«A la recherche d'un système binaire. Etudes de petits corps du système solaire.»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«A la recherche d'un système binaire. Etudes de petits corps du système solaire.»"

Transcription

1 Olympiade de Physique: «A la recherche d'un système binaire. Etudes de petits corps du système solaire.» Eleve : Wagrez Kevin, Del Freo Florent, Paulo Julien Professeurs: Strajnic Jean, Dugast Olivier

2 Abstract : Nous recherchons des astéroïdes supposés doubles en nous basant sur l'hypothèse d'alain KLOTZ (maître de conférence à l'université de Toulouse) : "les astéroïdes doubles seraient en grande majorité des astéroïdes ayant une courbe sinusoïdale parfaite." Nos chances d'en découvrir un nouveau augmenteraient en étudiant des courbes photométriques sinusoïdales. Nous avons pour cela, eu la chance d'effectuer un stage à l'observatoire de Haute provence durant une semaine, afin d'observer et de recueillir des informations sur les astéroïdes grâce à une méthode appelée photométrie. A l'aide d'un télescope professionel et d'une caméra CCD, nous avons pu prendre des photos qui, après traitement, nous ont apporté certaines informations : la période de rotation de l'astéroïde sur lui même et sa forme, desquelles nous essayons de déduire la nature binaire d'un astéroïde, Introduction: Le travail présenté ici s'inscrit dans un programme de recherche plus large coordonné par des chercheurs professionnels. Ce programme vise à approfondir et élargir les conaissaissances que nous avons des familles d'astéroïdes. Il est important d'insister sur l'étroite collaboration avec certains chercheurs qui a permis d'assurer la consistance de notre projet. Ce qui pour nous est l'un des points les plus remarquable de ce travail est la possibilité qui nous à été offerte d'appréhender dans sa globalité et son unité la démarche scientifique. Notre ambition dans ce projet a été de parvenir à établir, en assumant les éxigences les plus hautes, des résultats fiables qui puissent servir le programme général de conaissance scientifique auquel nous sommes associés. Comprendre la nature de l'objet observé, élaborer une stratégie d'observation, parvenir à garantir la qualité des résultats obtenus sont les trois grandes articulations de nos travaux. Notre groupe est lui-même inscrit dans un projet pédagogique lycéen appelé projet callisto ( pour le développement de la culture scientifique et technique et la sensibilisation à la recherche ). Notre campagne de mesure a été réalise sur le site de l'observatoire de haute provence ( OHP ) appartenant au CNRS grâce au téléscope «T80», téléscope professionnel mis à notre disposition durant notre séjour. I L'hypothèse 1.1) asteroïdes doubles On appelle astéroïde double un astéroïde simple associé à un autre objet (dit satellite) en orbite autour de celui-ci. Nous en connaissons seulement une trentaine sur les astéroïdes assez bien

3 connus. Ce très faible nombre montre la très grande difficulté de detection. C'est le pari que nous avons choisi de relever. Antiope : un astéroïde double 1.2) Notre hypothèse Comme nous l'avons déjà ennoncé, notre hypothèse sera celle emprunter a Alain Klotz, c'est a dire, rapellons-le, que etudier des astéroïdes avec une courbe photométrique parfaitement sinusoïdale augmente nos chances d'etudier un astéroïde binaire jusque là inconu II La Stratégie 2.1) La photométrie La photométrie consiste à mesurer automatiquement la variation d'éclat d'astres dans une séquence d'images et de les exprimer en fonction du temps. Une diminution brutale de cette variabilité peut être le signe du passage du satellite devant l'astéroïde (occultation).cette technique permet de découvrir des étoiles doubles très serrées avec des séparations angulaires de l'ordre de 0.01", séparation trop petite pour être observée visuellement et trop grande pour être décelée par spectroscopie. L'application première de ce type de fonction est la mesure de la variation de la magnitude d'un objet en fonction du temps. L'objet sera par exemple une étoile variable ou encore un astéroïde (dans ce dernier cas la variation d'éclat est produite par la rotation sur lui-même d'un corps ne présentant pas de symétrie de révolution). Le principe d'analyse est différentiel : on compare l'éclat de l'objet variable à celui d'étoiles fixes. Le résultat de l'analyse est la différence d'éclat entre l'objet étudié et une ou plusieurs étoiles de comparaison, c'est pour cela que l' on parle de technique de photométrie différentielle. On sélectionne sur l'image cinq objets, l'un sera l'objet étudié, (celui dont on soupçonne la variabilité, dans notre cas, un astéroïde), les quatre autres objets sont des étoiles dites de comparaison ou de référence, dont l'éclat est généralement stable. La disposition de plusieurs étoiles permet de réduire l'erreur

4 de mesure en réalisant une moyenne de l'éclat lumineux de celles-ci ou encore, de détecter la présence d'un objet parasite variable dans les étoiles de comparaison. Le cas de la mesure d'un astéroïde est particulier car l'objet est mobile parmi le champ d'étoiles qui doit rester le même tout au long de la mesure. L'outil d'analyse doit donc tenir compte de ce mouvement afin d'être sûr de mesurer toujours le même objet en fonction du temps. Cette activité particulière est fortement encouragée par les professionnels qui trouvent ainsi en l'amateur une aide non négligeable et fort appréciée. Pour avoir une valeur scientifique les mesures doivent non seulement être forts nombreuses mais surtout précises; la photométrie offre ces deux avantages. L'exploitation des résultats obtenus après traitement des images nous révèle une courbe représentative de la variabilité lumineuse de l'objet observé, ainsi que la constante de magnitude dû à la transparence du ciel et la courbe de référence des étoiles de comparaison. Dans notre cas, une chute brutale de l'intensité lumineuse pourrait être le signe d'une occultation de l'astéroïde par un satellite : un astéroïde double. Une telle occultation ne pouvant se réaliser que lorsque l'astéroïde, son satellite et la Terre sont alignés dans cet ordre. Cette configuration très rare, qui doit de plus coïncider avec le temps d'observation, peut expliquer le faible nombre d'astéroïdes doubles connus.

5 courbe photométrique d'un astéroïde de type binaire Ainsi le choix de la photométrie nous permet de détecter la présence d'un satellite dans le systeme de l'asteroïde. C'est le choix stratégique pour lequel nous avons opter afin de vérifier notre hypothèse. 2.2) Une modelisation de la méthode d'observation Nous avons essayé de reproduire les conditions d'observation photométrique en laboratoire et ainsi pouvoir faire varier les conditions du phénomène afin de pouvoir coreller la forme de la courbe photométrique avec la production même du phénomène. Le matèriel utilisé peut se résumer a un ordinateur, une webcam, un moteur et une lampe representant respectivement le receuilleur d'image, la caméra, la rotation de l'asteroïde et le soleil. Le parti pri a été de réaliser un système binaire synchrome, pour des simplicités de realisation, représenté par deux poignées de plâtre, l'une plus grande que l'autre, fixées sur deux tiges en fer, le tout relié au moteur.ainsi nous avons put assimiler et varier, en changeant l'inclinaison du système, les conditions du phénomène.

