnostics et accompagnements Ressources Humaines Analyse des diagnostics et accompagnements Ressources Humaines Service Animation Ressources Humaines 28 septembre 2012 1 Sommaire I. Un travail de capitalisation du service Animation Ressources Humaines

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL D'ILE-DE-FRANCE 3 CR 01-13 ANNEXES A LA DELIBERATION

CONSEIL REGIONAL D'ILE-DE-FRANCE 3 CR 01-13 ANNEXES A LA DELIBERATION CONSEIL REGIONAL D'ILE-DE-FRANCE 3 CR 01-13 ANNEXES A LA DELIBERATION CONSEIL REGIONAL D'ILE-DE-FRANCE 4 CR 01-13 ANNEXE 1 Fiche 1 : Soutien au dispositif d évaluation des entreprises et de mise en relation

Plus en détail

Une exposition : «Les métiers des services à la personne»

Une exposition : «Les métiers des services à la personne» Une exposition : «Les métiers des services à la personne» Pour tous vos forums, salons, espaces d'accueil de public, une exposition itinérante en 5 panneaux (200 x 80 cm) disponible gratuitement : Les

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE ACCORD

Plus en détail

Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises

Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises Enjeu stratégique : Créer des emplois par l innovation et le partenariat *** Précision préalable : le terme «entreprise» comprend

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

Répertoire National des Certifications Professionnelles Résumé descriptif de la certification

Répertoire National des Certifications Professionnelles Résumé descriptif de la certification Répertoire National des Certifications Professionnelles Résumé descriptif de la certification Intitulé Master Droit, Economie, Gestion Mention «Management des Ressources Humaines» finalité recherche et

Plus en détail

Présentation de la 4 ème vague du. Novembre 2012

Présentation de la 4 ème vague du. Novembre 2012 Présentation de la 4 ème vague du 1 Fiche technique 1 Données de cadrage : la filière de la Relation Client aujourd hui 3 Question : Les domaines d activité des clients des centres externes Parmi les domaines

Plus en détail

CTEF SPE Drôme Ardèche Centre

CTEF SPE Drôme Ardèche Centre CTEF SPE Drôme Ardèche Centre Note stratégique Janvier 2015 1 I- Présentation de la ZTEF Drôme Ardèche Centre - Le contexte économique Nous notons une baisse continue de l emploi salarié depuis 2010 et

Plus en détail

Plan d'actions ZTEF Est lyonnais 2015 Axe 1 Améliorer l'adéquation offre/demande d'emploi

Plan d'actions ZTEF Est lyonnais 2015 Axe 1 Améliorer l'adéquation offre/demande d'emploi Plan d'actions ZTEF Est lyonnais 2015 Axe 1 Améliorer l'adéquation offre/demande d'emploi réflexion / Groupe de travail identifié Favoriser le rapprochement offre et demande d'emploi Impulser/soutenir

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Projet. Schéma d Orientation Régional pour. la mise en œuvre des Emplois d Avenir en Aquitaine

Projet. Schéma d Orientation Régional pour. la mise en œuvre des Emplois d Avenir en Aquitaine Projet Schéma d Orientation Régional pour la mise en œuvre des Emplois d Avenir en Aquitaine Vu la Loi N 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création de l Emploi d Avenir Vu le Décret N 2012-1210 du 31

Plus en détail

Philippe DOLE Mission IGAS CEP 08 décembre 2013 PROJET DE CAHIER DES CHARGES DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE

Philippe DOLE Mission IGAS CEP 08 décembre 2013 PROJET DE CAHIER DES CHARGES DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE Philippe DOLE Mission IGAS CEP 08 décembre 2013 PROJET DE CAHIER DES CHARGES DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE 1. PREAMBULE ET PROPOSITIONS D ELEMENTS DE METHODE POUR LE DEPLOIEMENT DU CONSEIL EN

Plus en détail

LES SOLUTIONS MNT ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION PROTÉGEONS SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL

LES SOLUTIONS MNT ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION PROTÉGEONS SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL LES SOLUTIONS MNT PROTÉGEONS ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL COMPRENDRE LE CONTEXTE SAISIR LES OPPORTUNITÉS La collectivité est clairement identifiée

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3309 Convention collective nationale IDCC : 2272. ASSAINISSEMENT ET MAINTENANCE INDUSTRIELLE (1 re édition.

