Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport. Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport. Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I."

Transcription

1 Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I.D et proposition

2 Le contexte Une absence de concurrence «réelle» lors de la procédure de DSP en 2004 Une convention de délégation de service public passée sous la forme d une «contribution financière forfaitaire» Une convention signée pour une durée de 6 ans, possiblement prolongée d une année (échéance qui serait alors fixée au 31/12/2011) Une volonté de la collectivité d étudier les autres possibilités en matière de gestion du service public de transport Une étude menée par le cabinet Trans I.D 2

3 Le diagnostic du réseau réalisé par le cabinet Trans I.D (1) En comparaison avec 29 réseaux de taille semblable : Une offre de service bien positionnée une offre kilométrique par habitant de 11,5% supérieure à la moyenne (32 km / habitant pour Chambéry métropole pour une moyenne de 28,7) un bon maillage du territoire une gamme tarifaire segmentée avec un niveau de prix attractif : une bonne commercialisation du service : information complète, politique commerciale dynamique une bonne qualité de service 3

4 Le diagnostic du réseau réalisé par le cabinet Trans I.D (2) Une fréquentation en cohérence : la fréquentation par habitant est de 14 % supérieure à la moyenne (73 voy. / habitant pour Chambéry métropole pour une moyenne de 64) le taux de remplissage est à la moyenne (2,28 voyages / km ) alors que : la densité de population est supérieure à la moyenne La gamme tarifaire est attractive et inférieure à la moyenne à noter : manque d outils de mesure régulière de la fréquentation (pas de connaissance de la fréquentation par ligne en continu) 4

5 Le diagnostic du réseau réalisé par le cabinet Trans I.D (3) Un coût du service supérieur à la moyenne la dépense au kilomètre globale est supérieure de 9,7 % à la moyenne de l échantillon (4,09 / km pour Chambéry métropole pour une moyenne de 3,73) le déficit par habitant est supérieur à la moyenne (103 pour Chambéry métropole / 73 en moyenne) Le taux de couverture des dépenses par les recettes est inférieur à la moyenne (21,4 % pour Chambéry métropole / 30,2% en moyenne) 5

6 Le diagnostic du réseau réalisé par le cabinet Trans I.D (4) une vitesse d exploitation inférieure à la moyenne une productivité du personnel de conduite inférieure de 8 % à la moyenne la productivité par agent roulant est de km / conducteur contre km / conducteur en moyenne 3 minutes de temps de battement supplémentaires pourrait représenter une dégradation de la productivité globale de la conduite de l ordre de 10%. des effectifs de structure supérieurs à la moyenne (personnel d exploitation et personnel commercial) 6

7 Le diagnostic du réseau réalisé par le cabinet Trans I.D (5) Une moindre productivité du parc La productivité est de km / véhicule à Chambéry métropole contre km/véhicule en moyenne cette contre performance peut s expliquer par un fort taux de réserve (18%) La diversité du parc (différents gabarits, équipement PMR, équipements vélo, ) Le taux de panne important des véhicules GNV Un niveau de rémunération de l exploitant conforme à la moyenne des réseaux frais de siège et d assistance technique : 3,8% du chiffre d affaires marge : 3,8% du chiffre d affaires 7

8 Synthèse globale de l analyse du cabinet Trans I.D (1) Mode de gestion et coûts : à l examen des charges réellement supportées par les collectivités, il n apparait pas de réelle différence entre la gestion directe et la gestion déléguée 8

9 Synthèse globale de l analyse du cabinet Trans I.D (2) Mode de gestion et fiscalité : La fiscalité impacte les comptes de résultats des services d exploitation de transport de façon non négligeable : la Régie à autonomie financière ou le Marché Public sont traités plus favorablement que l EPIC ou la DSP. Ce sont essentiellement la taxe sur les salaires (500 K ) et l impôt sur les Sociétés (200 K ) qui y contribuent Par ricochet, le budget de la collectivité est touché : au travers des subventions nécessaires à l équilibre du compte de résultats du service de transport au travers de la balance de TVA puisque la collectivité ne récupère pas la TVA sur les subventions «compléments de prix». la gestion directe va donc être sur le plan fiscal plus économe que la gestion déléguée 9

10 Synthèse globale de l analyse du cabinet Trans I.D (3) Mode de gestion et efficience : Recherche menée dans le cadre du PREDIT* par le LET et la Sorbonne : «Modes de gestion et efficience des opérateurs dans le secteur des transports urbains de personnes» 2005 Estimation des performances des différents modes de gestion des services de transports Les conclusions : Le choix des modes de gestion a un impact fort sur l intensité d utilisation des facteurs de production La délégation à une société privée est le mode de gestion conduisant à la plus grande efficience productive Les régies et SEM sont moins efficientes que les délégataires privés La gestion par une SEM semble le pilotage le moins performant en termes d efficience productive Le mode de gestion est sans influence sur la qualité de la soustraitance. Le coût de l internalisation de la sous-traitance pourrait représenter jusqu à 1,5M de plus par an. * Programme national de recherche et d'innovation dans les transports terrestres 10

11 Synthèse globale de l analyse du cabinet Trans I.D (4) La détermination des coûts prévisionnels prend en compte : -Pour tous les modes de gestion, les incidences fiscales -Pour la CFF actuelle, la capacité de l améliorer (négociation, concurrence) -Pour les modes de gestion qui ne font pas appel à un groupe, la nécessité de se doter d un pôle de compétence technique -Pour les 4 modes de gestion autres que la CFF actuelle, la qualité du management (prix d achat des carburants, pneumatiques, pièces détachées, maitrise des coûts d entretien, maitrise des charges de personnel et structure) 11