6

7

8 Le Montage:

9 Ces observations et ces mesures nous ont permit d'assimiler concrètement le principe de la photométrie ainsi que l'importance des conditions d'observation pour cette dicipline. Cette experience que nous avons réalisé est une etape importante pour mieux comprendre ce que l'on va réaliser. 2.3) Deuxième partie de la stratègie: le choix des cibles 2.3.1) Les astéroïdes intéressants Dans notre recherche des astéroïdes doubles, nous avons établi une liste de cibles observables et potentiellement doubles. Pour cela, nous nous sommes basés sur une banque de donnée d'astéroïdes sur internet à l'adresse A partir de cette liste nous avons effectué un premier tri en choisissant les courbes sinusoïdales conventionnellement a notre hypothèse. Notre choix dependait également d'un autre critère : la courte durée de notre séjour à l'ohp nous imposait d'étudier des astéroïdes à courte période de rotation sur euxmême ) Détermination des astéroïdes observables grâce aux éphémérides Une fois ce premier tri effectué, il a fallu déterminer lesquels de ces astéroïdes étaient observables de notre position sur terre et avec notre matériel. Pour cela, nous avons eu besoin des éphémérides de ces astéroïdes que l'on trouve sur le site Minor Planet Center à l'adresse Les éphémérides d'un astéroïde sont une compilation des informations nécessaire à son observation. Par exemple, les éphémérides de l'astéroïde «Desdemona»lors de notre seconde nuit d'observation de 0 a 6h TU se présentent sous cette forme : Date (UT) R.A. (J2000) Decl Delta r V Sky Motion "/min P.A Object Azi. Alt Voici la signification de chacune des valeurs qui nous interesse : Date : la date exprimée en Temps Universel, c'est à dire l'heure utilisée par tous les astronomes sur Terre. En France, il suffit de soustraire une heure à l'heure locale en heure d'hiver ou deux heures en heure d'été.

10 R.A : la valeur R.A ( Right ascension ) correspond à la longitude de l'objet dans l'espace. Elle est exprimée en h/m/s d'arc ( 1 seconde d'arc = 1/3600 degré ) Decl : Decl ( ou declinaison ) correspond à la latitude de l'objet dans l'espace. Elle est exprimée en h/m/s d'arc V : V ( de l'anglais Visual ) est la magnitude de l'objet, plus V est grand, moins l'objet est lumineux. Comme repère, le Soleil a une magnitude de -26 et l'étoile Vegas a une magnitude voisine de 0 Sky Motion : la colonne ''/min nous donne la vitesse angulaire en h/m/s d'arc et la colonne P.A nous donne sa direction de déplacement en degrés par rapport au nord ( la rotation est en sens direct) Object : la colonne Object nous donne l'azimut et surtout l'altitude par rapport à l'horizon de l'astéroïde. Cette altitude est importante car le téléscope ne peut être baissé au-dessous de 20 degrés (le miroir principal, non fixé car il est susceptible de se dilater en fonction de la température, risquerait de tomber). Les astéroïdes n'ayant pas une altitude supérieure à 20 degrés pendant une nuit donnée ne pourront être observés. Toutes ces conditions nous mènent à une liste restreinte d'astéroïdes observables chaque nuit. III L'observation 3.1) L'acquisition 3.1.1) Le T-80 Nous sommes allés à l'ohp ( Observatoire de Haute Provence apartenant au Centre National de Recherche Spatiale ) afin de pouvoir travailler sur le téléscope nommé T-80. Nous avons d'abord établi les caractéristiques de ce téléscope et nous nous sommes rappelés également son mode de fonctionnement. Voici le résultat de nos recherches : diamètre du miroir principal : 80 cm Distance focale : 15,6 mètres Schéma du fonctionnement du T-80

11 Allure extérieure du T ) Le pointage Pour pouvoir observer notre astéroïde nous avons besoin au préalable de le pointer avec le téléscope. Comment réalise-t-on le pointage? Grâce aux éphémérides nous pouvons régler le téléscope sur la cible avec les valeurs de longitude ( Ascension droite ou R.A. en anglais ) et de latitude ( Déclinaison ) données par celles-ci à un instant donné. Une fois les coordonnées rentrées le travail n'est pas terminé. En effet il faut pouvoir repérer l'astéroïde parmi tous les points lumineux de l'image qui correspondent soit à celui-ci soit aux étoiles du ciel observé. Nous savons que les étoiles, étant situées à l'infini par rapport à la terre, ont un déplacement quasiment nul à l'observation terrestre et donc cela permet une cartographie des étoiles. Une application JAVA a ainsi été créée afin de répertorier les images de toutes les parties du ciel astronomique comprenant uniquement les étoiles ( ) Ainsi nous récuperons l'image du logiciel JAVA correspondant à la partie du ciel observé et la comparons avec une image obtenue par le téléscope. Par comparaison nous réussirons à déterminer l'objet de nos interêts. Cependant les coordonnées données par les éphémérides ainsi que le pointage sont à une précision d'échelle humaine. Il nous faut donc, recadrer l'astéroïde de manière à ce que l'on insère dans le cadre de l'image les étoiles les plus brillantes nous servant de référence (comme le nécéssite la photométrie différentielle détaillée plus haut), tout en essayant, d'après la vitesse et l'angle de déplacement de l'astéroïde, d'avoir dans le champ le maximum de son trajet ) L'acquisition des images