Plus en détail

PREAMBULE. Cet accord renforce la mise en place d un ENTRETIEN DE SECONDE PARTIE DE CARRIERE (article 5.22).

PREAMBULE. Cet accord renforce la mise en place d un ENTRETIEN DE SECONDE PARTIE DE CARRIERE (article 5.22). GUIDE PRATIQUE DU COLLABORATEUR L entretien de 2 nde partie de carrière SOMMAIRE PREAMBULE... 3 1. ENJEU ET OBJECTIFS DE L'ENTRETIEN... 4 2. CONTENU DE L ENTRETIEN DE 2 NDE PARTIE DE CARRIERE... 4 3. MODALITES

Plus en détail

Manager en tenant compte des spécificités des seniors

Manager en tenant compte des spécificités des seniors Manager en tenant compte des spécificités des seniors Fiche 9 Enjeux Dans un contexte de départs en préretraite, les seniors ont longtemps été les oubliés de la gestion des ressources humaines. À partir

Plus en détail

Observatoire du design en Rhône-Alpes

Observatoire du design en Rhône-Alpes Observatoire du design en Rhône-Alpes 2013 2014 Le codesign La région Rhône-Alpes, deuxième région française pour la concentration de designers et d entreprises utilisatrices de design, a structuré depuis

Plus en détail

Convention-cadre nationale entre Pôle emploi et UNIFORMATION

Convention-cadre nationale entre Pôle emploi et UNIFORMATION CONVENTION Convention-cadre nationale entre Pôle emploi et UNIFORMATION POUR LE PLACEMENT, LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET L ACCOMPAGNEMENT DES TRANSITIONS PROFESSIONNELLES DES DEMANDEURS D EMPLOI

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail

!"##""" $%$ &"'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs

!## $%$ &'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs !"##""" $%$ &"'$# F.S.E. Demandé F.S.E. Accordé 1. CONTEXTE Le projet collectif relation / Entreprises par l approche compétences vise à donner une suite et créer de nouveaux liens transversaux entre les

Plus en détail

MATINÉE «EMPLOI ET RESSOURCES HUMAINES

MATINÉE «EMPLOI ET RESSOURCES HUMAINES MATINÉE «EMPLOI ET RESSOURCES HUMAINES DANS L AIDE À DOMICILE» 05 décembre 2012 Université Catholique de Lyon CLARIFICATION DES BESOINS EN EMPLOI ET FORMATION DES STRUCTURES D AIDE À DOMICILE Emploi Formation

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE DU 15 JUILLET 2009 RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES PREAMBULE GENERAL : Dans le contexte en profonde

Plus en détail

PROPOSITION DE CONTENU D UN ACCORD GPEC EN VUE DE SA NEGOCIATION

PROPOSITION DE CONTENU D UN ACCORD GPEC EN VUE DE SA NEGOCIATION PROPOSITION DE CONTENU D UN ACCORD GPEC EN VUE DE SA NEGOCIATION SOMMAIRE Préambule... 2 1.2 Définition (réf Wikipédia)... 2 2 La démarche GPEC... 3 2.1 Phase de diagnostic... 3 2.2.1 Observatoire des

Plus en détail

Trophée contrat de génération

Trophée contrat de génération Trophée contrat de génération EDITION 2014 Entreprises de plus de 50 salariés -- 17 septembre 2014 -- Contact presse cab-ted-presse@cab.travail.gouv.fr Sommaire Qu est-ce que le contrat de génération?