12 Synthèse globale de l analyse du cabinet Trans I.D (5) La comparaison du ratio «dépenses au km» de 3 réseaux exploités en régie (La Rochelle, Poitiers et Troyes) et une SEM (Annecy) avec le réseau de Chambéry : Ce ratio est corrigé des effets liés aux affrètements, il est traité à masse salariale constante et vitesse d exploitation constante 1 2 CM

13 Le bilan / les enseignements Un mode de gestion actuel plutôt satisfaisant mais perfectible : Les coûts : besoin de maîtriser les charges à l avenir compte tenu du déficit structurel de l activité de transport public La performance : besoin d améliorer les performances du réseau pour redéployer ces gains de productivité au service des usagers Un mode de gestion comportant malgré tout des avantages La fréquentation : une bonne gestion des ventes et de la commercialisation du réseau Fréquentation (Millions de voy) Evolution Total réseau 8,62 8,89 9,55 9,97 15,6% La qualité : un réseau de qualité avec une bonne progression 13

14 Rappel des différents modes de gestions Gestion directe Aléa commercial et propriété des recettes Responsabilité des charges d'exploitation Régie AO AO Gérance AO AO Régie intéressée AO * AO * Gestion déléguée Gestion à prix forfaitaire Contribution financière forfaitaire AO * Exploitant Exploitant Exploitant * Un intéressement de l entreprise est contractuellement envisageable 14

15 Le détail des différents modes de gestion (1) La régie : La régie à simple autonomie financière Pas de personnalité : service de la collectivité / budget annexe Autonomie financière Gestion par un conseil d exploitation dépendant de la collectivité Rôle de l autorité organisatrice : organisation et gestion du réseau La régie à autonomie financière et à personnalité morale : l établissement public industriel et commercial L autonomie juridique : une personnalité morale indépendante Pouvoir de décision conféré au Conseil d administration Vote du budget, sort des biens, fixation du tarif,... voix consultative de la collectivité au sein du conseil d administration L autonomie financière Rôle de l autorité organisatrice : contrôle de la gestion du service. L EPIC reste cependant rattaché à la collectivité 15

16 Le détail des différents modes de gestion (2) Le contrat de gérance : La qualification de marché public La collectivité finance l établissement du service La production du service et l entretien des biens sont confiés à une personne morale de droit privé qui assure la gestion pour le compte de la collectivité avec un faible degré d autonomie Les opérations de recettes et de dépenses sont reprises dans un budget annexe de la collectivité La rémunération du prestataire est forfaitaire et ne dépend donc pas de ses performances 16

17 Le détail des différents modes de gestion (3) La régie intéressée : L autorité organisatrice : assume le risque industriel sur les charges d exploitation est propriétaire des recettes et assume le risque commercial est le redevable fiscal TVA (gestion et rédaction des CA3) Le prestataire : est régisseur du réseau de transport pour le compte de la collectivité et reçoit une rémunération qui comporte : une partie fixe une partie variable fonction des résultats du réseau est intéressé sur différents critères : productivité, progression de la fréquentation ou des recettes, réduction du déficit, qualité, Fiscalement : le régisseur paye la contribution économique territoriale l autorité organisatrice est l assujetti à la TVA au titre de l activité Transport (investissement et fonctionnement) et la récupère L exploitant ne paie pas la taxe sur les salaires 17

18 Le détail des différents modes de gestion (4) La gestion à prix forfaitaire : L autorité organisatrice : supporte l aléa commercial et est propriétaire des recettes est le redevable fiscal TVA L entreprise : s engage sur un forfait de charges d exploitation est intéressée sur des objectifs de fréquentation, de recettes commerciales, de qualité de service Fiscalement : l entreprise paye la contribution économique territoriale l autorité organisatrice paie et récupère la TVA puisqu elle supporte l aléa commercial. 18

19 Le détail des différents modes de gestion (5) La contribution financière forfaitaire : L autorité organisatrice verse une subvention d exploitation forfaitaire à l entreprise de transport L entreprise : a la responsabilité de l exploitation et des charges d exploitation supporte l aléa commercial et est propriétaire des recettes s engage sur un déficit prévisionnel d exploitation est intéressée sur des objectifs de gains de productivité, de fréquentation, de recettes commerciales, de qualité de service Fiscalement, l entreprise paye la contribution économique territoriale, paie et récupère la TVA au titre de l activité Transport puisqu elle supporte l aléa commercial 19

20 Le contexte a priori «favorable» de la mise en concurrence Etude UTP de septembre 2009 : plus de 40% des procédures de mise en concurrence au cours des quatre dernières années ont donné lieu à un changement d opérateur sur le territoire national * L intérêt d une concurrence entre opérateurs : impact positif sur les coûts impact sur la prise en charge par les opérateurs de prestations supplémentaires (notamment en matière de qualité de service) 90% des réseaux adhérents de l UTP sont exploités en gestion déléguée (5 ont opté pour une régie ces dernières années : Belfort, Douai, Saint-Malo, Sarreguemines et Toulouse) * 21 réseaux sur 51 mis en concurrence entre janvier 2005 et juin

21 Les objectifs de la collectivité dans le cadre du renouvellement La maîtrise de l activité de service public par la collectivité La maîtrise de la contribution publique Encadrement des charges d exploitation Optimisation des recettes commerciales Encadrement du partage des gains et des marges dégagées La participation active du prestataire à l amélioration continue des performances du réseau L engagement du prestataire à l amélioration continue de la qualité du service rendu La mise en place d un contrôle d exploitation régulier de la collectivité Les garanties issues de la répartition stricte entre les rôles de l autorité organisatrice et de l opérateur et les responsabilités qui en découlent 21