12 Pour obtenir les images du ciel, nous positionnons une caméra CCD derrière le téléscope. Cette caméra a été choisie pour ses caractéristiques intéressantes dans le cadre d'une observation.cette caméra a une résolution intéressante pour notre objectif et permet d'obtenir des images avec un temps de pose suffisamment long. Pourquoi ce temps de pose doit-il être long? Pour comprendre le temps de pose, il faut comprendre le fonctionnement même de la photo. Lorsque l'on prend une photo, on expose un capteur à la lumière qui le bombarde de photon. Plus longtemps le capteur est exposé à cette lumière plus le capteur reçoit de photons et plus l'image sera lumineuse. On apelle «temps de pose» la durée pendant laquelle le capteur est exposé aux photons. Les photos que l'on a l'habitude de prendre avec nos appareils de tous les jours sont très lumineuses et le temps nécessaire à la récolte de photons est quasi-nul comparativement à celui nécessaire pour les photos d'objets de l'espace. Ces derniers, invisibles à l'oeil nu, sont très faiblement lumineux. Le temps de pose nécessaire pour avoir des images sur lesquelles nous voyons apparaître les astéroïdes peut-être très long ( les temps de poses que nous avons utilisés varient de 30 secondes à 2 minutes ). Cependant, la capacité en photons des photosites du capteur CCD est limitée. Lorsque celle-ci sature, les photons débordent des photosites et passe sur d'autres, ce qui fausse la mesure d'intensité lumineuse sur la photo. Il faut donc éviter à tout prix la saturation lors de l'acquisition des images, d'où l'importance de bien choisir le temps de pose. Ce temps de pose sera ordonné à la caméra par le biais du logiciel AUDELA. En effet la fonction «acquisition» de ce logiciel permet d'obtenir des images de temps de pose réglables selon les besoins ( faibles pour le cadrage ou plus fort pour les images que l'on cherche à prendre ). Ainsi nous lancerons grâce à cette fonction une série de prises avec un temps de pose donné et un nombre de prises déterminé selon le temps disponible pour l'observation de l'astéroïde. Cependant nous restons actifs durant le processus. En effet à cause de la rotation de la Terre nous devons compenser ce mouvement par une rotation du téléscope dans le sens inverse à l'aide d'un moteur qui est réglé pour tourner le téléscope. Cette compensation implique un mouvement du téléscope, et ceci nous oblige à déplacer l'ouverture de la coupole toutes les 30 minutes pour empêcher que la coupole ne cache le ciel. Nous devons aussi surveiller les prises pour vérifier si la compensation de notre mouvement n'est ni trop grande ni trop petite et la rectifier ( approximativement ). On remarque cette dérive en prenant comme repère une étoile et en regardant si elle se déplace sur l'image.

13 Une photo du ciel prise par AUDELA IV Exploitation 4.1) Le pré-traitement 4.1.1) Procédure L'étape du prétraitement a pour but de corriger l'image des défauts à haute fréquence. Les artefacts empêchent toute mesure fiable. Il faut donc les éliminer. Pour les faire disparaître, on utilise les darks, les offsets et les flats. Repérage des artefacts sur une image brute :

14 Procédure de prétraitement : On commence par l'élimination du courant d obscurité généré par la CCD. Pour cela on fait un «superdark» que l'on obtient en faisant la médiane des darks auxquels on soustrait à chacun l'offset qui lui correspond. On soustrait ce superdark à l'image brute que l'on veut prétraiter. Ensuite on élimine les poussières et le vignettage dut au télescope. Pour cela on fait un «superflat» que l'on obtient en faisant la moyenne des flats auxquels on a soustrait l'offset qui lui correspond. On divise ce superflat à l'image à laquelle on a soustrait le superdark. On obtient ainsi une image prétraitée.

15 superdark Image non pré-traitée superflat superoffset Image pré-traitée 4.1.2) Méthode de pré-traitement Ainsi sur la photo non-traitée ( appelée image brute ) apparaissent tous ces parasites. Il faut donc essayer de les supprimer de l'image pour qu'elle soit exploitable. Pour pouvoir avoir une image des imperfections de matériel et de la lumière émise par le noir nous fermons l'obturateur du téléscope ce qui coupe la lumière et nous prenons une quinzaine de photos avec cette configuration du téléscope avec un temps de pose égal à celui utilisé lors de l'image brute. Ainsi nous obtenons une image Dark. Nous en prenons environ une quinzaine. Pour obtenir une image des tâches de poussière du flat nous prenons une photo d'un corps blanc illuminé. Le corps blanc étant plus lumineux les pixels sur l'image saturent plus facilement. Ainsi nous prenons un temps de pose égal à 2/3 du temps de pose utilisé lors de la prise de l'image brute. Ainsi nous obtenons une image Flat. Nous en prenons également environ une quinzaine. Pour commencer le pré-traitement nous utilisons le logiciel AUDELA et les différents scripts à notre disposition. Notre première étape est de réaliser le «Super-Dark» qui est en fait le résultat sous forme d'image de la médiane de

16 l'intensité lumineuse de tous les pixels de toutes les images dark. Pour cela nous utilisons l'option «makedark» du script OHP. Il s'occupe de faire la médiane de l'intensité lumineuse de tous les pixels. Ce Super-Dark nous permet d'éliminer certaines valeurs absurdes ( Bruit ) apparaissant sur certains pixels des Darks. La seconde étape consiste à créer le «Super-Flat» qui est l'homologue du Superdark mais pour le Flat. Pour le créer nous utilisons l'option «makeflat» du script OHP. Ce super-flat nous permet aussi de supprimer certaines valeurs absurdes apparues sur certains pixels des flats. La troisième étape consiste à «soustraire» le Super-dark à toutes les images brutes pour éliminer les imperfections de matériel et la lumière émise par le noir des images brutes. Pour cela nous utilisons l'option cordark du script OHP. Celuici efface toutes les traces visibles du Super-dark qui apparaissent dans l'image brute et ainsi nous obtenons une image sans parasites causés par les imperfections de matériel et par la lumière émise par le noir. La quatrième étape consiste à diviser la valeur de l'intensité de chaque pixel de l'image après soustraction du Super-dark par la valeur de l'intensité de chaque pixel du super-flat et ensuite multiplier par la moyenne d'intensité lumineuse des pixels de l'image de départ pour obtenir une luminosité normale ( la division du super-flat ayant diminué la luminosité de l'image auparavant )

17 La cinquième étape est la registration. Pendant l'acquisition, la compensation de la dérive explicitée plus précédemment est approximative, il y a donc une dérive résiduelle qui décale les images les unes par rapport aux autre, ce qui empêche le logiciel AUDELA de repérer l'étoile sur la série. La registration consiste donc a prendre une étoile comme référence, et à déplacer toute l'image de façon à la replacer a l'exacte position qu'elle avait sur la première image. Première image prise de Desdemona Dernière image prise de Desdemona On peut remarquer grâce au deux étoiles sur la droite que la dernière image est décalée par rapport à la première.