Plus en détail

NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS

NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS Sommaire I. La Présentation du Secteur II. Présentation de l OPCA CONSTRUCTYS Antilles-Guyane III. L Accompagnement des Entreprises du secteur A. La démarche

Plus en détail

Le service Appui/Conseil Seniors aux Entreprises et à leurs Salariés Réseau Régional des CIBC

Le service Appui/Conseil Seniors aux Entreprises et à leurs Salariés Réseau Régional des CIBC UNION EUROPEENNE Le Fonds Social Européen investit pour votre avenir Le service Appui/Conseil Seniors aux Entreprises et à leurs Salariés Réseau Régional des CIBC Dans le cadre de la politique publique

Plus en détail

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct.

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct. M a i s o n d e l E m p l o i L es Cahier s J a n v i e r 2 0 1 3 - N u m é r o 1 9 Avec la participation de : Ce cahier construit par et pour les acteurs de l Emploi, de la Formation et du Développement

Plus en détail

APPEL À CANDIDATURE DISPOSITIF GLOBAL DE DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE. Cahier des charges. Développeurs sectoriels

APPEL À CANDIDATURE DISPOSITIF GLOBAL DE DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE. Cahier des charges. Développeurs sectoriels APPEL À CANDIDATURE DISPOSITIF GLOBAL DE DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE Cahier des charges Développeurs sectoriels l'union Européenne avec le Fonds Social Européen Page 1 SOMMAIRE I. Principes et objectifs

Plus en détail

La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise

La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise Cette enquête du réseau FormaClub95 est destinée à engager notre action sur les besoins en recrutement et formation

Plus en détail

Titre Cesu La Banque Postale

Titre Cesu La Banque Postale Titre Cesu La Banque Postale Les deux déclinaisons du Cesu Titre de Travail Simplifié (TTS) permet de rémunérer et de déclarer un salarié employé à domicile, s adresse aux entreprises, ainsi qu aux particuliers

Plus en détail

du Commercial Profil d activités

du Commercial Profil d activités Activités des salariés permanents des agences d intérim Profil d activités du Commercial Activités type Développer et suivre le chiffre d affaire et la rentabilité du portefeuille confié par des actions

Plus en détail

27/05/2010 LES DISPOSITIFS D AIDES AUX ENTREPRISES DU CONSEIL REGIONAL NORD PAS DE CALAIS

27/05/2010 LES DISPOSITIFS D AIDES AUX ENTREPRISES DU CONSEIL REGIONAL NORD PAS DE CALAIS LES DISPOSITIFS D AIDES AUX ENTREPRISES DU CONSEIL REGIONAL NORD PAS DE CALAIS 1 Direction de l Action Economique Service ICE - Innovation et Compétitivité des Entreprises - Pôles de Compétitivité et Pôles

Plus en détail

Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle. Titre I - Développer et simplifier la formation dans l entreprise

Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle. Titre I - Développer et simplifier la formation dans l entreprise Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle Préambule.. Titre I - Développer et simplifier la formation dans l entreprise La formation est un levier déterminant de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Région Rhône-Alpes Clémence CAPRON 04 26 73 49 57 06 87 56 05 48 + CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE SALON DES

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA

LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA FORMATION PROFESSIONNELLE À L EMPLOI ET LA DÉMOCRATIE SOCIALE IMPACTANT LES MISSIONS SOCIALES DES CABINETS Nicolas GALLISSOT Responsable social Infodoc-Experts

Plus en détail

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national interprofessionnel GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Contexte, objectifs, principes. Contenu et mise en œuvre. Exemples de présentation de résultats

Contexte, objectifs, principes. Contenu et mise en œuvre. Exemples de présentation de résultats 1 Contexte, objectifs, principes Contenu et mise en œuvre Exemples de présentation de résultats 2 Création d un tableau de bord des conditions de travail pour : Evaluer l action de l ARACT Outiller les

Plus en détail

Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle

Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle Préambule.. Titre I - Développer et simplifier la formation dans l entreprise La formation est un levier déterminant de

Plus en détail

Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises

Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises Edition 2013 : L optimisation des coûts et les mesures gouvernementales pour la compétitivité Etude N 1201855 Mai 2013 Profil des répondants - FONCTION - -

Plus en détail

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN LE DÉPARTEMENT La stratégie d intervention du Fonds Social Européen pour 2014-2020 vise à corriger les déséquilibres structurels

Plus en détail