22 Les rôles respectifs des parties dans une gestion partagée (1) Le rôle de l autorité organisatrice la définition de la politique générale, des orientations et de l'organisation des services de transports la réalisation des études de stratégie et de détermination de l'offre de transport, la fixation du niveau de service à offrir pour répondre au mieux aux besoins de déplacements des habitants de l agglomération, la mise à disposition des biens nécessaires à l exploitation du réseau, l adoption de la grille tarifaire, le suivi / contrôle de l exploitation du réseau et du prestataire 22

23 Les rôles respectifs des parties dans une gestion partagée (2) Le rôle du prestataire la gestion et l exécution du service public de transport, la production et la promotion des services commerciaux dans le respect des objectifs de qualité et de protection de l environnement, l accueil, l information et la sécurité des usagers, la commercialisation et le contrôle régulier des titres de transport, et, d une manière générale, la lutte contre la fraude, l entretien courant, la surveillance et la maintenance des biens mis à la disposition du prestataire par la collectivité, le conseil et l assistance à la collectivité dans le cadre des améliorations de la performance du réseau à proposer 23

24 La relation autorité organisatrice / prestataire (1) Dans les 4 réseaux visités, les élus représentant l'ao ont tous exprimé une carence du rôle de l'ao dans la définition de la politique du service et son contrôle Pour assurer la séparation des rôles, le contrat semble être la solution adéquate : Partage des responsabilités et des risques : L engagement réciproque des deux parties : l équilibre contractuel des droits et obligations respectifs Les clauses de «revoyure» en cas de modification substantielle de cet équilibre : la protection des parties «Séparation des pouvoirs» : Celui qui fait, n est pas celui qui contrôle : La définition des prestations attendues (y compris assistance technique) La transparence de la relation contractuelle et le suivi régulier de l exécution du contrat 24

25 La relation autorité organisatrice / prestataire (2) Pour répondre aux besoins de la collectivité, le type de contrat pourrait être la régie intéressée : La collectivité conserve la maîtrise de l activité de service public dans le cadre du contrat La détermination du niveau de service et de qualité attendus La responsabilité de la collectivité sur les charges La propriété des recettes Le prestataire, expert des métiers de l exploitation, exécute une prestation décrite avec précision dans le contrat : Il agit «au nom et pour le compte» de la collectivité, sous son contrôle étroit Il perçoit une rémunération lui garantissant un revenu minimum et l incitant à améliorer les performances du réseau 25

26 Les perspectives pour un nouveau contrat Une rémunération du prestataire liée aux résultats Détermination des secteurs d incitation La fréquentation et les recettes commerciales L amélioration de la productivité interne / externe La maîtrise des charges d exploitation, Partage des responsabilités, risques et gains éventuels Une définition préalable du programme d étude et d assistance annuelle du prestataire Un contrôle d exploitation renforcé Les indicateurs à suivre (production kilométrique, fréquentation par ligne, comptabilité analytique, ) Des outils à développer (SAE, billettique, ) La qualité du service et la commercialisation à améliorer L encadrement strict de la sous-traitance 26

27 Index Le contexte Le diagnostic du réseau réalisé par le cabinet Trans I.D Synthèse globale de l étude menée par le cabinet Trans I.D Le bilan / Les enseignements Rappel des différents modes de gestion Le contexte a priori «favorable» de la mise en concurrence Les objectifs de la collectivité dans le cadre du renouvellement Le rôle respectif des parties dans une gestion partagée La relation autorité organisatrice / prestataire Les perspectives pour un futur contrat 27

Les modes de gestion à la disposition des collectivités Anne BELLAMY, AGIR

Les modes de gestion à la disposition des collectivités Anne BELLAMY, AGIR Les modes de gestion à la disposition des collectivités Anne BELLAMY, AGIR Réunion du 13 mai 2011, de l Observatoire Régional des Transports de Midi-Pyrénées Plan de l intervention 1) Rappel des principes

Plus en détail

NANTES METROPOLE. Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise

NANTES METROPOLE. Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise NANTES METROPOLE Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise RAPPORT DE PRESENTATION SUR LE PRINCIPE DE LA DELEGATION DU RESEAU DE TRANSPORTS

Plus en détail

Les Mobilités dans les Territoires

Les Mobilités dans les Territoires Rencontres Scientifiques & Techniques Territoriales Les Mobilités dans les Territoires La gestion du stationnement et les politiques de mobilités Economie du Stationnement, Maitrise du Stationnement et

Plus en détail

JEAN-RAPHAËL BERT CONSULTANT. Audit du contrat d affermage et prospective pour la gestion de l eau potable

JEAN-RAPHAËL BERT CONSULTANT. Audit du contrat d affermage et prospective pour la gestion de l eau potable JEAN-RAPHAËL BERT CONSULTANT Audit du contrat d affermage et prospective pour la gestion de l eau potable Présentation du 6 novembre 2013 PLAN 1. Présentation de l audit du contrat actuel Aspects juridiques

Plus en détail

RAPPORT DE PRESENTATION DES CARACTERISTIQUES DES PRESTATIONS DEVANT ETRE ASSUREES PAR LE DELEGATAIRE. Page : 1

RAPPORT DE PRESENTATION DES CARACTERISTIQUES DES PRESTATIONS DEVANT ETRE ASSUREES PAR LE DELEGATAIRE. Page : 1 DELEGATION DE SERVICE PUBLIC POUR LA CONCEPTION, L EXTENSION, L EXPLOITATION TECHNIQUE ET COMMERCIALE DU RESEAU DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES A TRES HAUT DEBIT DE NANTES METROPOLE RAPPORT DE PRESENTATION

Plus en détail

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 Direction Générale Finances et Gestion Pôle Contrôle de Gestion Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 S.E.M. NANTES-métropole GESTION EQUIPEMENTS (N.G.E.) - 1) Camping Val du Cens, salons Mauduit,