18 4.2) Exploitation des images pré-traitées A présent, nos images sont «propres», donc la magnitude des objets apparaissant sur nos images n'est plus faussée par un quelconque parasite, on peut commencer à les exploiter photométriquement. Pour cela, on utlise un script nommé «Calaphot» par le logiciel Audela qui nous permet de tracer une courbe. Pour cela, on sélectionne des étoiles de référence à magnitude constante que l'on relève dans l'atlas Aladin. Celles-ci, de part leur magnitude constante, permettront de déterminer par une photométrie différentielle la magnitude de l'astéroïde au cours de son déplacement. Audace, script calaphot, position etoile On sélectionne ensuite les positions initiale et finale de l'astéroïde afin de visualiser sa trajectoire.

19 Audace, script calaphot, position astéroïde V Résultats A la fin du script nous obtenons deux type de résultats, un sous forme de texte: NOM Desdemona MES Paulo Julien, Wagrez Kevin, Olivier Jade, Rocca Magali, Del Freo POS CAP Marconi 4240 TEL cassegrain CAT USNO B1,R FIL R ; Données traitées par CalaPhot v3.3 sous AudeLA T T T T T T T T T T Et l'autre sous forme de courbe : courbe de Desdemona

20 On peut observer que la courbe de magnitude de Desdemona augmente de manière constante sur la partie de sa période que l'on a pu observer. Nous n'avons pas assez d'informations pour en conclure que cet astéroïde est un astéroïde double.en effet seulement la courbe de Desdemona sur une période entière aurait pu, en cas d'occultation, nous permettre d'observer cette même occultation et donc de conclure que c'est un système binaire. Nos autres résultats

21 OPIK SILESIA

22 JESSONDA Conclusion Après notre semaine de séjour, dont trois nuits d'observation dans de bonnes conditions météo, nous avons pu recueillir des informations sur la période et la forme de quelques astéroïdes. En ce qui concerne la recherche des astéroïdes doubles, aucune occultation n'a été repérée, ce qui ne signifie pas obligatoirement que les astéroïdes en question ne sont pas double. Ceci dit, nous avons envoyé nos informations à Raoul Behrend ( professionnel propriétaire du site internet de référence pour les courbes photométriques) afin qu'il puisse utiliser nos résultats et avancer dans ses connaissances sur les astéroïdes étudiés. Voici le mail que nous avons reçu de Raoul Berend De: Petr Pravec Envoyé: lundi 5 décembre :10 À: Raoul Behrend Cc: Alan W Harris; Raymond Poncy; René Roy; Jean Strajnic; Alain Klotz; Laurent Bernasconi; Brian Warner Objet: Re: (549) Jessonda - finally finalist Indicateur de suivi: Assurer un suivi État de l'indicateur: Avec indicateur Dear Raoul, This one looks nicely done. Yes, it appears single-periodic with no significant deviations, so it is a binary non-detection. Cheers, Petr Dear Alan, Petr, Raymond, René, Jean, Alain, Laurent and Brian, (549) Jessonda is now finalist, thanks to the work by Raymond Poncy,

23 RenéRoy, Paulo Julien, Wagre Kevin, Olivier Jade, Rocca Magali, Del Freo Florent, Jean Strajnic, Laurent Bernasconi (and myself). We thought for some time that Jessonda was an asynchroneous binary, but careful rereduction of the images showedthe at least 9/10 of the "abnormal signal" disapeared, so we think that the binary state is not "probable", even if there remain some unexpected very small drifts. Cheers, Raoul Ce mail nous indique que les informations que nous avons collectés puis traités ont permis de de terminer la courbe photométrique de Jessonda et de dire avec certitude que Jessonda n'est pas binaire. L'adresse qui nous est indiquée à la fin du mail est celle de la courbe de l'astéroïde Jessonda où nos noms apparaissent à présent a coté de ceux de professionnels de la photométrie. En ce qui concerne les autres astéroïdes ( Desdemona, Silicea et Opik entre autres ), les résultats de nos travaux ont aussi intégrés au site, et c'est pour nous un honneur d'avoir pu, en tant que simples lycéens, faire avancer la connaissance des astéroïdes au niveau professionnel. Certes nous n'avons pas put valider ou réfuter l'hypothèse initiale, mais on a pu voir que notre participation au programme a été bénéfique en tout point, tout d'abord pour la recherche même avec des précisions sur des objets celestes peu connus qui ont été déduis de nos travaux, puis et surtout à nous même lycéens, qui avons put avoir la possibilité d'aborder la Science au plus près. Et c'est pour cela que notre groupe de travail remercieront sincèrement tout les contributeurs de cette expèrience, et en particulier le centre OHP, en ce fin de rapport.

Comment mesure-t-on la masse des planètes?

Comment mesure-t-on la masse des planètes? Comment mesure-t-on la masse des planètes? Evidemment, les planètes ne sont pas mises sur une balance. Ce sont les mathématiques et les lois physiques qui nous permettent de connaître leur masse. Encore

Plus en détail

Atelier de photométrie: Principe de mesure et prétraitements

Atelier de photométrie: Principe de mesure et prétraitements Pro/Am WETAL 2015-12 Novembre 2015 - Giron Atelier de photométrie: Principe de mesure et prétraitements Alexandre Santerne Marie Curie Fellow Instituto de Astrofísica e Ciências do Espaço Universidade

Plus en détail

TD : les lois de Kepler et la détermination de la masse de Jupiter. 1. Les lois de la mécanique céleste dans le système solaire :

TD : les lois de Kepler et la détermination de la masse de Jupiter. 1. Les lois de la mécanique céleste dans le système solaire : TD : les lois de Kepler et la détermination de la masse de Jupiter Objectif : calculer la masse de Jupiter en observant le mouvement de ses satellites et en utilisant la 3ème loi de Kepler 1. Les lois

Plus en détail

12. Cours d introduction à l observation astronomique

12. Cours d introduction à l observation astronomique 12. Cours d introduction à l observation astronomique 12.1 Télescope VMC 260: présentation 12.2 Monture CGE 12.3 Mise en station de la monture CGE 12.4 Le détecteur CCD 12.4.1 Introduction 12.4.2 Fonctionnement

Plus en détail

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE Gabriel Scherer TS3 TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE TPP4.odt 1/6 Rappels : 1 U.A. = 1,497.10 11 m Constante de gravitation universelle G = 6,67.10 11 u.s.i.