Plus en détail

COMPARATIF DES MODES DE CONSTRUCTION ET DE GESTION POUR UN ÉQUIPEMENT AQUATIQUE. Syndicat Mixte pour le Pays du Doubs Central

COMPARATIF DES MODES DE CONSTRUCTION ET DE GESTION POUR UN ÉQUIPEMENT AQUATIQUE. Syndicat Mixte pour le Pays du Doubs Central AMO / 2013 / 201 COMPARATIF DES MODES DE CONSTRUCTION ET DE GESTION POUR UN ÉQUIPEMENT AQUATIQUE Syndicat Mixte pour le Pays du Doubs Central 04 Septembre 2014 MISSION H 2 O, 13 Rue Victor Hugo, 92240

Plus en détail

Evolution des Contrats de Délégation de Service Public

Evolution des Contrats de Délégation de Service Public Evolution des Contrats de Délégation de Service Public Commission Financement Tarification du GART Bruno FAIVRE D ARCIER Laboratoire d Economie des Transports juin 2011 Le contrat entre l AO et l exploitant

Plus en détail

Ville de Carpentras EXPERTISE DU CONTRAT DE DELEGATION DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT COLLECTIF

Ville de Carpentras EXPERTISE DU CONTRAT DE DELEGATION DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT COLLECTIF Ville de Carpentras EXPERTISE DU CONTRAT DE DELEGATION DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT COLLECTIF la mission 2 le contexte Gestion du service public d assainissement collectif confiée à la SDEI dans

Plus en détail

UN EXEMPLE DE SOCIETE D ECONOMIE MIXTE DANS LE DOMAINE DES TRANSPORTS TaM 1978-2008

UN EXEMPLE DE SOCIETE D ECONOMIE MIXTE DANS LE DOMAINE DES TRANSPORTS TaM 1978-2008 22 & 23 janvier 2008, Skhirat, Maroc UN EXEMPLE DE SOCIETE D ECONOMIE MIXTE DANS LE DOMAINE DES TRANSPORTS TaM 1978-2008 Marc le Tourneur, Directeur Général SOMMAIRE 1. L ORGANISATION DES DEPLACEMENTS

Plus en détail

L expérience d une SEM de transport française: «Transports de l Agglomération de Montpellier» (TaM) 1978-2007

L expérience d une SEM de transport française: «Transports de l Agglomération de Montpellier» (TaM) 1978-2007 L expérience d une SEM de transport française: «Transports de l Agglomération de Montpellier» (TaM) 1978-2007 RABAT JOURNEE D ETUDE DU 27 NOVEMBRE 2007 Marc le Tourneur Directeur Général de TaM SOMMAIRE

Plus en détail

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE () : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES Créés par la loi du 4 janvier 2002, les Etablissements Publics de Coopération Culturelle

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHÉS PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES ASSISTANCE JURIDIQUE, TECHNIQUE ET FINANCIÈRE EN VUE DU CHOIX ET DE LA MISE EN PLACE DU MODE DE GESTION DU SERVICE D ASSAINISSEMENT Cahier des Clauses Techniques

Plus en détail

Les associations loi 1901

Les associations loi 1901 Les associations loi 1901 Définition : L'association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun d'une façon permanente leurs connaissances ou leur activité dans un but

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE TRANSPORTS COLLECTIFS Synthèse du rapport annuel du Délégataire 2012

SERVICE PUBLIC DE TRANSPORTS COLLECTIFS Synthèse du rapport annuel du Délégataire 2012 SERVICE PUBLIC DE TRANSPORTS COLLECTIFS Synthèse du rapport annuel du Délégataire 2012 L EXERCICE 2012 EN QUELQUES POINTS CLEFS : - 2012 : troisième année d exploitation du contrat de DSP 2010-2016. Rappel

Plus en détail

LES TRANSPORTS A MONTPELLIER. Planification & cadre institutionnel

LES TRANSPORTS A MONTPELLIER. Planification & cadre institutionnel LES TRANSPORTS A MONTPELLIER Planification & cadre institutionnel Marc le Tourneur Consultant Groupe Transdev Directeur Général de TaM jusqu'au 21/03/2010 SOMMAIRE Présentation de Montpellier... p 3 Partie

Plus en détail

Les degrés de délégations de service public. Typologie des modes de délégation du service public

Les degrés de délégations de service public. Typologie des modes de délégation du service public Il n'existe pas de définition légale ou réglementaire explicite des modes de délégation de service public que représentent la concession, l'affermage, la régie intéressée ou la gérance (Circulaire du 7

Plus en détail

Le Président Nantes, le 7 août 2014

Le Président Nantes, le 7 août 2014 Le Président Nantes, le 7 août 2014 Référence à rappeler : KPLGD141409KJF Greffe n 2014-227 Monsieur le Président, Je vous ai adressé par lettre du 7 juillet 2014 le rapport d observations concernant la

Plus en détail

PARC DES EXPOSITIONS DE LA BEAUJOIRE

PARC DES EXPOSITIONS DE LA BEAUJOIRE PARC DES EXPOSITIONS DE LA BEAUJOIRE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC Pour l'exploitation du Parc des expositions de la Beaujoire RAPPORT DE PRESENTATION DES CARACTERISTIQUES DU SERVICE DELEGUE 1 er juin 2010

Plus en détail

Délégation de service public relative aux crématoriums de l agglomération nantaise

Délégation de service public relative aux crématoriums de l agglomération nantaise Délégation de service public relative aux crématoriums de l agglomération nantaise RAPPORT DE PRESENTATION DES CARACTERISTIQUES DU SERVICE PUBLIC DELEGUE DSP Crematoriums Rapport de présentation - 2012-1

Plus en détail

Mairie de Belloy-en-France

Mairie de Belloy-en-France Mairie de Belloy-en-France CAHIER DES CHARGES Délégation de service public simplifiée pour la gestion et l exploitation de la Micro-crèche de Belloy-en-France Le dossier de présentation du candidat et

Plus en détail

Annales Examen du 7 octobre 2009

Annales Examen du 7 octobre 2009 Corrigé Problème n 1 Corrigé Problème n 1 1. Calculs intermédiaires Calcul de la valeur à amortir 214.500-42.900 = 171.600 Dotation de l amortissement linéaire sur 10 ans 171.600 = 17.160 /an 10 Calcul

Plus en détail

Présentation du SYTRAL CODATU XV à Addis Abeba

Présentation du SYTRAL CODATU XV à Addis Abeba syndicat mixte des transports pour le Rhône et l agglomération lyonnaise Présentation du SYTRAL CODATU XV à Addis Abeba Session plénière du 24 octobre : mise en œuvre de politiques Délégation de service

Plus en détail

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité Document n 4 Statuts de la Communauté d universités et établissements Université Sorbonne Paris Cité Version 1-4 de travail du 10/03/2014 Post-CCOU du 06/03/2014 1 L Université Sorbonne Paris Cité regroupe

Plus en détail

DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A LA GESTION DES LOCAUX D ACTIVITE

DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A LA GESTION DES LOCAUX D ACTIVITE DIRECTION DE L ECONOMIE ET DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR RAPPORTEUR : M. HOULLEGATTE DÉLIBÉRATION D_2015_137 SÉANCE DU 26 JUIN 2015 DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A LA GESTION DES LOCAUX D ACTIVITE

Plus en détail

1. Cabinet Rabompierre : champ d application. Cabinet Rabompierre SARL Lacau Objet : option d une SARL pour les régimes de sociétés de personnes

1. Cabinet Rabompierre : champ d application. Cabinet Rabompierre SARL Lacau Objet : option d une SARL pour les régimes de sociétés de personnes 1 L IMPOSITION DES ENTREPRISES À L IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS 1. Cabinet Rabompierre : champ d application Cabinet Rabompierre SARL Lacau Objet : option d une SARL pour les régimes de sociétés de personnes

Plus en détail

Consultation pour une mission d expertise comptable. Dossier de consultation

Consultation pour une mission d expertise comptable. Dossier de consultation Consultation pour une mission d expertise comptable Dossier de consultation Cahier des clauses techniques particulières - CCTP octobre 2010 LD/SO/ND Lozère Développement Consultation Experts Comptable

Plus en détail

P. BEAUJON Responsable Services Adm. Tel: 03 20 10 14 50 pieter.beaujon@electricite-loos.fr La Régie est une Entreprise Locale de Distribution Article L111-54 Code de l Energie Sont des «entreprises locales

Plus en détail

Avis de la commission de délégation de service public Communauté urbaine du Grand Nancy. 28 juillet 2011

Avis de la commission de délégation de service public Communauté urbaine du Grand Nancy. 28 juillet 2011 Avis de la commission de délégation de service public Communauté urbaine du Grand Nancy 28 juillet 2011 1 1.Rappel de la procédure 24 février 2011: délibération du Conseil communautaire sur le principe

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

Les modes de gestion du service public de chauffage urbain. ALE LYON le 27 octobre 2009

Les modes de gestion du service public de chauffage urbain. ALE LYON le 27 octobre 2009 Les modes de gestion du service public de chauffage urbain ALE LYON le 27 octobre 2009 LA NOTION DE SERVICE PUBLIC DE CHAUFFAGE URBAIN «Le chauffage urbain consiste, à partir d'une ou de plusieurs centrales

Plus en détail

Recette au voyage en repli : la pérennité de l offre menacée

Recette au voyage en repli : la pérennité de l offre menacée Recette au voyage en repli : la pérennité de l offre menacée Indicateur clé du transport public urbain, la recette par voyage ne cesse de se dégrader. Sur la décennie passée, elle s est contractée de 1,5

Plus en détail

Atelier LE BUDGET DE FONCTIONNEMENT DES CE : ANTICIPER LES RÉFORMES Transparence financière et nouvelles prérogatives économiques

Atelier LE BUDGET DE FONCTIONNEMENT DES CE : ANTICIPER LES RÉFORMES Transparence financière et nouvelles prérogatives économiques Atelier LE BUDGET DE FONCTIONNEMENT DES CE : ANTICIPER LES RÉFORMES Transparence financière et nouvelles prérogatives économiques Sommaire de l atelier Présentation des intervenants Quelques chiffres sur

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-1-04 N 117 du 23 JUILLET 2004 TVA. CHAMP D APPLICATION. TAUX. SYSTEMES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. RACCORDEMENT AUX SYSTEMES D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE

89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE 89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE Séance du 27 juin 2013 Personnel - Délégation de service public pour l'exploitation du restaurant administratif de la Chauvinière - Désignation de l'exploitant Direction Ressources

Plus en détail

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DE LA REGIE DES TRANSPORTS DE MARSEILLE (RTM) A compter de l exercice 2006

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DE LA REGIE DES TRANSPORTS DE MARSEILLE (RTM) A compter de l exercice 2006 RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DE LA REGIE DES TRANSPORTS DE MARSEILLE (RTM) A compter de l exercice 2006 Rappel de la procédure La chambre a inscrit à son programme l'examen de la gestion