Plus en détail

IRIS - Prétraitement des images du ciel profond issues

IRIS - Prétraitement des images du ciel profond issues IRIS - Prétraitement des images du ciel profond issues d'un APN http://ti oastro.free.fr IRIS - Prétraitement des images du ciel profond issues d'un APN Figure 1 But du prétraitement et du cumul des poses,

Plus en détail

Patrice Mai 2010 Mis à jour Novembre 2015

Patrice Mai 2010 Mis à jour Novembre 2015 Photographie astro sans suivi Patrice Mai 2010 Mis à jour Novembre 2015 Sommaire But Principe Exemples Limite du temps de pose Calculs Autre exemple détaillé Poses courtes et multiples Utiliser Iris Le

Plus en détail

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 LES TACHES SOLAIRES En 1611, GALILEE et trois autres observateurs redécouvrent les taches solaires grâce à la lunette (elles

Plus en détail

Logiciels d acquisition et de traitement d images

Logiciels d acquisition et de traitement d images Logiciels d acquisition et de traitement d images Iris : http://astrosurf.com/buil/iris/iris.htm : Gratuit et téléchargeable sur Internet. Permet de faire de l acquisition et du traitement ; très performant

Plus en détail

Procédure. Exemple OPÉRATIONS DANS UN SYSTÈME POSITIONNEL

Procédure. Exemple OPÉRATIONS DANS UN SYSTÈME POSITIONNEL Opérations dans un système positionnel OPÉRATIONS DANS UN SYSTÈME POSITIONNEL INTRODUCTION Dans tout système de numération positionnel, les symboles sont utilisés de façon cyclique et la longueur du correspond

Plus en détail

Observatoire astronomique de la Pointe du diable

Observatoire astronomique de la Pointe du diable Observatoire astronomique de la Pointe du diable 3. Pointage et suivi automatiques Les instruments sont portés par une monture équatoriale dite à l allemande dont chacun des deux axes est solidaire d une

Plus en détail

Calcul de la distance de la Lune par parallaxe

Calcul de la distance de la Lune par parallaxe Calcul de la distance de la Lune par parallaxe La Lune au 5 ème jour Sommaire Feuille de route p.3 I) Introduction 1) La Lune dans l Histoire p.4 2) Parallaxe de la Lune p.4 II) Expérience 1) Mise en situation

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

TRAITEMENT DES IMAGES DE SPECTRES D ETOILES

TRAITEMENT DES IMAGES DE SPECTRES D ETOILES Rappels : Les spectres d étoiles ont été acquis avec : -une lunette astronomique ED80 TRAITEMENT DES IMAGES DE SPECTRES D ETOILES -un appareil réflex numérique monté sur le tube porte-oculaire -un réseau

Plus en détail

Les choix en astrophotographie (4) par Alain Kohler

Les choix en astrophotographie (4) par Alain Kohler Les choix en astrophotographie (4) par Alain Kohler 4. Le rapport f/d Le rapport f/d va influencer le temps de pause photographique. 4.a Définition Le rapport d ouverture ou ouverture relative est le quotient

Plus en détail

I- Les différents champs selon les télescopes utilisés. II- Application à l'observation des astéroïdes: leur détection et leur identification

I- Les différents champs selon les télescopes utilisés. II- Application à l'observation des astéroïdes: leur détection et leur identification Travaux Pratiques d'astronomie d'application du cours sur la sphère céleste et la mesure astrométrique "Mesure de la position d'un corps céleste: Application aux petits corps du système solaire" Le but

Plus en détail

Rapport de stage. Eric SARRAZIN. Ecole d'astronomie d'été pour la formation des maîtres. Août 2002

Rapport de stage. Eric SARRAZIN. Ecole d'astronomie d'été pour la formation des maîtres. Août 2002 Rapport de stage Eric SARRAZIN Ecole d'astronomie d'été pour la formation des maîtres Août 2002 Introduction L'astronomie est un domaine des sciences qui peut être partagée par un grand nombre de personnes

Plus en détail

Vallejo Olivier. Chargé de Mission au Planétarium de Strasbourg

Vallejo Olivier. Chargé de Mission au Planétarium de Strasbourg Ce l e s t i a Vallejo Olivier Chargé de Mission au Planétarium de Strasbourg T u t o ri el A q u o i s e r t Ce l e s t i a? Celestia est un logiciel libre de droit qui permet de simuler le système solaire

Plus en détail

Éclipse de Lune. qu est-ce qu une éclipse de lune?

Éclipse de Lune. qu est-ce qu une éclipse de lune? ACCUEIL Éclipse de Lune Frédéric Élie, août 2010 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est INTERDITE.

Plus en détail

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre?

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? Terminale S1 Lycée Elie Cartan Olympiades de Physiques 2003-2004

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC

ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC -LES COORDONNEES GEOGRAPHIQUES - LES COORDONNEES HORIZONTALES - LA LUNETTE AZIMUTALE -COMPENSER LA ROTATION DE LA TERRE -ANGLE ARC - DISTANCE -VISEE DU PÔLE

Plus en détail

Assemblage des brutes en photo astronomique:

Assemblage des brutes en photo astronomique: Assemblage des brutes en photo astronomique: La capture des images avec une caméra CCD N&B et des filtres conduit à une série d'images prises à travers différents filtres optiques, mais qui ont tous l'aspect

Plus en détail

Physique 11-12 Labo La vitesse d une voiture jouet. Contexte :

Physique 11-12 Labo La vitesse d une voiture jouet. Contexte : Physique 11-12 Labo La vitesse d une voiture jouet Contexte : Un graphique position-temps peut montrer la vitesse d un objet. Si on représente graphiquement la position d un objet enregistrée à des intervalles

Plus en détail

Réduction d images astronomiques avec IRIS

Réduction d images astronomiques avec IRIS Réduction d images astronomiques avec IRIS Installation et configuration Iris est un programme de réduction d images astronomiques qui est gratuit. Il est disponible à l adresse suivante http ://www.astrosurf.com/buil/iris/iris.htm

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

Une classe Astronomie

Une classe Astronomie Organisation prévue : Une classe Astronomie L'encadrement de l'activité «Astronomie» par un intervenant spécialisé. Du CALA (Centre d Astronomie de Lyon Ampère) Chaque classe est scindée en 2 groupes qui

Plus en détail

Génération d'images paires et impaires à partir d'une vidéo

Génération d'images paires et impaires à partir d'une vidéo Génération d'images paires et impaires à partir d'une vidéo Une image vidéo est constituée de deux trames entrelacées dont les prises de vues ont eu lieu à des instants différents. Nous utilisons la vidéo

Plus en détail

TPE : Amélioration de la précision des souris depuis leur création

TPE : Amélioration de la précision des souris depuis leur création ROCCHISANI Vincent MOULIN Raphaël Axe de Recherche : Réalisations techniques au cours des âges et leurs fondements Thème : La Souris Informatique Objet d'étude : La précision des différentes souris Problèmatique