Plus en détail

ATELIERS JEUNES ENTREPRENEURS 5 JOURS GESTION D ENTREPRISE 3 JOURS POUR FAIRE DECOLLER VOS VENTES

ATELIERS JEUNES ENTREPRENEURS 5 JOURS GESTION D ENTREPRISE 3 JOURS POUR FAIRE DECOLLER VOS VENTES ATELIERS JEUNES ENTREPRENEURS 5 JOURS GESTION D ENTREPRISE 3 JOURS POUR FAIRE DECOLLER VOS VENTES 5 JOURS GESTION ENTREPRISE Une formation pour comprendre la comptabilité et maîtriser la gestion de son

Plus en détail

Compte rendu des décisions prises lors de la 10e réunion plénière du Conseil Municipal du 30 mars 2015

Compte rendu des décisions prises lors de la 10e réunion plénière du Conseil Municipal du 30 mars 2015 Compte rendu des décisions prises lors de la 10e réunion plénière du Conseil Municipal du 30 mars 2015 Le Conseil Municipal : 1 2 3 4 5 6 Approuve Approbation du compte rendu de la 8ème séance du Conseil

Plus en détail

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR Article 1 STATUT DE LA REGIE La régie nommée «Régie du Service Public de l Assainissement Non Collectif de la CINOR»

Plus en détail

Délibération au Conseil Municipal du jeudi 8 décembre 2011

Délibération au Conseil Municipal du jeudi 8 décembre 2011 Délibération au Conseil Municipal du jeudi 8 décembre 2011 8 Synthèse des rapports d'activité 2010 des délégations de service public de la Ville de Strasbourg. La loi Sapin de 1993 fait obligation aux

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

«Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions»

«Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions» «Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions» L exemple Sem Charles DESCOURS Président d honneur délégué aux transports, sénateur

Plus en détail

Atelier de travail Lyon Confluence et Plan de Déplacement Entreprise 21 septembre 2010

Atelier de travail Lyon Confluence et Plan de Déplacement Entreprise 21 septembre 2010 Atelier de travail Lyon Confluence et Plan de Déplacement Entreprise 21 septembre 2010 On ne peut parler parking sans parler de Déplacement. Le besoin de places n est que la résultante du mode de transports

Plus en détail

Forfait kilométrique pour une journée

Forfait kilométrique pour une journée Forfait kilométrique pour une journée Mercredi (période scolaire) Vacances scolaires 0 à 10 kms 11 à 40 kms 41 à 70 kms 71 à 100 kms 101 à 200 kms au-delà de 200 kms Ces prix sont réputés comprendre toutes

Plus en détail

GSNAL Centre de formation. Présentation, Thème et Calendrier des formations

GSNAL Centre de formation. Présentation, Thème et Calendrier des formations GSNAL Centre de formation Présentation, Thème et Calendrier des formations 1 er semestre 2016 Le GSNAL a été reconnu par la préfecture de Paris comme organisme de formation depuis janvier 2014 afin de

Plus en détail

Statuts de l Union des Fédéralistes européens (UEF-France)

Statuts de l Union des Fédéralistes européens (UEF-France) Statuts de l Union des Fédéralistes européens (UEF-France) Article 1 : Dénomination : Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la Loi du 1 er juillet 1901. La dénomination

Plus en détail

Formation des chefs de travaux. 29 janvier 2014 Luc Guillaud Gestionnaire-Comptable AENESR

Formation des chefs de travaux. 29 janvier 2014 Luc Guillaud Gestionnaire-Comptable AENESR Formation des chefs de travaux 29 janvier 2014 Luc Guillaud Gestionnaire-Comptable AENESR Introduction Présentation personnelle Présentation de notre établissement et du groupement comptable Demande de

Plus en détail

Gratuit pour les adhérents

Gratuit pour les adhérents formations AO 2015 En tant qu organisme de formation agréé, AGIR met à la disposition des Autorités Organisatrices de Transport un choix de formations leur permettant de répondre aux besoins des élus et

Plus en détail

- 1 - M. Bernard Angels, rapporteur spécial PRINCIPALES OBSERVATIONS DE VOTRE RAPPORTEUR SPÉCIAL... 2

- 1 - M. Bernard Angels, rapporteur spécial PRINCIPALES OBSERVATIONS DE VOTRE RAPPORTEUR SPÉCIAL... 2 - 1 - MISSION «GESTION ET CONTRÔLE DES FINANCES PUBLIQUES» ET COMPTES SPÉCIAUX «AVANCES À DIVERS SERVICES DE L ÉTAT OU ORGANISMES GÉRANT DES SERVICES PUBLICS» ET «PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU

Plus en détail

1 2 3 Aide à l animateur : Lebudgetestl actepar lequelsontprévues etautorisées les recettes et les dépenses de l organisme. L article 175 du décret GBCP prévoit que le dossier de présentation du budget

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE POSTE COMPTABLE DE : TRESORERIE DE RIBERAC SERVICE PUBLIC LOCAL M. 49 (1) Budget primitif. BUDGET : SPANC CCPR Budget Annexe (2)

REPUBLIQUE FRANÇAISE POSTE COMPTABLE DE : TRESORERIE DE RIBERAC SERVICE PUBLIC LOCAL M. 49 (1) Budget primitif. BUDGET : SPANC CCPR Budget Annexe (2) REPUBLIQUE FRANÇAISE Numéro SIRET 20004040000026 COLLECTIVITE DE RATTACHEMENT Services de distribution d'eau potable et assainissement RIBERAC - COM.COM. DU PAYS RIB POSTE COMPTABLE DE : TRESORERIE DE

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Délégations de service public de l eau et de l assainissement

Délégations de service public de l eau et de l assainissement Communauté urbaine Marseille Provence Métropole Délégations de service public de l eau et de l assainissement Le contrôle des délégataires, gouvernance et transparence *1,2 million d habitants alimentés

Plus en détail

Les autres types de cartes de commande et de règlement

Les autres types de cartes de commande et de règlement CHAPITRE 1 Les autres types de cartes de commande et de règlement La carte d'achat est un outil nouveau pour les collectivités et établissements publics locaux qui demande des aménagements dans les pratiques

Plus en détail

Besoins en investissement de transport public urbain à l échelle nationale

Besoins en investissement de transport public urbain à l échelle nationale Journées Nationales du Transport Urbain Session 3 24 septembre 2013 Besoins en investissement de transport public urbain à l échelle nationale M. Nour-Eddine Boutayeb, Wali Secrétaire Général du Ministère

Plus en détail

LE TRANSPORT URBAIN EN TUNISIE

LE TRANSPORT URBAIN EN TUNISIE LE TRANSPORT URBAIN EN TUNISIE Thème présenté par Mounira Yahyaoui Directrice Générale de la Planification et des Etudes Ministère du Transport 11 Décembre 2012 1 Le transport urbain de voyageurs comporte

Plus en détail

Document d accompagnement du référentiel de formation

Document d accompagnement du référentiel de formation Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : BTSA DARC Module : M 53 Gestion économique et financière de l entreprise agricole Objectif général

Plus en détail

Définitions des principales variables diffusées

Définitions des principales variables diffusées Définitions des principales variables diffusées Achats de carburants : achats de carburants (essence, super, gazole, GPL, kérosène, fuel, biocarburants, additifs) destinés à faire fonctionner les moyens

Plus en détail

PREAMBULE DE LA CHARTE DES RELATIONS INTER-ENTREPRISES ENTRE CLIENTS et ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE

PREAMBULE DE LA CHARTE DES RELATIONS INTER-ENTREPRISES ENTRE CLIENTS et ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE PREAMBULE DE LA CHARTE DES RELATIONS INTER-ENTREPRISES ENTRE CLIENTS et ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE Contexte Dans le secteur du Travail Temporaire, l équilibre de trésorerie des entreprises est une

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Règlement interne Edition 2015

Règlement interne Edition 2015 Règlement interne Edition 2015 En vertu de l article 5 des statuts du 16 juin 2014, le Conseil de Fondation édicte le règlement suivant : Art. 1 Indemnisation des membres du Conseil de Fondation 1. Pour

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Régulation des transports urbains : Financement, Tarification - Cas de Rabat-

Régulation des transports urbains : Financement, Tarification - Cas de Rabat- Régulation des transports urbains : Financement, Tarification - Cas de Rabat- Présenté par : M.Hassan NOUHA Président du Directoire - STAREO 29 mai 2015 Sommaire Première partie : Les particularités des

Plus en détail

Le remboursement des frais de transport domicile lieu de travail des salariés

Le remboursement des frais de transport domicile lieu de travail des salariés Le remboursement des frais de transport domicile lieu de travail des salariés En résumé A compter du 1 er janvier 2009 : Tous les employeurs de France (et non plus seulement les employeurs employant des

Plus en détail

Examen décembre 1994

Examen décembre 1994 Examen décembre 1994 QUESTION REDIGEE Temps conseillé: 2 heure 30 minutes noté sur 100 points ENONCE: FRANCOTRANS SA, entreprise de transport public de marchandises, ayant l usage de 15 ensembles identiques

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

Programmes specifiques pour les autres bts industriels. Liste des bts industriels concernés :

Programmes specifiques pour les autres bts industriels. Liste des bts industriels concernés : Programmes specifiques pour les autres bts industriels Liste des bts industriels concernés : o Constructions metalliques o Fluides energies environnement o Assistance et technique d ingenieur o Domotique

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Les différentes formes juridiques de l office de tourisme

Les différentes formes juridiques de l office de tourisme s différentes formes juridiques de l office de tourisme A. Stratégie politique : office de tourisme de droit public ou office de tourisme de droit privé On remarque que depuis quelques années, le pourcentage

Plus en détail

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens Fiscalité 1 Le cloisonnement des revenus en différentes catégories, en fonction de l activité, ne simplifie pas l imposition des pluriactifs. Cela engendre des charges administratives lourdes (plusieurs

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DU TRANSPORT DIRECTION GENERALE DES TRANSPORTS TERRESTRES

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DU TRANSPORT DIRECTION GENERALE DES TRANSPORTS TERRESTRES REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DU TRANSPORT DIRECTION GENERALE DES TRANSPORTS TERRESTRES Décembre 2005 PRESENTE PAR M. MOHAMED EL EUCH SOUS-DIRECTEUR DES ETUDES ET STATISTIQUES 1 / 8 1. Cadre réglementaire

Plus en détail

APPEL D OFFRES MISSION D EXPERTISE COMPTABLE

APPEL D OFFRES MISSION D EXPERTISE COMPTABLE APPEL D OFFRES MISSION D EPERTISE COMPTABLE Objet : Mission d expertise comptable et sociale Date de début de réalisation de la mission : Exercice 2015 (du 1 er mai 2015 au 31 décembre 2015) Durée de la

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015. Domaine : La gestion des ressources des communes

CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015. Domaine : La gestion des ressources des communes Domaine : La gestion des ressources des communes Pour réaliser leur plan de développement et promouvoir des investissements, les communes sont appelées à mobiliser leurs ressources financières, opérationaliser

Plus en détail

Avis d Appel Public à la Concurrence Marché public de services (code 09) Procédure adaptée Article 28 du code des marchés publics

Avis d Appel Public à la Concurrence Marché public de services (code 09) Procédure adaptée Article 28 du code des marchés publics Avis d Appel Public à la Concurrence Marché public de services (code 09) Procédure adaptée Article 28 du code des marchés publics 1/ Identification du pouvoir adjudicateur Centre hospitalier de Sarreguemines