Plus en détail

Les formats de fichiers images

Les formats de fichiers images Les formats de fichiers images Une photo numérique est avant tout un fichier informatique. Votre appareil convertit l'image en données puis l'enregistre. Les formats les plus courants sont le JPEG, le

Plus en détail

Mesures de distances : la parallaxe pour les objets inaccessibles. G. Paturel, Observatoire de Lyon

Mesures de distances : la parallaxe pour les objets inaccessibles. G. Paturel, Observatoire de Lyon AVEC NOS ÉLÈVES Mesures de distances : la parallaxe pour les objets inaccessibles G. Paturel, Observatoire de Lyon Résumé : L'exercice que nous vous proposons ici est, nous l'espérons, formateur. Il présente

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

Les bases de la photo : 1ère partie. 1ère partie Leçon 1.2. l'exposition

Les bases de la photo : 1ère partie. 1ère partie Leçon 1.2. l'exposition 1ère partie Leçon 1.2 Les bases de la photo : 1ère partie l'exposition Les trois facteurs de base L'exposition d'une photographie résulte de la combinaison de trois facteurs : le flux lumineux qui traverse

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

Tutoriel Pas à Pas pour Game Develop. Galaxies War

Tutoriel Pas à Pas pour Game Develop. Galaxies War Galaxies War Table des matières Galaxies War...1 Avant propos...2 Préparer le terrain...3 Création d'une première scène...3 Création et positionnement des objets...5 Création des évènements...9 Déplacer

Plus en détail

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m.

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m. La Mesure du Temps Unité de temps du Système International. C est la seconde, de symbole s. Sa définition actuelle a été établie en 1967 par la 13 ème Conférence des Poids et Mesures : la seconde est la

Plus en détail

400 ans d observations et d éphémérides des satellites galiléens

400 ans d observations et d éphémérides des satellites galiléens 400 ans d observations et d éphémérides des satellites galiléens Jean-Eudes Arlot Directeur de recherche du CNRS Astronome à l observatoire de Paris/IMCCE Plan La découverte Les premières tables L observation

Plus en détail

Gravitation universelle

Gravitation universelle Chapitre 7 Gravitation universelle Révision et Résumé Où commencer? En plus de l apprentissage du cours, que vous devez recopier, réciter, rerecopier, jusqu à en savoir la moindre virgule, refaites les

Plus en détail

La magnitude des étoiles

La magnitude des étoiles La magnitude des étoiles 1.a. L'éclat d'une étoile L'éclat d'une étoile, noté E, est la quantité d'énergie arrivant par unité de temps et par unité de surface perpendiculaire au rayonnement. Son unité

Plus en détail

Méthode du point lumineux

Méthode du point lumineux Méthode du point lumineux Nous avons commencé par la méthode du point lumineux avec un relief proche de la chaîne des Appenins, Abulfeda. La photo est jointe en fin de paragraphe avec son exploitation

Plus en détail

Chapitre 7 - Relativité du mouvement

Chapitre 7 - Relativité du mouvement Un bus roule lentement dans une ville. Alain (A) est assis dans le bus, Brigitte (B) marche dans l'allée vers l'arrière du bus pour faire des signes à Claude (C) qui est au bord de la route. Brigitte marche

Plus en détail

CHAMPION Matthieu Modèles de Marché en Visual Basic ESILV S04 S6. Sommaire... 1. Introduction... 2

CHAMPION Matthieu Modèles de Marché en Visual Basic ESILV S04 S6. Sommaire... 1. Introduction... 2 Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 1 Trois différentes techniques de pricing... 3 1.1 Le modèle de Cox Ross Rubinstein... 3 1.2 Le modèle de Black & Scholes... 8 1.3 Méthode de Monte Carlo.... 1

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

Chapitre 10 La relativité du temps

Chapitre 10 La relativité du temps DERNIÈRE IMPRESSION LE 1 er août 2013 à 11:30 Chapitre 10 La relativité du temps Table des matières 1 L invariance de la vitesse de la lumière 2 2 La relativité du temps 2 3 La dilatation des temps 3 4

Plus en détail

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE»

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» Henri Payno - Cyril Bailly 1/12/2011 SOMMAIRE 1. Introduction... 3 2. Contraintes... 3 3. Architecture globale... 4 4. Interface... 5 A. Scène

Plus en détail

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Régis Boulet Charlie Demené Alexis Guyot Balthazar Neveu Guillaume Tartavel Sommaire Sommaire... 1 Structure

Plus en détail

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 GMPI*EZVI0EFSVEXSMVIH%WXVSTL]WMUYIHI&SVHIEY\ 1. Introduction à Celestia Celestia 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 3. Exemples d Applications 3.1 Effet de l atmosphère

Plus en détail

Par Richard Beauregard. Novembre 2011

Par Richard Beauregard. Novembre 2011 Par Richard Beauregard Novembre 2011 La lutte contre le bruit et autres parasites lumineux Le temps d exposition versus le compositage Les images de prétraitement L'image de précharge (Offset ou Bias)

Plus en détail

Voiture Jouet sur un plan incliné

Voiture Jouet sur un plan incliné Voiture Jouet sur un plan incliné Le but de l'expérience est d'explorer les notions élémentaires pour un corps en mouvement sur un plan incliné. On enregistrera puis on analysera les données relative à

Plus en détail

Stellarium. Stellarium. 1. Introduction à Stellarium (2/4) 1. Introduction à Stellarium (1/4) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Stellarium. Stellarium. 1. Introduction à Stellarium (2/4) 1. Introduction à Stellarium (1/4) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 Stellarium Stellarium 1. Introduction à Stellarium 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 2.1 Outils de repérage dans le ciel 2.2 Outils de sélection 2.3 Fenêtre de configuration

Plus en détail

b. L'image est trois fois plus grande que l'objet car en valeur absolue, le grandissement est égal à 3,0.

b. L'image est trois fois plus grande que l'objet car en valeur absolue, le grandissement est égal à 3,0. 1. Mots manquants a. grandissement ; l'image ; l'objet b. conjugaison ; l'image ; distance focale c. son image ; la rétine d. déforme ; la rétine ; accommode e. la rétine f. l'objectif ; à la pellicule

Plus en détail

Optique : applications Introduction

Optique : applications Introduction Optique : applications Introduction I. Introduction Au premier semestre nous avons abordés l'optique géométrique, nous avons vu les lois de Snell Descartes qui décrivent comment la lumière est réfléchie

Plus en détail

La hauteur du Soleil et la durée d une journée

La hauteur du Soleil et la durée d une journée La hauteur du Soleil et la durée d une journée On dit que le Soleil se lève à l Est pour se coucher à l Ouest ou encore que le Soleil est au zénith à midi. Cela n est pas vrai ou plus exactement pas toujours

Plus en détail

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS LOGIQUE COMBINATOIRE. SIMPLIFICATION DES EQUATIONS BOOLEENNES Leçon 07

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS LOGIQUE COMBINATOIRE. SIMPLIFICATION DES EQUATIONS BOOLEENNES Leçon 07 DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS 43 SIMPLIFICATION DES EQUATIONS BOOLEENNES Leçon 7 Le rôle de la logique combinatoire est de faciliter la simplification des circuits électriques. La simplification

Plus en détail

Jour sidéral, jour solaire Équation de temps

Jour sidéral, jour solaire Équation de temps 1 Jour sidéral, jour solaire 1.1 Durée du jour sidéral : Jour sidéral, jour solaire Équation de temps Observations: Lancer le logiciel et enlever l atmosphère. On voit alors les étoiles en plein jour.