Plus en détail

Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique

Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique La présente circulaire porte sur les contrats qui suivent : 1. Marchés publics Au sens de l article 1 er du code des marchés publics

Plus en détail

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr FINANCES VOS CONTACTS : Nadège WADOUX Conseillère Formation Domaines Affaires juridiques, Finances et Europe nadege.wadoux@cnfpt.fr Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

Plus en détail

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins Durée : Minimum 14h Maximum 182h (Ce choix permet de valider 10% du Titre de niveau II «chef d entreprise développeur

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

FINANCEMENT DE L INNOVATION

FINANCEMENT DE L INNOVATION 2014 FINANCEMENT DE L INNOVATION EXPERTISE & ACCOMPAGNEMENT FABRICANT D ECONOMIES Sommaire Page 3 Page 6 Page 7 Page 9 Page 10 Page 16 Page 18 Page 19 Notre cabinet Pôle Financement de l Innovation Le

Plus en détail

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 76 I LFP Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 5.1 LA TRANSPARENCE FINANCIÈRE DU FOOTBALL FRANÇAIS 5.2 UN FOOTBALL PROFESSIONNEL BÉNÉFICIAIRE QUI INVESTIT DES RÉSULTATS FINANCIERS TOUJOURS

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Etude d'attac Pays d'arles, Modes de gestion Eau & Assainissement ACCM. 6 novembre 2014

Etude d'attac Pays d'arles, Modes de gestion Eau & Assainissement ACCM. 6 novembre 2014 Etude d'attac Pays d'arles, Modes de gestion Eau & Assainissement ACCM 6 novembre 2014 Contexte : Cette étude fait suite à l'amo de novembre 2013 et la saisine de l'accm d'octobre 2014. - L'AMO de 2013

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Première partie 55 e année n spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa 18 février 2014 SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE 11 février

Plus en détail

Définition, typologie et méthodologie d évaluation des avantages immatériels dans le cadre du service universel postal

Définition, typologie et méthodologie d évaluation des avantages immatériels dans le cadre du service universel postal Mai 2010 Définition, typologie et méthodologie d évaluation des avantages immatériels dans le cadre du service universel postal Synthèse des principaux résultats de l étude confiée au cabinet WIK-Consult

Plus en détail

Caractéristiques des modes de gestion du service public de l eau

Caractéristiques des modes de gestion du service public de l eau Caractéristiques des modes de gestion du service public de l eau Jeudi 14 février 2013 Régis TAISNE Adjoint au chef du département «Eau et Assainissement» Qu est-ce que la FNCCR? Caractéristiques des modes

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ERNC1409595A Intitulé du texte : Arrêté modifiant l arrêté du 14 novembre modifié fixant les tarifs maxima des frais de fourrière pour automobile Ministère

Plus en détail

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux La rédaction des clauses relatives aux biens dans les DSP La question des biens au sein des de délégation de service public nourrit de nombreux contentieux devant le juge administratif. L une des problématiques

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

VILLE D AMIENS. Direction de l Aménagement et des Espaces Publics Pôle Espaces Publics Bureau d Etudes

VILLE D AMIENS. Direction de l Aménagement et des Espaces Publics Pôle Espaces Publics Bureau d Etudes VILLE D AMIENS Direction de l Aménagement et des Espaces Publics Pôle Espaces Publics Bureau d Etudes GESTION ET EXPLOITATION DU PARC DE STATIONNEMENT BOULEVARD DE BELFORT & ENTRETIEN, MAINTENANCE ET COLLECTE

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION ORDINAIRE ANNEE 2015

DEMANDE DE SUBVENTION ORDINAIRE ANNEE 2015 Nom de l association Sigle Numéro SIRET APE DEMANDE DE SUBVENTION ORDINAIRE ANNEE 2015 Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes CCAS CCAS Bâtiment Pyrène 1, place Jean Jaurès 29 bis, rue

Plus en détail

INTERCOMMUNALITE TOURISTIQUE MEDOC OCEAN. Dax - Jeudi 1 er Avril 2010 COMMUNAUTE DE COMMUNES DES LACS MEDOCAINS

INTERCOMMUNALITE TOURISTIQUE MEDOC OCEAN. Dax - Jeudi 1 er Avril 2010 COMMUNAUTE DE COMMUNES DES LACS MEDOCAINS INTERCOMMUNALITE TOURISTIQUE MEDOC OCEAN Dax - Jeudi 1 er Avril 2010 COMMUNAUTE DE COMMUNES DES LACS MEDOCAINS 5 LE TERRITOIRE «MEDOC OCEAN» Les communes : Lacanau, Carcans-Maubuisson et Hourtin Population

Plus en détail

CONTRAT DE REALISATION ET D EXPLOITATION DU PARKING ARISTIDE BRIAND AVENANT N 3 A LA CONVENTION DE SERVICE PUBLIC

CONTRAT DE REALISATION ET D EXPLOITATION DU PARKING ARISTIDE BRIAND AVENANT N 3 A LA CONVENTION DE SERVICE PUBLIC CONTRAT DE REALISATION ET D EXPLOITATION DU PARKING ARISTIDE BRIAND AVENANT N 3 A LA CONVENTION DE SERVICE PUBLIC NANTES METROPOLE Projet d avenant n 3 au contrat de concession du parking Aristide Briand

Plus en détail

Association des Maires de France & Associations départementales de Maires LES CAHIERS DU RÉSEAU N 9. Le maire et les transports

Association des Maires de France & Associations départementales de Maires LES CAHIERS DU RÉSEAU N 9. Le maire et les transports Association des Maires de France & Associations départementales de Maires LES CAHIERS DU RÉSEAU N 9 Le maire et les transports Association des maires de France & Associations départementales de maires

Plus en détail