Plus en détail

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Résumé de PFE PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Introduction Dans le domaine de la robotique, la robotique

Plus en détail

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PARTIE THEORIQUE A - RESEAUX 1 - Définition On appelle réseau plan le système constitué par un grand nombre de fentes fines, parallèles, égales

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

Démonstration par l enseignante ou l enseignant : Lentilles couvertes

Démonstration par l enseignante ou l enseignant : Lentilles couvertes SNC2D/SNC2P Lumière et optique géométrique/lumière optique géométrique Démonstration par l enseignante ou l enseignant : Lentilles couvertes Sujets optique géométrique et formation des images Durée préparation

Plus en détail

Ecole alsacienne TP Terminale S Page 1

Ecole alsacienne TP Terminale S Page 1 DES SATELLITES PEUVENT-ILS SERVIR DE BALANCE? Objectif : On se propose dans cette activité d étudier les lois du mouvement de satellites terrestres pour les utiliser ensuite pour chercher à en déduire

Plus en détail

Analyse de l'occultation de TYC 1231-01675-1 par (1699) Honkasalo - 04 septembre 2007

Analyse de l'occultation de TYC 1231-01675-1 par (1699) Honkasalo - 04 septembre 2007 Analyse de l'occultation de TYC 1231-01675-1 par (1699) Honkasalo - 04 septembre 2007 Matériel : Télescope : C8 + réducteur de focale f/d = 6.3 Capteur : CCD SBIG ST7-ME GPS : Garmin 18 LVC (avec PPS)

Plus en détail

Présentation d un télescope, de ses composants et de quelques consignes d utilisation

Présentation d un télescope, de ses composants et de quelques consignes d utilisation Présentation d un télescope, de ses composants et de quelques consignes d utilisation Nous vous présentons ici très brièvement les différentes parties d un télescope, en prenant l exemple d un type de

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Apprendre la dichotomie avec Colobot

Apprendre la dichotomie avec Colobot Apprendre la dichotomie avec Colobot CHABALIER Nicolas MONCEL Arnaud Année Universitaire 2014 2015 1 Apprendre la dichotomie avec Colobot Présenté par CHABALIER Nicolas et MONCEL Arnaud Tuteur : Jacques

Plus en détail

LA PHOTOGRAPHIE ASTRONOMIQUE Première partie PHOTOGRAPHIER LES COMETES

LA PHOTOGRAPHIE ASTRONOMIQUE Première partie PHOTOGRAPHIER LES COMETES LA PHOTOGRAPHIE ASTRONOMIQUE Première partie PHOTOGRAPHIER LES COMETES JP. Maratrey - Février 2013 1. Généralités Il existe trois façons de photographier une comète : Avec un simple appareil photo (APN)

Plus en détail

Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013

Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013 Observations Observations de de Vénus Vénus dans dans le le proche proche infrarouge infrarouge Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013 Objectifs Objectifs Mesurer la rotation

Plus en détail

MISE EN EVIDENCE D'UNE EXO-PLANETE PAR LA METHODE DU TRANSIT

MISE EN EVIDENCE D'UNE EXO-PLANETE PAR LA METHODE DU TRANSIT p a g e 1 MISE EN EVIDENCE D'UNE EXO-PLANETE PAR LA METHODE DU TRANSIT Détecter la présence d'une exo planète en mesurant la baisse de luminosité de l'étoile devant laquelle elle passe: La première exo

Plus en détail

2. Le biologiste désire observer la cellule sans fatigue, c'est à dire sans accommoder.

2. Le biologiste désire observer la cellule sans fatigue, c'est à dire sans accommoder. P a g e 1 TS Spécialité Physique Exercice résolu Enoncé Depuis une vingtaine dannées la microscopie confocale a connu un développement considérable. Ces microscopes équipent maintenant un grand nombre

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

1 sur 5 10/06/14 13:10

1 sur 5 10/06/14 13:10 Time Machine est un outil proposé par Mac OS depuis sa version 10.5 (Leopard) et qui permet d'effectuer des sauvegardes de votre disque dur de manière régulière. Mais au-delà de la simple sauvegarde périodique,

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

TP Physique n 1. Spécialité TS. I. Généralités sur les lentilles minces: Convention:

TP Physique n 1. Spécialité TS. I. Généralités sur les lentilles minces: Convention: TP Physique n 1 Spécialité TS Convention: Dans cet exposé, la lumière est supposée se déplacer de la gauche vers la droite. I. Généralités sur les lentilles minces: Une lentille est un milieu transparent

Plus en détail

XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES

XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES page XII- XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES Le but de ce chapitre est de rencontrer quelques-unes des nombreuses associations de lentilles sphériques minces tout en manipulant les connaissances

Plus en détail

OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2005 A LA RECHERCHE DU RAYON VERT

OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2005 A LA RECHERCHE DU RAYON VERT OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2005 A LA RECHERCHE DU RAYON VERT Louis Veyrat, Christophe Tassot Lycée Bellevue, Toulouse 2005 a été l'année de Jules Verne, le grand romancier du 20me siècle. Dans toutes ses œuvres,

Plus en détail

Système Expert pour Smartphones

Système Expert pour Smartphones INSA Rennes Département INFORMATIQUE Système Expert pour Smartphones Rapport de Planification Olivier Corridor;Romain Boillon;Quentin Decré;Vincent Le Biannic;Germain Lemasson;Nicolas Renaud;Fanny Tollec

Plus en détail

Son et Lumière. L optique géométrique

Son et Lumière. L optique géométrique Son et Lumière Leçon N 3 L optique géométrique Introdution Nous allons au cours de cette leçon poser les bases de l optique géométrique en en rappelant les principes fondamentaux pour ensuite nous concentrer

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Traitement d un AVI avec Iris

Traitement d un AVI avec Iris Traitement d un AVI avec Iris 1. Définir le répertoire de travail Fichier > Réglages (Ctrl + R) Et on définit le chemin du répertoire de travail. C est là que les images vont être stockées. 2. Convertir

Plus en détail

Physique, chapitre 3 : La gravitation universelle

Physique, chapitre 3 : La gravitation universelle Physique, chapitre 3 : La gravitation universelle 1. Interaction gravitationnelle 1.1 Le système solaire Le système solaire est composé de l ensemble des astres autour du Soleil. Un étoile est une boule

Plus en détail

Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre?

Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? I- Les objets du système solaire Activité : Les objets du système solaire (Livre p12-13-14-15) Observations de photos et participation

Plus en détail

Luc Jaulin, Emanuel Burnouf, Adrian Gabillard

Luc Jaulin, Emanuel Burnouf, Adrian Gabillard Point de la situation des travaux engagés pour la construction d un robot sous-marin pour le concours SAUC E (fourniture 3 associée au contrat MRIS 2006-2009) Luc Jaulin, Emanuel Burnouf, Adrian Gabillard

Plus en détail

G.P. DNS Décembre 2008

G.P. DNS Décembre 2008 DNS Sujet Électronique...1 A.Principe de la détection synchrone...1 1)Étude du filtre RC...1 2)Étude du multiplieur...2 3)Conclusion...2 B.Un filtre universel à amplificateurs opérationnels...2 A. Principe

Plus en détail

(Lorsque L homme explique Le ciel et La terre) sur la Lune, il n y a pas de poids. ils ne sont pas soumis à l attraction gravitationnelle de la Terre

(Lorsque L homme explique Le ciel et La terre) sur la Lune, il n y a pas de poids. ils ne sont pas soumis à l attraction gravitationnelle de la Terre Un. 7 Gravitation universelle - eercices (Lorsque L homme eplique Le ciel et La terre) Savoir son cours QCM : Le poids d un homme sur la lune n est pas le même que sur la Terre car sur la Lune, il n y

Plus en détail

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une Patrice Octobre 2012 Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une autre, il faut savoir où regarder dans

Plus en détail

Niveau de la classe : troisième ou seconde

Niveau de la classe : troisième ou seconde Olivier PILORGET et Luc PONSONNET - Académie de Nice - TraAM 2013-2014 " PERIMETRE DE SECURITE AUTOUR D UNE PISCINE" Niveau de la classe : troisième ou seconde Testée avec une classe de seconde sur une

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

Chapitre 1 I:\ Soyez courageux!

Chapitre 1 I:\ Soyez courageux! Chapitre 1 I:\ Soyez courageux! Pour ne rien vous cacher, le langage d'assembleur (souvent désigné sous le terme "Assembleur", bien que ce soit un abus de langage, puisque "Assembleur" désigne le logiciel

Plus en détail

L3 ASR Projet 1: DNS. Rapport de Projet

L3 ASR Projet 1: DNS. Rapport de Projet L3 ASR Projet 1: DNS Rapport de Projet Table des matières I. Maquette de travail...1 II. Configuration des machines...2 III. Type de zone...3 IV. Délégation de zone...3 V. Suffixes DNS...4 VI. Mise en

Plus en détail

TP Méthodes Numériques

TP Méthodes Numériques ENSIMAG 1ère année, 2007-2008 TP Méthodes Numériques Objectifs Les objectifs de ce TP sont : de revenir sur les méthodes de résolution des équations différentielles vues en cours de MN ; d utiliser un

Plus en détail

Poursuite du soleil pour panneau solaire. Système de positionnement automatique de panneaux solaires.

Poursuite du soleil pour panneau solaire. Système de positionnement automatique de panneaux solaires. Poursuite du soleil pour panneau solaire Système de positionnement automatique de panneaux solaires. 1.1. Introduction. Le positionnent d un panneau face au soleil par rapport au même panneau positionné

Plus en détail

Guide technique de caméras. Ce que vous devez prendre en compte lors du choix de vos caméras de vidéosurveillance

Guide technique de caméras. Ce que vous devez prendre en compte lors du choix de vos caméras de vidéosurveillance Guide technique de caméras Ce que vous devez prendre en compte lors du choix de vos caméras de vidéosurveillance Introduction Investir dans un système de vidéosurveillance de qualité est une sage décision.

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Laboratoire d optique. TRAVAIL PRATIQUE No. 2A: Photométrie d un rétroprojecteur. 1 But de l expérience. 2 Matériel et instrumentation

Laboratoire d optique. TRAVAIL PRATIQUE No. 2A: Photométrie d un rétroprojecteur. 1 But de l expérience. 2 Matériel et instrumentation Photométrie d un rétroprojecteur Doc. OPT-TP-02A (14.0) Date : 13 octobre 2014 TRAVAIL PRATIQUE No. 2A: Photométrie d un rétroprojecteur 1 But de l expérience Le but de ce TP est de : 1. comprendre le

Plus en détail

2 - La télédétection optique

2 - La télédétection optique Introduction à la télédétection 2 - La télédétection optique OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Principes d'acquisition des images 5 A. Acquisition d'une image...5 1. 2. 3. 4. Le scanner...6 Le

Plus en détail

FINIR LA PREMIÈRE FACE Attention à ne jamais changer une pièce déjà en place! Vous devez réussir à obtenir les quatre «T» comme indiqué ci-dessous :

FINIR LA PREMIÈRE FACE Attention à ne jamais changer une pièce déjà en place! Vous devez réussir à obtenir les quatre «T» comme indiqué ci-dessous : (Source : http://www.francocube.com/ à consulter pour des figures animées) Avec les différentes étapes détaillées ci-dessous, vous allez être capable de finir le cube assez facilement. Mais il va falloir

Plus en détail

LE RAYONNEMENT SOLAIRE ET LES PLANÈTES

LE RAYONNEMENT SOLAIRE ET LES PLANÈTES THÈME : Planète Terre et son environnement Niveau : seconde LE RAYONNEMENT SOLAIRE ET LES PLANÈTES EXTRAIT DU BO: La Terre est une planète du système solaire L'énergie solaire reçue par les planètes varie

Plus en détail

L astrophotographie. L expérience d un amateur débutant... Vincent TARDIEU

L astrophotographie. L expérience d un amateur débutant... Vincent TARDIEU L astrophotographie L expérience d un amateur débutant... Vincent TARDIEU Pourquoi faire de la photo en astronomie? Pour partager ses observations Pour voir plus de détails Pour prolonger ses observations...

Plus en détail